La.cinquieme.République

De la politique pure et affaires étrangeres
 
AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  MembresMembres  GroupesGroupes  Connexion  

Partagez | 
 

 Félix Tournachon, dit Nadar, Y'becca et Marie de France

Aller en bas 
AuteurMessage
yanis la chouette



Nombre de messages : 6850
Localisation : http://yanis.tignard.free.fr
Date d'inscription : 12/11/2005

MessageSujet: Félix Tournachon, dit Nadar, Y'becca et Marie de France   Lun 26 Mar à 9:23

Marie de France est une poétesse du Moyen Âge qui vécut pendant la seconde moitié du XIIe siècle, en France et surtout en Angleterre. Marie de France est née en 1154 et est morte en 1189, elle fut probablement originaire d’Ile-de –France ou de Normandie, de plus tout porte à croire qu’elle fut liée à la cour d’Henri II Plantagenêt et d’Aliénor d’Aquitaine. Ses fables adaptées d’Ésope furent lues et imitées du XIIe au XVIIIe siècles. Le romantisme au XIXe siècle redécouvrit ses lais, contes en vers rédigés en ancien français dans la scripta anglo-normande. Marie de France appartient à la génération des auteurs qui illustrèrent l’amour courtois en littérature, entre autres par l’adaptation des légendes orales bretonnes ou matière de Bretagne. Elle est la première femme à avoir écrit des poèmes en français.

La Généralité de Catalogne (en catalan : Generalitat de Catalunya ; en occitan : Generalitat de Catalonha ; en espagnol : Generalidad de Cataluña) est l'organisation politique de la communauté autonome de Catalogne, en Espagne. Elle est régie par le statut d'autonomie de la Catalogne entré en application en 2006.

La Généralité est installée à Barcelone, capitale de la Catalogne. Elle est formée de plusieurs organes qui détiennent les pouvoirs législatif et exécutif régionaux :

le Parlement de Catalogne (Parlament de Catalunya) élabore et adopte les lois, et contrôle le gouvernement. Il siège au palais du Parlement (es), situé au parc de la Ciutadella ;
la Présidence de la Généralité de Catalogne (Presidència de la Generalitat de Catalunya) dirige le gouvernement de Catalogne. Le président est le chef du gouvernement. Élu par le Parlement, il est nommé par le roi. La présidence a son siège au palais de la Généralité ;
le Conseil exécutif de Catalogne (Consell Executiu) ou gouvernement de Catalogne (Govern de la Generalitat), dirigé par le président de la Généralité, propose les lois au Parlement et les fait appliquer.
les autres institutions de la Généralité de Catalogne forment son administration.

La députation du Général
Des Corts à la députation du Général
Grand sceau de la Députation du Général de la principauté de Catalogne à la fin du XVe siècle. Avers : un chevalier porte l'écu avec la croix de saint Georges, qui étaient les armes de la Généralité de Catalogne. Légende : S(igillum) : CORTIUM : ET : PARLAMENTORUM : GENERALIUM : PRINCIPATUS : CATHALONIE (« Sceau des Cours et Parlements Généraux de la principauté de Catalogne »)3.

Comme la Généralité valencienne, la Généralité de Catalogne doit son origine aux députations permanentes créées pour assurer l'administration entre les réunions des Corts ou Cortes (« cours », « états généraux » du comté de Barcelone), dans les différents territoires de la couronne d'Aragon : comté de Barcelone, royaume de Majorque, comtés de Roussillon et de Cerdagne.

Les Corts, pendant le règne de Jacques Ier le Conquérant (1208-1276), sont convoquées par le roi. Sous Pierre II le Grand (1276 – 1285) elles prennent forme institutionnelle ; le roi s'engage à les réunir chaque année, ce qu'il ne fait d'ailleurs pas. Les Corts sont divisées en trois braços (« bras »), représentant chacun un état ou ordre de la société : le « bras ecclésiastique » (braç eclesiàstic) rassemblait le clergé, le « bras militaire » (braç militar) la noblesse, et le « bras populaire » (braç popular), aussi appelé « chambre royale » (cambra reial), les villes royales. L'ensemble de ces délégués était appelé le « Général de Catalogne » (lo General de Cathalunya), comme représentant l'ensemble de la population catalane.

En 1289, aux Cortes de Monzón en Aragon, fut créée une députation générale d'Aragon, commission temporaire chargée de recueillir entre les réunions des Corts les subsides que ces dernières accordaient au roi. En effet, comme les états généraux en France, la principale mission des Corts était de concéder au roi le droit de lever de nouveaux impôts, mais aussi, à la différence de la France, de lever ces mêmes impôts.

Lors des Corts de 1358 – 1359, réunies à Barcelone, Vilafranca del Penedès et Cervera, le roi Pierre IV, qui doit à tout prix obtenir des fonds pour repousser une invasion castillane en Aragon et en Pays valencien, accorde aux Corts le droit de déléguer leurs fonctions entre chaque réunion à douze personnes à titre permanent. Cette députation permanente obtient des compétences fiscales et peut notamment nommer des auditeurs des comptes qui contrôlent l'administration royale. La députation rassemble des membres de chaque « bras » et est présidée par un ecclésiastique. Le premier d'entre eux est Berenguer de Cruïlles, évêque de Gérone.
La Catalogne au Moyen Âge

C'est donc en 1359 à Cervera que naît la députation du Général. Ces douze personnes (quatre ecclésiastiques, quatre nobles et quatre bourgeois) dont deux sont originaires du Roussillon, sont chargées de faire la répartition des impôts. Aux Corts suivantes de 1364, on élargit le nombre des membres de la Généralité à sept personnes, qui désormais résident à Barcelone : deux ecclésiastiques, deux nobles et trois bourgeois. Peu à peu, en plus de répartir les impôts, la Généralité contrôle les décisions du roi, qui doivent être conformes aux Constitutions catalanes. Quand les nouvelles Corts se réunissent, elles vérifient les travaux de la Généralité précédente et des accords ou des désaccords sont prononcés.

Quelques années plus tard, la Généralité est composée de trois députés élus pour trois ans, entre chaque session des Corts. Elle prend saint Georges (Sant Jordi) terrassant le dragon comme patron de la Catalogne.

Peu à peu, les trois députés de la députation du Général, dont le président est toujours un ecclésiastique, s'intéressent à l'orientation politique du royaume d'Aragon. Elle lève ses propres troupes et entretient ses galères. Elle prend des initiatives diplomatiques. Il devient périlleux, pour un souverain, de sous-estimer la Généralité, qui s'appuie sur ses constitutions.
La Catalogne à l'époque moderne

Les pouvoirs de la députation du Général sont sans cesse réduits par les souverains espagnols. À la suite de la révolte de la Catalogne et des États de la couronne d'Aragon lors de la guerre de Succession d'Espagne, Philippe V décide de supprimer les privilèges et pouvoirs de ces États. Par les décrets de Nueva Planta, il décide la fin de la Généralité de Catalogne en 1716.
La période républicaine (1931-1939)

Dans le contexte de l'instauration de la Seconde République espagnole, la Généralité de Catalogne est instaurée le 2 août 1931. Elle est régie par un nouveau statut d'autonomie, surnommé statut de Núria. Après l'échec de la proclamation d'un État catalan (es) par le président Lluís Companys, le 6 avril 1934, la Généralité est suspendue, ses conseillers arrêtés et emprisonnés.

À la suite de la victoire aux élections générales de 1936 du Front populaire, qui prend en Catalogne la forme d'un Front des Gauches (Front d’Esquerres), la Généralité est rétablie. Le déclenchement de la guerre d'Espagne, en juillet 1936, puis l'invasion de la Catalogne et la victoire des nationalistes en 1939 provoquent la fin de la Généralité catalane.

Elle se reconstitue cependant en exil, à partir de 1940. Le retour à la démocratie, en 1977, amène le président de la Généralité en exil, Josep Taradellas, à revenir en Catalogne et prononcer son fameux « Ciutadans de Catalunya, ja sóc aquí ! » (Citoyens de Catalogne, je suis ici !).
Le retour à la démocratie (depuis 1977)

Josep Tarradellas devient président de la Généralité provisoire, reconstituée avec l'appui du gouvernement espagnol. Elle se dote de nouvelles institutions et d'un nouveau statut, approuvé en 1979. Elle devient le véritable organe du pouvoir législatif, exécutif et judiciaire de la nouvelle communauté autonome de Catalogne.

Les présidents de la Généralité qui ont succédé à Josep Tarradellas, qui abandonna ses fonctions en 1980, sont Jordi Pujol (24 avril 1980 – 20 décembre 2003), Pasqual Maragall (20 décembre 2003 – 28 novembre 2006), José Montilla (28 novembre 2006 – 27 décembre 2010), Artur Mas, (27 décembre 2010 – 12 janvier 2016). Carles Puigdemont en fonction du 12 janvier 2016 au 28 octobre 2017, fut le 130e président.
Institutions de la Généralité de Catalogne
Le palais du Parlement de Catalogne, Barcelone (Espagne).

Actuellement, la Généralité de Catalogne est, selon le statut d'autonomie de la Catalogne de 2006, le système institutionnel qui organise politiquement le gouvernement autonome de la Catalogne. Elle est formée par plusieurs organes, tels que le Parlement de Catalogne (Parlament de Catalunya), le Conseil exécutif (Consell Executiu) ou gouvernement (Govern), la Présidence de la Généralité (Presidència de la Generalitat) et les autres institutions, établies par le statut ou les lois catalanes.
Le Parlement de Catalogne
Article détaillé : Parlement de Catalogne.

Le Parlement de Catalogne (Parlement de Catalunya) représente le peuple de Catalogne. Il exerce la puissance législative, débat et vote les projets de lois de la Généralité, contrôle et impulse l'action politique du Conseil exécutif.
Le Président de la Généralité
Le palais de la Généralité de Catalogne, Barcelone (Espagne).
Article détaillé : Président de la Généralité de Catalogne.

Le Président de la Généralité de Catalogne est la plus haute représentation de la Généralité. Il dirige l'action du Conseil exécutif. Il est la représentation ordinaire de l'État de Catalogne.
Le Conseil exécutif
Article détaillé : Conseil exécutif de Catalogne.

Le Conseil exécutif (Consell Executiu), couramment appelée gouvernement de Catalogne (Govern), est l'organe supérieur qui dirige collégialement la politique et l'administration de la Généralité de Catalogne. Il est investi de la puissance exécutive et du pouvoir réglementaire.
Le Conseil des garanties statutaires

Le Conseil des garanties statutaires (Consell de Garanties Estatutàries), autrefois Conseil consultatif (Consell Consultiu), est un organe de caractère consultatif, qui détermine, dans les cas établis par la loi, sur la conformité des projets de loi ou des propositions de loi soumis à l'approbation du Parlement avec le statut d'autonomie de la Catalogne.

Il veille également au respect et à l'application de la Constitution espagnole et du statut d'autonomie.
Le Défenseur du peuple catalan
Article détaillé : Défenseur du peuple catalan.

Le Défenseur du peuple catalan (Síndic de Greuges, c'est-à-dire, littéralement, le « Syndic des injustices ») a, comme les autres défenseurs du peuple en Espagne, la fonction de protéger et de défendre les droits et libertés reconnus par la Constitution espagnole et le statut d'autonomie de la Catalogne. Il supervise l'activité de la Généralité, des organismes publics ou privés qui en dépendent, et des entreprises privées qui ont la gestion de services publics ou accomplissent des missions d'intérêt général.

Il supervise donc l'activité de l'administration locale de la Catalogne et des organismes qui en dépendent.
La Syndicature des comptes
Article détaillé : Syndicature des comptes (ca)

La Syndicature des comptes (Sindicatura de Comptes de Catalunya) est l'organe qui assure la gestion économique et le contrôle de l'efficacité de la Généralité, ainsi que de l'ensemble du secteur public en Catalogne.
Le Conseil de l'audiovisuel de Catalogne
Article détaillé : Conseil de l'audiovisuel de Catalogne (ca)

Le Conseil de l'audiovisuel de Catalogne (Consell de l'Audiovisual de Catalunya) est l'autorité indépendante chargée de réguler la communication audiovisuelle publique et privée. Le Conseil agit en totale indépendance vis-à-vis du Conseil exécutif de la Généralité dans l'exercice de ses fonctions.
La Commission juridique consultative
Article détaillé : Commission juridique consultative (ca)

La Commission juridique consultative (Comissió Jurídica Assessora) est l'organe supérieur consultatif du gouvernement de la Généralité. Il est autonome dans son organisation et ses fonctions, afin de garantir son objectivité et son indépendance.
Les délégations de la Généralité

Il existe un certain nombre de délégations de la Généralité, dans le monde entier :

Drapeau de l'Espagne Madrid (Espagne)
Drapeau de la France Paris (France)
Casa de la Generalitat à Perpignan (Pyrénées-Orientales), ouverture en 2003
Drapeau de la Belgique Bruxelles (Belgique), pour Drapeau de l’Union européenne l'Union européenne
Drapeau de l'Italie Rome (Italie), ouverture en 2015
Espai Llull à Alghero (Sardaigne), ouverture en 2009
Drapeau du Royaume-Uni Londres (Royaume-Uni)
Drapeau de l'Allemagne Berlin (Allemagne)
Drapeau des États-Unis Washington D.C. (États-Unis)
Drapeau de l'Autriche Vienne (Autriche), ouverture en 2015
Drapeau du Portugal Lisbonne (Portugal), ouverture 2016


Délegations projetées

Drapeau du Vatican Cité du Vatican
Drapeau du Maroc Rabat (Maroc)


Délégations fermées

Drapeau de l'Argentine Buenos Aires (Argentine), ouverture en 2009, fermée en 2011
Drapeau du Mexique Mexico (Mexique)
Drapeau du Maroc Casablanca (Maroc)

Notes et références
Notes

↑ Soraya Sáenz de Santamaría est chargée d'exercer les compétences par délégation du président du gouvernement, Mariano Rajoy.

Références

↑ Pages web en catalan ou de culture catalane.
↑ « España y Cataluna » [archive], sur viajes.viamichelin.es.
↑ (es) Alberto Montaner Frutos, El señal del rey de Aragón. Historia y significado, Institución « Fernando el Católico », Saragosse, 1995, p. 156, fig. 68 (ISBN 84-7820-283-Cool.

Voir aussi
Source

(ca) Cet article est partiellement ou en totalité issu de l’article de Wikipédia en catalan intitulé « Generalitat de Catalunya » (voir la liste des auteurs).

Articles connexes

Statut d'autonomie de la Catalogne Ce lien renvoie vers une page d'homonymie
Généralité valencienne
Généralité de Perpignan
Communautés autonomes d'Espagne
Royaume d'Aragon
Couronne d'Aragon

Liens externes

(ca) (en) (es) (oc) Generalitat de Catalogne [archive].
(ca) « Generalitat de Catalunya » [archive], Gran Enciclopèdia Catalana, consulté le 7 mars 2013.

PARRAIN POSTHUME DE LA LIBERTÉ ET DE SES EXPRESSIONS DE LA GÉNÉRALITÉ DE LA CATALOGNE...

Alexandre Issaïevitch Soljenitsyne (en russe : Александр Исаевич Солженицын, ISO 9 : Aleksandr Isajevič Solženicyn), né le 28 novembre 1918 (11 décembre 1918 dans le calendrier grégorien) à Kislovodsk et mort le 3 août 2008 à Moscou, est un écrivain russe et dissident soviétique.

Cet enfant d'une famille modeste fait de brillantes études. Grandissant sous le régime communiste, il adhère à son idéologie. Lorsque commence la guerre contre l'Allemagne en 1941, il rejoint l'armée puis une école d'artillerie. Promu officier, il fait preuve d'une conduite exemplaire au front et est décoré. Cependant, il est arrêté pour avoir critiqué Staline dans un échange de lettres avec un ami, et est condamné à huit ans de détention.

Rentré du goulag, il profite du relatif adoucissement du régime sous Khrouchtchev pour publier son premier roman, Une journée d'Ivan Denissovitch. Par la suite, malgré la censure, il parvient à publier d'autres ouvrages et à faire sortir ses textes clandestinement d'URSS, qui lui valent une réputation mondiale, jusqu'à obtenir le prix Nobel de littérature en 1970. Alors qu'il a de plus en plus de difficultés à publier, avec le durcissement du régime sous l'ère Brejnev, il est finalement arrêté en 1974, expulsé d’Union soviétique, et déchu de sa citoyenneté. Réfugié en Europe de l'Ouest puis aux États-Unis, il est finalement réhabilité par Gorbatchev, et rentre à Moscou où il termine sa vie.

Il est l'auteur en particulier de L'Archipel du Goulag et de La Roue rouge. L'un de ses livres, Deux siècles ensemble, donne lieu à une polémique en raison d'accusations d'antisémitisme....

Bisclavret est le nom breton d’un homme qui devient loup-garou. Le lai breton de Bisclavret est aussi l’un des rares textes anciens où l’homme atteint de lycanthropie n’est pas considéré comme maléfique.

Bisclavret était un bon seigneur, ami du roi. Tout allait bien dans son royaume, mais sa femme craignait qu’il ne fût infidèle car il s’absentait de temps à autre, deux à trois jours. Fatalement, elle l’interroge et celui-ci finit par céder et lui révéler qu’il enlevait ses vêtements tous les soirs de pleine lune, les cachait et devenait un loup-garou. Sous l’insistance de son épouse, Bisclavret lui révéla aussi la cachette de ses vêtements. À peine était-il parti qu’elle appela un jeune chevalier dont elle avait toujours repoussé les faveurs et lui révéla tout. Elle promit de l’épouser à condition qu’il vole les vêtements de son mari. Le méfait accompli, Bisclavret fut incapable de reprendre forme humaine.

Un an après, le roi chasse avec ses gens sur les terres de Bisclavret et voit le loup-garou, il lui donne la chasse. Alors que le loup-garou est acculé et sur le point d’être mis à mort, il aperçoit le roi et s’incline devant lui. Tout le monde s’étonne. C’est une bête intelligente et il serait cruel de la tuer. Le roi prend alors le loup-garou sous sa protection.

Ce roi magnanime organise donc une réunion avec ses seigneurs. Lorsque le jeune chevalier arrive, Bisclavret tente de l’attaquer, on le calme mais il continue de se montrer ouvertement hostile. On se dit qu’assurément le jeune chevalier lui causa quelque tort, et l’affaire s’arrête là.

Le roi repart chasser sur les terres de Bisclavret. Apprenant qu’il se trouve dans une petite chaumière, l’épouse de Bisclavret tente de gagner ses faveurs. En la voyant, Bisclavret l’attaque et lui arrache le nez. Quelqu’un remarque alors qu’il n’a montré d’hostilité que pour elle et son mari. On les torture et ils avouent tout. On les somme de rendre les vêtements, ce qu’ils font ; Bisclavret est alors sauvé et redevient humain, sa femme et le chevalier sont exilés. Ils ne donnèrent naissance qu’à des enfants sans nez.

Contenu soumis à la licence CC-BY-SA. Source : Article Bisclavret de Wikipédia en français (auteurs)

https://geudensherman.wordpress.com/lit-ma-fr/ma-1150-1250/marie-de-france-les-lais/

TIGNARD YANIS @TIGNARDYANIS
14 h il y a 14 heures
DANS LE CHANT, ON PARLE DE CHÂTIMENT VENUS DES CHARITÉS
DE L'OBSCURITÉ. POURTANT, L'AURORE ET L'AUBE SONT LES AUDACES
DE LA NUIT ET DE SA FAUNE. LA FAIBLESSE NE VIENT PAS DU PARDON
ET LA PUISSANCE NE VIENT DE LA COLÈRE DU TEMPS: L'AIGUILLE DE LA JUSTICE.
TAY
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.atelier-yannistignard.com
yanis la chouette



Nombre de messages : 6850
Localisation : http://yanis.tignard.free.fr
Date d'inscription : 12/11/2005

MessageSujet: Re: Félix Tournachon, dit Nadar, Y'becca et Marie de France   Lun 26 Mar à 9:26

DE LA DISCIPLINE, LES RÉPUBLICAINS DE NICOLAS SARKOZY...

LE REVEIL DE ARACHNÉ ET DES ELFES SOUS LE CROIRE DE LA LAÏCITÉ ET DE LA RÉPUBLIQUE....

"Quand les cent bouches de la renommée se taisent, ça fait plus de bruit que lorsqu'elles parlent !"
Citation de Pierre Dac ; Les pensées (1972).....
Talking Heads - Psycho Killer
https://www.youtube.com/watch?v=O52jAYa4Pm8

The Beatles - Dear Prudence. https://www.youtube.com/watch?v=UQmznZFi8Ho
Amitiés, Professeur ! Yanis...

The Beatles - I Want You (She's So Heavy) https://www.youtube.com/watch?v=qvypQtn4bVc "On a compromis la renommée, au point d'en dégoûter les honnêtes gens."
Citation de Edmond Thiaudière ; La soif du juste (1895)

"Quand les cent bouches de la renommée se taisent, ça fait plus de bruit que lorsqu'elles parlent !"
Citation de Pierre Dac ; Les pensées (1972)..... Talking Heads - Psycho Killer https://www.youtube.com/watch?v=O52jAYa4Pm8

New Order - Blue Monday https://www.youtube.com/watch?v=FYH8DsU2WCk
L'obéissance n'est jamais plus pénible que lorsqu'il faut lui sacrifier sa renommée.
Citation de Pierre-Claude-Victor Boiste ; Le dictionnaire universel (1843).
"La science est la mère de la renommée."
Citation de l'Orient ; Maximes et sentences orientales (1784)

"Teardrop" - Massive Attack
https://www.youtube.com/watch?v=yftOy8kz7aE
"La renommée d'une femme est déjà une atteinte à sa pudeur."
Citation de Nicolas Massias ; Le rapport de la nature à l'homme (1823)
"La première forteresse d'une femme c'est sa bonne renommée."
Citation de George Sand ; Mont Revèche (1853)
TAY

Nico - These Days.
https://www.youtube.com/watch?v=0_z_UEuEMAo
"Le travail est le père de la renommée."
Citation de Euripide ; Fragments - Ve s. av. J.-C.
"On n'acquiert pas la renommée sur un lit de plumes."
Citation de la Turquie ; Les proverbes et dictons turcs (1822).
"Une bonne renommée vaut mieux que l'huile parfumée."
Citation de La Bible ; L'Ecclésiaste, VII, 1 - IIIe s. av. J.-C.
Y'BECCA


CITATIONS
DU CITOYEN TIGNARD YANIS
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.atelier-yannistignard.com
yanis la chouette



Nombre de messages : 6850
Localisation : http://yanis.tignard.free.fr
Date d'inscription : 12/11/2005

MessageSujet: Re: Félix Tournachon, dit Nadar, Y'becca et Marie de France   Lun 26 Mar à 9:27

LE CRI ET MURMURE DANS LA SOCIÉTÉ.

LE REVOLVER, LA LOINTAINE ET LA VIE QUI INCITENT
DES PERSONNES à VOULOIR CONSTRUIRE DES SORTES
DE FUNÉRAILLES DU TERRORISME: CERTAINS TUENT
COMME LES ANCIENS PARTAGEAIENT LE
CARNAGE ET INSENSIBILITÉ: CHANGER, OUI, CHANGER !

LE REGARD N'EST QUE LE REFLET DE L'ESPRIT AINSI
L’ÉTHIQUE CONSTRUIT L'EXISTENCE: LE CORPS
EST LE CONTEXTE POLITIQUE DE LA CHAIR.
LA BALLE EST NÉE DE L'ESSENCE ET DU VIDE.

LE DÉSIR EST UN NOBLE SENTIMENT QUAND
ON NE CHERCHE PAS à L'INSULTER OU à LE VIOLER !
IL EST L'INSTANT DU DESTIN DANS L’ÉTHIQUE DES
MOUVEMENTS.

DANS UN MURMURE, ON PRÉTENDS QUE LE MONDE
S'EFFONDRE DEVANT LE AINSI. LE CRI MESURE
LE SOUPIR ET LE SILENCE CAR SI LE MURMURE
SE TRANSFORME EN UNE ARME DE DESTRUCTION:

ALORS IL YA UNE FORME D'ANOMALIE DANS
LE CONTEXTE ET LA SITUATION. DEPUIS L'ORIGINE;
LE MURMURE ENGENDRE LA CIRCONSTANCE DE VIE
ET LA MOLÉCULE EST LA SOURCE D'UNE ORIGINE.

LA BICYCLETTE DANS LE TEMPS, JE L'AFFIRME QUE
SI ELLE SE TROUVE DANS LE GARAGE: LE CONSORTIUM
NE PEUT NIER L'ATTRACTION QUE EXERCE LA GALAXIE
DANS L’ORÉE DE LA VIE. LES PALPITATIONS ET LE DIVIN.

LE MYSTIQUE DEVANT LE FANATISME, LA RÉVOLUTION
BRANDISSANT L'ARME ET LE ROI AIGUISANT SA
GUILLOTINE. LA TERREUR INSTAURANT LA DÉNONCIATION.
LA BIBLE BRANDIT TOUT COMME LE CORAN EN PRÉDICTION

DES CONVICTIONS FUTURES SANS PRENDRE EN COMPTE
DE L’ÉVOLUTION MORALE DU FANATISME DANS LE BIEN ET
LE MAL. ELLE VEUT NOUS ABRUTIR ET FROIDE DANS LE SOI.
µ OU LE DROIT DE TUER SELON LA CIRCONSTANCE DE VUE.

L’ÉQUINOXE DU VAILLANT SUR LE TERME D'ACCOMPLIR SES
LABEURS D'Où VIENT TA RICHESSE SEMBLE ACQUÉRIR LE
PRINCIPE DE L’AÏEUL SUR SES ENFANTS: CAR FINALEMENT,
CE VIEILLARD A CONSTRUIT CE LIVRE QUI S'APPELLE L'HISTOIRE.

L'HONNEUR ET LA DIGNITÉ SONT LES MURMURES DE LA JUSTICE
ET DE LA POÉSIE; TOUT EN SUINTANT DEVANT LE TERME
DU CAPITOLE, JE CONTEMPLE LA LOUVE OFFRANT SES MAMELLES
AUX ORPHELINS ET QUI LES CONFIE PAR LA SUITE AU COUPLE EN DEUIL.

LA RÉPUBLIQUE DOIT AGIR DEVANT SES MASSACRES ET
IL EST IMPORTANT DE MONTRER L'IMPORTANCE DES MOTS SUR
LA CIRCONSTANCE. LE BOULEVERSEMENT ET L'INFORMATION
NOUS MONTRE QUE L'OMBRE N'EST PAS UNE OBSESSION...

CELA NOUS DONNE T'IL LE DROIT DU PIED DE NEZ EN DEVENANT
LE TYRAN SUR LA VICTIME ET L'ASSASSIN. LE SERVICE EST AINSI
UNE FORME DE REGARD SUR NOTRE SOCIÉTÉ ET LE DOSSIER EST
DE NOUS DIRE QUE DANS LE SURRÉALISME D'UN JUGE SE TROUVE

LES TERMES QUI INCITENT DES PERSONNES à VOULOIR
CONSTRUIRE DES SORTES DE FUNÉRAILLES DU TERRORISME:
CERTAINS TUENT COMME LES ANCIENS PARTAGEAIENT LE
CARNAGE ET L'INSENSIBILITÉ: CELA DOIT CHANGER, OUI, CHANGER !

SENTIMENTS ET DISCOURS DU
CITOYEN
TIGNARD YANIS
SUR LE PORTS DES ARMES AUX PORTÉES RÉELLES...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.atelier-yannistignard.com
yanis la chouette



Nombre de messages : 6850
Localisation : http://yanis.tignard.free.fr
Date d'inscription : 12/11/2005

MessageSujet: Re: Félix Tournachon, dit Nadar, Y'becca et Marie de France   Lun 26 Mar à 9:31

Jan van Eyckplein
Le peintre brugeois Jan van Eyck (1370 – 1441) domine fièrement la place à qui il a donné son nom.Même s’il est au centre de la place et de l’attention, ce n’est pas le seul élément d’intérêt historique. Jadis, l’ancien port de Bruges où l’on chargeait et déchargeait les marchandises se trouvait ici. Si le quartier des commerçants enthousiastes et bourgeois aisés (citoyens jouissant de privilèges communaux) est devenu plus calme, il possède toujours un attrait subtil. Le petit ours du café ‘t Brugs beertje vous regarde, l’air approbateur, tandis que vous explorez la Jan van Eyckplein. Déambulez et admirez les jolies façades de la Tolhuis, de la Pijndershuis et la Poortersloge ou reposez-vous un instant au bord de l’eau. La Jan van Eyckplein offre aussi un accès idéal aux personnes qui souhaitent découvrir le quartier Sint-Gillis, à la fois populaire et tranquille.

https://www.visitbruges.be/fr/jan-van-eyckplein

Informations touristiques

Tel. +32 (0)50 44 46 46
Fax +32 (0)50 44 46 45
toerisme@brugge.be

Secrets of Bruges
Infokantoren

Bureau d’information Markt (Historium)
Markt 1 8000 Brugge aujourd'hui van 10:00 tot 17:00
Bureau d'information 't Zand (Concertgebouw)
't Zand 34 8000 Brugge aujourd'hui van 10:00 tot 17:00
Bureau d'information Stationsplein (Station)
Stationsplein 8000 Brugge aujourd'hui van 10:00 tot 17:00

Explore the cosmos with ESASky

22 March 2018
Meet ESASky, a discovery portal that provides full access to the entire sky. This open-science application allows computer, tablet and mobile users to visualise cosmic objects near and far across the electromagnetic spectrum.

ESASky's intuitive interface. Credit: ESA

An innovative celestial atlas, the Internet-based application ESASky offers astronomers – professional and amateur alike – an easy way to access high-quality scientific data. It contains over half a million images, 300 000 spectra and more than one billion catalogue sources.

From gamma rays to radio wavelengths, the science-driven application allows users to explore the cosmos with data from a dozen space missions from the astronomical archives of missions in ESA's space science fleet, as well as from some missions from NASA and JAXA. ESASky requires no prior knowledge of each particular mission.

"We want to broaden access to astronomical data from ESA's sophisticated spacecraft and space telescopes, and give users the best science-ready products from each mission," says Bruno Merín, Head of the ESAC Science Data Centre at ESA's European Space Astronomy Centre (ESAC) near Madrid, Spain.

"Experts have chosen to simplify their lives, and ESASky is here to help them."
All skies in your browser

ESASky features an all-sky exploration interface. Users can easily zoom in anywhere in the sky to visualise the star, galaxy or other cosmic object of their interest and retrieve the relevant data taken in that area of the sky with just a few clicks. Moreover, they can compare observations of the same source performed in different wavelengths with different space missions. For example, far-infrared data from the Herschel Space Observatory can be combined with observations from the XMM-Newton X-ray observatory.

The tool can also be used to help prepare future observations with the NASA/ESA/CSA James Webb Space Telescope, comparing the relevant portion of the sky as observed by the NASA/ESA Hubble Space Telescope or by any of the other missions included in ESASky.
An all-inclusive astronomical atlas. Credit: ESA

There are many options to visualise and access astronomical data with ESASky. Interactive footprints of each instrument's field of view on the sky, catalogue sources, additional information about each observation and trajectories of Solar System objects can all be combined and displayed.

The platform promotes collaborations among scientists, as users can inspect a region of the sky, share it with colleagues and download all data without having to log in or register, further simplifying the access to the data archives.
What's in it?

ESASky contains data from over one million astronomical observations collected since 1978. The cosmic sources range from planets, satellites and comets to stars, the interstellar medium that pervades our Milky Way and other galaxies beyond our own.

As of March 2018, the platform incorporates data from past and present ESA missions such as EXOSAT, Gaia, Herschel, Hipparcos, the Hubble Space Telescope, the International Ultraviolet Explorer, INTEGRAL, the Infrared Space Observatory (ISO), Planck, and XMM-Newton. It also includes data from NASA's Chandra and the NASA/JAXA Suzaku space telescopes.

The most recent version of ESASky, released last month, includes access to scientific publications.
A universe of scientific publications. Credit: ESA

"Users can highlight on the sky all astronomical objects that are featured in scientific publications," explains Deborah Baines, Astronomy Archive Science Lead at ESAC.

"By clicking on a dedicated icon, it is possible to open the list of available publications for each object, linking directly back to the publication in the NASA Astrophysics Data System," she adds.

"This is a useful way to search for, and visually relate, scientific publications with astronomical sources."

ESASky is in continuous development. New functionalities and data sets will be added in future releases to make the application more robust and complete. The next versions will provide improved usability for mobile phones and the possibility to look for changes over time in any area of the sky that has observed more than once.

"We encourage everyone to try ESASky and dive into the cosmos with their fingertips," concludes Merín.
Notes for Editors

ESASky was launched by ESA in 2016. It is developed by the ESAC Science Data Centre (ESDC) at the European Space Astronomy Centre (ESAC) near Madrid, Spain. It works as a top-level search interface to the Astronomy Science Archives, which are developed and maintained by the ESDC, in coordination with the science operations centres and consortia of the various missions.

ESASky makes use of Aladin Lite, a lightweight sky atlas running in the browser, developed by the Centre de Données astronomiques de Strasbourg (CDS), Strasbourg Observatory, France.
For further information, please contact:

Bruno Merín
Head of the ESAC Science Data Centre
European Space Astronomy Centre (ESAC)
Villanueva de la Cañada, Spain
E-mail: Bruno.Merin@esa.int

Deborah Baines
Astronomy Archive Science Lead and ESASky Product Owner
European Space Astronomy Centre (ESAC)
Villanueva de la Cañada, Spain
E-mail: deborah.baines@esa.int

Fabrizio Giordano
ESASky Lead Software Engineer
European Space Astronomy Centre (ESAC)
Villanueva de la Cañada, Spain
E-mail: Fabrizio.Giordano@esa.int


Last Update: 22 March 2018

http://sci.esa.int/astrophysics/60099-explore-the-cosmos-with-esasky/

DROIT DE GRÉVE EN FRANCE, LE REPOS D’ISRAËL, YAHVÉ ET Y'BECCA

Le droit de grève en France est un droit à valeur constitutionnelle (alinéa 7 du Préambule de la Constitution de la Quatrième République) depuis la décision Liberté d'association rendue le 16 juillet 1971 par le Conseil constitutionnel (reconnaissance de la valeur constitutionnelle du Préambule de la Constitution de 1958). Ce droit, dans le secteur privé, n'est, en principe, autorisé qu'aux salariés1.

Dans un arrêt en date du 2 février 2006, la Chambre sociale de la Cour de cassation l'a défini comme la cessation collective, concertée et totale du travail en vue de présenter à l'employeur des revendications professionnelles2.

14 juin 1791 : instauration du délit de coalition par la loi Le Chapelier.

24 mai 1864 : abrogation du délit de coalition et instauration du droit de grève par Napoléon III avec la loi Ollivier, que suivra la loi Waldeck-Rousseau autorisant les syndicats en France (1884). Émile Ollivier et Pierre Waldeck-Rousseau étaient considérés comme des libéraux sous la IIIe République.

27 octobre 1946 : le droit de grève est pleinement reconnu dans la constitution (« Le droit de grève s'exerce dans le cadre des lois qui le réglementent », alinéa 7 du préambule).

3 janvier 1966 : art. 8 du Pacte international relatif aux droits économiques, sociaux et culturels.

7 décembre 2000 : art. 28 de la Charte des droits fondamentaux de l'Union européenne.

21 Octobre 2016 : art.99 du Pacte international relatif aux droits économiques, sociaux et culturels

ÊTRE OUBLIÉ DANS LA TOURMENTE DES TOURBILLONS ET DU VERBE VOILÀ L'ESSENCE MÊME DU VENT.
TAY
LE FATALISME EST UN DÉFAUT HUMAIN. LE FATALISME VEUT ÉTRANGLER L'ESPIEGLERIE. LE FATALISME DE LA NATURE EST UN MANQUE DE CHANCE LIÉ À UN LAPS DE TEMPS ET AUX CIRCONSTANCES DES PHÉNOMÈNES.
TAY
LES NYMPHES SONT LIÉES À LA VIE TOUT COMME LES NUAGES, JE TE RACONTERAI DEMAIN ET AUJOURD'HUI LEURS HISTOIRES.
LE DOUX MURMURE DU NUAGE QU'EST LE SOUFFLE DU MOUVEMENT DANS LE TEMPS ET LE SILENCE.
TAY
UNE FEMME S'ÉPANOUIT DANS L'ADVERSITÉ ET SE CONFIRME DANS L'EXISTENCE ET LE TEMPS: VOUS EN ÊTES UNE PREUVE VIVANTE.
TAY
TA BEAUTÉ RENDS LA RÉALITÉ PLUS FOLLE ET SI DOUCE.
TAY
TU VOIS ÊTRE UN HOMME ET TON AMANT TOUT EN BRAVANT L'INTERDIT. VOILÀ UNE CHOSE QUE PEU DE FEMMES PEUVENT EXERCER SUR LES HOMMES.
TAY
LA CLARTÉ DE LA LAÏCITÉ NOUS RAMÈNE À L'OBSCURITÉ DES CLASSE. LA CONVICTION NE PEUT ÉTEINDRE L'ÉTINCELLE DE CETTE CONSCIENCE QU'EST L'AMOUR ET SON ÉTHIQUE DE DÉSIR.
TAY
LE MOUVEMENT DU NUAGE DANS LE TEMPS MONTRE LE NUCLÉAIRE DU MOUVEMENT ET DE SES ÉVOLUTIONS. AINSI L'ASPECT DE CORPS DEVENANT UNE CHAIR DÉVELOPPANT UN ESPRIT N'EST QU'UNE SIMPLE FORMULE DE CES SILENCES, CES SOUPIRS ET CES NOTES QUI COMPOSENT LES PHÉNOMÈNES DE CE MONDE PRÉNOMMÉ L'UNIVERS.
TAY

SENTIMENTS DU
CITOYEN TIGNARD YANIS
ALIAS
TAY
La chouette effraie.

LE NUAGE DOIT S'ÉVAPORER POUR DEVENIR LE VENT ET LE VENT DOIT SE MÉTAMORPHOSER EN NUAGES POUR DEVENIR.
CITATION DU CITOYEN TIGNARD YANIS.

Le corbeau et la femme... Souffle dans les circonstances et le silence peuplera l'harmonie. L'éthique de l'existence se fera dans l'utopie de l'évolution. Céline se chagrinera alors que Magalie dansera. Classique du temps pour l'infini, l'instant de la clémence se fera dans l'instinct et la circonstance. La nature se fera maitresse du mieux et le mouvement du milieu fera entendre la foudre, le vent et le tonnerre. Ainsi, le laïc et le verbe chanteront d'une voix: " Je pense donc je suis". Ainsi le triomphe du Peuple et de La Femme sera totale laissant un héritage circonflexe aux générations futures. Ainsi parlait Zarathoustra dans le monde du destin permettant d'obtenir la circonstance d'autodétermination et d'autonomie dans l'amitié. Je reste et je demeure: Je suis le citoyen.
Écrit du Citoyen Tignard Yanis alias TAY La chouette effraie.

ÉCRIT QUELQUES MOIS AVANT LE SCANDALE WEINSTEIN. CET HOMME EST COUPABLE MAIS CEUX QUI SE SONT ENRICHIS ET QUI JOUENT AU JUSTICIER DOIVENT ÊTRE AUSSI PUNIS. TAY
Le clans des mouettes http://leclandesmouettes.bbflash.net/f1-le-clans-des-mouett…
La Horde des vaniteux, Holywood et Newspeak ( Novlangue)
http://la-5ieme-republique.actifforum.com/t242-la-horde-des…
Juliette - Le sort de Circé
https://www.youtube.com/watch?v=EyBLL7_6PfQ
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.atelier-yannistignard.com
yanis la chouette



Nombre de messages : 6850
Localisation : http://yanis.tignard.free.fr
Date d'inscription : 12/11/2005

MessageSujet: Re: Félix Tournachon, dit Nadar, Y'becca et Marie de France   Lun 26 Mar à 9:42

Le massacre de Sant'Anna di Stazzema est un crime de guerre contre des civils perpétré par les Waffen-SS de la 16e Panzergrenadierdivision SS Reichsführer-SS commandée par le général (Gruppenführer) Max Simon, le 12 août 1944 et qui s'est poursuivi dans d’autres localités voisines jusqu'à la fin du mois.

Sommaire

   1 Histoire
   2 Jugement
   3 Notes et références
   4 Sources
   5 Voir aussi

Histoire
Sant'Anna di Stazzema un jour de brouillard
La liste des victimes

Au début d'août 1944, Sant’Anna, une frazione de la commune de Stazzema, dans la province de Lucques (Toscane), avait été classée « zone blanche » par le commandement allemand, c'est-à-dire épargnée par les combats et autorisée à accueillir des réfugiés. Les partisans avaient quant à eux déserté la région sans action particulière contre la Wehrmacht.

Contre toute attente, à l'aube du 12 août 1944, trois bataillons de SS de la 16e panzerdivision, dirigés par Walter REDER1,montèrent à Sant' Anna, pendant qu’un quatrième ferme la marche empêchant toute fuite vers Valdicastello. Lorsque les SS arrivèrent à Sant'Anna, accompagnés de collaborateurs fascistes qui leur servaient de guides, les hommes du village se réfugièrent dans les bois afin de ne pas être déportés. Les femmes, les enfants et les vieillards restèrent chez eux, certains que rien ne pouvait leur arriver car sans défense. La plupart d'entre eux fut néanmoins massacrée à la mitraillette ou à la grenade avec une barbarie effrayante, puis le village incendié. 560 personnes périrent dans le massacre. La victime la plus jeune, Anna Pardini, âgée seulement de 20 jours, fut retrouvée vivante mais gravement blessée, dans les bras de sa mère morte, mais mourut à son tour peu de jours après à l'hôpital de Valdicastello.

Après trois heures de tuerie, les SS mirent le feu aux bâtiments et tuèrent le bétail. Puis ils prirent leur repas.


Jugement

En juillet 2004 s'est ouvert un procès au tribunal militaire de La Spezia contre des auteurs de ce massacre.

Comme l’a démontré l'enquête, il ne s'agit pas de représailles mais d'une opération terroriste dont chaque détail a été minutieusement prémédité, l'objectif étant, au travers de la destruction du village et de l'extermination de ses habitants, de briser les liens entre les populations civiles et les résistants présents dans la zone. La reconstitution des événements, l'attribution des responsabilités et les motivations qui ont entraîné le massacre ont été possibles grâce au procès qui s'est conclu en 2005 par la condamnation à la réclusion à perpétuité de dix anciens SS ayant participé aux événements, sentence qui fut confirmée en appel en 2006 puis ratifiée par la Cour de cassation en 2007.

Les noms des condamnés sont :

   Werner Bruss (né en 1920, ancien SS-Unterscharführer),
   Alfred Concina (né en 1919, ancien SS-Unterscharführer),
   Ludwig Goering (né en 1923, ancien SS-Rottenführer qui avoua avoir tué vingt femmes)2,
   Karl Gropler (né en 1923, ancien SS-Unterscharführer),
   Georg Rauch (né en 1921, ancien SS-Untersturmführer),
   Horst Richter (né en 1921, ancienSS-Unterscharführer),
   Alfred Schoneberg (né en 1921, ancien SS-Unterscharführer),
   Heinrich Schendel (né en 1922, ancien SS-Unterscharführer),
   Gerhard Sommer, (né en 1921, ancien SS-Untersturmführer), and
   Ludwig Heinrich Sonntag (né en 1924, ancien SS-Unterscharführer).

Les demandes d'extradition faites par l'Italie ont été refufées par l'Allemagne.
Notes et références

   (it) Cet article est partiellement ou en totalité issu de l’article de Wikipédia en italien intitulé « Eccidio di Sant'Anna di Stazzema » (voir la liste des auteurs).

   (en) Cet article est partiellement ou en totalité issu de l’article de Wikipédia en anglais intitulé « Sant'Anna_di_Stazzema_massacre » (voir la liste des auteurs).

   ↑ documentaire vidéo de Michaël PRAZAN : "Das Reich une division SS en France".
   ↑ Bruce Johnston, « 'Haunted' SS veteran stands trial for massacre of the innocents in village », The Telegraph,‎ 1er juillet 2004 (lire en ligne [archive])

Sources

   7/7 (Belga)

Voir aussi

   Massacre des Fosses ardéatines
   Massacre d'Oradour-sur-Glane
   Miracle à Santa Anna (Miracle at St. Anna), film de Spike Lee 2007

Date 12 août 1944
Lieu Stazzema - Drapeau de l'Italie Italie
Victimes Civils italiens
Morts 560
Auteurs Drapeau de l'Allemagne nazie Reich allemand
Participants 16th SS Division Logo.svg 16e Panzergrenadierdivision SS Reichsführer-SS
Guerre Seconde Guerre mondiale
Coordonnées 43° 58′ 27″ nord, 10° 16′ 25″ est

Géolocalisation sur la carte : Italie
(Voir situation sur carte : Italie)
Massacre de Sant'Anna di Stazzema

modifier Consultez la documentation du modèle

Campagne d'Italie
Opération Corkscrew · Bataille de Lampedusa · Débarquement de Sicile · Massacre de Biscari · Opération Avalanche · Armistice de Cassibile · Défense manquée de Rome · Guerre civile italienne · Opération Slapstick · Libération de la Corse · Insurrection de Naples · Bombardement du Vatican · Campagne de la rivière Moro · Ligne Gustave · Bataille de Monte Cassino · Massacre de Monchio, Susano et Costrignano · Attentat de Via Rasella · Massacre des Fosses ardéatines · Bataille du Garigliano · Opération Shingle · Conquête de l'île d'Elbe · Prise d'Ancône · Massacre de Sant'Anna di Stazzema · Ligne gothique (Gemmano · Rimini · San Marino · Montecieco) · Massacre de Marzabotto · Offensive de printemps 1945 · Prise de Bologne

Front d'Europe de l'Ouest

Front d'Europe de l'est

Campagnes d'Afrique, du Moyen-Orient et de Méditerranée

Bataille de l'Atlantique

Guerre du Pacifique
Guerre sino-japonaise


Y

Niceto Alcalá-Zamora y Torres, né le 6 juillet 1877 à Priego de Córdoba et mort le 18 février 1949 à Buenos Aires, est un avocat et homme d'État espagnol monarchiste puis républicain. Il est le premier président de la Seconde République espagnole de 1931 à 1936.
Biographie

Avocat, membre du Parti libéral, catholique progressiste[réf. nécessaire], Alcalá-Zamora est député aux Cortes, ministre à partir de 1917 dans les gouvernements de García Prieto, et représente également l'Espagne à la Société des Nations.

Il entre dans l'opposition après le coup d'État du 13 septembre 1923 fomenté par le général Miguel Primo de Rivera. Déçu par le comportement du roi Alphonse XIII, Niceto Alcalá-Zamora refuse de collaborer avec le nouveau régime.

Il se convertit aux idées républicaines en 1930 et est emprisonné à la suite de la tentative ratée d'insurrection révolutionnaire lors du révolte de Jaca.

Après la victoire des républicains dans les capitales provinciales d'Espagne aux élections municipales du 12 avril 1931, Alcalá-Zamora prend la direction d'un gouvernement révolutionnaire provisoire le 14 avril qui proclame l'avènement de la Seconde République. Le roi Alphonse XIII refuse de s'accrocher et abandonne le pouvoir pour l'exil.

En juin 1931, il est confirmé à la présidence du gouvernement mais démissionne en octobre suivant, mécontent des nouvelles dispositions constitutionnelles consacrant la séparation de l'Église et de l'État et la dissolution des ordres religieux, jugées dangereuses.

Néanmoins, le 10 décembre 1931, Niceto Alcalá-Zamora est élu président de la République par les voix de 362 députés sur un total de 410 présents.
La bannière officielle du président Alcalá-Zamora.

En 1933, après la victoire de la CEDA aux élections générales, il refuse à José María Gil-Robles le droit de former le gouvernement. Il motive sa décision par le fait qu'il veut éviter une insurrection des partis de gauche, radicalement hostiles à la CEDA. Ce sera finalement Alejandro Lerroux, le chef du parti radical, qui formera un gouvernement centriste.

En janvier 1936, quand Gil-Robles décide d'user de son droit d'être nommé chef de gouvernement, Alcalá-Zamora décide de dissoudre le Parlement. Après la victoire du Frente Popular aux élections législatives du 16 février suivant, la décision de dissolution des Cortes est finalement jugée illégale par le Congrès qui procède à la destitution d'Alcalá-Zamora le 7 avril et élit à sa place Manuel Azaña.

Alcalá-Zamora est en Scandinavie quand éclate la guerre civile. Il refuse de revenir en Espagne quand il apprend que des milices du Frente Popular ont envahi et pillé sa maison et volé le manuscrit de ses mémoires qui se trouvait dans le coffre-fort de sa banque.

Il s'installe alors en France qu'il fuira également après l'invasion des troupes allemandes en 1940.

Réfugié en Argentine, il refuse de revenir en Espagne en dépit des assurances qui lui sont données. Son fils est en effet marié à la fille du général putschiste Gonzalo Queipo de Llano.

Alcalá-Zamora meurt à Buenos Aires le 18 février 1949. Son corps est rapatrié en Espagne en 1979 et enterré au cimetière de l'Almudena à Madrid.
Hommages

Pour la Banque d'Espagne, Eugenio Hermoso a réalisé le portrait de Niceto Alcalá-Zamora exposé au musée du président de la Seconde République à Priego de Córdoba.
Liens externes
Notices d'autorité
: Fichier d’autorité international virtuel • International Standard Name Identifier • CiNii • Bibliothèque nationale de France (données) • Système universitaire de documentation • Bibliothèque du Congrès • Gemeinsame Normdatei • Bibliothèque nationale d’Espagne • Bibliothèque royale des Pays-Bas • Bibliothèque nationale d’Israël • Bibliothèque universitaire de Pologne • Bibliothèque nationale de Catalogne • WorldCat

Niceto Alcalá-Zamora
Image illustrative de l'article Niceto Alcalá-Zamora
Fonctions
Président de la République espagnole
10 décembre 1931 – 7 avril 1936
(4 ans, 3 mois et 28 jours)
Président du Conseil Manuel Azaña
Alejandro Lerroux
Diego Martínez Barrio
Alejandro Lerroux
Ricardo Samper
Alejandro Lerroux
Joaquín Chapaprieta
Manuel Portela Valladares
Manuel Azaña
Prédécesseur Alphonse XIII
(roi d'Espagne)
Successeur Manuel Azaña Díaz
Biographie
Nom de naissance Niceto Alcalá-Zamora y Torres
Date de naissance 6 juillet 1877
Lieu de naissance Priego de Córdoba
(Espagne)
Date de décès 18 février 1949 (à 71 ans)
Lieu de décès Buenos Aires (Argentine)
Nationalité espagnole

TIGNARD YANIS @TIGNARDYANIS
18 h il y a 18 heures
JÉRUSALEM, JEREMY, JÉRUSALEM... LA LAÏCITÉ ET
LA CONVICTION D'ÊTRE... SANS PLONGER DANS LE MYSTIQUE,
LA RÉPUBLIQUE EST LE PEUPLE ET LA RÉALITÉ EST DIRE
QUE CHACUN EST SUJET DE L'AUTRE TOUT EN AYANT SON SOI
ET SON SOUFFLE: LA RÉPUBLIQUE ET JÉRUSALEM, MA FORCE
ET MON HONNEUR.
TAY

Chaiyya Chaiyya - Inside Man - Soundtrack
https://www.youtube.com/watch?v=15gYfUypkPM
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.atelier-yannistignard.com
yanis la chouette



Nombre de messages : 6850
Localisation : http://yanis.tignard.free.fr
Date d'inscription : 12/11/2005

MessageSujet: Re: Félix Tournachon, dit Nadar, Y'becca et Marie de France   Lun 26 Mar à 10:17

Le Héron et la Mouette...

Un héron navigue sur un fleuve... Pas très loin de la rive, se trouve un petit bois. Il y a des roseaux et le héron vient vers cette petite sérénité...

Une mouette, elle , aussi a établi domicile dans le petit lieu paisible... Elles se croisent du regards les mouettes... Des canards observent la scène et discutent au sujet de la vie.

"Tu as vu."
"Quoi."
"Le grand oiseau au long bec."
"Oui..il est superbe..."

La mouette chante un rire et de lancer cette maxime.

"Entre-chose, entre-tout, cet oiseau n'a pas de pareille... Il ne chante pas."

Le héron de lui répondre :
"Elle est lumineuse et joueuse... Voilà, compagne, je chante par amour de ma brève existence."

Monsieur Tignard Yanis
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.atelier-yannistignard.com
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Félix Tournachon, dit Nadar, Y'becca et Marie de France   

Revenir en haut Aller en bas
 
Félix Tournachon, dit Nadar, Y'becca et Marie de France
Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Skyblog Sur Rébecca Dreyfus. Déborah (Debbie) Girard de PB
» { VALENTINE'S DAY } yufeng x becca.?
» becca hayes - (0/2)
» la commune où j'habite: GHLIN
» FAUCON x LANGLOIS (M1694 Ecalles-Alix)

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
La.cinquieme.République :: La.cinquieme.République-
Sauter vers: