La.cinquieme.République

De la politique pure et affaires étrangeres
 
AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  MembresMembres  GroupesGroupes  Connexion  

Partagez | 
 

 Assurances Nature ou Y'becca, République de Rome et l'O.N.U

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : 1, 2  Suivant
AuteurMessage
yanis la chouette



Nombre de messages : 4322
Localisation : http://yanis.tignard.free.fr
Date d'inscription : 12/11/2005

MessageSujet: Assurances Nature ou Y'becca, République de Rome et l'O.N.U   Jeu 2 Juin à 8:24

La Rome antique face aux catastrophes naturelles
http://leclandesmouettes.bbflash.net/t46-y-becca-et-le-droit-de-vie-ou-assurances#817

Conférence de Mme Catherine Bustany

Maître de Conférences, Université de Caen
-

Un colloque " Le traitement médiatique des catastrophes : entre oubli et mémoire " est prévu à Grenoble les 10 et 11 avril 2003.

L'intérêt porté ces dernières années aux questions d'environnement, à la relation homme - milieu, rendu encore plus aigu par l'actualité récente, n'est pas l'apanage des sociétés contemporaines.

La notion de " risques naturels " est récurrente dans l’histoire de la ville de Rome dans l’Antiquité. Cette notion est très présente dans les sources de cette histoire, chez les historiens de l’Empire comme Tite-Live, Suétone, Tacite et Dion Cassius, même si le concept n’est alors ni analysé ni clairement défini.

Aujourd’hui, ces risques sont interprétés par les spécialistes comme le produit de 2 séries causales :

d’une part une variable naturelle, définie comme un aléa - ici le Tibre, un fleuve méditerranéen impétueux, aux crues brutales et spectaculaires - , mais aussi le relief contrasté de la ville aux 7 collines ou encore sa situation en Italie centrale, dans une zone de sismologie active

d’autre part une variable humaine, définie comme une " vulnérabilité " : ici, une mégapole d’un million d’habitants à l’époque d’Auguste ; habitat dense, rendu fragile par sa structure (précarité des insulae) et par le choix des matériaux de construction : seuls les murs porteurs sont en opus caementicium, les cloisons sont en torchis avec légère armature de bois, charpentes en bois). Le thème de leur écroulement, parfois consécutif à la stagnation des eaux qui en sape les fondations, n’est pas seulement un lieu commun.

Ainsi, dans Juvénal, Satires, 3, 190-194 : " qui craint, qui a jamais craint l’éboulement de sa maison dans la fraîche Préneste […] Mais nous, nous habitons une ville qui n’est en grande partie étayée que sur de minces poutres. C’est de cette façon que le gérant pare aux écroulements ".

Dans un tel contexte, le risque majeur est bien sûr celui de l’incendie, qu’il soit d’origine accidentelle (braseros pour se chauffer, lampes à huile pour s’éclairer) ou politique (divers " attentats " à la fin de la République - incendies en 52 av pour la Curie dans laquelle Clodius fut incinéré, en 44 av au cours des funérailles de César - , en excluant et en disculpant toutefois Néron pour le grand incendie de 64 ap.

Mais cet exposé ne s’intéresse qu’aux incendies dus à la foudre, et aux autres " catastrophes naturelles " : inondations, séismes, cataclysmes météorologiques comme les tempêtes ou les pluies de pierre relatés par les sources.

Il nous appartiendra

I - dans un premier temps de montrer la récurrence des catastrophes et d'établir un bilan des destructions qu'elles entraînent.
II - avant de voir qu'il est difficile de proposer une approche scientifique de ces données tant les sources relèvent de constats subjectifs souvent empreints de superstition par rapport aux événements
III - Enfin nous rechercherons si le pouvoir républicain ou impérial a cherché à mettre en place des moyens de lutte pour réduire les conséquences destructrices des catastrophes naturelles


I Les catastrophes récurrentes et destructrices

1 Les crues du Tibre

Le recensement mené par Joël Le Gall, pionnier en la matière, dans sa thèse Le Tibre de Rome dans l'antiquité, entre 414 av JC et 398 ap JC (publiée en 1952) avait permis d'établir de 4 à 6 par siècle la fréquence d'inondations majeures.
Mais encore faut-il s'entendre sur cette notion et la reprise de l'investigation pour ma thèse dont les résultats furent publiés dans les cahiers de la MRSH (25/2/2001) conforte cette périodicité.
(cf tableau pour le IIIe av : 4 entre 241 et 202 av, dont 2 années consécutives, 203-202
pour le IIe, 5 entre 196 et 156 , avec des dates rapprochées qu'on imagine traumatisantes, 193, 192, 189, 181 av).

En résumé du Ve à la fin du II av JC, 11 crues ont été recensées dont 2 particulièrement violentes, en 192 et en 189. L'important hiatus chronologique entre 156 av et 54 av (première crue signalée pour le 1er siècle) est sans doute bien davantage la conséquence de la perte de l'Histoire de Tite-Live pour cette période que celle d'un réel assèchement du bassin du Tibre. Avec Cicéron, Horace, Dion Cassius pour ne citer qu'eux, le 1er siècle av offre une récurrence davantage dans la norme et la fin de la République connaît 2 crues paroxysmiques en 54 av et 29-28 av où le Forum fut inondé - dommages subis par la Regia et le Temple de Vesta à la suite de quoi l'ère augustéenne de 27 av à 15 ap dut subir 8 fois l'invasion des parties basses de la ville. D'où les mesures préventives sur lesquelles nous reviendrons.


2 Les tremblements de terre

Les séismes sont assez fréquents à Rome : on trouve dans les sources 15 occurrences pour la seule période républicaine entre 461 av et 43 av.

Mais en revanche il semble qu'à de rares exceptions près, le phénomène soit plus impressionnant que réellement destructeur. Interprété comme signe de la rupture de la pax deorum, comme prodigium, il peut avoir aussi valeur de présage comme en 63 av pour la conjuration de Catalina (Plutarque, Cicéron 14.4, Cicéron, 3e Catalinaire, 18). Comme prodigium, il nécessite des journées de prières publiques et des sacrifices expiatoires parfois prescrits comme les Livres sybillins comme en 192 pour en assurer le procuratio.

La dimension religieuse l'emporte donc dans les sources sur le constat objectif des dégâts ou le souci d'une évaluation "scientifique" (cf les échelles contemporaines). Il faut dire que les historiens de l'antiquité ont eux-mêmes utilisé des sources religieuses, dont les Annales des Pontifes qui orientent aussi leur témoignage. [ cf le Liber prodigiorum de Julius Obsequens ].

Toutefois, l'aire de Rome, centre de l'observation scrupuleuse de la procuratio prodigiorum est marginale par rapport aux épicentres relevés dans l'Apennin ou les Monts Albains, de sorte que pour la période républicaine, sur 16 séismes recensés, 2 surtout sont signalés comme destructeurs : celui de 83 av qui selon Appien (Dion Cassius I, 83) provoqua la destruction de nombreux temples, et celui de 70 av rapporté par Phlégon de Tralles, affranchi d'Hadrien, qui vit l'écroulement de nombreuses maisons. En 15 ap, selon Dion Cassius (LVII, 14) de violentes secousses firent tomber une partie des murailles [année terrible, avec inondations concomitantes ]

En revanche, en 192 av, la terre trembla pendant plus de 30 jours, mais ces secousses répétées furent peu destructrices au regard de l'incendie et des inondations qui, la même année, dévastèrent le Forum Boarium et emportèrent 2 ponts de Rome.

Il semble donc que Rome n'ait guère subi de préjudice matériel grave du fait des séismes, ce qui rend moins amère notre impuissance à en rendre compte scientifiquement.


3 La foudre et les tempêtes

Phénomènes météorologiques violents, les orages méditerranéens peuvent être destructeurs et apparaissent particulièrement fréquents : 218, 214, 212, 211, 209, 207, 206 av … 49 occurrences entre le milieu du IV av et 65 av.

Les temples situés sur les hauteurs sont les plus touchés, et plus particulièrement le Capitole - cf carte des impacts.
Les dégâts peuvent être mineurs : en 190 av, au Temple de Junon Lucine sur le Caelius, le faîte et les battants de la porte sont endommagés (Liv 37,3,2)
En 49 av, la foudre endommage le sceptre de Jupiter, le bouclier et le casque de Mars sur le Capitole et les colonnes sur lesquelles étaient gravées les lois (Dion Cassius, 41, 14.3)

La foudre est davantage dévastatrice quand elle provoque un incendie qui détruit le temple :
167 av temple des Dieux Pénates sur le Velia
91 av temple de Pictas détruit par un orage (Julius Obsequens)
9 av Capitole et nombreux temples proches frappés par la foudre et ravagés par la tempête (Dion Cassius, 55.1) - Il s'en suit des restaurations augustéennes (RG, 20)

Mais comme pour les séismes, la dimension religieuse (Prodigium) prévaut : en 14 ap, à la mort d'Auguste, la foudre frappe la statue d'Auguste sur le Capitole et efface la première lettre de l'inscription Caesar (Dion Cassius, 56,29). Que les édifices religieux soient le plus touchés entraîne un luxe de détails dans les récits.


II Les difficultés d'une approche scientifique

Ces difficultés tiennent à 3 facteurs :

D'abord la nature des sources :

Pour l'essentiel, il s’agit de sources littéraires, souvent largement postérieures aux événements relatés. Ainsi pour les récits de l'histoire républicaine, Tite-Live et Dion Cassius, pour ne citer qu'eux, écrivent respectivement au I ap et au II-IIIe , Orose est un historien chrétien du début du Ve. Ce ne sont pas des témoins oculaires, et la qualité de leurs sources est à soulever.
La prudence est aussi nécessaire pour les écrivains contemporains des faits, comme l'est Cicéron : leur perception subjective, " l'émotion ", prend parfois le pas sur le constat méthodique.

A l’époque romaine, ces sources littéraires n’ont pas vocation à toucher un grand public. Il n’y a donc pas d’approche " médiatique ". Tout au plus, quelques inscriptions célèbrent l’œuvre de restauration du prince, ou quelques images " montrent " comme à Pompéi les dégâts causés par un séisme, celui de 62 ap.

L’archéologie et l’épigraphie sont des sources indispensables et objectives. L’archéologie a permis de réfuter l’historicité de l’incendie de 390 av imputé au pillage de la ville par les Gaulois : aucune trace ne vérifie cette croyance, due au traumatisme de l’événement, et à la recherche d’excuse des carences en matière d’organisation de l’espace. Mais l’archéologie est tributaire des chantiers et des aléas des découvertes.

L’autre difficulté réside dans notre méconnaissance de la topographie précise de Rome dans l’Antiquité.

Rares sont les cartes actuelles cotées, surtout dans les parties basses où les lignes isohypses sont trop espacées pour permettre de définir avec certitude les zones inondables. A cela s’ajoutent les modifications de la topographie urbaine entre l’Antiquité et nos jours: il est désormais acquis que la topographie primitive de la plaine est enfouie sous plusieurs mètres de décombres et de déblais. Le Forum Romain est actuellement 7.80 m plus bas que la Via dei Fori Imperiali. Au Largo Argentina, le niveau impérial est de 4.50 m inférieur à celui des rues d’aujourd’hui.

Il est nécessaire d’utiliser les relevés de fouilles, quand ils existent, pour apprécier ces modifications

Enfin, la perception du phénomène, privilégie dans les sources le spectaculaire au détriment de l’établissement objectif d’un bilan qui permettrait de le cartographier précisément. Brutale et catastrophique, l’inondation est considérée comme le résultat d’une perturbation de l’ordre naturel. Elle est à ranger parmi les manifestations de la volonté divine. C’est un avertissement des Dieux.

Ainsi, l’inondation de 69 ap est relatée par Tacite, Suétone et Plutarque parmi la série des phénomènes extraordinaires, signes d’un dérèglement de l’ordre du monde, qui annonce la guerre civile.

La conjonction de ces 3 éléments a pour corollaire la difficulté à circonscrire l’aire d’extension des inondations. Joël Le Gall s’était ainsi borné, dans des cartes approximatives, à délimiter les zones d’inondations potentielles, c’est à dire l’ensemble des parties basses de la Ville, du Champ de Mars à la Vallis Murcia.

Il est certain que les données scientifiques comme les cotes métriques des crues ou les lignes des isohypses des parties basses font défaut.

On peut toutefois tenter d’extrapoler à partir de données contemporaines.

Lors de la dernière grande crue de décembre 1870, la cote atteinte fut de 17,22 m et le fleuve inonda une grande partie des quartiers de la Renaissance, c’est à dire le Champ de Mars de l’antiquité. On circula en barque sur le Corso et la Via Ripetta, les Prati devinrent une plaine liquide.

En 1876 commencèrent les travaux d’endiguement qui aboutirent treize ans plus tard : en 1919, le cours urbain des quais était entièrement enserré par des quais. Si l’on tient cette inondation comme référence de paroxysme à l’époque contemporaine, on peut admettre que l’Antiquité ait fourni des exemples de crues au moins aussi importantes et que l’ensemble des points dont l’altitude est inférieure à 17 m est susceptible dtavoir été inondé. Encore faut-il pouvoir les définir. Il faut en effet émettre des réserves sur les cotes fournies par les cartes topographiques contemporaines : à la faveur de travaux de remblaiement ou d’excavation, dont certains contemporains de l’Antiquité, comme c’est le cas pour le Forum Boarium, dans la zone du sanctuaire jumeau de Fortuna et Mater Matuta, des variations significatives pouvant fausser les conclusions.


Fort de ces réserves, il est possible d’établir des cartes où apparaissent non seulement les zones inondables, mais aussi les limites inférieures des zones effectivement inondées. Sans oublier que ces cartes résultent de choix qu’il est possible de justifier, mais aussi de contester.

carte 1 : crues de 193, 189, 181, 156, 54 av
http://aphgcaen.free.fr/conferences/bustany/rome1.jpg
http://aphgcaen.free.fr/conferences/bustany/rome1a.jpg
en 193, c’est le secteur de la Porta Flumentana qui est touché ; rien ne permet de pousser plus loin l’analyse.
en 192, la crue est signalée par Tite-Live comme plus violente que celle de l’année précédente ; elle emporte 2 ponts, le pont Sublicius et sans doute le pont Milvius au Nord du Champ de Mars, signalé par Tite-Live 21.51, 1 (à propos de des événements de 207 av et lié à la construction de la via Flaminia qui permettait de franchir le fleuve).
En 189 av le Tibre envahit par 12 fois le Champ de Mars et les parties basses.
En 181, les sources signalent la rive droite au pied du Janicule
156 av seule la destruction du pont Aemilius est signalé
en 54 av, Cicéron, dans sa correspondance à Quintus, signale une montée des eaux qui emporte la terrasse de son gendre Crassipes : l’inondation de la via Appia s’étend de la piscina publica au Sud de la Porte Capène et jusque dans le quartier du temple de Martis situé à environ 2 km de cette porte. La Vallis Murcia dut servir de chenal d’écoulement, ce qui suppose une crue hors normes : les eaux atteignirent, si ‘l’on en croit les cotes actuelles, 22 m de haut !

La visualisation des aires mentionnées par les sources révèle surtout les choix des auteurs anciens, sans permettre d’établir des limites fiables de l’extension des crues.


III Les tentatives de prévention des risques

Les Anciens vivaient avec ces risques qui ne les empêchaient pas d’aménager les rives du Tibre, d’y développer de vastes programmes urbanistiques (sud du Champ de Mars) ou même d’y résider [domus, horti]

Sur le Trastevere, s’était développé à la fois un quartier d’horrea, mais aussi des quartiers populaires et enfin, Auguste fit construire sa naumachie sur les jardins d’Antoine, jouxtant ceux de César.

Pourtant la notion de prévention n’est pas absente :
Il appartenait aux censeurs de limiter l’espace public, de faire respecter ces limites par les particuliers, et de procéder le cas échéant à des expropriations. Ces mesures contraignantes et coercitives fondent en partie l’intuition selon laquelle existait à Rome un cadastre d’âge républicain.

En 48 ap, l’empereur Claude investi de la censure restitua ex forma des zones publiques pillées par des particuliers. c’est dans cette perspective que s’inscrit l’action des censeurs de 54 av qui bornèrent les rives du Tibre avec des cippes, afin de délimiter la zone inondable et d’y proscrire l’édification d’insulae menacées par les crues [noter la concomitance avec la grande crue de 54 ap).

La prévention touche aussi la qualité des constructions, afin que la stagnation des eaux (pendant 7 jours lors de la crue de 5 ap) aient des conséquences moins dramatiques que celles, bien connues des anciens, qui à l’issue du travail de sape de la base des immeubles, entraînaient des écroulements spontanés souvent meurtriers.
En 15 ap (DC 57,14), Tacite (Ann 1,79) le Tibre fait un lac des parties basses de la ville et entraîne en se retirant les débris des édifices et les cadavres des habitants.
Auguste, reprenant sans doute les dispositions d’une loi antérieure mais restée lettre morte -spéculation immobilière, Crassus) fit limiter la hauteur des insulae à 70 pieds, soit environ 20 m (C Saliou, les lois des bâtiments, Beyrouth 1994).

Enfin, certaines dispositions touchent au flux du Tibre lui-même.
César, dans la loi de urbe augenda de 45 av prévoyait, en éliminant le méandre du Tibre, au Champ de Mars, de créer une dérivation du cours du fleuve qui permettrait de lui donner une pente plus forte, et de rattacher une partie de l’ager Vaticanus à la ville (mesure d’urbanisme)
Idem pour les aménagements portuaires d’Ostie sous Claude puis sous Trajan.
Le creusement du canal appelé fossa Traiana offrait une seconde embouchure au fleuve (éviter l’alluvionnement et l’ensablement).

Enfin, l’inondation meurtrière de 15 ap succédant à celle de 12 ap à cause de laquelle les Ludi Martialis eurent lieu sur le Forum d’Auguste car le Tibre couvrait le Grand Cirque (DC LVI, 27) suscita un grand émoi. 2 sénateurs Ateius Capito et L Arruntius présentèrent un projet prévoyant de remodeler le bassin du Tibre : le Glanis aurait été détourné vers l’Arno et le Velinus et le Nar barrés (Tacite, Ann, I, 79) . Les protestations de Florence, d’Interanne et de Réate entraînèrent l’abandon du projet : " Les prières des colonies ou la difficulté des travaux, à moins que ce ne fût la superstition, eurent cet effet qu’on se rangea à l’avis de Pison, qui était de ne rien changer ".

Toutefois, en 15 ap, Tibère intervint en 2 sens :

Il compléta les dispositions du bornage du fleuve : après les cippes des censeurs de 54 av, des nouvelles bornes furent implantées en 8 av avec le concours d’Auguste, qui fit en outre nettoyer le lit du fleuve pour faciliter l’écoulement.

Il créa un collège de curateurs chargés du " lit du Tibre, et de ses rives ", un consulaire et 2 prétoriens : mesure administrative pérennisant des mesures ponctuelles antérieures.

La périodicité des crues a un peu ralenti : 2 au cours du cinquantenaire suivant, en 36 et 69 ap, cette dernière particulièrement éprouvante. L’invasion des eaux, via Flaminia, empêcha Othon de partir en campagne contre les Vitelliens.

Conclusion :

Ainsi, la Rome antique apparaît-elle particulièrement exposée aux risques naturels : à son site de ville-pont accrochée à des collines, s’ajoute la taille d’une agglomération millionnaire, à l’habitat populaire précaire, dont l’emporium et les horrea, situés sur les rives du fleuve, sont en première ligne quand celui-ci entre en crue. L’inondation a alors pour corollaire la menace de disette et d’épidémies qui fragilisent le régime. Ainsi la crise politique de 23-22av (abandon du consulat annuel, rejet par Auguste de la dictature auquel le peuple voulait l’élire de " force " est-elle directement la conséquence des inondations qui ont emporté le pont Fabricius (Dion Cassius 53,33 et 54,1.1) et rendu Rome navigable pendant 2 années consécutives. C’est pourquoi en 22 av Auguste accepta la cura annonae pour résoudre la crise frumentaire.

On comprend à la fois la violence des inondations (ponts emportés, impétuosité du fleuve) mais aussi que le statut de capitale de Rome amplifie les enjeux politiques : l’adhésion de la population urbaine au pouvoir est une absolue nécessité pour la survie du régime, dont la responsabilité est toujours mise en cause.

Insister enfin la subjectivité de nos sources et des témoignages qui nous sont parvenus. Si aujourd’hui l’accent est mis sur les dommages matériels causés aux particuliers, l’Antiquité y est moins sensible qu’à ceux causés aux bâtiments publics et surtout aux temples. l’hypertrophie des récits des dégâts causés aux édifices religieux relève du scrupule religieux : Rome est bien la ville sanctuaire de Fustel de Coulanges.

Catherine Bustany -

Maîtrise du sol et urbanisme à Rome à l'époque républicaine, Thèse soutenue en 1992 à ParisIV (dactylograhiée).

Rome, maîtrise de l'espace, maîtrise du pouvoir [Texte imprimé] : de César aux Antonins / Catherine Bustany, Noëlle Géroudet. . - Paris : S. Arslan, 2001

Problèmes méthodologiques pour la cartographie es incendies et catastrophes naturelles dans la Rome antique, Cahiers de la MRSH, N° 25, Février 2001, p 11-44

Pour compléter, en ligne, à l’adresse : http://aphgcaen.free.fr/conferences/bustany/
une version word : http://aphgcaen.free.fr/conferences/bustany.doc

Le recensement des inondations connues :
http://aphgcaen.free.fr/conferences/bustany/inond1.jpg
http://aphgcaen.free.fr/conferences/bustany/inond2.jpg

Une carte proposant des hypothèses pour les inondations de 193, 189, 181, 156, 54 av JC :
http://aphgcaen.free.fr/conferences/bustany/rome1.jpg
http://aphgcaen.free.fr/conferences/bustany/rome1a.jpg

La copie d’une carte de la topographie de Rome en 52 av
(source : D. Favro, The urban image of Augustan Rome, Cambridge, 1996) :
http://aphgcaen.free.fr/conferences/bustany/rome3.jpg

Une carte des impacts de foudre à Rome, IIIe av - 1ere moitié du Ie ap :
http://aphgcaen.free.fr/conferences/bustany/rome4.jpg

Le site du Plan Bigot :
http://www.unicaen.fr/rome/description.html
http://www.unicaen.fr/rome/index2.html

Dans la PCL, plan tiré The Historical Atlas by William R. Shepherd, 1923 (991 ko)
http://www.lib.utexas.edu/maps/historical/shepherd/rome_athens_imperial_plans.jpg

Maquettes virtuelles de Rome :
http://aphgcaen.free.fr/lecocq.htm
-------------------------------------------------------------------------------------------------------------
Stratégies de lutte
Conserver une zone d'expansion de crue suffisante diminuerait considérablement les dégâts des crues.

Elles sont basées sur une évaluation des flux (Atlas des zones inondables) et une double approche : préventive et curative. Préventivement, les collectivités et individus peuvent chercher à restaurer des zones d'expansion de crue suffisantes. Puisqu'il y a inadéquation entre la quantité d'eau à évacuer et les capacités hydrauliques, la gestion des inondations vise aussi à :

   rétablir ou améliorer des capacités d'écoulement (entretien des berges, élimination des embâcles, curage…) ;
   limiter l'imperméabilisation des sols en milieu urbain (infiltration des eaux de toitures et de ruissellement (après dépollution le cas échéant), création de noues et d'espaces verts susceptibles de servir de zone tampon). En milieu rural, des pratiques culturales plus adaptées et une gestion d'anticipation du ruissellement visant à stocker l'eau dès le haut du bassin versant, et en la freinant et l'infiltrant mieux via un réseau de talus, haies, noues, prairies et prés inondables et fossés permet de ne pas grossir les inondations en aval.

Dans certains cas, l'inondation met en jeu des mécanismes hydrologiques plus complexes, comme les crues de la Somme en 2001 dues pour l'essentiel à une remontée de la nappe phréatique. Celle-ci aurait contribué jusqu'à 80 % du débit du fleuve.

Les inondations sont les objets de modélisation en fonction de leur période de retour (crues décennales, centennales, etc. Mais la pluie restera un phénomène aléatoire, dans un contexte climatique incertain et trop complexe pour que les calculs puissent tout prévoir. Les documents d'urbanisme, PLU ou SCOT doivent donc intégrer cette contrainte, le principe de prévention et précaution, et réglementer le droit à construire. Dans les pays dits développés, en cas d'aléa important, le risque de dommage aux biens et aux personnes est plus ou moins couvert par les assurances, et il doit être en France par exemple pris en compte par un plan de prévention des risques d'inondation (PPRI).

Diverses démarches sont en cours. Ainsi, en région parisienne, on a évalué les conséquences d'une crue centennale. En dépit des travaux hydrauliques effectués en amont, sur la Seine et ses affluents, ses conséquences seraient aussi catastrophiques qu'en 1910. Les précipitations importantes du début de l'année 2002, conjuguées au niveau encore élevé des nappes phréatiques, a conduit les spécialistes à lancer une alerte au début de l'année 2002.

Elle a permis une prise de conscience de la fragilité de certains équipements souterrains (métro et trains, transformateurs électriques, etc.) ainsi que de nombreuses entreprises ou administrations. Des plans d'intervention ont été élaborés (obturation de certaines galeries de métro par exemple) et des archives ont été mises à l'abri (les réserves de plusieurs musées se trouvent en sous-sol).
Moyens de lutte
Exemple de barrière légère destinée à protéger provisoirement et en urgence contre l'inondation, plus ou moins efficacement selon la nature du sol et le périmètre à protéger.
Barrière de fortune faite de sac de nylon.

Ils sont préventifs et curatifs et à la fois locaux et à construire à l'échelle des bassins versants. Le géographe américain Gilbert F. White (1911-2006) est l'un des premiers chercheurs à développer des méthodes de gestion des inondations.

La restauration de zones humides, la réintroduction du castor, la lutte contre le ruissellement et contre l'imperméabilisation urbaine, la plantation de bandes enherbées, le reboisement ou l'entretien de forêts de protection, la restauration de zones d'expansion de crue en amont, dès le haut du bassin versant, etc. sont autant d'actions possibles53.

Les documents et règlements d'urbanisme et d'occupation du sol permettent théoriquement d'interdire, voire localement de détruire, pour raison d'intérêt général, des constructions en zone inondable. Certains règlements urbains (exemple : dispositif ADOPTA, développé en région Nord-Pas-de-Calais autour de Douai dans le nord de la France, en zone d'affaissement minier, particulièrement vulnérable) imposent que les nouvelles routes et constructions soient conçues de telle manière que les eaux pluviales soient stockées et infiltrées sur place, autant que ce serait le cas en l'absence de construction. C'est aussi une des cibles du HQE. Certaines régions ont financé des « atlas des zones inondables », par bassin versant (par exemple dans le Nord-Pas-de-Calais), comme document de porté à connaissance pour aider les communes à ne plus autoriser de construction en zone inondable.

Les moyens curatifs sont limités. Ce sont essentiellement les pompiers ou équipes de sécurité civile qui dénoient les caves et aident la population ou les entreprises.

Des approches globales sont nécessaires. Elles sont en Europe encouragées par la Directive cadre sur l'eau précisée en 2007 par une directive sur les inondations58, qui impose une évaluation cartographiée des enjeux, risques et conséquences (et donc des zones inondables). Ceci doit se faire par district hydrographique et/ou unité de gestion, avec pour différents scénario l’étendue de l’inondation ; les hauteurs d’eau ou le niveau d’eau, selon le cas ; et le cas échéant, la vitesse du courant ou le débit de crue, les risques de pollution y afférant, etc. Les États doivent se définir des objectifs et des plans de gestion des risques (avant le 22 décembre 2015 dernière limite) tenant compte d'enjeux hiérarchisés et des aspects alerte, prévention, protection et préparation, en encourageant « des modes durables d’occupation des sols, l’amélioration de la rétention de l’eau, ainsi que l’inondation contrôlée de certaines zones en cas d’épisode de crue ». Ce travail doit être en accord avec la Convention d'Aarhus traduite par la directive 2000/60/CE sur l'information et la consultation du public.

Dès 2014, l'État français publie les cartes de risque et d'aléa inondation59. La terminologie employée pour qualifier les niveaux d'aléa représente un vraie nouveauté. Si l'aléa fréquent est représenté par une crue décennale, la crue moyenne correspond à une crue centennale ou historique si supérieure. Quant à la crue extrême, elle correspond à une crue millénale voire à l'extension de la cartographie hydro-géomorphologique60.

Des pôles d'aide et conseil émergent61. Les inondations pourraient être exacerbées avec la fonte des glaciers et avec l'élévation du niveau de la mer. Divers travaux de prospective et modélisations (voir par exemple les programmes européens « PESETA » et « PRUDENCE ») sont en cours dans le cadre de l'adaptation aux changements climatiques, qui peuvent aider les collectivités à mieux se préparer


Dernière édition par yanis la chouette le Jeu 2 Juin à 9:32, édité 2 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.atelier-yannistignard.com
yanis la chouette



Nombre de messages : 4322
Localisation : http://yanis.tignard.free.fr
Date d'inscription : 12/11/2005

MessageSujet: Re: Assurances Nature ou Y'becca, République de Rome et l'O.N.U   Jeu 2 Juin à 8:26

Une inondation (Prononciation du titre dans sa version originale Écouter) est une submersion1 temporaire, naturelle ou artificielle, d'un espace avec de l'eau liquide. Ce terme est fréquemment utilisé pour décrire :

le débordement d'un cours d'eau, en crue puis en décrue, sur les terrains voisins ; l'eau est répandue dans les talwegs et les dépressions topographiques ;
le ruissellement très important, soit sur des terres cultivées (inondation boueuse), soit en zone imperméable urbanisée ;
le débordement ou les conséquences de la rupture d'ouvrages artificiels hydrauliques tels que retenues d'eau, digues, canalisations (agricoles, d'eau potable, d'assainissement) provoquant une inondation soudaine ;
la remontée émergente d'une nappe phréatique ;
l'envahissement temporaire par la mer d'une zone côtière lors d'une submersion marine.

L'inondation est un des principaux risques naturels en France, en Europe et dans le monde, et est la catastrophe naturelle causant le plus de dégâts. Pour la période 1996-2005, environ 80 % des catastrophes naturelles mondiales étaient d'origine météorologique ou hydrologique. Les inondations auraient affecté en moyenne 66 millions de personnes par an entre 1973 et 1997[réf. nécessaire] et elles devraient s'aggraver dans beaucoup de ports4 et communes littorales5,6 : selon une étude ayant évalué le coût probable de l'élévation des océans et des phénomènes météorologiques extrêmes pour 136 des principales métropoles littorales du monde, les inondations pourraient coûter environ 1 000 milliards par an de 2010 à 2050, rien que pour les 136 grandes villes les plus exposées7.

Les sciences qui étudient l'inondation sont l'hydrologie de surface et la cindynique.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.atelier-yannistignard.com
yanis la chouette



Nombre de messages : 4322
Localisation : http://yanis.tignard.free.fr
Date d'inscription : 12/11/2005

MessageSujet: Re: Assurances Nature ou Y'becca, République de Rome et l'O.N.U   Jeu 2 Juin à 8:28

Les désastres hydrologiques sont le type de catastrophe qui a causé en moyenne le plus de victimes (morts et blessés) dans le monde entre 2001 et 2010. Les inondations sont responsables de plus de 50 000 morts et affectent en moyenne 75 millions de personnes chaque année dans le monde17.

Les conséquences des inondations sur la santé sont multiples : elles concernent les maladies, les blessures physiques et la malnutrition. Les maladies infectieuses (choléra, malaria, dengue, leptospirose, fièvre jaune, infections cutanées ou respiratoires, etc.)18,19,20 peuvent être provoquées directement après la catastrophe ou à la suite d'un manque d’hygiène21,22 . Ce manque d'hygiène et l'incapacité de se rendre dans un centre de soins ou une pharmacie peuvent conduire à une augmentation du nombre de cas d'autres maladies tel que le VIH19. Les maladies psychologiques résultent d’une aggravation mentale qui peut être observée au sein d’une population, des suites de divers événements causés par les inondations (perte de proches, de leur maison, etc.)22. Ces maladies se caractérisent de multiples façons (perte de la réalité, cauchemar, etc.) et peuvent jouer un rôle prépondérant dans la dégradation de l’état physique de la personne. Les blessures physiques sont essentiellement des membres brisés ou des amputations. Enfin, la malnutrition est causée par les pertes de cultures et la contamination des réserves d’eau potable23,24,25. En effet, si l’on prend comme exemple le passage d’un tsunami au-dessus d’un puits, cela aura pour conséquence d’augmenter la concentration en sel de l’eau, avec aussi un impact important au niveau de la végétation25. De nombreuses pertes humaines résultent soit directement de l’inondation, soit des éléments développés ci-dessus, à divers niveaux d’intensité (voir schéma).

Le fait de vivre dans de telles conditions a aussi un impact considérable sur la santé des habitants, surtout celle des enfants. Il faut savoir que dans les pays en voie de développement la plupart des personnes ne sont pas raccordés à un réseau d’égouts. Cela a pour conséquence que lorsque la ville est frappée par une inondation, tous ces déchets se mélangent à l’eau et la contaminent26. Cette eau toxique cause alors de nombreuses maladies tel que la diarrhée, la malaria, la dengue, l’amibiase, le choléra, la giardia, la shigellose et la fièvre typhoïde27. Ces eaux infectées contaminent les hommes par le contact direct, mais aussi indirectement en s’infiltrant dans des zones d’approvisionnement d’eau douce. L’eau douce peut aussi être contaminée par des inondations dues à la montée du niveau de la mer. Dans certaines régions du globe, les inondations sont causées par de fortes précipitations. De l’eau salée entre dans les réserves d’eau douce, mais aussi dans les rivières et rend ces eaux non potables et impropres à l’usage agricole.
Économie

Deuxièmement, les inondations ont de nombreuses conséquences pour le secteur socio-économique. Lors d’une inondation, les répercussions sociales sont nombreuses. L'inondation paralyse l’ensemble de la région affectée. La majorité des routes sont inondées empêchant les gens d’aller travailler, la plupart des habitations sont privés d’eau et d’électricité28. De ce fait, ils ne peuvent plus cuisiner, se laver, ni nettoyer leurs vêtements… Dans certains pays du Sud, la situation est aggravée par la pauvreté et le manque de connaissances en gestion des inondations, empêchant donc les habitants de protéger leurs maisons ou de les réparer après les dégâts occasionnés par la catastrophe. Ils sont donc contraints à migrer29 vers d’autres hébergement temporaires qui souvent difficile à trouver30. De plus, dans certaines régions du globe, ces catastrophes naturelles ont un impact considérable sur l’emploi ; des milliers de personnes se retrouvent alors sans emploi31.

Du point de vue de la solidarité, ce type de catastrophe peut se révéler à la fois négatif au sujet de la dépendance des pays touchés32, vis-à-vis des dons et de l’aide internationale (forme d’assistance prolongée), mais elle peut également se révéler bénéfique dans l’amélioration des relations sociales, entre membres d’une même communauté villageoise (par exemple, unis dans la reconstruction)33,34,35. Cependant, divers problèmes entrent en ligne de compte dans la solidarité mondiale. En effet, les états totalitaires et/ou ébranlés par des attentats terroristes entrainent une diminution, voire une interdiction des aides pour ces pays. Ceci a pour conséquence un effet boule de neige, avec une aggravation des différents impacts causés par les inondations.

Les migrations de populations sont une autre conséquence dramatique, souvent provoquées par la destruction massive des infrastructures, des récoltes, mais aussi des filets à poissons ou encore par l’inondation de tunnels miniers36,37,25,38 . Cette destruction engendre très souvent d’importantes pertes financières pour le pays, une forte perte d’emploi à long terme (destruction des entreprises) ainsi qu’une détresse psychologique chez certaines personnes. Cependant, à l’échelle locale et une fois les premières semaines écoulées, la reconstruction engendrée par les inondations est source d’emploi sur le moyen terme36,34.

Enfin, les inondations peuvent être une menace au développement des villes et des villages39. En effet, les submersions marines affaissent les terrains et la zone d’habitat se retrouve sous le niveau de la mer. Après l’inondation de la marée, l’eau s’étend sur le terrain et endommage les infrastructures.

Il est également à noter que les individus les plus faibles (personnes marginalisées, handicapées, âgées) présentent souvent le plus de risques lors de telles catastrophes, de par leur vulnérabilité et leur faible résilience40,41,42,43, car ils disposent de peu de fonds, de peu de moyens et de peu d’information leur permettant de faire face aux inondations.

Le niveau d’étude des populations touchées peut lui aussi jouer un rôle sur l’ampleur des impacts causés par les inondations (voir ci-dessus). Les populations rurales au parcours scolaire plus limité subissent davantage les conséquences des inondations que les populations urbaines. Ces impacts auront dès lors une incidence sur le long terme pour ces habitants44. De plus, dans les pays du Sud, les connaissances et les moyens mis en place pour combattre les inondations sont souvent inégalement répartis, ce qui rend les zones pauvres et marginales encore plus désavantagées et démunies face à ces catastrophes.

Lors d’inondation, on fait donc aussi face à des perturbations et à des pertes dans la production de nourriture, augmentant considérablement le nombre de personnes sous-alimentées et entravant le progrès contre la pauvreté et l'insécurité alimentaire.

De plus, il a été estimé que le niveau de la mer s’élèverait de 80 cm d’ici 2100, augmentant de manière considérable le nombre annuel de personnes victimes d'inondations. Ce phénomène aura des conséquences économiques dramatiques pour la planète toute entière. En effet, la majorité de la population, des infrastructures industrielles et des terres agricoles se trouvent à proximité des rivières ou des mers47. Les effets se sont déjà faits ressentir dans de nombreuses régions. En effet, la montée des eaux de mers a augmenté la salinisation des terres et étangs affectant l’agriculture et la production de poisson d’eau douce48. Il sera donc difficile de répondre à la demande alimentaire surtout dans les pays en voie de développement49.
Environnement

Troisièmement, on observe des dégâts au niveau environnemental; ceux-ci se répercutent directement sur la population, notamment au niveau de l’agriculture. La destruction des cultures et les pertes animales sont presque inévitables50,18, et engendrent des pertes financières, des problèmes de malnutrition et de migration (lien avec les conséquences décrites précédemment). Néanmoins, la quantité importante d’eau peut être bénéfique pour les pays du sud caractérisés par des climats avec de grandes période de sécheresse (à l’image du Pakistan, de l’Inde, des Philippines, etc. qui ont un climat de mousson ou à l'image des pays arides et semi arides d'Afrique (Mali,Zambie,etc.). Les pays de mousson ainsi que tous ceux cultivant des plantes exigeantes en eau (riz, etc.), tirent profit de ces abondances d’eau (pour autant que ces volumes d’eau ne prennent pas des proportions trop élevées), synonymes d’une augmentation des rendements agricoles.

En Thaïlande, des systèmes comme les bassins de rétention ont été pensés pour récolter, stocker et réutiliser les surplus d’eau lors des fortes pluies durant la saison humide. L’objectif principal est de réduire les impacts des sécheresses (mauvaises récoltes, diminution des ressources en eau, etc.). La diminution de l’effet des inondations permet ainsi d’avoir un effet positif pour la population en offrant une alternative d’adaptation qui améliorerait les moyens de subsistance de nombreux fermiers.

Mais les impacts des inondations ne sont pas tous négatifs et destructeurs. Une inondation constitue un processus naturel qui permet le maintien des écosystèmes et le support de la vie dans les estuaires des côtes, dans les lacs et les zones humides. De plus, ce processus joue un rôle important dans l’évolution géomorphologique du paysage .

Ensuite, la confrontation des populations avec une catastrophe telle que celle du tsunami de 2004 améliore leur résilience. En effet, ces dernières ont acquis un niveau plus élevé de connaissances, de plans de secours individuels et de capacité de mobilisation de ressources que les habitants des zones non-affectées par ce tsunami. Ces capacités sont dues aussi aux différences de sources d’informations. Les personnes vivant dans la zone atteinte par le tsunami ont aussi pris conscience du risque pour les années à venir. Une confrontation indirecte ne serait donc pas suffisante pour commencer une bonne préparation aux catastrophes naturelles54.

Finalement, les inondations causées par la montée du niveau de la mer ont aussi un impact néfaste sur les forêts de mangroves. En réduisant la taille de ces forêts, l’environnement ainsi que la population sont mis en danger car ces forêts permettent de réduire la force des tempêtes et l’érosion côtières. Enfin, ces inondations d’eau de mer causent l’intrusion d’eau salée dans les nappes aquifères profondes et peu profondes. Ce problème est aggravé par la surexploitation des eaux souterraines qui cause l'affaissement du sol, rendant les régions encore plus vulnérables aux inondations. La ville de Venise en est un très bon exemple. L’intrusion de ces eaux salées menace aussi la biodiversité. En effet, due à cette intrusion, l’accès à l’eau douce devient de plus en plus compliqué menaçant de nombreux amphibiens, reptiles, oiseaux et animaux de grande taille.
Politique

Enfin, une amélioration de la situation politique peut aussi faire partie des impacts positifs. En Indonésie, la situation politique dans la province d’Aceh était critique. Le mouvement séparatiste dominait la province depuis l’indépendance de l’Indonésie en 1949. Ce mouvement a notamment réussi à obtenir une pré-indépendance de l’armée et a gagné le support d’une grande partie de la population rurale. Ils luttèrent pour l’indépendance de la province contre le gouvernement du pays. Lors de l’effondrement de la dictature, plusieurs cessez-le-feu ont été proposés, sans grande amélioration de la situation. Cependant, à la suite du tsunami de 2004, les affaires internationales s’en sont mêlées et la situation d’urgence engendrée fut l’occasion de signer la paix. Grâce à cela, les deux gouvernements ont travaillé ensemble pour la reconstruction. Cependant, le nouveau gouvernement ne sera pas influencé par cette catastrophe sur le long-terme
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.atelier-yannistignard.com
yanis la chouette



Nombre de messages : 4322
Localisation : http://yanis.tignard.free.fr
Date d'inscription : 12/11/2005

MessageSujet: Re: Assurances Nature ou Y'becca, République de Rome et l'O.N.U   Jeu 2 Juin à 8:39

Il s’agit des « Champs Phlégréens », ou du « Campi Flegrei » en italien. Véritable épée Damoclès, la plus grande structure volcanique de toute l’Europe pourrait engendrer des dégâts incommensurables, et inquiète les scientifiques.

Des éruptions volcaniques, l’Italie en porte un sac. Toutefois, le pire pourrait être encore à venir. Formée au cours de deux éruptions majeures il y a respectivement 36.000 et 14.000 ans, cette gigantesque structure volcanique large de 13 km est en dormance, mais pourrait menacer toute la partie sud de l’Italie, avec les villes de Pouzzoles et Cumes en première ligne. Selon de récentes estimations, plus d’un million de personnes vivraient ainsi à l’intérieur même ou à proximité du Campi Flegrei.

------------------------------------------------------------------------------------------------------------

L'homme de Néandertal ou Néandertalien est un représentant fossile du genre Homo ; il a vécu en Europe et en Asie occidentale et centrale au Paléolithique moyen, entre environ 250 000 et 28 000 ans avant le présent. Depuis sa découverte, les hypothèses émises à son sujet reflètent les préjugés du moment : longtemps considéré comme une sous-espèce au sein de l'espèce Homo sapiens et nommé en conséquence Homo sapiens neanderthalensis, il a été ensuite considéré par la majorité des auteurs comme une espèce indépendante nommée Homo neanderthalensis. Un séquençage partiel de l'ADN nucléaire néandertalien effectué en 2010 a conduit les auteurs à envisager un « flux de gènes » ancien entre les hommes de Néandertal et les êtres humains anatomiquement modernes d'Eurasie. Toutefois ce résultat fait encore l'objet d'un vif débat au sein de la communauté scientifique, surtout en ce qui concerne son interprétation.

Premier homme fossile reconnu, contemporain mais distinct de l'Homme actuel, l'homme de Néandertal est à l'origine d'une riche culture matérielle appelée Moustérien, ainsi que des premières préoccupations esthétiques et spirituelles en Europe (sépultures). Après une difficile reconnaissance, l'homme de Néandertal a longtemps pâti d'un jugement négatif par rapport à l’Homo sapiens. Il est encore considéré dans l'imagerie populaire comme un être simiesque, fruste, laid et attardé. En fait, les progrès de l'archéologie préhistorique et de la paléoanthropologie depuis les années 1960 ont révélé un être d'une grande richesse culturelle, plus robuste que l’Homo sapiens, avec un cerveau légèrement plus volumineux en moyenne.

De nombreux points restent encore à élucider concernant notamment la date de son apparition ainsi que la date et les causes de son extinction après plus de 250 000 années d'existence. Certains outils découverts à Gibraltar et attribués aux Néandertaliens pourraient dater de 28 000 ans avant le présent (cf. infra). Toutefois une étude parue dans la revue Nature en 2014, basée sur des datations par le carbone 14 effectuées selon un protocole amélioré, indique qu'ils pourraient avoir disparu il y a environ 40 000 ans.

Au Paléolithique moyen apparaissent également les premières manifestations de préoccupations esthétiques ou symboliques :

   collecte de fossiles ou de minéraux rares ;
   utilisation d'ocre (même si dans certains cas des utilisations fonctionnelles peuvent être évoquées)116 ;
   utilisation de plumes comme le montre la disposition des traces de découpe sur les ossements d'oiseau de la grotte de Fumane en Italie ;
   gravure de traits, de lignes ou de signes géométriques simples sur des os ou des pierres118,33.

En septembre 2014, la découverte dans la grotte de Gorham (Gibraltar) de formes géométriques gravées sur une paroi recouverte de sédiments datant de plus de 39 000 ans est annoncée par l'équipe de Clive Finlayson (en). Elles constituent le premier exemple connu d'art pariétal abstrait attribué aux Néandertaliens. Leur réalisation a nécessité plusieurs centaines de passages de la pointe d'un outil de pierre taillée, probablement de silex119,120.

La reconnaissance progressive de la culture néandertalienne remet en cause la primauté culturelle de l'homme moderne : alors que l'on pensait il y a peu que la culture technique et symbolique des Néandertaliens était très nettement inférieure quantitativement et qualitativement à celle de l'Homo sapiens, les découvertes récentes font apparaître que l'Homme de Néandertal avait lui aussi développé certaines techniques évoluées (débitage de lames) ou adopté des traits culturels modernes (sépultures, signes gravés). La thèse du rôle capital de l'arrivée de l’Homo sapiens en Europe et celle d'une corrélation entre l'évolution biologique et l'évolution culturelle expliquant le plus grand développement de l’Homo sapiens par son évolution biologique s'en trouvent donc remises en question.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.atelier-yannistignard.com
yanis la chouette



Nombre de messages : 4322
Localisation : http://yanis.tignard.free.fr
Date d'inscription : 12/11/2005

MessageSujet: Re: Assurances Nature ou Y'becca, République de Rome et l'O.N.U   Jeu 2 Juin à 9:21

Définition de Naufrage Maritimes sur Wikipédia, cette définition peut être élargie aux transports aeriens et maritimes.

La rupture d'un élément de la structure du navire ou la voie d'eau dans la coque sont des problèmes sérieux qui peuvent mener à la perte de la flottabilité et à l'enfoncement du navire. Même de grands navires modernes se sont brisés dans de fortes tempêtes (l'Erika, le Ievoli Sun, l'Estonia, le Prestige, etc.). Les infiltrations entre les bordés des navires en bois étaient un problème particulier.

Une avarie de l'appareil de propulsion comme les moteurs, ou de l'appareil à gouverner, une faiblesse dans les voiles ou la mâture, peut avoir des conséquences graves ou même fatales notamment parce que le navire ne peut plus éviter des dangers naturels comme les écueils (risque d'échouement). (Amoco Cadiz, Braer...).

L'incendie et l'explosion sont aussi des menaces potentielles.

L'équilibre du navire dépend des positions respectives du centre de gravité et du centre de carène. Cet équilibre peut être perturbé par suite de problèmes de ripage de cargaison, voie d'eau, etc. En perdant sa stabilité, le navire risque de chavirer.

Cet équilibre peut être aussi compromis par la présence d'eau ou de liquide dans les fonds ou dans des cales mal compartimentées, induisant un effet de carène liquide. (Herald of Free Enterprise).

De nombreux naufrages sont survenus quand l'équipage n'a pu empêcher le navire d'être drossé sur les rochers (Tamaris aux îles Crozet en 1887), d'entrer en collision avec d'autres navires (abordage) ou même des icebergs (naufrage du Titanic). Souvent la navigation est rendue plus difficile par le mauvais temps. De nombreuses aides comme le système de positionnement par satellites, radar, sondeur, AIS, sont disponibles de nos jours sur beaucoup de passerelles ; on constate, malgré tout, que le recoupement des diverses informations n'est pas encore systématique et la confiance aveugle dans un seul système (GPS en l'occurrence) peut mener à de grossières erreurs (Royal Majesty en 1995). Les erreurs de navigation sont aussi ciblées comme pouvant être une conséquence de la fatigue de l'officier de quart et/ou du matelot veilleur. (Exxon Valdez).

Parmi les conditions météo rendant la navigation plus difficile, il y a :

le vent ;
la visibilité réduite voir nulle (naufrage de l' Andrea Doria) ;
le froid.

Le vent crée des vagues qui constituent d'autres difficultés. Celles-ci rendent la navigation difficile et dangereuse près de la côte lorsque les fonds sont réduits. La houle provoque un effort sur la structure de la coque. Le poids des vagues déferlantes oblige à une réduction de la vitesse, à un changement de cap pour suivre la direction de la houle (« mise en fuite »), voire à une immobilisation du navire (« mise à la cape »). L'effet est pire sur les voiliers.

Le froid peut rendre le métal cassant. L'accumulation de glace, en particulier sur les parties hautes du navire, nuit à sa stabilité par élévation du centre de gravité général.
Dysfonctionnement d'une infrastructure de navigation

Un dysfonctionnement d'infrastructure de navigation, notamment une écluse ou un barrage mobile, peut être à l'origine d'un accident plus ou moins grave, pouvant aller jusqu'à la perte de vie(s) humaine(s). Ce dysfonctionnement peut être d'ordre purement technique (avarie sur un organe tel que vantail, ventelle, etc.) ou avoir une cause humaine : par exemple, un éclusier un peu pressé qui ouvre les ventelles brutalement alors que les bateaux ne sont pas encore tous amarrés et en sécurité.
État de préservation des épaves
Le naufrage du Minotaure. Joseph Mallord William Turner, musée Calouste-Gulbenkian

Beaucoup de facteurs entrent dans l'état de préservation d'une épave, dont notamment :

la nature et l'épaisseur des matériaux de l'épave (bois, métal, plastique...) ;
la récupération de composants, légale et organisée, sauvage et/ou illégale ;
le degré de corrosion, lié à l'âge du navire et aux conditions et à la durée d'immersion ;
la marée, la houle, les courants, la profondeur qui influe sur le degré de salinité et la température de l'eau, lesquels influent sur l'activité du biofilm.

Des espèces de vers marins xylophiles (tarets) peuvent également manger le bois ou d'autres oxyder ou ronger l'acier.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.atelier-yannistignard.com
yanis la chouette



Nombre de messages : 4322
Localisation : http://yanis.tignard.free.fr
Date d'inscription : 12/11/2005

MessageSujet: Re: Assurances Nature ou Y'becca, République de Rome et l'O.N.U   Jeu 2 Juin à 9:45

Spinoza, philosophe de la nature et des passions humaines
Pour Moi-Même, Yanis Tignard...

Le latin essentia dérive du verbe esse, être. L'essence est ainsi traditionnellement ce qui caractérise un être, ce qui lui confère son identité par opposition au fait qu'elle soit, à son existence. Éthique II, définition II précise que l'essence d'une chose est "ce qui, étant donné, fait que cette chose est nécessairement posée, et qui, supprimé fait que cette chose est nécessairement supprimée". Ce qui donne ensuite lieu à cette reformulation : "ce sans quoi une chose, et inversement ce qui sans cette chose, ne peut ni être, ni être conçu". Par exemple, supposons qu'on froisse une feuille de papier sur notre bureau : on ne peut pas faire ensuite que cette feuille n'ait pas été froissée. L'acte de froisser la feuille de papier est ici l'essence de cette feuille de papier froissé : dès que l'acte posé, la chose est nécessairement posée. Tant que cet acte n'est pas posé ou si on parvient à l'empêcher ou encore à le supprimer, il ne saurait y avoir de feuille de papier froissé : sans l'essence, la chose ne saurait exister ou être conçue. Inversement, s'il n'y a pas de feuille de papier froissé, si la feuille de papier est toujours plate, il ne saurait y avoir eu d'acte de froisser la feuille : sans la chose (cette "boule" de papier sur mon bureau), l' essence (le "froissement" de la feuille) ne saurait exister ou être conçue. Bien que distinctes, l'essence d'une chose et la chose elle-même sont inséparables.
Originalité de l'essence spinozienne

On remarquera pour commencer que la définition spinozienne de l'essence ne l'identifie ni à la substance ni au genre et à l'abstraction comme l'ont fait Aristote et la scolastique. L'essence se rapporte ici aux choses singulières et non à des généralités. On peut la rapporter à la cause prochaine adéquate, mais non à n'importe quelle cause.

La substance est ce qui est en soi et se conçoit par soi, ce qui n'est pas "en autre chose". La substance a certes une essence, mais tout ce qui possède une essence n'est pas substance : même si certaines propriétés intrinsèques ou extrinsèques peuvent se rapporter à lui, un triangle ne peut se concevoir sans les lignes droites qui le constituent, ni le plan dans lequel il se manifeste. Le triangle n'est donc pas une substance, mais il n'en possède pas moins une essence. L'essence est ce par quoi une chose peut être conçue mais elle n'a pas à être cause de soi.

Soit par exemple une goutte d'eau, dont l'essence est d'être la réaction à une certaine température entre des atomes d'hydrogène et d'oxygène, dans un rapport de deux pour un (H2O). Si cette synthèse est opérée, la goutte d'eau est posée. Si on supprime cette synthèse ou ne serait-ce qu'un des éléments de cette synthèse, il ne peut plus y avoir d'eau. Aussi essence et existence (d'une chose) ne sont distinctes qu'abstraitement. Concrètement, réellement, il n'y a pas de distinction : la goutte d'eau ne peut ni être, ni être adéquatement conçue sans son essence, la rencontre à une certaine température d'atomes d'hydrogène et d'oxygène. Et cette rencontre, l'essence de la goutte d'eau, ne peut être conçue sans l'existence concrète de cette goutte d'eau.

Dieu ou la Nature :

Ce qui est ? Une seule substance, absolument infinie, dont nous ne sommes que des modes. Le Dieu de Spinoza, objet de l’Ethique, n’a rien à voir avec celui de la religion judéo-chrétienne, principe transcendant au monde.

– Il faut, en effet, expulser toute représentation anthropomorphique du divin.

– Dieu, n’est rien d’autre qu’un Etre absolument infini, composé d’une infinité d’attributs, une Substance unique (la Substance désignant ce qui est en soi et conçu par soi).

Dieu s’identifie à cette Substance. Il désigne l’ensemble du réel ou la Nature, comprise comme l’unité des choses et le seul Etre auquel les réalités se rapportent : Deus sive Natura = Dieu ou la Nature.

– Les philosophes de la Renaissance, tel Giordano Bruno, avaient sans doute frappé Spinoza par leur représentation d’une Nature une et infinie.

– C’est là une conception « panthéiste », que l’on retrouve dans l’Ethique, su du moins on entend par « panthéisme » une doctrine identifiant Dieu et la totalité du réel (ce terme de « panthéiste » n’est pas à attribuer à Spinoza puisqu’il est apparu au début du XIIIe siècle).

Dans cette substance unique, de cette Nature ne faisant qu’un avec Dieu, l’intelligence humaine saisit seulement deux attributs, l’Etendue et la Pensée, l’Attribut se définissant chez Spinoza de la manière suivante : ce que l’entendement perçoit d’une substance comme constituant son essence.

Dans cette perspective, que représentent alors les objets particuliers du monde ?

– Ce sont des modifications de la Substance infinie qu’est la Nature, en d’autres termes des modes, c’est-à-dire des affections de cette substance.

– Ainsi, chaque créature particulière apparaît-elle comme un mode de Dieu, comme étant dans une autre chose, par le moyen de laquelle elle est conçue.

Cette tripartition (substance-attribut-mode) nous permet de saisir le sens des concepts de Nature naturante et de Nature naturée :

– Par Nature naturante, Spinoza entend Dieu lui-même, en tant qu’il est en soi et conçu par soi, en producteur de tout réel.

– Par Nature naturée, le philosophe comprend tout ce qui se suit dans la nature de Dieu et de ses attributs, tout ce qui est produit par la Substance en tant qu’il est en elle et par elle.

Un tel système est rigoureusement déterministe : les attributs infinis de Dieu produisent nécessairement certains effets. Il n’est rien donné de contingent dans la nature :

– La nécessité absolue dont parle Spinoza dans l’Ethique possède cette signification : tout est déterminé par la Nature divine à produire un effet.

– La contingence, c’est-à-dire ce qui peut ne pas être, représente seulement un défaut de notre entendement, un manque de connaissance réelle.
Spinoza et la nature humaine : désir et passions

Au sein de cette doctrine, comment comprendre l’essence de la nature humaine ? Il y a, en nous, un élément actif, que Spinoza baptise conatus :

– Le conatus, désigne l’effort par lequel chaque chose, pour autant qu’il est en elle, s’efforce de persévérer dans son être.

– Or, quand le conatus devient conscient de soi, il s’appelle désir, lequel s’identifie donc à l’ « appétit » accompagné de la conscience de lui-même.

– Conatus et désir correspondent à l’affirmation dynamique de notre être.

Mais les désirs humains peuvent être modifiés par l’intervention de causes extérieures.

– Nous subissons, en effet, l’action de forces auxquelles nous sommes nécessairement liés, puisque nous sommes une partie de la Nature.

– Ainsi naissent les passions, lesquelles sont des modifications passives de notre être.

La joie et la tristesse sont les deux passions fondamentales d’où dérivent les autres passions : la joie est le passage à une plus grande perfection, la tristesse, le passage de l’homme a une moindre perfection.

Pour Spinoza, la vie de l’homme est marquée par le triste cortège des passions tristes (haine, envie…).

– Ces passions réduisent l’homme à un état de servitude, c’est-à-dire de passivité.

– Ici intervient la philosophie qui a pour rôle de guérir l’homme de ses passions tristes, de le rendre maître de lui-même.
Spinoza, la Vertu et la sagesse :

La vertu, chez Spinoza, n’a rien à voir avec ce que l’on entend communément. Etre vertueux, c’est acquérir la vraie connaissance de nos passions grâce à des idées et des notions adéquates.

Ainsi, le vertueux est celui qui découvre le dynamisme qui l’anime, ce qui lui permet de retrouver la puissance du conatus.

– Etre vertueux, c’est connaître le réel, accéder à la plénitude de l’existence.

– Vertu et vie sont donc indissociables.

Le sage est donc celui qui accède à la connaissance vraie et qui parvient en cela à la plénitude.
Spinoza et la politique :

Le sage vit sous le régime de la raison. De cette manière, le citoyen spinoziste retrouve également l’accord et l’unité avec ses semblables.

Ainsi, l’Etat doit être conçu rationnellement : seul l’Etat rationnel ouvre la voie à la liberté, selon les lois de la nature humaine, c’est-à-dire, conscient de la nature infinie.

Spinoza est un démocrate. La démocratie désigne un régime où nul ne transfère son droit à un autre et où tous sont égaux, une cité dans laquelle la liberté d’opinion est totale. Ainsi se dessine le destin des hommes libres, vivant sous le régime de la raison, dans une cité libre. En accédant à la connaissance vraie, l’homme redevient "un Dieu" pour l’homme. La politique de Spinoza se confond avec son Ethique et l’achève.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.atelier-yannistignard.com
yanis la chouette



Nombre de messages : 4322
Localisation : http://yanis.tignard.free.fr
Date d'inscription : 12/11/2005

MessageSujet: Re: Assurances Nature ou Y'becca, République de Rome et l'O.N.U   Jeu 2 Juin à 10:04

Y'becca me regarde, car l’âme regarde le cœur

et me dit devenir un Dieu... Spinoza n'as jamais dit çà !

Et en moi-même, je le crois car le secourisme est mon reflet;

pas un Dieu et ni un avatar...

Être murmure au milieu des étoiles, redevenir la petite

poussière. Tel les images qui défilent dans un arc-en-ciel.

Ignorer d'ignorer et savoir entendre pour ainsi se définir

dans la chaos et la nuit. Pencher une goutte d'eau dans le vide

et ignorer la profondeur et le vide... L'existence de la matière

me résous au mystère du Laïque et du Croyant.

Engendrer la pierre d'une nature ou devenir un caméléon de

la passion. Celui qui se sent dans la curiosité ne ressens

pas de réponses. Je ne suis pas image et je suis Moi:

Et je ne crains pas d'être pris en photos et d'enterrer les morts

ou de les incinérer par peur de représailles de la Nature ou de Dieu.

L'enfer et le paradis ! Cela est la marque du fait de la conscience et du mal.

Libre de l'amer et retenu par le fait... On ne réfléchit pas à l'acte quand on aime:

Et on est bien heureux même seul d'être dans un climat où demeure

le fait de survivre. Je crois que celui qui se suicide n'est pas un lâche tout

comme celui qui se noie par superstition est maudit. Il est des suicides et des noyades

qui ne sont pas des accidents. donc, L'essence se rapporte ici aux choses singulières

et non à des généralités.

Ecrit de
TAY
La chouette effraie.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.atelier-yannistignard.com
yanis la chouette



Nombre de messages : 4322
Localisation : http://yanis.tignard.free.fr
Date d'inscription : 12/11/2005

MessageSujet: Re: Assurances Nature ou Y'becca, République de Rome et l'O.N.U   Jeu 2 Juin à 10:30

De façon générale, la liberté est un concept qui désigne la possibilité d'action ou de mouvement.
En mécanique par exemple, on parle de degrés de liberté pour comptabiliser les mouvements possibles d'une pièce.

Pour le sens commun, la liberté s'oppose à la notion d'enfermement ou de séquestration. Une personne qui vient de sortir de prison est dite libre. Le sens originel du mot liberté est d'ailleurs assez proche : l'homme libre est celui qui n'appartient pas à autrui, qui n'a pas le statut d'esclave.

En philosophie, en sociologie, en droit et en politique, la liberté est une notion majeure : elle marque l'aptitude des individus à exercer leur volonté avec — selon l'orientation politique des discours tenus — la mise en avant de nuances dont aucune n'épuise le sens intégral :

formulation négative : où l'on pointe l'absence de soumission, de servitude, de contrainte, qu'elles soient exercées par d'autres individus (comme pour l'esclavage), ou par la société (c'est-à-dire par la Loi).
formulation positive : où l'on affirme l'autonomie et la spontanéité du sujet rationnel ; les comportements humains volontaires se fondent sur la liberté et sont qualifiés de libres.
formulation relative : différents adages font ressortir l'équilibre à trouver dans une alternative, visant notamment à rendre la liberté compatible avec des principes de philosophie politique tels que l'égalité et la justice. Ainsi : La « liberté consiste à pouvoir faire tout ce qui ne nuit pas à autrui » (art. 4 de la Déclaration des droits de l'homme), ce qui implique la possibilité de « faire tout ce qui n'est point interdit, comme ne pas faire ce qui n'est point obligatoire » (art. 5), la « liberté de dire ou de faire ce qui n'est pas contraire à l'ordre public ou à la morale publique » (droit administratif) ou encore « La liberté des uns s'arrête là où commence celle des autres » (peut-être inspiré par John Stuart Mill)1. Dans une telle formulation, la liberté est étroitement liée au concept de droit, allant jusqu'à confondre les deux notions.

Cette notion renvoie à une double réflexion :

d'une part sur la liberté en tant que questionnement sur la capacité de choisir et de faire ,
d'autre part comme questionnement sur l'exercice concret de ce pouvoir de choisir et de faire.

Dans la mesure où ces deux perspectives se recoupent de diverses manières, leur chevauchement peut provoquer des erreurs d'interprétation dans les analyses et la confusion dans les débats. Il faut donc prendre soin de distinguer les différents sens de ce mot.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.atelier-yannistignard.com
yanis la chouette



Nombre de messages : 4322
Localisation : http://yanis.tignard.free.fr
Date d'inscription : 12/11/2005

MessageSujet: Re: Assurances Nature ou Y'becca, République de Rome et l'O.N.U   Ven 3 Juin à 9:41

« Il vaut mieux être un commandant qu’un homme normal, puisque j’ai plongé mes mains dans l’eau boueuse et dois être un pirate. »

Sa carrière de capitaine pirate s’arrête brutalement en février 1722 près du Cap Lopez, au Gabon. Le 5 février 1722, un bâtiment de guerre britannique, l’Hirondelle attaque la flotte de Bartholomew Roberts. À ce moment, les avis sur la fin de l’aventure divergent. Certains pensent[Qui ?] que Bartholomew Roberts aurait confondu l’Hirondelle avec un navire marchand portugais et décide de l’attaquer. D’autres racontent que Chaloner Ogle aurait trouvé la flotte de Bartholomew Roberts ancrée sur la côte, la plupart des hommes saouls après avoir fêté une victoire de la veille ; Bartholomew Roberts aurait alors foncé avec le Royal Fortune en direction de l’Hirondelle, tentant ainsi de le prendre de vitesse avec l’aide du vent. Dans un cas comme dans l’autre, la fin de l’histoire est la même. Arrivé à portée de tir, les canons du Swallow tirent une salve, le Royal Fortune riposte. Bartholomew Roberts est tué dès la première et dernière salve : une volée de chaînes tirée d’un canon lui brise les os du cou.

Avant qu’il n’ait pu être emporté par Chaloner Ogle, le corps de Bartholomew Roberts est jeté par-dessus bord, conformément à son souhait de reposer dans la mer à tout jamais. Son équipage tente désespérément de prendre la fuite mais sera vite rattrapé et fait prisonnier. Les navires ne peuvent plus naviguer tellement les mâts et les voiles sont endommagés. Les membres d'équipage seront jugés à Cape Coast, au Ghana. 74 hommes sont acquittés, 70 pirates noirs retournent à l’esclavage, 54 pirates sont pendus et 37 sont condamnés à des peines plus légères. Peu de temps après ces événements, ce fut la fin de l’âge d'or de la piraterie.

Bartholomew Roberts (17 mai 1682 - 10 février 1722), pirate britannique de son vrai nom John Roberts, dit Le Baronnet Noir, est un des pirates les plus célèbres de son époque.

Né à Casnewydd-Bach, près de Haverfordwest dans le Pembrokeshire au Pays de Galles1, on raconte qu’il a mené la carrière de pirate la plus réussie de toute l’histoire, en capturant plusieurs centaines de navires (jusqu’à 22 navires en une seule prise) en seulement deux ans. Le prénom qu'il a choisi pourrait être un hommage au pirate Bartholomew Sharp.
Personnalité

Bartholomew Roberts ne correspondait pas au stéréotype du pirate. Voici certaines informations à son sujet, rapportées par certains écrits [Lesquels ?] :

Il était toujours bien habillé.
Il avait d’excellentes manières.
Il ne partageait pas sa cabine avec n’importe qui et violait « uniquement » les filles de plus de 15 ans.
Il ne buvait pas d’alcool.
Il avait une excellente écriture manuscrite.
Il était toujours rasé de près.
Il aimait la musique classique et avait des musiciens à bord de son navire.
Il avait intimé l’ordre à ses hommes de jeter son corps à la mer s’il mourait dans la bataille.
Ce fut lui qui fit entrer dans l'histoire une bonne partie du fameux Code des Pirates.

Citation

À propos des conditions de vie dans la piraterie, ce qui résume la philosophie du memento mori, symbolisée par le pavillon à tête de mort et tibias croisés, ou Jolly Roger:

«Qu'obtient-on par un travail honnête? De maigres rations, de bas salaires et un dur labeur. Chez nous, c'est l'abondance jusqu'à plus faim, le plaisir et les aises, la liberté et la puissance; comment balancer si l'on fait le compte, quand tout ce qu'on risque dans le pire des cas, c'est la triste mine que l'on fait au bout de la corde. Une existence courte mais bonne sera ma devise.»


Le code des pirates


I. Chaque pirate pourra donner sa voix dans les affaires d'importance et aura un pouvoir de se servir quand il voudra des provisions et des liqueurs fortes nouvellement prises, à moins que la disette n'oblige le public d'en disposer autrement, la décision étant prise par vote.

II. Les pirates iront tour à tour, suivant la liste qui en sera faite, à bord des prises et recevront pour récompense, outre leur portion ordinaire de butin : une chemise de toile. Mais, s'ils cherchent à dérober à la compagnie de l'argenterie, des bijoux ou de l'argent d'une valeur d'un dollar, ils seront abandonnés sur une île déserte. Si un homme en vole un autre, on lui coupera le nez et les oreilles et on le déposera à terre en quelque endroit inhabité et désert.

III. Il est interdit de jouer de l'argent aux dés ou aux cartes

IV. Les lumières et les chandelles doivent être éteintes à huit heures du soir. Ceux qui veulent boire, passé cette heure, doivent rester sur le pont sans lumière

V. Les hommes doivent avoir leur fusil, leur sabre et leurs pistolets toujours propres et en état de fonction.

VI. La présence de jeunes garçons ou de femmes est interdite. Celui que l'on trouvera en train de séduire une personne de l'autre sexe et de la faire naviguer déguisée sera puni de mort.

VlI. Quiconque déserterait le navire ou son poste d'équipage pendant un combat serait puni de mort ou abandonné sur une île déserte.

VIII. Personne ne doit frapper quelqu'un d'autre à bord du navire ; les querelles seront vidées à terre de la manière qui suit, à l'épée ou au pistolet. Les hommes étant préalablement placés dos à dos feront volte-face au commandement du quartier-maître et feront feu aussitôt. Si l'un d'eux ne tire pas, le quartier-maître fera tomber son arme. Si tous deux manquent leur cible, ils prendront leur sabre et celui qui fait couler le sang le premier sera déclaré vainqueur.

IX. Nul ne parlera de changer de vie avant que la part de chacun ait atteint 1000 livres. Celui qui devient infirme ou perd un membre en service recevra 800 pièces de huit sur la caisse commune et, en cas de blessure moins grave, touchera une somme proportionnelle.

X. Le capitaine et le quartier-maître recevront chacun deux parts de butin, le canonnier et le maître d'équipage, une part et demie, les autres officiers une part et un quart, les flibustiers une part chacun.

XI. Les musiciens auront le droit de se reposer le jour du sabbat. Les autres jours de repos ne leur seront accordés que par faveur.
----------------------------------------------------------------------------------------------------------
Certaines règles telles le viol, la torture et l'esclavage sont d'une réelle barbarie, inexcusable et criminelle... L'histoire des pirates est issus depuis l'antiquité venu de toutes les mers.... Pourtant, malgré la haine et le profil naquit des légendes sur l’héroïsme... Une lutte du bien et du mal où nul n'arrivait à distinguer les augures du ciel... L'homme et la Femme se cherchaient dans la Luxure et pourtant, il y avait des jardin: Car, oui, la plus grande crainte de la plupart des Pirates était le Regard de Dieu et de la Créativité, La Sainte Vierge ou la Nature pour d'autres... Cela fit naitre un mythe, celui qui savait recueillir les veuves et les orphelins... Et si cela est plus proche de l'Histoire, il est une leçon dans la Piraterie: Tout ombres et toutes âmes peuvent engendrer le bien et le mal... Alors comprenez que la Piraterie n'est pas une rébellion à la Naissance mais un commerce Odieux et Atroce sur l’Âme charitable et la vie Animal, robotique et humaine.

C'est face à la tempête que j'aime entendre le son de la flamme. Le phare de la République rayonne mon Cœur en cet instant... et je rajoute : Les hôpitaux ne sont pas une industrie et un commerce. Campagnes et villes dans la proximité: la République. L'Armure prends l'accent sur la sensualité, la virginité n'est pas lié aux regards. O Liberté.
Fille et Fils de l'Olivier, le cœur devant la plume, Y'becca, l'épreuve divine ! Je me prosterne d'admiration devant ta créativité, O Univers !

Ecrit de
TAY
La chouette effraie
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.atelier-yannistignard.com
yanis la chouette



Nombre de messages : 4322
Localisation : http://yanis.tignard.free.fr
Date d'inscription : 12/11/2005

MessageSujet: Re: Assurances Nature ou Y'becca, République de Rome et l'O.N.U   Ven 3 Juin à 9:48

Les origines de la flibuste

Les flibustiers se composent d'aventuriers français, hollandais et anglais exilés aux Antilles à partir du début du XVIIe siècle pour fuir les guerres civiles ou la persécution religieuse en Europe et la pression économique des autorités royales.

La plupart s'installent sur l'Île de la Tortue, au large d'Hispaniola. Disputée par les Anglais, les Hollandais, les Espagnols et les Français, cette île servait d'escale et de port de ravitaillement aux contrebandiers et aux corsaires des Caraïbes. Au début du XVIIe siècle, elle était sous l'autorité du Français Pierre Belain d'Esnambuc, qui avait fondé la Compagnie de Saint-Christophe, devenue la Compagnie des îles d'Amérique en 1635. Chassé par les Espagnols de l'Île Saint-Christophe, Belain d'Esnambuc s'empara avec ses compagnons français et anglais de l'île de la Tortue et en expulsa les Espagnols en 1627. Il fut rejoint plus tard par des Hollandais chassés de l'île Sainte-Croix et par une centaine d'Anglais chassés de Niévès. Rapidement, les aventuriers qui vivaient sur l'île de la Tortue décidèrent de mener des actions en mer. Ils devinrent les premiers flibustiers.

En 1630, les Espagnols reprirent l'île avant de la céder aux Anglais, qui la renommèrent Isle of Association. Le gouverneur en place laissait les corsaires de toutes nationalités s'y ravitailler. En 1640, le gentilhomme français huguenot, François Levasseur, ex-capitaine de la marine royale, reprit l'île de la Tortue aux Anglais après s'être fait remettre par le gouverneur de Saint-Christophe une « commission », c'est-à-dire une lettre de marque engageant l’autorité royale, bien que la France fût en paix avec l’Angleterre. Nommé gouverneur de l'île, Levasseur accordait des autorisations aux aventuriers pour piller les navires Espagnols4.

L'aspect officieux des opérations menées par les flibustiers est à l'origine de leur statut ambigu, à mi-chemin entre le corsaire et le pirate. Si certains d'entre eux pouvaient faire valoir qu'ils avaient reçu une commission des autorités royales, cette autorisation n'était pas toujours valide : celui qui l'attribuait n'en avait pas toujours le pouvoir, et le gouvernement du royaume n'était pas toujours informé de la mission exécutée en son nom.

Pendant un siècle, à bord de leurs bateaux, les flibustiers s'en prendront aux navires espagnols, prétendant agir au nom des intérêts de leurs pays respectifs. Mais alors que la population de l'île de la Tortue se renforçait avec l'arrivée de boucaniers de Saint-Domingue et de colons européens, notamment des protestants, les événements politiques provoquèrent une évolution brutale dans leur histoire. La rivalité entre les puissances européennes au début du XVIIIe siècle, puis le règlement de la succession d'Espagne qui installa un monarque français sur le trône d'Espagne contribua au déclin de la flibuste. Ses représentants furent alors condamnés à s'engager dans une activité légale ou à devenir des pirates.

Expulsés par les Espagnols de la Tortue, une partie des flibustiers se réfugia à Saint-Domingue, à Cuba et sur les côtes d'Amérique centrale. À partir de 1659, ils sont nommément cités par le gouverneur de la Jamaïque. Affaiblis par le retour en Angleterre des navires de guerre, les autorités anglaises durent en effet faire appel aux flibustiers pour renforcer leur défense. Ceux-ci enrôlèrent alors un grand nombre de soldats anglais qui refusaient de s'installer sur l'île comme planteurs. Là encore, les commissions dont ils faisaient état provenaient de sources officielles, mais avaient été attribuées dans des conditions douteuses, en fonction du contexte politique.

L'un de ces flibustiers, Jérémie Deschamps seigneur du Rausset, ancien compagnon de Levasseur, avait obtenu à la fois des commissions françaises et anglaises. Ayant repris l'île de la Tortue au nom des autorités anglaises en 1660, il remit à des flibustiers des commissions en son propre nom, ce qui entraîna sa destitution par le gouverneur de la Jamaïque. Du Rausset décida alors de gouverner l'île en vertu de sa commission française, s'affranchissant ainsi de la tutelle anglaise.

En 1664, toutes les colonies françaises d'Amérique sont placées sous l'autorité de la Compagnie des Indes Occidentales créée par Colbert. Le nouveau gouverneur nommé à la Tortue, Bertrand d'Ogeron, décide de régulariser les activités des flibustiers et parvient à leur imposer de venir lui présenter leurs butins. Il continue néanmoins à attribuer des commissions aux flibustiers qui combattent les Espagnols.

C'est à partir de cette date que des personnages comme le Français François L'Olonnais et le Gallois Henry Morgan marquent l'histoire de la flibuste. Protégés par les gouverneurs des colonies de leur pays (la Tortue pour l'un, la Jamaïque pour l'autre), ils réunissent de véritables flottes pour attaquer les possessions espagnoles. Avec l'entrée en guerre de l'Angleterre contre les Provinces-Unies, des flibustiers britanniques s'en prennent aux intérêts hollandais.
Avant 1648
Les Provinces-Unies protestantes et les Gueux de Mer

Les Provinces-Unies constituent la partie nord et protestante des Pays-Bas espagnols d'alors, appelée à devenir les Pays-Bas au sens d'aujourd'hui ; elles arrachent leur indépendance à l'Espagne au cours de la Guerre de Quatre-Vingts Ans (1568-1648), appelée aussi Révolte des Gueux (de 1618 à 1648, la Guerre de Quatre Vingt Ans se confond avec la Guerre de Trente Ans, guerre pan-européenne de même objectif : affaiblir la puissance excessive du Saint Empire et de l'Espagne, deux puissances aux mains des Habsbourg). Cette indépendance est reconnue internationalement en 1648 par les traités de Westphalie.

Ce terme de Gueux ne doit pas tromper. C'est une référence ironique à un de leurs adversaires, Charles de Berlaymont qui les avait traités de gueux. En réalité, il y avait aussi des riches et des nobles parmi les protestants. Le plus important est Guillaume Ier d'Orange-Nassau, considéré comme le père fondateur des Provinces-Unies. Même s'il ne faut pas le confondre avec son descendant et homonyme Guillaume III qui deviendra roi d'Angleterre, ce n'est, à coup sûr, pas un mendiant.

La révolte des Gueux comporte un important volet maritime mené par les Gueux de la mer, écumeurs protestants.

S'agit-il vraiment de corsaires, ou plutôt de pirates, ou encore (ce mot sera inventé pour eux) de flibustiers ? Un corsaire agit sur lettre de marque délivrée par un État et se soumet à un contrôle sur ses prises, qui doivent avoir été enlevées sur un navire d'un pays ennemi en temps de guerre. Ce contrôle est exercé par un tribunal de prise. Pas d'État, pas de lettre de marque authentique, pas de tribunaux de prises. Or, les Provinces-Unies ne sont pas un État avant 1648, date de la consécration internationale de leur indépendance par les Traités de Westphalie. En même temps, il peut être trop sévère de traiter de pirates tous les écumeurs hollandais ou zélandais. En réalité, dans cette Europe d'avant les Traités de Westphalie, toutes les frontières sont en recomposition, et la notion d'État souverain se discute, les armées fournissant l'essentiel de l'argumentaire.

Avant 1648, les lettres de marques délivrées sur le territoire de ce qui sera les Provinces-Unies sont émises par des acteurs comme Guillaume d'Orange, chef de guerre, ou par les grandes sociétés par actions qui arment en course, comme la Compagnie néerlandaise des Indes occidentales. Cette compagnie est basée à Middelbourg en Zélande et non dans quelque île exotique ; il s'agit d'une des premières sociétés capitalistes par actions ; elle possède ses propres vaisseaux, son propre territoire (qu'elle se taille en Amérique grâce à l'action de ses capitaines), bien plus vaste que celui des Provinces-Unies (dont elle est supposée dépendre), ses propres objectifs, parmi lesquels la course et le commerce des esclaves ne sont nullement dissimulés.

C'est donc le même acteur qui arme en course et qui délivre la lettre de marque ; le contrôle de la limite entre course et piraterie devient pure simulation.

De telles lettres de marque ne protégeaient évidemment pas leur titulaire contre une accusation de piraterie en cas de capture pas les Espagnols. Elles pouvaient cependant avoir un certain effet protecteur (sans automatisme) en cas de capture par un autre pays, car le démantèlement de l'empire colonial espagnol aux Amériques était recherché par toutes les puissances européennes, qui avaient tendance à s'allier contre l'Espagne dans cette zone géographique, ce qui entraînait une tendance à reconnaître de facto les Provinces-Unies comme acteur indépendant.

On assiste à la naissance du personnage du flibustier, mi-corsaire mi-pirate. S'il attaque des galions dans les eaux américaines, le cœur du système est en Europe. Les Provinces-Unies tiennent le premier rôle dans les débuts de la flibuste, avec l'objectif politique de détruire l'empire colonial espagnol ; les installations durables de colonies de peuplement européennes dans ces eaux sont difficiles et tardives, et les flibustiers qui attaquent les galions chargés d'or partent plus souvent de Zélande que de l'île de la Tortue.

Nous sommes devant une machine de guerre maritime totale dont les objectifs sont à la fois politiques (car le cadre est celui d'une guerre séparatiste et d'une guerre de religion, et l'ensemble est animé par ces hommes d'État que sont les stathouders Guillaume d'Orange) et économiques (car certains des acteurs les plus en pointe sont des grandes sociétés par action et des écumeurs cherchant le profit).

La liberté d'action des écumeurs hollandais augmente encore quand la puissance maritime espagnole est détruite par les Hollandais lors de la désastreuse Bataille des Downs, le 31 octobre 1639. Cette destruction incite Anglais et Hollandais (bien que ces derniers, avant 1648, soient encore juridiquement sujets du roi d'Espagne) à tenter de s'emparer des possessions coloniales ibériques en Amérique, ce qui passe par une recrudescence de la piraterie aux Antilles.

Avec les écumeurs hollandais, nous sommes au cœur de l'immense système de course, piraterie ou flibuste, tel qu'il sévira aux XVIe siècle et XVIIe siècle. Il s'agit d'un système mondial. Quelques anecdotes biographiques en montreront la dimension :

de Vernboer (15.. - 1620) ; bien qu'il soit mort 28 ans avant l'indépendance des Provinces-Unies, il commence sous lettre de marque « hollandaise », mais finit pirate à Alger tout en conservant un certain "patriotisme", du moins c'est ce qu'il dit quand il cherche à rentrer en grâce auprès de son pays. Il fait hisser le pavillon "hollandais" quand le navire attaqué est espagnol, et évite de trop maltraiter ses prisonniers lorsque ceux-ci sont hollandais. Son compatriote Jan Janszohn, de Haarlem, commence aussi sous lettre de marque "hollandaise", mais opère ensuite à partir d'Alger et de Salé (Maroc) et se convertit à l'Islam, ce qui lui permet, au passage, de prendre une deuxième femme.

Piet Heyn (1577 - 1629) est, en 1623, vice-amiral au service de la Compagnie des Indes Occidentales ne se contente pas d'attaquer des galions, mais prend aussi des villes, comme Bahia (Brésil), puis il passe sous lettre de marque de Guillaume d'Orange en 1629 et prend part au blocus de Dunkerque.

L'exemple de Piet Heyn nous montre qu'il n'y a pas un monde d'écart entre les écumeurs des Antilles et ceux de la mer du Nord.
Autres acteurs

Si les écumeurs hollandais constituent le cœur du système flibustier, d'autres acteurs viennent s'y greffer :

des aventuriers individuels, souvent protestants et donc à l'aise avec les Gueux de Mer

des États comme la France et l'Angleterre, qui ont leurs propres raisons de vouloir le démantèlement de l'empire colonial espagnol et délivrent donc des lettres de marque avec facilité.

Après 1648

L'année 1648 est celle des Traités de Westphalie, qui ont redessiné la carte de l'Europe. La notion d'État redevient claire, même si les frontières ont bougé ; en conséquence, d'autres notions devraient en théorie redevenir claires dans la foulée : les notions de contrôle étatique, de lettre de marque, de corsaire en tant que différent du pirate.

En fait, ce n'est pas si simple. Par exemple, dans la législation du Mexique, au début de son indépendance au XIXe siècle, le terme de flibustier s'appliquait aux étrangers occupant illégalement une portion du territoire national et qui se sont naturellement opposés aux autorités, s'adonnant a toutes sortes de trafics, les volontaires américains combattant pour la république du Texas étant classés dans cette catégorie.

Le terme sera reprit aussi pour caractériser les invasions de la part d'aventuriers américains, tels que William Walker en Amérique Centrale. De fait, ces évènements militaires seront connus comme Guerre Nationale Centroaméricaine, Guerre centroaméricaine contre les flibustiers ainsi que Guerre de 1856 contre les flibustiers.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.atelier-yannistignard.com
yanis la chouette



Nombre de messages : 4322
Localisation : http://yanis.tignard.free.fr
Date d'inscription : 12/11/2005

MessageSujet: Re: Assurances Nature ou Y'becca, République de Rome et l'O.N.U   Mer 8 Juin à 9:36

Prevent Infections During Pregnancy
Language:
English

Español (Spanish)

Recommend on Facebook
Tweet
Share

Baby sleeping on mother's stomachIf you're pregnant or planning a pregnancy, there are simple steps you can take to protect your fetus or newborn from infections that cause serious health problems.

Group B strep
Cytomegalovirus
Listeriosis
Zika virus

Group B Strep

If you are pregnant—or know anyone who is—you need to know about group B strep. About 1 in 4 women in the United States carry the bacteria that cause group B strep infection. Babies can get very sick and even die if their mothers pass group B strep bacteria to them during childbirth. If you are pregnant and test positive for group B strep, doctors can give you an antibiotic during labor that prevents the bacteria from spreading to your baby. That's why it's so important for you to get tested for group B strep each time you get pregnant.

Remember:

Talk with your doctor or midwife about getting a group B strep test when you are 35 through 37 weeks pregnant.
If the test shows that you carry the bacteria, talk with your doctor or midwife about a plan for your labor. Be sure to tell them if you are allergic to penicillin or other antibiotics.
If you go into labor or your water breaks before you are tested for group B strep, remind the labor and delivery staff that you have not had a group B strep test.

Gest tested for GBS

Fact sheet: Get tested for group B strep[446 KB]
(Also available in Spanish[480 KB].)
More Information on Group B Strep and Your Pregnancy

Learn more about preventing group B strep.
Learn about staying healthy during pregnancy.
Protect Your Baby from Group B Strep [PODCAST - 6:14 minutes]
Send a Health-e-Card to a friend or family member.

Cytomegalovirus (CMV)

A pregnant woman infected with CMV can pass the virus to her baby during pregnancy. Most babies born with CMV infection will be fine and will not have symptoms or develop health problems. However, some babies will have permanent problems, such as hearing or vision loss or mental disabilities, at birth, or develop problems later on.

CMV is passed from infected people to others through body fluids, such as saliva, urine, blood, vaginal secretions, and semen. Infants and young children are more likely to shed CMV in their saliva and urine than older children and adults. For pregnant women, the two most common ways they are exposed to CMV is through contact with saliva and urine of children with CMV infection and sexual activity.

Regular hand washing, particularly after changing diapers, is a commonly recommended step to decrease the spread of infections and may reduce exposures to CMV.
More Information on CMV and Pregnant Women

Get disease details on cytomegalovirus and congenital CMV infection.
Learn more about preventing congenital CMV infection.
Send an eCard to a pregnant friend or family member:
Pregnant? Worry Less, Sleep More.
Download a podcast:
Staying Healthy When a Baby's on the Way [PODCAST - 0:59 minutes]
Staying Healthy When a Baby's on the Way [PODCAST - 6:05 minutes]
Put Your Hands Together [PODCAST - 3:48 minutes]

Listeriosis and Pregnancy

35-37 weeks pregnant? Ask your health care provider about getting a group B strep test.
Pregnant or planning a pregnancy? The best way to protect your fetus from cytomegalovirus (CMV) is to protect yourself — especially by washing your hands.
Pregnant women are about 10 times more likely than the general population to get a serious infection called listeriosis, but you can take steps to protect yourself as well as your fetus or newborn.

Listeriosis is a rare but serious infection caused by eating food contaminated with bacteria called Listeria. Listeriosis mostly affects pregnant women, newborns, older adults, and people with weakened immune systems. Pregnant women are 10 times more likely than other people to get listeriosis. About 1 in 6 cases of listeriosis are associated with pregnancy.

Pregnant women typically experience only fever and other flu-like symptoms, such as fatigue and muscle aches (see “What are the symptoms of listeriosis?”). However, infections during pregnancy can lead to miscarriage, stillbirth, premature delivery, or life-threatening infection of the newborn.

In general, you can protect yourself from listeriosis by following these guidelines:

Avoid eating cheese made from unpasteurized milk.
Soft cheeses made with pasteurized milk, including commercial cottage cheese, cream cheese, and mozzarella, are generally regarded as safe. However, some soft cheeses made with pasteurized milk, including Hispanic-style soft cheeses, have become contaminated with Listeria during processing. This could occur again.
Avoid raw (unpasteurized) milk.
Do not eat raw or lightly cooked sprouts of any kind (including alfalfa, clover, radish, and mung bean sprouts).
Eat cut melon right away or refrigerate it at 40° F or colder and for no more than 7 days. Throw away cut melons left at room temperature for more than 4 hours.
Avoid eating hot dogs, lunch meats, cold cuts, other deli meats (such as bologna), or fermented or dry sausages unless they are heated to an internal temperature of 165°F or until steaming hot just before serving. Don’t let juice from hot dog and lunch meat packages get on other foods, utensils, and food preparation surfaces. Wash hands after handling hot dogs, lunch meats, and deli meats.
Do not eat refrigerated pâté or meat spreads from a deli or meat counter or from the refrigerated section of a store. Foods that do not need refrigeration, like canned or shelf-stable pâté and meat spreads, are safe to eat. Refrigerate these foods after opening.
Do not eat refrigerated smoked seafood unless it is in a cooked dish, such as a casserole, or unless it is canned or shelf-stable.

If you are pregnant and Hispanic, your risk of getting listeriosis is even greater. Pregnant Hispanic women are about 24 times more likely than the general population to get listeriosis. Be aware that some Hispanic-style cheeses, such as queso fresco, that were made from pasteurized milk but were contaminated when the cheese was being made, have also caused Listeria infections. Hispanic-style soft cheeses include queso fresco, queso blanco, queso blando, queso Cotija, queso panela, queso ranchero, cuajada en terrón, and others. Learn about additional ways to reduce your risk for listeriosis.

Photo: A pregnant woman eating.

Pregnant women are about 10 times more likely than the general population to get listeriosis.

If you are pregnant and have a fever and other symptoms of possible listeriosis, such as fatigue and muscle aches, within two months after eating a possibly contaminated food, you should seek medical care and tell the doctor about eating possibly contaminated food. If you are infected, your health care provider can give you antibiotics that can protect your fetus or newborn. If you ate food possibly contaminated with Listeria and do not feel sick, most experts believe you do not need tests or treatment, even if you are in a group that is more likely to get listeriosis.
More Information on Listeriosis and Foods to Avoid During Pregnancy

Recipe for Food Safety: Protecting people from deadly Listeria food poisoning
Fotonovela: While pregnant, be careful with queso fresco[2.9 MB, 3 pages] (Spanish[2.9 MB, 3 pages])
Infographic: Check the cheese, avoid Listeria[2.0 MB, 1 page] (Spanish[2.1 MB, 1 page])
Fact Sheet: While pregnant, be careful with queso fresco[145 KB, 1 page] (Spanish[136 KB, 1 page])
CDC website: Listeria (Spanish)
Foodsafety.gov checklist: Foods to avoid during pregnancy
Information from USDA: Protect your baby and yourself from listeriosis

Zika and Pregnancy

Zika virus can be passed from a pregnant woman to her fetus during pregnancy or around the time of birth. Zika virus infection during pregnancy is a cause of microcephaly and other severe fetal brain defects. In addition, other problems have been detected in pregnancies and among fetuses and infants infected with Zika virus before birth, such as miscarriage, stillbirth, absent or poorly developed brain structures, defects of the eye, hearing deficits, and impaired growth. Zika is primarily spread through the bite of an infected Aedes aegypti or Aedes albopictus mosquito. However, Zika can also be spread during sex by a man infected with Zika to his partners.

CDC has issued a travel notice (Level 2-Practice Enhanced Precautions) for people traveling to places where Zika virus is spreading. Specific areas where Zika is spreading are likely to change over time. As more information becomes available, CDC's Zika travel notices will be updated. Please check CDC's Zika Travel Information website frequently for the most up-to-date travel recommendations.

Pregnant women

Should not travel to areas with Zika.
Who must travel to one of these areas should talk to their doctor or healthcare provider first and strictly follow steps to prevent mosquito bites during the trip.
Who have a male partner who lives in or has traveled to an area with Zika should either use condoms correctly, from start to finish, every time they have sex, or not have sex during the pregnancy. This includes vaginal, anal, and oral (mouth-to-penis) sex.

Women trying to become pregnant

Should consult with their healthcare provider before traveling to areas with Zika, and they and their partner should strictly follow steps to prevent mosquito bites during the trip.
Should review CDC's guidance for men and women who are thinking about pregnancy in the context of the Zika outbreak.

Men who live in or have traveled to an area with Zika

Should take steps to prevent mosquito bites.
Should use a condom correctly (warning: this link contains sexually graphic images), from start to finish, every time they have sex. This includes vaginal, anal and oral (mouth-to-penis) sex. Not having sex is the only way to be sure that Zika virus will not spread through sex.
Should talk to a healthcare provider about how to prevent sexual transmission of Zika during pregnancy and reduce the risk of birth defects related to Zika virus.

For more information, visit our Zika and Pregnancy webpage.
How do I protect myself from mosquito bites?

Wear long-sleeved shirts and long pants.
Stay in places with air conditioning or that use window and door screens to keep mosquitoes outside.
Sleep under a mosquito bed net if air conditioned or screened rooms are not available or if sleeping outdoors.
Use Environmental Protection Agency (EPA)-registered insect repellents with one of the following active ingredients: DEET, picaridin, IR3535, oil of lemon eucalyptus, or para-menthane-diol. When used as directed, EPA-registered insect repellents are proven safe and effective, even for pregnant and breastfeeding women.
Always follow the product label instructions.
Reapply insect repellent as directed.
Do not spray repellent on the skin under clothing.
If you are also using sunscreen, apply sunscreen before applying insect repellent.

Protect yourself when traveling
Learn about country-specific travel advice, health risks, and how to stay safe by visiting CDC Travelers' Health website.
File Formats Help:
How do I view different file formats (PDF, DOC, PPT, MPEG) on this site?

Adobe PDF file

Page last reviewed: June 1, 2016
Page last updated: June 1, 2016
Content source:
National Center for Immunizations and Respiratory Diseases
Page maintained by: Office of the Associate Director for Communication, Digital Media Branch, Division of Public Affairs



_________________
Kounak le chat....

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.atelier-yannistignard.com
yanis la chouette



Nombre de messages : 4322
Localisation : http://yanis.tignard.free.fr
Date d'inscription : 12/11/2005

MessageSujet: Re: Assurances Nature ou Y'becca, République de Rome et l'O.N.U   Mer 8 Juin à 10:07


Advancing the Human Rights of Transgender Persons

Remarks
Randy W. Berry
Special Envoy for the Human Rights of LGBTI Persons
6th European Transgender Council Anniversary Gala Dinner
Bologna, Italy
June 4, 2016

It is an absolute pleasure and honor to be here with all of you this evening, in this beautiful city, as we celebrate the 10th anniversary of Transgender Europe and the 6th European Transgender Council. For those of you who don’t know me, my name is Randy Berry, and I am the United States Special Envoy for the Human Rights of LGBTI Persons.

First, thank you to Transgender Europe, Council Members, and our host organization, Movimento Identità Transessuale (MIT), and all of your colleagues and partners here this evening for welcoming me and giving me time to speak. I know you have a busy program, with lots of business to accomplish, and of course lots to celebrate as well. As I know it is just me and a possibly a few others keeping you from dinner, I will keep my remarks brief. Tonight I’d like to introduce you to my role as Special Envoy and the work the United States Department of State is doing to advance the human rights of LGBTI persons, and then discuss a few key areas of focus. I hope my office will be able to partner with this community of leaders to achieve our shared goal – the full recognition of and respect for the human rights of transgender persons.

At the outset, I also want to state why I’ve traveled here to be with all of you. As you know, transgender persons face very particular and acute human rights challenges. This group is well aware of the high rates of violence affecting trans communities and individuals. We also know the difficulties and denials that transgender persons face in accessing basic services such as healthcare, housing, employment and education, as well as in securing identity documents that correspond with their gender. In my travels I’ve witnessed first-hand the struggle for respect for human rights, basic awareness, and the ability of all trans and gender non-conforming persons to live with dignity, free from fear and harm. My goal here at this conference is to learn from you, to listen, to discuss what steps we should and should not be taking, and to ensure that the work the United States Government is doing to promote human rights is fully inclusive and respectful of the needs of transgender persons, as defined by trans communities, themselves.

Role of Special Envoy

It has been just over a year since Secretary Kerry designated me as the first-ever U.S. Special Envoy for the Human Rights of LGBTI Persons. In that time, I have traveled to 42 countries in every region of the world. I’ve been deeply inspired on these visits, mainly in my meetings with civil society organizations who courageously work every day to advance the human rights of members of the LGBTI community in some of the most repressive environments. On these visits, wherever possible, I meet with transgender activists, and have learned that, even with acutely limited resources, transgender persons and their allies are achieving a lot, and in many places, leading the way for others.

Human Rights of Transgender Persons

As I mentioned at the outset, we are very aware of the fact that transgender persons face unique challenges – and part of my job is to make sure we are doing everything we can do to respond to these challenges. Building on what we’ve already achieved, my presence here with all of you is hopefully just a first step in a more comprehensive approach to promoting the human rights of transgender persons. You may ask, “why would the United States be interested in such a role?” After all, we all know the U.S. has considerable challenges at home on this issue. The answer is that we have learned painfully from our history that when a group of people are excluded or marginalized – simply for being who they are – broader society is negatively impacted. American civil rights leader Martin Luther King Jr. famously said an “injustice anywhere is a threat to justice everywhere.” Injustices faced by transgender individuals set us all back. And we know that when we all are able to achieve our full human potential, free from fear, intimidation, and violence, we as nations become more just, and more prosperous. Secretary of State John Kerry echoed this theme in saying, and I quote, “we have a moral obligation to speak out against the persecution and the marginalization of LGBT persons. And we have a moral obligation to promote societies that are more just, fair, and tolerant. It is the right thing to do. But make no mistake: It’s also a strategic necessity. Greater protection of human rights leads to greater stability, prosperity, tolerance and inclusivity.”

One of my greatest concerns is the violence I see impacting the transgender persons on a daily basis – which comes in many forms, and is of course a serious problem in the United States as well. We as a government, together with other governments, need to resolve and prevent this problem from happening in the first instance. I was deeply saddened to learn about the recent death of leading transgender activist, Alisha, in Pakistan. As all of you know, this case was widely reported in the media, and reminded me of the many other cases that likely go unreported in all regions of the world. Transgender Europe’s own Transrespect vs. Transphobia monitoring project reports that between 2008 and 2014, killings of 1,612 transgender or gender-variant persons have been documented in 62 countries, including 90 killings in 13 European countries such as Italy, Russia, Hungary, Turkey and others. These reports make visible the broader global trend of widespread abuses faced by the LGBTI community. I am also aware of the high rates of suicide impacting trans communities. In the U.S., the National Trans Discrimination Survey found that 41% of transgender persons attempted suicide, compared to 1.4% of the general population. What a heart-wrenching difference. This again reminds us of the cumulative and unrelenting impact of stigma, marginalization, and violence on individuals, communities, and again, ultimately, on all people. We must do more, and we must do more now.

What We Are Doing

At the U.S. Department of State, we have taken steps to advance a human rights policy that is fully inclusive of LGBTI persons, including transgender persons. In 2010, the Department established new procedures for changing the sex listed on transgender Americans’ passports. The new procedures aim to streamline the process and simplify requirements to ensure greater dignity and privacy for transgender applicants. Gender-affirming surgery is no longer a prerequisite for changing the passport. The Department together with United States International Development Agency, USAID, also supported the Pan American Health Organization – PAHO – to complete in 2014 a comprehensive Blueprint for Access to Health Services for Transgender Persons in Latin America and the Caribbean. And on the occasion of the Transgender Day of Remembrance, we issued guidance to our Embassies and Consulates on the advancing the human rights of transgender persons, asking our officers in all embassies to undertake specific outreach efforts to meet with transgender communities, to understand their needs, and to include their concerns, separately and explicitly, in our annual human rights reports.

Through the Global Equality Fund, which is a public-private partnership, we are privileged to support groups like Transgender Europe, to build a stronger network of organizations documenting and responding to human rights abuses faced by transgender individuals across Europe, and elsewhere. We recognize Transgender Europe’s leadership and vision, not only here in Europe but globally. We read your reports with great interest, and learn from you how to do our own work with greater understanding and humility.

Beyond support to groups such as Transgender Europe, through our embassies, we are also providing small amounts of funding to local, nascent and emerging groups in all corners of the world to advance the human rights of LGBTI persons. This type of small grant funding we believe is particularly important for the transgender community, as we know groups working on transgender issues are often underfunded and small in staff size, but large in terms of passion, vision, and ultimately, impact.

Our colleagues at the USAID are also supporting programs to advance the human rights of transgender persons, including a program in one Latin American country to help transgender women secure identification documents as well as participate in leadership initiatives.

We Want To Be Doing More

These are just a few steps we are taking – but we want to be doing more. When we look at the world – we see both great need and numerous opportunities to bring governments, the private sector, religious communities and others together around shared values of equal protection and dignity for all. I have found in my travels that while cultural and religious norms vary, responsible leaders around the world agree that violence and discrimination are never justified. We’ve seen leadership on transgender issues from a range of diverse governments in the world – including Argentina, Malta, Vietnam, Bolivia, Nepal, just to name a few. We want to capitalize upon this leadership, and bring more and new governments together to learn from examples of progress, and to hear directly from leaders like all of you gathered here, today. We also want to ensure that the issues you are confronting are taken up by a broader set of stakeholders with new resources to commit, including the business sector, development agencies and others. We know, for example, that a persistent problem for transgender persons is access to safe and secure livelihoods. I intend to discuss this problem with the business community and development agencies to explore what more we can do together to ensure that equal livelihood opportunities exist for transgender persons. Hopefully this will lead to more secure and safe employment opportunities, and help break the cycle of violence. This is just one of many ideas. But our underlying principle is that in any steps we or others take, we must take them together, with the community, with all of you and many others as well.

Thank you again for taking time at your celebration to hear me speak. Let me offer a final note of congratulations on all that you have already accomplished through your work, and gratitude for all you have taught and shared with me. I hope this is the first of many opportunities to speak together. I look forward to more.

Thank you.


The Office of Website Management, Bureau of Public Affairs, manages this site as a portal for information from the U.S. State Department.
External links to other Internet sites should not be construed as an endorsement of the views or privacy policies contained therein.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.atelier-yannistignard.com
yanis la chouette



Nombre de messages : 4322
Localisation : http://yanis.tignard.free.fr
Date d'inscription : 12/11/2005

MessageSujet: Re: Assurances Nature ou Y'becca, République de Rome et l'O.N.U   Jeu 9 Juin à 7:45

La Reconquête de L'Italie fut pénible, Janvier - mars 1944 : échec des attaques frontales anglo-américaines sur Cassino, aussi terrible en massacre que subit l'Espagne durant l’Époque Napoléonienne...

Campagne d'Italie
Opération Corkscrew · Bataille de Lampedusa · Débarquement de Sicile · Massacre de Biscari · Opération Avalanche · Armistice de Cassibile · Défense manquée de Rome · Guerre civile italienne · Opération Slapstick · Libération de la Corse · Insurrection de Naples · Bombardement du Vatican · Campagne de la rivière Moro · Ligne Gustave · Bataille du mont Cassin · Massacre de Monchio, Susano et Costrignano · Attentat de Via Rasella · Massacre des Fosses ardéatines · Bataille du Garigliano · Opération Shingle · Conquête de l'île d'Elbe · Prise d'Ancône · Massacre de Sant'Anna di Stazzema · Ligne gothique (Gemmano · Rimini · San Marino · Montecieco) · Massacre de Marzabotto · Offensive de printemps 1945 · Prise de Bologne


il y a La route vers Rome et la fin de l'emprise du IIIème Reich sur l'Italie.
Alors que le débarquement allié s'annonce, les forces coalisées organisent une percée sur le front italien afin de rallier Rome. Durant des mois, la bataille fera rage autours du Monte Cassino et c'est une ténacité. Durant cet épisode, des centaines de bombardiers anéantirent l'abbaye du Mont-Cassin.

Et il y aura

Le film mêle la grande Histoire, celle de l’une des batailles les plus dures de la Seconde Guerre mondiale, aux aventures d'un correspondant de guerre.
https://www.youtube.com/watch?v=oDw8THoCpBg

Fin janvier 1944, le caporal Dick Ennis, correspondant de guerre américain à Naples, part couvrir le débarquement anglo-américain d’Anzio en Italie, opération qui a pour double but de déborder la ligne Gustav (devant laquelle les Alliés piétinent depuis plusieurs mois) et de permettre l’occupation des monts Albains, hauteurs stratégiques au sud de Rome. À la grande surprise des attaquants, la plage, ses environs et l’arrière-pays se révèlent totalement déserts. Au volant d'une jeep Dick Ennis escorté du sergent Stimmler et du caporal Rabinoff effectue même une reconnaissance sans embûches dans Rome quasiment abandonnée par les forces allemandes et revient en informer dans son QG d’Anzio le général Lesley, commandant en chef de la tête de pont. Mais celui-ci se montre excessivement prudent : échaudé par le souvenir du débarquement très coûteux de l'été 1943 à Salerne en Sicile, il pense que l’aspect désert du terrain dissimule un piège et ne s’occupe que de consolider la tête de pont dans l’attente de la contre-attaque allemande qu’il juge inévitable. Du côté allemand, le débarquement d’Anzio occasionne d’abord des sueurs froides au Field Marschall Kesselring, commandant suprême des forces du Reich en Italie, car la zone menacée est effectivement dépourvue de troupes allemandes. Puis se rendant compte de l’immobilisme des Alliés, il ordonne à plusieurs de ses divisions de se porter en hâte autour des positions alliées. Kesselring ordonne également la mobilisation des Italiens en âge de travailler à l’édification d’une ligne de défense fortifiée et inexpugnable qu’il baptise ligne César. Il s’inquiète cependant du jeune âge de ses soldats et de la pénurie d’essence qui frappe alors ses armées.

Un peu plus tard Dick Ennis se prépare à marcher de nuit avec le 2e Bataillon de Rangers jusqu’à la localité de Cisterna qui est considéré comme le point faible du dispositif de défense ennemi et dont il faut s'emparer. Le bataillon arrive au matin dans un défilé où des unités allemandes dissimulées dans le paysage (des tanks et des mitrailleuses) le prennent au piège et le massacrent. Sur les 767 hommes du bataillon, seulement 7 en réchappent dont Dick Ennis, le sergent Stimmler et le caporal Rabinoff. Ces hommes tentent alors de revenir vers la plage d’Anzio. Pourchassés par un char lance-flammes, ils traversent un champ de mines et découvrent à la nuit tombée les travaux de construction de la ligne César, reconnaissant parmi les travailleurs forcés italiens un civil rencontré précédemment à Rome. Le lendemain matin, après qu’un des survivants ait été tué après avoir été fait prisonnier, le groupe se reconstitue et se réfugie dans une maison occupée par des femmes. Le moment de repos est interrompu par une escouade allemande qui se fait anéantir par surprise mais le groupe doit alors reprendre la route. Dick Ennis ne parvient à rallier finalement Anzio que le jour suivant, après avoir franchi des lignes ennemies constituées de snipers qui ont décimé ses camarades. C’est pour apprendre que le général Lesley a été démis de son commandement et remplacé par un chef plus énergique.

L’un des enjeux de l'histoire est la compréhension des raisons profondes qui poussent les hommes à se faire la guerre. le caporal Dick Ennis est en effet un vétéran de plusieurs campagnes alliées et il ne se décide pas à raccrocher. Il trouve dans le caporal Rabinoff un alter ego, car celui-ci conserve dans le corps les éclats et les séquelles d’une grenade japonaise et voit dans la guerre une façon de vivre la vie plus intensément que les hommes ordinaires.
Distribution

Robert Mitchum (VF : Paul-Émile Deiber) : Dick Ennis (Correspondant de guerre)
Peter Falk (VF : Pierre Trabaud) : Caporal Jack Rabinoff
Robert Ryan (VF : Roger Tréville) : Général Carson
Earl Holliman (VF : Albert Augier) : Sergent Stimmler
Mark Damon : Wally Richardson
Arthur Kennedy (VF : Jacques Berthier) : Général Lesley
Reni Santoni (VF : Jacques Deschamps) : Soldat Movie
Joseph Walsh (VF : Bernard Woringer) : Soldat Doyle
Thomas Hunter : Soldat Andy
Giancarlo Giannini : Soldat Cellini
Anthony Steel (VF : Claude Giraud) : Général Marsh
Patrick Magee (VF : Louis Arbessier) : Général Starkey
Arthur Franz (VF : Robert Dalban) : Général Howard
Tonio Selwart : Général Van MacKensen
Wayde Preston (VF : Raymond Loyer) : Colonel Hendricks
Venantino Venantini (VF : Jean-Claude Michel) : Capitaine Burns
Wolfgang Preiss (VF : Howard Vernon) : Field Marshal Kesselring
Tiberio Mitri (VF : Claude Joseph) : le sergent de la Police Militaire à Naples
Dante Maggio (VF : Albert Médina) : le marchand ambulant napolitain
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.atelier-yannistignard.com
yanis la chouette



Nombre de messages : 4322
Localisation : http://yanis.tignard.free.fr
Date d'inscription : 12/11/2005

MessageSujet: Re: Assurances Nature ou Y'becca, République de Rome et l'O.N.U   Jeu 9 Juin à 9:22

Ottawa (Ontario)
9 mai 2016

Le premier ministre Justin Trudeau a aujourd’hui annoncé que le Canada accueillera la cinquième Conférence de reconstitution des ressources du Fonds mondial de lutte contre le SIDA, la tuberculose et le paludisme à Montréal, au Québec, le 16 septembre 2016.

L’initiative du Fonds mondial incarne véritablement les valeurs fondamentales du Canada, comme prendre soin les uns des autres, soutenir les gens dans le besoin et prioriser la santé et le bien-être de notre communauté mondiale.

Cette conférence réunira des chefs de file en matière de santé mondiale en vue de mettre fin aux épidémies de trois des maladies les plus dévastatrices du monde d’ici 2030, soit le SIDA, la tuberculose et le paludisme.

Le premier ministre a également annoncé que le Canada s’engage à verser 785 millions de dollars de 2017 à 2019 afin de contribuer à sauver 8 millions de vies supplémentaires et à éviter 300 millions d’infections supplémentaires d’ici 2019. Cet investissement représente une augmentation de 20 p. 100 par rapport à l’engagement précédent, qui couvrait la période de 2014 à 2016.

Le premier ministre a aussi exprimé son soutien à la nouvelle campagne sur les médias sociaux du Fonds mondial menée par des jeunes et intitulée « En finir. Pour de bon. » Ceux et celles qui participeront à cette campagne auront l’occasion de se joindre à d’autres jeunes déterminés à faire du monde un endroit meilleur lors d’un concert qui se tiendra à Montréal, au mois de septembre.

Citations

« Il s’agit d’une occasion sans précédent pour le Canada et pour le monde. En accélérant les investissements et en forgeant une solidarité mondiale, nous pouvons mettre fin à trois épidémies dévastatrices – le SIDA, la tuberculose et le paludisme – qui ont des conséquences tragiques et profondes au sein des populations les plus vulnérables du monde. »
- Le très hon. Justin Trudeau, premier ministre du Canada

« Nous avons fait des progrès importants au cours des dernières années, mais la bataille n’est toujours pas terminée. Le Canada est déterminé à en finir pour de bon avec les épidémies du VIH, de la tuberculose et de la malaria d’ici 2030. Le Canada agira comme leader sur cet enjeu important qui touche les personnes les plus pauvres et vulnérables.»
- Marie-Claude Bibeau, ministre du Développement international et de la Francophonie

« Le Canada fait preuve d’un leadership exceptionnel en matière de santé mondiale et de développement. La vision du premier ministre Trudeau et l’engagement de son gouvernement à la collaboration et aux partenariats mondiaux contribueront à sauver des millions de vies et à créer des possibilités et de la prospérité pour d’innombrables autres. »
- Le Dr Mark Dybul, directeur exécutif, Fonds mondial de lutte contre le SIDA, la tuberculose et le paludisme

« Le Fonds mondial a été l’une des premières organisations à reconnaître qu’il est impossible de gagner la lutte contre le SIDA, la tuberculose et le paludisme sans lutter pour les droits des femmes et des filles. Cette organisation joue un rôle essentiel en vue d’éliminer les inégalités entre les sexes et de veiller à ce que des millions de femmes et de filles aient la possibilité de mener une vie saine et productive. »
- Melinda Gates, coprésidente de la Fondation Bill et Melinda Gates

Faits saillants

Le premier ministre a fait cette annonce avec Mark Dybul, directeur exécutif du Fonds mondial, ainsi qu’avec Melinda Gates, coprésidente de la Fondation Bill et Melinda Gates, après avoir rencontré des représentants d’un certain nombre d’organisations canadiennes agissant dans les domaines du développement international et de la participation des jeunes.
Ils étaient accompagnés de l’honorable Marie-Claude Bibeau, ministre du Développement international et de la Francophonie; de l’honorable Alexander Percival Segbefia, ministre de la Santé de la République du Ghana; de l’honorable professeur Moustafa Mijiyawa, ministre de la Santé de la République du Togo; et de l’honorable Christine St-Pierre, ministre des Relations internationales et de la Francophonie du gouvernement du Québec.


Liens connexes

Note d’information – Le Canada et le Fonds mondial
Prendre des mesures mondiales pour combattre le SIDA, la tuberculose et le paludisme
Projets de développement international du Canada avec le Fonds mondial de lutte contre le SIDA, la tuberculose et le paludisme
Le Fonds mondial
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.atelier-yannistignard.com
yanis la chouette



Nombre de messages : 4322
Localisation : http://yanis.tignard.free.fr
Date d'inscription : 12/11/2005

MessageSujet: Re: Assurances Nature ou Y'becca, République de Rome et l'O.N.U   Jeu 9 Juin à 9:58

La cigogne et la cigale...

Madame Cigogne rentre chez elle... Journée très longue...
-"ci inclus" se dit elle lorsque elle entends le chant de la cigale...

-"Par les cieux...! vous avez survécu...! dit la Cigogne à la Cigale
par rapport à son épisode mouvementé avec la Fourmi...

-" Oh, esquisse de portrait suspendu entre ciel et couche... Ci joint
par cette allure de scintillement où s'affole l'habitat et le cyclone !" Réponds la Cigale.

-"Vous êtes codés, Monsieur ou madame"

-"Certes vous avez l’œil mais pas de nez" réponds la cigale en rougissant de pudeur...

-"Oh vous savez" dit la cigogne d'un ton vexé et rajoute : "avec toi, comment
dire...! T'as une trompe et tu ne chantes pas !"

-" Oh, madame la Cigogne, bientôt vous allez comprendre et comprendrez...
Dans les cigales; il y a des chanteurs et les danseuses ou est ce l'inverse, enfin voilà,
Madame..."

-"Tu sais ma fille... C'est votre réceptivité... Par ainsi, chez les Cigognes, les mâles qui
construisent les nids et les femelles chassent... Et en ce jour, vous n'en aurez aucunes
mauvaises surprises"...

Moralité: Dans le vent, on a une marque à établir le coccyx:
L'abdomen et le ventre...

Ecrit de
TAY
La chouette effraie.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.atelier-yannistignard.com
yanis la chouette



Nombre de messages : 4322
Localisation : http://yanis.tignard.free.fr
Date d'inscription : 12/11/2005

MessageSujet: Re: Assurances Nature ou Y'becca, République de Rome et l'O.N.U   Lun 13 Juin à 9:48

Le clans des mouettes se doit instaurer la liberté d’Ego entre Femmes et Hommes...
Il sera dans le temps aspirer dans les clameurs de l'infini et certainement, ils découvriront
la volupté de l'appel de l'infini immense désert au cœur duquel résident des oasis et des cimetières indiens...

Rien ne vous sera acquis et ni dus ! Venus et Mars seront des sœurs
car les divinités ne seront plus ! Elles seront attrait de la Force ! Clameurs résonneront
depuis le passé pour faire entendre... Oui, Vous le Lisez...

L'écriture au même titre que la rage envahira votre cœur: Celle de vivre, car le possédé
ne sera plus un messager du mal... La science ne sera pas déifier, la retenu remplacera la peur.
C'est le chemin inévitable de la Vie... Le ciel ne sera jamais le même selon le regard;
et il y aura des rythmes recréant les anciennes et les nouvelles saisons... Malgré nos connaissances, l'Univers nous rappellera son rythme infini: Rien et tout à la fois, le souffle.

Rein ne sera parfait car nous aurons compris ce petit détail: Nous sommes différents; mais comme le disait de jeunes anarchistes ivre de vie: L'utopie; nous conduira sur des règles
universelles qui conduisent vers la liberté de l'instant... Nous serons devenus des étrangers
dans ces oasis et nous aurons tout à apprendre: Mais , L'infini reste et restera notre territoire et notre liberté de refuge. Ni messager, Ni Dieu... Un aspect du paysage et cela sera notre plus grande Victoire: A l'aspect de notre mère à Toutes et à Tous, Notre Terre, la Planète Bleu de la Voie Lactée...
------------------------------------------------------------------------------------------------------
Une mère, la Soeur et la loi des mouettes.

Sujet à diverses variations de températures et à des insectes piqueurs...
J'en oublie le sujet... Besoin de sommeil, je sursaute sur ce prix et ce cercueil
vide et emplies de souvenirs.

Je voulais entendre ! Et c'est ainsi !
On m'a appris à parler ! Et c'est ainsi !
Je suis une combinaison ! Et c'est ainsi !

Construite de piliers. je découvre le sens réel de la matière...
J'aurai pu être ! Pour l'invisible, afin d'apercevoir mes ennemi"e"s,
j'aurai pu percevoir ! Où est ce inflammation qui me fais omettre
mes espérances, mes erreurs et mes bienfaits...!

Ces chats dans la nuit n'existe plus et ce village a perdu son
franc-parler... Je que je vois, il me le dis... Pour lui et pour elle, Ceux ne
sont pas des trophées... C'était froid avant maintenant c'est l’épilepsie.
C'est l'aspect de la preuve qui permet qui permet l'approche du Toi !
Alors je peux soulever mon silence et te répondre de vive voix, Masculin.
Je suis libre de ta rancœur, Je déménage de ma propre Liberté
--------------------------------------------------------------------------------------------------
Ecrits de
TAY
La chouette effraie
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.atelier-yannistignard.com
yanis la chouette



Nombre de messages : 4322
Localisation : http://yanis.tignard.free.fr
Date d'inscription : 12/11/2005

MessageSujet: Re: Assurances Nature ou Y'becca, République de Rome et l'O.N.U   Mar 14 Juin à 10:33

Horizons et écritures ou Néandertalien et Sapiens

Pourquoi le temps et l'espérance...? Oui, l'espace et l'espérance...! Le temps est une notion de vie et je n'ai pas eu besoin de l'apprendre chez les philosophes... Oui, le temps et l'espace sont aussi liées que la vie se rapporte à l'espérance et je n'ai pas besoin de formules scientifiques pour me dire qu'il n'y a rien d'intellectuel dans ce que je dis... Malgré tout, il y a cette formule irréaliste et pourtant vrai: Rien et tout à la fois, le souffle

Le dessin désigne l'espérance et l'art se repose sur la prudence des lieux... On désigne la chasse mais à cette heure aucun dessin archéologique ne représente de meurtres... On prétends que l'histoire est né de l'écriture... Alors depuis quand le meurtre s'est il gangrené à l'histoire, Patriote...

Ecrit de
TAY
La chouette effraie.

Je dédie ce texte à cette Femme de l'Universelle et de la Prière :

Mary Wollstonecraft est parfois considérée comme la première philosophe féministe, bien que ce terme n'existe pas encore à l'époque. En effet, au xxe siècle, l'historiographie féministe en fait une des devancières du mouvement et la Défense des droits de la femme (1792) est présenté parfois comme l'un des premiers écrits féministes, bien que la métaphore de la femme comparée à la noblesse qu'elle utilise dans celui-ci (la femme dorlotée, fragile et exposée au danger par sa paresse intellectuelle et morale) puisse apparaître comme un argument dépassé. Malgré ses apparentes contradictions révélatrices des problèmes auxquels il est difficile de donner une réponse satisfaisante, ce livre est devenu par la suite la pierre angulaire de la pensée féministe . Le livre est un succès et la critique de l'époque est quasi-unanime pour reconnaître son importance.

Comme les auteures précédentes, Mary Wollstonecraft insiste sur la nécessité d'éduquer les jeunes filles. Grâce à l'éducation, elles réaliseront mieux leurs potentiels et seront enfin des êtres humains à part entière. De plus, elle préconise un apprentissage qui permettrait aux femmes de subvenir seules à leurs besoins en exerçant un emploi. Enfin, elle réclame pour les femmes des droits civils et politiques et même des élues les représentant .
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.atelier-yannistignard.com
yanis la chouette



Nombre de messages : 4322
Localisation : http://yanis.tignard.free.fr
Date d'inscription : 12/11/2005

MessageSujet: Re: Assurances Nature ou Y'becca, République de Rome et l'O.N.U   Ven 17 Juin à 9:45

17 juin 2016

Le cinquième Toulouse Space Show (TSS), organisé par le CNES, l’Agence spatiale française, ainsi que de nombreux autres partenaires, se tiendra du 28 au 30 juin à Toulouse.

Le TSS est un forum mondial dédié aux progrès de l’infrastructure, des technologies et des applications spatiales. Plus de 2000 participants venus du monde entier prendront part à ces trois jours de conférences, de tables rondes et d’ateliers. L’ESA participe cette année à un certain nombre d’événements.

Des acteurs majeurs du secteur, des décideurs, des directeurs d’agences spatiales, des dirigeants de groupes industriels et des personnalités politiques font partie des intervenants. Cette rencontre est une opportunité unique de rassembler des représentants de plusieurs communautés, comme des groupes industriels, des agents publics, et des membres du secteur académique, civil ou militaire, afin de discuter des sujets critiques actuels :

la coopération internationale et le renforcement des capacités,
l’innovation et les bouleversements,
le renseignement géospatial,
les nouveaux usages et objets liés à la transition numérique,
l’exploration spatiale (à l’intention du grand public et particulièrement des étudiants).

Le 28 juin, lors de la table ronde “ Nouveaux usages, nouveaux objets et transition numérique”, l’expert de l’ESA Gunther Kohlhammer présentera la stratégie numérique actuelle de l’ESA, et Frederic Nordlund soulignera l’importance de la coopération internationale.

Les astronautes de l’ESA Léopold Eyharts, Claudie Haigneré et Thomas Pesquet (en direct depuis Houston) prendront part à la session “Explorez l’Espace, c’est à vous!” le 30 juin. Armelle Hubault de l’ESA fera une présentation de la mission Rosetta.

L’inscription est obligatoire et gratuite: www.toulousespaceshow.eu

--------------------------------------------------------------------------------------------

Un jour, en Ethiopie, une dame s’adressa au Catholicos et lui dit : - « Vous autres, les Coptes, vous exagérez la dévotion à Marie. Marie est une femme comme les autres» - « Très bien, répondit le Catholicos, alors donnez-nous un autre Christ ». Tout est dit.

Saint Frumence (IVe s.) appela la première église bâtie à Axoum, capitale du royaume, "Edda Mariam", Demeure de Marie. Marie est vénérée sous le titre de Waladita Amlâk, Celle qui a enfanté Dieu. Le nom de Marie figure dans beaucoup de noms éthiopiens. Ils témoignent de la confiance des fidèles envers Marie:

Ghebié Mariam, Serviteur de Marie ; Hailé-Mariam, la force de Marie ; Laoké Mariam, Message de Marie ; Teklé Mariam, Plante ou rejeton de Marie ; Hapté Mariam, Don de Marie ; Walda-maryam, fils de Marie ; Newaia-Maryam, trésor de Marie ; Kafla-Maryam, part de Marie ; Kidana-Maryam, promesse de Marie ; Baeda-Maryam, protégé de Marie etc…

L'Éthiopie a une fête propre: Kidäma Mehret, le Pacte de Miséricorde, le 10 février. Sûrs que la prière de Marie auprès de son Fils ne peut qu'être exaucée, les Éthiopiens considèrent leur pays comme le fief de Marie, sous sa protection.
Attilio GALLI,
Dans Madre della Chiesa dei Cinque continenti, Ed. Segno, Udine, 1997, p. 675-693

_________________
Kounak le chat....
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.atelier-yannistignard.com
yanis la chouette



Nombre de messages : 4322
Localisation : http://yanis.tignard.free.fr
Date d'inscription : 12/11/2005

MessageSujet: Re: Assurances Nature ou Y'becca, République de Rome et l'O.N.U   Mer 22 Juin à 10:42

Le prénom Gabriel vient de l’hébreu gabar, « force », ou gabri, « héros », et de el, issu de Elohim, c’est-à-dire « Dieu ».
Avec saint Michel et saint Raphaël, saint Gabriel est l’un des trois saints extra-humains de la Bible, puisque ces trois-là sont des anges, et même des archanges, chefs des armées célestes. De surcroît, Gabriel est un messager chargé de missions très spéciales, puisqu’il vient annoncer au vieux couple d’Élisabeth et de Zacharie l’inattendue naissance de ce fils du bout des âges, le leur, qui sera Jean le Baptiste – qui, lui-même, annoncera la venue de Jésus… Mais Gabriel est encore venu jouer les télégraphistes de Dieu en annonçant à la jeune Marie qu’elle serait la mère de ce Jésus, Fils de l’homme, Fils de Dieu. Ce rôle de messager parfait sera officiellement reconnu en 1951 par Pie XII, qui a consacré Gabriel comme saint patron des télécommunications.

--------------------------------------------------------------------------------------------

Une suite et des ruptures

La différence fondamentale entre Les Aventures d'Alice au pays des merveilles et De l'autre côté du miroir est que cette dernière œuvre montre chez l'héroïne une évolution incontestable : de pion, elle devient reine.

À l'inverse, l'Alice du « Pays des merveilles » arrive inchangée à la fin du récit, en dépit des distorsions physiques qu'elle a subies en consommant diverses boissons et nourritures. Les Aventures d'Alice au pays des merveilles ressemble, en fait, à la promenade en bateau qui l'a vue naître : une rêverie sans but précis. En cela, l'œuvre de Carroll était, à l'heure victorienne, une véritable révolution dans une littérature enfantine visant avant tout à former l'enfant.

Le monde inversé

Le monde du miroir se présente comme un monde inversé. Ainsi Alice, pour atteindre le jardin, doit-elle d'abord s'en éloigner, de même qu'il lui faut, dans cet univers étrange, courir très vite pour rester sur place.

Si l'espace est mis à mal, le temps n'est pas non plus en reste. Il est ainsi possible de se souvenir du futur, comme la Reine Blanche, qui évoque ce qui s'est produit « aujourd'hui en quinze ».

Comme le dit Jean-Jacques Mayoux, dans la préface d'un Tout Alice édité chez Flammarion, ces inversions ne vont pas sans frustration. Ainsi Alice se voit-elle offrir, pour étancher sa soif, un gâteau sec.
Alice et le non-sens

L'un des aspects les plus frappants et les plus intéressants de l'œuvre est la manière dont elle joue avec le non-sens, exploitant toutes les failles de la langue anglaise (mais les traductions en français ont trouvé d'excellentes équivalences), jouant sur la synonymie, la polysémie, le jeu de mots et autres motifs de quiproquo.

Les personnages auxquels Alice se trouve confrontée sont en fait de véritables linguistes, dont les discours sont une contestation magistrale de l'arbitraire du langage.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.atelier-yannistignard.com
yanis la chouette



Nombre de messages : 4322
Localisation : http://yanis.tignard.free.fr
Date d'inscription : 12/11/2005

MessageSujet: Re: Assurances Nature ou Y'becca, République de Rome et l'O.N.U   Mer 22 Juin à 10:43

Plus on cherche à rassembler, plus on divise... La plus grande division qui regne dans le coeur de l'Individu n'est pas le racisme, c'est la Jalousie.

On ne peut pas nier les persécutions de l'empire romain... Il y a des visions autres d'approches sur des faits établis d'histoire que représente l'empire romain celui est avant Byzance... La religion est une arme, une idée et un outil face aux lois du temps.

Les cuisses de grenouilles... C'est très bon , mais j'ai arrêté : Par principe ! Je me rationne... Il y a trop de cruauté dans les élevages... Dés que j’éprouve une gourmandise , je me rationne : C'est plus efficace qu'un jeun, car le terme de gourmandise est un excès... C'est mon Caractère et je m'inspire de mon Signe: Je suis un Scorpion.

Le Lévrier et le Canari.

Suspendu à une scène qui l'observe d'un peu plus loin...
Antéa le canari ou la jeune convive s'est glissée par maladresse
dans le jeu...

C'est une course de Lévriers qui s'amorce dans les prochains jours
et dans l'actualité quotidienne... Si il y en avait qu'une mais
Celle ci relate l'aventure d'un écosystème brouillé dans l'attraction
et l'artifice.

Chacun de sa patte évite l'éventualité d'un retrait ou d'une forme de
sortie... D'où, la Déception d'un port des électeurs et des propres partisans,
ports est plus sociable...

Alors pour ne pas s'éparpiller, il y a la substance et les diverses de la
course de lévriers... Ainsi, elle permet de se cantonner dans la légalité."
Claironne Antéa la canari au Lévrier et à son accompagnateur Orion ...

-------------------------------------------------------------------------------

Le Canari et Le Pélican

Le canari s'envole et promets à ses trois ami'e's de revenir... Ainsi elle se rends compte
qu'elle doit se rendre au lac des Pélicans... Connaissant par son expérience la savane,
antea le canari s'y rends très vite rejoindre une vieille amie.

-"Bonjour à toi, Vilnius"
-" Oh bonjour, Antea... Des nouvelles fraiches." Réponds le pélican.
-"Oui et non... Un vieux raisin, tu t'en rappelles."

Le pélican ne dis mot et puis rajoute :
-"Ce qu'il y a... C'est la persistance de l’Évhémère ou éphémère, le « The sun shone, having no alternative, on the nothing new »... Je sens la présence de la chimère ! mes photographies du regard se superposent, ce qui le rapproche, c'est l'invention."
-"La Louve et le Colibri ! Les argonautes ! Comment vont ils." demande le canari.

Le Pélican observe sans crainte et ne surveilles plus son langage :

-" Bien... Mais elles ont ressenties qu'un pilier s'était éfrondé et qu'un nouveau s'était muri...
Une carte des étoiles se construit des phares et des bibliothèques... Malgré la Haine de Lionel le fermier et sa chimère nous sommes prêt et le roseau ne s'est pas fait emporter par le torrent...
Notre Amandier et les Églantines fleurissent.."
-"J'ai besoin de toi... Nous devons nous rappeler...." dit le canari.
-"Pierre par pierre, oui la chouette, l'été et les incendies... L'automne et le printemps amènent Inondations... Oui, l'été et les incendies... Par Yahvé... Nos nids ne dérivent plus, ils sont fragiliser... Je préviens mon peuple et je te suis..."
-"Vilnius, je lui écris tous les jours ainsi qu'à tous ceux qui n'ont pas oublier le terme de peuple
et de Création dans l'Honneur et la bravoure !"

Au loin, la chouette hulule au vent pour maintenir l’accalmie en compagnie des trois sages (Marjinth, Aakbar et Sahler ) de leur apprentie et de leur singe dans la protection de Merlin le rouge-Gorge du Népal...
---------------------------------------------------------------------------------------
Ecrits de TAY
La Chouette effraie


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.atelier-yannistignard.com
yanis la chouette



Nombre de messages : 4322
Localisation : http://yanis.tignard.free.fr
Date d'inscription : 12/11/2005

MessageSujet: Re: Assurances Nature ou Y'becca, République de Rome et l'O.N.U   Jeu 23 Juin à 2:41

22 Ιουνίου 2016

Οι δίδυμοι δορυφόροι Sentinel-1 συνδυάστηκαν - για πρώτη φορά - για να δείξουν την ικανότητά τους να αποκαλύπτουν ακόμη και μικρές παραμορφώσεις στην επιφάνεια της Γης.

Μετά από τους τροχιακούς ελιγμούς του, ο πρόσφατα εκτοξευμένος δορυφόρος Sentinel-1Β, έφτασε στην καθορισμένη τροχιακή του θέση στις 15 Ιουνίου.

Ο δορυφόρος είναι τώρα σε τροχιά γύρω από τη Γη, στις 180° από τον δίδυμό του, Sentinel-1A, σε υψόμετρο σχεδόν 700 χιλιόμετρα. Και με τους δύο δορυφόρους τελικά να βρίσκονται στην ίδια τροχιά, μαζί μπορούν να καλύψουν ολόκληρη την υδρόγειο κάθε έξι ημέρες.

Η διπλή δορυφορική αποστολή "όρασης ραντάρ" για το Ευρωπαϊκό πρόγραμμα Copernicus φέρει ένα προηγμένο ραντάρ για την παροχή παντός καιρού, μέρας-και-νύχτας εικόνων της επιφάνειας της Γης.

Έχει πλέον αποδειχθεί ότι οι μελλοντικές εικόνες που αποκτήθηκαν από το δορυφορικό ζευγάρι μπορεί να συγχωνευθούν για να ανιχνεύσουν μικρές αλλαγές που συμβαίνουν μεταξύ των σαρώσεων.
Συνδυασμένες σαρώσεις ραντάρ

Αυτή η τεχνική είναι ιδιαίτερα χρήσιμη για τη δημιουργία χαρτών ακριβείας για την επιφανειακή παραμόρφωση σε μεγάλες περιοχές, όπως αυτές που προκαλούνται από τεκτονικές διεργασίες, ηφαιστειακές δραστηριότητες ή κατολισθήσεις.

Είναι επίσης ένα ιδανικό εργαλείο για την παρακολούθηση της ροής του παγετώνα και των αλλαγών στην Αρκτική και οι τράπεζες πάγου της Ανταρκτικής.

Το πρώτο τέτοιο συνδυαστικό συμβολογράφημα του Sentinel-1 συνδυάζει μια σάρωση του Sentinel-1A πάνω από τη νότια Ρουμανία στις 9 Ιουνίου με μια σάρωση από τον Sentinel-1Β πάνω από την ίδια περιοχή μόλις μία ημέρα πριν φτάσει την τροχιακή θέση στόχο του.

Ένα άλλο συμβολογράφημα πάνω από την βορειοδυτική Ρουμανία παρήχθη λίγο μετά από την άφιξη του Sentinel-1Β στην τελική τροχιά του.

Τα σχήματα με τα χρώματα του ουράνιου τόξου σχετίζονται με την τοπογραφία και αποδεικνύουν ότι τα δύο πανομοιότυπα δορυφορικά ραντάρ είναι με ακρίβεια συγχρονισμένα, δείχνουν προς την ίδια κατεύθυνση και ότι οι δορυφόροι βρίσκονται στις σωστές τροχιές τους.
Sentinel-1

Μόλις ολοκληρωθεί η ανάθεση τους στα μέσα Σεπτεμβρίου, το ζευγάρι θα είναι έτοιμο να παραδώσει δεδομένα για τη συστηματική και τακτική παρακολούθηση της παραμόρφωσης της γήινης επιφάνειας και την δυναμική του πάγου.

"Μετά τη μεγάλη επιτυχία της δημιουργίας της πρώτης εικόνας ραντάρ σε λιγότερο από τρεις ημέρες μετά από την εκτόξευση, είμαι πολύ ευτυχής να αναφέρω μια άλλη σημαντική επιτυχία, δεδομένου ότι είναι η γενιά των πρώτων συμβολογραφημάτων με τον Sentinel-1Β την ίδια μέρα που φτάσαμε στην τροχιακή θέση, στις 180° από τον Sentinel-1A," δήλωσε ο διαχειριστής του έργου Sentinel-1 της ESA, Ramón Torres.

"Είναι υψίστης σημασίας για την αποστολή οτι έχουμε αποδείξει, με την πρώτη προσπάθεια, ότι οι δύο δορυφόροι Sentinel-1 λειτουργούν πολύ καλά μαζί."
-----------------------------------------------------------------------------------------

22 juin 2016

Les satellites jumeaux Sentinel-1 combiné-pour la première fois-à montrent leur capacité à révéler même de petites déformations à la surface de la terre.

Après les manœuvres orbitales, la récemment ektoxeymenos satellite sentinelle-1 b, est arrivé à la position orbitale spécifiée le 15 juin.

Le satellite est maintenant en orbite autour de la terre à 180 ° des twins, Sentinel-1 a, à une altitude de près de 700 kilomètres. Et les deux satellites finit par se trouvent sur la même orbite, ensemble peut de couvrir l’ensemble du globe tous les six jours.

La mission du satellite double « vision radar » pour le programme Copernicus européen transporte un radar avancé pour fournir des photos de tous les temps, jour et nuit de la surface terrestre.

Il a été prouvé que les futures images obtenues de paire de satellites peuvent être fusionnées pour détecter les petits changements qui se produisent entre les balayages.
Combinée des balayages radar

Cette technique est particulièrement utile pour créer des cartes précises pour la déformation de surface dans les grandes zones, telles que celles causées par des processus tectoniques, l’activité volcanique ou glissements de terrain.

C’est aussi un outil idéal pour la surveillance de l’écoulement glaciaire et les changements dans l’Arctique et l’Antarctique de la glace banques.

Le premier tel symbolografima combiné de la sentinelle-1 combine un balayage de la sentinelle-1 a au sud de la Roumanie le 9 juin avec un balayage de la sentinelle-1 b sur la même zone, juste un jour avant, elle atteint la position orbitale.

Un autre symbolografima dans le nord-ouest de la Roumanie a été réalisée peu après l’arrivée de la sentinelle-1 b à son orbite finale.

Les formes avec les couleurs de l’arc-en-ciel sont associées à la topographie et montrent que les deux satellites radar identique est synchronisé avec précision, pointant vers la même direction et que les satellites sont en orbite correcte.
Sentinelle-1

Une fois leur mission à la mi-septembre, le couple sera prêt à fournir des données pour la systématique et la surveillance régulière du déformation de la surface de la terre et la dynamique de la glace.

« Après le grand succès de la création de la première image de radar en moins de trois jours après le lancement, je suis très heureux d’annoncer un autre succès important, puisque c’est la génération de symbolografimatwn brute avec le Sentinel-1 b, le jour même où nous sommes arrivés à la position orbitale à 180 ° de la sentinelle-1 a, » dit projet Sentinel-1 de gestionnaire ESA, Ramón Torres.

« C’est d’une importance capitale pour la mission que nous avons prouvé, avec la première tentative, que les deux satellites Sentinel-1 fonctionnent très bien ensemble. »
-------------------------------------------------------------------------------------------
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.atelier-yannistignard.com
yanis la chouette



Nombre de messages : 4322
Localisation : http://yanis.tignard.free.fr
Date d'inscription : 12/11/2005

MessageSujet: Re: Assurances Nature ou Y'becca, République de Rome et l'O.N.U   Mer 29 Juin à 10:45

maltraitance animale
http://www.lemonde.fr/planete/article/2016/06/29/nouvelles-images-de-maltraitance-animale-dans-deux-abattoirs-francais_4960209_3244.html

La beauté est celle de s'émouvoir et malgré l'aspect des choses s'est de l'aborder dans la vie. Encore un scandale sur les abattoirs en France. La beauté est celui qui lâche le couteau devant le Conseil d'État et qui dit : " Ce n'est pas la première fois, et on y prends plaisir ou c'est juste une routine apparemment." Plutôt que le lâche qui se cache derrière le fait qu'il y était forcé. Les images montre une dextérité du couteau et même un sadisme plus qu'à de la rage... La vision de Brel dans sa chanson Au suivant n'est rien à l'appréhension qu'on put ressentir ces Créatures-Animaux doué de souffrance, de survie et d'intelligence indéterminé. La Justice doit juger sur actes de tortures volontaires et sur négligence volontaire de la part des établissements incriminés.

Jacques Brel - Au suivant - English subtitle
https://www.youtube.com/watch?v=b3zlM7d69rA

C’est une liste qui n’en finit pas de s’allonger. Pour la quatrième fois en huit mois, l’association L214 dévoile de nouveaux cas de maltraitance animale dans des abattoirs français. Deux établissements sont cette fois visés : ceux de Pézenas, dans l’Hérault, et du Mercantour, à Puget­-Théniers, dans les Alpes­-Maritimes.

Dans le Port d Amsterdam Jacques Brel
https://www.youtube.com/watch?v=n2kkr0e_dTQ

Comme sur les images tournées à Alès, au Vigan (Gard) et à Mauléon-Licharre (Pyrénées-Atlantiques), qui avaient suscité l’indignation, on voit de nombreux animaux mal étourdis reprendre conscience lors de la saignée ou de la suspension à la chaîne. Dans l’abattoir du Mercantour, un veau, accroché au rail par la patte arrière, tente de se relever pendant deux minutes entières, à moitié décapité, la tête dans un bac de sang. Plus tard, un mouton cherche à fuir, la gorge ouverte et en pleine conscience.

En savoir plus sur http://www.lemonde.fr/planete/article/2016/06/29/nouvelles-images-de-maltraitance-animale-dans-deux-abattoirs-francais_4960209_3244.html#hwiErwFVXEx6F6q0.99
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.atelier-yannistignard.com
yanis la chouette



Nombre de messages : 4322
Localisation : http://yanis.tignard.free.fr
Date d'inscription : 12/11/2005

MessageSujet: Re: Assurances Nature ou Y'becca, République de Rome et l'O.N.U   Sam 9 Juil à 10:06

SUR L’ABOLITION DE L’ESCLAVAGE.


CONVENTION. — Séance du 6 février 1794.


Représentants du peuple français, jusqu’ici nous n’avions décrété la liberté qu’en égoïstes et pour nous seuls. Mais aujourd’hui nous proclamons à la face de l’univers, et les générations futures trouveront leur gloire dans ce décret, nous proclamons la liberté universelle. Hier, lorsque le président donna le baiser fraternel au député de couleur, je vis le moment où la Convention devait décréter la liberté de nos frères. La séance était trop nombreuse. La Convention vient de faire son devoir. Mais après avoir accordé le bienfait de la liberté, il faut que nous en soyons pour ainsi dire les modérateurs. Renvoyons au comité de salut public et des colonies, pour combiner les moyens de rendre ce décret utile à l’humanité, sans aucun danger pour elle.

Nous avions déshonoré notre gloire en tronquant nos travaux. Des grands principes développés par le vertueux Las Casas avaient été méconnus. Nous travaillons pour les générations futures, lançons la liberté dans les colonies, c’est aujourd’hui que l’anglais est mort. (On applaudit.) En jetant la liberté dans le Nouveau Monde, elle y portera des fruits abondants, elle y poussera des racines profondes. En vain Pitt et ses complices voudront par des considérations politiques écarter la jouissance de ce bienfait, ils vont être entraînés dans le néant, la France va reprendre le rang et l’influence que lui assurent son énergie, son sol et sa population. Nous jouirons nous-mêmes de notre générosité, mais nous ne l’étendrons point au-delà des bornes de la sagesse. Nous abattrons les tyrans comme nous avons écrasé les hommes perfides qui voulaient faire rétrograder la révolution. Ne perdons point notre énergie, lançons nos frégates, soyons sûrs des bénédictions de l’univers et de la postérité, et décrétons le renvoi des mesures à l’examen du comité.
BULLETIN DU TRIBUNAL RÉVOLUTIONNAIRE
Audience du 13 germinal, an II de la République française.


SUR L’ORGANISATION DE L’INSTRUCTION PUBLIQUE.


CONVENTION. — Séance du 26 novembre 1793.


Dans ce moment où la superstition succombe pour faire place à la raison, vous devez donner une centralité à l’instruction publique, comme vous en avez donné une au gouvernement. Sans doute vous disséminerez dans les départements des maisons où la jeunesse sera instruite dans les grands principes de la raison et de la liberté ; mais le peuple entier doit célébrer les grandes actions qui auront honoré notre révolution. Il faut qu’il se réunisse dans un vaste temple, et je demande que les artistes les plus distingués concourent pour l’élévation de cet édifice, où à un jour indiqué seront célébrés les jeux nationaux. Si la Grèce eut ses jeux olympiques, la France solennisera aussi ses jours sans-culottides. Le peuple aura des fêtes dans lesquelles il offrira de l’encens à l’être Suprême, au maître de la nature ; car nous n’avons pas voulu anéantir le règne de la superstition, pour établir le règne de l’athéisme.

Citoyens, que le berceau de la liberté soit encore le centre des fêtes nationales. Je demande que la Convention consacre le Champ-de-Mars aux jeux nationaux, qu’elle ordonne d’y élever un temple où les Français puissent se réunir en grand nombre. Cette réunion alimentera l’amour sacré de la liberté, et augmentera les ressorts de l’énergie nationale ; c’est par de tels établissements que nous vaincrons l’univers. Des enfants vous demandent d’organiser l’instruction publique ; c’est le pain de la raison, vous le leur devez ; c’est la raison, ce sont les lumières qui font la guerre aux vices. Notre révolution est fondée sur la justice, elle doit être consolidée par les lumières. Donnons des armes à ceux qui peuvent les porter, de l’instruction à la jeunesse, et des fêtes nationales au peuple.

_________________
Kounak le chat....
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.atelier-yannistignard.com
yanis la chouette



Nombre de messages : 4322
Localisation : http://yanis.tignard.free.fr
Date d'inscription : 12/11/2005

MessageSujet: Re: Assurances Nature ou Y'becca, République de Rome et l'O.N.U   Sam 9 Juil à 10:09

Le désert ou l'immatérialité de Dieu

Il est nuit... Qui respire ? ... Ah ! c'est la longue haleine,
La respiration nocturne de la plaine !
Elle semble, ô désert ! craindre de t'éveiller.
Accoudé sur ce sable, immuable oreiller,
J'écoute, en retenant l'haleine intérieure,
La brise du dehors, qui passe, chante et pleure ;
Langue sans mots de l'air, dont seul je sais le sens,
Dont aucun verbe humain n'explique les accents,
Mais que tant d'autres nuits sous l'étoile passées
M'ont appris, dès l'enfance, à traduire en pensées.
Oui, je comprends, ô vent ! ta confidence aux nuits :
Tu n'as pas de secret pour mon âme, depuis
Tes hurlements d'hiver dans le mât qui se brise,
jusqu'à la demi-voix de l'impalpable brise
Qui sème, en imitant des bruissements d'eau,
L'écume du granit en grains sur mon manteau.
............................................

Quel charme de sentir la voile palpitante
Incliner, redresser le piquet de ma tente,
En donnant aux sillons qui nous creusent nos lits
D'une mer aux longs flots l'insensible roulis !
Nulle autre voix que toi, voix d'en haut descendue,
Ne parle à ce désert muet sous l'étendue.
Qui donc en oserait troubler le grand repos ?
Pour nos balbutiements aurait-il des échos ?
Non ; le tonnerre et toi, quand ton simoun y vole,
Vous avez seuls le droit d'y prendre la parole,
Et le lion, peut-être, aux narines de feu,
Et job, lion humain, quand il rugit à Dieu ! ...
.................................................

Comme on voit l'infini dans son miroir, l'espace !
À cette heure où, d'un ciel poli comme une glace,
Sur l'horizon doré la lune au plein contour
De son disque rougi réverbère un faux jour,
Je vois à sa lueur, d'assises en assises,
Monter du noir Liban les cimes indécises,
D'où l'étoile, émergeant des bords jusqu'au milieu,
Semble un cygne baigné dans les jardins de Dieu. [...]
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.atelier-yannistignard.com
yanis la chouette



Nombre de messages : 4322
Localisation : http://yanis.tignard.free.fr
Date d'inscription : 12/11/2005

MessageSujet: Re: Assurances Nature ou Y'becca, République de Rome et l'O.N.U   Mar 12 Juil à 10:17

Le Vol de la mouette noir et rieuse...

-"Les certitudes ne prononcent jamais la certitude de l'art et des syllabes du malades..."
Hurlèrent Magellan l'Albatros et Floé la mouette dans l'amour...

Le Phare allume le chemin et les chants furent les enfants... Souffla et Félicité devaient se parler, ils s’interrompent
pour lancer la conversation...

-"Chère félicité, je n'ai aucun doute... A chacune de nos rencontres... Mais nombres de nos contemporains
s'attache à la ressemblance de sexe et se détache de la diversité... L'Homme lui possédè la Prière mais il est seul dans ces songes et ses rêveries !" dit souffla l'Albatros...

-"Par Malheur, j'ai pensé à nos enfants... Souffla... Par malédiction... Les chats, mes pères... notre organisme
intégrè l'Homosexualité... Et nous voilà à présent dans une situation inédite dans notre survie... Nous allons devenir
des aliments et la Tendresse s'envolera de leurs yeux !" cria Félicité la mouette des Chats...

-"Que dis tu, félicité... Il me reste de la foi en l'Homme.." répondit souffla l'Albatros d'un oeil grincant..

-" Oui... mes pères... Les chats et la muraille... L'aspect tragique de notre destinée... Vouè à demeurer sur les berges du Séisme..." Dit Félicité la mouette

-"Quoi... Souffla le vent... Tu ne te ressouds pas à notre destin... Nous sommes plus droit qu'eux.." Ricana Souffla l'Albatros

-"Rien, origine... Je trompette dans un ciel à l'image d'un avenir commun... Je virevolte telle la feuille et je glisse sur les débris... Au milieu de ces étoiles filantes, je consommes le jeun avec mon amie Nagaliëw, qu'ai je à envier de leurs femmes... Rien Souffla... Leurs langues perfides de serpent peuvent gober nos œufs, il en demeure que notre vivacité construit un règne aussi ancien que leurs Néandertaliens..." Dit félicité la mouette des chats

-"Mon père est Albatros et ma Sœur est mouette... Ciel mon frère et toi, mon épouse, Quels œufs." Souffla l'Albatros vers ses amies et amis...

-"Mon époux, Souffla, Je suis ravi que tu es invité mes frères les chats... Ils m'ont recueilli lorsque ma mère succomba aux vapeurs de leurs "Or noirs" lors d'une marée noire... Adoré comme des sacrifices auprès de leurs Dieux... Ils m'ont beaucoup appris sur le couple humain... Les rats et le sang... La Terre." Répondit Félicité la mouette.

-" Tel ma sœur Nagaliéw, le tour du Monde, Félicité... Oui, et encore Oui.... Ton Endurance n'est égale que de ton esprit... La Chouette effraie protégera notre nid... Nous devons décrire des cercles plus somptueux dans le ciel et accueillir ces nouveaux plaisir au contraire de l’intérêt..."

-" Il y a des étoiles au delà des étoiles et de l'infini..." S’écrièrent les grands parents fiers de cette nouvelle descendance issu de la Nature, libre de la main de l'Homme et attentive à l’Expression de L’Éternel...

Ecrit de
TAY
La chouette effraie...

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.atelier-yannistignard.com
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Assurances Nature ou Y'becca, République de Rome et l'O.N.U   Aujourd'hui à 0:55

Revenir en haut Aller en bas
 
Assurances Nature ou Y'becca, République de Rome et l'O.N.U
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 2Aller à la page : 1, 2  Suivant
 Sujets similaires
-
» Procureur de la république
» [16] Charente
» PUBLIQUE OU PARAPUBLIQUE?
» La Couronne de la république
» stage dégustation plantes sauvages et survie dans nature

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
La.cinquieme.République :: La.cinquieme.République-
Sauter vers: