La.cinquieme.République

De la politique pure et affaires étrangeres
 
AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  MembresMembres  GroupesGroupes  Connexion  

Partagez | 
 

 LA RÉPUBLIQUE DU CAMBODGE, LES MONGOLS ET LE MAKARA

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
yanis la chouette



Nombre de messages : 6499
Localisation : http://yanis.tignard.free.fr
Date d'inscription : 12/11/2005

MessageSujet: LA RÉPUBLIQUE DU CAMBODGE, LES MONGOLS ET LE MAKARA   Jeu 23 Nov à 9:25

LA RÉPUBLIQUE DU CAMBODGE, LES MONGOLS ET LE MAKARA

LA LAÏCITÉ ET L'ELLIPTIQUE...

Le makara...

Les représentations de makara se sont répandues en Asie du Sud-Est parallèlement à l'expansion de la culture indienne dans cette région.

Dans l'architecture khmère, ainsi qu'en Birmanie, on les trouve fréquemment représentés aux extrémités des linteaux ou des frontons, crachant parfois des perles ou de petits personnages.

En astrologie, le makara correspond au signe du Capricorne, on retrouve le nom entre autres en khmer, où il désigne le mois de janvier, et en mongol (matar).

Le makara (en sanskrit : मकर) est un animal aquatique du bestiaire mythologique de l'Inde. Il s'agit d'une créature ayant à la fois une trompe d'éléphant plus ou moins grande, la denture du crocodile et une queue de poisson.

On trouve des représentations de makara à la fois dans le contexte bouddhique et hindou. Les plus anciennes sont sans doute celles des balustrades de stûpa, telles celles de Bharhut. La forme du makara va subir une évolution stylistique et iconographique, si bien que les animaux le constituant vont devenir de moins en moins reconnaissables. À partir de l'époque médiévale, des volutes végétales se substituent même à sa queue de poisson.

Le makara est considéré comme une créature propice liée à la fécondité. Il est également la monture ou vâhana de la déesse du Gange, Gangâ, ainsi que celle du dieu des eaux, Varuna.


QUI EST Uchchaihshravas... ?

Dans la mythologie hindoue, Uchchaihshravas (IAST: Uccaiḥśravas) est un cheval volant à sept têtes apparu pendant le barattage de la mer de lait. Bali, chef des Asuras, prit possession de ce cheval, mais il devint aussi occasionnellement la monture d'Indra, roi des Dieux. Selon les textes, Uchchaihshravas est blanc pur, avec une queue noire1. Ses sept têtes aux sept bouches symboliseraient les sept couleurs de l'arc-en-ciel 2, il serait aussi l'ancêtre de tous les chevaux 2.

Notes et références

↑ (en) Anna Dallapiccola Dictionary of Hindu Lore and Legend (ISBN 0-500-51088-1)
↑ a et b arc-en-ciel [archive]

Un mantra (sanskrit ; devanāgarī : मन्त्र ; « délibération, maxime ; hymne sacré, formule mystique, incantation magique »)1 est, dans l'hindouisme, le bouddhisme, le sikhisme et le jaïnisme, une formule condensée, formée d'une seule syllabe ou d'une série de syllabes, répétée sans cesse avec un certain rythme, dans un exercice de méditation ou à des fins religieuses2.

Le japa est dans l'hindouisme la répétition continue d'un mantra, jusqu'à plusieurs milliers de fois par jour3.

Étymologie

Ce terme sanskrit est formé de la racine verbale man (penser)4 et du suffixe -tra, qui forme des substantifs neutres désignant l'instrument accomplissant l'action en question5.
Rôles

Le mantra est basé sur le pouvoir supposé du son (fréquemment lié au nom d'une divinité spécifique). C'est par la vibration du son et sa résonance qu'il aurait le pouvoir de modifier son environnement, ainsi que les personnes qui le récitent. Par ailleurs, la justesse de la prononciation du mantra est traditionnellement considérée comme importante.

Le mantra a pour objectif de canaliser le mental discursif. Il peut servir aussi à des fins de protection, d'invocation ou de célébration d'une construction de temple. Ses vertus, conjuguées à l'intention et à la concentration du récitant, sont censées être bénéfiques6. Il s'agit d'une formule sonore et rythmée, fondée sur la répétition de sons réputés bénéfiques pour le corps ou l'esprit. Le mantra est un support de méditation. Le but de sa pratique peut être un bienfait physique ou spirituel. Elle peut s'effectuer dans le cadre d'un rituel minimal, ou d'une liturgie (sādhana) élaborée, incluant récitations, visualisations, mudrās, etc. Le récitant peut s'accompagner d'une mālā, sorte de chapelet comportant 108 grains.

À titre d'exemple le mantra très connu au Tibet est le mantra de Tchenrézi, appelé familièrement le mani. Il se prononce aom mani pèmé houng en tibétain ou, en sanskrit, om manipadmé hum (ॐ मणिपद्मे हूम्). Sa récitation se fait en concurrence avec une visualisation très détaillée du Bodhisattva de la compassion, Tchenrézi en tibétain, ou Avalokiteshvara en sanskrit7. Le sens du mantra comporte de nombreuses dimensions, mais signifie grosso modo hommage au joyau du lotus, ces deux termes étant eux-mêmes de profonds symboles, que le méditant tient à l'esprit. De plus, chacune de ses syllabes est le bīja, l'essence-semence de libération de chacun des domaines ou règnes d'existence, des paradis des devas jusqu'aux enfers. C'est donc à l'univers entier que le pratiquant adresse sa compassion. Et encore, chacune des syllabes représente une des six vertus transcendantes (pāramitās) de la pensée du Mahāyāna que le pratiquant cherche à actualiser en lui-même. L'article Mani (mantra) élabore ces significations.

Bien que typiquement liées à l'hindouisme et au bouddhisme, des pratiques analogues à la récitation de mantras se retrouvent dans la plupart des religions. Par exemple la prière du cœur dans l'Hésychasme des chrétiens orthodoxes s'accompagne de la répétition constante du nom de Jésus dans la formule: Seigneur Jésus, prends pitié de moi, en fonction des injonctions Quiconque invoquera le Nom du Seigneur sera sauvé. (Act 2,24), et Priez sans cesse, en toutes choses faites eucharistie. (1 Th 15, 17-18). Comme autre exemple, on peut citer le dikhr des soufis, consistant en la répétition lancinante de l'unicité de Dieu, toujours en vue de l'obtention d'états de conscience particuliers.

RAPPORT DU
CITOYEN TIGNARD YANIS,
UN POIGNARD VOLANT OFFERT D'UN AMI QUE JE NOMMERAI:
'Nok thet (l'oiseau thet, peut être de Nok Kra Jok Thet signifiant autruche 1); un oiseau fantastique issu de la mythologie hindouiste qui habite la forêt d'Himmapan.


Un clairvoyant faucon en volant par rivière
Théodore Agrippa d'Aubigné

Un clairvoyant faucon en volant par rivière
Planait dedans le ciel, à se fondre apprêté
Sur son gibier blotti. Mais voyant à côté
Une corneille, il quitte une pointe première.

Ainsi de ses attraits une maîtresse fière
S’élevant jusqu’au ciel m’abat sous sa beauté,
Mais son vouloir volage est soudain transporté
En l’amour d’un corbeau pour me laisser arrière.

Ha ! beaux yeux obscurcis qui avez pris le pire,
Plus propres à blesser que discrets à élire,
Je vous crains abattu, ainsi que fait l’oiseau

Qui n’attend que la mort de la serre ennemie
Fors que le changement lui redonne la vie,
Et c’est le changement qui me traîne au tombeau.

Théodore Agrippa d’Aubigné, L’Hécatombe à Diane

Créatures de la mythologie hindoue
Avatars de Vishnou Matsya (poisson) • Kûrma (tortue) • Varâha (sanglier) • Narasimha (homme-lion) • Vamana (nain) • Parashurama (guerrier) • Rāma (roi) • Krishna (sage) • Balarâma (le puissant) • Kalkî (cavalier) Aum.svg
Vâhana
(montures des Deva) Airavata (Indra) • Uchchaihshravas (Indra) • Garuda (Vishnou) • Makara (Gangâ et Varuna) • Mûshika (Ganesh) • Nandi (Shiva) • Hamsa (Brahmâ)
Asura Diti • Mahishasura • Vritra
Nâga Ananta • Shesha • Vāsuki
Rākshasa Ghathotkacha • Rāvaṇa
Vanara Hanoumân • Vali
Habitants de l'Himmapan et autres créatures Jatayu • Kinnara • Bâlaha • Vetâla

VIVE LA RÉPUBLIQUE...

PAR DES INFORMATIONS ET
RAPPORT DU
CITOYEN TIGNARD YANIS
SOUS L'EGIDE DE SON
INSTINCT



_________________
Kounak le chat....


Dernière édition par yanis la chouette le Jeu 23 Nov à 9:55, édité 3 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.atelier-yannistignard.com
yanis la chouette



Nombre de messages : 6499
Localisation : http://yanis.tignard.free.fr
Date d'inscription : 12/11/2005

MessageSujet: Re: LA RÉPUBLIQUE DU CAMBODGE, LES MONGOLS ET LE MAKARA   Jeu 23 Nov à 9:52

Le Yantra est un support graphique de méditation issu de la tradition hindoue1, puis emprunté par le bouddhisme, (on parle alors de mandala), et le taoïsme. Dans le jaïnisme, le terme de yantra est utilisé pour parler d'un diagramme mystique portant le nom de siddhachakra, navapada ou navadevata.

Les Yantras sont réputés révéler les concepts et aspects du monde ; certains yogis parlent même de la représentation de la Vérité, c'est-à-dire ce qui est vu une fois l'éveil atteint. Ils sont chacun associés à un mantra. Le but du méditant est alors de percevoir l'énergie associée au concept représenté.

Le mot yantra, dans l'hindouisme, revêt ces sens : « 1) figure géométrique tracée matériellement ou mentalement pour dompter le mental et maîtriser les forces cosmiques ; 2) moyen mnémotechnique ; 3) machine, engin »2.

Symbolique du yantra

Dans l'hindouisme, un yantra symbolise une vérité, une qualité du monde : L'amour universel, la vérité suprême, ... C'est un support visuel utilisé en méditation tout comme le mantra est un support vocal. Méditer sur un yantra est réputé donner accès à l'unité avec le concept qui lui est lié. Les formes qui le composent, triangles, carrés, cercles véhiculent des contenus conscients de par leur signification connue, mais ils interpellent aussi des structures psychiques inconscientes3. Ces compositions de signes géométriques proportionnés et centrés ne sont pas sans rappeler les mandalas3.


Voeu
Victor Hugo

Si j’étais la feuille que roule
L’aile tournoyante du vent,
Qui flotte sur l’eau qui s’écoule,
Et qu’on suit de l’oeil en rêvant ;

Je me livrerais, fraîche encore,
De la branche me détachant,
Au zéphyr qui souffle à l’aurore,
Au ruisseau qui vient du couchant.

Plus loin que le fleuve, qui gronde,
Plus loin que les vastes forêts,
Plus loin que la gorge profonde,
Je fuirais, je courrais, j’irais !

Plus loin que l’antre de la louve,
Plus loin que le bois des ramiers,
Plus loin que la plaine où l’on trouve
Une fontaine et trois palmiers ;

Par delà ces rocs qui répandent
L’orage en torrent dans les blés,
Par delà ce lac morne, où pendent
Tant de buissons échevelés ;

Plus loin que les terres arides
Du chef maure au large ataghan,
Dont le front pâle a plus de rides
Que la mer un jour d’ouragan.

Je franchirais comme la flèche
L’étang d’Arta, mouvant miroir,
Et le mont dont la cime empêche
Corinthe et Mykos de se voir.

Comme par un charme attirée,
Je m’arrêterais au matin
Sur Mykos, la ville carrée,
La ville aux coupoles d’étain.

J’irais chez la fille du prêtre,
Chez la blanche fille à l’oeil noir,
Qui le jour chante à sa fenêtre,
Et joue à sa porte le soir.

Enfin, pauvre feuille envolée,
Je viendrais, au gré de mes voeux,
Me poser sur son front, mêlée
Aux boucles de ses blonds cheveux ;

Comme une perruche au pied leste
Dans le blé jaune, ou bien encor
Comme, dans un jardin céleste,
Un fruit vert sur un arbre d’or.

Et là, sur sa tête qui penche,
Je serais, fût-ce peu d’instants,
Plus fière que l’aigrette blanche
Au front étoilé des sultans.

Victor Hugo, Les orientales


Ainsi, dans la symbolique mystique traditionnelle indienne, le sens de ces figures géométriques est le suivant :

Le point, Bindu, énergie, centre où a lieu la création (en tantrisme, le bindu est également un chakra) ;
Le triangle équilatéral pointe vers le bas, Shakti Kona, aspect féminin, l'eau ;
Le triangle équilatéral pointe vers le haut, Shiva Kona, aspect masculin, le feu ;
Le cercle, Chakra, l'air ;
Le carré, Bhupura (ou Bhur en sanskrit), la terre ;
La fleur de lotus, Padma, la pureté.

Un yantra est toujours circonscrit dans une structure globalement carrée3.
Le Shri-Yantra
Article détaillé : Shri yantra.

Le « shri-yantra » est un des plus célèbres yantras, formé de quatre triangles pointe en haut et cinq triangles pointe en bas, imbriqués autour d'un point.
Un yantra du jaïnisme est appelé un Siddhachakra; c'est un objet rituel pour les différents moments de méditation de la journée. Cette image est un yantra relativement complexe; d'autres sont nettement plus simples.
Dans le bouddhisme Vajrayâna

Dans le bouddhisme Vajrayāna, des exercices ressemblant au Yoga sont appelés justement Yantra Yoga, Trul khor en Tibétain.
Dans le jaïnisme

Des rituels de méditation sont réalisés avec un yantra c'est-à-dire un dessin coloré et artistique qui peut être réalisé en riz teint par exemple. La branche shvetambara du jaïnisme utilise le mot de siddhachakra ou Navapada pour le nommer; la branche digambara l'appelle: Navadevata4.
Référence(s)

↑ The A to Z of Hinduism par B.M. Sullivan publié par Vision Books, page 252, (ISBN 8170945216)
↑ Jean Herbert et Jean Varenne, Vocabulaire de l'hindouisme, Dervy, 1985, p. 117.
↑ a, b et c Michel Cazenave, L'Encyclopédie des Symboles, Le Livre de Poche, Paris, 1996. (ISBN 2253130109)
↑ The A to Z of Jainism de Kristi L. Wiley édité par Vision Books, page 154, (ISBN 8170946816)

Sur les autres projets Wikimedia :

Yantra, sur Wikimedia Commons

Articles connexes

Kolam
Mandala
Rangoli
Tantrisme
Yoga


Voeux simples
Cécile Sauvage

Vivre du vert des prés et du bleu des collines,
Des arbres racineux qui grimpent aux ravines,
Des ruisseaux éblouis de l’argent des poissons ;
Vivre du cliquetis allègre des moissons,
Du clair halètement des sources remuées,
Des matins de printemps qui soufflent leurs buées,
Des octobres semeurs de feuilles et de fruits
Et de l’enchantement lunaire au long des nuits
Que disent les crapauds sonores dans les trèfles.
Vivre naïvement de sorbes et de nèfles,
Gratter de la spatule une écuelle en bois,
Avoir les doigts amers ayant gaulé des noix
Et voir, ronds et crémeux, sur l’émail des assiettes,
Des fromages caillés couverts de sarriettes.
Ne rien savoir du monde où l’amour est cruel,
Prodiguer des baisers sagement sensuels
Ayant le goût du miel et des roses ouvertes
Ou d’une aigre douceur comme les prunes vertes
À l’ami que bien seule on possède en secret.
Ensemble recueillir le nombre des forêts,
Caresser dans son or brumeux l’horizon courbe,
Courir dans l’infini sans entendre la tourbe
Bruire étrangement sous la vie et la mort,
Ignorer le désir qui ronge en vain son mors,
La stérile pudeur et le tourment des gloses ;
Se tenir embrassés sur le néant des choses
Sans souci d’être grands ni de se définir,
Ne prendre de soleil que ce qu’on peut tenir
Et toujours conservant le rythme et la mesure
Vers l’accomplissement marcher d’une âme sûre.
Voir sans l’interroger s’écouler son destin,
Accepter les chardons s’il en pousse en chemin,
Croire que le fatal a décidé la pente
Et faire simplement son devoir d’eau courante.
Ah ! vivre ainsi, donner seulement ce qu’on a,
Repousser le rayon que l’orgueil butina,
N’avoir que robe en lin et chapelet de feuilles,
Mais jouir en son plein de la figue qu’on cueille,
Avoir comme une nonne un sentiment d’oiseau,
Croire que tout est bon parce que tout est beau,
Semer l’hysope franche et n’aimer que sa joie
Parmi l’agneau de laine et la chèvre de soie.

Cécile Sauvage, Tandis que la terre tourne

LES TABLES DE LA LOI ET LA PROPHÉTIE
DE
TAY La chouette effraie

_________________
Kounak le chat....
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.atelier-yannistignard.com
yanis la chouette



Nombre de messages : 6499
Localisation : http://yanis.tignard.free.fr
Date d'inscription : 12/11/2005

MessageSujet: Re: LA RÉPUBLIQUE DU CAMBODGE, LES MONGOLS ET LE MAKARA   Jeu 23 Nov à 9:52

Processus de Paix des secouristes de la république de l'Olivier.

Je crois qu'à l'avenir, plus personne ne pourra recréer des bulles d'exclusions...
Pour cela, je ne peux me permettre de mettre à l'écart tout individu(e) et "État".

Je ne suis qu'une femme ou un homme humble qui en vous adressant ces ces vers,
espère qu'il puisse vous conduire vers l'expérience, le travail et la communauté...
La solitude augmente ou diminue le nervosité... Cela s'appelle le malheur...

Alors par décision, on recherche à se tranquilliser et remettre la balance sur le zéro;
alors par construction, on décèle la notion d'une fragile tolérance:
Celle d'insulter !

Par Yahvé, cela est une horreur et une erreur...

La République de l'Olivier dit :
"Oui à la gréve, Non à l'Esclavage..."
la constitution rajoute :
"Oui à la Bibliothèque et Non à la Faim."
et le peuple doit rajouter :
"Oui à l'écoute et Non aux viols physiques et moraux."

Alors le Novice du Secourisme prends en charge sa nouvelle fonction autre qu'un service
militaire mais basé aussi sur la protection du Bien et du Corps.

"Je suis Y'becca"

Ecrit de
TAY
La chouette effraie.

-----------------------------------------

Y'becca est soumis à toujours suivre un dossier médical, on ne peut se reposer sur des radios anciennes et toutes opérations auquel Lise Verdier ne peut être bâclé... Certains medecins oublient d'osculter la gorge quand un patien à une fiévre... Il est des gestes de précautions auquel la médecine n'a pas la droit de s'occulter... Y'becca doit répondre à ces faits là et son secouriste ne doit jamais dire jamais sur le fait que l'expérience ne donne jamais d'acquis et il est une chose auquel je voue une grande discipline et rigueur: Celle d'entendre la Prudence lorsque le temps le permet... quel que soit l'opération, on agit avec prudence du temps, de l'aspect et des allergies possibles auquel le patient ou la patiente peut être soumis en fonction de son age et de sa corpulence...

"La grâce est à la beauté ce que la souplesse est à la rose. Sans grâce, la beauté n'est qu'une fleur artificielle, qu'un colibri sans vie."
Citation de Jean-Napoléon Vernier ; Fables, pensées et poésies (1865). L'association pour Lise et pour vous, s'inspire de cette citation de Jean-Napoléon Vernier qui est si réelle sur l'aspect du courage d'être dans des situation auquel l'aspect humain se doit de se reconsidérer dans l'aspect de l'adversité dans l'être. Cette citation cherche à nous monter des aspects qui nous semblent enfoie par l'adversité et la douleur mais qui ne demande qu'à renaitre afin de permettre à la rose de devenir Rosier...


Aide pour le retour à domicile d’une personne lourdement handicapée.

L’Association Pour Lise et pour Vous, a but non lucratif, met à la disposition des personnes en situation de grand handicap et leurs familles, son expertise dans la prise en charge du retour au domicile.

Plus largement, l’association veut favoriser et permettre le développement des soins de qualité et le maintien à son domicile de tout enfant, adolescent ou jeune adulte, atteint d’une maladie grave ou d’un handicap lourd.

Nous sommes à votre écoute pour parler et construire ensemble de votre projet de vie, nous sommes à vos côtés pour le concrétiser.


Pour Lise Et Pour Vous
le Bourg Chevreau, 53600 SAINTE GEMMES LE ROBERT
Association humanitaire, d'entraide, sociale



"La grâce est à la beauté ce que la souplesse est à la rose. Sans grâce, la beauté n'est qu'une fleur artificielle, qu'un colibri sans vie."
Citation de Jean-Napoléon Vernier ; Fables, pensées et poésies (1865)

"La beauté sans grâce est un printemps sans verdure."
Citation de Mirabeau ; Lettres à Sophie Ruffei (1777-1780)

"La beauté sans grâce est un hameçon sans appâts."
Citation de Ninon de Lenclos ; Confessions (1700)

"On admire d'un coup d'œil la beauté, elle ne laisse plus rien à deviner ; la grâce se fait aimer peu à peu par des détails variés, imprévus, qui vous plaisent d'autant plus qu'ils vous surprennent, et ses petits défauts d'ensemble sont quelquefois des charmes qui nous attachent."
Citation de Louis-Philippe de Ségur ; L'ennui (1816)

"La grâce, ce charme suprême de la beauté, ne se développe que dans le repos du naturel."
Citation de Madame de Staël ; L'influence des passions (1796)

"La beauté ne déplaît jamais, mais sans la grâce, elle est dépourvue de ce charme secret qui invite à la regarder."
Citation de Voltaire ; Dictionnaire philosophique (1764)

"Les grâces préférables à la beauté, ornent la femme de tous ce qu'elles ont de séduisant."
Citation de Marie-Geneviève-Charlotte Darlus ; Traité des passions (1764)

"Il y a un art caché dans la simplicité qui donne une grâce à l'esprit et à la beauté."
Citation de Alexander Pope ; Maximes et réflexions morales (1739)

"Aucune grâce extérieure n'est complète si la beauté intérieure ne la vivifie."
Citation de Victor Hugo ; Post-scriptum de ma vie (1901)

"Brillante de beauté, de grâces, de jeunesse, pour vous plaire, on accourt, on s'empresse."
Citation de Charles-Guillaume Étienne ; L'Intrigante, I, 9, le 6 mars 1813.

"Sans le fard de l'amour, par qui tout s'apprécie, les grâces sont sans force, et la beauté sans vie."
Citation de Antoine Bret ; La double extravagance, VII, le 27 juillet 1750.

"La beauté est la clef des coeurs, la grâce le passe-partout."
Citation de Paul Masson ; Les pensées d'un Yoghi (1896)

"La beauté réside dans la forme ; la grâce dans les mouvements, le charme dans l'expression."
Citation de Lucien Arréat ; Réflexions et maximes (1911)

"La grâce, plus belle encore que la beauté."
Citation de Jean de La Fontaine ; Adonis (1658)

Compte rendu de
TAY
La chouette effraie

Tikkun Ha-Klali
https://www.youtube.com/watch?v=MPZhFy2c3Mc
TAY

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.atelier-yannistignard.com
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: LA RÉPUBLIQUE DU CAMBODGE, LES MONGOLS ET LE MAKARA   

Revenir en haut Aller en bas
 
LA RÉPUBLIQUE DU CAMBODGE, LES MONGOLS ET LE MAKARA
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Procureur de la république
» PUBLIQUE OU PARAPUBLIQUE?
» La Couronne de la république
» FEDERALISME – Le président de la République refuse de promulguer un décret
» "République Fédérale Française", prototype ?

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
La.cinquieme.République :: La.cinquieme.République-
Sauter vers: