La.cinquieme.République

De la politique pure et affaires étrangeres
 
AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  MembresMembres  GroupesGroupes  Connexion  

Partagez | 
 

 Métamatière, éternité et renouvellement

Aller en bas 
AuteurMessage
Claude De Bortoli



Nombre de messages : 8
Date d'inscription : 14/09/2016

MessageSujet: Métamatière, éternité et renouvellement   Sam 23 Juin à 2:08

Il n'y a pas de réincarnation ni de vies antérieures. Le corps humain meurt et se dissout dans la nature de matière. L'humain, à qui appartenait le corps, ne revient pas dans la nature de matière sous aucune forme, dans aucun corps matériel, ni animal, ni végétal, ni humain. Il se voit vivre dans la nature de métamatière pour l'éternité et ne revient plus dans la nature de matière.

L'idée de réincarnation n'est fausse pour autant. Elle est obsolète. La découverte de la métamatière par la Croyance a fait évolué ce concept. Ce n'est pas réincarnation, c'est renouvellement.

Comment se déroule le processus de renouvellement ?

A la mort d'un corps humain, l'esprit qui était en gestation dans ce corps humain, naît dans la nature de métamatière. Dès son arrivée, la nature de métamatière juge si le nouvel arrivant est viable ou non viable au regard des lois métamatérielles. S'il est jugé viable tout va bien pour lui. Il accède de suite au hautes sphères de la nature de métamatière. S'il est jugé non viable il est contraint de s'améliore. La vie dans les basses sphères de la nature de métamatière est impossible tant les angoisses sont profondes. Elles sont métaphysiques. 

Ce n'est pas à cause de son intelligence que le nouvel esprit souffre l'enfer. C'est à cause de l'instinct vicié que son géniteur humain lui a fait mémoriser lorsqu'il était en gestation dans cette vie humaine. Il doit impérativement améliorer son instinct s'il veut sortir la tête de ces angoisses métaphysiques. Il ne peut pas le faire en puisant de l'instinct dans la nature de métamatière : il n'y a pas d'instinct naturel chez elle. Il est obligé de chercher de l'instinct non altéré dans la nature de matière en parrainant des vies humaines. La difficulté est que les humains peuvent ne pas être disposés à cette entente au grand dam du pauvre esprit. 

La connexion entre les esprits et les humains est possible. C'est par cet unique passage que se transfère les énergies instinct et intelligence nécessaire à la super symbiose des univers matériel et métamatériel.  

Un esprit, intelligent au plus haut niveau parce que vivant dans un monde où règne l'intelligence, est capable de transférer son intelligence chez un partenaire humain qui en a fondamentalement besoin pour améliorer son existence. En contre partie, l'humain parrainé, instinctif au plus haut niveau parce que vivant dans un monde où règne l'instinct, lui transfère de l'instinct pur afin qu'il s'en serve pour améliorer son existence. C'est le principe de la symbiose des humains et des esprits

Un esprit n'est pas figé dans l'éternité à la différence de tout ce qui vit dans la nature de métamatière. Il se renouvelle dans le Matériel en parrainant et en participant à des vies humaines jusqu'à attendre les plus hautes sphères de la nature de métamatière. L'humain gestateur de cet esprit, par un processus défiant les lois matérielles, se voit vivre dans l'esprit issue de sa propre vie. Il se voit lui aussi parrainer et participer à des vies humaines.

Les humains ne connaissent pas la Mort (grand M) comme la connaissent les animaux et les végétaux. Eux meurent et puis plus rien. Après la mort (petit m) de leur corps de matière les humains se voient vivre dans la vie de l'esprit issue de leur propre vie pour l'éternité.



Le concept obsolète de "Dieu créateur"

En Croyance le concept de "Dieu créateur" est vrai mais obsolète depuis la découverte de la métamatière. En effet, l'entité au-delà du Matériel que le génie en Croyance Abraham avait découvert il y a 4000 ans et avait appelé Dieu et que d'autres génies en Croyance après lui, Moïse, Jésus, Mahomet ont adapté à leur peuple est en fait un univers aussi puissant que notre univers de matière : L'univers de métamatière. Les deux univers vivent en symbiose et s'échangent leur énergie.

L'univers de métamatière est créateur de fratries humaines chez son partenaire l'univers de matière par l'intermédiaire de l'intelligence humaine.

Le Terrien, fratrie humaine habitant la planète Terre, au milieu d'une infinité d'autres fratries humaines habitant une infinité de planètes habitables, a été créé par la nature de métamatière à travers l'intelligence d'une ou de plusieurs fratries humaines lesquelles ont provoqué sciemment sur Terre une ambiance favorable aux mammifères qui se sont développés jusqu'à leur apogée : le Terrien.

Le Terrien est issu d'une création - une action intelligente dans un milieu instinctif - suivie d'une évolution dans une matrice mammifère, du mammifère primitif à l'Australopithèque et de l'Australopithèque à l'Homme de Cro-Magnon.

La biodiversité issue de sa domination est quand à elle issue seulement d'une évolution.



Le doute et le dogme

L'intelligence humaine est évolutive contrairement aux instincts humains qui sont figés au plus haut degré par les lois immuables de la nature de matière.

La nature de matière est détentrice et émettrice d'instinct.
La nature de métamatière est détentrice et émettrice d'intelligence.

La Science étudie la matière, son univers et tout ce qu'il contient.
La Croyance étudie la métamatière, son univers et tout ce qu'il contient.

La Science et Croyance sont évolutives.
La Science évolue grâce à des outils matériels performants.
La Croyance évolue grâce à son seul outil métamatériel : l'intelligence, à condition quelle soit performante.  

La Science est sujette au doute. Elle est donc tributaire des preuves matérielles.
La Croyance est sujette au dogme. Elle est donc tributaire des preuves intelligentes.

La théorie d'une Terre plate et de l'univers tournant autour d'elle est une étape cruciale dans l'évolution de l'étude de l'univers de matière par la Science. Devenue obsolète au fil du temps elle a été remplacée par une Terre ronde tournant autour du soleil avec preuves matérielles à l'appuie.

La croyance en Dieu est une étape fondamentale dans l'évolution de l'étude de l'entité au-delà du Matériel par la Croyance. Cette croyance a commencé il y a 4000 ans avec sa découverte par le génie en Croyance Abraham. Elle est devenue obsolète de nos jours, inapte à guider le Terrien et incapable de le protéger contre les attaques incessantes des forces maléfiques lesquelles ont pu pénétrer son évolution et sont en train de le mettre à terre.

Une nouvelle croyance remplace la croyance en Dieu, plus en phase avec l'évolution du Terrien avec preuves intelligentes à l'appuie : la croyance à l'univers de métamatière, sa symbiose avec l'univers de matière et sa relation avec les humains.


L'excommunication, agent immunitaire efficace de la croyance en Dieu

La Croyance a découvert une évolution de la croyance en Dieu. La croyance en Dieu, devenue obsolète au niveau de l'évolution du Terrien, n'a plus aucun effet sur la conduite de son évolution. C'est pourtant le rôle d'une croyance de guider l'évolution humaine.

Avant, au temps où la croyance en Dieu était efficace, elle avait toute la crédibilité pour guider le Terrien de façon profitable. Elle l'immunisait. Elle était un rempart pour lui contre les forces du mal. Un de ses agents immunitaires tant redouté était l'excommunication. Les forces du mal ne pouvaient pas pénétrer l'évolution du Terrien pour l'affaiblir tellement l'excommunication était efficace.

La croyance en Dieu, affaiblie de toutes parts par les progrès de la Science, est devenue obsolète au fil du temps. Ses agents immunitaires se sont affaiblis jusqu'à devenir inopérants. Les forces du mal ont pu envahir l'évolution du Terrien et sont en train de le mettre à terre. Son seul salut est une nouvelle croyance en phase avec son évolution. Elle lui apportera les défenses immunitaires nécessaire pour chasser les forces du mal de son évolution et le protéger contre les agressions maléfiques permanentes.



Réponse de la Croyance au questionnement de la Science

- Pour quelle raison les humains ont-ils besoin de sommeil ?

Les humains ont besoin de dormir longtemps quotidiennement parce qu'ils ont besoin de rêver longtemps quotidiennement. Un humain est éternel. Il est fait d'une vie matérielle mortelle et d'un avenir métamatériel éternel après la mort du corps de matière. L'avenir métamatériel éternel se déroule dans la vie d'un esprit. Un esprit se génère dans une vie quotidienne humaine. Sa formation se visualise dans les rêves. Il importe de le visionner quasi quotidiennement afin d'orienter ses comportements matériels quotidiens de façon à ce qu'ils produisent des particules de métamatière conformes qui engendreront un esprit viable lequel sera l'hôte de l'humain pour l'éternité après la mort de son corps de matière.

Plus long est le sommeil, plus long est le rêve. Plus long est le rêve, meilleure est la vision sur l'état de croissance du foétus d'esprit. Meilleure est la spirituographie, meilleure est la détermination de changer de comportements quotidiens ou de persévérer dans nos comportements quotidiens. 



- Comment l'Univers (de matière) est-il apparu ?

L'univers de matière n'est pas apparu. Il est éternel. Son déroulement est une ronde sans commencement ni fin. Il est éternel parce qu'il vit en symbiose avec l'univers de métamatière dans lequel la mort n'existe pas. Tout est éternel chez lui. 

Les univers matériel et métamatériel vivent en symbiose en s'échangeant leur énergie. Seuls ils ne sont pas viables. Si l'un disparaît l'autre disparaît aussi. Impensable pour l'univers de métamatière. Il ne connait pas la mort. Elle n'existe pas chez lui. Par effet symbiotique, son partenaire l'univers de matière est aussi éternel en renouvelant sans cesse sa matière sans jamais se rassasier. 



- Y a-t-il de la vie ailleurs ?

Les univers matériel et métamatériel ont besoin de deux espèces d'êtres vivants - une dans chaque univers - pour transmettre les énergies nécessaire à leur symbiose. L'espèce humaine coté univers de matière et l'espèce esprit coté univers de métamatière.

Les humains transfèrent l'instinct matériel en direction du métamatériel et récupèrent l'intelligence métamatérielle pour la diffuser dans l'environnement matériel qui en a fondamentalement besoin. Les esprits transfèrent l'intelligence en direction du matériel et récupèrent l'instinct matériel pour le diffuser dans l'environnement métamatériel qui en a fondamentalement besoin. 

Sans humains, pas de transfèrent d'énergie symbiotique, pas de symbiose des univers, pas d'univers. L'espèce humaine ne peut donc pas être mortelle. Une fratrie humaine comme le Terrien installée sur une planète habitable comme la Terre est mortelle. Le Terrien ne peut donc pas être considérer comme l'ensemble de l'espèce humaine. D'autres fratries humaines, liées à d'autres biodiversités, sur d'autres planètes habitables, dans tous les degrés d'évolution,  constituent avec le Terrien : l'Humanité.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
yanis la chouette



Nombre de messages : 7055
Localisation : http://yanis.tignard.free.fr
Date d'inscription : 12/11/2005

MessageSujet: Re: Métamatière, éternité et renouvellement   Lun 25 Juin à 9:40

DÉBORAH, la JUGE DIT : Deux structures mythiques ont innervé la société de l’Égypte ancienne et sa production littéraire, dès l’apparition des Textes des Pyramides : le mythe archaïque d’Horus et Seth, né au Proto dynastique, et le mythe osirien à partir de la Ve dynastie.
TAY

AINSI,

UNE INTELLIGENCE D'ÊTRE ET D'ESPRIT DANS L'INITIATIVE QUI EST LE SYMBOLE DE LA RÉPUBLIQUE: PRÉSERVER LE TEMPS. TAY

LE CŒUR DU CONCEPT SE LIE À LA RÉALITÉ PERMETTANT AU SOMMEIL D'ÊTRE UN CONSEIL DANS L'INFINI DE L'INCONSCIENT. L'INSCRIPTION DE L'INSTANT SE TRANSFORME DANS LE RESSENTI DE L'INSTINCT. LE RÉVEIL EST AINSI LE RÉVÉLATEUR DE NOS ESPÉRANCES: LE SOMMEIL, LE SOUFFLE ET LE TEMPS.
TAY

LE SILENCE RUMINE DANS LE SOMMEIL LAISSANT LES RUMEURS S'ENTRECHOQUER AVEC LES VÉRACITÉS. LES VICTIMES SONT LES MOUVEMENTS ET L'ÊTRE DEVIENT UN FRUIT. DANS CETTE VÉRITÉ D'IRRÉALITÉ, L'IDÉE EST IRRADIÉ PAR L'ENSEMBLE D'IDÉALISME ENFOUI DANS LE SOI.
TAY


Deux principales structures mythiques ont innervé la société de l’Égypte ancienne et sa production littéraire, dès l’apparition des Textes des Pyramides : le mythe archaïque d’Horus et Seth, né au Protodynastique, et le mythe osirien, qui s’est diffusé très rapidement sur l’ensemble du territoire à partir de la Ve dynastie. Le premier, dont la fonction historiographique originelle est d’expliquer la constitution de l’État pharaonique et la dualité de l’Égypte, a servi de modèle à la pratique juridique et à l’activité administrative et gestionnaire. Le second, qui fixait les règles institutionnelles de la transmission du pouvoir royal, a permis d’élaborer une représentation idéologique de l’adversaire justifiant répression politique et violence étatique. Les deux modèles, toutefois, qui ont coexisté en se superposant parfois, contribuaient à leur manière à assurer la paix civile et la cohésion sociale.

Haut de page
Entrées d’index
Mots-clés :anthropologie du droit, auto-condamnation, autorité politique, droit, Égypte ancienne, Horus et Seth, jugement, justice générale, mythe osirien, mythes, ordre social, parabole juridique, procédure, Textes des Pyramides
Keywords :Ancient Egypt, Anthropology of law, General justice, Horus and Seth, Judgement, Juridical parable, Law, Myths, Osirian myth, Political authority, Process, Pyramid Texts, Self-condemnation, Social Order.

Plan
Horus et Seth : les termes du conflit archaïque dans les Textes des Pyramides
Le conflit archaïque : substrat historique, modèle historiographique et culturel
Le modèle archaïque comme référent juridictionnel et administratif
L’instauration de la Réforme osirienne et sa diffusion
Le modèle osirien : l’adversaire initiateur de l’agression
Le modèle osirien : l’adversaire responsable de la répression
Le modèle osirien : l’adversaire est le dénonciateur de sa propre faute
Le modèle osirien : l’adversaire est victime de son propre crime
Confrontation des deux modèles : différences et complémentarité
Quand le faible triomphe du fort…

Horus et Seth : les termes du conflit archaïque dans les Textes des Pyramides

3 Pour une présentation générale du corpus, dont les différentes phases de rédaction pourraient cou (...)
4 J’ai développé ce point dans deux articles récents : « Seth polymorphe : le rival, le vaincu, l’aux (...)
5 Ancient Egyptian Literature. A Book of Readings, vol.I, Berkeley, Los Angeles, London, 1975, p. 56, (...)

3 On ne sera pas surpris de rencontrer dans le vaste corpus des Textes des Pyramides (TP) les sources les plus anciennes évoquant le conflit qui oppose Horus et Seth3. On prendra garde surtout à ne pas confondre ces figures majeures issues de l’univers culturel de l’Égypte archaïque, ou « thinite », avec le jeune Horus et l’» oncle Seth », assassin de son père, du mythe osirien, apparu à l’Ancien Empire, vraisemblablement au tournant des IVe et Ve dynasties4. Comme l’avait très bien exprimé M. Lichtheim, il existe «two distinct traditions: that of Horus and Seth as the original rulers of Lower and Upper Egypt, respectively; and that of Osiris, son of Geb and sole ruler of Egypt until slain by Seth, after which event the kingship over all of Egypt was awarded by the gods to his son Horus»5. On ne saurait assez insister sur l’importance de cette mise au point de M. Lichtheim, qui permet d’éviter la confusion, trop répandue encore, entre deux schémas mythiques d’origine et de destination différentes.

4 De fait, l’un des mythèmes les plus explicites et les plus représentés dans les Textes des Pyramides est précisément celui qui met aux prises les deux acteurs archaïques, dans le cadre de ce qui apparaît comme une agression réciproque et simultanée. La version la plus commune fait état, en effet, d’une attaque simultanée au cours de laquelle Seth arrache l’Œil d’Horus et Horus arrache les testicules de Seth :

Horus est tombé à cause de son œil, Seth a pâti à cause de ses testicules : § 679d [TP 386].

Horus est tombé à cause de son Œil, le Taureau (= Seth) a filé à cause de ses testicules : § 418a [TP 277].

Horus a poussé des cris à cause de son œil, Seth a poussé des cris à cause de ses testicules : § 594a [TP 359].

6 Les formules TP 1001 à 1081 sont celles ainsi numérotées dans l’édition des textes de la pyramide (...)

Horus criaille à cause de l’œil de son corps… Seth glapit à cause de ses testicules : § 01036a-d [TP 1036]6.

7 CT IV, 232a-233. Le TS 335 constitue le prototype du chapitre 17 du Livre des Morts.

5 On rapprochera, dans les Textes des Sarcophages (TS 335) : J’ai complété l’Œil après sa lésion en ce fameux jour du combat des Deux Compagnons. Qu’est-ce donc, ce fameux jour du combat des DeuxCompagnons ? C’est le jour du combat d’Horus avec Seth lorsque Seth commitl’agression sur le visage d’Horus et lorsqu’Horus saisit les testicules de Seth7.

8 Cf. F. Parent, « Seth dans l’Horus d’or des titres royaux », dans Cl. Obsomer, A.-L. Oosthoek (éd. (...)

6 La traduction politique s’impose. En arrachant l’Œil d’Horus, Seth s’en prend naturellement à l’exceptionnelle faculté visuelle du rapace, et donc à la capacité de contrôle du territoire par l’autorité politique. Horus de son côté, en émasculant Seth, vise la « vigueur » (pehty) emblématique du taureau8, et prive ainsi le centre de pouvoir à la fois de ses capacités génésiques et de ses moyens de coercition.

7 À cette version « majeure », en quelque sorte, de la mutilation réciproque d’Horus et Seth, se rattachent toute une série de passages plus allusifs, mais dont la structure est similaire. Une similitude structurelle qui permet d’établir que ces mythèmes secondaires, qui pourraient sembler obscurs au premier abord, en raison de l’évidente rareté documentaire sur les mythologies pré- et protodynastiques, relèvent en réalité de la même thématique fondamentale du conflit archaïque réciproque :

De même que la majesté du pélican Pésedjti est tombée dans le Nil en crue : § 435a [TP 293], § 671c [TP 383] ; De même que la majesté du Nil en crue est tombée à l’intérieur du pélican Pésedjti : § 01035a [TP 1035].

De même que le serpent Nâou a été mordu par Nâout, que Nâout a été mordue par le serpent Nâou : § 233a [TP 230].

De même que le serpent Taureau est tombé devant le serpent Sédjeh, que le serpent Sédjeh est tombé devant le serpent Taureau : § 430a [TP 289], § *2254a [TP *727], § 01038a [TP 1038], § 01041a [TP 1041].

De même que le Mille-Pattes a été frappé par Celui de la Demeure, que Celui de la Demeure a été frappé par le Mille-Pattes (…) : § 425c [TP 284].

8 Version majeure et variantes secondaires expriment un schéma identique, celui d’une agression réciproque traduisant en termes mythiques une situation de conflit entre deux acteurs de statut équivalent. On l’aura compris, la nature même du conflit archaïque est qu’il oppose deux parties statutairement identiques, chacune causant à l’autre un préjudice de même nature, et dans lequel toute notion de responsabilité morale est singulièrement absente.
Le conflit archaïque : substrat historique, modèle historiographique et culturel

9 Sur cette problématique, voir déjà B. Menu, « Le conflit aux origines du premier État connu. Les m (...)
10 Sur la ville de Qoûs, voir notamment H. G. Fischer, «Notes on the Mocalla Inscriptions and Some C (...)
11 Le dieu figure, avec son nom, sur une inscription de la fin de la IIe dynastie (bol BM EA 68689) : (...)
12 Pyr. § 204a [TP 222].

9 Il n’est pas inintéressant de s’interroger sur le substrat géopolitique qui a pu nourrir l’élaboration de ce schéma mythique9. Étant donné les désignations qui leur sont données, les référents (pré-)historiques de ces deux figures archaïques, que l’on pourrait nommer « Horus l’Ancien » et « Seth l’Ancien », sont certainement à chercher du côté de l’Horus de Gésa (ég. Gs3 > Qoûs, puis Apollonopolis Micra)10, d’une part, effacé dans un second temps par l’Horus de Nékhen (Hiéraconpolis), et du Seth de Noubet (ég. Nwb.t > Ombos, Nagada)11, d’autre part, le seigneur du pays de Haute-Égypte », comme le nomment aussi les Textes des Pyramides12.

13 Cf. J.-Fr. Champollion, L’Égypte sous les pharaons, vol. I, Paris, 1814, p. 219-222 ; E. Amélineau(...)

10 La position respective des cités de Qoûs et de Noubet, situées l’une en face de l’autre, de part et d’autre du Nil, à une dizaine de kilomètres au sud de Coptos, et la rivalité que l’on peut aisément déduire d’une telle proximité géographique, pourraient bien être à l’origine du mythème du conflit archaïque. La fortune de Qoûs, qui fut une grande métropole régionale à plusieurs moments de l’histoire antique et médiévale13, était liée à son emplacement stratégique, sur la rive orientale du fleuve, au débouché du ouadi Hammâmât, qui la mettait en relation directe avec les mines aurifères du désert Oriental, ainsi qu’avec les installations portuaires de la mer Rouge. En face d’elle, la cité de Noubet — dont le nom signifie précisément « Celle de l’or » — devait lui disputer sa prétention hégémonique [fig. 1].
Agrandir Original (jpeg, 588k)
Fig. 1. Qoûs (Gésa) et Ombos (Noubet) à la fin du Prédynastique.

11 Proximité géographique et rivalité politique.

14 On mentionnera notamment le cas des XVIIe et XVIIIe nomes de Haute-Égypte, situés eux aussi de par (...)
15 Sur la constitution de l’État égyptien, voir en particulier B. J. Kemp, Ancient Egypt. Anatomy of (...)

12 Cette concurrence entre deux métropoles ou « chefferies » voisines, qui n’est pas un cas unique dans l’histoire pharaonique14, serait ainsi la source première du motif du conflit archaïque opposant Horus et Seth, l’Horus de Qoûs – Haroéris – ayant été progressivement supplanté dans ce schéma mythique par l’Horus de Hiéraconpolis et ce dernier par l’Horus septentrional de Bouto, pour former finalement le couple canonique Horus (Nord) vs Seth (Sud), bien connu par l’iconographie de l’union du Double-Pays (séma-Taouy)15.

16 Sur la dualité – géographique et culturelle – du territoire égyptien, voir notamment B. Menu, « Na (...)

13 On comprend aisément la portée historiographique du modèle archaïque, puisqu’il permet d’inscrire en termes mythologiques, sous la forme d’un discours (mythos) susceptible de multiples déclinaisons narratives, la partition fondamentale et jamais réellement remise en question – à l’exception peut-être de la doctrine amarnienne – du pays d’Égypte : Haute et Basse-Égypte, vallée et delta, couronne blanche et couronne rouge, Nekhbet et Ouadjet, etc.16

17 Chr. Leitz et al., Lexikon der ägyptischen Götter und Götterbezeichnungen VI, OLA 115, 2002, p. 36 (...)
18 Voir B. Mathieu, La poésie amoureuse de l’Égypte ancienne. Recherches sur un genre littéraire au N (...)
19 Cf. H. Klengel, Hattuschili und Ramses. Hethiter und Ägypter — ihr langer Weg zum Frieden, Mainz a (...)
20 LGG II, OLA 111, 2002, p. 350 ; IV, OLA 113, 2002, p. 447.
21 Ibid. III, OLA 112, 2002, p. 801.
22 Ibid. IV, OLA 113, 2002, p. 703.
23 Ibid. II, OLA 111, 2002, p. 186 ; sans référence à l’Ancien Empire, mais cf. Pyr. § *1963b [TP *6 (...)
24 Ibid. VI, OLA 115, 2002, p. 549.

14 Le conflit archaïque se caractérise d’abord par la concomitance et la réciprocité d’un préjudicecausé par deux adversaires de statut équivalent. Ce dernier aspect est explicité dans la terminologie égyptienne, qui nomme Horus et Seth « les Deux Frères » (Sénouy)17, en recourant à une double caractérisation, morphologique et sémantique : le duel grammatical, qui ne s’applique en principe qu’à un couple « naturel » de deux entités homogènes, et l’emploi du terme sn, qui suppose une identité statutaire. Ainsi en est-il, par exemple, du « frère » (sen) et de la « sœur » (sénet) de la poésie amoureuse, qui ne sont en aucune manière consanguins, mais seulement affectés d’un rang social équivalent18, ou encore de la « fraternité » (sensen) qui unit Ramsès II et son correspondant hittite Hattousil III, selon la phraséologique diplomatique en vigueur dans le célèbre traité hittite de l’an 2119. Horus et Seth sont aussi caractérisés, toujours avec l’emploi du duel soulignant leur identité statutaire, comme « les Deux Dieux » (Nétjerouy)20, « les Deux Seigneurs » (Nebouy)21, « Les Deux Associés » (Rehouy)22, « Les Deux Combattants » (Âhaouy)23, ou encore « les Deux Puissants » (Sékhemouy)24. L’un et l’autre ont, a priori, même rang et mêmes droits.

25 B. Mathieu, « Les ‘Procès’. Un genre littéraire de l’Égypte ancienne », dans E. Bechtold, A. Gulyá (...)

15 Le modèle archaïque du combat d’Horus et Seth constitue ainsi un référent à tout litige survenant entre deux parties de même statut social. On pourrait y reconnaître le prototype égyptien de la monomachie, terme d’ancienne jurisprudence désignant un duel judiciaire, à ceci près que la résolution du litige, dans le contexte égyptien, implique nécessairement la sanction d’une autorité supérieure. L’affrontement des deux dieux, du reste, a abondamment nourri la littérature pharaonique, au point même de constituer sans doute la première source du genre des « Procès », que nous avons récemment mis en lumière25 : le Procès entre Horus et Seth (P. Chester Beatty I = P. BM 10681), le Procès entre Vérité et Mensonge (P. Chester Beatty II = P. BM EA 10682), Le Procès entre Corps et Tête (Turin CG 58004 = Cat. 6238, inv. 16355), ou encore Le Procès entre Vin et Bière (O. DeM 10270). Toutes ces compositions, d’époque ramesside, sont des variations littéraires sur le même thème : celui, précisément, d’une dispute entre deux entités de rang équivalent. La référence au conflit archaïque, toutefois, s’arrête là, puisque ces Procès littéraires ne se terminent pas par un partage équitable, comme le préconise le modèle archaïque, mais par le triomphe d’une partie sur l’autre, de la maât sur isfet, comme l’implique de son côté la doctrine osirienne. De fait, le processus de résolution du conflit est radicalement différent d’un modèle à l’autre, comme nous allons le montrer.
Le modèle archaïque comme référent juridictionnel et administratif

26 Sur ce champ lexical, voir B. Menu, « Comment dit-on ‘juger’ en égyptien », dans Recherches sur l’ (...)
27 LGG III, OLA 112, 2002, p. 639-642.
28 Pyr. § 273c [TP 252].
29 Pyr. § 712c [TP 407].

16 D’après les fragments mythologiques les plus anciens, le conflit archaïque d’Horus et Seth est finalement « jugé » (oup, ég. wp), « tranché » (oudjâ, ég. wdc) par le dieu Thot26. Ce dernier, allégorie de la conscience (ib, ég. jb) du créateur, « seigneur de maât » (neb maât, ég. nb m3c.t)27, est en effet « Celui qui a jugé les Deux Dieux »28. S’assimilant à Thot, le défunt déclare de même : je rendrai justice pour juger entre les Deux Frères29. La motivation de l’arrêt rendu ne saurait faire débat puisque ce dernier émane de l’autorité suprême.

30 Wb I, 554, 4-16. L’Égypte est ainsi une « double part » (pésechty) : D. Meeks, AnLex 77.1492, 78.1 (...)
31 Wb III, 390, 5-392, 1.
32 Urk. IV, 249, 13-14.
33 Urk. IV, 1276, 21 ; Chr. M. Zivie, Giza au deuxième millénaire, BiEtud 70, 1976, p. 66.
34 KRI I, 31, 1 ; cité par N. Grimal, Les termes de la propagande royale égyptienne de la XIXe dynast (...)
35 KRI II, 257, 3-4 ; cf. N. Grimal, op. cit., p. 78-79, dont la traduction (« il est issu du ventre (...)

17 Mais surtout l’arrêt est satisfaisant, pacificateur, en ce qu’il reconnaît à chacun ce qui lui est dû. Horus et Seth reçoivent chacun leur part (péséchet)30 ou leur portion (khéret)31, comme le martèle la phraséologie officielle. Ainsi, parmi de multiples exemples, Atoum déclare à la reine-pharaon Hatchepsout : Je t’ai donné les années d’Horus pour l’éternité néheh et la part (péséchet) des Deux Seigneurs en vie et pouvoir32. Dans l’inscription de la Grande Stèle du temple du Sphinx, à Gîza, Amenhotep II se voit attribuer le trône de Geb et la fonction efficiente d’Atoum, la portion (khéret) d’Horus et (celle de) Seth33. Dans le temple de Karnak, Amon-Rê déclare à Séthy Ier : Je vais te donner le bien des Deux Seigneurs et leur force-victorieuse, les parts (péséchout) des Deux Dieux étant devenues tes parts à toi34. Dans le texte du « Premier mariage hittite », il est dit de Ramsès II : il est issu du ventre alors que lui avaient (déjà) été assignées et qu’avaient (déjà) été réunies pour lui les deux parts (pésechty) des Deux Seigneurs35.

18 Qu’on ne s’y trompe pas : le modèle archaïque ne se restreint évidemment pas à la question de la souveraineté et au partage de l’Égypte, ni aux situations conflictuelles où les deux parties seraient fondées à réclamer une part égale du bien faisant l’objet de la contestation. Il s’agit d’un référent dogmatique de portée générale, qui tout à la fois définit le bon arbitrage et proclame l’infaillibilité d’un arbitrage souverain, d’inspiration divine. Quelle que soit la nature du litige et la proportion du bien que chacun des camps en présence est fondé à réclamer, l’équité sera nécessairement respectée.

36 Comme l’a bien noté Chr.J. Eyre, « Judgement to the Satisfaction of All », dans B. Menu (dir.), La (...)

19Le résultat attendu de la procédure est sans conteste l’apaisement des deux parties et, par conséquent, le rétablissement de la paix sociale36. Les textes égyptiens, de toute nature, de toutes époques, ne cessent de mentionner cette paix (hétépou) retrouvée à l’issue du jugement rendu.

37 LGG VI, OLA 115, 2002, p. 466.
38 Ibid., p. 468.
39 Ibid., p. 469.
40 Ibid., p. 471.
41 MMA 23.10.1 (texte inscrit sur le papyrus, col. 18-19) ; cf. H.E. Winlock, «A Statue of Horemhab B (...)

20Thot, ainsi, parce qu’il répare les préjudices subis, est par définition « celui qui apaise les Deux Seigneurs » (séhétépou Nebouy)37, « celui qui apaise les Deux Dieux » (séhétépou Nétjerouy)38, « celui qui apaise les Deux Associés » (séhétépou Rehouy)39, ou encore « celui qui apaise les Deux Frères » (séhétépou Sénouy)40. À la fin de la XVIIIe dynastie, sur la célèbre statue du général Horemheb qui le représente en scribe assis, Thot est décrit comme le vizir qui juge les affaires, qui calme les troubles dans la paix41.

42 Pyr. § 01052c [TP 1052].
43 Pyr. § 1768b [TP N625 B].

21En contexte funéraire, l’apaisement d’Horus et Seth se transmet métaphoriquement au défunt (« N »). Un passage des TP offre une lumineuse variation sur le thème de la paix recouvrée : viennent les Deux Seigneurs apaisés, pour qu’ils (t’)apaisent, ce N, de la paix qui est auprès d’eux42. Ailleurs, il est dit du défunt, assimilé au créateur : N [installera (?)] Maât pour faire vivre la paix à partir du combat43. On ne saurait mieux synthétiser la situation : la substitution de la paix (hétépou) au conflit grâce à la décision de l’autorité compétente. Le droit des deux parties est reconnu, le juge prononce un partage équitable, le litige est éteint.

44 Cet aspect est abordé par Chr. J. Eyre, op. cit. p. 104. Sur ce cliché autobiographique, voir égal (...)
45 KRI VII, 229, 16 - 230, 2 (col. 48-49) ; B. Ockinga, Y. al-Masri, Two Ramesside Tombs at El Mashay (...)

22Que le modèle du conflit archaïque d’Horus et Seth ait constitué dans l’Égypte pharaonique le référent par excellence de la pratique juridictionnelle ne fait aucun doute. Ce qui le prouve est que la même terminologie utilisée par le mythe est reprise dans les (auto)biographies et les compositions sapientiales lorsqu’elles abordent l’exercice de la fonction judiciaire : à l’instar de Thot, le magistrat se doit de « juger entre les deux parties de manière qu’elles sortent apaisées »44. Sous le règne de Mérenptah, le grand prêtre de This, Inhermosé, déclare dans son autobiographie : J’étais quelqu’un qui jugeait deux parties qui étaient furieuses de manière à les laisser repartir en paix, quelqu’un qui pacifiait deux frères par ma sentence, qui lavait leurs fautes par mon délibéré45. On reconnaîtra sans peine derrière les deux frères le référent mythique d’Horus et Seth.

23Il serait sans doute plus exact, pour respecter la chronologie des faits, de renverser les termes et de poser que le mythe archaïque s’est construit à partir de la pratique juridique institutionnelle érigée en modèle.

46 Autobiographie de Rédoui-Khnoum (stèle Caire CG 20543, XIe dynastie), l. 13-14 ; cf. K. Lange, H. (...)
47 Que le syntagme « Œil d’Horus » serve à désigner ici métaphoriquement le territoire administré ne (...)
48 Cf. S. Aufrère, L’univers minéral dans la pensée égyptienne, BiEtud 105/1, 1991, p. 199-202. Plus (...)
49 CT IV, 232a-233.

24Le domaine judiciaire n’est pas le seul concerné par le référent que constitue le conflit archaïque d’Horus et Seth. Dans les autobiographies, la gestion administrative est tout aussi imprégnée de ce modèle, à bien considérer les séquences du type : Je consolidai ce que j’avais trouvé dégradé, je renouai ce que j’avais trouvé détaché, je complétai ce que j’avais trouvé amputé46. C’est à l’instar de Thot, encore, que le haut responsable reconstitue, à son niveau, l’» Œil » mutilé, à savoir le territoire qu’il administre47. Si l’on n’insiste guère, dans les textes évoquant le mythe archaïque, sur la virilité retrouvée de Seth, en raison de la mauvaise presse de son homonyme du mythe osirien, l’exceptionnelle diffusion de la thématique du remplissage de l’Œil oudjat par Thot comme expression de la résolution de la mutilation initiale d’Horus, en revanche, n’est pas à démontrer48. Citons seulement ce passage du TS 335, prototype du chapitre 17 du Livre des Morts : J’ai complété l’Œil après sa lésion en ce fameux jour du combat des Deux Associés. Qu’est-ce donc, ce fameux jour du combat des Deux Associés ? C’est le jour du combat d’Horus avec Seth lorsque Seth commitl’agression sur le visage d’Horus et lorsqu’Horus saisit les testicules de Seth49.

25 La terminologie utilisée par le gestionnaire, qui « complète ce qu’il a trouvé amputé », légitime ainsi pleinement la lecture sociopolitique du mythe archaïque.

The Beatles - Blackbird...
https://www.youtube.com/watch?v=9l5L34VqzlU

On m’a agressé, on m’a agressé, ce n’est pas moi qui ai agressé (P. Chester Beatty VII, r° 4, 7).

Malheur au méchant : mauvais ! Car il sera traité d’après ce que ses mains ont parachevé (Isaïe 3, 11).

Horus et Seth : les termes du conflit archaïque dans les Textes des Pyramides
Le conflit archaïque : substrat historique, modèle historiographique et culturel
Le modèle archaïque comme référent juridictionnel et administratif
L’instauration de la Réforme osirienne et sa diffusion
Le modèle osirien : l’adversaire initiateur de l’agression
Le modèle osirien : l’adversaire responsable de la répression
Le modèle osirien : l’adversaire est le dénonciateur de sa propre faute
Le modèle osirien : l’adversaire est victime de son propre crime
Confrontation des deux modèles : différences et complémentarité
Quand le faible triomphe du fort…

Le vol du Corbeau ou Nicosie...
LE COMBATIF EST LA VALEUR, L’ÉTHIQUE EST LA RAISON : LA SOUFFRANCE N'EST PAS LA DOULEUR ET EMIL CIORAN DANS SON ABNÉGATION DU NÉE DISTINGUE QUE CERTAINES VALEURS NE SE GAGNENT PAS SANS POSSÉDER UN HÉRITAGE : LA FAIM, LE MARIAGE ET LA PEUR. LA DOULEUR N'EST PAS LA SOUFFRANCE.
DANS CETTE MORALE, JE DONNE UN SILENCE :
CELUI D'ENTENDRE LA JUSTICE DE SOI ET LA VOLONTÉ DE L'AUTRUI...
TAY

SENTIMENTS DU
CITOYEN TIGNARD YANIS
TAY
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.atelier-yannistignard.com
yanis la chouette



Nombre de messages : 7055
Localisation : http://yanis.tignard.free.fr
Date d'inscription : 12/11/2005

MessageSujet: Re: Métamatière, éternité et renouvellement   Lun 25 Juin à 9:54

Santana - Oye Como Va (Live HQ - Carlos Santana)....
https://www.youtube.com/watch?v=DoIqXz2AIFs

Droit et Cultures est une revue interdisciplinaire dont la réflexion est centrée sur les phénomènes juridiques. L’idée de droit, des droits, du droit n’a de sens qu’en référence à un système de valeurs, de normes et de cultures qui révèlent des formes dynamiques d’agencement social ou sociétal. Les cultures, les organisations sociales et politiques, les ordonnancements juridiques, dans leur diversité, invitent à repenser les modèles, catégories et classifications. Le défi de Droit et Cultures est de s’affranchir de la réduction du phénomène juridique à une version unique et de promouvoir une lecture plurielle des faits culturels ; il implique d’appréhender les représentations, les discours et les pratiques des acteurs. Droit et Cultures accueille ainsi toute réflexion relative à ces processus.
Dernier numéro en ligne
74 | 2017-2
Trahison(s)
Treason(s)

Dossier : Trahison(s)
Treason(s)
Julie Meyer
Trahison(s) [Texte intégral]
Cynthia Couhade-Beyneix
Réflexions sur la trahison et les proditores sous la République romaine [Texte intégral]
Gilduin Davy
La geste du jarl Guinelon et de quelques autres… Aperçu sur la trahison dans la Scandinavie médiévale à la lumière de la Karlamagnús saga [Texte intégral]
The Geste of Earl Guinelon and some Others… Looking for Treason in Medieval Scandinavia Enlightened by the Karlamagnús saga
Anne-Sophie Chambost
« Nous ferons de notre pire… ». Anarchie, illégalisme … et lois scélérates [Texte intégral]
«We’ll Do our Worse». Anarchy, Illegalism … and Evil Law
Aurélie Ballot-Léna
La trahison en droit des affaires [Texte intégral]
Treason and Betrayal in Business Law
Camille Viennot et François Desprez
L’appréhension ambiguë de la trahison par la procédure pénale [Texte intégral]
The Ambiguous Perception of Treason in Criminal Procedure
Camille Bourdaire-Mignot
La personne de confiance et les directives anticipées. Des dispositifs anti-trahison du patient en fin de vie ? [Texte intégral]
Réflexion sur les dispositifs d’anticipation de la volonté du patient, réformés par la loi du 2 février 2016
Appointed Representative and Living Wills. Medical Measures to Avoid Betrayal of an End-of-life Patient?
Tatiana Gründler
La clause de conscience en matière d’IVG, un antidote contre la trahison ? [Texte intégral]
Abortion Conscience Clause, an Antidote against Betrayal?
Yves-Edouard Le Bos
Les juristes peuvent-ils trahir ? Réflexion à partir de La trahison des clercs de Julien Benda [Texte intégral]
Can the Law Academics Betray?Reflexion upon La trahison des clercs by Julien Benda
Études
Norbert Rouland
Les Droits de l’homme sont-ils mortels ? [Texte intégral]

Les langues autochtones dans la cité
Indigenous Languages in the City

Daphné L. Romy-Masliah et Michael Hornsby
Présentation [Texte intégral]
Presentation
Partie I : Autochtones, indigènes et minorités en droit
Charles de Lespinay
Les concepts d’autochtone (indigenous) et de minorité (minority) [Texte intégral]
The Concepts of Indigenous and Minority
Nadia Belaidi, Frank Alvarez-Pereyre, Jean-Dominique Wahiche et Hélène Artaud
Autochtonie(s) et sociétés contemporaines. La diversité culturelle, entre division et cohésion sociale [Texte intégral]
Indigeneity(ies) and Contemporary Societies. Cultural Diversity between Social Division and Cohesion
Partie II : Autochtonie et modernité dans la ville
Brock Pitawanakwat
Anishinaabemowin Oodenang. Préservation et revitalisation d’une langue citadine autochtone [Texte intégral]
Urban Indigenous Language Maintenance and Revitalization
Margarita Huayhua
Les relations hiérarchiques entre femmes dans le sud des Andes [Texte intégral]
Hierarchical Relations among Women in the Southern Andes
Miryam Yataco et Lorena Córdova Hernández
Visibilité et revitalisation des langues autochtones latino-américaines : production d’un paysage linguistique [Texte intégral]
Visibility and Revitalization of Indigenous Latino-American Languages: Production of a Linguistic Landscape
Visibilización y revitalización de lenguas indígenas latinoamericanas: producción de paisaje lingüístico y señalética
Viola Krebs et Namory Diakhaté
Langues africaines dans un contexte urbain : la situation du continent et le cas du Sénégal et de la Tanzanie [Texte intégral]
African Language in an Urban Context: The Situation of the Continent and the Cases of Senegal and Tanzania
Partie III : Minorités et autochtonie en Europe
Claudine Brohy et Doris Schüpbach
Protection des minorités ou promotion du plurilinguisme ? [Texte intégral]
Droits linguistiques, politique et pratiques dans deux villes bilingues suisses
Protecting Minorities or Fostering Multilingualism? Language Rights, Policy, and Practice in two Bilingual Cities in Switzerland
Michael Hornsby
Du shtetl à la ville : à la recherche d’un yiddish (presque) perdu [Texte intégral]
From the Shtetl to the City: à la recherche du yiddish (presque) perdu
Lectures : notes et comptes rendus
Bénédicte Lhoyer
Francis Janot, Denis Morin et Gérard Giuliato (sous dir.), Le geste et la trace. Actes du deuxième colloque international 19, 20 et 21 juin 2013 [Texte intégral]
Nancy, PUN-Éditions universitaires de Lorraine, 2015, 176 pages

Santana - Soul Sacrifice - 8/18/1970 - Tanglewood (Official)
Mayahuel est, dans la mythologie aztèque, la déesse de la fertilité, de l'abondance, de l'ébriété mystique et de l'agave. Dans le calendrier divinatoire aztèque (tonalpohualli en nahuatl), Mayahuel préside au jour «lapin». Elle préside en outre à la huitième treizaine avec Xochipilli. Selon une version elle est l'épouse de Patecatl ou autre version la sœur. Elle est aussi la mère des 400 Centzontotochtin, dieux de l'ivresse.
Treizaine Dieu
1 Cipactli (Crocodile) Tonacatecuhtli
1 Océlotl (Jaguar) Quetzalcoatl
1 Mázatl (Cerf) Tepeyollotl
1 Xóchitl (Fleur) Huehuecoyotl
1 Acatl (Roseau) Chalchiuhtlicue
1 Miquiztli (Mort) Tonatiuh
1 Quiáhuitl (Pluie) Tlaloc
1 Malinalli (Herbe) Mayahuel
1 Coatl (Serpent) Xiuhtecuhtli
1 Técpatl (Silex) Mictlantecuhtli

Treizaine Dieu
1 Ozomatli (Singe) Patecatl
1 Cuetzpallin (Lézard) Itztlacoliuhqui
1 Ollin (Mouvement) Tlazolteotl
1 Itzcuintli (Chien) Xipe Totec
1 Calli (Maison) Itzpapalotl
1 Cozcacuauhtli (Vautour) Xolotl
1 Atl (Eau) Chalchiutotolin
1 Ehécatl (Vent) Chantico
1 Cuauhtli (Aigle) Xochiquetzal
1 Tochtli (Lapin) Xiuhtecuhtli

https://www.youtube.com/watch?v=UKcI2mcsueM

SENTIMENTS DU
CITOYEN TIGNARD YANIS
TAY
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.atelier-yannistignard.com
yanis la chouette



Nombre de messages : 7055
Localisation : http://yanis.tignard.free.fr
Date d'inscription : 12/11/2005

MessageSujet: Re: Métamatière, éternité et renouvellement   Lun 25 Juin à 10:13

UNE INTELLIGENCE D'ÊTRE ET D'ESPRIT DANS L'INITIATIVE QUI EST LE SYMBOLE DE LA RÉPUBLIQUE: PRÉSERVER LE TEMPS. TAY

LE CŒUR DU CONCEPT SE LIE À LA RÉALITÉ PERMETTANT AU SOMMEIL D'ÊTRE UN CONSEIL DANS L'INFINI DE L'INCONSCIENT. L'INSCRIPTION DE L'INSTANT SE TRANSFORME DANS LE RESSENTI DE L'INSTINCT. LE RÉVEIL EST AINSI LE RÉVÉLATEUR DE NOS ESPÉRANCES: LE SOMMEIL, LE SOUFFLE ET LE TEMPS.
TAY

LE SILENCE RUMINE DANS LE SOMMEIL LAISSANT LES RUMEURS S'ENTRECHOQUER AVEC LES VÉRACITÉS. LES VICTIMES SONT LES MOUVEMENTS ET L'ÊTRE DEVIENT UN FRUIT. DANS CETTE VÉRITÉ D'IRRÉALITÉ, L'IDÉE EST IRRADIÉ PAR L'ENSEMBLE D'IDÉALISME ENFOUI DANS LE SOI.
TAY

LA FRANCE A ÉTÉ FOUDROYÉE COMME JAMAIS EN CE MOIS DE MAI 2018. DE LA GRÊLE EN PASSANT PAR DES PLUIES TORRENTIELLES QUI ONT ENGENDRÉ BEAUCOUP DE DÉGÂTS ET DE VICTIMES. DES PHÉNOMÈNES NATURELLES DONT LES CHASSEURS DE TEMPÊTES IMMORTALISENT LES INSTANTS.

UN JOUR, J'ESPÈRE QUE L'HISTOIRE SERA PORTÉE À L'ÉCRAN. MON IDÉE SERAIT QU'IL Y EST DEUX HISTOIRES : CELLE DE LA CONSCIENCE ET CELLE DU RÊVE OÙ LILITH CONTERAI LA TRAGÉDIE. LA CONCLUSION SERAI DE RESPECTER L'HISTOIRE DE GABRIEL POUR PERMETTRE AUX YEUX D'AVOIR UN AUTRE REGARD QUE L'ESPRIT. CELA RESTE UN RÊVE MAIS ÉLASTIQUE AUX REVENUS DU RÉVEIL. LILITH ,FANTASME, FATALISME ET RÉALITÉ, DEVRA CONCERVER CE MYSTÈRE DE MYTHE ET DE MOUVEMENT QU'EST LA VOLONTÉ DANS LE TRAIN DE LA NATURE ET DE SES DESSEINS. SANS REVEILLER LA NATURE DU DESTIN, LA RÉVÉLATION EST LA RESPONSABILITÉ DES SOUPIRS : ACHÈVERA LILITH DEVANT L'ÉVAPORATION DE RAEL FACE À L'ADVERSITÉ DU REMORD.
Yanis


The Lamb Lies Down on Broadway
Cette chanson pose le décor et présente le personnage de Rael, un portoricain qui a mal tourné et qui a passé plusieurs années de sa vie dans un gang. La chanson décrit Broadway et Rael qui se balade dans ses rues.
Fly on a Windshield
Rael voit se former dans la rue un immense mur que personne d'autre n'a remarqué. De la poussière s'agglutine sur sa peau, formant une croûte qui l'empêche de bouger. Il essaie d'échapper au mur, qui descend vers lui, engloutissant tout Manhattan sur son passage. Finalement, Rael n'arrive pas à y échapper et le mur le percute de plein fouet.
Broadway Melody of 1974
Cette chanson représente la perception que Rael a de Broadway pendant la milliseconde où il est touché par le mur. Elle décrit Broadway et son folklore.
Cuckoo Cocoon
Rael se réveille après avoir été frappé par le mur. Il ne sait pas où il est, et s'il est vivant ou non. Dans un étrange état léthargique, il se pose des questions sur sa condition.
In the Cage
Rael vient donc juste de se réveiller dans une sorte de grotte avec une envie de vomir. Il ne sait toujours pas où il est et ce qu'il fait là. Les stalactites et les stalagmites de la grotte se resserrent autour de lui formant une prison de laquelle il ne peut sortir. En dehors de la cage de pierre, il voit son frère John. Il l'appelle au secours, mais John ne vient pas l'aider. La cage se resserre toujours plus. Au moment où l'oppression de la cage ne va plus lui permettre de respirer, celle-ci disparaît.
The Grand Parade of Lifeless Packaging
Rael se retrouve alors devant l'entrée d'un supermarché étrange qui vend des personnes inanimées. Rael retrouve dans les rayons certains membres de son gang dont son frère John qui a le numéro 9. Comprenant qu'il est potentiellement en danger dans cet endroit et qu'il pourrait lui aussi finir comme son frère, il prend la fuite.
Back in N.Y.C.
Le fait d'avoir revu ses anciens compagnons ravive en lui de vieux souvenirs. La chanson parle de l'époque où Rael était dans le gang et où il fracassait tout ce qu'il trouvait. Il parle aussi dans le refrain de ses états d'âme et de son manque d'amour9.
Hairless Heart
Ce morceau instrumental évoque l'errance de Rael dans ce monde étrange et lointain de New York. Tout en marchant, le jeune homme rase son cœur afin d'en ôter la pilosité qui s'y était installée. Cette description métaphorique consiste à exprimer le souhait de Rael de purifier son organe en lui ôtant cette « moisissure » qui, en s'y agglutinant, l'empêche de battre et de ressentir l'amour. Cette musique composée par Steve Hackett mêle harmonieusement guitare et claviers.
Counting Out Time
C'est la première expérience charnelle de Rael. Il a acheté un livre expliquant quoi faire face à une jeune fille dévêtue et consentante, et étudie l'ouvrage pendant des mois. Le jour fatidique de la rencontre avec la jeune fille, il subit un échec, laissant sa partenaire frustrée et irritée. (Dans la présentation de la chanson en concert, Peter Gabriel raconte que Rael n'a tenu que 78 secondes)
The Carpet Crawlers
Rael reprend ses esprits. Il a certainement erré pendant un long moment. Il se retrouve dans un long couloir doté d'un tapis rouge. Le bout du couloir est fermé par une immense porte en bois, et sur le tapis, des centaines de personnes agenouillées avancent au ralenti vers la porte avec l'idée de la franchir. Rael libre de ses mouvements, fonce sans se poser de questions vers la porte et la franchit. Derrière celle-ci, se trouve un immense escalier en colimaçon que Rael entreprend de grimper.
The Chamber of 32 Doors
En haut de l'escalier se trouve une grande pièce, remplie de gens, avec trente-deux portes. Rael comprend très vite qu'une seule des portes peut le conduire vers l'extérieur, mais personne ne sait laquelle. Il trouve dans la pièce de nombreuses figures familières, comme son père et sa mère. Les théories élaborées par de nombreuses personnes sur la façon de quitter la pièce restent vaines.
Lilywhite Lilith
Au milieu de la foule, Rael rencontre une personne aveugle qui lui demande de l'aider à trouver son chemin à travers la foule. Rael accepte, en échange de quoi elle le guide hors de la chambre des trente-deux portes. Elle le conduit dans une grotte et lui dit d'attendre patiemment, et qu'« ils » ne vont pas tarder à arriver.
The Waiting Room
Rael attend mais perd patience. Deux globes de verre tournent autour de lui, qu'il finit par briser. La grotte s'écroule sur lui.
Anyway
Rael est en train de suffoquer sous les décombres et se pose des questions sur sa vie et sa mort. Tout à coup, une sonnerie retentit…
Here Comes The Supernatural Anaesthetist
L'anasthésiste surnaturel est en fait une représentation mythologique de la mort : (la grande faucheuse). Rael avait rendez-vous avec elle, mais lorsqu'elle arrive, elle se détourne et s'en va.
The Lamia
Rael, toujours vivant, décide que la mort était une illusion et sent une odeur dans l'air. Il la suit et arrive à sortir des décombres de la grotte. Il se retrouve dans une pièce somptueuse dotée d'une piscine. Des créatures, mi-femmes, mi-serpents présentes en ce lieu lui font l'amour tout en le dévorant. Lorsque la première goutte de sang arrive sur les lèvres des Lamia, celles-ci meurent instantanément. Rael se retrouve seul et mange les restes des Lamia.
Silent Sorrow in Empty Boats
On imagine dans cette chanson Rael, seul, errant après l'épisode des Lamia. Ce thème musical est certainement inspiré du prélude de L'Or du Rhin de Richard Wagner (motifs de la Nature et du Rhin).[réf. nécessaire]
The Colony of Slippermen
Rael arrive dans un lieu où se trouvent des personnes difformes. Elles lui apprennent que, comme lui, elles ont gouté à l'amour des Lamia, qui renaissent en fait après chaque conquête. Rael constate qui est devenu difforme lui aussi, ainsi que son frère John, mais ne veut y croire. Rael et John décident de rendre visite au docteur Dyper, spécialiste de la castration, pour retrouver une apparence normale. Celui-ci rend les organes en question à chacun des frères dans un tube que les autres ex-Slippermen ont l'habitude de porter autour du cou. À ce moment-là, un immense corbeau plonge sur Rael et se saisit du tube. Rael poursuit l'oiseau jusque sur une falaise. L'oiseau laisse tomber le tube. John a une fois de plus abandonné Rael et n'a pas voulu le suivre pour l'aider à récupérer son tube. Rael n'a plus qu'à contempler du haut de la falaise son tube qui flotte dans le torrent au fond du ravin. La première phrase de la chanson ("I wandered lonely as a cloud") est un emprunt au poète anglais William Wordsworth et à son fameux poème Daffodils où la réalité est aussi transformée, le paysage est difforme notamment à cause des jonquilles d'or, chères à l'auteur.
Ravine
On imagine Rael contemplant son tube du haut de la falaise...[réf. nécessaire]
The Light Dies Down On Broadway
Alors que Rael est sur la falaise, il voit une fenêtre ouverte dans le ciel, où il voit Broadway et la vie qu'il y menait auparavant. Au moment où il va traverser la fenêtre, il entend son frère John qui se noie dans le torrent. Rael est confronté à un dilemme : sauver son frère qui l'a si souvent laissé tomber ou sortir de ce cauchemar en traversant la fenêtre. Il n'a pas beaucoup de temps pour se décider car la fenêtre commence à disparaître. Mais son choix est fait : il sauvera son frère.
Riding the Scree
Rael glisse alors sur un éboulis pour descendre de la falaise et rejoindre la rivière afin de sauver son frère.
In the Rapids
Rael a sauté à l'eau et nage pour sauver son frère. Il arrive à l'attraper et à le ramener sur la berge. Au moment où il le retourne pour le mettre sur le dos, Rael se rend compte que le visage de John a changé et que c'est en fait son propre visage qu'il observe.
It
La conscience de Rael passe très rapidement d'un visage à l'autre jusqu'à ce qu'elle n'appartienne plus à aucun des deux corps et qu'elle contemple la scène « à la troisième personne » en les survolant. Soudain, les deux corps partent en fumée. L'histoire s'arrête là et Peter Gabriel conclut par it's over to you (c'est vous qui voyez), laissant à chacun la liberté d'interpréter la fin comme il le souhaite.

Performances en concert

Lors de la tournée mondiale qui suivit la sortie de l'album (1974 et 1975), le groupe le jouait dans son intégralité et dans l'ordre, de manière à ce que le spectateur entre dans le récit. Entre les chansons, Gabriel racontait l'histoire de Rael.

Durant cette tournée, le groupe utilisa plus d'effets spéciaux que lors des précédentes. De nombreux éclairages créaient des ambiances surréalistes, à l'arrière-scène, des diapositives (1 124 sur tout le concert) étaient projetées sur trois écrans et illustraient l'histoire. Malheureusement, le groupe jugea que le spectacle n'était pas stable visuellement, par conséquent, The Lamb Lies Down on Broadway ne fut jamais filmé.

Le tribute band « The Musical Box » reprend dès octobre 2000 en tournée le spectacle tel que Genesis l'avait conçu. Selon Phil Collins ce groupe canadien joue mieux que les musiciens originaux. Le chanteur possède exactement le timbre de Peter Gabriel et chante sans jamais donner l'impression de copier l'original. La qualité de cette reprise est telle que les anciens membres de Genesis, Peter Gabriel en tête, ont accepté de transmettre les notes de mise en scène et les diapositives du spectacle original.

Départ de Peter Gabriel
Au cours de la tournée mondiale consacrée à cet album, dans une chambre d'hôtel à Cleveland (États-Unis), Peter Gabriel annonce à ses partenaires qu'il a décidé de quitter Genesis. Mais la nouvelle reste secrète et la tournée se poursuit jusqu'au dernier concert le 27 mai 1975 à Saint-Étienne (France) qui est aussi la dernière prestation de Gabriel avec le groupe qu'il a cofondé en 1967. Il faut attendre le mois d'août 1975 pour que le périodique britannique Melody Maker rende public le départ du chanteur qui va dès lors poursuivre une carrière solo couronnée de succès, alors que Genesis continuera avec quatre membres, également avec succès.

SENTIMENTS
DE
TAY
La chouette effraie

et

Gauguin, le loup dans le soleil (Oviri) est un film franco-danois d'Henning Carlsen réalisé en 1986.

Synopsis

Ce film biographique est basé sur la vie du célèbre peintre français Paul Gauguin.
Fiche technique

Titre original : Oviri
Réalisation : Henning Carlsen
Année : 1986
Pays : Drapeau du Danemark Danemark et Drapeau de la France France
Genre : Drame; Biographie
Durée : 90 min
Scénario : Jean-Claude Carrière et Henning Carlsen
Date de sortie en salle :
Drapeau du Danemark Danemark : 5 septembre 1986
Drapeau de la France France : 13 mai 1987
Drapeau des États-Unis États-Unis : 31 juillet 1987 (New York City; New York)

Distribution

Donald Sutherland : Paul Gauguin
Max von Sydow : August Strindberg
Jean Yanne : William Molard
Sofie Gråbøl : Judith Molard
Valeri Glandut : Annah
Fanny Bastien : Juliette Huet
Luis Rego

----------------------------------


Raison sur les autres.
Darmanin est
un gestionnaire
qui regarde le sou
au centimes.
Si nous avons les
poches trouées,
il se baissera pour
les prendre. Moi,
aussi, quand je
trouve un centime,
j'y crache pas dessus.
Avoir et avouer ne
fait pas partie de ses
principes républicains dira son
ancien parti politique.
Citoyen Tignard Yanis

ET

Pourtant, un certains manuel Valls est plus médiatisé que vous et moi: Le plus catastrophique pour La Catalogne et L'Espagne ainsi que pour L'Europe et La France, il se mets à rêver d'être à la tête de Barcelone et de donner ainsi un nouveau cap dans la démocratie ibérique et européenne. Un véritable mégalo qui n'a jamais compris les mouvements de haine et de colère qu'il a engendré et qui s'est fait couillonné par Emmanuel Macron tandis que le parti socialiste lui préféra Benoît Hamon. En France, il y a plus qu'un malaise, ce sont les gangrènes qui rongent les organes de l'état, des dialectes communales et de la République Française. TAY

---------------------------

La Mouette rieuse (Chroicocephalus ridibundus, anciennement Larus ridibundus) est une espèce d'oiseaux de la famille des Laridae, une famille regroupant notamment les Mouettes et les Goélands.
Elle est omnivore. Principalement elle se nourrit d'animaux, insectes et vers de terre, mais également de végétaux et de déchets ménagers ou industriels. Elle joue ainsi le rôle d'éboueur mais peut également subtiliser les proies d'autres oiseaux. Les méthodes que la Mouette rieuse emploie pour trouver sa nourriture et la nature de celle-ci varient considérablement selon la région, la saison, les proies disponibles mais aussi les préférences individuelles. Ainsi, pour capturer des lombrics, elle frappe le sol alternativement de ses pattes palmées en restant sur place, les vibrations provoquent l'émersion de ses proies. Cet oiseau est capable de s'adapter très rapidement à de nouvelles conditions.

Dès le début de juillet, les premières mouettes rieuses désertent les colonies. Tout comme au printemps, leurs troupes voyagent de jour comme de nuit en vols en chevrons. La migration postnuptiale se poursuit jusqu'en décembre. Cette espèce est surtout migratrice dans l'est et le nord de son aire de reproduction où les hivers sont rigoureux. Elle est erratique ou migratrice partielle ailleurs. Les différentes populations se mêlent librement lors des migrations et en hivernage. Le passage prénuptial dure de février à avril. En mai et juin, s'observent des oiseaux vagabonds.

Cà flash comme Vertebrata.

-----------------------------

PASCAL EST LE MÉCANISME ET IL PEUT ÊTRE RUSTRE ET IL NE JOUE PAS AU MANIÉRÉ. QUAND TU DONNES DES COUPS ; TU DOIS SAVOIR LES RECEVOIRS. PASCAL EST UN PHYSIQUE MAIS IL SAIT SE SERVIR DE SA MATIÈRE GRISE. IL EST POUR MOI, MOINS FORT QUE MARC DE CHANTAL MAIS IL FAIT PARTI DE CEUX QUI MALGRÉ UN CARACTÈRE DE COCHON PORTE LA MARQUE DE CEUX QUI SAVENT ÊTRE ARROSÉ ET ARROSEUR. IL A ÉTÉ TROP SENTIMENTAL AVEC DYLAN MAIS JE CONNAIS UN TYPE DONT LE PÈRE S'ÉTAIT SUICIDÉ: UN MEC QUI JOUAIT SUR LES SENTIMENTS POUR MIEUX DOMINER. ON DIT QUE CERTAINES PERSONNES SE CACHENT DERRIÈRE QUELQU'UN POUR FAIRE DES MESSES BASSES: DANS CE KOH LANTA, NI JEREMY ET NI PASCAL NE SONT CE GENRE DE TYPE. SI CLÉMENCE AVAIT EU LE CARACTÈRE DE CHANTAL PEUT ÊTRE QUE ALBAN AURAIT VOTÉ AUTREMENT. MAIS SI PASCAL DEVAIT PERDRE, CLÉMENCE ET JEREMY ÉTAIT LES SEULS RÉELLEMENT AVEC CLÉMENTINE A POUVOIR RÉALISER CET EXPLOIT. BRAVO, PASCAL ET BRAVO, CLEMENCE.
Yanis et Davy.

------------------------

Tlatlauhcacinteotl (aussi Tlatlauhca-Cinteotl) dans la mythologie aztèque, est le dieu du maïs rouge, sa mère est la déesse Centeotl. Ses frères sont Iztaccinteotl, Cozauhcacinteotl, Yayauhcacinteotl (1).
1 ↑ Cinteteo (es) Cecilio Agustín Robelo, Diccionario de Mitología Nahua, México, Biblioteca Porrua. Imprenta del Museo Nacional de Arqueología, Historia y Etnología, 1905, 87 p. (ISBN 978-9684327955).
TAY

---------------------

LA LIBERTÉ FOR NINA.
EN LA FUREUR DE LA TOILE, LA PHOTOGRAPHIE PROFILE LE REGARD DES MOUVEMENTS ET DES ASPECTS DANS MON DÉSIR DE PEINTURES. L'IVRESSE DU SOUPÇON SUR LE LIEN DE LA CHIMIE ET DE LA BIOLOGIE, DANS L’IRRÉEL DE LA RÉALITÉ : TEL UN TENTATEUR LIVRANT SON ÂME à DIEU.
TAY
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.atelier-yannistignard.com
yanis la chouette



Nombre de messages : 7055
Localisation : http://yanis.tignard.free.fr
Date d'inscription : 12/11/2005

MessageSujet: Re: Métamatière, éternité et renouvellement   Lun 25 Juin à 10:52

Chalchiutlicue (nom nahuatl signifiant « celle qui porte une jupe de jade ». Cette déesse des rivières et des lacs et la protectrice des naissances et des rituels lui étaient consacrés lors de la cérémonie des baptêmes aztèques.
Y'BECCA.
TAY

Sous sa forme aquatique, Chalchiutlicue est connue sous le nom de Acuecucyticihuati,
déesse des océans, des rivières et des autres formes de cours d'eau,
ainsi que protectrice des femmes en travail.
The Pussycat Dolls - Buttons ft. Snoop Dogg
https://www.youtube.com/watch?v=VCLxJd1d84s
Y'BECCA.
TAY

DONC,

Les Tzitzimime (« flèche qu'il pénètre », pluriel de Tzitzimitl) sont, dans la mythologie aztèque, des démons stellaires de sexe féminin, les filles de la voie lactée Citlalincue et les sœurs de divers dieux stellaires, dont Citlaltonac, Citlalmina et Citlaxonecuill. Ces monstres n'attendaient que l'occasion de dévorer les êtres humains lors de certains événements. Tous les cinquante-deux ans, les aztèques procédaient à la ligature des années lors de la cérémonie du feu nouveau. C'était un moment de grande angoisse, car les aztèques craignaient que les Tzitzimime ne fondent sur le monde pour détruire l'humanité au cas où les prêtres n'arriveraient pas à rallumer le feu1.

Entre eux, il existait quatre groupes indépendants, lesquels sont appelés Xoxouhcaltzitzimitl (démons de peau bleue), Coztzitzimitl (démons de peau jaune), Itlatlauhcatzitzimitl (démons de peau rouge), Iztactzitzimitl (démons de peau blanche)2.
Notes et références

↑ Cecilio Agustín Robelo, Diccionario de Mitología Nahua, México, Biblioteca Porrúa. Imprenta del Museo Nacional de Arqueología, Historia y Etnología, 1905, 699, 700, 701 p. (ISBN 978-9684327955)
↑ (es) Otilia Meza, El Mundo Mágico de los Dioses del Anáhuac, México, Editorial Universo México, 1981, 144 - 160 p. (ISBN 968-35-0093-5)

avec

Les Itlatlauhcatzitzimitl sont, dans la mythologie aztèque, un groupe de Tzitzimime à peau rouge. Entre eux, il existait quatre groupes indépendants, lesquels sont appelés Iztactzitzimitl (démons blancs), Coztzitzimitl (démons jaunes), Xoxouhcaltzitzimitl (démons bleus)1.
Notes et références

↑ (es) Otilia Meza, El Mundo Mágico de los Dioses del Anáhuac, México, Editorial Universo México, 1981, 144 - 160 p. (ISBN 968-35-0093-5)

---------------------------------------

Chalchiutlicue (nom nahuatl signifiant « celle qui porte une jupe de jade » et orthographié également Chalciuhtlicue, Chalcihuitlicue ou Chalchiuhtilicue) est une divinité de la mythologie aztèque. Cette déesse des rivières et des lacs était aussi considérée comme la protectrice des naissances et des rituels lui étaient consacrés lors de la cérémonie des baptêmes aztèques.
Mythologie

Elle est l'épouse de Tlaloc et est avec lui la mêre de Tecciztecat et règne sur le Tlalocan. Sous sa forme aquatique, elle est connue sous le nom de Acuecucyticihuati, déesse des océans, des rivières et des autres formes de cours d'eau, ainsi que protectrice des femmes en travail.

Elle est aussi parfois citée comme épouse de Xiuhtecuhtli, et quelquefois associée à Matlalcueitl, une déesse de la pluie.

Elle pouvait faire apparaître les ouragans et les tourbillons de vent et causer la mort par noyade.

Elle était associée à la treizaine « 1-roseau ».
Représentation

En art, Chalciuhtlicue est généralement représentée vêtue d'ornements de papier amatl ou en turquoise dont les couleurs vertes et bleues renvoient à son nom, et une jupe bleue ornée de coquillages. Ses cheveux sont ornés de bandes bleues et blanches. Dans quelques scènes, des bébés sont visibles dans un flux d'eau issu de ses jupes. Elle est quelquefois symbolisée par une rivière.

Elle figure dans de nombreux manuscrits dont le Codex Borgia (images 11 et 650), le Codex Borbonicus (page 5), le Codex Ríos (page 17) et le Codex de Florence, (image 11).

En sculpture, elle est souvent sculptée dans une pierre verte, le plus souvent une jade. On l'invoquait au moment de la naissance d'un enfant pour le laver des péchés de ses parents, l'eau jouant ici un rôle purificateur. Elle est la patronne des pêcheurs du Golfe du Mexique et des fabricants de produits de caoutchouc.
Bibliographie

Primo Feliciano Velázquez, Códice Chimalpopoca. Anales de Cuauhtitlán y Leyenda de los Soles, México, Instituto de Investigaciones Históricas, 1975, 161 p. (ISBN 968-36-2747-1)
Adela Fernández, Dioses Prehispánicos de México, México, Panorama Editorial, 1998, 162 p. (ISBN 968-38-0306-7)
Patricia Turner and Charles Russell Coulter, Dictionary of Ancient Deities, United States, Oxford University Press, 2001, 608 p. (ISBN 0-19-514504-6)
Otilia Meza, El Mundo Mágico de los Dioses del Anáhuac, México, Editorial Universo México, 1981, 153 p. (ISBN 968-35-0093-5)
Michael Jordan, Dictionary of Gods and Goddesses, United States, Library of Congress Cataloging-in-Publication Data, 2004, 402 p. (ISBN 0-8160-5923-3)



François-Marie Bertrand, Dictionnaire universel, historique et comparatif, de toutes les religions du monde : comprenant le judaisme, le christianisme, le paganisme, le sabéisme, le magisme, le druidisme, le brahmanisme, le bouddhismé, le chamisme, l'islamisme, le fétichisme, ... ; Volumen 1, France, Migne, 1881, 602 p.
François-Marie Bertrand, Dictionnaire universel, historique et comparatif, de toutes les religions du monde ; Volumen 2, France, Migne, 1881, 602 p.
François-Marie Bertrand, Dictionnaire universel, historique et comparatif, de toutes les religions du monde ; Volumen 3, France, Migne, 1881, 602 p.
François-Marie Bertrand, Dictionnaire universel, historique et comparatif, de toutes les religions du monde ; Volumen 4, France, Migne, 1881, 602 p.

--------------------------

Michael Jackson - Thriller | Immortal Version
https://www.youtube.com/watch?v=T3wmW3RZBok

Tonacatecuhtli (nom nahuatl signifiant « Seigneur de notre chair »1 ou « Seigneur de nos nourritures ») est, dans la mythologie aztèque, une divinité de la nourriture. Époux de Tonacacihuatl (« Dame de notre chair », il est la représentation d'Ometecuhtli sur la terre (« Tlalticpac »), et habite dans une grande maison appelée Tonacacacuahtlan.
https://fr.wikipedia.org/wiki/Tonacatecuhtli

----------------------
Tonacatecuhtli (nom nahuatl signifiant « Seigneur de notre chair »1 ou « Seigneur de nos nourritures ») ET Tonacacihuatl (« Dame de notre chair »...
MÉTAPHORES DU CITOYEN TIGNARD YANIS
SUR LES MOUVEMENTS DES VENTS ASPIRANT LES
ASTRES DANS LES TROUS NOIRS
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.atelier-yannistignard.com
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Métamatière, éternité et renouvellement   

Revenir en haut Aller en bas
 
Métamatière, éternité et renouvellement
Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» avis de non renouvellement
» Fin de contrat et non-renouvellement?
» Renouvellement NEQ
» renouvellement hypothèque avec la caisse
» Renouvellement de contrat de collaboration

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
La.cinquieme.République :: La.cinquieme.République-
Sauter vers: