La.cinquieme.République

De la politique pure et affaires étrangeres
 
AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  MembresMembres  GroupesGroupes  Connexion  

Partagez | 
 

 Les Mentawai, l'île de Siberut et l'Océan Indien

Aller en bas 
AuteurMessage
yanis la chouette



Nombre de messages : 7055
Localisation : http://yanis.tignard.free.fr
Date d'inscription : 12/11/2005

MessageSujet: Les Mentawai, l'île de Siberut et l'Océan Indien   Ven 18 Mai à 8:22

Les Mentawai (ou encore Mentawei, Mentawaï ou Mentawi) sont la population autochtone des îles Mentawai situées au large de la côte ouest de la province de Sumatra occidental, en Indonésie. On les appelle aussi « hommes-fleurs » car, pour eux, la beauté est une chose essentielle.

Le nombre actuel (vers l'an 2000) des Mentawai est estimé à 30 000 individus, pour une population totale de 64 000 habitants dans l'archipel. Ils parlent le mentawai, une langue austronésienne du groupe des langues sumatra du Nord-Ouest.

Géographie

Les Mentawais habitent l'île de Siberut, à 150 km à l'ouest des côtes de Sumatra. L'île de Siberut se situe dans « le détroit des Mentawai ».

L'UNESCO a décidé que l'île de Siberut devait être une réserve protégée. La côte ouest de Sumatra est composée d'une quarantaine d'îles, dont seules les quatre plus grandes sont habitées : Siberut (4480 km²), Sipora (845 km²), et les deux Pagaï, Nord et sud (1675km²). Sibérut abrite environ 45 000 indigènes.
Culture
Alimentation

Chasse

Avant la chasse, les hommes demandent aux esprits de la forêt de leur accorder la chance de ramener un sanglier ou un singe. En même temps, Teoreun (le chamane) va préparer le poison avec des feuilles, des écorces, des racines toxiques, puis du piment. Tous ces éléments vont être ensuite rassemblés et pressés (le poison peut tuer un sanglier en moins de 5 minutes). Cette fabrication n'est jamais pratiquée devant les enfants car toute imitation pourrait être mortelle. Puis Teoreun enduit les flèches avec le poison.

Les hommes s'entraînent avec des flèches sans poison sur une cible à 10 m. Enfin, les hommes partent à la chasse : les animaux sont presque invisibles. Quand les chasseurs voient un animal, ils le tuent et, afin de préserver l'équilibre de leur univers spirituel, remercient l'âme de l'animal qu'ils ont chassé.

Pêche

Les femmes pêchent des petites crevettes et des petits poissons avec des épuisettes. Elles ramènent peu de nourriture, car elle ces proies sont peu abondantes dans la rivière.

Le sagou

Le sagou est réalisé à partir de la pulpe du sagoutier. Après l'avoir abattu, les Mentawais enlèvent la pulpe, puis la lavent. Cette pulpe donne un liquide blanc, qui est filtré afin d'obtenir une sorte de « farine ». Pour les Mentawais, cet arbre permet d'éviter la famine, car la farine est très nourrissante et les arbres sont nombreux.

Élevage

Les Mentawais élèvent des porcs et des poulets, qu'ils nourrissent avec le sagou. Les Mentawais ne mangent pas beaucoup de viande, mais ils utilisent les cochons et les volailles comme monnaie d'échange. Ainsi lorsqu'un homme demande une femme en mariage il doit fournir au père de la mariée une certaine quantité de porcs et de volailles. De même, pour faire un tatouage le Mentawai paie en poulets.

Les fruits

Les Mentawais consomment beaucoup de fruits. Un homme est chargé de monter dans les arbres à plus de 20 m de hauteur. Pour cela, ils font des repose-pied avec une machette.

Repas

Les Mentawais partagent la nourriture : pendant le repas, chaque personne a le même nombre de morceaux de nourriture que son voisin. Les nouveau-nés ont autant de nourriture que les adultes. Car, pour eux, chaque personne a la même importance, qu'elle soit chamane ou pas, qu'elle soit vieille ou jeune.

Le sagou est présenté dans une feuille enroulée, fermée avec une ficelle. Pour la viande, chaque famille possède une petite planche en bois et les petits morceaux de viande sont disposés dessus.
Coutumes
Tatouages
Rituel d'affutage des dents (1938). Les tatouages des 2 hommes sont visibles.

Ils se tatouent le corps des pieds à la tête. Les tatouages, très impressionnants par leur taille et leur apparence guerrière, ont plusieurs explications :

La première est liée à leurs croyances animistes. Ils croient que tout objet est animé et possède une âme capable de sortir de son enveloppe matérielle. Pour empêcher que l'âme ne parte (ce qui donnerait des maladies et la mort), ils se décorent la peau. Le tatouage vient de cette croyance : il sert à préserver intacte l'âme de l'individu.
La seconde fonction est d'indiquer l'identité, le clan et à quelle famille appartient l'individu grâce à des symboles (ex : la lune, le soleil...) qui déterminent l'appartenance à une famille.
Les tatouages ont une troisième explication. Ils remplacent leurs vêtements et ils paraissent protéger les humains.

2 femmes Mentawai (1910).

Les séances de tatouages sont très nombreuses dans une vie des Mentawais et leur corps en est presque recouvert. Chaque partie du corps est tatouée petit à petit : les jambes, les bras, le torse et parfois le visage. Les tatouages sont constitués de courbes et de lignes. Hommes et femmes sont tatoués de la même façon exceptés les bras et les cuisses des femmes qui ne sont pas marqués.

Les tatouages sont faits à l'aide d'un petit pinceau appelé « patit » sur lequel est fixée une pointe de laiton. L'encre est constituée d'un mélange de noir de fumée récupéré sous les marmites et de jus de canne à sucre. Les motifs sont d'abord dessinés sans encre sur le corps du futur tatoué, en prenant exemple sur le corps du tatoueur. Les plus anciens, qui assistent à la séance, donnent leur avis sur les dessins, et le tatoueur recommence jusqu'à ce que tout le monde soit d'accord sur la forme artistique des motifs, qui doit suivre la tradition. Le tatoueur peut alors commencer avec l'encre. Le « patit » est enduit d'encre et le tatoueur repasse les motifs dessinés avec de l'encre. À l'aide d'une baguette en bois, le tatoueur donne de petits coups secs et rapides sur l'instrument pour que l'aiguille pique la peau. Elle se déplace alors lentement le long de la ligne tracée. La séance est longue et très douloureuse, mais les gens tout autour racontent des blagues et des histoires pour soutenir le tatoué.
Fleurs

Les Mentawais portent des fleurs d'hibiscus sur leurs têtes. Dans la tradition, elles se transmettent de générations en générations.
Rites

Les Mentawais ont également adopté, au cours du temps, différents rites qui symbolisent le passage d'étapes dans une vie. Bien que ces rites ne soient pas pratiqués par la totalité des Mentawais, deux le sont par une large majorité: il s'agit du passage de l'enfant à l'adulte et du passage de jeune homme à homme marié. Le premier consiste en une cérémonie rassemblant tous les membres de la famille autour d'un repas composé de plusieurs petits morceaux de nourriture préparés pour l'occasion, il s'agit d'un repas de fête exceptionnel. Le second est un rituel beaucoup plus symbolique: les jeunes hommes parent leur sexe d'anneaux faits de petits morceaux de bois flexibles et de fines feuilles de palmiers. Tout la symbolique de ce rite réside dans ces anneaux qui permettraient la fécondité du jeune homme.
Habillement

Les Mentawais portent des pagnes végétaux fabriqués avec les écorces des arbres coupées en lamelles, trempées dans l'eau et longuement martelées, sans les déchirer, pour quelles soient plus souples. Pour finir, ils les font sécher au soleil et ils les nouent autour du torse. Au fil du temps, ces pagnes vont devenir similaires à un tissu.
Langue

La langue mentawai fait partie du rameau des langues sumatriennes de la branche malayo-polynésienne des langues austronésiennes, auquel appartiennent également les langues batak, enggano, nias et simeulue.
Habitat
Une maison commune Mentawai (2004)

Les Mentawais n'habitent pas exactement dans un village mais dans une maison collective, l'« uma ». C’est aussi un refuge spirituel où les vivants peuvent prier et communier avec leurs ancêtres. Pour les jeunes apprentis, ils sont formés à la vie en harmonie avec la forêt et finalement, initiés à l’art du Mentawai. Les enfants commencent à utiliser la machette à l'âge de 4 ans.

Les familles dorment dans l'« uma », la maison collective où tout le monde vit en communauté. Il existe aussi des « sapo », de petites maisons individuelles, officiellement pour la chasse et l'entretien de la forêt. Officieusement, c'est un endroit où l'homme et la femme se retirent de leurs umas pour rester ensemble et partager un peu d'intimité.

Dans leur village, il n'y a pas de chef, mais un guide, le chaman. Chacun sait ce qu'il doit faire. Après le repas du soir, les Mentawai se réunissent pour parler, avec des cigarettes à la bouche. Les réunions peuvent durer des heures, car il faut que tout le monde soit d'accord, ce n'est pas la majorité qui l'emporte.
Un peuple menacé

Les Mentawai ont subi une politique très dure d'acculturation et de sédentarisation forcée, menée au nom de la modernisation par le gouvernement indonésien dès les années 1950, appliquée avec l'usage de la violence sous la dictature de Soeharto. Cette politique a été source d'un bouleversement du mode de vie des Mentawai, contraints de quitter la forêt, leur lieu de vie ancestral, et de s'installer dans des villages constitués de maisons individuelles, au lieu des traditionnelles grandes maisons communautaires ou uma.

Depuis la démission de Soeharto en 1998, cette acculturation forcée a cessé, mais nombre de Mentawai ne savent plus vivre ou survivre dans la forêt. L'île a été classée Réserve de la biosphère par l'ONU. Quelques Mentawais ont alors repris leur mode de vie traditionnel en retournant dans la forêt et en reconstruisant des uma. Ils seraient aujourd'hui un millier à avoir retrouvé ce mode de vie ancestral, qui est encore découragé par le gouvernement, central et local.
Notes et références
Voir aussi

Présentation de l'émission Rendez-vous en terre inconnue diffusée le 28 décembre 2006 sur la chaîne de télévision France 2, tournée chez et avec des Mentawai, avec la participation de Patrick Timsit.

Bibliographie

Olivier Lelièvre, Mentawai La forêt des esprits, Anako Editions, 1996 (ISBN 2907754092)
Raymond Figueras, Au pays des Hommes-Fleurs, avec les chamans des îles Mentawai; Transboréal, Paris, 2010.

Le mentawai est une langue austronésienne parlée en Indonésie, dans les îles Mentawai. La langue appartient à la branche malayo-polynésienne des langues austronésiennes.

Localisation géographique

Le mentawai est parlé dans les Îles Mentawai par la population du même nom.
Classification

Le mentawai fait partie des langues sumatra du Nord-Ouest qui sont un des sous-groupes du malayo-polynésien occidental2.
Phonologie

Les tableaux présentent la phonologie du mentawai3.
Voyelles
Antérieure Centrale Postérieure
Fermée i [i] u [u]
Moyenne e [e] o [o]
Ouverte a [a]
Consonnes
Bilabiales Alvéolaires Dorsales Glottales
Palatales Vélaires
Occlusives Sourde p [p] t [t] k [k] ʔ [ʔ]
Sonore b [b] d [d] g [g]
Fricative s [s] h [h]
Affriquée Sourde c [t͡ʃ]
Sonore j [d͡ʒ]
Nasale m [m] n [n] ñ [ɲ] ŋ [ŋ]
liquide l [l]
roulée r [r]
semi-voyelle w [w] y [j]
Notes et références

↑ Selon Ethnologue.com [archive]
↑ Adelaar, 2005, p. 22.
↑ Nothofer, 1986, p. 97, d'après Kähler (1940).

Sources

(en) Adelaar, Alexander, The Austronesian Languages of Asia and Madagascar: A Historical Perspective, The Austronesian Languages of Asia and Madagascar, pp. 1-42, Routledge Language Family Series, Londres, Routledge, 2005, (ISBN 0-7007-1286-0)
(en) Nothofer, Bernd, The Barrier Island Languages in the Austronesian Language Family, Focal II: Papers From the Fourth International Conference on Austronesian Linguistics, pp. 87-109, Pacific Linguistics, Series C no 94, Canberra, Research School of Pacific and Asian Studies, The Australian National University, 1986.

Voir aussi
Liens internes

linguistique
liste de langues
langues par famille
langues austronésiennes
langues malayo-polynésiennes
langues malayo-polynésiennes occidentales
langues sumatra du Nord-Ouest

Liens externes

(en) Fiche langue (code «mwv») [archive] dans la base de données linguistique Ethnologue.

ET,

L’animisme, (du latin animus, originairement « esprit », puis « âme ») est la croyance en un esprit, une force vitale, qui anime les êtres vivants, les objets mais aussi les éléments naturels, comme les pierres ou le vent, ainsi qu'en des génies protecteurs1.

Ces âmes ou ces esprits mystiques, manifestations de défunts ou de divinités animales, peuvent agir sur le monde tangible, de manière bénéfique ou non. Il convient donc de leur vouer un culte2. Ainsi défini, comme « croyance à l'âme et à une vie future et, corrélativement, croyance à des divinités directrices et des esprits subordonnés »3, l'animisme peut caractériser des sociétés extrêmement diverses, situées sur tous les continents.

À moins d'être redéfini dans le champ de l'anthropologie, par exemple à la manière de Philippe Descola, ou limité à un processus psychique, par exemple dans la psychanalyse ou dans la conception piagétienne, l'objet « animisme » ne correspond à aucune réalité religieuse se revendiquant comme telle. Il n'est qu'un objet créé historiquement pour distinguer des croyances et des pratiques n'entrant pas dans le cadre des paradigmes des religions dites universalistes.

Origine et usage du terme
Médecine du XVIIIe siècle

Le médecin allemand Georg Stahl est à l’origine (Theoria medica vera, 1707)4 d’une théorie médicale appelée animisme, opposée au mécanisme et au vitalisme ; pour résumer à l’extrême, il s’agissait d’expliquer que l’âme avait une influence directe sur la santé. Une seule et même âme est à la fois principe de vie et principe de pensée.

L'animisme (Stahl) s'oppose alors au mécanisme (Démocrite, Descartes, Cabanis, Le Dantec) et se différencie du vitalisme (Platon, Paracelse, Paul-Joseph Barthez, Félix Ravaisson, Bergson, H. Driesch). L'animiste ne se contente pas de subordonner la matière à la vie, mais, qui plus est, il soumet la vie à la pensée. Les philosophes d'inspirations vitalistes considèrent au contraire l'activité intellectuelle comme fondamentalement subordonnée à la « vie ».
Edward Tylor, le pionnier

Edward Burnett Tylor (1832 - 1917) est le premier sociologue à avoir établi une théorie sur l’animisme, dans Primitive Culture (1871). Il fonde son analyse sur le sentiment, pour lui général dans les sociétés qu’il qualifiait alors de « primitives », que l’âme était distincte du corps car, lors des rêves, le dormeur semble atteindre un monde différent de celui où se trouve son corps.

C’est cette expérience qui aurait fondé la notion d’« âme ».

Par analogie et extension, des âmes auraient ainsi été prêtées (attribuées) à l’ensemble des éléments de la nature5. Pour Tylor, l’animisme représentait le premier stade de religiosité humaine, celui des sociétés les plus primitives, et il devait être suivi par le fétichisme, puis le polythéisme et enfin, par le monothéisme, qui caractérisait la religion de sa propre société6.

La théorie de Tylor sur l’animisme eut un énorme succès. Le terme fut ensuite beaucoup repris, discuté et critiqué.

Les anthropologues ont notamment reproché à Tylor sa perspective évolutionniste (comme si toutes les sociétés devaient évoluer de la même manière vers un même but), sa perspective psychologique (il est difficile d’expliquer une notion telle que l’âme par une simple référence à une expérience de dormeur – ou alors, cette notion devrait prendre un sens identique dans toutes les sociétés, ce qui n’est pas le cas), ainsi que le caractère imprécis du terme animisme (tous les éléments de la nature ne sont pas partout perçus comme ayant une âme, attribuer un esprit ou une âme à un élément n’est pas la même chose, etc.).
Évolution vernaculaire du terme

En dehors de quelques anthropologues qui reprennent ce terme dans leur analyse en lui donnant une signification précise (tel Philippe Descola), le terme d’animisme n’est plus employé que de manière très vague, pour finalement désigner toutes les religions qui ne sont pas universalistes (c’est-à-dire les religions de la conversion, telles le christianisme, l’islam ou qui ne sont pas des religions de grands pays-civilisations (les religions chinoises, indiennes, etc.). Il est alors pris comme synonyme de « religion traditionnelle » (un terme qui ne signifie rien, en soi), ou d’autres termes à l’usage tout aussi vague, tels que le chamanisme. En réalité la difficulté de définir clairement ces termes et circonvenir leur périmètre respectif procède essentiellement de leur éloignement des modes de pensées des sociétés modernes, issus d'une représentation du monde radicalement différente, que Philippe Descola qualifie de naturaliste.

Introduit à la fin du XIXe siècle par l'anthropologue britannique Edward Burnett Tylor pour désigner les religions des sociétés qu'il nomme « primitives » (Primitive Culture, 1871), le concept a connu un indéniable succès jusque dans les premières décennies du XXe siècle, devenant « l'un des termes de référence majeurs de l'histoire de l'ethnologie religieuse »7. Cette ambitieuse tentative d'explication globale des croyances religieuses – une « doctrine de l'âme » – a perdu une large part de sa validité aujourd'hui et les travaux contemporains s'en écartent, notamment ceux de l'anthropologue français Philippe Descola qui ne voit pas dans l'animisme une religion, mais plutôt « une manière de concevoir le monde, et de l'organiser »8.

Le terme lui-même, souvent entaché de connotations colonialistes9, du moins perçues comme péjoratives10, est employé avec circonspection, parfois remplacé par des expressions telles que « croyances populaires », « croyances indigènes », « religions traditionnelles ». Par défaut ou par commodité, il est désormais utilisé dans le langage courant ou dans les statistiques, comme un mot fourre-tout désignant généralement l'ensemble de ce qui, ne relevant pas des grandes religions théistes s'appuyant sur des textes sacrés (christianisme, islam, bouddhisme…), est transmis par des traditions orales11.
Philippe Descola

Parmi les anthropologues contemporains, Philippe Descola, dans une vision globalisante voire universaliste, a redéfini l'animisme dans un ouvrage remarqué, Par-delà nature et culture (2005)12. Il se place pour cela dans la situation de l'Homme s'identifiant au monde suivant deux perspectives complémentaires : celle de son « intériorité » et celle de sa « physicalité » vis-à-vis des autres, humains et non humains.

L'animisme correspondrait à la perception d'une identité commune des intériorités des existants, humains et non humains, et à celle d'une identité distincte entre leurs physicalités. L'anthropologue décrit les trois autres « ontologies » qui suivent la perception d'une fusion ou d'une rupture entre intériorité et physicalité, et qui se nomment totémisme, analogisme et naturalisme ; les quatre modes (identité/rupture) * {intériorité/physicalité}) réunis auraient une vocation universelle, tout en revêtant diverses formes de cohabitation ou de dominance suivant les cultures (qu'elles soient archaïques, traditionnelles ou modernes).

Ainsi, pour Philippe Descola, l'animisme se caractérise ainsi. a) Ontologie. L'animisme repose sur cette affirmation : ressemblance des intériorités et différence des physicalités entre humains et non-humains (animaux, végétaux, esprits, objets). Les animaux, les plantes ont la même âme, intériorité (émotions, conscience, désirs, mémoire, aptitude à communiquer...) que les humains, ils ne s'en distinguent que par leurs corps et donc aussi par leurs mœurs, l'éthogramme, le mode de comportement spécialisé (p. 187, 190). Il y a, comme dans le totémisme, classification par prototype, c'est-à-dire à partir du modèle le plus représentatif, qui est, dans l'animisme, l'humain (p. 333). "De même que l'animisme est anthropogénique parce qu'il emprunte aux humains le minimum indispensable pour que des non-humains puissent être traités comme des humains, le totémisme est cosmogénique car il fait procéder de groupes d'attributs cosmiques préexistants à la nature et à la culture tout ce qui est nécessaire pour que l'on ne puisse jamais démêler les parts respectives de ces deux hypostases dans la vie des collectifs" (p. 368-369). b) Géographie. L'animisme se rencontre "en Amazonie, dans l'aire arctique et circumpolaire ou dans les forêts de l'Asie du Sud-Est" (p. 189), chez les Pygmées, les Dogon de Tireli au Mali, en Nouvelle-Calédonie. c) Notions. Métamorphose : les êtres ont la capacité de métamorphose, l'animal peut devenir homme et inversement (p. 192). Un chamane huaorani d'Amazonie peut devenir jaguar (p. 344). Perspectivisme : comme l'écrit Eduardo Viveiros de Castro, "les animaux (prédateurs) et les esprits voient les humains comme des animaux (des proies), tandis que les animaux (le gibier) voient les humains comme des esprits ou comme des animaux (prédateurs)." d) Religion. L'animisme ne consiste pas en croyances, mais en l'expérience qu'il y a des esprits avec lesquels on peut entrer en communication, par des rêves, par la parole... e) Sociabilité. Relations permanentes sur le registre de l'amitié, de l'alliance de mariage, de déférence vis-à-vis des anciens" (p. 346). Aussi, "sur tout son territoire on ne trouvera ni éleveurs exclusifs, ni castes d'artisans spécialisés, ni culte des ancêtres, ni lignages fonctionnant comme des personnes morales, ni démiurges créateurs, ni goût pour les patrimoines matériels, ni obsession de l'hérédité, ni flèche du temps, ni filiations démesurée, ni assemblées délibératives" (p. 538). f) Problèmes. Comment rendre compte de la forme non humaine des non-humains ? solution : la métamorphose (p. 416).
Des religions animistes ?
Statue du Génie de la Montagne dans le Haut-Tonkin (fin XIXe siècle)

L’évocation d’une « religion animiste » est communément entendue :

En général pour désigner le culte qui serait voué aux pierres, au vent, au sable, à l’eau, aux arbres, au feu… par des peuples divers ;
En particulier pour désigner les religions négro-africaines originelles.

Une fois de plus, ce terme relève du langage courant, il n’a pas de portée anthropologique. Il pêche à trois égards : d’abord parce qu’on peut mettre en doute que, pour leurs adeptes, ces éléments soient eux-mêmes doués d’une âme ; ensuite parce que les peuples concernés n’isolent pas la « religion » des autres aspects de leurs traditions 13 ; enfin parce qu’il recouvre d’innombrables cultures, très différentes les unes des autres.
Esprits, religions et animisme

Dans beaucoup de religions sinon toutes, les éléments naturels occupent une place importante. On peut citer la vénération de fleuves, tel le Gange, dans l’hindouisme, ou la crue du Nil, divinisée sous le nom d’Hâpy dans l’Égypte ancienne ; celle du feu auquel pouvait être assimilé Vesta à Rome ; celle du chêne et du gui, sacrés chez les Celtes.

Les monothéismes abrahamiques s’appuient eux-mêmes sur des éléments naturels, objets de cultes antérieurs : la fête de Noël est celle du solstice d’hiver (septentrional), celle de la Saint-Jean du solstice d’été, la fête de Pessa'h ou de Pâques est attachée au calendrier lunaire, qui rythme également la liturgie musulmane, dont le ramadan, etc.

Dans les religions amérindiennes, les divinités sont associées à des éléments naturels, avec une grande importance accordée au soleil, à la lune, à la pluie… La Méso-Amérique ne comptait pas moins de 4 dieux du maïs : un pour le maïs blanc, un pour le jaune, un pour le rouge, un pour le noir. Dans l’aire inca, on pratiquait une offrande à Pachamama, la Terre mère14.

Pour autant, aucune de ces religions ne rend un culte « aux pierres ou au vent ». Tous les peuples, depuis la préhistoire, savent dépendre pour leur survie d’éléments naturels : la terre, le soleil, l’eau… Mais ils ne les adorent pas eux-mêmes, ils attribuent leur puissance à des forces surnaturelles qui les commanderaient : ils les ont divinisés ou vénèrent les esprits ou les dieux qui les dirigent. S’il y a des éléments d’animisme dans la plupart des religions, il est jusqu’à preuve du contraire difficile d’exhiber des cas de religions essentiellement fondées sur le culte des éléments naturels eux-mêmes. Dans l’exemple des Celtes, la sacralisation du chêne et du gui n’implique pas qu’il leur ait été directement rendu un culte : aucune source sérieuse ne le mentionne. Ce n’est pas parce que l’hostie est sacrée que le pain azyme est l’objet d’un culte : à travers elle, c’est le Christ qui est vénéré…

Certains lieux présentant des caractères physiques impressionnants ont marqué tous les peuples qui les ont traversés. On en trouve un exemple frappant dans le nid d’aigle d’Erice (Sicile) : Élymes, Phéniciens, Grecs, Romains, Arabes, chrétiens… en ont tous fait un lieu de culte. Aucun d’eux ne vénérait le rocher d’Erice : ils étaient convaincus que, perché au milieu du ciel, ce lieu était élu, qu’il offrait une voie d’accès privilégiée à leur(s) divinité(s).

L’interprétation « animiste » de religions « traditionnelles » comme celles de l’Afrique noire, repose sur une appréhension simpliste de cultes jugés « primitifs » et sur la conviction implicite de la supériorité des religions et des cultures des nouveaux venus. L’appellation d’animisme n’en reste pas moins et malheureusement généralisée.
Animisme ou vitalisme ?

Les voyageurs et les colons européens, observant des offrandes, des sacrifices et des rites devant des éléments naturels tels que le fleuve Saloum, la pierre d’Abeokuta, etc. en déduisaient que dans leur « pensée primitive » les Négro-Africains leur attribuaient une âme, d’où le terme d’animisme. La réalité est plutôt inverse : le culte est rendu à un esprit localisé à cet emplacement, parfois parce qu’il y est mort ou y est enterré, et où un autel lui est en général dressé. Ces esprits sont ceux d’ancêtres anonymes, d’ancêtres ayant joué un rôle historique, parfois d’ancêtres divinisés, ils peuvent être recueillis ou hébergés en des animaux de la brousse, être d’une autre nature, comme les djinnés (inspirés des djinns arabes)… Il est significatif que plusieurs langues d’Afrique de l’Ouest utilisent le terme désignant un esprit ancestral pour désigner également un serpent (sérère o fangool), un animal sauvage (wolof rab), un autel (mandinka jálaŋ, maninka boli, diola bëcin) 15, etc.

On trouve un exemple du véritable sens de l’« animisme » dans la pratique encore très vivante en Afrique noire, consistant à réserver les premières gouttes d’une boisson (surtout alcoolisée) ou les premières parcelles de nourriture à la terre : ce n’est pas à la nature que cette offrande est rendue, mais aux ancêtres, dont le séjour est souterrain dans la vision africaine. Le même rite est largement pratiqué dans les régions marquées par une forte présence d’afrodescendants, comme la côte caraïbe de Colombie.

La persistance du souffle vital (contrairement au corps et à la force vitale, éphémères) de l’ancêtre et son retour dans un nouveau-né (réincarnation partielle) sont centraux dans cette vision du monde qui englobe religion, mythe, magie, pouvoir, médecine… Elle a conduit certains auteurs, tel Louis-Vincent Thomas 16, à définir ces religions comme vitalistes plutôt que comme animistes : elles sont avant tout des religions de la vie, dans lesquelles la force vitale occupe la place centrale, et la sexualité comme la fécondité y ont une portée religieuse. Le décès d’enfants en bas âge est attribué au renoncement de l’ancêtre, déçu par la vie terrestre qu’il retrouve et désireux de repartir au village des morts17. Le sens de l’anthropophagie 18 (symbolique, contrairement au cannibalisme) est l’appropriation de la force vitale (mais non du souffle vital, qui ne peut l'être) de l’autre : l’esprit ou le sorcier anthropophage prend possession de sa victime pour absorber sa force vitale et augmenter la sienne 19.

Le terme de vitalisme, qui vise à restituer l’essence des religions africaines, ne fait pourtant pas l’unanimité, comme sont contestés tous ceux par lesquels on tente de remplacer celui d’animisme, soit parce qu’ils n’en rendent que partiellement compte (culte des ancêtres…), soit parce qu’ils ne sont pas signifiants (religions traditionnelles…). Quant à la tradition négro-africaine, elle n’analyse pas la religion isolément de la magie, du pouvoir, de la médecine… et n’éprouve donc pas le besoin de la nommer en tant que telle.

Une autre approximation consiste à opposer un animisme africain polythéiste, puisque vénérant d’innombrables esprits, aux religions monothéistes. En réalité, la plupart des religions africaines, sinon toutes, sont fondées sur la croyance en un Dieu suprême ou unique : Roog chez les Sérères, Amma chez les Dogons, Olodumare chez les Yoruba, etc. occupent cette position. Si le culte est rendu aux esprits, ancêtres ou orishas, et non au maître de l’univers, c’est que celui-ci est inaccessible et qu’il convient d’amadouer les puissances « intermédiaires » de l’au-delà pour intercéder auprès de lui 20. Cette situation n’est pas si différente de la dévotion aux saints du catholicisme et a grandement facilité la syncrétisation entre saints et orishas ou saints et inquices dans les cultes afro-américains, comme le candomblé.
Animisme, totémisme, chamanisme, shintoïsme

Il y a plus qu’une parenté entre l’animisme et le totémisme, le chamanisme ou le shintoïsme : une interpénétration, tous comportant une part « d’animisme ».

Le totémisme est présent dans beaucoup de sociétés animistes ou chamaniques, dont il est un autre aspect de la vision du monde et de la culture. En Afrique de l’Ouest, chaque famille clanique a son animal totem, par exemple le lapin pour les Senn wolofs ou sérères ; cet animal est considéré comme un parent et ne peut être consommé par les membres du clan. La même interdiction existe en Australie ou en Amérique du Nord, où Claude Lévi-Strauss montre que le totémisme repose sur une analogie entre un groupe humain et une espèce naturelle21 : tel clan ou tel hameau s’apparente au raton laveur par son mode vie. Cette parenté existe parce que le totem est souvent assimilé à un ancêtre.

L’animisme africain et les chamanismes de Sibérie et des Amériques ont en commun la médiation entre les êtres humains avec des forces spirituelles (esprits de la nature, âmes des animaux sauvages, ancêtres…), généralement intercesseurs auprès de la ou des divinités. Dans les deux cas, des sacerdotes (chaman ou pajé amérindiens, saltigui ou babalawo africains…) ont la connaissance ésotérique leur permettant d’entrer en contact avec l’autre monde. Le sacerdote, à l’aide de paroles rituelles et de plantes, voyage pour recueillir la volonté des esprits et leur soumettre les besoins humains : il recommandera les offrandes et rites qui lui permettront d’apporter la guérison, la pluie, la fécondité… L’intermédiation use dans certains cas du support de la transe qui peut être celle du sacerdote ou du disciple.

L’animisme africain et le shintoïsme japonais, d’ailleurs de lointaine origine chamanique, ont en commun le culte des ancêtres, dont les pratiques rituelles et les offrandes peuvent être assez proches de celles pratiquées en Afrique ou dans les religions afro-américaines.
Autres religions animistes
Chaman en séance avec le feu. Cet élément a donné lieu à des cultes et est célébré et utilisé dans l'animisme (Kyzyl, région de Touva, Russie).

Ce qu’il est convenu d’appeler animisme est présent dans d’autres civilisations. On peut citer de manière non exhaustive, avec souvent des caractères relevant de l’animisme et du chamanisme, les traditions :

Des Samis (ou Lapons) en Scandinavie ;
Des Maris de la région de Kazan (Russie)
De diverses ethnies de la péninsule indochinoise (Cambodge, Lao Theung et Lao Soung du Laos, Myanmar) ;
De certains peuples d’Insulinde (Indonésie, Brunei) ;
Des minorités chinoises comme les Naxi (dongba), les Turco-mongols (tengrisme), ou au Tibet (bön) ;
Des peuples aborigènes d’Australie (Mythologie aborigène)

L'animisme enfantin selon Jean Piaget

Dans les années 1920, Jean Piaget 22 utilise le mot à propos de la psychologie du développement chez l'enfant de 6 à 14 ans. « Animisme : tendance à concevoir les choses comme étant vivantes et douées d'intention ». Par exemple, l'enfant dit que la chaise contre laquelle il se cogne est « méchante », il croit que sa poupée est vivante. « L’animisme est une forme primitive de causalité dans laquelle la réalité tout entière tend à être conçue comme peuplée d’êtres animés, dotés d’un vouloir-être et d’un vouloir-faire plus ou moins conscient. Ainsi les nuages bougent parce qu’ils veulent bouger, comme le font les animaux lorsqu’ils se déplacent. Pour la mentalité animiste, la cause première des phénomènes est considérée comme interne aux êtres qui y sont impliqués. L’animisme est tout à la fois un biocentrisme et un psychocentrisme diffus, il tend à identifier chaque être extérieur à la notion spontanée que l’être humain se fait de lui-même, comme source d’action sur la réalité extérieure23 »[réf. incomplète].

Selon la théorie de Piaget, durant le « stade 1 », à 6-7 ans, l'enfant confond vie et activité : le Soleil est vivant, puisqu'il éclaire. Durant le « stade 2 », vers 7-8 ans, l'enfant, plus précisément, assimile vie et mouvement : la table n'est pas vivante car elle ne bouge pas, mais le Soleil, oui, car il bouge. Durant le « stade 3 », vers 9-10 ans, l'enfant tient la vie pour le mouvement propre : la mouche est vivante car elle se meut elle-même, mais la bicyclette, non, car on la pousse. Enfin, durant le « stade 4 », vers 11-12 ans, l'enfant n'attribue la vie qu'aux plantes et aux animaux24[réf. incomplète].

Dès 1932, cette théorie est contestée, par exemple par Johnson et Josey qui déclarent n'observer rien de tel 25.

Notes et références

↑ « Les Casamançais » [archive], sur kassoumay.com (consulté le 10 juin 2016).
↑ « Animisme », dans Jean-François Dortier (dir.), Le Dictionnaire des sciences humaines, Auxerre, Éditions Sciences Humaines, 2004 (ISBN 978-2-912601-25-4), p. 19.
↑ G. Le Moal, « Animisme », dans Pierre Bonte et Michel Izard (dir.), Dictionnaire de l'ethnologie et de l'anthropologie, PUF, 1992, p. 72.
↑ Georg Ernst Stahl, Œuvres médico-philosophiques et pratiques, trad. et comm. T. Blondin, 1859-1864, 5 vol. parus. T. III et t. IV : Vraie théorie médicale, 1863. [1] [archive]
↑ « L’animisme est la croyance que les êtres naturels ont des forces spirituelles qui les habitent et qui leur donnent une puissance surhumaine » E. B. Tylor, Primitive Culture, 1903, I, p. 427 ;& 1924 [orig. 1871] Primitive Culture. 2 vols. 7th ed. New York: Brentano's.
↑ « L’animisme est le fondement de la religion, depuis celle des sauvages jusqu’à celle des civilisés » Edward Tylor, Primitive Culture, 1903, I, p. 426 ;
↑ « Animisme », article de G. Le Moal dans Dictionnaire de l'ethnologie et de l'anthropologie, sous la direction de Michel Izard et Pierre Bonte, Presses universitaires de France, Paris, 4e éd. coll. « Quadrige. Dicos poche », 2007, p. 72-73 (ISBN 978-2-13-055999-3)
↑ « L'animisme est-il une religion ? », loc. cit.
↑ Comme dans ce récit de ce missionnaire, Théophile Burnier, Âmes primitives : contribution à l'étude du sentiment religieux chez les païens animistes, 1922.
↑ « Jusqu'ici le concept d'animisme a une connotation péjorative. Peu de gens sont capables de s'affirmer animistes. » (Chindji Kouleu, Négritude, philosophie et mondialisation, Éditions CLE, Yaoundé, 2001, p. 91).
↑ « Philippe Descola, anthropologue : L'animisme est-il une religion ? », propos recueillis par Nicolas Journet, Les Grands Dossiers des Sciences humaines, no 4, décembre 2006/janvier-février 2007, p. 36-39.
↑ Philippe Descola, Par-delà nature et culture, Gallimard, 2005.
↑ Propos recueillis par Nicolas Journet, « L'animisme est-il une religion ? Entretien avec Philippe Descola » [archive], sur Sciences Humaines (consulté le 4 août 2017)
↑ Portal Francia, « Offrande A La Terre | Perú.Travel » [archive], sur www.peru.travel (consulté le 4 août 2017)
↑ Dominique Sarr, L’ombre des Guelwaars, Paris, L’Harmattan, 2015, p.301
↑ Louis-Vincent Thomas, Cinq essais sur la mort africaine, Dakar, Université de Dakar, 1968, p.7 sqq.
↑ Ferdinand Ezémbé, L'enfant africain et ses univers: approches psychologiques et culturelles, KARTHALA Editions, 2003 (lire en ligne [archive]), p. 254-255
↑ Maria Teixeira, « Sorcellerie et contre-sorcellerie : un réajustement permanent au monde », Cahiers d’études africaines, vol. 48, nos 189-190,‎ 7 avril 2008, p. 59–79 (ISSN 0008-0055, DOI 10.4000/etudesafricaines.9762, lire en ligne [archive])
↑ Henri Gravrand, « Naq et sorcellerie dans la conception sereer », Psychopathologie africaine, XI, 2,‎ 1975, p. 179-216
↑ Henry Gravrand, La civilisation sereer – Pangol, Dakar, Nouvelles Éditions africaines, 1990
↑ Claude Lévi-Strauss, La pensée sauvage, Paris, Plon, collection Agora, 1962, p. 154
↑ Jean Piaget, "De quelques formes primitives de causalité chez l'enfant", Année psychologique, 1925 ; La représentation du monde chez l'enfant, Alcan 1926, PUF 1947 ; La causalité physique chez l'enfant, Alcan, 1927.
↑ « animisme » [archive], sur fondation Jean Piaget (consulté en 10 avril 2015 (dernière màj le 2 avril 2015)).
↑ [2] [archive]
↑ E. C. Johnson et C. C. Josey, "A note on the development of the thought forms of children as described by Piaget", Journal of Abnormal and Social Psychology, 1932, 26, p. 338-339..

PRIER EST UNE FOI; SACRIFIER EST UNE IDOLÂTRIE...
YAHVÉ, ALLAH ET DIEU OU L’ÉTERNEL DIT AUX INFINIS ET AUX CONSCIENCES:
NON AUX SACRIFICES D'ANIMAUX POUR UN DIEU: CELA IMPLIQUE LA FEMME, L'HOMME ET SES AGNEAUX
CAR CELA EST DE L’IDOLÂTRIE. ON PEUT PRIER MAIS EN AUCUN CAS, SACRIFIER MÊME EN MON NOM.
PENSÉES ET SENTIMENTS
DU CITOYEN TIGNARD YANIS
ALIAS
TAY
La chouette effraie
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.atelier-yannistignard.com
yanis la chouette



Nombre de messages : 7055
Localisation : http://yanis.tignard.free.fr
Date d'inscription : 12/11/2005

MessageSujet: Re: Les Mentawai, l'île de Siberut et l'Océan Indien   Ven 18 Mai à 8:26

Siberut est l'île la plus grande et la plus septentrionale de l'archipel des îles Mentawai, à 150 km au large de la côte ouest de Sumatra, dans l'océan Indien, en Indonésie. Elle a été reconnue réserve de biosphère par l'UNESCO en 1981 et est habitée par l'ethnie Mentawai dite des « hommes-fleurs ».

Géographie

La superficie de Siberut est de 3 810 km2, dont 1 905 km2 sont protégés au sein du parc national de Siberut crée en 1993 et couvrant l'essentiel du centre de l'île. Les petites îles annexes sont Karamajet, Masokut situées dans le détroit de Bungalaut. Siberut possède un climat tropical humide.

L'île est encore sans routes en-dehors des deux principaux villages et le transport sur l'île se fait à pied, par canoé ou en bateau1. L'île comptait 35 091 habitants en 20102.

Histoire:

Géographie
Pays Drapeau de l'Indonésie
Archipel Îles Mentawai
Localisation Océan Indien
Coordonnées 1° 24′ 39″ S, 98° 55′ 09″ E
Superficie 3 810 km2
Point culminant Gunung Simatombotombo (384 m)
Géologie Prisme d'accrétion
Administration
Province Sumatra occidental
Démographie
Population 35 091 hab. (2010)
Densité 9,21 hab./km2

Buru (jadis écrit Boeroe) est la troisième plus grande île de l'archipel indonésien des Moluques, avec 9 505 km2. Elle est située en mer de Banda, à 68 km à l'ouest des îles d'Ambon et de Seram. Sa rive nord borde la mer de Seram. L'île est montagneuse et couverte de forêts, et possède une étroite plaine côtière. La ville principale est Namlea, qui possède un port et un aéroport militaire. Directement au sud se trouve l'île d'Ambelau.

Administrativement, Buru et les îles voisines appartiennent à la province des Moluques (en indonésien Provinsi Maluku) ; elles sont divisées entre le kabupaten de Buru, dont le chef-lieu est Namlea, et le kabupaten de Buru du Sud, dont le chef-lieu est Namrole, la deuxième ville de l'île.

Environ un tiers de la population est indigène, principalement d'ethnie Buru, mais aussi Lisela, Ambelau et Kayeli. Les autres habitants sont des immigrants de Java ou des Moluques. Il y a autant de chrétiens que de musulmans sunnites, avec quelques restes des croyances traditionnelles. Des langues et des dialectes locaux sont parlés dans la vie quotidienne, l'indonésien étant la langue de communication et de l'administration. Les forêts abritent une riche faune tropicale. Des 179 espèces d'oiseaux et 25 espèces de mammifères recensées, une quinzaine sont endémiques de l'île ou des îles voisines, la plus notable étant le babiroussa de Buru. Il y a peu d'industrie sur l'île : l'essentiel de la population se consacre à la culture du riz, du maïs, de la patate douce, des haricots, des noix de coco, du cacao, du café, de la girofle et de la noix de muscade. Les autres activités importantes sont l'élevage et la pêche.

L'île a été mentionnée pour la première fois en 1365. Entre 1658 et 1942, elle a été colonisée par la Compagnie néerlandaise des Indes orientales puis par les Pays-Bas. L'administration néerlandaise transféra plusieurs villages près de sa nouvelle capitale de la baie de Kayeli pour disposer de main-d'œuvre pour ses plantations de girofliers. Elle créa aussi une hiérarchie parmi les indigènes en mettant des rajas loyaux à la tête des clans locaux. L'île fut occupée par les japonais de 1942 à 1945 et fut intégrée en 1950 à l'Indonésie indépendante. Durant l'« Ordre nouveau » du général Suharto, dans les années 1960 et 1970, des milliers de prisonniers politiques furent emprisonnés dans des camps à Buru. C'est là que l'écrivain Pramoedya Ananta Toer écrivit la plupart de ses romans, dont la Tétralogie de Buru.

Buru se trouve en mer de Banda (en indonésien Laut Banda), cependant la mer de Seram (en indonésien Laut Seram) la borde au nord. À l'est, le détroit de Manipa (Selat Manipa) la sépare de l'île de Seram (Pulau Seram). Sa superficie de 9 505 km²1 en fait la troisième plus grande île des Moluques (Kepulauan Maluku) après Halmahera et Seram.

Buru est de forme ovale. Sa plus grande longueur, d'est en ouest, est d'environ 130 km, contre 90 km du nord au sud. La côte est peu découpée, son seul accident étant la baie de Kayeli qui s'ouvre à l'est sur la mer de Banda. Cette baie, également ovale, s'enfonce de 8 à 12 km dans l'île, avec une largeur maximale de 17 km, et une ouverture de 9 km ; sa côte intérieure est longue d'environ 50 km. Namlea, la principale ville de l'île, se trouve au nord de la baie2,3.

Le sommet de l'île est le mont Kapalamadan (aussi nommé Kepala Madan2, Kepalat Mada ou Ghegan4), qui fait 2 429 m1. Au large de ses côtes se trouvent plusieurs petites îles, dont seules sont habitées Ambelau (la plus grande, avec environ 10 km de diamètre, située environ 20 km au sud-est de Buru) et Tengah (Pulau Tengah). Les plus grandes îles inhabitées sont Fogi (Pulau Fogi), Oki (Pulau Oki) et Tomahu (Pulau Tomahu)2,5.

Le relief de Buru est principalement montagneux, surtout dans le centre et dans l'ouest. Sur les 9 505 km² de l'île, 1 789 km² sont 900 m au-dessus du niveau de la mer, 872 km² au-dessus de 1 200 m et 382 km² au-dessus de 1 500 m6,7. Les plaines forment d'étroites bandes près de la côte et le long du fleuve Apo, où elles forment une vallée du même nom. Une grande partie de l'île est couverte de forêts tropicales humides8.

Long d'environ 80 km, l'Apo est le plus grand cours d'eau de Buru. Il coule vers le nord-est et se jette dans la baie de Kayeli. Son cours présente des méandres sur toute la longueur. Il n'existe que deux autres cours d'eau permanents, le Geren et le Nibe, le reste étant constitué de cours d'eau saisonniers. Tous leurs débits sont extrêmement variables, atteignant leur maximum à la saison des pluies9. (L'indonésien ajoute souvent le mot « wae » (signifiant cours d'eau) avant le nom de ceux-ci : l'Apo est souvent nommé Waeapo ou Wae Apo, et Apu dans certains dialectes locaux.) Dans le centre de l'île, à 767 m d'altitude, se trouve le lac Rana (Danau Rana), le seul lac significatif de Buru, de forme presque rectangulaire, long d'environ 4,3 km et large d'environ 2,7 km, pour une surface d'environ 11,5 km24.

L'île est formée de plusieurs types de dépôts, principalement des roches sédimentaires cénozoïques, probablement originaires du continent australien10. Il existe aussi des roches volcaniques plus jeunes et des dépôts alluviaux récents8. Les dépôts sédimentaires, limon, tourbe, sable et boue, sont principalement présents dans les vallées fluviales. Les roches métamorphiques, ardoise, schiste et arkose dominent le nord de l'île. Il y a peu de minéraux de valeur industrielle et seul le calcaire est exploité11. Des réserves significatives de pétrole et de gaz naturel ont néanmoins été découvertes sur le plateau continental en 200912. Il y a de nombreux récifs de corail autour de l'île1. Les sols sont pauvres, surtout formés de Podzosol jaune-rouge, de sols sulfate acides (en), de grumosol et de mélanges variés9.
Climat

Buru a un climat équatorial de mousson, humide, comparable à celui du reste des Moluques. La saison des pluies dure d'octobre à avril, avec les plus fortes précipitations de décembre à février9. Malgré la petite taille de l'île, elle a plusieurs zones climatiques, à cause de ses montagnes. La température diminue avec l'altitude, mais sans cela reste stable, autour d'une moyenne annuelle de 26 °C9,13. Les cumuls de précipitations diffèrent selon la région : 1400 à 1 800 mm dans le nord, 1800 à 2 000 mm dans le centre, 2000 à 2 500 mm dans le sud, 3000 à 4 000 mm en montagne, au-dessus de 500 m5,9.
Faune et flore
La Palette de Buru est endémique de l'île.

Buru se trouve à l'est de la ligne Wallace, à la frontière des écozones indomalaise et australasienne ; sa flore et sa faune unique sont l'objet de recherches nationales et internationales4. Au moins 4 des 25 espèces de mammifères découvertes sur l'île sont endémiques de Buru et des îles voisines. La sous-espèce locale de babiroussa (Babyrousa babyrussa) se distingue des autres par son poil relativement long et épais. Sa viande est aussi peu grasse (1,27 % de graisse, contre 5 à 15 % pour le porc domestique) et considérée comme un mets de choix par la population locale, qui la préfère à celle des autres porcs sauvages ou des cerfs en termes de texture et de saveur14. 3 espèces de chauve-souris sont aussi endémiques de Buru : la Roussette d'Ambon (Pteropus chrysoproctus), la Roussette de l'île du Séram (Pteropus ocularis) et le Petit nyctimène (Nyctimene minutus)8.

10 des 178 espèces d'oiseaux recensées sont endémiques de Buru et des îles voisines : la Palette de Buru (Prioniturus mada), la Perruche de Buru (Tanygnathus gramineus), le Lori de Buru (Charmosyna toxopei), le Méliphage de Buru (Lichmera deningeri), l'Échenilleur de Buru (Coracina fortis), le Gobemouche à gorge rayée (Rhinomyias addita), le Zostérops à gorge rousse (Madanga ruficollis), le Zostérops de Buru (Zosterops buruensis), le Rhipidure de Buru (Rhipidura superflua) et le Monarque de Buru (Monarcha loricatus). Parmi ceux-ci, le Zostérops à gorge rousse est considéré par l'UICN comme en danger et la Perruche de Buru comme vulnérable ; les deux espèces n'ont été observées que dans des zones très réduites de l'île. 19 autres oiseaux sont presque endémiques de Buru : l'Épervier à gorge grise (Accipiter erythrauchen), le Mégapode de Forsten (Megapodius forstenii), le Mégapode de Wallace (Eulipoa wallacei), le Carpophage à lunettes (Ducula perspicillata), le Carpophage mada (Gymnophaps mada), le Lori écarlate (Eos bornea), la Ninoxe des Moluques (Ninox squamipila), l'Effraie des Tanimbar (Tyto sororcula), le Myzomèle de Forbes (Myzomela wakoloensis), le Polochion des Moluques (Philemon moluccensis), le Siffleur terne (Pachycephala griseonota), le Monarque à nuque blanche (Monarcha pileatus), le Monarque des Moluques (Myiagra galeata), le Loriot de Buru (Oriolus bouroensis), l'Échenilleur pâle (Coracina ceramensis), la Grive de Dumas (Zoothera dumasi), le Gobemouche de Buru (Ficedula buruensis), la Bouscarle marron (Bradypterus castaneus) et le Dicée à gorge blanche (Dicaeum erythrothorax). Parmi les papillons, 25 % des Pieridae et 7 % de Papilionidae sont endémiques de l'île8.

La végétation est caractéristique des forêts pluviales persistantes ou semi-persistantes des plaines tropicales, dominée par la famille des Dipterocarpaceae, avec les genres Hopea, Shorea et Vatica, et les espèces Anisoptera thurifera, Hopea gregaria, H. iriana, H. novoguineensis, Shorea assamica, Shorea montigena, Shorea selanica et Vatica rassak. Certains de ces arbres peuvent atteindre plus de 30 m ; ils sont habituellement couverts de lianes épaisses et d'autres épiphytes. Il existe également des forêts ouvertes, des bois et des savanes sur l'île. Le Cajeput (Melaleuca cajuputi) est commun dans les régions sèches. Le nord-ouest de l'île présente des pentes calcaires escarpées couvertes de forêt mixte formées notamment de Shorea et des Dacrydium novo-guineense rachitiques poussent au sommet des montagnes8.

La forêt primaire couvre 60 % de l'île, principalement dans les secteurs d'Air Buaya et Waeapo. Il y a seulement 0,51 % de forêt secondaire, dans le distict de Batabual, et 0,9 % de mangrove, à Waeapo, Air Buaya, Batabual et Namlea. Une partie significative de Buru (23,10 %) est occupée par des broussailles et seulement 5,83 % par des paysages ouverts, répartis sur la plupart des districts9.
Divisions administratives

L'île fait partie de la province des Moluques (Propinsi Maluku). Avant 1999, elle faisait partie du kabupaten (département) des Moluques centrales (Kabupaten Maluku Tengah), puis elle a constitué un kabupaten séparé15. En 2008, elle a été divisée entre le kabupaten de Buru (Kabupaten Buru) et le kabupaten de Buru du Sud (Kabupaten Buru Selatan)16.

Le kabupaten de Buru fait 5 578 km², avec pour chef-lieu Namlea. Il comporte 5 kecamatan (districts) : Namlea, Waplau, Waeapo (chef-lieu Waenetat), Air Buaya et Batubual (chef-lieu Ilath). Le gouverneur (préfet ou bupati) en octobre 2009 est Husni Hentihu et le vice-préfet Ramli Umasugi9.

Le kabupaten de Buru du Sud fait 5 060 km², avec pour centre administratif Namrole. Il comprend Ambelau et les autres petites îles au sud de Buru. En février 2010 il n'avait pas encore une équipe dirigeante complète. Son préfet était A. R. Uluputti17,18. Le kabupaten compte 5 districts : Namrole, Kepalamadan (chef-lieu Biloro), Leksula, Wae Sama (chef-lieu Wamsisi) et Ambelau (chef-lieu Wailua) ; ce district est entièrement situé sur l'île d'Ambelau9.
Population

En 2009, l'île comptait environ 135 000 habitants, pour la plupart dans les zones côtières19 Ils forment trois groupes d'importance à peu-près égale : les indigènes Buru (33 000 personnes), Lisela (13 000), Ambelau (6000) et Kayeli (800) ; les immigrants de Java, et les immigrants des Moluques. L'immigration à Buru a été favorisée par les autorités coloniales néerlandaises dans les années 1900, et par les autorités indonésiennes entre 1950 et 1990. Les communautés locales parlent buru, lisela et ambelau dans leur vie quotidienne. L'indonésien est utilisé comme langue de communication internationale, ainsi que pour l'écriture, aucune des langues locales n'ayant d'alphabet (sauf le Buru). Le malais d'Ambon (Melayu Ambon) est aussi commun. Il est largement utilisé aux Moluques comme seconde langue, constituant une forme simplifiée de l'indonésien avec beaucoup de vocabulaire local. D'autres dialectes locaux comme le Hukumina et le Kayeli se sont éteints dans la seconde moitié du XXe siècle20,21.

La composition religieuse de la population est hétérogène : le même pourcentage, 40 à 45 %, pratique l'islam sunnite et le christianisme ; le reste, principalement dans les montagnes reculées, pratique encore des cultes locaux traditionnels ou n'a pas d'affiliation religieuse claire. La plupart des chrétiens sont indigènes ou viennent des Moluques, tandis que la plupart des musulmans sont originaires de Java20,22 La crise économique des années 1990 a provoqué de fréquents conflits religieux dans l'île 1,23. En décembre 1999, 43 personnes ont ainsi été tuées et au moins 150 maisons brûlées en quelques jours dans le village de Wainibe 24,25,26.

Traditions et culture
Maison traditionnelle Buru au début du XXe siècle.
Hommes de l'ethnie Lisela dans un village, début du XXe siècle.

Les habitants occupaient traditionnellement des villages, mais ils se dispersaient ou se rassemblaient au rythme de leurs activités saisonnières – principalement la chasse et l'agriculture. Les hommes chassaient le babiroussa, le cerf et le phalanger dans les forêts, surtout au plus fort de la mousson d'est (juin et juillet) ; pendant ce temps les femmes récoltaient des légumes sauvages. Durant la mousson d'ouest (novembre à avril), au contraire, hommes et femmes travaillaient ensemble dans les champs. La position des villages était aussi variable, principalement à cause de la faible fertilité des sols de l'île, qui prenaient beaucoup de temps à se rétablir après culture et nécessitaient de longs trajets vers des champs de plus en plus éloignés. Il n'était pas inhabituel qu'une famille quitte son village pour presque toute la semaine et ne revienne que le dimanche pour le service religieux. Il était aussi commun de déplacer le village entier après une vingtaine d'années d'exploitation des sols environnants. En partie de ce fait, la plupart des localités étaient assez petites, les plus petites abritant une ou deux familles (hum-hawa ou hum-tapa), les moyennes (hum-lolin) formées de 3 à 10 maisons abritant 20 à 50 personnes, et les plus grandes de 30 à 50 maisons et 150 à 300 personnes (fen-lale). Sur la côte, il existait plusieurs localités multi-ethniques comportant plus de 200 maisons (ibu kota kecamatan). Cette variété de terme pour décrire les villages étonna les colonisateurs néerlandais qui essayaient de systématiser les registres locaux22.

Les maisons Buru traditionnelles étaient faites de bambou, souvent sur pilotis. Les toits étaient couverts de feuilles de palmiers ou de roseaux. Le ciment, le métal et les tuiles furent introduites au XXe siècle et incitant à construire de façon plus durable, mais avec peu de résultats, les habitants continuant à migrer. Cela était dû pour partie aux habitudes et pour partie à des conflits locaux ou à des superstitions, comme la malédiction d'un endroit où un certain nombre de gens étaient morts sur une courte période. La présence d'une église dans un village pouvait retarder son déplacement pendant un siècle, mais pas toujours.

Les costumes traditionnels de Buru étaient semblables à ceux de la plupart des indonésiens. Les hommes portent le sarong et une tunique à manches longue longue et les femmes un sarong et une veste plus courte. Les couleurs des robes variaient systématiquement entre les différentes tribus de l'île22.
Recherche

La flore, la faune et l'écosystème unique de la forêt tropicale de l'île est systématiquement étudiée par des organismes scientifiques indonésiens et étrangers4. La végétation des plaines côtières a été défrichée et la plus grande partie de la forêt de montagne du nord de l'île a été coupée et brûlée pour son bois et pour créer de nouveaux champs, mais il reste encore deux grandes zones de forêt pluviale dans les montagnes. Elles constituent actuellement deux aires protégées, Gunung Kapalat Mada (1 380 km²) et Waeapo (50 km²)8.

La plupart des études sur l'histoire, la culture et les langues de l'île ont été publiées dans les années 1980 par les époux Charles E. Grimes et Barbara Dix Grimes, missionnaires et ethnographes australiens membres de SIL International (à ne pas confondre avec Joseph E. Grimes et Barbara F. Grimes, parents de Charles E. Grimes, qui étaient également des ethnographes australiens). Ils ont aussi terminé la traduction de la Bible en buru commencée par les premiers missionnaires néerlandais52,53,54
Notes et références

   (en) Cet article est partiellement ou en totalité issu de l’article de Wikipédia en anglais intitulé « Buru » (voir la liste des auteurs).

   ↑ a, b, c et d « Buru » [archive], Encyclopædia Britannica Online
   ↑ a, b et c « Official site of Buru Regency »(Archive • Wikiwix • Archive.is • Google • Que faire ?) (consulté le 24 mars 2013)
   ↑ « 26 January 2009 »(Archive • Wikiwix • Archive.is • Google • Que faire ?) (consulté le 24 mars 2013)
   ↑ a, b, c et d (id) (id) « Gambaran Lokasi Program Buru » [archive], Burung Indonesia, 31 janvier 2010
   ↑ a et b Hydro Potential at Buru Island [archive]
   ↑ Black-lored Parrot [archive], Hokkaido Institute of Environmental Sciences and Japan Science and Technology Agency
   ↑ Rufous-throated White-eye [archive], Hokkaido Institute of Environmental Sciences and Japan Science and Technology Agency
   ↑ a, b, c, d, e et f « Buru rain forests » [archive], World Wildlife Fund, 2001
   ↑ a, b, c, d, e, f, g et h « Official site of Buru Regency »(Archive • Wikiwix • Archive.is • Google • Que faire ?) (consulté le 24 mars 2013)
   ↑ Grande Encyclopédie soviétique, vol. 4, Moscou, 1969–1978, p. 138
   ↑ (id) « Potensi Dan Indikasi Bahan Galian » [archive], Official site of Maluku Province, 31 octobre 2009
   ↑ « Official Site of investment coordination of Maluku Province »(Archive • Wikiwix • Archive.is • Google • Que faire ?) (consulté le 24 mars 2013)
   ↑ (id) « Iklim dan Topografi Wilayah »(Archive • Wikiwix • Archive.is • Google • Que faire ?), University Gadjah Mada
   ↑ (en) Bambang Pontjo Priosoeryanto Proceding of the Mini Workshop Southeast Asia Germany Alumni Network (SEAG) "Empowering of Society through the Animal Health and Production Activities with the Appreciation to the Indigenous Knowledge": May 3rd – 5, 2007, Manado – Indonesia [archive], (ISBN 3899583892) pp. 83–92
   ↑ « Undang-Undang Republik Indonesia (UU) Nomor 46 tahun 1999 (46/1999) tentang Pembentukan Propinsi Maluku Utara, Kabupaten Buru, dan Kabupaten Maluku Tenggara Barat (Indonesian law No. 46 1999 on establishing the province of Northern Maluku, Buru Regency and Western Maluku Regency) »(Archive • Wikiwix • Archive.is • Google • Que faire ?) (consulté le 24 mars 2013)
   ↑ (id) « Undang-Undang Republik Indonesia Nomor 32 Tahun 2008 tentang Pembentukan Pembentukan Kabupaten Buru Selatan di Provinsi Maluku (Indonesian law No. 32 2008 on establishing South Buru Regency) »(Archive • Wikiwix • Archive.is • Google • Que faire ?) [PDF], LL Sekretariat Negara
   ↑ (id) « Pilkada Buru Selatan Tunggu Pembentukan KPU Kabupaten »(Archive • Wikiwix • Archive.is • Google • Que faire ?), Media Indonesia, 10 février 2010
   ↑ (id) « Pilkada Buru Selatan Tunggu Pembentukan KPU Kabupaten » [archive], DMS — Citra Keluarga Maluku, 20 mai 2009
   ↑ a, b et c (id) « Bengkalai Pasca Krisis Beberapa proyek infrastruktur terlantar. Selalu terhambat dana. » [archive], TEMPOinteraktif
   ↑ a et b (id) Dr. Dieter Bartels, « Tuhanmu Bukan Lagi Tuhanku » [archive], Nunusaku Consultancy, 2006
   ↑ B. D. Grimes in Thomas Edward Dutton, Darrell T. Tryon Language contact and change in the Austronesian world [archive], Walter de Gruyter, 1994 (ISBN 3110127865) p. 260, PDF version [archive]
   ↑ a, b, c, d, e, f, g, h, i et j Barbara Dix Grimes, « Mapping Buru ... » [archive] [PDF], Australian National University
   ↑ « izc »(Archive • Wikiwix • Archive.is • Google • Que faire ?) (consulté le 24 mars 2013)
   ↑ (id) « KMP — Kerusuhan Pecah » [archive], Hamline University, 22 décembre 1999
   ↑ (id) « KMP — Pertikaian di Buru Selatan, Tiga Tewas » [archive], Hamline University, 28 février 2000
   ↑ a, b, c et d Thomas Fuller, « Suharto's Gulag/The Buru Island 'Humanitarian Project' : Former Prisoners Look Back on a Remote Tropical Hell » [archive], New York Times, 15 mars 2000
   ↑ a et b Shaub A.K., Нагаракертагама как источник по истории раннего Маджапахита (1293—1365) (Nagarakertagama as a source on early Majapahit), vol. 4, Moscow,‎ 1992, p. 24, 38
   ↑ (id) Made Yanuarta, « Kitab Negara Kertagama (terjemahan) » [archive], 16 mars 2007
   ↑ (id) « Sejarah Maluku » [archive], Official site of Maluku Province, 20 september 2009 yearа
   ↑ (en) Jack McKillop, « USAAF Chronology : Combat chronology of the US Army Air Forces, December 1944 » [archive], USAF (Airways and Air Communications Service), 1955-59
   ↑ a, b et c Karen Parker, J.D., « Republik Maluku: The Case for Self-determination »(Archive • Wikiwix • Archive.is • Google • Que faire ?), Association of Humanitarian Lawyers, mars 1996
   ↑ a, b et c Всемирная история (World History), vol. 12, Moscow, Мысль,‎ 1979, p. 359
   ↑ « Indonesian States 1946–1950 » [archive], Ben Cahoon
   ↑ a, b et c « The 1995 Ramon Magsaysay Award for Journalism, Literature and Creative Communication Arts » [archive], Ramon Magsaysay Award Foundation, 1995
   ↑ Max Lane, « Pramoedya Ananta Toer: Indonesia's greatest novelist » [archive], Green Left Weekly, 10 mai 2006
   ↑ Прамудья Ананта Тур (Pramudja Ananta Tur), Мир человеческий (World of humans), Moscow, Raduga,‎ 1986, p. 5–8
   ↑ (en) Adrian Vickers, A History of Modern Indonesia, New York, Cambridge University Press, 2005 (ISBN 978-0-521-54262-3), p. 53
   ↑ a, b, c, d, e, f, g et h « Official site of Buru Regency »(Archive • Wikiwix • Archive.is • Google • Que faire ?) (consulté le 24 mars 2013)
   ↑ a et b « Official site of Buru Regency »(Archive • Wikiwix • Archive.is • Google • Que faire ?) (consulté le 24 mars 2013)
   ↑ a, b et c (id) « Kabupaten Buru » [archive], Konrad Adenauer Stiftung and Soegeng Sarjadi Syndicate, 2009
   ↑ « Official site of Buru Regency »(Archive • Wikiwix • Archive.is • Google • Que faire ?) (consulté le 24 mars 2013)
   ↑ « Pemerintah Kabupaten Buru »(Archive • Wikiwix • Archive.is • Google • Que faire ?) (consulté le 24 mars 2013)
   ↑ a et b « Official site of investiment coordination of Maluku Province »(Archive • Wikiwix • Archive.is • Google • Que faire ?) (consulté le 24 mars 2013)
   ↑ « Official site of Buru Regency »(Archive • Wikiwix • Archive.is • Google • Que faire ?) (consulté le 24 mars 2013)
   ↑ « Official site of Buru Regency »(Archive • Wikiwix • Archive.is • Google • Que faire ?) (consulté le 24 mars 2013)
   ↑ « Official site of Buru Regency »(Archive • Wikiwix • Archive.is • Google • Que faire ?) (consulté le 24 mars 2013)
   ↑ « Finroll News »(Archive • Wikiwix • Archive.is • Google • Que faire ?) (consulté le 24 mars 2013)
   ↑ a, b, c et d « Official site of Buru Regency »(Archive • Wikiwix • Archive.is • Google • Que faire ?) (consulté le 24 mars 2013)
   ↑ « Official site of Buru Regency »(Archive • Wikiwix • Archive.is • Google • Que faire ?) (consulté le 24 mars 2013)
   ↑ (id) « Bandara Namlea » [archive], Indonesian Ministery of Transportation, 14 avril 2010
   ↑ « Official site of Buru Regency »(Archive • Wikiwix • Archive.is • Google • Que faire ?) (consulté le 24 mars 2013)
   ↑ « Publications by Barbara Dix Grimes » [archive], SIL International
   ↑ « Publications by Charles E. Grimes » [archive], SIL International
   ↑ « Chuck & Barbara Grimes, Wycliffe Bible Translators » [archive], Bethel Grove Bible Church

Barrelhouse Shake-down - Emerson, Lake & Palmer
https://www.youtube.com/watch?v=elgLxWbRWvw

TIGNARD YANIS @TIGNARDYANIS 13 h il y a 13 heures
LES MOUVEMENTS SONT IMPERTURBABLE ET ILS CONTINUENT LEURS ÉVOLUTIONS VERS LA RÉALITÉ; TOUS CES PHÉNOMÈNES CIRCULAIRES QUI SE TRANSFORMENT EN DES MOMENTS AFIN DE DEVENIR DES ASPECTS: LES MOTS DEVIENNENT DES ACTES ET LES CHIFFRES SE MUENT EN DES ÉVÉNEMENTS.
TAY
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.atelier-yannistignard.com
yanis la chouette



Nombre de messages : 7055
Localisation : http://yanis.tignard.free.fr
Date d'inscription : 12/11/2005

MessageSujet: Re: Les Mentawai, l'île de Siberut et l'Océan Indien   Ven 18 Mai à 9:23

TIGNARD YANIS @TIGNARDYANIS
5 h il y a 5 heures
En réponse à @KnessetIL
Le clans des mouettes.
AL FATIHA ET LA BREBIS OU NON AUX SACRIFICES D'ANIMAUX.
http://leclandesmouettes.bbflash.net/t817-al-fatiha-et-la-brebis-ou-non-aux-sacrifices-d-animaux#8953
Dead Can Dance - Ulysses.
https://www.youtube.com/watch?v=2Uk3sExKtao
Laniakea Supercluster, Lucila Godoy Alcayaga et Galaxy.
http://leclandesmouettes.bbflash.net/t816-laniakea-supercluster-lucila-godoy-alcayaga-et-galaxy
Y'BECCA.
TAY

Olav (Olavson) Bjaaland (5 mars 1873 - 8 juin 1961) est un Norvégien champion de ski et l'un des premiers hommes à atteindre le pôle Sud, avec l'équipe de l'expédition Amundsen.
Y'BECCA.
TAY

« le capitaine Scott a laissé une réputation d'honnêteté, de sincérité, de bravoure et de tout ce qui fait un homme ». de Roald Amundsen Apsley George Benet Cherry-Garrard (né le 2 janvier 1886, mort le 18 mai 1959) est un explorateur polaire britannique du continent antarctique.
Y'BECCA.
TAY

Les Mentawai (ou encore Mentawei, Mentawaï ou Mentawi) sont la population autochtone des îles Mentawai situées au large de la côte ouest de la province de Sumatra occidental, en Indonésie. On les appelle aussi « hommes-fleurs » car, pour eux, la beauté est une chose essentielle.
Y'BECCA.
TAY

Teoreun (le chamane) va préparer le poison de la chasse avec des feuilles, des écorces, des racines toxiques, puis du piment: Teoreun enduit les flèches avec le poison et cette fabrication n'est jamais pratiquée devant les enfants car toute imitation pourrait être mortelle.
Y'BECCA.
TAY

Le 8 novembre 1911, Prestrud, Stubberud et Johansen étaient partis en direction de la terre du Roi-Édouard-VII. La recherche du point à partir duquel la banquise de la barrière de Ross devenait de la terre recouverte de glace se révéla difficile. Pourtant, le nunatak fut là.
Y'BECCA.
TAY

Comté Sør-Trøndelag.
Un nunatak est une montagne ou piton rocheux s'élevant au-dessus de la glace des inlandsis, champs de glace ou des calottes glaciaires: se trouvent Groenland (chaîne de Watkins, terre de la Reine-Louise) et en Antarctique. FENRIR, TYR ET YAHVÉ.
Y'BECCA.
TAY

Un nunatak (en groenlandais nunataq signifiant « montagne » ou « monticule entièrement recouvert de glace durcie1 ») est une montagne ou piton rocheux s'élevant au-dessus de la glace des inlandsis, champs de glace ou des calottes glaciaires.

Ils se trouvent principalement au Groenland (chaîne de Watkins, terre de la Reine-Louise) et en Antarctique. Ce terme désigne également toute surface non glaciaire entourée de glaciers. Par l'érosion glaciaire qu'ils subissent sur leurs flancs, les nunataks ont très souvent l'aspect de montagnes escarpées aux parois très raides.

Voyage vers le pôle
Barrière et montagnes
Le glacier Axel Heiberg qu'Amundsen emprunta pour accéder au plateau Antarctique.

Malgré sa hâte de repartir, Roald Amundsen attendit jusqu'au milieu du mois d'octobre et les premiers signes du printemps. Il était prêt le 15 octobre mais le mauvais temps le retarda quelques jours120. Le 19 octobre, les cinq hommes avec quatre traîneaux et 52 chiens commencèrent leur périple121. Le temps se dégrada rapidement et dans un épais brouillard, le groupe se retrouva bloqué dans le champ de crevasses que Johansen avait découvert à l'automne précédent122. Wisting rappellera ensuite comment son traineau avec Amundsen à bord avait presque entièrement disparu dans une crevasse lorsque le pont de glace sur lequel ils se trouvaient s'était brisé122.

Malgré ce contretemps, ils couvraient plus de 28 kilomètres par jour et ils atteignirent le dépôt du 82e parallèle sud le 5 novembre. Ils marquaient leur route avec des cairns formés de blocs de glace tous les 5 kilomètres123,124. Le 17 novembre, ils atteignirent la fin de la barrière de Ross et arrivèrent en face de la chaîne Transantarctique. À la différence de Robert Falcon Scott qui suivait la route tracée par Ernest Shackleton le long du glacier Beardmore, Amundsen devait trouver son propre passage à travers les montagnes. Après avoir testé les contreforts durant plusieurs jours et être monté à environ 460 mètres d’altitude, le groupe découvrit ce qui semblait être une voie possible, un glacier escarpé long de 56 kilomètres jusqu'au plateau. Amundsen le nomma le glacier Axel Heiberg du nom de l'un de ses principaux soutiens financiers125,n 7. L'ascension fut plus difficile que prévu et les nombreux détours et la neige épaisse et profonde ralentirent la progression. Après trois jours d'efforts, le groupe atteignit le sommet du glacier125. Amundsen fit à nouveau l'éloge de ses chiens ; le 21 novembre, l'expédition parcourut 27 kilomètres à une altitude de 1 500 mètres126.
Arrivée au pôle Sud
Photographie d'un camp sur le chemin du pôle.

Ayant atteint 3 200 mètres au sommet du glacier, à 85° 36′ S, Amundsen se prépara pour la dernière partie du voyage. Sur les 45 chiens qui avaient réalisés l'ascension (7 étaient morts durant le trajet sur la barrière de glace), seuls 18 furent conservés, les autres étant tués pour leur viande. Chacun des conducteurs de traîneaux tua les chiens de son attelage, les dépeça et divisa la viande entre les hommes et les chiens. Amundsen se rappela « Nous avons appelé cet endroit la Boucherie… Il y avait de la tristesse dans l'air ; nous nous étions profondément attachés à nos chiens »127. Les regrets n'empêchèrent pas l'expédition d'apprécier la profusion de nourriture et Wisting se révéla particulièrement doué dans sa préparation et sa présentation de la viande128.

Le groupe chargea trois traîneaux avec du ravitaillement pour un voyage de 60 jours et laissa le reste des provisions et des carcasses dans un dépôt. Le mauvais temps retarda leur départ jusqu'au 25 novembre lorsqu'ils se remirent prudemment en marche dans un brouillard persistant et sur un terrain inconnu129. Ils avançaient sur une surface gelée parsemée de crevasses et le manque de visibilité les ralentissait. Amundsen appela cette zone « le glacier du Diable ». Le 4 décembre, ils arrivèrent dans une zone où les crevasses étaient dissimulées par des couches de glace et de neige séparées par de l'air, ce qui provoquait, selon Amundsen, un son « creux déplaisant » lorsqu'ils passaient au-dessus. Il baptisa cet endroit « la Salle de Danse du Diable ». Lorsqu'ils atteignirent un sol plus solide plus tard dans la journée, ils se trouvaient au 87e parallèle sud130.

Le 8 décembre, les Norvégiens dépassèrent le record du Farthest South de Shackleton à 88° 23′ S131. Alors qu'ils approchaient du pôle Sud, ils cherchaient tout élément du paysage qui pourrait indiquer qu'une autre expédition les avait précédés. Alors qu'ils campaient le 12 décembre, ils furent momentanément alarmés par un objet noir apparaissant à l'horizon mais il s'agissait uniquement de leurs propres chiens s'étant endormis à l'écart qui avaient été agrandis par un mirage132. Le lendemain, ils campèrent à 89° 45′ S à 28 kilomètres du pôle133. Le 14 décembre 1911, Amundsen et ses camarades se lancèrent dans la dernière ligne droite et ils arrivèrent aux alentours du pôle vers 15 h134. Ils plantèrent le drapeau norvégien et nommèrent le plateau polaire, le « plateau du Roi-Haakon-VII »135. Amundsen ironisa ensuite sur sa réussite : « Jamais aucun homme n'a réalisé un objectif aussi diamétralement opposé à ses souhaits. La zone autour du pôle Nord, que diable, me fascine depuis mon enfance et je me trouve maintenant au pôle Sud. Peut-on imaginer quelque chose de plus fou ? »136

Durant les trois jours qui suivirent, les hommes travaillèrent à marquer l'emplacement exact du pôle Sud ; après les revendications controversées de Frederick Cook et de Robert Peary au nord, Amundsen voulait laisser des preuves irréfutables à Scott137. Après avoir réalisé plusieurs mesures de latitudes à différents moments de la journée, Bjaaland, Wisting et Hassel skièrent dans des directions opposées pour « encadrer » le pôle ; Amundsen raisonna qu'au moins l'un d'entre eux franchirait le point exact138. Finalement l'expédition dressa une tente qu'ils appelèrent Polheim (« Maison du Pôle ») aussi près que possible du pôle véritable que leurs observations le permettaient. Dans la tente, Amundsen laissait des équipements à Scott et une lettre adressée au roi Haakon VII qu'il demandait à Scott de livrer138.
Retour à Framheim

Le 18 décembre, l'expédition entama son retour vers Framheim139. Amundsen était déterminé à retourner à la civilisation avant Scott et à être le premier avec les nouvelles140. Néanmoins, il limita la distance journalière à 28 kilomètres pour ne pas épuiser les chiens. Dans le jour polaire où le Soleil ne se couche pas, le groupe ne se déplaçait que lorsqu'il l'avait dans le dos pour réduire le risque de cécité des neiges. Guidé par les cairns de glace qu'ils avaient construits lors de l'aller, ils arrivèrent à la Boucherie le 4 janvier 1912 et commencèrent leur descente vers la barrière de Ross141. Les hommes à skis « descendaient à tout allure » mais pour les conducteurs de traîneaux, Hanssen et Wisting, la descente était plus difficile ; les traîneaux étaient difficiles à manœuvrer et on ajouta des freins pour éviter de tomber dans des crevasses142.

Le 7 janvier, ils atteignirent le premier de leurs dépôts sur la barrière de Ross143. Amundsen considéra qu'ils pouvaient accélérer et les hommes prirent l'habitude de voyager sur 27 kilomètres, de se reposer six heures et de repartir144. À ce rythme, ils couvraient environ 57 kilomètres par jour et arrivèrent à Framheim le 25 janvier à 4 h. Sur les 52 chiens au départ, 11 avaient survécu et tiraient deux traîneaux. L'aller-retour jusqu'au pôle Sud avait duré 99 jours, 10 de moins que prévu, et ils avaient parcouru 3 440 kilomètres145.
Informer le monde

À son retour, Roald Amundsen ne laissa pas son équipe se reposer. Après un dîner d'adieu dans la cabane, l'expédition embarqua les chiens survivants et les équipements les plus importants dans le Fram qui quitta la baie des Baleines le soir du 30 janvier 1912. La destination était Hobart en Tasmanie. Durant la traversée de cinq semaines, Amundsen prépara ses télégrammes et rédigea le rapport qu'il donnerait à la presse146. Le 7 mars, le navire arriva à Hobart où Amundsen apprit rapidement que l'on n'avait encore aucune nouvelle de Scott. Il envoya immédiatement des télégrammes à son frère Leon, à Fridtjof Nansen et au roi Haakon VII de Norvège pour les informer du succès de l'expédition. Le lendemain, il télégraphia le rapport complet du périple au journal Daily Chronicle de Londres auquel il avait vendu les droits exclusifs147. Le Fram resta à Hobart durant deux semaines où il fut rejoint par l’Aurora de Douglas Mawson qui s'y trouvait dans le cadre de l'expédition antarctique australasienne148.
Autres réussites de l'expédition
Exploration vers l'est

Le 8 novembre 1911, Prestrud, Stubberud et Johansen étaient partis en direction de la terre du Roi-Édouard-VII149. La recherche du point à partir duquel la banquise de la barrière de Ross devenait de la terre recouverte de glace se révéla difficile. Le 1er décembre, le groupe repéra pour la première fois ce qui était sans équivoque une trace de terre ferme, un nunatak dont la position avait été repérée par Scott lors de l'expédition Discovery en 1902150. Après avoir atteint ce point, ils collectèrent des échantillons de roches et de mousses et explorèrent brièvement les alentours avant de retourner à Framheim le 16 décembre151. Ils étaient les premiers à poser le pied sur la terre du Roi-Édouard‑VII152.
Le Fram et le Kainan Maru
Le Kainan Maru des explorateurs japonais.

Après avoir quitté la baie des Baleines le 15 février, le Fram se rendit à Buenos Aires où il arriva le 17 avril153. Nilsen apprit alors que les fonds de l'expédition étaient épuisés et qu'une somme mise de côté pour couvrir les besoins du navire n'existait pas. Don Pedro Christopherson, un ami d'Amundsen, remplit alors sa promesse de fournir du ravitaillement et du carburant154. Le Fram partit en juin pour réaliser des travaux océanographiques entre l'Amérique du Sud et l'Afrique qui durèrent trois mois155. Il retourna à Buenos Aires en septembre pour se réapprovisionner avant de partir vers le Sud le 5 octobre. Les forts vents et la mer tempétueuse prolongèrent le trajet mais il arriva dans la baie des Baleines le 9 janvier 1912156. Le 17 janvier, les hommes à Framheim furent surpris de la présence d'un autre navire ; il s'agissait du Kainan Maru, transportant l'expédition antarctique japonaise menée par Shirase Nobu157. La barrière de la langue empêcha une communication efficace mais les Norvégiens déduisirent que les Japonais se rendaient vers la terre du Roi-Édouard‑VII158. Le Kainan Maru repartit le lendemain et ils déposèrent un groupe le 26 janvier sur la terre du Roi-Édouard‑VII. Il s'agissait du premier débarquement sur cette côte car les tentatives antérieures menées par le Discovery (1902), le Nimrod (1908) et le Terra Nova (1911) avaient toutes échoué159.
Conséquences
Réactions contemporaines
Roald Amundsen en 1913.

À Hobart, Amundsen reçut des télégrammes de félicitation de la part, entre autres, de l'ancien président américain Theodore Roosevelt et du roi George V du Royaume-Uni. Le roi exprima sa satisfaction de voir que la première escale d'Amundsen à son retour était le sol de l'Empire britannique. En Norvège, la nouvelle fit les gros titres des journaux et le drapeau national fut levé dans tout le pays. Tous les participants de l'expédition reçurent la médaille norvégienne du pôle Sud (Sydpolsmedaljen) créée par le roi Haakon VII pour commémorer l'exploit160. Cependant le biographe d'Amundsen, Roland Huntford, fit référence au « froid derrière les acclamations » ; il restait un certain malaise concernant les méthodes employées. Un journal norvégien exprima son soulagement quant au fait qu'Amundsen avait découvert une nouvelle voie et n'avait pas empiété sur le chemin de Scott depuis le détroit de McMurdo161.

En Grande-Bretagne, les réactions de la presse à la victoire d'Amundsen furent modérées mais généralement positives. Aux côtés des rapports enthousiastes du Daily Chronicle et de The Illustrated London News, qui portaient un intérêt particulier au succès d'Amundsen, le Manchester Guardian remarqua que tous les reproches avaient été balayés par le courage et la détermination des Norvégiens. Les lecteurs du Young England Magazine furent invités à ne pas refuser au « brave Norvégien » l'honneur qu'il avait gagné et The Boy's Own Paper suggéra que tous les enfants britanniques devraient lire le compte-rendu de l'expédition d'Amundsen162. Le correspondant du Times reprocha simplement à Amundsen de ne pas avoir informé Scott avant qu'il ne soit trop tard pour ce dernier de répondre, « ce qui était d'autant plus inutile que personne n'aurait mieux accueilli une coopération dans l'exploration du pôle Sud que le capitaine Scott… Pourtant, toute personne qui connaît le capitaine Amundsen ne peut douter de son intégrité et comme il avance avoir atteint le pôle Sud, nous sommes obligés de le croire163 ».

Des personnages influents de la Royal Geographical Society exprimèrent des sentiments plus hostiles, du moins en privé. À leurs yeux, l'exploit d'Amundsen était le résultat d'un « sale coup ». Clements Markham, son ancien président, laissa entendre que ses revendications pourraient être frauduleuses : « Nous devrons attendre la vérité jusqu'au retour du Terra Nova161 ». Plus tard dans l'année 1912, Amundsen interpella la Royal Geographical Society pour exprimer le sentiment qu'il se sentait méprisé après que le président de la société eut plaisanté en demandant « trois hourras pour les chiens164 ». Ernest Shackleton ne participa pas au dénigrement de la victoire d'Amundsen qu'il qualifia de « peut-être le plus grand explorateur polaire de notre époque165 ». Avant d'apprendre les nouvelles de la mort de son mari, Kathleen Scott concéda que le voyage d'Amundsen « était un très grand exploit… en dépit de notre irritation, nous devons l'admirer165 ».
Tragédie de Scott
Article détaillé : Expédition Terra Nova.

Amundsen quitta Hobart pour entamer une tournée de conférence en Australie et en Nouvelle-Zélande. Il se rendit ensuite à Buenos Aires où il acheva le récit de son expédition. De retour en Norvège, il supervisa la publication de son livre, puis il visita la Grande-Bretagne avant de commencer une longue tournée aux États-Unis166. En février 1913, alors qu'il se trouvait à Madison dans le Wisconsin, il apprit que Robert Falcon Scott et ses quatre compagnons avaient atteint le pôle Sud le 17 janvier 1912 mais étaient morts le 29 mars lors du voyage de retour. Les corps de Scott, de Wilson et de Bowers avaient été retrouvés en novembre 1912 après la fin de l'hiver antarctique. Dans sa réponse initiale, Amundsen parla de nouvelles « horribles, horribles167 ». Dans son hommage plus formel, il déclara : « le capitaine Scott a laissé une réputation d'honnêteté, de sincérité, de bravoure et de tout ce qui fait un homme168 ».

Selon Huntford, ces nouvelles signifiaient « [qu']Amundsen le vainqueur étaient éclipsées par… Scott le martyr169 ». Dans les pays anglophones, un mythe se développa rapidement dans lequel Scott était représenté comme un homme s'étant comporté de manière noble et ayant joué le jeu de manière honnête. Par contraste, Amundsen semblait avoir cherché la gloire en dissimulant ses véritables intentions, préférant les chiens au « noble » manhauling puis les abattant pour récupérer leur viande. De plus, il était vu comme un « professionnel », ce qui, aux yeux de la haute société britannique de l'époque, diminuait tout ce qu'il avait accompli170. Le mythe fut largement renforcé par la publication des journaux de Scott. Huntford indiqua que le « talent littéraire [de Scott] était son atout. C'était comme s'il était sorti de sa sépulture et avait pris sa revanche169 ». Malgré tout, le nom d'Amundsen continua d'être respecté parmi les explorateurs. Dans son récit de l'expédition Terra Nova rédigé quelques années plus tard, Apsley Cherry-Garrard écrivit que les principales raisons du succès d'Amundsen étaient « les exceptionnelles qualités de l'homme » et en particulier son courage d'avoir choisi de découvrir une nouvelle route plutôt que de suivre le chemin connu171.
Perspective historique
Sphère indiquant symboliquement le pôle Sud à la base antarctique Amundsen-Scott.

Le déclenchement de la Première Guerre mondiale en 1914 retarda le début de la dérive vers le pôle Nord d'Amundsen jusqu'en juillet 1918. Il prit la mer avec un navire spécialement construit, la Maud, qui resta dans les eaux arctiques durant les sept années suivantes. Le navire ne dériva pas au-dessus du pôle Nord mais il devint le second navire à traverser le passage du Nord-Est172. Amundsen quitta l'expédition en 1923 et consacra le reste de sa vie à l'exploration aérienne des régions polaires. Le 12 mai 1926, il survola le pôle Nord avec Lincoln Ellsworth et Umberto Nobile à bord du dirigeable Norge. Lui et Wisting, également à bord du dirigeable, furent les deux premiers hommes à voir les deux pôles173. Le 18 juin 1928, Amundsen périt lors de la disparition de son hydravion dans les eaux entre la Norvège et le Svalbard alors qu'il tentait de porter secours à une expédition menée par Nobile174.

Roald Amundsen demanda aux quatre hommes qui l'avaient accompagné dans son expédition au pôle Sud de venir avec lui sur la Maud. Olav Bjaaland et Sverre Hassel déclinèrent l'offre et aucun d'entre eux ne participa à d'autres aventures polaires175,176. Helmer Hanssen et Oscar Wisting rejoignirent tous deux la Maud ; ce dernier devint le chef de l'expédition quand Amundsen quitta le navire en 1923. En 1936, Wisting commanda le Fram lors du dernier voyage du navire jusqu'à Oslo où il est depuis exposé au musée du Fram177. Hjalmar Johansen fut incapable de se stabiliser après son retour d'Antarctique et sombra dans la dépression. Il refusa de discuter de son expérience ou de sa dispute avec Amundsen et se suicida le 4 janvier 1913 dans sa résidence d'Oslo178.

Le mythe de Scott continua jusque dans le dernier quart du XXe siècle lorsqu'il fut remplacé par un autre le qualifiant d'« idiot héroïque » dont l'échec avait été en grande partie causé par ses propres erreurs. Selon l'historienne Stephanie Barczewski, ce portrait est aussi faux que le précédent dans lequel il était au-delà de toutes critiques170. Au début du XXIe siècle, les historiens ont avancé des explications plus rationnelles de l'échec de Scott que sa seule incompétence, et sa réputation a en partie été restaurée179. Le regain d'intérêt pour Scott a également remis en lumière la réussite d'Amundsen ; Barczewski écrit « [qu']Amundsen et ses hommes ont atteint le pôle grâce à la combinaison d'une superbe planification, d'une longue expérience avec les chiens de traîneaux et d'une exceptionnelle endurance170 ». Dans son étude de l'expédition de Scott, Diana Preston avance les mêmes raisons pour expliquer le succès d'Amundsen. Il était concentré sur l'objectif unique d'atteindre le pôle Sud tandis que Scott devait concilier les demandes concurrentes de l'exploration géographique et de la connaissance scientifique. « En professionnel adroit et expérimenté, [Amundsen] a soigneusement planifié et appliqué toutes les leçons qu'il avait apprises en Arctique… Il compta exclusivement sur des moyens de transport éprouvés et exploita sans sensiblerie leur potentiel alimentaire. Il était aussi efficace et sans sentiment dans sa gestion des hommes180 ». La base scientifique américaine au pôle Sud, fondée en 1957, fut nommée Amundsen-Scott pour honorer la mémoire des deux explorateurs polaires181.
Notes et références

(en) Cet article est partiellement ou en totalité issu de l’article de Wikipédia en anglais intitulé « Amundsen's South Pole expedition » (voir la liste des auteurs).

Notes

↑ Certaines sources avancent la date du 15 décembre. Comme les hémisphères occidentaux et orientaux sont conjoints au pôle Sud, les deux dates peuvent être considérées comme correctes. Néanmoins, dans son premier télégramme envoyé de Hobart et dans son compte-rendu complet, Amundsen donne la date du 14 décembre1,2.
↑ La Norvège s'était séparée de la Suède en 1905. Le roi Oscar II de Suède abandonna le trône de Norvège et le prince Carl de Danemark devint Haakon VII de Norvège25.
↑ Peary accusa rapidement Cook d'avoir falsifié ses résultats et des enquêtes ultérieures ont jeté de sérieux doutes sur les documents de ce dernier. Les données de Peary, bien qu'attaquées par Cook, furent acceptées par la National Geographic Society (qui avait financé son expédition). Le soutien public pour Cook diminua rapidement même s'il conserva quelques soutiens comme celui d'Amundsen. Peary fut généralement considéré comme le conquérant du pôle Nord jusqu'à la fin du XXe siècle lorsque de nouvelles recherches, en particulier celles de l'explorateur Wally Herbert, n'indiquent que Peary ne l'avait probablement pas atteint41,42.
↑ La théorie d'Amundsen d'une banquise terrestre se révéla fausse mais la glace aux abords de son camp ne se brisa pas avant 1987 et 200049.
↑ Le message exact a été différemment rapporté. Crane 2005 et Preston 1999 indiquent que l'énoncé était « Vais vers le sud » ; Jones 2003 et Huntford 1985 avancent que le message était plus long : « Me permet de vous informer, Fram procède vers l'Antarctique ».
↑ Amundsen avait divisé l'expédition en deux groupes, en mer et à terre. Le groupe en mer mené par Nilsen partit avec le Fram ; les neuf hommes à terre étaient Amundsen, Prestrud, Johansen, Hanssen, Hassel, Bjaaland, Stubberud, Wisting et Lindstrøm. Dans The South Pole, p. xvii, Amundsen ne compte pas Wisting dans le groupe à terre87.
↑ D'autres caractéristiques topographiques grossièrement cartographiées pour la première fois furent nommés d'après les compagnons d'Amundsen et ceux qui avaient soutenu l'expédition. Parmi celles-ci, on peut citer la chaîne de la Reine-Maud, les monts du Prince-Olav, le mont Fridtjof Nansen, le mont Don Pedro Christophersen, le mont Wilhelm Christophersen, le mont Hanssen, le mont Wisting, le mont Hassel, le mont Bjaaland, le mont Engelstad, le glacier Liv et le plateau Nilsen.

ELLE EST LA TUMULTUEUSE HISTOIRE DE LA NATURE: LOI DE LA MATIÈRE SUR LA MASSE DANS LES POUSSIÈRES, UN SOLFÈGE DE MUSIQUE ENTRE LES ATOMES OU UN SILENCE, UNE NOTION DE SOUFFLE DANS LE TEMPS ET UNE TRACE DE SOURCE DANS LE SOUVENIR: TEL EST LE SENTIMENT DE LA RÉSONANCE ORBITALE.
TAY

LA LUNE SCINTILLE LES ACTES DE LA LUMIÈRE ET PORTE L'IMPACT DES MOUVEMENTS. DANS LE CIEL, LE CADRE DU MONDE MONTRE LES MOUVEMENTS DANS LEURS PROPRES PENSÉES. L'ORIENT BRULE SUR CES ORIGINES ET L'OCCIDENT PLEURE SES DESSINS: LE DESSEIN EST LA PENSÉE DU DESTIN ET DES DÉSERTS.
TAY

DANS LA SOURCE, LA SOCIÉTÉ DÉVORE LA SOUPE DE LA NATURE. LA NEIGE PLEURE SON SAVOIR ET LE CIEL SE TRANSFORME. LE TEMPS MONTRE LE TERME ET L'ÉTHIQUE RASSURE LES INNOCENTS. JE SAVOURE L'ÉCLIPTIQUE ET LA RÉACTION DE LIBERTÉ DU DEVENIR L'EMPORTERA SUR LE DÉCLIN DU REPAS.
TAY

L'EVOLUTION DE LA RÉSONANCE ORBITALE: LE SOUFFLE DES NUAGES INSPIRA LES INSTANTS AGRICOLES, INDUSTRIELLES DANS LA VIE. LE CIEL MONTRA QUE DANS L'INFINI, LE ZÉRO S'ÉGOUTTE DANS L'ÉVAPORATION. LE SENTIMENT SOUFFLE SUR LE SECOURISME OÙ L'INTERVENTION SE FAIT DANS L'ÉTHIQUE.
TAY

LE ZÉRO S'ÉGOUTTE DANS L'ÉVAPORATION: VOILÀ MA FORMULE SCIENTIFIQUE DU BIG BANG. CELA PEUT PARAÎTRE ÊTRE PRÉTENTIEUX POUR UN JEUNE HOMME QUI A TRÈS PEU D'ÉTUDES MAIS, LES POÈTES ONT UTILISÉ LES PROSES DES MOTS POUR DÉCRYPTER LES MOUVEMENTS DE L'UNIVERS ET DE L'INFINI.
TAY

LE ZÉRO S'ÉGOUTTE DANS L'ÉVAPORATION. CELA EST UNE MASSE ET LE ZÉRO N'EST PAS L'ORIGINE POURTANT IL EST L'ÉLÉMENT PRINCIPAL DE L'ÉMOTION DE LA FORMULE. LA NATURE EST L'ÉVAPORATION OÙ LE ZÉRO POSSÈDE UN SENTIMENT D'UNIVERS: JE CONNAIS LA RÉPONSE TARDIVE OU LE CRI DU NÉNUPHAR.
TAY

LE ZÉRO S'ÉGOUTTE DANS L'ÉVAPORATION. CET ATTRAIT D'ESPACE N'EST PAS L'ATTRAIT DU.JEUNE PRÉSIDENT ET DE SA FEMME QUI SAVOURE LE DEVOIR DE CITOYEN COMME UNE DIVINE COMÉDIE ROMANTIQUE DE LA VIE SUR TERRE. IL N'Y A PAS DE QUOTIDIEN, IL Y A LE RÊVE ÉVEILLÉ OU L'INSOMNIE.
TAY

DANS SON ROMAN, PHILIP K DICK MONTRE COMMENT UN SAGE PEUT ÊTRE UN GRAND ARCHITECTE EN REGARDANT UN COUPLE D'AMOUREUX S'AIMAIENT EN SE RENDANT COUPABLE D'AVOIR UNE FORME D'INSOUCIANCE SUR LA RÉALITÉ PAR DES MORALES GROSSIÈRES SUR LES MOTS ET LES ACTES.
TAY

LE ZÉRO S'ÉGOUTTE DANS L'ÉVAPORATION. CETTE IMAGE VIENT DE MES RÊVES SUR LA BOMBE ATOMIQUE. CES PHÉNOMÈNES QUI SE RETROUVENT DANS LES ÉCLAIRS, DANS L'ÉCHO DES MONTAGNES, DANS LES TRACES D'AVIONS ET DANS LES CIRCONSTANCES DE MOUVEMENTS DE NUAGES OU DANS LE AILLEURS.
TAY

L'ÉTHIQUE VEUT QUE NOUS AYONS UNE ÉMOTION MAIS CERTAINS S'AMUSENT À DIRE QUE LA POLITIQUE S'EST ÊTRE RIGIDE COMME UNE MARIONNETTE AFIN DE SAVOIR REBONDIR SUR LES JOIES ET LES TRISTESSES DU PEUPLE. ALORS CÉSAR N'EST PLUS ET AUGUSTE EST NÉ. DIT CICÉRON.
ÉCRIT PAR TAY

LE ZÉRO S'ÉGOUTTE DANS L'ÉVAPORATION. LA TRANSPIRATION EST LA TRANSCENDANCE QUI S'EST DÉVELOPPÉE DANS L'ÉVAPORATION. CHAQUE MASSE PRODUIT SON FLUIDE, LA TRANSPIRATION EST DONC DANS L'ÉTUDE DE LA TRANSFORMATION: UN PRINCIPE D'INFINI DANS LA NATURE.
TAY

LE ZÉRO S'ÉGOUTTE DANS L'UNIVERS. CERTAINS VEULENT DÉTRUIRE L'ÉCRITURE DE YAHVÉ. DIEU NE PEUT ÊTRE IMPOSSIBLE CAR IL N'EST PAS DANS LE DOMAINE DE L'IMPROBABLE. JE SAVOURE CE MYSTÈRE DE LA NATURE MÊME SI MON COEUR NE COMPRENDS PAS LA CRUAUTÉ ET LE NARCISSISME DE L'HUMAIN.
TAY

DANS L'UNIVERS, IL Y A DES MILLIONS DE MOMENTS CONSTITUANT UNE INFINITÉ DE MOUVEMENTS. ÉBLOUI PAR CES PHÉNOMÈNES COMME QUAND JE SUIS DANS CE PONT ET AU DESSUS DE L'ÎLE AVEC LES MOUETTES ET LES CORBEAUX S'AMUSANT À JOUER AUTOUR DE LA NATURE.
TAY

LE CHIFFRE EST LA NOTION DE LA NOTORIÉTÉ POUR CEUX QUI VEULENT VOYAGER ET RÉUSSIR. LE ZÉRO S'ÉGOUTTE DANS L'ÉVAPORATION DÉMONTRE L'ESPACE ET LA DEMEURE DANS CE QU'ON APPELLE LE RIEN OU LE CHAOS. CETTE IMAGE DE ZÉRO PEUT RAPPELER LE CHANT DU CYCLONE DANS SON EXISTENCE.
TAY

LA SOCIÉTÉ DIPLOMATIQUE EST UNE GRANDE FAMILLE OÙ CHACUN DÉPOSE SA ROSE SUR UNE TOMBE CORRESPONDANT À UNE HISTOIRE DU PANTHÉON MONDIALE MAIS COMME TOUTE FAMILLE, IL Y A UNE DIVISION SUR LES DOMAINES DE DIRE SUR LA DIVERGENCE.
TAY

LA DIVERGENCE EST FINALEMENT DANS LE PROPRE DE LA NATURE MAIS LE MONDE DIPLOMATIQUE A TOUJOURS CETTE NÉCESSITÉ DE LA DÉCRIRE COMME ÊTRE UNE RUPTURE À L'ÉQUILIBRE DE L'EXISTENCE. L'ESPÉRANCE EST UNE DIVERGENCE CAR IL Y A LE NORD ET LE SUD DANS L'EST ET L'OUEST.
TAY

DANS LE PARAMÈTRE DE SURVIVRE, IL Y A L'INTÉRÊT À VIVRE: JE N'AI PAS D'ENFANTS MAIS IL ME SEMBLERAI INJUSTE DE NE PAS LUI MONTRER LES INFINITÉS DE L'ESPÉRANCE QUAND ON POSSÈDE LE SENS DE LA PERSÉVÉRANCE ET DE L'ÉTHIQUE TEL UN LION SOLITAIRE DEVANT UNE MEUTE DE HYÈNES.
TAY

QUE FAIT LE LION SOLITAIRE DEVANT UNE MEUTE DE HYÈNES, EH BIEN, LE CHIFFRE ZÉRO S'ÉGOUTTE DANS L'ÉVAPORATION. UNE IMAGE TRIBALE DE LA VIE QUI MONTRE CE QUE L'UNIVERS NOUS RÉSERVE SUR TERRE ET DANS L'INFINI DE L'ESPACE: LES INFINITÉS DE L'EXISTENCE.
TAY

LA POLITIQUE N'EST PAS LE SOCLE DE LA SOCIÉTÉ CAR L'ÉTAT EST LE PILIER DE L'EXISTENCE D'ÊTRE, D'ÉTHIQUE ET D'ÉTABLIR: LES ANARCHISTES NE HAÏSSENT PAS LES STRUCTURES SPATIALES DE L'HUMANITÉ; ILS REJETTENT CEUX QUI SE SERVENT DE LA MORALE POUR ÉTABLIR LA DICTATURE.
TAY

SUR LA RIVE DU FLEUVE, LA RAISON SE FAIT EN UNE RIVIÈRE ET LA RÉALITÉ DEVIENT LA SOURCE OÙ LE SOUFFLE SE FAIT ENTENDRE À LA SURVIE. L'HORIZON EST CE LIEU D'IMAGINATION OÙ LE TERME D'IMMORTALITÉ SE CONFOND AVEC LA CONSCIENCE DE DÉCLINAISON.
TAY

LE PERSONNAGE ENTENDS LA DÉCLINAISON DU PEUPLE ET LA RÉALITÉ PRÉTEND À L'IMMORTALITÉ CROYANT EN L'INFINITÉ DE LA NATURE; LA NEIGE FONDS, L'EAU SE BOIT ET L'ÉQUILIBRE S'ÉVAPORE TOUT COMME CE PROVERBE: POUSSIÈRE, TU REDEVIENDRA POUSSIÈRE.
TAY

JÉRUSALEM, PYONGYANG, DAMAS ET AILLEURS: IL Y A DES MOTS QUI RÉSONNENT DANS LE COEUR COMME LES MOTS ABREUVENT L'ÉCHO DES MONTAGNES: LE CRI ET LE GÉMISSEMENT SONT DES PAROLES DANS LE VERBE DE L'ÉTERNEL: LE VENT HURLE ET LA MÈRE DÉÇOIT.
TAY

DANS LE CONTEXTE DU JOURDAIN, LA JOURNÉE EST LA DESTINÉE DU JOURNAL: LE COEUR EST UN CONTEXTE ET LE POUSSIÈRE DEVIENT UN MOUVEMENT. L'ASPECT QUI EST INVISIBLE PEUT ALORS DEVENIR APPARENT POUR CELUI QUI DISTINGUE LES ÉVÉNEMENTS ET LA MATIÈRE.
TAY

LA FÉMINITÉ EST UNE NATURE AUQUEL IL FAUT DISTINGUER DES PARAMÈTRES TOUT COMME ILS EXISTENT DANS LE MASCULIN: LE MALHEUR ET LE MASSACRE SONT LIÉS À DES CONVOITISES DE TERRITOIRES ET D'APPARTENANCES SUR LA NATURE ET LA PERSONNE AUTANT CHEZ LA FEMME QUE DANS L'HOMME.
TAY

LE ZÉRO S'ÉGOUTTE DANS L'UNIVERS. CERTAINS VEULENT DÉTRUIRE L'ÉCRITURE DE YAHVÉ.
DIEU NE PEUT ÊTRE IMPOSSIBLE CAR IL N'EST PAS DANS LE DOMAINE DE L'IMPROBABLE.
JE SAVOURE CE MYSTÈRE DE LA NATURE MÊME SI MON CŒUR NE COMPRENDS
PAS LA CRUAUTÉ ET LE NARCISSISME DE L'HUMAIN.
TAY

FAIRE LE PANTALON S'EST FAIRE LE MALIN AUX DÉTRIMENTS DE CELUI
QUI NE PEUT COMPRENDRE OU QUI N'A PAS LES MOYENS DE RÉPONDRE.
MON PLAISIR EST D'INVENTER DES PROVERBES: D'OÙ, MES INTERVENTIONS
POUR CRÉER LE LIEN ENTRE LES MANIFESTANTS ET LES C.R.S:
MA PROMESSE DE PRODUCTIVITÉ.
TAY

LE ZÉRO S'ÉGOUTTE DANS L'ÉVAPORATION ET L'ESPACE SE DÉFINIT DANS LA GÉOGRAPHIE DE L'UNIVERS.
LA GÉOMÉTRIE DONNE LES APPARENCES DE L'INVISIBLE NOTION DE TEMPS DANS LES CIRCONSTANCES DU VERBE.
LE CONCEPT MONTRE LE CONTRASTE DU NOIR DANS LE CONCEPT DE DISTANCE.
TAY

TIGNARD YANIS @Yanis_Tignard 6 min il y a 6 minutes
Une suie micrométéorique pénètre abondamment le système saturnien,
ce qui plaide pour une date de formation récente de ces anneaux:
Cette théorie a été abandonné par le fait que si l'espace est sale
et que les anneaux sont propres:
Cela est du par des phénomènes naturels.
TAY

Sonde Cassini a montré que par
LA RÉSONANCE ORBITALE, les Agrégats de particules de glace qui constituent
la partie solide des anneaux de Saturne se disloquent et se reforment
par leurs collisions. La fonction des satellites provoque
que LE ZÉRO S'ÉGOUTTE DANS L'ÉVAPORATION.
TAY

“Si le monde était clair, l'art ne serait pas.”
De Albert Camus / Le mythe de Sisyphe.
Elvis Presley - Don't Cry Daddy...
https://www.youtube.com/watch?v=w8YHBvX4QtM
Y'BECCA.
TAY

Les anneaux sont les anneaux planétaires les plus importants
du Système solaire. Invisibles de la Terre à l'œil nu, aperçus
en 1610 par le savant italien Galilée grâce à une lunette astronomique
de sa conception. Christiaan Huygens parlera d'un anneau
entourant Saturne.
TAY

SAPEURS-POMPIERS 42 Compte certifié @sdis42
3 h il y a 3 heures
Moment du repas préparé en commun. Echanges et convialite
ce sont aussi les valeurs des #pompiers 👍🏻 bon appétit !

C’est l’heure du rassemblement pour définir les tâches de l’après-midi
et revenir sur l’activité opérationnelle de la matinée.
Au programme: nettoyage des locaux de vie, travaux
dans les differents services fonctionnels.
Une caserne ça vit, ça bouge tout le temps!

AINSI,

Le savant italien Galilée est le premier à observer les anneaux de Saturne, en 1610, à l'aide d'une lunette de sa fabrication, mais il n'arriva pas à identifier leur forme. Il vit en ces « taches » « deux serviteurs aidant le vieux et lent Saturne à faire son chemin »4. Il a également décrit Saturne comme ayant des « oreilles » ou des « anses »5,6. En 1612, le plan des anneaux était orienté directement vers la Terre, et les anneaux semblent disparaître. Mystifié, Galilée se demandait : « comment Saturne a avalé ses enfants ? », en faisant référence au dieu de la mythologie romaine Saturne, qui dévorait ses propres enfants pour les empêcher de le renverser7. Lorsque les anneaux sont de nouveau visibles en 1613, Galilée est en pleine confusion.


Dans un dessin de 1666, Robert Hooke a noté les ombres (a et b) projetées par la planète et les anneaux l'un sur l'autre.
En 1655, Christiaan Huygens est le premier à suggérer que Saturne est entouré d'un anneau. Avec un télescope de qualité supérieure à la lunette de Galilée, Huygens observe la planète, et écrit en 16599 qu'« il [= Saturne] est entouré par un anneau mince et plat qui ne touche nulle part la planète et qui est incliné sur l'écliptique »2. Robert Hooke a également observé les anneaux et a noté les ombres projetées sur ces derniers10.

En 1675, Giovanni Domenico Cassini découvre que l'anneau de Saturne est composé en fait d'un grand nombre d'anneaux concentriques séparés entre eux, et émet l'hypothèse qu'ils sont constitués de cailloux s'entrechoquant. La plus grande des séparations, large de 4 800 km et située entre les anneaux A et B, sera baptisée par la suite « division de Cassini ».

En 1787, Pierre-Simon de Laplace prouve que les anneaux ne peuvent pas être composés d'un grand nombre d'anneaux minces et solides2. Il en conclut que "Les différents anneaux qui entourent le globe de Saturne sont par conséquent des solides irréguliers, d'une largeur inégale[...] en sorte que leurs centres de gravité ne coïncident point avec leurs centres de figure."

En 1859, James Clerk Maxwell reçoit le prix Adams en démontrant que les anneaux ne peuvent pas être solides car, dans ce cas, ils deviendraient instables et se briseraient. Il suggère que les anneaux sont composés de nombreuses petites particules, orbitant toutes de manière indépendante autour de Saturne. La théorie de Maxwell fut vérifiée en 1895, grâce à des analyses spectroscopiques effectuées par James Edward Keeler depuis l'observatoire Lick.

xxe et xxie siècles.

Les anneaux de Saturne.
En octobre 1969, l'astronome français Pierre Guérin découvre, par des moyens photographiques (à partir de l'Observatoire du Pic du Midi) un quatrième anneau, le plus interne, dans le système des anneaux de Saturne ainsi qu'un espace obscur entre celui-ci et les anneaux déjà observés. Cette découverte est effectuée avec les moyens de l'astronomie classique, et ceci bien avant le repérage des mêmes structures par la sonde Voyager 1.

En 1980, le passage de la sonde Voyager 1 près de Saturne montre des détails jusqu'alors invisibles de la Terre, tels les spokes.

En 2004, la sonde Cassini-Huygens se place en orbite autour de Saturne. Elle apporte des précisions sur les spokes14 et traverse les anneaux à plusieurs reprises.

En octobre 2009, grâce au télescope spatial Spitzer, des astronomes découvrent un nouvel anneau situé à l'intérieur de l'orbite de la lune Phœbé, ne pouvant être mis en évidence qu'en infrarouge en raison de sa faible densité. Cet anneau est particulièrement étendu avec une largeur égale à 20 fois le diamètre de Saturne : son bord intérieur se situe à environ 6 millions de kilomètres de la surface de la planète tandis que son bord extérieur est situé à environ 12 millions de kilomètres. Ce dernier et l'anneau qui l'entoure sont probablement à l'origine de l'aspect particulier du satellite de Saturne, Japet, qui présente une face noire et l'autre très blanche.

MOSAÏQUE DU
CITOYEN TIGNARD YANIS
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.atelier-yannistignard.com
yanis la chouette



Nombre de messages : 7055
Localisation : http://yanis.tignard.free.fr
Date d'inscription : 12/11/2005

MessageSujet: Re: Les Mentawai, l'île de Siberut et l'Océan Indien   Ven 18 Mai à 10:04

TIGNARD YANIS @TIGNARDYANIS
19 s il y a 19 secondes
Faux lion Corvus albus lors d'un combat de lutte sénégalaise (Dakar).
L'autotrophie partielle survient lorsqu'un organisme ne peut subvenir
seul à ses besoins mais par le biais d'une association avec un autre
organisme avec bénéfices réciproques; on parle alors de symbiose.
TAY

Étude des trous noirs, quasars et galaxies actives

L'existence des trous noirs est prédite par des théories depuis près de 200 ans mais il est impossible d'observer directement un tel objet et les astronomes n'avaient aucun moyen de vérifier leur existence jusqu'à l'arrivée de Hubble. Celui-ci a permis d'observer l'attraction gravitationnelle sur les objets qui l'entourent. Hubble a également permis de confirmer qu'il était extrêmement probable que des trous noirs supermassifs se trouvent au cœur des galaxies51.
Formation des étoiles

La capacité de Hubble à faire des observations dans l'infrarouge a été largement mise à contribution pour étudier les pouponnières d'étoiles, constituées de nuages de gaz dans lesquels se forment les étoiles. La poussière bloque pratiquement tout le rayonnement en lumière visible mais pas celui émis dans l'infrarouge. Hubble a pu ainsi restituer des images détaillées de la nébuleuse d'Orion, pouponnière située dans la Voie lactée, mais également de régions de formation des étoiles situées à très grande distance de notre galaxie et donc que l'on voit telles qu'elles étaient longtemps dans le passé. Toutes ces informations, outre qu'elles ont fourni les plus belles images de Hubble, ont une grande importance scientifique car elles ont permis de mieux comprendre le mode de formation des étoiles telles que le Soleil ainsi que l'évolution dans le temps des caractéristiques de l'Univers52.
Lentilles gravitationnelles
Article détaillé : Lentille gravitationnelle.

Hubble permet également d'utiliser les effets de lentilles gravitationnelles pour mesurer des masses d'amas galactique 53,54,55, de galaxie 56,57 ou tout récemment, d'une étoile 58.

La masse de la naine blanche Stein 2051 B a pu être estimée lorsque cette dernière est passée devant une étoile de magnitude 18.3 (ascension droite : 4 h 31 min 15 s 004, déclinaison : +58° 58' 13.70"). La déflexion angulaire ainsi produite était de 31.53 ± 1.20 mas ce qui correspond à une masse de 0.675 ± 0.051 masse solaire. Il s'agit de la première mesure par le télescope de la masse d'une étoile par un effet découlant de la relativité générale.
Cette section est vide, insuffisamment détaillée ou incomplète. Votre aide est la bienvenue ! Comment faire ?
Étude du Système solaire

Les images à haute résolution des planètes, lunes et astéroïdes du Système solaire prises par Hubble ont une qualité qui n'est surpassée que par celles réalisées par les sondes spatiales qui survolent ces corps célestes. Hubble a de plus l'avantage de pouvoir faire des observations périodiques sur de longues durées. Il a observé toutes les planètes du Système solaire hormis la Terre, qui est étudiée in situ et par des engins spatiaux spécialisés, et Mercure, trop proche du Soleil. Hubble présente l'avantage de pouvoir suivre des événements inopinés comme la collision de la comète Shoemaker-Levy 9 avec Jupiter en 199459.
Champs profonds

En décembre 1995, Hubble a photographié le « champ profond de Hubble », une région couvrant un trente-millionième du ciel et contenant plusieurs milliers de galaxies. Une autre image, mais du ciel austral, a aussi été faite et est très semblable, renforçant la thèse que l'Univers est uniforme à grande échelle et que la Terre occupe un endroit quelconque à l'intérieur de celui-ci60.

Amerigo Vespucci (ou Americo Vespuce)1, né le 9 mars 14542 à Florence, dans la république du même nom et mort le 22 février 1512 à Séville en Castille, est un commerçant florentin au service des Médicis, également navigateur au service du royaume de Portugal et de la couronne de Castille. Il réalise plusieurs voyages transatlantiques, dont il rend compte à Lorenzo di Pierfrancesco de Médicis dans des lettres, qui sont plus tard diffusées à son insu. Il est considéré comme le premier Européen à comprendre que les terres découvertes par Christophe Colomb font partie d'un nouveau continent. C'est pour cette raison que le cartographe Martin Waldseemüller et l'érudit Mathias Ringmann, réunis au sein du Gymnase vosgien de Saint-Dié, désignent en son honneur ce nouveau monde du nom d'« America » dans le planisphère qu'ils éditent en 1507. Le caractère souvent fantaisiste et contradictoire des relations qui ont été faites de ses voyages — lui-même n'en ayant rien publié, hormis ses lettres privées aux Médicis — en fait l'une des figures les plus controversées de l'ère des Grandes découvertes avec, Sir Francis Drake, né vers 1540 à Tavistock (Devon) et mort le 27 janvier 1596, est un corsaire, explorateur, esclavagiste et homme politique anglais du XVIe siècle. Drake effectue la deuxième circumnavigation de la Terre (après Juan Sebastián Elcano), entre 1577 et 1580.

La reine Élisabeth Ire d'Angleterre le fait chevalier en 1581. Il est commandant en second de la flotte anglaise qui affronte l'Invincible Armada espagnole en 1588. Il meurt de la dysenterie en janvier 15961 après l'attaque avortée de San Juan à Puerto Rico.

De son vivant, ses exploits sont légendaires, faisant de lui un héros aux yeux des Anglais alors qu'il n'était considéré que comme un pirate par les Espagnols, qui l'avaient surnommé « El Draque » ou « El Dragón »2.


Historique d'observations remarquables (sélection)

Le successeur de Hubble
La NASA ne prévoit pas de développer un télescope spatial de la classe de Hubble capable comme celui-ci d'observer la partie du spectre lumineux s'étendant de l'ultraviolet proche à l'infrarouge proche. Les responsables scientifiques ont décidé de concentrer les investigations futures du successeur de Hubble sur l'infrarouge lointain pour pouvoir étudier les objets les plus éloignés (les plus anciens) ainsi que les objets les moins chauds. Cette partie du spectre lumineux est difficile voire impossible à observer depuis le sol, ce qui justifie l'investissement dans un télescope spatial par ailleurs beaucoup plus coûteux que son équivalent terrestre. Dans le spectre visible par contre, les télescopes terrestres de très grand diamètre récents ou en cours de construction peuvent avec le recours à une optique adaptative égaler sinon dépasser les performances de Hubble pour un coût bien inférieur à celui d'un télescope spatial. Compte tenu de ce contexte, le projet de remplacement du télescope Hubble, baptisé Next Generation Space Telescope, a débouché sur le développement du télescope spatial James-Webb (JWST pour James Webb Space Telescope). Celui-ci n'est pas du tout une version agrandie et plus puissante de Hubble mais un télescope essentiellement capable d'observer dans l'infrarouge avec une capacité marginale dans le spectre visible (couleurs rouge et orange). Il doit être placé en orbite vers 2020 par un lanceur Ariane 5 autour du point de Lagrange L2, caractérisé par un environnement thermique plus stable. Contrairement à Hubble, il n'est pas prévu de réaliser des missions de maintenance au cours de sa vie opérationnelle pour le réparer ou modifier son instrumentation.

Mesure de l'âge et de la vitesse d'expansion de l'Univers
L'un des objectifs principaux à l'origine de la réalisation du télescope Hubble est la détermination de l'âge et de la taille de l'Univers. L'observation des céphéides - étoiles dont la luminosité varie selon une périodicité directement corrélée à leur luminosité réelle - a permis d'abaisser l'incertitude sur la valeur de la constante de Hubble de 50 à 10 %. Ces résultats ont pu être vérifiés par la suite grâce à des mesures effectuées par d'autres méthodes. Ils ont permis de déterminer que la vitesse d'expansion de l'Univers atteignait 70 km/s/Mpc, c'est-à-dire que la vitesse d'éloignement des structures due à cette expansion s'accroissait de 70 km/s à chaque fois que celles-ci étaient situées un mégaparsec (3,26 millions d'années-lumière) plus loin de la Terre. Hubble a permis de déterminer que, contrairement aux théories en vigueur, la vitesse d'expansion s'accroissait et que cette accélération avait seulement débuté lorsque l'Univers avait la moitié de son âge actuel49. L’animisme, (du latin animus, originairement « esprit », puis « âme ») est la croyance en un esprit, une force vitale, qui anime les êtres vivants, les objets mais aussi les éléments naturels, comme les pierres ou le vent, ainsi qu'en des génies protecteurs1. Ces âmes ou ces esprits mystiques, manifestations de défunts ou de divinités animales, peuvent agir sur le monde tangible, de manière bénéfique ou non. Il convient donc de leur vouer un culte2. Ainsi défini, comme « croyance à l'âme et à une vie future et, corrélativement, croyance à des divinités directrices et des esprits subordonnés »3, l'animisme peut caractériser des sociétés extrêmement diverses, situées sur tous les continents.

Observations programmées et fin de vie
Le système d'amarrage installé sur l'arrière du télescope par l'équipage de STS-125.

La dernière mission de maintenance de 2009 a permis de remettre à neuf le télescope Hubble. À la mi-2013, les capacités du télescope, dont de nombreux composants ont pourtant 25 à 30 ans d'existence, sont pratiquement intactes et le responsable du programme à la NASA estime que le télescope pourra sans doute fonctionner jusqu'à la fin de la décennie, permettant de mener des observations en parallèle avec JWST qui devrait être lancé en 2018. Malgré l'apparition de télescopes terrestres de plus en plus puissants (le VLT par exemple), Hubble est toujours aussi prisé par la communauté des astronomes : 180 à 200 demandes d'observation peuvent être honorées chaque année, sur un total de 1 100 requêtes (représentant 3000 à 3 500 orbites sur les 20 000 orbites annuelles). Trois projets d'observation de longue durée sont programmés pour les années à venir28 :

la cartographie d'un tiers des étoiles de la galaxie d'Andromède, voisine de notre Voie Lactée ;
la réalisation de photographies de vastes portions du ciel analogues à celles de champs profonds et montrant les galaxies se formant à tous les âges de l'Univers — ces photos sont destinées à fournir de nouvelles informations sur la formation des trous noirs, la distribution des noyaux galactiques et le déroulement des fusions de galaxies ;
l'étude des amas de galaxies de grande taille pour déterminer la matière noire présente à travers l'effet de loupe gravitationnelle qu'elle suscite.

Début 2013, un des gyroscopes présente des signes de dérive mais l'anomalie peut être corrigée par une modification du logiciel associé. Par le passé le télescope a rencontré de nombreux problèmes avec ce type d'équipement et les équipes assurant le support ont développé des stratégies permettant de faire fonctionner le télescope avec un seul des six gyroscopes. Un des trois capteurs de pointage fin fonctionne de manière irrégulière, mais les opérateurs qui contrôlent le télescope parviennent à contourner l'anomalie en ayant recours plus rarement à cet équipement (seuls deux des trois capteurs sont utilisés simultanément en fonctionnement normal). La caméra infrarouge NICMOS a été arrêtée à la suite d'un dysfonctionnement de son système de réfrigération. La communauté des utilisateurs a décidé de renoncer à cet instrument car la caméra grand champ WFC3 peut réaliser le même type d'observation. La durée de vie du télescope Hubble est néanmoins comptée. En avril 2013, la mission a été prolongée jusqu'à 2016. L'altitude de l'orbite du télescope diminue régulièrement sous l'effet de la trainée créée par l'atmosphère résiduelle. Depuis le retrait de la navette spatiale américaine, la NASA ne dispose plus de vaisseau capable de rehausser l'orbite ; le télescope devrait être détruit en effectuant une rentrée atmosphérique à une date qui dépend de l'activité solaire mais qui se situerait entre 2030 et 2040. L'équipage de la dernière mission de maintenance STS-125 a installé sur l'arrière du télescope un système d'amarrage qui doit permettre à un engin spatial de s'amarrer pour modifier la trajectoire du télescope avant sa rentrée atmosphérique de manière que les zones habitées ne soient pas touchées par d'éventuels débris29. Le désorbitage du télescope spatial est actuellement prévu autour de 2020. En juin 2016, La NASA annonce que le télescope spatial sera maintenu en service au moins jusqu’en 2021.
Description technique

Le télescope Hubble a une masse d'environ 11 tonnes, mesure 13,2 mètres de long, a un diamètre maximum de 2,4 mètres et a coûté 1 milliard de dollars US (soit environ 50 millions de dollars par an) dont 76 millions pour le dernier prolongement de mission en date (2013-2016). C'est un télescope réflecteur à deux miroirs ; le miroir primaire mesure à lui seul environ 2,4 mètres de diamètre et a coûté plus de 350 millions de dollars. Il est couplé à divers spectromètres ainsi que trois caméras : une à large champ pour les objets faiblement lumineux, une autre à champ étroit pour les images planétaires et une dernière réservée au domaine infrarouge.
Schéma éclaté du télescope Hubble.
La partie optique
Schéma de la partie optique (OTA) du télescope spatial Hubble.

La partie optique du télescope Hubble, OTA (Optical Telescope Assembly), utilise une architecture de type Cassegrain. Celle-ci, la plus courante pour les grands télescopes terrestres, permet d'obtenir une grande longueur focale (57,6 mètres) avec un tube relativement court (6,4 mètres). Hubble dispose d'un miroir de 2,4 mètres beaucoup plus petit que les télescopes terrestres les plus récents (jusqu'à 10 mètres), mais en étant placé au-dessus de l'atmosphère, le rayonnement n'est pas filtré ou perturbé par celle-ci, ce qui lui permet d'atteindre une résolution angulaire bien supérieure, en plus d'effectuer des observations dans l'infrarouge et l'ultraviolet. Un télescope Cassegrain comporte un miroir primaire qui réfléchit la lumière incidente vers un miroir secondaire situé dans l'axe qui la réfléchit à son tour vers les instruments chargés d'enregistrer l'image ou le spectre du rayonnement lumineux. Le télescope Hubble utilise une variante du Cassegrain dite Ritchey-Chrétien qui se caractérise par des miroirs primaire et secondaire hyperboliques, ce qui permet de supprimer le coma et l'aberration sphérique. La lumière incidente pénètre dans le tube optique puis est réfléchie par le miroir primaire de 2,4 mètres de diamètre vers le miroir secondaire de 30 cm de diamètre situé dans l'axe, puis passe par un orifice central de 60 cm de diamètre au milieu du miroir primaire pour atteindre le plan focal situé 1,5 mètre derrière celui-ci. Le flux lumineux est alors dirigé par un système de miroirs vers les différents instruments scientifiques. Le miroir primaire est réalisé dans un verre ayant un taux de dilatation très faible. Sa masse a pu être abaissée à 818 kg (contre environ 3 600 kg pour ses homologues terrestres) grâce à une structure interne en nid d'abeilles. La température du miroir primaire est maintenue constante grâce à une série de radiateurs et sa forme peut être corrigée par 24 vérins montés sur sa face arrière. Le miroir secondaire est réalisé en verre Zerodur recouvert d'une couche réfléchissante de fluorures de magnésium et d'aluminium. Des vérins commandés depuis le sol permettent de modifier son alignement par rapport au miroir primaire30.

La circumnavigation désigne la navigation en bateau autour d'un lieu, couramment une île, un continent, ou la Terre entière. Plus récemment, on parle aussi de circumnavigation pour des voyages aériens ou sous-marins.

Jean de Mandeville, dans son Livre des merveilles du monde, fait référence aux possibilités théoriques de « circumnavigation » du monde. C'est sans doute ce qui a rendu son ouvrage si populaire à la fin du Moyen Âge, notamment auprès de Christophe Colomb et Fernand de Magellan.



14 Δεκεμβρίου 2015
Ο Sentinel-1 είδε το μεγάλο σεισμό που έπληξε την Ελλάδα στις 17 Νοεμβρίου και παρείχε σημαντικές πληροφορίες για τη χαρτογράφηση και την εκτίμηση των ζημιών στις πληγείσες περιοχές, αλλά και για την συνεχή παρακολούθηση του φαινομένου.

Στις 17 Νοεμβρίου 2015 (09:10 ώρα Ελλάδας), επιφανειακή σεισμική δόνηση μεγέθους 6,4 βαθμών της κλίμακας Richter σημειώθηκε σύμφωνα με το γεωδυναμικό Ινστιτούτο του Εθνικού Αστεροσκοπείου Αθηνών με επίκεντρο 13 χιλιόμετρα νοτιοδυτικά της Λευκάδας και 285 χιλιόμετρα βορειοδυτικά της Αθήνας. Η δόνηση έγινε αισθητή από τη Δυτική Ελλάδα έως την Αθήνα, αλλά και μέχρι τη Σικελία, στη νότια Ιταλία. Το φαινόμενο συνοδεύτηκε από σημαντικές υλικές ζημιές όπως καταρρεύσεις κατασκευών, σημαντικό αριθμό κατολισθήσεων, ακόμα και απώλειες ανθρώπινων ζωών.

Η Λευκάδα είναι ένα από τα πιο δημοφιλή νησιά του Ιονίου, προσελκύοντας πολλούς τουρίστες κάθε χρόνο για τις φυσικές ομορφιές της. Ωστόσο η ευρύτερη περιοχή του νησιού βρίσκεται κατά μήκος του ενεργού Ελληνικού Τόξου και χαρακτηρίζεται από υψηλή παραμόρφωση του φλοιού της Γης, γεγονός που το κατατάσσει μεταξύ των περιοχών υψηλότερης σεισμικής επικινδυνότητας της Ευρώπης.

Η άμεση εξαγωγή δεδομένων σχετικά με την εδαφική παραμόρφωση αποτελεί καίρια πληροφορία τόσο για του σεισμολόγους όσο και για τους γεωλόγους και μηχανικούς που βρίσκονται στην πληγείσα περιοχή τόσο για την πρόληψη παρατηρώντας τη συνέχεια του φαινομένου όσο και την έγκαιρη αντιμετώπιση των ζημιών.

Με την εκδήλωση του φαινομένου η ερευνητική ομάδα Εφαρμογών Παρατήρησης της Γης από το Διάστημα, του Τμήματος Γεωγραφίας του Χαροκοπείου Πανεπιστημίου Αθηνών (HUA) με επικεφαλής τον αναπληρωτή καθηγητή κο Ισαάκ Παρχαρίδη, προχώρησε στην παραγωγή χαρτών της εδαφικής παραμόρφωσης που προκάλεσε ο σεισμός βάσει δορυφορικών εικόνων ραντάρ και της τεχνικής της Συμβολομετρίας Ραντάρ (InSAR).

Τα δορυφορικά συστήματα Ραντάρ καταγράφουν το χρόνο ενός παλμού επιστροφής που στέλνει η κεραία του δορυφόρου στη Γη και την έντασή του, καθώς και τη φάση των μικροκυμάτων. Αυτά τα σήματα φάσης δημιουργούν ένα συμβολογράφημα μεταξύ δύο λήψεων δεδομένων SAR. Η συμβολομετρία ραντάρ (InSAR) χρησιμοποιείται για μέτρηση του υψόμετρου του εδάφους.

Η παραπάνω εικόνα αποτελεί ένα τέτοιο συμβολογράφημα της ευρύτερης περιοχής της Λευκάδας. Η αλληλουχία χρωμάτων απεικονίζει έναν σημαντικό αριθμό “κροσσών συμβολής” που υποδηλώνουν την έντονη παραμόρφωση που προκάλεσε ο σεισμός στην περιοχή. Όπως φαίνεται και από την έντονη παρουσία των χρωμάτων στο νοτιοδυτικό τμήμα του νησιού στην εικόνα, η παραμόρφωση είναι εντονότερη κυρίως στην περιοχή αυτή.

Παλαιότερα η παραγωγή χαρτών εδαφικής παραμόρφωσης απαιτούσε σημαντικό χρόνο τόσο για την συλλογή αλλά και την επεξεργασία των εικόνων. Σήμερα η εκτόξευση σύγχρονων συστημάτων παρακολούθησης της Γης όπως ο δορυφόρος ραντάρ Sentinel-1A, του Eυρωπαϊκού προγράμματος Copernicus και του Ευρωπαϊκού Οργανισμού Διαστήματος (European Space Agency – ESA), παρέχει στους επιστήμονες τη δυνατότητα συνεχούς παρακολούθησης της επιφάνειας της Γης με συχνότητα επίσκεψης της ίδιας περιοχής 12 ημερών. Η συχνότητα αυτή θα μειωθεί στις 6 ημέρες με την εκτόξευση του δίδυμου δορυφόρου του, Sentinel-1Β, που αναμένεται να πραγματοποιηθεί το 2016.

Ευρύτερη περιοχή της Λευκάδας - Συμβολογράφημα της μετασεισμικής δραστηριότητας με βάση τις εικόνες λήψης 17/11/2015 και 29/11/2015, ανοδικής τροχιάς
Τα δεδομένα Sentinel είναι άμεσα διαθέσιμα σε όλους μέσω της πλατφόρμας Sentinels Scientific Data Hub μερικές λίγες ώρες μετά την επίγεια λήψη και με μηδενικό κόστος.

Για την επεξεργασία των δεδομένων ραντάρ του Sentinel-1 η επιστημονική ομάδα χρησιμοποίησε το λογισμικό ελεύθερου κώδικα SNAP 2.0 της ESA, στο οποίο μπορούν όλοι να έχουν ανοιχτή πρόσβαση μέσω του συνδέσμου http://step.esa.int.

Tα αποτελέσματα της επιστημονικής ανάλυσης InSAR διανεμήθηκαν στους επιστημονικούς φορείς της χώρας (Πανεπιστήμια και Ερευνητικά Ινστιτούτα), σε ερευνητικά κέντρα του εξωτερικού (στο Εθνικό Ινστιτούτο Γεωφυσικής και Ηφαιστειολογίας, INGV της Ιταλίας, και το École normale supérieure (ENS), Γαλλία) καθώς και σε Υπηρεσίες Πολιτικής προστασίας όπως ο Οργανισμός Αντισεισμικού Σχεδιασμού και Προστασίας (ΟΑΣΠ). Σε συνεργασία με τον Pierre Briole από το ENS, Γαλλία και τον Δρ Αθανάσιο Γκανά από το γεωδυναμικό Ινστιτούτου του Εθνικού Αστεροσκοπείου, διαπιστώθηκε η συμφωνία των αποτελεσμάτων που προέκυψαν από τα δεδομένα InSAR του Sentinel-1Α με άλλες γεωδαιτικές παρατηρήσεις μέσω δεδομένων παρατήρησης της Γης GNSS.

“Οφείλω να υπογραμμίσω την επιστημονική αξία του συστήματος Copernicus και την υποστήριξη του Ευρωπαϊκού Οργανισμού Διαστήματος. Σε πολύ σύντομο χρονικό διάστημα, της τάξης ολίγων ωρών μετά την λήψη της εικόνας μετά το συμβάν, το συμβολογράφημα αποτύπωσης της εδαφικής παραμόρφωσης ήταν έτοιμο," είπε ο κος Ισαάκ Παρχαρίδης.

"Το έργο της ερευνητικής ομάδας δεν σταματά εδώ, αλλά συνεχίζεται με την μελέτη και παρακολούθηση του φαινομένου."


LE CLOITRE, L'AMERTUME, LA DÉLIVRANCE, LA VÉRITÉ ET LA SOIF.
http://leclandesmouettes.bbflash.net/t426-le-cloitre-l-amertume-la-delivrance-la-verite-et-la-soif
Fahrenheit 451 ou Y'becca et le XXIieme Siécle.
http://leclandesmouettes.bbflash.net/t121-fahrenheit-451-ou-y-becca-et-le-xxiieme-siecle
LES EAUX SOUTERRAINES, LA GRANDE JÉRUSALEM et Y'BECCA.
http://leclandesmouettes.bbflash.net/t373-les-eaux-souterraines-la-grande-jerusalem-et-y-becca
Now We Are Free.
Y'BECCA.


ECRIT ET VÉCU
DU
CITOYEN TIGNARD YANIS

_________________
Kounak le chat....
TAY
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.atelier-yannistignard.com
yanis la chouette



Nombre de messages : 7055
Localisation : http://yanis.tignard.free.fr
Date d'inscription : 12/11/2005

MessageSujet: Re: Les Mentawai, l'île de Siberut et l'Océan Indien   Ven 18 Mai à 10:05

RÉALITÉ SUR GALILÉE ET MAGELLAN

" MON AMI, J'AI PERDU MON EXISTENCE DANS UN PROCÈS."
"TOUT COMME J'AI PERDU LA VIE DANS UNE HISTOIRE AUTRE QUE MON PROJET."

"AINSI, MAGELLAN... TU AS ABANDONNE UN HOMME SUR UNE ILE."
"TOUT COMME TOI, QUAND TU AS DIT QUE LA TERRE ÉTAIT RONDE."

" J'AI DÉVOILÉ UNE THÉORIE QUI ÉTAIT VÉRITÉ ET EN CELA, JE SUIS DONC JE PENSE;
ALORS QUE TOI, TU AS FAIT PREUVE ENVERS CET HOMME D'UNE ABJECTE BARBARIE."

" IL AVAIT ENGENDRÉ UNE MUTINERIE AU MILIEU DE L’OCÉAN NE FAISANT PAS CONFIANCE
AU COMMANDEMENT: ET TOI GALILÉE, TU AS JUSTE RENVERSÉ UN ORDRE DES CHOSES/
TOUT COMME MOI, AVEC CET HOMME."

" C’ÉTAIT POUR LE MIEUX POUR FAIRE FACE AUX MENSONGES."

"TOUT COMME MOI, GALILÉE, CAR JE TE PARLE EN CET INSTANT. JE RECONNAIS QUE
JE SUIS UN ÊTRE BRUTAL MAIS TOI DANS TA VÉRITÉ, TU AS TRANCHÉ SUR LES EXISTENCES."

MORALE:
AINSI L'HOMME INVERSE LES STRUCTURES QUI SONT TOUJOURS BASE SUR
LES GAMMES D'UN POLE MAGNÉTIQUE ET DEVANT L’ADVERSITÉ, IL EST DANS CE MÉLANGE ET CETTE DOUCE
IRRÉALITÉ QUI EST LA BASE DE L'EXISTENCE: L'OSMOSE ET L'HARMONIE NE FONT PAS BON MÉNAGE
DANS LES PERCEPTIVES DE PERCEVOIR L’ÉVOLUTION COMME UN ASPECT D’ÉTHIQUE ALORS QUE
POUR L'AUTRE, IL S'AGIT D'AFFIRMER UNE FEUILLE DE ROUTE.

ECRIT DU
CITOYEN TIGNARD YANIS

POST SCRIPTUM: C'EST POUR C'EST POUR CELA QUE J'AI TRANSFORMÉ GALILÉE EN FOU DE BASSAN
ET MAGELLAN EN ALBATROS DANS MES FABLES.

------------------------------------------

SON PRÉNOM EST NINA, DOUCE NUÉE DU MARCHÉ SAINT CYPRIEN


LA JOIE ME FUT JADIS DÉROBÉE PAR MON EXISTENCE OU PAR LE DESTIN LUI MÊME.
UNE CHATTE PRÉNOMMÉE MINOUSKA ME RAPPELA L’ESPÉRANCE ET ME REPRIT AU CROIRE
DE L'ESPOIR. DANS LA PÉRIODE DE LEADER PRICE ET DE MON EXÉMA, ELLE FUT PILIER
DE MON ENTRETIEN AVEC LA NATURE ET LES PRINCIPES DE LA VIE: LA MANIÈRE D’ÊTRE

LA JOIE EST VENUE DANS UN SENTIMENT SIMPLE, PAR UN SOURIRE TIMIDE ET SERVIABLE
QUI PORTE UNE VOIX DOUCE ET AIGRE. CETTE PERSONNE CALME ME REGARDA ET
UN SENTIMENT BIZARRE NAQUIT DANS MON CŒUR: JE FUT SUBJUGUE PAR SON CALME.
DOUCE ET AFFIRMÉE AFFRONTANT LES INTEMPÉRIES DE LA PLUME ET DU VERBE
SACHANT JONGLER SUR LES ASPECTS DU MARCHE ET HUMBLE DE SON CHARME: LA GRÂCE.

AU LIEU DE M’ÉLOIGNER DU MONDE, ELLE M'EN RAPPROCHE CAR ELLE SAIT ESSUYER LE VERBE
SANS LA MOINDRE GRIMACE ! ELLE EST DANS SON ÉQUILIBRE ET CELUI CI EST SON SECRET.
ELLE EST UN MYSTÈRE DANS LA PLÉNITUDE DE SES MOUVEMENTS DIGNE DES BEAUX NUAGES.
DANS SON CALME, J'Y APERÇOIT DES RÊVERIES MYSTÉRIEUSES: DES SONGES ÉNIGMATIQUES.

DANS LA CLARTÉ DE LA LUMIÈRE TOUT COMME DANS LE SONGE DE LA NUIT; IL EST DES FAITS
QUE L'HOMME NE PEUT OUBLIER. JE NE CHERCHE DONC PAS DE RAISONS SUR MES SENTIMENTS.
LA JOIE EST UN MERVEILLEUX SENTIMENT DANS LE BONHEUR TOUT COMME DANS LE MALHEUR.
ELLE FAIT PARTI DE SES PERSONNES QUI ME REDONNE SOIF AU BONHEUR: ELLE EST NINA.

ECRIT DU
CITOYEN TIGNARD YANIS
ALIAS
TAY La chouette effraie

----------------------------------------------

TIGNARD YANIS‏ @TIGNARDYANIS 6 hil y a 6 heures
L'IRIS DE L'INFINI OÙ LA FUSION DE LA MATIÈRE DONNANT AINSI NAISSANCE À LA NATURE DE L'UNIVERS MONTRANT QUE L'EXISTENCE EST PLUS ANCIENNE. Y

LE NOIR DE L'INFINI OÙ LA LUMIÈRE PEUT ÊTRE "CANNIBALE" EN L'ASPECT DE SYNTHÈSE MOLÉCULAIRE; ELLE PERDS OU DONNE SES IONS: LES TROUS. TAY

PENDANT LONGTEMPS, ON S'EST DEMANDÉ POURQUOI L'UNIVERS ÉTAIT NOIR DANS SON ASPECT SIDÉRAL EN UN PRÉTENDU INFINI: UNE MASSE-ÉLÉMENT NOIRE. Y

L'UNIVERS ÉTAIT NOIR DANS SON ASPECT SIDÉRAL EN UN PRÉTENDU INFINI: UNE MASSE-ÉLÉMENT NOIRE. Y

ON PARLE DE TEMPÊTES MAGNÉTIQUES EN DES ZONES SANS CONDITIONS POURTANT ÇA IMPLIQUE LA PRÉSENCE D'UN RIEN ORGANIQUE OU D'UNE MASSE NOIRE. TAY

LES PHÉNOMÈNES DE CLARTÉ EN L'UNIVERS SONT DES MOUVEMENTS DE MATIÈRES QUI COMPORTE DES FUXS PROVOQUANT DES ASSOCIATIONS D'ATOMES: MÉTÉO. TAY

L'ESPRIT DE L'ÉVOLUTION SUR L'ESPACE ET L'ADVERSITÉ, NAÎT DANS LE DÉPLACEMENT DU MOUVEMENT ET DU NAÎTRE: JE L'APPELLE LE NEZ DE CYRANO. TAY

POINTE LA PLÈBE OU INDIQUE LA PLÈBE AU SUJET DE L'INVENTION ET DE LA CRÉATIVITÉ SUR LE TERME DE CRÉATION DEVANT L'INFINI ET L'ÉTHIQUE. TAY

"LA CRÉATIVITÉ ET L'INVENTION SONT ELLES VRAIMENT SYNONYME DEVANT L'ÉTHIQUE ET L'INFINITÉ, MADAME L'ADVERSITÉ DU SOI.": POINTE LA PLÈBE. TAY

LA RECHERCHE S'EST LA RESPONSABILITÉ D'ÊTRE À L'ÉCOUTE, DE RÉPONDRE, D'ÊTRE ERMITE, DE VIVRE EN COMMUNAUTÉ, ET DE VOIR LES MÉCANISMES. TAY

DANS L'UNIVERS CE QUE L'ON VOIT, N'EST PAS TOUJOURS CE QU'ON ENTENDS ET CE QU'ON ENTENDS, N'EST PAS FORCÉMENT CE QUE L'ON VOIT: MASSES. TAY

L'UNIVERS EST UNE PARTICIPATION DE CONCERTS: CERTAINS SONT PASSÉES MAIS IL DEMEURE PRÉSENT, D'AUTRES SONT ET CEUX QUI VONT VENIR: GAMMA. TAY

NOUS SOMMES COMME LE GEAI QUI OBSERVE CES FLUXUS DE LUMIÈRES POUR DISTINGUER CELLE QUI S'APPARENTE À UN MOMENT DE L'AUTRE QUI EST ANNÉE. TAY

LE REGARD EST L'INFORMATION DU MOUVEMENT AINSI LE SOI VOIT DES ASTRES DANS LES CIRCONSTANCES DES ACTES ET DE LEURS MUTATIONS PHYSIQUES. TAY

LE VENT SE DÉPLACE DANS UN RIEN SUR TERRE: NON, L'AIR N'EST PAS "LE RIEN" COMME L'APESANTEUR EST UNE MASSE OÙ LA LUMIÈRE VOYAGE AINSI. TAY

LES VENTS SOLAIRES SONT ISSUS DE LA PUISSANCE DE LEURS ÉTOILES ET LES ÉTUDES PROUVENT QU'IL SE DÉPLACE DANS DES MOUVEMENTS ÉTANT MOMENTS. Y

LE VENT EST UNE SUEUR ISSU DE LA TRANSPIRATION TERRESTRE ET DE LA TRANSCENDANCE SOLAIRE, QUI DÉVELOPPE LE SILENCE ET LES SONS DU TEMPS. TAY

LA SCIENCE DANS L'ESPACE A APPRIS QUE LE VENT EST UN MOUVEMENT ISSUS DE DIFFÉRENTS PHÉNOMÈNES QUE JE PRÉNOMME LA TRANSPIRATION TERRESTRE. Y

L'ÉTHIQUE EST LIÉE À L'INFINI CAR D'AUTRES ABSURDITÉS SONT LIÉES AUX DÉRÈGLEMENT DES MOUVEMENTS QU'ILS SOIENT MOEURS, CONVICTION ET ACTES. Y

CHACUN A PEUR DE DIRE CAR SA PAROLE EST MAL INTERPRÉTÉE MAIS LES ACTES SAVENT DISTINGUER LE VÉRITABLE DU MENSONGE: LE REGARD DE SALOMON. TAY

LA MORALE DOIT ÊTRE CAPABLE DE S'APPLIQUER CES PRINCIPES ET PEUT IMPORTE L'ART DE L'ORATEUR SI CES MAINS SE COUVRENT PAS D'ACTES. TAY

LES CONSCIENCES DE SURVIES COMPORTENT DES CONVICTIONS ET DES ÉTHIQUES, NOS COMPORTEMENTS METTENT EN PÉRIL NOTRE CIVISME ET LA PLANÈTE. TAY

PEUPLE, L'ASPECT À NOUS DÉVELOPPER NE NOUS RENDS PAS PLUS SAGE QUE CE MÉCANISME PERPÉTUEL QU'EST NOTRE TERRE QUI SURVIE DANS L'UNIVERS. TAY

LE PROGRÈS SPATIAL ET LE DÉVELOPPEMENT AGRICOLE EST INDÉNIABLE MAIS NOUS AVONS TENDANCE DANS L'INDIVIDUALISME À DÉVORER L'ENVIRONNEMENT. TAY

LE MOUVEMENT DE L'HUMANITÉ DEVANT LES EXISTENCES POUR PRÉPARER DES EXPÉDITIONS QUI FONT QUE NOUS REDOUTONS NOTRE RELATION SUR L'ASPECT. TAY


ECRIT DU
CITOYEN TIGNARD YANIS
ALIAS
TAY
La chouette effraie

L'OZONE STRATOSPHÉRIQUE, LA GARDE DES JEUNES ENFANTS ET LA NAISSANCE.

AVEC CES MODÈLES, IL EST ALORS LOISIBLE D'OBTENIR UNE IMPORTANTE MASSE SUR
LA RÉPARTITION SPATIOTEMPORELLE DES DIVERS COMPOSANTS DE LA SOCIÉTÉ.
CELUI QUI SE POSE DANS LE CONTEXTE DES MESURES PONCTUELLES OU GLOBALES
ET AVEC LES ÉCARTS ENTRE LES RÉPARTITIONS TROUVES AU MOYEN DE MESURE PONCTUELLES
OU GLOBALES ET SURTOUT, ENTRE LES ÉCARTS OBSERVÉS ENTRE LA MODÉLISATION ET LA RÉALITÉ
PERMETTANT D'AFFINER LES "MODÈLES": J'EN APPELLE AUX PRÉPONDÉRANCES DES RÉACTIONS
ENTRE LES UNS ET LES AUTRES.

LES ÉCHANGES DE MATIÈRES, LA VARIABILITÉ DU CHAMP DE PRESSION QUI APPARAIT DANS
LES ÉQUATIONS DE TOUS CALCULS DE VIES ET DANS LE SCHÉMA DÉCIMAL D'UNE FONCTION DE VITESSES
DANS GRADIENTS QUI SONT GOUVERNÉS PAR LE PRINCIPE DE THERMODYNAMIQUE QUI STIPULE LA
CONSERVATION DE L’ÉNERGIE DANS LES PROCESSUS:

AINSI DANS LES ASPECTS DE L'OZONE STRATOSPHÉRIQUE, LA GARDE DES JEUNES ENFANTS
ET DE LA NAISSANCE? LA VARIATION DE L’ÉNERGIE THERMIQUE DISPONIBLE DANS LA PARTICULE FLUIDE
SERA DONC UNE AUTRE GRANDEUR AU CONSIDÉRABLE VARIATION DANS L’ÉVOLUTION TERRESTRE DANS
LE SYSTÈME SOLAIRE AINSI QUE DANS LA CROISSANCE IMMATÉRIEL, MATÉRIEL, PHYSIQUE ET MORALE
DE LA CROISSANCE MONDIALE ET DE LA CONSCIENCE HUMAINE.

LA VARIATION DE MASSE N'EST PAS UN CHAOS CAR IL S'AGIT DE LA TRANSFORMATION DE LA CHAIR EN
ESPRIT: CE PRINCIPE S'EXPLIQUE DANS LE SYSTÈME D’ÉVOLUTION DE DARWIN QUI S’ÉTABLIT DANS LA
SURVIE, LE PHÉNOMÈNE DE DUNKERQUE. UNE CASCADE DE MOUVEMENTS S'EST CRÉE POUR ACQUÉRIR
LE DROIT DE LA GARDE AUX JEUNES ENFANTS OU LES CRÈCHES. TOUT CELA S'EST ACQUIS DANS UN
MOUVEMENT LIE AU BIEN-ÊTRE MAIS SURTOUT D'UNE MANIÉRÈ IGNORÉE ET POURTANT RÉELLE:
L’ÉVOLUTION DE LA SURVIE HUMAINE DANS UN ASPECT DE TEMPS.

AINSI EST NE LE PEUPLE ET AINSI LES NOTIONS DE PLÈBE SUR LE PARAITRE CAR OUI, LA PLÈBE S'EST
LA SURVIE DU PEUPLE SANS PLACER DES PRIVILÈGES DE VIES EN FONCTION DE LA RICHESSE:
LE RÔLE DU TRANSPORT A OUBLIÉ DES ASPECTS DE SURVIE POUR LE CONFORT. AINSI LA PLÈBE DISPARU
DE L’ÉCHELLE SOCIALE ET TELLE L’ESPÉRANCE, ELLE FUT ENFERME DANS UNE BOITE DE PANDORE.

POURTANT CE FUT PAR LA NAISSANCE QUE LA PLÈBE REPRIT CONSCIENCE DANS LE CŒUR DE L’HUMANITÉ:
JE NE SUIS QU'UN ACTEUR DE MILLIERS DE PERSONNAGES QUI VOULAIENT LA RENAISSANCE DE CETTE ESPRIT
DU SÉNAT ET DE LA DÉMOCRATIE. IL YA EU LES LOIS SUR L'AVORTEMENT ET IL Y A AUSSI CELLE DU L'ACCOUCHEMENT
ARTIFICIEL LORSQUE LE FŒTUS SOUFFRE ET RISQUE DE MOURIR SI IL DEMEURE DANS L’UTÉRUS. MIEUX
VAUT SOUVENT RECOURIR, DANS DE TELLES CONDITIONS, RECOURIR AUX ANESTHÉSIES LOCO-RÉGIONALES:
LORSQUE LA PLÈBE DISPARU DANS L’ANTIQUITÉ, CES PRATIQUES DEVINRENT OUBLIES VOIR MÊME TRAITES
DE SORCELLERIES.... UN PAN DE L’HUMANITÉ ENFOUIE DANS LE SILENCE MAIS LE RÔLE DE LA VÉRITABLE PLÈBE EST
DE LE RÉVEILLER DEVANT CES FANATIQUES DE L'HORREUR ET DE LA BARBARIE.

JE SUIS LA PERSONNALITÉ JURIDIQUE. JE SUIS LA PLÈBE...

ECRIT DU
CITOYEN TIGNARD YANIS

MINOUSKA, ANCIENNE PADAWAN DE NAGALÏÉW, LA MOUETTE AUX YEUX VERTS.
COMPAGNON DE ROUTE DE TAY LA CHOUETTE EFFRAIE
AMIE DE COLLINE LA PANTHÈRE NOIRE ET DE GOLDFINGER, LE BIRMAN DE LA PRALINE
ET PRÉCEPTEUR DU JEUNE PADAWAN, MILO LE CHIHUAHUA

Minouska.KounakDenat‏ @minouska_kounak 7 juin
LE DEVOIR L'EMPORTE SUR L'ORDONNANCE CAR LE SECOURISME EST UNE URGENCE PLUS GRANDE QUE L’INTÉRÊT.
DU CITOYEN TIGNARD YANIS POUR Y'BECCA

TIGNARD YANIS‏ @TIGNARDYANIS 10 hil y a 10 heures
UNE FATIGUE VIVE ET SAINE S'EMPARE DE MON ESPRIT. LA PRÉSENCE DANS LA PRESTANCE EST LE DEVOIR DE CELUI QUI EST SEUL: LE MILITAIRE ACTIF. TAY

JE CORRIGERAI LES FAUTES DE SINGULIER ET PLURIEL MAIS EN Y CONSTATANT, JE NOMMERAI CES PHRASES DOUÉE DE TELS FAUTES DE SYNTAXE: LES JANUS. Y

SUR LA ROUTE DES ÉTOILES, JE VOIS DES SOIES ET DES PIERRES PRÉCIEUSES LIVRÉS AUX PIÈTRES AFIN DE DONNER POUVOIR À CEUX QUI CHOISISSENT. TAY

DANS LE CONTRAIRE DE LA CONTRARIÉTÉ, JE NAVIGUE DANS LE CONTEXTE AVEC MINOUSKA ET SON ARCHE: LES PORTS SONT ACCUEILLANTS POUR LA RICHESSE. Y

L'AFRIQUE EST DANS L'ADVERSITÉ ET NOUS SOMMES DANS LE TOURBILLON; LE RIEN L'EMPORTE SUR L'APPÉTIT: IL EST DES PHARES DU TEMPS ET DE L'EAU. Y

NE DONNENT PAS AU SINGULIER; ILS PROPOSENT AUX PLURIELS; LE PLURIDISCIPLINAIRE DONNE LE CROIRE D'UNE ÉVENTUELLE: NOUS SOMMES ET JE SUIS. TAY

NOUS SOMMES ET JE SUIS; TU ES ET IL EST: LES LIVRES DES SONGES NE DONNENT PAS DANS LE DESTIN MAIS DANS LA SÉPARATION DES CORPS: AMERTUMES. Y

NOUS SOMMES ET JE SUIS; TU ES ET IL EST: LE LIVRE DES SONGES NE DONNE PAS SUR LE DESTIN MAIS DANS LA SÉPARATION DES CORPS: AMERTUMES. TAY

DANS LA LUTTE CONTRE LES TERRORISTES ET LES LUTTES CONTRE LE TERRORISME, IL Y A UNE VISION DE COMPRENDRE LA SÉPARATION ENTRE LES PARDONS. Y

DANS LES CIRCONSTANCES DE VIE, LE TRAIN ET CES LIGNES DOIVENT SE MODERNISER PAR UN VIF ENTRETIEN DE L'INSTANT ET DU MÉCANISME: LA SNCF. TAY

DANS UNE COMPOSANTE TELLE QUE LA GRANDE MUETTE, LE VENT SE FAIT LANGUE DES SIGNES CONTRE CELUI QUI OSE MARCHANDER UNE VIE HUMAINE: Yb. TAY

Minouska.KounakDenat‏ @minouska_kounak 26 juin
TRISTESSE DE MINOUSKA N'EST PAS DE MOURIR CAR ELLE DEMEURE DANS LE CONCEPT D’ÊTRE RIEN ET TOUJOURS: MARTYR DES CHATS ÉCORCHÉS VIFS EN CHINE.

TIGNARD YANIS‏ @TIGNARDYANIS 10 hil y a 10 heures
LE SAVOIR EST UNE NOTION ET IL SAVOURE ELLE. MAIS QUAND LA VERTU ENTRE ACTION, LA NOTION DEVIENT UN SAVOIR ET ELLE SAVOURE IL. Y'BECCA. TAY

POUR MINOUSKA, RIEN ET TOUT NE SONT PAS SYNONYME CAR DANS SA GRADUELLE, SA GAMELLE; ELLE DISTINGUE LE RIEN ET LE TOUT DE LA SUBSTANCE. TAY

ON NE CONNAÎT PRESQUE RIEN DE LA GRAVITÉ SPATIALE MAIS ALORS QUE DIRE DE L'APESANTEUR ET DU VIDE ABSOLU: AINSI EST LA MASSE, RIEN ET TOUT. Y

LA GRÂCE EST LA GRAVITÉ SPATIALE ET FINALEMENT, ON CROIT TOUT CONNAÎTRE D'ELLE MAIS EN TOUT ÉTAT DE CONSCIENCE, ON NE CONNAIT RIEN D'ELLE. Y

JE SERAI EN LIGNE POUR LES MÉTAPHORES DU TEMPS DANS LE CADRE DU PROJET DE RÉFORME DU SYSTÈME D'EXPLOITATION DES GRÂCES À LA CHAÎNE. TAY

DANS LE RIEN DU NEANT, IL Y AVAIT DE L'OXYGENE ET DE L'HYDROGÈNE. ET PUIS, LE RIEN SE MUA EN UNE ATTIRANCE: LE BIG BANG. L'EAU EST NÉE. TAY

IL Y A UN PUITS DE L'ABÎME TOUT COMME IL EXISTE UN TOURBILLON DE L'INFINI. AINSI EST APPARU UN JANUS ENTRE INFINI ET ÉTERNITÉ DU TEMPS. TAY

MINOUSKA LA CHATTE OBSERVE QUE LA COLÈRE DE CONVICTION N'EST PAS DE L’ŒIL DE CELUI QUI A À SE REPROCHER: LA CHAIR EST UN ESPRIT. TAY

Minouska.KounakDenat‏ @minouska_kounak 3 juillet
Norah Jones - Sunrise https://www.youtube.com/watch?v=fd02pGJx0s0
DUNKERQUE: LA SURVIE EST UNE VICTOIRE; Y'BECCA. TAY

Minouska.KounakDenat‏ @minouska_kounak ET TIGNARD YANIS‏ @TIGNARDYANIS 3 Juillet
AU VÉRITABLE DE L'EXISTENCE, IL EST LES SOUVENIRS QUI SONT GRAVÉS DANS UN CONCEPT DE CONSCIENCE. CELA EST LA FORCE DU CŒUR: L'ESPRIT. TAY

AU VÉRITABLE DE L'EXISTENCE, IL EST LES SOUVENIRS QUI SONT GRAVÉS DANS UN CONCEPT DE CONSCIENCE. CELA EST LA FORCE DU CŒUR: L'ESPRIT. TAY

AU VÉRITABLE DE L'EXISTENCE, IL EST DES SOUVENIRS QUI RESTENT GRAVÉS DANS LE CONCEPT DE CONSCIENCE. CELA EST LA MÉMOIRE DU CŒUR: L'ESPRIT. Y

RÉNOVER ET JE M'Y PRÉPARE TURBULENTE ALLEMAGNE. TA DISCIPLINE EST TOUT COMME LE ROSEAU
VORMÄRZ, L'HÉGÉLIANISME ET LIBÉRALISME OU MERKEL.ANGELA SONT TOUT COMME CE ROSEAU MAIS
ÉTANT DEVENU CHÊNE DANS LE MIRAGE DU MARÉCAGE.
L'ALLEMAGNE DANS LA THÉORIE D'EMPIRE ENTRE LA THÉORIE ET LA RÉALITÉ POLITIQUE
AVEC UNE ÈRE D'ABSOLUTISME MONARCHIQUE: AINSI NAQUIT WEIMAR. Y
SILENCE NE SERA PAS NOTRE GRAND GLAIVE, IL CONSTITUERA LE CONCEPT DU CORPS
DE NOTRE ÉMOTION: UN PHARE DANS L'INFINI ET LE TEMPS. NARMIA. Y
L'HISTOIRE DE FRIEDRICH CHRISTOPH DAHLMANN ET JOHANN JACOBY DANS L'ESPRIT DE STEIN,
ALLEMAGNE, JE VAIS DÉFENDRE LES RÉPUBLIQUES: KAISER. TAY
L'ALLEMAGNE A TOUJOURS REVENDIQUER SES OUVERTURES D'ESPRIT PAR UN ESPRIT DE CONQUÊTE;
AINSI ALLEMAGNE ET TOI SES PEUPLES DANS L’ENTITÉ ET L’ÉTHIQUE DE NATION;
JE M'ADRESSE VERS TOI DANS UN ESPRIT DE CONVOITISE ARDENTE SUR LE PRINCIPE
DE TE CONDUIRE VERS L’APOGÉ ET UNE APOGÉE DIGNE DES PLUS GRANDS MURMURES ET MOUVEMENTS
DE L'ESPRIT DE TES PEUPLES: LE RASSEMBLEMENT.
C'EST DANS LES PRINCIPES DE LA PHILOSOPHIE DU DROIT QUE J'ENTENDS UNE ŒUVRE DE RÉUNIFICATION
DE CE QUE VOUS APPELEZ LE CROIRE, LE PARTAGE ET LA VOLONTÉ; DANS NOS PRINCIPES,
NOUS AVONS SU FAIRE DÉVELOPPER DES ASPECTS DE LA CONSCIENCE GERMANIQUE, EUROPÉENNE ET
MONDIALE. NOS PRINCIPES DE MIEUX SUR LES IMPÔTS PONTIFICAUX EST UNE MARQUE
DE NOTRE VOLONTÉ DE PRINCIPE SUR L'ASPECT DE FRATERNITÉ CONTRE L’INTÉRÊT DE PUISSANCE ET
DE DOMINATION SUR LES CHOSES. POUR AUTAN MALGRÉ DES ÉCHECS CUISANT SUR LES ASPECTS;
MENÉ PAR CERTAINS DIRIGEANTS DE LA CDU ET AUTRES ENCLIN AUX HÉRITAGES DES MÉROVINGIENS ET DE LEURS ROIS FAINÉANTS; NOUS NOUS SOMMES DÉTOURNÈS DE L'ASPECT MÊME DE LA RÉPUBLIQUE ALLEMANDE:

LE RÉVISIONNISME INTELLIGIBLE ET INTELLIGENT DONC NE PAS CHERCHER DES PÔLES D'ATTRACTIONS ÉCONOMIQUES
TOUT EN NE CHERCHANT PAS AU MANŒUVRE DIABOLIQUE SUR LEUR PENSÉE MAIS CHERCHE LES ASPECTS DE L'INTELLIGENCE MORALE DE LA CONSCIENCE DE L'INDIVIDU AFIN DE PERMETTRE L’ÉTABLISSEMENT D'UN HIÉRARCHIE ÉGALE EN DROIT SANS ÊTRE SOUMIS AUX PENSÉES D'UNE HIÉRARCHIE QUI RESSEMBLE PUS AUX GOUROUS QU'AUX AGISSEMENTS DE FEMMES ET D'HOMMES AYANT ÉTABLIS LEURS BASES DE PENSÉES SUR L’ÉVOLUTION DE SURVIE DANS UN CONTEXTE INDIVIDUELLE ÉLABORÉ DANS UN GROUPE OU D'UN GROUPE POUVANT AUSSI PERMETTRE AUX MEMBRES DU CLANS DE SE DISLOQUER DANS L'ACTIF DE SON PEUPLE: CELA EST MON MOUVEMENT DANS LA PENSÉE ALLEMANDE AUX VUES DE CES ÉLECTIONS LÉGISLATIVES 2017 EN ALLEMAGNE.

L’ÂME ALLEMANDE S'EST CERTES LE PEUPLE MAIS C'EST AUSSI L'INDIVIDU: L'INDIVIDU DANS UNE EUROPE TOUT COMME CE
FUT LE CAS LORSQUE CHARLES QUINT DEVINT EMPEREUR DU SAINT EMPIRE GERMANIQUE. IL Y AVAIT UN ASPECT NATIONALE ET POURTANT IL Y AVAIT L'ASPECT DE SURVIE DEVANT LE CROIRE TOUT COMME CE FUT LE CAS DANS LE ROYAUME DE GRANDE-BRETAGNE AU TEMPS DE HENRI VIII, MARIE I TUDOR ET ÉLISABETH I TUDOR. CES CONCEPTS D’ÂMES DEVANT LA SITUATION MONTRE L'ASPECT DE LA DIVERSITÉ ALLEMANDE DANS SA PHILOSOPHIE QUI EST AUSSI GRANDE QUE LES PAYS LATINS, SCANDINAVES, SLAVES ET COMME TOUT AUTRES PEUPLES DEVANT LES DIFFICULTÉS DE GUERRE,
DE POUVOIR ET DE MENSONGES POUR ÉTOURDIR LA CONSCIENCE DE FAIM ET DE RÊVE DU PEUPLE ET DE SA VERVE ET VERGE, LA PLÈBE...

GAGNONS LE REICHSTAG ET LES FUTURS ÉLECTIONS EUROPÉENNES OU LES BEETHOVEN'S SYMPHONIES

JE VOUS APPELLE DONC AU PARADOXE, PEUPLES DES GERMANIES OU RÉPUBLIQUE ALLEMANDE; J'EN APPELLE AUX SURVIES ET POURTANT AUX OUVERTURES D'ESPRITS ENTRE LANDERS TOUT COMME ENVERS LES AUTRES PAYS TOUT EN FAISANT ENTENDRE CET ASPECT QUI FAIT LA FORCE DE NOTRE RÉPUBLIQUE: LA DIVERSITÉ DE NOS LANDERS QUI MALGRÉ LEURS DISCIPLES GARDENT ASPECTS DE LEURS LANGUES ET DE LEURS CHANTS TOUT COMME LA PLUPART DES RÉGIONS LATINES SANS FAIRE INTERVENIR LA GARDE DES JEUNES ENFANTS EN JEU.

L'ALLEMAGNE DANS LA THÉORIE D'EMPIRE ENTRE LA THÉORIE ET LA RÉALITÉ POLITIQUE AVEC UNE ÈRE D'ABSOLUTISME MONARCHIQUE: AINSI NAQUIT WEIMAR. Y

LA RÉFLEXION DEVANT LA PENSÉE ET LA PENSÉE DEVANT LA RÉFLEXION, TELLE EST LA CITATION DE MOUVEMENT DE LA NOUVELLE PLÈBE ALLEMANDE DANS UNE DISCORDE DÉVOILÉE ET UNE RIGUEUR D’ÉMANCIPATION LOGIQUE SUR LE DÉVELOPPEMENT... VIVE L'ALLEMAGNE ET VIVE LA RÉPUBLIQUE...

ECRIT DU
CITOYEN TIGNARD YANIS;
FONDATEUR LA NOUVELLE PLÈBE ALLEMANDE POUR CONSOLIDER LES PILIERS DE LA RÉPUBLIQUE ALLEMANDE...

L'UNIVERS DE MINOUSKA ET LES FABLES DE NAGALÏÉW OU TAY...
http://leclandesmouettes.bbflash.net/t722-sentiments-nature-citations-la-poesie-et-secourismes

_________________
Kounak le chat....
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.atelier-yannistignard.com
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Les Mentawai, l'île de Siberut et l'Océan Indien   

Revenir en haut Aller en bas
 
Les Mentawai, l'île de Siberut et l'Océan Indien
Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» les peuples du monde
» Boeuf au lait de coco épicé
» Publicité sur les problèmes digestifs sur des journaux de 1905
» carry de poulet et son riz épicé à l'indienne
» Comptine

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
La.cinquieme.République :: La.cinquieme.République-
Sauter vers: