La.cinquieme.République

De la politique pure et affaires étrangeres
 
AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  MembresMembres  GroupesGroupes  Connexion  

Partagez | 
 

 Généralité de Catalogne, Obélisque de Munich et L'Histoire.

Aller en bas 
AuteurMessage
yanis la chouette



Nombre de messages : 6850
Localisation : http://yanis.tignard.free.fr
Date d'inscription : 12/11/2005

MessageSujet: Généralité de Catalogne, Obélisque de Munich et L'Histoire.   Lun 26 Mar à 9:02

Le président de la Généralité de Catalogne (President de la Generalitat de Catalunya, en catalan, ou Presidente de la Generalidad de Cataluña, en espagnol) est le chef du gouvernement de la Généralité de Catalogne, établie par le statut d'autonomie. Chargé de diriger l'action du gouvernement, il est également le représentant de l'État dans sa communauté autonome.

Le 28 octobre 2017, cette fonction est suspendue en application de l'article 155 de la Constitution espagnole.

Élection

La procédure est régie par les articles 152, alinéa 1er, de la Constitution espagnole de 1978, et 36, alinéa 1er du statut d'autonomie, ainsi que par une loi de 1982, relative au Parlement de Catalogne, et par le règlement de cette assemblée.

À la suite des élections parlementaires, le président du Parlement de Catalogne consulte les différents groupes politiques, puis propose un candidat au poste de président de la Généralité, qui doit obligatoirement faire partie des députés élus.

Le candidat doit alors exposer son programme de gouvernement, et solliciter la confiance du Parlement lors d'une séance plénière appelée « débat d'investiture ». Le vote a lieu à la fin du débat, et le candidat sera investi s'il recueille un nombre de votes affirmatifs au moins égal à la majorité absolue des députés, 68 actuellement. Si tel n'est pas le cas, un second tour est organisé, la majorité simple étant cette fois-ci suffisante.

Si le candidat n'est toujours pas investi, le président du Parlement devra présenter un nouveau candidat, qui suivra la même procédure, et ainsi de suite jusqu'à ce qu'il y ait une investiture. Toutefois, si celle-ci n'intervient pas dans un délai de deux mois, le Parlement sera dissous et un nouveau scrutin organisé.

Une fois le candidat investi, le président du Parlement en fait communication au roi d'Espagne.
Cessation de fonctions

Le président cesse ses fonctions le jour de la tenue des élections parlementaires catalanes, à la suite de l'adoption d'une motion de censure constructive, qui entraîne l'élection de son successeur, par le rejet d'une question de confiance posée au Parlement, par démission, incapacité physique ou mentale notoire dûment constatée par le Parlement, ou par décès. Dans les deux derniers cas, l'intérim est exercé par le président du Parlement, qui a alors pour mission d'organiser l'investiture d'un nouveau président de la Généralité au plus vite.
Suppléant éventuel

Conformément à l'article 69 du statut de 2006, le président a la capacité de nommer un premier conseiller (Conseller Primer ou Consejero Primero), qui l'assiste, et éventuellement le supplée, dans l'exercice de certaines de ses fonctions. En l'absence d'un tel cas, il peut désigner un vice-président, qui doit être obligatoirement à la tête d'un département exécutif.
Fonctions
Représentatives

Le président de la Généralité est le plus haut représentant de la Généralité de Catalogne et le représentant ordinaire de l'État espagnol en Catalogne. Il a donc pour mission de maintenir les relations avec les autres institutions de l'État, les communautés autonomes, de convoquer les élections au Parlement de Catalogne et de nommer les hauts fonctionnaires déterminés par les lois.

De plus, en sa qualité de représentant de l'État, il promulgue, au nom du roi d'Espagne, les lois régionales de Catalogne.
Gouvernementales

Le président appartient au gouvernement de Catalogne (Govern de Catalunya ou Gobierno de Cataluña), qu'il dirige et coordonne. Ainsi, il établit les lignes directrices générales de l'action gouvernementale. En outre, il nomme et met fin aux fonctions des conseillers, convoque et préside les réunions du gouvernement, signe les décrets adoptés par le conseil exécutif et ordonne leur publication. Il peut également demander au Parlement de se réunir en session extraordinaire, le dissoudre, pour convoquer des élections anticipées, ou solliciter de sa part la tenue d'un débat général.

De plus, il doit coordonner le programme législatif du gouvernement, l'élaboration de normes à caractère général, convoquer et présider les commissions du conseil exécutif, et faciliter l'information réclamé par les députés au gouvernement.
Liste des présidents de la Généralité de Catalogne
Titulaires jusqu'en 1977

Berenguer de Cruïlles (1359-1362)
Romeu Sescomes (1363-1364)
Ramon Gener (1364-1365)
Bernat Vallès (1365-1367)
Romeu Sescomes (1375-1376)
Joan I d’Empúries (1376)
Guillem de Guimerà i d'Abella (1376-1377)
Galceran de Besora i de Cartellà(1377-1378)
Ramon Gener (1379-1380)
Felip d’Anglesola (1380)
Pere de Santamans (1381-1383)
Arnau Descolomer(1384-1389)
Miquel de Santjoan (1389-1396)
Alfons de Tous (1396-1413)
Marc de Vilalba (1413-1416)
Andreu Bertran (1416-1419)
Joan Desgarrigues (1419-1422)
Dalmau de Cartellà (1422-1425)
Felip de Malla (1425-1428)
Domènec Ram (1428-1431)
Marc de Vilalba (1431-1434)
Pere de Palou (1434-1437)
Pere de Darnius (1437-1440)
Antoni d’Avinyó i de Moles (1440-1443)
Jaume de Cardona i de Gandia (1443-1446)
Pero Ximénez de Urrea (1446-1449)
Bertran Samasó (1449-1452)
Bernat Guillem Samasó (1452-1455)
Nicolau Pujades (1455-1458)
Antoni Pere Ferrer (1458-1461)
Manuel de Montsuar (1461-1464)
Francesc Colom (1464-1467)
Ponç Andreu de Vilar (1467-1470)
Miquel Samsó (1470-1473)
Joan Maurici de Ribes (1473-1476)
Miquel Delgado (1476-1478)
Pere Joan Llobera (1478-1479)
Berenguer de Sos (1479-1482)
Pere de Cardona (1482-1485)
Ponç Andreu de Vilar (1485-1488)
Juan Payo Coello (1488-1491)
Joan de Peralta (1491-1494)
Francí Vicens (1494-1497)
Pedro Mendoza (1497-1500)
Alfons d’Aragó (1500-1503)
Ferrer Nicolau de Gualbes i Desvalls (1503-1504)
Gonzalo Fernández de Heredia (1504-1506)



Lluís Desplà i d’Oms (1506-1509)
Jordi Sanç (1509-1512)
Joan d’Aragó (1512-1514)
Jaume Fiella (1514-1515)
Esteve de Garret (1515-1518)
Bernat de Corbera (1518-1521)
Joan Margarit de Requesens (1521-1524)
Lluís de Cardona i Enríquez (1524-1527)
Francesc de Solsona (1527-1530)
Francesc Oliver i de Boteller (1530-1533)
Dionís de Carcassona (1533-1536)
Joan Pasqual (1536-1539)
Jeroni de Requesens i Roís de Liori (1539-1542)
Miquel Puig (1542-1545)
Jaume Caçador (1545-1548)
Miquel d’Oms i de Sentmenat (1548-1551)
Onofre de Copons i de Vilafranca (1551-1552)
Miquel de Ferrer i de Marimon (1552)
Joan de Tormo (1552-1553)
Miquel de Tormo (1553-1554)
Francesc Jeroni Benet Franc (1554-1557)
Pere Àngel Ferrer i Despuig (1557-1559)
Ferran de Lloaces i Peres (1559-1560)
Miquel d’Oms i de Sentmenat (1560-1563)
Onofre Gomis (1563-1566)
Francesc Giginta (1566-1569)
Benet de Tocco (1569-1572)
Jaume Cerveró (1572-1575)
Pere Oliver de Boteller i de Riquer (1575-1578)
Benet de Tocco (1578-1581)
Rafael d’Oms (1581-1584)
Jaume Beuló (1584)
Pere Oliver de Boteller i de Riquer (1584-1587)
Martí Joan de Calders (1587)
Francesc Oliver de Boteller (1587-1588)
Jaume Caçador i Claret (1590-1593)
Miquel d’Agullana (1593-1596)
Francesc Oliver de Boteller (1596-1598)
Francesc Oliveres (1598-1599)
Jaume Cordelles i Oms (1599-1602)
Bernat de Cardona i de Queralt (1602-1605)
Pere Pau Caçador i d’Aquilar-Dusai (1605-1608)
Onofre d’Alentorn i de Botella (1608-1611)
Francesc de Sentjust i de Castre (1611-1614)
Ramon d’Olmera i d’Alemany (1614-1616)
Miquel d’Aimeric (1616-1617)
Lluís de Tena (1617-1620)



Benet Fontanella (1620-1623)
Pere de Magarola i Fontanet (1623-1626)
Francesc Morillo (1626-1629)
Pele Antoni Serra (1629-1632)
Esteve Salacruz (1632)
Garcia Gil de Manrique y Maldonado (1632-1635)
Miquel d’Alentorm i de Salbá (1635-1638)
Pau Claris i Casademunt (1638-1641)
Josep Soler (1641)
Bernat de Cardona i de Raset (1641-1644)
Gispert d’Amat i Desbosc de Sant Vicenç (1644-1647)
Andreu Pont (1647-1650)
Pau del Rosso (1650-1654)
Francesc Pijoan (1654-1656)
Joan Jeroni Besora (1656-1659)
Pau d’Àger (1659-1662)
Jaume de Copons i de Tamarit (1662-1665)
Josep de Magarola i de Grau (1665-1668)
Joan Pagès i Vallgornera (1668-1671)
Josep de Camporrells i de Sabater (1671-1674)
Esteve Mercadal i Dou (1674-1677)
Alfonso de Sotomayor (1677-1680)
Josep Sastre i Prats (1680-1683)
Baltasar de Muntaner i de Sacosta (1683-1686)
Antoni de Saiol i de Quarteroni (1686-1689)
Benet Ignasí de Salazar (1689-1692)
Antoni de Planella i de Cruïlles (1692-1695)
Rafael de Pinyana i Galvany (1695-1698)
Climent de Solanell i de Foix (1698-1701)
Josep Antoni Valls i Pandutxo (1701)
Antoni de Planella i de Cruïlles (1701-1704)
Francesc de Valls i Freixa (1704-1705)
Josep Grau (1706-1707)
Manuel de Copons i d’Esquerrer (1707-1710)
Francesc Antoni de Solanell i de Montellà (1710-1713)
Josep de Vilamala (1713-1714)
Francesc Maciá i Llussà (1931-1933)
Lluís Companys i Jover (1933-1940)
Josep Irla i Bosch (1940-1954)

Cantilène de sainte Eulalie (Xe siècle)

Eulalie fut une bonne vierge;
Elle avait un beau corps, une âme plus belle.
Les ennemis de Dieu la voulurent vaincre;
Voulurent la faire servir le diable.
Mais elle n’écoute pas les méchants qui lui conseillent
De renier Dieu qui est là-haut dans le ciel.
Ni pour or, ni pour argent, ni pour parure,
Ni par les menaces, ni par la douceur, ni par les prières,
On ne put jamais plier
La jeune fille à ne pas aimer le service de Dieu.
C’est pourquoi on la présenta à Maximien,
Qui était, en ce temps-là, roi des païens.
Il l’exhorte, mais elle ne s’en soucie guère,
À quitter le nom chrétien.
Elle rassemble toute sa force;
Plutôt elle souffrirait la torture
Que perdre sa virginité:
C’est pourquoi elle est morte à grand honneur.
Ils la jetèrent dans le feu pour qu’elle y brûlât vive.
Elle était toute pure: c’est pourquoi elle ne brûla point.
Le roi païen ne voulut pas se rendre à ce miracle;
Avec une épée lui fit couper la tête.
La demoiselle n’y contredit pas:
Elle veut quitter le siècle: elle en prie le Christ.
Sous la forme d’une colombe, elle s’envole au ciel.
Supplions-la tous de vouloir bien prier pour nous,
Afin que le Christ ait merci de nous
Après la mort, et nous laisse venir à lui
Par sa clémence.

source-jmja1

L'Obélisque de Munich est un des obélisques provenant des carrières d'Égypte, mais d'époque romaine, destinés à orner le temple d'Isis du Champ de Mars, à Rome.

Historique
L'obélisque de Munich, restauré et exposé à l'intérieur du musée.
Statue du général Desaix, par Claude Dejoux, érigée sur la place des Victoires à Paris en 1810, refondue en 1814. Eau-forte anonyme conservée au Cabinet des estampes du musée Carnavalet. Le petit obélisque n'est autre que celui de la collection Albani, rapporté de Rome et aujourd'hui conservé au musée égyptien de Munich.

Un obélisque de l'Iséum est signalé au palazzo Cavalieri-Maffei, piazza Branca (auj. piazza Cairoli), puis à la villa Albani, puis semble-t-il envoyé à Paris par Napoléon, puis restauré par Cavaceppi et envoyé à la glyptothèque de Munich, où il se trouve encore. Constitué de trois fragments, il était exposé en extérieur dans le Hofgarten, devant le Staatliches Museum Ägyptischer Kunst (Musée national d'Art Égyptien), sur un socle moderne.

L'inscription en hiéroglyphes mentionne un certain Titus Sextius Africanus, qui ne peut être formellement identifié à l'un des deux hommes portant ce nom, l'un ayant vécu sous Claude et Néron, l'autre sous Trajan. Si l'on pouvait considérer que cet obélisque est de la même série que deux autres provenant du temple de la Fortune à Préneste et appartenant à l'époque de Claude (l'un resté sur place, l'autre actuellement au musée de Naples), on pourrait alors lier l'obélisque de Munich au premier des deux1.

L'obélisque, haut de 5,60 m, a été restauré. Il est désormais exposé à l'intérieur du musée.
Notes et références

↑ Obeliscus Isei Campensis [archive]

Articles connexes

Temple d'Isis du Champ de Mars
Liste des monuments de la Rome antique
Obélisque
Musée national d'art égyptien de Munich
Titus Sextius Africanus

Liens externes

Obélisque de Munich sur Commons
(en) Obeliscus Isei Campensis [archive], A topographical dictionary of Ancient Rome, Oxford University Press, London, 1929

Titulaires depuis 1977
Rang Nom Dates Parti Commentaire
125e (Josep Tarradellas) Adolfo Suárez junto al presidente de la Generalitat de Cataluña a su llegada a Barcelona. Pool Moncloa. 24 de febrero de 1979 (cropped) (cropped).jpeg Josep Tarradellas 29 septembre 1977 24 avril 1980 ERC
126e Jordi Pujol.JPG Jordi Pujol 24 avril 1980 20 décembre 2003 CDC
127e Maragall.jpg Pasqual Maragall 20 décembre 2003 28 novembre 2006 PSC
128e José Montilla - 001.jpg José Montilla 28 novembre 2006 27 décembre 2010 PSC
129e PresidentMas.jpg Artur Mas 27 décembre 2010 12 janvier 2016 CDC
130e Carles Puigdemont 2017 (cropped).jpg Carles Puigdemont 12 janvier 2016 28 octobre 2017 CDC (2016)
PDeCAT (depuis 2016) Organise un réferendum illégal le 1er octobre 2017. Il proclame l'indépendance le 10 octobre 2017 et est destitué le 28 octobre 2017 en application de l'article 155 de la Constitution espagnole.
Vacant (depuis le 28 octobre 2017) : Soraya Sáenz de Santamaría, vice-présidente du gouvernement d'Espagne, est chargée d'exercer les compétences par délégation du président du gouvernement, Mariano Rajoy.
Notes et références
Notes

↑ Soraya Sáenz de Santamaría est chargée d'exercer les compétences par délégation du président du gouvernement, Mariano Rajoy.

Références
Annexes
Sources

(ca) Cet article est partiellement ou en totalité issu de l’article de Wikipédia en catalan intitulé « President de la Generalitat de Catalunya » (voir la liste des auteurs).

Articles connexes

Generalitat de Catalogne
Gouvernement de Catalogne
Premier conseiller du gouvernement de Catalogne
Parlement de Catalogne

Liens externes

(ca) Président de la Généralité de Catalogne [archive]

[afficher]
v · m
Chefs de gouvernement de l'Espagne et des communautés autonomes.

Et si quelqu’un me contredit
Qui se vante de noblesse
Et dise que les gentilshommes,
Ainsi que le peuple les nomme,
Sont de meilleure condition
Par noblesse de naissance
Que ceux qui cultivent les terres
Ou qui vivent de leur labeur,
Je réponds que nul n’est noble
S’il n’est attentif aux vertus,
Ni vilain sauf par ses vices
Par lesquels il paraît insolent et niais.
Noblesse vient des qualités de coeur.
Car noblesse de lignage
N’est pas noblesse qui vaille
Si la bonté du coeur y faille.
Aussi, en eux doit reparaître
La grandeur d’âme de leurs parents
Qui conquirent la noblesse
Par leurs grands exploits.
Et quand du siècle ils trépassèrent
Toutes leurs vertus emportèrent,
Laissant aux héritiers l’avoir;
Car plus ne purent d’eux avoir :
Ils ont l’avoir et plus rien autre,
Ni noblesse ni valeur,
A moins qu’ils ne soient nobles
Par l’intelligence ou par la vertu.

ÉTINCELLE, JÉRUSALEM, Y'BECCA, LE SOUFFLE ET LA TERRE...
http://leclandesmouettes.bbflash.net/t764-etincelle-jerusalem-y-becca-le-souffle-et-la-terre#8684
TEXTE, DISCOURS ET SENTIMENTS
DU CITOYEN TIGNARD YANIS
ALIAS
TAY
La chouette effraie
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.atelier-yannistignard.com
yanis la chouette



Nombre de messages : 6850
Localisation : http://yanis.tignard.free.fr
Date d'inscription : 12/11/2005

MessageSujet: Re: Généralité de Catalogne, Obélisque de Munich et L'Histoire.   Lun 26 Mar à 9:08

Tempête sur l'infini de l'instant dans le mirage du miroir ou le miracle du temps et du mouvement des nuages et des actes dans le souvenir du soupir, du souffle et du sommeil. Le silence se fait aube de l'aujourd'hui !
Écrit du Citoyen Tignard Yanis.


Title Turning snow orange
Released 26/03/2018 1:19 pm
Copyright contains modified Copernicus Sentinel data (2018), processed by ESA, CC BY-SA 3.0 IGO
Description

Sand and dust stirred up by desert storms in north Africa have caused
snow in eastern Europe to turn orange, transforming mountainous regions
into Mars-like landscapes.

This Copernicus Sentinel-2A image of Libya captured
on 22 March shows Saharan dust being blown northwards
across the Mediterranean Sea. Lifted into the atmosphere,
the dust was carried by the wind and pulled back down
to the surface in rain and snow. It reached as far afield as Greece,
Romania, Bulgaria and Russia. While the orange-tinted snow baffled skiers,
meteorologists say this phenomenon occurs about every five years.
Id 391752

http://www.esa.int/spaceinimages/Images/2018/03/Turning_snow_orange


Title Chaotic web of filaments in a Milky Way stellar nursery
Released 26/03/2018 8:30 am
Copyright ESA/Herschel/PACS, SPIRE/Hi-GAL Project.
Acknowledgement: UNIMAP / L. Piazzo, La Sapienza - Università di Roma;
E. Schisano / G. Li Causi, IAPS/INAF, Italy
Description

The plane of the Milky Way is rich in star-forming regions, such
as the one pictured in this stunning scene by ESA’s Herschel space observatory.
To the far-infrared eye of Herschel, this region reveals an intricate network
of gas filaments and dark bubbles interspersed by bright hotspots where new stars
come to life.

The cooler regions, which emit light at longer wavelengths,
are displayed in a red-brownish colour. Hotter areas, where star formation
is more intense, shine in blue and white tones.
Some areas are particularly bright, suggesting a number of luminous,
massive stars are forming there.

Particularly striking is the chaotic web of gas filaments we see in this scene.
Astronomers think there is a link between star formation and the filamentary structures
in the interstellar medium. In the densest strands,
the gas that makes up the filaments becomes unstable and forms clumps
of material bound together by gravity. If dense enough, these collapsed blobs
of gas eventually go on to become newborn stars.

Observations by Herschel showed the filamentary complexity
to be ubiquitous in the plane of our Galaxy, from a few to hundreds
of light-years. In nearby star-forming clouds, within 1500 light-years
of the Sun, these filaments seem to be roughly all the same width
– about a third of a light-year. This suggests a common physical mechanism
in their origin, possibly linked to the turbulent nature of interstellar gas clouds.

The star-formation region in this image, centred around –70º longitude
in galactic coordinates, is located in the Carina neighbourhood,
home to the glorious Carina Nebula. Located some 7500 light-years away,
Carina is one of the largest clouds of gas and dust in the plane
of the Milky Way. It hosts the famous Eta Carinae,
one of the most luminous and massive stellar systems in our galaxy.

Herschel, which operated from 2009 until 2013,
was a large space telescope observing in the far-infrared
and submillimetre parts of the spectrum. This spectral range
is ideal to observe the glow from cool dust in the regions
where stars form. As part of Hi-GAL, the Herschel infrared Galactic
Plane Survey, the observatory surveyed the plane of our Galaxy,
exploring the Milky Way’s star-formation regions in unprecedented detail.
This image, a product of Hi-GAL, combines observations
at three different wavelengths: 70 microns (blue),
160 microns (green) and 250 microns (red).
Id 391743

http://www.esa.int/spaceinimages/Images/2018/03/Chaotic_web_of_filaments_in_a_Milky_Way_stellar_nursery

TIGNARD YANIS @TIGNARDYANIS
18 h il y a 18 heures
JE NE CROIS PAS AU PARADIS MAIS EN LA FORCE DU MIRACLE
QU'IL SOIT MORALE, MÉDICAL OU DIVIN. JÉRUSALEM ET LA LAÏCITÉ
SONT LIÉES AUX LIBERTÉS FONDAMENTALES DE LA RÉPUBLIQUE
ET DE LA FRATERNITÉ: L'ÉGALITÉ EST L'ÉTHIQUE D'EXISTENCE,
JÉRUSALEM, MON SOUFFLE.

E SUIS LAÏC MAIS JE CROIS QUE CERTAINS VOYENT L'ESPÉRANCE
DE SURVIVRE ET D’ÉVOLUTION DANS LA RÉALITÉ DE DIEU
ET DE JÉRUSALEM. EN CELA, JE M'ADRESSE À VOUS:
AGIR CONTRE LE TERRORISME ET LES EXÉCUTIONS.
NE PAS PLIER CONTRE LE FANATISME ET LE FATALISME
MAIS AGIR POUR LA VIE.
TAY

TEXTE, DISCOURS ET SENTIMENTS
DU CITOYEN TIGNARD YANIS
ALIAS
TAY
La chouette effraie
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.atelier-yannistignard.com
yanis la chouette



Nombre de messages : 6850
Localisation : http://yanis.tignard.free.fr
Date d'inscription : 12/11/2005

MessageSujet: Re: Généralité de Catalogne, Obélisque de Munich et L'Histoire.   Lun 26 Mar à 9:17

Marie de France est une poétesse du Moyen Âge qui vécut pendant la seconde moitié du XIIe siècle, en France et surtout en Angleterre. Marie de France est née en 1154 et est morte en 1189, elle fut probablement originaire d’Ile-de –France ou de Normandie, de plus tout porte à croire qu’elle fut liée à la cour d’Henri II Plantagenêt et d’Aliénor d’Aquitaine. Ses fables adaptées d’Ésope furent lues et imitées du XIIe au XVIIIe siècles. Le romantisme au XIXe siècle redécouvrit ses lais, contes en vers rédigés en ancien français dans la scripta anglo-normande. Marie de France appartient à la génération des auteurs qui illustrèrent l’amour courtois en littérature, entre autres par l’adaptation des légendes orales bretonnes ou matière de Bretagne. Elle est la première femme à avoir écrit des poèmes en français.

La Généralité de Catalogne (en catalan : Generalitat de Catalunya ; en occitan : Generalitat de Catalonha ; en espagnol : Generalidad de Cataluña) est l'organisation politique de la communauté autonome de Catalogne, en Espagne. Elle est régie par le statut d'autonomie de la Catalogne entré en application en 2006.

La Généralité est installée à Barcelone, capitale de la Catalogne. Elle est formée de plusieurs organes qui détiennent les pouvoirs législatif et exécutif régionaux :

le Parlement de Catalogne (Parlament de Catalunya) élabore et adopte les lois, et contrôle le gouvernement. Il siège au palais du Parlement (es), situé au parc de la Ciutadella ;
la Présidence de la Généralité de Catalogne (Presidència de la Generalitat de Catalunya) dirige le gouvernement de Catalogne. Le président est le chef du gouvernement. Élu par le Parlement, il est nommé par le roi. La présidence a son siège au palais de la Généralité ;
le Conseil exécutif de Catalogne (Consell Executiu) ou gouvernement de Catalogne (Govern de la Generalitat), dirigé par le président de la Généralité, propose les lois au Parlement et les fait appliquer.
les autres institutions de la Généralité de Catalogne forment son administration.

La députation du Général
Des Corts à la députation du Général
Grand sceau de la Députation du Général de la principauté de Catalogne à la fin du XVe siècle. Avers : un chevalier porte l'écu avec la croix de saint Georges, qui étaient les armes de la Généralité de Catalogne. Légende : S(igillum) : CORTIUM : ET : PARLAMENTORUM : GENERALIUM : PRINCIPATUS : CATHALONIE (« Sceau des Cours et Parlements Généraux de la principauté de Catalogne »)3.

Comme la Généralité valencienne, la Généralité de Catalogne doit son origine aux députations permanentes créées pour assurer l'administration entre les réunions des Corts ou Cortes (« cours », « états généraux » du comté de Barcelone), dans les différents territoires de la couronne d'Aragon : comté de Barcelone, royaume de Majorque, comtés de Roussillon et de Cerdagne.

Les Corts, pendant le règne de Jacques Ier le Conquérant (1208-1276), sont convoquées par le roi. Sous Pierre II le Grand (1276 – 1285) elles prennent forme institutionnelle ; le roi s'engage à les réunir chaque année, ce qu'il ne fait d'ailleurs pas. Les Corts sont divisées en trois braços (« bras »), représentant chacun un état ou ordre de la société : le « bras ecclésiastique » (braç eclesiàstic) rassemblait le clergé, le « bras militaire » (braç militar) la noblesse, et le « bras populaire » (braç popular), aussi appelé « chambre royale » (cambra reial), les villes royales. L'ensemble de ces délégués était appelé le « Général de Catalogne » (lo General de Cathalunya), comme représentant l'ensemble de la population catalane.

En 1289, aux Cortes de Monzón en Aragon, fut créée une députation générale d'Aragon, commission temporaire chargée de recueillir entre les réunions des Corts les subsides que ces dernières accordaient au roi. En effet, comme les états généraux en France, la principale mission des Corts était de concéder au roi le droit de lever de nouveaux impôts, mais aussi, à la différence de la France, de lever ces mêmes impôts.

Lors des Corts de 1358 – 1359, réunies à Barcelone, Vilafranca del Penedès et Cervera, le roi Pierre IV, qui doit à tout prix obtenir des fonds pour repousser une invasion castillane en Aragon et en Pays valencien, accorde aux Corts le droit de déléguer leurs fonctions entre chaque réunion à douze personnes à titre permanent. Cette députation permanente obtient des compétences fiscales et peut notamment nommer des auditeurs des comptes qui contrôlent l'administration royale. La députation rassemble des membres de chaque « bras » et est présidée par un ecclésiastique. Le premier d'entre eux est Berenguer de Cruïlles, évêque de Gérone.
La Catalogne au Moyen Âge

C'est donc en 1359 à Cervera que naît la députation du Général. Ces douze personnes (quatre ecclésiastiques, quatre nobles et quatre bourgeois) dont deux sont originaires du Roussillon, sont chargées de faire la répartition des impôts. Aux Corts suivantes de 1364, on élargit le nombre des membres de la Généralité à sept personnes, qui désormais résident à Barcelone : deux ecclésiastiques, deux nobles et trois bourgeois. Peu à peu, en plus de répartir les impôts, la Généralité contrôle les décisions du roi, qui doivent être conformes aux Constitutions catalanes. Quand les nouvelles Corts se réunissent, elles vérifient les travaux de la Généralité précédente et des accords ou des désaccords sont prononcés.

Quelques années plus tard, la Généralité est composée de trois députés élus pour trois ans, entre chaque session des Corts. Elle prend saint Georges (Sant Jordi) terrassant le dragon comme patron de la Catalogne.

Peu à peu, les trois députés de la députation du Général, dont le président est toujours un ecclésiastique, s'intéressent à l'orientation politique du royaume d'Aragon. Elle lève ses propres troupes et entretient ses galères. Elle prend des initiatives diplomatiques. Il devient périlleux, pour un souverain, de sous-estimer la Généralité, qui s'appuie sur ses constitutions.
La Catalogne à l'époque moderne

Les pouvoirs de la députation du Général sont sans cesse réduits par les souverains espagnols. À la suite de la révolte de la Catalogne et des États de la couronne d'Aragon lors de la guerre de Succession d'Espagne, Philippe V décide de supprimer les privilèges et pouvoirs de ces États. Par les décrets de Nueva Planta, il décide la fin de la Généralité de Catalogne en 1716.
La période républicaine (1931-1939)

Dans le contexte de l'instauration de la Seconde République espagnole, la Généralité de Catalogne est instaurée le 2 août 1931. Elle est régie par un nouveau statut d'autonomie, surnommé statut de Núria. Après l'échec de la proclamation d'un État catalan (es) par le président Lluís Companys, le 6 avril 1934, la Généralité est suspendue, ses conseillers arrêtés et emprisonnés.

À la suite de la victoire aux élections générales de 1936 du Front populaire, qui prend en Catalogne la forme d'un Front des Gauches (Front d’Esquerres), la Généralité est rétablie. Le déclenchement de la guerre d'Espagne, en juillet 1936, puis l'invasion de la Catalogne et la victoire des nationalistes en 1939 provoquent la fin de la Généralité catalane.

Elle se reconstitue cependant en exil, à partir de 1940. Le retour à la démocratie, en 1977, amène le président de la Généralité en exil, Josep Taradellas, à revenir en Catalogne et prononcer son fameux « Ciutadans de Catalunya, ja sóc aquí ! » (Citoyens de Catalogne, je suis ici !).
Le retour à la démocratie (depuis 1977)

Josep Tarradellas devient président de la Généralité provisoire, reconstituée avec l'appui du gouvernement espagnol. Elle se dote de nouvelles institutions et d'un nouveau statut, approuvé en 1979. Elle devient le véritable organe du pouvoir législatif, exécutif et judiciaire de la nouvelle communauté autonome de Catalogne.

Les présidents de la Généralité qui ont succédé à Josep Tarradellas, qui abandonna ses fonctions en 1980, sont Jordi Pujol (24 avril 1980 – 20 décembre 2003), Pasqual Maragall (20 décembre 2003 – 28 novembre 2006), José Montilla (28 novembre 2006 – 27 décembre 2010), Artur Mas, (27 décembre 2010 – 12 janvier 2016). Carles Puigdemont en fonction du 12 janvier 2016 au 28 octobre 2017, fut le 130e président.
Institutions de la Généralité de Catalogne
Le palais du Parlement de Catalogne, Barcelone (Espagne).

Actuellement, la Généralité de Catalogne est, selon le statut d'autonomie de la Catalogne de 2006, le système institutionnel qui organise politiquement le gouvernement autonome de la Catalogne. Elle est formée par plusieurs organes, tels que le Parlement de Catalogne (Parlament de Catalunya), le Conseil exécutif (Consell Executiu) ou gouvernement (Govern), la Présidence de la Généralité (Presidència de la Generalitat) et les autres institutions, établies par le statut ou les lois catalanes.
Le Parlement de Catalogne
Article détaillé : Parlement de Catalogne.

Le Parlement de Catalogne (Parlement de Catalunya) représente le peuple de Catalogne. Il exerce la puissance législative, débat et vote les projets de lois de la Généralité, contrôle et impulse l'action politique du Conseil exécutif.
Le Président de la Généralité
Le palais de la Généralité de Catalogne, Barcelone (Espagne).
Article détaillé : Président de la Généralité de Catalogne.

Le Président de la Généralité de Catalogne est la plus haute représentation de la Généralité. Il dirige l'action du Conseil exécutif. Il est la représentation ordinaire de l'État de Catalogne.
Le Conseil exécutif
Article détaillé : Conseil exécutif de Catalogne.

Le Conseil exécutif (Consell Executiu), couramment appelée gouvernement de Catalogne (Govern), est l'organe supérieur qui dirige collégialement la politique et l'administration de la Généralité de Catalogne. Il est investi de la puissance exécutive et du pouvoir réglementaire.
Le Conseil des garanties statutaires

Le Conseil des garanties statutaires (Consell de Garanties Estatutàries), autrefois Conseil consultatif (Consell Consultiu), est un organe de caractère consultatif, qui détermine, dans les cas établis par la loi, sur la conformité des projets de loi ou des propositions de loi soumis à l'approbation du Parlement avec le statut d'autonomie de la Catalogne.

Il veille également au respect et à l'application de la Constitution espagnole et du statut d'autonomie.
Le Défenseur du peuple catalan
Article détaillé : Défenseur du peuple catalan.

Le Défenseur du peuple catalan (Síndic de Greuges, c'est-à-dire, littéralement, le « Syndic des injustices ») a, comme les autres défenseurs du peuple en Espagne, la fonction de protéger et de défendre les droits et libertés reconnus par la Constitution espagnole et le statut d'autonomie de la Catalogne. Il supervise l'activité de la Généralité, des organismes publics ou privés qui en dépendent, et des entreprises privées qui ont la gestion de services publics ou accomplissent des missions d'intérêt général.

Il supervise donc l'activité de l'administration locale de la Catalogne et des organismes qui en dépendent.
La Syndicature des comptes
Article détaillé : Syndicature des comptes (ca)

La Syndicature des comptes (Sindicatura de Comptes de Catalunya) est l'organe qui assure la gestion économique et le contrôle de l'efficacité de la Généralité, ainsi que de l'ensemble du secteur public en Catalogne.
Le Conseil de l'audiovisuel de Catalogne
Article détaillé : Conseil de l'audiovisuel de Catalogne (ca)

Le Conseil de l'audiovisuel de Catalogne (Consell de l'Audiovisual de Catalunya) est l'autorité indépendante chargée de réguler la communication audiovisuelle publique et privée. Le Conseil agit en totale indépendance vis-à-vis du Conseil exécutif de la Généralité dans l'exercice de ses fonctions.
La Commission juridique consultative
Article détaillé : Commission juridique consultative (ca)

La Commission juridique consultative (Comissió Jurídica Assessora) est l'organe supérieur consultatif du gouvernement de la Généralité. Il est autonome dans son organisation et ses fonctions, afin de garantir son objectivité et son indépendance.
Les délégations de la Généralité

Il existe un certain nombre de délégations de la Généralité, dans le monde entier :

Drapeau de l'Espagne Madrid (Espagne)
Drapeau de la France Paris (France)
Casa de la Generalitat à Perpignan (Pyrénées-Orientales), ouverture en 2003
Drapeau de la Belgique Bruxelles (Belgique), pour Drapeau de l’Union européenne l'Union européenne
Drapeau de l'Italie Rome (Italie), ouverture en 2015
Espai Llull à Alghero (Sardaigne), ouverture en 2009
Drapeau du Royaume-Uni Londres (Royaume-Uni)
Drapeau de l'Allemagne Berlin (Allemagne)
Drapeau des États-Unis Washington D.C. (États-Unis)
Drapeau de l'Autriche Vienne (Autriche), ouverture en 2015
Drapeau du Portugal Lisbonne (Portugal), ouverture 2016


Délegations projetées

Drapeau du Vatican Cité du Vatican
Drapeau du Maroc Rabat (Maroc)


Délégations fermées

Drapeau de l'Argentine Buenos Aires (Argentine), ouverture en 2009, fermée en 2011
Drapeau du Mexique Mexico (Mexique)
Drapeau du Maroc Casablanca (Maroc)

Notes et références
Notes

↑ Soraya Sáenz de Santamaría est chargée d'exercer les compétences par délégation du président du gouvernement, Mariano Rajoy.

Références

↑ Pages web en catalan ou de culture catalane.
↑ « España y Cataluna » [archive], sur viajes.viamichelin.es.
↑ (es) Alberto Montaner Frutos, El señal del rey de Aragón. Historia y significado, Institución « Fernando el Católico », Saragosse, 1995, p. 156, fig. 68 (ISBN 84-7820-283-Cool.

Voir aussi
Source

(ca) Cet article est partiellement ou en totalité issu de l’article de Wikipédia en catalan intitulé « Generalitat de Catalunya » (voir la liste des auteurs).

Articles connexes

Statut d'autonomie de la Catalogne Ce lien renvoie vers une page d'homonymie
Généralité valencienne
Généralité de Perpignan
Communautés autonomes d'Espagne
Royaume d'Aragon
Couronne d'Aragon

Liens externes

(ca) (en) (es) (oc) Generalitat de Catalogne [archive].
(ca) « Generalitat de Catalunya » [archive], Gran Enciclopèdia Catalana, consulté le 7 mars 2013.

PARRAIN POSTHUME DE LA LIBERTÉ ET DE SES EXPRESSIONS DE LA GÉNÉRALITÉ DE LA CATALOGNE...

Alexandre Issaïevitch Soljenitsyne (en russe : Александр Исаевич Солженицын, ISO 9 : Aleksandr Isajevič Solženicyn), né le 28 novembre 1918 (11 décembre 1918 dans le calendrier grégorien) à Kislovodsk et mort le 3 août 2008 à Moscou, est un écrivain russe et dissident soviétique.

Cet enfant d'une famille modeste fait de brillantes études. Grandissant sous le régime communiste, il adhère à son idéologie. Lorsque commence la guerre contre l'Allemagne en 1941, il rejoint l'armée puis une école d'artillerie. Promu officier, il fait preuve d'une conduite exemplaire au front et est décoré. Cependant, il est arrêté pour avoir critiqué Staline dans un échange de lettres avec un ami, et est condamné à huit ans de détention.

Rentré du goulag, il profite du relatif adoucissement du régime sous Khrouchtchev pour publier son premier roman, Une journée d'Ivan Denissovitch. Par la suite, malgré la censure, il parvient à publier d'autres ouvrages et à faire sortir ses textes clandestinement d'URSS, qui lui valent une réputation mondiale, jusqu'à obtenir le prix Nobel de littérature en 1970. Alors qu'il a de plus en plus de difficultés à publier, avec le durcissement du régime sous l'ère Brejnev, il est finalement arrêté en 1974, expulsé d’Union soviétique, et déchu de sa citoyenneté. Réfugié en Europe de l'Ouest puis aux États-Unis, il est finalement réhabilité par Gorbatchev, et rentre à Moscou où il termine sa vie.

Il est l'auteur en particulier de L'Archipel du Goulag et de La Roue rouge. L'un de ses livres, Deux siècles ensemble, donne lieu à une polémique en raison d'accusations d'antisémitisme....

Bisclavret est le nom breton d’un homme qui devient loup-garou. Le lai breton de Bisclavret est aussi l’un des rares textes anciens où l’homme atteint de lycanthropie n’est pas considéré comme maléfique.

Bisclavret était un bon seigneur, ami du roi. Tout allait bien dans son royaume, mais sa femme craignait qu’il ne fût infidèle car il s’absentait de temps à autre, deux à trois jours. Fatalement, elle l’interroge et celui-ci finit par céder et lui révéler qu’il enlevait ses vêtements tous les soirs de pleine lune, les cachait et devenait un loup-garou. Sous l’insistance de son épouse, Bisclavret lui révéla aussi la cachette de ses vêtements. À peine était-il parti qu’elle appela un jeune chevalier dont elle avait toujours repoussé les faveurs et lui révéla tout. Elle promit de l’épouser à condition qu’il vole les vêtements de son mari. Le méfait accompli, Bisclavret fut incapable de reprendre forme humaine.

Un an après, le roi chasse avec ses gens sur les terres de Bisclavret et voit le loup-garou, il lui donne la chasse. Alors que le loup-garou est acculé et sur le point d’être mis à mort, il aperçoit le roi et s’incline devant lui. Tout le monde s’étonne. C’est une bête intelligente et il serait cruel de la tuer. Le roi prend alors le loup-garou sous sa protection.

Ce roi magnanime organise donc une réunion avec ses seigneurs. Lorsque le jeune chevalier arrive, Bisclavret tente de l’attaquer, on le calme mais il continue de se montrer ouvertement hostile. On se dit qu’assurément le jeune chevalier lui causa quelque tort, et l’affaire s’arrête là.

Le roi repart chasser sur les terres de Bisclavret. Apprenant qu’il se trouve dans une petite chaumière, l’épouse de Bisclavret tente de gagner ses faveurs. En la voyant, Bisclavret l’attaque et lui arrache le nez. Quelqu’un remarque alors qu’il n’a montré d’hostilité que pour elle et son mari. On les torture et ils avouent tout. On les somme de rendre les vêtements, ce qu’ils font ; Bisclavret est alors sauvé et redevient humain, sa femme et le chevalier sont exilés. Ils ne donnèrent naissance qu’à des enfants sans nez.

Contenu soumis à la licence CC-BY-SA. Source : Article Bisclavret de Wikipédia en français (auteurs)

https://geudensherman.wordpress.com/lit-ma-fr/ma-1150-1250/marie-de-france-les-lais/

TIGNARD YANIS @TIGNARDYANIS
14 h il y a 14 heures
DANS LE CHANT, ON PARLE DE CHÂTIMENT VENUS DES CHARITÉS
DE L'OBSCURITÉ. POURTANT, L'AURORE ET L'AUBE SONT LES AUDACES
DE LA NUIT ET DE SA FAUNE. LA FAIBLESSE NE VIENT PAS DU PARDON
ET LA PUISSANCE NE VIENT DE LA COLÈRE DU TEMPS: L'AIGUILLE DE LA JUSTICE.
TAY



Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.atelier-yannistignard.com
yanis la chouette



Nombre de messages : 6850
Localisation : http://yanis.tignard.free.fr
Date d'inscription : 12/11/2005

MessageSujet: Re: Généralité de Catalogne, Obélisque de Munich et L'Histoire.   Lun 26 Mar à 10:17

Le Héron et la Mouette...

Un héron navigue sur un fleuve... Pas très loin de la rive, se trouve un petit bois. Il y a des roseaux et le héron vient vers cette petite sérénité...

Une mouette, elle , aussi a établi domicile dans le petit lieu paisible... Elles se croisent du regards les mouettes... Des canards observent la scène et discutent au sujet de la vie.

"Tu as vu."
"Quoi."
"Le grand oiseau au long bec."
"Oui..il est superbe..."

La mouette chante un rire et de lancer cette maxime.

"Entre-chose, entre-tout, cet oiseau n'a pas de pareille... Il ne chante pas."

Le héron de lui répondre :
"Elle est lumineuse et joueuse... Voilà, compagne, je chante par amour de ma brève existence."

Monsieur Tignard Yanis
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.atelier-yannistignard.com
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Généralité de Catalogne, Obélisque de Munich et L'Histoire.   

Revenir en haut Aller en bas
 
Généralité de Catalogne, Obélisque de Munich et L'Histoire.
Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» L'indépendantisme progresse en Catalogne
» Catalogne
» animaux domestiques, généralités...
» JUNON (1937-1954) : généralités
» AGOSTA - S620 (1977-20xx) : généralités

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
La.cinquieme.République :: La.cinquieme.République-
Sauter vers: