La.cinquieme.République

De la politique pure et affaires étrangeres
 
AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  MembresMembres  GroupesGroupes  Connexion  

Partagez | 
 

 Wombats ou Ewoks, Crab Nebula, Giverny, Antigone et Y'becca

Aller en bas 
AuteurMessage
yanis la chouette



Nombre de messages : 6734
Localisation : http://yanis.tignard.free.fr
Date d'inscription : 12/11/2005

MessageSujet: Wombats ou Ewoks, Crab Nebula, Giverny, Antigone et Y'becca   Ven 23 Mar à 11:57

Les wombats (Vombatidae) forment une famille de mammifères marsupiaux. Ils vivent dans les forêts montagneuses d’Australie, où ils creusent de vastes terriers. Les wombats pèsent entre 15 et 40 kg.

Il existe trois espèces : le wombat commun, le wombat à museau poilu du nord et le wombat à museau poilu du sud.

Sommaire

1 Description
2 Écologie et comportement
2.1 Alimentation
2.2 Reproduction
2.3 Comportement
3 Répartition
4 Le wombat et l'humain
5 Taxinomie
6 Galerie
7 Bibliographie
8 Liens externes
9 Notes et références

Description

Les wombats ressemblent à de petits oursons bruns, à courtes pattes à large tête et au nez massif.

Le wombat mesure environ 1,20 m de long sur 70 cm de hauteur. La couleur du pelage des wombats peut être beige, brune, noire ou grise.

Comme tous les marsupiaux, il possède une poche ventrale. La sienne comporte une seule paire de mamelles. Sa poche a aussi l'avantage, pour un fouisseur, d'être ouverte vers le bas afin que la terre n'y pénètre pas.

Le wombat est doté d'un « bouclier », plaque osseuse située sur les fesses, sous la peau. Lorsqu'un prédateur le poursuit, il bouche l'entrée de son terrier avec son postérieur.

La formule dentaire des Vombatidae est la suivante : 1.0.1.41.0.1.4 (dans l'ordre incisives, canines, prémolaires et molaires).
Écologie et comportement
Alimentation
Une crotte de Wombat commun (Vombatus ursinus).

Le wombat est herbivore, se nourrissant d’herbe, de racines, de champignons et d’écorces d’arbres. Ses dents ont une croissance continue, contrairement aux autres marsupiaux. Il a un métabolisme lent, la digestion complète de sa nourriture s'effectuant en deux semaines, ce qui l'aide à vivre dans son environnement aride1. Le wombat a la particularité de produire des crottes de forme cubique2.
Reproduction

Le wombat est un animal plutôt solitaire et ne se sociabilise que pendant la période de reproduction afin de trouver un ou une partenaire. La femelle a une gestation de 20–21 jours3,4 et ne donnera naissance qu'à un petit, ou dans de très rares cas à deux. À la naissance, le bébé wombat, appelé « joey », ne mesure que trois centimètres et ne pèse qu'environ deux grammes. Il restera de 5 à 9 mois dans la poche de sa mère avant de s'ouvrir au monde extérieur. Durant cette période, il se nourrit uniquement du lait de sa mère. Le jeune est sevré au bout de 15 mois, et sexuellement mature à l'âge de 18 mois1. Généralement, les femelles restent plus de temps avec leur mère que les mâles.
Comportement

Les wombats occupent des territoires centrés sur leurs terriers et qu'ils défendent contre les intrus ; chez le wombat commun, ce territoire peut couvrir jusqu'à 23 hectares, quand il ne fait que 4 hectares chez les deux autres espèces1. Menacé, il peut atteindre la vitesse de 40 km/h et la maintenir pendant 90 secondes5.
Répartition

Les wombats communs vivent au Sud-Est de l'Australie et en Tasmanie. Les wombats à nez poilu du nord vivent du côté du Queensland (il n'en restait qu'environ 70 dans la nature en 2006) et les wombats à nez poilu du sud vivent en Australie méridionale.
Le wombat et l'humain

Ils peuvent être apprivoisés en captivité et, s'ils sont bien cajolés et caressés, devenir plus conviviaux, cependant plus ils prennent de l'âge, plus ils ont tendance à devenir farouches. Sur le bord des routes, en s'arrêtant, on peut parfois en approcher certains pour quelques caresses. Il existe même des exemples de domestication.

On en trouve dans de nombreux parcs, zoos et autres sites touristiques de toute l'Australie. Ce sont des animaux très populaires là-bas. Toutefois, leur absence de peur peut les conduire à des actes d'agression s'ils se sentent provoqués, ou même simplement s'ils sont de mauvaise humeur. Leur poids leur permet de faire tomber un humain de corpulence moyenne et leur mâchoire puissante peut entraîner de graves blessures. Le naturaliste Harry Frauca a été mordu à une profondeur de 2 cm à la jambe — à travers une botte en caoutchouc, une jambe de pantalon et une chaussette de laine épaisse[réf. nécessaire].

Autrefois chassés pour leur épaisse fourrure, les wombats sont toujours menacés par l'humain. En effet, dans certaines régions d'Australie, ils sont chassés par des fermiers qui ne veulent pas d'eux près de leurs terres. En outre, les habitudes de conduite en Australie en tuent chaque jour des dizaines sur le bord des routes.

De plus, les troupeaux de moutons et de bovins se nourrissent d'herbe, ce qui appauvrit l'alimentation des wombats.

Des réserves visant à les protéger ont été créées.

Un astéroïde, (6827) Wombat, a été nommé en référence à ces animaux.
Taxinomie

La famille des Vombatidae comprend deux genres actuels, mais d'autres, fossiles, ont été décrits :

Lasiorhinus Gray, 1863
Vombatus É. Geoffroy Saint-Hilaire, 1803
† Rhizophascolomus
† Phascolonus
† Warendja
† Ramasayia

Galerie

Squelette.
Wombat 3.jpg
Vombatus ursinus -Maria Island National Park.jpg

Bibliographie

Album jeunesse

Michael Morpurgo, illustrations de Christian Birmingham, La Sagesse de Wombat [ (en) Wombat Goes Walkabout, 1999 ], éd. Gautier-Languereau, 1999
Prix Sorcières 2000, catégorie Album

Liens externes

Sur les autres projets Wikimedia :

Wombat, sur Wikimedia Commons

Référence Catalogue of Life : Vombatidae [archive]
Référence Fossilworks Paleobiology Database : Vombatidae Burnett 1829 [archive] (en)
Référence ITIS : Vombatidae Burnett, 1829 [archive] (fr) (+ version anglaise [archive] (en))
Référence UICN : taxon Vombatidae [archive] (en)
Référence CITES : famille Vombatidae [archive] (sur le site de l’UNEP-WCMC) (fr+en)

Notes et références

↑ a, b et c (en) McIlroy, John, The Encyclopedia of Mammals, New York, Macdonald, D., coll. « Facts on File », 1984 (ISBN 0-87196-871-1), p. 876–877.
↑ (en) « The wombat's cubic poop is one of nature's weirdest superpowers » [archive].
↑ (en) Watson, A, « Vombatus ursinus » [archive], University of Michigan Museum of Zoology, 1999 (consulté le 13 août 2010).
↑ (en) Green, E et Myers, P, « Lasiorhinus latifrons » [archive], University of Michigan Museum of Zoology, 2006 (consulté le 13 août 2010).
↑ (en) Gary Humble, « The Uncommon Wombat » [archive], Australian Broadcasting Corporation, 1er juin 2006 (consulté le 13 août 2010).


Title Crab Nebula in ultraviolet
Released 19/03/2018 8:00 am
Copyright ESA
Description

The Crab Nebula is a supernova remnant some 6500 light-years from Earth in the constellation of Taurus. At the centre of the nebula is a pulsar – the remnant of a star that exploded to form the nebula. The pulsar rotates around 30 times a second, sweeping a beam of radio waves across the Galaxy. Some of the material surrounding the pulsar was ejected before the star exploded, and the rest was expelled during the supernova. The wind from the pulsar escapes at high speed, creating a dynamic structure by interacting with the ejected material.

The nebula is currently expanding at around 1500 km/s, as revealed by images taken a few years apart. By tracing this backwards it is possible to pinpoint the year in which the star exploded, and this coincides with observations by Chinese astronomers in 1054 of a star bright enough to be seen during daylight.

The image shown here is in ultraviolet light taken by ESA’s XMM-Newton telescope, which has been surveying the sky since 2000. While this is primarily a telescope for observing X-rays, the Optical Monitor enables optical and ultraviolet observations to be made simultaneously with X-ray observations. The image is a composite of 75 individual images taken between 2001 and 2015. Very few ultraviolet images of the Crab Nebula were available before this one.

The ultraviolet emission is thought to come from ‘synchrotron radiation’, created when atomic particles spiral around magnetic field lines. The XMM-Newton image reveals ‘bays’ indenting the east and west sides of the nebula. It is thought that a magnetised torus of material surrounded the star before it exploded, which then blocked the high-speed particles and thus the synchrotron radiation. The bays are also evident in radio images, although the eastern bay is better defined owing to intricate features around the borders of the radio image.

This image was taken as part of detailed multi-wavelength study of the Crab Nebula, with images also taken in X-rays, radio waves, infrared and optical wavelengths.

A new composite of the Crab Nebula comprising NASA Chandra and Spitzer data and NASA/ESA Hubble data was also released last week.
Id 391400

http://www.esa.int/spaceinimages/Images/2018/03/Crab_Nebula_in_ultraviolet

Giverny est une commune française située dans le département de l'Eure en région Normandie. Elle est surtout connue pour la maison et les jardins du peintre impressionniste Claude Monet (1840-1926). Ses habitants sont appelés les Givernois.

Sommaire

1 Géographie
1.1 Localisation
1.2 Hydrographie
1.3 Voies de communication et transports
2 Toponymie
3 Histoire
3.1 Représentations de Giverny par Claude Monet
4 Politique et administration
5 Population et société
5.1 Démographie
5.2 Événements
5.3 Personnalités liées à la commune
6 Culture locale et patrimoine
6.1 Lieux et monuments
6.2 Patrimoine naturel
6.2.1 Site classé
6.3 Périphrase désignant Giverny
7 Dans les arts
7.1 Musique
7.2 Littérature
8 Galerie
9 Notes et références
9.1 Notes
9.2 Références
10 Voir aussi
10.1 Bibliographie
10.2 Articles connexes
10.3 Liens externes

Géographie
Localisation

Giverny est une commune de l'extrême est du département de l'Eure, limitrophe de celui des Yvelines et proche de celui du Val-d'Oise. Elle appartient à la région naturelle du Vexin bossu qui se caractérise par les multiples sillons qui ont creusé le plateau et offre un paysage très ondulé entre les vallons secs affluents de l’Epte1. À vol d'oiseau, la commune est à 3,5 km à l'est de Vernon2, à 16,5 km au nord-ouest de Mantes-la-Jolie3, à 28 km à l'est d'Évreux4 et à 51 km au sud-est de Rouen5.
Communes limitrophes de Giverny6 Vernon Vernon, Bois-Jérôme-Saint-Ouen
Vernon
Port-Villez (Yvelines) Giverny[6] Bois-Jérôme-Saint-Ouen
Port-Villez (Yvelines) Limetz-Villez (Yvelines) Sainte-Geneviève-lès-Gasny
Hydrographie

La commune est située au confluent de la Seine et de l'Epte.
Voies de communication et transports

Le sentier de grande randonnée 2 (GR2) passe par la commune.
Toponymie

Le village est mentionné vers 1025 sous la forme latinisée Giverniacum7.

Il s'agit d'un nom de domaine gaulois ou gallo-roman *GABRINIACU, composé avec le suffixe *-ACU, autrement -acon en gaulois, d'origine celtique *-āko(n)8.

François de Beaurepaire9 suggère le nom de personne bas latin *Gabrinius, non attesté, que l'on retrouverait dans Givraines (Loiret). Le [ʒ] initial au lieu du [g] normanno-picard, s'explique par la situation de Giverny au sud de la ligne Joret.

Xavier Delamarre mentionne cependant le nom de personne gaulois ou gallo-roman Gabrinus, dérivé du gaulois gabros, gabra « chevreuil », « chèvre » (cf. vieil irlandais gabor, bouc ; gallois gafr, chèvre ; vieux breton gabr, chèvre)10. On peut considérer alors qu'il s'agit de l’anthroponyme Gabrinus, suivi du suffixe -i-acum, forme allongée d’acum.

Le thème gabro- se retrouve dans Gevry, Givry, Gièvres, Gabriac, etc.

Par contre, l'équivalent basé sur le nom latin de la chèvre, caper, d'où Caprinus, Caprinius se retrouve dans les Cheverny, Chevregny (Aisne, Capriniacum 893)11.
Histoire

La paroisse a été fondée sous les Mérovingiens et l'église placée sous le vocable de sainte Radegonde.

En 863, le roi Charles II le Chauve reconnaissait aux moines de l'abbaye de Saint-Denis-le-Ferment la possession de Giverny.

Au XIe siècle, le fief et l'église de Giverny revinrent à l'abbaye de Saint-Ouen à Rouen. Au Moyen Âge, plusieurs seigneurs se succédèrent mais ils restaient toujours les vassaux du prieur de Saint-Ouen.

Il existait alors plusieurs monastères, l'un d'entre eux était situé à l'emplacement de la maison dite le Moûtier, tandis que la propriété dite La Dîme doit son nom à une grange dîmière qui servait de lieu de perception de l'impôt à l'abbaye jusqu'à la Révolution.

Il s'y trouvait aussi une léproserie.

À la Révolution, c'est la famille Le Lorier qui possédait les terres de Giverny. Monsieur Le Lorier fut d'ailleurs le premier maire du village en 1791.

En 1883, Claude Monet s'installe dans le village, dans une maison qu'il loue puis achète en 1890. Il en modifie la forme et réaménage complètement le verger en jardin fleuri. Il fera creuser en 1893, sur un bras de l'Epte, le bassin aux nénuphars au bord duquel il peindra les « Nymphéas ». Mort le 5 décembre 1926, il est enterré dans le cimetière qui jouxte l'église. À la même époque, plusieurs peintres, notamment américains, s'installent au village. Certains deviennent amis avec Claude Monet.[réf. nécessaire] En 2001, meurt Gérald van der Kemp qui a rénové la maison et les jardins de Monet. Il est enterré non loin de ce dernier.
Représentations de Giverny par Claude Monet
La pertinence de cette section est remise en cause. Considérez son contenu avec précaution. Améliorez-le ou discutez-en. (mars 2017)
Tableau Titre
Date
Dimensions Lieu d’exposition
Coucher du Soleil à Giverny by Claude Monet.jpg Coucher du Soleil à Giverny
1883
non précisé
Claude Monet - Entrée de Giverny en hiver, soleil couchant.jpg Entrée de Giverny en hiver, soleil couchant
1885

65 × 81 cm
Collection privée
Monet - Val de Falaise (Giverny) - 1885.jpg Paysage d'hiver au val de Falaise (Giverny) (W975)
1885

65 × 81 cm
Collection privée
Claude Monet - In the Woods at Giverny- Blanche Hoschedé at Her Easel with Suzanne Hoschedé Reading - Google Art Project.jpg Dans le bois de Giverny, Blanche Hoshedé à son chevalet avec Suzanne lisant
1885

91 × 98 cm
Musée d'art du comté de Los Angeles
Claude Monet - Poppy Field in a Hollow near Giverny - Google Art Project.jpg Champ de coquelicots dans un creux près de Giverny
1885

65 × 81 cm
Musée des beaux-arts de Boston
Monet - Mohnblumen bei Giverny - 1895.jpg Champ de coquelicots à Giverny
1885

60 × 73 cm
Musée des beaux-arts de Virginie, Richmond (Virginie)
Monet, Claude - Haystack at Giverny.jpg Meules à Giverny
1886

60 × 81 cm
Musée de l'Ermitage, Saint-Pétersbourg
Monet - In der Barke.jpg En Norvégienne. La barque à Giverny
1887

69 × 80 cm
Musée d'Orsay, Paris
Monet-Barque-Marmottan.jpg La Barque
1887

146 × 133 cm
Musée Marmottan, Paris
Claude Monet 041 (Poplars in the Sun, 1887).jpg Sous les peupliers, effet de soleil
1887

74× 93 cm
Staatsgalerie (Stuttgart)
Claude Monet - Poplars at Giverny, Sunrise.jpg Peupliers à Giverny
1888

93 × 74 cm
Museum of Modern Art (New York)
Bend in the Epte River 01.JPG Courbe de l'Epte
1888
Philadelphia Museum of Art
'Meadows at Giverny' by Claude Monet, 1888, Hermitage.JPG Le Pré à Giverny, soleil levant
1888
Musée de l'Ermitage (Saint-Pétersbourg)
Monet - canoaepte01.jpg Canoé sur l'Epte
1890

133 × 145 cm
São Paulo Museum of Art
Monet, Champ d'avoine aux coquelicots ( Musée d'art moderne et contemporain, Strasbourg ).jpg Champ d'avoine aux coquelicots
vers 1890

65 × 92 cm
Musée d'art moderne et contemporain de Strasbourg
Monet - Mohnfeld.jpg Champ de coquelicots à Giverny
1891

61 × 96 cm
Institut d'art de Chicago
Monet, Claude, Meadow at Giverny.jpg Prairie à Giverny
1894

73 × 92 cm
Musée d'art de l'université de Princeton
Claude Monet - The Young Ladies of Giverny, Sun Effect - Google Art Project.jpg Jeunes femmes de Giverny, effets de soleil
1894
Musée d'Israël (Jérusalem)
Flood at Giverny by Claude Monet, 1896 - Ny Carlsberg Glyptotek - Copenhagen - DSC09463.JPG Inondation à Giverny
1896
Ny Carlsberg Glyptotek, Copenhague
The Seine at Giverny.JPG La Seine à Giverny
1897

73 × 92 cm
National Gallery of Art, Washington
Claude Monet - Matin sur la Seine, le beau temps (1897).jpg Matin sur la Seine, beau temps
1897

89 × 92 cm
Maison-Blanche, Washington
Monet - Seine-Arm bei Giverny.jpg Bras de Seine près de Giverny
1897

73 × 93 cm
Musée d'Orsay, Paris
Claude Monet - Branch of the Seine near Giverny.JPG Bras de Seine près de Giverny
1897

81 × 92 cm
Musée des beaux-arts de Boston
Claude Monet - Morning on the Seine - Google Art Project.jpg Matin sur la Seine (W1499)
1898

73 × 91 cm
Musée national de l'art occidental (Tokyo)

En 1992, la Terra Foundation for American Art inaugure le musée d'art américain qui devient le musée des impressionnismes Giverny en 2009.

En 1996, Giverny reçoit la visite de Hillary Clinton, épouse du président des États-Unis et en 2007 celle de l'empereur du Japon.
Politique et administration
Liste des maires successifs Période Identité Étiquette Qualité
1945 1953 René Mayer Rad. Président du Conseil, ministre, conseiller général, député de Constantine
mars 2001 2008 Guy Colombel PS Retraité
mars 2008 en cours Claude Landais PS Directeur de logistique retraité
Les données manquantes sont à compléter.
Population et société
Démographie

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir de 2006, les populations légales des communes sont publiées annuellement par l'Insee. Le recensement repose désormais sur une collecte d'information annuelle, concernant successivement tous les territoires communaux au cours d'une période de cinq ans. Pour les communes de moins de 10 000 habitants, une enquête de recensement portant sur toute la population est réalisée tous les cinq ans, les populations légales des années intermédiaires étant quant à elles estimées par interpolation ou extrapolation12. Pour la commune, le premier recensement exhaustif entrant dans le cadre du nouveau dispositif a été réalisé en 200713.

En 2015, la commune comptait 509 habitantsNote 1, en augmentation de 1,8 % par rapport à 2010 (Eure : +2,63 %, France hors Mayotte : +2,44 %).
Évolution de la population [ modifier ] 1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
422 430 327 407 396 417 406 378 348
Évolution de la population [ modifier ], suite (1) 1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
334 354 340 328 306 279 277 305 291
Évolution de la population [ modifier ], suite (2) 1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
250 313 273 243 309 298 276 304 372
Évolution de la population [ modifier ], suite (3) 1962 1968 1975 1982 1990 1999 2006 2007 2012
363 386 509 502 548 524 508 506 501
Évolution de la population [ modifier ], suite (4) 2015 - - - - - - - -
509 - - - - - - - -
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 199914 puis Insee à partir de 200615.)
Histogramme de l'évolution démographique
Événements

Salon international du pastel (art du pastel en France) chaque année fin mai-début juin
Musique de chambre à Giverny (festival international de musique de chambre fin août-début septembre)
Festival de Giverny, festival de musiques actuelles, présente des auteurs compositeurs interprètes. Courant septembre.
La Normandie et le Monde de l'Art, festival international de cinéma de Vernon (début juillet, au musée des impressionnismes).
Rock in the Barn, festival de musiques actuelles.

Personnalités liées à la commune

Leni Escudero (ou Leny Escudero) (né le 5 novembre 1932, mort le 9 octobre 2015), chanteur, résident du village.
René Mayer (1895-1972), ancien président du Conseil, ancien ministre, écrivain, maire du village, qui a vécu au hameau de Falaise.
Claude Monet, peintre impressionniste, y est décédé le 5 décembre 1926.
Jean-Marie Toulgouat (né à Giverny le 15 septembre 1927 - mort à Giverny le 10 janvier 2006), peintre.
Germain Delavigne (1790-1868), auteur dramatique, né le 11 février 1790 à Giverny.

Culture locale et patrimoine
Lieux et monuments
La maison de Claude Monet vue du jardin
Le bassin aux nymphéas de Claude Monet
Le pont japonais côté étang
Le pont japonais côté bief

La maison et les jardins de Claude Monet. Les jardins ont reçu le label « jardin remarquable ».

La propriété fait l’objet d’une inscription au titre des monuments historiques depuis le 6 avril 197616.

Le musée des impressionnismes Giverny expose les œuvres originales des plus grands noms du courant impressionniste, notamment la colonie de peintres de Giverny et de la vallée de la Seine.
L'ancien hôtel Baudy et sa roseraie, où se réunissaient les peintres.
L'église Sainte-Radegonde fait l’objet d’une inscription au titre des monuments historiques depuis le 16 avril 200917. Auparavant, l'abside et le pignon sud étaient inscrits partiellement en date 26 décembre 192718.
La Pierre de Sainte-Radegonde, à proximité ouest de l'église du même nom.

Patrimoine naturel
Site classé

Giverny – Claude Monet – Confluent de la Seine et de l’Epte Logo des sites naturels français Site classé (1985)19.

Périphrase désignant Giverny

Le village des peintres, en cours de classement avec la commune voisine de Vernon sur la liste du patrimoine mondial de l'Unesco.

Dans les arts
Musique

Chris Rea consacre un titre de son album On the Beach (1986) à Giverny

Littérature

Michel Bussi, deuxième écrivain français en nombre de livres vendus, derrière Guillaume Musso (classement GFK-Le Figaro, 2017) développe l'intrigue de Nymphéas noirs dans le village de Giverny. Ce roman a été le roman policier français le plus primé en 201120.
Galerie

Late Afternoon, Giverny ; Guy Rose, 1910. Musée d'art de San Diego

The House in Giverny, Frederick Carl Frieseke, 1912. Collection Carmen Thyssen-Bornemisza, en dépôt au Musée Thyssen-Bornemisza, Madrid

L'entrée du Musée des Impressionnismes

L'hôtel Baudy

L'église Sainte-Radegonde

Maison de Claude Monet à Giverny

Nymphéas dans les jardins de Claude Monet

Notes et références
Notes

↑ Population municipale légale en vigueur au 1er janvier 2018, millésimée 2015, définie dans les limites territoriales en vigueur au 1er janvier 2017, date de référence statistique : 1er janvier 2015.

Références

↑ « Le Vexin bossu » [archive], sur Atlas des paysages de la Haute-Normandie (consulté le 30 septembre 2016).
↑ « Distance à vol d'oiseau entre Giverny et Vernon » [archive], sur www.lion1906.com (consulté le 30 septembre 2016).
↑ « Distance à vol d'oiseau entre Giverny et Mantes-la-Jolie » [archive], sur www.lion1906.com (consulté le 30 septembre 2016).
↑ « Distance à vol d'oiseau entre Giverny et Évreux » [archive], sur www.lion1906.com (consulté le 30 septembre 2016).
↑ « Distance à vol d'oiseau entre Giverny et Rouen » [archive], sur www.lion1906.com (consulté le 30 septembre 2016).
↑ « Géoportail (IGN), couche « Communes » activée » [archive].
↑ François de Beaurepaire (préf. Marcel Baudot), Les Noms des communes et anciennes paroisses de l'Eure, Paris, A. et J. Picard, 1981, 221 p. (ISBN 2-7084-0067-3, OCLC 9675154), p. 117
↑ Pierre-Yves Lambert, La langue gauloise, errance 1994.
↑ Ibidem
↑ Xavier Delamarre, Dictionnaire de la langue gauloise, éditions Errance, 2003, p. 172-173.
↑ François de Beaurepaire, op. cit.
↑ L'organisation du recensement [archive], sur le site de l'Insee.
↑ Calendrier départemental des recensements [archive], sur le site de l'Insee [archive]
↑ Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui [archive] sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
↑ Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2006 [archive], 2007 [archive], 2008 [archive], 2009 [archive], 2010 [archive], 2011 [archive], 2012 [archive], 2013 [archive], 2014 [archive] et 2015 [archive].
↑ Notice no PA00099435 [archive], base Mérimée, ministère français de la Culture.
↑ Notice no PA00099434 [archive], base Mérimée, ministère français de la Culture.
↑ Notice no IA00017234 [archive], base Mérimée, ministère français de la Culture.
↑ « Giverny – Claude Monet, le confluent de la Seine et de l’Epte à Giverny, Sainte-Geneviève-lès-Gasny, Vernon » [archive] [PDF], sur Direction Régionale de l'Environnement, de l'Aménagement et du Logement Normandie (consulté le 28 juillet 2017).
↑ « Michel Bussi, un auteur à succès » [archive], sur France 3 Normandie, 27 mais 2016

Voir aussi

Sur les autres projets Wikimedia :

Giverny, sur Wikimedia Commons

Bibliographie

Marina Bocquillon-Ferretti, Le Jardin de Monet à Giverny, l'invention d'un paysage, 5 continents, 2009
Marc Elder, Giverny, chez Claude Monet, Le Livre d'Histoire, 2009, 176 p.

Articles connexes

Hameau de Falaise, hameau de Giverny
Musée des impressionnismes Giverny.
Liste de périphrases désignant des villes.
Jardins labellisés remarquables de Normandie.

Liens externes

Giverny sur le site de l'Institut géographique national
Giverny et Vernon: Au Coeur de l'Impressionnisme [archive]
Le village de Giverny sur le site des Partenaires de l'Office de tourisme [archive]
Le village de Giverny [archive]
Maison du Tourisme Normandie-Giverny [archive]
Office du tourisme [archive]

[afficher]
v · m
Seine Normandie Agglomération

Genesis - Dancing with the Moonlit Knight.
https://www.youtube.com/watch?v=r0Spl1cOf-o

LA RÉSISTANCE et LE SAVOIR DE ANTIGONE.

SENTIMENTS DU CITOYEN TIGNARD YANIS
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.atelier-yannistignard.com
yanis la chouette



Nombre de messages : 6734
Localisation : http://yanis.tignard.free.fr
Date d'inscription : 12/11/2005

MessageSujet: Re: Wombats ou Ewoks, Crab Nebula, Giverny, Antigone et Y'becca   Ven 23 Mar à 11:58

LA RÉSISTANCE et LE SAVOIR DE ANTIGONE.

Les 12 espèces d’araignées les plus dangereuses pour l’Homme...

Les arachnides possèdent deux crochets appelés chélicères qui sont parfois reliés à une substance venimeuse plus ou moins dangereuse.

Après avoir vu les 10 serpents les plus dangereux pour l’Homme, voici le classement qui met à jour les 12 araignées qu’il vaut mieux éviter de croiser car leur morsure n’est pas très agréable. Cette espèce possède huit pattes, de nombreux yeux et des poils sur tout le corps: sa présence est indésirable pour bon nombre d’entre nous. La plupart du temps les araignées construisent des toiles en soie très adhésive qui permettent d’attraper facilement des proies, ou se cachent dans des terriers.
À lire aussi : Vaincre sa peur des araignées en deux minutes grâce au Propranolol
12. La Ségestrie florentine

Les araignées sont des petits animaux appartenant à la famille des arachnides. Mis à part quelques exceptions, leurs morsures sont toutes venimeuses, sauf si elles piquent à vide, c’est-à-dire qu’elle n’injecte pas de substance lors d’une attaque. Si elles chassent des insectes ou des rongeurs, elles évitent la présence de l’Homme et c’est tant mieux pour nous ! Pour commencer, voici la Ségestrie florentine, une espèce européenne qui laisse des marques rougeâtres sur la peau.

Segestrie Florentine, Dangereuse

Crédit photo: Wikimédia – Luis Miguel Bugallo Sánchez
11. L’araignée jaune (Cheiracanthium mildei)

Cette araignée est très présente dans les habitations au Canada. Cette espèce est de couleur jaune d’où son nom, et son abdomen peut changer de couleur selon sa nourriture. Contrairement à ses cousines, elle ne tisse pas de toile mais chasse la nuit: elle mord ses proies. Comme elle aime les espaces sombres et assez étroits, elle se réfugie parfois entre les couvertures d’un lit ce qui explique les rougeurs que les canadiens peuvent avoir au réveil. Elle n’est pas dangereuse mais sa morsure laisse quelques traces sur la peau, cause des démangeaisons et des brûlures.

Araignée jaune, morsure

Crédit photo: Wikimédia – Micha L. Rieser
10. L’araignée Goliath

L’araignée Goliath est la plus grande espèce de mygale découverte à ce jour avec 30 cm d’envergure, pour un poids de 140 grammes. Son habitat naturel est en Amérique du Sud (Brésil, Venezuela…). Son venin est neurotoxique, c’est-à-dire qu’il est capable d’empoisonner le système nerveux. Même si ce dernier est peu actif sur les humains, il provoque néanmoins de grandes douleurs à cause de la taille des crochets. Cette araignée se nourrit d’insectes, de petits mammifères et même de serpents.

Araignée Goliath, Dangereuse

Crédit photo: Wikimédia – John
9. Tarentule ornée (Poecilotheria ornata)

Comme son nom l’indique, ce spécimen possède un corps orné de jolies couleurs. Cette mygale arboricole figure parmi les plus grandes au monde (23 centimètres environ). Les tarentules de ce genre sont connues pour être agressives et venimeuses: une morsure peut causer des douleurs musculaires, des nausées ou encore de la fièvre. Elles se retrouvent principalement au Sri Lanka.

Araignée ornée, Dangereuse

Crédit photo: Wikimédia – Morkelsker
8. Araignée loup chinoise (Lycosidae)

Cette espèce ne tisse généralement pas de toile et se réfugie dans des terriers, notamment en Chine. Elle chasse à la nuit tombée de gros insectes, des petits mammifères et même des oiseaux. Les femelles transportent leurs petits sur leur dos. Cette araignée peut être dangereuse pour l’Homme notamment car elle crée des névroses au niveau de la morsure. Elle peut détruire les cellules, les globules rouges et provoquer une hémorragie ou des infections graves.

Araignée loup chinoise, Dangereuse

Crédit photo: Wikimédia – Fir0002
7. L’araignée chameau (Solifugae)

Ce genre d’arachnides se retrouvent sur tous les continents du monde exceptés en Antarctique et en Australie. Les solifuges sont aussi appelées “scorpion du vent” ou “araignée du soleil”. Cette espèce semble avoir plus de huit pattes, mais la paire de devant est en fait des sortes d’antennes qui ont un rôle sensoriel. Elles seraient capables de sauter à plus de 10 cm de haut afin de s’accrocher aux chameaux pour leur arracher un bout de viande. Légende ou réalité ?

Araignée chameau, Dangereuse

Crédit photo: Flickr – Bernard DUPONT
6. L’araignée des sables (Sicarius)

Ce spécimen vit dans les régions désertiques, notamment en Afrique. Il est appelé “araignée des sables à six yeux” à cause de ses caractéristiques physiques et de son agilité pour la chasse. Cette arachnide est très rapide pour attraper une proie. Elle peut être dangereuse pour l’Homme car son venin est très toxique: il serait capable de produire des lésions de 2,5 cm de diamètre.

Araignée des sables, Dangereuse

Crédit photo: Wikimédia – Spider Beliar
5. La veuve noire d’Europe ou Malmignatte

Comme son nom l’indique, elle est présente la plupart du temps en Europe, surtout autour du bassin méditerranéen. Les veuves noires sont des araignées dangereuses car leur venin attaque le système nerveux. Elles sont cependant très reconnaissables avec leur couleur noire et tachetée de points de couleur vive sur leur dos (13 généralement) qui peuvent être de différentes couleurs: orange, rouge ou jaune.

Veuve noire d'Europe, Dangereuse

Crédit photo: Wikimédia – Kork~commonswiki
4. La veuve noire d’Amérique (Latrodectus mactans)

Vous vous en doutez, si elle porte le nom de “veuve noire” comme sa cousine d’Europe, c’est qu’elle est également dangereuse. Son venin serait 15 fois plus puissant que celui d’un serpent à sonnettes: troubles de la tension, sueurs froides, maux de tête, spasmes musculaires, nausées, hallucinations… sont autant de conséquences d’une morsure. Un antidote est nécessaire.

Veuve noire d'Amérique, Dangereuse

Crédit photo: Wikimédia – James Gathany
3. L’araignée Atrax Robustus

C’est une mygale très célèbre et dangereuse en Australie. Comme on peut le voir dans cette vidéo, elle peut se terrer n’importe où dans une maison. Il faut faire attention à ne pas se faire mordre car son venin est très toxique: un antidote doit être délivré rapidement sous peine de décès.

Atrax Robustus, Araignée dangereuse

Crédit photo: Wikimédia – Tamba52
2. L’araignée violoniste ou recluse brune (Loxoceles reclusa)

Cette araignée se rencontre plus principalement aux Etats-Unis. Les morsures de cette espèce sont très douloureuses: le venin détruit artères et vaisseaux et provoque des vomissements. Les victimes peuvent mourir d’une défaillance circulatoire ou d’une insuffisance rénale.

Araignée violoniste, Dangereuse

Crédit photo: Wikimédia – Br-recluse-guy
1. L’araignée banane (Phoneutria)

Son nom est très évocateur puisqu’on la retrouve dans les plantations de bananes. C’est une espèce exotique qui fait de nombreuses victimes, notamment les travailleurs dans les champs au Brésil. Son venin contient deux toxines particulièrement dangereuses: perte sévère du contrôle musculaire et asphyxie. Par des réactions chimiques elle entraîne une forte et douloureuse érection chez les hommes pouvant durer des heures, mais on ne vous conseille pas d’essayer…

https://vivredemain.fr/2016/04/19/araignees-plus-dangereuses-homme/

NASA spacecraft travel to far-off destinations in space, but a new mobile app produced by NASA's Jet Propulsion Laboratory, Pasadena, California, brings spacecraft to users. The new app, called Spacecraft AR, uses the latest augmented reality (AR) technology to put virtual 3-D models of NASA's robotic space explorers into any environment with a flat surface.

You can download the new app here.

JPL developed the Spacecraft AR app in collaboration with Google. The app uses Google's ARCore technology to bring 3-D spacecraft into users' devices using native mobile augmented reality. ("Native mobile" AR uses the built-in capabilities of a mobile device to interact with 3-D environments and objects.)

The initial version of the app works with Android devices that support ARCore, with plans to add additional device compatibility in the near future, including iOS devices.

To create the experience of having virtual spacecraft in your space, Spacecraft AR uses the same high-quality 3-D models as a previously released NASA app called Spacecraft 3-D, but with a breakthrough new capability. Whereas Spacecraft 3-D works best with a printed image called a target or marker, Spacecraft AR works with a flat surface -- no target required.

"The Spacecraft AR app is an exciting new way to get up close and personal with NASA's robotic missions," said Kevin Hussey, manager of JPL's visualization team, which developed Spacecraft 3-D and worked on the new app with Google. "We can't wait for people to try it, and we're looking forward to adding many more spacecraft to the app in the future."

Within the Spacecraft AR app, users swipe to select among missions that observe and explore Earth, Mars and the other planets, and choose the spacecraft they would like to see. Once the app detects a flat surface, users simply tap the screen to place the spacecraft into the scene in front of them. They can take and share photos directly from the app and view in-depth information about each mission. And for those using the app in spaces that are large enough, there's even a button to view the spacecraft at their actual sizes.

At launch, the app includes: NASA's Curiosity Mars rover, Juno, Cassini and Voyager. Users can also check out the giant, 70-meter NASA Deep Space Network dish. More spacecraft are planned in future updates to the app.

JPL is a division of Caltech in Pasadena, which manages the laboratory for NASA.

News Media Contact
Andrew Good
Jet Propulsion Laboratory, Pasadena, Calif.
818-393-2433
andrew.c.good@jpl.nasa.gov

Written by Preston Dyches
JPL Media Relations Office

2018-055

https://www.jpl.nasa.gov/news/news.php?feature=7082&utm_source=iContact&utm_medium=email&utm_campaign=NASAJPL&utm_content=tech20180320-1


Title Grasping Gerst
Released 20/03/2018 2:54 pm
Copyright ESA–J. Harrod
Description

What does an astronaut in the few months before flying to the International Space Station? Answer: baseline data collection.

Don’t let the wording fool you. This is an essential step before flight, when researchers collect information they will compare with data taken during and after flight.

Here, ESA astronaut Alexander Gerst is providing data for the Grasp experiment using a virtual reality headset.

The focus of this experiment is on how a brain combines the perception of its body with visual information to coordinate hand movement. Researchers suspect that, on Earth, the brain uses gravity as a reference. When reaching for an object, the brain will calculate how far your hand is by using visual clues as well as how shoulder muscles counteract the downward force of gravity to keep your arm straight.

To understand how an astronaut’s brain copes with weightlessness, Alexander is reaching for virtual objects so researchers can determine how important gravity is compared to the other factors.

The sensation of floating for months on end is something our brains never had to deal with until last century and seeing how they adapt offers interesting clues to their workings.

Virtual reality headsets offer a way to present specific situations and understand how an astronaut brain adapts to its new environment – so France’s CNES space agency had one sent to the International Space Station.

The research will help us to identify the workings of the vestibular system that keeps our balance, and how it connects to the other sensory organs. In other words, Grasp is researching the physiology behind eye–hand coordination as well as shedding light on how to treat patients showing a loss of vestibular function on Earth.

For astronauts, the research will be useful during spacewalks, where coordination in weightlessness with few visual clues is of utmost importance.
Id 391522

http://www.esa.int/spaceinimages/Images/2018/03/Grasping_Gerst

Genesis - The Battle of Epping Forest...
https://www.youtube.com/watch?v=vFuIYyXiD5w

RAPPORT DU
CITOYEN TIGNARD YANIS

_________________
Kounak le chat....
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.atelier-yannistignard.com
 
Wombats ou Ewoks, Crab Nebula, Giverny, Antigone et Y'becca
Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Giverny: «L’Impressionnisme au fil de la Seine» (27).
» Aspic au crabe!
» peche aux crabes en alaska.
» Arte tournage de cinq épisodes de l'émission « Détour(s) de Mob »
» Salade de macaronis aux fruits de mer d'Ema

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
La.cinquieme.République :: La.cinquieme.République-
Sauter vers: