La.cinquieme.République

De la politique pure et affaires étrangeres
 
AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  MembresMembres  GroupesGroupes  Connexion  

Partagez | 
 

 MAYOTTE

Aller en bas 
AuteurMessage
yanis la chouette



Nombre de messages : 6734
Localisation : http://yanis.tignard.free.fr
Date d'inscription : 12/11/2005

MessageSujet: MAYOTTE   Lun 5 Mar à 3:14

MAYOTTE

Maybelle Merriwether se confie au sujet d'un fils de tous et de chacun. Son secret, elle avoue à Mélanie Hamilton qui lors de la mort de Bonnie Blue Butler, confie ce secret à Rhett Butler d'où la légendaire réplique vers Scarlett O'Hara: « Frankly, my dear, I don't give a damn ».

Nom de naissance Olivia Mary de Havilland
Naissance 1er juillet 1916 (101 ans)
Tokyo, Japon
Nationalité Drapeau du Royaume-Uni Britannique (naissance)
Drapeau des États-Unis Américaine (naturalisation)
Profession Actrice
Films notables Capitaine Blood
Les Aventures de Robin des Bois
Autant en emporte le vent
À chacun son destin
La Fosse aux serpents
L'Héritière
Chut... chut, chère Charlotte

---------------------------


Emmanuel Macron Compte certifié @EmmanuelMacron 2 mars
Jean-Paul, rencontré dans les rues de Châlons-en-Champagne, m'a interpellé sur les retraités.


TIGNARD YANIS @TIGNARDYANIS
En réponse à @EmmanuelMacron
MAYOTTE NE PEUT ÊTRE ABANDONNÉ... TOUT COMME SAINT BARTHÉLEMY ET SAINT MARTIN,
L'ENVOIE DE FORCE SPÉCIALe DE SECOURISME ET DE MAINTIEN DE L'ORDRE EST INDISPENSABLE
POUR RAMENER L'ÉQUILIBRE ET L'EXISTENCE.
TAY


Élysée Compte certifié @Elysee 28 févr.
LIVE | Compte-rendu du #ConseilDesMinistres du mercredi 28 février 2018 par @BGriveaux, porte-parole du gouvernement.


TIGNARD YANIS @TIGNARDYANIS
En réponse à @Elysee @BGriveaux
MAYOTTE NE PEUT ÊTRE ABANDONNÉ. TOUT COMME POUR SAINT BARTHÉLEMY ET SAINT MARTIN, L'ENVOIE DE FORCE SPÉCIALE De SECOURISME ET De MAINTIEN DE L'ORDRE EST INDISPENSABLE POUR RAMENER L'ÉQUILIBRE ET L'EXISTENCE. TAY

--------------------------

Vivian Mary Hartley, dite Vivien Leigh, née le 5 novembre 1913 à Darjeeling (Inde) et morte le 8 juillet 19671,2 à Londres, est une actrice britannique.

Au cours de ses trente années sur scène, elle interpréta une myriade de rôles allant des héroïnes des comédies de Noël Coward ou de George Bernard Shaw aux personnages du répertoire shakespearien telles que Ophélie, Cléopâtre, Juliette ou Lady Macbeth. Actrice prolifique au théâtre, elle joua fréquemment en collaboration avec son mari, Laurence Olivier, qui la dirigea dans plusieurs rôles.

Louée pour sa grande beauté, elle considéra que cela l'empêcha parfois d'être prise au sérieux comme actrice, mais sa santé fragile s'avéra son principal obstacle. Affectée de trouble bipolaire durant la majorité de sa vie adulte3, elle acquit une réputation d'actrice difficile, dont la carrière connut des hauts et des bas. Elle fut ensuite affaiblie par des accès récurrents de tuberculose chronique, qui lui avait été diagnostiquée une première fois au milieu des années 1940. Après son divorce de Laurence Olivier en 1960, elle travailla sporadiquement sur scène et au cinéma jusqu'à sa mort, due à la tuberculose, en 1967.

Vivien Leigh a remporté deux Oscars pour deux rôles de femmes du Sud des États-Unis : Scarlett O'Hara dans Autant en emporte le vent (1939) et Blanche DuBois dans l'adaptation cinématographique de Un tramway nommé Désir (1951), un rôle qu'elle joua aussi sur scène à Londres.

-------------------------


Title Southeast Namibia
Released 02/03/2018 10:00 am
Copyright contains modified Copernicus Sentinel data (2017), processed by ESA, CC BY-SA 3.0 IGO
Description

Although this image might look more like the surface of Mars, it was actually captured by the Copernicus Sentinel-2 mission and shows southeast Namibia and the western edge of the Kalahari Desert.

Namibia is famous not only for its stunning desert landforms but also because these deserts offer clues to the history of tectonic plate movement in this part of Africa. The Namib Desert, which runs along Africa’s southwestern coast, is said to be the oldest desert in the world. While this image was taken further east – over part of southeast Namibia – the striking orange–russet tones are also down to the semi-arid climate in this remote region.

The Kalahari, which covers much of Botswana, parts of South Africa and part of southeast Namibia is not a true desert as it receives too much rain, but it is an area of ancient fossilised sand dunes. Some of these dunes, also known as sand sheets, can be seen running across the top-right corner of the image and appear surprisingly parallel and uniform. It is thought that these dunes formed between 2 500 000 and 12 000 years ago, and have been fixed ever since.

To the east, the landscape also looks like an alien orange world and is dominated by ridges, escarpments and dry lake beds known as salt pans. Roads cutting sharply across the landscape are a reminder that this region is not entirely unpopulated.

The image, which is also featured on the Earth from Space video programme, was captured by Sentinel-2 on 28 July 2017.
Id 390746

http://www.esa.int/spaceinimages/Images/2018/03/Southeast_Namibia

ESA business incubators ranked among world´s best
2 March 2018



Two of ESA BIC Sweden´s incubators have been ranked fourth and seventh in the world classification of university affiliated business incubators among 259 evaluated in 53 countries.

”Being top rated in the world shows that we here in the North are at the forefront and it's feels great,” said Jens Lundström, CEO for Arctic Business Incubator (ABI) and Manager of ESA Business Incubator Centre (ESA BIC) Sweden.

Among the top-winners announced at the World Incubation summit 2018 in Toronto, Canada, Uppsala Innovation Centre (UIC) was ranked fourth and Arctic Business Incubator (ABI) was ranked seventh in the “World Top Business Incubator – Affiliated with University” raking. The complete list was officially published this Monday.
ESA BIC Sweden at Arctic Business Incubator

Both UIC and ABI run ESA BIC Sweden´s incubators with UIC working closely with Uppsala University and ABI affiliated with Luleå University of Technology.

Jens Lundström noted, ”We have a lot to thank Luleå University of Technology, which is an important engine for the region.” He received the prize together with ABI Project Management and Business Advisor Kristina Öhman at the World Incubation Summit.

The assessment was made by UBI Global and is based on a large comparative survey with interviews of participating incubators. UBI Global is a Stockholm-based research and advisory firm known for its regional and global studies that map and evaluate the world of business incubation.

The survey shows that after a year, ABI companies have 13 percent higher survival rates than the global average and 21 percent higher than the European. After five years, the corresponding figure is 27 percent globally and 25 percent for Europe.
WideFind

Fourteen start-ups are under incubation at ESA BIC Sweden. One of these is WideFind, a start-up offering a smart system to localize everything everywhere which is currently unique on the localization market.

It introduces a technologically advanced 3D localization functionality with great accuracy and performance based on proprietary hardware and software.

It is easy to operate and can track both people and products, and can be embedded as a standard service to anything in cities, factories, hospitals, supermarkets, mines and at sport events that need fast and accurate localization, indoors and outdoors.

Another interesting start-up is Sol-ionics that has build their business based on a patented technology resulting from recent innovations on the unique properties of ionic liquids to enhance lubrication. The company provides a range of high quality lubricants and greases which can be successfully be used in industrial applications, extreme-pressure conditions, off-road vehicles and water-resistance operations.
Sol-Ionics

A third example of ESA BIC Sweden start-ups is the Wilda company which has developed a reliable communication system for areas where cell phone connectivity is far from a guarantee.

The solution has gained attention from the Fire and Rescue Service in northern Sweden who struggled with communication during outdoor incidents. Important for personnel operating in extreme environments like rescue services in the far north the system provided in addition a reliable real-time positioning which is fed to a central commanding unit for accurate decision making.

The ESA Business Incubation Centre (ESA BIC) Sweden is one of 18 centres throughout Europe supporting entrepreneurs and start-ups to spin-off space technology and to use satellite date to develop new and smarter solutions for terrestrial applications.

More than 550 start-ups have been fostered at the ESA BICs and each year another 145 more are selected for incubation support at the centres.

https://spacesolutions.esa.int/business-incubation/success-story/esa-business-incubators-ranked-among-world%C2%B4s-best

Sigur Rós - Valtari...
https://www.youtube.com/watch?v=jQi77xni1p8

PROJET DU
CITOYEN TIGNARD YANIS
ALIAS
TAY
La chouette effraie
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.atelier-yannistignard.com
yanis la chouette



Nombre de messages : 6734
Localisation : http://yanis.tignard.free.fr
Date d'inscription : 12/11/2005

MessageSujet: Re: MAYOTTE   Lun 5 Mar à 3:24

Mayotte (appelée aussi Maoré en shimaoré4) est un ensemble d’îles situé dans l’archipel des Comores, lui-même situé dans le canal du Mozambique et dans l’océan Indien. Mayotte est constituée de deux îles principales, Grande-Terre et Petite-Terre, et de plusieurs autres petites îles dont Mtsamboro, Mbouzi et Bandrélé.

ExoMars est une mission conjointe de l’ESA et de l’Agence spatiale Russe Roscosmos.

Mamoudzou est la plus grande ville du département de Mayotte dont elle concentre l’ensemble des structures administratives, politiques, commerciales et artisanales centrales. Mamoudzou accueille le siège du conseil départemental et la préfecture de Mayotte même si de jure, le chef-lieu est Dzaoudzi. La ville compte, en 2017, 71 437 habitants1(soit près 27,8 % de la population totale de Mayotte). Ses habitants sont appelés les Mamoudzous2,3.

Population et société:
Enseignement

Les élèves de Mamoudzou effectuent leurs études dans la commune, qui dispose de 12 écoles maternelles, 28 écoles élémentaires, 6 collèges et 2 lycées6 (dont le lycée Younoussa-Bamana).
Santé

Le centre hospitalier de Mayotte se situe sur la commune de Mamoudzou7. Le pôle maternité a vu, en 2008, 4 470 des 8 100 accouchements constatés à Mayotte, ce qui lui vaut le surnom de « première maternité de France ». En 2007, 62 % des femmes qui y ont accouché n'étaient pas affiliées à la Sécurité sociale : parmi elles se trouvent de nombreuses Anjouanaises et Malgaches entrées illégalement sur le territoire.
Cultes

Le conseil régional du culte musulman est installé dans cette commune8, ainsi que le Tribunal du Grand Cadi. La paroisse catholique Notre-Dame de Fatima, de Mamoudzou dépend du vicariat apostolique de l'archipel des Comores9.
Sports

La commune dispose d'un club de rugby à XV actif10.

Marché.

La concentration des administrations, des commerces, industries et démographique en font la ville incontournable où se côtoient tradition et modernité.

Son marché couvert (le plus grand de l'île) à proximité du Comité de Tourisme de Mayotte place de la République, est un lieu de convivialité important. On y vend pêle-mêle bassines, tapis de prière, vêtements, épices et bien sûr fruits et légumes locaux parmi lesquels bananes, ananas, mangues, papayes, manioc, fruits à pain...


Culture locale et patrimoine
La bibliothèque départementale de Mayotte est implantée dans le quartier de Cavani. En plus d'un espace de prêts pour tous de 650 m2, la structure dispose d'un bibliobus, reliant 17 communes de l'île11.

Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Mayotte
Département Mayotte (préfecture)
Arrondissement Mamoudzou
Canton Chef-lieu de 3 cantons
Intercommunalité Communauté d'agglomération de Dembeni-Mamoudzou
Maire
Mandat Mohamed Majani
2014-2020
Code postal 97600
Code commune 97611
Démographie
Gentilé Mamoudzous
Population
municipale 71 437 hab. (2017)
Densité 1 689 hab./km2
Population
aire urbaine 227 245 hab. (2017)
Géographie
Coordonnées 12° 46′ 53″ sud, 45° 13′ 54″ est
Altitude Min. 0 m
Max. 570 m
Superficie 42,3 km2

Géographie
Mamoudzou.

La ville de Mamoudzou est située en Grande-Terre face à l'île de Petite-Terre. Elle est à cheval entre un relief montagneux et le littoral, d'où partent les barges qui vont de Grande-Terre à Petite-Terre.

La commune se compose de sept villages en plus de Mamoudzou village : Cavani, Kawéni (activités industrielles et grande surface), Mtsapéré, Passamaïnty, Vahibé, Tsoundzou I et Tsoundzou II. Les villes les plus proches sont Dzaoudzi, Pamandzi, Koungou, Dembéni et Ouangani.
Géologie et relief

Situé en bord de mer, l'est de la commune est formé par une bande littorale, de plaine, représentant près d'un tiers du territoire communal. Le centre et l'ouest de Mamoudzou sont vallonnés ou montagneux, ponctués par les vallées des différentes rivières la traversant, dans le sens ouest-est. Le point culminant de la commune se trouve au nord-est, à 497 m.
Hydrographie

Le territoire de Mamoudzou est arrosé par plusieurs cours d'eau :

La Kwalé ;
Le Gouloué ;
Le Doujani ;
Le Majimbini ;
Le Kawéni la joli.

Climat
Cette section est vide, insuffisamment détaillée ou incomplète. Votre aide est la bienvenue ! Comment faire ?
Voies de communications et transports
Réseau routier

Le réseau routier est essentiellement concentré sur la bordure littorale, la plus habitée, Mamoudzou étant accessible par la RN 2, route principale nord-sud de l'île. Depuis la ville de Passamaïnty, la RD 3 permet de traverser l'île, vers l'ouest, et de rejoindre la ville de Tsingoni via le village de Vahibé.
Réseau maritime
Bac entre Dzaoudzi et Mamoudzou.

Deux navettes maritimes régulières ont lieu toutes les demi-heures, entre Dzaoudzi, proche de l'aéroport, et Mamoudzou. L'une est vouée au trafic passagers (barge), l'autre, au transport des véhicules (amphidrome)4.


Toponymie
Cette section est vide, insuffisamment détaillée ou incomplète. Votre aide est la bienvenue ! Comment faire ?
Histoire

Mamoudzou est une localité qui se développe à partir des années 1860 pour seconder le chef-lieu Dzaoudzi. L'urbanisation a progressivement intégré d'anciens villages dont l'existence pour certains remonte à plusieurs siècles : il s'agit de Kaweni (XIVe siècle), Mtsapéré (fin XVIIIe siècle), Choa ou « pointe Mahabou », village fondé dans les années 1830 par les Sakalaves ayant accompagné Andriantsoly. Kaweni et Kavani ont accueilli, dans la seconde moitié du XIXe siècle, deux plantations sucrières avec usines dont une partie des vestiges est encore visible.
Politique et administration
Préfecture de Mayotte.
L'hôtel de ville.

La commune est la préfecture de Mayotte. Elle est également découpée en trois cantons : Mamoudzou-1, Mamoudzou-2 et Mamoudzou-3.

Voir aussi
Notes
Références

Altitudes, coordonnées, superficie : répertoire géographique des communes des DOM 2013 (site de l'IGN, téléchargement du 19 mars 2014) [archive]

↑ « 256 500 habitants à Mayotte en 2017 », Insee Focus, n° 105, 14 décembre 2017 [archive], consulté le 18 décembre 2017.
↑ [1] [archive]
↑ [2] [archive]
↑ navettes-barges [archive]
↑ Fiches Insee - Populations légales des communes de Mayotte pour les années 1985 [archive], 1991 [archive], 1997, 2004, 2007 [archive] et 2012 [archive]
↑ liste des écoles, collèges et lycées [archive]
↑ centre hospitlier de Mamoudzou [archive]
↑ conseil régional du culte musulman [archive]
↑ paroisse catholique de Mamoudzou [archive]
↑ Club de Rugby à XV [archive]
↑ bibliothèque départementale de Cavani [archive]

Articles connexes

Liste des communes de Mayotte
Hôtel de préfecture de Mayotte
Stade de Cavani

Bibliographie

Guillaume d'Astorg, Le quartier de Kavani à Mamoudzou (Mayotte) : une première approche de la vie de quartier par l'espace habité, Université de La réunion, 1997, 98 p. + pl. (mémoire de maîtrise d'Ethnologie)
Janine et Jean-Claude Fourrier, Un M'zoungou à Mamoudzou : chronique mahoraise, L'Harmattan, Paris, 2001, 237 p. (ISBN 2-7475-1486-2)
J. Ninon, « La dynamique urbaine à Mayotte : l'étalement de Mamoudzou et la périphérisation des centres petits-terriens », in Les Cahiers d'Outre-Mer, 2007, vol. 60, no 240, p. 305-318
Jacques Rombi, Carnets de route : Mutsamudu, Mamoudzou : deux villes, un devenir, Éd. du Baobab, Mamoudzou, 2002, 68 p. (ISBN 2-908301-36-9)
« Centralisation et polarisation : l'aire urbaine de Mamoudzou et les villages mahorais », article [archive] de Didier Benjamin et Henri R. Godard, in Mappemonde, no 64, 2001-4, 5 p.

Liens externes

Sur les autres projets Wikimedia :

Mamoudzou, sur Wikimedia Commons Mamoudzou, sur le Wiktionnaire

Site officiel de la mairie [archive]
Site du conseil général de Mayotte. [archive]
Résumé statistique de Mamoudzou sur le site de l'Insee [archive]
Mamoudzou sur le site ileMayotte.com [archive] Guide touristique de l’île de Mayotte

MAYOTTE
Administration
Pays Drapeau de la France France
Statut Département et région d'outre-mer
Chef-lieu Dzaoudzi de jure (mais siège du conseil départemental et préfecture à Mamoudzou)
Cantons 13
Communes 17
Assemblée délibérante Conseil départemental de Mayotte
Président Soibahadine Ibrahim Ramadani
Préfet Frédéric Veau1
Démographie
Gentilé Mahorais
Population 256 518 hab. (20172)
Densité 682 hab./km2
Langues
locales Swahili mahorais (shimaoré), malgache (kibouchi), français
Géographie
Coordonnées 12° 50′ 35″ sud, 45° 08′ 18″ est
Superficie 376 km2
Divers
Monnaie Euro
Fuseau horaire UTC+3
Domaine internet .yt
Indicatif téléphonique +262
Code ISO 3166-1 MYT, YT

AINSI, MON PROJET POUR MAYOTTE EST TOUT COMME CE PROGRAMME
MARTIEN...

21 février 2018

Arrivée autour de la planète rouge en octobre 2016, la sonde ExoMars de l’ESA effectuait depuis mars 2017 de complexes manœuvres de freinage atmosphérique destinées à circulariser et abaisser son orbite.

Cette campagne d’aérofreinage a pris fin ce 20 février à 18h20 CET quand la sonde a effectué une dernière poussée moteur de 16 minutes afin d’atteindre une altitude d’environ 200km au-dessus de la surface de Mars.

L’orbiteur d’étude des gaz à l’état de traces (TGO) d’ExoMars va désormais entamer sa mission scientifique, dont l’objectif est de mesurer l’abondance et la distribution des gaz rares présents dans l’atmosphère grâce à ses capteurs sophistiqués.

La sonde servira également de relais pour connecter les rovers situés à la surface de la planète avec leurs contrôleurs sur Terre.

Effectuer une manœuvre d’aérofreinage autour d’une planète typiquement située à 225 millions de kilomètres est une manœuvre terriblement délicate.

Les couches supérieures de la fine atmosphère de Mars ne permettent qu’une légère décélération, au mieux de 17mm par seconde, chaque seconde. A ce rythme, une distance de 6km serait nécessaire pour stopper une voiture roulant à 50km/h.

Une belle progression
Access the video

« L’aérofreinage fonctionne uniquement parce que la sonde a passé un temps significatif dans l’atmosphère pendant chaque orbite, et que nous avons répété cette manœuvre plus de 950 fois, » explique Michel Denis, directeur des opérations en vol de la mission ExoMars à l’ESA.

« En un an, nous avons réduit la vitesse de la sonde de 3600km/h, en abaissant son orbite de manière appropriée. »

L’équipe de contrôle va maintenant guider la sonde lors d’une série de manœuvres destinées à l’amener sur son orbite circulaire finale, située à environ 400km au-dessus de la surface. Ces manœuvres devraient se terminer à la mi-avril.
Imagerie stéréo

Les phases scientifiques initiales, qui devraient se dérouler dès la mi-mars, seront consacrées à la vérification des instruments et à des observations préliminaires de calibration et de vérification. Le début des observations scientifiques est prévu aux environs du 21 avril.

L’objectif principal de TGO est d’effectuer un inventaire complet des gaz présents dans l’atmosphère de Mars, tout en prêtant une attention particulière au méthane ou à d’autres gaz qui pourraient indiquer une source active d’activité biologique ou géologique.

Quatre instruments scientifiques effectueront des mesures complémentaires entre elles de l’atmosphère, de la surface, et de ce qui se trouve juste sous la surface de Mars. La caméra observera les altérations de la surface martienne, notamment celles qui pourraient signaler la présence de sources de gaz rares, des volcans par exemple.

Elle cherchera également de la glace d’eau cachée juste sous la surface, un élément qui pourrait guider le choix du site d’atterrissage d’une future mission, tout comme la découverte de potentielles sources de gaz à l’état de traces.

Relayer les communications des rovers

C’est également en avril qu’un autre aspect critique de la mission sera testé : la capacité de la sonde à servir de relais de communication entre les rovers qui se trouvent à la surface de Mars, dans un premier temps les rovers américains, et les stations-sol situées sur Terre.

En 2021, après l’arrivée sur Mars du rover ExoMars de l’ESA, la sonde servira de relais pour les deux agences ainsi que pour une plateforme scientifique russe et autres dans un avenir proche afin d4y établir une protection morale et éthique sur
l'évolution des écosystème qui même d'une nature microbienne nous permettra d'améliorer une certaine
conception de la vie et une morale de la situation des géographies.

https://www.esa.int/fre/ESA_in_your_country/France/Fini_de_surfer

PROJET DU
CITOYEN TIGNARD YANIS
ALIAS
TAY
La chouette effraie
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.atelier-yannistignard.com
yanis la chouette



Nombre de messages : 6734
Localisation : http://yanis.tignard.free.fr
Date d'inscription : 12/11/2005

MessageSujet: Re: MAYOTTE   Lun 5 Mar à 3:27

Topographie
Le rocher de Dzaoudzi, le boulevard des Crabes, la vasière des Badamiers et une partie de Petite-Terre, vus d'avion.

Mayotte est la plus ancienne des quatre grandes îles de l'archipel des Comores12, chapelets de terres qui émergent au-dessus d'un relief sous-marin en forme de croissant de lune, à l'entrée du canal du Mozambique. Située à 295 km à l'ouest de Madagascar et à 67 km au sud-sud-ouest d'Anjouan, visible le soir en ombre chinoise, elle est composée de plusieurs îles et îlots couverts d'une végétation exubérante, les deux plus grandes sont Grande-Terre et Petite-Terre adossée à une barrière de corail.

Ce récif de corail de 160 km de long entoure un lagon de 1 100 km2, un des plus grands du monde. On retrouve sur une partie de la barrière de corail, une double barrière qu'il est rare d'observer sur la planète13. Il protège des courants marins la quasi-totalité de Mayotte, à l'exception d'une douzaine de passes, dont une à l'est appelée « Passe en "S" ». Le lagon d'une largeur moyenne de 5 à 10 km a une profondeur pouvant atteindre jusqu'à une centaine de mètres. Il est parsemé d'une centaine d'îlots coralliens comme Mtsamboro. Ce récif procure un abri aux bateaux et à la faune océanique. L'activité volcanique à l'origine de la création des îles rend le sol particulièrement fertile[réf. nécessaire].

Grande-Terre, 363 km2, mesure 39 kilomètres de long par 22 kilomètres de large. Ses points culminants sont : Mont Bénara ou Mavingoni (660 m), Mont Choungui (594 m), Mont Mtsapéré (572 m) et Mont Combani (477 m). Elle abrite Mamoudzou, qui est la capitale économique de Mayotte et qui abrite le siège du conseil départemental et la préfecture.
Petite-Terre (ou îlot Pamanzi), avec Dzaoudzi (chef-lieu officiel de Mayotte) et Pamandzi (où se situe l'aéroport). Elle fait 11 km2.
L'îlot Mtsamboro est la troisième île par sa dimension (2 km2). Il est habité de façon permanente entre autres par des pêcheurs et est réputé pour sa culture d'oranges.
L'îlot Mbouzi (84 ha) est classé en Réserve naturelle.
L'îlot Bandrélé est la cinquième plus grande île.
L'Îlot de Sable Blanc est situé à proximité du parc marin de Saziley (aire marine protégée).

La liste complète des îles, îlets et îlots de Mayotte.


îlot Mtsamboro

îlot M'bouzi

îlot Bandrélé

Îlot de Sable Blanc

Îlot Bambo

Géologie
Les « padzas » forment des terres latéritiques très rouges et très sensibles à l'érosion (ici sur les hauts de Vahibé).
Le Mont Choungui vu depuis l'îlot Bandrélé.

Les îles qui forment Mayotte sont géologiquement les plus anciennes de l'archipel des Comores13. Leur âge à partir de neuf millions d'années va en décroissant du sud-est (Mayotte) au nord-ouest (Grande Comore)12, bien que l'on observe tant sur la Grande Terre que sur l'îlot de Pamandzi, des appareils très récents (maars) liés à des explosions phréatiques.

L'ensemble insulaire est un vaste bouclier volcanique de laves alcalines avec extrusions phonolitiques comme au Mont Choungui, relief en forme de boule conique dont un cinquième est encore émergé. Le centre de l'appareil se situe en mer, à l'ouest. Une subsidence importante a eu lieu, permettant notamment l'implantation d'une couronne récifale autour des reliefs résiduels.

Mayotte est le fruit de la réunion de deux édifices volcaniques dont le genèse remonte à 15 millions d'années, mais qui ne sont sortis de l'eau qu'il y a 9 millions d'années (l'île ne représente qu'1 à 3 % du cône volcanique mahorais, qui descend jusqu'à 3 400 m de profondeur). Le dernier grand volcan mahorais, celui de M'Tsapéré, s'est éteint il y a 1,5 million d'années, mais de petites éruptions ponctuelles se sont poursuivies d'il y a 100 000 ans à 8 000 ans, formant une île cinq fois plus grande qu'aujourd'hui (1 800 km contre (374 km2)14. Petite-Terre se sépare de Grande Terre il y a 7 000 ans, et l'aspect actuel de l'île date d'il y a environ 3 000 ans14.

La croissance corallienne, créatrice de calcaires blancs (puis de sable de la même couleur), a pris le relais des terres émergées, caractérisées par des roches basaltiques noires, et soumises à l'érosion. Pendant les grandes glaciations continentales, il y a 20 000 ans, l'abaissement du niveau marin de plus de cent mètres a vidé les lagons et fait émerger les récifs : ainsi la barrière corallienne externe de Mayotte dessine les contours de l'île il y a 12 000 ans, quand la mer était bien plus basse et l'île moins érodée14. Les rivières, un temps retenues, ont percé les passes dans les barrières, notamment la « Passe en "S" ». Puis, avec les remontées marines causées par les réchauffements climatiques post-glaciaires, les coraux ont repris leur ardeur bâtisseuse il y a environ 9 000 à 6 000 ans14.

Le contraste entre géochimies corallienne et volcanique est en particulier pleinement visible sur les plages du nord de la Grande Terre, près de l'île de Mtsamboro. Les récifs de pierres noires, annonciateur de la terre, apparaissent sur la plage blanche de sables détritiques coralliens.

L'île de Grande Terre possède de fortes pentes, et surtout au voisinage des crêtes, une érosion tropicale emporte la fragile végétation colonisant les padzas15. Les forestiers essaient de fixer le sol dégradé par des plantations d'acacias.
Hydrographie
Cette section est vide, insuffisamment détaillée ou incomplète. Votre aide est la bienvenue ! Comment faire ?
Climat
Le climat de Mayotte est résolument tropical (de type équatorial maritime).
La saison des pluies (Février 2018).

Le climat16 est équatorial17 de type maritime, les températures moyennes oscillent entre 23 et 30 °C et le taux d'hygrométrie dépasse souvent 85 %. On distingue deux principales saisons séparées par deux intersaisons plus brèves :

Saison des pluies ou kashkasini
Elle s’étale officiellement du 1er Novembre au 30 Avril17, avec un cœur de mousson de décembre à mars, culminant en janvier. La température moyenne est de 27,4 °C. L’humidité s’élève à 85 % le jour et à 95 % la nuit. Les fortes précipitations sont apportées par les vents de Nord-Est. Dzaoudzi reçoit ainsi plus d'un mètre d'eau durant une année, et les inondations sont fréquentes, notamment dans la région de Mamoudzou. Cette saison se distingue par l’abondance des fruits tropicaux et une verdure couvrant toute l’île.
Saison sèche ou kussini
Elle s’étale de juin à septembre. La saison est plus sèche et les alizés apparaissent. La température moyenne est de 24,7 °C. Les légumes prennent la place des fruits, l'herbe sèche et certains arbres (notamment les baobabs) perdent leurs feuilles.
Intersaison d’avril à mai ou matulahi
Les températures chutent et les précipitations se font plus rares.
Intersaison d’octobre à novembre ou m’gnombéni
Les températures et l’humidité augmentent. C’est la période des plantations (maniocs, bananes, maïs…). Les arbres fleurissent.

Les vents dominants selon les saisons sèches et humides sont l'alizé du Sud-Ouest et la mousson du Nord-Ouest. La température de la mer oscille autour de 25,6 °C, mais peut dépasser 30 °C à la saison la plus chaude.

Les tempêtes cycloniques, accrues tout au long de leurs parcours par la chaleur échangée avec les eaux maritimes de surface chaudes, sont assez rares à Mayotte, protégée par Madagascar. Cependant, il arrive parfois que certaines dépressions contournent l'île-continent, et elles peuvent alors dévaster végétation et habitations ; ainsi les cyclones de 1898, de 1950, d'avril 1984 ou de janvier 1987, qui ont presque rasé l'île et fait des centaines de victimes18.
Transports
« La Barge », le moyen de transport entre Mamoudzou et Dzaoudzi

L'investissement français depuis une trentaine d'années est tangible sur plus de 230 km de routes asphaltées où circulent voitures et deux-roues de divers types. Le contraste est grand avec les années 1980, où une circulation peu dense ne laissait apercevoir que de rares berlines parmi les Renault 4 des taxis, les méharis des légionnaires ou les camionnettes bâchées dénommées taxis-brousse. De nos jours, Mayotte compte plusieurs dizaines de milliers de véhicules, encombrant bien souvent une route nationale à voies simples. Un système de taxis, en partie informels, permet aux piétons de se déplacer pour des sommes très modiques19.

Le port en eau profonde de Longoni est un port d'escale mineur dans le canal de Mozambique. La concession portuaire a été attribuée en 2014 à une entreprise locale (MCG Mayotte Chanel Gateway) qui a entrepris une modernisation des infrastructures et ambitionne d'en faire l'un des plus importants ports commerciaux de la zone.

Divisée en deux îlots, Mayotte est difficile d'accès. Le débarcadère de Mamoudzou, en Grande-Terre, ne peut accueillir que des embarcations légères. La liaison entre les deux se fait par bateau de transport piétonnier (barge) et bateau de transport de véhicules (amphidrome)19.

L'unique aéroport desservant l'île est celui de Dzaoudzi-Pamandzi.
Environnement et patrimoine naturel
Articles détaillés : Faune des Comores et Flore des Comores.
Environnement terrestre
La Roussette de Mayotte (Pteropus seychellensis comorensis) est une grande chauve-souris frugivore, très visible à Mayotte.

À proximité des herbiers à tortues et de leurs plages immémoriales, poussent des baobabs Adansonia digitata qui abritent parfois des colonies de roussettes, cette chauve-souris géante et frugivore. Ces paysages ne sont pas imaginaires, il en existe encore dans le sud de la Grande-Terre, à la pointe de Saziley, à N'Gouja ou au nord de Petite-Terre.

Dans les forêts et agro-forêts de l'archipel, le Lémur brun ou « maki de Mayotte », lémurien agile qui se nourrit de fruits et de feuilles, vit en groupe de sept à douze individus, parfois plus dans les zones où ils sont nourris par les touristes. Ces animaux ont vraisemblablement été importés par les premières populations humaines pour servir de gibier, tout comme le tangue ou hérisson malgache. On peut aussi croiser, plus rarement, la Civette malgache20. Seules 15 espèces de mammifères sont présentes sur l'île21, probablement toutes importées par l'Homme à l'exception des chauves-souris.

On dénombre environ 140 espèces d'oiseaux à Mayotte21, la plupart typiques des terres africaines et malgaches voisines, comme le martin triste, la grande aigrette ou encore le paille-en-queue20.

Du côté des reptiles, on compte à Mayotte plusieurs espèces de geckos dont le beau mais invasif Gecko diurne à poussière d'or (Phelsuma laticauda), de nombreux scinques et des caméléons21, ainsi que quelques petits serpents endémiques (inoffensifs), essentiellement dans les montagnes.

Mayotte était initialement très riche en biodiversité, mais la forêt primaire y a récemment disparu, entraînant des risques d'instabilité pour les terrains et le littoral ainsi qu'une pollution et dégradation du lagon, alors que la pression foncière et la démographie ne cessent de croître22.


Plage de Sakouli et ses baobabs.
Paysages de padzas surplombant Passamaïnty.
Mangrove à Hajangoua.
Ripisylve tropicale caractéristique à Mayotte, avec de grands manguiers couverts d'épiphytes.
Un maki de Mayotte (Eulemur fulvus mayottensis).

Environnement marin

Le récif de corail de Mayotte est particulièrement spectaculaire, et détenteur de plusieurs records probables, comme celui de plus grand lagon du monde, du plus profond, et de l'un des seuls à disposer d'une double barrière23. La barrière corallienne externe est longue de 195 km de long, abritant 1 500 km2 de lagon, dont 7,3 km2 de mangrove24. On y trouve au moins 250 espèces de coraux différentes, 760 espèces de poissons tropicaux24, et l'Inventaire National du Patrimoine Naturel recense pas moins de 3 616 espèces marines, mais ce chiffre est probablement très loin du compte réel. Cette région du monde étant encore bien mal inventoriée par les scientifiques, les eaux de Mayotte continuent de receler de nombreuses espèces inconnues de la science, et permettent des découvertes scientifiques importantes chaque année25.

Mayotte compte deux aires marines protégées (où la pêche et les activités destructrices sont interdites) : le Parc marin de Saziley et la Réserve naturelle nationale de l'îlot Mbouzi. L'ensemble de l'île et des eaux qui l'environnent est sous la protection du Parc naturel marin de Mayotte, qui ne constitue pas une aire marine protégée mais une « aire d'adhésion » où les activités potentiellement nuisibles à l'environnement sont soumises à l'approbation du conseil de gestion.

Les eaux chaudes du lagon peuvent abriter les baleines accoucheuses vivant sur leurs réserves de graisses australes, puis leurs petits en lactation26, et les tortues marines viennent pondre sur les plages au voisinage de leurs herbiers27. Les eaux de Mayotte abritent plus de vingt espèces de mammifères marins, soit un quart des espèces connues28. Mayotte héberge encore une petite population de dugongs, estimée à moins de dix individus, et donc en danger critique d'extinction29. Le lagon est nourricier pour les poissons, les mangroves jouent un rôle de nettoyage écologique, entravant l'écoulement des sédiments, augmentant la densité animale et végétale, notamment des espèces piscicoles au stade juvénile. Plusieurs espèces de requins sont aussi présentes, mais les rencontres sont rares et aucun accident n'a jamais été à déplorer sur le territoire23.

Les tortues marines (verte et imbriquée essentiellement) et les mammifères marins emblématiques du lagon sont protégés27.

Îlots choisils et récif frangeant.
Le récif corallien découvert, à marée basse (îlot M'Bouzi).
Le récif de corail frangeant à la Plage de Sakouli.
Une très vieille colonie de corail (Porites) sur la barrière ouest.
Une tortue verte (Chelonia mydas) à N'Gouja.

Menaces
Érosion des sols (Petite-Terre). La terre ruisselle jusqu'au lagon et étouffe le corail.

Les menaces qui pèsent sur l'écosystème sont notamment les espèces introduites et éventuellement invasives, avec risques croissants d'invasion biologique ; la fragmentation par les routes, qui dégradent l'intégrité écologique de l'île ; la dégradation des récifs coralliens par la pollution et par accumulations de sédiments terrigènes (déjà plusieurs kilomètres carrés sont dégradés dans les lagons de Mayotte, à la suite de la destruction des forêts qui protégeaient les sols de l'érosion)22. Bien que les taux de pesticides mesurés dans l'eau soient (en 2011) moindres qu'en métropole30 (mais plus élevés qu'en Guyane30), les engrais et pesticides, comme le DTT, peuvent aussi être emportés par les eaux pluviales et favoriser voire rendre permanent le blanchiment des coraux (coral bleaching)31, d'autant plus qu'une partie de ces pesticides sont de dangereux produits de contrebande importés des pays voisins, et utilisés sans aucune précaution par des agriculteurs souvent illétrés.

L'agriculture sauvage sur brûlis met en grave danger les écosystèmes terrestres et marins de l'île32.

La collecte de coquillages, la pêche excessive, certaines activités extractives (sable corallien), l'agriculture et la divagation d'animaux peuvent aussi avoir des impacts négatifs. Si les derniers dugongs sont désormais relativement bien surveillés29, le braconnage des tortues marines est encore féroce à Mayotte27,33, et le braconnage ou la pêche déraisonnable touchent également les requins, certains mollusques34 et les concombres de mer35.

Le problème des déchets est crucial pour l'avenir de l'île en matière de tourisme, d'écologie et de santé publique22. Un problème accentué par différents facteurs : le caractère insulaire et vallonné, la forte densité de population (plus de 500 habitants au km2 en moyenne), l'absence d'un dispositif de collecte approprié36 (déchetteries, valorisation des déchets, poubelles et containers suffisants...) et un cadrage institutionnel récent (code de l'environnement, plans de gestion des déchets...). L'épuration des eaux est également très insuffisante, et une grande partie des égouts est déversée directement dans la mangrove.

Pourtant, un travail compliqué (au sens des enjeux, budgets et problématiques à croiser pour un tel territoire) est à faire, notamment de restauration des milieux écologiques (mangroves, cours d'eau), de nettoyage des abords des routes et des décharges, d'éducation de la population à l'environnement et d'urbanisme37,38.

Le parc naturel marin de Mayotte a été créé le 18 janvier 2010 : c’est le premier parc naturel marin créé en outre-mer, couvrant l’ensemble de la zone économique exclusive (68 381 km2)28. La pêche est autorisée dans les eaux du parc selon certaines régulations, et des réserves intégrales existent également, comme celle de la « Passe en "S" »28. Depuis 2014, les opérateurs marins sont signataires d'une « charte des opérateurs nautiques de Mayotte pour le respect des mammifères marins et de leurs habitats »23.

Exemple de plage polluée par des ordures, à Majicavo. L'éducation environnementale est un défi à Mayotte.

Colonie de corail fracassée, par une ancre ou par un baigneur maladroit. Si elle survit, elle mettra plusieurs longues années à se reconstituer.

Scène de braconnage à Petite-Terre. On voit une carcasse de tortue verte et des coquilles éclatées de strombes.

Étoile dévoreuse de corail à Bandrélé. Suite à des perturbations écologiques, elle peut être sujette à des invasions destructrices.

Panneau de réglementation environnementale à destination des usagers des îlots de Mayotte.

Histoire
Articles détaillés : Histoire de Mayotte et Histoire de l'archipel des Comores.
Temps anciens
Vestiges archéologiques à Acoua (XIVe-XVe siècle).

Vieille de 9 millions d'années, l'île ne semble pas avoir connu de présence humaine avant le Moyen-Âge12, les mammifères en étant probablement absents à l'exception des roussettes.

Les VIIe et IXe siècles voient les premières installations humaines. Il semble que les premiers habitants appartiennent déjà aux premiers peuples swahilis, caractérisés par une culture d'origine bantoue répandue sur l'ensemble des rivages de l'Afrique orientale de la Somalie au Mozambique, entretenant des relations encore mal connues avec les populations malgaches, d'origine austronésienne39. Mayotte et Anjouan ont été occupées apparemment plus tardivement car les deux îles se différencient de l'ensemble des Comores par une évolution linguistique spécifique. Le commerce maritime, très actif dès cette époque, atteste de contacts avec le Moyen-Orient musulman. Les plus vieux vestiges d'occupation humaine ont été retrouvés à Acoua, et datent de cette période12 ; les premières populations n'étaient vraisemblablement pas musulmanes, et ne se seraient islamisées que plus tard, au contact des marchands arabes.

Aux XIIIe et XVe siècles, l'île est sous la direction de chefs musulmans, les Fani. Les contacts culturels avec la côte swahilie et Madagascar sont importants.

Vers 1470, un sultanat shirazi (originaire de Perse) s'établit et est reconnu jusqu'au début du XIXe siècle. C'est de cette époque que date l'établissement de l'islam sunnite chaféite encore pratiqué à Mayotte12.


Restes de poterie pris dans le grès de plage en Petite-Terre.

Tombe musulmane du moyen-âge.

Collier trouvé sur le site d'Antsiraka Boira (XIIIe-XIVe siècle)

Restitution d'une habitation aisée à Acoua, au XVe siècle.

Temps modernes
Vestige du Ziara de Polé (XVe-XIXe siècle).
Mausolées shirazi de Tsingoni (XVIe siècle) : ces tombes royales sont similaires aux sépultures à dôme swahilies de l'archipel de Lamu.

En 1503, l'île Maoré est mentionnée par une escadre portugaise qui l'aborde, et nommée « île du Saint-Esprit » en 1507. D'après les archives de l'amirauté portugaise, elle est cartographiée par Diego Ribeiro en 152740. Ce repérage soigneux permet de l'éviter à la façon des convois de boutres qui ont sillonné de manière multiséculaire le canal du Mozambique (les récif de corail de Mayotte représentent un danger mortel pour les bateaux). C'est pourquoi tout au long des XVIe et XVIIIe siècles, l'île n'est pas un lieu d'escale ordinaire pour les grandes flottes et n'accueille que quelques grands navires européens égarés et prudents, venus par nécessité s'y ravitailler.

En 1521, l'amiral et cartographe ottoman Piri Reis visite Mayotte. Il la décrit en ces termes dans son Kitab-i Bahrije :

« La seconde île est nommée Magota. On dit que les Portugais y ont mis des hommes. Elle a un Chah. Sa population est noire et blanche. Ils sont chafi'i, parmi eux point d'hypocrisie. Elle a une ville nommée Chin Kuni [Tsingoni]. N'y reignent que des sheikhs41. »

Le grand souverain du XVIe siècle est nommé Haïssa ben Mohamed (parfois orthographié Aïssa ou Issa) : fils du sultan Mohammed d'Anjouan et de la sultane héritière de Mayotte (dont la capitale était alors Mtsamboro), c'est lui qui transfère la capitale à Tsingoni et fait ériger en 1538 le mirhab de la mosquée encore visible aujourd'hui41. Son long règne (40 ans selon certaines sources) coïncida apparemment avec une période d'importante prospérité pour l'île, désormais en position stratégique sur les routes commerciales reliant l'Europe à l'Orient en contournant l'Afrique. A sa mort, les mahorais rejettent l'autorité de sa veuve alors établie à Anjouan, et élisent sa fille Moina-Alachora sultane de Mayotte, se séparant une nouvelle fois de l'autorité anjouanaise, et accentuant les tensions diplomatiques entre les deux îles41.

Les influences venues de l'ensemble de l'océan Indien, mais aussi de la côte africaine, chamboulée par l'irruption des Bantous, et de la côte malgache, ne cessent de façonner la société swahilie insulaire. Une immigration bantoue et malgache commence insensiblement42. Des Malgaches, essentiellement sakalaves, prennent le contrôle du sud et d'une partie ponctuelle de l'est de l'île.

Les relations avec l'Europe sont pratiquement inexistantes au XVIIIe siècle : ainsi en 1751, l'Encyclopédie de Diderot et d'Alembert évoque à peine Mayotte dans un article de deux lignes : « MAYOTTE, ile, (Géog.) Mayota insula, c’est la plus méridionale des îles Comorres. Elle est située, selon M. de Lisle, dans le canal de Mozambique. »43. L'article « Comorres » est encore plus court.

De 1742 à 1791, le sultanat d'Anjouan réalise plusieurs tentatives pour conquérir le sultanat de Mayotte. De 1795 à 1820, les razzias des pirates malgaches (Sakalaves et Betsimisaraka) dépeuplent considérablement l'île, et le minbar en bois sculpté de la mosquée de Tsingoni est volé par des anjouanais.

Le dernier sultan shirazien cède la place en 1832 à Andriantsoly, ancien roi sakalava du Iboina à Madagascar, appelé par le sultan shirazi de Mayotte et les occupants méridionaux malgaches pour arbitrer leurs conflits et empêcher les agressions extérieures. Guerrier converti à l'islam ayant épousé la fille du sultan et aussi diplomate respecté auprès des communautés swahilies et malgaches, Andrian Souly devient ensuite le sultan reconnu de l'île dont il s'efforce de préserver la souveraineté malgré les continuelles hostilités et menaces. À la suite de la prise de Nosy Be (Madagascar) en 1840, les Français prennent connaissance de la présence de ce sultan, ancien roi sakalava, à Mayotte, qui demande une protection maritime.
Intégration progressive à la République française
Achat par la France
Andriantsoly, dernier sultan de Mayotte, de 1832 à 1843.

Andriantsoly a hérité du sultanat en 1832 après avoir écarté Bwana Kombo (ou « Buanacombé », ou « Banakombo »), un fils de Mawana Madi, qui trouve refuge à Mohéli. Il doit alors défendre l'île contre les visées du hova Ramanetaka - devenu le maître de Mohéli sous le nom d'Abderahmane - et des sultans d'Anjouan, Abdallah puis Salim (1836). Andriantsoly souhaite préserver l'autonomie de son île face aux autres souverains comoriens. Or, dépourvu d'allié contre ces derniers et contre la monarchie malgache soutenue par la Grande-Bretagne, il se sait menacé. Il se tourne alors vers les rivaux des Britanniques, les Français, qui viennent de s'emparer de Nosy Be.

C'est dans ce contexte que, le 25 avril 1841, le sultan vend Mayotte à la France44 cédant ainsi sa souveraineté à la monarchie de juillet de Louis-Philippe Ier45. En échange il obtient du capitaine Pierre Passot (envoyé par Anne Chrétien Louis de Hell), une rente viagère personnelle de mille piastres (5 000 francs) et le droit d'élever deux enfants du sultan à La Réunion. Ce traité est ratifié officiellement par l'État français en 1843.
Colonisation et abolition de l'esclavage
Dzaoudzi, 1855, gravure tirée du Magazine pittoresque, dessin de Lebreton.
L'ancienne préfecture, conçue par Gustave Eiffel en 1881.
Articles détaillés : Colonie de Madagascar et Colonie de Mayotte.

La souveraineté française sur Mayotte est indépendante du partage de l'Afrique issu de la conférence de Berlin qui n'aura lieu qu'après 1885. Mayotte devient en effet une colonie française après son achat en 1843 sous le règne de Louis-Philippe Ier. L'abolition de l'esclavage à Mayotte est prononcée le 9 décembre 1846 alors que l'Île avait jusque-là été soumise à la traite arabe. À cette époque l'île avait environ 3 000 habitants presque exclusivement musulmans, dont la moité était des esclaves. Les espoirs français de développer à Mayotte un port et des plantations supposaient d'attirer davantage d'immigration depuis l'Afrique, mais le gouvernement avait conscience que l'arrivée de Noirs libres serait interprétée par les Britanniques comme de la traite des Noirs déguisée, laquelle était interdite. En conséquence, le ministre de la Marine et des Colonies, Ange René Armand de Mackau suggéra au roi Louis-Philippe Ier que le développement d'une économie de marché à Mayotte nécessitait de libérer les esclaves et d'indemniser leurs maîtres musulmans. Le Parlement français approuva, au printemps 1847, le financement nécessaire au paiement d'une indemnité de 200 francs par esclave. Le processus de libération commença en juillet 184746. Après la chute de la monarchie de Juillet causée par la révolution française de 1848, l’article 3 du Décret d'abolition de l'esclavage du 27 avril 1848, voté quelques mois plus tard, confirme l'abolition de l'esclavage dans l'île47.

La conférence de Berlin s'achève en 1885, le partage de l'Afrique entre les puissances européennes est alors décidé et la France, déjà présente à Mayotte, va utiliser l'île pour prendre le contrôle de l'ensemble de l'archipel des Comores. En 1886, les sultanats de la Grande Comore, Mohéli et Anjouan deviennent des protectorats sous la direction du gouverneur de Mayotte tandis que Mayotte, quant à elle, garde son statut de colonie. L'archipel des Comores devient alors les Îles de « Mayotte et dépendances ». À partir de 1908, l'ensemble des Comores est intégré sous l'autorité du gouvernement général de Madagascar et dépendances.

En 1919, au lendemain de la Première Guerre mondiale, est créée la Société des Nations (ancêtre de l'actuelle Organisation des Nations unies), laquelle reconnaît également la souveraineté française directe sur Mayotte et la légalité de son acquisition antérieure, ainsi que le statut de protectorats séparés sur les autres îles, qu'elle place sous sa tutelle, à charge pour la France de veiller à garantir leur propre intégrité. La différence de traitement entre Mayotte et le reste de l'archipel devient de plus en plus une source de tensions. L'ensemble de l'archipel reste contrôlé depuis Dzaoudzi.
TOM et indépendance comorienne
Articles détaillés : Territoire des Comores, Accords du 15 juin 1973 et Consultation du 22 décembre 1974.
Aujourd'hui les Comores en haut à gauche sont un territoire séparé de Mayotte en bas à droite.
Le boulevard des crabes de Dzaoudzi en 1928.

En 1946, les protectorats des Comores et la colonie de Mayotte sont séparés administrativement de Madagascar et deviennent un territoire d'outre-mer (TOM). Après avoir refusé d'accéder à l'indépendance lors du referendum de 1958 organisé par le général De Gaulle, les Comores obtiennent le 22 décembre 1961 (loi no 1412) un statut d'autonomie interne (qui sera élargie en 1968 par la loi no 6804). Ce statut d'autonomie interne donne jour à un Gouvernement comorien élu par l'Assemblée Territoriale. De 1961 à 1970, l'ancien député Said Mohamed Cheikh est élu Président du Conseil de gouvernement jusqu'à sa mort le 16 mars 1970. C'est durant cette période, en 1966, que la capitale Dzaoudzi (Mayotte) est transférée à Moroni, huit ans après la décision du transfert48.

Au cours de cette période naissent les premiers mouvements politiques qui contestent le pouvoir de Saïd Mohamed Cheikh et, pour certains, réclament l'indépendance. D'autres, comme le Mouvement populaire mahorais (MPM), réclament au départ plus d'autonomie vis-à-vis des autres îles.

Né en 1958, l'Union pour la Défense des Intérêts de Mayotte (UDIM) est un mouvement créé par un créole natif de Sainte-Marie, Georges Nahouda. Son neveu, Marcel Henry, poursuit le combat avec la création du MPM à la mort de ce dernier la même année. Associé à une partie de l'élite mahoraise (dont Younoussa Bamana), Marcel Henry poursuivra le combat pour Mayotte française jusqu'au bout. Le MPM obtient le soutien d'une partie importante de la classe politique française.

Cependant, dans les années 1960 d'autres mouvements politiques voient le jour dont le parti « Serrez-la-main ». Ce parti revendiquait l'indépendance de Mayotte vis-à-vis de la France. Nombres d'échauffourées[réf. nécessaire] eurent lieu entre ce dernier et le MPM. Le MPM se radicalise et demande la séparation de Mayotte et des autres îles et notamment la départementalisation de Mayotte. Zakia Madi49, parmi les leaders du MPM, est tuée lors d'une de ces manifestations entre parties opposées sur la jetée de Mamoudzou, à l'embarcadère de la barge. L'éclat d'une grenade lacrymogène est l'origine la plus probable selon les témoignages.

Le 25 août 1972, le Comité spécial de la décolonisation de l'Organisation des Nations unies inscrit l'archipel des Comores à sa liste des territoires devant accéder à l'autodétermination. Le 15 juin 1973, la France et les Comores signent des accords relatifs à l'accession à l'indépendance. Le 22 décembre 1974, la France organise aux Comores un référendum. Si le suffrage obtient dans son ensemble plus de 90 % pour l'indépendance du territoire, Mayotte se singularise en votant à 63,8 % pour le maintien des Comores au sein de la République française50.

Un nouveau gouvernement français arrive au pouvoir en France et, conformément à une recommandation d'un groupe de parlementaires venus en voyage d'étude dans l'archipel, celui-ci envisage de respecter la volonté des Mahorais et de considérer le résultat « île par île ». Le président du Conseil de Gouvernement, Ahmed Abdallah, déclare alors unilatéralement l'indépendance immédiate des Comores, sans que le processus prévu par les accords ne soit mené à son terme. Mayotte reste cependant sous administration française au détriment de la déclaration du gouvernement comorien. L'Union des Comores revendique Mayotte et refuse cette séparation qui remet en cause l'intégrité territoriale de l'archipel. L'Union africaine considère ce territoire comme occupé par une puissance étrangère51,52.

Juridiquement la France ne pouvait pas s'opposer à l'autodétermination et à l'indépendance des Comores (hors Mayotte) puisqu'elle n'y exerçait qu'un protectorat sous tutelle des Nations unies. Mais elle conteste l'indivisibilité de l'union des Comores avec Mayotte, qui est le fait de la création tardive (par loi interne) du territoire d'outre-mer dans l'Union française en 1946, fédérant (en préservant leur statut international respectif issu des traités) le protectorat des Comores (séparées en 1946 de l'ancienne colonie de Madagascar devenue indépendante) avec la possession française de Mayotte (qui n'a jamais été sous tutelle des Nations unies mais acquise bien antérieurement, reconnue ensuite par la Société des nations quand elle a été créée). Le statut de territoire d'outre-mer hybride (unifié par la loi interne de 1946, mais en deux parties séparées en droit international) sera conservé (de même que les anciens traités relatifs à la tutelle des Nations unies sur les Comores et à l'acquisition antérieure de l'île de Mayotte) quand sera créée plus tard entre 1958 et 1960 l'éphémère Communauté française, et ensuite la République française (où le territoire d'outre-mer continuait à avoir le double statut international). La résolution non contraignante des Nations unies s'appuie principalement sur les déclarations de volonté du gouvernement français faites seulement quelques mois avant l'organisation du scrutin d'autodétermination, qui n'ont pas la force contraignante de la loi (la France s'attendait même à ce que Mayotte vote aussi pour sa propre indépendance, comme les autres îles, mais a été surprise de l'importance du non à l'indépendance conjointe avec le reste des Comores, dans cette île française depuis plus longtemps même que d'autres départements français métropolitains et dont la souveraineté française n'avait pas été contestée avant 1958).

La France s'oppose depuis aux prétentions territoriales des Comores sur Mayotte, et sur l'indivisibilité de l'archipel qui n'a fait l'objet d'aucun traité international reconnaissant leur union (et les îles étaient elles-mêmes divisées en royaumes ou sultanats distincts avant même l'acquisition française de Mayotte). Les Comores, quant à elles, défendent aussi une position basée sur une coutume plus ancienne quand divers peuples (venant de différents empires médiévaux) allaient assez librement d'une île de l'archipel à l'autre ou ont pu les occuper partiellement, souvent par la force (mais sans réelle reconnaissance internationale de leur unité).

En pleine guerre froide, la France a le projet d’y implanter une base militaire navale dotée d’un port en eau profonde. Ce projet ne verra pas le jour, mais sera compensé par l’implantation d’une station d’écoute du réseau satellitaire français d’espionnage des communications (réseau Frenchelon), mise en service en 2000 sur l'île de Petite-Terre53 : le centre d'écoute militaire des Badamiers.

Le 6 février 1976, la France oppose son droit de veto au Conseil de sécurité des Nations unies pour empêcher l'adoption d'un projet de résolution lui demandant d'engager des négociations avec le gouvernement comorien en vue de la rétrocession de Mayotte et de renoncer à la tenue d'un nouveau référendum54,55. Une telle résolution, si elle avait été adoptée, aurait eu pour conséquence de placer de force les Mahorais sous domination de l'État comorien.

Ce second référendum a lieu le 8 février 19768,9 et confirme par un taux de 99,4 % (82,3 % des inscrits) le choix de la population de Mayotte de rester au sein de la République française. Par résolution no 31/4 du 21 octobre 1976, l'Assemblée générale des Nations unies, considérant ce référendum comme nul et non avenu, condamne la présence française à Mayotte56, cependant que la France argue que cette résolution ne constitue qu'un avis dépourvu de force juridique. L'Assemblée générale de l'ONU s'appuie sur la déclaration du 14 décembre 1960, « sur l'octroi de l'indépendance aux pays et peuples colonisés », point no 6 sur la préservation de l'intégrité territoriale, malgré le point no 2 sur le droit à l'autodétermination et le fait que les Comores n'ont jamais constitué un pays uni par le passé. Dans sa résolution du 6 décembre 199457, l'Assemblée générale de l'ONU a rappelé et confirmé l'appartenance de Mayotte à l'État comorien. Depuis 1995, la question de Mayotte n'est plus venue à l'ordre du jour de l’Assemblée générale de l'ONU.

Enfin la France ne souhaite pas aller contre la volonté populaire exprimée par les trois référendums qui se sont succédé à Mayotte, qui ont montré à chaque fois une adhésion très forte de la population locale à la spécificité de l'île et à rester attachés à la France, plutôt que de rejoindre la nouvelle République fédérale islamique des Comores (devenue plus tard Union des Comores après de sévères troubles politiques), ainsi que la volonté populaire exprimée très tôt par les représentants politiques locaux (avant l'indépendance des Comores) vers sa départementalisation (ils se sont opposés au transfert en 1946 du chef-lieu administratif du nouveau territoire d'outre-mer de Mayotte vers la Grande Comores), une option qui leur a ensuite été proposée lors de la création de la Communauté française en 1958 en même temps que les Comores et tous les autres territoires d'outre-mer (avec aussi celle de l'indépendance, ou celle d'un état libre associé, ou le maintien en tant que territoire d'outre-mer), mais pas accordée avant 2009 (quand s'est également ajouté le choix du nouveau statut de collectivité d'outre-mer pour remplacer celui de territoire d'outre-mer).
DOM
Mayotte représentée sur la carte des départements français.

L'organisation par la France d'un référendum sur la départementalisation de Mayotte est contestée en 2008 par le président de l'Union des Comores58, mais à la suite de ce référendum du 29 mars 2009 où 95 % des votants (soit 57 % des électeurs) confirment leur volonté de rester rattachés à la France.

Le 31 mars 2011, le Département de Mayotte est devenu officiellement le cent-unième département de France et son cinquième département d’outre-mer59. À la suite de ce changement de statut, des négociations sont engagées avec l'Union européenne pour que l'île entre dans le territoire de l'Union, en remplaçant son statut de pays et territoires d'outre-mer (PTOM) contre celui de région ultrapériphérique (RUP), comme les autres départements d'outre-mer de France. Mayotte intègre l'Union en 201460.
Manifestations et violences d'octobre 2011

Dès l'automne 2011, d'importants mouvements de contestation contre l'augmentation du coût de la vie viennent troubler la vie sociale et économique du nouveau département61. Pendant plusieurs semaines, des manifestations se succèdent. L'île est progressivement paralysée et les actes de violence se multiplient. Des magasins sont pillés, des barrages sont montés.

Les gendarmes mobiles chargent à plusieurs reprises62 ; un manifestant décède dans ces affrontements et un autre est grièvement blessé63. Les médias de la métropole observent un silence quasi-général sur les événements64.

Le gouvernement nomme alors un médiateur afin de dénouer la crise65.

Depuis, les grèves pour les revendications de différents droits sont quasi-annuelles : beaucoup d'entreprises sont en situation de monopole (comme Total), et l'île est particulièrement facile à bloquer entièrement même pour un groupe réduit, étant pourvue d'un seul port et d'une seule route principale, circulaire.
Pénurie d'eau 2016-2017
Mayotte a été confrontée à une grave pénurie d'eau66. La production en eau potable dépend en effet largement des précipitations dans l'ile, qui a connu une situation de sécheresse critique due à une saison des pluies tardive fin 2016, début 2017. Les ressources proviennent à 80 % des eaux de surface des rivières et des retenues collinaires67. Est mis en cause aussi la vétusté du réseau de distribution, l'augmentation de la consommation (+20 % en quatre ans) et la déforestation massive. Pour remédier à ces problèmes, outre la livraison d'eau par tanker, il est prévu de nouveaux forages pour diversifier la ressource en eau, la construction d’une deuxième usine de dessalement d’eau de mer et la construction de la troisième retenue collinaire68.

COURS D'HISTOIRE ET DE GÉOGRAPHIE
SUR LES RICHESSEs DE MAYOTTE ET DE LA FRANCE
DANS LA LAÏCITÉ
PAR CITOYEN TIGNARD YANIS
ALIAS
TAY
La chouette effraie
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.atelier-yannistignard.com
yanis la chouette



Nombre de messages : 6734
Localisation : http://yanis.tignard.free.fr
Date d'inscription : 12/11/2005

MessageSujet: Re: MAYOTTE   Lun 5 Mar à 3:35

Statut juridique

La loi du 11 juillet 2001 relative à Mayotte prévoit l'application progressive du droit commun français à Mayotte, dans la perspective de l'évolution vers le statut de département d'outre-mer (DOM). Cette loi a fait de Mayotte une collectivité départementale, dotée d'un conseil général, et d'une administration décentralisée, en place depuis le 1er avril 2004, ce statut subsistant jusqu'au 30 mars 2011. Depuis 2001, les règles applicables à Mayotte figurent au code général des collectivités territoriales. La loi organique du 21 février 2007 a réécrit ce statut, en prolongeant la logique de la loi de 2001. Ensuite, après le 1er janvier 2008, hormis quelques matières (fiscalité, urbanisme, droit social...), l'identité législative régit le régime législatif de Mayotte : cela signifie que le droit commun sera applicable, comme dans les DOM. Le 12 avril 2012, le département accède « pour la première fois » à l'internet haut débit après avoir été raccordé au câble sous-marin Lion 2 de France Télécom-Orange114. Depuis, la 4G a fait une arrivée remarquée dans l'île, dès lors bien mieux connectée à la métropole.

Les médias métropolitains demeurent difficiles à se procurer à Mayotte, en dehors de l'aéroport (qui les reçoit avec un retard parfois important). Seules quelques radios nationales comme France Inter sont diffusées115.

Mayotte dispose de plusieurs organes de presse locaux, dont une chaîne de télévision publique (Mayotte 1ère) et une privée (Kwézi TV), des radios (Mayotte Première, Kwézi FM, Yao FM, RMJ, Radio Dziani, Ylang FM, Caribou FM...), des quotidiens (Les Nouvelles de Mayotte, Flash Infos, France Mayotte Matin), un hebdomadaire généraliste (Mayotte Hebdo) et quelques autres titres plus spécialisés, à diffusion plus espacée (Mayotte Magazine, Memento, Glitter, Swiha, Fantasia...)115.

L'État français est représenté jusqu'au 30 mars 2011 par un commissaire du gouvernement faisant fonction de préfet. En matière d'éducation nationale, Mayotte constitue un vice-rectorat.

Le changement de statut de l'île se traduit aussi en termes d'enjeux environnementaux pour lesquels les collectivités locales ont une responsabilité croissante69.
Départementalisation
Le conseil départemental à Mamoudzou.
Article détaillé : Référendum sur la départementalisation de Mayotte.

Mayotte est devenu le 31 mars 2011 un département et une région d’outre-merNote 1,70,Note 2,70.

À l'issue du renouvellement du conseil général en mars 2008, les conseillers généraux de Mayotte ont adopté le vendredi 18 avril 2008 une résolution (à l'unanimité) invitant le gouvernement français à transformer la collectivité en DOM. Il appartenait donc au gouvernement de consulter dans les douze mois la population de Mayotte sur le processus de départementalisation. Toutefois l'ONU et les Comores avaient prévenu qu'elles considéraient comme étant nulle et non avenue toute consultation qui serait organisée dans le cadre de la départementalisation de l’île comorienne de Mayotte71. La consultation a eu lieu le 29 mars 200972,73, selon l'engagement du président de la République, Nicolas Sarkozy. L'ensemble des organisations politiques locales se sont prononcées en faveur du « Oui ». La participation a été marquée par une forte abstention (38,63 %). Le « Oui » l'a emporté avec plus de 95,2 % des suffrages exprimés74.

Une loi organique et une loi ordinaire précisant les conditions de cette transformation effective au lendemain des élections cantonales de 2011, la collectivité étant alors régie par l'Article 73 au lieu de l'Article 74, sont examinées à l'automne 2011. La loi prévoit des aménagements transitoires comme la création seulement en 2014 d'une fiscalité locale75.

Mayotte est donc devenu76 le cent-unième département français et le cinquième en Outre-mer avec la Guadeloupe, la Guyane, la Martinique et La Réunion, le 31 mars 2011. Elle exerce les compétences dévolues aux départements d’outre-mer et aux régions d’outre-mer, la même assemblée exerçant les compétences du conseil général et celles du conseil régional. La loi organique prise à cet effet a été validée par le Conseil constitutionnel77. Les deux lois (organique et ordinaire) ont été promulguées le 7 décembre 2010 et publiées au Journal officiel du 8 décembre.

Ce nouveau statut ne fait pas entrer automatiquement le cent-unième département dans la catégorie des régions ultrapériphériques. La demande d’intégration de Mayotte comme partie intégrante de l'Union européenne (UE) est approuvée par le Conseil européen le 11 juillet 201278. Selon cette décision, Mayotte conserve son statut de pays et territoire d'outre-mer jusqu'au 31 décembre 2013 et devient, le 1er janvier 2014, la neuvième région ultrapériphérique de l'Union60.

La départementalisation est qualifiée par la Cour des comptes de « fuite en avant » et de réforme « insuffisamment préparée et pilotée »79 dont le coût et les risques financiers n'ont pas été évalués80.
Divisions administratives
Communes de Mayotte.
Articles détaillés : Communes de Mayotte et Cantons de Mayotte.

Mayotte compte dix-sept communes. À chaque commune correspond un canton excepté pour Mamoudzou qui en regroupe trois, ce qui fait dix-neuf cantons. Chacune des dix-sept communes regroupe le plus souvent plusieurs villages. Contrairement aux autres départements qui comportent plusieurs arrondissements ou un seul (pour Paris et le Territoire de Belfort), Mayotte ne comporte officiellement aucun arrondissement81 ; son territoire peut toutefois être assimilé à un arrondissement unique avec une préfecture siégeant à Mamoudzou82 qui abrite aussi le siège du conseil départemental bien que Dzaoudzi soit officiellement le chef-lieu du département83.

Les communes les plus peuplées sont celles de Mamoudzou, Koungou, Dembéni et Dzaoudzi.

La propriété du port de Mayotte a été transférée au conseil général84.
Élus de Mayotte
Articles détaillés : Liste des députés de Mayotte et Liste des sénateurs de Mayotte.

Les habitants de Mayotte sont représentés à l'Assemblée nationale depuis juin 2017 par deux députés, Ramlati Ali (PS) et Mansour Kamardine (Les Républicains) ainsi qu'au Sénat par deux sénateurs : Thani Mohamed Soilihi (DVG) et Abdourahamane Soilihi (UMP).
Vie politique

En 1958, cinq territoires d'outre-mer, faiblement peuplés, choisissent de conserver leur statut et de ne pas devenir des États au sein de la nouvelle Communauté française : il s'agissait de Saint-Pierre-et-Miquelon, de la Côte française des Somalis (qui malgré tout prendra son indépendance sous le nom de Djibouti), du Territoire des Comores (l'ancien protectorat plus l'ancienne colonie de Mayotte), de la Nouvelle-Calédonie et de la Polynésie française. Ces TOM continuèrent d'envoyer des représentants à l'Assemblée nationale, mais en raison du délai de l'exercice de l'option, ils ne purent participer aux élections législatives des 23 et 30 novembre 1958, les premières de la Ve République. Le siège de député de Mayotte remonte donc à celui des Comores, depuis que, par son vote du 8 février 1976 (« Oui » à 99,4 %, soit 82,3 % des inscrits8) a maintenu ses liens avec la France.

En 1978, c'est l'UDF Younoussa Bamana qui a été le premier député élu, puis réélu, dans cette collectivité territoriale de 19 000 électeurs. Avec l'élection de François Mitterrand, c'est Jean-François Hory, proche du PRG qui est alors élu (alors que Valéry Giscard d'Estaing avait obtenu 89,9 % des voix peu de temps auparavant). En 1986, c'est un centriste, originaire de la Martinique, Henry Jean-Baptiste, qui est élu, puis réélu en 1988 1993 et 1997. En 2002, le RPR-UMP Mansour Kamardine, 1er vice-président du conseil général, est élu face au candidat UDF-MDM qui briguait la succession du député sortant.

Lors des élections législatives de 2007, Abdoulatifou Aly (Mouvement démocrate), candidat de la Force de l'Alternance du Mouvement départementaliste mahorais (une dissidence du Mouvement départementaliste mahorais) est élu au second tour contre Mansour Kamardine.

En 2007, le projet de départementalisation de Mayotte s'accélère sous l'impulsion du député Mansour Kamardine qui obtient l'adoption d'une loi de consultation sur la départementalisation. En 2008, le secrétaire d'État Roger Karoutchi a annoncé le 24 janvier qu'à l'issue des élections de mars, le conseil général, s'il le souhaitait, adopterait une résolution pour que Mayotte devienne un département-région. Or, à la suite des élections cantonales de mars 2008, Ahmed Attoumani Douchina conseiller général du canton de Kani-Kéli (UMP), a été élu président du conseil général par treize voix contre cinq et un bulletin nul, succédant à Saïd Omar Oili, sans étiquette, président du Nouvel élan pour Mayotte (NEMA). Le nouveau président a été élu par une coalition UMP-PS-MDM (le MDM est issu du Mouvement populaire mahorais) favorable à une telle évolution qui était alors attendue pour 2008 ou 200985. L'ONU et les Comores avaient alors prévenu qu'elles considéraient comme étant nulle et non avenue toute consultation qui serait organisée dans le cadre de la départementalisation de l’île comorienne de Mayotte71. Le référendum pour la départementalisation a eu lieu le 29 mars 2009.

Lors de sa visite, le ministre de l'Outre-mer Christian Estrosi a évoqué la possibilité de revenir sur le droit du sol pour décourager l'immigration illégale, mais cette idée n'a pas été reprise par son successeur, Yves Jégo.

Le statut de DOM est peut-être incompatible avec le maintien du statut personnel (voir plus bas), la question n'est d'ailleurs pas claire à ce sujet, dès lors que par exemple des Guyanais, Wallisiens ou Néocalédoniens disposent déjà d'un tel statut, et que la Constitution « protège » déjà le statut personnel partout sur le territoire de la République.

La départementalisation suppose des évolutions notables, dont certaines sont mises en œuvre depuis 2003 sous l'impulsion du député Mansour Kamardine : l'âge légal minimum des femmes pour se marier est relevé de 15 à 18 ans, les mariages polygames sont interdits, même si les situations acquises ne sont pas remises en cause, la justice cadiale cède la place à une justice civile. Les minimaux sociaux seront aussi progressivement augmentés, en commençant par les deux seuls en vigueur, ceux pour les adultes handicapés et les personnes âgées. De même, la transformation de Mayotte en DOM devrait permettre l'attribution du revenu de solidarité active (RSA), ce qui explique le lobbying d'une grande partie de la classe politique en ce sens. Le RSA86 sera versé à partir de 2012, à environ le quart de ce qu'il représente en métropole et sera ensuite progressivement revalorisé sur une période de 20 à 25 ans, en fonction du rythme du développement économique de l'île mais, avec la mise en place d'un cadastre, la taxe d'habitation et la taxe foncière devraient également faire leur apparition.

Fin 2012, la situation sociale à Mayotte reste problématique. 75 % de l'île ne parle que le shimaoré, 48 % des adolescents de 16 à 18 ans sont illettrés et en échec scolaire, 64 % des élèves de CE1 échouent à l'épreuve de français87.
Drapeaux et blasons
Articles détaillés : Drapeau de Mayotte et Armoiries de Mayotte.

Les armoiries de Mayotte sont coupées d'azur, au croissant d'argent, et de gueules à deux fleurs d'ylang-ylang d'or boutonnées d'argent, le tout à bordure engrelée d'argent. L'écu est soutenu par deux hippocampes d'argent de profil et posé sur une ceinture du même contenant la devise : Ra Hachiri (« Nous sommes vigilants » en shimaore)88.

Le drapeau du département de Mayotte est composé des armoiries de la collectivité en son centre sur fond blanc, de la mention « MAYOTTE » en rouge ainsi que de la devise Ra Hachiri (« nous sommes vigilants » en mahorais). Il n'est pas reconnu officiellement89,90.

Le drapeau de la France (bleu, blanc, rouge) est le drapeau officiel de Mayotte.
https://www.thalesgroup.com/en/global/activities/space

NASA In ESA's ExoMars Orbiter...
https://mars.nasa.gov/programmissions/missions/present/esa-2016-exomars-trace-gas-orbiter/

l’Agence spatiale Russe Roscosmos.
http://en.roscosmos.ru/

Santé

Mamoudzou est l'unique ville où se trouve un hôpital (le CHM, Centre Hospitalier de Mayotte), dont des annexes sont ouvertes à Dzaoudzi (sur Petite-Terre), Chirongui, Kahani et Dzoumogné99. Depuis 2001, le CHM dispose d'un service de santé mentale100.

Des maternités dites intercommunales sont ouvertes : Mramadoudou au sud de l'île (2005) et Kahani commune de Ouangani au centre (2006). La maternité de Dzoumogné au nord est construite au début de 2010 et terminée au milieu de 2010 par la société SMTPC filiale du groupe VINCI.

Cela dit, la grande majorité des naissances a lieu à Mamoudzou : 54 % des naissances annuelles dans l'île en 2003, 57,3 % en 2004101.

Depuis le 1er avril 2005, les soins ne sont plus gratuits sur le territoire. Les patients doivent présenter une carte de Sécurité sociale ou acquitter un droit forfaitaire auprès des structures de soins publics ou des honoraires auprès d'un médecin privé.

Il existe aussi des dispensaires dans les villages, qui se partagent les rares médecins de garde99. L'île est le territoire français le plus dépourvu en termes de personnel médical, puisqu'on ne compte à Mayotte que 0.18 médecins pour 1 000 habitants, contre 2 en Métropole (et 1,8 à la Réunion)102.

Depuis 2005, des infirmiers s'installent en libéraux, assurant les soins à domicile.

Bien qu'il soit possible de bénéficier de la Couverture Maladie Universelle à Mayotte, les habitants ne peuvent bénéficier de la CMU-Complémentaire comme en métropole.

Le paludisme, la dengue et le chikungunya sont signalés sur l'île, tous transmis par les moustiques99, mais les infections sur les personnes en bonne santé résidant dans des conditions d'hygiène acceptables sont rares. Les rats sont parfois vecteurs de leptospirose99.
Enseignement
Le Centre universitaire de formation et de recherche de Mayotte.

L'analphabétisme est extrêmement important dans l'île. En 2000, il concerne 35 % des hommes et 40 % des femmes103. Selon les données JDC de 2015, 50,9 % des jeunes seraient en situation d'illettrisme104. 71 % de la population ne possède aucun diplôme105.

L’enseignement est administré dans le département par le vice-rectorat de Mayotte106.

Les lycées du département de Mayotte sont le lycée de Sada (Mayotte), le lycée Younoussa-Bamana de Mamoudzou, le lycée Mamoudzou Nord de Kawéni, les lycées du Nord, de Dembéni, de Petite-Terre et de Chirongui106.

Le Centre universitaire de formation et de recherche de Mayotte est un établissement français d'enseignement supérieur situé sur l’île de Mayotte, à Dembéni, et créé en 2011. Il est rattaché à différentes universités de l’hexagone. Les autorités mahoraises espèrent une évolution prochaine du Centre vers une université de plein exercice.

La situation éducative à Mayotte est préoccupante : le SNES annonce qu'il y a jusqu'à 30 élèves par classe en collège classé REP+ et jusqu'à 38 élèves par classe au lycée, tous les collèges ont par ailleurs été classés REP ou REP+ pour la rentrée 2015107. Le constat de l'augmentation des effectifs d'élèves cumulé au manque d'investissements des établissements marque les difficultés rencontrées pour répondre aux besoins de l'éducation primaire et secondaire.

L'éducation scolaire apportée à Mayotte par les professeurs n'est à remettre en cause qu'en ce qui concerne les professeurs contractuels108.

La coupure entre la génération Y et leurs aînés pose le problème du suivi des devoirs à la maison. Le français, bien que langue officielle, est peu utilisé au domicile, ce qui compromet l'adaptation aux études et entraîne progressivement l'échec scolaire. En général, les jeunes mahorais ne se rendent compte de leurs lacunes qu'en terminale. En une année, certains tentent alors de rattraper le retard des acquisitions censées être intégrées depuis le collège.

Hors Mayotte, les moyens financiers octroyés aux étudiants pour leurs études en Métropole ne semblent pas suffire109. En outre, un fort taux d'échec est observable au niveau des études supérieures des étudiants mahorais dans l'Hexagone110. L'ouverture de l'Université sur l'île devrait permettre une meilleure prise en charge de l'enseignement supérieur.
Immigration
Un kwassa kwassa, canot de pêche utilisé par les migrants pour se rendre à Mayotte.

L'île est confrontée à une immigration clandestine importante80. Un habitant sur trois est un étranger en situation irrégulière111. Depuis mai 2014, le code de l'entrée et du séjour des étrangers et du droit d'asile (CESEDA) s'applique à Mayotte112.

En 2011, près de 22 000 sans-papiers, souvent originaires des Comores voisines, ont transité par le centre de rétention administrative (CRA) de Pamandzi. La capacité du centre de rétention est limitée, à la fin de l'année 2012, à cent places. Des crédits ont été votés pour la construction d'un second CRA, mais il ne devrait pas être ouvert avant 2014111.

Environ 12 000 personnes auraient trouvé la mort en tentant de rejoindre Mayotte dans des embarcations de fortune113.
Médias...

Autre guitare.
Victor HUGO (1802-1885)

Comment, disaient-ils,
Avec nos nacelles,
Fuir les alguazils ?
- Ramez, disaient-elles.

Comment, disaient-ils,
Oublier querelles.
Misère et périls ?
- Dormez, disaient-elles.

Comment, disaient-ils,
Enchanter les belles
Sans philtres subtils ?
- Aimez, disaient-elles.

PROJETS ET SENTIMENTS
DU
CITOYEN TIGNARD YANIS
ALIAS
TAY
La chouette effraie
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.atelier-yannistignard.com
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: MAYOTTE   

Revenir en haut Aller en bas
 
MAYOTTE
Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» [Campagnes] MAYOTTE
» I.J.A.T. MAYOTTE
» MAYOTTE
» prochaine relève escadron à MAYOTTE
» LES CTM

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
La.cinquieme.République :: La.cinquieme.République-
Sauter vers: