La.cinquieme.République

De la politique pure et affaires étrangeres
 
AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  MembresMembres  GroupesGroupes  Connexion  

Partagez | 
 

 HÉRODOTE, LE FIRST JUILLET ET YHE LAMB LIES DOWN ON BROADWAY

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
yanis la chouette



Nombre de messages : 6431
Localisation : http://yanis.tignard.free.fr
Date d'inscription : 12/11/2005

MessageSujet: HÉRODOTE, LE FIRST JUILLET ET YHE LAMB LIES DOWN ON BROADWAY   Jeu 2 Nov à 10:09

LE CHANT DU CITOYENT TIGNARD YANIS ET LE CRI DE TAY La chouette effraie.


1er juillet 1751
Naissance tumultueuse de l'Encyclopédie

Le 1er juillet 1751 paraît le premier volume de l'Encyclopédie, précédé du Discours préliminaire de d'Alembert. C'est le début d'une aventure éditoriale sans précédent qui va bousculer les idées reçues en France et dans toute l'Europe.
Un projet révolutionnaire

Le projet est né six ans plus tôt du désir par le libraire Le Breton de traduire la Cyclopaedia de l'Anglais Ephraïm Chambers, un dictionnaire illustré des sciences et des arts publié en 1728.

Le libraire soumet son idée à Denis Diderot (32 ans) qui envisage non plus une simple traduction mais un «tableau général des efforts de l'esprit humain dans tous les genres et dans tous les siècles» !... D'où son titre, Encyclopédie, néologisme forgé d'après une expression grecque qui désigne les sciences destinées à être enseignées.

Diderot s'associe les services de son ami, le mathématicien et philosophe Jean Le Rond d'Alembert. En octobre 1750, il expose son projet dans un Prospectus en vue d'attirer des souscripteurs. Pas moins de 2.000 répondent à l'appel. Les plus grands esprits du temps acceptent aussi de contribuer à l'oeuvre éditoriale.

Diderot obtient aussi la protection de l'influente marquise de Pompadour, maîtresse du roi Louis XV.
Premières attaques contre l'Encyclopédie

Le succès de l'Encyclopédie est immédiat en France mais aussi dans toute l'Europe des Lumières. Son tirage s'élève rapidement à 4200 exemplaires, ce qui est beaucoup compte tenu du coût et de l'ampleur de l'oeuvre.

Les premiers ennuis débutent avec un article sur la Genèse et la création du monde rédigé par un ecclésiastique quelque peu libre penseur. Un évêque condamne au feu les deux tomes de l'Encyclopédie déjà parus. Mais Mme de Pompadour et le directeur de la Librairie, Malesherbes font lever l'interdiction et autorisent la parution des cinq tomes suivants.
Les aléas de la censure

Le temps se couvre à nouveau à partir de 1757.

Les dévots montent à l'assaut des Encyclopédistes, coupables de critiquerla religion catholique...

De façon plus inattendue, Jean-Jacques Rousseau s'en prend à l'Encyclopédie en raison de l'article Genève dans lequel d'Alembert critique les moeurs austères de la cité calviniste. Il publie sa Lettre à d'Alembert sur les spectacles.

Le 8 mars 1759, sur un fallacieux prétexte, le Conseil d'État interdit la vente de l'Encyclopédie et exige le remboursement des 4.000 souscripteurs ! Malesherbes intervient à nouveau pour éviter la ruine à Diderot mais il ne peut autoriser la poursuite des publications.

D'Alembert, découragé, renonce à poursuivre l'entreprise. Les dix derniers tomes sont publiés clandestinement par Diderot en 1765 et les derniers volumes de planches illustrées sont enfin publiées sans la participation de Diderot en 1772. Au total, en trente ans, auront été publiés 28 volumes auxquels ont participé environ 200 auteurs, y compris les plus réputés de leur temps : Voltaire, Montesquieu, Rousseau, Condorcet, Quesnay, Turgot, Marmontel, Helvétius, le baron d'Holbach...

ET, DANS LES COEURS LES PRIMAIRES DE GAUCHE-VALOISES ET DE DROITE-CENTRE:

1er juillet 776 av. J.-C. : Naissance des Jeux Olympiques

Les historiens font débuter le 1er juillet de l'an 776 avant JC les premiers Jeux Olympiques de l'Histoire. Leur nom vient de ce qu'ils ont lieu à Olympie, un sanctuaire consacré à Zeus, le roi des dieux...

Notons que des jeux furent organisés à Olympie dès le XIIIe siècle avant Jésus-Christ. Ce fait est confirmé par l'archéologie qui a exhumé sur le site les restes d'un village et d'un sanctuaire datant de l'âge du bronze. Mais nous ne disposons de la liste des vainqueurs aux différentes compétitions que depuis l'année 776 avant JC. C'est pourquoi cette année-là est considérée par la tradition comme l'année de naissance officielle des Jeux Olympiques.


1er juillet 776 avant JC
Naissance des Jeux Olympiques

Le 1er juillet de l'an 776 avant JC sont officiellement nés les premiers Jeux Olympiques. Leur nom vient de ce qu'ils avaient lieu à Olympie, un sanctuaire consacré à Zeus, le roi des dieux.

Des jeux à caractère sacré

On peut encore voir l'emplacement où se tenaient les compétitions, dans une région de collines verdoyantes et boisées à l'ouest du Péloponnèse. Il était entouré de divers temples dont le plus renommé était évidemment le temple consacré à Zeus, avec une statue monumentale du dieu par le sculpteur Phidias.

Les jeux qui se déroulaient à Olympie comme dans de nombreux autres sanctuaires, tel celui d'Apollon à Delphes, avaient pour principale vertu de rapprocher les Grecs et de suspendre les guerres entre les cités.

Dans les sanctuaires mineurs, les vainqueurs étaient récompensés par des cadeaux de grande valeur. Aussi ces jeux attiraient-ils de véritables professionnels, analogues à nos sportifs de haut niveau qui n'ont souvent d'«amateurs»que le nom.

Quatre sanctuaires se distinguaient en ne distribuant que des récompenses symboliques. Parmi eux Olympie, où les vainqueurs recevaient une couronne en rameau d'olivier tressé, Delphes avec une couronne de laurier, Némée avec une couronne de... céleri et Corinthe avec une couronne de pin. Mais ces sanctuaires étaient si réputés que les sportifs avaient à coeur de s'y montrer pour soigner leur réputation.

Les Jeux Olympiques et les autres ont été abolis par l'empereur romain Théodose 1er, en 393 après JC, après plus de mille ans d'existence... et restaurés à la fin du XIXe siècle par le baron Pierre de Coubertin.

RAPPORT DE Y'BECCA
DANS LE REGARD DU PEUPLE...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.atelier-yannistignard.com
yanis la chouette



Nombre de messages : 6431
Localisation : http://yanis.tignard.free.fr
Date d'inscription : 12/11/2005

MessageSujet: Re: HÉRODOTE, LE FIRST JUILLET ET YHE LAMB LIES DOWN ON BROADWAY   Jeu 2 Nov à 10:17

Benoît Hamon mettra en place dès janvier 2018 la première étape du Revenu Universel d’Existence. Dès l’âge de 18 ans, pour toute personne gagnant moins de 1,9 smic brut par mois soit 2800 € (ou 5600 € pour un couple), le RUE apportera un gain de pouvoir d’achat et un gain de sécurité. Le RUE sera en effet versé chaque mois, automatiquement et sans démarche par les administrations fiscales et sociales. C’est une véritable révolution qui va simplifier la vie des citoyens français. Le RUE représentera en moyenne un gain de pouvoir d’achat de près de 2000 euros par an pour 19 millions de Français. Benoît Hamon est le candidat du pouvoir d’achat de et de la feuille de paye.

Le Revenu Universel répond à l’exigence de justice sociale et de hausse du pouvoir d’achat de nos concitoyens. 19 millions de Françaises et de Français, actifs, ouvriers, employés, agriculteurs, indépendants et étudiants, seront concernés dès janvier 2018.

Le Revenu Universel, c’est un levier de lutte contre la pauvreté avec la garantie automatique de ne jamais avoir moins de 600 euros par mois pour vivre. C’est aussi une aide à l’autonomie pour les jeunes.

Le Revenu Universel, c’est un gain net pour ceux qui ont moins de 2800 brut par mois et par personne.

Financé à hauteur de 35 milliards d’euros, le Revenu Universel ne creusera ni le déficit ni ne pèsera sur notre dette : nous ferons contribuer ceux qui se sont enrichis avec la crise. Cette nouvelle mesure sera financée par la lutte contre l’évasion et la fraude fiscale, une reprise du crédit d’impôt aux entreprises qui ne créent pas d’emplois et une taxe sur les super-profits des banques.

https://www.benoithamon2017.fr/rue/


ça s'est passé un... 1er juillet


1er juillet 23 av. J.-C. : Auguste reçoit la puissance tribunicienne à vie

Le 1er juillet de l'an 23 avant JC, Auguste reçoit la puissance tribunicienne à vie. Aucun tribun ne peut désormais s'opposer à une loi édictée par Auguste. En cumulant les magistratures, et sans renier officiellement les institutions républicaines, le neveu et successeur de Jules César établit le Principat ; il se présente comme le Premier parmi ses pairs (Primus inter pares en latin). C'est un empereur de fait.
1er juillet 987 : Hugues Capet élu roi des Francs

---------------------

Le 1er juillet 987, à Noyon, les grands seigneurs de Francie occidentale offrent la couronne royale au comte de Paris Hugues Capet (47 ans). Il est sacré deux jours plus tard dans la cathédrale de Reims par l'évêque de Reims, Adalbéron, et devient roi sous le nom d'Hugues 1er.

Deux aïeux d'Hugues 1er, Eudes et Robert 1er, ont déjà régné sur le pays en lieu et place des héritiers de Charlemagne Ses descendants vont quant à eux régner sans discontinuer sur la France, sous le nom de Capétiens, jusqu'en 1792...

---------------------------------

1er juillet 1097 : La bataille de Dorylée
Les combattants de la première croisade (Godefroy de Bouillon, Tancrede de Hauteville, Bohémond de Tarente,…) Après la prise de Nicée, sur la rive asiatique du Bosphore, les Francs de la première croisade se dirigent vers Dorylée où les attend le Turc Kilidj Arslan, sultan de Roum. Ce dernier, qui a exterminé sans trop de mal la la croisade populaire à Civitot l'année précédente, espère récidiver son exploit.

Le 1er juillet 1097, il tend une embuscade à l’avant-garde des croisés en zone montagneuse. Dans un premier temps, Bohémond de Tarente et ses chevaliers sont submergés. Ils forment un cercle en attendant des renforts. Leurs puissantes charges sont sans effet sur les archers montés turcs qui pratiquent le harcèlement.

Les autres corps de chevaliers arrivent enfin en renfort et se précipitent en plusieurs escadrons vers le champ de bataille sans attendre l'infanterie. Godefroy de Bouillon, premier arrivé à la tête d'une centaine de chevaliers, donne un coup de boutoir décisif. Le sultan se retranche sur des hauteurs qu’il pense imprenables. Mais les croisés se réorganisent et attaquent sa position selon quatre axes différents au même moment. LA DOULEUR RETENDIRA DANS LE CŒUR DE CEUX QUI CROYAIENT EN L'HARMONIE DU MONOTHÉISME ET DE CES PROPHÈTES.

MAIS,

Le 1er juillet 1751,
Naissance tumultueuse de l'Encyclopédie ou le retour d'une fraternité brisant l'esclavage et redonnant des ailes aux
espérances des plus humbles au cœur des Job (/dʒoʊb/ JOHB; Hebrew: אִיּוֹב, Modern Iyyov, Tiberian ʾIyyôḇ) is the central figure of the Book of Job in the Bible. In rabbinical literature, Iyov (אִיּוֹב) is called one of the prophets of the Gentiles.[1] In Islam, Job (Arabic: أيّوب, Ayyūb‎‎) is considered a prophet.)

LE RETOUR DU RIRE DE DIEU ET DE LA FUREUR DES VENTS...


RAPPORT DE Y'BECCA
DANS LE REGARD DU PEUPLE...


Dernière édition par yanis la chouette le Jeu 2 Nov à 10:21, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.atelier-yannistignard.com
yanis la chouette



Nombre de messages : 6431
Localisation : http://yanis.tignard.free.fr
Date d'inscription : 12/11/2005

MessageSujet: Re: HÉRODOTE, LE FIRST JUILLET ET YHE LAMB LIES DOWN ON BROADWAY   Jeu 2 Nov à 10:18

1er juillet 1690 : Le maréchal de Luxembourg remporte la première bataille de Fleurus

Le 1er juillet 1690, au plus fort de la guerre de la Ligue d'Augsbourg, le maréchal de Luxembourg remporte à Fleurus, près de Charleroi (Belgique actuelle), une magnifique victoire sur les Européens alliés contre Louis XIV.

Face à une armée ennemie attentiste, Luxembourg, en adepte de l’offensive et de la prise de risque, scinde ses 40 000 hommes et lance un vaste mouvement tournant pour prendre à revers la gauche adverse. Il y parvient après avoir masqué la marche de sa colonne et rompt presque complètement le dispositif ennemi. Un corps d’infanterie hollandaise formé en carré refuse de se rendre et offre une ferme résistance dont l’artillerie et la cavalerie françaises viennent à bout dans le sang. L’armée du prince de Waldeck a perdu de 15 à 20 000 tués, blessés et prisonniers, soit la moitié de ses effectifs.

Le maréchal sera surnommé le « tapissier de Notre-Dame » en raison du grand nombre d'emblèmes pris à l'ennemi et suspendus dans la cathédrale de Paris lors des Te Deum de victoire.

ET

1er juillet 1766 : Exécution du chevalier de la Barre

Le chevalier de la Barre, exécuté à Abbeville le 1er juillet 1766, à 19 ans, est victime d’un conflit entre clans rivaux dans sa ville et de malentendus au sommet de l’État. L’affaire débute un an plus tôt quand on découvre que la statue du Christ, sur le pont neuf d’Abbeville, a été tailladée.

L’enquête est menée par un lieutenant qui en veut personnellement à la famille de la Barre, du fait que la tante du chevalier a autrefois repoussé ses avances.

Elle aboutit à l’inculpation du jeune homme auquel on reproche aussi d’avoir chanté des chansons irréligieuses et de ne pas s’être découvert devant une procession du Saint Sacrement. La découverte chez lui du Dictionnaire philosophique de Voltaire vient aggraver son cas.

Le Parlement de Paris est saisi de l’affaire. Comme les magistrats ont trois ans plus tôt obtenu l’expulsion des Jésuites de France, ils ont besoin de se refaire une réputation de «bons chrétiens» et n’hésitent pas à condamner à mort le chevalier. Ils espèrent toutefois que le roi Louis XV usera de la grâce. Mais celui-ci, malgré les supplications de l’évêque d’Amiens, s’y refuse.

Aigri par l’attentat de Damiens, il estime qu’il ne saurait épargner l’auteur d’un attentat contre le Christ dès lors qu’il n’a pas épargné l’auteur d’un attentat contre lui-même.

RAPPORT DE Y'BECCA
DANS LE REGARD DU PEUPLE...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.atelier-yannistignard.com
yanis la chouette



Nombre de messages : 6431
Localisation : http://yanis.tignard.free.fr
Date d'inscription : 12/11/2005

MessageSujet: Re: HÉRODOTE, LE FIRST JUILLET ET YHE LAMB LIES DOWN ON BROADWAY   Jeu 2 Nov à 10:24

1er juillet 1569 : Union de Lublin

Le 1er juillet 1569, à l'initiative du roi Sigismond II Auguste Jagellon, la Diète polonaise se réunit à Lublin, à l'est du pays, et prononce l'union indissoluble du royaume de Pologne et du grand-duché de Lituanie...


1er juillet 1569
L'Union de Lublin

Le 1er juillet 1569, à l'initiative du roi Sigismond II Auguste Jagellon, la Diète polonaise se réunit à Lublin, à l'est du pays, et prononce l'union indissoluble du royaume de Pologne et du grand-duché de Lituanie.

Il s'agit des deux principaux États catholiques d'Europe centrale. Ils recouvrent pratiquement la Pologne actuelle ainsi que les États baltes, la Biélorussie et une grande partie de l'Ukraine.

La nouvelle «République unie de Pologne-Lituanie» ou «Royaume des Deux Nations» se donne un seul souverain et une Diète commune mais Pologne et Lituanie conservent chacune leur armée, leur trésor et leurs lois. Ce curieux État perdurera jusqu'à la proclamation d'une monarchie unitaire par la Constitution de 1791.

Heureux mariage

C'est un mariage qui est à l'origine du rapprochement des deux monarchies.

Dernier État païen d'Europe, la Lituanie s'étend au XIVe siècle de la mer Baltique à la mer Noire. Les Lituaniens occupent Kiev et même Moscou, à un moment donné, en 1368. Mais ils doivent faire face à la rude poussée des chevaliers Teutoniques, venus d'Allemagne. Pour cela, ils s'allient avec la Pologne.

Le grand-duc Ladislas II Jagellon (36 ans), petit-fils de Gedymin, épouse en mars 1386 Hedwige d'Anjou, fille et héritière du roi de Pologne Louis 1er d'Anjou. Il se convertit au catholicisme et devient du même coup roi de Pologne mais il doit céder à son cousin Withold le titre de grand-duc de Lituanie. Polonais et Lituaniens écrasent les chevaliers Teutoniques à Tannenberg.
Crise dynastique

L'Union de Lublin consacre le rapprochement entre Polonais et Lituaniens. Mais très vite, le nouvel État, qui ne doit son existence qu'au bon vouloir de la noblesse, va sombrer dans l'anarchie et la division.

Sigismond II Auguste étant mort sans héritier le 7 juin 1572, 40.000 nobles se réunissent l'année suivante à Varsovie et inscrivent dans la loi le principe d'une monarchie élective et non héréditaire. Ils font obligation au souverain de réunir la Diète au moins tous les deux ans et de suivre ses avis.

Désormais lieu de compétition entre tous les princes d'Europe, le trône polonais est d'abord offert - ou plutôt vendu à grand renfort de cadeaux - à Henri, frère du roi de France. Mais celui-ci quitte presque aussitôt son nouveau royaume pour ceindre la couronne de France sous le nom d'Henri III).

En 1652, nouveau recul de l'autorité centrale : la Diète polonaise s'oblige par le «liberum veto» à ne plus prendre de décision qu'à l'unanimité, cela alors même que dans toute l'Europe continentale se développent les monarchies autoritaires.

Cette disposition transforme le pays en une république nobiliaire impuissante que ses voisins n'auront aucun mal à suborner en achetant les votes des membres de la Diète.

HÉLAS, CELA ABOUTIRA AU PARTAGE DE LA POLOGNE ET DE SES PRINCIPES
TOUT COMME DE SES VALEURS PATRIOTIQUES.

RAPPORT DE Y'BECCA
DANS LE REGARD DU PEUPLE...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.atelier-yannistignard.com
yanis la chouette



Nombre de messages : 6431
Localisation : http://yanis.tignard.free.fr
Date d'inscription : 12/11/2005

MessageSujet: Re: HÉRODOTE, LE FIRST JUILLET ET YHE LAMB LIES DOWN ON BROADWAY   Jeu 2 Nov à 10:25

2 November 2017

With liftoff on the horizon, ESA’s Aeolus satellite is going through its last round of tests to make sure that this complex mission will work in orbit. Over the next month, it is sitting in a large chamber that has had all the air sucked out to simulate the vacuum of space.

Aeolus carries one of the most sophisticated instruments ever to be put into orbit: Aladin, which includes two powerful lasers, a large telescope and very sensitive receivers.

The laser generates ultraviolet light that is beamed down into the atmosphere to profile the world’s winds – a completely new approach to measuring the wind from space.

These vertical slices through the atmosphere, along with information it gathers on aerosols and clouds, will improve our understanding of atmospheric dynamics and contribute to climate research.
Aeolus sealed

As well as advancing science, Aeolus will play an important role in improving weather forecasts.

Carrying such novel technology means there have been challenges during development – but advancing space technology is never easy.

With these difficulties in the past, the satellite is now undergoing final testing in Belgium before it is shipped to French Guiana for liftoff, which is scheduled for the middle of next year.

After having spent this spring at Airbus Defence and Space in Toulouse, France, where it was checked that it could withstand the vibration and noise liftoff and its ride into space, Aeolus has been at the Centre Spatial de Liège since May.
Understanding Earth’s winds

Here, it has just been enclosed in the thermal–vacuum chamber for the next 30 days or so.

With the satellite safely inside, the chamber door was closed a few days ago and the air was pumped out to create a vacuum.

Denny Wernham, ESA’s Aladin instrument manager, said, “It takes some time for the air and outgassing from the satellite to be pumped out of the chamber, but Aeolus finally faced ‘hard vacuum’ on 31 October.

“Tests are scheduled to run continuously over the next 33 days. We are particularly keen to see how well the laser transmits its pulses of ultraviolet light and the alignment of the instrument in this environment.
Before the chamber

“Since the vacuum simulates the space environment, these tests are crucial to giving us confidence that it will work properly when it’s orbiting 320 km above our heads.”

Once these tests are done, the satellite will be transported back to Toulouse for final checks before being shipped across the Atlantic to Europe’s Spaceport in French Guiana for launch on a Vega rocket.

RAPPORT DE Y'BECCA
DANS LE REGARD DU PEUPLE...

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.atelier-yannistignard.com
yanis la chouette



Nombre de messages : 6431
Localisation : http://yanis.tignard.free.fr
Date d'inscription : 12/11/2005

MessageSujet: Re: HÉRODOTE, LE FIRST JUILLET ET YHE LAMB LIES DOWN ON BROADWAY   Jeu 2 Nov à 10:32

NASA - National Aeronautics and Space Administration

https://intern.nasa.gov/ossi/web/students/login/



NASA's new deep space rocket, the Space Launch System (SLS), will launch missions powered by four RS-25 engines, reliable engines used for 135 shuttle missions. The engines have been upgraded with new controllers and other features for SLS. Each engine has a unique number that allows engineers to track its flight history.

Image Credit: NASA/MSFC image: Kevin Obrien
Last Updated: Oct. 11, 2017
Editor: Jennifer Harbaugh


https://www.nasa.gov/exploration/systems/sls/multimedia/infographics/start-your-engines-infographic

AU TRAVAIL SÉNATRICES ET SÉNATEURS !

LA MARCHE N'EST QU'UNE ÉTAPE CAR LE SÉNAT EST LE MOUVEMENT: LE SAGESSE, LA PRUDENCE ET L'ARDEUR !
NOUS SOMMES LA PLÈBE, RÉPUBLICAINES ET RÉPUBLICAINS.

ECRIT ET RAPPORT DU
CITOYEN TIGNARD YANIS
ALIAS
TAY
La chouette effraie

TIGNARD YANIS‏ @TIGNARDYANIS 31 oct.
NEW YORK... NEW YORK... DANS LA DÉTRESSE, TU PORTES CETTE FLAMME DE LIBERTÉ QUI ME LIE À TOI ET À NOTRE ALLIANCE... LA FAYETTE ARRIVE. TAY

JE DOIS DIRE QUE LA PILULE EST DUR À AVALER POUR LA VILLE DE NEW YORK QUAND ON VOIT COMMENT LES DIPLOMATIES ET LES POLITIQUES SE MUENT. TAY

NEW YORK, SIÈGE DE L'O.N.U, FRAPPÉE DANS SES ARTÈRES ET SA VIE QUOTIDIENNE; CELA MONTRE HÉLAS QUE LES PLUS EXPOSÉS RESTENT LE PEUPLE. TAY

NEW YORK, CES ATTAQUES SUR DES POPULATIONS CIVILES MONTRENT QUE LE SIÈGE DE L'O.N.U NE PEUT PLUS DIRE QUE CELA EST MANQUE DE VIGILANCE. TAY

UUMMANNAQ ET LE GROENLAND. LE CRI DU VENT SUR UNE DES ZONES LES PLUS SEPTENTRIONALE DU MONDE EST MOINS SOMBRE QUE LE CRI D'UNE DÉTRESSE. TAY

ASSIMBONNANGA... UNE MULTITUDE DANS LA MUSIQUE, CES ANNÉES RESTENT EN MA MÉMOIRE. CITOYEN TIGNARD YANIS ALIAS TAY
https://www.youtube.com/watch?v=UJujyzA2Q1E

DANS LE SOUVENIR, IL Y A LE SOUFFLE DE L'ESPÉRANCE LIBÉRÉE ET LE CHANT DOUX DE L'ÉTHER AUX VÉRITABLES ÉTHIQUES: LIBERTÉ ET RESPECT. TAY

1er juillet 1867 : Naissance du Canada moderne

Le 1er juillet 1867 naît le Canada sous sa forme actuelle. Ce jour-là, la reine Victoria promulgue l'Acte de l'Amérique du Nord britannique (AANB). Ce texte issu des conférences de Charlottetown et de Québec jette les bases de la Fédération canadienne actuelle avec un Parlement fédéral et un gouvernement central à Ottawa.

En souvenir de l'acte fondateur du Canada actuel, le 1er juillet est devenu la fête de la Fédération canadienne...

1er juillet 1901 : La loi sur les associations
Le 1er juillet 1901, le président du Conseil Pierre Waldeck-Rousseau a fait voter une loi sur les associations encore bien connue de tous les créateurs d'associations sans but lucratif. Cette loi établit la liberté d'association mais son article 13 fait une exception pour les congrégations religieuses en soumettant leur création à une autorisation préalable. Interprétée de façon restrictive par le Conseil d'État dès l'année suivante, elle va porter à son paroxisme le conflit entre l'Église et la République.

https://www.herodote.net/almanach-jour-0701.php

LA PANTHÈRE DES NEIGES, GARDIENNE DES ACTES ET DES SOUVENIRS
OU LA LUNE...
DÉDIÉ AU GRAND YETI...

IL EST BEAU D'Y CROIRE SI VOUS CHERCHEZ LA PAIX...
J'AI CHOISI LA SAGESSE ET CELLE CI ME DONNA LE CHOIX
ENTRE L'AMOUR ET LE POUVOIR. J'AI CHOISI L'AMOUR
CAR IL CONDUIT AU POUVOIR.

ALORS, LA SAGESSE ME BANNI ET JE PUS ALLER PORTER MES PLAINTES À LA LUNE.
LA LUNE SURPRISE ME DEMANDA POURQUOI.

EN ÉTANT BANNI, JE PEUX PORTER MES MOTS DANS TA CLARTÉ
ET TU SERA MON PLUS TERRIBLE PROFESSEUR CAR À MES YEUX,
LA POÉSIE EST LE PLUS BEAU DES BIENS QUE L'ON PUISSE OFFRIR
À LA SAGESSE ET À L'AMOUR; C'EST UN DON DEVANT LE POUVOIR.
LA LUNE DEVIENT SOURIANTE ET LE SOLEIL SE FAIT SOUFFLE DES SENTIMENTS.
TOUT COMME LES SCIENCES HUMAINES, SOCIALES ET ARTISTIQUES,
LA LAÏCITÉ EST UNE SOURCE INSCRITE DANS LE SANCTUAIRE DES LIVRES...

ÉCRIT DU CITOYEN TIGNARD YANIS ALIAS TAY La chouette effraie.
_________________
Kounak le chat....
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.atelier-yannistignard.com
yanis la chouette



Nombre de messages : 6431
Localisation : http://yanis.tignard.free.fr
Date d'inscription : 12/11/2005

MessageSujet: Re: HÉRODOTE, LE FIRST JUILLET ET YHE LAMB LIES DOWN ON BROADWAY   Ven 3 Nov à 4:44

L'Unebévue N°34 : Maillages sémiotiques de la quotidienneté

ISBN : 978-2-914596-52-7, ISSN : 1168-148X , 221 pages, 22€.

♦ Comité nomade : Marie Jardin, Julio Barrera-Oro, Claude Mercier.

♦ unebeweb 34 : des textes, des documents, des vidéos...

♦Supplément gratuit pour les abonnés : Cahiers de l'Unebévue - collection La menthe à l'eau

Choerrances/cohérences et chaosmose
Sommaire
Á titre de séjour, L'Escale, une pratique d'hospitalité au cinéma. Marie Jardin

Des migrants, une menace pour la sécurité identificatoire, la police et la stabilité des frontières du sens, des territoires, des corps et des relations réglées. Dans cette mise hors-jeu d’un quotidien normé, dans ce temps suspendu et soumis à l’arbitraire, Kaveh Bakthiari tourne clandestinement un film L’escale, qui réalise une forme de maillage sémiotique « d’un quotidien accidenté », « d’une réalité souterraine ». Tout cela trace en creux ce qu’il en est des conditions de vie instituées, pensées habituellement comme « naturelles » et « individuelles ». Quand chaque geste anodin et quotidien peut remettre la vie en jeu, chaque mot pour dénommer choses et gens, la forme, le style narratif pour recevoir leur témoignage, pour en créer un qui ait une efficace, vont être très importants, et le film va mettre sans relâche cette question au travail : « J’étais parti avec des clichés, l’illégalité... les clandestins... même inconsciemment, on se dit ce sont des voyous... une peur s’installe... ».


Entrer dans le cercle magique de Déméter et Corée. Anne-Marie Vanhove

Que de variations, de spirales, de volutions, autour de Déméter et Coré-Perséphone. Claude Calame a contribué à l’histoire des femmes, puis du genre, puis de la sexualité. Dans les années 1990, alors qu’il enseignait à Yale et Princeton, il fut frappé par la violence du débat féministe à l’intérieur de l’université, et s’est rendu compte à quel point cette vision militante a projeté sur des textes poétiques antiques, notre propre conception de l’équilibre social entre les sexes. La version que donne Starhawk de Déméter et Coré dans Rêver l’obscur, femmes, magie et politique participe du lien qu’elle fait entre magie et politique, invoquant la Déesse comme affirmation de l’immanence.


Reich l'impossible. Gérard Blikman

Lore Reich : « Les psychanalystes ont rendu mon père fou ». Reich a-t-il jamais eu un « territoire » ? Le diagramme reichien est riche d’enseignement, il permet de lire que la question de la libido, pour rester liée à la dialectique du désir, impose de ne pas désolidariser les trois points de fuite, le sexuel, le politique, le psychanalytique. Et Reich l’a tenue à corps perdu, cette question de la libido. L’impossible formule, l’impossible organe indiscernable, fouillant les bas-fonds, les corps, les amibes et autres micro-organismes... Quelle insistance de la FDA pour prouver que l’orgone n’existe pas, jusqu’à en brûler tout historique, toute trace, tout écrit, dont ladite paranoïa de Reich ne serait que le faible écho ! Quelle détermination des politiques et des psychanalystes à brûler la sorcière Reich ! Y aurait-il donc une formule possible d’un organe, d’une libido qui n’existe pas? Sur les traces de cette question sexo-politico-psychanalytique, on peut croiser Lyotard, et son économie libidinale, ou Deleuze et Guattari et leur corps sans organes, ou encore Lacan et sa lamelle.


3 avril 1952, à Organon. W Reich. Traduction Gérard Blikman

Moi, Wilhelm Reich, suis assis, seul dans une vaste pièce en bas de la maison. J’espère que quelqu’un, un jour, dans le futur, écoutera cet enregistrement avec un grand respect, le respect pour le courage qui a été nécessaire pour maintenir assidument le travail de recherche sur l’énergie vitale et l’orgone tout au long de ces années.


Dada dada dada la vie devenir idiot. Julio Barrera-Oro

Les dadaïstes vivaient dans une société bloquée. Sans argent. En exil à Zurich ou à Berlin, dans la misère. Les gens n’avaient pas de pain, les rues étaient pleines d’estropiés. On se prostituait pour manger un peu. On se suicidait. On se tuait dans des soirées sadomasochistes. Le désespoir était total. Et en même temps, ces gens ont eu la force de produire un art exceptionnel. On croit connaître le mouvement Dada, mais Marc Dachy soutient qu’on n’a pas encore commencé à l’étudier. Pourquoi ? Deleuze, entre autres, en donne une explication : « Le dadaïsme, c’est un réseau transversal et qui affecte tous les pays, tous les pays, de l’Europe, euh... de l’Europe de l’Est à l’Amérique, euh... le dadaïsme traversera le monde entier. Précisément parce qu’il n’est pas centralisé. Et qu’est-ce que fait André Breton ? Qu’est-ce qu’il fait, André Breton ? Il remet de l’ordre. Il remet de l’ordre et il fait un truc national, un truc bien français. Le surréalisme sent le français. Et il établit ses tribunaux, et il lance ses excommunications, et il mettra tout le monde au travail forcé, à savoir les pages d’écriture automatique et les petits jeux débiles, euh... et tout ça. Bon. Il remet de l’ordre. Et il en fait un centralisme français. Bon : Dada ne s’en remettra pas, je veux dire, là, s’il y a une politique dans l’art ou dans la littérature, vous pouvez prendre cet exemple parce que ça a été vraiment une lutte politique. Ça a été une lutte politique, à savoir : Dada s’est fait absolument manger, dévorer, Dada n’était plus possible à cause de la remise en ordre opérée par le surréalisme ».


Lawrence apocalypse today. Colette Assouly-Piquet

Apocalypse est un texte écrit par Lawrence en 1929, juste après L’homme qui était mort, et juste avant sa propre mort phtisique, dans un flot de sang. Qu’il ait nommé son dernier livre Apocalypse signifie certainement qu’il a lui-même des révélations à nous faire sur le sens de cet Apocalypse qu’il considérait « comme le plus épouvantable des livres de la Bible ». C’est qu’il le lisait depuis son enfance, dans ce milieu pauvre des mineurs de Eastwood, dans le Nottinghamshire. L’Apocalypse est pourtant un livre difficile. Lawrence remarque que ce livre utilise un langage symbolique, incompréhensible pour le lecteur actuel qui n’en possède pas les codes. En effet, ce langage symbolique est dérivé des cosmogonies préchrétiennes, dénommées tardivement païennes, et Lawrence précise que les rédacteurs de L’Apocalypse ont utilisé cet ancien langage dans le but de détruire ce fond païen, en construisant sur lui un nouveau système qui l’étouffe. En fait, les premiers mystiques chrétiens n'étaient pas capables de fabriquer un nouveau langage symbolique et s'étaient servi de l’ancien langage en le détournant largement de son sens. Ils ont contribué ainsi à nous faire oublier le sens premier des métaphores dont regorge L’Apocalypse, si bien que sa lecture nous est devenue très difficile et que sa puissance cosmique nous échappe totalement.


Une volonté de savoir... pour savoir ? Jean Allouch

La Volonté de savoir n’est pas tant une étude savante qu’une vision. Foucault visionnaire. La psychanalyse introduit ce soupçon à l’endroit de ce qui serait une promotion de la volonté de savoir. Toutes écoles confondues, elle a su noter que, sans les dérangeantes perturbations du symptôme, nulle volonté de savoir concernant le sexe ne montre jamais le bout de son nez. D’ailleurs, n’est-ce pas aussi de là que sont nés le projet foucaldien d’une histoire de la sexualité et, plus avant, l’ensemble des travaux qui ont constitué le champ gay et lesbien ? Aurait-on jamais autant questionné le sexe si l’on avait eu avec lui un rapport apaisé ? Qu’aurait pu dire Foucault de la remarque lacanienne selon laquelle est parfois attribué à l’analyste un pouvoir que, précisément, il s’abstient d’exercer, car il n’est pas le sujet supposé savoir ? L’érotique est-elle envisageable en écartant ce qu’elle suscite de volonté de n’en vouloir rien savoir? De plus, que serait le savoir s’il est exclu qu’en toute conscience l’on sache ce que l’on dit ? Et c’est donc de là qu’est posée la question : qu’en est-il, chez Foucault, tout à la fois du savoir et de son rapport au savoir ? Qu’en est-il, chez lui, du nœud du savoir et de la volonté ? En quoi donc consiste ce qu’il appelle « volonté de savoir » ? Est-elle ordonnatrice du dispositif de sexualité ainsi que le suggère son titre ?


Éros-Rosée. L'aventure (a)temporelle du noeud borroméen. Claude Mercier

Cette étude qui prend pour référence «Étant donnés : 1° La chute d’eau 2° le gaz d’éclairage », réalisée par Ulf Linde, assisté par Bo Larsson, Rolf Rosenberg et P.O. Ultvedt, exposé en 2014 au centre Pompidou à Paris, développe une question en jeu dans ce dialogue entre Olivier Zahm et Félix Guattari :
Olivier Zahm : – Pour finir, une question sur le temps. Dans votre réflexion avec Deleuze, il y a tout un passage sur l’idée d’événement. Pensez-vous que ce soit du côté de l’art que l’on peut chercher un autre rapport au temps ? Je cerne mieux votre rapport à l’être (mutation ontologique), mais moins votre conception du temps dans l’hypothèse d’une évolution post-médiatique ?
Félix Guattari : – On peut prendre cette question avec Marcel Duchamp, qui a marqué l’émergence d’un devenir qui échappe complètement au temps. L’événement vient comme rupture par rapport aux coordonnées de temps et d’espace. Et Marcel Duchamp a poussé le point d’accommodation pour montrer qu’il y a toujours, en retrait des rapports de discursivité temporelle, un index possible sur le point de cristallisation de l’événement hors temps, qui traverse le temps, transversal à toutes les mesures du temps.
Reprenant et transformant le mot d’art acontemporain d’Olivier Zahm, Guattari parlera d’art atemporain « où le curseur temps est ramené au point de foyer autopoïétique ».

_________________
Kounak le chat....
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.atelier-yannistignard.com
yanis la chouette



Nombre de messages : 6431
Localisation : http://yanis.tignard.free.fr
Date d'inscription : 12/11/2005

MessageSujet: Re: HÉRODOTE, LE FIRST JUILLET ET YHE LAMB LIES DOWN ON BROADWAY   Ven 3 Nov à 4:46

Clarté était le journal de l'Union des étudiants communistes de 1956 jusqu'en 1996.
Clarté, 5 juin 1933 - illustration par Frans Masereel

Sommaire

1 Histoire
1.1 De Clarté universitaire à Clarté
1.2 Clarté (1956-1965)
1.3 Le nouveau Clarté
2 La direction et la rédaction de Clarté et du Nouveau clarté (1963-1974)
3 Notes et références
4 Voir aussi
4.1 Bibliographie
4.2 Articles connexes
4.3 Lien externe

Histoire
De Clarté universitaire à Clarté

Le nom Clarté est issu du groupe qu'animaient Henri Barbusse et Paul Vaillant-Couturier au début des années 1920. Sa section universitaire était alors l'un des seuls groupes notables regroupant des étudiants communistes, outre l'Union fédérale des étudiants : elle s'intitulait Clarté universitaire et publiait un journal du même nom. Celui-ci fut renommé La lutte des classes par Pierre Naville après son exclusion du PCF, journal qui fusionna en 1935 avec La Vérité, l'organe trotskyste, pour former Lutte ouvrière (sans rapport avec le parti d'Arlette Laguiller).

De 1947 à 1956, alors que l'UEC n'existe plus, les étudiants communistes de Paris (qui, avec les membres étudiants de l'UJRF, seront intégrés à partir de 1956 au MJCF) publieront un journal dénommé Clarté, qui paraîtra tous les deux mois, totalisant entre 1947 et 1956 59 numéros.
Clarté (1956-1965)

Lorsque le Parti communiste français décide en juillet 1956, lors de son XIVe Congrès de recréer l'Union des étudiants communistes, un mensuel est prévu : il s'appellera Clarté, comme son prédécesseur parisien (la page de garde précisera alors Le nouveau Clarté).

Le mensuel est alors dirigé par un membre du bureau politique . Il s'émancipera néanmoins de sa tutelle dans les années 1960 : ce sont alors les rédacteurs en chef qui détiennent le rôle principal (André Sénik, Jean Schalit, qui refonde et modernise la maquette avec Paul Chemetov, puis Pierre Kahn, Michel Remacle, Yves Buin et Henri Vacquin en 1964). Frédéric Bon participa aussi au comité de rédaction de Clarté (sous le pseudonyme de Morland, en 1963), Serge July, Bernard Kouchner Pierre Goldman Patrick Pesnot (en 1963) et Michel-Antoine Burnier (cofondateur d'Actuel en 1968) y écrivirent aussi. Cette émancipation va de pair avec celle de l'UEC vis-à-vis du PCF : l'UEC est alors divisée entre les partisans de la ligne du PCF et les « Italiens » (ainsi dénommés pour leur soutien à la théorie du « polycentrisme » de Palmiro Togliatti, qui prône l'autonomie des partis communistes vis-à-vis de Moscou).
Le nouveau Clarté

En 1965, le PCF décide de reprendre en main l'UEC. Il y parvient grâce à l'habileté politique de Roland Leroy et amène à sa tête Guy Hermier, proche de la direction. Les « Italiens » (Pierre Kahn, alors Secrétaire national de l'UEC, André Sénik, Bernard Kouchner) perdent la direction de l'UEC lors de son VIIIe Congrès : ils quitteront l'UEC ou en seront exclus. À leur suite, d'autres secteurs de l'UEC, sont exclus de l'organisation étudiante. À Paris, c'est le sort du groupe du « secteur Lettres » emmené par Alain Krivine, qui crée la Jeunesse communiste révolutionnaire. Fin 1966, c'est le « secteur de l'École normale supérieure » qui fait sécession. La plupart de ses adhérents rejoignent les groupes maoïstes. Certains, tel Robert Linhart, pour se rapprocher du peuple ouvrier « s'établissent » en usine. Plusieurs membres de Clarté, dont Schalit, participeront à la création du journal Action en mai 68.

Pour marquer la rupture avec les périodes antérieures, Clarté devient Le Nouveau Clarté. Le premier numéro du Nouveau Clarté paraît en avril 1965. Il garde le format 24 x 29,5 cm que Clarté avait adopté depuis novembre 19631. Il conserve aussi l'encart "politique", agrafé en cahier intérieur. Il affiche en une, pleine page, le détail d'une fresque monumentale réalisée par le peintre mexicain David Alfaro Siqueiros2.

Le premier comité de rédaction3 résulte des alliances passées entre les courants de l'UEC lors du 8e congrès de l'organisation étudiante. Aux côtés de Guy Hermier, nouveau directeur, de Serge Goffard, nouveau "rédacteur en chef", de Michel Jouet, de H. Axelrad, il comprend deux "pro-chinois", Robert Linhart et Tiennot Grumbach.
"Un vrai journal communiste reparaît à l'Université (...) Notre nouveau journal se veut le continuateur des luttes menées par les intellectuels et les étudiants communistes du groupe "Clarté", fondé par Henri Barbusse, le continuateur des luttes difficiles de la Résistance, le continuateur des grandes luttes contre la guerre d'Algérie dans lesquelles les étudiants communistes tinrent un rôle de premier plan comme en témoigne le combat de Serge Magnien."

L'éditorial fait quelques raccourcis historiques. Mais après l'épisode de mai 1968, l'Union des étudiants communistes regagne rapidement une force non négligeable dans un milieu étudiant renouvelé, pour lequel les distinctions "italiens", "orthodoxes" perdaient sens. Le soutien aux combattants vietnamiens pour l'indépendance et la réunification de leur pays, les luttes pour des moyens à l'Université, l'engagement des organisations de la Jeunesse et des étudiants communistes pour la libération d'Angela Davis, le re-création d'un syndicat étudiant en l'Unef-Renouveau, animent les pages du Nouveau Clarté durant la décennie 1968-1977.

Le mensuel est publié de façon régulière jusqu'en juin 1977, date où il disparaît une première fois, après 60 numéros. Clarté devient en novembre bimensuel (et revient au numéro 1), puis redevient mensuel en 1986. Il paraît ainsi jusqu'en 1996[réf. nécessaire].
La direction et la rédaction de Clarté et du Nouveau clarté (1963-1974)

Telles qu'elles ressortent des « ours » et du dépouillement du magazine de l'UEC, les directions et rédactions successives sont des pépinières de journalistes et de quelques personnages politiques. Pour la période antérieure à 1965, les noms de Bernard Kouchner, de Serge July, directeur de Libération émergent. La période postérieure n'est pas moins riche, avec Guy Hermier, directeur de l'hebdomadaire Révolution, député de Marseille, Pierre Zarka, directeur de L'Humanité, Alain Gresh, directeur adjoint du Monde diplomatique, Dominique Vidal, rédacteur en chef du même mensuel,

Clarté, Mai 1963 / février 19644 :
directeur-gérant, Guy Tissier
rédacteur en chef, Pierre Kahn
comité de rédaction : A. Léna, Frédéric Mornand, Yves Buin, Pierre Brumberg, P.Crochard, G. Cymerman, Gilles Dreyfus, Alain Fainac, Michel Fennetaux, Pierre Goldman, Serge July, Bernard Kouchner, G. Naizot, P. Pesnot, Michel Remacle, G. Tchoulfayan, E. Sergueef, Jean-Claude Pollack, Georges Voguet
autres signatures : Paul Chemetov, H. Dreux, Alain Forner (rapport au 7e congrès de l'UEC), André Malartic, Gilles Portel, Bernard Stora, Gilles Renaudot
intervenants extérieurs : Michel Mousel (Président de l'UNEF), Jorge Semprún (interview par Laurent Leroux après l'exécution en Espagne de Julian Grimau par le régime de Franco), Elsa Triolet (interviewée par Bernard Kouchner), Jacques Madaule (préparation d'États généraux du désarmement de mai 1963), Frédéric Rossif (interview sur son film Mourir à Madrid), Xavier Renou (responsable de la JEC, Jean-Paul Malrieu, vice-président de l'UNEF, Louis Malle, Albert Détraz (secrétaire de la CFTC), François Lurçat, Pierre Lehmann, J-M Lévy-Leblond et Jean-Pierre Vigier (table ronde « Marxisme et physique moderne »), Philippe Soupault et André Breton (texte et interview pour le quarantième anniversaire du Manifeste du surréalisme), Georges Perec, Louis Aragon (interview), Gérard Jaquet (membre du comité directeur du Parti socialiste SFIO, J.-M.-G. Le Clezio, Maurice Béjart(interview)
Le nouveau clarté, avril 19655
directeur, Guy Hermier
rédacteur en chef, Serge Goffard
comité de rédaction : Herbert Axelrad, Pierre Bénard, Michel Jouet, Robert Linhart, G. Tiennot

Le nouveau clarté, novembre 1965 / mars 19666 :
directeur politique, Guy Hermier
rédacteur en chef, Serge Goffard
administrateur, Michel Jouet
comité de rédaction : Hervé Arlin, Pierre Bénard, Jean-Michel Catala, Gérard Dahan, Marc Mervais, François Roussel, G. Tiennot, A. Velmont

Le nouveau clarté, Mai 1966 / mars 19677 :
directeur politique, Guy Hermier
rédacteur en chef, Serge Goffard
rédacteur en chef adjoint, Hervé Arlin
administrateur, Jean Gimenez
maquette, Jean-Pierre Jouffroy
comité de rédaction : Jean-Claude Allanic, Alexis Bérélovitch, Jean-Michel Catala, B. Duhamel, René Gaudy, A. Jaubert, Michel Jouet, Michel Rogalski

le Nouveau clarté, novembre 19688 :
directeur politique, Jean-Michel Catala
rédacteur en chef, Jean-Claude Dufour
maquette, Jean-Pierre Jouffroy
Chefs de rubrique, Herbert Axelrad, Serge Goffard Dominique Vidal
comité de rédaction : H. Axelrad, J-M Catala, A. Chirokoff, F. Coudert, J.-C. Dufour, A. Gaudric, René Gaudy, Michel Jouet, Marcou, F. Marotin, E. Rappoport, Bernard Toboul, Jacques Varin, D. Vidal, Pierre Zarka

Le nouveau clarté, octobre 19699
directeur politique, Jean-Michel Catala
rédacteur en chef, Dominique Vidal
comité de rédaction, H. Axelrad, Alain Benezet, Gérard Bras, J.-M. Catala, C. Fillion, M. Finkel, Alain Gresh, J.-P. Jouffroy, P. Joué, Michel Jouet, Christiane Milekitch, Gérard Molina, René Prelot, F. Py, Michel Richard, Yves Vargas, D. Vidal, Serge Wolikov, Pierre Zarka.

Le nouveau clarté, octobre 197110
directeur politique, Gérard Molina
rédacteur en chef, Bernard Floris
comité de rédaction (1971-1972)11 Anne Bailly, Simone Berno, Gérard Bras, Robert Crémieux, Bernard Floris, M. Gérard, Alain Gresh, Raynald Guillot, J.-P. Jouffroy, Bernard Lafon, Christiane Milékitch, G. Molina, Joëlle Moreau (rédactrice en chef adjointe en février 1972), Francine Palant, Pierre Oliviéri, Danielle Rosemberg, Germain Trugnan, Pierre Zarka
autres rédacteurs étudiants (1971-1972), Roland Chamak, Jean-Pierre Gaudard, Olivier Schwartz, Alain Hayot, Roger Martelli, Lin Guillou, Martine Nouaille.
intervenants, interviewés ou reprises d'articles extérieurs (1971-1972)12
Cinq dirigeants communistes : Georges Marchais, avec une reprise d'un texte déjà prononcé devant un Comité central, Jacques Duclos, André Vieuguet, Roland Leroy, Paul Laurent. Deux journalistes de la presse communiste : Laurent Salini, Roger Trugnan.
domaine culturel : interview de H.J. Böhme, ministre de l'enseignement supérieur de la RDA, Abel Michéa (sport), Jean-Pierre Miquel, Jean Piat, Eduardo Manet, Maurice Goldring (débat sur le théâtre de l'Odéon à Paris) ; un article de René Nozeran, « Perspectives de la science » stricte présentation du programme scientifique du PCF ; une rencontre avec Raymond Devos, artiste.
autres : Fanny Davis (sœur d'Angela Davis)
comptes-rendus critiques : une étude théâtrale (une pièce de Bertolt Brecht Sainte-Jeanne des abattoirs) ; une exposition de dessins de la Fête de L'Humanité ; Deux articles cinématographiques (sur le cinéma américain et sur Charlot), un interview de Jean Thibaudeau portant sur les « avant gardes littéraires », mais aucun compte-rendu de publication littéraire ; deux pages artistiques (sur Picasso) ; une page hagiographique sur le physicien, « savant et militant » Paul Langevin.

Le nouveau clarté, octobre 1972 - mai 197313
directeur politique, Pierre Zarka
rédacteur en chef, Alain Gresh
rédacteur en chef adjoint, Michel Laurent
comité de rédaction, Anne Bailly, Claude Benière, Jo Benkemoun, Denis Blasquez, Gérald Bloncourt, Anne Brunschwig, Maurice Cukierman, Alain Gresch, Jean-Pierre Jouffroy, Jean Jackymiak, Roger Martelli, André Maurice, Gérard Maurice, Joëlle Moreau, Jean-Michel Morel, Christiane Milékitch, Francine Palant, Pierre Oliviéri, Yves Shebat, Pierre Zarka.
il est à noter un saut quantitatif dans la féminisation de l'équipe rédactionnelle : 6 femmes sur 15 membres en octobre 1972

Le nouveau clarté, octobre 1973 - avril 197414
directeur politique, Jean-Charles Eleb15.
rédactrice en chef, Ghislaine Povinha
rédacteur en chef adjoint, Patrice Carollo
comité de rédaction16, Alain Birebant, Denis Blasquez, Gérald Bloncourt, P. Carollo, Hélène Chambaz, Maurice Cukierman, Dominique Davenas, J-C Eleb, Jose-Miguel Garcia, Jean Jachymiak, Mireille Jaéglé, J-P Jouffroy, Goulven Kerien, Gisèle Kirjner, jean-Jacques Langlois, Gilbert Leclercq, Annette Lugand, Jean-Michel Morel, Murielle Meyer, Eliane Ozanne, G. Povinha, Gérard Zaoui.

Notes et références

↑ Clarté no 51, novembre 1963, 56 pages. Ce numéro affiche en "une" un portrait de Staline et annonce le contenu d'une encart de 20 pages, imprimé sur papier journal : "les héritiers de Staline"
↑ . Provocation ou pas ? Pour son implication dans l'assassinat en 1940 de Trotzsky, le Parti communiste mexicain est la "bête noire" des organisations se réclamant du fondateur de l'Armée rouge...
↑ Le nouveau Clarté, no 1, page 27.
↑ Clarté, numéros 50 (mai 1963), 51 (novembre 1963), 52 (décembre 1953), 53 (janvier 1964) 54 (février 1964)
↑ le nouveau clarté, numéro 1
↑ Le nouveau clarté, Numéros 3 (novembre 1965), 4-5 (décembre 1965/janvier 1966), 6 (mars 1966)
↑ le nouveau clarté, numéros 7 (mai 1966), 8 (octobre 1966), 9 (novembre-décembre 1966, 11 (mars 1967)
↑ Numéro 17, novembre 1968
↑ numéro 21, octobre 1969. Comme pour les précédents comités de rédaction, du prénom le journal ne livre que l'initiale. Il est rétabli ici, quand un article paru permet une meilleure identification
↑ numéro 31 octobre 1971. Dans l'éditorial de ce numéro, Gérard Molina livre le nombre des adhérents de l'UEC : 10 000.
↑ En cours d'année universitaire l'équipe est renouvelée. La Conférence nationale d'Ivry, tenue du 18 au 20 décembre 1971 et rassemblant 360 délégués, enregistre le changement du secrétariat général de l'UEC. Gérard Molina, étudiant en Philosophie transmet la direction de l'organisation étudiante à Pierre Zarka, étudiant en Histoire. Ipso facto celui-ci devient le directeur politique du journal.
↑ Numéros 31 (octobre 1971), 32 (novembre 1971), 33 (janvier 1972), 34 (février 1972) et 35 (mars 1972).
↑ Du numéro 36, octobre 1972, au numéro 40, mai 1973
↑ du numéro 41, octobre 1973, au numéro 45, avril 1974
↑ C'est au congrès du Mouvement de la Jeunesse communiste, tenu du 17 au 20 mai 1973, que Pierre Zarka quitte la direction de l'UEC et du Nouveau clarté pour devenir l'un des dirigeants du mouvement. Il est alors remplacé par Jean Charles Eleb, de l'université Paris 1 -Droit, sciences économiques). CF le nouveau clarté, no 41, page 5, « le nouveau collectif national de l'UEC ».
↑ Les membres du comité de rédaction nommés à la suite de la Conférence nationale de l'UEC tenue à Orsay les 2 et 3 mars 1974, en présence de 350 délégués, sont inclus dans cette liste

Voir aussi
Bibliographie

Comité central du Parti communiste français, « Compte-rendu du XIVe Congrès du PCF », Les Cahiers du communisme, 1956, numéro spécial de juillet-août, p. 331-336.
François Billoux, « Rapport au XIVe Congrès du PCF : appel à la jeunesse de France », ibid.
Jean Piel, « Intervention de Jean Piel, secrétaire national de l'UEC, devant le XVIIe Congrès du PCF », Les Cahiers du communisme, 1961, numéro spécial de juin, p. 207-212.
Serge Goffard, pour la fédération Seine-Sud, « Intervention devant le XVIIe Congrès du PCF », Les Cahiers du communisme, 1964, numéro spécial de juin-juillet, p. 356-357.

Articles connexes

Union des étudiants communistes
Mouvement des jeunes communistes de France
Parti communiste français

Lien externe

Clarté et le Nouveau Clarté sur le site du conservatoire des mémoires étudiantes [archive]

Annexes

Sur les autres projets Wikimedia :

Langue des signes française, sur Wikimedia Commons Langue des signes française, sur Wikibooks

Bibliographie
Ouvrages de référence

Monica Companys, Moi Sourd et toi?, ABC…LSF, LSF, Mode d'emploi, Prêt à Signer, Planète des Sourds, Parler en Signes, Dis le avec tes mains, Ah bon !, La LSF en 15 étapes, Dictionnaire 1 200 signes…, éditions Monica Companys
Christian Cuxac, Présentation, Acquisition et interaction en langue étrangère [En ligne], Les Langues des signes : une perspective sémiogénétique, mis en ligne le 14 décembre 2005
Bill Moody, La langue des signes (Tome 1), IVT Éditions (Histoire et syntaxe de la LSF)
Bill Moody, La langue de signes (Tome 2 et Tome 3)c, IVT Éditions (Dictionnaire de la LSF, classé par thèmes)
Benoît Virole Psychologie de la surdité Deboeck Université, deuxième édition, 2000.
Joël Chalude et Yves Delaporte, Gros signes : dans toutes les langues, il y a des gros mots. Dans les langues signées, il y a des gros signes !, trophée d’Autonomic Art 2006, catégorie Dessins, éditions du Fox (association 2-AS).
Yves Delaporte, Dictionnaire étymologique et historique de la langue des signes, origine et évolution de 1 200 signes : ce dictionnaire étymologique, le premier au monde consacré à une langue gestuelle, part à la recherche de la genèse des signes et retrace toutes les étapes de leur évolution, publié avec le soutien du Centre national du livre, Éditions du Fox (association 2-love).

Autobiographies, histoire des sourds

Emmanuelle Laborit, Le Cri de la mouette.
Helen Keller, Sourde, muette, aveugle, PBP
Harlan Lane, Quand l’esprit entend, collection Opus, Odile Jacob
Oliver Sacks, Des yeux pour entendre, Seuil (découverte de la communication par les signes vue par un neurologue)
Armand Pelletier et Yves Delaporte, Moi, Armand, né sourd et muet…, collection Terre Humaine, Plon (autobiographie d’un sourd et muet et analyse d’un ethnologue)
Marcel Debureaux, Hier, aujourd'hui, demain, auteur sourd, Langue des Signes Éditions Publications.

Articles connexes

Alphabet dactylologique
Histoire des sourds
Histoire de la langue des signes
Vieille langue des signes française
Vocabulaire de la langue des signes française
L'Œil et la Main
glottophobie
Visuel-Langue des Signes

Liens externes

Notices d'autoritéVoir et modifier les données sur Wikidata : Système universitaire de documentation • Gemeinsame Normdatei
(en) Fiche langue de la langue des signes française (code «fsl») [archive] dans la base de données linguistique Ethnologue.
(en) Fiche langue de la langue des signes française (code «fren1243») [archive] dans la base de données linguistique Glottolog.
(en) Sources d'information [archive] sur de la langue des signes française sur le site de l'OLAC.
Le dictionnaire de Langue des Signes Française (LSF) collaboratif [archive]
Portail d’information [archive] sur la Langue des Signes Française
Dictionnaire LSF-Français [archive] élaboré par le Master Handi, Technologies et Handicap
ELIX : dictionnaire gratuit français/Langue des signes française, plus de 6 000 signes et 8 000 définitions en LSF [archive]
Dictionnaire [archive] vidéo de langue des signes
DicoLSF [archive] - Association des Pays de la Loire œuvrant en faveur de l'accessibilité universelle avec la LSF, depuis 2008.

[afficher]
v · m
Langue des signes

Portail des langues Portail des langues Portail de la linguistique Portail de la linguistique Portail de la langue française et de la francophonie Portail de la langue française et de la francophonie Portail de la France Portail de la France Portail de la culture sourde Portail de la culture sourde

SMILE FOR NIX OLYMPICA
Supper's Ready Illustrated genesis
https://www.youtube.com/watch?v=e4HfFwVy-h0

L'ORIENTATION ET L'INSTINCT.
L'EXISTENCE, L'ÉTHIQUE ET L'INFINI.
L'INTERPRÉTATION DE LA VIE PAR LE CITOYEN GASPARD PIERRE...
HOMMAGE DU
CITOYEN TIGNARD YANIS

_________________
Kounak le chat....
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.atelier-yannistignard.com
yanis la chouette



Nombre de messages : 6431
Localisation : http://yanis.tignard.free.fr
Date d'inscription : 12/11/2005

MessageSujet: Re: HÉRODOTE, LE FIRST JUILLET ET YHE LAMB LIES DOWN ON BROADWAY   Ven 3 Nov à 4:46

2 November 2017

ESA is offering graphic designers and artists a unique opportunity to feature their work on the rocket carrying the Cheops satellite.

The design will be placed on the Soyuz rocket’s fairing, the tough outer shell that protects the satellite during launch and as it passes through the atmosphere into space.

At an altitude of about 100 km the fairing will be jettisoned and fall back to Earth, while Cheops will continue into orbit.

Cheops, a partnership between ESA and Switzerland, will observe bright stars known to host planets.

Scientists will use high-precision monitoring of a star’s brightness to examine the transit of a planet as it passes briefly across the bright face.

The information will help to reveal the structure of planets circling other stars, especially those in the Earth-to-Neptune mass range. The mission will also contribute to our understanding of how planets change orbits during their formation and evolution.

Cheops is currently on track to be ready for launch by the end of 2018.

This competition is an exciting opportunity for students of graphic art or design, or early career graphic artists and designers to make one of their designs a part of ESA history.
Design space

For the winner, the design will be visible during launch preparations and liftoff, as well as on photographs and video footage taken at the spaceport in Kourou, French Guiana.

In addition, the winner will be invited to attend the main Cheops launch event in Europe as a guest of ESA and to watch as their design climbs skywards.
Cheops satellite

Designs selected as runners-up will be exhibited during the event, which will be broadcast through multiple media channels.

You can read more about Cheops on the dedicated ESA webpages and on the mission webpages from the University of Bern.

Read the full competition rules here.

The deadline for submissions is 17:00 GMT (18:00 CET) on 31 January.

For further information, please contact:

Markus Bauer








ESA Science and Robotic Exploration Communication Officer









Tel: +31 71 565 6799









Mob: +31 61 594 3 954









Email: markus.bauer@esa.int

Kate Isaak
ESA Cheops Project Scientist
Scientific Support Office
Directorate of Science
Tel: +31 71 565 3559
Email: kate.isaak@esa.int

http://www.esa.int/Our_Activities/Space_Science/Launch_your_design_with_Cheops

AND

POUR L'ALPINISTE, LE MARIN, L'AGRICULTEUR ET L'ÉTHIQUE D'UNE ESPÉRANCE PRÉNOMMÉE LE PEUPLE. MON MESSAGE DE CROIRE DANS CETTE VALEUR QUI EST MIENNE ET QUI SE NOMME LA RÉPUBLIQUE. HOMMAGE À LA LAÏCITÉ. PAROLES ET ÉCRITURES DU CITOYEN TIGNARD YANIS.

MISSION ACCOMPLISHED: After two decades in space, NASA's Cassini spacecraft reached the end of its remarkable journey of exploration.

Orbiting the ringed planet Saturn and its numerous moons, the Cassini spacecraft had been a keystone of exploration of the Saturnian system and the properties of gaseous planets in our solar system.

A joint endeavor of NASA, the European Space Agency, or ESA, and the Italian Space Agency, Cassini launched in 1997 along with ESA's Huygens probe. The spacecraft contributed to studies of Jupiter for six months in 2000 before reaching its destination, Saturn, in 2004 and starting a string of flybys of Saturn's moons. That same year it released the Huygens probe on Saturn's moon Titan to conduct a study of the moon's atmosphere and surface composition. In its second extended mission, Cassini made the first observations of a complete seasonal period for Saturn and its moons, flew between the rings and descended into the planet's atmosphere.
Mission Events

December 30, 2000: Cassini-Huygens takes a six-month swing by Jupiter to pick up speed for its journey to Saturn and collaborates with NASA's Galileo spacecraft to study the Jovian system.

June 30, 2004: Cassini arrives at Saturn.

December 13, 2004: Cassini-Huygens makes its first flyby of a Saturnian moon, two in fact: Titan and Dione. For a full list of Cassini's flybys since 2004, visit: http://saturn.jpl.nasa.gov/mission/flybys/

December 24, 2004: The Cassini spacecraft releases the European Space Agency-built Huygens probe at Saturn's moon Titan.

January 14, 2005: The Huygens probe makes its descent through Titan's atmosphere to sample the chemical composition and surface properties of the Saturnian moon.

June 2008: Cassini completes its primary mission to explore the Saturn system and begins its mission extension (Cassini Equinox Mission).

September 2010: Cassini completes its extended mission (Cassini Equinox Mission) and begins its second mission extension (Cassini Solstice Mission), which goes through 2017 and will make the first observations of a complete seasonal period for Saturn and its moons. Learn more at http://saturn.jpl.nasa.gov/index.cfm .

December 2011:Cassini uses its synthetic aperture radar to obtain the highest resolution images yet of Saturn's moon Enceladus.

December 2012: Cassini uses its visual and infrared mapping spectrometer, or VIMS, instrument to track the transit of Venus -- a first for a spacecraft beyond Earth orbit. The exercise is to test the feasibility of using Cassini's VIMS to observe planets outside our solar system.

March 2013: Cassini makes its last flyby of Saturn's moon Rhea, probing the internal structure of the moon by measuring the gravitational pull of Rhea against the spacecraft's steady radio link to NASA's Deep Space Network here on Earth.

July 2013: Cassini images a backlit Saturn to examine the planet's rings in fine detail and captures a pixel-size Earth in the process. In a campaign to raise awareness about the photo shoot, NASA encourages Earthlings to go outside and wave at Saturn.

April 22, 2017: Closest flyby of Titan moon.

April 23, 2017: First Grand Finale orbit begins.

April 26, 2017: First ringplane crossing. NASA's Cassini spacecraft is back in contact with Earth after its successful first-ever dive through the narrow gap between the planet Saturn and its rings.

September 15, 2017: End of Mission as Cassini begins Final Entry into Saturn's Atmosphere.
Scientific Instruments

- Cassini orbiter:
- Ion and neutral mass spectrometer
- Visible and infrared mapping spectrometer
- Composite infrared spectrometer
- Cosmic dust analyzer
- Radio and plasma wave instrument
- Cassini plasma spectrometer
- Ultraviolet imaging spectrograph
- Magnetospheric imaging instrument
- Dual technique magnetometer
- Radio science subsystem
- Imaging science subsystem
- Radar

Huygens probe:
- Descent imager and spectral radiometer
- Huygens atmospheric structure instrument
- Gas chromatograph and mass spectrometer
- Aerosol collector pyrolyzer
- Surface science package
- Doppler wind experiment

https://www.jpl.nasa.gov/missions/
https://www.jpl.nasa.gov/missions/cassini-huygens/

SMILE FOR NIX OLYMPICA
Supper's Ready Illustrated genesis
https://www.youtube.com/watch?v=e4HfFwVy-h0

L'ORIENTATION ET L'INSTINCT.
L'EXISTENCE, L'ÉTHIQUE ET L'INFINI.
L'INTERPRÉTATION DE LA VIE PAR LE CITOYEN GASPARD PIERRE...
HOMMAGE DU
CITOYEN TIGNARD YANIS

_________________
Kounak le chat....
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.atelier-yannistignard.com
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: HÉRODOTE, LE FIRST JUILLET ET YHE LAMB LIES DOWN ON BROADWAY   

Revenir en haut Aller en bas
 
HÉRODOTE, LE FIRST JUILLET ET YHE LAMB LIES DOWN ON BROADWAY
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» 21 juillet - défilé national à Bruxelles
» Journée à Dinant en juillet 2007
» 14 JUILLET 2010 INFO TV
» Défilé militaire du 21 juillet
» Réunion : Porte ouverte Zeebrugge 11 et 12 juillet 2009

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
La.cinquieme.République :: La.cinquieme.République-
Sauter vers: