La.cinquieme.République

De la politique pure et affaires étrangeres
 
AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  MembresMembres  GroupesGroupes  Connexion  

Partagez | 
 

 RENÉE DENEUVE, L'AGRESSION ET SARAH OU MICHEL SARDOU ET TAY

Aller en bas 
AuteurMessage
yanis la chouette



Nombre de messages : 6785
Localisation : http://yanis.tignard.free.fr
Date d'inscription : 12/11/2005

MessageSujet: RENÉE DENEUVE, L'AGRESSION ET SARAH OU MICHEL SARDOU ET TAY   Jeu 19 Oct à 10:09

Renée Deneuve, dite Renée Simonot ou René Dorléac, est une comédienne française née le 10 septembre 1911 au Havre.

Mariée à l'acteur Maurice Dorléac, elle est la mère de Catherine Deneuve et Françoise Dorléac, et la grand-mère de Christian Vadim et Chiara Mastroianni.

Biographie

Renée-Jeanne Deneuve naît au Havre, 9, rue Guillaume-le-Conquérant, de Joseph-Sévère Deneuve, sellier, et Antoinette-Jeanne Schenardi, sans profession1.

Elle fait ses débuts de comédienne au théâtre de l'Odéon en 1918 à l'âge de 7 ans. Elle y restera pendant vingt-huit ans, tenant les emplois de « jeune première ». Elle choisit son nom de scène, Simonot, en hommage à un artiste lyrique qui la parraine dans le métier[réf. nécessaire].

Au milieu des années 1930, elle devient la compagne du comédien Aimé Clariond, dont elle a une fille, Danielle, en 19362,3.

Renée Simonot est l'une des premières comédiennes à faire du doublage, dès le début du cinéma parlant en 1929. À partir des années 1930, elle prête ainsi sa voix à Olivia de Havilland (dans la plupart de ses films)4,5, Sylvia Sidney, Judy Garland ou encore Esther Williams. C'est ainsi qu'elle fait la connaissance de Maurice Dorléac, comédien et directeur de plateau6 pour la MGM, qu'elle épouse le 8 février 19401 et dont elle a trois filles : Françoise en 1942, Catherine en 1943 et Sylvie en 19462.
Retraite

Catherine Deneuve, dans un entretien publié par M, le magazine en 2012, évoque sa mère en ces termes : « C'est incroyable, oui : ma mère a 100 ans ! Bientôt 101. Elle vit seule chez elle, joue au bridge, porte des lunettes mais conserve une très bonne ouïe et une tête formidable. C'est assurément une image réconfortante de la vieillesse. Je me dis que, question énergie, on doit tenir pas mal de ma mère, mes sœurs et moi ! […] Elle a été comédienne très jeune, elle a même joué enfant au théâtre et fut doyenne de l'Odéon à 30 ans. Et puis elle s'est arrêtée de travailler à la naissance de sa troisième fille. C'est un gros truc que d'élever quatre enfants. D'autant qu'elle nous a laissées assez libres. »7
Théâtre

1921 : Les Misérables de Paul Meurice et Charles Hugo d'après Victor Hugo, théâtre de l'Odéon : Cosette
1922 : Molière de Henry Dupuy-Mazuel et Jean-José Frappa, mise en scène Firmin Gémier, théâtre de l'Odéon
1922 : Paul et Virginie de Lucien Népoty et Edmond Guiraud d'après Bernardin de Saint-Pierre , théâtre Sarah-Bernhardt : Virginie petite
1924 : L’Invitation au voyage de Jean-Jacques Bernard, théâtre de l'Odéon : Gérard
1924 : Jésus de Nazareth de Paul Demasy, théâtre de l'Odéon :
1928 : La Belle Aventure de Gaston Arman de Caillavet, Robert de Flers et Étienne Rey, théâtre de l'Odéon : Hermine Desmignères
1932 : Madame Sans-Gêne de Victorien Sardou et Émile Moreau, théâtre de l'Odéon : La Roussotte
1932 : Le Cid de Pierre Corneille, Théâtre national populaire : le page de l'Infante
1932 : Le Favori de Martial Piéchaud, Théâtre national populaire : Catherine
1932 : Les Femmes savantes de Molière, Théâtre national populaire : Henriette
1933 : L'Épreuve de Marivaux, Théâtre national populaire : Angélique
1934 : Jeanne d'Arc de Saint-Georges de Bouhélier, théâtre de l'Odéon : Mengette

Doublage

Les dates correspondent aux sorties initiales.
Cinéma
Films

Olivia de Havilland dans :
La Piste de Santa Fe (1940) : Kit Carson Holliday
La Vie passionnée des sœurs Brontë (1946) - Charlotte Brontë
La Double Énigme (1946) - Terry et Ruth Collins

Judy Garland dans :
Le Magicien d'Oz (1939) : Dorothy
La Pluie qui chante (1947) : Marilyn Miller



Donna Reed dans :
La vie est belle (1946) : Mary Hatch-Bailey (Madeleine en VF)
Le Pays du dauphin vert (1947) : Marguerite Patourel
Horizons lointains (1955) : Sacajawea

Jeanne Crain dans :
L'Homme qui n'a pas d'étoile (1955) - Reed Bowman
Ponce Pilate (1962) - Claudia Procula


1932 : Le Signe de la Croix : Mercia (Elissa Landi) (doublage de 1933)
1932 : L'Adieu aux armes : Catherine Barkley (Helen Hayes)
1939 : La Taverne de la Jamaïque - Mary Yellard (Maureen O'Hara)
1943 : Le Triomphe de Tarzan - Zandra (Frances Gifford)
1944 : L'Odyssée du docteur Wassell - Tremartini (Carol Thurston)
1944 : Assurance sur la mort - Lola Dietrichson (Jean Heather)
1944 : Le Bal des sirènes : Caroline Brooks (Esther Williams)
1947 : Du sang sur la piste - Susan Pritchard (Madge Meredith)
1948 : Raccrochez, c'est une erreur - Mme Sally Lord (Ann Richards)
1948 : La Rivière d'argent - Femme à la réception du président (Gladys Turney)
1948 : Ciel rouge - Amy Lufton (Barbara Bel Geddes)
1949 : Samson et Dalila - Miriam (Olive Deering)
1950 : La Ménagerie de verre : Laura Wingfield (Jane Wyman)
1950 : Chaînes du destin - Patrice Harkness (Phyllis Thaxter)
1951 : Quand les tambours s'arrêteront - Sally (Coleen Gray)
1952 : Parachutiste malgré lui - Julia Loring (Marcy McGuire)
1953 : Salomé - servante de Salomé (Carmen D'Antonio)
1954 : L'Aigle solitaire - Nancy Meek (Audrey Dalton)
1954 : Le Secret magnifique - Mme Miller (Mae Clarke)
1955 : La Terre des pharaons - Kyra (Luisella Boni)
1955 : Le Bouffon du roi - la princesse Gwendolyn (Angela Lansbury)
1957 : Du sang dans le désert - Nona Mayfield (Betsy Palmer)
1958 : Le Chouchou du professeur - Mme Kovac (Vivian Nathan)
1958 : Je pleure mon amour - Kay Trevor (Glynis Johns)
1959 : La Plus Grande Aventure de Tarzan - Alice l’aviatrice (Sara Shane)
1960 : Psychose : Caroline (Patricia Hitchcock)
1960 : Les Sept Chemins du couchant : Mrs Karrington (Mary Field)
1965 : Harlow, la blonde platine - Beatrice Landau ( Hanna Landy)
1965 : Trente minutes de sursis - la superviseuse téléphonique (Viola Harris)
1966 : El Dorado - femme de Saül MacDonald (Ann Newman-Mantee)
1968 : Le Refroidisseur de dames - Mrs. Fitts (Irene Dailey)
1969 : Cent dollars pour un shérif - Mme Ross (Elizabeth Harrower)
1990 : Edward aux mains d'argent : une vieille dame[Qui ?]

Longs métrages d'animation

1949 : La Rose de Bagdad : la princesse Zeila

Références

↑ a et b Acte de naissance no 2755 (vue 202/533) [archive], registre des naissances de l'année 1911 (2e partie) pour la ville du Havre, cote 4E19969, sur le site des archives départementales de la Seine-Maritime, avec mention marginale de son mariage.
↑ a et b Jean-Noël Mirande, « Renée Dorléac ou la Traversée du siècle » [archive], Le Point, 18 mai 2013
↑ François Justamand, « Renée Simonot » [archive], La Gazette du doublage, 10 février 2005
↑ Site du Point, page sur sur Renée Dorléac [archive]
↑ Site d'Objectif cinéma, interview de Renée Simonot [archive]
↑ Responsable de la direction artistique des doublages.
↑ Annick Cojean, « Je n'ai aucune envie de jouer une grand-mère modèle », M, le magazine,‎ 1er septembre 2012, p. 46-51 (lire en ligne [archive])

Article connexe

Liste de personnalités françaises centenaires

Liens externes
Renée Simonot [archive] sur Les Archives du spectacle

Prends l'étoffe d'après la lisière, et la fille d'après la mère.
Un proverbe turc.
Un proverbe sur le mariage.

Catherine Dorléac dite Catherine Deneuve, née le 22 octobre 1943 dans le 17e arrondissement de Paris, est une actrice française.

Considérée comme l'une des plus grandes actrices françaises de sa génération et de la seconde partie du XXe siècle, elle a été l'égérie de réalisateurs majeurs comme Jacques Demy, François Truffaut ou André Téchiné. Catherine Deneuve compte également dans sa filmographie plusieurs grands noms du cinéma international : Luis Buñuel, Roman Polanski, Mauro Bolognini, Robert Aldrich, Marco Ferreri, Dino Risi, Tony Scott, Manoel de Oliveira, Raoul Ruiz ou encore Lars von Trier.

Lauréate de deux Césars de la meilleure actrice (pour Le Dernier Métro et pour Indochine), elle a également obtenu une nomination à l'Oscar de la meilleure actrice (pour Indochine). Elle a par ailleurs obtenu plusieurs prix à l'étranger, notamment dans les trois festivals internationaux les plus prestigieux que sont Cannes, Venise et Berlin.

Prises de position
Droit à l'IVG

En 1971, elle signe le manifeste des 343 affirmant, dans l'objectif d'en obtenir la légalisation, avoir pratiqué l'avortement. L'actrice déclarera des années plus tard au magazine Psychologie : « Oui, c’est une expérience qui fait partie de la vie des femmes de ma génération. Aujourd’hui, on ne s’en rend pas compte, on banalise cela, mais à l’époque… C’est un acte déjà effroyable en soi, mais quand, en plus, il est interdit et qu’il faut le subir dans des conditions compliquées, c’est très culpabilisant. Et la culpabilité, c’est terrible ! On apprend à vivre avec, mais on ne s’en remet pas »40.
Combat contre la peine de mort

Dès les années 1980, Catherine Deneuve se joint aux mouvements pour l'abolition de la peine de mort. Elle prête sa voix à la version française d'un film d'Amnesty International contre la peine de mort et la torture et reverse à cette organisation la totalité des revenus dus au titre de la représentation de son image à la suite de la réalisation de son buste en Marianne. Au début des années 2000, l'actrice vient remettre à l'Ambassade américaine à Paris, les 500 000 signatures de Français demandant l'abolition de la peine capitale aux États-Unis. Elle participe en 2004 au second congrès mondial contre la peine de mort, organisé à Montréal.
Droits des femmes

En 2004, Catherine Deneuve préside le 10e gala Musique contre l'oubli d'Amnesty International pour soutenir une campagne contre les violences faites aux femmes.

Lors de la présidentielle de 2007, elle soutient Ségolène Royal en cosignant la pétition Un million de femmes s'énervent, contre le sexisme dont les signataires jugeaient que la candidate socialiste était victime41.
Soutien aux dissidents cubains

En 2003, Catherine Deneuve participe, au théâtre du Rond-Point, à une soirée de solidarité avec le peuple cubain "Cuba si, Castro no", organisée par Reporters sans frontières et l'association Sin Visa. Elle se déclare hostile au régime de Fidel Castro. Après une projection des images du procès d'Arnaldo Ochoa Sánchez, Catherine Deneuve lit un extrait d'un discours de Fidel Castro prononcé en janvier 1959, rappelant ses contradictions et ses dérives dictatoriales42.
Soutien aux otages français

En 2004, Catherine Deneuve enregistre des messages de solidarité destinés à Christian Chesnot et à Georges Malbrunot, détenus en otage en Irak.

L'année suivante, elle participe à une soirée de solidarité pour Florence Aubenas, enlevée en Irak.
Opposition à la loi Hadopi

Le 7 avril 2009, elle cosigne une lettre ouverte43 s'élevant contre la loi Création et Internet, avec Chantal Akerman, Christophe Honoré, Jean-Pierre Limosin, Zina Modiano, Gaël Morel, Victoria Abril, Louis Garrel, Yann Gonzalez, Clotilde Hesme, Chiara Mastroianni, Agathe Berman et Paulo Branco.
Handicap, douleur, et victimes civiles

En 2003, Catherine Deneuve enregistre un spot radiophonique encourageant les donations pour lutter contre la douleur dans le monde et aider les victimes des mines anti-personnel.

En 2005, elle enregistre des spot radio, TV et cinéma, dénonçant l’utilisation des BASM (bombes à sous-munitions).
Soutien aux sans-papiers et désobéissance civile

Catherine Deneuve signe l'appel contre la loi Debré, initié par des cinéastes français, au motif que le loi abrogeait « la tradition d'hospitalité et encourageait la délation », et qu'elle « flattait ce qu'il y a de moins beau chez les hommes ». L'actrice expliquera en 1997 : « Ce n'est pas un acte de désobéissance, c'est un refus d'obtempérer à une loi qui ne devait pas exister dans l'état où elle était projetée. Ne serait-ce que cette idée qui consiste à demander aux citoyens de se substituer à l'État. Si on est complice de ça, je ne vois pas pourquoi il n'y aurait pas une contagion, avec des vigiles, des comités de quartier, des milices privées légales ».
Mariage pour tous

En mai 2013, en plein débat sur le mariage gay, interrogée sur le plateau de l'émission Le Petit Journal, Catherine Deneuve dit être « perplexe » à propos de l'ouverture du mariage aux couples homosexuels. Elle dit : « Je ne comprends pas pourquoi on veut se marier quand tous les gens divorcent. C'est bizarre. », et aurait préféré voir élargir le PACS. Elle affirme par ailleurs son soutien à l'ouverture du droit à l'adoption pour les couples homosexuels44. L'actrice précise ensuite sa pensée dans le magazine Télérama : « J'avais dit mes doutes sur le mariage en général, institution dont les hétérosexuels cherchent plutôt à s'émanciper, vu la proportion de divorces. Le mariage a été inventé pour protéger la femme qui ne travaille pas. C'est un modèle ancien. Ça m'embête de voir maintenant la famille traditionnelle se dresser pour empêcher l'évolution de la société. Il faut apprendre à vivre avec la réalité d'aujourd'hui »45.
Roman Polanski

En mars 2017, Catherine Deneuve prend position sur l'affaire du viol présumé46 qu'aurait commis Roman Polanski en 1977 sur une mineure de 13 ans. Elle indique : « J'ai été ulcérée. J'ai trouvé cette affaire, née une fois encore des réseaux sociaux, tout à fait ignoble. Je regrette de le dire aux milliers de femmes qui ont signé cette pétition, mais la plupart ne connaissent pas bien l'histoire de Polanski. Dans cette histoire, alors que je suis féministe, je ne suis pas fière des femmes. Je ne suis pas fière d'être une femme »47.
François Hollande
En 2016, Catherine Deneuve signe une tribune qui dénonce le « Hollande bashing ». Défendant le bilan du président de la République, elle l'accompagne lors d'une tournée diplomatique en Malaisie et à Singapour du 26 au 30 mars 2017, afin de « faire rayonner le cinéma français »48,49. Lors d’une interview au journal de 20 h de France 2, le 19 mars 2017, elle affirme à Laurent Delahousse : « Il y a un tel manque de respect pour la fonction, au delà même de François Hollande, je trouve cela extrêmement choquant »49.

Serf en amour, seigneur en mariage.
Un proverbe anglais.
Un proverbe sur le mariage.

Approche de son travail d'actrice
Catherine Deneuve au festival de Cannes 2000.

Faisant le distinguo entre « vouloir être regardée » et « subir le regard des autres »50, Catherine Deneuve a toujours refusé de jouer au théâtre, évoquant sa peur du public et du rapport frontal avec les spectateurs :

   « Je sais que c'est en contradiction avec mon métier, mais un regard posé sur moi me gêne. C'est sans doute pour ça d'ailleurs que je ne veux pas faire de théâtre. (...) Tous les acteurs que je connais, et qui font du théâtre, me disent que c'est un moment extraordinaire et merveilleux, en dépit du trac, quand ils montent sur scène. Moi, ça me semble une chose impossible, surhumaine51. »

Lorsque l'actrice se décide enfin, en 2009, à monter sur scène pour une lecture de Je me souviens de Georges Perec lors d'un festival culturel en Toscane, elle est sifflée par le public. Les manifestations de mécontentement - qui nécessiteront l'intervention de la police - ne visaient pas la qualité de son jeu, mais le fait que le spectacle soit proposé en langue française sans sous-titres, alors que les spectateurs ne s'y attendaient pas52.

Sa défiance naturelle vis-à-vis du théâtre n'est cependant pas qu'anecdotique. L'actrice peut être considérée comme l'archétype de l'actrice de cinéma (en opposition à l'actrice de théâtre), et plus encore de la star - l'une des rares actrices françaises à pouvoir revendiquer ce statut. Le cinéaste Benoît Jacquot dit d'elle qu'elle « possède une puissance cinématographique à peu près sans égale »53. Son jeu est de nature plutôt minimaliste, préférant en faire moins que trop54. Arnaud Desplechin dit à ce sujet :

   « Dans ses manuscrits, Henri Beyle raturait chacune de ses phrases qui avait le mauvais goût de faire douze pieds ; il préférait retrancher un peu, ou ajouter une conjonction fade, pour obtenir neuf pieds ou treize, plutôt que la pompe d'un alexandrin et son hémistiche attendu. Voilà comment joue Catherine Deneuve55. »

Bien qu'elle ne possède pas la formation académique d'autres comédiennes (elle n'est jamais allée au Conservatoire, contrairement à nombre de ses consœurs – dont sa propre sœur), son jeu reste technique. Elle aime les contraintes et dit se sentir plus libre quand la scène à interpréter exige un plan séquence, de longs travellings ou des mouvements de caméra compliqués50.

Sa voix (« la plus belle du cinéma français, avec celle de Jeanne Moreau, précise, grave comme il faut », a écrit Erik Orsenna56) est aussi l'un de ses outils privilégiés. L'actrice est connue pour son phrasé rapide et ses brusques changements de rythme. Le cinéaste Jean-Paul Rappeneau dit d'elle qu'elle est « la personne capable de dire le plus de mots dans le moins de secondes possible tout en ne perdant pas une seule syllabe »57 et André Téchiné précise que « dans certains films, ses partenaires – et, parfois, ses metteurs en scène – ont du mal à la suivre : ils ne vont pas assez vite. Elle dit ses répliques à toute allure et, en même temps, les module. Elle a, donc, la rapidité et le contraire de la rapidité »58. L'actrice dira à ce propos :

   « Truffaut avait une théorie sur mon débit de voix, qui était aussi celui de ma sœur Françoise : l'idée qu'on était d'une famille nombreuse (nous étions quatre filles), et qu'il y avait une telle concurrence pour placer un mot dans les conversations familiales qu'il y avait eu une accélération59. »

L'épouse est une chaîne aux pieds et l'enfant un mors dans la bouche.
Un proverbe indien.
Marier une fille est aussi nécessaire que de creuser un puits. Un proverbe indien
Un proverbe sur le mariage.

1965 : Le Chant du monde de Marcel Camus - Clara

DE MONSIEUR TIGNARD YANIS.


_________________
Kounak le chat....
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.atelier-yannistignard.com
yanis la chouette



Nombre de messages : 6785
Localisation : http://yanis.tignard.free.fr
Date d'inscription : 12/11/2005

MessageSujet: Re: RENÉE DENEUVE, L'AGRESSION ET SARAH OU MICHEL SARDOU ET TAY   Jeu 19 Oct à 10:13

Fiche technique

Titre : L'Agression
Réalisation : Gérard Pirès
Scénario : Jean-Patrick Manchette et Gérard Pirès, d'après le roman The Shrewsdale Exit, de John Buell
Production : Alain Poiré et Pierre Braunberger
Société de production : Gaumont
Musique : Robert Charlebois
Photographie : Silvano Ippoliti
Montage : Jacques Witta
Assistant réalisateur : Daniel Janneau
Pays d'origine : France, Italie
Format : Couleurs - 1,37:1 - Mono - 35 mm
Genre : Drame
Durée : 101 minutes
Date de sortie : 16 avril 1975 (France)
Film interdit aux moins de 16 ans lors de sa sortie en salles en France

Distribution

Jean-Louis Trintignant : Paul Varlin
Catherine Deneuve : Sarah
Claude Brasseur : André Ducatel
Philippe Brigaud : capitaine Escudero
Franco Fabrizi : Jean-Charles Sauguet
Michèle Grellier : Hélène Varlin
Milena Vukotic : juge d'instruction
Jacques Rispal : Raoul Dumouriez
Robert Charlebois : Justin
Jacques Chailleux: motard
Tony Gatlif: motard
Étienne Chicot: motard
Daniel Duval: motard
Delphine Boffy : Patty Varlin
Leonora Fani : Josy
Jacques Canselier: photographe
Sonia Vareuil: serveuse grill Motel Sud (non créditée)
Michel Delahaye : armurier
Daniel Auteuil : fiancé de Natacha
Valérie Mairesse : Natacha
André Nader : client Sud Motel (non crédité)
Rémy Julienne : cascadeur
Odile Astié : cascadeuse
Jean Amos
Pierre Londiche
Jacob Weizbluth
Mario Santini
Berardd Sury
Claude Mercutio.
Jean-Marie Poiré: chanteur des Frenchies
Pierre Mondy: voix de Franco Fabrizzi
Jean-Claude Andruet: conducteur Fiat
Pilotes moto : René Guili, Michel Rougerie, Victor Soussan, Jean-Paul Boinet, Gérard Choukroun, Thierry Tchernine, Jean-Claude Chemarin, Gilles Husson, Jean-François Baldé, Jean-Claude Meilland, Alain Terras, Pierre Soulas, Tournaire, Groux, Jean Basselin
Christiane Delorme : une cliente du grill Sud Motel

Autour du film

À noter, une apparition de Jean-Marie Poiré dans le rôle du chanteur des Frenchies.
Caméo de Louis Daquin.
Jean-Louis Trintignant est habillé par Christian Dior Monsieur dans le film1.

ET

Synopsis
Deux clans de paysans s'affrontent dans les collines de Haute-Provence. Un rude paysan, Le Matelot, s'inquiète de ne pas voir revenir son fils, Le Besson, parti couper des arbres dans les hauteurs. Avec son ami Antonio Bouche d'or, il part à la recherche de son fils. Il découvre que Le Besson a emmené Gina, la fille du redoutable Maudru, promise au neveu de Maudru. Une guerre s'engage, qui ne s'arrêtera qu'après plusieurs morts.

Fiche technique

Titre : Le Chant du monde
Réalisation : Marcel Camus
Scénario : Marcel Camus, d'après le roman éponyme de Jean Giono
Photographie : Raymond Lemoigne
Ingénieur du son : René Levert
Musique : André Hossein
Décors : Robert Giordani
Montage : Andrée Feix
Sociétés de production : Les Films Marceau, Cocinor, Orphée Productions
Directeur de production : Michel Choquet
Durée : 109 minutes
Date de sortie : Drapeau de la France France : 7 octobre 1965

Distribution

Charles Vanel : Le Matelot, Marinau
Hardy Krüger : Antonio
André Lawrence : Le Besson, Denis
Marilù Tolo : Gina
Catherine Deneuve : Clara
Serge Marquand : le neveu
Reinhard Kolldehoff : Maudru
Ginette Leclerc : Gina la vieille
Nane Germon : Junie
Georgette Anys : la voisine de Clara
Christian Marin : Le Tatoué
Michel Vitold : Toussaint
Saro Urzì : Carle
Jacques Brunius (Jacques Borel)
Pierre Tornade
Jean-Jacques Delbo
Michel Charrel
Valérie Boisgel
Maria-Rosa Rodriguez
François Nadal
Gérard Chevalier
Liliane Chadel
René Bazart
Eliane Florian
Catherine Le Couey
Régine Macchi
Marcelle Lambert
Claire Duval

Appréciation critique

« Dans le cadre de ces paysages splendides, filmés pendant les quatre saisons, de nombreux acteurs jouent, avec des fortunes diverses, les difficiles paysans de Giono au langage trop symbolique. Charles Vanel et Hardy Kruger (doublé) sont les meilleurs avec Catherine Deneuve, très belle et très émouvante dans le rôle bref et difficile d'une aveugle, ange de douceur dans ce film de violence. »

— Robert Chazal, France-Soir, octobre 1965

Il est heureux de tomber à terre si pendant que vous y êtes étendu, votre main rencontre un diamant.
Proverbe indien.
Une citation sur le mot heureux.

HOMMAGE POUR CATHERINE DENEUVE, FRANÇOISE DORLÉAC ET DANIELLE DARIEUX.
DE MONSIEUR TIGNARD YANIS.
ALIAS
TAY
La chouette effraie

_________________
Kounak le chat....
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.atelier-yannistignard.com
yanis la chouette



Nombre de messages : 6785
Localisation : http://yanis.tignard.free.fr
Date d'inscription : 12/11/2005

MessageSujet: Re: RENÉE DENEUVE, L'AGRESSION ET SARAH OU MICHEL SARDOU ET TAY   Jeu 19 Oct à 10:47

Lise Topart est une actrice française, née le 24 octobre 19271 à Paris, morte le 3 mars 1952 (à 24 ans) à Nice (Alpes-Maritimes).

Biographie

Élève de l'actrice Marie Ventura, Lise Topart obtient son premier rôle, à 16 ans, dans Le Grand Poucet de Claude-André Puget, mis en scène par Gaston Baty au Théâtre Montparnasse, en 1944. Elle connaît un vif succès l'année suivante avec Rosiers blancs de Simone Le Bargy au Théâtre des Mathurins. Sa prestation est saluée par la critique, certains journaux la comparent à Réjane.

Elle alterne ensuite les pièces et les films. Elle fait une apparition, en 1946, dans Sylvie et le Fantôme de Claude Autant-Lara. Remarquée, en 1947, dans Les gosses mènent l'enquête de Maurice Labro, où elle joue le rôle de Mariette, elle enchaîne, la même année, avec Contre-enquête de Jean Faurez. En 1949, elle incarne « Sarah » dans La Cage aux filles, un film de Maurice Cloche.

Elle meurt, en plein succès à 24 ans : le 3 mars 1952, à Nice, elle embarque sur un vol Air France pour Paris qui s'écrase au décollage. L'avion, un SNCASE SE.161 Languedoc en phase de montée initiale, s'écrase à un kilomètre de l'aéroport. Aucun des 34 passagers, dont deux autres artistes, Michèle Verly et Harriet Toby, et 4 membres d'équipage ne survit.

Lise et son frère, le comédien Jean Topart, sont inhumés au cimetière du Père-Lachaise (57e division) à Paris2.
Filmographie

1946 : Sylvie et le Fantôme de Claude Autant-Lara
1947 : Les Gosses mènent l'enquête de Maurice Labro : Mariette
1947 : Contre-enquête de Jean Faurez
1949 : La Cage aux filles de Maurice Cloche : Sarah

Théâtre

1944 : Le Grand Poucet de Claude-André Puget, mise en scène Gaston Baty, Théâtre Montparnasse
1945 : Rosiers blancs de Simone Le Bargy, mise en scène Marcel Herrand, Théâtre des Mathurins
1945 : Marie-Anne Victoire de Jacques Tournier, Studio des Champs-Élysées
1945 : Rebecca de Daphne du Maurier, mise en scène Jean Wall, Théâtre de Paris
1946 : Un souvenir d'Italie de Louis Ducreux, mise en scène de Louis Ducreux, Théâtre de l'Oeuvre
1948 : Le Voleur d'enfants de Jules Supervielle, mise en scène Raymond Rouleau, Théâtre de l'Œuvre
1948 : La Ligne de chance d'Albert Husson, mise en scène Michèle Verly, Théâtre Gramont
1950 : Notre peau de José-André Lacour, mise en scène Michel Vitold, Théâtre de l'Œuvre
1950 : Le Bal du Lieutenant Helt de Gabriel Arout, mise en scène Marcel Herrand, Théâtre des Mathurins
1950 : Le Château du carrefour d'Odette Joyeux, mise en scène Marcel Herrand, Théâtre des Mathurins
1951 : Marée d'automne de Daphne du Maurier, mise en scène Jean Darcante, Théâtre Gramont

Notes et références

↑ les gens du cinéma.com [archive]
↑ « Lise Topart (1927-1952) » [archive], Amis et Passionnés du Père-Lachaise, 30 juillet 2011 (consulté le 31 mai 2013)

Liens externes

Sur les autres projets Wikimedia :

Lise Topart, sur Wikimedia Commons

Notices d'autoritéVoir et modifier les données sur Wikidata : Fichier d’autorité international virtuel • International Standard Name Identifier • Bibliothèque nationale de France (données)
(en) Lise Topart [archive] sur l’Internet Movie Database
Évocation de Lise Topart et de son frère Jean Topart [archive] par Armelle Héliot, critique dramatique au Figaro.
Lise Topart [archive] sur lesarchivesduspectacle.net


et

Françoise Dorléac (21 March 1942 – 26 June 1967) was a French actress. She was the daughter of screen actor Maurice Dorléac and Renée Simonot, and the elder sister of Catherine Deneuve. The two sisters starred together in the 1967 musical, The Young Girls of Rochefort. Her other films include Philippe de Broca's movie L'Homme de Rio, François Truffaut's La Peau douce, Roman Polanski's Cul-de-sac and Val Guest's Where the Spies Are.

Biography

Slim, pale-skinned and brunette, Dorléac appeared in several movies before hitting stardom with François Truffaut's melodrama La Peau douce (1964) and the classic spy spoof L'Homme de Rio (1964) with Jean-Paul Belmondo. She also appeared in the comedy films Arsène Lupin contre Arsène Lupin (1962) opposite Jean-Claude Brialy, and Male Hunt (1964).

She appeared as the adulterous wife in Roman Polanski's black comedy Cul-de-sac, and joined Gene Kelly and her sister Catherine, who was a cinematic star by this time, in the candy-coated The Young Girls of Rochefort (1967), a colorful homage to the Hollywood musical. Other non-French movie credits included Genghis Khan (1965), Where the Spies Are (1965) with David Niven, and Billion Dollar Brain (1967) opposite Michael Caine.
Death

Dorléac was on the brink of international stardom when she died on 26 June 1967 in a motor accident. She lost control of a rented Renault 10 and hit a signpost ten kilometres from Nice at the Villeneuve-Loubet exit of the highway La Provençale. The car flipped over, and burst into flames. She had been en route to Nice airport and was afraid of missing her flight. She was seen struggling to get out of the car, but was unable to open the door. Police later identified her body only from the fragment of a cheque book, a diary and her driver's licence.
Filmography
This list is incomplete; you can help by expanding it.

Les Loups dans la bergerie (1960) - Madeleine
Les portes claquent (1960) - Dominique (together with her sister Catherine Deneuve)
Ce soir ou jamais (1961) - Danièle
La Fille aux yeux d'or (1961) - Katia
All the Gold in the World (1961) - La journaliste
Adorable Menteuse (1962)
La gamberge (1962, aka The Dance) - Françoise
Les trois chapeaux claques (1962, TV Movie) - Paula
Arsène Lupin contre Arsène Lupin (1962) - Nathalie Cartier
4 FOIS D - Françoise Dorléac (1964, Short Film) - Herself
L'Homme de Rio (1964) - Agnès Villermosa
La Peau douce (1964) - Nicole
La chasse a l'homme (1964, aka The Gentle Art of Seduction) - Françoise Bicart alias Sandra Rossen
La Ronde (1964)
Les petites demoiselles (1964, TV Movie)
Genghis Khan (1965) - Bortei
Where the Spies Are (1966) - Vikki
Cul-de-sac (1966) - Teresa
Julie de Chaverny Ou La double méprise (1967, TV Movie) - Julie
Les demoiselles de Rochefort (1967) - Solange Garnier (also with Deneuve)
Billion Dollar Brain (1967) - Anya (final film role)

References
External links

Biography portal

Françoise Dorléac on IMDb
Françoise Dorléac at Find a Grave

Les Fables de Nagalïéw et L'Univers de Minouska...


La Légende du rossignol du Japon et des poignards Volants de TAY La chouette effraie.
pour Xiao Mei et Vent.

Le rossignol du Japon résonne à travers tous les continents du monde
depuis que son lien d'amitié est établis avec Merlin, le rouge-gorge du Népal.
Son chant est si mélodieux qu'il peut briser le cristal...

L'oiseau dans le Japon, réveillez l’âme de la nature...;
il était seul, ce rossignol du Japon...
Il a exprimé un chant de renouveau et d'espoir sur les différents triangles...

L'oiseau tout comme les dragons a su traversé par lui même les mers
mais sans la force de l'hirondelle, ne put traverser l'Océan.
Alors, des marins de L'île Yagishiri les aidèrent à traverser les rives du grand bleu.

Rossignols du Japon, au coeur des marins, se chagrinaient de l'Ile et de ses Iles...
Pourtant. ils traversaient avec ses ailes propageant le monde
de son chant mélodieux car le rossignol était devenu pluriel par ses traversées.

Et puis, les cages apparurent dans l'île de sakhaline où les samouraïs
recherchaient leurs vertus thérapeutiques: Le chants du Soleil Levant ou Le pays.
Ces oiseaux furent attrapés et entreposaient dans des prisons de métaux.

La légende TAY La chouette effraie raconte que les Rossignols du Japon,
ces oiseaux aux chants de mélodies et de berceuses, ont séduit l'oreille des civilisations:
Et, Cela n'a pas été au gout de Tous car étant enfermés dans des cages..

ECRIT DU
CITOYEN TIGNARD YANIS

_________________
Kounak le chat....


DE MONSIEUR TIGNARD YANIS.
ALIAS
TAY
La chouette effraie
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.atelier-yannistignard.com
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: RENÉE DENEUVE, L'AGRESSION ET SARAH OU MICHEL SARDOU ET TAY   

Revenir en haut Aller en bas
 
RENÉE DENEUVE, L'AGRESSION ET SARAH OU MICHEL SARDOU ET TAY
Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Le Havre - Avenue René Coty
» René Alexis
» STAR ACADÉMIE 2012 - René Angélil de retour à l’Académie
» Décés de René Lepelley.
» Elle s'appelait Sarah ......de TAtiana de Rosnay

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
La.cinquieme.République :: La.cinquieme.République-
Sauter vers: