La.cinquieme.République

De la politique pure et affaires étrangeres
 
AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  MembresMembres  GroupesGroupes  Connexion  

Partagez | 
 

 17 AOÛT 1947: L’ÉDUCATION, LE VOTE, LA FEMME, LA CONSCIENCE

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
yanis la chouette



Nombre de messages : 6205
Localisation : http://yanis.tignard.free.fr
Date d'inscription : 12/11/2005

MessageSujet: 17 AOÛT 1947: L’ÉDUCATION, LE VOTE, LA FEMME, LA CONSCIENCE   Mer 13 Sep à 10:08

LE 17 AOÛT 1947, LE VOTE, L’ÉDUCATION, LA FEMME ET LA CONSCIENCE.
LE REGARD DE LA REINE DE BRETAGNE SOUS LA COUPE DU ROI D'ORLEANS

Les Dogons sont un peuple du Mali, en Afrique noire. Leur population totale au Mali est estimée à 700 000 personnes1. Ils occupent la région, nommée Pays Dogon, qui s'étend de la falaise de Bandiagara jusqu'au sud-ouest de la boucle du Niger. Quelques Dogons sont installés dans le nord du Burkina Faso, d'autres se sont installés en Côte d'Ivoire.

Les Dogons sont avant tout des cultivateurs (essentiellement du mil) et des forgerons. Ils sont réputés pour leur cosmogonie et leurs sculptures. La langue parlée par les Dogons est le dogon, qui regroupe plusieurs dialectes. Il existe aussi une langue secrète, le sigi so, langue réservée à la société des masques. Les Dogons sont liés avec l’ethnie des Bozos par la parenté à plaisanterie (appelée sinankunya au Mali). Dogons et Bozos se moquent réciproquement, mais, parallèlement, se doivent mutuelle assistance.

The Dogon are an ethnic group living in the central plateau region of Mali, in West Africa, south of the Niger bend, near the city of Bandiagara, in the Mopti region. The population numbers between 400,000 and 800,000.[1] They speak the Dogon languages, which are considered to constitute an independent branch of the Niger–Congo language family.[2]

The Dogon are best known for their religious traditions, their mask dances, wooden sculpture and their architecture. The past century has seen significant changes in the social organisation, material culture and beliefs of the Dogon, partly because Dogon country is one of Mali's major tourist attractions.

--------------------------------

Religion
Sculpture dogon en bois, probablement une figure ancestrale, XVIIe – XVIIIe siècle, Pavillon des Sessions, musée du Louvre

Originellement, ils sont animistes. Ayant fui pour éviter l’islam (les guerriers peuls les appelaient les « Habés » — païens). Actuellement ils sont musulmans et une minorité est chrétienne.

La religion animiste des dogons se fonde, outre le culte voué au Dieu créateur Amma, sur le culte des ancêtres. Cet animisme prend quatre formes :

le culte du lébé,
le culte du Binou,
le culte des âmes,
l'institution des masques (société Awa)5.


Culture and religion

The blind Dogon elder, Ogotemmêli, taught the main symbols of the Dogon religion to the French anthropologist Marcel Griaule in October 1946.[13] Griaule had lived amongst the Dogon people for fifteen years before this meeting with Ogotemmêli had taken place. Ogotemmêli taught Griaule the religious stories in the same way that Ogotemmêli had learned them from his father and grandfather; instruction which he had learned over the course of more than twenty years.[14] What makes the record so important from a historical perspective is that the Dogon people were still living in their oral culture at the time their religion was recorded. They were one of the last people in Africa to lose their independence and come under French rule.[13]

The Dogon people with whom the French anthropologists Griaule and Germaine Dieterlen worked with during the 1930s and 40s had a system of signs which ran into the thousands, including "their own systems of astronomy and calendrical measurements, methods of calculation and extensive anatomical and physiological knowledge, as well as a systematic pharmacopoeia."[15] The religion embraced many aspects of nature, which some researchers associate with an African Traditional Religion.

The key spiritual figures in the religion were the Nummo/Nommo twins. According to Ogotemmêli's description of them, the Nummo, whom he also referred to as the Serpent, were amphibians that were often compared to serpents, lizards, chameleons, and occasionally even sloths (because of their being slow moving and having a shapeless neck). They were also described as fish capable of walking on land; while they were on land, the Nummo stood upright on their tails. The Nummos' skin was primarily green, but, like the chameleon, it sometimes changed colours. It was said to at times have all the colours of the rainbow.[16]

In other instances, the Nummo were referred to as "Water Spirits."[17] Although the Nummo were identified as being "Dieu d'eau" (Gods of Water) by Marcel Griaule, Ogotemmêli identified the Nummo as hermaphrodites and they appeared on the female side of the Dogon sanctuary."[18] They were primarily symbolized by the sun, which was a female symbol in the religion. In the Dogon language, the sun’s name, (nay), had the same root as "mother," (na), and “cow,” (nā).[19] They were symbolized by the colour red, a female symbol.

It was the problem of "twin births" versus "single births," or androgyny versus single-sexed beings, that contributed to a disorder at the beginning of time. This theme became a significant basis of the Dogon religion. "The jackal was alone from birth," said Ogotemmêli, "and because of this he did more things than can be told."[20] Dogon males were primarily associated with the single-sexed male Jackal and the Sigui festival, which was associated with death on the Earth. It was held once every sixty years and celebrated the white dwarf star Sirius B. The colour white was a symbol of males. The ritual language, "Sigi so," or "language of the Sigui," which was taught to male dignitaries of the Society of the Masks, ("awa"), was considered a poor language, and only contained about a quarter of the vocabulary of "Dogo so," the Dogon word language. The "Sigi so" was used to tell the story of creation of the universe, of human life, and the advent of death on the Earth, during funeral ceremonies and the rites of the "end of mourning" ("dama").[21]

It was because of the birth of the single-sexed male Jackal, who was born without a soul, that all humans eventually had to be turned into single-sexed beings. This was to prevent a being like the Jackal from ever being born on Earth again. "The Nummo foresaw that the original rule of twin births was bound to disappear, and that errors might result comparable to those of the jackal, whose birth was single. For it was because of his solitary state that the first son of God acted as he did."[20] The removal of the second sex and soul from humans is what the ritual of circumcision represents in the Dogon religion. "The dual soul is a danger; a man should be male, and a woman female. Circumcision and excision are once again the remedy."[22]

The Dogon religion was centered on this loss of twinness or androgyny. Griaule describes it in this passage:

"Most of the conversations with Ogotemmêli had indeed turned largely on twins and on the need for duality and the doubling of individual lives. The Eight original Ancestors were really eight pairs… But after this generation, human beings were usually born single. Dogon religion and Dogon philosophy both expressed a haunting sense of the original loss of twin-ness. The heavenly Powers themselves were dual, and in their Earthly manifestations they constantly intervened in pairs…"[23]

The birth of human twins was celebrated in the Dogon culture in Griaule's day because it recalled the "fabulous past, when all beings came into existence in twos, symbols of the balance between humans and the divine." According to Griaule, the celebration of twin-births was a cult that extended all over Africa.[23]

Today, a significant minority of the Dogon practice Islam. Another minority practice Christianity. Today the Dogon record their ancestry through a patrilineal system. Each Dogon community, or enlarged family, is headed by one male elder. This chief head is the oldest living son of the ancestor of the local branch of the family. According to the NECEP database, within this patrilineal system polygynous marriages with up to four wives can occur.

Most men, however, have only one wife, and it is rare for a man to have more than two wives. Formally, wives join their husband's household only after the birth of their first child. Women may leave their husbands early in their marriage, before the birth of their first child. After having children, divorce is a rare and serious matter, and it requires the participation of the whole village. An enlarged family can count up to a hundred persons and is called guinna.
A Hogon.

The Dogon are strongly oriented toward harmony, which is reflected in many of their rituals. For instance, in one of their most important rituals, the women praise the men, the men thank the women, the young express appreciation for the old, and the old recognize the contributions of the young. Another example is the custom of elaborate greetings whenever one Dogon meets another. This custom is repeated over and over, throughout a Dogon village, all day.

During a greeting ritual, the person who has entered the contact answers a series of questions about his or her whole family, from the person who was already there. The answer is sewa, which means that everything is fine. Then the Dogon who has entered the contact repeats the ritual, asking the resident how his or her whole family is. Because the word sewa is so commonly repeated throughout a Dogon village, neighboring peoples have dubbed the Dogon the sewa people.

---------------------------------------

Histoire

Les Dogons seraient partis du Mandé, région située au sud-ouest du Mali au XIVe siècle pour éviter l'islamisation2. Ils se seraient installés à Kani Bonzon avant de se disperser sur trois sites que sont la Falaise de Bandiagara (site mis en 2003 sur la liste mondiale du patrimoine de l'UNESCO), le plateau (région de Sangha) et la plaine3. Cette falaise était alors habitée par les Tellem, portant aussi le nom de Kurumba. D'après les Dogons, les Bana ont précédé les Tellem (il s'agirait des Toloy). Même s'ils ont longtemps subi la domination des divers peuples ayant créé de grands empires ou royaumes, les Dogons ont toujours su conserver leur indépendance à cause de la difficulté d'accès à leurs territoires montagneux isolés. Les Dogons luttèrent farouchement contre les Mossis à l'époque de l'empire sonhrai, puis contre les Peuls à partir du XVIIe siècle. Les Dogons et les Soninkés sont très liés, les Dogons étaient parfois influencés culturellement et linguistiquement par les Soninkés dont certains se sont mélangés aux Dogons lors de leur grande dispersion après la chute de l'empire du Ghana.

Le peuple Dogon a été pour la première fois étudié par l'explorateur Louis Desplagnes (1871 - 1914), un lieutenant de l'armée coloniale française. Contrairement aux us coloniaux, Desplagnes se montre très respectueux des coutumes et traditions dogons, refusant en particulier de s'emparer des objets qui ne lui sont pas donnés ou échangés de bon gré. Il vit au contact de la population en 1904 et 1905. Il rapporte en Europe les premiers éléments détaillés sur la vie du peuple Dogon4.

Traditionnellement, les hommes dogons sont en général vêtus d'un boubou ou d'une tunique ouverte sur les côtés, et d'un pantalon tissé de trois bandes de chaque côté des cuisses. Les vêtements de couleur marron, ocre, jaune sont préférés. Les Dogons portent le chapeau conique, mais plus souvent encore le bonnet, surtout chez les hommes âgés. Autrefois les hommes portaient les cheveux très longs et frisés. Sur le haut de la tête un cimier était fait avec les cheveux. Quand les cheveux étaient jugés trop courts, on y ajoutait des éléments. Généralement les cheveux sont rasés vers l'âge de 45 ans. Une ceinture de cauris encercle la tête. Des bracelets de cuivre ou d'argent sont portés au bras, ainsi que des bagues au doigt. Les talismans sont très utilisés. On y ajoute des poils de queue d'éléphant pour la force.

Les femmes dogons portent le pagne et le boubou féminin. Les coiffures sont très riches et variées. Elles sont en forme de casque, avec de longue mèches tressées sur les côtés, un nœud de cheveux sur la nuque et le cimier sur le haut du crâne. À la coiffure sont ajoutés des perles ainsi que des bijoux d'or ou d'argent. Les oreilles sont percées et de nombreuses boucles d'or y sont fixées en forme de cercle. Vers l'âge de trois ans un anneau est fixé à la lèvre inférieure pour le premier stade d'initiation à la parole, puis trois anneaux au nez entre 10 et 12 ans, celui du milieu en cuivre pour attirer les bonnes paroles et les autres en aluminium pour chasser les mauvaises. Les pierres précieuses sont aussi utilisées pour les parures. On n'observe ni scarification ni tatouage.

Geography and history Feat

The principal Dogon area is bisected by the Bandiagara Escarpment, a sandstone cliff of up to 500 m (1,640 ft) high, stretching about 150 km (90 miles). To the southeast of the cliff, the sandy Séno-Gondo Plains are found, and northwest of the cliff are the Bandiagara Highlands. Historically, Dogon villages were established in the Bandiagara area in consequence of the Dogon people's collective refusal to convert to Islam a thousand years ago.[3]

Dogon insecurity in the face of these historical pressures caused them to locate their villages in defensible positions along the walls of the escarpment. The other factor influencing their choice of settlement location is water. The Niger River is nearby and in the sandstone rock, a rivulet runs at the foot of the cliff at the lowest point of the area during the wet season.

Among the Dogon, several oral traditions have been recorded as to their origin. One relates to their coming from Mande, located to the southwest of the Bandiagara escarpment near Bamako. According to this oral tradition, the first Dogon settlement was established in the extreme southwest of the escarpment at Kani-Na.[4][5] Archaeological and ethnoarchaeological studies in the Dogon region were especially revealing about the settlement and environmental history, and about social practices and technologies in this area over several thousands of years.[6][7][8]

Over time, the Dogon moved north along the escarpment, arriving in the Sanga region in the 15th century.[9] Other oral histories place the origin of the Dogon to the west beyond the river Niger, or tell of the Dogon coming from the east. It is likely that the Dogon of today combine several groups of diverse origin who migrated to escape Islamization.[10]

It is often difficult to distinguish between pre-Muslim practices and later practices, though Islamic law classified them and many other ethnicities of the region, (Mossi, Gurma, Bobo, Busa and the Yoruba) as being within the non-canon dar al-harb and consequently fair game for slave raids organized by merchants.[11] As the growth of cities increased, the demand for slaves across the region of West Africa also increased. The historical pattern has included the murder of indigenous males by Islamic raiders and enslavement of women and children.[12]

Art
Main article: African art § Dogon
A Dogon wood sculpture, probably an ancestor figure, 17th–18th century.

Dogon art is primarily sculpture. Dogon art revolves around religious values, ideals, and freedoms (Laude, 19). Dogon sculptures are not made to be seen publicly, and are commonly hidden from the public eye within the houses of families, sanctuaries, or kept with the Hogon (Laude, 20). The importance of secrecy is due to the symbolic meaning behind the pieces and the process by which they are made.

Themes found throughout Dogon sculpture consist of figures with raised arms, superimposed bearded figures, horsemen, stools with caryatids, women with children, figures covering their faces, women grinding pearl millet, women bearing vessels on their heads, donkeys bearing cups, musicians, dogs, quadruped-shaped troughs or benches, figures bending from the waist, mirror-images, aproned figures, and standing figures (Laude, 46–52).

Signs of other contacts and origins are evident in Dogon art. The Dogon people were not the first inhabitants of the cliffs of Bandiagara. Influence from Tellem art is evident in Dogon art because of its rectilinear designs (Laude, 24).

Architecture
Village de Banani, la Togouna est visible au centre de l'image.

L'architecture dogon est spécifique. La plupart des villages sont implantés dans la falaise, et accessibles par des chemins escarpés qui empruntent les failles du plateau ou par des chemins tout à fait accessibles.
Village dogon construit au flanc de la falaise.

La case traditionnelle est organisée autour d'une cour, chaque femme ayant son grenier auquel le mari n'a pas accès. Le grenier du mari sert à conserver le mil, le grenier des femmes sert, lui, à conserver les condiments et différents objets. Les greniers sont clairement identifiables par leur toiture en seko (paille), celui du mari étant en général, le plus important.

Il existe différentes sortes de greniers (appelés gôh) d'architecture spécifique, et ayant une attribution et une symbolique particulière :

le gôh Karï, divisé en trois parties, est obligatoirement la propriété d'un homme.
le gôh Nân, plus grand, qui peut appartenir à un homme ou une femme, est construit sur deux étages, et divisé en quatre compartiments par étage. Il sert à la conservation des céréales (mil, sorgho, fonio). Il sert aussi de coffre fort et renferme alors des objets précieux.
le gôh Anan, qui est le plus grand et fait d'un seul bloc, est sous la responsabilité du chef de lignage. Il renferme les récoltes des champs collectifs (Anan signifiant village). Il est descellé uniquement lors de sécheresses, ou pour la cérémonie du Dama.
le gôh Pôron, un grenier castré, est sous la responsabilité du chef de lignage. Il présente un petit muret central.

Funeral masquerade

Due to the expense, their traditional funeral rituals or "damas" are becoming very rare. They may be performed years after the death. Damas that are still performed today are not usually performed for their original intent, but instead are done as a source of entertainment for tourists interested in the Dogon way of life. The Dogon use this entertainment to gain profit by charging the tourists money for what masks they want to see and the ritual itself (Davis, 68).

The traditional dama consists of a masquerade that essentially leads the souls of the departed to their final resting places through a series of ritual dances and rites. Dogon damas include the use of many masks which they wore by securing them in their teeth, and statuettes. Each Dogon village may differ in the designs of the masks used in the dama ritual. Every village may have their own way of performing the dama rituals. The dama consists of an event, known as the Halic, immediately after the death of a person and lasts for one day (Davis, 68).

According to Shawn R. Davis, this particular ritual incorporates the elements of the yingim and the danyim. During the yincomoli ceremony, a gourd is smashed over the deceased's wooden bowl, hoe, and bundukamba, (burial blanket), which announces the entrance of the masks used in this ceremony, while the deceased entrance to their home in the family compound is decorated with ritual elements (Davis, 72–73).

Masks used during the yincomoli ceremony include the Yana Gulay mask, the Satimbe mask, the Sirige mask, and the Kanaga mask. The Yana Gulay mask's purpose is to impersonate a Fulani woman, and is made from cotton cloth and cowell shells. The Satimbe mask represents the women ancestors, who are said to have discovered the purpose of the masks by guiding the spirits of the deceased into the afterlife. (Davis, 74) The Sirige mask is a tall mask that is used in funerals for only the men who were alive during the holding of the Sigui ceremony (see below) (Davis, 68). The Kanaga masqueraders, at one point, dance and sit next to the bundkamba, which represents the deceased.

The yingim and the danyim rituals each last a few days. These events are held annually to honor the elders that have died since the last Dama. The yingim consists of the sacrifice of cows, or other valuable animals, and large mock battles performed in order to help chase the spirit, known as the nyama, from the deceased body and village, and towards the path to the afterlife (Davis, 68).

The danyim then takes place a couple of months later. During the danyim, masqueraders perform dances every morning and evening for anytime up to six days depending on how that village performs this ritual. The masqueraders dance on the deceased's rooftops, throughout the village, and the area of fields around the village (Davis, 68). Until the masqueraders have completed their dances, and every ritual has been performed, it is said that any misfortune can be blamed on the remaining spirits of the dead (Davis, 68).

https://fr.wikipedia.org/wiki/Dogons
https://en.wikipedia.org/wiki/Dogon_people

La mulette se nourrit par filtration. Son alimentation est essentiellement
constituée d’algues filamenteuses, de protistes et de détritus végétaux.
— (Projet Life-Nature, Conservation des habitats
de la moule perlière en Belgique)

Madonna - Sorry - YouTube
https://www.youtube.com/watch?v=B5OPMI13qng

RAPPORT SUR LE DÉCÈS
DU GÉNÉRAL GORDON PACHA ET SES TRAGÉDIES
PAR CITOYEN TIGNARD YANIS
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.atelier-yannistignard.com
yanis la chouette



Nombre de messages : 6205
Localisation : http://yanis.tignard.free.fr
Date d'inscription : 12/11/2005

MessageSujet: Re: 17 AOÛT 1947: L’ÉDUCATION, LE VOTE, LA FEMME, LA CONSCIENCE   Mer 13 Sep à 10:09

LOUIS DEXAIX, HONORE DE BALZAC ET LA RÉPUBLIQUE FRANÇAISE

Louis Desaix
17 août 1768 à Riom - 14 juin 1800 à Marengo (Italie)

Né au château de Saint-Hilaire d'Ayat, près de Riom (Auvergne),
sous le nom de Louis des Aix de Veygoux, dans une famille de petite noblesse,
le futur général de la Révolution s'engage dès l'âge de 15 ans
avec le grade de sous-lieutenant au régiment de Bretagne-Infanterie.

Il dédaigne de suivre ses frères dans l'exil quand éclate la Révolution
et reçoit son baptême du feu sous le nom de Desaix.
Il devient général de brigade le 20 août 1792 mais, suspect
car d'origine noble, il échappe de peu à la guillotine sous la Terreur.

Enthousiasmé par les exploits de Bonaparte en Italie,
il le rejoint en juillet 1797. L'entente est parfaite
entre les deux hommes. Desaix participe bien sûr à l'expédition d'Égypte.
Son comportement avec les habitants lui vaut le surnom de «Sultan juste».
Il reste cependant en Égypte après que Bonaparte s'en est enfui.
Il quitte à son tour les rives du Nil le 3 mars 1800, juste à temps
pour rejoindre une nouvelle fois Bonaparte, devenu entretemps
Premier Consul, en Italie.

Le 13 juin 1800, son corps d'armée se poste sur la Bormida
pour surveiller les Autrichiens en direction de Novi.
Le lendemain, entendant le fracas d'une bataille,
il «marche au canon» et arrive tout juste à temps pour sauver Bonaparte
d'une défaite inéluctable à Marengo. Las, il est tué d'une balle
en plein coeur en lançant ses troupes dans la mêlée.
Son corps ne sera reconnu que plus tard par son aide de camp.
Le Premier Consul pleurera avec sincérité son ami non sans trouver
avantage à une mort qui lui réserve le seul mérite de la victoire.

Honoré de Balzac
20 mai 1799 à Tours - 18 août 1850 à Paris

Ce maître du roman est mort à la tâche le 18 août 1850, à 51 ans,
après avoir brossé à travers la Comédie humaine (91 titres) un portrait cinglant
de la société bourgeoise de son temps, la Restauration et le règne de Louis-Philippe.

Il vaut la peine de le relire en ce début du XXIe siècle, qui voit la résurgence
de la bourgeoisie de rentiers caractéristique de cette époque.

Vous souhaitez avoir un aperçu de la société française
sous le roi Louis-Philippe 1er ? Vous aimeriez pousser les portes
des grands hôtels particuliers de Paris et découvrir comment
y vivait la fourmilière de l'époque ?...

Escrocs ou grands seigneurs, filles perdues ou comtesses,
ils ont tous élu domicile dans les pages de La Comédie humaine,
l'œuvre romanesque d'Honoré de Balzac. À travers le parcours
de ce stakhanoviste de l'écriture, on découvre la bourgeoisie
des années 1820-1840, repliée sur son épargne et son confort.

Il est temps de suivre le conseil de Gérard de Nerval : « Parlons de Balzac, cela fait du bien » !
Isabelle Grégor
L'envol de l'« Éléphant »

Le 1er prairial an VII (ou plus commodément le 20 mai 1799)
naît chez Bernard-François Balzac, à Tours, le petit Honoré.

Son père, issu d'une famille paysanne, est alors directeur des Vivres
de la garnison de la ville. Personnage volontaire, il va vite réussir
à ajouter une particule à son nom et des revenus conséquents à son foyer.

Achille Devéria, Portrait de Balzac jeune, s. d., Paris, bibliothèque
de l'InstitutSa jeune femme, bien décidée à en profiter, confie
pendant 4 ans son premier-né à une nourrice avant de l'envoyer
en pension chez les Oratoriens de Vendôme.
Ce sont de bien tristes années pour le garçon qui soigne
sa solitude en se consolant par la lecture.

Arrivée à Paris après le départ de Napoléon Ier, la famille pousse
Honoré dans des études de notariat. « Petit clerc » chez un avocat,
il y gagne un baccalauréat en droit et le surnom de l'« Éléphant »,
augurant une silhouette qu'il sera facile de caricaturer.

Mais comment résister à l'appel de la bohème ?

Le voici, à 20 ans, grelottant de froid sous les toits de Paris.
Sa carrière peut commencer.
Signé Lord R'Hoone

Et c'est parti ! La première étape est un Cromwell (1820)
de 2000 alexandrins, accueilli quelque peu froidement.
L'académicien François Andrieux, après lecture, conseilla
même à l'aspirant dramaturge de changer définitivement
de voie professionnelle...

J.-A.-G. Seguin, Portrait de Balzac jeune, s. d., Tours,
musée des Beaux-ArtsMais Balzac a déjà un autre projet :
puisqu'il faut gagner de l'argent, autant profiter du succès incroyable
de ces histoires exaltantes que Walter Scott et ses semblables servent
aux lecteurs des cabinets de lecture. Vendus trois francs six sous,
les romans triomphent !

Il se lance donc dans l'aventure sous le pseudonyme de Lord R'Hoone,
écrivant à la suite de son Héritière de Birague (1821) pas moins
de 16 volumes en un an, pour le plus grand bonheur de son marchand
de plumes qui doit lui en vendre une soixantaine pour suivre le rythme.

Côté cœur, le jeune homme maladroit s'engage dans une relation de dix ans
avec Mme de Berny, mère de neuf enfants, qui le pousse à plus d'ambition.
Ce sera l'édition. Les livres ne se vendent pas ? Il rachète l'imprimerie !
Celle-ci périclite ? Il développe une fonderie de caractères ! Finalement, face à l'accumulation de dettes,
il est temps de se faire un peu oublier...
Paul Chardin, Souvenir de Balzac à Ville d'Avray (Balzac et ses amis habillés en paysans),
1840, Paris, bibliothèque de l'Institut
« Saluez-moi, car je suis en train de devenir un génie ! »

À 30 ans bientôt, il rebondit en imaginant un roman sur les Chouans,
sur le modèle du Dernier des Mohicans de Fenimore Cooper.

Les portes du beau monde s'ouvrent enfin à lui, et il court en profiter !
Habit bleu à boutons d'or, jabot de dentelle et canne sertie de turquoises
le transforment en dandy, mais un dandy qui ne cherche pas à cacher
ses ongles sales et à soigner ses cheveux trop pommadés, qui lui gouttent
sur les épaules... Heureusement, son talent et sa conversation séduisent,
notamment l'illustre Mme de Castries qui se plaît à lire les manuscrits
qui s'accumulent.

La Peau de chagrin (1831), Eugénie Grandet (1833), La Duchesse de Langeais (1834)...
Chaque année apporte quatre ou cinq romans et son lot de chefs-d’œuvre.

En 1833, il prend le temps d'insérer dans une revue destinée à la Russie
un petit mot pour une admiratrice polonaise qui lui envoie des lettres signées « L'Étrangère ».
Ainsi commence son histoire avec Mme Hanska qu'il rencontrera quelques mois plus tard,
dans l'attente du décès du maladif mari.

1836 est une année faste avec la signature d'un gros contrat
pour ses Études de mœurs au XIXe siècle, le triomphe du Père Goriot
et un statut inédit de père suite à une relation avec Maria du Fresnay.
Les conquêtes féminines se suivent, les pages se noircissent sans répit.
Mais les revers se font aussi nombreux, entre les problèmes financiers
sans fin et les échecs continuels à l'élection
à l'Académie française.
Photographie d'après le daguerréotype de Louis-Auguste Bisson,
Portrait d'Honoré de Balzac, 1842, Paris, maison de Balzac
« Faire concurrence à l'état civil »

En 1842, il projette de réunir ses romans passés et futurs
sous l'appellation La Comédie humaine. Au total près de 90 ouvrages.
Le projet est ambitieux : il s'agit rien de moins de réaliser
une « histoire naturelle de la société » en observant ses contemporains.

Affiche pour Petites misères de la vie conjugale, 1845, Paris
« Vous ne vous figurez pas ce que c’est que la Comédie humaine ;
c’est plus vaste, littérairement parlant, que la cathédrale de Bourges
architecturalement » (Lettre à Zulma Carraud, janvier 1845).

En effet ! En 91 ouvrages, Balzac a donné vie à des milliers de personnages,
offrant à chacun une histoire et une personnalité.
Comme pour ne pas s'en séparer, il n'hésite pas d'ailleurs
à faire intervenir 500 d'entre eux dans différentes histoires,
créant le principe des « personnages reparaissants »
dont le voyou Vautrin est un des plus célèbres.

Peintre de la vie et de la société, Balzac veut montrer le monde
tel qu'il est, à Paris comme en province, chez les aristocrates
comme chez les petites gens. Chaque roman apparaît
comme une scène de cette colossale comédie
dans laquelle joue l'Homme et dont il dresse
« l'inventaire des vices et des vertus ».

Non content de donner ses lettres de noblesse
au roman, jusqu'alors considéré comme un genre
un peu douteux, il devient aussi un des pères
du mouvement réaliste chargé de rendre compte,
plus que de copier, de la réalité sous toutes ses facettes.

Pour cela, il accumule ces longues descriptions
qui l'ont fait détester par des générations de lycéens,
peu sensibles à l'idée que pour comprendre une personne,
il faut d'abord connaître son environnement.
Vingt ans plus tard, Émile Zola reprendra le flambeau
en lançant l'aventure des Rougon-Macquart,
seconde « cathédrale » de la littérature française.
« Une vie de forçat »

Balzac le reconnaissait lui-même : son quotidien était
celui d'un forçat. Sa journée commençait à minuit,
lorsque les créanciers ne se risquaient plus à venir
frapper à sa porte.

La cafetière de Balzac, maison de Balzac,
47 rue raynouard 75016 ParisAprès avoir enfilé une robe de chambre
qui lui donne l'aspect d'un moine, il s'installe à sa table de travail
où il « jette [s]a vie comme l'alchimiste son or dans le creuset ».

Puis, c'est le moment de se lancer : « Balzac écrit, écrit
et écrit sans arrêt, sans trêve. Une fois enflammée,
son imagination continue de flamber et de s'embraser
comme dans un incendie de forêt où le brasier gagne
de plus en plus vite de tronc en tronc, toujours plus chaud,
toujours plus ardent. La plume dans sa fine main féminine court
si rapide sur le papier que le mot peut à peine suivre sa pensée.
[…] il ne cessera que quand la main sera paralysée ou
quand ce qu'il écrit s'effacera devant son regard aveuglé
de fatigue. [...] Si la bête paresseuse ne veut plus avancer,
faisons-lui tâter du fouet ! Balzac se lève [...] et s'en va
à la table allumer sa cafetière.
Car le café, c'est cette huile noire qui seule remet en route cette fantastique machine-outil. »

C'est ainsi que « Balzac,
comme
un Sisyphe de la littérature, roule jour après jour le roc de son travail » ( Stefan Zweig).
Le Grand Bilboquet devient Empereur

En marge de La Comédie humaine, Balzac se lance en 1842
dans une autre aventure, puisque la mort de M. Hanski rend
enfin possible le rêve d'une vie avec la comtesse. Pendant 18 mois,
celle-ci hésite à quitter sa Russie pour s'engager avec un écrivain farfelu
et toujours à court d'argent. Enfin, en 1843, Balzac débarque à Saint-Pétersbourg
pour en repartir seul quelque temps plus tard, n'en rapportant
qu'une inflammation cérébrale.

Ferdinand Georg Waldmüller, Portrait de madame Eva Hanska, 1835,
Châteauroux, musée BertrandIl finit par rejoindre Mme Hanska à Dresde
mais celle-ci ne parvient pas à rendre raisonnable son Grand Bilboquet :
Balzac vient de se lancer dans l'achat de babioles hors de prix,
à l'authenticité douteuse. La ruine est proche !

Mme Hanska étant tombée enceinte, il faut se remettre au travail
et fournir à grands coups de tasses de café 20 feuillets journaliers.
Le corps, épuisé à la tâche, ne peut plus donner assez d'énergie
pour achever les manuscrits qu'on ne cesse de commander au romancier pour épurer ses dettes.
La fausse couche de la comtesse, les allers-retours à Kiev finissent de le briser.

Ce n'est pas le mariage tant attendu, en mars 1850, qui le sauvera.
Il meurt le 18 août suivant, veillé par son ami Victor Hugo qui le décrit avec ces mots :
« Je le voyais de profil et il ressemblait ainsi à l'Empereur ».
Celui que l'on a surnommé le Napoléon des Lettres laisse derrière lui
près de 2.200 personnages orphelins.

Naissances
François-Joseph 1er
18 août 1830 à Vienne (Autriche) - 21 novembre 1916 à Vienne (Autriche)

Marcel Carné
18 août 1909 à Paris - 31 octobre 1996 à Clamart

Décès
Gengis Khan, Témoudjin
vers 1155 - 18 août 1227

Alexandre VI Borgia
1er janvier 1431 à Jativa (Espagne) - 18 août 1503 à Rome (Italie)

RAPPORT
DU CITOYEN TIGNARD YANIS
ALIAS
TAY LA CHOUETTE EFFRAIE

_________________
Kounak le chat....
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.atelier-yannistignard.com
yanis la chouette



Nombre de messages : 6205
Localisation : http://yanis.tignard.free.fr
Date d'inscription : 12/11/2005

MessageSujet: Re: 17 AOÛT 1947: L’ÉDUCATION, LE VOTE, LA FEMME, LA CONSCIENCE   Mer 13 Sep à 10:09

17 août 1945
La « Grande Muette » vote !


Le 17 août 1945, les militaires français obtiennent le droit de vote...
quelques mois après les femmes ! La « Grande Muette »
n'est plus tout à fait muette.

Étymologie

Au début de la Troisième République française,
les citoyens durant leur service militaire, et les officiers n’ont pas le droit de vote,
en raison de la défiance des républicains envers l’armée.
D’où son surnom de « grande muette ».

Locution nominale

grande muette \ɡʁɑ̃d mɥɛt\ féminin

(Figuré) Armée, forces armées.
Cependant, l’intrusion de l’armée dans la vie politique
au Niger a été tardive, si on la compare aux dynamiques observables
à l’échelle régionale ou africaine où, dans bien de pays, la grande muette
était déjà aux commandes de l’État.
— (Tidjani Alou, « Les militaires politiciens, dans Kimba Idrissa,
Armée et politique au Niger, 2008)
Jadis, l’armée était appelée la grande muette. Aujourd’hui, elle parle,
et c’est pour débiter du politiquement correct.
— (Georges Lebouc, Parlez-vous le politiquement correct ?, 2007)
Il y a d’abord de nombreux militaires qui, en cela fidèles aux traditions
d’apolitisme de la « grande muette », refusent de verser dans le manichéisme
du jeu politique.
— (Olivier Pottier, Armée–nation : divorce ou réconciliation, 2005)
L’armée, la grande muette, n’a rien dit. Aucune réclamation contre
cet abus de pouvoir ne s’est élevée.
— (colonel Patry, « Le bilan du ministère Galliffet », Revue politique
et littéraire : Revue bleue, tome 14, 37e année, 2e semestre,
juillet–décembre 1900)

La définition de mulète dans le dictionnaire est mollusque lamellibranche
commun dans les cours d'eau,
à coquille bivalve nacrée, et qui peut produire
de petites perles.

grande mulette \Prononciation ?\ féminin

Espèce de mulette vivant principalement en France.
L’une vit en amont dans les eaux claires des rivières,
l’autre en aval des grands fleuves: la mulette perlière et la grande mulette
sont deux espèces de moules autrefois répandues, aujourd’hui en danger critique
d’extinction. La grande mulette est la plus menacée: 80% de sa population
totale se trouve en France. Un plan d’action est lancé pour éviter l’extinction
de cette grand-mère des rivières qui vit jusqu’à 150 ans.

mulette \my.lɛt\ féminin

Nom vulgaire donné à plusieurs espèces de petits coquillages bivalves
de la famille des Unionidae vivant dans les cours d’eau.
La mulette de rivière se rencontre dans les ruisseaux ou dans les fleuves
sur des fonds sableux, sablo-limoneux ou vaseux…
La mulette se nourrit par filtration. Son alimentation est essentiellement
constituée d’algues filamenteuses, de protistes et de détritus végétaux.
— (Projet Life-Nature, Conservation des habitats
de la moule perlière en Belgique)

Dérivés

grande mulette
mulette catalane
mulette corse
mulette de rivière
mulette des étangs
mulette des peintres
mulette des rivières
mulette du Danube
mulette du Rhin
mulette épaisse
mulette perlière
mulette pyrénéenne
mulette rhodanienne

Le duc de Lorraine dut mettre en place des plantons,
surnommés « garde-perles » pour surveiller les cours d’eau
et empêcher qu’on ne vienne lui détrousser ses mulettes.
— (La hulotte n° 101, La Mulette perlière)

Nom commun 2
Singulier Pluriel
mulette mulettes
\my.lɛt\

mulette \my.lɛt\ féminin

(Fauconnerie) Gésier d’un oiseau de proie.
Le pantais est un asthme causé par quelque effort; il se marque
par un battement en deux tems de la mulette, au moindre mouvement
que fait l’oiseau…….Les vers ou filandres s’engendrent dans la mulette.
Le symptome de cette maladie est un bâillement fréquent. On fait avaler
à l’oiseau une gousse d’ail;…

(L'Encyclopédie)

RAPPORT DU
CITOYEN TIGNARD YANIS
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.atelier-yannistignard.com
yanis la chouette



Nombre de messages : 6205
Localisation : http://yanis.tignard.free.fr
Date d'inscription : 12/11/2005

MessageSujet: Re: 17 AOÛT 1947: L’ÉDUCATION, LE VOTE, LA FEMME, LA CONSCIENCE   Mer 13 Sep à 10:10

2001-2011
Un monde moins violent que jamais...

Ouvrons le journal, allumons la télé. Nous voilà inondés
de mauvaises nouvelles. Serait-ce que le monde va de mal en pis ?
Nous avons voulu y voir plus clair et nous avons mesuré la violence
guerrière de Napoléon à nos jours.

Surprise. Nous découvrons que les attentats du 11-Septembre,
si spectaculaires qu'ils fussent, ont inauguré la décennie la plus pacifique
qu'ait connue le monde depuis 1910, voire 1840, avec une baisse significative
du nombre de victimes par rapport aux décennies antérieures.

Notre enquête porte sur la violence d'État. Elle inclut toutes
les violences qui résultent d'une décision politique ou idéologique :
guerres civiles, invasions, famines organisées, terrorisme et attentats.

Elle exclut les violences domestiques et la criminalité ordinaire,
ainsi que les autres sources du malheur humain : misère, injustice sociale,
violence économique (pour cause de sous-développement, d'oppression ou d'exploitation),
sans compter les catastrophes (tremblements de terre, accidents d'avions...).

Pour une comparaison pertinente de décennie à décennie,
nous nous en sommes tenus au nombre de tués imputables à cette violence
(civils, militaires, francs-tireurs, mercenaires). Cet indicateur est le seul
qui soit à peu près objectif et fiable. Notons que c'est de ce même indicateur
que l'on se sert pour mesurer aussi la criminalité ordinaire, la violence routière
ou encore l'importance relative d'une catastrophe.

Les sources auxquelles nous nous référons donnent des évaluations approximatives,
dans des fourchettes plus ou moins larges. Même en considérant le haut de la fourchette,
notre constat est sans appel : la violence d'État a causé moins d'un million de tués en 2001-2010 ;
soit beaucoup moins que dans chaque décennie antérieure depuis 1840
(à l'exception de la décennie 1900-1910).
Cette violence d'État a été également moins meurtrière que par exemple la criminalité
ordinaire au Brésil (50 000 homicides) ou en Afrique du Sud en 2011.

Cette tendance est-elle durable ? Ce n'est hélas pas assuré.
Au Moyen-Orient, le fiasco des révolution arabes a déjà provoqué
en cinq ans (2011-2016) un demi-million de victimes et les tensions nouvelles
(chaos moyen-oriental, crises européennes, tensions dans la mer de Chine)
ont remis la guerre à l'ordre du jour...

Voici, pour les deux siècles écoulés, le décompte des victimes
de la violence d'État, décennie après décennie.
La guerre aujourd'hui

Dans la première décennie du XXIe siècle,
nous avons recensé trois zones de conflits :

- la région Irak-Afghanistan :
En Irak, depuis l'invasion du 20 mars 2003, le bilan,
très variable selon les sources, peut être estimé à 200 000 décès,
En Afghanistan, depuis l'invasion du 7 octobre 2001,
les victimes se recensent surtout parmi les civils
(sources imprécises ; environ 100 000 décès).

- le Proche-Orient :
Le retentissement médiatique des affrontements israélo-palestiniens
est sans commune mesure avec leur violence meurtrière,
heureusement très modeste.

- l'Est du Congo :
Des groupes tutsis et hutus venus du Rwanda voisin s'affrontent
encore dans cette zone ; c'est peut-être la plus conflictuelle
à l'heure actuelle mais à coup sûr la moins médiatique
(quelques dizaines ou quelques centaines de victimes civiles
chaque semaine, après un pic dans la décennie précédente).

Rappelons aussi le drame du Darfour, en voie de résorption
(200 000 à 300 000 victimes).

Notons encore la Somalie, un territoire sans gouvernement
livré aux bandes et aux pirates, et des conflits mineurs.
La guerre de Géorgie a par exemple occasionné quelques centaines
de victimes. En Occident, la vague de terrorisme islamiste
s'est soldée par un total d'environ 4 000 assassinats
de 2001 à 2005 (New-York et Washington, Madrid, Londres).

L'actualité se nourrit également de conflits mineurs :
émeutes à Lhassa et Maputo, bombes à Bilbao, guerre en Libye,
coups d'État ou révolutions ici et là. D'une décennie à l'autre,
ces conflits se soldent au total par quelques milliers de drames individuels ;
ils ont une grande résonance médiatique mais constituent
sur le plan statistique un « bruit de fond » insignifiant,
y compris par rapport à la violence ordinaire
(homicides, violence routière...).

L’essayiste Jean-Claude Guillebaud a relevé cette distorsion
entre la résonance médiatique et la réalité statistique :
« En 2004, par exemple, selon les statistiques du Département
d’État américain, le monde a connu six cent cinquante-cinq attentats
terroristes, qui ont fait mille neuf cent sept morts et quelque sept mille blessés.
La même année, les guerres et les massacres en Afrique
(Congo, Soudan, etc.) faisaient des centaines de milliers de victimes »
(Le commencement du monde, Gallimard, 2008).

Faisons le récapitulatif de la violence d'État : Irak (200 000),
Darfour (200 000 à 300 000), Afghanistan (100 000),
Congo (100 000 à 200 000), autres conflits et troubles (100 000).

En prenant en considération les importantes incertitudes
sur les recensements des victimes, ces conflits et drames,
si intolérables soient-ils, aboutissent tous comptes faits
en 2001-2010 à moins d'un million de morts au total.

TRISTE RÉALITÉ
https://www.herodote.net/Un_monde_moins_violent_que_jamais_-article-1193.php
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.atelier-yannistignard.com
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: 17 AOÛT 1947: L’ÉDUCATION, LE VOTE, LA FEMME, LA CONSCIENCE   

Revenir en haut Aller en bas
 
17 AOÛT 1947: L’ÉDUCATION, LE VOTE, LA FEMME, LA CONSCIENCE
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Quand l'éducation "alternative" isole...
» éducation, sv, pression sociale
» Vote obligatoire
» intérêt éducation nationnale vs intérêt de l'enfant
» Vote sur le dentaire ADIM Québec rive-nord, rive-sud

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
La.cinquieme.République :: La.cinquieme.République-
Sauter vers: