La.cinquieme.République

De la politique pure et affaires étrangeres
 
AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  MembresMembres  GroupesGroupes  Connexion  

Partagez | 
 

 HASKALA, LES RÉPUBLIQUES SOVIÉTIQUES, L'OLIVIER ET Y'BECCA

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
yanis la chouette



Nombre de messages : 6208
Localisation : http://yanis.tignard.free.fr
Date d'inscription : 12/11/2005

MessageSujet: HASKALA, LES RÉPUBLIQUES SOVIÉTIQUES, L'OLIVIER ET Y'BECCA   Ven 26 Mai à 9:03

La Haskala (hébreu : השכלה, littéralement : « Éducation ») est un mouvement de pensée juif du XVIIIe et XIXe siècle, fortement influencé par le mouvement des Lumières. Les promoteurs de la Haskala sont appelés maskilim.

Introduction

Les Lumières en Europe ont pour beaucoup influencé le mouvement de la Haskala.

De nombreux historiens définissent la période de la Haskala comme le commencement d'une nouvelle ère dans l'histoire du peuple juif. L'introduction de la Haskala au sein des communautés juives de Diaspora marque les prémices de la modernisation des Juifs, dont les premiers à adhérer aux idées de ce mouvement sont les Juifs allemands. Ce dernier s'étend par la suite au reste de l'Europe occidentale comme orientale.

Les idées de la Haskala atteignent également les communautés d'Afrique du Nord et celles des pays musulmans au XIXe et début du XXe siècle. Cet effet provient des conséquences de la politique de colonisation de la France et de l'Angleterre.
La Haskala

Le mouvement de la Haskala exerce son influence durant environ cent ans, du milieu du XVIIIe siècle à la seconde moitié du XIXe.

Il débute en Allemagne, et est influencé par le Siècle des Lumières en Europe. Les intellectuels juifs mettent tous leurs espoirs dans ces nouvelles idées, au moyen desquelles espèrent-ils, ils pourront atteindre les buts escomptés qui permettront d'améliorer la situation des Juifs européens.

Un de ces buts est du domaine de l'éducation : prodiguer aux Juifs un apprentissage éducatif de base et les fondements de la culture générale, principalement axés sur les sciences et les langues. Les défenseurs de la Haskala proposent également certaines réformes au sein de l'éducation traditionnelle, ce qui provoque une vive réaction de la part des Juifs traditionnels et de leurs dirigeants. Parfois même, ils font appel auprès des régimes au pouvoir pour que ces derniers s'impliquent dans l'application de certaines mesures dans les cadres éducatifs existants. Cette dernière initiative ne fait qu'augmenter la tension avec le judaïsme traditionnel.

Le mouvement de la Haskala prône aussi le changement et l'amélioration de la situation économique des Juifs, par l'initiation au mode de vie productif, fondé sur l'apprentissage professionnel.

Un des autres desseins que se fixe la Haskala est d'améliorer les relations entre les Juifs et les peuples au sein desquels ils vivent, par l'atténuation des différences extérieures présentes jusqu'alors. Les penseurs de la Haskala sont persuadés d'une part qu'il s'agit ici de l'occasion historique qui permettra une réelle intégration des Juifs dans leur pays respectif, et d'autre part que les pouvoirs politiques en place partagent cette même volonté. Ils sont fermement persuadés que leurs objectifs sont dépendants du désir des Juifs d'annihiler les barrières qui les séparent des citoyens des États chrétiens ; les Juifs se doivent de se comporter, de s'exprimer et de s'habiller comme leurs concitoyens, et ainsi ils pourront affirmer leur identité culturelle de Juifs éclairés. En 1843 à Francfort, un groupe de rabbins réformistes allemands autour d'Abraham Geiger participe de ce mouvement en prônant notamment l'abandon de la circoncision (Encyclopaedia Judaica. Jerusalem : Keter publishing house limited; 1972. t. V, p. 571. ☂). Si cet abandon a échoué en Allemagne, il s'est propagé aux États-Unis.

Au cours du XIXe siècle, les idées de la Haskala touchent également les Juifs d'Europe orientale, mais elles prendront dans leur application une forme quelque peu différente. C'est ainsi que se développent deux courants distincts issus de la Haskala ; le premier, présent surtout en Allemagne et en Europe occidentale, prône l'intégration des Juifs dans les sociétés économiques chrétiennes, par l'introduction de réformes au sein du judaïsme. Quant au second, il met en avant l'identité du peuple juif.

Le rapport à la langue est l'une des expressions de cette différence ; le mouvement de la Haskala chez les Juifs d'Europe occidentale défend promptement l'apprentissage de la langue du pays (allemand, français et anglais), alors que celui d'Europe orientale, principalement dans la seconde moitié du XIXe siècle, encourage l'apprentissage et la pratique de l'hébreu, parallèlement à l'apprentissage de la langue du pays.
La tolérance de la Haskala

L'esprit de tolérance se répand en Europe dès la seconde moitié du XVIIIe siècle, au sein des sociétés chrétiennes et chez les Juifs par le même temps. Juifs et Chrétiens découvrent qu'une approche réciproque est possible. Le rapprochement social, pensent-ils, ne peut se faire que par une prise de distance par rapport à la religion. Un exemple pratique de cette nouvelle conception se concrétise par l'amitié liée entre Moïse Mendelsohn, intellectuel juif, et Gotthold Lessing, écrivain chrétien. L'histoire rapporte comment d'une partie d'échecs naquit cette amitié tout à fait particulière pour l'époque.

En Allemagne, Mendelsohn est considéré comme un juif d'un type nouveau. Il s'intéresse aux domaines profanes tels que la littérature, la philosophie, la musique et les mathématiques, lieux d'intérêt communs à d'autres intellectuels chrétiens. La société juive traditionnelle en Allemagne au XVIIIe siècle n'est que peu sensible aux sciences profanes comme au rapprochement avec les intellectuels chrétiens. Mais progressivement les esprits s'ouvrent, et certains, dont le rabbin Jacob Emden, se rapprochent du monde chrétien.

L'apogée de cette période de tolérance se vérifie sans doute en Autriche-Hongrie et en Allemagne, durant la Belle Époque. À cette époque, Vienne constitue, avec d'autres villes germaniques comme Berlin, un foyer culturel majeur au rayonnement mondial. De nombreuses personnalités juives influentes y exercent en toute liberté dans de nombreux domaines des arts et des sciences comme Freud, Marx, Franz Werfel, Bruno Walter, Max Reinhardt, Franz Schreker, Théodore Herzl, Stefan Zweig...

D'autres figures encore jeunes comme Leo Strauss ou Alfred Schutz y bénéficient d'un enseignement de qualité.

Le degré de tolérance est alors tel que certaines personnalités juives ont pu accéder à des postes à haute responsabilité politique ou alors aux milieux rédactionnels les plus influents. En témoigne Théodore Herzl, directeur de la revue viennoise Die Neue Freie Presse, la première à l'époque en matière de tirage en Autriche. À l'époque, elle est pourtant d'obédience catholique, fortement orientée à droite politiquement.
Voir aussi
Articles connexes

Assimilation des Juifs
Judaïsme libéral
Mouvement Massorti
Histoire des Juifs en Allemagne

Liens externes

L'histoire de la Haskalah sur Histoire des Juifs.com [archive]

Bibliographie

(par ordre chronologique)

en français

Janine Strauss, La Haskala : les débuts de la littérature hébraïque moderne, Presses universitaires de Nancy, 1991.
Valéry Rasplus, « Les Judaïsmes à l'épreuve des Lumières. Les stratégies critiques de la Haskalah », dans ContreTemps, no 17, septembre 2006.
Haskala et Aufklärung : philosophes juifs des Lumières allemandes, dir. Stefanie Buchenau et Nicolas Weill, CNRS, Paris, 2009.

ouvrages de référence dans les autres langues

(de) Aufklärung und Haskala in jüdischer und nichtjüdischer Sicht, dir. Karlfried Gründer et Nathan Rotenstreich, Heidelberg, 1990.
(en) Shmuel Feiner, The Jewish Enlightment, traduit de l'hébreu, University Press of Pensilvania, 2004.
(de) Andreas Kennecken, Isaac Abraham Euchel : Architekt der Haskala, Göttingen, 2007.
(en) Shmuel Feiner, Cultural Revolution in Berlin: Jews in the Age of Enlightenment, traduit de l'hébreu, Oxford, 2011.

CONFÉRENCE DU 21/MAI/2017 AP J.C DE
THÉÂTRE DE LA GARONNE DE TOULOUSE
ET
Y'BECCA
AVEC DANS LE PUBLIC
TAY LA CHOUETTE EFFRAIE
OU
CITOYEN TIGNARD YANIS


Dernière édition par yanis la chouette le Lun 22 Mai à 16:59, édité 2 fois
LE CLANS DES MOUETTES

Le premier film antinazi américain retrouvé à Bruxelles

Un long-métrage de propagande contre le régime hitlérien, montrant des actions antijuives perpétrées dès 1933, a été retrouvé dans la cinémathèque de la capitale belge et sera projeté en octobre à New York.

Hitler, le règne de la terreur était considéré comme perdu... Jusqu'à ce qu'un employé de la Cinémathèque de Burxelles mette la main dessus. Une copie de ce premier film antinazi a été découverte dans une boîte en métal, sur les étagères des archives de l'organisme belge. «J'ai été intrigué par le titre en faisant le tour des collections. Après enquête, nous nous sommes aperçus que c'était la seule copie qu'il restait de ce film», explique Bruno Mestdagh, responsable des collections numériques.

Ce film documentaire en noir et blanc d'environ 65 minutes a été réalisé par Cornelius Vanderbilt, l'héritier d'une riche famille américaine. Au début des années 1930, cet apprenti journaliste parcourt l'Europe et se retrouve à Berlin le 5 mars 1933, jour où le parti nazi remporte les élections législatives. Il filme la foule des partisans de Hitler en liesse, les défilés des troupes, mais aussi la fuite de Juifs.
Succès en 1934

Monté rapidement, Le Règne de la terreur est projeté en avril 1934 dans un cinéma de Broadway. «C'est un succès. La salle était pleine», souligne Bruno Mestdagh. Mais la carrière du documentaire sera courte, car sa diffusion est freinée par les protestations de l'ambassadeur de l'Allemagne à Washington et d'Américains soucieux de préserver de bonnes relations avec ce pays. Afin de tenter une relance, il sera remonté en 1939, avec des images d'invasion de la Pologne, mais sans succès.

«L'intérêt de ce film n'est pas cinématographique -il est plutôt mal monté et mal filmé-, mais historique. C'est un témoignage essentiel», souligne Bruno Mestdagh. Vanderbilt a affirmé avoir été le seul Américain à interroger quelques minutes Hitler le jour de sa victoire électorale. Cette rencontre, qui n'a pas été prouvée, est reconstituée dans le film. Un acteur, dans la peau du dictateur, répond au réalisateur qui s'enquiert de ses projets pour les Juifs.

Hitler, le règne de la terreur, restauré, sera projeté pour la première fois le 26 octobre au MoMA de New York à l'occasion d'un festival marquant le 75e anniversaire de la cinémathèque.

RAPPORT DE
LA SHOA
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.atelier-yannistignard.com
yanis la chouette



Nombre de messages : 6208
Localisation : http://yanis.tignard.free.fr
Date d'inscription : 12/11/2005

MessageSujet: Re: HASKALA, LES RÉPUBLIQUES SOVIÉTIQUES, L'OLIVIER ET Y'BECCA   Ven 26 Mai à 9:04

THÉÂTRE Garonne DE TOULOUSE... MEMOIRES DU FESTIVAL DE 1939 DE LA GRANDE ILLUSION ET GRANDE SURPRISE À VENISE, LA MARSEILLAISE EST APPLAUDI PAR LE PUBLIC. GOEBBELS DÉCIDE DE CONSTRUIRE UNE CONTRE NOSTRA AVEC L'AIDE DU LIBÉRALISME AMÉRICAIN: AINSI L'HIVER DE MUNICH FAIT NAÎTRE LE FESTIVAL DE CANNES DURANT L'INVASION DE L'ALBANIE ET DE LA TCHÉCOSLOVAQUIE... ET AINSI LES HÔTELIERS DE CANNES TEL LES BOURGEOIS DE CALAIS MALGRÉ LA GUERRE LE FIT RENAÎTRE EN 1946...
Existence et exposé sur la sauvegarde des films allemands par les troupes soviétiques... Tel père tel fils du vivier, il ramène le gras négatif en nitrate de la grande illusion de Renoir

Museum für Film und Fernsehen - Berlin.de

Museum für Film und Fernsehen
Le Musée du cinéma et de la télévision, situé dans le Sony Center
à Potsdamer Platz, réunit deux mondes de l'image
dans une association unique au monde.

Situé à proximité de la place Marlène Dietrich où se déroule chaque février le Festival International du Film de Berlin - la Berlinale -, le Musée du cinéma et de la télévision propose une expérience multimédia inédite de la création cinématographique et télévisuelle allemande.

Fritz Lang et Marlène Dietrich
L’exposition permanente constituée par le fonds de la Cinémathèque allemande propose un voyage à travers les grandes étapes du cinéma allemand. 13 salles, présentant plus de 1 000 objets allant des scénarios aux costumes et aux accessoires, décrivent les progrès technologiques depuis l’époque du cinéma muet jusqu’aux effets spéciaux de l’âge numérique, mais aussi le travail des cinéastes qui ont marqué l’histoire. On y trouve les chefs d’œuvre classiques de l’expressionnisme allemand tels le "Cabinet du Dr Cagliari" et "Metropolis" de Fritz Lang. Parmi les autres jalons, celui du bouillonnement artistique de l’époque de la République de Weimar, entre 1918 à 1933, la transformation de la culture en propagande durant la période nazie, avec le fameux "Olympia" de Leni Riefenstahl, l‘exil des créateurs allemands à Hollywood après 1933. Une section est dédiée à la plus grande diva allemande – Marlène Dietrich – , présentant un grand nombre de ses objets personnels et souvenirs. Une autre section est spécialement consacrée à la science fiction et au film d’animation.

Cinéma et télévision
Unique en Europe, le Musée du cinéma et de la télévision abrite également, au rez-de-chaussée, une boutique, l’Ecole de cinéma de Berlin - la Deutsche Film und Fernsehakademie Berlin -, deux salles de cinéma d’art et d’essai - Arsenal 1 & 2 - et un bistro.
Des audioguides en français sont disponibles.

Adresse:
Potsdamer Straße 2
10785 Berlin
zum Stadtplan
Téléphone: 030 300 903 0
Adresse internet: www.deutsche-kinemathek.de
Horaires d‘ouverture: Du mardi au dimanche de 10-18 h, jeudi 10-20 h
Tarifs: 7 Euro, tarif réduit 4,50 Euro

S-Bahn

0.2km S+U Potsdamer Platz Bhf
S1 S2 S25

Bus

0.1km Berlin, Varian-Fry-Str./Potsdamer Platz
200 M48 M85 N2 M41

Regional­bahn

0.2km S+U Potsdamer Platz Bhf
RB10 RE RE3 RE5 RE4

COMMENTAIRE DU
CITOYEN TIGNARD YANIS

Les Tlingits sont une ethnie indigène d'Amérique du Nord, plus précisement un peuple autochtone d'Alaska. Ils occupent l'Alaska du Sud-Est, un territoire qui comprend la zone côtière du sud-est de l'Alaska et les îles qui lui font face.

Sommaire

1 Histoire
1.1 Premiers contacts avec les Européens
2 Culture
3 Notes et références
4 Voir aussi
4.1 Bibliographie
4.2 Articles connexes
4.3 Liens externes

Histoire
Premiers contacts avec les Européens
Deux jeunes filles Tlingit, près de Copper River (Alaska), 1903. Photographie des frères Miles

Les premiers contacts avec les Européens datent des expéditions maritimes russes, espagnoles et britanniques dans cette région vers la moitié du XVIIIe siècle. De nombreux explorateurs entrèrent ainsi en contact avec les Tlingits. La plupart de ces échanges furent amicaux, malgré certaines craintes européennes. Les Tlingits apprécièrent assez rapidement le troc avec les produits européens. Dans l'ensemble, les Européens furent assez impressionnés de l'aisance des Tlingits.

Le premier contact date sans doute de 1741 lors de la deuxième expédition du Kamtchatka de Vitus Béring avec Alekseï Tchirikov. Le navire de Vitus Béring fut séparé de celui de Tchirikov et atteint l'île Kayak. Cependant Tchirikov navigua lui jusqu'aux côtes occidentales de l'archipel Alexandre. Il perdit deux canots avec leurs hommes vers le détroit Lisianski au nord de l'île Chichagof. En les cherchant, Tchirikov rencontra les Tlingits qu'il estima hostiles et retourna vers l'ouest.

En 1744, Juan José Pérez Hernández fut envoyé par le vice-roi de la Nouvelle-Espagne, Antonio María de Bucareli y Ursúa, pour explorer la côte Pacifique avec l'objectif d'atteindre les 60 degrés de latitude nord pour repérer d'éventuels établissements russes et réclamer le pays pour l'Espagne. Il était accompagné par Fray Juan Crespi et Fr. Tomás de la Peña Suria (ou Savaria), ce dernier a exécuté un certain nombre de dessins qui constituent aujourd'hui des témoignages inestimables sur la vie Tlingit dans la période précoloniale.

Selon Carl Sagan, dans Cosmos, repris dans Faits, II (2007, Marcel Cohen), La Pérouse rencontre des indiens Tlingits de Lituya Bay en 1786. Ce peuple sans écriture, par transmission orale, de chaman à chaman, conserve une mémoire collective précise de cet événement, deux siècles plus tard.
Culture
Totem Tlingit à Ketchikan.

Les Tlingits ont développé une culture complexe basée sur la chasse et la cueillette dans les forêts tempérées humides de la région. Regroupée en dix-huit groupes locaux dits ḵwáan, souvent appelés « tribus », la société tlingite est hiérarchisée. Avec un système matrilinéaire, elle comprend des nobles (chefs de clan et de lignage et parents immédiats), des gens du commun et des esclaves. Durant la seconde moitié du XIXe siècle, les « casques-heaume », appelés aussi « masques de tête », étaient portés lors de danses rituelles. Cette pièce, sculptée dans un nœud de bois évidé, représente une femme dont la lèvre inférieure est munie d'un labret, insigne de noblesse. Peut-être le masque incarnait-il son esprit. Il aurait eu alors une fonction protectrice auprès des guerriers tlingit. Outre un esprit protecteur, ou le blason familial, le heaume pouvait aussi figurer un animal (ours ou lion de mer) que les Tlingit admiraient pour leur agressivité, qualité exemplaire du guerrier. Les Tlingit se servent des mêmes symboles sur leurs totems que sur leurs coiffes et leurs masques guerriers polychromes.

La langue tlingite est connue non seulement pour sa grammaire complexe mais aussi pour utiliser certains phonèmes que l'on n'entend pas dans la presque totalité des autres langues.
Notes et références

(en) Cet article est partiellement ou en totalité issu de l’article de Wikipédia en anglais intitulé « Tlingit people » (voir la liste des auteurs).

Voir aussi

Sur les autres projets Wikimedia :

Tlingits, sur Wikimedia Commons

Bibliographie

(en) George Thornton Emmons, The Tlingit Indians, Seattle, University of Washington Press, 1991, 488 p. (ISBN 978-0-295-97008-0, OCLC 23463915)
(en) Andrei Val'terovich Grinev, The Tlingit Indians in Russian America, 1741-1867, Lincoln, University of Nebraska Press, 2005, 386 p. (ISBN 978-0-8032-2214-4, OCLC 835820602)
(en) Mary Helen Pelton et Jacqueline DiGennaro, Images of a people : Tlingit myths and legends, Englewood, Libraries Unlimited, 1992, 170 p. (ISBN 978-0-87287-918-8, OCLC 44957050, lire en ligne [archive])
(en) Sharon Bohn Gmelch, The Tlingit Encounter With Photography, 2008, 163 p.

Articles connexes

Amérindiens au Canada
Étymologie des prénoms nord-amérindiens
(en) Histoire du peuple tlingit

Liens externes

Textes de l'église orthodoxe en langue tlingit [archive]

MONSIEUR YANIS TIGNARD OU TAY LA CHOUETTE EFFRAIE

Melania Trump‏Compte certifié @FLOTUS 21 mai
Enjoyed talking to the incredible women working hard @GE_Saudi service center. Great strides being made towards the empowerment of women.

En réponse à @FLOTUS @GE_Saudi
DOUCE DAME ET HONORABLE FLOTUS, VOIR CERTAINS SUJETS TOUT COMME LE ROI JOUAIENT AU JÉSUS-CHRIST DANS LE DISCOURS: MUET POUR VOTRE SÉCURITÉ.

Élysée‏Compte certifié @Elysee 20 mai
Le président @EmmanuelMacron transmet ses salutations au président iranien Hassan ROHANI à l’occasion de sa réélection

En réponse à @Elysee @EmmanuelMacron
LE NÉPAL SE TRANSFORMA DE ROYAUME EN RÉPUBLIQUE, DES NOUVEAUX PONTS SE CONSTRUISIRENT DANS L'HIMALAYA: L'HÉROÏSME DE KHARTOUM. Y'BECCA. TAY

En réponse à @Elysee @EmmanuelMacron
UNE RÉVOLUTION EN MARCHE OÙ LES PHILOSOPHES ET AUTRES DIPLÔMES DEVIENNENT LOUPS DE POLITIQUE: LES ÉLITES SE FROTTENT LES MAINS SUR LES SERFS


En réponse à @Elysee @EmmanuelMacron
LA RÉPUBLIQUE FRANÇAISE PLEURE SES OEUVRES ET ORIGINES: LES JASMINS, SES TRIPOLI ET SES ŒILLETS. Y'BECCA EST NEUTRE CAR SECOURISTES D'ÉTATS

The White House‏Compte certifié @WhiteHouse 20 mai
#POTUSAbroad in Photos: http://45.wh.gov/WTbZKf
En réponse à @WhiteHouse
L'ACTION PRÉSENTE L'ACTE. HEUREUX DE VOIR THE FIRST LADY AVOUER SON FRONT DE POUVOIR DANS LA VIE: ELLE EST LIEN ENTRE UN HOMME ET LA SOCIÉTÉ

Melania Trump‏Compte certifié @FLOTUS
.@PresidentRuvi & Mrs. Nehama Rivkin Thank u for your gracious hospitality at the residence & showing us your lovely gardens. #Israel

RÉPUBLIQUE DE LIBYE, LA GRANDE PRIÈRE SUNNITES et CHIITES. http://leclandesmouettes.bbflash.net/t365-republique-de-lybie-ou-la-grande-priere-sunites-et-chiites#6042 … Ain't No Mountain High Enough https://www.youtube.com/watch?v=IC5PL0XImjw … TAY

Le tlingit (Lingít en tlingit, prononcé [ɬɪŋkɪ́t]) est une langue amérindienne parlée par les Tlingits dans le sud-est de l'Alaska et en Colombie-Britannique, dans l'archipel Alexandre et la zone côtière avoisinante. Il fait partie de la famille des langues na-dené, dont il constitue à lui seul une branche distincte. Le tlingit se divise grossièrement en cinq dialectes intercompréhensibles.

Au recensement de 2000, 1 200 personnes ont déclaré parler le tlingit aux États-Unis, mais le chiffre est probablement surestimé : Michael Krauss en 1995 n'a décompté que 845 locuteurs. La langue est en déclin et menacée de disparition.

Consonnes

Le tlingit se caractérise par une série quasi complète de consonnes éjectives, non seulement occlusives mais aussi fricatives. En revanche, il n'existe pas d'opposition de voisement. Comme de nombreuses langues du nord-ouest de l'Amérique du Nord, le tlingit comporte très peu, voire pas de consonne bilabiales. Les consonnes sont répertoriées dans le tableau suivant, avec leur représentation dans une des orthographes tlingits employées actuellement :
Bilabiales Alvéolaires Palatales Vélaires Uvulaires Glottales
centrale latérale simple labialisée simple labialisée simple labialisée
Occlusives simples d [t] g [k] gw [kʷ] gh [q] ghw [qʷ]
aspirées t [tʰ] k [kʰ] kw [kʷʰ] kh [qʰ] khw [qʷʰ]
éjectives t' [tʼ] k' [kʼ] k'w [kʷʼ] kh' [qʼ] kh'w [qʷʼ] . [ʔ] (.w [ʔʷ])
Affriquées simples dz [ts] dl [tɬ] j [tʃ]
aspirées ts [tsʰ] tl [tɬʰ] ch [tʃʰ]
éjectives ts' [tsʼ] tl' [tɬʼ] ch' [tʃʼ]
Fricatives simples s [s] l [ɬ] sh [ʃ] x [x] xw [xʷ] xh [χ] xhw [χʷ] h [h] (hw [hʷ])
éjectives s' [sʼ] l' [ɬʼ] x' [xʼ] x'w [xʷʼ] xh' [χʼ] xh'w [χʷʼ]
Nasales (m [m]) n [n]
Semi-voyelles (ll [l]) y [j] (ÿ [ɰ]) w [w]

n tend à s'assimiler au point d'articulation d'une consonne suivante.
m est un allophone de w dans certains dialectes.
ll est un allophone de n, aujourd'hui surtout restreint aux locuteurs les plus âgés.
ÿ a récemment disparu du système phonologique tlingit, en se confondant avec y ou w selon l'environnement phonétique.
.w et hw sont des phonèmes marginaux.

Voyelles

Le tlingit comporte deux séries de voyelles, qui s'opposent par la quantité autant que par la tension.

Tendues / Longues Relâchées / Brèves
Antérieures Centrales Postérieures Antérieures Centrales Postérieures
fermées ee [i] oo [u] i [ɪ] u [ʊ]
moyennes ei [e] e [ɛ] a [ʌ]
ouvertes aa [a] (aa [ɒ]) (a ɐ)

La voyelle aa possède un allophone postérieur [ɒ] après consonne uvulaire.

Le tlingit est une langue à tons, avec deux ou trois tons selon les dialectes. Ils sont notés par l'accent aigu pour le ton haut, l'accent grave pour le ton bas des dialectes à trois tons, et l'absence de marque pour le ton moyen.
Écriture
Cette section est vide, insuffisamment détaillée ou incomplète. Votre aide est la bienvenue !

Le tlingit s’écrit avec l’alphabet latin, deux orthographes sont utilisées : l’orthographe du Yukon et l’orthographe de l’Alaska1. Lʼorthographe de lʼAlaska utilise notamment les caractères g̱, ḵ et x̱ au lieu de gh, kh et xh.
Notes et références

↑ Language Geek: Tlingit Language [archive]

Voir aussi
Articles connexes

linguistique
liste de langues
langues par famille
langues amérindiennes
langues na-dené

Liens externes

(en) Fiche langue (code «tli») [archive] dans la base de données linguistique Ethnologue.

[masquer]
v · m
Drapeau du Canada Les langues du Canada
Langues officielles Français · Anglais
Langues autochtones orales
Algonquiennes Abénaqui · Algonquin · Anishinaabemowin (ᐊᓂᔑᓈᐯᒧᐎᓐ) · Cri · Innu-aimun · Iyuw Iyimuun (ᐃᔪᐤ ᐃᔨᒧᐅᓐ) · Malécite-passamaquoddy · Mi'kmaq · Munsee · Neshnabémwen · Niitsipussin (ᓱᖽᐧᖿ) · Nishnaabemwin
Dené-ienisseïennes Babine-Witsuwit'en · Dahdzege · Dakeł (ᑕᗸᒡ) · Dene-thah / Dené Dháh / Dene Zhatıé (ᑌᓀ ᒐ) · Dane-zaa · Dënesųłiné (ᑌᓀᓱᒼᕄᓀ) · Tłı̨chǫ Yatiì · Gwich’in · Hän · Kaska · Łingít · Nicola · Sahtúot’ı̨nę Yatı̨́ (ᑲᑊᗱᑯᑎᑊᓀ / ᓴᑋᕲᒼᑯᑎᑊᓀ / ᗰᑋᑯᑎᑊᓀ) · Tsúùt’ínà · Tā̀gish · Tse'khene · Tŝinlhqut’in · Tutchone · Wetaŀ
Inuites Inuinnaqtun · Inuktitut (ᐃᓄᒃᑎᑐᑦ) · Iñupiaq · Inuvialuktun
Iroquoiennes Gayogo̱hó:nǫ’ · Kanien'keha · Onödowá'ga:' · Onoñdaʔgegáʔ nigaweñoʔdeñʔ · Skarùːręʔ · Ukwehuwehnéha · Wyandot
Salish Halq̓eméylem / Hul̓q̓umín̓um̓ / Hən̓q̓əmin̓əm̓ · Nłeʔkepmxcin · Nsəlxcín · Qʾomoχws · Nuxalk · Secwepemctsín · SENĆOŦEN / Malchosen / Lekwungen / Semiahmoo / T’Sou-ke · Sháshíshálh · St̓át̓imcets · Sḵwx̱wú7mesh snichim
Tsimshianiques Gitksan · Nisg̱a’a · Tsimshian (Sgüüx̣s · Sm'álgyax)
Wakashanes Heiltsuk-Oowekyala · Kwak'wala · Nitinaht · Nuučaan̓uł · X̄a’islak̓ala
diverses / isolates Béothuk · Ktunaxa · X̲aayda Kil
Langues manuelles
Francosignes Langue des signes américaine (ASL) · Langue des signes québécoise (LSQ) · Langue protactique américaine
BANZSL Langue des signes maritime (MSL)
Langues manuelles des prairies Langue des signes anishinaabe · Langue des signes cri · Langue des signes pied-noir · Langue des signes Plateau
Inuit Inuit Uukturausingit (Inuiuuk) (ᐃᓄᐃᑦ ᐆᒃᑐᕋᐅᓯᖏᑦ)
Langues pidgins, créoles et mixtes Créole bungi · Chiac · Français pidgin Inuit de Labrador · Jargon chinook · Jargon esclave · Métchif
Langues des immigrants Allemand (Allemand de Pennsylvanie · Bas allemand mennonite · Huttérite) · Gaélique · Irlandais · Russe des Doukhobors · Ukrainien

RAPPORT DE
Y'BECCA
ET
TAY LA CHOUETTE EFFRAIE
OU
CITOYEN TIGNARD YANIS
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.atelier-yannistignard.com
yanis la chouette



Nombre de messages : 6208
Localisation : http://yanis.tignard.free.fr
Date d'inscription : 12/11/2005

MessageSujet: Re: HASKALA, LES RÉPUBLIQUES SOVIÉTIQUES, L'OLIVIER ET Y'BECCA   Ven 2 Juin à 8:41

THÉÂTRE Garonne DE TOULOUSE... MEMOIRES DU FESTIVAL DE 1939 DE LA GRANDE ILLUSION ET GRANDE SURPRISE À VENISE, LA MARSEILLAISE EST APPLAUDI PAR LE PUBLIC. GOEBBELS DÉCIDE DE CONSTRUIRE UNE CONTRE NOSTRA AVEC L'AIDE DU LIBÉRALISME AMÉRICAIN: AINSI L'HIVER DE MUNICH FAIT NAÎTRE LE FESTIVAL DE CANNES DURANT L'INVASION DE L'ALBANIE ET DE LA TCHÉCOSLOVAQUIE... ET AINSI LES HÔTELIERS DE CANNES TEL LES BOURGEOIS DE CALAIS MALGRÉ LA GUERRE LE FIT RENAÎTRE EN 1946...
Existence et exposé sur la sauvegarde des films allemands par les troupes soviétiques... Tel père tel fils du vivier, il ramène le gras négatif en nitrate de la grande illusion de Renoir

Museum für Film und Fernsehen - Berlin.de

Museum für Film und Fernsehen
Le Musée du cinéma et de la télévision, situé dans le Sony Center
à Potsdamer Platz, réunit deux mondes de l'image
dans une association unique au monde.

Situé à proximité de la place Marlène Dietrich où se déroule chaque février le Festival International du Film de Berlin - la Berlinale -, le Musée du cinéma et de la télévision propose une expérience multimédia inédite de la création cinématographique et télévisuelle allemande.

Fritz Lang et Marlène Dietrich
L’exposition permanente constituée par le fonds de la Cinémathèque allemande propose un voyage à travers les grandes étapes du cinéma allemand. 13 salles, présentant plus de 1 000 objets allant des scénarios aux costumes et aux accessoires, décrivent les progrès technologiques depuis l’époque du cinéma muet jusqu’aux effets spéciaux de l’âge numérique, mais aussi le travail des cinéastes qui ont marqué l’histoire. On y trouve les chefs d’œuvre classiques de l’expressionnisme allemand tels le "Cabinet du Dr Cagliari" et "Metropolis" de Fritz Lang. Parmi les autres jalons, celui du bouillonnement artistique de l’époque de la République de Weimar, entre 1918 à 1933, la transformation de la culture en propagande durant la période nazie, avec le fameux "Olympia" de Leni Riefenstahl, l‘exil des créateurs allemands à Hollywood après 1933. Une section est dédiée à la plus grande diva allemande – Marlène Dietrich – , présentant un grand nombre de ses objets personnels et souvenirs. Une autre section est spécialement consacrée à la science fiction et au film d’animation.

Cinéma et télévision
Unique en Europe, le Musée du cinéma et de la télévision abrite également, au rez-de-chaussée, une boutique, l’Ecole de cinéma de Berlin - la Deutsche Film und Fernsehakademie Berlin -, deux salles de cinéma d’art et d’essai - Arsenal 1 & 2 - et un bistro.
Des audioguides en français sont disponibles.

Adresse:
Potsdamer Straße 2
10785 Berlin
zum Stadtplan
Téléphone: 030 300 903 0
Adresse internet: www.deutsche-kinemathek.de
Horaires d‘ouverture: Du mardi au dimanche de 10-18 h, jeudi 10-20 h
Tarifs: 7 Euro, tarif réduit 4,50 Euro

S-Bahn

0.2km S+U Potsdamer Platz Bhf
S1 S2 S25

Bus

0.1km Berlin, Varian-Fry-Str./Potsdamer Platz
200 M48 M85 N2 M41

Regional­bahn

0.2km S+U Potsdamer Platz Bhf
RB10 RE RE3 RE5 RE4

COMMENTAIRE DU
CITOYEN TIGNARD YANIS
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.atelier-yannistignard.com
yanis la chouette



Nombre de messages : 6208
Localisation : http://yanis.tignard.free.fr
Date d'inscription : 12/11/2005

MessageSujet: Re: HASKALA, LES RÉPUBLIQUES SOVIÉTIQUES, L'OLIVIER ET Y'BECCA   Ven 2 Juin à 8:42

Les Tlingits sont une ethnie indigène d'Amérique du Nord, plus précisement un peuple autochtone d'Alaska. Ils occupent l'Alaska du Sud-Est, un territoire qui comprend la zone côtière du sud-est de l'Alaska et les îles qui lui font face.

Sommaire

1 Histoire
1.1 Premiers contacts avec les Européens
2 Culture
3 Notes et références
4 Voir aussi
4.1 Bibliographie
4.2 Articles connexes
4.3 Liens externes

Histoire
Premiers contacts avec les Européens
Deux jeunes filles Tlingit, près de Copper River (Alaska), 1903. Photographie des frères Miles

Les premiers contacts avec les Européens datent des expéditions maritimes russes, espagnoles et britanniques dans cette région vers la moitié du XVIIIe siècle. De nombreux explorateurs entrèrent ainsi en contact avec les Tlingits. La plupart de ces échanges furent amicaux, malgré certaines craintes européennes. Les Tlingits apprécièrent assez rapidement le troc avec les produits européens. Dans l'ensemble, les Européens furent assez impressionnés de l'aisance des Tlingits.

Le premier contact date sans doute de 1741 lors de la deuxième expédition du Kamtchatka de Vitus Béring avec Alekseï Tchirikov. Le navire de Vitus Béring fut séparé de celui de Tchirikov et atteint l'île Kayak. Cependant Tchirikov navigua lui jusqu'aux côtes occidentales de l'archipel Alexandre. Il perdit deux canots avec leurs hommes vers le détroit Lisianski au nord de l'île Chichagof. En les cherchant, Tchirikov rencontra les Tlingits qu'il estima hostiles et retourna vers l'ouest.

En 1744, Juan José Pérez Hernández fut envoyé par le vice-roi de la Nouvelle-Espagne, Antonio María de Bucareli y Ursúa, pour explorer la côte Pacifique avec l'objectif d'atteindre les 60 degrés de latitude nord pour repérer d'éventuels établissements russes et réclamer le pays pour l'Espagne. Il était accompagné par Fray Juan Crespi et Fr. Tomás de la Peña Suria (ou Savaria), ce dernier a exécuté un certain nombre de dessins qui constituent aujourd'hui des témoignages inestimables sur la vie Tlingit dans la période précoloniale.

Selon Carl Sagan, dans Cosmos, repris dans Faits, II (2007, Marcel Cohen), La Pérouse rencontre des indiens Tlingits de Lituya Bay en 1786. Ce peuple sans écriture, par transmission orale, de chaman à chaman, conserve une mémoire collective précise de cet événement, deux siècles plus tard.
Culture
Totem Tlingit à Ketchikan.

Les Tlingits ont développé une culture complexe basée sur la chasse et la cueillette dans les forêts tempérées humides de la région. Regroupée en dix-huit groupes locaux dits ḵwáan, souvent appelés « tribus », la société tlingite est hiérarchisée. Avec un système matrilinéaire, elle comprend des nobles (chefs de clan et de lignage et parents immédiats), des gens du commun et des esclaves. Durant la seconde moitié du XIXe siècle, les « casques-heaume », appelés aussi « masques de tête », étaient portés lors de danses rituelles. Cette pièce, sculptée dans un nœud de bois évidé, représente une femme dont la lèvre inférieure est munie d'un labret, insigne de noblesse. Peut-être le masque incarnait-il son esprit. Il aurait eu alors une fonction protectrice auprès des guerriers tlingit. Outre un esprit protecteur, ou le blason familial, le heaume pouvait aussi figurer un animal (ours ou lion de mer) que les Tlingit admiraient pour leur agressivité, qualité exemplaire du guerrier. Les Tlingit se servent des mêmes symboles sur leurs totems que sur leurs coiffes et leurs masques guerriers polychromes.

La langue tlingite est connue non seulement pour sa grammaire complexe mais aussi pour utiliser certains phonèmes que l'on n'entend pas dans la presque totalité des autres langues.
Notes et références

(en) Cet article est partiellement ou en totalité issu de l’article de Wikipédia en anglais intitulé « Tlingit people » (voir la liste des auteurs).

Voir aussi

Sur les autres projets Wikimedia :

Tlingits, sur Wikimedia Commons

Bibliographie

(en) George Thornton Emmons, The Tlingit Indians, Seattle, University of Washington Press, 1991, 488 p. (ISBN 978-0-295-97008-0, OCLC 23463915)
(en) Andrei Val'terovich Grinev, The Tlingit Indians in Russian America, 1741-1867, Lincoln, University of Nebraska Press, 2005, 386 p. (ISBN 978-0-8032-2214-4, OCLC 835820602)
(en) Mary Helen Pelton et Jacqueline DiGennaro, Images of a people : Tlingit myths and legends, Englewood, Libraries Unlimited, 1992, 170 p. (ISBN 978-0-87287-918-8, OCLC 44957050, lire en ligne [archive])
(en) Sharon Bohn Gmelch, The Tlingit Encounter With Photography, 2008, 163 p.

Articles connexes

Amérindiens au Canada
Étymologie des prénoms nord-amérindiens
(en) Histoire du peuple tlingit

Liens externes

Textes de l'église orthodoxe en langue tlingit [archive]

MONSIEUR YANIS TIGNARD OU TAY LA CHOUETTE EFFRAIE
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.atelier-yannistignard.com
yanis la chouette



Nombre de messages : 6208
Localisation : http://yanis.tignard.free.fr
Date d'inscription : 12/11/2005

MessageSujet: Re: HASKALA, LES RÉPUBLIQUES SOVIÉTIQUES, L'OLIVIER ET Y'BECCA   Ven 2 Juin à 8:43

Melania Trump‏Compte certifié @FLOTUS 21 mai
Enjoyed talking to the incredible women working hard @GE_Saudi service center. Great strides being made towards the empowerment of women.

En réponse à @FLOTUS @GE_Saudi
DOUCE DAME ET HONORABLE FLOTUS, VOIR CERTAINS SUJETS TOUT COMME LE ROI JOUAIENT AU JÉSUS-CHRIST DANS LE DISCOURS: MUET POUR VOTRE SÉCURITÉ.

Élysée‏Compte certifié @Elysee 20 mai
Le président @EmmanuelMacron transmet ses salutations au président iranien Hassan ROHANI à l’occasion de sa réélection

En réponse à @Elysee @EmmanuelMacron
LE NÉPAL SE TRANSFORMA DE ROYAUME EN RÉPUBLIQUE, DES NOUVEAUX PONTS SE CONSTRUISIRENT DANS L'HIMALAYA: L'HÉROÏSME DE KHARTOUM. Y'BECCA. TAY

En réponse à @Elysee @EmmanuelMacron
UNE RÉVOLUTION EN MARCHE OÙ LES PHILOSOPHES ET AUTRES DIPLÔMES DEVIENNENT LOUPS DE POLITIQUE: LES ÉLITES SE FROTTENT LES MAINS SUR LES SERFS


En réponse à @Elysee @EmmanuelMacron
LA RÉPUBLIQUE FRANÇAISE PLEURE SES OEUVRES ET ORIGINES: LES JASMINS, SES TRIPOLI ET SES ŒILLETS. Y'BECCA EST NEUTRE CAR SECOURISTES D'ÉTATS

The White House‏Compte certifié @WhiteHouse 20 mai
#POTUSAbroad in Photos: http://45.wh.gov/WTbZKf
En réponse à @WhiteHouse
L'ACTION PRÉSENTE L'ACTE. HEUREUX DE VOIR THE FIRST LADY AVOUER SON FRONT DE POUVOIR DANS LA VIE: ELLE EST LIEN ENTRE UN HOMME ET LA SOCIÉTÉ

Melania Trump‏Compte certifié @FLOTUS
.@PresidentRuvi & Mrs. Nehama Rivkin Thank u for your gracious hospitality at the residence & showing us your lovely gardens. #Israel

RÉPUBLIQUE DE LIBYE, LA GRANDE PRIÈRE SUNNITES et CHIITES. http://leclandesmouettes.bbflash.net/t365-republique-de-lybie-ou-la-grande-priere-sunites-et-chiites#6042 … Ain't No Mountain High Enough https://www.youtube.com/watch?v=IC5PL0XImjw … TAY

Le tlingit (Lingít en tlingit, prononcé [ɬɪŋkɪ́t]) est une langue amérindienne parlée par les Tlingits dans le sud-est de l'Alaska et en Colombie-Britannique, dans l'archipel Alexandre et la zone côtière avoisinante. Il fait partie de la famille des langues na-dené, dont il constitue à lui seul une branche distincte. Le tlingit se divise grossièrement en cinq dialectes intercompréhensibles.

Au recensement de 2000, 1 200 personnes ont déclaré parler le tlingit aux États-Unis, mais le chiffre est probablement surestimé : Michael Krauss en 1995 n'a décompté que 845 locuteurs. La langue est en déclin et menacée de disparition.

Consonnes

Le tlingit se caractérise par une série quasi complète de consonnes éjectives, non seulement occlusives mais aussi fricatives. En revanche, il n'existe pas d'opposition de voisement. Comme de nombreuses langues du nord-ouest de l'Amérique du Nord, le tlingit comporte très peu, voire pas de consonne bilabiales. Les consonnes sont répertoriées dans le tableau suivant, avec leur représentation dans une des orthographes tlingits employées actuellement :
Bilabiales Alvéolaires Palatales Vélaires Uvulaires Glottales
centrale latérale simple labialisée simple labialisée simple labialisée
Occlusives simples d [t] g [k] gw [kʷ] gh [q] ghw [qʷ]
aspirées t [tʰ] k [kʰ] kw [kʷʰ] kh [qʰ] khw [qʷʰ]
éjectives t' [tʼ] k' [kʼ] k'w [kʷʼ] kh' [qʼ] kh'w [qʷʼ] . [ʔ] (.w [ʔʷ])
Affriquées simples dz [ts] dl [tɬ] j [tʃ]
aspirées ts [tsʰ] tl [tɬʰ] ch [tʃʰ]
éjectives ts' [tsʼ] tl' [tɬʼ] ch' [tʃʼ]
Fricatives simples s [s] l [ɬ] sh [ʃ] x [x] xw [xʷ] xh [χ] xhw [χʷ] h [h] (hw [hʷ])
éjectives s' [sʼ] l' [ɬʼ] x' [xʼ] x'w [xʷʼ] xh' [χʼ] xh'w [χʷʼ]
Nasales (m [m]) n [n]
Semi-voyelles (ll [l]) y [j] (ÿ [ɰ]) w [w]

n tend à s'assimiler au point d'articulation d'une consonne suivante.
m est un allophone de w dans certains dialectes.
ll est un allophone de n, aujourd'hui surtout restreint aux locuteurs les plus âgés.
ÿ a récemment disparu du système phonologique tlingit, en se confondant avec y ou w selon l'environnement phonétique.
.w et hw sont des phonèmes marginaux.

Voyelles

Le tlingit comporte deux séries de voyelles, qui s'opposent par la quantité autant que par la tension.

Tendues / Longues Relâchées / Brèves
Antérieures Centrales Postérieures Antérieures Centrales Postérieures
fermées ee [i] oo [u] i [ɪ] u [ʊ]
moyennes ei [e] e [ɛ] a [ʌ]
ouvertes aa [a] (aa [ɒ]) (a ɐ)

La voyelle aa possède un allophone postérieur [ɒ] après consonne uvulaire.

Le tlingit est une langue à tons, avec deux ou trois tons selon les dialectes. Ils sont notés par l'accent aigu pour le ton haut, l'accent grave pour le ton bas des dialectes à trois tons, et l'absence de marque pour le ton moyen.
Écriture
Cette section est vide, insuffisamment détaillée ou incomplète. Votre aide est la bienvenue !

Le tlingit s’écrit avec l’alphabet latin, deux orthographes sont utilisées : l’orthographe du Yukon et l’orthographe de l’Alaska1. Lʼorthographe de lʼAlaska utilise notamment les caractères g̱, ḵ et x̱ au lieu de gh, kh et xh.
Notes et références

↑ Language Geek: Tlingit Language [archive]

Voir aussi
Articles connexes

linguistique
liste de langues
langues par famille
langues amérindiennes
langues na-dené

Liens externes

(en) Fiche langue (code «tli») [archive] dans la base de données linguistique Ethnologue.

[masquer]
v · m
Drapeau du Canada Les langues du Canada
Langues officielles Français · Anglais
Langues autochtones orales
Algonquiennes Abénaqui · Algonquin · Anishinaabemowin (ᐊᓂᔑᓈᐯᒧᐎᓐ) · Cri · Innu-aimun · Iyuw Iyimuun (ᐃᔪᐤ ᐃᔨᒧᐅᓐ) · Malécite-passamaquoddy · Mi'kmaq · Munsee · Neshnabémwen · Niitsipussin (ᓱᖽᐧᖿ) · Nishnaabemwin
Dené-ienisseïennes Babine-Witsuwit'en · Dahdzege · Dakeł (ᑕᗸᒡ) · Dene-thah / Dené Dháh / Dene Zhatıé (ᑌᓀ ᒐ) · Dane-zaa · Dënesųłiné (ᑌᓀᓱᒼᕄᓀ) · Tłı̨chǫ Yatiì · Gwich’in · Hän · Kaska · Łingít · Nicola · Sahtúot’ı̨nę Yatı̨́ (ᑲᑊᗱᑯᑎᑊᓀ / ᓴᑋᕲᒼᑯᑎᑊᓀ / ᗰᑋᑯᑎᑊᓀ) · Tsúùt’ínà · Tā̀gish · Tse'khene · Tŝinlhqut’in · Tutchone · Wetaŀ
Inuites Inuinnaqtun · Inuktitut (ᐃᓄᒃᑎᑐᑦ) · Iñupiaq · Inuvialuktun
Iroquoiennes Gayogo̱hó:nǫ’ · Kanien'keha · Onödowá'ga:' · Onoñdaʔgegáʔ nigaweñoʔdeñʔ · Skarùːręʔ · Ukwehuwehnéha · Wyandot
Salish Halq̓eméylem / Hul̓q̓umín̓um̓ / Hən̓q̓əmin̓əm̓ · Nłeʔkepmxcin · Nsəlxcín · Qʾomoχws · Nuxalk · Secwepemctsín · SENĆOŦEN / Malchosen / Lekwungen / Semiahmoo / T’Sou-ke · Sháshíshálh · St̓át̓imcets · Sḵwx̱wú7mesh snichim
Tsimshianiques Gitksan · Nisg̱a’a · Tsimshian (Sgüüx̣s · Sm'álgyax)
Wakashanes Heiltsuk-Oowekyala · Kwak'wala · Nitinaht · Nuučaan̓uł · X̄a’islak̓ala
diverses / isolates Béothuk · Ktunaxa · X̲aayda Kil
Langues manuelles
Francosignes Langue des signes américaine (ASL) · Langue des signes québécoise (LSQ) · Langue protactique américaine
BANZSL Langue des signes maritime (MSL)
Langues manuelles des prairies Langue des signes anishinaabe · Langue des signes cri · Langue des signes pied-noir · Langue des signes Plateau
Inuit Inuit Uukturausingit (Inuiuuk) (ᐃᓄᐃᑦ ᐆᒃᑐᕋᐅᓯᖏᑦ)
Langues pidgins, créoles et mixtes Créole bungi · Chiac · Français pidgin Inuit de Labrador · Jargon chinook · Jargon esclave · Métchif
Langues des immigrants Allemand (Allemand de Pennsylvanie · Bas allemand mennonite · Huttérite) · Gaélique · Irlandais · Russe des Doukhobors · Ukrainien

RAPPORT DE
Y'BECCA
ET
TAY LA CHOUETTE EFFRAIE
OU
CITOYEN TIGNARD YANIS


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.atelier-yannistignard.com
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: HASKALA, LES RÉPUBLIQUES SOVIÉTIQUES, L'OLIVIER ET Y'BECCA   

Revenir en haut Aller en bas
 
HASKALA, LES RÉPUBLIQUES SOVIÉTIQUES, L'OLIVIER ET Y'BECCA
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» 24/05/2010 Quand l'armée de l'air inventait les paras... grâce aux Soviétiques
» Quand l'armée de l'air inventait les paras... grâce aux Soviétiques
» chalutier espion
» Mes produits artistiques détournés en cosmétiques
» Le dépistage de maladies génétiques rares : sujet de mémoire orthophonique

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
La.cinquieme.République :: La.cinquieme.République-
Sauter vers: