La.cinquieme.République

De la politique pure et affaires étrangeres
 
AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  MembresMembres  GroupesGroupes  Connexion  

Partagez | 
 

  Lutte de l'Hôpital de La Grave, Sa Chapelle-Soin et Y'becca

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
yanis la chouette



Nombre de messages : 6065
Localisation : http://yanis.tignard.free.fr
Date d'inscription : 12/11/2005

MessageSujet: Lutte de l'Hôpital de La Grave, Sa Chapelle-Soin et Y'becca   Sam 18 Mar à 4:43

Hôpital de La Grave: Yes We Can and
I Walk, I Dream and I Hope;
Rue Reclusane, Toulouse, 31300
+(33)-(5)-61777833
Y'becca
TAY

Votre accueil à l’hôpital La Grave

Publié le 17/08/2010 à 11h10 (mis à jour le 11/04/2014 à 11h49)

Livret d’accueil du patient hospitalisé
[PDF - 9.3 Mo]

Un bureau d’accueil, situé à l’entrée principale de l’hôpital La Grave, place Lange, est à votre disposition tous les jours 24 h/24 h.

Vous pourrez sur simple demande :

être mis en contact avec des interprètes
obtenir gracieusement un équipement spécifique pour les personnes sourdes ou malentendantes

Le Bureau des Entrées, situé au rez-de-chaussée de la maison médicale de garde, est ouvert du lundi au vendredi de 8h00 à 17h00.

Afin de mieux préparer votre venue et connaître vos droits, vous vous invitons à consultez notre livret d’accueil.

cès » Hôpital La Grave
Hôpitaux et plans d’accès

Hôpital de Psychiatrie
Hôpital des Enfants
Hôpital Garonne - Villa Ancely
Hôpital La Grave
Accès à l’hôpital La Grave
Les structures spécialisées de l’Hôpital La Grave
Hôpital Larrey
Hôpital Paule de Viguier
Hôpital Pierre-Paul Riquet
Hôpital Purpan
Hôpital Rangueil
Accès à l’hôpital Rangueil
Le plateau médico-technique de Rangueil
Urgences Réanimation Médecines (bâtiment URM)
Hôtel-Dieu Saint-Jacques

http://www.chu-toulouse.fr/-hopital-la-grave-
Accès à l’Hôtel-Dieu Saint-Jacques
Institut Universitaire du Cancer de Toulouse - Oncopole
La Fontaine Salée
Accès à La Fontaine Salée
Logipharma - Chapitre

Hôpital La Grave
Hôpital La Grave
Place Lange
TSA 60033
31059 Toulouse cedex 9

L’Hôpital La Grave, dont la construction date du début du XVIIe siècle (en savoir plus sur l’Histoire de l’Hôpital La Grave), dispose de consultations pour les spécialités suivantes :

Dermatologie, vénérologie
Psychiatrie de l’enfant et de l’adolescent
Unité de prise en charge de l’autisme
Centre de soins aux toxicomanes
Antenne de lutte contre le dopage
Centre de médecine sociale et humanitaire
Maison médicale de garde (assure l’accueil des urgences)

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.atelier-yannistignard.com
yanis la chouette



Nombre de messages : 6065
Localisation : http://yanis.tignard.free.fr
Date d'inscription : 12/11/2005

MessageSujet: Re: Lutte de l'Hôpital de La Grave, Sa Chapelle-Soin et Y'becca   Sam 18 Mar à 4:43

The Hôpital de La Grave is a hospital situated in the Saint-Cyprien quartier of Toulouse in Southwest France on the bank left of the Garonne. Taking up six hectares (three times the size of the Hôtel-Dieu), La Grave was the second largest hospital establishment and primary maternal care center of Toulouse during much of the 20th century until the CHU of Rangueil was built. It is named for the sandy bank (French: grève) of the Garonne where it was built. De 1508 à 1514, l'hôpital est agrandi et prend le nom d'hôpital Saint-Sébastien car le saint invoqué permet de combattre la maladie des pestiférés. Ils sont hébergés dans un pavillon à l’abri du mur d’enceinte et à l’écart des autres pensionnaires. Sa situation extra-muros permettait d’isoler les malades des habitants. En 1516, la Tour Taillefer qui se trouve près du parc du musée Les Abattoirs servant de réserve de poudre et de munitions et faisant partie des remparts de la ville, est utilisée à l’accueil des pestiférés, des mendiants et des épileptiques1.

En 1557, avec l'afflux des malades, l'hôpital devient trop petit et les remparts et tours adjacentes sont utilisés pour les héberger. Même les prés des Sept-Deniers et de Bourrassol sont réquisitionnés. Au XVIIe siècle, Toulouse est touchée par la plus meurtrière épidémie de peste. Le 17 juin 1629, tous les malades soignés à l'hôpital Saint-Sébastien des Pestiférés meurent par contagion1.

Beginnings

The original "Hôpital de La Grave" was first mentioned in an 1197 charter of Raymond IV. Today, nothing remains of the original hospital.[1] but This story will be
Plague years

During the periods in which the plagues ravaged Toulouse, the Hôpital de La Grave was used care for those afflicted with the disease, isolating them from the beggers, injured and disabled. The hospital ended up being enlarged to cope with the mounting epidemic and underwent a name change, taking the name Saint-Sébastien in order to invoke his help in 1508-1514.[2]
In 1628 the Plague recurred in the city, worse than ever before. The elites, even many of the physicians began fleeing the town. The situation deteriorated to the point that capitoul surgeons[clarification needed] came to assist with treating the patients. Eventually in July the next year every plague patient in the hospital died and it was disinfected.[3]

Rebirth

The hospital was transitioned into a place to confine and care for the city's poor beginning on 26 March 1647.[4] The name was changed to Toulouse l’Hôpital Général Saint-Joseph de La Grave.[5] A Papal Bull granted approval in 1658.[6]
References

« La Grave » : un Hôpital "primitif" peu connu. Histoire de La Grave. Website of Centre Hospitalier Universitaire de Toulouse. Access date: 9-19-2008 (Fr)
La peste et la 1ère restructuration du XIVème siècle à la 1ère moitié du XVIIème siècle. Histoire de La Grave. Website of Centre Hospitalier Universitaire de Toulouse. Access date: 9-19-2008 (Fr)
La peste et la 1ère restructuration du XIVème siècle à la 1ère moitié du XVIIème siècle. Histoire de La Grave. Website of Centre Hospitalier Universitaire de Toulouse. Access date: 9-19-2008 (Fr)
Schneider, Robert Alan. Public Life in Toulouse, 1463-1789. Cornell University Press, 1989. ISBN 0-8014-2191-8, ISBN 978-0-8014-2191-4 p. 197. On Google Books Accessed 19 September 2008
Le Grand Renfermement » - seconde moitié du XVIIème siècle Histoire de La Grave. Website of Centre Hospitalier Universitaire de Toulouse. Access date: 9-20-2008 (Fr)
Schneider, Robert Alan. Public Life in Toulouse, 1463-1789. Cornell University Press, 1989. ISBN 0-8014-2191-8, ISBN 978-0-8014-2191-4 p. 197. On Google Books Accessed 19 September 2008


Dernière édition par yanis la chouette le Sam 18 Mar à 10:30, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.atelier-yannistignard.com
yanis la chouette



Nombre de messages : 6065
Localisation : http://yanis.tignard.free.fr
Date d'inscription : 12/11/2005

MessageSujet: Re: Lutte de l'Hôpital de La Grave, Sa Chapelle-Soin et Y'becca   Sam 18 Mar à 4:43

L'hôpital de La Grave se situe dans le quartier Saint-Cyprien à Toulouse, c’est-à-dire sur la rive gauche de la ville. Sur près de six hectares (trois fois la superficie de l'Hôtel-Dieu Saint-Jacques), La Grave fut le second grand établissement hospitalier et la principale maternité de Toulouse durant une grande partie du XXe siècle avant que soit créé le CHU de Rangueil. Son nom vient de la grève où il a été bâti le long de la Garonne.

Sommaire

1 Histoire
1.1 Création de l'hôpital
1.2 L'hôpital et les épidémies de peste
1.3 Le grand renfermement
1.4 Crises du XVIIIe siècle
1.5 Période révolutionnaire
2 Époque contemporaine
3 Chapelle Saint-Joseph de la Grave
4 Galerie de photos
5 Notes et références
6 Liens externes

Histoire

L'hôpital servit durant le Moyen Âge aux populations malades de la peste puis dès 1647, comme lieu de grand renfermement des mendiants, prostituées et aliénés. Dont 3000 toulousains morts de la peste1.
Création de l'hôpital

Il est cité pour la première fois dans une charte de Raymond IV en 1197. Il a été construit près de l'hôpital Sainte-Marie de la Daurade près de la Garonne dans le quartier Saint-Cyprien. L'hôpital Sainte-Marie de la Daurade a aujourd'hui totalement disparu1.
L'hôpital et les épidémies de peste

De 1508 à 1514, l'hôpital est agrandi et prend le nom d'hôpital Saint-Sébastien car le saint invoqué permet de combattre la maladie des pestiférés. Ils sont hébergés dans un pavillon à l’abri du mur d’enceinte et à l’écart des autres pensionnaires. Sa situation extra-muros permettait d’isoler les malades des habitants. En 1516, la Tour Taillefer qui se trouve près du parc du musée Les Abattoirs servant de réserve de poudre et de munitions et faisant partie des remparts de la ville, est utilisée à l’accueil des pestiférés, des mendiants et des épileptiques1.

En 1557, avec l'afflux des malades, l'hôpital devient trop petit et les remparts et tours adjacentes sont utilisés pour les héberger. Même les prés des Sept-Deniers et de Bourrassol sont réquisitionnés. Au XVIIe siècle, Toulouse est touchée par la plus meurtrière épidémie de peste. Le 17 juin 1629, tous les malades soignés à l'hôpital Saint-Sébastien des Pestiférés meurent par contagion1.
Le grand renfermement

Au XVIIe siècle, l'afflux important de pauvres vers Toulouse mène les autorités à exercer la politique du Grand Renfermement des pauvres : « soigner, nourrir, instruire et relever le niveau moral des pauvres » tel est le but affiché. Les hôpitaux généraux sont créés dans ce but. Comme dans tout le reste de la France, en 1647, l'hôpital Saint-Sébastien devient l'hôpital général Saint-Joseph de La Grave car Saint-Joseph était le patron des travailleurs et ses attributs sont la pauvreté, la charité et l’humilité. Mais, l'hôpital de La Grave comme tous les autres hôpitaux généraux devient très vite surchargé et ne peut accueillir tous les nécessiteux de la ville ou désireux1.

De 1661 à 1684, des travaux d'agrandissement de l’hôpital général Saint-Joseph de La Grave ont lieu avec la construction des grandes cours. En 1687, un incendie détruit une partie des bâtiments de l’hôpital1.
Crises du XVIIIe siècle

Jusqu'à la Révolution, l’hôpital fonctionne sur le mode d’une fondation, en institution autonome, placé sous l’autorité de l’archevêque, des capitouls et des membres du Parlement Royal. La saturation de l'hôpital est importante et des conflits apparaissent avec l'Hôtel-Dieu. L'hôpital de La Grave connait de nombreux problèmes financiers qui aggravent la situation. En 1720, le paiement de rentes viagères est trop lourd, les directeurs annoncent que la faillite est imminente. En 1760, l'hôpital tombe en faillite et les directeurs démissionnent. En 1765, un arrêt du Conseil ordonne la vente des rentes, des terres et autres biens-fonds de l'hôpital. Le Grand renfermement des pauvres recommencent au frais de la ville. En 1778, Alexis Larrey est nommé chirurgien-major de l'hôpital de La Grave1.
Période révolutionnaire

Après la Révolution, la crise touche l'hôpital et la désorganisation économique règne. Les moyens mis en œuvre sont faibles et dérisoires par rapport au nombre de pauvres qui affluent. En 1789, la municipalité de Toulouse prend le pouvoir de l'hôpital. La commune de Toulouse doit gérer les biens hospitaliers. En 1793, la Grave est rebaptisé Hospice de Bienfaisance1.

En 1797, l'hôpital de la Grave annexe des locaux militaires voisins qui provenaient de l’ancien couvent des Clarisses de Saint-Cyprien. Il devient le plus grand hôpital de la ville avec une surface de 6 hectares1.
Époque contemporaine
Cette section est vide, insuffisamment détaillée ou incomplète. Votre aide est la bienvenue !
Toulouse : dôme de l'hôpital La grave,1901, Eugène Trutat, conservée au Muséum de Toulouse

L'hôpital bénéficie de protections au titre des monuments historiques : une inscription partielle en 1986 et un classement partiel en 19882.
Chapelle Saint-Joseph de la Grave

L'hôpital de la Grave est connu aussi pour sa fameuse chapelle Saint-Joseph de la Grave. Elle est un des monuments les plus connus des toulousains car facilement identifiable depuis les quais de la Garonne1.

La première pierre de la Chapelle de la Grave est posée en 1758 par Gaspard de Maniban, premier président au parlement de Toulouse. Les travaux sont souvent interrompus et ne sont achevés qu’en 18451. En effet, elle connut d'important problèmes d'écroulements. Ses fondations ont été remplacées par du béton et le dôme présente la particularité d'être en bois, recouvert de cuivre car avec sa finition brique et sa couverture métallique, le dôme pesait plus de huit tonnes.

La chapelle est classée depuis 1978 au titre des monuments historiques2.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.atelier-yannistignard.com
yanis la chouette



Nombre de messages : 6065
Localisation : http://yanis.tignard.free.fr
Date d'inscription : 12/11/2005

MessageSujet: Re: Lutte de l'Hôpital de La Grave, Sa Chapelle-Soin et Y'becca   Sam 18 Mar à 4:44

Pompiers (Centre de Secours) + d'infos
17 all Charles de Fitte, 31300 TOULOUSE
24h/24
Visuel indisponible
sapeurs-pompiers, centres de secours


Dôme de l'hopital de la Grave
La Grave
Emblématique de Toulouse, l'hôpital de La Grave date du Moyen Âge. Son nom évoque la grève de la Garonne.

KLF - Last Train to Trancentral HD
https://www.youtube.com/watch?v=6ifNTb1Xx_I

Les sapeurs pompiers de la Haute-Garonne ont entamé leur 11è jour de grève. Ils rejettent les propositions "insuffisantes" de leur direction. Laquelle menace de sanctions en cas de nouvelles actions spectaculaires.

Par Vincent Albinet Publié le 15/11/2016 à 16:45 Mis à jour le 15/11/2016 à 17:40
Place du Capitole recouverte de neige, véhicule-épave brûlé sur le parking de l'état-major du Sdis, déploiement de la grande échelle sur le pont du Stadium lors du match du XV de France contre les Samoa : Emilienne Poumirol, la patronne des pompiers de la Haute-Garonne, n'a pas apprécié les dernières actions spectaculaires de ses soldats du feu, qu'elle juge "intolérables". Elle l'a fait savoir lundi matin sur les ondes de nos confrères de France Bleu Toulouse et lors d'une conférence de presse. Elle a annoncé qu'une enquête était en cours et qu'elle serait suivie de possibles sanctions.

Mais la présidente du conseil d'administration du Sdis a également avancé quelques chiffres. Il y aura, selon elle, un total de 29 pompiers recrutés en 2016 auquel il faut ajouter les 39 agents du nouveau Centre de traitement des alertes, là où aboutissent les appels lorsque le 18 est composé. Emilienne Poumirol promet également 12 nouvelles embauches en 2017, le remplacement des 25 départs à la retraite prévus d'ici 2025, la construction d'ici 2020 de 2 nouveaux centres de secours mixtes (où pompiers professionnels et pompiers volontaires travailleraient ensemble) à Blagnac-Aussonne et Montgiscard, la rénovation ou la construction de 8 autres centres entre 2017 et 2019 en Haute-Garonne, et enfin, des évolutions de carrière facilitées.

"Du réchauffé", estime le secrétaire du syndicat CGT des pompiers. Christophe Brunet explique que si le dossier connaît "quelques avancées", notamment en matière d'évolution de carrières et d'effectifs, "elles ne sont pas suffisantes". Les négociations achoppent, selon lui, sur la question du temps de travail et sur celle de l'emploi des pompiers volontaires que les pompiers professionnels sont prêts à accueillir, mais "pas à n'importe quelle condition". Le responsable syndical craint que les sapeurs pompiers volontaires, "payés de 5 à 8 euros de l'heure" servent de "bouche-trous" et constituent de l'"emploi déguisé". Quant au temps de travail, il considère qu'aucune proposition significative ne va dans le sens de sa diminution.

Il y a le budget, on l'entend, explique Christophe Brunet, on nous dit qu'il est constant, mais en Haute-garonne, les pompiers reviennent à 65 euros annuels par habitant alors que la moyenne nationale tourne autour de 90 euros. A un moment, si on veut un service public de qualité, il faut mettre la main à la poche. D'autant que le département connaît depuis 10 ans une croissance démographique annuelle de 15.000 habitants supplémentaires. Ce qui fait rentrer de l'argent. On s'interroge donc parfois sur la bonne volonté des politiques auxquels on a affaire.


Les propositions de la direction seront débattues vendredi en assemblée générale des pompiers. Juste avant la prochaine séance de négociations, lundi 21 novembre, entre les syndicats, leur direction ainsi que des représentants du département, dont dépend le Sdis. D'ici là, la grève symbolique d'une heure par jour, se poursuit, tous les matins entre 7 heures et 8 heures. Et de nouvelles actions coup-de-poing des soldats du feu ne sont pas à exclure. "On essaie de temporiser, assure Christophe Brunet, mais le personnel est vraiment excédé".
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.atelier-yannistignard.com
yanis la chouette



Nombre de messages : 6065
Localisation : http://yanis.tignard.free.fr
Date d'inscription : 12/11/2005

MessageSujet: Re: Lutte de l'Hôpital de La Grave, Sa Chapelle-Soin et Y'becca   Mar 28 Mar à 9:27

Le Monde du Silence, Le phare de Y'becca et Police la Coatie

L'Homme arrête sa réflexion; il ouvre sa fenêtre
pour laisser l'air pénétrer la pièce...
Il laisse ses ides et idées, s'envoler et
s'évaporer devant un pot de fleur:
Il s’étend sur le parquet... L'homme
fixe le plafond et replonge dans le calme.

Une femme traverse son esprit
et puis un désir de reconquête enflamme
le cœur du déchu... Et puis alors le masculin
du désir s'éveille dans le ventre de cet homme,
qui devient "cette homme"

Le Clans des mouettes se prononce différemment
du Clan des mouettes... L'Homme pousse un profond
soupir et fixe l'Horloge... Un rendez vous est prévu
sur ce sens de l'aiguille entre le masculin et le féminin;
entre le pluriel et le singulier ainsi Tel le décrit Platon
dans la caverne; l'orthographe assimile l'hermaphrodisme
par le son et l’ambiguïté du temps...

Il lui reste dix minutes à se reposer... Puis deux ou même
trois minutes après, il décide de quitter son appartement...
Car, l'avance est une source de tranquillité... Il se reflete
dans un miroir qu'il appelle photographie; son ombre se mélange
à la substance créative de nuages. Fier d'avoir déjouer
pour un instant, la prophétie du cabinet noir et de l'Homme
pressé. Oui, il savoure d'avoir traversé les rives du Jourdain;

Un nouveau baptême enflamme son cœur. Il prie pour les ombres
et les vivants qui accompagne ces ombres. il décrit l'adversité
à venir mais celle ci n'est que soulagement devant le triomphe
de l'espérance Libérée... Le Testament n'est qu'un aspect
de son héritage; il laisse l'empreinte d'un art sur l'obscurantisme.
Dans le tréfonds d'un puit, il est l’âne qui est remonté de la
poussière qu'on lui jetait.

Une femme traverse son esprit
et puis un désir de reconquête enflamme
le cœur du déchu... Et puis alors le masculin
du désir s'éveille dans le ventre de cet homme,
qui devient "cette homme".

Souviens toi d'elle, cette douce vierge apeuré par le sang et la douleur
mais ivre de marcher et de courir, défiant l'Horizon de son arrogance.
elle est loin d'être morte dans le fait de grandir, devenue femme qu'elle
est une douleur qui ne s'estompe pas: celui du Siège. Oui, Marcher.
Souviens toi de toi, ce jeune libertaire qui voulait devenir
archéologue des pierres et qui devient comme
L’Anticonstitutionnellement. L'Inconstitutionnellement se mue en jalousie
et en prophétie antique sur le progrès et la persécution...

Moi, j'ai évolué dans une forme de sympathie ayant une forme de compassion;
ces paraphrases de discours sont les premières étapes qui conduisent les
hommes physiques vers l’exéma et qui les éloigne du sens de morale,
puis de pardon. La Constitution morale est tout comme une goutte d'eau.
Elle s’avère selon le caractère être une source d'océan et pour d'autres,
un chuchotement conduisant à la folie... Construite est ma conscience...

Ecrit de
Monsieur Tignard Yanis

_________________
Kounak le chat....
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.atelier-yannistignard.com
yanis la chouette



Nombre de messages : 6065
Localisation : http://yanis.tignard.free.fr
Date d'inscription : 12/11/2005

MessageSujet: Re: Lutte de l'Hôpital de La Grave, Sa Chapelle-Soin et Y'becca   Ven 14 Avr à 8:11

Title Δοκιμή λέιζερ στην ESA
Released 13/04/2017 9:23 am
Copyright ESA-–Anneke Le Floc'h, CC BY-SA 3.0 IGO
Description

Δοκιμή λέιζερ στο τεχνικό κέντρο της ESA στην Ολλανδία.

Το Εργαστήριο Οπτο-ηλεκτρονικής ερευνά συσκευές που παράγουν, ανιχνεύουν και χειρίζονται το φως, όπως τα λέιζερ υψηλής απόδοσης, τους ανιχνευτές φωτονίων και τις οπτικές ίνες.

Συνεργάζεται στενά με το γειτονικό Εργαστήριο Οπτικής, το οποίο ειδικεύεται στο σχεδιασμό, την εκτίμηση και τον έλεγχο των οπτικών στοιχείων για διαστημικά τηλεσκόπια, φωτογραφικές μηχανές και μέσα απεικόνισης, καθώς και στην αξιολόγηση των οπτικών ιδιοτήτων των νέων υλικών και των επιστρώσεων και την αξιολόγηση κάθε βλάβης που προκαλείται από λέιζερ.

Τα δύο εργαστήρια συνεργάζονται για να υποστηρίξουν τις αποστολές και τα έργα της ESA καθ' όλη τη διάρκεια λειτουργίας τους.
Id 376063

Psalms 104 sung in ancient Hebrew | ברכי נפשי את ה' - תהלים ק"ד
https://www.youtube.com/watch?v=--UABwqW9Sg

Psalm 27, "ADONAI Ori" The L-RD is My Light
https://www.youtube.com/watch?v=wMZkqhZFVqc
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.atelier-yannistignard.com
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Lutte de l'Hôpital de La Grave, Sa Chapelle-Soin et Y'becca   

Revenir en haut Aller en bas
 
Lutte de l'Hôpital de La Grave, Sa Chapelle-Soin et Y'becca
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» La flottille belgo-néerlandaise de lutte contre les mines
» Recherche info sur l'hôpital auxiliaire d'Evreux en 1915
» À l'hôpital
» Vos droits à l'hôpital
» Des siamois sont nés lundi 19 décembre dans un hôpital d'Anajas, dans le nord du Brésil.

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
La.cinquieme.République :: La.cinquieme.République-
Sauter vers: