La.cinquieme.République

De la politique pure et affaires étrangeres
 
AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  MembresMembres  GroupesGroupes  Connexion  

Partagez | 
 

 Y'becca: Les peuples, les murs et les ponts dans François.

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
yanis la chouette



Nombre de messages : 5992
Localisation : http://yanis.tignard.free.fr
Date d'inscription : 12/11/2005

MessageSujet: Y'becca: Les peuples, les murs et les ponts dans François.   Ven 3 Mar à 9:09

Les études consacrées aux rapports de Rousseau à Spinoza s’appliquent le plus souvent aux points communs que manifestent, à bien des égards, leurs théories politiques et leurs critiques des religions révélées (sur la question du miracle, en particulier) – à tel point que P. Vernière peut affirmer que « leur ambition commune ne pouvait être qu’un traité théologico-politique » [1]
[1] Spinoza et la pensée française avant la Révolution,...
. Cette orientation, qui peut bien entendu alléguer des convergences objectives, exprime aussi l’inscription des commentateurs sous l’horizon du travail fondateur de W. Eckstein [2]
[2] « Rousseau and Spinoza. Their political theories, and...
. Il ne nous paraît pas exagéré de dire que, sur l’Etat proprement dit, les analyses disponibles ne requièrent plus que des corrections de détail : on consultera avec grand profit le travail de M. Francès [3]
[3] « Réminiscences spinozistes dans le Contrat social »,...
, dont l’efficacité repose d’abord sur le relevé précis des expressions clairement spinozistes utilisées dans le Contrat social. Toutefois, il faut bien considérer que ces recherches concernent essentiellement la théorie du pacte social et, par conséquent, le rôle politique de la religion [4]
[4] On consultera, sur ce point, S. Zac, « Rapports de...
. Cette restriction de l’enquête à l’institution et au fonctionnement de la société civile peut tirer argument des réserves sévères de Spinoza sur l’hypothèse d’une dispersion originaire des hommes (qui caractérisera pour Rousseau le premier état de nature), mais elle conduit à négliger les présupposés d’une thèse commune aux deux auteurs, selon laquelle l’accession de l’homme au rang de citoyen est la marque de son adhésion aux préceptes de la raison. Autrement dit, la citoyenneté accomplit une forme de moralité qui, certes, est limitée aux bornes de l’Etat. Il est dès lors très délicat de passer sous silence le problème soulevé par la genèse des relations morales qui, chez Spinoza et chez Rousseau, fait pourtant l’objet de textes très importants – c’est en outre le seul lieu possible d’une contribution un peu originale. Cette investigation ne nous conduira d’ailleurs pas à abandonner la philosophie politique, puisqu’elle est très étroitement liée à la définition du droit naturel, dont Spinoza (comme Rousseau, au moins dans un premier temps) établit qu’il ne comporte aucune moralité. Ajoutons que, d’un point de vue historique, cette orientation se justifie du fait que le chapitre XVI du Traité théologico-politique, dans lequel Spinoza commence par traiter du droit naturel, est le seul texte dont tous les critiques s’accordent à certifier que Rousseau le connaît [5]
[5] Comme le rappelle M. Francès, le Traité théologico-politique...
. Il nous semble enfin que l’absence d’une comparaison des textes de Spinoza et de Rousseau sur la question du droit naturel et, partant, sur la genèse ultérieure des relations morales traduit les difficultés internes soulevées par la définition du droit naturel dans la philosophie de Rousseau – on a tendance, soit à ne retenir que la critique adressée aux jurisconsultes, soit à réduire tout le droit naturel rousseauiste aux principes dégagés dans l’état de nature. Or ce concept ne tolère pas une pareille réduction et, une fois compris dans toutes ses dimensions, il appelle d’intéressantes comparaisons avec la théorie spinoziste, souvent motivées par des indices textuels assez frappants. En fin de compte, l’étude du droit naturel permet de dégager l’originalité commune des deux auteurs, en montrant comment ils produisent l’ensemble des relations morales à partir d’une nature qui ne les comprend pas au préalable, c’est-à-dire qui n’est pas spontanément organisée selon les impératifs de la raison pratique. Leurs points de départ, quelque différents qu’ils soient, se caractérisent par le refus de postuler avant l’heure l’exercice de la raison. Même si la comparaison reste ici simplement formelle, citons deux déclarations frappantes qui attestent que le champ des possibilités ménagées par la nature, pour Spinoza comme pour Rousseau, n’est pas circonscrit par les opinions des philosophes – Spinoza établit « qu’on ne sait pas ce que peut le Corps ou ce qui se peut tirer de la seule considération de sa nature propre » [6]
[6] Ethique, IIIe partie, prop. 2, scolie, trad. Appuhn,...
; et Rousseau déclare que « nous ignorons ce que notre nature nous permet d’être; nul de nous n’a mesuré la distance qui peut se trouver entre un homme et un autre homme » [7]
[7] Emile, liv. I, OC IV, p. 281. Les références aux textes...
.
ÉTAT DE NATURE ET DROIT NATUREL
2

Rousseau oppose sa propre conception de l’état de nature à celle de Hobbes sous un argument bien connu : Hobbes conclut à l’insuffisance de l’individu isolé dans l’état de nature, de sorte que la société civile s’avère nécessaire. À ce titre, la théorie spinoziste est tout aussi inacceptable en régime rousseauiste car, selon Spinoza, l’état défini par l’empire de la seule nature enveloppe les passions humaines qui provoquent un déchirement constant. Les deux auteurs tomberaient donc sous le coup d’une même critique : « parlant sans cesse de besoin, d’avidité, d’oppression, de désirs, et d’orgueil, [ils] ont transporté à l’état de Nature, des idées qu’ils avaient prises dans la société » [8]
[8] Discours sur l’origine et les fondements de l’inégalité...
. On doit toutefois souligner une originalité de la conception spinoziste, qui conduira à un rapprochement plus fécond entre la conception du droit naturel qu’elle développe et l’état de nature selon Rousseau [9]
[9] Il ne fait pas de doute que la description de l’état...
. Tandis que, selon Hobbes, le droit naturel ne vaut que dans l’état de nature, Spinoza montre qu’il ne cesse pas de s’appliquer lorsque le pacte est conclu. C’est que le passage à la société civile, selon Hobbes, consiste précisément dans l’abandon du droit naturel : « C’est une des lois naturelles qui dérivent de cette fondamentale [rechercher la paix], qu’il ne faut pas retenir le droit qu’on a sur toutes choses, mais qu’il faut en quitter une partie, & la transporter à autrui » [10]
[10] De Cive, section I, chap. II, § 3, trad. Sorbière,...
. Au contraire, et selon l’expression de Matheron, « le Droit Naturel est, pour Spinoza, indépassable » [11]
[11] Individu et communauté chez Spinoza, Paris, Les Editions...
, en ce sens qu’il est constitué par toutes les lois de la nature auxquelles l’homme ne peut se soustraire, sous prétexte qu’il entre dans la société civile. Autrement dit, l’auteur du Traité théologico-politique n’inscrit pas, dans les déterminations de l’état de nature, celles qui (telle une raison maîtresse d’elle-même) permettraient d’en sortir définitivement. Et si Rousseau considère quant à lui que l’homme s’est irréversiblement arraché à l’état de nature, il ne pense pas davantage cette crise à partir de la mise en œuvre de dispositions que ce premier état comporterait déjà, mais comme l’effet de circonstances extérieures, contingentes et extrinsèques, sans lesquelles l’homme « fût demeuré éternellement dans sa condition primitive » [12]
[12] Second Discours, 1re partie, OC III, p. 162.
. En lui-même, l’état de nature serait bien resté indépassable. Il va de soi, cependant, que ces deux positions diffèrent radicalement : chez Spinoza, la description des hommes vivant sous l’emprise de la seule nature met en évidence des lois de fonctionnement passionnelles, qui doivent être reprises dans un ordre supérieur, tandis que Rousseau vise dans l’état de nature une origine hypothétique et normative. Il reste un point essentiel : chez les deux auteurs, la description de l’état de nature confère à la raison un statut anthropologiquement dérivé. Hobbes tient la raison « en réserve d’elle-même » [13]
[13] P.-F. Moreau, Spinoza. L’expérience et l’éternité,...
, en ce sens que le désir de persévérer dans l’être produit une passion (la crainte) qui est la première réalisation, simplement affective, d’un calcul rationnel dégagé ensuite pour lui-même : « Les passions qui inclinent les hommes à la paix sont la crainte de la mort, le désir des choses nécessaires à une vie agréable, l’espoir de les obtenir par leur industrie. Et la raison suggère des clauses appropriées d’accord pacifique, sur lesquelles on peut amener les hommes à s’entendre » [14]
[14] Léviathan, chap. XIII, p. 127.
. La raison s’exprime dans les passions de l’état de nature, même si elle ne le caractérise pas en propre : c’est d’ailleurs à ce titre qu’il contient de quoi être dépassé. Spinoza comme Rousseau adoptent une position plus radicale. Le Traité théologico-politique oppose l’universalité fondamentale de la condition passionnelle de l’homme, et l’actualisation locale de la raison chez certains : « Car tous ne sont pas naturellement déterminés à agir selon les lois et les règles de la raison : bien au contraire, tous naissent ignorants de tout. (...) Pendant ce temps, néanmoins, ils sont tenus de vivre et de se conserver autant qu’il est en eux, c’est-à-dire sous la seule impulsion de l’appétit, puisque la nature ne leur a rien donné d’autre et leur a refusé la puissance actuelle de vivre selon la saine raison » [15]
[15] TTP, chap. XVI, texte établi par Fokke Akkerman, trad....
. Et point n’est besoin de rappeler ici que l’homme du premier état de nature, chez Rousseau, ne dispose d’aucune ressource rationnelle. Concluons sur la question de l’état de nature. 1º W. Eckstein souligne que, pour Spinoza, « the state of nature, i.e., a life without any sort of government or civil organization, never existed » [16]
[16] Article cité, p. 271.
, car « tous les hommes barbares ou cultivés établissent partout des coutumes et se donnent un statut civil » [17]
[17] TP, I, § 7, trad. et notes par Ch. Appuhn, Paris, Garnier,...
. Rousseau, de son côté, rejette l’idée selon laquelle la nature de l’homme serait originellement passionnelle. Le désaccord de Spinoza et de Rousseau est donc très profond, si l’on considère l’état de nature pour lui-même. 2º Toutefois, si l’on envisage le droit naturel tel qu’il peut être décrit dans l’état de nature, deux convergences fortes doivent être soulignées : d’une part, le droit naturel (ou l’état de nature chez Rousseau) est indépassable, en ce sens qu’il ne contient pas, en lui-même, les moyens de sa révocation; d’autre part, la raison n’intervient pas du tout dans sa définition (au moins, chez Rousseau, à ce premier niveau).
3

Cette dernière absence est capitale pour ce qui concerne le problème des relations morales. Quel que soit son statut, l’état défini par l’empire de la nature seule, chez Spinoza comme chez Rousseau, ne comporte aucune relation qui serait susceptible d’être formulée dans des règles universelles – c’est pourquoi Goldschmidt peut parler, à propos de ces auteurs, d’un « accord sur la vie prémorale » [18]
[18] Anthropologie et politique. Les principes du système...
: non point que Rousseau adhère à la description du complexe passionnel fondamental fournie par Spinoza, mais parce qu’il pense également que la raison n’exerce aucune efficace sur l’homme naissant. Par conséquent, sauf à considérer que la nature pourrait se contredire (nous reviendrons sur ce point capital), il faut tenir que l’attitude de l’insensé (l’homme passionné chez Spinoza, l’homme de la nature selon Rousseau) entre positivement dans la définition du droit naturel :
4

« tant que l’on considère les hommes comme vivant sous l’empire de la seule nature, celui qui ignore encore la raison, ou qui n’a pas encore la pratique habituelle de la vertu, vit sous les seules lois de l’appétit avec le même droit souverain que celui qui dirige sa vie selon les lois de la raison » [19]
[19] TTP, chap. XVI, p. 507. Voir sur ce point le commentaire...
.

5

Dans le contexte des théories du droit naturel, cependant, une telle affirmation suppose que l’on assume une équivoque dénoncée chez Pufendorf : « C’est parler fort improprement que d’appeler Loi naturelle, cette qualité Physique par laquelle chaque chose produit ses opérations d’une manière fixe et déterminée ; c’est aussi donner un sens bien impropre au terme de Droit, que de lui faire signifier le pouvoir & la manière d’agir qui se trouve dans les Créatures destituées de Raison » [20]
[20] Le Droit de la nature et des gens, trad. Barbeyrac,...
. Rousseau se réfère expressément à cette équivoque, lorsqu’il propose une description des hommes qui vivent sous l’empire de la seule nature :
6

« les hommes dans cet état n’ayant entre eux aucune sorte de relation morale, ni de devoirs connus, ne pouvaient être ni bons ni méchants, et n’avaient ni vices ni vertus

[au sens visé par Pufendof], à moins que, prenant ces mots dans un sens physique, on n’appelle vices dans l’individu, les qualités qui peuvent nuire à sa propre conservation, et vertus celles qui peuvent y contribuer, auquel cas il faudrait appeler le plus vertueux, celui qui résisterait le moins aux simples impulsions de la nature » [21]
[21] Second Discours, 1re partie, OC III, p. 152.
.

7

Cette prise de position suffit à certifier que Rousseau connaît la discussion soulevée par le chapitre XVI du Traité théologico-politique. Surtout, il faut noter qu’il assume la version radicale que Pufendorf prétend fournir des thèses spinozistes, selon laquelle le droit désignerait « le pouvoir & la manière d’agir qui se trouve dans les Créatures destituées de Raison » : « La Nature traite tous les animaux abandonnés à ses soins, avec une prédilection, qui semble montrer combien elle est jalouse de ce droit » [22]
[22] Ibid., p. 139. Souligné par nous.
. Une différence capitale tient bien entendu à ce que, chez Spinoza, les comportements passionnels d’un individu dont la raison ne commande pas l’attitude relèvent toujours du droit naturel, même s’ils sont dévastateurs ; chez Rousseau, en revanche, l’homme de la nature, s’il n’obéit pas à la raison, se conforme spontanément à l’amour de soi et à la pitié – mais il reste que ces deux déterminations (définies explicitement comme le contenu du droit naturel) ne débouchent en elles-mêmes sur aucune sorte de relation morale; la situation changera bien sûr dans l’Emile, où la pitié engendre la série des sentiments moraux : mais dans ce texte, elle n’est plus considérée comme une affection primitive. L’état originaire de l’homme, dans tous les cas, ne comporte aucune détermination morale intrinsèque.
8

L’essentiel est alors de considérer que l’étude du droit naturel, chez Spinoza comme chez Rousseau, conduit à souligner la positivité des déterminations naturelles pré-rationnelles et, surtout, pré-morales. Du strict point de vue anthropologique, Spinoza et Rousseau rejettent par suite le péché originel – à la suite de Spinoza, Rousseau allègue le témoignage de saint Paul : nous lisons dans le Traité théologico-politique que l’apôtre « [ne reconnaît] pas de péché avant la loi, c’est-à-dire tant que les hommes sont censés vivre sous l’empire de la nature » [23]
[23] TTP, chap. XVI, p. 262; voir aussi p. 507.
; et Rousseau juge plus prudent de biffer un passage de la Lettre à Christophe de Beaumont, dans lequel il affirmait que l’homme « a péché parce qu’il a été éclairé par la connaissance de la loi car comme dit saint Paul s’il n’eut point connu la loi il n’eut point péché » [24]
[24] Fragments de la Lettre à Christophe de Beaumont, section...
. La référence à ce texte de Rousseau nous renvoie d’ailleurs aux critiques identiquement adressées aux deux auteurs, sur le caractère dérivé des dispositions morales. Pufendorf croit identifier l’aveu d’une contradiction, dans la rédaction du Traité théologico-politique, lorsque Spinoza déclare « qu’il est bien plus utile aux hommes de vivre selon les lois et prescriptions déterminées de notre raison qui, nous l’avons dit, ne visent que ce qui est véritablement utile aux hommes » [25]
[25] TTP, chap. XVI, p. 509.
. Le jurisconsulte dénonce cette façon d’avouer « qu’il est plus avantageux aux Hommes de se conformer aux Lois et aux Maximes sûres de notre Raison qui tendent aux véritables intérêts de chacun », parce qu’elle reviendrait à « feindre un droit, dont il faut nécessairement ne pas faire usage, si l’on veut se conserver » [26]
[26] Le Droit de la nature et des gens, livre II, chap....
. Il est frappant de constater que la même contradiction fut dénoncée dans Rousseau, qui déclare dans sa réponse être plus violemment attaqué que Spinoza luimême [27]
[27] « Mais L’Athée Spinoza enseignait paisiblement sa doctrine... »...
; et la longue lettre qu’il adresse à l’archevêque de Paris rappelle la précision qui, au chapitre XVI du Traité théologico-politique, posait problème : tandis que l’homme de l’état de nature connaît l’innocence même, « la conscience [dont nous examinerons l’intervention, sous la figure du dictamen] ne se développe et n’agit qu’avec les lumières de l’homme » [28]
[28] Ibid., p. 936.
. Tout le problème est donc de savoir comment produire l’ensemble des relations morales, quand on affirme simultanément la positivité des lois de la nature en l’homme (droit naturel ou état de nature) et leur neutralité fondamentale du point de vue de la moralité.
LE PROGRÈS DES AFFECTIONS MORALES
9

Une fois soulignées certaines convergences formelles décisives, il faut revenir sur l’extension du droit naturel – étant définitivement entendu que, quant à son contenu positif, on doit enregistrer un désaccord fondamental entre Rousseau et Spinoza, tant il est vrai que, selon l’exposé du second Discours, le droit naturel se déduit de la description d’un état de nature qui définit la bonté de l’homme. Reprenons d’abord l’équivalence que le Traité théologico-politique pose, du strict point de vue du droit naturel, entre l’attitude de l’insensé et celle du sage : dans l’état de nature, le même droit souverain s’applique à celui qui n’a pas encore connaissance de la raison, qui donc n’est pas vertueux, et à celui qui dirige sa vie suivant les lois de la Raison [29]
[29] TTP, chap. XVI, p. 507. Voir sur ce point le commentaire...
. Si l’on s’en tient aux déterminations effectives du droit naturel, cette équivalence est apparemment inadmissible en régime rousseauiste. Toutefois, il convient de prendre en compte un passage assez délicat de la première version du Contrat social, dans lequel Rousseau apporte deux corrections inédites à sa conception du droit naturel [30]
[30] Sur la comparaison de ce passage avec la version publiée...
– dans l’Etat issu du pacte, les hommes accèdent aux « règles du droit naturel raisonné, différent du droit naturel proprement dit, qui n’est fondé que sur un sentiment vrai mais très vague et souvent étouffé par l’amour de nous-mêmes » [31]
[31] Contrat social, première version, liv. II, chap. IV,...
. On retiendra donc, premièrement, que les comportements conformes aux prescriptions de la raison relèvent également du droit naturel, mais d’un droit naturel qui a fait l’objet d’une nouvelle fondation ; deuxièmement, que le règne du droit naturel proprement dit demeure valable (sinon effectif), non seulement dans l’état de nature, mais encore dans les rassemblements humains déchirés par les passions : ce ne peut être, en effet, que parce que les hommes sont entrés dans la chaîne catastrophique de la comparaison qu’un sentiment vrai (la pitié) se trouve toujours présent, mais durablement étouffé par les développements de l’amour-propre. Comprenons qu’à l’extrême, s’il est vrai que l’homme est définitivement sorti de l’état de bonté originelle, selon Rousseau, il ne s’extrait jamais vraiment de la sphère du droit naturel. C’est aussi bien en un sens historique que le droit naturel (et non l’état de nature) est indépassable, chez Rousseau comme chez Spinoza, et contre Hobbes.
10

Le texte que nous avons extrait de la première version du Contrat social comporte d’autres enseignements. Du point de vue des prescriptions normatives du droit naturel (nous interrogerons plus tard cette axiologie), Rousseau distingue en effet, au sein du droit naturel en général, deux possibilités clairement hiérarchisées : avant la conclusion du contrat, l’individu (celui qui vit dans l’état de nature mais, aussi bien, celui qui survit dans l’état de guerre) ne peut être bon, c’est-à-dire se conformer à la nature de l’homme, que lorsqu’il est guidé par le sentiment vague de pitié. Mais une fois que les hommes ont conclu le pacte social, les prescriptions de la pitié sont reprises par la raison, qui leur assure une fondation vraiment stable. C’est sous cet horizon qu’apparaissent le plus nettement les réminiscences spinozistes dans la théorie rousseauiste du contrat, comme l’a définitivement montré M. Francès [32]
[32] Article cité, en particulier les pages 68 sq.
. Dans la présente contribution, nous souhaitons davantage insister sur l’alternative fortement mise en place chez Rousseau : pour être vraiment humain (pour se régler sur les prescriptions positives du droit naturel et les généraliser), l’homme doit conformer ses actes, soit à la pitié, soit (ce qui est nettement préférable) à la raison. Sans doute ne serait-il pas très heureux de reconduire cette dichotomie rousseauiste à une connaissance précise des textes de Spinoza, même si elle relève d’une conception du droit naturel dont nous avons montré qu’elle est élaborée à l’occasion des discussions soulevées par la chapitre XVI du Traité théologico-politique. Néanmoins, il faut bien apercevoir que l’alternative hors de laquelle l’homme n’est pas conforme à sa nature rappelle une affirmation spinoziste qui, elle-même, était produite dans le cadre d’une critique des insuffisances de la pitié : « Pour celui qui n’est mû ni par la Raison ni par la Commisération à être secourable aux autres, on l’appelle justement inhumain, car il ne paraît pas ressembler à un homme » [33]
[33] Ethique, IVe partie, prop. 50, scolie, p. 267.
. Nous aurons à revenir sur la question de savoir ce peut signifier, chez ces deux auteurs, le fait de se conformer au modèle idéal de l’humanité. Pour l’instant, retenons que, pour Spinoza et pour Rousseau, la définition d’un comportement typiquement humain oscille entre les mêmes termes : la pitié (droit naturel originaire chez Rousseau) et la raison (droit naturel raisonné dans le texte retenu du Contrat social).
11

Le fait est que Rousseau ne mentionne jamais Spinoza lorsqu’il fait allusion aux sources de sa théorie de la pitié. Toutefois, celles-ci ne sont expressément alléguées que dans les premiers textes, alors que la division du droit naturel n’est pas encore établie. De surcroît, les deux références citées dans le second Discours ne fournissent pas l’élément essentiel qui, dans l’Emile, doit permettre de dériver toutes les relations morales à partir de la pitié. Il s’agit d’abord de Mandeville qui, selon Rousseau, dut admettre « qu’avec toute leur morale les hommes n’eussent jamais été que des monstres, si la nature ne leur eût donné la pitié à l’appui de la raison » [34]
[34] Second Discours, 1re partie, p. 155.
. Dans le développement du second Discours, cette référence permet surtout de produire le témoignage d’un grand contradicteur pour défendre la thèse de la bonté originelle de l’homme [35]
[35] Voir les remarques de V. Goldschmidt, Anthropologie...
. Dans les lignes suivantes, Rousseau avoue sa dette à l’égard des moralistes : « Quand il serait vrai que la commisération ne serait qu’un sentiment qui nous met à la place de celui qui souffre, sentiment obscur et vif dans l’homme Sauvage, développé, mais faible dans l’homme Civil... » [36]
[36] Second Discours, 1re partie, p. 155.
. Cette reprise de La Rochefoucauld vise une conception dans laquelle la pitié n’est qu’une « habile prévoyance des malheurs où nous pouvons tomber » [37]
[37] Réflexions ou sentences et maximes morales, CCLIV.
. Précisément, la pitié n’est pas que cette projection (dans l’autre individu, ou / et dans le futur) – ou, plus exactement, elle fonde cette projection sur une affection plus profonde qui, peu à peu, dépasse la compassion obscure que l’homme du premier état de nature éprouve pour les bêtes aussi bien que pour les individus de son espèce. En effet, dès que se trouve dépassé ce stade élémentaire, la pitié fonctionne plutôt comme un mouvement de la sensibilité qui, d’une façon encore très enveloppée, porte l’individu vers l’humanité comme telle. Nous comprenons alors pour quelle raison elle n’intervient, dans l’Emile, qu’au titre de sentiment dérivé, et non comme affection originaire : elle suppose un processus de généralisation dont l’homme de la nature n’est pas capable. L’important, dans la pitié, réside en ce qu’elle me permet d’identifier, en autrui, mon semblable dans l’humanité : « Pour devenir sensible et pitoyable il faut que l’enfant sache qu’il y a des êtres semblables à lui, qui souffrent ce qu’il a souffert, qui sentent les douleurs qu’il a senties » [38]
[38] Emile, liv. IV, OC IV, p. 505.
. De la même façon, chez Spinoza, le principe de la pitié consiste dans l’humanité d’autrui, par laquelle je l’identifie comme mon semblable : « La commisération est une Tristesse qu’accompagne l’idée d’un mal arrivé à un autre que nous imaginons être semblable à nous » [39]
[39] Ethique, IIIe partie, Définitions des affections, XVIII,...
. Rousseau souligne également le rôle de l’imagination, car « ce qu’on voit trop on ne l’imagine plus, et ce n’est que l’imagination qui nous fait sentir les maux d’autrui » [40]
[40] Emile, liv. IV, OC IV, p. 517.
– mais cette assertion n’est pas vraiment décisive, car il pouvait aussi bien trouver cette thèse chez d’autres auteurs [41]
[41] En particulier chez Hobbes : « La pitié est l’imagination...
. Par rapport aux moralistes et à Hobbes, l’originalité de la conception spinoziste, que nous retrouvons chez Rousseau, tient donc dans l’élucidation du sentiment d’identique appartenance à l’espèce humaine, qui s’exprime dans la forme accomplie de la pitié. Encore faut-il, chez ces deux auteurs, expliquer la constitution de cette généralisation. A un premier stade, la pitié concerne en effet les seuls êtres qui nous ont procuré du plaisir : « Qui imagine ce qu’il aime affecté de Joie ou de Tristesse, sera également affecté de Joie ou de Tristesse » [42]
[42] Ethique, IIIe partie, prop. 21, p. 155.
. De la même façon, chez Rousseau, Emile s’attachera d’abord à « ceux, en un mot, en qui l’identité de Nature plus manifestée lui donne une plus grande disposition à s’aimer » [43]
[43] Emile, liv. IV, p. 520.
. Spinoza envisage ensuite la façon dont ces sentiments sont « élargis et transposés » [44]
[44] Matheron, Individu et communauté, p. 156.
: « Si nous imaginons qu’une chose semblable à nous et à l’égard de laquelle nous n’éprouvons d’affection d’aucune sorte éprouve quelque affection, nous éprouvons par cela même une affection semblable » [45]
[45] Ethique, IIIe partie, prop. 27, p. 159.
. Ainsi le développement des affections morales en Emile sanctionne-t-il un élargissement analogue : « Etendons l’amour-propre [dont la pitié est la première alternative] sur les autres êtres, nous le transformerons en vertu » [46]
[46] Emile, liv. IV, p. 547.
. Ce n’est pas que la vertu accomplie soit une forme supérieure de pitié, mais plutôt que l’amour de l’humanité, prescrit par la raison, prend le relai de cette première dérivation de l’amour de soi. Nous n’avons pas à restituer ici la généalogie des sentiments moraux, telle qu’elle nous est présentée dans l’Emile (amour de soi, pitié, amour de l’humanité, amour de la justice, amour de l’ordre), mais il convient de résumer brièvement l’analogie que nous avons dégagée. L’institution rationnelle de la Démocratie qui, chez Spinoza, est compatible avec le droit naturel, trouve ses conditions de possibilité dans l’exposé systématique des troisième et quatrième parties de l’Ethique. De la même façon, le passage de la pitié à la raison qui, chez Rousseau, est prescrit pour maintenir le droit naturel (selon la première version du Contrat social), trouve son explicitation dans l’exposé génétique du livre IV de l’Emile.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.atelier-yannistignard.com
yanis la chouette



Nombre de messages : 5992
Localisation : http://yanis.tignard.free.fr
Date d'inscription : 12/11/2005

MessageSujet: Re: Y'becca: Les peuples, les murs et les ponts dans François.   Ven 3 Mar à 9:10

NATURE ET MODÈLE
12

Deux différences apparaissent alors clairement, entre Spinoza et Rousseau, dans leurs conceptions du rapport entre la genèse des relations morales et le droit naturel. Premièrement, la définition axiologique de l’état de nature chez Rousseau confère une orientation finale à la restauration du droit naturel, tandis que Spinoza peut se passer d’une telle détermination téléologique. Deuxièmement, et pour reprendre une remarque importante, mais allusive, de V. Goldschmidt, le développement des relations morales chez Rousseau fait « l’objet, non d’une déduction logique [qui caractérise l’entreprise spinoziste], mais d’une démarche génétique » [47]
[47] Anthopologie et politique, p. 355. Nous dirons plutôt...
. Notre contribution vise à montrer que ces différences peuvent être produites au sein même des systèmes que nous comparons. Soit d’abord l’allure téléologique du passage de la pitié à la raison qui, chez Rousseau, caractérise la reprise du droit naturel. Soulignons d’abord que cette orientation permet de mieux comprendre la modification que Rousseau imprime à la notion de dictamen [48]
[48] H. Gouhier déclare que cette notion est, en elle-même,...
, empruntée à Hobbes et, plus manifestement encore [49]
[49] Cf. le relevé effectué par M. Perrot, « Spinoza, Rousseau...
, à Spinoza. Nous avons rappelé que la démarche hobbesienne témoigne d’une impureté relative, en ce qui concerne l’expulsion de la raison hors de l’état de nature. Il est à présent possible de négliger cette ambiguïté pour retenir le schéma suivant, qui correspond à la pensée de Hobbes comme au chapitre XVI du Traité théolo-gico-politique : au niveau du droit naturel, les hommes sont principalement animés par leurs passions ; ce n’est qu’ensuite qu’interviennent les dictamina rationis (avec, chez Hobbes [50]
[50] De Cive, section I, chap. II, § 2, p. 92.
, l’abandon du droit naturel). C’est ainsi que, chez Spinoza, il apparaît aux hommes (d’abord confusément) qu’il est plus utile de vivre selon la droite raison – le développement de cette représentation en chacun, accompagné de processus plus complexes, conduira au pacte : « (...) ils ont donc dû stipuler et promettre très fermement de tout diriger selon le seul commandement de la raison » [51]
[51] TTP, p. 511; souligné par nous : « (...) ex solo rationis...
. La raison se prononce sur la misère caractéristique de l’état de nature, elle affirme la nécessité d’en sortir et désigne le moyen de cette transformation, savoir, l’établissement de la société civile. Chez Rousseau, au contraire, l’état de nature se définit par la bonté originelle de l’homme, et l’apparition de la raison supporte le développement de l’amour-propre et des passions, par le jeu des comparaisons. Par suite, s’il appartient bien à la raison de restaurer l’effectivité du droit naturel (puisqu’il faut chercher le remède dans le mal), des dictamina d’un nouvel ordre doivent désormais l’orienter, afin de garantir qu’elle se prononce pour le bien de l’humanité – c’est alors la conscience qui doit intervenir : « Dans toutes les questions de morale difficiles (...), je me suis toujours bien trouvé de les résoudre par le dictamen de ma conscience plutôt que par les lumières de ma raison » [52]
[52] Rêveries du promeneur solitaire, IVème promenade, OC...
. Parce qu’il admet que l’état de nature se caractérise par le jeu des passions humaines, Spinoza peut porter l’institution de l’Etat au compte de la raison, qui enregistre simplement un droit naturel dont l’application n’est jamais suspendue. Rousseau, au contraire, doit orienter la raison en fonction d’un principe supérieur, parce qu’elle a charge de rétablir un droit naturel dont elle contribua notablement à dissimuler les prescriptions. Le dictamen passe de la raison à la conscience, parce qu’il ne relève plus simplement du calcul de l’utilité, mais de la dimension du devoir-être. L’important est alors de saisir comment la philosophie de Spinoza permet également de produire cette dimension, qui caractérise foncièrement la morale de Rousseau.
13

La conception rousseauiste du droit naturel possède, nous l’avons vu, un double ancrage : dans le droit naturel du Discours sur l’inégalité, qui certifie que l’homme est bon; dans le droit naturel raisonné du manuscrit de Genève, qui fonde l’accomplissement de cette bonté sur une rationalité convenablement orientée. Il s’agit alors de définir, non point l’homme imbécile du premier état de nature, mais l’homme de la nature, dont le livre IV de l’Emile décrit l’accession à la moralité : « Ce n’est pas l’homme de l’homme, c’est l’homme de la nature. Assurément il doit être fort étranger à leurs yeux » [53]
[53] Emile, liv. IV, p. 549.
– aux yeux des lecteurs. Autrement dit, l’homme de la nature est un modèle qui possède un caractère très net d’extériorité pour les individus auxquels on le propose. Comme eux, il est le produit de nombreux artifices, mais si « la quantité d’acquis est peut-être assez égale de part et d’autre (...) les choses acquises ne se ressemblent point » [54]
[54] Ibid.
. Quelle continuité faut-il admettre, entre la nature et la moralité ? Pour répondre à cette question, l’argument mis en place par Rousseau appelle une nouvelle référence au système de Spinoza. Selon Rousseau, on doit en effet poser en principe que les changements survenus au cours de l’histoire (individuelle et collective) n’ont pu changer l’homme en son contraire, sauf à détruire son essence – de cette façon, il existe une implication réciproque entre la bonté originelle de l’homme et l’orientation morale de la raison : « Si la bonté morale est conforme à notre nature, l’homme ne saurait être sain d’esprit ni bien constitué qu’autant qu’il est bon. Si elle ne l’est pas et que l’homme soit méchant naturellement, il ne peut cesser de l’être sans se corrompre, et la bonté n’est en lui qu’un vice contre nature » [55]
[55] Emile, liv. IV, OC IV, p. 595-596.
. Dans sa dimension méthodologique, cette déclaration signifie bien que la bonté caractérise l’ensemble des réquisits que nous devons admettre pour expliquer la réalisation effective du modèle proposé. Un rapprochement s’impose alors avec une démarche décrite par Spinoza au livre IV de l’Ethique :
14

« J’entendrai donc par bon dans ce qui va suivre, ce que nous savons avec certitude qui est un moyen de nous rapprocher de plus en plus du modèle de la nature humaine que nous nous proposons. Par mauvais, au contraire, ce que nous savons avec certitude qui nous empêche de reproduire ce modèle. Nous dirons, en outre, les hommes plus ou moins parfaits, suivant qu’ils se rapprocheront plus ou moins de ce même modèle.

Il faut l’observer avant tout en effet, si je dis que quelqu’un passe d’une moindre à une plus grande perfection, ou inversement, je n’entends point par là que d’une essence ou forme il se mue en une autre » [56]
[56] Ethique, IVe Partie, Préface, p. 2l9.
.

15

Deux points doivent être retenus, qui nous paraissent très éclairants pour la compréhension même du texte rousseauiste.
16

Premièrement, le désir rationnel dont il est question à ce stade de l’Ethique « nous prescrit une norme transcendante, un devoir-être s’opposant à l’être, un idéal situé bien au-delà de notre nature empirique » [57]
[57] Matheron, Individu et communauté, p. 225.
. Tel est le modèle de la nature humaine dont nous avons souligné que, dans l’Emile, il se donne avec un caractère d’extériorité. L’Ethique permet donc de produire la conception téléologique rousseauiste de la nature humaine, ou plutôt, elle lui assigne un lieu : il s’agit certes d’une vision finaliste (et, partant, inadéquate) de cette nature, en ce qu’elle donne lieu à un jugement de valeur. Mais cette appréhension est imputable au désir de la raison – d’une rationalité abstraite qui, selon Spinoza, oppose une idée vraie de la nature humaine et les représentations particularisées des hommes tels qu’ils sont : « les hommes ont accoutumé de former tant des choses naturelles que des produits de leur art propre, des idées générales qu’ils tiennent pour des modèles » [58]
[58] Ethique, IVe partie, Préface, p. 218.
. Cette explication correspond précisément à la démarche revendiquée par Rousseau – comment a-t-il élaboré son modèle ? « j’ai retranché comme artificiel ce qui était d’un peuple et non pas d’un autre, d’un état et non pas d’un autre, et n’ai regardé comme appartenant incontestablement à l’homme que ce qui était commun à tous » [59]
[59] Emile, liv. IV, p. 550.
.
17

Deuxièmement, et puisque l’assomption de la moralité est prescrite par la nature elle-même, tous les individus tendent (fût-ce malgré eux) à réaliser le modèle de la nature humaine élaboré par abstraction. Spinoza insiste alors sur le principe de continuité dont Rousseau formule une version implicitement téléologique. À l’aune du modèle proposé, les individus (qui, chez Rousseau, sont devenus méchants), souffrent d’une simple privation dans l’actualisation de leur nature : ils ne peuvent jamais la nier radicalement, c’est-à-dire détruire la liberté qui leur est essentielle. La formulation irrécusable du dictamen de la conscience, chez Rousseau, apparaît alors comme la version finaliste du dictamen de la raison qui se prononce chez Spinoza [60]
[60] Retenons surtout la définition de l’homme libre proposée...
.
18

Puisque nous n’entendons pas examiner pour elles-mêmes les conséquences proprement politiques des pistes dégagées ici, il nous reste à nous prononcer sur le sens de la différence entre la présentation généalogique des relations morales chez Rousseau et leur exposition systématique chez Spinoza. Le statut du modèle doit peut-être nous conduire à reformuler cette opposition soulignée par Goldschmidt. Il peut sembler, en effet, que Rousseau abandonne la prétention « d’une déduction, en l’espèce illusoire » [61]
[61] Anthropologie et politique, p. 774.
des relations morales qui, peu à peu, doivent conduire au droit naturel raisonné. Toutefois, la démarche généalogique qui caractérise son entreprise trouve l’expression de ses limites dans le statut de l’individualité, dont les dispositions passionnelles prennent l’allure de variations privatives par rapport au modèle idéal qui oriente le développement des sentiments humains. Il est vrai que, chez Spinoza, le complexe passionnel individuel n’est pas davantage déductible, dans son détail, de l’ordre géométrique. Néanmoins, les troisième et quatrième parties de l’Ethique ont exposé comment on peut expliquer toutes les passions à partir de quelques affections fondamentales : il existe donc un « nœud passionnel irréductible, dont la géométrie désigne la place sans pouvoir assigner la figure » [62]
[62] P.-F. Moreau, Spinoza. L’expérience et l’éternité,...
. La genèse des dispositions affectives individuelles n’a donc pas le même sens, selon que ces particularités sont l’horizon indépassable en nature d’une géométrie des passions, ou selon qu’elles sanctionnent une dérive provisoire de l’amour-propre par rapport au modèle dont la généalogie doit fonder la restitution.
19

La radicalité commune de Spinoza et de Rousseau, qui fait leur originalité à l’âge classique, tient ainsi à ce qu’ils pensent la genèse des relations morales à partir d’une nature que la raison ne travaille pas secrètement. À cet égard, et malgré des divergences patentes, le cadre dans lequel Rousseau élabore la version complète de sa théorie du droit naturel n’est pas foncièrement étranger à la pensée de Spinoza. Outre que le second Discours manifeste une connaissance (fût-elle indirecte, via-Pufendorf) du chapitre XVI du Traité théologico-politique, il faut considérer toutes les versions de la doctrine rousseauiste pour se faire une meilleure idée du rapport de Rousseau à Spinoza : au-delà de certaines analogies frappantes (ainsi l’alternative entre la pitié et la raison, qui permet de définir un comportement vraiment humain), il nous est apparu que le développement des relations morales qui, chez Rousseau, répond rigoureusement au double ancrage du droit naturel, trouvait sa place (certes provisoire) en régime spinoziste. Le rapport entre Spinoza et Rousseau nous semble ainsi susceptible d’une double qualification : la théorie rousseauiste du droit naturel est, pour partie, une lecture de Spinoza; le fondement des thèses du Traité théologico-politique, exposé dans les troisième et quatrième parties de l’Ethique, nous permet (ce qui est sans doute plus important) de réfléchir les attendus de l’anthropologie morale de Rousseau.
Notes
[1]

Spinoza et la pensée française avant la Révolution, Paris, 1954,2e éd., PUF, 1982, p. 477.
[2]

« Rousseau and Spinoza. Their political theories, and their conception of ethical freedom », Journal of the History 0f Ideas, vol. V, no 3,1944, p. 259-291.
[3]

« Réminiscences spinozistes dans le Contrat social », Revue philosophique de la France et de l’étranger, 1951, no 1, p. 61-84.
[4]

On consultera, sur ce point, S. Zac, « Rapports de la religion et de la politique chez Spinoza et Jean-Jacques Rousseau », Revue d’histoire et de philosophie religieuses, 1970, no 1, p. 1-22.
[5]

Comme le rappelle M. Francès, le Traité théologico-politique était, à l’époque où Rousseau écrit le Discours sur l’inégalité, le texte le plus accessible de Spinoza. Rousseau pouvait en outre avoir pris connaissance de l’Analyse de Boulainvilliers, et de la traduction de Gabriel de Saint-Glain. Nous verrons de surcroît que le texte du Discours se réfère clairement à la discussion de ce chapitre XVI chez Pufendorf, et dans les notes de Barbeyrac.
[6]

Ethique, IIIe partie, prop. 2, scolie, trad. Appuhn, Paris, Flammarion, 1965; rééd., 1986, p. 139.
[7]

Emile, liv. I, OC IV, p. 281. Les références aux textes de Rousseau sont données dans l’édition des Œuvres complètes Paris, Gallimard, Bibliothèque de la Pléiade, 5 vol., 1959-1995, notée OC avec indication du volume en chiffres romains.
[8]

Discours sur l’origine et les fondements de l’inégalité parmi les hommes, désormais noté second Discours, OC III, p. 132.
[9]

Il ne fait pas de doute que la description de l’état de nature, selon Rousseau, fournit les règles du droit naturel : « C’est du concours et de la combinaison (...) de ces deux Principes [l’amour de soi et la pitié], sans qu’il soit nécessaire d’y faire entrer celui de la sociabilité, que me paraissent découler toutes les règles du droit naturel » (Ibid., Préface, p. 126).
[10]

De Cive, section I, chap. II, § 3, trad. Sorbière, Paris, Sirey, 1981, p. 92.
[11]

Individu et communauté chez Spinoza, Paris, Les Editions de Minuit, 1988, p. 294.
[12]

Second Discours, 1re partie, OC III, p. 162.
[13]

P.-F. Moreau, Spinoza. L’expérience et l’éternité, Paris, PUF, coll. « Epiméthée », 1994, p. 412.
[14]

Léviathan, chap. XIII, p. 127.
[15]

TTP, chap. XVI, texte établi par Fokke Akkerman, trad. et notes par Jacqueline Lagrée et Pierre-François Moreau, Paris, PUF, coll. « Epiméthée », 1999, p. 507-509.
[16]

Article cité, p. 271.
[17]

TP, I, § 7, trad. et notes par Ch. Appuhn, Paris, Garnier, 1966, p. 14.
[18]

Anthropologie et politique. Les principes du système de Rousseau, Paris, Vrin, 1983, p. 319.
[19]

TTP, chap. XVI, p. 507. Voir sur ce point le commentaire d’A. Matheron, op. cit., p. 292.
[20]

Le Droit de la nature et des gens, trad. Barbeyrac, éd. de 1732, livre II, chap. II, § III, p. 155.
[21]

Second Discours, 1re partie, OC III, p. 152.
[22]

Ibid., p. 139. Souligné par nous.
[23]

TTP, chap. XVI, p. 262; voir aussi p. 507.
[24]

Fragments de la Lettre à Christophe de Beaumont, section 5, OC IV, p. 1013.
[25]

TTP, chap. XVI, p. 509.
[26]

Le Droit de la nature et des gens, livre II, chap. II, § III, p. 58; cf. aussi la fin de la note 6 de Barbeyrac à ce paragraphe, p. 157.
[27]

« Mais L’Athée Spinoza enseignait paisiblement sa doctrine... » (Lettre à Christophe de Beaumont, OC IV, p. 931).
[28]

Ibid., p. 936.
[29]

TTP, chap. XVI, p. 507. Voir sur ce point le commentaire d’A. Matheron, op. cit., p. 292.
[30]

Sur la comparaison de ce passage avec la version publiée du Contrat social, cf. notre étude « Du droit naturel au droit naturel raisonné », Les Cahiers philosophiques de Strasbourg, tome 13, 2002,107-118.
[31]

Contrat social, première version, liv. II, chap. IV, OC III, p. 329.
[32]

Article cité, en particulier les pages 68 sq.
[33]

Ethique, IVe partie, prop. 50, scolie, p. 267.
[34]

Second Discours, 1re partie, p. 155.
[35]

Voir les remarques de V. Goldschmidt, Anthropologie et politique, p. 335.
[36]

Second Discours, 1re partie, p. 155.
[37]

Réflexions ou sentences et maximes morales, CCLIV.
[38]

Emile, liv. IV, OC IV, p. 505.
[39]

Ethique, IIIe partie, Définitions des affections, XVIII, p. 203.
[40]

Emile, liv. IV, OC IV, p. 517.
[41]

En particulier chez Hobbes : « La pitié est l’imagination ou la fiction d’un malheur futur pour nous-mêmes, produite par le sentiment du malheur d’un autre » (De la Nature humaine, trad. d’Holbach, Paris, Vrin, 1971, p. 93).
[42]

Ethique, IIIe partie, prop. 21, p. 155.
[43]

Emile, liv. IV, p. 520.
[44]

Matheron, Individu et communauté, p. 156.
[45]

Ethique, IIIe partie, prop. 27, p. 159.
[46]

Emile, liv. IV, p. 547.
[47]

Anthopologie et politique, p. 355. Nous dirons plutôt généalogique.
[48]

H. Gouhier déclare que cette notion est, en elle-même, étrangère au vocabulaire classique, et il renvoie à Spinoza (cf. Rousseau, Lettre à Monsieur de Franquières, note 2 à la p. 1138, OC IV, p. 1806).
[49]

Cf. le relevé effectué par M. Perrot, « Spinoza, Rousseau et la notion de Dictamen », Littérature philosophique, 1972, p. 395-410 ; pour le reste, nous ne suivons pas cet exposé.
[50]

De Cive, section I, chap. II, § 2, p. 92.
[51]

TTP, p. 511; souligné par nous : « (...) ex solo rationis dictamine. »
[52]

Rêveries du promeneur solitaire, IVème promenade, OC I, p. 1028.
[53]

Emile, liv. IV, p. 549.
[54]

Ibid.
[55]

Emile, liv. IV, OC IV, p. 595-596.
[56]

Ethique, IVe Partie, Préface, p. 2l9.
[57]

Matheron, Individu et communauté, p. 225.
[58]

Ethique, IVe partie, Préface, p. 218.
[59]

Emile, liv. IV, p. 550.
[60]

Retenons surtout la définition de l’homme libre proposée dans l’Ethique : « Un homme libre, c’est-à-dire qui vit suivant le seul commandement de la Raison, n’est pas dirigé par la crainte de la mort (Prop. 63), mais désire ce qui est hon directement (Coroll. de la même Prop.), c’est-à-dire (Prop. 24) désire agir, vivre, conserver son être suivant le principe de la recherche de l’utile propre » (Ethique, IVe Partie, Prop. 67, Démonstration, p. 285; souligné par nous : « (...) hoc est qui ex solo Rationis dictamine vivit »).
[61]

Anthropologie et politique, p. 774.
[62]

P.-F. Moreau, Spinoza. L’expérience et l’éternité, p. 396.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.atelier-yannistignard.com
yanis la chouette



Nombre de messages : 5992
Localisation : http://yanis.tignard.free.fr
Date d'inscription : 12/11/2005

MessageSujet: Re: Y'becca: Les peuples, les murs et les ponts dans François.   Ven 3 Mar à 9:10

Yanis Tignard a commenté la vidéo en direct de François Fillon.

Je déplore malgré tout certains mots de votre part... À vous d'en prendre acte ou de l'ignorer... Mais même si je n'ai pas voter pour vous à la primaire, c'est ainsi... Vous avez gagné la primaire. Je déplore l'attitude du conseil de riposte sur les réseaux. Ignorer les attaques mais rester attentif et réaliste sur l'aspect des reproches que vous adresse les juges... Être un homme dans l'aspect du droit. Être humble et reconnaître les erreurs qui conduisent à la rédaction de polémique intemporel sur l'ensemble du territoire et du droit français... 🍎🍎🍏🍎 Vingt ans après... Mouettes..
Le destin est ainsi dans les propos, il cherche toujours à vous rattraper... Le Destin est ainsi sur l'article des gens, nul ne peut connaître l'avenir...


🍏🍏🍎🍏 Les trois mousquetaires... Je vois une réelle base et comme je dis sur Twitter: Il vaut mieux être isolé et bien accompagné que l'inverse quand on veut construire une équipe gouvernementale, Monsieur Fillon François...
Monsieur Tignard Yanis...

Yanis Tignard aime la publication de Jean-Pierre Vanderplancke.
Pour un Républicain socialiste, les mots ont un sens ; notamment les termes suicide politique et assassinat politique !...

Yanis Tignard a commenté la publication de Jean-Pierre Vanderplancke.
Il y a des réalités qui ne peuvent être ignorer d'un revers de la main.

-Conséquences du passage de l'état de nature à l'état social .
-Les idées d'état de nature et de contrat social ont pour fonction de .... Il est en relation avec son corps et avec la nature avant de l'être avec son semblable. .... La loi de la pluralité des suffrages est elle-même un établissement ...
-Comme Hobbes, il soutient la conception d'un état de nature ayant préexisté à l'état social. ... ( avant le XII-me Millénaire -JC) ou ancien âge de pierre. ... et l'établissement d'un droit politique qui puisse permettre à l'égalité et l'espérance...

C’est d’abord à travers la discussion, par Pufendorf, du chapitre XVI du Tractatus theologico-politicus que Rousseau connaît Spinoza, même si une connaissance plus directe et plus large paraît vraisemblable. Il convient donc de comparer les théories de l’état de nature et du droit naturel proposées par Spinoza et Rousseau, qui présentent l’originalité commune de ne pas postuler dès le départ l’usage de la raison. La genèse des relations morales, chez les deux auteurs, rencontre alors des problèmes similaires et confère un même rôle à la pitié avant d’envisager sa généralisation rationnelle. À terme, il s’agit pour Rousseau de proposer le modèle d’un homme conforme à la nature, selon une méthode qui trouvait sa place (provisoire) dans l’Ethique.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.atelier-yannistignard.com
yanis la chouette



Nombre de messages : 5992
Localisation : http://yanis.tignard.free.fr
Date d'inscription : 12/11/2005

MessageSujet: Re: Y'becca: Les peuples, les murs et les ponts dans François.   Ven 3 Mar à 9:11

Facebook: François Fillon a partagé la photo de Fillon 2017.

C’est d’abord à travers la discussion, par Pufendorf, du chapitre XVI du Tractatus theologico-politicus que Rousseau connaît Spinoza, même si une connaissance plus directe et plus large paraît vraisemblable. Il convient donc de comparer les théories de l’état de nature et du droit naturel proposées par Spinoza et Rousseau, qui présentent l’originalité commune de ne pas postuler dès le départ l’usage de la raison. La genèse des relations morales, chez les deux auteurs, rencontre alors des problèmes similaires et confère un même rôle à la pitié avant d’envisager sa généralisation rationnelle. À terme, il s’agit pour Rousseau de proposer le modèle d’un homme conforme à la nature, selon une méthode qui trouvait sa place (provisoire) dans l’Ethique. Comme Hobbes, il soutient la conception d'un état de nature ayant préexisté à l'état social. ... ( avant le XII-me Millénaire -JC) ou ancien âge de pierre. ... et l'établissement d'un droit politique qui puisse permettre à l'égalité et .. Anthropologie et politique... Retenons surtout la définition de l’homme libre proposée dans l’Ethique : « Un homme libre, c’est-à-dire qui vit suivant le seul commandement de la Raison, n’est pas dirigé par la crainte de la mort (Prop. 63), mais désire ce qui est hon directement (Coroll. de la même Prop.), c’est-à-dire (Prop. 24) désire agir, vivre, conserver son être suivant le principe de la recherche de l’utile propre » (Ethique, IVe Partie, Prop. 67, Démonstration, p. 285; souligné par nous : « (...) hoc est qui ex solo Rationis dictamine vivit »). ainsi, « La pitié est l’imagination ou la fiction d’un malheur futur pour nous-mêmes, produite par le sentiment du malheur d’un autre » (De la Nature humaine, trad. d’Holbach, Paris, Vrin, 1971, p. 93). Qu'avez vous à répondre à ce phénoméne sur la vision de l'aspect matérielle auquel vous prétendez être flouer par la paart des magistrats, Monsieur Fillon François ? Ainsi, je dis au peuple que je pose cette questioon par ces faits: "Les idées d'état de nature et de contrat social ont pour fonction de .... Il est en relation avec son corps et avec la nature avant de l'être avec son semblable. .... La loi de la pluralité des suffrages est elle-même un établissement ..." le terme de chiffre est élaboré par la Réflexions ou sentences et maximes morales,. Etes vous en mesure de donner un concept sur votre manière d'élaborer un aspect sur une demande et un besoin matériel ou uniquement sur la comparaison des Fragments de la Lettre... Le Droit de la nature et des gens, trad. Barbeyrac, éd. de 1732, livre II, chap. II, § III, p. 155.

Commentaire de Monsieur Yanis Tignard
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.atelier-yannistignard.com
yanis la chouette



Nombre de messages : 5992
Localisation : http://yanis.tignard.free.fr
Date d'inscription : 12/11/2005

MessageSujet: Re: Y'becca: Les peuples, les murs et les ponts dans François.   Ven 3 Mar à 9:11

État de nature
Léviathan de Hobbes

L’état de nature est une notion de philosophie politique forgée par les théoriciens du contrat à partir du XVIIe siècle. Elle désigne la situation dans laquelle l'humanité se serait trouvée avant l'émergence de la société, et particulièrement avant l'institution de l'État et du droit positif. Bien que certains aient cru à la réalité de l'état de nature, le concept est d'ordinaire pensé comme une hypothèse méthodologique, utile indépendamment de sa véracité historique. Il existe différentes conceptions de l'état de nature, largement différentes selon leurs auteurs. On retrouve sur les débats au sujet de l'état de nature l'idée du Bon Sauvage (d'une nature innocente ou bonne), et celle de Hobbes (d'une nature mauvaise), entre autres. Dans tous les cas, l'état de nature est situé dans un temps reculé, avant la naissance des sociétés étatiques. Selon le point de vue des partisans d'une nature bonne (ou innocente), le développement des sociétés étatiques met globalement fin à cet état.

Définition
L'état de nature est l'absence de règles : les hommes possèdent des droits naturels (droit de se nourrir, de se défendre contre autrui, etc.) et une liberté naturelle (caractérisée par une absence de contraintes externes). Le Contrat social (Contractualisme) instauré dans une société (ou proto-société, puisque c'est le Contrat social qui donne naissance à la société) vient restreindre les droits et les libertés naturelles en imposant des règles nécessaires à l'égalité, au droit dans une société. Le Contrat social garantit aux hommes une liberté politique à la place d'une liberté qui n'en serait pas réellement une, la liberté naturelle (voir Lettres écrites de la montagne, texte sur Indépendance et Liberté de Rousseau). Alors que dans l'état de nature, l'homme obéit à la loi du plus fort, il obéira plutôt aux lois (instituées par la justice) dans l'état de droit. Les droits naturels deviennent donc des droits civils, et la liberté naturelle devient la liberté politique. Ainsi, l'homme devient réellement libre puisqu'il n'a plus à se soumettre à la force mais doit obéir à la loi. Sa liberté naturelle est alors restreinte par la loi, permettant ainsi que celle-ci n'entrave plus la liberté d'autrui. La liberté politique est alors la seule vraie liberté puisque contrairement à la liberté naturelle elle n'est pas destructrice pour elle-même et permet à tous les citoyens d'être libres, en accord avec la volonté générale.

Dans l'état de nature, avant l'établissement de toute société civile
Avant les philosophes contractualistes

Pour Aristote, l'homme est « animal politique » c'est-à-dire qu'il est naturellement social, il n'existe donc pas d'état de nature dans lequel l'homme vivrait isolément. Au Moyen Âge, Thomas d'Aquin reprend cette conception aristotélicienne : l'homme est naturellement social.

La théorie politique d'Épicure mentionne cependant un état de nature. Selon ce dernier les hommes qui vivaient de manière sauvage et indisciplinée auraient instauré par la suite un ensemble de conventions (une sorte de pré-contrat social ou sunthekai), propre à assurer la paix civile, et à permettre aux sages de méditer librement sans avoir à craindre pour leurs vies: « Épicure voit le fondement de la cité, et plus généralement des liens de droit, dans des contrats ou des conventions liant des sujets autonomes (...) les hommes s'associent parce qu'ils ont éprouvé la douleur de subir des dommages (...) l'homme n'est pas un animal naturellement politique »1 . D'autres théories philosophiques de l'antiquité, découlant directement du mythe de l'âge d'or d'Hésiode, vont également mentionner l'état de nature, même si la plupart seront oubliées par la suite, du fait de la prédominance des thèses aristotéliciennes. Il s'agit notamment de la Panchaïa d'Évhémère, qui imagine que les dieux sont des hommes divinisés pour avoir fait sortir l'homme de l'état de nature, mais aussi du mythe du politique de Platon concernant les hommes du temps de Cronos.

Tout est bien sortant des main de la Nature, tout dégénère dans les mains...
Thomas Hobbes
Thomas Hobbes

Thomas Hobbes est l'un des premiers philosophes à introduire la notion d’état de nature : il tente d’imaginer ce que serait l’homme en l’absence de toute détermination sociale, de toute loi. Cet état, qui n’a jamais existé, a pour intérêt philosophique de comprendre l’étendue de ce que la société (état de l'humanité encadrée par l'État) apporte à l’homme. Au-delà de la condition historique, la condition originaire de l'humanité, l'état de nature est aussi une expérience de pensée, qui ne pose pas l'état de nature comme existant (ou ayant existé), mais comme une hypothèse fictive pour comprendre le fondement logique du social.
Contexte historique

À l'époque où Hobbes entreprend sa réflexion philosophique, il est témoin de la guerre civile qui fait rage en Angleterre : la Première Révolution anglaise (1641-1649) a conduit à l'établissement d'une monarchie parlementaire. Pour Hobbes, si l'Angleterre est en guerre, cela résulte du manque de compréhension de la nature humaine, de la manière d'organiser la vie sociale. Il attribue ce manque de compréhension aux sectes religieuses, dont chacune prétend avoir le monopole de la vérité et qui répandent des idées fausses sur la moralité, la justice, etc.
Description de l'état de nature chez Hobbes

Pour Hobbes, donc, l’état de nature est un « état de guerre de chacun contre chacun » (in Léviathan). Tout homme cherche à se conserver ; or, à l'état de nature, l'homme est libre d'utiliser comme bon lui semble tous les moyens à sa disposition pour assurer cette conservation. Cette liberté illimitée conduit à la guerre universelle : « l'homme est un loup pour l'homme » (De Cive). L'état de nature est donc contradictoire : la lutte de chacun pour sa survie met incessamment en danger la vie de tous.

Dans ces conditions, les hommes choisissent de passer entre eux un contrat, par lequel ils se dessaisissent de leur liberté, de leur autonomie (pouvoir de se donner à soi-même sa propre loi), pour la transférer à un tiers, le souverain chargé d'assurer leur sécurité. Or, en philosophie instrumentale, chacune des parties qui passe un contrat a intérêt à en violer les termes, comme nous l'indique le dilemme du prisonnier[évasif]. C'est pourquoi Hobbes donne au Léviathan, au souverain, un énorme pouvoir coercitif : par la peur qu'il inspire à ses sujets, le Léviathan doit décourager quiconque de violer les termes du contrat social, ceci dans le but que le Bien commun soit préservé et que chacun agisse non pas dans son unique intérêt, mais dans l'intérêt de tous. Le contrat social est donc le mécanisme par lequel tous se lient les poings (en abandonnant leurs droits/libertés naturels) en s'imposant à chacun une autorité politique qui infligerait une peine énorme à quiconque désobéit.

Le contrat social hobbesien n'est pas un contrat passé entre le souverain et les sujets, mais entre les sujets eux-mêmes. En effet, un contrat est une entente dont les termes peuvent être violés. Or, le lien entre l'État (ou le Léviathan) et les citoyens est indissoluble. Le Léviathan est l'identité politique du citoyen ; le citoyen ne peut s'opposer au Léviathan - il est le Léviathan. Celui-ci n'est donc pas obligé par le contrat. Une fois qu'il est institué, le Léviathan s'élève donc au-dessus de la mêlée, et nul ne peut lui ravir son pouvoir. Il peut appliquer à sa guise le principe du monopole de la contrainte physique légitime : si quelqu'un nuit à la société, il doit être mis à l'écart sur le champ, puisque la raison d'être du Léviathan est d'assurer la sécurité de ses citoyens. En revanche, le pouvoir souverain est ordonné à sa fonction : chacun est libre de lui désobéir dès lors que sa sécurité est en péril. En effet, au moment même où le Léviathan devient une menace pour un sujet, celui-ci n'est plus lié par les termes du contrat et se doit d'assurer sa propre sécurité. Le « droit à la vie » ou « droit à la sécurité » est donc plus fondamental que le contrat social, puisque c'est précisément pour protéger ce droit que la société (et le Léviathan) sont instaurés.
Analyse

L'état de nature n'est qu'une hypothèse méthodologique, qui conduit à conclure un pacte d'après le motif de la sûreté, c'est-à-dire de la conservation de soi, qui aboutit à l'instauration de l'État-Léviathan absolument souverain. Il a conduit à transformer le droit naturel antique fondé sur un ordre cosmique ou cosmo-théologique en un droit naturel conçu comme une qualification subjective, qui s'appuie sur le principe de la conservation de soi-même. Ce faisant, Hobbes apporte des innovations radicales pour son temps : dans une démarche rationaliste, il exporte vers le champ juridico-politique les ambitions de la science mécaniste de son temps, et il redéfinit l'idée de loi naturelle2.

La philosophie hobbesienne, et c'est là que réside son principal problème, peut être qualifiée de naïve. En accordant au Léviathan un pouvoir aussi immense, Hobbes semble occulter le fait que le Léviathan puisse, par la suite, agir seulement dans son intérêt personnel. Puisqu'il est indestituable, qu'arrive-t-il si le Léviathan devient, après son institution, une menace pour la société ? Logiquement, chacun des sujets recouvre ses droits naturels, et l'on revient à l'état de nature. Par ailleurs, la société instaurée par le contrat social hobbesien est une société absolutiste : le Léviathan est investi d'un pouvoir énorme et possède le droit d'utiliser la force contre un sujet. Qu'il le fasse pour le bien de tous, ou uniquement dans son intérêt personnel, nul ne peut l'en empêcher.

Giulia Sissa estime que, dans la transition d’une théorie de l’animal politique, naturellement enclin à la sociabilité (Aristote), à une vision mécaniste de la nature humaine (Hobbes), le fondement anthropologique du politique se trouve repensé3.

Les idées d'état de nature et de contrat social ont pour fonction de fournir des ...
John Locke

Contrairement à Hobbes, John Locke, autre théoricien du contrat social, imagine l’état de nature comme un état d’égalité et de paix, où les hommes se portent mutuellement secours en cas de besoin. En effet, les hommes sont dotés de raison, et leur raison les porte à ne pas faire de mal à autrui. Il existe donc pour Locke un « droit naturel », une morale déjà présente dans l’état de nature. Le principal problème de l'état de nature, pour Locke, provient de la propriété privée. Puisque les ressources sont limitées, rien ne pourrait empêcher un individu de s'approprier la totalité des ressources pour lui et sa famille, et ainsi en priver ses voisins. L'institution de la propriété privée devient donc problématique, et celle-ci doit être gouvernée, réglementée.

Dans la philosophie de Locke, la propriété privée suppose l’exclusion d’autrui, ce qui s’avère être une source de conflits potentiels. Mais dans un contexte où les ressources sont limitées en abondance, il revient à chacun de ne prendre que ce dont il a besoin et de laisser ce qui reste, ce qui lui serait inutile, à ses homologues afin que chacun puisse profiter de ce dont il a besoin. Il devient donc illogique, par exemple, de s’approprier toutes les ressources et laisser les denrées périssables pourrir parce qu’on ne les consomme pas, tout en empêchant autrui de satisfaire leurs besoins et les consommer à sa place. Cependant, l’invention de l’argent, qui est une denrée non-périssable, permet l’accumulation matérielle au-delà des limites du simple besoin. L’appropriation d’argent devient une fin en soi, ce qui vient légitimer le fait, pour un individu, de chercher à étendre toujours davantage ses possessions. Comme il est légitime d’étendre ses possessions et d’acquérir toujours plus de biens, les individus entreront nécessairement en conflit les uns avec les autres, puisque les ressources sont limitées. L’institution de cette convention qu’est l’argent conduit donc les individus de l’état de nature à l’état de guerre, où tout le monde cherche à accroître sa fortune au détriment de celle d’autrui et où chaque individu doit rester sur ses gardes, et ce en tout temps, pour éviter d’être détruit, pillé par ses congénères. Afin de se sortir de l’état de guerre ainsi engendré et restaurer la paix et la quiétude, il devient nécessaire pour le peuple de se doter d’un État, qui assurerait à chaque citoyen la garantie qu’il puisse jouir de sa propriété privée et de l’utilisation de ses biens en toute sécurité face aux autres citoyens.

L’État que préconise Locke doit s’instaurer par un double contrat social. Un premier contrat, horizontal, lie les individus entre eux et constitue la société civile dans laquelle ils vivront. Autrement dit, le premier contrat social institue le peuple en tant que peuple. Le deuxième contrat, vertical celui-là, lie le peuple fraîchement formé à l’État, ou encore au gouvernement. La légitimité de l’État repose sur le consentement des individus. De plus, il importe de noter que la dissolution du deuxième contrat ne dissout pas le premier. Si le gouvernement ne répond pas aux besoins et aux attentes de la population, le deuxième contrat se dissout, et le peuple recouvre le pouvoir de se doter d’un gouvernement. De plus, pour Locke, quiconque a bénéficié du pouvoir stabilisateur de l’État sur sa propriété privée consent, par cet acte, à la légitimité du pouvoir de l’État.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.atelier-yannistignard.com
yanis la chouette



Nombre de messages : 5992
Localisation : http://yanis.tignard.free.fr
Date d'inscription : 12/11/2005

MessageSujet: Re: Y'becca: Les peuples, les murs et les ponts dans François.   Ven 3 Mar à 9:14

La société et l'Etat. Synthèse: Les théories du contrat social
www.ac-grenoble.fr/PhiloSophie/old2/logphil/notions/etatsoc/esp_prof/.../contrat.htm
... de toute théorie du contrat social, il y a cette idée que la société civile n'est pas un ... L'état de nature est l'état des hommes n'ayant entre eux d'autre lien que leur .... C'est le présupposé de toute la pensée politique libérale aprés Locke que ...

Jean-Jacques Rousseau

Comme Thomas Hobbes, Jean-Jacques Rousseau suppose l’existence d’un « état de nature » avant l’instauration de l’état social. Rousseau récuse le dogme catholique du péché originel réaffirmé au concile de Trente, et c'est la raison pour laquelle il a recours à une fiction pour écarter tous les faits de l'histoire4. Bien sûr, il ne s'agit encore que d'une supposition théorique : l'état de nature est un état qui n'a peut-être pas existé, qui n'existe plus et n'existera jamais, mais dont il est utile d'avoir une idée pour distinguer en l'homme ce qui vient de sa nature de ce qui vient de la société. Cette fiction théorique lui permet d’étayer sa réflexion philosophique et, surtout, de comprendre ce qu’est l’ « homme naturel », dénué de tout ce que la société a fait de lui. En d’autres termes, il veut remonter à l’homme individuel, hors de l’homme social.
L'homme naturel n'est pas bon au sens moral du mot

Pour Rousseau, l’homme naturel est animé de deux passions : l’amour de soi et la pitié. L’amour de soi, c’est l’instinct de conservation, ce qui fait que l’homme cherche à se préserver et à se conserver (à ne pas confondre avec l'amour propre qui, lui, se développe avec la société). La pitié incite, quant à elle, l’homme à avoir une « répugnance naturelle à voir périr ou souffrir tout être sensible et principalement nos semblables ». De là l’idée maîtresse de Rousseau : l’homme est bon, c’est la société qui le corrompt. Mais attention : si l’homme naturel est bon, il n’est pas pour autant moral. Pour accéder à la moralité, l'homme doit développer une conscience du bien et du mal et entretenir des relations constantes et durables avec ses semblables, ce qu'il ne peut faire qu'en accédant à l'état social. La morale étant une création sociale, l'homme à l'état de nature ne peut qu'ignorer de quoi il s'agit.
Le pacte social fait de l'homme naturel un homme authentique
Jean-Jacques Rousseau

Il existe une méprise sur la pensée de Rousseau à propos de l'état de nature, qui a amené certains commentateurs à dire qu'il se contredisait du Discours sur l'origine et les fondements de l'inégalité parmi les hommes, où il présente l'homme comme corrompu par la société, à Du Contrat social, où l'on peut lire :

« Ce passage de l'état de nature à l'état civil produit dans l'homme un changement très remarquable, en substituant dans sa conduite la justice à l'instinct, et donnant à ses actions la moralité qui leur manquait auparavant. C'est alors seulement que la voix du devoir succédant à l'impulsion physique et le droit à l'appétit, l'homme, qui jusque-là n'avait regardé que lui-même, se voit forcé d'agir sur d'autres principes, et de consulter sa raison avant d'écouter ses penchants. Quoiqu'il se prive dans cet état de plusieurs avantages qu'il tient de la nature, il en regagne de si grands, ses facultés s'exercent et se développent, ses idées s'étendent, ses sentiments s'ennoblissent, son âme tout entière s'élève à tel point que si les abus de cette nouvelle condition ne le dégradaient souvent au-dessous de celle dont il est sorti, il devrait bénir sans cesse l'instant heureux qui l'en arracha pour jamais, et qui, d'un animal stupide et borné, fit un être intelligent et un homme. »

— Du Contrat social ou Principes du droit politique ; Livre Premier, Chapitre VIII5.

En réalité, la contradiction n'existe pas, comme l'a montré Victor Goldschmidt dans Anthropologie et politique. Les principes du système de Rousseau6 : la bonté de l'homme naturel est en réalité, d'un point de vue moral ou éthique, en deçà du Bien et du Mal. C'est parce que le passage à l'état civil se passe très mal que la société corrompt l'homme. Ce que Rousseau signale d'ailleurs dans la citation ci-dessus (« si les abus de cette nouvelle condition ne le dégradaient souvent au-dessous de celle dont il est sorti »). On peut le formuler ainsi : « La société est née bonne, c'est l'homme qui l'a corrompue » ; étant entendu que l'on veut souligner par là l'échec – de fait – du passage de l'état de nature à l'état civil dans le Second Discours. Mais cet échec de fait, Du Contrat social suggère qu'il ne devait pas nécessairement se produire. De ce fait, bien que Rousseau ait été perçu comme niant, non sans raison, le péché originel, en restaure l'idée sur un plan philosophique — un peu comme son contemporain Emmanuel Kant, avec son essai sur le Mal paru dans La religion dans les limites de la simple raison7. En effet, comme l'a montré Paul Ricœur dans Finitude et culpabilité en son exégèse de la Genèse, l'être humain, dans l'instant (de la création) où il gagne sa liberté, dans l'instant la perd. Et c'est bien ce qui se produit dans l'instant même du pacte social d'emblée, si l'on peut dire, également corrompu, ce qui peut se référer à la phrase célèbre qui inaugure Du Contrat Social : « L'Homme est né libre et partout il est dans les fers ».
Claude Lévi-Strauss

La croyance de Rousseau en « un état qui n'a peut-être pas existé, qui n'existe plus et n'existera jamais » est reprise par Strauss dans Tristes Tropiques (cf. « Adorable civilisation »).
Citations

« Pour faire fonctionner selon la pure théorie les droits et les lois, les juristes se mettaient imaginairement dans l’état de nature ; pour voir fonctionner les disciplines parfaites, les gouvernants rêvaient de l’état de peste. »

— Michel Foucault, Surveiller et punir
Notes et références

↑ Philippe Raynaud, Dictionnaire de philosophie politique, article Épicurisme, page 234
↑ Jean-Cassien Billier, Aglaé Maryioli, Histoire de la philosophie du droit, Armand Colin, 2001, lire en ligne [archive]
↑ Giulia Sissa, « De l’animal politique à la nature humaine : Aristote et Hobbes sur la colère », Anthropologie et Sociétés, Volume 32, numéro 3, 2008, p. 15-38. [archive]
↑ France Farago, Rousseau, nature et histoire [archive], Bulletins de l'Oratoire, N° 792, septembre 2012
↑ Du Contrat social ou Principes du droit politique ; Livre Premier, Chapitre VIII. lire en ligne [archive].
↑ Victor Goldschmidt, Anthropologie et politique. Les principes du système de Rousseau ; Paris, Vrin, 1974.
↑ Kant, La religion dans les limites de la simple raison (1793) Trad. Tremesaygues A. - 1913 [archive].).

Articles connexes

Droit naturel
Contractualisme (ou Théories du contrat social)
Système international (relations internationales)
Du contrat social, de Jean-Jacques Rousseau
Léviathan, de Thomas Hobbes
Traité du gouvernement civil, de John Locke

[masquer]
v · m
Philosophie politique
Concepts de base Citoyenneté · Constitution · Droit · État · Gouvernement · Souveraineté · Théories politiques · Justice · Loi · Liberté politique · Politique · Pouvoir · Régime politique · Système international
Domaines Science politique · Théorie des relations internationales · Théories du contrat social

Le contractualisme aussi appelé théorie du contrat, est un courant moderne de philosophie politique qui pense l'origine de la société et de l'État comme un contrat originaire entre les hommes, par lequel ceux-ci acceptent une limitation de leur liberté en échange de lois garantissant la perpétuation du corps social.

Le contrat social présuppose un état de nature avec lequel il rompt, état préexistant à toute société organisée. Cet état de nature ne correspond nullement à une réalité historique qui aurait précédé l'instauration des lois, mais à l'état théorique et hypothétique de l'humanité soustraite à toute loi.

La théorie du contrat social, en rompant avec le naturalisme politique des philosophes classiques (platoniciens et aristotéliciens), introduit la notion d'égalité politique, formelle et matérielle à partir de l'époque moderne.

Cette théorie est à l'origine d'une grande partie des idées de la Révolution française, inspirées par le contrat social de Jean-Jacques Rousseau. La théorie du contrat social s'est opposée à la société d'ordres et aux corporations d'Ancien Régime, héritières des communautés de métiers du Moyen Âge.

Sommaire

1 Origines du concept
1.1 La politique chez les anciens
1.2 Situation au Moyen Âge
1.3 Le Contrat social à partir de l'époque moderne
2 Philosophie du Contrat social
3 Les trois types de contrat social
3.1 Le contrat social selon Hobbes
3.2 Le contrat social selon Locke
3.3 Le contrat social chez Rousseau
3.4 Tableau des trois principales théories
4 Critiques
5 Notes et références
6 Voir aussi
6.1 Bibliographie
6.2 Articles connexes
6.3 Liens externes

Origines du concept
La politique chez les anciens

Le concept même d'un pacte ou d'un contrat social rompt avec la philosophie politique classique inspirée par Platon et Aristote, puisque pour l'un, la société doit être initialement divisée en castes suivant la nature des âmes1 et pour l'autre, l'homme est un « animal politique », il est naturellement disposé à entrer en société2. En revanche, Épicure soutient que la justice est fondée par l'accord entre les hommes et non par la nature, ce qui en fait un précurseur du contrat social moderne (Maximes Capitales, XXXI). Les stoïciens, quant à eux, constituent un moyen terme entre le naturalisme aristotélicien et le contractualisme épicurien : ils considèrent que tout homme, parce qu'il est doué de raison, est potentiellement un citoyen du monde, peu importe son origine sociale et son appartenance à une patrie (égalitarisme), mais que cette citoyenneté est ancrée dans la nature des choses, qui assigne à tout homme une place au sein du cosmos (naturalisme)3.
Situation au Moyen Âge

Au Moyen Âge, la croyance en Dieu inspire l'organisation politique et sociale. On pense l'individu en société en fonction d'une conception chrétienne de l'autorité, notamment celle de saint Paul : « Que toute âme soit soumise aux autorités supérieures ; car il n'y a point d'autorité qui ne vienne de Dieu, et celles qui existent ont été instituées par lui » (Rm 13, 1). L'objectif de la vie en société est la recherche du bien commun.
Le Contrat social à partir de l'époque moderne

Grotius fut le premier, dans l'histoire de la philosophie politique, à théoriser le contrat social moderne. L'ont suivi Hobbes, Locke, puis Rousseau. Le contractualisme a ensuite été repris et discuté par Kant, Fichte et Hegel, lesquels tenteront de réconcilier la liberté originaire et radicale de l'homme avec l'État et la reconnaissance sociale. Il fut néanmoins fermement rejeté par les penseurs royalistes et conservateurs comme Maistre, Bonald et Maurras, qui tentèrent de réhabiliter l'idée d'une « politique naturelle ».
Philosophie du Contrat social
Wikitext.svg
La mise en forme de cette section ne suit pas les recommandations concernant la typographie, les liens internes, etc. (indiquez la date de pose grâce au paramètre date).
Découvrez comment la « wikifier ».

Si elles demeurent attachées aux figures philosophiques qui les ont défendues dans leur diversité, les diverses théories du contrat social trouvent leur origine dans un contexte politique et philosophique commun, qui appelait une réflexion profonde sur la genèse et la raison d'être du corps social et politique. Face aux questions « Pourquoi cette société ? Pourquoi la société ? Pourquoi vivre avec des hommes avec qui l'on n'a pas nécessairement voulu vivre, et se soumettre à des règles auxquelles on n'a pas choisi de se soumettre ? » auxquelles il est factuellement impossible de répondre dans le détail, les philosophes de l'époque moderne ont construit des cadres. Et par ces structures de pensée, ceux-là même ont véhiculé ce qu'ils pensaient devoir placer au centre de la société. Le contrat social est intéressant parce qu'il est un travail « scientifique », par la recherche des hypothèses de la création, en même temps que philosophique.
Les trois types de contrat social

Il existe à ce jour trois types fondamentaux de contrat social, nommés selon leurs théoriciens respectifs :

le contrat hobbesien (le contrat social d’après Thomas Hobbes) ;
le contrat lockéen (d’après John Locke) ;
le contrat rousseauiste (d’après Jean-Jacques Rousseau).

Le contrat social selon Hobbes
Thomas Hobbes

La conception hobbesienne du contrat social, présentée dans le Léviathan (1651), s’inscrit dans une logique sécuritaire. L’état de nature est défini comme une « guerre de tous contre tous » dans lequel chacun, guidé par son instinct de conservation, cherche à préserver sa vie. Le contrat social intervient donc pour assurer la sécurité, c’est-à-dire au fond la vie de chacun, en aliénant les libertés individuelles des uns sur les autres. L’État est donc là pour rompre avec l’état de nature en restreignant les droits de chacun. Hobbes prévoit toutefois un droit de résistance aux abus de l’État, lorsque ce dernier met en péril la vie de ses sujets. La vie peut être invoquée comme principe supérieur à la valeur du contrat, car c’est pour sa sauvegarde que l’État a été instauré.
Le contrat social selon Locke
John Locke

Locke formule sa théorie du contrat social dans le Second Traité du gouvernement civil (1690), d’après une logique libérale. L’état de nature est caractérisé selon lui par les droits naturels que sont la liberté individuelle et la propriété privée, chacun voulant préserver sa liberté et ses biens. Le contrat social intervient pour garantir ces droits naturels, pour assurer leur sauvegarde. L’État est donc instauré pour garantir l’état de nature (caractérisé par la jouissance par tous de leurs droits naturels) en lui donnant une sanction légale. Locke prévoit un droit de résistance aux abus de l’État, lorsqu’il met en péril la liberté et la propriété qu’il doit sauvegarder. Comme la vie chez Hobbes, la liberté et la propriété peuvent ici être invoquées contre l’État, car le contrat social vise justement à les sauvegarder. On retrouve chez Locke l'abandon de la volonté de tous à un certain nombre d'instances chargées d'organiser la vie publique : l'exécutif (qui comprend également le pouvoir judiciaire), le législatif et le fédératif (qui correspondrait aujourd'hui aux affaires extérieures). Le contrat lockéen est établi pour diminuer les conflits, et non pour établir la paix comme dans le contrat social de Hobbes.
Le contrat social chez Rousseau
Jean-Jacques Rousseau

La conception que Rousseau se fait de l'état de nature est complexe : l’homme est naturellement ni bon ni mauvais mais rapidement la société le corrompt, jusqu'à ce que chacun agisse bientôt égoïstement en vue de son intérêt privé. Le contrat social, tel qu'il est théorisé dans Du Contrat social (1762), a pour but de rendre le peuple souverain, et de l’engager à abandonner son intérêt personnel pour suivre l’intérêt général. L’État est donc créé pour rompre avec l’état de nature, en chargeant la communauté des humains de son propre bien-être. Le contrat social rousseauiste est davantage proche du contrat hobbesien en ce qu’il vise lui aussi à rompre avec l’état de nature (le contrat lockéen visant, lui, à le garantir par un cadre légal). Mais, à la différence de Hobbes comme de Locke, le contrat social rousseauiste ne charge pas un tiers de la sauvegarde de la vie ou de la liberté et de la propriété de chacun, mais charge les citoyens eux-mêmes de cette sauvegarde par le principe de la volonté générale. Le contrat rousseauiste est un pacte d’essence démocrate, dans lequel le contrat social n’institue pas un quelconque monarque, mais investit le peuple de sa propre souveraineté.
Tableau des trois principales théories
Tableau comparatif des théories du contrat social Conception de l’état de nature Logique dans laquelle s’inscrit le pacte Valeurs fondamentales, prioritaires
selon Hobbes (Léviathan) guerre de tous contre tous sécuritaire (rompre avec l'état de nature) la sécurité, la vie, de chacun.
selon Locke (Second Traité du gouvernement civil) chacun jouit de droits naturels (vie, liberté et propriété privée) libérale (garantir les droits naturels) la liberté et la propriété privée
selon Rousseau (Du contrat social) l'homme est bon ou amoral (ressent l'instinct de pitié) démocrate[réf. nécessaire] (rompre avec l'état de nature : le peuple est souverain) l’intérêt général
Critiques

L'Église catholique critique le caractère absolu du droit de propriété qui découle de certaines interprétations du contrat social selon John Locke, pour deux raisons : d'une part, la propriété ne peut s'appuyer uniquement sur le travail ; d'autre part, la propriété est subordonnée au principe de destination universelle des biens selon lequel les biens possédés par les hommes contiennent des ressources matérielles que les hommes n’ont pas créées, mais qui ont été créées par Dieu pour l’usage commun selon le besoin de chacun4.

Quelques auteurs, particulièrement sensibles au modèle d'autarcie et d'unité nationales de Jean-Jacques Rousseau, ont établi une relation entre ses idées et le totalitarisme contemporain. C'est le cas de l'universitaire américain Lester G. Crocker5. Selon Jan Marejko, le totalitarisme est le « résultat positif » de la philosophie ou de la religion de Jean-Jacques Rousseau, ce qui ne signifie pas que l'on trouve dans les écrits de Rousseau une intention délibérée d'élaborer un système totalitaire6. L'historien israélien Jacob L. Talmon voit également dans la théorie de la volonté générale de Rousseau l'origine de ce qu'il appelle la « démocratie totalitaire »7.
Notes et références

↑ République, IV
↑ Politique, I, 2
↑ Marc Aurèle, Pensées pour moi-même, IV, 3-4.
↑ CERAS - Doctrine sociale de l'Église catholique - Propriété [archive]
↑ (en) Lester G. Crocker, « Recent interpretations of the French Enlightenment », Cahiers ďhistoire mondiale, vol. 8, no 3,‎ 1964. Présentation en ligne [archive].
↑ Jan Marejko, Jean-Jacques Rousseau et la dérive totalitaire, L'Âge d'Homme, 1984, p. 19 [archive]
↑ Jacob L. Talmon, Les origines de la démocratie totalitaire, p. 17

Voir aussi
Bibliographie

Jean Terrel, Les théories du pacte social : droit naturel, souveraineté et contrat de Bodin à Rousseau, Paris, Seuil, coll. « Points essais », 2001.

Articles connexes

État de nature
Léviathan, de Thomas Hobbes
Traité du gouvernement civil, de John Locke
Du contrat social, de Jean-Jacques Rousseau
Droit naturel

Liens externes

Gilbert Boss, La portée du contrat social chez Hume et Spinoza [archive], Munich, 1998, 27 pages. (en pdf) [archive]
Serge Paugam (organisateur), Solidarité/Solidarités. Le contrat social en choix et en actes [archive], à l'EHESS, Paris, 7 au 9 mars 2007 : vidéos des interventions
Claude Pérès L'individu dans le Contrat Social : un concept coercitif [archive]
Lysander Spooner « La constitution n'a nulle autorité », tiré de Outrage à chef d'État [archive]


“L'homme ne progresse pas de l'erreur vers la vérité, mais de vérités en vérités, d'une vérité moindre à une vérité plus grande.”
De Swami Vivekananda / Jnana yoga

“Trois ordres de vérités nous guident : les vérités effectives, les vérités mystiques, les vérités rationnelles. ”
De Gustave Le Bon / Les Opinions et les Croyances

“En vérité, la vérité, il n'y a pas de vérité !”
De Jean-Claude Van Damme

“On confond facilement l'amour de la vérité et l'amour de sa propre vérité, c'est-à-dire l'amour-propre, réducteur de vérité.”
De Pierre Dehaye / Naître est une longue patience

“L'aphorisme ne coïncide jamais avec la vérité : il est soit une demi-vérité, soit une vérité et demie.”
De Karl Kraus / Aphorismes

“Quand un politicien se touche le visage il dit la vérité, quand il se gratte l'oreille il dit la vérité, quand il lève le pouce il dit la vérité ; c'est quand il remue les lèvres qu'il ment.”
De Batiste W. Foisy

“La vérité légendaire est d'une autre nature que la vérité historique. La vérité légendaire, c'est l'invention ayant pour résultat la réalité.”
De Victor Hugo / Quatre-vingt-treize
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.atelier-yannistignard.com
yanis la chouette



Nombre de messages : 5992
Localisation : http://yanis.tignard.free.fr
Date d'inscription : 12/11/2005

MessageSujet: Re: Y'becca: Les peuples, les murs et les ponts dans François.   Ven 3 Mar à 10:40

Toute la profession dentaire est appelée à se mobilier le 3 mars 2017 pour dénoncer la « destruction massive » de la filière. Informations pratiques sur la journée de mobilisation.


Information pratique pour la Manifestation
Attention le lieu de rendez-vous a changé sur demande de la Préfecture de Police. Il est fixé Place Vauban Paris 7ème à 13h30.

Les manifestants arrivant en bus devront se garer Avenue de Ségur située à 50 m de la Place Vauban.

Boîte à outils « Grève des chirurgiens-dentistes »


Placardez des modèles d’affiches et distribuez des tracts à vos patients.

Après le déferlement médiatique autour du rapport de la Cour des comptes qui étrille le Conseil national de l’Ordre des chirurgiens-dentistes, l’Ordre répond point par point aux critiques.


COMMUNIQUE DU CONSEIL DE L’ORDRE DES CHIRURGIENS-DENTISTES DU 08 FEVRIER 2017



Les réponses déjà fournies à la Cour des comptes figurent en deuxième partie de son rapport au lien suivant :
https://www.ccomptes.fr/Publications/Publications/Rapport-public-annuel-2017

La Cour des Comptes demande à l’Ordre national des chirurgiens-dentistes de « retrouver le sens de ses missions de service public »

Plus que jamais, l’Ordre est à sa place, dans ses missions de service public, dans son organisation, dans ses actions car en 70 ans l’environnement déontologique a évolué, les pratiques de l’art dentaire également, les conditions de formation, d’installation et d’exercice de la profession, qui ont aujourd’hui autant d’importance que la vérification d’un diplôme et l’inscription au tableau d’une profession règlementée. L’harmonisation au sein de l’UE en témoigne, avec les questions délicates d’accès à la profession notamment au titre des formations différentes selon les Etats, …
Vous pouvez consulter les réponses de l’Ordre – déjà fournies à la Cour des comptes – détaillées en deuxième partie de son rapport (à partir de la page 147), accessible depuis ce lien :
le rapport de la Cour des comptes



Au sujet des indemnités des conseillers
Le travail des conseillers est chronophage et nécessite un haut niveau de professionnalisation et de compétences difficilement compatible avec le bénévolat. Les membres du bureau du conseil national travaillent en moyenne 40 heures par semaine pour l’Ordre. Le législateur a reconnu la nécessité d’une indemnisation pour cette activité (loi du 21 juillet 2009). Les indemnités ordinales sont très nettement inférieures au plafond fixé par décret.



S’agissant du cumul des mandats
Sans attendre les recommandations de la Cour des comptes, l’Ordre avait initié avec les services du ministère de tutelle, une réforme limitant le cumul et le nombre des mandats ainsi que l’âge électif des conseillers candidats.



Concernant l’ancien président
C’est justement pour rester en prise directe avec la réalité de l’exercice, qu’il a souhaité maintenir une activité professionnelle durant les huit années de sa présidence.



Concernant la mise à disposition des studios de 25m2
L’étude comptable a démontré que cette solution est largement plus économique que des nuitées à l’hôtel.
Ces studios ont été acquis pour la plupart dans les années 1970.



Cadeaux aux conseillers
Le conseil national n’a jamais offert sur ses fonds une « montre sertie de diamants, de pulls en cachemire, des bijoux et accessoires de haute couture, des soins de thalassothérapie ».
Les vins, quant à eux, ont été offerts en remerciement à des conférenciers intervenant gratuitement.
Les ordinateurs portables deviennent obsolètes au bout d’un certain nombre d’années et doivent être remplacés. Le coût de leur remplacement est assuré par les conseillers nationaux.



Une action « syndicale » reprochée
Dans son rapport, la Cour des comptes reproche à l’Ordre une « action principalement tournée vers la défense des intérêts professionnels » et cite la lutte contre les réseaux de soins et centres dentaires et l’action contre l’université privée Fernando Pessoa.
Or l’Ordre ne lutte pas contre les centres dentaires mais contre les dérives de certains de ces centres et ceci dans l’intérêt des patients.



S’agissant de la cotisation ordinale
Bien que les missions assumées et les services rendus par l’Ordre connaissent une croissance exponentielle, la cotisation qui en 1971 représentait 17 consultations,
représente plus de 45 ans après l’équivalent de 18 consultations.

1971: cotisation 220 francs = 17 consultations à 13 francs.
2017: cotisation 422 euros = 18 consultations à 23 euros.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.atelier-yannistignard.com
yanis la chouette



Nombre de messages : 5992
Localisation : http://yanis.tignard.free.fr
Date d'inscription : 12/11/2005

MessageSujet: Re: Y'becca: Les peuples, les murs et les ponts dans François.   Ven 3 Mar à 10:40

Attributions de l’Ordre
Qui sommes nous ?

Les Ordres sont les instances de régulation des professions réglementées. Créé par ordonnance du 24 septembre 1945, l’Ordre national des chirurgiens-dentistes rassemble toutes les personnes habilitées à exercer la profession de chirurgien-dentiste en France. L’Ordre prend des décisions dans le cadre des textes légaux qui le régissent ; il ne peut agir que dans les limites de sa compétence définie par la loi. L'organisation de l’Ordre des chirurgiens-dentistes repose sur la structure suivante :
le Conseil national
les conseils régionaux et interrégionaux
les conseils départementaux
Article L.4121-2 du Code de la santé publique
L'ordre des médecins, celui des chirurgiens-dentistes et celui des sages-femmes veillent au maintien des principes de moralité, de probité, de compétence et de dévouement indispensables à l'exercice de la médecine, de l'art dentaire, ou de la profession de sage-femme et à l'observation, par tous leurs membres, des devoirs professionnels, ainsi que des règles édictées par le code de déontologie prévu à l'article L. 4127-1.
Ils assurent la défense de l'honneur et de l'indépendance de la profession médicale, de la profession de chirurgien-dentiste ou de celle de sage-femme.
Ils peuvent organiser toutes oeuvres d'entraide et de retraite au bénéfice de leurs membres et de leurs ayants droit.
Ils accomplissent leur mission par l'intermédiaire des conseils départementaux, des conseils régionaux ou interrégionaux et du conseil national de l'ordre.

L’ÉVÉNEMENT

Une grande enquête de l’Ordre sur l’accès aux soins pour tous
ACTUALITÉS

AFFAIRE DENTEXIA - Un fonds d’aide pour les victimes
LOI SANTÉ - Point d’étape sur la mise en oeuvre de la loi Santé
ÉQUIPE DENTAIRE - Assistant dentaire : pour une inscription via l’Ordre
VIOLENCES - L’Ordre recrute des référents « Violences »
SONDAGE - Une consultation sur la profession et l’Ordre
NUMÉRIQUE - Ne pas rater le train de l’e-santé bucco-dentaire
APPEL À CANDIDATURES - Élection d’un membre titulaire et d’un membre suppléant au conseil interrégional de La Réunion-Mayotte
RÉGLEMENTATION - Près de 600 visites de conformité des cabinets dentaires en 2015
EUROPE - Toujours pas de reconnaissance automatique pour la chirurgie orale
AVIS DE RECHERCHE
EN BREF
DOSSIER

10 % des étudiants diplômés en UE sans pratique clinique
JURIDIQUE

COUR DE CASSATION -Informer le patient sur le risque d’aggravation de son état dentaire
CONSEIL D’ÉTAT - Se préparer au préjudice d’impréparation du patient…
COUR DE CASSATION - Un refus d’inscription sur la liste des experts d’une obscure clarté
PORTRAIT

RÉMY ROBERT, Cohésion
LA LETTRE EXPRESS

Ce qu’il faut retenir pour votre exercice
Deux enquêtes sont présentées dans ce numéro pour lesquelles l’Ordre sollicite les praticiens. Il s’agit d’un questionnaire sur l’accès aux soins (lire p. 4) et d’un sondage sur la profession et l’Ordre (lire p. 21).
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.atelier-yannistignard.com
yanis la chouette



Nombre de messages : 5992
Localisation : http://yanis.tignard.free.fr
Date d'inscription : 12/11/2005

MessageSujet: Re: Y'becca: Les peuples, les murs et les ponts dans François.   Ven 3 Mar à 10:41

LA LETTRE N° 155 Février-Mars 2017 : Convention : l’espoir déçu ?


Gilbert Bouteille, Président du conseil national de l'Ordre
En matière de convention, l’Ordre a pour mission de n’intervenir qu’après la signature des parties à la négociation, pour avis déontologique. Hélas ! la situation est aujourd’hui préoccupante.
La déception, en effet, est à la hauteur des espoirs que suscitaient les négociations conventionnelles lorsqu’elles se sont ouvertes à l’automne dernier. La profession et ses représentants manifestaient un réel enthousiasme. Après des décennies de statu quo, chacun était désormais convaincu de la nécessité d’articuler la prise en charge financière des soins dentaires à une pratique médicale moderne, innovante, orientée sur les actes de prévention et les soins conservateurs.
De la négociation sont certes sorties des avancées non contestables, entre autres en faveur de la prévention et de la prise en charge des patients physiquement ou économiquement vulnérables, mesures qui mériteraient d’ailleurs d’être amplifiées. Mais, à cela près, ce moment historique, cette révolution que tout le monde appelait de ses voeux lors du Grenelle de la santé bucco-dentaire est en train de tourner court. Pour la première fois dans l’histoire conventionnelle, un arbitrage intempestif est imposé. Risque-t-il de faire fi des avancées jusque-là négociées ? Rappelons qu’une médecine bucco-dentaire de qualité, innovante, arrimée aux standards internationaux, une pratique conforme aux données avérées de la science, gage d’une bonne santé générale, ont une incidence économique sur le fonctionnement d’une structure de soins. Or, cette dentisterie moderne risque de ne plus être à la portée des Français. Les solutions issues de l’arbitrage vont-elles confirmer la dynamique des négociations ou proposer une médecine bucco-dentaire de pénurie, inacceptable pour les patients ? Par délégation de service public, l’Ordre est le garant de la santé bucco-dentaire des Français. Il a donc le devoir d’alerter sur les risques d’une telle situation. L’Ordre comprend et partage la position des syndicats, des universitaires et des étudiants. Ce sont ces étudiants qui seront appelés à appliquer une convention qui ne leur permettrait pas d’exercer selon l’enseignement de qualité dispensé à l’université.
L’Ordre ne se résout pas à cet avenir.

L’Unité d’identification odontologique (UIO) est une structure émanant du Conseil national de l’Ordre des chirurgiens-dentistes. Elle propose aux autorités judiciaires des praticiens formés à l’identification médico-légale des personnes dans le contexte des catastrophes, sachant que le magistrat a le choix de requérir l’équipe d’identification médico-légale qui correspond à ses besoins.
L’UIO répond aux besoins actuels en matière d’identification de masse tant sur le plan national que régional. Apte à répondre à une demande d’intervention 24 heures sur 24, elle est mobilisable sur simple appel de l’autorité.
Les praticiens formés à l’identification médico-légale et proposés par le Conseil national de l’Ordre des chirurgiens-dentistes, ont tous une grande expérience de l’identification de victimes de catastrophe. Les praticiens de l’UIO ont notamment participé à des missions d’identification médicolégale à l’occasion des grandes catastrophes du tunnel du Mont Blanc, de Phuket (Thaïlande) ou de Charm El- Cheikh (Egypte).

La commission d’odontologie médico-légale du Conseil national de l’Ordre des chirurgiens-dentistes dresse les listes indicatives des praticiens formés à l’identification médico-légale dans le contexte des catastrophes.
Une première liste de chirurgiens-dentistes agréés par le Conseil national de l’Ordre des chirurgiens-dentistes

Celle-ci est constituée de 6 praticiens formés à l’identification médico-légale, mobilisables dans l’urgence et opérationnels dans les 8 heures sur l’ensemble du territoire métropolitain et sous 24 heures dans la plupart des départements et territoires d’outre-mer.
Cette liste et son actualisation sont communiquées par le Conseil national de l’Ordre des chirurgiens-dentistes à la Direction des affaires criminelles et des grâces de la Chancellerie, pour transmission aux parquets généraux (cours d’appel) et aux parquets (tribunaux de grande instance).
Le Conseil national de l’Ordre des chirurgiens-dentistes et les 6 praticiens de cette liste sont en mesure de répondre à une demande d’intervention 24 heures sur 24, tout au long de l’année.

Ces six praticiens ont pour mission de rendre opérationnelle dans les plus brefs délais l’Unité d’identification odontologique au sein de l’équipe pluridisciplinaire et notamment de réunir le matériel nécessaire, de pourvoir à son installation, de vérifier son bon fonctionnement et de préparer l’accueil des odontologistes médico-légaux des cours d’appel (deuxième liste).

Une deuxième liste de chirurgiens-dentistes agréés par le Conseil national de l’Ordre des chirurgiens-dentistes et formés à l’identification médico-légale

Celle-ci est constituée pour chaque cour d’appel pour couvrir les besoins en matière d’identification.
Cette liste et son actualisation sont communiquées par le Conseil national de l’Ordre des chirurgiens-dentistes la Direction des affaires criminelles de la Chancellerie pour transmission aux parquets généraux (cours d’appel) et aux parquets (tribunaux de grande instance) pour toute intervention.

Les praticiens formés à l’identification médico-légale doivent se rendre disponibles sous 24 heures pour la durée de la mission.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.atelier-yannistignard.com
yanis la chouette



Nombre de messages : 5992
Localisation : http://yanis.tignard.free.fr
Date d'inscription : 12/11/2005

MessageSujet: Re: Y'becca: Les peuples, les murs et les ponts dans François.   Ven 3 Mar à 10:41

Processus de Paix des secouristes de la république de l'Olivier.
Je crois qu'à l'avenir, plus personne ne pourra recréer des bulles d'exclusions...
Pour cela, je ne peux me permettre de mettre à l'écart tout individu(e) et "État".
Je ne suis qu'une femme ou un homme humble qui en vous adressant ces ces vers,
espère qu'il puisse vous conduire vers l'expérience, le travail et la communauté...
La solitude augmente ou diminue le nervosité... Cela s'appelle le malheur...
Alors par décision, on recherche à se tranquilliser et remettre la balance sur le zéro;
alors par construction, on décèle la notion d'une fragile tolérance:
Celle d'insulter !
Par Yahvé, cela est une horreur et une erreur...
La République de l'Olivier dit :
"Oui à la gréve, Non à l'Esclavage..."
la constitution rajoute :
"Oui à la Bibliothèque et Non à la Faim."
et le peuple doit rajouter :
"Oui à l'écoute et Non aux viols physiques et moraux."
Alors le Novice du Secourisme prends en charge sa nouvelle fonction autre qu'un service
militaire mais basé aussi sur la protection du Bien et du Corps.
"Je suis Y'becca"
Ecrit de
TAY
La chouette effraie.
-----------------------------------------
Y'becca est soumis à toujours suivre un dossier médical, on ne peut se reposer sur des radios anciennes et toutes opérations auquel Lise Verdier ne peut être bâclé... Certains medecins oublient d'osculter la gorge quand un patien à une fiévre... Il est des gestes de précautions auquel la médecine n'a pas la droit de s'occulter... Y'becca doit répondre à ces faits là et son secouriste ne doit jamais dire jamais sur le fait que l'expérience ne donne jamais d'acquis et il est une chose auquel je voue une grande discipline et rigueur: Celle d'entendre la Prudence lorsque le temps le permet... quel que soit l'opération, on agit avec prudence du temps, de l'aspect et des allergies possibles auquel le patient ou la patiente peut être soumis en fonction de son age et de sa corpulence...
"La grâce est à la beauté ce que la souplesse est à la rose. Sans grâce, la beauté n'est qu'une fleur artificielle, qu'un colibri sans vie."
Citation de Jean-Napoléon Vernier ; Fables, pensées et poésies (1865). L'association pour Lise et pour vous, s'inspire de cette citation de Jean-Napoléon Vernier qui est si réelle sur l'aspect du courage d'être dans des situation auquel l'aspect humain se doit de se reconsidérer dans l'aspect de l'adversité dans l'être. Cette citation cherche à nous monter des aspects qui nous semblent enfoie par l'adversité et la douleur mais qui ne demande qu'à renaitre afin de permettre à la rose de devenir Rosier...
Aide pour le retour à domicile d’une personne lourdement handicapée.
L’Association Pour Lise et pour Vous, a but non lucratif, met à la disposition des personnes en situation de grand handicap et leurs familles, son expertise dans la prise en charge du retour au domicile.
Plus largement, l’association veut favoriser et permettre le développement des soins de qualité et le maintien à son domicile de tout enfant, adolescent ou jeune adulte, atteint d’une maladie grave ou d’un handicap lourd.
Nous sommes à votre écoute pour parler et construire ensemble de votre projet de vie, nous sommes à vos côtés pour le concrétiser.
Pour Lise Et Pour Vous
le Bourg Chevreau, 53600 SAINTE GEMMES LE ROBERT
Association humanitaire, d'entraide, sociale
"La grâce est à la beauté ce que la souplesse est à la rose. Sans grâce, la beauté n'est qu'une fleur artificielle, qu'un colibri sans vie."
Citation de Jean-Napoléon Vernier ; Fables, pensées et poésies (1865)
"La beauté sans grâce est un printemps sans verdure."
Citation de Mirabeau ; Lettres à Sophie Ruffei (1777-1780)
"La beauté sans grâce est un hameçon sans appâts."
Citation de Ninon de Lenclos ; Confessions (1700)
"On admire d'un coup d'œil la beauté, elle ne laisse plus rien à deviner ; la grâce se fait aimer peu à peu par des détails variés, imprévus, qui vous plaisent d'autant plus qu'ils vous surprennent, et ses petits défauts d'ensemble sont quelquefois des charmes qui nous attachent."
Citation de Louis-Philippe de Ségur ; L'ennui (1816)
"La grâce, ce charme suprême de la beauté, ne se développe que dans le repos du naturel."
Citation de Madame de Staël ; L'influence des passions (1796)
"La beauté ne déplaît jamais, mais sans la grâce, elle est dépourvue de ce charme secret qui invite à la regarder."
Citation de Voltaire ; Dictionnaire philosophique (1764)
"Les grâces préférables à la beauté, ornent la femme de tous ce qu'elles ont de séduisant."
Citation de Marie-Geneviève-Charlotte Darlus ; Traité des passions (1764)
"Il y a un art caché dans la simplicité qui donne une grâce à l'esprit et à la beauté."
Citation de Alexander Pope ; Maximes et réflexions morales (1739)
"Aucune grâce extérieure n'est complète si la beauté intérieure ne la vivifie."
Citation de Victor Hugo ; Post-scriptum de ma vie (1901)
"Brillante de beauté, de grâces, de jeunesse, pour vous plaire, on accourt, on s'empresse."
Citation de Charles-Guillaume Étienne ; L'Intrigante, I, 9, le 6 mars 1813.
"Sans le fard de l'amour, par qui tout s'apprécie, les grâces sont sans force, et la beauté sans vie."
Citation de Antoine Bret ; La double extravagance, VII, le 27 juillet 1750.
"La beauté est la clef des coeurs, la grâce le passe-partout."
Citation de Paul Masson ; Les pensées d'un Yoghi (1896)
"La beauté réside dans la forme ; la grâce dans les mouvements, le charme dans l'expression."
Citation de Lucien Arréat ; Réflexions et maximes (1911)
"La grâce, plus belle encore que la beauté."
Citation de Jean de La Fontaine ; Adonis (1658)
Compte rendu de
TAY
La chouette effraie
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.atelier-yannistignard.com
yanis la chouette



Nombre de messages : 5992
Localisation : http://yanis.tignard.free.fr
Date d'inscription : 12/11/2005

MessageSujet: Re: Y'becca: Les peuples, les murs et les ponts dans François.   Lun 6 Mar à 9:44

Ce que femme veut. Souvenirs de la IIIᵉ République
Louise Weiss
http://www.gallimard.fr/Catalogue/GALLIMARD/Hors-serie-Connaissance/Ce-que-femme-veut

Aviateur pendant la Première Guerre mondiale

Les aspirations scientifiques de M.R.Štefánik se briseront avec la Première Guerre mondiale. Il demande à être incorporé dans l'Armée de l'air, débute sa formation de pilote en janvier 1915 à l'école d'aviation militaire de Chartres, réputée (future base aérienne 122 Chartres-Champhol).

Il participe très vite aux combats dans l'escadre aérienne MF-54 aux environs d'Arras.

Sa rapide montée en grade s'explique par sa capacité à adapter ses connaissances scientifiques aux besoins militaires. Il est chargé de la création du service météorologique de l'armée française. Il est blessé en 1915.

Biographie

Son père, le pasteur Pavol Štefánik, élève ses enfants dans la ferveur des idéaux patriotiques et slavophiles slovaques. Štefánik grandit dans un environnement purement slovaque où le sentiment national est profondément ancré.

Il fait ses études aux lycées de Presbourg (Lycée évangélique), de Sopron et de Sarvas. Puis il choisit d'étudier à Prague plutôt qu'à Budapest.

Il y commence, à 18 ans, et pour respecter le désir de son père, des études d'ingénieur du bâtiment. Mais il leur préfère vite les cours d'astronomie et de mathématiques de l'Université Charles. Son extraordinaire intelligence et sa personnalité attachante lui facilitent l'accès au monde de la science et de la culture tchèque. Membre et président de Detvan, l'association des étudiants slovaques de Prague, il coopère à plusieurs revues culturelles slovaques et tchèques et fait connaître au public tchèque la Slovaquie, les Slovaques, leur culture et leur vie politique. Il s'engage avec ferveur contre la politique de « magyarisation » qui régnait alors, mais aussi contre la passivité des hommes politiques slovaques de l'époque. Il est persuadé de la nécessité d'une coopération slovaco-tchèque pour libérer les deux nations du pouvoir étranger et accéder à l'indépendance. C'est à cette époque qu'il est influencé par l'universitaire Tomáš Masaryk qui définit alors les peuples tchèque et slovaque comme « deux particules d'une même nation ».
Un voyageur infatigable
Plaque commémorative au no 6 rue Leclerc à Paris où vécut Milan Rastislav Štefánik de 1907 à 1919.

Son doctorat en poche, Štefánik arrive à Paris en 1904 pour poursuivre ses études d'astronomie. Il devient l'assistant du professeur Jules Janssen à l'observatoire de Meudon. Sous son influence, Štefánik consacrera dix ans à l'astronomie. Il publie dès ses débuts douze traités scientifiques et organise, pendant sept années consécutives, des expéditions d'observation astronomique sur le sommet du Mont Blanc. Il voyage en Espagne puis au Turkestan et visite aussi l'Algérie, le Maroc, la Tunisie, le Sénégal, l'Italie, la Suisse, la Roumanie, la Russie, les États-Unis, le Brésil, l'Équateur, Tahiti (à l'occasion du passage de la comète de Halley en 1910), la Nouvelle-Zélande, les îles Fidji, l'Australie... Il s'établit, en 1909, au no 6 de la rue Leclerc dans le 14e arrondissement de Paris où il vivra jusqu'en 19191.

Après 1908, Štefánik voyage au service du gouvernement français pour lequel il accomplit d'importantes missions diplomatiques. En effet, un groupe de députés propose la mise en place d'une chaîne de stations radio-télégraphiques qui relierait toutes les colonies françaises. Štefánik s'avère être l'homme idoine pour la réalisation de ce projet. Ses dernières expéditions à Tahiti et en Équateur (1913), en tant que citoyen français, lui valent la Légion d'honneur, mais aggravent la maladie d'estomac dont il souffre déjà. Il subit sans succès une première opération puis une deuxième en 1915 qui n'apportera pas d'amélioration à son état. Il supportera alors des douleurs fréquentes qui ne le quitteront plus.

Milan Rastislav Štefánik, né le 21 juillet 1880 à Kosaras en Hongrie (aujourd'hui Košariská en Slovaquie), sous la montagne de Bradlo, au nord de Bratislava, alors Presbourg (hongrois : Pozsony) et mort le 4 mai 1919 à Ivanka pri Dunaji en Tchécoslovaquie, est un astronome, homme politique, général et diplomate slovaque. Il fut l'un des cofondateurs de la République tchécoslovaque.

Création de la Tchécoslovaquie

Dès 1915, il organise une escadrille formée de volontaires slovaques et tchèques. Par la suite, son escadre est affectée en Serbie, mais Štefánik, gravement malade, doit être transporté d'urgence à Rome2. Une nouvelle étape de sa vie s'amorce alors. Il consacrera dorénavant son activité à la création d'un État libre et indépendant pour les Tchèques et les Slovaques. Dès que son état de santé le lui permet, il repart pour Paris, où il rencontre Edvard Beneš et Tomáš Masaryk. C'est ici que naît le dicton : « Ce que Masaryk pense, Beneš le dit et Štefánik le fait ».

C'est lui qui persuade le gouvernement français de soutenir la cause de la Tchéco-Slovaquie. Il est de ceux qui fondent le Conseil national tchéco-slovaque (dont il deviendra plus tard le vice-président) et c'est lui qui se charge de l'organisation de l'armée tchéco-slovaque indépendante. Avec Beneš, il obtient des promesses du gouvernement français pour l'armement de ses unités. Štefánik recrute des soldats en Roumanie dans les camps de prisonniers. Il part aussi aux États-Unis où l'enrôlement est un succès (3 000 volontaires s'engagent et d'importantes sommes d'argent sont versées à la cause).

Štefánik a compris que la politique visant à la création de la future Tchécoslovaquie doit être soutenue par une force armée réelle. À son retour à Paris, il prend part à la rédaction du "Décret de constitution de l'armée tchécoslovaque en France", qui sera proclamé le 16 décembre 1917. Il continue à former des Légions tchécoslovaques en Italie (février 1918) et en Russie (mars 1918). Lorsqu'il arrive en Sibérie (juin 1918), il est général et, après les négociations d'octobre à Genève, il est nommé ministre de la Guerre du nouveau gouvernement tchécoslovaque3.

Dans sa nouvelle fonction, Štefánik propose de replier les légions à l'arrière du front et de les acheminer vers leur patrie nouvellement constituée. Dans ce cadre, il entreprend un voyage vers la Tchécoslovaquie indépendante. Malgré les avertissements de ses amis, il décide de prendre l'avion car il a reçu un appel télégraphique du ministre Srobar (de) qui l'appelle d'urgence à Bratislava à cause de l'avancée de l'Armée rouge hongroise. Le 4 mai 1919, son appareil (un Caproni 11495) s'écrase près de Bratislava, juste avant l'atterrissage. On ne dénombrera aucun survivant. Aujourd'hui encore les circonstances de l'accident n'ont pas été éclaircies. Officiellement, la cause en est une panne de moteur.

Il apparaît cependant que l'arrivée de Štefánik en Tchécoslovaquie ne se serait pas passée sans changements politiques notables. Il avait en effet plusieurs projets d'organisation destinés, avant tout, à la Slovaquie, et, dans plusieurs domaines, son intervention aurait, semble-t-il, pris en compte des aspirations du peuple slovaque.

Sur sa tombe, le Maréchal Foch déclara : « C'était un cœur rare, une âme noble, un esprit extraordinaire qui s'est entièrement dévoué pour notre cause dès que les circonstances l'exigeaient. Il mérite la reconnaissance de l'humanité entière. Sa présence va nous manquer. Son souvenir va vivre dans les cœurs de nous tous. »
Nom donné à des lieux, des établissements ou à des projets

Son nom a été donné à de nombreuses rues, places et écoles en Slovaquie, en république tchèque ou en France (Une Place du Général Stefanik existe à Paris dans le 16e arrondissement).

C'est également le nom donné à l'aéroport de Bratislava et au Plan d'actions intégrées (PAI) franco-slovaque dans la cadre du partenariat Hubert Curien, qui permet le développement de coopérations scientifiques entre les deux pays.

Il y a une rue de Prague 5, Stefanikova [archive], où se trouve l'administration de l'arrondissement Prague 5. Un observatoire à son honneur existe avec sa statue sur la colline de Petrin à Prague.

Le lycée Milan Rastislav Štefánik de Košice accueille une section bilingue franco-slovaque4. On peut relever également des lycées de ce nom à Nové Mesto nad Váhom et à Šamorín.

L'école de l'aviation slovaque à Košice s'appelait Académie militaire général Štefánik (Vojenská letecká akadémia gen. Milana Rastislava Štefánika) avant d'être intégrée à l'université technique de Košice.

Paulhan (dans le département de l'Hérault) abrite sa statue en tenue d’aviateur, dans un square qui porte son nom. Ce bronze de B. Kafka est identique à celui de Prague5.

Une statue a été érigée en son honneur à Meudon. Elle a été dévoilée le 4 mai 1999 par le maire Hervé Marseille en présence notamment du chef du gouvernement slovaque Mikuláš Dzurinda et du ministre français de la Défense Alain Richard6.

En 1935, le cinéaste tchèque Jan Sviták réalisa un film sur cette personnalité slovaque sous le titre idoine de "Milan Rastislav Štefánik"7.

L'astéroïde (3571) Milanštefánik, découvert en 1982, a reçu son nom8.

Sur les autres projets Wikimedia :

Milan Rastislav Štefánik, sur Wikimedia Commons Milan Rastislav Štefánik, sur Wikidata

Distinctions

Officier de la Légion d'honneur;
Croix de guerre 1914-1918 (1 citation à l'ordre de l'Armée);
Chevalier de l'Ordre des Saints-Maurice-et-Lazare;
Croix du mérite de guerre (Italie).

Notes et références

↑ D'après la plaque commémorative apposée sur l'immeuble du no 6 rue Leclerc.
↑ Une photo - voir Wiki Commons - le représente en uniforme français avec Monseigneur Duchesne sur le perron de la Villa Medicis lors d'une visite à Albert Besnard
↑ Copie de la lettre [archive] de Stephen Pichon, ministre français des Affaires étrangères, l'autorisant à accepter le poste de ministre tchécoslovaque de la Guerre tout en restant citoyen français.
↑ Site du lycée Milan Rastislav Štefánik de Košice [archive]
↑ Site de l'amicale paulhanaise autour de Štefánik [archive] dans le cadre du jumelage avec Košariská et Brezová pod Bradlom (Slovaquie).
↑ Galerie de photos du monument Štefánik de Meudon [archive].
↑ Le film "Milan Rastislav Štefánik" dans la base de données des films tchèques et slovaques [archive]
↑ JPL Small-Body Database Browser [archive] sur le site de la NASA

-----------------------------------------------

citations de Antoine de Saint-Exupéry :

"Si tu réussis à bien te juger, c'est que tu es un véritable sage."
Antoine de Saint-Exupéry ; Le petit prince (1943)

"La vie crée l'ordre, mais l'ordre ne crée pas la vie."
Antoine de Saint-Exupéry ; Lettre à un otage (1944)

"Les échecs fortifient les forts."
Antoine de Saint-Exupéry ; Vol de nuit (1931)

"Fais de ta vie un rêve, et d'un rêve une réalité."
Antoine de Saint-Exupéry ; Cahiers de Saint-Exupéry (1900-1944)

"Les yeux sont aveugles, il faut chercher avec le cœur."
Antoine de Saint-Exupéry ; Le petit prince (1943)

"Le sourire est souvent l'essentiel, on est payé par un sourire."
Antoine de Saint-Exupéry ; Lettre à un otage (1944)

"Le regret de l'amour c'est l'amour, et nul ne souffre du désir de ce qui n'est pas conçu."
Antoine de Saint-Exupéry ; Citadelle (posthume, 1948)

"L'amour véritable ne se dépense point ; plus tu donnes, plus il te reste."
Antoine de Saint-Exupéry ; Citadelle (posthume, 1948)

"Je suis de mon enfance comme d'un pays."
Antoine de Saint-Exupéry ; Terre des hommes (1939)

"Être un homme, c'est sentir, en posant sa pierre, que l'on contribue à bâtir le monde."
Antoine de Saint-Exupéry ; Terre des hommes (1939)

"La vie se contredit tant, on se débrouille comme on peut avec la vie."
Antoine de Saint-Exupéry ; Vol de nuit (1931)

"On est récompensé par un sourire, on est animé par un sourire."
Antoine de Saint-Exupéry ; Lettre à un otage (1944)

"On risque de pleurer un peu si l'on s'est laissé apprivoiser."
Antoine de Saint-Exupéry ; Le petit prince (1943)

"C'est tellement mystérieux, le pays des larmes !"
Antoine de Saint-Exupéry ; Le petit prince (1943)

"Les vaniteux n'entendent jamais que les louanges."
Antoine de Saint-Exupéry ; Le petit prince (1943)

"Ce que d'autres ont réussi, on peut toujours le réussir."
Antoine de Saint-Exupéry ; Terre des hommes (1939)

"Si tu veux comprendre le mot bonheur, il faut l'entendre comme récompense et non comme but."
Antoine de Saint-Exupéry ; Citadelle (posthume, 1948)

"Vivre, c'est naître lentement : Il serait un peu trop aisé d'emprunter des âmes toutes faites !"
Antoine de Saint-Exupéry ; Pilote de guerre (1942)

"On ne voit bien qu'avec le cœur, l'essentiel est invisible pour les yeux."
Antoine de Saint-Exupéry ; Le petit prince (1943)

"Nous sommes riches aussi de nos misères."
Antoine de Saint-Exupéry ; Vol de nuit (1931)

"Aimer, ce n'est pas se regarder l'un l'autre, c'est regarder ensemble dans la même direction."
Antoine de Saint-Exupéry ; Terre des hommes (1939)

"La grande promesse des temps à venir, redonner de la divinité à l'homme."
Antoine de Saint-Exupéry ; Terre des hommes (1939)

"L'amitié, c'est la trêve et la grande circulation de l'esprit au-dessus des détails vulgaires."
Antoine de Saint-Exupéry ; Citadelle (posthume, 1948)

"La vérité pour l'homme, c'est ce qui fait de lui un homme."
Antoine de Saint-Exupéry ; Terre des hommes (1939)

"L'amour véritable commence là où tu n'attends plus rien en retour."
Antoine de Saint-Exupéry ; Citadelle (posthume, 1948)



"Les vaincus doivent se taire."
Antoine de Saint-Exupéry ; Pilote de guerre (1942)

"Nous vivons dans le ventre aveugle d'une administration."
Antoine de Saint-Exupéry ; Pilote de guerre (1942)

"La victoire organise, la victoire bâtit."
Antoine de Saint-Exupéry ; Pilote de guerre (1942)

"On ne biaise point avec la vie."
Antoine de Saint-Exupéry ; Terre des hommes (1939)

"Pour les vaniteux, les autres hommes sont des admirateurs."
Antoine de Saint-Exupéry ; Le petit prince (1943)

"L'homme est faculté d'amour mais il l'est aussi de souffrance."
Antoine de Saint-Exupéry ; Citadelle (posthume, 1948)

"L'enfance, ce grand territoire d'où chacun est sorti !"
Antoine de Saint-Exupéry ; Terre des hommes (1939)

"Être un homme, c'est connaître la honte en face d'une misère."
Antoine de Saint-Exupéry ; Terre des hommes (1939)

"L'hypocrisie n'est souvent qu'une pudeur qui ne sait même pas se définir."
Antoine de Saint-Exupéry ; Carnets (1953)

"L'imbécile, s'il dit des vers, on le croit poète."
Antoine de Saint-Exupéry ; Terre des hommes (1939)

"Le pouvoir est peut-être la seule chose dans ce monde qui ne gagne pas à être aimée."
Antoine de Saint-Exupéry ; Carnets (1953)

"L'amour, on ne le discute pas, il est."
Antoine de Saint-Exupéry ; Pilote de guerre (1942)

"La raison d'aimer, c'est l'amour."
Antoine de Saint-Exupéry ; Citadelle (posthume, 1948)

"Le chagrin est lié aux frémissements de la vie. Et moi je n'ai plus de chagrin... le désert, c'est moi."
Antoine de Saint-Exupéry ; Terre des hommes (1939)

"L'homme, d'erreur en erreur, trouve le chemin qui conduit au feu."
Antoine de Saint-Exupéry ; Lettre à un otage (1944)

"Respect de l'homme ! Respect de l'homme ! Là est la pierre de touche !"
Antoine de Saint-Exupéry ; Lettre à un otage (1944)

"Quiconque a connu la vie, où tout en apparence, n'est que solitude et dénuement, pleure."
Antoine de Saint-Exupéry ; Lettre à un otage (1944)

"L'essentiel est que demeure quelque part ce dont on a vécu."
Antoine de Saint-Exupéry ; Lettre à un otage (1944)

"Je suis si las des polémiques, des exclusives, des fanatismes !"
Antoine de Saint-Exupéry ; Lettre à un otage (1944)

"Sache que l'hospitalité, la courtoisie et l'amitié sont rencontres de l'homme dans l'homme."
Antoine de Saint-Exupéry ; Citadelle (posthume, 1948)

"Ceux qui souffrent et partagent sont plus profondément humains que les égoïstes heureux."
Antoine de Saint-Exupéry ; Carnets (1953)

"Il est bien plus difficile de se juger soi-même que de juger autrui."
Antoine de Saint-Exupéry ; Le petit prince (1943)

"La vie, c'est le processus qui réalise les états les moins probables."
Antoine de Saint-Exupéry ; Carnets (1953)

"Ainsi est la vie, travailler plus ou travailler moins."
Antoine de Saint-Exupéry ; Citadelle (posthume, 1948)

"Si je diffère de toi, loin de te léser, je t'augmente."
Antoine de Saint-Exupéry ; Lettre à un otage (1944)
------------------------------------------

Chère Louise Weiss
Ce que femme veut, Gallimard, Paris, (1946)
Des soldats, des poètes, des anarchistes bref des hommes
qui comprennent que Non c'est Non...
Et que Oui, c'est pour le moment et que peut être, peut
devenir l'éternité d'un cœur passager...
La Liberté d'être femme devant ainsi....

« C'était un cœur rare, une âme noble, un esprit extraordinaire qui s'est entièrement dévoué pour notre cause dès que les circonstances l'exigeaient. Il mérite la reconnaissance de l'humanité entière. Sa présence va nous manquer. Son souvenir va vivre dans les cœurs de nous tous. »
le Maréchal Foch sur la tombe de Milan Rastislav Štefánik

Voilà des mots qui irait droit au cœur d'une femme, voilà, Ce que femme veut...

Y'becca et Le clans des mouettes...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.atelier-yannistignard.com
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Y'becca: Les peuples, les murs et les ponts dans François.   

Revenir en haut Aller en bas
 
Y'becca: Les peuples, les murs et les ponts dans François.
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Fédérations Régions & Peuples Solidaires
» Collection L'aube des peuples.
» Tocqueville-les-Murs: AMPTIL x AUBRY
» les peuples du monde
» Prix des Murs commerciaux

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
La.cinquieme.République :: La.cinquieme.République-
Sauter vers: