La.cinquieme.République

De la politique pure et affaires étrangeres
 
AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  MembresMembres  GroupesGroupes  Connexion  

Partagez | 
 

 le syndicats des Ânes, Le clans des mouettes et Y'becca

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
yanis la chouette



Nombre de messages : 5980
Localisation : http://yanis.tignard.free.fr
Date d'inscription : 12/11/2005

MessageSujet: le syndicats des Ânes, Le clans des mouettes et Y'becca   Ven 10 Fév à 10:47

icaro, è l’ora



Icaro_3 En treize chants, Icare crie dans un ciel de craie narre l’aventure d’un moi icarien. Un moi confronté à une expérience aux rebondissements multiples. Au gré des fantaisies d’une imagination fertile et de ses inventions, le poète Martin Rueff revisite le mythe d’Icare, héros de l'Antiquité, son double, et le rend à la dimension existentielle qu'il a pour lui. Poème de l'espace et des abysses, épopée de la chute (katabase, retour vers « l’éternel premier cri »), Icare crie dans un ciel de craie est aussi le poème d'une métamorphose. Une mue lente et difficile qui s’accomplit en deux temps. Avant l’impact ― la chute dans les airs ―, après l’impact ― la chute dans la mer.

Icare crie dans un ciel de craie. Parfait ennéasyllabe, le titre contient déjà toute la poésie enclose dans la combinaison des mots et des syllabes et évoque à lui seul les deux préoccupations majeures du poète icarien. Le travail sur les mots, agencements, échos et anagramme, Icare/crie/craie, et une réinterprétation personnelle de l'histoire d’Icare.


In der Luft

Chant d’ouverture d' Icare crie dans un ciel de craie, le chant premier du poème jette ses « mots isolés » sur les traces laissées par les mots du poète allemand Paul Celan. In der Luft, da bleibt deine Wurzel, da, in der Luft. « En l'air, là reste ta racine, là, en l'air » 1. C'est là, en l'air, dans le « ciel de craie » auquel il aspire, qu’Icare s'inscrit. Au-dessus de la ville et de son espace tendu de tours. Un espace conquis par la force du cri lancé au-dessus des dalles qui le tenaient prisonnier. Dalle/Dédale, première « astuce » d'Icare. Celle de la « dalle levée », première expansion vers le ciel dès le début du chant I. Enfin libéré de son préfixe privatif « dé », le fils de Dédale lance son cri dans l’espace céleste, espace ouvert dans lequel il cherche à s'enraciner. Loin du père. Un espace d'au-delà des tours qui enchaînent et enferment ― racine, fils ? Ancre, couloir, poitrine. Ciel où s’abolissent les contraires ― tour de silence/tour de cri (tour d'écrou ?). Un espace construit sur les répétitions de consonnes, celles-là mêmes qui sont incluses dans le titre. Le cri roule ses allitérations en « r », traverse l'espace par circularités, « de la gorge du ciel dans la gorge du ciel ». Le chant se clôt sur la douleur hurlante d’Icare, cri de révolte peut-être qui cible le ciel, criblant l’espace de crissements aigus.


Beaucoup plus long, le chant II situe l’aventure icarienne de Martin Rueff du côté d’Hyperboréa, espace glacé, confins de terres à explorer où soufflent les vents du Nord.

L’envol d’Icare vient d’avoir lieu ― Ça y est/C’est fait. Le fils de Dédale s’est détaché du monde ancien qui était le sien jusqu’alors. Icare parcourt un monde nouveau, vitesse V et modernité, haute voltige de la technologie, altimètres et fuselages du corps magnifié par l’élan sportif. Hommage au passage à Guillaume Apollinaire et à « Zone », le long poème préliminaire d’Alcools. Nouveau Christ ascensionnel, tour à tour skieur de tremplin, cycliste en lycra, danseur étoile, amateur de trampoline, trapéziste, plongeur d’Acapulco, spécialiste du saut de l’ange et de la mort, parachutiste, Icare polymétis s’élance, glisse, dévisse, pique, attentif aux stratégies de son corps-fusée, pistes de lancement. Les phrases brèves, sans déterminants ni ponctuation, visent l’efficacité, la vélocité et répondent à la soif jubilatoire de la modernité. Une modernité qui renvoie Dédale, le père, et son enseignement, son savoir, ses transmissions, son goût de la technique et du vent dans des parenthèses qui ponctuent les différentes séquences du chant : (De son père il retient le respect des instructeurs/des ingénieurs/des inventeurs). À moins qu’il ne faille considérer ces parenthèses comme autant de reviviscences mémorielles. De son père, Icare a gardé « le goût les blagues sottes », celui des jeux de mots faciles ― « Globules de savon » ―, peut-être aussi celui des apocopes ― « mes hallus mignonnes » ―, des néologismes ou des citations, de la trouvaille ― « Effort suprême et pronominal » ― que le héros décline sous forme d’injonction répétitive, doucement persuasive :



Se laisser aller
Se laisser porter
Facile à dire
Se laisser aller
Se dérober
S’absenter



Tous ces efforts ne vont pas sans douleur ni souffrance, ni « goût de sang dans la bouche ». Plaisirs et dangers de l’enfance et de l’adolescence se terminent par la chute finale d’Icare et l’interrogation inquiète de Dédale:

Icare, dixit, ubi es ? Qua te regione requiram ? (Icare, dit-il, où es-tu ? En quel lieu me faut-il te chercher ?)

Au questionnement du père, tel que rapporté par Ovide2, répond l’Icare de Bruegel l’Ancien :



« Dans un angle du tableau
Oui, là, en bas à droite
La jambe dans une gerbe d’eau
C’est bien moi sur l’image
Ô « comme tout se détourne »
― oui, comme tout se détourne

C’était moi. »



Plus près de nous, encore, cette évocation « vague » d’Icare dans les vers de William Carlos Williams (Paterson) :



« A splash quite unnoticed
This was
Icarus Drowning »



Disparition.



Trouver son verbe

À la longue séquence du chant deux, succèdent, du chant III au chant VIII, des poèmes brefs. Après les éclats sportifs et les performances d’artiste, Icare « secoué par la nappe du ciel » tente l’effacement. « Je m’efface » ; « j’essuie » ; « j’éponge ». Faufiler―se faufiler « dans la chair délitée de la tapisserie », afin qu’advienne ce qui doit se produire. Trouver enfin son verbe, tel est le désir exprimé au chant III.


« Régi par l’éclair » du chant III, le verbe se faufile, dérive « dans les rafales rugies du ciel » du chant IV, puis se faufile encore de « rafales mugies » en « accalmies courtes ». Au chant V s’affrontent les contraires, l’un par l’autre abolis simultanément :
« je suis et je ne suis pas cet été qui finit et ne finit pas ».


Avec le chant VI se noue et se dénoue la relation au père. Aux souvenirs tendres et familiers ― « Mon père m’appelait le petit jour » ― succèdent projets, ambitions et désirs. Qui se construisent avec le père et contre lui, sans lui, dans le silence de la mémoire. Le futur chasse le passé. L’affirmation du moi s’écrit dans la « cicatrice ancienne » : « j’étais le fils tranchant/je serai le fils déchirant ».


Petite suite après impact

L’impact avec la mer se fait au chant VII. Rapide, bref, incisif, essentiel. Un baiser. Tout à la fois profond et ludique. Icare accueille la solitude des abysses. Mallarméenne solitude. « Solitude, récif, étoile ». Modernité.

À partir du chant VIII, les poèmes sont annoncés par des titres. Intitulé le « Morceau fantôme », le chant VIII est un sonnet irrégulier. La tradition se fraye un passage à travers ce poème clos sur lui-même divaguant sur la vague, pareil à un vaisseau (une « urne ») porteur d’une voix inconnue, « Ta voix de cri de cœur ». Celle qui susurre « Sans toi, je ne suis rien/Sans toi, je ne suis rien ».

Après « l’impact sourd » avec la mer suit un silence ou un temps d’arrêt, marqué par les points de suspension qui précèdent le titre du chant IX… « dans la vague creuse ». Finisterre. Dans le long poème de la vague creuse, Icare, sens en éveil, évoque sa plongée-délire dans les profondeurs. Délesté de son père, Icare « décroché » récupère ses « dé ». Qui roulent d’un mot à l’autre de l’énumération, par contamination de sens et de sons :

« décroché
désamarré
déchu
délapsé
délavé
dévissé
dépoulpé
désenfanté
Icare désastré
Icare
décrié
enfin
Icare
dégringolé donc
dévalé dans l’averse
vers les parvis agités
des traînes frissonnantes… »


La mer ― coups de poing dans la poitrine ― rythme le poème de ses onomatopées de locomotive ― tudum tudum tudum. Icare abandonné (lama sabakhtani ?)―« mère pourquoi m’as-tu abandonné ? »― « aux innombrables détours », « aux méandres duplices », « aux murs aveugles », «aux jambages multiples », crie désormais « dans le royaume des bulles », « dans le tube vitreux de sa téléportation sous-marine. » Et « la mer labyrinthe », « ciel d’en-dessous », de gloser le « sanglot d’Icare/d’Icare criant dans un ciel de craie ». Jusqu’à ce que, englouti, démantibulé, il ne reste du plongeur que borborygmes, transmis dans un inexprimable hoquet christique :

Hic Rhodus… Hic Saltus…

Hic.. Hic..

Hic est corpus meus… Hic..

corpus

Hic…

us…

Hic…



Suit le chant X qui déroule les longues strophes de Nage nu/Souvenirs de maraudes aquatiques. Scaphandre lourd et malhabile, « michelin des profondeurs », « cosmonaute pataud lourd/pas lents », Icare nu explore les « combles poissonneux » de ses « maraudes » anciennes. De derrière la loupe arrondie de son « hublot ridicule », montent les bulles d’assonances en « u ». Nu / tuba / lunettes / buée / muqueuses / surface /voluptés /méduse / ondulations/ lotus / utriculaires /urinatores / ultralucides…

Et toujours, le refus des techniques du père s’accompagne d’expériences nouvelles, nouvelles voies à explorer ― la voie du Tao, leçons des yogis mangeurs d’aulx… exercices de bathygymnosophistique ―, nouveaux jeux du langage ― célinien « agité du bocal » ―, petits blocs de terminologies futuristes, mystérieuses : « l’onde alea/mimicry/dont l’onde ilinx/nu dans la longueur/des ondes. Icare nu, pris dans son propre cercle, évolue au « ralenti » :

« ralenti
Icare
nu
regardait
dans le nu
le nu d’Icare ».



La Babel subaquatique d’Icare ou « Quels sont ces vers exquis ? »

Dans le chant suivant, Icare XI, également intitulé Papier bulle (Ivresses d’heures profondes), la remontée de « l’antiquaille » devient oppressante. Le chant s’ouvre en exergue sur un extrait de Fin de partie, de Samuel Beckett. Pour Winnie, les classiques ne sont plus qu’antiquailles qui aident à « tirer votre journée ».

Icare, pauvre Job au fond du gouffre (Water, water, every where), « ivre mort d'aquatisme » en proie à l’ivresse des profondeurs, laisse affluer en lui le fatras des antiquailles. Les « dragées de couleur » et « perles de poèmes » remontent comme des tessons d'amphores désenfouies, surgissent sans ordre sous « l’effet de l’eau mnémotechnique », héritage du père et de la tradition. Les vers de L’Énéide se mêlent à la rasbaïe, les « fanfreluches antidotées » de Rabelais côtoient les messages in the bubbles, le poète français du XVIe siècle, Desportes, rejoint Ungaretti, dit Ungà, les adresses lyriques à Le Masson, moine chartreux picard du XVIIe siècle, succèdent aux comptines d’enfant. Le Dao De Jing de Lao-Tseu, Pline l'Ancien, Tibulle, Horace, Dante, Shakespeare, Goethe, Coleridge, Tennyson, Leopardi, Swinburne, Aloysius Bertrand, Baudelaire (« Élévation »), Edgar Allan Poe (« The City in the Sea »), Rimbaud, Mallarmé, Artaud, Valéry, Desnos, Ezra Pound, Saint-John Perse, Sylvia Plath (« Ariel »), Celan encore… et bien d'autres dont Ferruccio Benzoni et David Gray, sont aussi convoqués. Bosch et Chagall. Les citations anglaises, allemandes, grecques, latines, françaises forment un damier aquatique babélien. Encore enrichi par les néologismes, fantaisies de langage, mots rares et savants. L’ensemble, recomposé au fil des vagues, donne un manteau d’arlequin hérité de longue date, tissé du nom des néréïdes et troué ça et là (« peau de panthère et chlamyde trouée ») d’onomatopées marines avec ponctuation en forme de vaguelettes avec variations/tildes.




…pof
pof
pof…


ou

…pof
pof
pof
̃
̃

Au final, il reste « un vieux poème/composé d’enfances/et d’allégories bêtes/en première communion ». Au final, « muet comme carpe / Icare récite en sous-marin / son naufrage ».

Icare, rappelé à l’ordre, doit aller jusqu’au bout de sa chute : Icaro è l'ora !

« : c’est l’heure Icare
: c’est l’heure
mon petit
c’est l’heure. »



Noli altum sapere sed time (devise de Robert Estienne)

La chute cruelle se poursuit au chant suivant. Icare XII. Ne coulant (En nage de sombrer). Emporté par les courants, Icare dérive sur « un lit de corail ». Il remonte l’alphabet, s’accroche aux hameçons des « consonnes indurées ». En proie à ses rêves et à ses souvenirs, Icare « sommeille dans un fourmillement des lettres ». Il « pleurniche entre les eaux » et se prend à rêver de ses poèmes de jadis et de son amour :

Je me souviens comme je t’appris à nager…

La mer était verte comme tu l’aimais
La mer était verte et calme
Tu avais enlevé ta robe…

Je chantonne des bribes d'un vieil air : « La mer était verte, tu l'étais un peu... ». Quelle leçon tirer du « souvenir d’enfance d’Icare » ? En finir avec la jeunesse. En retenir la respiration.


L’Eden d’Icare

Dans le dernier chant, Icare XIII, noir profond rouge/sombrée Icare, Martin Rueff évoque la fin d’Icare, ce moment où la pensée se désagrège « dans la boîte noire illisible ». Inspiré de Jack London, le premier mouvement du chant reprend un paragraphe de Martin Eden. Martin Rueff prenant son élan sur les phrases de Jack London, les complète pour en attribuer le sens à Icare :



« And at the instant he knew, he ceased to know 3//Et au moment même où il sut, il cessa de le savoir il mais qui maintenant qui sait quoi dès lors que hormis quand ».



Icare « le foudroyé le fou noyé le fou droyé » …


Le chant se termine sur l’éloge de « la rose des mers », la « nonpareille ». C’est là maintenant que loge Icare au cœur d’une rose.


Une « rose recueil » / « rose relique » / « rose réversible » /qui catalyse à elle seule dans l’intime du « bouton de rose entendu de personne » tous les pouvoirs de transmutation de la création poétique. L'absente de tout bouquet.

« Un rien
nous étions, nous sommes, nous
resterons, en fleur ;
la rose de rien, de
personne. » 4

« que s'endorme la mer, que s'endorme son immense détresse »





Une contribution d’Angèle Paoli (Terres de Femmes)
D.R. Texte angèlepaoli

NDLR : Le Prix International de Poésie Francophone Yvan Goll 2008 a été décerné à Martin Rueff, pour son recueil Icare crie dans un ciel de craie. Editions Belin.



1 Paul Celan, « Et avec le livre de Tarussa », in La Rose de personne, José Corti, 2002, pp. 152-153. 2 Ovide, Métamorphoses, VIII, vers 223-235, GF-Flammarion, 1966, page 210. Traduit par Joseph Chamonard.
3 Jack London, Martin Eden, chapitre XLVI.
4 Die Niemandsrose (Paul Celan, « Psaume », La Rose de personne, id., page 39).


Amitiés
de
TAY
La chouette effraie
pour
le syndicats des Ânes, Le clans des mouettes et Y'becca
avec l'accord du Clans des éléphants et de
ses membres...

Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé http://www.atelier-yannistignard.com En ligne
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.atelier-yannistignard.com
yanis la chouette



Nombre de messages : 5980
Localisation : http://yanis.tignard.free.fr
Date d'inscription : 12/11/2005

MessageSujet: Re: le syndicats des Ânes, Le clans des mouettes et Y'becca   Ven 10 Fév à 10:48

Un poème avec Jack London - Nos cheveux blanchiront avec nos yeux - 2010

/ 76 Clochards célestes ou presque / Cette nuit encore il ne s'est rien passé / Ainsi fut conçue l'ombre ... / Ferme ta gueule s'il te plait ... /Blanc / Bleu de travail / Autre Chose / Des salades / p(H)ommes de terre / Notes de Bois / La part des nuages / La mort à colorier / Juste après la pluie / Les Ailes Grises / La Bête / Tutu bleu / Miniatures Locomotives / La piste / Bric à brac Hopperien / Ici ça va / Les derniers seront les derniers / Chaque Matin / Nos cheveux blanchiront avec nos yeux / Les Murs / Un pas de côté / Du sucre sur la tête / Le noir dedans / Tenir tête à l'orage / Frida / Nuisibles / Fuyard debout / Little man / L'âne de Richard Brautigan / Trappeur / Hopper city / Dormir dans les décombres / Les carnets du corbeau / Les chiens errants n'ont pas besoin de capuches / 8pA6 /Le Trou / Voyages Immobiles /

http://etc-iste.blogspot.fr/2016/07/un-poeme-avec-jack-london-nos-cheveux.html

"Que chaque phraze soit pour ainsi dire teinte et légèrement imbibée." Joseph Joubert

http://www.lemarginalmagnifique.com/2011/09/jack-london.html

Jack london (1876-1916) est un écrivain américain spécialisé dans le roman d'aventures ; ses ouvrages les plus célèbres sont L'Appel de la forêt (1903) et Croc-Blanc (1906).

L'Appel de la forêt conte les péripéties du chien domestique Buck vendu comme chien de traîneau à l'époque de la ruée vers l'or. Buck s'endurcit en s'initiant aux dures lois de sa nouvelle condition, passe de maître en maître, du plus clément au plus cruel, avant de revenir à l'état sauvage et d'être le chef respecté d'une meute de loups.

Le Marginal Magnifique.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.atelier-yannistignard.com
yanis la chouette



Nombre de messages : 5980
Localisation : http://yanis.tignard.free.fr
Date d'inscription : 12/11/2005

MessageSujet: Re: le syndicats des Ânes, Le clans des mouettes et Y'becca   Sam 11 Fév à 2:20

Elle est telle que je la désire sexuellement.

Frida Kahlo (1907-1954) a toujours fasciné par son génie pictural et son œuvre poignante. En proie aux affres de la passion avec l’amour de sa vie, Diego Rivera, celle qui fut aussi la maîtresse de Léon Trotsky s’est laissée aller à plusieurs histoires de cœur, avec des hommes comme avec des femmes… Bien que sa relation charnelle avec la chanteuse rebelle Chavela Vargas n’ait jamais été clairement attestée, elle manifeste dans cette lettre à son ami Carlos Pellicer tout l’attrait qu’elle éprouve pour cette femme qui semble l’avoir hypnotisée.

arlos,

Aujourd’hui, j’ai rencontre Chavela Vargas. Extraordinaire, lesbienne, elle est telle que je la désire sexuellement. Je ne sais pas si elle a ressenti le même chose que moi mais j’ai l’impression que c’est une femme suffisamment libre pour me demander de me mettre nue devant elle juste comme ça, et c’est sans hésitation que je le ferai. Tant de fois sans ressentir le moindre désir et voilà que ! Elle est, je le répète, si sensuelle. Peut-être que c’est le ciel qui me l’a envoyée ?

Frida K.

Plus de lettres de Frida Kahlo

--------------------------------------

Diego, mon amour,

N’oublie pas qu’une fois que tu auras terminé la fresque, nous serons ensemble pour toujours, sans problèmes ni rien d’autre. Juste pour nous aimer.

Ne te conduis pas mal et fais tout ce qu’Emmy Lou te dira.

Je t’adore plus que jamais.

Ta femme, Frida.

Écris-moi.

-------------------------------------

Ma nuit me précipite dans ton absence.

Frida Kahlo (6 juillet 1907 – 13 juillet 1954), artiste peintre de génie, a engendré une œuvre picturale prolifique et poignante, témoignant de la souffrance physique engendrée par sa maladie et empreinte de culture traditionnelle mexicaine. Outre ses nombreux tableaux, elle a entretenu une correspondance abondante et passionnée avec Diego Rivera, son maître et amant. Elle vécut avec lui un amour aussi ardent que tumultueux, comme en témoigne cette lettre nocturne qu’elle ne lui envoya jamais.

12 septembre 1939

Ma nuit est comme un grand cœur qui bat.

Il est trois heures trente du matin.

Ma nuit est sans lune.

Ma nuit a de grands yeux qui regardent fixement une lumière grise filtrer par les fenêtres.

Ma nuit pleure et l’oreiller devient humide et froid.

Ma nuit est longue et longue et longue et semble toujours s’étirer vers une fin incertaine.

Ma nuit me précipite dans ton absence.

Je te cherche, je cherche ton corps immense à côté de moi, ton souffle, ton odeur.

Ma nuit me répond : vide ; ma nuit me donne froid et solitude.

Je cherche un point de contact : ta peau. Où es-tu ? Où es-tu ?

Je me tourne dans tous les sens, l’oreiller humide, ma joue s’y colle, mes cheveux mouillés contre mes tempes.

Ce n’est pas possible que tu ne sois pas là.

Ma tête erre, mes pensées vont, viennent et s’écrasent, mon corps ne peut pas comprendre.

Mon corps te voudrait.

Mon corps, cet aléa mutilé, voudrait un moment s’oublier dans ta chaleur, mon corps appelle quelques heures de sérénité.

Ma nuit est un cœur en serpillière.

Ma nuit sait que j’aimerais te regarder, chaque courbe de ton corps, reconnaître ton visage et le caresser.

Ma nuit m’étouffe du manque de toi.

Ma nuit palpite d’amour, celui que j’essaie d’endiguer mais qui palpite dans la pénombre, dans chacune de mes fibres.

Ma nuit voudrait bien t’appeler mais elle n’a pas de voix.

Elle voudrait t’appeler pourtant et te trouver et se serrer contre toi un moment et oublier ce temps qui massacre.

Mon corps ne peut pas comprendre.

Il a autant besoin de toi que moi, peut-être qu’après tout lui et moi ne formons qu’un.

Mon corps a besoin de toi, souvent tu m’as presque guérie.

Ma nuit se creuse jusqu’à ne plus sentir la chair et le sentiment devient plus fort, plus aigu, dénué de la substance matérielle.

Ma nuit me brûle d’amour.

Il est quatre heures du matin.

Ma nuit m’épuise.

Elle sait bien que tu me manques et toute son obscurité ne suffit pas pour cacher cette évidence.

Cette évidence brille comme une lame dans le noir.

Ma nuit voudrait avoir des ailes qui voleraient jusqu’à toi, t’envelopperaient dans ton sommeil et te ramèneraient à moi.

Dans ton sommeil, tu me sentirais près de toi et tes bras m’enlaceraient sans que tu te réveilles.

Ma nuit ne porte pas conseil.

Ma nuit pense à toi, rêve éveillé.

Ma nuit s’attriste et s’égare.

Ma nuit accentue ma solitude, toutes mes solitudes.

Son silence n’entend que mes voix intérieures.

Ma nuit est longue et longue et longue.

Ma nuit aurait peur que le jour n’apparaisse jamais plus mais à la fois ma nuit craint son apparition, parce que le jour est un jour artificiel où chaque heure compte double et sans toi n’est plus vraiment vécue.

Ma nuit se demande si mon jour ne ressemble pas à ma nuit. Ce qui expliquerait pourquoi je redoute le jour aussi.

Ma nuit a envie de m’habiller et de me pousser dehors pour aller cherche mon homme.

Mais ma nuit sait que ce que l’on nomme folie, de tout ordre, sème-désordre, est interdit.

Ma nuit se demande ce qui n’est pas interdit.

Il n’est pas interdit de faire corps avec elle, ça, elle le sait. Mais elle s’offusque de voir une chair faire corps avec elle au fil de la désespérance. Une chair n’est pas faite pour épouser le néant.

Ma nuit t’aime de toute sa profondeur, et de ma profondeur elle résonne aussi.

Ma nuit se nourrit d’échos imaginaires. Elle, elle le peut. Moi. j’échoue.

Ma nuit m’observe. Son regard est lisse et se coule dans chaque chose.

Ma nuit voudrait que tu sois là pour se couler en toi aussi avec tendresse.

Ma nuit t’espère. Mon corps t’attend.

Ma nuit voudrait que tu reposes au creux de mon épaule et que je me repose au creux de la tienne.

Ma nuit voudrait être voyeur de ta jouissance et de la mienne, te voir et me voir trembler de plaisir.

Ma nuit voudrait voir nos regards et avoir nos regards chargés de désir.

Ma nuit voudrait tenir entre ses mains chaque spasme.

Ma nuit se ferait douce.

Ma nuit gémit en silence sa solitude au souvenir de toi.

Ma nuit est linge et longue et longue.

Elle perd la tête mais ne peut éloigner ton image de moi, ne peut engloutir mon désir.

Elle se meurt de ne pas te savoir là et me tue.

Ma nuit te cherche sans cesse.

Mon corps ne parvient pas à concevoir que quelques rues ou une quelconque géographie nous séparent.

Mon corps devient flou de douleur de ne pouvoir reconnaître au milieu de ma nuit ta silhouette ou ton ombre.

Mon corps voudrait t’embrasser dans ton sommeil.

Mon corps voudrait en pleine nuit dormir et dans ces ténèbres être réveillé parce que tu l’embrasserais.

Ma nuit ne connaît pas de rêve pus beau que celui-là.

Ma nuit hurle et déchire ses voiles, ma nuit se cogne à son propre silence, mais ton corps reste introuvable. Tu me manques tant. Et tes mots. Et ta couleur.

Le jour va bientôt se lever.

----------------------------------------------

Frida Kahlo (6 juillet 1907 – 13 juillet 1954) est l’une des figures les plus emblématiques de l’art mexicain du XXème siècle. Engagée politiquement aux côtés des grandes figures communistes, telles que Trotsky, sa plus longue lutte demeura celle qu’elle mena de front avec son amour de toujours, Diego Rivera. Éperdument amoureuse, l’artiste demeura l’esclave de son coeur, voilant tout esprit de discernement face aux tromperies du père de la peinture murale. En 1939, le voile se lève. Accablée, le divorce est demandé. Diego vivra mieux sans elle, elle, elle ne vivra plus que dans son manque. Deux ans plus tard, ils seront de nouveau unis.

[Sans date]

Je suis née pute.

J’en ai strictement rien à foutre de ce que tout le monde peut bien penser. Je suis née pute, je suis née peintre, je suis née chieuse, mais j’ai été heureuse tout au long de ma vie.

Toi, tu n’as jamais compris qui je suis : je suis amour, plaisir, essence, je suis une connasse, une alcoolique, je suis tenace, je suis une peintre. Je suis simplement qui je suis, mais toi, qui es-tu ? Qu’est ce que je dois faire face à toutes tes offenses ? Continuer à croire comme une imbécile à toutes tes conneries, croire que tu es un Dieu.

Reste dans ta misérable vie de porc, tu n’es qu’une merde.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.atelier-yannistignard.com
yanis la chouette



Nombre de messages : 5980
Localisation : http://yanis.tignard.free.fr
Date d'inscription : 12/11/2005

MessageSujet: Re: le syndicats des Ânes, Le clans des mouettes et Y'becca   Sam 11 Fév à 3:03

Refus de tiers payant : pas de sanction contre les médecins mais une mise en garde de la CNAM.



Une obligation, mais pas de sanction. Les médecins libéraux qui refusent le tiers payant à leurs patients ne seront pas poursuivis ni sanctionnés, alors même que la loi le rend obligatoire (*) depuis le 1er janvier 2017 pour les patients pris en charge à 100 % par la Sécurité sociale (ALD, grossesse).

Interrogée par « le Quotidien », la CNAM le confirme noir sur blanc. La caisse précise que « la convention ne prévoit pas de sanction en cas de non-respect de cette obligation ». Même réponse du ministère de la Santé qui « ne compte pas poursuivre les médecins qui refuseraient d’appliquer le tiers payant ». À une exception près : le refus de tiers payant pour les patients bénéficiaires de la CMU-C et de l’AME constitue un manquement conventionnel. Les médecins qui ne la respecteraient pas s’exposent à des pénalités (suspension des avantages sociaux, déconventionnement temporaire).

Les médecins libres de leur choix

Cette prise de position officielle des autorités a de quoi rassurer les médecins tentés de suivre les consignes des syndicats. La CSMF appelle en effet les praticiens à ne pas appliquer systématiquement la dispense d’avance de frais, malgré l’obligation. « Nous sommes favorables à un tiers payant social, explique le Dr Jean-Paul Ortiz, président de la confédération. Au-delà, c’est au médecin de choisir, d’estimer si son patient en a besoin ou pas, y compris lorsque ce dernier est en ALD. On ne veut pas d’une dérive bureaucratique. »

Également opposé à l’obligation, MG France appelle les praticiens à ne pas changer leurs habitudes. « Vous faites ce que vous avez décidé de faire, indique Claude Leicher, président du syndicat de généralistes. Il n’y a de toute manière aucune sanction pour ceux qui n’appliqueront pas le tiers payant. » Le médecin alerte cependant ses confrères tentés de pratiquer la dispense d’avance de frais à la part complémentaire : « C’est techniquement difficile, il n’y a aucune garantie de paiement et pas d’interlocuteur unique en cas de problème. »

Vers une sanction par les patients ?

Malgré ces réticences, la CNAM se félicite de la progression du tiers payant au cours des derniers mois pour le cas des dépenses prises en charge à 100 %. Elle met également en garde les professionnels réticents. « En cas de non-respect de ce droit, le médecin prend le risque de voir sa patientèle se détourner vers d’autres médecins pratiquant le tiers payant », avance la caisse.

Les patients iront-ils jusqu’à boycotter les praticiens récalcitrants ? Ce qui est sûr, c’est que les associations de patients regroupées au sein du CISS se montrent très critiques à l’égard du dispositif en place, qui exonère les professionnels de toute sanction.

« Nous ne sommes pas pour des sanctions bêtes et méchantes, confie Marc Morel, son directeur. Mais le texte en place ne nous satisfait pas. Il faut trouver un système qui encourage les médecins à pratiquer le tiers payant intégral. »

Le CISS encourage donc les patients qui ne pourraient pas exercer leur droit à écrire à l’Ordre des médecins, faute de mieux pour l’instant. À ce stade, aucune plainte n’est remontée dans les associations. « Mais ce n’est pas significatif, note Marc Morel. La plupart des patients à 100 % bénéficiaient déjà du tiers payant. » Selon lui, les choses risquent de se compliquer à partir du 30 novembre 2017, lorsque l’obligation s’étendra à toute la population.

(*) sur la part des dépenses remboursées par la Sécurité sociale. Le Conseil constitutionnel a censuré la dispense d’avance de frais sur la part complémentaire.

Jain - Makeba (Official Music Video)
https://www.youtube.com/watch?v=59Q_lhgGANc
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.atelier-yannistignard.com
yanis la chouette



Nombre de messages : 5980
Localisation : http://yanis.tignard.free.fr
Date d'inscription : 12/11/2005

MessageSujet: Re: le syndicats des Ânes, Le clans des mouettes et Y'becca   Sam 11 Fév à 3:03

La loi garantissant l'accès à un hôpital par hélico sanitaire en moins de 30 minutes adoptée au Sénat

Lutte contre les refus de CMU : l’Ordre doit-il en faire plus ?
08.02.2017
Refuser de soigner un patient au motif qu’il est bénéficiaire de la CMU ou de l’AME est inacceptable, contraire à la déontologie médicale et à la loi. Le Conseil national de l’Ordre des médecins le rappelle sur son site Internet. Mais en fait-il assez pour faire respecter cette disposition ? Il y a quelques jours, le Défenseur des droits regrettait que « lorsque les patients se tournent vers cette instance, il ne se passe rien ». La loi de santé a pourtant fixé pour mission à l'Ordre de « mesurer l'importance et la nature des pratiques de refus de soins par les moyens qu'il juge appropriés ». Y compris via des opérations de testing, jugées vexatoires par les médecins…

http://www.lequotidiendumedecin.fr/opinions/debat/2017/02/08/lutte-contre-les-refus-de-cmu-lordre-doit-il-en-faire-plus-_844499?error=auth&type=d%C3%A9bat

--------------------------------------------

Dr Patrick Bouet (CNOM) : « Il reste beaucoup à faire pour protéger les professionnels de santé »
Henri de Saint Roman
| 06.02.2017
Après le meurtre du Dr Patrick Rousseaux, généraliste à Nogent-le-Rotrou, le président de l'Ordre national des médecins exhorte les ministères concernés à agir en généralisant les mesures de sécurité qui s'imposent pour protéger les professionnels.

LE QUOTIDIEN : A Nogent-le-Rotrou, le Dr Rousseaux a été tué à son cabinet après avoir reçu plusieurs dizaines coups de couteau. N’a-t-on pas franchi une étape dans la violence à l’encontre des médecins libéraux ?

Dr PATRICK BOUET : Nous continuons à être sur une pente très inquiétante. La nature, l’intensité, la fréquence et la répartition de ces agressions augmentent chaque année.

-------------------------------------------------

La loi garantissant l'accès à un hôpital par hélico sanitaire en moins de 30 minutes adoptée au Sénat.



Le Sénat a adopté le 1er février en première lecture une proposition de loi présentée par Alain Bertrand (RDSE) et Jacques Mézard (RDSE) établissant une nouvelle stratégie nationale d'utilisation du transport sanitaire héliporté.

Ce texte vise à « garantir une égalité des chances dans l'accès aux soins à l'ensemble de nos concitoyens, par un accès en moins de trente minutes aux services médicaux adaptés, CH ou CHU selon les situations ».

Mutualisation entre les services d'urgence médicale et de sécurité civile

La loi propose que « les hélicoptères affectés aux structures mobiles d’urgence et de réanimation (SMUR) et ceux affectés aux missions de sécurité civile font l’objet d’une gestion mutualisée par un service placé auprès du Premier ministre ».

Ce service sera chargé d'établir « les règles d’implantation des appareils afin de garantir une couverture optimale du territoire et un accès aux services d’urgence en moins de trente minutes ».

Enfin, l'emploi des appareils sera « décidé au niveau territorial le plus adapté en coordination avec les possibilités de transports terrestres, en fonction des règles et contraintes de sécurité de la circulation aérienne et dans le respect des compétences des médecins régulateurs des services d’aide médicale urgente ».
Source : Lequotidiendumedecin.fr

--------------------------------------------------
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.atelier-yannistignard.com
yanis la chouette



Nombre de messages : 5980
Localisation : http://yanis.tignard.free.fr
Date d'inscription : 12/11/2005

MessageSujet: Re: le syndicats des Ânes, Le clans des mouettes et Y'becca   Sam 11 Fév à 3:03

Refus de CMU et d'AME : l’Ordre va porter plainte contre plusieurs médecins
Stéphane Long
| 02.02.2017



Quelques jours après le Défenseur des droits, l’Ordre réagit à son tour aux accusations portées par plusieurs associations à l’encontre de douze médecins et dentistes soupçonnés de refuser des soins à des patients bénéficiaires de la CMU et de l’AME.

Dans un communiqué publié ce 2 février, le Conseil national de l’Ordre des médecins annonce qu’il va saisir les chambres disciplinaires contre ces praticiens. « Le refus de prise en charge de patients attributaires de la CMU-C et de l’AME est déontologiquement et moralement inacceptable », rappelle le CNOM. Il a demandé au Défenseur des droits et aux associations impliquées de lui communiquer les noms des médecins mis en cause.

L'Ordre accusé de laxisme

Le 10 janvier dernier, Médecins du Monde, la FNARS (fédération des acteurs de la solidarité) et le CISS avaient saisi le Défenseur des droits après avoir relevé des mentions « pas de CMU » ou « pas d’AME » sur les pages de professionnels ayant recours à des services de prise de rendez-vous en ligne.

Dans le communiqué diffusé ce jour, le CNOM se défend de tout laxisme à l’égard des médecins récalcitrants à prendre en charge les patients en CMU ou AME. Dans un article du « Monde », le Défenseur des droits avait mis en cause l’institution. « Lorsque les patients se tournent vers cette instance, il ne se passe rien », avait regretté Jacques Toubon.

Source : Lequotidiendumedecin.fr
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.atelier-yannistignard.com
yanis la chouette



Nombre de messages : 5980
Localisation : http://yanis.tignard.free.fr
Date d'inscription : 12/11/2005

MessageSujet: Re: le syndicats des Ânes, Le clans des mouettes et Y'becca   Sam 11 Fév à 3:04

Et en cela, j'adresse un blame à
Barack Obama se mesure à Richard Branson...Au kitesurf

Le patron de Virgin a dévoilé ce mardi que Michelle et Barack Obama avait passé quelques jours de vacances dans son île privée de l'archipel des Iles Vierges ...

Le patron de Virgin a dévoilé ce mardi que Michelle et Barack Obama avaient passé quelques jours de vacances dans son île privée de l'archipel des Iles Vierges britanniques.

Quand on lui demandait ce qu'il ferait juste après l'investiture de son successeur, Barack Obama, lorsqu'il était encore en exercice, répondait souvent: "je serai quelque part sur une plage à boire dans une noix de coco".

Trois semaines après l'intronisation de Donald Trump, l'ex-locataire de la Maison Blanche a tenu parole: le milliardaire britannique Richard Branson a dévoilé ce mardi sur son blog que Michelle et Barack Obama venaient de passer quelques jours de vacances en sa compagnie à Necker Island, son île privée de l'archipel des Iles Vierges britanniques.

Un séjour au cours duquel le patron de Virgin et son invité se sont livré à un "défi amical": parcourir la plus grande distance en kitesurf pour Barack Obama, et en foilboard pour Richard Branson. Les images de leurs exploits sportifs ont été compilés dans un petit montage vidéo, mis en ligne par la multinationale ce mardi.
Barack Obama a gagné

Avec seulement 50 mètres de parcourus, le Britannique a dû reconnaître sa défaite face l'ancien président américain, qui a atteint, lui, les 100 mètres. "Je ne pouvais pas lui en vouloir pour sa victoire bien méritée. Maintenant qu'il est parti, je vais repartir à l'eau et m'entraîner pour le prochain défi", a commenté Richard Branson. "C'était génial de lui offrir la chance d'apprendre à faire du kitesurf", s'est-il réjoui.

Ces scènes ont été immortalisées par le photographe Jack Brockway, le neveu de Richard Branson, qui a posté ses clichés sur Twitter.

http://www.lexpress.fr/actualite/monde/amerique-nord/video-pendant-ses-vacances-barack-obama-fait-du-kitesurf-chez-richard-branson_1877001.html

Socialement et moralement
Paresse et Luxure de Gustave Courbet.

Faire de la recherche du plaisir sexuel un but à part entière n'est pas systématiquement perçu d'un mauvais œil. L'hédonisme et le Kâmasûtra peuvent illustrer ce propos.

De nos jours, en Occident, les aventures sexuelles prémaritales multiples sont courantes, tout comme le concubinage. On peut citer aussi certaines pratiques sexuelles, marginales, comme l'échangisme, la sexualité de groupe, le voyeurisme ou l'exhibitionnisme.

Comme l'évolution des mœurs tend à banaliser certaines pratiques sexuelles9, cela suscite potentiellement des oppositions entre des d'une part des traditionalistes considérés comme faisant preuve de fermeture d'esprit[Quoi ?], et d'autre part les visions plus libérales des personnes plus légères et/ou plus libertines. Les questions du consentement et des conséquences psychologiques et affectives des actes[réf. nécessaire] [non neutre] en sont un exemple.

Il est difficile de mesurer les effets sociologiques d'une banalisation des pratiques sexuelles car les sondages et témoignages recueillis, se heurtant à l'intimité, reposent sur des faits invérifiables, amplifiables ou dissimulables selon l'image que le témoin veut donner de lui (envers les autres et parfois envers lui-même, jusque dans l'anonymat)10.

La pornographie entre pleinement dans le champ de la luxure lorsqu'elle pousse à l'extrême et à l'excès ses représentations, notamment lorsqu'elle fait preuve de violence. Elle est parfois accusée d'incitation au viol, de déformer le sens des réalités de ses consommateurs, d'imposer un imaginaire normatif et réducteur de la sexualité11 et de banaliser les comportements sexuels marginaux. Des études ont relevé une corrélation significative entre la légalisation de la pornographie et l'augmentation de la criminalité sexuelle (dont le nombre de viols)[réf. nécessaire] ; d'autres montrent, avec le soutien de psychiatres, que la dépendance à la pornographie jouait un rôle indéniable dans le passage à l'acte de nombreux délinquants sexuels12.

De fortes critiques portent sur les valeurs mêmes véhiculées par la pornographie qui réduirait les femmes à n’être que des « objets » et ramènerait les relations amoureuses à de simples rapports sexuels. Dans ce dernier cas, ceci affecte le rapport amoureux de l'homme et donc remet en question son bonheur, d'où le problème de la luxure, indépendamment de toute considération religieuse.

En matière d'éducation des enfants, les effets du visionnage d’images pornographiques sont très appréhendés.

La luxure désigne un penchant immodéré pour la pratique des plaisirs sexuels. Elle renvoie aussi à une sexualité désordonnée ou incontrôlée. Le mot, qui date de 1119, provient du latin luxuria.

Juliette - Le sort de Circé
https://www.youtube.com/watch?v=EyBLL7_6PfQ

la bestialité (actes de zoophilie, relation sexuelle d'un être humain et d'un animal, considérée comme le pire des péchés de luxure)...


Anoukis en Égypte (période ptolémaïque) ;
Vénus à Rome ;
Aphrodite en Grèce ;
Lilith à Babylone ;
Tlazolteotl pour les Mexicas ;
Freyja pour les Nordiques ;
Kâma pour l'hindouisme. Dans ce cas, c'est un dieu et de son nom provient le Kâmasûtra.

Certaines de ces figures étaient aussi considérées comme étant des dieux de l'Amour et du plaisir marins...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.atelier-yannistignard.com
yanis la chouette



Nombre de messages : 5980
Localisation : http://yanis.tignard.free.fr
Date d'inscription : 12/11/2005

MessageSujet: Re: le syndicats des Ânes, Le clans des mouettes et Y'becca   Sam 11 Fév à 3:05

Un an de détention pour avoir menacé de mort une urgentiste
Guillaume Mollaret
| 08.02.2017



« Sale race, je vais tuer ta mère ! » Proférées à l'encontre d'une médecin urgentiste du CHU de Nîmes (Gard), ces menaces de mort ont valu à leur auteur une condamnation à deux ans de prison, dont un an ferme, prononcée par le tribunal correctionnel de Nîmes, mardi 7 février. Fortement alcoolisé, le prévenu âgé de 38 ans s'en était pris également aux agents de sécurité du CHU de Nîmes.

Dans le box des prévenus, K. B. porte sur lui les stigmates d'un week-end de violence qui a précédé son séjour à l'hôpital. L'homme tient debout grâce une béquille, et un œil au beurre noir maquille la partie gauche de son visage. Ces blessures n'empêchent pas l'homme de conserver un verbe haut et la voix claire face au tribunal. Il justifie ses menaces. « Elle m'a refusé mon droit à partir et elle tchatchait dans les couloirs. Ça m'a énervé. Comment voulez-vous que le ton ne monte pas ? », s'est-il maladroitement défendu en s'adressant à la présidente du tribunal.

Alcoolémie

C'est parce qu'il avait été agressé chez lui par deux personnes, lors d'un règlement de compte, que K. B. a été hospitalisé après l'intervention des pompiers à la demande de la police. Il est d'abord soigné à la tête où lui sont posés plusieurs points de sutures. Mais l'homme est très fortement alcoolisé (plus de 2 grammes par litre de sang), et lorsque la médecin urgentiste lui indique qu'il ne peut pas sortir dans l'immédiat, parce qu'il doit faire un scanner, ce grand costaud la menace du poing avant de l'agonir d'injures et de menaces.

Intervenant rapidement sur les lieux, le service de sécurité – lui aussi agressé verbalement et physiquement – parvient à maîtriser le patient. L'homme est sédaté par une injection puis attaché à son lit en attendant son interpellation par la police.

Une agression toutes les 30 minutes

Reconnaissant être allé trop loin, l'homme tente finalement un repentir devant le tribunal : « Si elle était présente, je me serais excusé de toutes parts (sic) », lance-t-il, alors que sa victime, prise par son travail, n'a pu se présenter devant le tribunal.

« On enregistre dans les hôpitaux français une agression verbale ou physique toutes les 30 minutes. On ne peut pas laisser passer les violences sur les personnels soignants », a souligné le vice-procureur Patrick Bottero avant de requérir que le prévenu soit placé en détention à l'issue de l'audience.

Il a été entendu par le tribunal qui soumet également K.B., dont le casier judiciaire est déjà garni de 11 condamnations, à une injonction de soins quant à ses problèmes d'alcool.

Source : Lequotidiendumedecin.fr

Ridan - Ulysse
https://www.youtube.com/watch?v=1yI75QDF_8k
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.atelier-yannistignard.com
yanis la chouette



Nombre de messages : 5980
Localisation : http://yanis.tignard.free.fr
Date d'inscription : 12/11/2005

MessageSujet: Re: le syndicats des Ânes, Le clans des mouettes et Y'becca   Sam 11 Fév à 3:05

Exercice illégal : un généraliste récidive et écope de prison ferme
Guillaume Mollaret
| 06.02.2017



C'est l'histoire peu banale d'un médecin généraliste plusieurs fois condamné : interdit d'exercer temporairement une première fois en 2002, puis radié définitivement en 2012, le Dr M. a pourtant continué à pratiquer la médecine jusqu'en 2015…

Fin janvier 2016, le tribunal correctionnel de Nîmes (Gard) a de nouveau condamné le praticien récidiviste pour pratique illégale de la médecine, alors qu'il était cette fois embauché comme médecin généraliste par un réseau d'hospitalisation à domicile. L'homme de 64 ans a écopé cette fois d'un an de prison ferme, de 4 000 euros d'amende et d'une nouvelle interdiction définitive (judiciaire) d'exercer la médecine. « L'Ordre national des médecins l'avait déjà radié définitivement en 2012, ce qui n'a pas empêché ce monsieur de recommencer, précise au « Quotidien » le vice-procureur Patrick Bottero, en charge du dossier. Mais il a agi plus de 10 ans comme si de rien n'était ».

Le numéro de son frère

Pour continuer à rédiger des ordonnances, le généraliste a eu recours à un subterfuge : utiliser le numéro RPPS* de son propre frère, également médecin ! C'est par un concours de circonstances que la société employant le généraliste déjà interdit d'exercice s'est rendue compte de la supercherie.

C'est en 2002 que le Dr M., alors installé dans les Bouches-du-Rhône, avait été condamné une première fois pour avoir fait jouer le rôle de cobaye à des patients à leur insu, dans le cadre d'une étude clinique. Il avait récolté deux ans de prison – dont 6 mois ferme – par le tribunal correctionnel de Marseille, notamment pour escroquerie. Cette peine était assortie d'une interdiction d'exercer la profession de médecin pendant cinq ans et d'une amende de 10 000 euros. Le médecin avait ensuite été condamné pour d'autres faits liés à sa profession lui valant cette fois une interdiction ordinale définitive d'exercer en 2012.

D'autres ennuis judiciaires se profilent. La structure de HAD lui reproche d'avoir indûment utilisé le chéquier de l'entreprise. Et une clinique de Nîmes a déposé plainte contre ce médecin pour tromperie sur la nature de son casier judiciaire et ordinal.

*Répertoire partagé des professionnels de santé

Source : Lequotidiendumedecin.fr
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.atelier-yannistignard.com
yanis la chouette



Nombre de messages : 5980
Localisation : http://yanis.tignard.free.fr
Date d'inscription : 12/11/2005

MessageSujet: Re: le syndicats des Ânes, Le clans des mouettes et Y'becca   Sam 11 Fév à 3:06

La luxure désigne un penchant immodéré pour la pratique des plaisirs sexuels. Elle renvoie aussi à une sexualité désordonnée ou incontrôlée. Le mot, qui date de 1119, provient du latin luxuria.

Formes religieuses

Religion catholique

Pour le catholicisme, c'est l'un des sept péchés capitaux. La théologie matrimoniale de saint Paul expose que l’idéal sexuel de la chrétienté demeure la continence. Le premier exposé systématique du péché originel est proposé au IVe siècle par Saint Augustin, ce caractère fondamentalement pécheur étant transmis à travers l'acte sexuel, même lors du mariage. Pour Jean Cassien, l'un des pères du monachisme (IVe-Ve siècle), la luxure est à la racine des autres péchés capitaux, "en tête de l'enchaînement causal" qui les relie les uns aux autres, pour reprendre l'expression de Michel Foucault1, (tandis que pour Grégoire le Grand, pape de 590 à 604 et Père de l'Église, c'est l'orgueil qui entraîne tous les autres péchés)2. Au Moyen Âge, à partir de la réforme grégorienne, la luxure fut considérée comme le péché le plus scandaleux et répréhensible chez les ecclésiastiques, symbolisant, chez eux, la trahison de leur mission auprès des fidèles et, plus généralement, la désobéissance à Dieu3. L'historien Jean-Louis Flandrin, en dépouillant des pénitentiels, a établi le calendrier auquel devait se soumettre le couple marié pour l'union charnelle : au Moyen Âge, un ménage pieux ne peut accomplir l'acte sexuel que quatre-vingt-onze jours par an, les jours d’impureté de la femme (grossesse, post-partum, règles), les trois carêmes (Noël, Pâques, Pentecôte) et les jours d’abstinence, jeûne et prière sont en effet impropres à l'union sexuelle4. Les pénitentiels prévoient les sanctions pour les couples n'appliquant pas ces prescriptions mais le christianisme vécu est différent du christianisme pratiqué, les couples n'appliquant pas systématiquement ces recommandations5.

Le théologien Thomas Gousset propose ainsi en 1848 une typologie des péchés de luxure ou péchés d'impureté consommée6 :

la fornication simple (relation sexuelle entre deux personnes de sexes opposées, consentantes et libres de tous liens de mariage, vœux religieux, ou promesse de célibat),
le stupre (défloration d'une vierge consentante),
le rapt (enlèvement d'une personne non-consentante pour des fins d'ordre sexuel),
l'inceste (relation sexuelle entre personnes liées par des liens de consanguinité ou d'affinité à des degrés interdits par l'Église),
le sacrilège (situation où, soit des choses, soit des lieux sacrés, soient des personnes consacrées sont violentées pour des raisons d'ordre sexuel),
l'adultère (relation sexuelle d'un homme célibataire avec une femme mariée — adultère premier —, d'une femme célibataire avec un homme marié — adultère second —, d'un homme marié avec une femme mariée — adultère tierce),
la sodomie, selon deux modalités : la sodomie parfaite, pour une relation entre deux personnes de même sexe, et la sodomie imparfaite, pour le coït de deux personnes de sexes opposés dans une partie du corps autre que le sexe féminin (vas indebitus, « vase indû »),
la bestialité (actes de zoophilie, relation sexuelle d'un être humain et d'un animal, considérée comme le pire des péchés de luxure),
la pollution ou mollesse (masturbation, c'est-à-dire l'émission de sperme hors du cadre d'une relation sexuelle avec une autre personne).

La luxure impliquerait cécité spirituelle, précipitation, attachement au présent, horreur ou désespoir de l'avenir.

La religion chrétienne au Moyen Âge considère la luxure comme le troisième péché capital le plus grave après l'orgueil et l'avarice, alors qu'elle était clairement considérée comme positive durant l'antiquité5. Les représentations iconographiques les plus courantes de la luxure à cette époque sont la sirène et la femme nue aux seins et au sexe mordus par des serpents7.

Dante évoque la luxure dans ses cercles infernaux. Dans sa représentation, il place les luxurieux au deuxième cercle de l'Enfer. Il les décrit comme tourmentés par la bourrasque infernale : « Et je compris qu'un tel tourment était le sort des pécheurs charnels, qui soumettent la raison aux appétits8 ».
Anciennes religions

Les religions anciennes ne concevaient pas le vice luxurieux. Au contraire, certaines religions très répandues pratiquaient parfois des actes luxurieux dans le cadre de leurs rituels, comme les Bacchanales, dont les excès amenèrent le Sénat romain à les interdire à Rome en 186 av. J.-C.. On trouve aussi des célébrations dionysiaques qui pratiquaient collectivement ce genre d'excès, sous l'emprise de drogues et d'alcool (Temple de Dionysos à Baalbeck), et aussi des prostitutions sacrées. Voir Mont Éryx en Sicile, par exemple.

Dans la mythologie, il y eut des dieux de la Luxure dans bien des cultures :

Anoukis en Égypte (période ptolémaïque) ;
Vénus à Rome ;
Aphrodite en Grèce ;
Lilith à Babylone ;
Tlazolteotl pour les Mexicas ;
Freyja pour les Nordiques ;
Kâma pour l'hindouisme. Dans ce cas, c'est un dieu et de son nom provient le Kâmasûtra.

Certaines de ces figures étaient aussi considérées comme étant des dieux de l'Amour.
Socialement et moralement
Paresse et Luxure de Gustave Courbet.

Faire de la recherche du plaisir sexuel un but à part entière n'est pas systématiquement perçu d'un mauvais œil. L'hédonisme et le Kâmasûtra peuvent illustrer ce propos.

De nos jours, en Occident, les aventures sexuelles prémaritales multiples sont courantes, tout comme le concubinage. On peut citer aussi certaines pratiques sexuelles, marginales, comme l'échangisme, la sexualité de groupe, le voyeurisme ou l'exhibitionnisme.

Comme l'évolution des mœurs tend à banaliser certaines pratiques sexuelles9, cela suscite potentiellement des oppositions entre des d'une part des traditionalistes considérés comme faisant preuve de fermeture d'esprit[Quoi ?], et d'autre part les visions plus libérales des personnes plus légères et/ou plus libertines. Les questions du consentement et des conséquences psychologiques et affectives des actes[réf. nécessaire] [non neutre] en sont un exemple.

Il est difficile de mesurer les effets sociologiques d'une banalisation des pratiques sexuelles car les sondages et témoignages recueillis, se heurtant à l'intimité, reposent sur des faits invérifiables, amplifiables ou dissimulables selon l'image que le témoin veut donner de lui (envers les autres et parfois envers lui-même, jusque dans l'anonymat)10.

La pornographie entre pleinement dans le champ de la luxure lorsqu'elle pousse à l'extrême et à l'excès ses représentations, notamment lorsqu'elle fait preuve de violence. Elle est parfois accusée d'incitation au viol, de déformer le sens des réalités de ses consommateurs, d'imposer un imaginaire normatif et réducteur de la sexualité11 et de banaliser les comportements sexuels marginaux. Des études ont relevé une corrélation significative entre la légalisation de la pornographie et l'augmentation de la criminalité sexuelle (dont le nombre de viols)[réf. nécessaire] ; d'autres montrent, avec le soutien de psychiatres, que la dépendance à la pornographie jouait un rôle indéniable dans le passage à l'acte de nombreux délinquants sexuels12.

De fortes critiques portent sur les valeurs mêmes véhiculées par la pornographie qui réduirait les femmes à n’être que des « objets » et ramènerait les relations amoureuses à de simples rapports sexuels. Dans ce dernier cas, ceci affecte le rapport amoureux de l'homme et donc remet en question son bonheur, d'où le problème de la luxure, indépendamment de toute considération religieuse.

En matière d'éducation des enfants, les effets du visionnage d’images pornographiques sont très appréhendés.
En philosophie
Question book-4.svg

Cette section ne cite pas suffisamment ses sources (avril 2014).

La luxure est une problématique fortement liée à la question du rapport amoureux.

À ce sujet Schopenhauer évoque[Où ?] la misère qui peut surgir d'un rapport amoureux. Selon lui ceci explique directement le sentiment de honte et de tristesse qui suit, chez l’espèce humaine, l’acte sexuel. La seule chose qui règne, c’est le désir inextinguible de vivre à tout prix, l’amour aveugle de l’existence, sans représentation d’une quelconque finalité. Il estime ainsi que le génie de l’espèce est un industriel qui ne veut que produire et n’a qu’une pensée, pensée positive et sans poésie, c’est la durée du genre humain. Le thème de l’amour chez Schopenhauer est donc à mettre en rapport avec l’horreur devant la vie : il apparaît d’abord comme un objet d’effroi[réf. nécessaire].
Artistiquement
Littérature

La littérature regorge de récits (autobiographiques ou non) dont les protagonistes font face à des expériences sexuelles luxurieuses. Outre les paillardises de certains auteurs (comme Courtilz de Sandras, Mérimée et Catulle de Mendès), Georges Bataille nous décrit une succession de scènes de bordel et rejoint les transgressions de Casanova, Verlaine, Huysmans et Boudard, en ne s'attaquant pas à la respectabilité des actes luxurieux mais à la pulsion de vie et de mort, cette dernière étant la source d'un profond mal-être que la violence et l'absurdité des circonstances amplifient8.

Dans l'appendice de 1984, exposant les principes du Novlangue, Georges Orwell écrit que la vie sexuelle des membres du parti était minutieusement réglée par les deux mots novlangue : crimesex (immoralité sexuelle) et biensex (chasteté). Il fait ainsi référence à la notion de luxure sans en emprunter le terme original13. Le roman décrit, entre autres, une société où les rapports sexuels entre membres du parti sont strictement interdits, la reproduction étant assurée par insémination artificielle ; le parti se montre plus clément à l'égard des membres ayant eu des rapports sexuels avec une prostituée.
Chanson

On retrouve aussi ce mal-être postcoïtal dans la chanson L'Espace d'une fille de Jacques Dutronc.
Cinéma

Le film américain THX 1138 est une science-fiction décrivant une société où les rapports sexuels sont interdits, sous peine de prison ou de mort. La religion y est représentée : les prêtres y ont le visage caché, encapuchonné, et les citoyens s'y confessent à des machines aux paroles « bienveillantes ».

On trouve dans le film coréen intitulé Printemps, été, automne, hiver… et printemps' (Bom yeoreum gaeul gyeoul geurigo bom) l'évocation de la luxure: "La luxure engendre le désir de posséder, et le désir de posséder, celui de tuer."
En psychologie

Si le concept de luxure n'y est pas évoqué en tant que tel, de nombreuses problématiques liées au contrôle de soi, de ses pulsions, du désir, font l'objet d'une attention particulière des experts en psychologie.
Désir et religion

Des recherches ont été réalisées dans les années 1980 au sujet de l'éventuelle influence que pourrait avoir la religion sur la sexualité14. Le doute émis sur le sujet a été de savoir si la religion ou si les croyances non permissives en matière de sexe qui s'en inspirent pouvaient engendrer des schèmes de pensée entrant en conflit avec la manifestation du désir, et ainsi avoir des effets négatifs sur celui-ci en le cloisonnant aux frontières de la procréation sous peine de susciter un sentiment de culpabilité. L'étude initiale a été menée sur 747 patients suivant une thérapie en raison de leur trouble de baisse du désir. Les deux chercheurs à l'origine de cette étude ont suggéré que le « catholicisme » formait partie des facteurs les plus souvent liés à ces troubles, mais après seconde étude des résultats obtenus il s'est avéré que ceux-ci ne présentaient aucune différence significative entre les deux groupes témoins. Une autre étude menée sur un sujet similaire, plus précisément sur l'influence de la religion en bas âge sur le désir sexuel à l'âge adulte, a confirmé que la première n'affectait pas le second.

Malgré ces résultats, certains soutenaient encore l'inverse en partant du postulat de la facilité avec laquelle les hommes peuvent cultiver des tabous, éprouver de la culpabilité et se faire de fausses idées au sujet de la sexualité, à cause de certains dogmes religieux. D'autres encore ont estimé que la religion était l'une des sources des cognitions négatives face à la sexualité que sont les « voix internes ». Ces dernières provoquent un sentiment de culpabilité pendant la concrétisation d'un comportement sexuel et réduisent progressivement le désir sexuel14.

Malgré un défaut de consensus sur le point précédent, il y a des questions sur lesquelles les avis des psychologues convergent, notamment sur le fait que des traumatismes et abus sexuels vécus dans l'enfance et l'adolescence peuvent être impliqués dans la baisse de désir. En résumé, toute expérience négative en matière de sexualité provoquerait des attitudes sexuelles négatives et favoriserait un problème de désir14.
Sexualité déviante ou criminelle

En psychiatrie, le domaine de la sexualité (criminelle et/ou pathologique) n'est pas négligé. Il existe des thérapies visant à aider les patients à diminuer leurs intérêts sexuels déviants, leurs fantaisies envers des objets sexuels inadéquats (comme des enfants) ou des scénarios sexuels inadéquats (dont le viol).

Par exemple, le recours à la restructuration cognitive intervient dans le cas de patients présentant des croyances et des attitudes face aux agressions sexuelles qui pourraient conduire au passage à l’acte. La sexualité peut se construire autour de croyances non pertinentes comme le fait de croire que les femmes apprécient l’expérience du viol, que les enfants ne sont pas marqués par des contacts sexuels, qu’il est normal qu’un homme insiste violemment si une femme rejette une première demande, ou que des rapports sexuels avec les animaux sont sans danger pour le psychisme.

Cette méthode permet le remplacement des distorsions cognitives par des pensées plus appropriées. L'éducation sexuelle et l'apprentissage des habiletés sociales lorsqu'elles font défaut, permettent aussi de réduire les manifestations de troubles comportementaux d'ordre sexuel15.
Dans la fiction

Dans le manga Fullmetal Alchemist de Hiromu Arakawa, l'un des sept Homonculus représente la luxure. Son nom est Lust, qui signifie « luxure » en anglais.
Dans le manga Judge de Yoshiki Tonogai Asami et Kazu, les deux jeunes au masque de chat, représente la luxure.
Dans le Jeu The Binding of Isaac de Edmund MacMillan et Florian Himsl, l'un des sept péchés capitaux personnifiés est "Lust", donc la Luxure. Le personnage est une version recolorée du protagoniste, Isaac, atteint d'un virus (référence aux MST, punition divine de la luxure dans certaines religions).
Dans le manga Nanatsu no Taizai, l'un des sept péchés (Gowther) représente la luxure.
Dans les chansons d'Evillious Chronicles, Sateriasis Venomania est posséder par le péché de la luxure.

Notes et références

↑ Michel Foucault, "Le combat de la chasteté", Communications, 35, 1981, p. 15-25, aux p. 15-16.
↑ Carla Casagrande, Silvana Vecchio, Histoire des péchés capitaux, trad. fr. Aubier, 2003, p. 19-24, 277-278.
↑ Julien Théry, « Luxure cléricale, gouvernement de l’Église et royauté capétienne au temps de la "Bible de saint Louis" », « Revue Mabillon », 25, 2014, p. 165-194, disponible en ligne [archive].
↑ Jean-Louis Flandrin, « Un temps pour embrasser », Médiévales, vol. 2, no 5,‎ 1983, p. 128-130
↑ a et b André Vauchez, « L'Église et la sexualité », émission Concordance des temps sur France Culture, 19 janvier 2013
↑ Thomas Gousset, Théologie morale à l'usage des curés et des confesseurs, T. 1, 5e édition, Jacques Lecoffres, Paris, 1848, p. 296-305.
↑ Yves Morvan. La Sirène et la luxure. Communication du Colloque « La luxure et le corps dans l'art roman ». Mozac. 2008.
↑ a et b Sébastien Lapaque, Les sept péchés capitaux : Luxure, Librio, 2000 (ISBN 2290307564)
↑ (fr) « La libération sexuelle et ses lendemains » [archive] (consulté le 28 juillet 2012)
↑ (fr) « Interview d'un sociologue (Philippe Combessie) évoquant la difficulté de mesure autour de la sexualité » [archive] (consulté le 7 juin 2008)
↑ Michela Marzano et Claude Rozier, Alice au pays du porno, Éditions Ramsay, 2005
↑ Laurent Guyénot, Le livre noir de l'industrie rose, Imago, 2000
↑ Georges Orwell, 1984 (lire en ligne [archive])
↑ a, b et c Gilles Trudel et Sylvie Aubin, La baisse du désir sexuel, Masson, 2003 (réimpr. 2003), 233 p. (ISBN 2294009991, lire en ligne [archive]), Variables cognitives dans la baisse du désir sexuel, chap. 1-2, p. 24-25-31 Erreur de référence : Balise <ref> non valide ; le nom « LDBS » est défini plusieurs fois avec des contenus différents
↑ (fr) Martine Jacob et André McKibben, « Les adolescents agresseurs sexuels » [archive], sur ACSA-CAAH (consulté le 8 juin 2008), p. 8-9

Uta Ranke-Heinemann (théologienne allemande), Des Eunuques pour le royaume des cieux : L'Église catholique et la Sexualité, traduction de Monique Thiollet, collection Pluriel, Paris, Ed. Robert Laffont 1990 (ISBN 2010190068) (Original en allemand, 1988)

Voir aussi

Sur les autres projets Wikimedia :

luxure, sur le Wiktionnaire Luxure, sur Wikiquote

Bibliographie

André Rauch, Luxure - Une histoire entre péché et jouissance, Armand Colin, 2016
Anne Kraatz, Luxe et luxure à la cour des papes de la Renaissance, Coll. Realia, Les Belles Lettres, 2010

Articles connexes

Paganisme
Dépendance à la pornographie
Mérimin, l'ange de la luxure.
Les autres péchés capitaux : l'avarice, la colère, l'envie, la gourmandise, la paresse, l'orgueil
Schopenhauer, au sujet de la pulsion de vie et de mort, du vouloir-vivre.
La Luxure est une chanson du groupe Trust, sortie en 1983 sur l'album Trust_IV

v · m
Sept péchés capitaux
Identifiés par
Thomas d'Aquin Acédie (Paresse) · Avarice · Colère · Envie · Gourmandise · Luxure · Orgueil Boschsevendeadlysins.jpg
Œuvres Films : Les Sept Péchés capitaux (1910) · Les Sept Péchés capitaux (1952) · Les Sept Péchés capitaux (1962) · Les Sept Péchés capitaux (1992) · Seven (1995)
Musique : Die sieben Todsünden (ballet composé par Kurt Weill)

Claudio Capéo - Un homme debout (clip officiel)
https://www.youtube.com/watch?v=Y9GCM9DZUJo

Je n'ai rien contre Hollywood et sa magie mais, il y a dans cette tanière une horde
bien plus terrifiant que la meutes de hyènes du roi Lion...
Il s'agit d'une aristocratie qui cache avec bienveillance leurs privilèges et qui ose
nous faire une morale sur les principes sur l'humanité et l'humanisme... En cela, je
refuse de baisser l'échine devant une chair qui se fait croire invisible... Et ne faites
pas l'insulte que le diable se cache derrière tous çà... Ou sinon, tel Hercule et
Héraclès, j'irais le chercher dans les enfers... Assez des moralisateurs qui se font une
publicité et des conférences à chacune de leurs sorties...

(Bom yeoreum gaeul gyeoul geurigo bom) mais, je définie Une certaine Hollywood et ses hordes comme:

Le novlangue (en anglais Newspeak) est la langue officielle d’Océania, inventée par George Orwell pour son roman 1984 (publié en 1949)1.

Le principe est simple : plus on diminue le nombre de mots d'une langue, plus on diminue le nombre de concepts avec lesquels les gens peuvent réfléchir, plus on réduit les finesses du langage, moins les gens sont capables de réfléchir, et plus ils raisonnent à l'affect. La mauvaise maîtrise de la langue rend ainsi les gens stupides et dépendants. Ils deviennent des sujets aisément manipulables par les médias de masse tels que la télévision.

C'est donc une simplification lexicale et syntaxique de la langue destinée à rendre impossible l'expression des idées potentiellement subversives et à éviter toute formulation de critique de l’État, l'objectif ultime étant d'aller jusqu'à empêcher l'« idée » même de cette critique2.

Hors du contexte du roman, le mot novlangue est passé dans l'usage, pour désigner péjorativement un langage ou un vocabulaire destiné à déformer une réalité, ou certaines formes de jargon. Si le mot est au masculin dans la traduction française du roman par Amélie Audiberti, il est souvent employé au féminin (la novlangue) dans le langage courant.

Ainsi quand le traitée est diffusé, on l'oublie... alors on reprends le theme, sur ces aspects, avec la nouvelle vague
comme paroles établis par un shéma défini en trois mouvement...

Le lexique du novlangue est très réduit. La réduction du lexique à un minimum est un but en soi. Le novlangue vise à restreindre l'étendue de la pensée5. Le vocabulaire est réorganisé en trois classes A, B et C. Très peu de mots sont communs aux trois classes.

Le vocabulaire A ne contient que les termes nécessaires au travail et à la vie quotidienne : manger, boire, travailler, etc. Il est formé sur des mots anciens. L'univocité des termes empêche désormais tout usage littéraire, politique ou philosophique.
Le vocabulaire B contient les mots composés construits à des fins politiques. Il est formé par des nom-verbes et contient une foule de néologismes.
Le vocabulaire C est spécialisé. Il est entièrement composé par des termes scientifiques et techniques.

Ecrit de
TAY
La chouette effraie
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.atelier-yannistignard.com
yanis la chouette



Nombre de messages : 5980
Localisation : http://yanis.tignard.free.fr
Date d'inscription : 12/11/2005

MessageSujet: Re: le syndicats des Ânes, Le clans des mouettes et Y'becca   Mar 14 Fév à 3:07

du corps abîmé à l’écriture de l’abîme.

Zipper Fly Minceur javel Laver étroites Pieds Color Block épissage jeans pour hommes...
-----------------------------------------------------------------------------------

"Bohemian Rhapsody"

Depuis l'ile des nains, la flotte se prépare à force à débloquer le blocus... les nains
se vouent à une chance ultime, l'invisibilité de leur femmes peut être leurs plus grands
des atouts... dans la plus simple des tenues, elles devront se recouvrir d'une forme
huile de synthése afin de ne permettre aucune visibilité de leurs présences...
Leurs actions sera rapide... Mais cela ne pourrait suffire sans un acte du destin...

Zipper Fly Minceur, javel Laver étroites et Pieds Color Block sont le genre de fribouilles
qui aiment piller les richesses des Nains mais avec galanterie... Cette situation auquel
sont soumis le peuple des nains n'est pas bon pour leurs affaires et pour le morale
des flibustiers, des pirates et des mercenaires suisse qui composent leurs flottes
maritimes et ariennes...

"Les sartriennes sont elles prétes" demande Zipper Fly Minceur
"Ma flotte de dirigeables est prête" réponds un lieutenant de javel Laver étroites
"R.E.M. - Losing My Religion, mes démons..." s'écrient les hommes de Pieds Color Block

Alors la "Bohemian Rhapsody" élabore un plan et ils attaqueront les démons et
les orcs par les airs... Ainsi, le signal sera lancé aux nains et au Roi Galabrul de lancer
l'attaque des invisibles...

Une ombre aux allures bien sinistre apparait alors aux pirates et à l'armée de la
"Bohemian Rhapsody"...

"Nous te saluons, O reine..." chante alors Pieds Color Block.

Avec le spectre royal de Hathor la Lionne, Nephtys la douce laisse apparaitre
son caractère de combattante... Elle qui est si peu décrite dans son rôle de Femme,
de Reine et de Guerrière...

"Femmes et Hommes de la "Bohemian Rhapsody"..., je vous conjure de dresser
les marques brune, rouge, blanche, noire et arc en ciel de notre confrérie...
En ce jour premier, nous nous dressons en une armée réunie devant les scélérats
et nous allons délivrer ce peuple d’orfèvres, ces nains, enfants d'Anvers...
La Mort elle même nous accompagne de sa faux..."

La "Bohemian Rhapsody" dans un silence de peur et d'admiration, car Nephtys
dépose le spectre de Hathor tout en brandissant la Faux de la Grande faucheuse:

"Voilà ce que me dit La Mort: L’éthique, le spectre de la mort et la passion du signifiant;
À l’heure où le rapport du sujet à la pensée, à sa pensée intime, à ce qui fait de lui un
sujet humain, est menacé d’occultation, et face à l’intensité de l’existence,
comment la passion de ce même sujet peut-elle se situer, se projeter, s’exprimer ?
C'est avec votre coeur et dans ses espérances; "Bohemian Rhapsody"; je vous conjure
dans mes actes, je ne suis pas toujours Justice... Mais en ce jour, j'enfreins la règle
du destin... Quand leurs regards se porteront sur mon spectre et sur ma Faux... Alors,
l’essence et la matière d’une passion amicale se mélangeront dans leurs esprits avec
la relation de la parole au signifiant. les questions de la communion, de la vérité,
mais aussi de l’éternité et de la mort, seront convoquées. Alors le Destin vous
confondra envers ma personne et une porte souverainement s'ouvrirera pour vous
et l'Humanité... Celle d'une victoire incertaine et d'une défaite honorable à leurs yeux,
mais qui engendrera la colère du Père sur le Fils... De Mâl l'ensorceleur sur
Baal..."

Zipper Fly Minceur, javel Laver étroites et Pieds Color Block ainsi que tous les éléments
leve leurs glaives aux ciels et baissent les yeux devant les reines Nephys et Hathor...
Et ils prétent ce serment... avec leurs Opiorphines...

"Nous serons des chacals dans la mort et l’éternité, O Majesté... Ainsi que pour
La République..."

Seth Isräel le Prince des Capricornes, Fils de Adam le père de Bastet et d'Eve La nymphe
des mers, issus des larmes de Adam... Ne peut s’empêcher de s'écrier...

" J"ai deux frères à rejoindre dans les enfers, Cain et Abel ainsi que Bastet ma soeur
malgré le fait qu'elle soit fille de Lilith... la stigmatisation de la haine pour la force
de l'Espérance.Et je m'engage de protéger Lilith dans la victoire...
Je la placerai sous la protection de Rhadamente et de Bastet... En mémoire de mon ami,
Luciole ou le dit Prométhée..."

"C'est mon ami, pardonnez lui, Majesté..." s'interpose Pieds Color Block qui ne gifle pas
Seth Israël mais lui fait signe de rejoindre les rangs...

"Le Maléfique et Israël, les Deux Seth, voilà une nouvelle prophétie qui se réalise...
Les passions de la passion : du corps abîmé à l’écriture de l’abîme. le seul objet de
son désir, le passionné est prêt à tout pour en obtenir la possession.
les excès de la passion qui empêchent ceux qui s’y laissent prendre d’être sujet
de leur conduite. Une mystique de la Passion à un phénomène inédit. "Nous serons."
Quels autres tours la passion de la Passion peut-elle prendre ? Oui, la victoire sur
l'apocalyptique fin divine pour engendrer l’apothéose Naturel...
Oui, Je vois le TAY... Je vois le fleuve des serpents... La mort viendra vous saluer
chère compagnons des enfers..."

Un grand silence... La Reine vient d'annoncer une prophétie... elle est joyeuse
et cette prophétie regonfle l'assurance de La "Bohemian Rhapsody".

"Envoyer la Prophétie à travers les vents et les contrées... Je viens vous
chercher mon père et mes frères. Oui, Nephtys... Tu connais la douleur
que j'ai ressenti Le Deuil, Le Bannissement et la Douleur d'une famille
divisé et humble dans son rancœur... Je vous remercie de m'avoir accueillir
dans la "Bohemian Rhapsody."". rajoute Seth Israël dans les rangs et à haute voix
sous le regard de Pieds Color Block, fier d'avoir bien plus qu'un Capricone
mais d'avoir un frère et un ami au sein de son équipage.

"Lancer l'Attaque..." s'écrie alors un vent qui en a envie de découdre...
Et bien sur, ce vent est Yahvé, Allah, Dieu, L’Éternel qui retrouve vigueur
quand l'espérance l'emporte sur l'ignorance et l'Obscurantisme Sectaire...
Il est certes jaloux Yahvé mais il n'est pas possessif: Il sait entendre !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.atelier-yannistignard.com
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: le syndicats des Ânes, Le clans des mouettes et Y'becca   

Revenir en haut Aller en bas
 
le syndicats des Ânes, Le clans des mouettes et Y'becca
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Les travailleurs victimes de syndicats faibles
» Syndicats et entreprise
» Argent des syndicats : le rapport interdit du député Nicolas Perruchot est en ligne.
» Ségolène Royal : 400 000 euros de subvention aux syndicats
» Patronat & syndicats s'entendent sur la flexisécurité

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
La.cinquieme.République :: La.cinquieme.République-
Sauter vers: