La.cinquieme.République

De la politique pure et affaires étrangeres
 
AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  MembresMembres  GroupesGroupes  Connexion  

Partagez | 
 

 Toulouse,Le Laïc et Y'becca ou Sorcelleries Rose et Violette

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : 1, 2, 3  Suivant
AuteurMessage
yanis la chouette



Nombre de messages : 4284
Localisation : http://yanis.tignard.free.fr
Date d'inscription : 12/11/2005

MessageSujet: Toulouse,Le Laïc et Y'becca ou Sorcelleries Rose et Violette   Sam 15 Oct à 8:36

Des jeux, de la danse, du cinéma en plein air… le port Viguerie s’anime, samedi
15 octobre 2016 | Côté Toulouse

Samedi 15 octobre 2016, le quartier Saint-Cyprien à Toulouse s’anime. L’association Saint Cypr’ Quartier Libre organise une soirée en plein air, baptisée « Saint-Cyprien d’hier et de demain », au port Viguerie, Quai de l’Exil répubicain espagnol.
Un court métrage sur le quartier

Dès 17 h, le village associatif installé sur le quai proposera des jeux, un bal avec « Le petit orchestre de Saint-Cyprien », des initiations de danse Lindy hop, au forro et à la danse musette. Un apéro-concert avec les Ragg Moppers (jazz/swing) est prévu.

À 20 h 30 sera diffusé un court-métrage original Aux portes de Toulouse Saint-Cyprien, puis à 21 h aura lieu la projection du film Demain (2015), de Cyril Dion et Mélanie Laurent.

Découvrez la bande-annonce de Demain :

Infos pratiques :
Saint-Cyprien d’hier et de demain
Samedi 15 octobre, à partir de 17 h
Au port Viguerie, quai de l’Exil républicain espagnol
Entrée gratuite

http://otoulouse.net/…/des-jeux-de-la-danse-du-cinema-en-p…/

Festival antifasciste #5/ Conférence de la Horde
https://www.mapado.com/toulouse/festival-antifasciste-5-conference-de-la-horde

Toulouse l'Espagnole, l'édition 2016
http://www.toulouseblog.fr/actualite-32322-toulouse-espagnole-edition-2016-ce-samedi.html


Dernière édition par yanis la chouette le Sam 15 Oct à 10:09, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.atelier-yannistignard.com
yanis la chouette



Nombre de messages : 4284
Localisation : http://yanis.tignard.free.fr
Date d'inscription : 12/11/2005

MessageSujet: Re: Toulouse,Le Laïc et Y'becca ou Sorcelleries Rose et Violette   Sam 15 Oct à 8:44

Right Wing Politicians and Talk Show Hosts’ Murderous Talk
http://www.actingoutpolitics.com/max-ernst%E2%80%99s-%E2%80%98the-horde%E2%80%99-1927-provides-us-with-the-metaphoric-space-for-better-understanding-of-the-invasion-of-the-bushmerican-adolfics/

After all these Bushmerican years when people with a perverse taste for free speech tried heavily not to press too hard their tongue into the truth (to avoid accusation of helping terrorists), it is of no surprise to find the Obama presidency under the high- tech-weapon verbal attacks (somebody even said to the cheering crowd that Obama must die as a punishment for his attempts at health care reform). Clown Back, Crushon Vannity and Crush Bimbo have acquired the piloting skills of verbal crawling. One of them announced that he wants to kill Michael Moore but he is not sure he will do the job himself or hire a hit man. Another uttered that most of the liberals ought to be killed, except a couple of them on each college campus as a reminder about the evil “we saved our country from”. Hundreds and hundreds of right wing talk show hosts follow the banner of dirty and darty speech that targets the political opponents and all those who differ from them in their world view. Ultimately, their main target is the human culture as such that for several centuries has tried to induce in people the critical thinking. It is in these circumstances that President Obama became a victim of a hooliganic behavior during a speech to the joint session of American Congress – for the first time in the history of American politics a President was called a liar by a neo-con congressman screaming from the audience.

The murderous talk is successful – people without intellectual sophistication and refinement of the soul are happy to identify with the megalomaniacal and scapegoating messages: they want to be somebody, and because for them it means to dominate others – the glorification of their self-image and hate toward the humanistically educated people is for them the real path toward the feeling of being on top. This pleasure that they are ahead of humanistic education itself – that they are smart enough to understand life without taking college courses, makes them fixated on hate talk as a great liberator from social hierarchy.

The murderous talk is not just talk. What belongs to human tongue also belongs to the human muscle and fist. The blows follow the insults. Murderous talk is a psychological mobilization for murder, warming up before the criminal act. In Russia, loutish assault speech created a bloody and meaningless revolution. In Germany it created a Nazi transformation of political power into a genocidal one. But in Germany even before Nazification of public opinion it created a number of prestigious political assassinations. The same can easily happen in post-Bushmerican U.S. Words inflame guns. Guns inflame triggers. Triggers release bullets. Flying and killing bullets create an illusion of power in those who need to kill to feel that they exist.

Neo-conservative (post-democratic) talk show hosts and extremists among the GOP politicians are not getting tribune for self-expression and social influence through “free market” competition. They are showered with super-money by their mega-global-corporate sponsors who don’t need an educated population. Corporate decision-makers need people prone to react with shouting excitement on slogans of proud self-aggrandizement and glamorous hate. Incredible sums of money, unknown before in show-business and political lobbying, are spent to recruit cheep flattery to trigger joyous self-sacrificial hate of the desperate poor people without civilized channels for self-realization. This money is quite able to create a momentum for mutiny against democracy, like it happened in Germany.

By feeding the mass frustration and hate the super-rich make those who are pauperized their happy, poppy and tappy servants. The fascist movements are a sort of welfare rich roaches and crickets provide the poor for the sake of keeping their power intact from “anarchic and unjust ideological criticism”. They agree to provide the poor with social power in a condition that their dominant position will not be challenged (the liberal welfare option instead kept the ideological criticism of the top by the bottom open).

Fascism is a system that plays the populist card in a condition that the conservative rich will be recognized as the country’s natural leaders. It smartly contradicts itself – it is something like elite populism, where populist moment is sentimentalized and aggrandized to hide the fact (and to compensate for the fact) that the financial elite is gloriously in charge. It is very close to Soviet Communism (with a difference that the communists were interested more not in financial power but in direct – ideological-police power; they were more vampires, than flesh-greedy cannibals).

http://www.actingoutpolitics.com/?attachment_id=196#comment-295132

We see empty mouths screaming menaces and condemnations, empty eyes that see nothing, too much dangerous physical acting-out, and we hear a lot of noise, exactly like we hear today from the right wing indiscriminate propagandists. Ernst depicts aggression – the barbarity, primitivism of feeling and intellectual primordiality (retardation) as a function of losing the psychological balance and the existential proportion, as becoming an appendix to our (aggressive) impulses. In the painting not only particular monstrous creatures are disbalanced and maniacal – the behavior of their very group is obsessive and chaotic: exactly as we observe it in the monstrous passions of neo-conservative extremist agitators of hate and murder.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.atelier-yannistignard.com
yanis la chouette



Nombre de messages : 4284
Localisation : http://yanis.tignard.free.fr
Date d'inscription : 12/11/2005

MessageSujet: Re: Toulouse,Le Laïc et Y'becca ou Sorcelleries Rose et Violette   Sam 15 Oct à 8:49


Dublin : des militants Pegida chassés par la foule (vidéo)
10 février 2016 3 Imprimer ce billet Imprimer ce billet

De nombreuses associations (cf. ci-dessous) avait appelé à se mobiliser contre la tentative de militants d’extrême droite d’importer Pegida en Irlande samedi dernier. La contre-manifestation, joyeuse et festive, a rassemblé plusieurs centaines de personnes, et a contraint les racistes à prendre la fuite. Enjoy !

L’appel à la manif anti-Pegida (en anglais) :

On Saturday we are coming together to show the strength of community and of solidarity. To say no to Islamophobia.
Join together across communities for a peaceful demonstration against the Pegida’s Irish Branch.
Lets make no mistake Pegida are attempting to import a racist, fascist organising model into Ireland, now is the time we stand together with Muslims and say no.
Saturday is an opportunity to send a strong message that solidarity is stronger than hate. That Ireland is for all of the people who call it home.
Who Lives Here Belongs Here
Saturdays action is entirely peaceful.
There will be colour and noise.
There will be spoken word, music and of course some speeches.
Bring all the things you need for a community celebration. Bring banners and colour, bring warm clothes, bring something to drink, bring community and a smile. Bring your voice onto to our streets to say no to those wishing to organise on racist platforms. Next Saturday is a day for people, communities, groups and organisations committed to justice and equality to stand in solidarity not only people affected by Islamophobia but with all of the groups and there are many that suffer where fascists groups get a foothold.
The event is organised by a coalition of groups and individuals commited to anti-racist principles. Supporting Organisations Include (in alphabetical order) :
Anti Austerity Alliance, Akidwa Ireland, Africa Centre Dublin Ireland Anti Racism Network Ireland, Attac Ireland Autistic Rights Together, Communist Party of Ireland, Dialogue & Diversity, Dublin Calais Refugee Solidarity, Dublin City Centre Citizens Information Service,Doras Luimni EDeNn, éirígí, ENAR Ireland, Galway Anti Racism Network Gaza Action Ireland, Gluaiseacht for Global Justice Fighting for Humanity:HOMELESSNESS, Ireland Says Welcome, Irish Anti-War Movement, Ireland Palestine Solidarity Campaign (IPSC), Irish Housing Network, Irish Refugee Council, Irish Missionary Union-Conference of Religious in Ireland, National Traveller Womens Forum, No Fracking Ireland, Show Racism the Red Card – Ireland, SARI – Sport Against Racism Ireland SIPTU, Sinn Féin Ireland, The Platform, Pavee Point, People Before Profit Irish Traveller Movement, Migrant Rights Centre Ireland, ROSA – for Reproductive rights, against Oppression, Sexism and Austerity, Shannon Watch, United Against Racism, Workers’ Party of Ireland, Workers Solidarity Movement (Ireland)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.atelier-yannistignard.com
yanis la chouette



Nombre de messages : 4284
Localisation : http://yanis.tignard.free.fr
Date d'inscription : 12/11/2005

MessageSujet: Re: Toulouse,Le Laïc et Y'becca ou Sorcelleries Rose et Violette   Sam 15 Oct à 8:50

1943 : révolte de Sobibór
15 octobre 2013 0 Imprimer ce billet Imprimer ce billet
Quand :
14 octobre 2016 Journée entière
Pour mémoire
http://lahorde.samizdat.net/event/1943-revolte-de-sobibor/?instance_id=2107

plaqueLe 14 octobre 1943, une révolte éclate en Pologne dans le camp d’extermination de Sobibór : plus de 200 prisonniers juifs échappent à une mort programmée. Cet acte de résistance de la part de ceux que les nazis voulaient rayer de la surface de la terre n’a pas été pour eux un moyen de s’en sortir (la plupart ont été repris et n’ont pas survécu à la guerre), mais l’expression d’une dignité, d’une humanité dont leurs bourreaux voulaient les priver. L’évoquer est également pour nous l’occasion de rappeler ce qu’a été l’Aktion Reinhard, et de rendre hommage à ses victimes et à ses opposants, en particulier au sein de la communauté juive.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.atelier-yannistignard.com
yanis la chouette



Nombre de messages : 4284
Localisation : http://yanis.tignard.free.fr
Date d'inscription : 12/11/2005

MessageSujet: Re: Toulouse,Le Laïc et Y'becca ou Sorcelleries Rose et Violette   Sam 15 Oct à 9:05

Chambly est une commune française située dans le département de l'Oise, en région Hauts-de-France. Elle forme avec cinq communes voisines l'unité urbaine de Persan - Beaumont-sur-Oise.

Ses habitants sont appelés les Camblysiens.

Sommaire

1 Géographie
1.1 Localisation
1.2 Morphologie urbaine
2 Toponymie
3 Histoire
3.1 Une des plus anciennes villes de France
3.2 Chambly se construit
3.3 L'Entre-deux-guerres
4 Politique et administration
4.1 Tendances politiques et résultats
4.2 Liste des maires
4.3 Sécurité
4.4 Jumelages
5 Population et société
5.1 Évolution démographique
5.2 Pyramide des âges
5.3 Enseignement
5.4 Chambly, ville internet par excellence
5.5 Sports
6 Lieux et monuments
6.1 Monuments historiques
6.2 Autres éléments du patrimoine
6.3 La fête du Bois Hourdy
7 Personnalités liées à la commune
8 Voir aussi
8.1 Bibliographie
8.2 Articles connexes
8.3 Liens externes
9 Notes et références
9.1 Notes
9.2 Références

Géographie
Localisation

Chambly est une ville de l'Oise située à environ 40 kilomètres au nord de Paris et environ 35 kilomètres de Beauvais. Sa situation géographique, limitrophe au Val-d'Oise, lui vaut sa dénomination des « Portes de l'Oise ».

La ville est desservie par la sortie 12 de l'autoroute A16 et la RN1 (désormais renumérotée RD 1001), ainsi que par la gare de Chambly.

Elle se trouve dans la vallée d'un affluent de l'Oise, l'Esches, et est également traversée par un ruisseau, le Coisnon.
Morphologie urbaine
La place Charles-de-Gaulle, au cœur de Chambly.

Les hameaux d'Amblaincourt (à l'est) et du Mesnil-Saint-Martin (au nord) font partie de Chambly.

La ville est constituée de sept parties distinctes, dont deux quartiers constitués de logements sociaux :

Le Potel se situe au nord de la ville.
Vient ensuite au nord-ouest la Marnière', quartier constitué essentiellement de lotissements de moins de trois étages et de petits pavillons collectifs accolés formant de petits cercles.
Le quartier résidentiel Le Clos de la rivière, construit en 1996, est le plus récent de la ville et se trouve à l'extrême ouest de la ville. Il est bordé par l'autoroute et par la Z.I. des Pointes. Il comprend un stade de football qui relie la Marnière au Clos de la rivière, ainsi que la nouvelle caserne des pompiers.
À l'est, se trouve le Moulin Neuf, construit à proximité de l'atelier SNCF. C'est une cité cheminote construite après la Première Guerre mondiale et étendue après la Seconde Guerre mondiale pour se raccrocher à la ville et devenir la partie la plus habitée de Chambly. Ce quartier n'est composé que de pavillons et on y retrouve un stade de football de l'ancien club sportif des cheminots, aujourd'hui utilisé par l'équipe municipale.
Le centre ville est la plus ancienne partie de la ville, avec les anciennes petites rues bordant l'Esches et le Coisnon, les deux cours d'eau traversant la ville. On y trouve la mairie, l'église, la grande place et plusieurs petits commerces : banques, supermarché, boulangerie, bars-tabacs, librairie, restaurants, etc.
Le centre historique de Chambly a été totalement refait, ainsi que la partie qui va de l'église à la mairie, qui est intégralement piétonne. Les trottoirs qui bordent les rives des deux cours d'eau ont été refaits ainsi qu'une agréable promenade dans l'ancienne Chambly, totalement rénovée en 2004.
Au sud se trouve le second ensemble HLM de la ville, le Pré-de-Meneville. Les bâtiments y sont moins hauts qu'au Potel mais forment des sortes de petites barres. Les habitants travaillent souvent à Paris ou dans la banlieue du fait de la proximité de la gare et des accès à l'autoroute A16 plus facile qu'au nord. Les deux quartiers HLM, le Potel et le Pré-de-Meneville se font face à chaque extrémité la ville.
La ville possède l'une des plus grandes zones commerciales de l'Oise, Les Portes de l'Oise, à l'extrême sud de la commune, reliant ainsi le Val-d'Oise et l'Oise. Elle est composée d'un des plus grands centres E.Leclerc de France ainsi que de nombreuses autres enseignes. Ce secteur de la commune est le second quartier le plus récent de la ville, mais ne compte aucune habitation. Il est séparé de la ville proprement dite par la voie ferrée. La zone commerciale est toujours en cours d'extension.
L'ancienne zone commerciale, située entre le Pré-de-Meneville et le Moulin Neuf, à proximité de la nouvelle zone commerciale, est aujourd'hui en cours de transformation pour accueillir un complexe culturel regroupant des salles de cinéma, une salle de spectacle, un bowling, une Maison des Loisirs comprenant un centre de fitness et de remise en forme, des parkings, etc.
La partie la plus récente de la ville a été achevée en 2004 avec l'ouverture d'un nouveau collège (collège Jacques-Prévert) et d'un gymnase (gymnase Daniel-Costantini) construit sur d'anciennes terres agricoles près du Potel, et enfin l'inauguration d'une piscine (piscine Aquathelle) début 2008.
Derrière ces nouvelles enceintes, un nouveau quartier est en cours de réalisation, avec une quarantaine de pavillons comprenant jardin individuel et places de parking. La création de ce quartier entre dans la stratégie de renforcement de la mixité sociale définie par la municipalité, dans le but d'éviter la ghettoisation de certains quartiers de la ville du fait de sa proximité d'avec la banlieue parisienne.

Toponymie
Cette section est vide, insuffisamment détaillée ou incomplète. Votre aide est la bienvenue !
Histoire
Une des plus anciennes villes de France

Dès le VIe siècle, on trouve la trace de Chambly dans l'administration mérovingienne. Son territoire s'étend de Méru à Ully-Saint-Georges, Viarmes, L'Isle-Adam et Nesles-la-Vallée. Au IXe siècle, les massacres des Normands qui remontent l'Oise désorganisent la région et l'administration carolingienne. Au Moyen Âge, Chambly est une terre agricole et industrielle qui porte le nom de Hauberger. On y construit des hauberts, cuirasses et cottes de maille.

Chambly, alors possédée par les comtes de Beaumont, devient entre leurs mains une forteresse considérable et ose même résister à l'autorité royale. La ville est assiégée en 1103 par le fils du roi de France, le futur Louis VI le Gros. Une tempête frappe les assiégeants, la foudre semant la terreur dans leurs rangs, puis incendie le camp1. Le château résista pour cette fois au siège.
Chambly se construit

En 1248, Saint-Louis rend visite à son Chambellan Pierre III de Chambly. Celui-ci avait sauvé la vie de son suzerain en le protégeant de son corps d'un coup d'épée qui lui était destiné. La tradition rapporte que la mère du roi étant malade (Blanche de Castille), celui-ci fait le vœu d'accorder la construction d'une église à Chambly si elle échappe à la mort. La reine guérit et Saint-Louis finance la construction de l'église Notre-Dame.

À la veille de la guerre de Cent Ans, Chambly est désignée sous le nom de « Fief des mares » et comprend 41 feux. Durant la guerre, les habitants de Chambly (alors sous domination anglaise) sont obligés de prendre part aux massacres de la Jacquerie. En 1417, le duc de Bourgogne qui veut riposter contre Beaumont, décide d'établir son quartier général à Chambly. Plus tard, Henri IV installera également son quartier général dans la cité à deux reprises. Il ne reste aujourd'hui aucune trace de ces faits d'armes et des fortifications. Au cours du XVIIIe siècle, un grand feu allumé pour fêter la convalescence de Louis XV détruisit la plus grande partie des habitations.

Le prince François-Louis de Bourbon acquiert la seigneurie de Chambly le 20 juin 1701. En 1790, un décret de l'assemblée législative ordonne la division de la France en 83 départements. Chambly qui aurait dû se retrouver en Seine-et-Oise est finalement rattachée à l'Oise, peut-être en raison d'une ancienne rivalité avec Beaumont-sur-Oise. À cette époque, Chambly compte 281 foyers, soit 1 371 habitants. la ville est alors dotée de sept moulins sur les bords de l'Esches.
L'Entre-deux-guerres
Le bâtiment principal de l'établissement industriel voie SNCF de Chambly.
Article détaillé : Les ateliers de Moulin Neuf.

Après la Première Guerre mondiale, la France doit se reconstruire. Les besoins sont importants notamment pour les installations ferroviaires. Le chantier du Moulin neuf est construit. Les ateliers, devenus propriété de la SNCF après la nationalisation des anciennes compagnies, seront complétés par des cités pour les cheminots qui donnèrent au pays et au commerce local un développement et une activité florissants.

Sécurité

Chambly n'est plus chef-lieu de canton mais est néanmoins dotée d'une gendarmerie et d'une police municipale.
Jumelages

Drapeau de l'Italie Acate (Italie) ;
Drapeau du Canada Chambly (Québec) (Canada).

Population et société
Évolution démographique

En 2013, la commune comptait 9 817 habitants. L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir du XXIe siècle, les recensements réels des communes de moins de 10 000 habitants ont lieu tous les cinq ans, contrairement aux autres communes qui ont une enquête par sondage chaque annéeNote 1,Note 2.
Évolution de la population [modifier] 1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
1 371 1 274 1 284 1 333 1 413 1 307 1 321 1 328 1 331
Évolution de la population [modifier], suite (1) 1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
1 380 1 424 1 471 1 426 1 513 1 531 1 586 1 636 1 718
Évolution de la population [modifier], suite (2) 1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
1 738 1 835 1 882 2 853 3 057 3 325 3 490 3 549 4 248
Évolution de la population [modifier], suite (3) 1962 1968 1975 1982 1990 1999 2005 2008 2010
5 331 5 614 6 119 6 105 7 140 9 138 9 216 9 351 9 438
Évolution de la population [modifier], suite (4) 2013 - - - - - - - -
9 817 - - - - - - - -
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 19993 puis Insee à partir de 20044.)
Histogramme de l'évolution démographique
Pyramide des âges

La population de la commune est relativement jeune. Le taux de personnes d'un âge supérieur à 60 ans (16,2 %) est en effet inférieur au taux national (21,6 %) et au taux départemental (17,5 %). À l'instar des répartitions nationale et départementale, la population féminine de la commune est supérieure à la population masculine. Le taux (51,8 %) est du même ordre de grandeur que le taux national (51,6 %).

La répartition de la population de la commune par tranches d'âge est, en 2007, la suivante :

48,2 % d’hommes (0 à 14 ans = 22,3 %, 15 à 29 ans = 21,8 %, 30 à 44 ans = 23,2 %, 45 à 59 ans = 19,3 %, plus de 60 ans = 13,4 %) ;
51,8 % de femmes (0 à 14 ans = 18,6 %, 15 à 29 ans = 21,4 %, 30 à 44 ans = 22,4 %, 45 à 59 ans = 18,7 %, plus de 60 ans = 18,9 %).

Pyramide des âges à Chambly en 2007 en pourcentage5 Hommes Classe d’âge Femmes
0,3
90 ans ou +
0,8
4,3
75 à 89 ans
7,4
8,8
60 à 74 ans
10,7
19,3
45 à 59 ans
18,7
23,2
30 à 44 ans
22,4
21,8
15 à 29 ans
21,4
22,3
0 à 14 ans
18,6
Pyramide des âges du département de l'Oise en 2007 en pourcentage6 Hommes Classe d’âge Femmes
0,2
90 ans ou +
0,8
4,5
75 à 89 ans
7,1
11,0
60 à 74 ans
11,5
21,1
45 à 59 ans
20,7
22,0
30 à 44 ans
21,6
20,0
15 à 29 ans
18,5
21,3
0 à 14 ans
19,9
Enseignement
Cette section est vide, insuffisamment détaillée ou incomplète. Votre aide est la bienvenue !

Chambly est dotée de trois écoles maternelles, de quatre écoles élémentaires et d'un collège regroupant les enfants de plusieurs petites communes alentour. La ville comprend deux bibliothèques ainsi qu'une ludothèque récente.
Chambly, ville internet par excellence

La ville a reçu officiellement la plus haute récompense accessible par le concours Villes Internet 2007 : la remise de cinq arobases (@@@@@) sur un maximum de cinq possibles. Chambly fait donc partie des quatorze communes de France ayant atteint la plus haute distinction et confirme son statut de ville la plus numérique de Picardie (Beauvais a obtenu quatre @ et Compiègne trois @).
Sports

Le club de Horse-ball de Chambly détient 5 titres de champion de France, dont 4 consécutif entre 2005 et 2008. Le club a aussi remporté les 2 premières Coupes d'Europe des Clubs Champions en 2007 et 2008.

Le club de badminton de Chambly évolue actuellement en division élite, intitulée Top 12 (12 meilleures équipes de France). Le club est vice-champion de France en 2012 et en 2013, avant d'être sacré champion de France en 2014, 2015 et 2016. Il se classe également à la troisième place du championnats d'Europe des club 2013 et 2015, et à la deuxième place en 2014 et 2016. Le club est organisateur des éditions 2013 et 2014, la compétition s'est déroulée en 2013 à l'Elispace de Beauvais et en 2014 au Coliseum d'Amiens.

Il existe 2 clubs de football à Chambly. Le FC Chambly, dont l'équipe fanion fini la saison 2013-2014 premier du groupe A de CFA et accède en National7, est rattaché à la Ligue de Picardie de football tandis que le CO Chambly évolue au sein de la Ligue de Paris.

Lieux et monuments
Nef, vue vers l'est.
Pavillon Conti.


Monuments historiques
Article détaillé : Église Notre-Dame de Chambly.

L'église Notre-Dame a été classée monument historique par liste de 18628. Selon la tradition, l'impulsion pour sa construction a été donnée par saint Louis, quand il séjourna dans la ville en 1248. Le chantier n'est apparemment pas lancé tout de suite, mais vers 1260 seulement. Il commence par le chœur, et se termine par la nef vers 1280 environ. Le chœur et ses chapelles adoptent un parti conservateur pour l'époque et affichent un style gothique rayonnant à son apogée, comme au moment de la construction de la Sainte-Chapelle, mais les fenêtres du transept et de la nef indiquent le style rayonnant tardif. En même temps la belle homogénéité de l'ensemble de l'église, la cohérence du plan et l'absence de marques d'interruption des travaux indiquent une progression rapide du chantier, et permettent de conclure à un achèvement vers 1280 environ. Avec une longueur de 53 m et une largeur de 20 m, l'église de Chambly représente l'une des principales réalisations rayonnantes de la région. L'édifice séduit par la clarté de sa conception, sa régularité, son élégance sévère et ses justes proportions. Son plan n'est pas original, mais ne se répète sur aucune autre église rayonnante de la région, et son abside se caractérise par la multiplication des fûts de faible diamètre entre les fenêtres, qui présentent des réseaux rayonnants sans scansion horizontale. L'ascension vers les hauteurs est suggérée comme toujours à la période rayonnante, mais l'on note toutefois le renoncement à certains procédés courants à l'époque, tels que les arcatures plaquées sur les soubassements des fenêtres, et le triforium. Mais dans son ensemble, l'église Notre-Dame est une œuvre de qualité, et la reconnaissance de sa valeur artistique a motivé un classement assez précoce, et une restauration complexe au dernier tiers du XIXe siècle notamment. Depuis la Révolution française, l'église Notre-Dame est l'unique église paroissiale de Chambly. Elle est aujourd'hui au centre d'une grande paroisse regroupant quatorze villes et villages, et accueille des célébrations eucharistiques chaque dimanche.
La chapelle Saint-Aubin, 28 rue de Saint-Aubin, est de style roman et a été inscrite monument historique par arrêté du 14 mai 19279.
Le pavillon Conti, rue Lapomarède, est un petit château du XVIIIe siècle. Avec son parc, il a été inscrit monument historique par arrêté du 22 septembre 195210. À la suite de son rachat par la ville, le pavillon a été aménagé en centre de loisirs.
La cave du XIVe siècle d'un immeuble, 3 rue de la Chevalerie, a été inscrite monument historique par arrêté du 16 septembre 194911.
Le site archéologique au lieu-dit le Marais (partiellement situé sur la commune de Belle-Église), contient les vestiges d'un habitat et d'un moulin à eau carolingiens, ainsi que les vestiges d'une villa gallo-romaine occupée du Ier siècle au IVe siècle. Le site a été inscrit monument historique par arrêté du 16 septembre 194912.

Autres éléments du patrimoine
Cette section est vide, insuffisamment détaillée ou incomplète. Votre aide est la bienvenue !

Chapelle Saint-Robert.
Château du XIXe siècle au hameau d'Amblaincourt.
Place du Parterre (SC).
Site archéologique de la Fosse aux Moines, contenant des vestiges du Néolithique ancien associés au groupe de Villeneuve-Saint-Germain.
Le Moulin Deligne est un moulin initialement à eau sur l'Esches, toujours en fonctionnement et qui produit annuellement 70 000 tonnes de farine, créé depuis plus de 500 ans. Il faisait partie de l’ancienne paroisse Saint-Martin de Chambly en 1629.
Le moulin a fait l'objet de transformations importantes en 1839 par M. Compagnon qui a fait réaliser une dérivation de la rivière pour en augmenter la puissance et rehaussé le bâtiment de deux étages. En 1920, Honoré Deligne, forestier et brasseur dans le Nord, a racheté le moulin et installé des appareils à cylindres et des « plansichters » qui ont permis une production de 10 quintaux par jour. Le moulin a été électrifié dans les années 1930 et la déviation de l'Esches comblée. Il produit depuis 1973 également des farines de meules, biologiques, de seigle... Le moulin appartient aux Grands Moulins de Strasbourg (troisième groupe français de meunerie) depuis 2004 et emploie en 2014 près de 35 personnes, plus une vingtaine au sein de la société de transport «Transport Meunerie Service» (TMS)13.

La fête du Bois Hourdy

La fête du Bois-Hourdy remonte à la venue de saint Louis à Chambly en 1248. On raconte que la coutume des Brandons à travers champs, s'est transformée à l'occasion de la visite royale, en un monumental feu de joie, tel qu'on le voit encore aujourd'hui à Chambly. C'était l'usage établi de fêter ainsi dans chaque ville du royaume le passage du souverain.

La coutume des Brandons : aussi loin que l'on puisse remonter, le paysans conservaient cette bizarre coutume d'aller la nuit, armés de brandons ou de torche de paille allumées autour d'un long bâton, parcourir leur vergers ou leurs champs en apostrophant les arbres, les uns après les autres, leur ordonnant de produire en les menaçant, s'ils ne fructifiaient pas dans l'année, de les couper par le pied et de les brûler.

Toute la ville est en effervescence durant une semaine entière, du Mardi gras au premier dimanche de carême. Dès le début de la fête, les habitants plantent un arbre sur la place du marché pour l'embraser le dimanche soir sous un grand feu d'artifice. Des jeunes gens costumés, à cheval, parcourent les rues de la ville. Puis, des chars d'associations forment un défilé et à la fin du cortège se situe un char portant une déesse entourée de ses dauphines et des demoiselles d'honneur.

À proximité de l'arbre, le Caremprenant, est construit en paille, de manière à imiter le plus possible une silhouette humaine. On lui met une pipe entre les dents, un faux col, des manchettes en carton blanc, un semblant de manteau, bref, tout ce qu'on peut imaginer de cocasse ou de pittoresque. Les enfants, portant des masques, mènent une ronde autour, en chantant au son de la musique.
Personnalités liées à la commune

Honoré de Balzac publiera en 1825 son œuvre Wann-Chlore, dans laquelle Chambly est un des lieux du roman et est citée de nombreuses fois.
Saint-Louis (Louis IX).
Corinne Marchand (actrice et chanteuse) y réside.

Voir aussi

Sur les autres projets Wikimedia :

Chambly (Oise), sur Wikimedia Commons Chambly, sur le Wiktionnaire

Bibliographie

Louis Graves, Précis statistique sur le canton de Neuilly-en-Thelle, arrondissement de Senlis (Oise), Beauvais, Achille Desjardins, 1842, 144 p. (lire en ligne), p. 49-68

Articles connexes

Église Notre-Dame de Chambly
Gare de Chambly
Liste des communes de l'Oise

Liens externes

Site de la mairie
Chambly sur le site de l'Institut géographique national
Chambly sur le site de l'Insee

Notes et références
Notes

↑ Au début du XXIe siècle, les modalités de recensement ont été modifiées par la loi no 2002-276 du 27 février 2002 [archive], dite « loi de démocratie de proximité » relative à la démocratie de proximité et notamment le titre V « des opérations de recensement », afin de permettre, après une période transitoire courant de 2004 à 2008, la publication annuelle de la population légale des différentes circonscriptions administratives françaises. Pour les communes dont la population est supérieure à 10 000 habitants, une enquête par sondage est effectuée chaque année, la totalité du territoire de ces communes est prise en compte au terme de la même période de cinq ans. La première population légale postérieure à celle de 1999 et s’inscrivant dans ce nouveau dispositif est entrée en vigueur au 1er janvier 2009 et correspond au recensement de l’année 2006.
↑ Dans le tableau des recensements et le graphique, par convention dans Wikipédia, le principe a été retenu, pour les populations légales postérieures à 1999 de n’afficher dans le tableau des recensements et le graphique que les populations correspondant à l'année 2006, première population légale publiée calculée conformément aux concepts définis dans le décret no 2003-485 du 5 juin 2003, et les années correspondant à une enquête exhaustive de recensement pour les communes de moins de 10 000 habitants, et aux années 2006, 2011, 2016, etc. pour les communes de plus de 10 000 habitants, ainsi que la dernière population légale publiée par l’Insee pour l'ensemble des communes.

Références

↑ Jean-Pierre Leguay, Les catastrophes au Moyen Âge, Paris : J.-P. Gisserot, 2005, collection « Les classiques Gisserot de l'histoire », 224 p., ISBN 2-87747-792-4., p. 28.
↑ a et b Philippe Delattre, « Installé vendredi soir, le maire David Lazarus a décidé de ne créer que sept postes d’adjoints, contre huit auparavant. Une décision qui a fait l’unanimité », L'Écho du Thelle, no 524,‎ 9 avril 2014, p. 15
↑ Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui [archive] sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
↑ Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2005 [archive], 2008 [archive], 2010 [archive], 2013 [archive].
↑ « Évolution et structure de la population à Chambly en 2007 » [archive], sur le site de l'Insee [archive] (consulté le 13 novembre 2010)
↑ « Résultats du recensement de la population de l'Oise en 2007 » [archive], sur le site de l'Insee [archive] (consulté le 13 novembre 2010)
↑ Alexandre Chochois, « Chambly : La FFF donne son accord pour le stade » [archive], sur foot-national.com (consulté le 2 juin 2014)
↑ « Église Notre-Dame » [archive], base Mérimée, ministère français de la Culture.
↑ « Chapelle Saint-Aubin » [archive], base Mérimée, ministère français de la Culture.
↑ « Pavillon Conti » [archive], base Mérimée, ministère français de la Culture.
↑ « Cave » [archive], base Mérimée, ministère français de la Culture.
↑ « Site archéologique » [archive], base Mérimée, ministère français de la Culture.
↑ Philippe Delattre, « Deligne produit 70 000 T de farine par an : « Meunier tu dors » est une expression qui ne s’applique pas à l’ancestral Moulin Deligne de Chambly qui fonctionne en 3/8 entre 6 et 7 jours par semaine », L'Echo du Thelle, no 530,‎ 21 mai 2014, p. 15


[afficher]
v · m
Communauté de communes du Pays de Thelle
[afficher]
v · m
Les plus grandes villes de Picardie
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.atelier-yannistignard.com
yanis la chouette



Nombre de messages : 4284
Localisation : http://yanis.tignard.free.fr
Date d'inscription : 12/11/2005

MessageSujet: Re: Toulouse,Le Laïc et Y'becca ou Sorcelleries Rose et Violette   Sam 15 Oct à 9:32

TOULOUSE
Soirée cinéma dédiée au centenaire du génocide des Arméniens

Franck Lubet, directeur de la programmation de la Cinémathèque de Toulouse, accompagné des réalisateurs Robert Guédiguian et Arnaud Khayadjanian.

Samedi 26 septembre 2015. Alors que continuent de se dérouler dans le monde entier les événements commémoratifs du génocide des Arméniens, la ville de Toulouse accueille en son centre historique une projection d’œuvres cinématographiques nous transportant des terres ottomanes de 1915 à la cosmopolite Marseille de la fin du 20e siècle.

La soirée débute à la Cinémathèque par la projection de courts-métrages d’animation, suivis d’un documentaire.

La diaspora arménienne nous mène en Argentine où Pablo Gostanian commémore le centenaire du génocide en nous offrant un film animé et muet, 100 years Armenian genocide, dénonçant par des croquis graphiques et sombres la réalité d’un crime restant impuni.

Notre voyage continue jusqu’en France, pays d’accueil de Serge Avédikian, auteur du second court-métrage Chienne d’histoire. C’est à travers une métaphore poignante que le réalisateur raconte comment le gouvernement Jeunes-Turcs en est arrivé à planifier les déportations et massacres de 1915.

Restons en France, pays de naissance d’Arnaud Khayadjanian, descendant de survivants du génocide. Comme beaucoup de jeunes Français héritiers de la culture arménienne, Arnaud Khayadjanian entreprend un voyage en Turquie actuelle afin de retrouver les traces de ces ancêtres. Se plaçant tour à tour dans la peau de l’acteur principal et du réalisateur, le jeune cinéaste fait de son documentaire, Les chemins arides, un hymne à la découverte du passé et à la consolidation de la mémoire.

Une fois l’écran redevenu noir, Arnaud Khayadjanian, présent à la projection, est rejoint sur scène par le réalisateur Robert Guédiguian.
JPEG - 207.9 ko

Virginie Houadec, conseillère régionale Midi-Pyrénées, Franck Loiret, directeur délégué de la Cinémathèque de Toulouse et Stéphane Kojayan, président de l’Amicale des Arméniens de Toulouse.

Après un échange enrichissant, réalisateurs, organisateurs et la centaine de spectateurs descendent dans le hall de la cinémathèque où les attend un buffet aux saveurs arméniennes concocté le matin même par les bénévoles de l’Amicale des Arméniens de Toulouse.

Loin de s’achever, la soirée déplace ses convives de quelques rues, vers le Cinéma ABC. Là est diffusée en avant-première la nouvelle œuvre du cinéaste français d’origine arménienne, Robert Guédiguian. Une histoire de fou raconte le génocide sans jamais le dessiner. De Berlin à Marseille et jusqu’au Liban, le film traverse les époques et nous présente l’héritage que portent en elles les générations nées de la diaspora arménienne.
JPEG - 147.1 ko

Le réalisateur Robert Guédiguian, venu présenter son film Une histoire de fou.

Chanceux de pouvoir encore une fois converser avec le réalisateur, le public se laisse éclairer, surprendre et entraîner par la réflexion de l’auteur.

Organisatrice de la soirée, l’Amicale des Arméniens de Toulouse Midi-Pyrénées, remercie chaleureusement, la Cinémathèque et le Cinéma ABC pour avoir offert à un public enthousiaste une soirée riche en impressions et émotions.
posté le 1er octobre 2015 par Claire/armenews

Eva Gabrielian - Crédit photos : Hripsimé Nahapetyan

THEMES ABORDES : Article complet reservé aux abonnés Culture Toulouse

Reagissez a cet article !


TOULOUSE
Inauguration d’un Centre culturel franco-arménien

Vendredi 18 septembre a eu lieu l’inauguration du Centre Culturel Franco-Arménien de Toulouse, par le Maire de la Ville de Toulouse, Jean-Luc Moudenc, et le président de l’Amicale des Arméniens de Toulouse Midi-Pyrénées, Stéphane Kojayan, en présence de l’Ambassadeur d’Arménie en France, Viguen Tchitetchian, du président du conseil départemental de la Haute-Garonne, Georges Méric, ainsi que des élus et représentants des autorités publiques.
JPEG - 9.9 Mo

Le bâtiment étant mis à disposition par la Ville, après d’importants travaux de rénovation, c’est Jean-Luc Moudenc qui invitait, aux côtés du Président de l’Association, Stéphane Kojayan.
JPEG - 6.5 Mo

L’équipement du Centre Culturel a été réalisé grâce au soutien du Conseil départemental, du Conseil Régional, du sénateur Jean-Pierre Plancade et de la députée Catherine Lemorton, ainsi que le Fonds Arménien de France et les ressources propres de l’Amicale.
JPEG - 7 Mo

En signe de témoignage de leur attachement à cet outil aussi bien d’intégration républicaine et de préservation de l’âme arménienne auprès des générations actuelles et futures, bons nombre de conseillers municipaux et généraux étaient présents à cette manifestation, ainsi que les principaux partenaires : Maison des Droits et des Jeunes, cinémathèque de Toulouse, cinéma ABC, Œuvre d’Orient, Mémorial de la Shoah, Cabinet Mialet...
JPEG - 5.1 Mo

A l’issue des discours qui ont suivi le dévoilement de la plaque inaugurale et de la visite des locaux, le Père Dertad Bazikyan a adressé une prière à la mémoire de tous les dirigeants de l’Amicale avec une pensée spéciale pour le Président d’Honneur, disparu récemment, Vania Zadeh-Roustmian, avant que Gérard Karagozian, ne dévoile la vie de l’association via un diaporama.
JPEG - 5 Mo

L’apéritif dinatoire arménien qui s’en suivit, avec un succulent Khorovaz typiquement arménien, a permis de clôturer cette cérémonie dans une ambiance festive dédiée au 24e anniversaire de l’indépendance de l’Arménie.

Un succès rendu possible grâce à la mobilisation de tous les bénévoles, avant, pendant et après... avec le nettoyage intégral des lieux pour permettre le bon déroulement des cours, le lendemain matin, avant d’inaugurer l’exposition « Le génocide des Arméniens » de l’association ARAM, dans la cours du Conseil départemental de la Haute-Garonne.
posté le 23 septembre 2015 par Claire/armenews

Photos : ARAM Productions.

THEMES ABORDES : Article complet reservé aux abonnés Toulouse

Reagissez a cet article !



Et aussi...

TOULOUSE
Inauguration du Centre culturel franco-arménien
posté le 15 septembre 2015

TOULOUSE
Exposition Le génocide des Arméniens
posté le 15 septembre 2015

Toulouse
Pinar Selek : « Témoigner est une responsabilité »
posté le 29 mai 2015

Mobilisation sans précédent
Le 24 avril à Toulouse
posté le 27 avril 2015

Toulouse
Conférence réussie de Claude Mutafian
posté le 22 avril 2015

Toulouse
Premier concert de la tournée Luys i luso de Tigran Hamasyan
posté le 20 avril 2015

Musique jazz
Ce soir, Tigran Hamasyan en concert à Toulouse
posté le 18 avril 2015

Cinéma
Interview : le réalisateur Hakob Melkonian raconte sa grand-mère
posté le 8 avril 2015

Toulouse
Concert pour l’enfance de France et d’Arménie en difficulté
posté le 1er décembre 2014

20/01
La vie cultuelle arménienne à Toulouse
posté le 3 janvier 2013

Toulouse
Rencontre avec l’écrivain Anouche Kunth ce soir
posté le 4 février 2011

-----------------------------------------------------

En 200, le Roi Séleucide, Antiochos III Mégas (223-187) décida d'envahir l'Arménie et il battit Orontès IV qui était déjà soumis à sa vassalité. Puis Antiochos III scinda le pays en deux petits royaumes, de chaque coté de l'Euphrate : La Petite Arménie ou Sophène à l'Ouest le long de la rive droite (Cilicie) et la Grande Arménie à l'Est sur la rive gauche. Pour diriger ces territoires il choisit deux de ses Généraux : Artaxias (ou Artašēs ou Artaxes ou Artashes), un Arménien d'origine noble qu'il nomma Gouverneur (Stratēgós) de la Grande Arménie, et Zariadrès (ou Zareh ou Zariadres ou Zariadris) comme Gouverneur de la Petite Arménie Sophène. En 190, Antiochos III fut battu par les Romains à la bataille de Magnésie du Sipyle. Suite à cette défaite il fut contraint en 188 d'accepter le Traité d'Apamée qui vit la réorganisation de tous les territoires Séleucides. Antiochos III ne put plus intervenir au Nord du Taurus, créant ainsi un vide politique que remplirent immédiatement de nouveaux petits royaumes indépendants. Profitant de la situation, ses Généraux, Artaxias et Zariadrès, déjà Gouverneur (Stratēgós) de leur pays, avec le consentement Romain, déclarèrent leur indépendance et se proclamèrent Roi de leur territoire réciproque. Les nouveaux souverains débutèrent un programme d’expansion qui atteignit son apogée cent ans plus tard. Un sommaire de leurs acquisitions est fourni par le géographe Grec, Strabon (v.63 av.J.C-v.23 ap.J.C). Zariadrès (ou Zareh ou Zariadres ou Zariadris), Roi de Sophène, entama la conquête de l’Acilisène et du pays autour de l’Anti-Taurus, qui s'arrêtera en 169. Les dates de règne des Rois Artaxiades d'Arménie sont bien souvent incertaines, ainsi que le nombre exact de Rois ayant porté le nom Artavazde.


Représentation d'Artaxias I



L'histoire.....


Artaxias I (ou Artašēs ou Artaxes ou Artashes, en Arménien : Արտաշես Առաջին, 190/189 à 160 ou 190 à 159) était un Général Arménien d'origine noble, sûrement Orontide, bien qu'il n'y ait aucune preuve de ses liens avec cette famille si ce n'est des inscriptions en Araméen découvertes dans la région de Syunik (ou Siunik ou Siwnik ou Syunig ou Siounie) qui le disent fils d'un Zariadrès de la dynastie Orontide. Il s'était mis au service du Roi Séleucide, Antiochos III Mégas (223-187). Après la conquête de ce dernier de l'Arménie en 201/200 et la division du pays en deux petits royaumes, il confia un de ceux-ci, la Grande Arménie, à Artaxias qu'il nomma Gouverneur (Stratēgós). Après sa défaite face aux Romains en 190 et la signature du Traité d'Apamée, en 188, Antiochos III ne put plus intervenir au Nord du Taurus. Profitant de la situation ses deux Généraux/Gouverneurs des deux Arménie, avec le consentement Romain, proclamèrent leur indépendance et se déclarèrent Roi. Artaxias fut le premier souverain de ce que l'on nomme la dynastie Artaxiade (Qui durera jusqu’en 35 ap.J.C).

Au début de son règne, des parties du plateau Arménien habitées par des populations de langue Arménienne étaient encore sous la domination des nations étrangères. Artaxias I décida comme l'objectif principal de ce règne de procéder à l'unification de tous ces peuples de langue Arménienne. L'historien et géographe Grec, Strabon (v.63 av.J.C-v.23 ap.J.C) a laissé un compte rendu des réalisations d'Artaxias I. Il fonda sa capitale Artaxata (ou Artashat, "La joie d'Artaxias") au Sud de la ville actuelle d'Erevan sur les rives de l'Araxe. La population de l'ancienne capitale Orontide, Ervandachat (ou Ervandashat ou Jerwandaschat) fut entièrement transférée à Artaxata. Artaxias I érigea dans son royaume de nombreuses stèles de bornage. Celles-ci étaient écrites en Araméen, la langue officielle. Sur ces stèles il se fit appeler Roi et légitima son pouvoir grâce à une connexion avec l'ancienne maison royale d'Arménie, des Orontides. Artaxias I fut un monarque ambitieux de stature internationale. Il obtint des territoires des Mèdes pour son aide apportée face aux Séleucides. Il prit possession des terres des Albans et agrandit son territoire en Ibérie et en Syrie.

Ensuite, il entra en conflit avec le Roi du Pont, Pharnace I (ou Pharnacès ou Pharnakes, 184-170). Puis avec le Roi Séleucide, Antiochos IV Épiphane (175-164) qui le fit prisonnier lors de son attaque du pays en 165 et le relâcha après qu'Artaxias I lui ait reconnu allégeance, et enfin avec celui de Cappadoce, Ariarathès IV Eusèbe (220-163). En 181, il participa au traité consécutif à la victoire d'une coalition de Rois Anatoliens sur le Roi du Pont Pharnace I. Par ce traité celui-ci devait céder l'ensemble de ses conquêtes à l'Ouest. Artaxias I donna asile à Hannibal (Général Carthaginois, 247-183), après sa défaite à la bataille de Zama, ce fut sur les conseils de ce dernier qu'il bâtit sa capitale. À la mort de Zariadrès (ou Zareh ou Zariadris), il unifia les deux Arménie (Alors appelée Artaxa) et en agrandit de ce fait encore les frontières de son royaume. Selon Moïse de Khorène (ou Movsès Khorenatsi ou Movsēs Xorenac‘i, historien Arménien, 410-v.490), les obsèques d'Artaxias s'accompagnent de la mort volontaire de ses femmes, concubines et serviteurs.

Situé dans une région montagneuse et difficile d'accès, le royaume d'Arménie occupait en Orient une position stratégique. À partir de son territoire, on pouvait lancer des attaques contre la Syrie du Nord, la Cilicie ou dans la région de la Médie, autour d'Ecbatane. À l'inverse, les grandes puissances qui contrôlaient ces régions avaient de grandes difficultés à pénétrer en Arménie, encore plus à s'y maintenir de façon durable lorsqu'ils gagnaient un peu de terrain. C'est pourquoi, en général, elles cherchèrent à la neutraliser. Artaxias I épousa Satenik, la fille du Roi des Alains. Elle lui donna six fils : Artavazde I (ou Artavasdes ou Artavasde) qui lui succéda, Vruyr, Mazhan, Zariadrès (ou Zariadres ou Zareh), Tiran et Tigrane I (ou Tigran).



Tête en laiton de la Déesse Anahita à la
ressemblance d'Aphrodite - Ier siècle -
British Museum


Artavazde I (ou Artavasdes ou Artavaside ou Artuasdes, en Arménien : Արտավազդ Առաջին, 160 à 149 ou 160 à 123 ou 160 à 115) arriva sur le jeune trône d'Arménie en 160. Il récupéra un royaume important qu'il chercha à consolider plutôt qu'à agrandir. Son règne ne fut ni aussi bref ni aussi tragique que le décrit Moïse de Khorène (ou Movsès Khorenatsi ou Movsēs Xorenac‘i, historien Arménien, 410-v.490) dans son histoire de l'Arménie. Il repoussa plusieurs tentatives des Parthes d'envahir l'Arménie, mais finalement, il fut vaincu par le Roi Mithridate I (171-138), qui annexa une partie de l'Est de l'Arménie et prit son fils, le futur Tigrane II le Grand en otage. Pour beaucoup de spécialistes il eut comme successeur son frère Tigrane I, mais selon Cyrille Toumanoff son règne s'acheva seulement en 123 et il fut le père de Tigrane I. Toujours selon Toumanoff, Artavazde I peux être identifié avec le Roi Arménien qui, selon les interprétations modernes de la Chronique Géorgienne, a interféré dans la péninsule Ibérique à la demande de la noblesse locale et installé son fils, Artaxias (ou Arsace ou Arschak, 93-81), sur le trône d'Ibérie, inaugurant ainsi la dynastie Ibérique Artaxiade.

Tigrane I (ou Tigranes, en Arménien : Տիգրան Առաջին, 149 à 123 ou 123 à 95 ou 115 à 95) prit le pouvoir à la mort de son frère Artavazde I, celui-ci n'ayant pas laissé d'héritier, son fils étant en otage chez les Parthes. Selon Lucius Ampélius (Écrivain Latin du IIe s.), il aurait procuré une aide militaire aux Romains lors de la Troisième Guerre Punique. Son règne est assez mal connu et sa succession est sujette à discussion. Certains spécialistes, comme Vahan Kurkjian, Édouard Will et René Grousset, pensent qu'il régna de 149 à 123 et qu'il fut suivi par un certain Artavazde (II) (ou Artavasdes ou Artavaside ou Artuasdes, en Arménien : Արտավազդ Բ, 123 à 95) qui serait son fils et ce serait lui le père du futur Tigrane II. La version serait la suivante, vers la fin du règne d'Artavazde I, les Parthes attaquèrent l'Arménie et furent vraisemblablement victorieux car ils prirent comme otage le Prince héritier, le futur Tigrane II. D'autres historiens, comme Nina Garsoïan, Marie-Louise Chaumont, Giusto Traina et Cyrille Toumanoff, contestent l'existence même de ce Roi et font de Tigrane I le père et prédécesseur de Tigrane II, s'appuyant peut-être sur la proposition d'Appien (ou Appien d'Alexandrie ou Appianus, historien Grec de l'époque Romaine, fin du 90-v.160), et Édouard Will fait de Tigrane I le frère de Tigrane II ?. Enfin il faut signaler que l'historien Arménien Krikor Jacob Basmadjian adoptait déjà un point de vue similaire au début du XXe s. en l'insérant comme 4e Roi de la dynastie, entre Tigrane I et Tigrane II, sans se prononcer sur les liens de parentés d'ailleurs, avec un règne de 123 à 94.


[Cliquez pour agrandir l'image]


Statue de Tigrane II -
Erevan

Tigrane II (ou Tigranes, en Arménien : Տիգրան Մեծ, en Grec : Τιγράνης ο Μέγας, 95 à 54 ou 95 à 58), naquit en 141/140. Comme dit plus haut sa paternité est incertaine, il fut selon les spécialistes le fils d'Artavazde I (ou II) ou celui de Tigrane I. Il monta sur le trône en 95. Il fut un otage, jusqu'à l'âge de 40 ans, de la cour du Roi Parthe Mithridate II (124-88) qui avait vaincu les Arméniens en 105. En 95, Tigrane acheta sa liberté aux Parthes en échange de "soixante dix vallées" en Atropatène (Azerbaïdjan Iranien). Il commença par consolider son pouvoir en Arménie avant de se lancer dans des campagnes. Puis il prit son indépendance et fut le véritable fondateur de l’Empire d’Arménie. Son royaume s'étendit de la mer Caspienne jusqu'à la Palestine et du royaume du Pont jusqu'à la Mésopotamie. Il passa alliance avec le Roi du Pont, Mithridate VI et les deux Rois fixèrent leurs zones d'influences. Tigrane II prétendait s'étendre à l'Est, tandis que Mithridate VI partait à la conquête des terres Romaine en Anatolie et en Europe. En 93, Tigrane II envahit avec lui la Cappadoce.

En 88, Tigrane II profita du déclin de l'Empire Parthe affaiblie à la mort de son Roi Mithridate II, pour les attaquer. Apparemment il envahit Ecbatane et prit le titre de Roi des Rois. Il imposa ensuite sa suzeraineté aux Princes de la Syrie du Nord. De 87 à 83, il conquit toute la Syrie, la Mésopotamie et une partie de l'Asie Mineure. Son royaume s'étendait alors du Caucase (Nord de l'Irak) jusqu'à la Syrie actuelle. En 83, après une guerre sanglante pour le trône de Syrie, régie par les Séleucides, les Syriens décidèrent de choisir Tigrane II comme leur protecteur et lui offrirent la couronne de Syrie Séleucides. Tigrane II conquit ensuite la Phénicie et la Cilicie. La frontière Sud-ouest de son Empire attint à ce moment Ptolémaïs (ou Akko ou Acre aujourd'hui), sur la côte Méditerranéenne. Dans le même temps, son beau-père Mithridate VI, fut battu par les Romains et se réfugia chez lui. Le "Roi des Rois" entra en contact avec Rome et Lucius Lucullus exigea l'expulsion d'Arménie de Mithridate VI.

Tigrane II refusa de livrer le Roi du Pont aux Romains. Ces derniers, en représailles, envahirent son Empire et en 69 s'emparèrent de la capitale, à la bataille de Tigranocerta, qu'il saccagèrent. Avec son allié Mithridate VI, aidé par une défection des légions Romaines en raison de lourdes pertes du coté Romain, il récupéra en Octobre 68 son royaume, moins la Syrie où Lucullus rétablit sur le trône le Roi Séleucide Antiochos XIII Dionysos Asiaticos ("l'Asiatique", 83-64). Lucullus fut rappelé à Rome et remplacé par Gnaeus Pompée. À ce moment Tigrane fut menacé par un de ses fils, Tigrane le Jeune, qui s'allia avec le Roi Parthes, Phraatès III (70-57) pour prendre le trône d'Arménie. Tigrane II fut obligé de se soumettre, mais en 66/65, Pompée l'aida à reprendre son trône. Il garda une bonne partie de son Empire mais lui céda la Cappadoce et la Petite Arménie (ou Sophène). Son fils infidèle fut envoyé à Rome comme prisonnier. Désormais allié de Rome, la situation en Arménie resta ainsi jusqu'à la mort de Tigrane II en 54, où le royaume devint vassale des Romains.

Pour plus de détails sur le souverain voir : La vie de Tigrane II



[Cliquez pour agrandir l'image]


Monnaie d'Artavazde III

Artavazde III (ou II) (ou Artavasdes ou Artavaside ou Artuasdes, en Arménien : Արտավազդ Երկրորդ, 54 à 34), son fils lui succéda sur la Grande Arménie. Il y a une polémique entre spécialistes sur le nom de sa mère. Certains donnent la Reine Cléopâtre, d'autres la Reine Zosimé. Artavazde fut un allié de Rome. En 54/53, lorsque le Proconsul et Général Romain, Marcus Licinius Crassus (115-53) mena une campagne contre le Roi des Parthes, Orodès II (54-38), Artavazde offrit en aide un contingent de 6.000 hommes. Toutefois Crassus refusa l'offre et préféra attaquer l'armée des Parthes seul à travers la Mésopotamie. Le 06 Mai (ou 01 Juin) 53, les Romains furent massacrés à la bataille d'Harran (ou Carrhae ou Carrhes) où le fils de Crassus fut tué. Quand Orodès II envahit l'Arménie, Artavazde changea alors soudainement de camps et rejoignit le vainqueur (peut-être forcé) et il donna sa sœur en mariage au fils d'Orodès II, Pacorus. Rome était à cette époque en proie à la guerre civile, elle ne pouvait envoyer les défenses nécessaires pour garder la Syrie, qui fut envahie en 51 par les forces conjointes des Parthes et des Arméniens, qui restèrent dans la région pendant quinze ans.

En 36, le Général Romain Marc Antoine (83-30) devint Gouverneur de la partie orientale de l'Empire Romain. Il récupéra la Syrie et envahit à nouveau l'Arménie. Artavazde se retrouva encore une fois prit entre deux feux. Il changea de nouveau de camps offrant à ses "alliés" Romains des troupes auxiliaires et les invitant à traverser son royaume pour envahir les Parthes. Cette fois, Marc Antoine accepta la proposition du Roi Arménien, il traversa la Mésopotamie et arriva près d'Ecbatane et Ctésiphon avec l'intention de frapper au cœur de l'Empire Parthe. Mais, la même année, une partie des troupes Romaines fut néanmoins attaquée par surprise par la cavalerie Parthe, tandis qu'Artavazde préféra se retirer. Malgré cette embuscade, Marc Antoine décida de poursuivre sa campagne, mais il subit de lourdes pertes. Il dut finalement se replier sur l'Arménie perdant 80.000 hommes dans sa retraite vers la frontière, il accusa alors Artavazde de l'avoir trahit. Deux ans plus tard, en 34, le Romain mit sa vengeance à exécution. Il réussit à convaincre par tromperie Artavazde de le rencontrer à Nicopolis pour demander la main de sa fille Jotapé (ou Iotape) et arranger un mariage avec son fils qu'il avait eu avec Cléopâtre VII Théa Philopator (51-30) et pour préparer une nouvelle guerre contre les Parthes.

Mais Artavazde ne vint pas au rendez-vous. Le Romain marcha alors rapidement sur la capitale Arménienne Artaxata. Artavazde fut capturé avec sa famille, mais Antoine resta avec lui quelques temps car il espérait obtenir de cet otage les trésors des châteaux Arméniens. Finalement, il l'envoya prisonnier en Égypte. Le Romain déclara à cette date le fils qu'il avait eu avec Cléopâtre VII, Alexandre I Hélios, Roi d'Arménie, toutefois ce dernier ne régna que nominalement sur le pays de 34 à 30. Artavazde refusa d'accepter la Reine d'Égypte, Cléopâtre VII comme souveraine, en 31/30, il fut alors mis à mort, décapité, par cette dernière, mais sans révéler le lieu où se trouvait le trésor royal ce qu'espérait connaitre la Reine. Selon Plutarque (Philosophe, biographe et moraliste Grec, 46-v.125), Artavazde était un érudit qui composait des tragédies en Grec et des histoires. Il eut quatre enfants (peut-être plus) de différentes épouses : Artaxias II, Tigrane III, Alexandre et une fille Jotapé (ou Iotape) qui épousa Alexandre I Hélios.

Artaxias II (ou Ardachès ou Artaxes ou Artashes, en Arménien : Արտաշես Երկրորդ, 34 à 20 ou 30 à 20), le fils aîné d'Artavazde III (ou II) lui succéda. Lorsque son père fut fait prisonnier avec toute sa famille par Marc Antoine (83-30) et Cléopâtre VII Théa Philopator (51-30), il avait réussit à s'enfuir et s'était réfugié en Parthie. Les Arméniens, indignés après l'assassinat de son père, l'avaient proclamé Roi, mais Marc Antoine, qui s'était assuré le contrôle de l'Arménie, imposa sur le trône son fils Alexandre I Hélios. Toutefois, avec le soutien des Parthes Artaxias II retourna en l'Arménie et fit la guerre avec succès contre les ennemis de son père. Il fit également exécuter tous les Romains qui se trouvaient au sein de ses frontières. Après la mort de Marc Antoine, il envoya des émissaires à Rome pour tenter d'obtenir la libération de sa famille en captivité, mais l'Empereur Auguste (27 av.J.C-14 ap.J.C) refusa de céder. En 20 av.J.C, les Arméniens envoyèrent des messagers à Auguste pour lui dire qu'ils ne voulaient plus d'Artaxias II comme leur souverain.

Ils demandèrent que son frère Tigrane III (ou Tigranes, en Arménien : Տիգրան Գ, 20 à 12 ou 20 à 8 ou 20 à 6 av.J.C), à l'époque sous la garde des Romains à Alexandrie, soit installé à sa place. Auguste accepta sans problème, voulant résoudre la question Arménienne. En 20, il envoya une grande armée sous le commandement de Tibère (Tiberius Julius Caesar Augustus, 14-37) déposer Artaxias II. Cependant, avant leur arrivée, Artaxias II fut assassiné par d'autres membres de la famille et les Romains mirent Tigrane III sur le trône sans opposition. Comme le précise René Grousset, son règne fut marqué par la mise en place d'un protectorat Romain pacifique en Arménie. À sa mort, le trône fut disputé entre les membres de sa famille se qui va provoquer des troubles dans le pays. Vont suivre sur le trône d'Arménie neuf "Roitelets" sans grand pouvoir en une cinquantaine d'années, dont une Reine à trois reprises, Érato. Cette période multi-règnes fut complètement ignorée par les historiens de l'époque, qui n'ont pas laissé de documents originaux ou preuves, il est donc pratiquement impossible de reconstituer fidèlement les phases qui suivirent, d'où les différences de datation que l'on peu trouver.




Représentation de la Reine Érato

Érato (En Arménien : Էրատո) fut le dernier membre sur le trône de la dynastie Artaxiade. Elle était la fille de Tigrane III et la demi-sœur et épouse de Tigrane IV (En Arménien : Տիգրան Դ, 12 ou 6 av.J.C à 1 ap.J.C). Érato fut le seul souverain Arménien à monter sur le trône à trois reprises. Elle régna d'abord de 12 ou 6 av.J.C à 1 ap.J.C, avec son demi-frère Tigrane IV, puis seule en 1 ap.J.C et enfin de 6 à 11/12 ap.J.C. À la mort de son père Tigrane III, l'Empereur Auguste (27 av.J.C-14 ap.J.C) avait envoyé Tibère en Arménie pour mettre sur le trône Artavazde IV (ou III, en Arménien : Արտավազդ Դ, 6 av.J.C à 1 ap.J.C) qui était un cousin de Tigrane IV et d'Érato (on trouve quelques fois un oncle ?). Ces derniers à l'instigation d'une guerre civile avaient décidé de succéder à leur père sur le trône d'Arménie sans l'assentiment d'Auguste, ce que Rome considéra comme un acte de rébellion. Les deux souverains, ouvertement proparthe se firent aider dans cette action par le Roi Phraatès IV (38-2 av.J.C). Ce fut là qu'Auguste eut l'idée de tirer profit de la division à la cour Arménienne entre proparthes et proromains pour imposer son candidat, Artavazde IV (ou III).

Cependant le Roi Parthe, afin d'éviter une grande guerre avec Rome, abandonna son soutien qu'il portait aux frère et sœur. Les Romains envoyèrent alors Caius César Vipsanio pour mettre fin à la guerre civile, mais avant son arrivée Tigrane IV fut assassiné au cours d'une émeute (On trouve aussi tué au cours d'une expédition contre les barbares ?) et le trône Arménien fut donné à Ariobarzane d'Atropatène (ou Ario Barzan ou Aryo Barzan ou Ariobarzanês "exalter les Aryens" ou Ariobarzane de Médie ou Ariobarzane d'Arménie ou Ariobarzane II, 2 à 4 ou 1 à 4 ap.J.C), un Mède d'origine qui naquit en 40. Selon Marie-Louise Chaumont il fut le fils d'Artavazde I d'Atropatène qui régna également sur la Sophène de 30 à 20. Selon Cyrille Toumanoff, la dynastie à laquelle il appartint descendait du dynaste de Médie Atropatène, Mithridate I (100-66), époux d'une fille de Tigrane II d'Arménie ?. Ariobarzane fut tué dans un accident, selon certains spécialistes le 26 Juin 4 ap.J.C. L'Empereur Auguste nomma alors Roi le fils de ce dernier, Artavazde V Ariobarzane (ou IV ou Artavasdes d'Atropatène ou Artavasdes de Médie Atropatène, en Arménien : Արտավազդ Ե, 4 à 6 ap.J.C). Il eut un autre fils du nom de Caius Julius Ariobarzane (ou Gaius Julius), mais on ne connait pas le nom de son épouse. Mécontente de cette nomination d'un Roi étranger, la population Arménienne intensifia sa révolte dans tout le pays. Comme nous le précise Matthew Bunson, celle-ci fut menée sous la direction d'un autochtone nommé Addon. L'Empereur Auguste fut alors obligé de réviser sa politique.

Il nomma cependant un autre Roi étranger à la dynastie en donnant le trône à Tigrane V Hérode (7 à 12 ou 6 à 11/12 ap.J.C), sans affiliation avec les Artaxiades, puisqu'il était le petit-fils du Roi de Judée et d'Israël Hérode le Grand (41-4 av.J.C), fils d'Alexandre de Judée et de Glaphyra de Cappadoce (Fille du Roi de Cappadoce, Archélaos, 36 av.J.C à 17 ap.J.C). En 6 ap.J.C, les nobles Arméniens, insatisfaits de Tigrane V, se rebellèrent et restaurèrent Érato sur le trône. Celle-ci dans le but de coopérer avec Rome exigea de régner avec Tigrane V. Nous avons des preuves de ce co-règne par la numismatie. Certains spécialistes avancent qu'elle épousa Tigrane V ?. Ils ne gardèrent trône que 5 ans puisqu'ils furent renversés en 11/12 dans des circonstances inconnues, après quoi la dynastie Artaxiade disparut. Auguste décida de maintenir l'Arménie comme un royaume vassal au lieu de l'annexer à l'Empire. En 12, il nomma Roi d'Arménie Vononès I (12-15/16), un ex Roi Parthe, détrôné et en fuite. En 15/16, le nouveau Roi Parthe, Artaban III (10-38 ou 12-38/40) exigea sa déposition. Comme Auguste ne souhaitait pas commencer une guerre avec les Parthes il retira Vononès I et l'envoya en Syrie, où il fut maintenu en otage, mais dans un luxe du a son rang. Plus tard, Vononès I fut transféré en Cilicie et quand il essaya de s'échapper vers 19 ap.J.C, il fut tué par ses gardes. Certains spécialistes le comptent sur le trône jusqu'en 18 alors que d'autres seulement jusqu'en 15/16 et de 16 à 18 ils comptent l'Arménie comme une province Romaine sans Roi titulaire.

Artaxias III (ou Artaxias Zénon ou Ardachès ou Artaxes ou Artashes, en Grec : ο Άρταξίας, en Arménien : Արտաշես Ծ Երրորդ, 18 à 34/35, lui succéda sur le trône d'Arménie en 18. Il naquit en 13 av.J.C avec le nom de Zénon (En Grec : ο Ζηνων) en hommage à son grand-père paternel, Zénon, un éminent orateur et aristocrate, qui était allié du Romain Marc Antoine (83-30). Ses grands-parents maternels furent de riches Grecs et des amis de Pompée. Il fut le fils ainé du Roi du Pont (Royaume du Pont Polémoniaque), Polémon I (37-8 av.J.C) et de la Reine Pythodoris de Trallès (ou Pythadoris, 8 av.J.C-38 ap.J.C), fille de l'Ethnarque Pythodoros de Trallès, notable de Nyssa et d'Antonia de Trallès (ou Antonia de Smyrne), une fille illégitime de Marc Antoine.

[Cliquez pour agrandir l'image]


Le temple de Garni, situé dans la
province de Kotayk. Il fut construit
sous le Roi Tiridate I en 77.


Tacite (Historien et philosophe Romain, v.56-v.120) nous précise à son sujet que :
"Depuis sa plus tendre enfance il imitait les traditions et le genre de vie des Arméniens, la chasse, les banquets et les pratiques aimées des Barbares, aussi s'était-il attaché pareillement les grands et le peuple".
En 18, Artaxias III devenu populaire obtint la faveur des Arméniens lorsqu'il fut nommé Roi par Germanicus (Consul Romain, 15 av.J.C-19 ap.J.C) missionné par l'Empereur Tibère (14-37). Il fut couronné à Artaxata. Selon Mario Pani, Artaxias III Zénon aurait été placé sur le trône Arménien vers 15, dès l'éloignement de Vononès I, à l'instigation d'Archélaos de Cappadoce (36 av.J.C-17 ap.J.C), second époux de Pythodoris, mais il aurait été vaincu par Germanicus avant d'être finalement reconnu Roi en 18. Marie-Louise Chaumont juge cette proposition peu convaincante.

Son règne marqua une nouvelle période de protectorat Romain sur l'Arménie. Ses frères et sœurs plus jeunes élevés par les Romains furent : Antonius Polemo I Philopatôr et Antonia Tryphaena qui fut Reine titulaire du Pont et Reine de Thrace. Artaxias III régna jusqu'à sa mort en 34/35. Il fut remplacé par Arsace I, fils du Roi des Parthes, Artaban III. Artaxias III ne se maria pas et n'eut pas d'enfant.

Après la mort d'Artaxias III, vassal des Romains, le Roi des Parthes, Artaban III (10-38 ou 12-38/40) imposa aux Arméniens comme Roi son fils aîné, Arsace I (ou Arsace ou Archak ou Arsak, en Arménien : Արշակ Ա, 34/35) avec une forte armée. L'Empereur Romain Tibère (14-37) refusa d'accepter cette remise en cause du protectorat Romain sur le pays et présenta un autre candidat au trône, issu de la dynastie Artaxiade d'Ibérie, au nom de Mithridate d'Arménie (ou Mithridate l'Ibère, en Géorgien : მითრიდატე, en Arménien : Միտհրիդատե, 35 à 37 et 42 à 51). Il fut le frère du co-Roi d'Ibérie, Aderk (ou Pharasman I ou Pharzman ou Farasmanes, 1-58) qui venait d'envahir l'Arménie et prendre la capitale Artaxata. À la cour d'Arménie, en 35, le parti proromain fit empoisonner Arsace I après moins d'un an de règne et proclama Mithridate Roi. Le pays tout entier devint alors une zone tampon où Romains et Parthes s'affrontèrent.

En 35, Mithridate fut détrôné par Orodès I (En Arménien : Որոդես, 35 et 37 à 42), un autres fils du Roi des Parthes, Artaban III. Mithridate appela à l'aide son frère qui lui envoya une grande armée de mercenaires Sarmates. Comme nous le précise Tacite (historien et philosophe Romain, 56/57-v.120), la même année Orodès I et les Parthes furent mis en fuite, vaincu dans une bataille rangée (Annales VI 32-35). Mithridate resta maître du royaume, jusqu'en 37 où l'Empereur Romain Caligula (37-41), sans raison, le déclara déchu et l'emprisonna. Le Parthe, Artaban III ne manqua pas de profiter de cette erreur Romaine pour réoccuper l'Arménie. Orodès I reprit alors le pouvoir jusqu'en 42, date où le nouvel Empereur Romain Claude (41-54) renvoya Mithridate en Arménie.

Ce dernier, fort de la protection Romaine et des contingents de son frère, Aderk (ou Pharasman I), reconquit le pays. Pour assurer le protectorat, une garnison Romaine s'installa à Gorneae (ou Gornae, probablement Garni, près d'Erevan). Orodès I s'enfuit alors définitivement auprès de son frère Vardanès I (40-47), le nouveau Roi des Parthes. Par la suite, les relations entre Mithridate et Aderk se détériorèrent et le Roi Ibérique incita son fils, Rhadamiste, à envahir l'Arménie et à renverser Mithridate.

[Cliquez pour agrandir l'image]


Rhadamiste tuant Zénobie -
Luigi Sabatelli - 1803


En 51, Rhadamiste (ou Rhadameste ou Radamisto ou Rhadamistus ou Rhadamistos ou Ghadam, en Georgien : ღადამი, en Arménien : ղադամ, 51 à 53 et 54), qui était le fils du Roi Artaxiade d'Ibérie Aderk (ou Pharasman I) et l'époux de Zénobie, la fille de Mithridate d'Arménie (Donc sa cousine), sur les conseils de son père attaqua son beau-père. Mithridate vint alors se placer sous la protection de la garnison Romaine de Gorneae (ou Gornae), mais le Préfet, Commandant de celle-ci, Caellius Pollion (ou Celio Pollion), se laissa acheter par Rhadamiste. À l'instigation de Pollion, Mithridate commit l'erreur de sortir de la forteresse pour une entrevue avec Rhadamiste, qui le fit arrêter par ses gardes et mettre à mort, (étouffé) pour trahison. Il fit également assassiner son épouse (qui était sa propre sœur) et ses enfants. Puis Rhadamiste usurpa la couronne d'Arménie. La même année, le Procurateur Romain de Cappadoce, Julius Paelignus, envahit l'Arménie et ravagea le pays mais il reconnut toutefois Rhadamiste en tant que nouveau Roi d'Arménie. Le Gouverneur Syrien Ummidius Quadratus envoya Helvidius Priscus à la tête d'une légion avec pour mission de réparer ces atrocités, mais il fut en fin de compte rappelé afin de ne pas provoquer une guerre avec les Parthes.

Rhadamiste ne régna pas longtemps, le Roi Parthe, Vologèse I (51-77/78) profita de ce rappel et envahit à son tour l'Arménie. Il prit Artaxata, en 53 et il fit proclamer Roi son frère Tiridate I. Cette action viola une nouvelle fois le traité conclu entre l'Empereur Romain Auguste (27 av.J.C-14 ap.J.C) et le Roi Parthe, Phraatès IV (38-2 av.J.C), qui attribuait aux Romains le droit de désigner et de couronner les Rois d'Arménie. Vologèse I considérait pour sa part que le trône d'Arménie était jadis la propriété de ses ancêtres et qu'il était maintenant occupé par un usurpateur à la suite d'un crime. Toutefois une épidémie hivernale (on trouve aussi la peste) et une insurrection menée par son fils Vardanès II (55-58) l'obligèrent à retirer ses troupes d'Arménie, permettant à Rhadamiste de revenir et de punir avec une extrême dureté les nobles locaux en tant que traîtres. Ces derniers se révoltèrent et le remplacèrent par l'Arsacide Tiridate I au début de l'année 54. Rhadamiste fuit alors l'Arménie avec son épouse Zénobie qui était enceinte. Pendant le chemin, celle-ci incapable de continuer et se voyant sur le point de tomber aux mains de l'ennemi, lui demanda de mettre fin à ses jours.


[Cliquez pour agrandir l'image]


Zénobie secourue par les bergers
sur l'Araxe par Paul Baudry - 1848

Rhadamiste s'exécuta, il la poignarda et jeta son corps dans l'Araxe. Cependant, Zénobie, n'était pas morte. Elle fut recueillie par des bergers et elle fut remise à Tiridate I (Le successeur de Rhadamiste) qui la traita comme un membre de la famille royale. Cet événement fut longuement retracé par Tacite (Historien et philosophe Romain, v.56-v.120) dans "les Annales" et fournit à Crébillon le sujet d'une tragédie : Rhadamiste et Zénobie. Rhadamiste se réfugia alors dans les États de son père, mais celui-ci, sous prétexte d'un complot que Rhadamiste aurait fomenté contre lui, fin 54, le fit assassiner. Il aurait eu une fille, Perside qui épousa Helvidius Priscus.

Dans un accord pour résoudre le conflit Romano-parthe pour la main mise sur l'Arménie, Tiridate I, qui était le frère du Roi Parthe, Vologèse I, fut couronné Roi d'Arménie par l'Empereur Romain Néron (54-68). Même si cela faisait de l'Arménie un vassal de Rome, diverses sources Romaines contemporaines pensent que Néron a de facto cédé l'Arménie aux Parthes Arsacides. L'accord entre l'Empereur Romain et les Parthes stipulait que le Roi d'Arménie serait lié aux deux Empires. Il serait choisi dans la famille Arsacide du Roi des Parthes, mais serait couronné par les Romains. Le premier à inaugurer la longue liste des Rois Arsacide fut donc Tiridate I que la tradition retient comme le fondateur de la dynastie Arsacide.


Bibliographie


Pour d'autres détails sur cette période de l'Arménie voir les ouvrages de :

Nicolai Georgievich Adonts :
- Tigran Mets : Usumnasirutʻyunner, "Bavigh" hratarakchʻutʻyun, Erevan, 2010.
Hrand K.Armēn :
- Tigranes the Great : A biography, Avondale, Detroit, 1940.
Krikor Jacob Basmadjian :
- Chronologie de l'histoire de l'Arménie, p. 291, Revue de l'Orient Chrétien, Bureaux des œuvres d'Orient, Tome IX (XIX), Paris, 1914.
Paul Bedoukian :
- Coinage of the Armenia kingdoms of Sophene and Commagene, Los Angeles : Armenian Numismatic Society, 1985.
Charles Burney et Marie-Louise Chaumont :
- Histoire des Arméniens, Privat, Toulouse, 1986.
Mark Chahin :
- The kingdom of Armenia, Dorset Press, New York, 1991 - Routlege, 2001.
Marie-Louise Chaumont :
- L'Arménie entre Rome et l'Iran : I de l'avènement d'Auguste à l'avènement de Dioclétien, p : 81, Aufstieg und Niedergang der römischen Welt, II, 9.1, 1976.
René Grousset :
- Histoire de l'Arménie des origines à 1071, Payot, Paris, 1947, 1973, 1984, 1995 et 2008.
Richard G.Hovannisian :
- The Armenian people from ancient to modern times, vol. 1, The dynastic periods : From antiquity to the fourteenth century , St. Martin's Press, New York, Janvier 1997.
Hayk Khachʻatryan (ou Hayk Xač'atryan), Nouné Sekhpossian et Barbara J Merguerian :
- Queens of the Armenians : 150 biographies based on history and legend, Amaras, Yerevan, 2001-2006 - MA : Armenian International Women's Association Press, Boston, 2001.
Mihran Kurdoghlian :
- History of Armenia, vol. III, Council of National Education Publishing, Athènes, 1996.
Hakob Manandyan, George A.Bournoutian et Hiranth Thorossian :
- Tigrane II et Rome : Nouveaux éclaircissements à la lumière des sources originales, Imprensa nacional, Lisbonne, 1963 - En Anglais, Tigranes II and Rome : Z new interpretation based on primary sources, CA Mazda Publishers, Costa Mesa, 2007.
Rouben L.Manasserian :
- Tigran Mets : Hayastani paykʻarě Hṛomi ev Partʻevstani dem, m.tʻ.a. 94-64 tʻtʻ, Lusakn, Erevan, 2007.
Mario Pani :
- Roma e i re d'Oriente da Augusto a Tiberio (Cappadocia, Armenia, Media Atropatene), Adriatica, Bari, 1972.
Stephen H.Rapp :
- Studies in medieval Georgian historiography : Early texts and Eurasian contexts, Peeters Bvba, Louvain, 2003.
Anne Elisabeth Redgate :
- The Armenians, Malden, Blackwell Publishers, Oxford, 1999.
Édouard Will :
- Histoire politique du monde hellénistique (323-30 av. J.-C.), collection : Points Histoire, Seuil, Paris, 1967-2003.

Pour la bibliographie générale sur l'Arménie voir : Arménie - Bibliographie.

-------------------------------------

Musée d'histoire de l'Arménie
Musée d'histoire de l'Arménie
Le musée et la fontaine le précédant.
Le musée et la fontaine le précédant.
Informations géographiques
Pays Arménie
Ville Erevan
Adresse Place de la République
Coordonnées 40° 10′ 44″ Nord, 44° 30′ 51″ Est
Informations générales
Date d’inauguration 1919
Collections Archéologie (35 %), ethnographie (8 %), numismatique (45 %), documents (12 %)
Nombre d’œuvres 400 000
Informations visiteurs
Site web http://www.historymuseum.am/

Géolocalisation sur la carte : Arménie
(Voir situation sur carte : Arménie)
Musée d'histoire de l'Arménie

(Voir situation sur carte : Erevan)

modifier Consultez la documentation du modèle

Le musée d'histoire de l'Arménie (en arménien : Հայաստանի Պատմության Թանգարան), auparavant musée-bibliothèque d'ethnographie et d'anthropologie, musée national central d'Arménie, musée de la culture et de l'histoire, musée d'histoire et musée national d'histoire de l'Arménie, est un des principaux musées d'Arménie.

Fondé en 1919, il est situé place de la République à Erevan, dans le même bâtiment que la Galerie nationale d'Arménie. Ses collections archéologiques, ethnographiques, numismatiques et documentaires rassemblent environ 400 000 pièces.

Sommaire

1 Histoire
2 Localisation
3 Collections
4 Statut
5 Notes et références
6 Voir aussi
6.1 Articles connexes
6.2 Lien externe

Histoire

En 1918 est fondée la Première République d'Arménie sur les terres situées au pied du mont Ararat et autour de l'Aragats. Dès lors, les Arméniens exilés du monde entier arrivent dans leur pays et Erevan se dote rapidement d'un Théâtre national et d'une École d'art dramatique, d'un Conservatoire national de musique d'Arménie (1919), ainsi que d'une université (1920) et d'autres instituts éducatifs1. Le Musée-bibliothèque d'ethnographie et d'anthropologie est quant à lui créé le 9 septembre 1919 à partir des collections de la Société ethnographique arménienne du Caucase (transférée depuis Tiflis2), du Musée des antiquités de Nor Nakhitchevan, du Musée des antiquités d'Ani (dont les pièces ont été transférées à Erevan en 19182) et du Dépôt de manuscrits anciens de Vagharchapat3.

Après la soviétisation du pays et sous la République socialiste soviétique d'Arménie, il devient le Musée national central d'Arménie en 1922, puis le Musée de la culture et de l'histoire en 1931, avant d'être scindé en 1935 et de devenir le Musée d'histoire ; de cette scission sont issus le Musée d'art de la RSS d'Arménie (l'actuelle Galerie nationale d'Arménie) et le Musée de littérature (l'actuel Musée d'art et de littérature Tcharents)3. Devenu le Musée national d'histoire de l'Arménie en 1962, il cède une partie de ses collections au nouveau Musée national d'ethnographie en 19783.

Le Musée reçoit son nom actuel en 20033, après le retour à l'indépendance du pays, et voit une vaste réorganisation et mise en valeur de ses collections4.
Localisation

Le Musée est situé place de la République dans la capitale arménienne, Erevan5. Il occupe les deux premiers étages du bâtiment qui abrite également la Galerie nationale d'Arménie6.

Comme nombre de bâtiments construits au début du siècle pour transformer Erevan en capitale de république soviétique digne des dirigeants de Moscou, l'architecture de ce bâtiment respecte le style néoclassique imposé par Alexandre Tamanian. Le grand bâtiment aux façades noires à l'origine trône littéralement sur la toute nouvelle place de la République. En 1978, le tuf noir des deux premiers étages est remplacé par de la pierre blanche et dans le même temps, une nouvelle section de huit étages d'exposition est ajoutée, rendant l'immeuble encore plus massif.
Collections

Le Musée compte environ 400 000 pièces (découvertes, achats ou donations) réparties en quatre grandes collections3 :

la collection archéologique (35 % des pièces) s'étend du Paléolithique au Moyen Âge, en passant notamment par les périodes urartéenne et hellénistique7 ;
la collection numismatique (45 % des pièces) rassemble de nombreuses pièces d'origines variées remontant jusqu'au Ve siècle av. J.-C., des billets ainsi que des timbres et des médailles8 ;
la collection ethnographique (8 % des pièces) comprend des textiles (notamment des tapis arméniens), des pièces en métal, en bois et en faïence, des armes et divers documents ethnographiques9 ;
la collection documentaire (12 % des pièces) est principalement composée de négatifs10.

Statut

Le Musée est une organisation gouvernementale non-commerciale dépendant du ministère de la Culture11. Il est financé entièrement par l'État, qui est propriétaire de ses collections et du bâtiment l'abritant3.

Il comprend cinq départements :

archéologie12 ;
numismatique13 ;
ethnographie14 ;
histoire moderne15 ;
restauration16.

Notes et références

↑ Anahide Ter Minassian, 1918-1920 — La République d'Arménie, éditions Complexe, Bruxelles, 1989 (réimpr. 2006) (ISBN 2-8048-0092-X), p. 184-185.
↑ a et b Gérard Dédéyan (dir.), Histoire du peuple arménien, Privat, Toulouse, 2007 (ISBN 978-2-7089-6874-5), p. 604.
↑ a, b, c, d, e et f (en) « History of the Museum » [archive], sur History Museum of Armenia (consulté le 18 juin 2009).
↑ Gérard Dédéyan (dir.), op. cit., p. 814
↑ (en) « Visitor Information » [archive], sur History Museum of Armenia (consulté le 18 juin 2009).
↑ Sèda Mavian, Arménie, coll. « Guides Évasion », Hachette, Paris, 2006 (ISBN 978-2-01-240509-7), p. 74-75.
↑ (en) « Archeological Collections » [archive], sur History Museum of Armenia (consulté le 19 juin 2009).
↑ (en) « Numismatic Collections » [archive], sur History Museum of Armenia (consulté le 19 juin 2009).
↑ (en) « Ethnographic Collections » [archive], sur History Museum of Armenia (consulté le 19 juin 2009).
↑ (en) « Collection of Negatives » [archive], sur History Museum of Armenia (consulté le 19 juin 2009).
↑ (en) « State Non-commercial organizations and Closed Stock Companies » [archive], sur Ministry of Culture of the Republic of Armenia (consulté le 19 juin 2009).
↑ (en) « Department of Archeology » [archive], sur History Museum of Armenia (consulté le 19 juin 2009).
↑ (en) « Department of Numismatics » [archive], sur History Museum of Armenia (consulté le 19 juin 2009).
↑ (en) « Department of Ethnography » [archive], sur History Museum of Armenia (consulté le 19 juin 2009).
↑ (en) « Department of Modern History » [archive], sur History Museum of Armenia (consulté le 19 juin 2009).
↑ (en) « Department of Restoration » [archive], sur History Museum of Armenia (consulté le 19 juin 2009).

Voir aussi

Sur les autres projets Wikimedia :

Musée d'histoire de l'Arménie, sur Wikimedia Commons

Articles connexes

Histoire de l'Arménie
Liste de musées en Arménie
Musée historique de Sisian (ancienne annexe)

Lien externe

(en) « The History Museum of Armenia » (consulté le 18 juin 2009).

[masquer]
v · m
Articles liés à Erevan
La ville Histoire • Erebouni • Géographie • Climat • Hrazdan • Transports • Démographie • Liste des maires Coat of Arms of Yerevan.png
Lieux et monuments Galerie nationale d'Arménie • Musée d'histoire de l'Arménie • Opéra • Cascade • Mère Arménie • Matenadaran • Tsitsernakaberd • Musée Erebouni • Cathédrale Saint Grégoire l'Illuminateur • Mosquée bleue • Zoo • Jardin botanique • Tour de télévision
Voirie Avenue du Maréchal-Baghramyan • Avenue du Nord • Avenue Mesrop-Machtots • Rue Abovyan
Place de la République • Place de France
Pont de Davtachen • Grand pont du Hrazdan • Pont de la Victoire • Pont Rouge
Districts Ajapnyak • Arabkir • Avan • Chengavit • Davtachen • Erebouni • Kanaker-Zeytun • Kentron • Malatia-Sebastia • Nork-Marach • Nor Nork • Noubarachen
Autres Métro d'Erevan • Aéroport international Zvartnots • FC Pyunik Erevan • Banants Erevan • Ararat Erevan • FC Erevan • Mont Ararat
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.atelier-yannistignard.com
yanis la chouette



Nombre de messages : 4284
Localisation : http://yanis.tignard.free.fr
Date d'inscription : 12/11/2005

MessageSujet: Re: Toulouse,Le Laïc et Y'becca ou Sorcelleries Rose et Violette   Sam 15 Oct à 9:45

Toulouse, Pieuvres des Sectes Première Partie
Attention Virus.

------------------------------------------------------------
Le Futurisme, textes et manifestes (1909-1944)
https://books.google.fr/books?isbn=9791026700111
Giovanni LISTA - 2015 - ‎Art
Il n'est pas non plus une mafia intellectuelle comme celles que l'on trouve par ici. Le stridentisme est un argument stratégique. C'est un geste. Une irruption.
https://books.google.fr/books?id=2UB4CAAAQBAJ&pg=PT1056&lpg=PT1056&dq=mafia+intellectuelle&source=bl&ots=n5mnBvP39i&sig=nlmheF2nCdrT7wfiIifnT-fDKSY&hl=fr&sa=X&ved=0ahUKEwjvmoPrkd3PAhVBJJoKHRMvADcQ6AEIPzAG#v=onepage&q=mafia%20intellectuelle&f=false
--------------------------------------
LÉGENDES PÉDAGOGIQUES LAUTODÉFENSE INTELLECTUELLE...
flustered.metrocc.us/...INTELLECTUELLE-ÉDUCATION.pdf
----------------------------------------
INTELLECTUELLE ÉDUCATION, its contents of the package, names of things and what they do, setup, and operation. ... DOWNLOAD BELLA MAFIA PLANTE , ...

http://ibooklibrary.us/L%C3%89GENDES-P%C3%89DAGOGIQUES-LAUTOD%C3%89FENSE-INTELLECTUELLE-%C3%89DUCATION.html
-------------------------------------------------
Free BENJAMIN GRAHAM MEMOIRS DEAN STREET 693 Pages
sargassum.gcegolf.net/BENJAMIN/BENJAMIN-GRAHAM-MEMOIRS...

intellectuelle / download mafia export ndrangheta nostra camorra erobern / download majesty gods law cleon skousen / download magic marzipan franz ziegler / download ...
------------------------------------------------
Incalculable - Page 48 - Résultats Google Recherche de Livres
https://books.google.fr/books?isbn=2313004651
Antoine Cantenot - 2013 - ‎Fiction
Ce bagage intellectuel lui permettait d'anticiper quelques-uns des mouvements ... Les cogitations de sa mafia intellectuelle, comme la désignait son fondateur, ...

https://books.google.fr/books?id=dEUjCwAAQBAJ&pg=PA48&lpg=PA48&dq=mafia+intellectuelle&source=bl&ots=_-mKcctf9I&sig=fjctjSspcnGWfuKktl_plPt_HW8&hl=fr&sa=X&ved=0ahUKEwjvmoPrkd3PAhVBJJoKHRMvADcQ6AEIIzAA#v=onepage&q=mafia%20intellectuelle&f=false
--------------------------------------------------
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.atelier-yannistignard.com
yanis la chouette



Nombre de messages : 4284
Localisation : http://yanis.tignard.free.fr
Date d'inscription : 12/11/2005

MessageSujet: Re: Toulouse,Le Laïc et Y'becca ou Sorcelleries Rose et Violette   Sam 15 Oct à 9:48

Toulouse, Pieuvres des Sectes Deuxième Partie Partie
Attention Virus.

Albert Pike est un avocat, un général confédéré et un écrivain américain né le 29 décembre 1809 à Boston et mort le 2 avril 1891 à Washington.

Il fut un tribun du parti Whig avant de rejoindre le mouvement Know Nothing dans les années 1850. Il dirigea également pendant trente-deux ans l'une des plus importantes composantes de la franc-maçonnerie des États-Unis : le Suprême Conseil de la Juridiction Sud du Rite écossais ancien et accepté.

Sommaire

1 Biographie
2 Influence sur la franc-maçonnerie nord-américaine
3 Controverses
3.1 Rôle dans le Ku Klux Klan
3.2 Léo Taxil
3.3 Critiques de Morals and dogma
3.4 La lettre de Pike à Mazzini, William Carr et Léo Taxil
4 Annexes
4.1 Bibliographie
4.2 Articles connexes
4.3 Documentation externe
5 Notes et références
6 Liens externes

Biographie
Statue à Judiciary Square, Washington, D.C.

Pike est né à Boston, Massachusetts. Il était le fils de Ben et Sarah (Andrews) Pike. Il passa son enfance à Byfiel et à Newburyport, dans le Massachusetts. Parmi ses ancêtres de l'époque coloniale, on compte John Pike, le fondateur de la ville de Woodbridge, dans le New Jersey. Il étudia à Newburyport et à Framingham jusqu'à l'âge de 15 ans. En août 1825, il réussit les examens d'entrée à l'Université Harvard, mais il renonça lorsqu'on lui réclama le paiement des frais pour les deux premières années et poursuivit ses études en autodidacte, devenant plus tard instituteur à Gloucester, Bedford, Fairhaven et Newburyport1.

En 1831, il quitta le Massachusetts et partit vers l'ouest, s'arrêtant d'abord à Saint Louis, puis à Independence. Là il se joignit à une expédition vers Taos, au Nouveau-Mexique, vivant de chasse et de commerce. Pendant cette expédition, son cheval s'échappa, le forçant à couvrir à pied les quelque 750 km qui le séparaient de Taos. Il se joignit ensuite à une expédition de trappeurs vers Llano Estacado au Nouveau-Mexique et vers le Texas. Il arriva finalement à Fort Smith (Arkansas)2.

S'étant ainsi établi dans l'Arkansas en 1833, il y enseigna à l'école et écrivit une série d'articles pour le journal Arkansas Advocate de Little Rock (Arkansas), sous le pseudonyme de « Casca »3. Ses articles connurent suffisamment de succès pour lui permettre de devenir membre du personnel du journal. Plus tard, grâce à la dot de son mariage avec Mary Ann Hamilton, il en devint l'un des actionnaires. En 1835, il en devint le propriétaire. Sous sa direction, dans un Arkansas divisé et instable politiquement, l'advocate promut les conceptions du parti Whig3.

Il commença alors à étudier le droit et fut admis au barreau en 1837, année où il vendit l'Advocate. Il publia différents ouvrages de droit et de poésie. Ses poèmes, aujourd'hui oubliés, connurent une certaine notoriété2. Plusieurs volumes en furent publiés après sa mort par l'une de ses filles.

Quand la guerre américano-mexicaine éclata, en 1846, Pike rejoignit la cavalerie. Il participa à la Bataille de Buena Vista2. Après cette guerre, il reprit son activité d'avocat à La Nouvelle-Orléans. Fermement opposé à la sécession, il avait déclaré en 1854 que le Sud devait rester dans l'Union et rechercher l'égalité avec le Nord, mais que si le Sud était contraint à un statut inférieur, il serait préférable d'être en dehors de l'Union4. Il retourna en Arkansas en 1857.

En 1859, on lui proposa de devenir docteur honoris causa d'Harvard2, mais il déclina l'offre5.

Lorsque la Guerre de Sécession éclata, en 1861, il rejoignit le camp des États confédérés d'Amérique2. Il fut nommé général (brigadier general) le 22 novembre 1861 et reçut un commandement en Territoire indien2. Il y entraîna trois régiments confédérés de la cavalerie indienne avec lesquels il participa à la Bataille de Pea Ridge en mars 1862. Après cette défaite des armées du Sud et une fuite dans les collines de l'Arkansas, il démissionna de l'armée confédérée. Arrêté le 3 novembre et détenu brièvement à Warren (Texas), il fut ensuite relâché et autorisé à rentrer en Arkansas2.

Il vécut ensuite de différentes occupations. Il fut notamment l'éditeur du journal Memphis Daily Appeal de février 1867 à septembre 1868. Puis il s'installa à Washington en tant qu'avocat, plaidant de nombreux dossiers devant la Cour suprême des États-Unis. À la suite de ses difficultés financières, le Suprême Conseil de la Juridiction Sud du Rite écossais ancien et accepté lui accorda en 1879 une pension de 1 200 $ par an jusqu'à la fin de sa vie6.

Père de onze enfants, il mourut à Washington le 2 avril 1892 à l'âge de 81 ans, et fut enterré au cimetière d'Oak Hill, bien qu'il ait laissé des instructions demandant à être incinéré2. En 1944, ses restes furent transférés dans le temple maçonnique House of the Temple, quartier général du Suprême Conseil de la Juridiction Sud du Rite écossais ancien et accepté.
Influence sur la franc-maçonnerie nord-américaine
Pike, revêtu des décors maçonniques de Grand Commandeur du Rite écossais ancien et accepté
Albert Pike pourvu des décors du 32e du REAA, vers 1870.

Albert Pike, après avoir été admis dans la fraternité the Independent Order of Odd Fellows en 1840, fut initié à la franc-maçonnerie en 1850, dans la loge Western Star no 2 de Little Rock6. Il reçut d'abord les 10 degrés du Rite d'York entre 1850 et 1853, avant de recevoir d'Albert Mackey les 29 premiers degrés du Rite écossais ancien et accepté en mars 1853 à Charleston (Caroline du Sud)6.

Il devint alors extrêmement actif au sein du Suprême Conseil de la Juridiction Sud du Rite écossais ancien et accepté, participant à la demande de Mackey à une profonde réécriture des rituels, de 1855 à 18616. Il fut élu Grand Commandeur de cette juridiction en 1859 et le resta pendant trente-deux ans, jusqu'à la fin de sa vie.

Son ouvrage ésotérique et initiatique le plus célèbre est « Morales et dogme » (Morals and dogma), publié en 1871, qui a pour but d'expliquer le symbolisme des 32 premiers degrés du Rite écossais ancien et accepté. Cet ouvrage fut traditionnellement offert aux francs-maçons américains à l'occasion de leur réception au 14e degré du Rite écossais ancien et accepté jusqu'en 19746.
Controverses

Albert Pike a fait l'objet de nombreuses critiques et controverses, notamment dans le cadre de théories du complot.
Rôle dans le Ku Klux Klan

Différents auteurs, dont l'historien Walter Lynwood Fleming, ont écrit qu'Albert Pike aurait occupé la position de chef de la Justice au sein du Ku Klux Klan (KKK)7, ou même qu'il aurait été l'un des pères fondateurs de cette société secrète8,9
Léo Taxil

Léo Taxil, dans son célèbre canular, prétendit entre autres qu'il faisait apparaître par des opérations magiques Lucifer sous la forme d'un beau jeune homme dans les soirées maçonniques de Charleston, États-Unis10. La source connue la plus ancienne de la fameuse « Lettre de Albert Pike à Mazzini » est « Le diable au XIXe siècle »11, un ouvrage du Docteur Bataille, un des pseudonymes de Léo Taxil lors de son célèbre canular.
Critiques de Morals and dogma
Morals and Dogma (1871)

Dans le chapitre de Morals and dogma consacré à l'étude du symbolisme du 19e degré de ce rite, la deuxième phrase du paragraphe suivant a fait l'objet de nombreuses controverses, certains mouvements chrétiens évangéliques y voyant la preuve du satanisme qui caractérise, selon eux, les hauts grades de la franc-maçonnerie.

« The Apocalypse is, to those who recieve the nineteenth Degree, the Apothesis of that Sublime Faith which aspires to God alone, and despises all the pomps and works of Lucifer. Lucifer, the Light-bearer! Strange and mysterious name to give to the Spirit of Darknesss! Lucifer, the Son of the Morning! Is it he who bears the Light, and with its splendors intolerable blinds feeble, sensual or selfish Souls? Doubt it not! for traditions are full of Divine Revelations and Inspirations; and Inspiration is not of one Age nor of one Creed. Plato and Philo, also, were inspired12. »

Traduction :

« L'Apocalypse est, pour ceux qui reçoivent le dix-neuvième degré, l'apothéose de la foi sublime qui n'aspire qu'à Dieu, en dépit des pompes et des travaux de Lucifer. Lucifer, le porteur de lumière ! Quel nom étrange et mystérieux pour l'esprit des ténèbres ! Lucifer, le fils du matin ! Est-ce lui qui apporte la lumière et qui de sa splendeur intolérable aveugle les âmes faibles, sensuelles ou égoïstes ? N'en doutons pas car les traditions sont pleines d'inspirations et de révélations divines, et l'inspiration n'est pas propre à une seule époque et à une seule croyance. Platon et Philon, eux-aussi, étaient inspirés. »

Dans le chapitre consacré au 30e degré, Pike écrivit :

« A Lodge inaugurated under the auspices of Rousseau, the fanatic of Geneva, became the centre of the revolutionary movement in France, and a Prince of the blood-royal went thither to swear the destruction of the successors of Philippe le Bel on the tomb of Jacques de Molai. The registers of the Order of Templars attest that the Regent, the Duc d'Orleans, was Grand Master of that formidable Secret Society, and that his successors were the Duc de Maine, the Prince of Bourbon-Conde, and the Duc de Cosse-Brissac13. »

Traduction :

« Une loge inaugurée sous les auspices de Rousseau, le fanatique de Genève, devint le centre du mouvement révolutionnaire français, et un prince de sang royal s'y rendit pour jurer la destruction des successeurs de Philippe le Bel sur la tombe de Jacques de Molai. Les registres de l'Ordre des Templiers attestent que le Régent, le Duc d'Orléans, était Grand-Maître de cette formidable société secrète et que ses successeurs ont été le Duc de Maine, le Prince de Bourbon-Condé et le Duc de Cossé-Brissac. »

Pike reprenait ainsi en partie à son compte en 1871 la thèse développée en 1798 par Augustin Barruel, et sans cesse démentie par les historiens14, selon laquelle la franc-maçonnerie française aurait été l'organisatrice secrète de la Révolution française.
La lettre de Pike à Mazzini, William Carr et Léo Taxil

En 1958, le Canadien William Guy Carr publia un livre nommé Pawns in the game15 (Des pions sur l'échiquier15) dans lequel il affirme qu'au British Museum de Londres est cataloguée une lettre de Pike à Giuseppe Mazzini, en date du 15 août 1871 et dans laquelle Pike aurait expliqué le but des trois guerres mondiales dans des termes étonnants pour un écrit de 1871. Cet ouvrage reste aujourd'hui encore sujet de controverse puisqu'il est défendu par certains sites conspirationnistes16 alors qu'il est critiqué par certains sites maçonniques17 tandis que la British Library dément avoir jamais détenu une telle lettre16. Dans « Des pions sur l'échiquier »15, William G. Carr affirmait que la lettre se trouve cataloguée au British Museum, or ce qui est vraiment catalogué au British Museum c'est la publication de « Le diable au XIXe siècle », du Dr Bataille, qui contient la prétendue lettre.

Terry Melanson18 a montré que la source exacte de la prétendue lettre se trouve dans « Le diable au XIXe siècle » (Tome 2 chap.35 p. 594-60619), du Docteur Bataille, pseudonyme du fameux mystificateur Léo Taxil.

En page 22 de « Satan : Prince de ce monde »20, Carr renvoie au Cardinal José María Caro Rodríguez du Chili « The Mysteries of Freemasonry Unveiled » p. 115-6. Le Cardinal lui-même renvoie à The Cause of World Unrest, p. 7721 (voir plutôt les pages 50 à 52). The Cause of World Unrest22 est une compilation d'articles parus dans le London Morning Post en juillet 1920. (Selon certains23, ils ont peut-être été écrits par Ian Colvin, l'éditeur H. A. Gwynne et Nesta Webster). Tant le Cardinal Rodriguez que l'auteur de The Cause of World Unrest identifient « Le diable au XIXe siècle » comme étant la source de la lettre.

Terry Melanson18 a aussi le mérite d'avoir montré que cette prétendue lettre de Pike à Mazzini ne présente pas la moindre référence à « trois guerres mondiales », ni même le mot « illuminati », « communiste », « sioniste », « fasciste », « nazisme » ou « islam ». William Carr attribue à la lettre de Pike à Mazzini le passage suivant:

« The Second World War must be fomented by taking advantage of the differences between the Fascists and the political Zionists. This war must be brought about so that Nazism is destroyed and that the political Zionism be strong enough to institute a sovereign state of Israel in Palestine. During the Second World War, International Communism must become strong enough in order to balance Christendom, which would be then restrained and held in check until the time when we would need it for the final social cataclysm. »

« La deuxième guerre mondiale devra être fomentée en tirant parti des différences entre les fascistes et le sionisme politique. Cette guerre devra être conduite de telle sorte que le nazisme soit détruit et que le sionisme politique devienne suffisamment puissant pour créer un état souverain d'Israël en Palestine. Durant la seconde guerre mondiale, le communisme international devra devenir assez puissant pour contrebalancer le christianisme, qui sera alors maîtrisé et tenu en échec aussi longtemps que nous en aurons besoin avant le cataclysme social final. »

Une telle citation ne se trouve nulle part dans la lettre de Pike publiée dans Le diable au XIXe siècle24. De plus, l'emploi des termes « Fascists » et « Nazism », qui n'existaient pas en 1871 (le congrès de Bâle n'aura lieu qu'en 1897 tandis que le parti politique NSDAP originel de l'appellation « nazi » sera lui créé en 1920) démontre selon les historiens qu'il s'agit d'un faux avec un recul suffisant[réf. souhaitée]. Cependant les tenants de la théorie du complot maintiennent que Pike devait les connaître, puisque ces mouvements, selon eux, auraient été inventés par les illuminati16.

Le seul extrait de la lettre de Pike (telle qu'on la retrouve dans « Le diable au XIXe siècle ») à être cité par Carr15, le Cardinal Rodriguez21 et l'auteur de The Cause of World Unrest25 est celui-ci :

« (...)nous déchaînerons les révolutionnaires nihilistes et athées, et nous provoquerons un formidable cataclysme social, qui montrera bien aux nations, et dans toute son horreur, l'effet de l'incroyance absolue, mère de la sauvagerie et du plus sanglant désordre. Alors, partout, les citoyens, obligés de se défendre contre la minorité folle des révoltés, extermineront ces destructeurs de la civilisation; et les innombrables désabusés de l'adonaïsme, dont l’âme déiste sera jusqu’à ce moment restée sans boussole, ayant soif d'idéal, mais ne sachant à quel dieu décerner leurs hommages, recevront la Vraie Lumière, par la manifestation universelle de la pure doctrine luciférienne, rendue enfin publique, manifestation qui surgira du mouvement général de réaction, à la suite de l’écrasement de l’athéisme et de l'adonaïsme [Christianisme], tous deux vers le même temps vaincus et exterminés. »

Annexes

(en) Cet article est partiellement ou en totalité issu de l’article de Wikipédia en anglais intitulé « Albert Pike » (voir la liste des auteurs).

Bibliographie

(en) Walter Lee Brown, A Life of Albert Pike, University of Arkansas Press, 1997
(en) Robert Lipscomb Duncan, Reluctant General: The Life and Times of Albert Pike, Dutton Ed., 1961
(en) Albert Pike, Morals and dogma of the ancient and accepted Scottish Rite
(fr) Albert Pike, Morales et dogme - Du maître secret au chevalier Rose-Croix, Éditions Christian Guigue, 2005
(fr) Albert Pike, Morales et dogme - Du grand pontife (19e) au Sublime prince du royal secret (32e), Éditions Christian Guigue, 2013
(en) Albert Pike, "Masonic Ritualist", "The Enyclopœdia of Freemasonry"
(fr) Arthur Preuss, Étude sur la Franc-Maçonnerie Américaine, Ouvrage traduit par Mlle A. Barrault, Réédition avec préface du Centro Librario Sodalitium (Italie), 1998

Articles connexes

Sur les autres projets Wikimedia :

Albert Pike, sur Wikiquote

Suprême Conseil de la Juridiction Sud
Rite écossais ancien et accepté
Antimaçonnisme
Théorie du complot
Ku Klux Klan

Documentation externe

Le livre Morals and dogma d’Albert Pike en ligne (lien vérifié le 18/03/2011).
Notices d'autoritéVoir et modifier les données sur Wikidata : Fichier d'autorité international virtuel • International Standard Name Identifier • Bibliothèque nationale de France (données) • Système universitaire de documentation • Bibliothèque du Congrès • Gemeinsame Normdatei • Bibliothèque nationale d'Espagne • WorldCat

Notes et références

↑ Hubbell, Jay B. The South in American Literature: 1607-1900. Durham, North Carolina: Duke University Press, 1954: 640.
↑ a, b, c, d, e, f, g et h Handbook of Texas Online, s.v. "Pike, Albert" , http://www.tshaonline.org/handbook/online/articles/fpi18 [archive] (accessed December 15, 2008).
↑ a et b http://www.encyclopediaofarkansas.net/encyclopedia/entry-detail.aspx?entryID=1737 [archive]
↑ David Morris Potter, Don Edward. The impending crisis, 1848-1861. HarperCollins, 1976. (Page 467)
↑ "The Phoenix" , Manly P. Hall
↑ a, b, c, d et e Article Pietre Stones [archive]
↑ Voir page 27 in Ku Klux Klan: Its Origin, Growth and Disbandment, John C. Lester, Daniel Love Wilson et Walter Lynwood Fleming, Neale Publishing, 1905 qui soutient que « General Albert Pike, who stood high in the Masonic order, was the chief judicial officer of the Klan »
↑ Voir page 20 in A Chronology and Glossary of Propaganda in the United States, Richard Alan Nelson, Greenwood Press, 1996 :« (...) Ku Klux Klan is founded in Nashville, Tennessee, by General Albert Pike and others as a secret society (...) »
↑ Voir aussi pages 157-158 in
↑ Historia n°spécial 48, 1997 (ISSN 0018-2281), p. 52
↑ Le diable au XIXe siècle, Dr Bataille (Léo Taxil), 1895, p. 594-606 [archive]
↑ Morals and dogma, étude du 19e degré [archive] (lien vérifié le 21/02/2007)
↑ Chapitre XXX KNIGHT KADOSH [archive] (en)
↑ Éric Saunier, La maçonnerie est-elle à l'origine de la Révolution ?, L'histoire n°256 (ISSN 0182-2411), p. 30
↑ a, b, c et d Des pions sur l'échiquier, William Guy Carr, 1955, p. 20-21 [archive]
↑ a, b et c Voir par exemple Albert Pike and Three World Wars [archive] (en).
↑ Voir par exemple : William Guy Carr repeats the lies [archive](en).
↑ a et b Albert Pike To Mazzini, August 15, 1871: Three World Wars? Conspiracy Archive [archive]
↑ Le diable au XIXe siècle, Dr Bataille, Tome 2, chap.XXXV, p. 594-606 [archive]
↑ Satan Prince of This World, William Guy Carr, 1966, p. 22 [archive]
↑ a et b The Mysteries of Freemasonry Unveiled, Christian Book Club of America, 2006, p. 115-116 [archive]
↑ The Cause of World Unrest, date et auteurs incertains (Ian Colvin, H.A. Gwynne, Nesta Webster, 1920, p. 50-52) [archive]
↑ Antisemitism: A Historical Encyclopedia of Prejudice and Persecution, By Richard S. Levy [archive]
↑ Le diable au XIXe siècle, Dr Bataille, Tome 2, chapitre XXXV, p. 594-606 [archive]
↑ The Cause of World Unrest (date et auteurs incertains: Ian Colvin, H.A. Gwynne, Nesta Webster) 1920, p. 50-52 [archive]

Liens externes

Notices d'autoritéVoir et modifier les données sur Wikidata : Fichier d'autorité international virtuel • International Standard Name Identifier • Bibliothèque nationale de France (données) • Système universitaire de documentation • Bibliothèque du Congrès • Gemeinsame Normdatei • Bibliothèque nationale d'Espagne • WorldCat

Portail de la franc-maçonnerie Portail de la franc-maçonnerie Portail des forces armées des États-Unis Portail des forces armées des États-Unis Portail de la guerre de Sécession Portail de la guerre de Sécession

Catégories :

Personnalité de la franc-maçonnerie américaineGénéral de brigade de la Confederate States ArmyAuteur sur la franc-maçonnerieAvocat américain du XIXe siècleNaissance en décembre 1809Naissance à BostonDécès en avril 1891Décès à Washington (district de Columbia)

et
ATENTION VIRUS
Luciférisme et satanisme des 3 points
Par Lanz-blum dans Accueil le 21 Août 2016 à 01:09
http://lacaste3points.eklablog.com/luciferisme-et-satanisme-des-3-points-a113002478?noajax&mobile=1

Albert PIKE était un franc maçon américain,né à Boston en 1809.Avocat de métier,il devint souverain grand commandeur du rite écossais sur la juridiction sud,de 1859,à sa mort en 1891.

C'est lui qui a réécrit le rituel des 33 grades,dit rituel de Pike,une version américaine du rite écossais.

Il a aussi écrit le livre "morales et dogmes"qui est un plagiat du "rituel de haute magie" d'Eliphas Lévi, pseudonyme de l'abbé Alphonse Louis Constant,un franc maçon initié le 26/04/1861 à la loge parisienne:"La rose du parfait silence".Il devint maître,puis orateur.Ce franc maçon est plus grand occultiste du 19° siècle.

Pendant la guerre de Sécession,Albert PIKE se plaça du côté des Sudistes esclavagistes de la main d'oeuvre africaine,déportée de force d'Afrique.Pendant cette guerre,on l'appela général.

Il leva pour cette guerre de Sécession,moyennant finances,une armée d'Indiens peaux rouges pour combattre les Nordistes.Il commit toute une série d'atrocités.Malgré ses crimes,il fut gracié à la fin des hostilités.

Le 14/07/1889,célébrant le centenaire de la révolution Française,il déclarait devant un aéropage de hauts gradés,

(cité par Rémy de Laon):

"La religion maçonnique doit être maintenue dans la pureté de la doctrine Luciférienne.

Le Dieu de la Lumière est le Dieu bon des francs maçons.Les francs maçons,ces fils de la lumière luciférienne doivent lutter contre Adonaï,le dieu des juifs et des chrétiens,le dieu de ténèbres et de l'enfer."

Ce mot Lucifer vient d'Isaïe:14:12/15

"Comment ! Te voilà déchu des cieux,astre brillant (Lucifer),fils de l'aurore.

Comment !Tu es abattu sur le sol,toi qui terrassais les nations.

Tu te disais,j'escaladerai les cieux,au dessus des étoiles,j'érigerai mon trône.

Je siégerai sur la montagne de l'assemblée,à l'extrême septentrion.

Je monterai sur les plus hautes nues,je deviendrai l'égal du Très Haut.

Et bien ! Lucifer,astre brillant,te voilà précipité au séjour des morts,tout au fond du trou"

Dans l'Evangile,Lucifer est assimilé à Satan:

"Jésus leur dit:"je voyais tomber Satan comme la foudre"

(Luc:10:18)

Lucifer est le symbole de l'orgueil intellectuel,de ce désir prométhéen d'égaler et même de surpasser Dieu.



Un autre franc- maçon :Oswald Wirth a été initié le 26/01/1884.Il devint Vénérable de la loge écossaise:

"Travail des vrais amis fidèles" dépendant de la grande loge de France.

Dans son livre "le Compagnon",il écrit aux pages 92/93:

"Le Serpent,inspirateur de désobéissance,d'insubordination et de révolte,fut maudit par les anciens théocrates.

Mais il était tenu dans la plus haute estime par les initiés.

Le Serpent séducteur qui incita à mordre dans le fruit de l'arbre de la connaissance du bien et du mal est l'impulsion la plus noble et la plus subtile,dont le propre et de faire éprouver à l'individu le besoin de s'élever dans l'échelle des êtres.

Le Serpent,cet aiguillon secret est le promoteur de tous les progrès,de toutes les conquêtes qui étendent la sphère d'action des individus aussi bien que des collectivités"



Oswald Wirth continue dans ses livres:"Le franc maçon se divinise et parachève la Création laissée imparfaite par Dieu.

Car le but de la franc maçonnerie est la conquête de la lumière intellectuelle."

Dans son livre "le tarot des imagiers du moyen âge",pages 201 et 207,Oswald Wirth écrit:

"L'adepte sérieux n'ignore pas que le Diable est le grand agent magique auquel les miracles s'effectuent.

Rien ne peut se faire sans le Diable.C'est le Diable qui nous fait vivre matériellement.

Ici-bas,d'une manière générale,nul ne règne sans faire alliance avec le Diable"

A la page 198 de son livre "l'Apprenti",il écrit:

"La Révolte crée l'individu,car il faut s'insurger pour être.Tel est le sens du mythe de la chute adamique."



Ces livres édités par les éditions Dervy sont des références dont l'étude est recommandée en franc maçonnerie

On est donc bien loin par cet appel à la révolte de réaliser le plan de Dieu.Mais le grand architecte de l'univers des francs maçons n'est pas le Dieu des chrétiens,ce peut être l'âme de l'humanité déïfiée,la pensée ou une force inconnue qui diffère de loin de la notion de Dieu le Père pour les chrétiens.

C'est le cerveau humain et la lumière intellectuelle qui sont mises au rang de Dieu suprême, supérieurs mêmes au Créateur qui aurait fait une Création imparfaite.



Pour les francs maçons,le Bien est appelé Mal et le Mal est appelé Bien.Il faut rappeler que le marquis de SADE,mot qui a donné SADISME était fils de franc maçon et franc maçon lui-même.Il fut membre de loge "les amis de la liberté du grand orient en 1790.Telle est la subversion de la franc maçonnerie,ce qui explique bien notre décadence de civilisation.

Le mariage pour tous,en réalité lesbiano-sodomite a été imposé par les francs maçons et le lobbing maçonnique du milliardaire Pierre Bergé ami de François Hollande.Pierre Bergé,actionnaire au journal "le Monde",fondateur du journal homosexuel Têtu vécut en en union sodomite avec feu le couturier Yves St Laurent.C'est le franc maçon Noël Mamère,maire écologiste de Bègles en Gironde et ancien candidat à la présidentielle qui fut le promoteur en France du premier mariage gay.( Selon ces misérables écologistes,la sodomie,comme le croisement du cheval et de l'ânesse qui donne la mule stérile, serait écologique.)

Pour l' écologiste Cécile Duflot,elle ne propose rien de mieux que de loger les SDF dans les églises .

Quant à l'écologiste José Bové,il est allé à Ramallah en Judée Samarie faire la bise (maçonnique ?) à l'assassin Yasser Arafat,neveu et fils spirituel du grand mufti de Jérusalem qui a collaboré avec Hitler pour la solution finale des juifs.

Dans le rite écossais ancien et accepté (REAA) qui celui qui est celui qui est le plus largement pratiqué dans tout le monde maçonnique,le 30° degré marque la fin de la progression initiatique.

Les trois autres degrés:31°,32°,33° ne sont que des grades administratifs.

Ce degré suprême ou ou 30°'est le grade de chevalier Kadosh qui signifie "saint" en hébreu.

C'est un rite de vengeance.L'adepte doit empoigner le fac similé de la tête décapitée du roi Philippe le Bel .C'est le roi Philippe le Bel,qui avec l'aval du pape Clément V a détruit l'ordre des Templiers. Il a fait monter sur le bûcher et brûlé vif Jacques de Molay ,le 23° grand maître des Templiers.Or,les francs maçons se veulent héritiers des Templiers.

Tenant la tête décapitée du roi,l'Adepte Kadosh doit dire le mot NEKAM,qui signifie:"je l'ai tué".

Puis on apprend au chevalier Kadosh que pour élever le temple de l'humanité,il faut abolir tout culte basé sur la Révélation,donc la religion chrétienne,renier toute autorité et abolir le trône et l'autel

Car le but de la franc maçonnerie est d'établir sur cette terre le vrai culte de la liberté et de l'égalité.

Quand à la fraternité,celle- ci est réservée uniquement à ceux qui se reconnaissent dans les trois points maçonniques.

Ainsi donc,l'initiation maçonnique se termine au 30° degré par le crime et la loi du talion.

On ne s'étonnera donc pas de l'anarchisme des francs maçons.

"Ni dieu ni maître et vive la sociale" concluait dans ses discours, le secrétaire général et franc maçon de FO,le syndicat des patrons financé par la CIA américaine pour briser la CGT.

L'anarchiste Proudhon,initié à la loge de Besançon Spucar le 8 janvier 1847 écrivit son brûlot:la propriété,c'est le vol et inspira Karl Marx.Le Russe et prince Bakounine,à l'origine du syndicalisme révolutionnaire a été reçu Maçon en 1845.

Le chanteur et compositeur Léo Ferré membre de la grande loge de France, célèbre dans une de ses chansons les anarchistes

Mais la franc maçonnerie est une pieuvre a plusieurs ramifications.Elle compte parmi ses membres la bourgeoisie ainsi que les banquiers comme la famille juive Rothschild née Bauer avec les barons francs maçons: James,Anselme et Ferdinand.Ce dernier fonda la "Ferdinand Rothschild Lodge N° 2430" en Angleterre.

Mais peu importe ces contradictions,l'arrière loge de la franc maçonnerie c'est le matérialisme satanique.Là,elle remplace les rois par un parti despotique et tout puissant et plus loin,elle exploite les hommes et les ressources de toute la planète.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.atelier-yannistignard.com
yanis la chouette



Nombre de messages : 4284
Localisation : http://yanis.tignard.free.fr
Date d'inscription : 12/11/2005

MessageSujet: Re: Toulouse,Le Laïc et Y'becca ou Sorcelleries Rose et Violette   Sam 15 Oct à 9:49

Walter Lynwood Fleming (1874-1932) est un historien et essayiste américain.

Sommaire

1 Thèses
2 Publications
3 Bibliographie
4 Notes et références
5 Liens externes

Thèses

Fleming et quelques auteurs comme Susan Lawrence Davis ont tenté de tracer un lien entre le Ku Klux Klan et la franc-maçonnerie1. En effet, le chef maçonnique Albert Pike aurait occupé un rang élevé au sein du KKK2,3.
Publications

"The Buford Expedition to Kansas," American Historical Review, VI (1901), 38-48.
"Documentary History of Reconstruction" Volume I (1906) and Volume II (1907).
Documentary History of Reconstruction: Political, Military, Social, Religious, Educational & Industrial: 1865 to 1906 (reprinted 1966 with introduction by David Donald) 2 vols., xviii, 493 and xiv, 480 pp.
Fleming, Walter L. Civil War and Reconstruction in Alabama 1905. the most detailed study; Dunning School full text online, 805 pp
"Immigration to the Southern States," in the Political Science Quarterly, XX (1905), 276-97. in JSTOR
"Blockade Running and Trade Through the Lines into Alabama, 1861-1865," South Atlantic Quarterly, IV (1905), 256-72.
"Reorganization of the Industrial System in Alabama after the Civil War," American Journal of Sociology, X (1905), 473-99. in JSTOR
"The Freedmen's Savings Bank," Yale Review, XV (1906), 40-67, 134-46.
"'Pap' Singleton, The Moses of the Colored Exodus," American Journal of Sociology, XV (1910), 61-82 in JSTOR
General W.T. Sherman as college president; a collection of letters, documents, and other material, chiefly from private sources, relating to the life and activities of General William Tecumseh Sherman, to the early years of Louisiana State University (1912)
A Ku Klux Document in the Mississippi Valley Historical Review, (1915), 1:575-78. in JSTOR
Ku Klux Klan: Its Origin, Growth and Disbandment, avec John C. Lester et Daniel Love Wilson, Neale Publishing, 1905
The Sequel of Appomattox: A Chronicle of the Reunion of the States (Yale University Press: Chronicles of America series; vol. 32) (1919) online version
The Freedmen's Savings Bank: A Chapter in the Economic History of the Negro Race, x, 170 pp. (University of North Carolina Press: 1927; reprinted by Negro Universities Press, 1970)
Louisiana State University, 1860-1896 (1936), 499pp
The Religious and Hospitable Rite of Feet Washing (Sewanee, TN, University Press, 1908). 15 pp. Reprinted from The Sewanee Review, XVI (January, 1908), 1-13.

Bibliographie

William C. Binkley. "The Contribution of Walter Lynwood Fleming to Southern Scholarship," The Journal of Southern History, Vol. 5, No. 2 (May, 1939), p. 143–154 in JSTOR
John Hope Franklin. Race and History: Selected Essays, 1938-1988(Louisiana State University Press: 1989) p. 65, 411.(from essay first published in The Southerner as American, ed. Charles G. Sellers (Chapel Hill: University of North Carolina Press, 1960).
Fletcher M. Green. "Walter Lynwood Fleming: Historian of Reconstruction," The Journal of Southern History, Vol. 2, No. 4. (Nov., 1936), p. 497–521. in JSTOR

Notes et références

↑ Voir Authentic History, Ku Klux Klan, 1865-1877, Susan Lawrence Davis, S. L. Davis, 1924
↑ Voir page 27 in Ku Klux Klan: Its Origin, Growth and Disbandment, John C. Lester, Daniel Love Wilson et Walter Lynwood Fleming, Neale Publishing, 1905 qui soutient que « General Albert Pike, who stood high in the Masonic order, was the chief judicial officer of the Klan»
↑ p. 20 in A Chronology and Glossary of Propaganda in the United States, Richard Alan Nelson, Greenwood Press, 1996 :« (...) Ku Klux Klan is founded in Nashville, Tennessee, by General Albert Pike and others as a secret society (...) »

Liens externes

Notices d'autoritéVoir et modifier les données sur Wikidata : Fichier d'autorité international virtuel • International Standard Name Identifier • Système universitaire de documentation • Bibliothèque du Congrès • Gemeinsame Normdatei • WorldCat

Portail des États-Unis Portail des États-Unis Portail de l’histoire Portail de l’histoire
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.atelier-yannistignard.com
yanis la chouette



Nombre de messages : 4284
Localisation : http://yanis.tignard.free.fr
Date d'inscription : 12/11/2005

MessageSujet: Re: Toulouse,Le Laïc et Y'becca ou Sorcelleries Rose et Violette   Sam 15 Oct à 9:52

Giuseppe Mazzini, né le 22 juin 1805 à Gênes et mort le 10 mars 1872 à Pise, est un révolutionnaire et patriote italien, fervent républicain et combattant pour la réalisation de l'unité italienne. Il est considéré avec Giuseppe Garibaldi, Victor-Emmanuel II et Camillo Cavour, comme l'un des « pères de la patrie ».

Mazzini a participé et soutenu tous les mouvements insurrectionnels en Italie qui se sont avérés pour leur grande majorité des échecs mais son action a eu pour effet d'ébranler les petits États de la péninsule et d'inquiéter les plus grands comme le Royaume de Sardaigne, puis le Royaume d'Italie à partir de 1861, la France et l'Empire d'Autriche dont Metternich, Premier ministre autrichien, dit de lui : « J'ai dû lutter avec le plus grand des soldats, Napoléon. Je suis arrivé à mettre d'accord entre eux les empereurs, les rois et les papes. Personne ne m'a donné plus de tracas qu'un brigand italien : maigre, pâle, en haillons, mais éloquent comme la tempête, brûlant comme un apôtre, rusé comme un voleur, désinvolte comme un comédien, infatigable comme un amant, qui a pour nom : Giuseppe Mazzini. »1.

Ses idées et son action politique ont largement contribué à la naissance de l'État unitaire italien alors que les condamnations des différents tribunaux de l'Italie l'ont forcé à l'exil et la clandestinité jusqu'à sa mort. Les théories mazziniennes sont d'une grande importance dans la définition du mouvement moderne européen par l'affirmation de la démocratie à travers la forme républicaine de l'État. En politique italienne, il constitue une référence permanente, ce qui lui a valu d'être récupéré par toutes les tendances politiques : le fascisme, la résistance et sa famille républicaine.

Sommaire

1 Biographie
1.1 Famille et jeunesse
1.2 Situation politique de l'Italie
1.3 Le début de l’activité révolutionnaire
1.4 L'échec des mouvements insurrectionnels
1.4.1 Les émeutes de Savoie (1833)
1.4.2 La tentative d'invasion de la Savoie et les émeutes de Gênes (1834)
1.4.3 La démarche européenne
1.4.4 Les frères Bandiera (1844)
1.4.5 Les révolutions manquées
1.4.6 L'expédition de Sapri (1857)
1.5 Après l'unité
2 La pensée politique
2.1 L'idée répandue en Europe à l'époque de Mazzini
2.1.1 La conception progressiste et le mazzinisme
2.2 La conception mazzinienne
2.2.1 Dio e Popolo
2.2.2 Patrie et humanité
2.2.3 L'initiative italienne
2.3 La fonction de la politique
2.4 La question sociale
3 Le rôle historique de Mazzini
3.1 Mazzini entre fascisme et antifascisme
3.2 L'après-guerre
4 Portrait et vie sentimentale
5 Hommages
6 Œuvres
6.1 Presse
6.2 Essais
6.3 Films
7 Notes et références
7.1 Références
8 Bibliographie
9 Voir aussi
9.1 Articles connexes
9.2 Liens externes

Biographie
Famille et jeunesse

Giuseppe Mazzini, qui est appelé Pippo par ses parents et ses trois sœurs, est né à Gênes de Giacomo, médecin et professeur d'anatomie de l'université de Gênes, originaire de Chiavari et personnage marqué par le jansénisme, actif en politique au moment de la République ligure et au cours de la période napoléonienne et de Maria Drago, fervente janséniste 2,3. Très précoce, à l'âge de 14 ans, il s'inscrit à l'Université de Gênes en médecine, comme le veut son père, mais, selon un récit de sa mère, il renonce après s'être évanoui lors de sa première expérience d'autopsie. Il s'inscrit alors en droit, où il est signalé pour sa rébellion contre le règlement qui impose d'aller à la messe et en confession. À 15 ans, il est arrêté parce que, dans l'église, il refuse de laisser la place aux cadets du Collège Royal2,4. En mars 1821, il participe à sa première manifestation qu'il n'évoque pas dans son autobiographie jugeant l'évènement mineur5.

Le passionné de littérature tombe amoureux de Goethe, Shakespeare, Byron et Foscolo, il est particulièrement impressionné par le roman Jacopo Ortis au point de ne vouloir s'habiller qu'en noir2. En 1821 il prend conscience de sa vocation, profondément marqué par le passage, à Gênes, des fédérés piémontais qui, après leur tentative insurrectionnelle, s’embarquent pour l’Espagne où la lutte continue. Chez le jeune Mazzini, apparaît pour la première fois la pensée « qu'on pouvait, donc qu'il fallait, lutter pour la liberté de la patrie. »2,6,5.

En 1826, il écrit son premier essai littéraire, Dell'amor patrio di Dante publié en 1837, où Dante est présenté comme le précurseur des aspirations à l'indépendance italienne7.

Le 16 avril 1827, il obtient son diplôme en droit civil et droit canon à (in utroque iure) et, la même année, une licence de philosophie. Mazzini commence à affirmer, contre le pouvoir en place, que la « patrie d’un Italien n’est ni Rome, ni Florence ou Milan, mais l’Italie tout entière »8. Il commence à exercer dans l'étude d'un avocat, mais l'activité qui l'occupe la plupart du temps est celle de rédacteur auprès de l'Indicatore genovese dans lequel Mazzini commence à publier des écrits politiques, la censure laisse faire avant de suspendre le journal (décembre 1828)2,9.

C'est à cette époque que lui nait une nouvelle pensée, la doctrine du progrès, inspirée par François Guizot et Victor Cousin9.
Situation politique de l'Italie
La nouvelle Europe de 1815
La nouvelle Europe de 1815.

Par le congrès de Vienne de 1815, qui accompagne la chute de Napoléon Ier, et qui est en grande partie orchestré par le Premier ministre autrichien, Metternich, la péninsule italienne se retrouve partagée en de multiples petits États le plus souvent sous domination autrichienne ; il en va ainsi des grandes villes du Nord, Milan, Venise rassemblées dans le Royaume lombard-vénitien, du duché de Parme, du duché de Modène et du grand-duché de Toscane. Le Royaume de Sardaigne, dont les monarques sont issus de la Maison de Savoie et ont choisi Turin pour capitale, dans le Piémont, conserve sa souveraineté.

Le retour de monarchies absolues en Europe ravive le désir de liberté et, en 1820, la péninsule est confrontée aux premiers soulèvements organisés par l’association des Carbonari qui s’opposent à la présence autrichienne. Ces insurrections, auxquelles prennent part essentiellement des étudiants, des militaires et la jeune bourgeoisie en écartant les masses populaires, ne parviennent pas, à quelques exceptions près, à s’imposer10 et elles sont durement réprimées.

Ces événements forment le prélude au printemps des peuples et c’est dans ce climat de révolte que Mazzini va s'affirmer comme un leader des mouvements insurrectionnels s'opposant à la fois à ce qu'il considère, à l'occupation autrichienne et au pouvoir politique du Royaume de Sardaigne.
Le début de l’activité révolutionnaire

En 1827, Mazzini est membre des carbonari dont il devient, en 1830, un véritable dirigeant11. Il est poursuivi par la police piémontaise pour ses idées et ses activités, ce qui lui vaut d'être emprisonné à Savone, la même année. N'étant pas en mesure de prouver sa culpabilité, la police de Savoie le contraint à choisir entre la résidence surveillée dans une petite ville du Piémont ou l'exil12. Mazzini préfère affronter l'exil12 et en février 1831, il part en Suisse, puis à Lyon et enfin à Marseille où il entre en contact avec les groupes de Philippe Buonarroti et avec le mouvement saint-simonien alors diffus en France13.

Il commence une analyse de l'échec des émeutes dans les duchés et les légations pontificales de 1831 et pense que les groupes carbonari ont échoué surtout en raison de la contradiction de leurs programmes et l'hétérogénéité de la classe qui en fait partie et qu'il n'avait pas été possible de réaliser une amplification du mouvement insurrectionnel en raison de l'étroitesse des projets politiques des différentes provinces, il en avait été ainsi lors des émeutes de Turin de 1821 quand les tentatives de fraternisation avec les Lombards avaient échoué. Enfin il fallait renoncer, comme en 1821, à rechercher l'appui des princes et, comme dans les émeutes de 1830-1831, l'aide des Français14.
Le drapeau de la Giovine Italia.

Mazzini organise en 1831 un mouvement politique appelé Giovine Italia15 inspiré par le socialisme et qui s'appuie sur la jeunesse16. Il prend une orientation prophético-religieuse17,14, la devise de l'association est « Dieu et peuple ». Son but est l'union des États italiens18 en une seule république avec un gouvernement central comme la seule condition possible pour la libération du peuple italien des envahisseurs étrangers. Le projet fédéraliste, selon Mazzini, parce que sans unité, manque de vigueur, aurait fait de l'Italie une nation faible, naturellement destinée à être soumise aux puissants États unitaires voisins : le fédéralisme de plus aurait rendu inefficace le projet du Risorgimento, faisant renaitre les rivalités municipales, encore vives, qui ont aux yeux des idéologies radicales et démocrates du XIXe siècle caractérisé « la pire histoire » de l'Italie médiévale19. L'objectif républicain et unitaire devait être atteint par un soulèvement populaire dirigé par une guerre en bande.

Avec la création de Giovane Italia en 1831 le mouvement insurrectionnel est organisé sur des objectifs politiques précis : l'indépendance, l'unité et la liberté. Il faut alors une grande mobilisation populaire car la libération italienne ne peut pas être atteinte par l'action de quelques-uns, mais avec la participation des masses. Renoncer, enfin, à toute aide extérieure pour la révolution « La Giovine Italia est déterminée à tirer parti des événements de l'étranger, mais à ne pas en faire dépendre l'heure et la nature de l'insurrection »20.

Les moyens pour atteindre ces objectifs sont l'éducation et l'insurrection. Par conséquent il est nécessaire que la Giovane Italia perdent autant que possible son caractère secret, mais suffisamment pour se défendre de la police, et acquérir celle de société de propagande du message politique de l'indépendance, de l'unité et de la république, notamment au travers du journal La Giovine Italia fondé en 1832 et une « association tendant avant tout à un objectif d'insurrection, mais essentiellement éducatrice jusqu'à ce jour et après ce jour » 21,22.

À l'issue des années 1833 et 1834, l'association disparaît pendant quatre ans, pour ne reparaître qu'en 1838 en Angleterre. Dix ans plus tard, le 5 mai 1848, l'association sera définitivement dissoute par Mazzini, qui fonde, à sa place, l'Associazione Nazionale Italiana (Association nationale italienne).

Le 27 avril 1831, Charles-Albert de Sardaigne accède au trône du Royaume de Sardaigne déclenchant de grands espoirs en raison de sa participation aux événements insurrectionnels de 1821 à Turin. Mazzini, bien que républicain, lui envoie une lettre publiée à Marseille l'invitant à devenir roi d'Italie et à se mettre à la tête du mouvement national italien et de renoncer aux choix. Charles-Albert ne répond pas à l'appel et s'engage dans une sévère répression contre les mouvements libéraux23,24.

La même année, Mazzini rencontre une femme de la noblesse aux idées mazziniennes et républicaines Giuditta Bellerio Sidoli, veuve du patriote Giovanni Sidoli et exilée aussi à Marseille. En 1832, elle donne naissance à Joseph Adolphe Démosthène Aristide Belleri Sidoli dit Adolphe, qui meurt à l'âge de trois ans, en 183515.
L'échec des mouvements insurrectionnels
Mazzini, photo signée, prise par Domenico Lama.

Les adhésions enthousiastes au programme de la Giovane Italia se produisent surtout parmi les jeunes de Ligurie, du Piémont, de l'Émilie et de Toscane, qui se mettent immédiatement à l'épreuve en organisant au cours des années 1833-1834 une série d'insurrections qui se concluent par des arrestations, des emprisonnements et des condamnations à mort. Giuditta est l'administratrice et la comptable du journal politique la Giovine Italia. Apprenant l'arrestation imminente par les autorités françaises de Mazzini qui à cette époque est gravement malade, elle le suit dans son exil à Genève pour prendre soin de lui.
Les émeutes de Savoie (1833)

Début 1833, Mazzini organise sa première insurrection qui a comme foyers révolutionnaires Chambéry, Turin, Alexandrie et Gênes. Il envisage l'assassinat de roi Charles-Albert et compte sur une vaste adhésion de l'armée. Mais avant même le début du soulèvement, la police des Savoie, en raison d'une rixe survenue entre les soldats de Savoie, découvre et arrête plusieurs des conjurés qui sont durement poursuivis car la loyauté de l'armée envers le Charles-Albert est le fondement de la sécurité de son pouvoir. Parmi les condamnés il y a les frères Giovanni et Jacopo Ruffini, amis personnels de Mazzini et à la tête de la Giovine Italia de Gênes, l'avocat Andrea Vochieri et l'abbé turinois Vincenzo Gioberti. Ils sont jugés par un tribunal militaire, et douze d'entre eux sont condamnés à mort, parmi lesquels Vochieri, tandis que Jacopo Ruffini, afin de ne pas trahir, se suicide en prison ce dont Mazzini se sent responsable25. Mazzini, qui entre temps est expulsé de la France (août 1832), est condamné à mort par le tribunal militaire d'Alexandrie (26 octobre 1833) pour avoir « concerté, excité et promu » au moyen d'« écrits séditieux » une large conspiration afin de détruire l'ordre en place26.
La tentative d'invasion de la Savoie et les émeutes de Gênes (1834)

L'échec du premier mouvement insurrectionnel n'arrête pas Mazzini, convaincu que c'est le moment opportun et que le peuple va suivre Il espère aussi que l'expédition provoque un conflit international notamment entre la France et l'Autriche ce qui provoque l'intérêt des démocrates européens particulièrement les républicains français27. Depuis Genève, avec d'autres Italiens et quelques Allemands et Polonais, au total 200 hommes, il organise à l'action militaire contre l’État des Savoie. À la tête de la révolte il y a le général Gerolamo Ramorino28, plus mercenaire que général, qui a déjà pris part aux émeutes de 1831, ce choix s'avère être une erreur car Ramorino joue l'argent collecté pour l'insurrection et reporte sans cesse l'expédition27, de sorte que lorsque le 2 février 1834, il décide de traverser la frontière de la Savoie avec ses hommes, quelques centaines, la police, alertée depuis longtemps, disperse très facilement les volontaires qui occupent un poste douanier29.


Au même moment, une révolte doit éclater à Gênes sous la direction de Giuseppe Garibaldi qui s'est enrôlé dans la marine de guerre sarde afin de faire de la propagande révolutionnaire parmi les équipages. Quand il arrive sur le lieu où le soulèvement aurait dû commencer, il ne trouve personne, et resté seul, il est contraint de fuir. Il réussit à échapper à une condamnation à mort en montant sur un bateau en partance pour l'Amérique du Sud, où il continue à se battre pour la liberté des peuples30. Ces faits sont mis en doute31 et ne sont pas relatés par Garibaldi dans ses mémoires32.

Mazzini, parce qu'il a pris part personnellement à l'expédition avec Gerolamo Ramorino, est expulsé de la Suisse33 et doit chercher refuge en Angleterre. Il y poursuit son action politique par des discours publics, des lettres et des écrits dans les journaux et revues, aidant à distance les Italiens à maintenir le désir d'unité et d'indépendance. Bien que l'échec des mouvements insurrectionnels soit total, après ces événements, la ligne politique de Charles-Albert change, craignant que ces réactions excessives puissent devenir dangereuses pour la monarchie.

Il n'en reste pas moins que les actions donnent du crédit et une notoriété internationale à Mazzini34 ce qui l'incite à poursuivre son objectif depuis l'exil avec une inflexible constance. D'autres tentatives sont des échecs, Palerme, dans les Abruzzes, en Lombardie occupée par les Autrichiens, en Toscane. L'échec de ces nombreux efforts et le prix très élevé du sang versé fait traverser à Mazzini ce qu'il appelle « la tempête du doute »35 dont il sort religieusement convaincu encore une fois de la validité de ses idéaux politiques et moraux.
La démarche européenne

Le 15 avril 1834, près de Berne, sept Italiens dont Mazzini, cinq Allemands et cinq Polonais fonde l'association Giovine Europa36 par une alliance fraternelle37,38.

La Giovine Europa est la plus grande réalisation de ses idées de la liberté des nations. Son but est de fédérer les nations européennes sur des bases républicaines38. Le mouvement a également un rôle important dans la promotion des droits des femmes, comme en témoigne l’œuvre de nombreuses mazziniennes, parmi lesquelles Giorgina Saffi, la femme d'Aurelio Saffi, l'un des plus proches collaborateurs de Mazzini et son héritier en matière de mazzinianisme politique.

Mazzini pense que l'Italie doit prendre la tête du mouvement de régénération de l'Europe39, alors en grande partie sous domination de souverains très autoritaires et particulièrement l'Autriche. Il proclame le principe de « l'égalité de tous les peuples ». Il fonde d'autres mouvements politiques pour la libération et l'unification des autres pays européens : la Giovine Germania, la Giovine Polonia, la Giovine Svizzera, la Giovine Belgio et la Giovine Spagna38. La Giovine Europa inspire également un groupe de jeunes cadets de l'armée turque et d'étudiants qui prendront le nom de Jeunes-Turcs.

En 1835, il publie Foi et avenir rédigé en français et qui fournit une synthèse de ses idées40, et en 1837, Devoirs de l’Homme.

En 1837, il est expulsé de Suisse38 et se fixe à Londres où il vit petitement de la rédaction d'articles de presse et du soutien financier de ses parents41. Il est abandonné par Giuditta Bellerio, qui retourne en Italie pour rejoindre ses enfants. Même après avoir mis fin à leur relation, Mazzini et Giuditta restent en contact : « Souris-moi! C'est le seul sourire qui me vient de la vieN 1 ».

Il fait la connaissance de Thomas Carlyle et de son épouse qui lui fait découvrir Londres et les conditions de vie misérables des émigrés italiens pour qui il crée une école (1841)42. Il tente de lancer des mouvements insurrectionnels à Bologne et à Imola en 1842, à Cosenza en 1844, à Rimini en 1845. Tous sont des échecs.
Les frères Bandiera (1844)

L'émeute organisée à Bologne en 1843, attire deux jeunes officiers de la marine autrichienne, Attilio et Emilio Bandiera. Avec le soutien de Mazzini, ils débarquent près de Cosenza dans le Royaume de Naples, mais ils sont arrêtés et exécutés.
Exécution des frères Bandiera.

Nobles, fils de l'amiral Francesco Bandiera et, à leur tour, officiers de la marine autrichienne, ils adhèrent aux idées de Mazzini et fondent une société secrète, l'EsperiaN 2 avec laquelle ils envisagent de provoquer un soulèvement populaire dans le sud de l'Italie43.

Ils apprennent le déclenchement d'une émeute à Cosenza, le 15 mars, qu'ils croient conduite au nom de Mazzini. Le 13 juin 1844, les frères Attilio et Emilio Bandiera rejoignent la Calabre, accompagnés de dix-sept camarades, du brigand calabrais Giuseppe Meluso et du corse Pietro Boccheciampe. Ils débarquent, le 16 juin 1844, à l'embouchure de la rivière Neto, près de Crotone où ils apprennent que l'insurrection a été réprimée dans le sang et qu'il n'y a plus aucune rébellion contre l'autorité du roi.

Boccheciampe, apprenant qu'il n'y a plus d'insurrection disparaît et se rend au poste de police de Crotone pour dénoncer ses compagnons tandis que les deux frères veulent poursuivre l'entreprise et se rendent à la Sila.

La recherche des rebelles par les gardes civiques des Bourbon débute, aidé par des citoyens ordinaires qui croient que les mazziniens sont des brigands. Rejoints, après quelques échanges de tir, ils sont capturés et conduits à Cosenza, où les frères Bandiera avec d'autres combattants sont fusillés dans le vallon de Rovito, le 25 juillet 184444.

Le roi Ferdinand II remercie la population pour le grand attachement montré à la Couronne et les récompense en distribuant des médailles d'or, de l'argent et des généreuses pensions45.

Mazzini, de son côté, accuse le gouvernement britannique d'avoir transmis des informations sur les expéditions aux Napolitains, et la question est soulevée devant le Parlement britannique. Quand il est admis que sa correspondance privée a été ouverte, et que son contenu a été révélé par le ministère des Affaires étrangères au gouvernement napolitain, Mazzini gagne en popularité et le soutien des libéraux britanniques, qui sont scandalisés par l'intrusion du gouvernement dans sa correspondance privée. Des publications récentes, en particulier la biographie de Sir James Graham, ont tendance à disculper le gouvernement britannique.

Le 28 avril 1847, il crée, avec William James Linton, la People's International League, la première association populaire anglaise à s'occuper d'affaires étrangères après l'annexion d'une partie de la Pologne par l'Autriche46.

Le 8 septembre 1847 il demande au pape Pie IX de prendre la tête d'un mouvement pour l'unité de l'Italie47, celui-ci ne lui répond pas, Mazzini dira dans ses mémoires avoir agi par provocation48 :
Beatissimo Padre, adoro Dio e un’idea che mi pare di Dio: l’Italia una, angelo di unità morale e di civiltà progressiva per le nazioni d’Europa. Non v’è uomo, non dirò in Italia, ma in Europa, che sia più potente di voi. Voi dunque avete immensi doveri. Per opera del tempo e affrettate dai vostri predecessori e dall’alta gerarchia della Chiesa, le credenze sono morte. Il cattolicesimo si è perduto nel dispotismo, il protestantesimo si perde nell’anarchia. Guardatevi intorno, troverete superstiziosi e ipocriti; non credenti. Vi chiamo, dopo tanti secoli di dubbio e di corruttela, ad essere apostolo dell’eterno Vero. Siate credente. Aborrite dall’essere re, politico, uomo di Stato. Unificate l’Italia, la patria vostra. Très Saint Père, j'adore Dieu et une idée qui me parait de Dieu : l'Italie une, ange d'unité morale et de la civilisation progressive pour les nations d'Europe. Il n'est pas un homme, je ne dirai en Italie, mais en Europe, qui est plus puissant que vous. Vous avez donc d'énormes responsabilités. Par l’œuvre du temps qui passe et presser par vos prédécesseurs et par la haute hiérarchie de l'Église, les croyances sont mortes. Le catholicisme s'est perdu dans le despotisme, le protestantisme se perd dans l'anarchie. Regardez autour de vous, vous trouverez des superstitieux et des hypocrites, pas de croyants. J'en appelle à vous, après tant de siècles de doute et de corruption, d'être l'apôtre de la vérité éternelle. Soyez croyant. Abhorrez d'être roi, homme politique, homme d'État. Unifiez Italie, votre patrie.

Le 5 mars 1848, Mazzini est à Paris, où la Deuxième République vient de mettre en place un gouvernement provisoire républicain, mettant ainsi fin à la Monarchie de Juillet. Il lance une nouvelle association politique, l'Associazione Nazionale Italiana (Association nationale italienne) qui remplace Giovine Italia49.
Les révolutions manquées
Vision satirique de la situation politique italienne en mars 1850 signée Gabriele Castagnola et publiée dans le journal de Mazzini, La Strega.
Articles détaillés : Première guerre d'indépendance italienne et République romaine (1849).

Au cours des années 1848-1849, Mazzini a la possibilité, pour la première fois, d'occuper le premier rôle dans les évènements italiens50. Le 7 avril, il se rend en Italie où il est acclamé à Milan qui s'est insurgée contre les Autrichiens. Là, il s'entretient avec les chefs républicains avec qui il s'oppose, notamment Carlo Cattaneo, privilégiant l'indépendance italienne à la démocratie et à la république51. Il quitte la ville après la défaite italienne de Custoza, celle-là même qui contraint Charles-Albert de Sardaigne accepter l'armistice signé par Salasco52. Il se joint à un groupe de volontaires garibaldiens avant de rejoindre la Suisse52 puis la France.

Après l'échec des insurrections de 1848, Mazzini est le chef de la courte expérience de la République romaine avec Aurelio Saffi et Carlo Armellini ce qui est, pour lui, un succès d'une énorme portée, il déclare : « Vingt ans d'exil me sont largement payés »53. Il en est chassé par les Français venus rétablir sur le trône le pape Pie IX.

En 1849, il s'installe à Londres, où il reste jusqu'en 1868. Au cours de cette période, il entre en conflit avec les courants du mouvements démocratique européen leur reprochant de trop mettre en avant le principe des droits de l'homme, au détriment de celui de ses devoirs54 et notamment avec la gauche française55. Ceux-ci lui reprochent d'avoir une activité trop orientée en faveur de l'Italie56 et d'être un tyran en puissance57. George Sand, avec qui il s'est lié d'amitié depuis 1842 et qui préfaça et traduisit son ouvrage " République et Royauté en Italie" en 1850 se détache de lui58. Mazzini collabore avec Ledru-Rollin alors exilé à Londres en créant le Comité central démocratique européen59 et noue des contacts avec Victor Hugo57. La devise Dio e il Popolo, l'appel aux devoirs plutôt qu'aux droits, la critique de la Révolution française constituent, selon l'historien Simon Levis Sullam, les composants anti-démocratiques de sa pensée politique60.

Il tente sans succès de soulever Mantoue (1852), Milan (1853), Gênes et Livourne (1857) ce qui lui vaut une seconde condamnation à mort26. Concernant les évènements de Milan, Karl Marx, dans un article dans le New York Daily Tribune du 8 mars 1853, intitulé « Les mouvements de Milan », critique violemment Mazzini qu'il appelle ironiquement le « Théopompe », le «messager de Dieu», lui attribuant la culpabilité de l’échec des révolutions spontanées par manque d’organisation aboutissant au sacrifice des insurgés, il écrit : « L'insurrection de Milan est importante parce qu'elle est un symptôme de la crise révolutionnaire qui menace le continent européen tout entier. Et elle est admirable en raison de l'acte héroïque d'une poignée de prolétaires qui, armés seulement de couteaux, ont eu le courage d'attaquer une ville et une armée de 40 000 soldats parmi les meilleurs en Europe… Mais comme grand final de la conspiration éternelle de Mazzini, de ses proclamations ronflantes et ses tirades contre le peuple français, est un résultat très pauvre. La présomption est que, désormais, il faut mettre fin aux révolutions improvisées, comme disent les Français… En politique, comme cela se fait dans la poésie, les révolutions ne sont jamais faites sur ordre ». Avec cet échec, Mazzini dilapide une grande partie du prestige acquis en 1848-184961.

En 1853, il dissout l'Associazione Nazionale Italiana et crée le partito d'azione (parti d'action) afin de relancer l'action révolutionnaire et en riposte aux critiques de sa stratégie qui se diffusent dans le camp démocratique62. Alors que certains comme Ferrari, Montanelli et Pisacane veulent un contenu plus social au mouvement démocratique63 d'autres, les plus nombreux commencent à voir dans le roi du Royaume de Sardaigne et son Premier ministre Camillo Cavour les dirigeants du mouvement de réunification. Garibaldi a déjà pris ses distances en 185464. En 1855, Daniele Manin, en particulier, appelle ses amis à soutenir l'action de la Maison de Savoie dans une déclaration retentissante : « Persuadé qu'il faut avant tout faire l'Italie, que c'est la question primordiale, je dis à la maison de Savoie : Faites l'Italie et je suis avec vous, sinon non... Moi républicain, je plante le premier l'étendard de l'unification : L'Italie avec le roi sarde65 ». Il fonde, avec La Farina, un parti monarcho-unitaire opposé à celui de Mazzini, la Società nazionale italiana en 185764,63 ce qui signifie séparer l'unification de l'Italie de la réforme sociale et politique préconisée par Mazzini.

Cavour est habile à forger une alliance avec la France et à conduire une série de guerres qui conduisent à la naissance de l'État italien entre 1859 et 1861, mais la nature politique de la nouvelle équipe gouvernementale est bien loin de la république mazzinienne.
L'expédition de Sapri (1857)
Carlo Pisacane.

Le plan initial, selon la méthode insurrectionnelle mazzinienne, prévoit d'activer un foyer de rébellion en Sicile où il y a un mécontentement généralisé contre les Bourbon, et de là, l'étendre à l'ensemble du sud de l'Italie. Plus la suite, un départ du port de Gênes pour débarquer à Ponza semble plus approprié afin de libérer les prisonniers politiques qui viendront renforcer les rangs de l'expédition avant d'atteindre Sapri, qui, à la frontière entre la Campanie et la Basilicate, est considérée comme une position stratégique idéale pour attendre des renforts et marcher sur Naples.

Le 25 juin 1857, Pisacane s'embarque avec vingt-quatre compagnons, y compris Giovanni Nicotera et Giovan Battista Falcone, sur le bateau de ligne Cagliari, de la Société Rubattino. Le 26 juin, ils débarquent à Ponza où, en agitant le drapeau tricolore, ils réussissent facilement à libérer 323 prisonniers, quelques-uns pour des raisons politiques mais pour le reste, des criminels de droit commun, qui s'engagent pour la quasi-totalité dans l'expédition. Le 28 juin, le Cagliari repart accompagné de ses prisonniers de droit commun et des armes volées aux gardes de la prison. Dans la soirée, les conspirateurs débarquent à Sapri, où mais ils ne trouvent pas les rebelles qu'ils espéraient. Au contraire, ils doivent affronter les faux des paysans auxquels les autorités ont annoncé le débarquement d'une bande de bandits évadés de l'île de Ponza. Le 1er juillet, à Padula, ils sont encerclés et vingt-cinq d'entre eux sont massacrés par les paysans. Les autres, au total 150 hommes sont capturés et remis à la police.

Pisacane, avec Nicotera, Falcone et les derniers survivants réussissent à fuir à Sanza où ils sont à nouveau agressés par la population, 83 autres rebelles sont tués. Pisacane et Falcone se suicident avec leurs armes, tandis que ceux qui ont échappé à la colère populaire sont jugés en janvier 1858. Condamnés à mort, ils sont graciés par le roi et condamnés à la prison à perpétuité.

Bien qu'il s'agisse d'une entreprise typiquement mazzinienne, Pisacane avait pris ses distances avec le credo politiques du Maitre pour se rapprocher d'un socialisme libertaire exprimé par la formule « libertà e associazione » (liberté et association).

Contrairement à Mazzini, qui en ce concerne les questions sociales, propose une solution sur les classes seulement après avoir résolu le problème unitaire, Pisacane pense que pour parvenir à une révolution patriotique unifiée et nationale, il faut d'abord résoudre la question paysanne, qui est celle de la réforme agraire. Comme il l'écrit dans son testament politique en l'annexe de Saggio sulla rivoluzione : « profonde est ma conviction d'être la propagande de l'idée une chimère et l'instruction populaire une absurdité. les idées découlent des faits et non le contraire, le peuple ne sera pas libre dès lors qu’il sera instruit, mais sera tôt instruit une fois libre[…] L’utilisation de la baïonnette à Milan a produit une propagande plus efficace qu’un millier de livres. ».

Pisacane est proche des idées de Mazzini quand il ajoute que même si la rébellion est un échec « ma récompense, je la trouverais dans les profondeurs de ma conscience et l'âme de ces chers et généreux amis ... que si notre sacrifice n'apporte pas de bien à l'Italie, ce sera au moins une gloire pour elle d'avoir engendré des enfants qui voulait se sacrifier pour son avenir.»66.

L'expédition ratée a en effet le mérite de relancer auprès de l'opinion publique italienne la «question napolitaine», à savoir la libération du mezzogiorno italien de la mauvaise gouvernance des Bourbons italiens que le politicien britannique, William Ewart Gladstone, décrit comme « la négation de Dieu érigée en système de gouvernement »66.

En 1858, Mazzini condamne l'alliance franco-piémontaise (1858) et la cession de la Savoie et du comté de Nice à la France (1860) mais son influence est alors réduit à sa plus simple expression, l'union patriotique se faisant autour de la monarchie67. Le 20 mai 1860, il quitte Londres souhaitant rejoindre Giuseppe Garibaldi pour participer à l'expédition des Mille qu'il soutient voyant l'occasion de poursuivre l'action par la libération de Rome ce qui place Camillo Cavour dans une situation diplomatique difficile à l'égard de la France qui protège les États pontificaux. Il arrive le 7 mai à Gênes où il incite à porter la révolution dans les provinces de la papauté et sollicite une autre expédition en Ombrie et dans les Marches. Le gouvernement piémontais fait en sorte que les aides recueillies par le mouvement de solidarité national et centralisé par la Società Nazionale soient dirigées uniquement vers la Sicile68.

Le Royaume d'Italie institué en 1861 est repoussé par Mazzini, il juge que le gouvernement Cavour s'est opposé au Risorgimento pour finalement en recueillir les bénéfices sans jamais en prendre l'initiative, la guerre menée contre les Autrichiens l'a été sous les ordres de Napoléon III et l'invasion des Marches et de l'Ombrie avait pour objectif d’empêcher une la prise de Rome52.

En 1860, le livre Dei doveri dell'uomo, synthèse de sa pensée morale, politique et sociale est édité à Lugano69. L'ouvrage adressé aux ouvriers italiens est probablement inspiré du livre du peuple de Lamennais70 que Mazzini appelle le représentant du « catholicisme social »71 et avec qui, il échange une longue correspondance72.
Après l'unité

Mazzini crée ses deux dernières associations La Falange sacra (1864) et l’Alleanza repubblicana universale (1866)73.

Le 25 février 1866 Messine est appelée à voter pour élire ses députés au nouveau parlement de Florence. Mazzini est candidat dans le deuxième collège, mais il est incapable de faire campagne, car il est en exil à Londres. Il a, sur sa tête, deux condamnations à mort : celle infligée par un tribunal de Gênes pour les émeutes de 1857 (le 19 novembre 1857, en première instance et le 20 mars 1858 en appel) ; une condamnation à mort lui a été infligée par le tribunal de Paris pour complicité dans un attentat contre Napoléon III.
De façon inattendue, Mazzini gagne l'élection avec une large avance, 446 voix. Le 24 mars, après deux jours de débat, la Chambre annule l'élection en raison des condamnations.
Deux mois après, les électeurs du deuxième collège de Messine retournent aux urnes : Mazzini remporte de nouveau les élections. La Chambre, après un examen plus approfondi, annule de nouveau l'élection le 18 juin. Le 18 novembre, Mazzini est réélu une troisième fois, la Chambre, cette fois, valide l'élection.
Mazzini, même amnistié ou gracié, refuse la charge pour éviter d'avoir à prêter serment au Statut albertin, la constitution de la monarchie de Savoie. En fait, il n'acceptera jamais la monarchie et continuera à se battre pour ses idéaux républicains.
En 1868, il quitte Londres et s'installe en Suisse, à Lugano et tente de fonder une alliance républicaine universelle. En 1870, les deux condamnations à mort prononcées à l'époque du Royaume de Sardaigne sont amnistiées. Mazzini rentre en Italie et se consacre immédiatement à l'organisation des mouvements populaires en faveur de la conquête des États de l'Église. Le 11 août il part en bateau pour la Sicile dans le but de créer la république italienne alors que le roi Victor-Emmanuel II vient de terminer l'unification de l'Italie, mais le 14, à l'arrivée dans le port de Palerme, il est arrêté et emprisonné dans la prison militaire de Gaète. Il est contraint de nouveau à l'exil.

De mars à juillet 1871, Mazzini lance dans son journal, La Roma del Popolo, de vigoureuses attaques contre le socialisme, contre la Commune de Paris et contre l'Internationale, qu'il dénonce aux ouvriers italiens comme une institution dangereuse74 alors qu'il influence le mouvement socialiste naissant et que de nombreuses associations ouvrières sont organisées par les mazziniens. L'appel de la Commune à faire de la France une fédération de villes libres est particulièrement intolérable à ce nationaliste qui est l'artisan infatigable de l'unité italienne. Bakounine, qui connait bien l'Italie pour y avoir vécu, répond par un article paru dans le Gazzettino Rosa du 16 août : la Risposta d'un Internazionale a Giuseppe Mazzini. Il y prend le contre-pied complet des opinions de Mazzini, sur la religion notamment, et affirme hautement les valeurs de l'Internationale. Au cours de la polémique qui se développe ensuite entre Mazzini et Bakounine, ce dernier se lance dans la rédaction d'une longue brochure, La Théologie politique de Mazzini et l'Internationale, qui est publiée (en français) à Neuchâtel chez Guillaume.

Mazzini suggère, dans ce même numéro de La Roma del Popolo qui a provoqué la Risposta de Bakounine, la tenue d'un congrès des associations ouvrières. Il espère ainsi reprendre le contrôle de ces organisations sur les bases idéalistes et nationales qui sont les siennes. Le congrès se tient à Rome du 1er au 3 novembre 1871. Bakounine, à partir du milieu du mois d'octobre, rédige en toute hâte un texte qui est publié en brochure et distribué aux délégués du congrès : Il socialismo e Mazzini. Lettera agli amici d'ItaliaN 3
Le lit de mort de Mazzini, qui a été détruit pendant les bombardements de Pise en 1943

Si la stratégie suivie par Mazzini est dictée par la peur de voir le mouvement ouvrier échapper à son influence, il est clair que le débat n'a pas les résultats qu'il escompte. La brutale répression de la Commune de Paris a attiré en Italie la sympathie sur l'Internationale et les attaques de Mazzini ont accéléré le processus en faisant se détourner de lui nombre de travailleursN 4. Bakounine dit de Mazzini : « Le célèbre révolutionnaire Giuseppe Mazzini, mieux connu en Russie comme un patriote italien, conspirateur et agitateur que métaphysiste déiste et fondateur de la nouvelle église en Italie, oui, Mazzini jugea utile et nécessaire en 1871, au lendemain de la défaite de la Commune de Paris, lorsque les féroces exécuteurs de Versailles fusillèrent par milliers les Communards désarmés, de soutenir l'anathème de l’Église catholique et les persécutions policières de l’État avec son propre anathème prétendument patriotique et révolutionnaire mais dans sa substance absolument bourgeoise et théologique75 ». L'influence de Bakounine en Italie s'en trouve grandie et lorsque le conflit avec le Conseil général entre dans sa phase aigüe, les réseaux militants et les groupes de l'Internationale qui se sont constitués en Italie se placent majoritairement de son côté76.

Le 7 février 1872, Mazzini réussit à venir sous le faux nom de Giorgio Brown à Pise. Malade depuis quelque temps, il vit caché dans la maison de Pellegrino RosselliN 5,77 jusqu'au jour de sa mort, le 10 mars alors que police du Royaume d'Italie est sur le point de l'arrêter à nouveau.
Passage du convoi funèbre de Mazzini, le long de l'Arno à Pise

La nouvelle de sa mort se répand rapidement, bouleversant l'Italie. Le lendemain de sa mort, le Parlement approuve à l'unanimité un ordre du jour de condoléances mais aucun parlementaire ne prend la parole dans la crainte de mettre Victor-Emmanuel II et le gouvernement dans l'embarras78.

Son corps est embaumé par le scientifique Paolo Gorini, accouru spécialement de Lodi. Une foule immense assiste aux funérailles qui se tiennent l'après-midi du 14 mars dans la ville toscane, et accompagne le cercueil vers le train à destination de GênesN 6, où il est enterré au cimetière de Staglieno.

Sur le mausolée, de style néoclassique, n'est inscrit que son nom et dans la crypte sont présents de nombreux drapeaux tricolores et inscriptions laissées par les groupes mazziniens ou des personnalités comme Carducci. Sur la tombe il est écrit : « Giuseppe Mazzini. Un Italiano » N 7 et l'épitaphe : « Le corps à Gênes, le nom aux siècles, l'âme de l'humanité ».
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.atelier-yannistignard.com
yanis la chouette



Nombre de messages : 4284
Localisation : http://yanis.tignard.free.fr
Date d'inscription : 12/11/2005

MessageSujet: Re: Toulouse,Le Laïc et Y'becca ou Sorcelleries Rose et Violette   Sam 15 Oct à 9:53

La pensée politique

Pour bien comprendre la doctrine politique de Mazzini, il faut se référer à la pensée religieuse qui inspire la période de la Restauration après la chute du Napoléon79.
L'idée répandue en Europe à l'époque de Mazzini

La nouvelle conception romantique de l'histoire

Une nouvelle conception de l'histoire naît N 8, qui contredit celle des Lumières fondées sur la capacité des hommes à construire et conduire l'histoire par la raison. Les événements de la Révolution française et la période napoléonienne ont montré que les hommes visent à atteindre de hauts et nobles objectifs qui se brisent devant la réalité historique. Le Siècle des Lumières a disparu dans les massacres de la Terreur et le rêve de la liberté dans la tyrannie napoléonienne qui, visant la création d'une Europe au-dessus de la simple nation, a donné naissance au contraire à la rébellion des peuples au nom de leur sentiment de nationalitéN 9.

Selon ce point de vue romantique, donc, l'histoire n'est pas dirigée par les hommes mais par Dieu qui agit sur l'histoire, il y a donc une providence divine qui prend soin de poursuivre des objectifs au-delà de ceux que les hommes cherchent à atteindre avec leurs mesquines raisons N 10.

La conception réactionnaire

De cette conception romantique de l'histoire, comprise comme une œuvre de la volonté divine émanent deux visions opposées : l'une est une vision qui voit l'intervention de Dieu dans l'histoire, une sorte d'avent d'une apocalypse qui met fin à l'histoire malheureuse de l'humanité. Napoléon a été, avec ses guerres incessantes, l'antéchrist de cette apocalypse. Dieu terminera la fin de l'histoire mauvaise et faussement progressive et il ne restera alors aux hommes qu'à se tourner vers le passé pour préserver et conserver ce que de bon a été réalisé. On cherchera, de toutes les manières possibles, à effacer tout ce qui s'est passé de la Révolution à Napoléon en restaurant le passé. Une conception politico-religieux que nous trouvons dans la pensée de François-René de Chateaubriand qui dans le Génie du Christianisme attaque la doctrine de l'illuminisme en prenant la défense du christianisme et surtout dans l'idéologie mystique théocratique de Joseph de Maistre, qui en arrive, dans l’œuvre Du pape (1819), au point de souhaiter avec impatience un retour de l'alliance entre le trône et l'autel, en proposant le modèle de la communauté moyenâgeuse protégée par la religion traditionnelle contre les ruses du libéralisme et du rationalismeN 11.
La conception progressiste et le mazzinisme

« La patrie est la maison de l'homme, non de l'esclave »

— Giuseppe Mazzini, Ai giovani d'Italia

Une autre perspective qui, paradoxalement, naît de la même conception de l'histoire dirigée par Dieu, est celle qu'on pourrait définir de libérale. Elle voit dans l'action divine une volonté dirigée, malgré tout, vers le bien des hommes, excluant dans les temps nouveaux, qu'il y ait une sorte de vengeance de Dieu voulant faire expier aux hommes leur présomption de créateurs de l'histoire. Il s'agit d'une vision providentialiste et dynamique de l'histoire, telle que présente par exemple chez Saint-Simon, avec un essai de fondation d'un nouveau christianisme pour une nouvelle société, ou chez Lamennais qui voit dans le catholicisme une force régénératrice de la vie sociale. Cette conception progressiste de la providence est présente en Italie dans l’œuvre de Alessandro Manzoni et dans la pensée politique de Gioberti avec le projet néoguelfe, et dans l'idéologie mazzinienne.
La conception mazzinienne

« Construire […] l'Italie en une Nation Une, Indépendante, Libre, Républicaine »

— G. Mazzini, Istruzione generale per gli affratellati nella Giovine Italia
Dio e Popolo

« Nous, nous avons échoué comme parti politique. Nous devons nous relever en tant que parti religieux. L'élément religieux est universel, immortel : il universalise et rassemble. Chaque grande révolution en garde l'empreinte et la révèle dans sa propre origine ou dans la fin qui se propose. Par ceci, se crée l'association. Initiateur d'un nouveau monde, nous devons établir l'unité morale, le catholicisme Humanitaire »

— G. Mazzini, Fede e avvenire, At the University Press, 1921, page 51

La pensée politique mazzinienne doit donc être située dans ce climat de romantisme politico-religieux qui domina en Europe après la révolution de 1830, mais qui était déjà présente dans le désaccord du Congrès de Vienne entre les « idéologues » qui proposaient un pur et simple retour au passé prérévolutionnaire et les « politiciens » qui pensaient qu'il fallait un compromis avec le passé.

Certains historiens ont situé la conception religieuse de Mazzini à l'éducation religieuse reçu par sa mère, fervente janséniste, mais selon d'autres, la vision religieuse de Mazzini ne coïnciderait pas avec celle d'aucune religion révéléeN 12. Le concept personnel de Dieu mazzinien, qui par certains traits est proche du déisme du XVIIIe siècle, exige une totale laïcité de l’État, et l'absence d'intermédiaires : pour cela et pour le rôle qu'il a eu dans l'histoire humaine et italienne, Mazzini définit la papauté « la base de toute autorité tyrannique »80. Il refuse l'athéisme matérialiste mais aussi la transcendance en faveur de l'immanence : il croit dans la réincarnation, afin d'améliorer continuellement le monde et de s'améliorer soi-même. Sa religion a été aussi définie comme une «religion civile» où la politique jouait le rôle de la foi81 et où la divinité s'incarne de manière panthéiste dans l'Univers et dans l'Humanité même, qui met en œuvre la loi qui dans le progrès se révèle82.

Il était convaincu qu’était désormais présent dans l'histoire un nouvel « ordonnancement divin »' dans lequel la lutte pour rejoindre l'unité nationale assumait une signification providentielle. « Opérer dans le monde signifiait pour Mazzini collaborer à l'action que Dieu exerce, à reconnaître et accepter la mission que les hommes et les peuples reçoivent de Dieu.»83. Pour cela, il faut « mettre au centre de sa propre vie le devoir sans espoir de récompense, sans calcul utile.»83. Celui de Mazzini était un projet politique, mais mû par un impératif religieux qu'aucune défaite, aucune adversité aurait pu affaiblir. « Après avoir atteint cette tension de la foi, l'ordre logique et commun des événements serait inversé ; la défaite ne provoquait pas l'abattement, le succès des adversaires ne se consolidait pas dans un ordre stable»83.

L'histoire de l'humanité, donc, serait une révélation progressive de la Providence divine qui, d'étape en étape, se dirige vers l'objectif fixé par Dieu. Épuisé la tache du christianisme, fini l'ère de la Révolution française maintenant il faillait que les peuples prennent l'initiative pour «avancer de manière concordante vers le but fixé au progrès humain» 83. Chaque individu, comme la collectivité, doivent mener à bien la mission que Dieu leur a confiée et qui, au travers de la formation et l'éducation du peuple même, rend acceptable sa mission, il se réalisera au travers de deux phases : la Patrie et l'Humanité.
Patrie et humanité

Sans une patrie libre, aucun peuple ne peut se réaliser ni accomplir la mission que Dieu lui a confié, le second objectif sera l'Humanité qui se réalisera dans l'association des peuples libres sur la base de la civilisation européenne commune à travers ce que Mazzini appelle le « banquet des Nations sœur ». Un objectif, donc, tout à fait différent de cette confédération européenne imaginée par Napoléon où la France aurait exercé sa primauté hégémonique de « Grande Nation ». La future unité européenne ne se réalisera pas au travers d'une course de nationalismes, mais par une noble émulation des peuples libres pour construire une nouvelle liberté.

Le processus de construction européen, selon Mazzini, devait avoir lieu principalement par l'affirmation des nationalités opprimées, telles que celles appartenant à l'empire des Habsbourg, et aussi de celles qui n'avaient pas encore atteint leur unité nationale dans un État unique.

Parmi celles-ci appartenaient à la fois le peuple italien, celui germanique et polonais. Pour obtenir la conscience révolutionnaire nécessaire à la poursuite de ce programme politique, Mazzini fonde la Giovine Europa, comme association révolutionnaire européenne qui avait comme objectif spécifique d'agir d'une manière ordinaire, à partir du bas et utilisant les instruments révolutionnaires et démocratiques pour réaliser dans les États une conscience nationale et révolutionnaire.
L'initiative italienne

Dans ce processus unitaire européen, l'Italie à une grande mission : celle de rouvrir, conquérant sa liberté, la voie au processus évolutif de l'Humanité. La rédemption nationale italienne ressemblera de manière imprévue à une création divine au-delà de toute inutile et inefficace méthode graduelle politico-diplomatique de type cavourien. L'initiative italienne qui sera basée sur la fraternité entre les peuples et ne revendiquant aucune hégémonie comme la France l’avait fait, consistera à donner l'exemple d'une lutte qui mènera à la défaite des deux piliers de la réaction, de cette politique de l'Empire des Habsbourg et de celle spirituelle de l'Église catholique romaine.

Les objectifs primaires de l'unité et de la République atteints par l'éducation et le soulèvement du peuple, exprimée dans la formule de pensiero e azione (pensée et action), l'Italie donnera la voie à ce processus d'unification toujours plus grand pour la création d'une troisième civilisation formée par l'association des peuples libres.

Mazzini est parmi les premiers défenseurs des «États-Unis d'Europe» environ un siècle avant que l’Union européenne commence à prendre forme. Pour lui, l'unification européenne est une suite logique de l'unification italienne.
La fonction de la politique

Le politique est le conflit entre la liberté et le despotisme et entre ces deux forces, il n'est pas possible de trouver un compromis : une guerre de principes se déroule qui n'admet pas de compromis, Mazzini exhorte la population à ne pas se satisfaire des réformes qui sont des accommodements gérés par le haut ce qui empêche l'enracinement de cette liberté et cette égalité dont le peuple a besoin.

La logique de la politique et la logique de la démocratie et de la liberté, qui ne sont pas acceptables pour les forces réactionnaires, contre eux une nette rupture révolutionnaire est nécessaire : à la tête du peuple, il devra y avoir la classe instruite (qui ne peut plus supporter le joug de l'oppression) et les jeunes (qui ne peuvent plus accepter les antiquités de l'ancien régime). Cette révolution doit aboutir à la République, qui garantit l'instruction populaire.

La révolution, qui est également pédagogique, outil de formation des vertus personnelles et collectives, doit commencer par vague, allumant des foyers de révolte qui incitent le peuple dans l’ignorance à prendre les armes. Après le déclenchement de la révolution il faudra construire un pouvoir dictatorial (compris comme le pouvoir extraordinaire à la manière de la Rome antique, non pas comme tyrannie) qui gère temporairement la phase post-révolutionnaire. Le gouvernement sera restitué au peuple dès que la fin de la révolution sera obtenue.

La Giovane Italia doit éduquer à la gestion des affaires publiques, à être de bons citoyens, ce n'est pas, par conséquent, uniquement un instrument d'organisation révolutionnaire. Le peuple doit avoir des droits et des devoirs, tandis que la Révolution française a mis l'accent exclusivement sur les droits individuels : s'arrêtant aux droits de l'individu, elle avait donné vie à une société égoïste, l'utile pour une société n'est jamais considéré selon le bénéfice d'un seul sujet, mais selon le bien collectif84.

Mazzini ne croit pas en l'égalité prônée par le marxisme et au rêve de la propriété commune, il lui substitue le principe de l'association qui est un dépassement de l'égoïsme individuel.
La question sociale

Mazzini rejette le marxisme convaincu que pour pousser le peuple à la révolution, il faut lui indiquer prioritairement l'objectif de l'unité, de la république et la démocratie. Mais Mazzini est parmi les premiers à considérer la grave question sociale qui est, surtout en Italie, la question paysanne, comme l'indique Carlo Pisacane N 13 , mais il pense qu'elle devrait être examinée et résolue qu'après la réalisation de l'unité nationale et non par l'affrontement des classes, mais avec leur coopération, en organisant l'association et le mutualisme entre les travailleurs.

Son programme de solidarité nationale, s'il ne prévoyait pas l'autonomie culturelle et politique du prolétariat, ne s'adressait pas seulement aux citoyens de la classe moyenne, aux intellectuels, aux étudiants, parmi lesquels il recueille le plus large consensus, mais aussi pour les artisans et les secteurs plus conscients de leurs droits parmi les travailleurs.

Au cours d’une interview menée par R. Landor en 1871, Marx dit que les idées de Mazzini ne représentent « rien de mieux que la vieille idée d'une république bourgeoise ». Marx croyait, surtout après les révolutions de 1848, que le prétendu point de vue de classes intermédiaires était devenu réactionnaire et que le prolétariat n'avait rien à voir avec elle85.

Mazzini critiqua le marxisme et il fut critiqué par Marx pour les aspects de sa doctrine idéaliste, et les attitudes d'«envoyé de Dieu», pour l'attitude prophétique qu'il assumait dans son rôle d'éducateur religieux et de politicien du peuple.

Mazzini critiquait les socialistes pour la proclamation internationaliste, teintée d'anarchisme et fort négationniste, pour l'attention prêtée aux intérêts d'une seule classe : le prolétariat ; de plus il définit comme arbitraire et impossible d'exiger la suppression de la propriété privée : cela aurait donné un coup mortel à l'économie, qui n'aurait plus récompensé les meilleurs. Mais la principale critique était dirigée contre le risque que les idéologies socialistes extrémistes conduisent à un nouveau totalitarisme.

De cette critique, Mazzini porte un jugement négatif sur la révolte qui conduit à la Commune de Paris de 1871. Alors que pour Marx, la Commune était une première tentative de détruire l’État centralisateur bourgeois réalisant depuis le bas un nouveau type d’État, Mazzini critique la Commune y voyant la fin de la nation, la menace d'un démembrement de la France.

Afin de préserver l'économie et en même temps protéger les plus pauvres, Mazzini propose une forme de travail coopératif : le travailleur doit regarder au-delà d'une lutte basée uniquement sur les salaires, mais promouvoir les espaces croissants d'économie sociale avec des éléments de la «pleine responsabilité et propriété sur l’entreprise.».

Mazzini visait au dépassement du sens social et démocratique du capitalisme d'entreprise classique, anticipant par ceci aussi bien la théorie distributioniste que les théories qui exaltent la valeur de l'association entre les producteurs.

Son influence sur la première phase du mouvement ouvrier fut très important et même le fascisme, en particulier son courant «républicain» et« socialisateur », s'inspira de la pensée économique mazzinienne comme troisième voie entre le modèle capitaliste et le marxiste.
Le rôle historique de Mazzini
Mazzini en 1846.

Presque tous les personnages principaux du Risorgimento adhérèrent au mazzinisme, mais peu y restèrent. Le contenu religieux prophétique de la pensée du maître, d'une certaine manière révélatrice d'une nouvelle foi, bridait l'action politique. Mazzini en fait n'avait pas «la souplesse et la versatilité nécessaires pour dominer et emprisonner rationnellement les forces». Cela supposait une capacité de compromis politique de l'homme du gouvernement que fut Cavour.

Quand il semblait que le problème italien n'avait pas d'issue « voici que par son travail, la jeunesse italienne se sacrifiait dans une suprême protestation. Les sacrifices semblaient stériles » mais en fait elles réveillèrent l'opinion publique italienne et européenne.

« La tragédie de la Giovine Italia impose le problème italien à une toujours plus grande sphère d’Italiens : qui réagit soit avec un programme plus modéré, mais finalement entra en action ... » et les mêmes ex -mazziniens qui avaient renié le Maitre en adhérant aux réformistes modérés, à la fin durent renoncer à tout projet fédéraliste et consentir à l'enthousiasme populaire suscité par les idées mazziniennes d'une entité unitaire italienneN 14.

L'historien anglais Denis Mack Smith, dont les travaux portent sur l'histoire de l'Italie du Risorgimento à nos jours, porte un jugement positif sur l’œuvre de Mazzini en raison de l'impulsion démocratique donnée à la vie dix-neuvième siècle, avec une référence particulière aux campagnes en faveur de la sécurité sociale, du suffrage universel et du droits des femmes86.

Quelques réactions sur la Giovine Italia :

« Je les trouvais tous convaincus que la Giovine Italia était une folie : folie les sectes, folie comploter, folies les petites révolutions faites jusqu'à ce jour, sans chef ni raison »

— Massimo d'Azeglio, Degli ultimi casi di Romagna

« au sujet de ces classes[...] si fortement intéressées au maintien de l'ordre social, les doctrines subversives de la Giovine Italia n'ont pas pris. C'est pour cela, à l'exception des jeunes auprès de qui l'expérience n'a pas encore changé la doctrine absorbée dans l'atmosphère excitante de l'école, nous pouvons dire qu'il n'existe pas en Italie, sinon un petit nombre de personnes sérieusement disposé à mettre en pratique les principes exaltés par une secte exacerbée par le destin. »

— Camillo Cavour87

Quelques avis sur les résultats de son action

« Tout près de nous, Mazzini a poursuivi ce que les hommes sages de son temps nommèrent une folle chimère; mais on ne peut plus douter aujourd'hui que sans Mazzini l'Italie ne serait jamais devenue une grande puissance et que celui-ci a beaucoup plus fait pour l'unité italienne que Cavour et tous les politiques de son école. »

— Georges Sorel, Réflexions sur la violence, Chap.IV, La grève prolétarienne, 1908, 2e éd., p.166
Mazzini entre fascisme et antifascisme
Une des nombreuses statues de Mazzini, ici à Molfetta

L'héritage politique et de l'idéal mazzinien a été un long objet de débats entre des interprétations opposées, en particulier au cours du fascisme et de la résistance.

Dans la période fasciste, Mazzini fut l'objet de nombreuses citations dans les livres, les articles, les discours, au point d'être considéré comme une sorte de précurseur du régime mussolien 88. Des écrits et des discours politiques de Giovanni Gentile, le « philosophe du fascisme », le nom le plus cité après celui de Mussolini est celui de Mazzini, Pierre Milza jugeant importante la culture mazzinienne chez Mussolini78.

La popularité de Mazzini pendant la période fasciste est due aussi aux nombreux républicains qui se réunirent au sein des Faisceaux italiens de combat, initiant leur rapprochement avec Mussolini pendant la bataille interventionniste, en particulier dans les zones où il y avait la plus grande présence du Parti républicain italien, à savoir en Romagne et dans les Marches. En 1917, sur les pages de L'Iniziativa, l'organe de presse du Parti républicain italien, on regardait Mussolini comme « le grand poète de notre intervention » 89.

Ce fut particulièrement le cas de Bologne, la ville où les républicains Pietro Nenni, Guido et Mario Bergamo prirent part activement en 1919 à la fondation du premier Faisceaux italiens de combat formé dans le chef-lieu émilien pour l'abandonner peu après devenant des adversaires irréductibles du fascisme.

Parmi les républicains les plus célèbres qui adhérèrent au fascisme, il y eut Italo Balbo (qui avait obtenu son diplôme avec une thèse sur La pensée sociale et économique de Mazzini) et dont l'historien Claudio Segrè écrivit : « Balbo, avant de rejoindre le fascisme en 1921, hésita à laisser les républicains jusqu'au dernier moment et considéra la possibilité de maintenir une double inscription »90, Curzio Malaparte et Berto Ricci qui voyait dans le fascisme la parfaite synthèse entre «La Monarchie de Dante et le concile de Mazzini» 91.

Selon l'historien Robert Pertici, « le fascisme était considéré comme l'accomplissement de la révolution nationale commencé avec le Risorgimento, qui devait réussir là où le processus risorgimental et les cinquante années suivantes avait échoué : « dans l'insertion et l'intégration des masses dans l'État national » »92.

Les fascistes, de plus, revendiquaient une continuité avec la pensée mazzinienne aussi en ce qui concerne l'idée de patrie, la conception spirituelle de la vie, l'importance de l'éducation de masse comme instrument pour créer un «homme nouveau» et une doctrine économique inspirée par la collaboration entre les classes sociales.

L'historien Massimo Baio écrit à propos de la célébration de 1932 du 50e anniversaire de la mort de Garibaldi et le dixième anniversaire de la marche sur Rome : « Les principales manifestations de 1932 semblaient confirmer le lien entre la nécessité de présenter le fascisme comme l'héritier des meilleures traditions nationales et la volonté non moins forte de mettre l'accent sur les composantes modernes qui auraient dû les distinguer comme une expérimentation politique et sociale originale. »93.

Pendant les années de Résistance (1944-1945), la situation s'avère plus compliquée : le fascisme de la République sociale intensifie ses références à Mazzini (la date du serment de la Garde nationale républicaine est fixée au 9 février, anniversaire de la République romaine en 184994, mais les antifascistes aussi, notamment les partisans de Giustizia e Libertà de Carlo Rosselli, commencent à se réclamer toujours plus ouvertement du révolutionnaire génois. Rosselli écrit en 1931 à un universitaire anglais : « Nous agissons dans l'esprit de Mazzini, et nous sentons profondément la continuité des idées entre la lutte de nos ancêtres pour la liberté et celle d'aujourd'hui 95 ».
L'après-guerre

De nombreux hommes politiques italiens se réfèrent aux idées de Mazzini tels que le leader socialiste Pietro Nenni et le communiste Palmiro Togliatti78.

La récupération se poursuit puisqu'on voit se former en 1954 une Giovane Italia, association estudiantine de droite proche du Mouvement social italien, en 2004, une Giovane Italia, association politique d’inspiration social-démocrate fondée par Stefania Craxi et en 2009, une Giovane Italia, mouvement de jeunesse auquel contribue Forza Italia.

En 2005, le Président de la république italienne, Carlo Azeglio Ciampi, lors d'un discours auprès du Conseil régional de Toscane afin de commémorer le deux centième anniversaire de la naissance de Mazzini évoque le rôle essentiel de l'homme au service des grands idéaux et son enseignement politique qui s'est poursuivi dans la conscience et les actions de nombre de patriotes du Risorgimenti et de la résistance. Ciampi appelle à ce que la jeunesse redécouvre la pensée mazzinienne96.

La commémoration du cent cinquantième anniversaire de l'Unité de l'Italie, en 2011, est l'occasion, pour l'Italie, de revisiter toute l'histoire du Risorgimento et des personnages qui l'entourent auquel Giuseppe Mazzini, bien sûr, n'échappe pas. Lors de l'ouverture des célébrations, le Président de la république Giorgio Napolitano souligne l'apport des personnalités majeures du Risorgimento dont Mazzini97.
Portrait et vie sentimentale

Antonio Gallenga, en 1872, évoquant de période d'exil à Marseille qu'il avait le visage pâle, ascétique, mais divine étincelante avec son langage inspiré, qu'il transmettait à tous ceux qui étaient autour de lui son enthousiasme irrésistible, quant à Harro Paul Harring qui fait sa connaissance à Genève en 1831 évoque la communication intellectuelle avec cet esprit élevé qui lui donna une nouvelle aurore de vie et d'espoir98. Mazzini marque l'esprit de tous ceux qu'il rencontre par son engagement mais face aux échecs des insurrections, il connait aussi des périodes de découragement intense et, le plus souvent, il vit reclus dans les logements qu'il occupe.

Sur le plan sentimental, on lui connait une relation avec Giuditta Bellerio Sidoli de 1831 à 1837 et la naissance d'un fils Joseph Démosthène Adolphe Aristide dit Adolphe (1832-1835) lors de sa période d'exil marseillaise. À la suite de la demande d'extradition du gouvernement piémontais, Mazzini doit fuir en Suisse et confie l'enfant à son ami Démosthène Ollivier. L'échec de cette relation le conduit à penser qu'il est destiné à renoncer à tout bonheur personnel15. Pendant sa période londonienne, Eliza Ashurt, une des filles de la famille Ashurt qu'il fréquente régulièrement à partir de 1847 épouse un Français afin de fuir Mazzini dont elle est amoureuse et sa sœur Caroline, femme de James Stansfeld, eut probablement une relation amoureuse avec Mazzini. On lui attribue une relation avec Jane Welsh Carlyle, la femme de Thomas Carlyle, et la jeune mère, Susan, qu'il accueille chez lui comme domestique99. Certains ont vu aussi dans les liens qu'il a avec Sara Nathan, resté veuve et étroite collaboratrice, quelque chose de plus que des consonances intellectuelles100.
Hommages
Monument à Giuseppe Mazzini, à côté du Palazzo Doria Spinola, le siège de la préfecture, Piazza Corvetto (Gênes).

La première statue de Mazzini n'est inaugurée à Gênes, Piazza Corvetto, que dix ans après sa mort, en 188278.

En mars 1890, le nouveau roi, Humbert Ier d'Italie, signe la décision du parlement d'ériger à Mazzini un monument à Rome. En 1901, un autre Savoie, Victor-Emmanuel III, approuve la décision de la Chambre d'introduire dans les écoles élémentaires le livre de Mazzini Dei doveri dell' uomo expurgé de certains passages78.

En juillet 1949, le gouvernement italien invite les membres du Grand Orient d'Italie à prendre part à la cérémonie rendant hommage à Mazzini à Rome. L'installation de la statue avait été retardée par le régime de Mussolini. Trois mille francs-maçons italiens furent présents101.
Œuvres
Presse

Giovine Italia, publié à partir de 1832,
La Jeune Suisse, édité de 1835 à 1836,
Il precursore, hebdomadaire publié en 1836,
L'italiano (revue politique), revue publiée en 1836 à Paris
L'Italia del Popolo, fondé à Milan en 1848,
Apostolato popolare, édité de 1840 à 1843,
Il nuovo conciliatore, édité en 1847,
Le Proscrit, Journal de la République Universelle,
La Roma del Poppolo, édité en 1871.

Essais

(it) Giuseppe Mazzini, Saggio sulla rivoluzione, Milan, ed. Universale Economica, 1956
Giuseppe Mazzini, I sistemi e la democrazia. Pensieri - Con una Appendice su La religione di Mazzini - scelta di pagine dall'Opuscolo Dal Concilio a Dio, Vincenzo Gueglio, Milan, Greco & Greco, 2005 (ISBN 88-7980-399-9)
Giuseppe Mazzini - verifiche e incontri - Atti del Convegno Nazionale di Studi, Gênes, janvier 2006, Gammarò editori (ISBN 88-95010-07-Cool
(it) Giuseppe Mazzini, Atto di fratellanza della Giovane Europa (1834), vol. 4, Imola, Edizione nazionale degli scrittilien éditeur=, 1908, p. 3
(it) Giuseppe Mazzini, Filosofia della musica, 1836

Films

Frères d'Italie, Mario Martone (2009)

Notes et références

Sur les autres projets Wikimedia :

Giuseppe Mazzini, sur Wikimedia Commons Giuseppe Mazzini, sur Wikisource Giuseppe Mazzini, sur Wikiquote

(it) Cet article est partiellement ou en totalité issu de l’article de Wikipédia en italien intitulé « Giuseppe Mazzini » (voir la liste des auteurs).

↑ Tiré d'une lettre de Giuseppe Mazzini à Giuditta Sidoli Belleri
↑ nom par lequel les Grecs désignait l'Italie antique.
↑ James Guillaume en donnera une traduction sous le titre de Circulaire à mes amis d'Italie à l'occasion du congrès ouvrier convoqué à Rome pour le 1er novembre 1871 par le parti mazzinien.
↑ Ainsi, Andrea Costa écrit : « Avant la Commune de Paris, on peut dire que l'Internationale n'existait pas en Italie. Elle ne s'est réellement fondée que lorsque Mazzini a insulté les ouvriers parisiens. » Cité par Arthur Lehning, introduction à Michel Bakounine, Œuvres Complètes, volume 1, L'Italie. La polémique avec Mazzini, Ivrea, 1973.
↑ Les descendants, Nello et Carlo Rosselli, anti-fascistes convaincus, sont assassinés le 9 juin 1937 à Bagnoles-de-l'Orne par la Cagoule.
↑ Les funérailles sont accompagnées par la musique de l'historique Filarmonica Sestrese C. Corradi G. Secondo
↑ La même inscription simple est présente sur la tombe de Giovanni Spadolini à Florence, homme politique et républicain
↑ « Les bouleversements opérés par la Révolution française avait fait douter beaucoup d'hommes sur la rationalité de l'histoire, si hautement proclamée au cours du siècle précédent. L'unique alternative au scepticisme semblait alors la foi en une force mystérieuse agissant providentiellement dans l'histoire.» de A. Desideri,ibid
↑ « La politique devient pathos religieux, et de plus en plus au cours du siècle ... la nation devient patrie, et la patrie, la nouvelle divinité du monde moderne. La nouvelle divinité est comme telle sacrée.» » dans F.Chabod, L'idea di nazione, Laterza, Bari, 1967
↑ « l'histoire de la civilisation se confond avec l'histoire de la religion, et il y a une force providentielle, non seulement dans les monarchies, mais jusque dans le bourreau, qui ne peuvent surgir et opérer dans la sinistre fonction si elle ne le suscita, pour protéger de la justice, Dieu : tant est lion de l'être opérateur et constructeur de l'histoire, l'arbitraire individuelle et la raison logique » Omodeo, 1955, p. 24
↑ « Ainsi le genre humain est en grande partie naturellement asservi et ne peut évidemment pas être retiré de cet état autre sur par le surnaturel […] sans le christianisme, pas de liberté générale et sans le Pape il ne peut y avoir de vrai christianisme actif, puissant, convertisseur, régénérateur, conquérant, perfectionniste. » (J. De Maistre, Il Papa, traduction de T. Casini, Florence 1926)
↑ « Mazzini avait une vision utopique, romantique et même syncrétique de la religion, qu'il considérait comme la contribution en termes de principes universels, des différentes confessions et fois à l'histoire collective. »" Senato.it [archive]
↑ «L’Italie triomphera quand le paysan changera spontanément la houe contre le fusil». in C. Pisacane, Saggio sulla rivoluzione, ed. Universale Economica, Milan 1956
↑ Les citations sont tirées de Omodeo, 1934

Références

↑ (it) Klemens von Metternich, Memorie, Bonacci, 1991
↑ a, b, c, d et e (it) Indro Montanelli, L'Italia giacobina e carbonara, Milan, Rizzoli, 1972
L'Italie jacobine et Carbonara'
↑ Belardelli, 2010, p. 13
↑ Belardelli, 2010, p. 12
↑ a et b Belardelli, 2010, p. 14
↑ (it) Giuseppe Mazzini, Scritti editi e inediti, Milan, G. Daelli editore, 1861 (lire en ligne [archive])
↑ Belardelli, 2010, p. 23
↑ Belardelli, 2010, p. 24
↑ a et b Belardelli, 2010, p. 25
↑ Malet et Isaac, Révolution, Empire et première moitié du XIXe siècle, 1939, p. 467-468.
↑ Belardelli, 2010, p. 26
↑ a et b Belardelli, 2010, p. 27
↑ Belardelli, 2010, p. 32
↑ a et b Belardelli, 2010, p. 40
↑ a, b et c Belardelli, 2010, p. 35
↑ Belardelli, 2010, p. 36-39
↑ Belardelli, 2010, p. 20
↑ Belardelli, 2010, p. 43
↑ 'Patria, nazione e stato tra unità e federalismo. Mazzini, Cattaneo e Tuveri, CUEC, 2007, 200 p. (ISBN 88-8467-381-X)
↑ (it) Giuseppe Mazzini, Scritti editi e inediti : Istruzione generale per gli affiliati nella Giovine Italia, vol. II, Imola, 1907 (lire en ligne [archive])
↑ G. Mazzini, op.cit.
↑ Belardelli, 2010, p. 39,40
↑ « Giuseppe Mazzini e la "Giovine Italia" » [archive], sur tesoridiroma.net (consulté le 19 mai 2011)
↑ « Pretura di Rontondella: mandato di cattua contro Giuseppe Mazzini » [archive], sur brigantaggio.net (consulté le 19 mai 2011)
↑ Belardelli, 2010, p. 55
↑ a et b « Giuseppe Mazzini » [archive], sur Carboneria (consulté le 17 mai 2011)
↑ a et b Belardelli, 2010, p. 57
↑ Rapport présenté à la haute Assemblée fédérale par le Conseil fédéral suisse sur sa gestion pendant l'année 1864., Paris, Switzerland. Bundesrat (lire en ligne [archive])
↑ Biellesi Tessitori di Unità, consulté le 3 mars 2011 [archive]
↑ « 4 febbraio 1834 - Garibaldi clandestino a Genova » [archive], sur Vivere Genova (consulté le 3 mars 2011)
↑ Hubert Heyriès, Garibaldi, le mythe de la révolution romantique, Toulouse, Privat, 2002, 159 p. (ISBN 2 7089 0805 7)
↑ Giuseppe Garibaldi, Mémoire d'un chemise rouge, Sextant, 2008, 437 p. (ISBN 978-2-84978-024-4)
↑ Amédée Gabourd, Histoire contemporaine comprenant les principaux évènements qui se sont accomplis depuis la révolution de 1830 jusqu'à nos jours, Paris, Librairie de Firmin Didot frères, 1864 (lire en ligne [archive])
↑ Belardelli, 2010, p. 60
↑ (it) « La tempesta del dubbio » [archive] (consulté le 17 mai 2011), document PDF, « I fucilati di Genova, di Alessandria e di Chambéry – ha scritto – mi sorsero innanzi come fantasmi di delitto e rimorso purtroppo sterile. Io non potea farli rivivere. Quante madri avevano già pianto per me! Quante piangerebbero ancora s’io mi ostinassi nel tentativo di risuscitare a forti fatti, al bisogno d’una patria comune, la gioventù d’Italia? E se questa patria non fosse che un’illusione? (…) parli tanto da toccare i confini della follia. Io balzava la notte dai sonni e correva quasi deliro alla finestra chiamato, com’io credea, dalla voce di Jacopo Ruffini (…) »
↑ Belardelli, 2010, p. 67
↑ « Biographie de » [archive] (consulté le 17 mai 2011)
↑ a, b, c et d « Jeune Europe [archive] » dans le Dictionnaire historique de la Suisse en ligne., consulté le 17 mai 2011
↑ Belardelli, 2010, p. 73
↑ Belardelli, 2010, p. 75
↑ Belardelli, 2010, p. 95
↑ Belardelli, 2010, p. 98
↑ « Fratelli Bandiera » [archive], sur Cronologia leonardo (consulté le 12 mai 2011)
↑ « I Fratelli Bandiera » [archive], sur Cronologia leonardo (consulté le 12 mai 2011)
↑ « Fratelli Bandiera » [archive], sur silaonline.it (consulté le 12 mai 2011)
↑ « The People's International League in "Hudson Statue" » [archive], sur victorianweb.org (consulté le 3 mars 2011)
↑ « Giuseppe Mazzini, la lettre à Pie IX, le 8 septembre 1847 » [archive], sur gruppolaico.it (consulté le 12 mai 2011)
↑ Tomassini 2008, p. 50
↑ Belardelli, 2010, p. 137
↑ Belardelli, 2010, p. 135
↑ Belardelli, 2010, p. 140
↑ a, b et c Belardelli, 2010, p. 142
↑ Belardelli, 2010, p. 147
↑ Ignace, 2008, p. 1236
↑ Ignace, 2008, p. 140
↑ Ignace, 2008, p. 142
↑ a et b Ignace, 2008, p. 145
↑ Ignace, 2008, p. 139
↑ Ignace, 2008, p. 138
↑ Simon Levis Sullam, L'apostolo a brandelli. L'eredità di Mazzini tra Risorgimento e fascismo, Laterza, 2010
↑ Belardelli, 2010, p. 158
↑ « I movimenti politici, Il Partito d’Azione » [archive] (consulté le 22 mai 2011)
↑ a et b « Giuseppe Mazzini » [archive] (consulté le 22 mai 2011)
↑ a et b Belardelli, 2010, p. 187
↑ Malet et Isaac, Histoire contemporaine depuis le milieu du XIXe siècle, 1939, p. 188
↑ a et b « Il Risorgimento italiano rivissuto attraverso la figura di Carlo Pisacane » [archive], sur irno.it (consulté le 12 mai 2011)
↑ Belardelli, 2010, p. 188
↑ Scirocco, 2011, p. 265
↑ « Giuseppe Mazzini e i repubblicani salentini » [archive], sur Università Popolare (consulté le 20 mai 2011)
↑ Belardelli, 2010, p. 195
↑ Vicente Romero, Du nominal latin pour l’Autre Amérique, vol. 7, HSAL, 1998 (lire en ligne [archive]), p. 69
↑ Claude Carcopino, Les doctrines sociales de Lamennais, Genève, Slatkine reprints, 1968 (lire en ligne [archive]), p. 203
↑ « MAZZINI, GIUSEPPE » [archive], sur Dictionnaire d'histoire moderne et contemporaine (consulté le 19 mai 2011)
↑ James Guillaume, L'Internationale. Documents et souvenirs., 2 volumes, Editions Gérard Lebovici, 1985.
↑ Mikhaïl Aleksandrovitch Bakounine, L'État et l'Anarchie, 1873
↑ Voici par exemple, l'avis de Cafiero sur la question : « Bakounine a beaucoup d'amis personnels en Italie, ayant lui-même séjourné dans leur pays, et entretenu une correspondance avec certains d'entre eux. En même temps, et par son passé, et par le travail continuel qu'il exécuta pour notre cause, il s'est fait aimer même de ceux qui ne le connaissent pas directement. » Cité par Arthur Lehning, introduction à Michel Bakounine, Œuvres Complètes, volume 2, La Première Internationale en Italie et le conflit avec Marx, Ivrea, 1974. Voir aussi, pour un point de vue marxiste, Paul Guichonnet, Le socialisme italien des origines à 1914, dans Jacques Droz (dir.), Histoire générale du socialisme, volume 2, pages 251 et suivantes. PUF, Quadrige, 1997 [1974].
↑ (it) « Fondazione Rosselli » [archive] (consulté le 31 octobre 2013)
↑ a, b, c, d et e « L'Italia impossibile di Giuseppe Mazzini » [archive], sur appelloalpopolo (consulté le 18 mai 2011)
↑ A.Desideri, Storia e storiografia,Vol.II, pag.333, Ed. D'Anna, Messina-Firenze 1997
↑ G. Mazzini, Dei doveri dell'uomo
↑ Roland Sarti, Giuseppe Mazzini. La politica come religione civile, con postfazione di Sauro Mattarelli, Roma-Bari, Laterza, 2000
↑ G. Mazzini, Fede e avvenire
↑ a, b, c et d Omodeo, 1934
↑ Mattarelli, Sauro, "Duties and rights in the thought of Giuseppe Mazzini" in Journal of Modern Italian Studies, 13, no. 4 (December 2008): 480-485.
↑ By R. Landor, New York World, 18 July 1871, reprinted Woodhull & Claflin's Weekly, 12 August 1871 - World History Archives: The retrospective history of the world's working class [archive]
↑ Yale University Press [archive]
↑ (it) A. Gacino-Canina, Economisti del Risorgimento, Turin, UTET, 1953
↑ Paolo Benedetti, Mazzini in Camicia nera, vol. XXII, Fondazione « Ugo La Malfa », 2007
↑ (it) Paolo Benedetti, Mazzini nell'ideologia del fascismo, Università degli Studi di Perugia, 2005-2006 (lire en ligne [archive])
↑ «Camerata Mazzini, presente!» [archive], sur Corriere della sera (consulté le 10 mars 2011)
↑ « Manifesto realista » [archive], sur Futurismo (consulté le 12 mai 2011)
↑ « Roberto Pertici - Mazzinianesimo, Fascismo, Comunismo: L'itinerario politico di Delio Cantimori (1919-1943) » [archive], sur Cyber Review of Modern Historiography (consulté le 12 mai 2011)
↑ Massimo Baioni - Il Risorgimento in camicia nera (Carocci, Roma 2006)
↑ Mario Ragionieri - Salò e l'Italia nella guerra civile (Ibiskos Editrice, 2005)
↑ « L' Italia impossibile di Giuseppe Mazzini un fallito di genio » [archive], sur Corriere della sera (consulté en 12 maai 2011)
↑ « Rencontre du Président de la République Carlo Azeglio Ciampi avec une délégation du Conseil régional de la Toscane » [archive], sur Présidence de la république (consulté le 19 mai 2011)
↑ « Intervention du Président Napolitano lors de la séance au Parlement à l'occasion de l'ouverture des célébrations du 150° anniversaire de l'Unité d'Italie » [archive], sur Association ex parlementaire et conseillers régionaux (consulté le 19 mai 2011)
↑ Belardelli, 2010, p. 34
↑ Belardelli, 2010, p. 100, 101
↑ Belardelli, 2010, p. 182
↑ (en) William R. Denslow et Harry S. Truman, 10,000 Famous Freemasons from K to Z, Trenton, Kessinger Publishing (ISBN 1-4179-7579-2).

Bibliographie

Notices d'autoritéVoir et modifier les données sur Wikidata : Fichier d'autorité international virtuel • International Standard Name Identifier • Union List of Artist Names • Bibliothèque nationale de France (données) • Système universitaire de documentation • Bibliothèque du Congrès • Gemeinsame Normdatei • Service bibliothécaire national • Bibliothèque nationale de la Diète • Bibliothèque nationale d'Espagne • WorldCat

Document utilisé pour la rédaction de l’article : document utilisé comme source pour la rédaction de cet article.

Anne-Claire Ignace, Giuseppe Mazzini et les démocrates français : débats et reclassements au lendemain du « printemps des peuples, vol. 2008/1 n°36, Revue d'histoire du XIXe siècle, 2008 (lire en ligne), P133-146.
(it) Giovanni Belardelli, Mazzini, Bologne, Il Mulino, 2010, 261 p. (ISBN 978-88-15-15076-9).
(it) Alfonso Scirocco, Garibaldi, Bari, Laterza, 2011, 431 p. (ISBN 978-88-420-8408-2).
(it) Stefano Tomassini, Storia avventurosa della rivoluzione romana, 2008, 525 p. (ISBN 978-8856502404, lire en ligne).
Jean-Yves Frétigné, Giuseppe Mazzini. Père de l'unité italienne, Fayard, 2006 (ISBN 2-213-62956-0)
Serge Audier, Le républicanisme singulier de Giuseppe Mazzini et la question du socialisme : Introduction à G. Mazzini, Pensées sur la démocratie en Europe, Presses Universitaires de Caen, 2002
(en) Roland Sarti, Mazzini. A Life for the Religion of Politics, Preager Publishers, 1997
(it) Joseph De Maistre, Il Papa, Florence, 1926
(it) Adolfo Omodeo, Introduzione a G.Mazzini. Scritti scelti, Milan, Mondadori, 1934.
(it) Adolfo Omodeo, L'età del Risorgimento italiano, Naples, ESI, 1955
(it) Federico Chabod, L'idea di nazione, Bari, Laterza, 1967
(it) Giuseppe Monsagrati, Giuseppe Mazzini, Milan, Adelphi, 1972
(it) Giorgio Batini, Album di Pisa, Florence, La Nazione, 1972
(it) Franco Della Peruta, Mazzini e i rivoluzionari italiani: il partito d'azione, 1830-1845, Milan, Feltrinelli, 1974
(it) AA.VV., Il processo ad Andrea Vochieri, Alessandria, Lions club, 1976
(it) Mario Albertini, Il Risorgimento e l'unità europea, Naples, Guidab, 1979
(it) Denis Mack Smith, Mazzini, Milan, Rizzoli, 1993
(it) Salvo Mastellone, Il progetto politico di Mazzini: Italia-Europa, Florence, Olschki, 1994
(it) Antonio Desideri, Storia e storiografia, vol. II, Messine-Florence, Ed. D'Anna, 1997
(it) Sauro Mattarelli, Dialogo sui doveri. Il pensiero di Giuseppe Mazzini, Venise, Marsilio, 2005
(it) Pietro Galletto, Mazzini, nella vita e nella storia, Giovanni Battagin Editore, 2005
Fabrizio Frigerio, "Mazzini, Giuseppe", in: Dictionnaire international du Fédéralisme, Bruxelles, 1994, p. 228–230.

Voir aussi
Articles connexes

Risorgimento
Giovine Italia
République romaine (1849)
Mazzinisme
Association internationale des travailleurs

Liens externes

(it) Associazione Mazziniana Italiana
(it) Domus Mazziniana

[afficher]
v · m
Histoire de l'Italie contemporaine
Du Risorgimento à aujourd'hui

Portail du Risorgimento Portail du Risorgimento Portail de la politique Portail de la politique

Catégories :

Naissance à GênesPersonnalité politique italienne du XIXe sièclePersonnalité du RisorgimentoPatriote de l'Unité italienneCarbonaroÉtudiant de l'université de GênesPersonnalité de l'histoire italiennePersonnalité liée à MarseilleDécès à PiseNaissance en juin 1805Décès en mars 1872Décès à 66 ans

| [+]
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.atelier-yannistignard.com
yanis la chouette



Nombre de messages : 4284
Localisation : http://yanis.tignard.free.fr
Date d'inscription : 12/11/2005

MessageSujet: Re: Toulouse,Le Laïc et Y'becca ou Sorcelleries Rose et Violette   Sam 15 Oct à 9:54

Tacite (ou Publius [ou Caius ou Gaius] Cornelius Tacitus) est un sénateur, historien et philosophe de l'Empire Romain. Ce qui à survécu au temps de ses deux ouvrages majeurs "Annales" et "Histoires" sont des interrogations sur les règnes des Empereurs Romains Tibère (14-37 ap.J.C), Claude (41-54 ap.J.C), Néron (54-68 ap.J.C) et ceux qui régnait pendant la période des quatre Empereurs. Ces deux ouvrages couvrent l'histoire de l'Empire Romain de l'an 14, date de la mort d'Auguste (27 av.J.C-14 ap.J.C) et probablement jusqu'au décès de l'Empereur Domitien (81-96 ap.J.C) en l'an 96.

Portrait fictif de Tacite



Biographie



Tandis que les œuvres de Tacite contiennent beaucoup d'informations sur son monde, les détails concernant sa vie personnelle sont rares. Ce qui est attesté vient d'indices disséminés dans toute son œuvre, les lettres de son ami et admirateur Pline le Jeune (ou Caius Plinius Caecilius Secundus, écrivain et homme politique Romain, 61-v.114 ap.J.C) et une inscription trouvée à Mylasa (ou Milas) dans la province de Muğla en Carie. Tacite est probablement né en 56 ou 57 en Gaule Narbonnaise, certains spécialistes avancent comme lieu Vaison-la-Romaine.



D'autres situent sont origine en Hispanie (Nom donné par les Romains à l'ensemble de la péninsule Ibérique et le Portugal). Il serait mort vers 120. Il est issu d'une famille de l'ordre équestre de la Gaule Transalpine, qui est une classe sociale aisée qui soutenait l'Empire depuis le déclin des familles Patriciennes Romaines. Le lieu et la date exacte de sa naissance ne sont donc pas connus avec certitude et son prénom est tout aussi un mystère. Dans les lettres de Sidoine Apollinaire (ou Caius Sollius Apollinaris Sidonius, homme politique et écrivain Gallo-romain, 430-486) qui est connu pour son œuvre littéraire "Lettres et panégyriques", son nom est Caius (ou Gaius), mais dans les principaux manuscrits survivants de son œuvre, son nom est donné comme Publius.



Son père, Cornelius Tacitus était Procurateur de Belgica (La Gaule Belgique et les Pays-Bas) et Germania (Nom Latin de l'Allemagne). Pline l'Ancien mentionne que Cornelius avait un fils "qui a grandi et vieilli vite" (NH 7.76) ce qui implique une mort précoce. Il faut là, sans doute, se référer à un frère de Tacite. Cette connexion et l'amitié entre le jeune Pline et Tacite, conduit de nombreux spécialistes à la conclusion que les deux familles étaient de catégorie similaire. De part son éducation sévère et disciplinée, Tacite fréquente les grammaticus et devient Rhéteur. Il étudie la rhétorique à Rome pour se préparer à une carrière en droit et en politique.

Buste de Tacite



Comme Pline, il fut l'élève de Quintilien (ou Marcus Fabius Quintilianus, rhéteur et pédagogue Latin, v.30-v.95). Ses études brillantes lui permettent d'accéder au forum et, vers 75 ap.J.C, il débute une carrière d'avocat. Tacite fréquente alors les avocats Gaulois de Rome. En 77 ou 78, il épouse Julia Agricola, la fille de Gnaeus Julius Agricola (Consul et général Romain, 40-93). C'est pour lui le début d'une grande carrière politique de haut fonctionnaire. L'Empereur Romain Vespasien (69-79) lui accorde le laticlave (Latus Clavus, insigne honorifique [ornamentum] réservé aux membres de l'ordre Sénatorial) et le titre de Tribun.



Tacite devient membre des Viginti Sex Viri (Le Conseil des 26). Son mariage avec la fille d'Agricola qui est d'origine Narbonnaise pourrait indiquer que lui aussi venait de la Gaule Narbonnaise ?. En 81, un peu avant la mort de l'Empereur suivant, Titus (79-81), il est nommé Questeur (Magistrats Romains chargés des finances). Il avance de façon constante dans le cursus honorum (Cours d'honneurs) et en 87, il est membre du Quindecimuir Sacris Fatiundis (ou Quindecemviri Sacris Faciundis, Le Collège des 15). Ce collège avait la charge de la garde des Livres Sibyllins (Recueil d'oracles conservés à Rome) et c'était à lui de consulter ces écritures et de les interpréter à la demande du Sénat. Sa fonction politique se double alors d'une carrière sacerdotale. Il se forge à cette époque une réputation d'avocat et d'orateur grâce à son habileté à parler en public, ce qui donne une marque d'ironie à son surnom : Tacite "le silencieux".



Sous l'Empereur Romain suivant, Domitien (81-96), il est nommé Préteur (Magistrat de rang Sénatorial), puis Tribun de la Plèbe (La plèbe est le populus, l'ensemble du peuple de Rome). De 89 à 93, il sert dans les provinces Romaines, soit à la tête d'une légion, soit dans un poste civil, il devient légat de la province de Gaule Belgique. En 93, il retourne à Rome. Pour ne pas attirer sur lui l'attention de l'Empereur, qui exilait ou faisait assassiner les personnages illustres de l'Empire, Tacite reste à l'écart du pouvoir.



Sa personne et ses biens vont survivre au règne de terreur de Domitien, mais cette expérience lui laissera des souvenirs sombres et vont lui donner la haine de la tyrannie qui est évidente dans ses œuvres. Il ne revient en politique qu'en 97, sous l'Empereur Suivant, Nerva (96-98), en acceptant un poste de Consul Suffect (Le consulat Suffect était moins prestigieux que le Consulat ordinaire, qui était réservé aux personnages que l'Empereur souhaitait distinguer particulièrement). La même année, de part sa réputation d'orateur, il est chargé de l’oraison funèbre du Consul Lucius Verginius Rufus (14-97).





Possible statue de Tacite

Lorsque l'Empereur Trajan (98-117) accède au pouvoir en janvier 98, Tacite devient l'un des ses familiers et se retire de la politique pour se consacrer à l'histoire et son écriture. La même année, il écrit et publie la vie d'Agricola et Germania, annonçant les débuts de sa carrière littéraire qui l'occupera jusqu'à sa mort. En 100, il est l'avocat de la province d'Asie (L'Ouest de l'Asie Mineure) contre le Proconsul d'Afrique Marius Priscus, qu'elle accuse de corruption. Priscus est reconnu coupable et envoyé en exil. Pline le Jeune écrit quelques jours plus tard que Tacite avait parlé "avec toute la majesté qui caractérise son style habituel de l'art oratoire". Suit alors pour Tacite une longue absence de la politique et du droit où il écrit ses deux œuvres majeures : Les Histoires, publiées en 105 (ou 109) et les Annales, publiées en 117 (ou 110).



De 112 à 114, il est Gouverneur civil de la province d’Asie et accède, par là même, à la plus haute fonction politique, comme le confirme l'inscription trouvée à Mylasa (ou Milas) dans la province de Muğla en Carie. Après cette période on ne sait plus rien de sa vie, il semble qu'il soit mort dans les années 120 (Voire 125 ou 130 pour certains). En tout cas il semble certain qu'il a survécu à Pline le Jeune (61-v.114) et à Trajan (98-117) et qu'il décéda peu après. On ne sait pas s'il eut des enfants.



Ses travaux



Cinq œuvres attribuées à Tacite ont survécu (malgré quelques lacunes), dont les plus grandes sont les Annales et les Histoires. Les Annales et Histoires, à l'origine publiées séparément, étaient destinées à former une seule édition de trente livres. Bien que Tacite ait écrit les Histoires avant les Annales, les événements dans ce dernier ouvrage sont postérieurs à ceux des Histoires. Ensemble, ils forment un récit continu qui va de la mort d'Auguste en 14 ap.J.C à la mort de Domitien en 96. Bien que la plupart des œuvres soient perdues, ce qui reste est un témoignage précieux de l'époque.



Tacite utilise pour toutes ses œuvres les sources officielles de l'État Romain : Le sénatus Acta (procès-verbal de la séance du Sénat) et les acta diurna populi Romani (Recueil des actes du gouvernement et des nouvelles de la cour). Il a lu des recueils de discours des Empereurs, comme Tibère et Claude. En général, Tacite est un historien scrupuleux qui a apporté une attention particulière à ses œuvres historiques. Les inexactitudes mineures dans les Annales sont dues à ce que Tacite meurt avant d'avoir fini, ce qui fait que de ce fait il n'y a pas eut de dernière relecture de ce travail.



Tacite cite certaines de ses sources directement, parmi celle-ci : Cluvius Rufus (Sénateur et Gouverneur Romain), Fabius Rusticus (Historien Romain) et Pline l'Ancien (ou Caius Plinius Secundus, écrivain et naturaliste Romain, 23-79) qui avait écrit Les Guerres de Germanie (en 20 livres) un ouvrage historique qui était la continuation de celui de d'Aufidius Bassus (Historien Romain). Il a également pris des renseignements à partir du virorum illustrium exitus, une collection de livres écrits par ceux qui étaient opposés aux Empereurs. Tout au long de son écriture, Tacite est préoccupé par l'équilibre du pouvoir entre le Sénat et les Empereurs, la corruption et la tyrannie croissante parmi les classes dirigeantes de Rome. La carrière politique de Tacite s'est largement passée sous l'Empereur Domitien, son expérience de la tyrannie, la corruption et la décadence répandue à l'époque (81-96) explique son amère et ironique analyse politique. Il met en garde contre les dangers de l'énergie inexplicable, contre l'amour du pouvoir non tempéré et contre l'apathie populaire et la corruption, engendrés par la richesse de l'Empire, qui a permis à de tels maux de s'épanouir.



Les dates de publication des œuvres sont approximatives et changent en fonction des sources :



• En janvier 98 : De vita Iulii Agricolae (La Vie d'Agricola)
• En octobre/novembre 98 : De origine et situ Germanorum (Germania)
• En 102 (ou 107) : Dialogus de Oratoribus (Dialogue sur l'art oratoire)
• En 105 (ou 109) : Historiae (Histoires)
• En 117 (ou 110) : Ab excessu divi Augusti (œuvre inachevée correspondant à ce que la tradition a nommé : Les Annales).







Page de la version de François DuCreux - Historiae canadensis - Paris: Sebastian Cramoisy - 1664
La vie d’Agricola (De vita Julii Agricolae)



Cette biographie parait en janvier 98, cinq ans après la mort de Gnaeus Julius Agricola (Consul et général Romain, 40-93), le beau-père de Tacite. En écrivant La Vie d'Agricola, Tacite veut rendre hommage à un homme qu'il a aimé et estimé. Il n'était pas à Rome au moment de la mort de son beau-père et n'a donc pas pu prononcer son éloge funèbre. Il loue en lui un bon serviteur de l'Empire, qui a contribué à l'étendre en achevant la conquête de la Bretagne (Britannia, la Grande-Bretagne actuelle) et en la pacifiant. Le livre contient également des polémiques éloquentes et rebelles contre la rapacité et la cupidité de Rome et surtout le manque de qualités humaines de l'Empereur Domitien. Il tenait ainsi à montrer une opposition discrète, une sorte de résistance passive.



Ainsi l’œuvre se présente à la fois comme un éloge funèbre et un essai historique sur la Bretagne, sur ses habitants et sa conquête. C’est aussi un manifeste contre la tyrannie de Domitien, assassiné en 96. Ce qui est frappant dans cette œuvre, c'est l’approche originale que Tacite fait du phénomène de la conquête impérialiste. Il s’intéresse en géographe et en ethnologue à ces Barbares attaqués par l’expansion Romaine, en tenant compte du point de vue des conquis et pas seulement de celui des conquérants. Quelles raisons auraient-ils d’accepter passivement la servitude ? La conquête assure la force et la gloire du peuple Romain, mais peut-elle prétendre assurer le bonheur des vaincus ? Tacite fait preuve de beaucoup de lucidité en soulignant qu’Agricola pratique une politique d’assimilation culturelle. (Pour plus de détails voir La Vie d'Agricola - Wikipédia).



L'œuvre est composée ainsi :

• Chapitre I à III : Le début de l'œuvre est placé sous le patronage de Nerva et Trajan, qui ont rendu la liberté au peuple Romain.

• Chapitre IV à IX : La vie d'Agricola proprement dite.

• Chapitre X à XXXVIII : Dissertation ethnographique et géographique sur la Bretagne et les Bretons. Tacite détaille la conquête de l'ile. Agricola y est montré comme le représentant de toutes les vertus.

• Chapitre XXXIV - XLVI : Portrait d'Agricola. Tacite invite le lecteur à suivre l'exemple de cet homme.



Germania (De origine et situ Germanorum)


Germania est un travail ethnographique, qui paraît en octobre/novembre 98, sur un ensemble varié de personnes que Tacite croyait être de tribus Germaniques, en dehors de l'Empire romain. L'ethnographie avait une longue tradition et se distinguait dans la littérature classique, Germania s'inscrit carrément dans la tradition établie par les auteurs d'Hérodote à Jules César mais son caractère est plus nettement historique. Le livre commence par une description des terres, les lois et les coutumes des tribus (chapitres 1-27). C’est ensuite une description des différentes tribus vivant au Nord du Rhin et du Danube à commencer par celles qui habitent le plus près des terres Romaines et se terminant sur les bords extrêmes de la mer Baltique. Tacite s’inspira nettement d’auteurs antérieurs comme Tite-Live (ou Titus Livius, historien Romain, 59 av.J.C-17 ap.J.C) ou Pline l’Ancien (ou Caius Plinius Secundus, écrivain et naturaliste Romain, 23-79). L’amour de la liberté des Germains, leur vigueur, leur bravoure sont opposés à la corruption sévissant à Rome. (Pour plus de détails voir Germania - Wikipédia)



L'œuvre est composée de 46 chapitres qui nous sont parvenus :

• Chapitres I à XXVII : Chaque chapitre est consacré à une question : Habitat, nourriture, mariage, hospitalité, habillement, jeux.

• Chapitres XXVIII à XLVI : Passage en revue des différents peuples Germains de l'Ouest à l'Est, depuis les bords du Rhin jusqu'à l’actuelle Russie, en passant par la Baltique et la Scandinavie.



Dialogue sur l'art oratoire (Dialogus de Oratoribus)


Il existe une incertitude sur le moment où Tacite a écrit Dialogue sur l'art oratoire, il se situe probablement après La Vie d'Agricola et Germania. De nombreuses caractéristiques la distinguent des autres œuvres de Tacite, de sorte que son authenticité a été contestée, mais tous les manuscrits le mettent sous son nom. Plus probablement, le style classique inhabituellement s'explique par le fait que le Dialogue est un travail traitant de la rhétorique. L’ouvrage fut sans doute composé en 80 ou 81, au moment où Tacite jeune était encore entièrement tourné vers l’éloquence et publié vraisemblablement en 102 (ou 107). Tacite adresse le Dialogue à Justus Fabius (Consul en 102), qui lui a demandé les causes du déclin de l’éloquence, cela pourrait donc donner une date de publication, mais pas la date de l'écriture. Il rapporte, à la manière de Cicéron (Homme d'État et auteur Romain, 03/01/106-07/12/43 av.J.C), un entretien auquel il assista en 75 entre le poète Maternus et les orateurs Marcus Aper, Julius Secundus (ses deux maîtres) et Vipstanus Messala. Le Dialogue ne répond pas immédiatement à la question posée. Dans une première partie, Aper et Maternus discutent avec la chaleur des mérites respectifs de l’éloquence et de la poésie. Dans une seconde partie, en recherchant si l’éloquence est en décadence, les interlocuteurs opposent les modernes aux anciens. On en arrive enfin aux causes du déclin de l’éloquence : Relâchement moral dans l’éducation, médiocrité de l’enseignement des rhéteurs, perte de la liberté politique et nouvelles conditions sociales. (D'après Dialogue des orateurs - Wikipédia).



Les Histoires (Historiae)


Dans un chapitre au début de La vie d'Agricola, Tacite a dit qu'il voulait parler au sujet des années de règnes des Empereurs : Domitien, Nerva et Trajan. Les Histoires, publiées en 105 (ou 109), décrivent l'Empire Romain du 1er janvier 69 à l'année 96, c’est-à-dire de l'avènement de Galba à la mort de Domitien. Il couvrira la période allant des guerres civiles de l'année des quatre Empereurs et finira avec le despotisme des Flaviens. Saint Jérôme estimait la compilation à une trentaine de livres mais on retient généralement le chiffre 12. Il n'en reste néanmoins aujourd'hui que 5 : L'intégralité des 4 premiers livres et les 23 premiers chapitres du livre V. Le contenu de l'œuvre originelle couvre les règnes suivants : Galba, Othon, Vitellius, Vespasien, Titus et Domitien. (D'après Les Histoires - Wikipédia).



L'œuvre qui nous est parvenue s'achève au règne de Titus :

• Livre I : Galba et Othon ou le triomphe d'Othon.

- Galba adopte un Patricien, Pison.

- Révolte de Vitellius.

- Mutinerie des Prétoriens à Rome.



• Livre II : Othon et Vitellius ou le triomphe de Vitellius.

- Engagement en Orient des légions de Vitellius.

- Bataille entre Othon et Vitellius.

- Mort d'Othon à Bédriac.

- Description du règne de Vitellius.



• Livre III : Vitellius et Vespasien ou le triomphe de Vespasien.

- Vespasien arrive en Italie.

- Victoire sur Vitellius à Bédriac.

- Siège et prise de Crémone.

- Agitation dans les provinces.

- Siège et incendie du Capitole.

- Mort de Vitellius.



• Livre IV : Julius Civilis.

- Les Bataves se soulèvent sous la conduite de Julius Civilis. Ils assiègent le camp de Vétéra.

- Civilis veut entrainer toute la Gaule dans la révolte, mais, après s'être réunies à Reims, les cités Gauloises décident de rester fidèle à l'Empire.



• Livre V : Titus devant Jérusalem.

- Événements de l'année 70.

- Titus n'est encore qu'un Prince héritier, mais il commence le siège de Jérusalem et la reprise en main de la Judée.

Ce cinquième livre contient la Grande révolte Juive et constitue un précieux document sur l'attitude des Romains envers ce peuple.



Les annales (Ab excessu divi Augusti)


Publiées en 117 (ou 110), cette œuvre, qui devait comporter 18 livres, est sans doute la grande œuvre historique de Tacite. Les Annales, si son travail avait été achevé, couvriraient la période allant de la mort de l'Empereur Auguste en 14 ap.J.C, jusqu'à la fin du règne de Néron en 68 ap.J.C.). Nous sont parvenus les Livres I à IV, le début du Livre V, une partie du Livre VI ainsi que tout ce qui est compris entre la deuxième moitié du Livre IX et la première moitié du Livre XIV. Le Livre VI se termine par la mort de Tibère (14-37 ap.J.C) et les Livres VII à XII probablement couvraient les règnes de Caligula (37-41) et Claude (41-54). Les autres livres couvrent le règne de Néron (54-68), peut-être jusqu'à sa mort en Juin 68 ou jusqu'à la fin de cette année, en contact avec les histoires. La seconde moitié du Livre XVI est manquante, se terminant par les événements de 66.



Les spécialistes, dans leur grande majorité, pensent que Tacite n'a pas achevé ses travaux. Il serait mort avant d'avoir pu terminer son histoire prévue de Nerva (96-98) et Trajan (98-117) et aucun dossier n'a survécu des travaux sur Auguste et les débuts de l'Empire avec lequel il avait prévu de finir son travail. Les Annales est aussi parmi les premiers documents laïques connus à parler de Jésus (cf. Tacite sur le Christ). Tacite aborde le sujet dans le cadre de la persécution de Néron contre les Chrétiens. (Pour plus de détails voir Les Annales - Wikipédia)


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.atelier-yannistignard.com
yanis la chouette



Nombre de messages : 4284
Localisation : http://yanis.tignard.free.fr
Date d'inscription : 12/11/2005

MessageSujet: Re: Toulouse,Le Laïc et Y'becca ou Sorcelleries Rose et Violette   Sam 15 Oct à 9:55

Association internationale des travailleurs
Association internationale des travailleurs
Logo de la Fédération Régionale espagnole de l'AIT
Logo de la Fédération Régionale espagnole de l'AIT
Devise : « L'émancipation des travailleurs doit être l'œuvre des travailleurs eux-mêmes »
Création 1864
Dissolution 1872
Type Organisation ouvrière internationale
Siège Londres
modifier Consultez la documentation du modèle

L'Association internationale des travailleurs (AIT) est le nom officiel de la Première Internationale, fondée le 28 septembre 1864 à Londres au Saint-Martin's Hall.

Créée principalement à l'initiative de travailleurs et de militants français, anglais, allemands et italiens, son objectif premier est de coordonner le développement du mouvement ouvrier naissant dans les pays européens récemment industrialisés.

Malgré les répressions gouvernementales, elle connait un succès rapide et se constitue en sections nationales dans plusieurs pays dont la Suisse, la Belgique, la France, l'Allemagne et, à partir de 1867, l'Italie, l'Espagne, les Pays-Bas, l'Autriche ou les États-Unis.

En 1869, un débat divise l'AIT entre partisans de Karl Marx, favorables à la gestion centralisée de l'association et à la création de partis politiques, et les « anti-autoritaires » anti-politiques réunis autour de Mikhaïl Bakounine.

En 1871, la défaite de la Commune de Paris et la répression qui la suit accentue le débat et provoque la rupture définitive entre ces deux tendances. Bakounine est exclu par le Congrès de La Haye en 1872.

La Première Internationale disparait en 1877. Elle est prolongée, en 1889, par l'Internationale ouvrière.

Sommaire

1 Historique
1.1 Les débuts
1.1.1 Précurseurs
1.1.2 Fondation de l'AIT
1.1.3 Le Congrès de Genève (1866)
1.2 Le développement de l’Internationale
1.3 La scission
1.4 La dislocation de l’AIT
1.5 Postérité de la Première Internationale
2 Voir aussi
2.1 Articles connexes
2.1.1 Internationales
2.2 Bibliographie
2.3 Articles
2.4 Liens externes
3 Notes et références

Historique
Les débuts
Précurseurs

L'internationalisme dans son acception moderne se place dans la continuité idéologique des mouvements révolutionnaires de 18481. À partir du milieu du XIXe siècle, différentes organisations fortement marquées par les idéaux démocratiques et pacifistes de la bourgeoisie progressiste voient le jour.

En 1834, la Jeune Europe de Giuseppe Mazzini se veut la préfiguration d'une fédération républicaine à l'échelle européenne.

Avec une orientation socialiste plus marquée, l'Association Internationale2 est fondée à Londres en 1855 par des proscrits socialistes français, allemands, polonais, anglais et belges. Elle dure quatre ans mais reste embryonnaire. Elle est dissoute à la suite des dissensions de certains membres souhaitant l'abolition du comité permanent3.

En 1867, en réaction aux menaces de guerre entre la France et la Prusse, la Ligue de la Paix et de la liberté, à laquelle Victor Hugo, entre autres, a appartenu, milite pour la création des États-Unis d'Europe1.

L'Association internationale des travailleurs adopte un point de vue tout différent : uniquement composée de prolétaires, elle se donne pour objectif de les unir dans la lutte qu'ils mènent pour leur émancipation, au-delà des divisions artificielles créées par les frontières des États-nations. La fondation de la Première Internationale marque ainsi la rupture du mouvement socialiste avec le républicanisme et constitue à ce titre une étape importante de l'histoire du socialisme.
Fondation de l'AIT

En 1862, du 19 juillet au 15 octobre, des ouvriers français sont envoyés à Londres lors de l'exposition universelle pour étudier les produits et procédés de l'industrie anglaise. Des échanges entre ouvriers anglais et français, il naît l'idée d'une grande association de travailleurs4. D'autres contacts sont noués, le 22 juillet 1863, entre syndicalistes anglais (dont George Potter et George Odger) et parisiens (parmi lesquels figure Henri Tolain), à l'occasion d'un meeting organisé à Londres en faveur de la Pologne. Ces rencontres aboutissent à la rédaction d'une adresse des ouvriers britanniques à leurs homologues français1.

Le 28 septembre 1864, un congrès ouvrier européen se tient au Saint-Martin's Hall de Londres à l’initiative des ouvriers britanniques des Trade Unions. La décision y est prise de créer l'Association Internationale des Travailleurs (appelée plus tard « Première Internationale »), qui unit des éléments du mouvement ouvrier de divers pays.
Karl Marx à l'époque de la Première Internationale.

Le meeting du Saint-Martin's Hall décide de la création d'un Comité central (Central Council). Ce dernier publie en anglais, rédigés par Karl Marx, une Adresse inaugurale5 et des statuts provisoires (Provisional rules)6 dans lesquels l'AIT affirme que « l'émancipation des travailleurs doit être l'œuvre des travailleurs eux-mêmes » et déclare agir « pour l'émancipation définitive de la classe travailleuse, c'est-à-dire pour l'abolition définitive du salariat ».

Les éléments constitutifs de l'Internationale sont au départ très hétérogènes7 :

Tout d'abord, il y a les syndicalistes anglais, réformistes, modérés, qui gèrent prudemment de riches fonds de grèves. Ils travaillent à l'amélioration des conditions de vie de la classe ouvrière mais font peu référence au socialisme. L'Association Internationale les intéresse sur un plan corporatif si elle parvient à empêcher l'introduction en Grande-Bretagne d'ouvriers du continent venant briser les grèves ou faire tendre les salaires à la baisse1 ;
Côté français, les militants qui participent à la naissance de l'AIT sont davantage issus du monde de l'artisanat que du prolétariat moderne. Ils sont fortement influencés par Proudhon. Ils représentent un mouvement ouvrier qui renaît depuis peu grâce à la libéralisation de l'Empire : la loi du 25 mai 1864 vient de supprimer le délit de coalition en vigueur depuis la Révolution française (loi Le Chapelier du 14 juin 1791) et Napoléon III n'oppose aucun obstacle aux prémices de l'Internationale ;
De nombreux représentants de la démocratie « à la mode de 1848 », à commencer par les mazziniens, sympathisent avec la cause de l'Internationale et y adhèrent7.

Le Congrès de Genève (1866)

Le premier congrès de l'Association Internationale des Travailleurs, d'après ses statuts provisoires, devait se tenir en Belgique en 18658. Mais le Conseil général estime que la tenue d'un congrès en 1865 serait prématurée, d'autant plus que la Belgique vient de voter une loi contre les étrangers qui risque de compromettre l'accueil des délégués. Une simple conférence se réunit à Londres du 25 au 29 septembre 1865. Celle-ci décide que le premier congrès se tiendra à Genève au printemps. À la demande des Genevois, il est repoussé à l'automne et débute le 3 septembre 1866.

Le développement de l'Internationale est encore modeste. Soixante délégués représentent 25 sections et 11 sociétés adhérentes provenant de France, de Suisse, d'Allemagne et d'Angleterre7. Pour la France, seules trois grandes cités ouvrières sont représentées : Paris (par Henri Tolain, Zéphyrin Camélinat, Benoit Malon, Eugène Varlin, Édouard Fribourg…), Rouen et Lyon. Les Suisses sont en grand nombre, ils viennent de Genève (Jean-Philippe Becker…), Lausanne, Montreux, Neuchâtel (James Guillaume), La Chaux-de-Fonds, Saint-Imier (Adhémar Schwitzguébel), Bienne, Zurich et Bâle. Pour l'Allemagne : Stuttgart, Magdeburg et Cologne. Pour l'Angleterre, les tailleurs londoniens envoient un délégué tandis que la section française de Londres est représentée par Eugène Dupont. Enfin, le Conseil général a délégué cinq de ses membres, parmi lesquels figurent George Odger, Hermann Jung ou encore Johann Georg Eccarius.

À Genève est notamment adoptée la revendication de la limitation du temps de travail journalier à 8 heures maximum. Le refus du travail des femmes est également voté à l'initiative des mutuellistes proudhoniens9.
Le développement de l’Internationale
Le groupe fondateur de la Première Internationale à Madrid autour de Giuseppe Fanelli.

Dans les luttes quotidiennes, l’AIT soutient les mouvements et luttes des travailleurs, les luttes pour le suffrage universel, pour la réduction du temps de travail, contre le travail des enfants.

Sa presse était principalement développée au Royaume-Uni, en Suisse, et en Belgique - de façon moindre en France et en Allemagne du fait de la censure et de la limitation, voire de l’interdiction, du droit de réunion. Plusieurs procès eurent lieu contre des militants de l’Internationale, par exemple en France où quinze membres de l’AIT furent condamnés à trois mois d’emprisonnement et 100 francs d’amende chacun pour « constitution interdite d’association de plus de vingt personnes »10.

La Ire Internationale se trouve au bout de quelques années divisée entre « mutuellistes » et « collectivistes » (ou « communistes »). Ainsi, le deuxième congrès qui s'ouvre à Lausanne le 2 septembre 1867 est traversé par des divergences entre les mutuellistes suisses et français et les collectivistes anglais et allemands. Et, à l'occasion d'une motion finale, il est acquis que « l'émancipation sociale des travailleurs est inséparable de leur émancipation politique ».

Dès la fin de l'année 1867, le gouvernement français décide de contrer le développement de l'Internationale. Lors des premières poursuites (février 1868), Henri Tolain et la commission parisienne démissionnent. Ils personnifiaient le mutuellisme proudhonien méfiant à l'égard des grèves[réf. nécessaire], hostile aux institutions étatiques, favorable au maintien de la femme au foyer - base de la famille… Ceux qui vont prendre le relais, avec Eugène Varlin à leur tête, prétendent dépasser le mutuellisme qui, selon eux, se doit de déboucher sur le collectivisme et le syndicalisme. Dans la section française, un collectivisme anti-étatique succède au mutuellisme.

Le IIIe congrès qui se déroule du 6 au 13 septembre 1868 à Bruxelles, réunit des délégués venus de Belgique, de France, du Royaume-Uni, d’Allemagne, d’Italie, de Suisse, d’Espagne. Le congrès qui marque la prédominance des idées syndicalistes et collectivistes adopte la grève générale comme l’unique moyen d’empêcher la guerre et d’assurer la paix. L’Association internationale des travailleurs y déclare qu’elle « n’est fille ni d’une secte, ni d’une théorie. Elle est le produit spontané du mouvement prolétaire » (texte écrit par Karl Marx).

En 1868, Bakounine adhère à la section suisse de l’AIT, et en 1869 l’AIT intègre les membres de son Alliance démocratique sociale (qui déclare s’auto-dissoudre afin d’intégrer l’Internationale). Bakounine écrit à Marx le 22 décembre 1868 : « Ma patrie maintenant, c’est l’Internationale, dont tu es l’un des principaux fondateurs. Tu vois donc, cher ami, que je suis ton disciple, et je suis fier de l’être ».

L’AIT, qui regroupe alors les différentes tendances du socialisme, va progressivement se trouver divisée entre « marxistes » et « anarchistes » de tendance bakouniniste. Errico Malatesta commentera ainsi plus tard cette division : « Nous voulions, par une action consciente, imprimer au mouvement ouvrier la direction qui nous semble la meilleure, contre ceux qui croient au miracle de l'automatisme et aux vertus de la masse travailleuse… Nous qui dans l'Internationale, étions désignés sous le nom de bakouninistes, et étions membres de l'Alliance, nous criions très fort contre Marx et les marxistes parce qu'ils tentaient de faire triompher dans l'Internationale leur programme particulier ; mais à part la loyauté des moyens employés et sur lesquels il est maintenant inutile d'insister, nous faisions comme eux, c'est-à-dire que nous cherchions à nous servir de l'Internationale pour atteindre nos buts de parti. » (Volonta, 1914)
Michel Bakounine et Charles Perron au congrès de Bâle en 1869.

Lors du IVe congrès de Bâle (6-12 septembre 1869), on peut apprécier le poids respectif de chacune des sensibilités. À partir de votes sur des motions ou amendements présentés par ces divers « courants », on peut établir le « rapport de force » comme suit[réf. nécessaire] :

63 % des délégués de l'A.I.T. se regroupent sur des textes collectivistes dits « anti-autoritaires » (« bakouninistes »).
31 % se regroupent sur des textes collectivistes dits « marxistes ».
6 % maintiennent leurs convictions mutuellistes (proudhoniens).

Les deux premières sensibilités se retrouvent sur une proposition ayant trait à la socialisation du sol. Enfin, et à l'unanimité, le congrès décide d'organiser les travailleurs dans des sociétés de résistance (syndicats).

À partir de cette période, Marx et Bakounine, qui se connaissaient depuis de nombreuses années, commencent à se méfier l’un de l’autre. « Ce russe, cela est clair, veut devenir le dictateur du mouvement ouvrier européen. Qu'il prenne garde à lui, sinon il sera excommunié » (lettre du 27 juillet 1869 de Marx à Friedrich Engels). « Il pourrait arriver et même dans un très bref délai, que j'engageasse une lutte avec lui [Marx]… pour une question de principe, à propos du communisme d'état… Alors, ce sera une lutte à mort » (lettre du 28 octobre 1869 de Bakounine à Herzen - il faut cependant remarquer que dans la même lettre, Bakounine écrit à propos de Marx : « nous ne saurions méconnaître, moi du moins, les immenses services rendus par lui à la cause du socialisme, qu’il sert avec intelligence, énergie et sincérité depuis près de vingt cinq ans, en quoi il nous a indubitablement tous surpassés »).

La guerre de 1870 et la Commune n'allaient que retarder le dénouement de cette opposition. En effet, les événements empêchent la tenue du Ve congrès qui devait s'ouvrir à Paris en septembre 1870.

En France, les militants de l’Internationale participent activement à la Commune, et nombre d’entre eux sont tués lors de la répression sanglante qui suit la défaite. De très nombreux militants de l’AIT sont exécutés, de nombreux survivants condamnés à l’exil.

Dans le même temps, en avril 1870, lors du congrès régional de la fédération romande, va se produire une scission : les délégués suisses vont se diviser sur l'attitude à adopter à l'égard des gouvernements et des partis politiques. Quelques phrases extraites des deux résolutions divergentes expriment bien cette opposition qui, de locale, allait gagner tout le mouvement. Pour les bakouninistes,

« toute participation de la classe ouvrière à la politique bourgeoise gouvernementale ne peut avoir d'autre résultat que la consolidation de l'ordre des choses existant, ce qui paralyserait l'action révolutionnaire socialiste du prolétariat. Le congrès romand commande à toutes les sections de l'A.I.T. de renoncer à toute action ayant pour but d'opérer la transformation sociale au moyen des réformes politiques nationales, et de porter toute leur activité sur la constitution fédérative de corps de métiers, seul moyen d'assurer le succès de la révolution sociale. Cette fédération est la véritable représentation du travail, qui doit avoir lieu absolument en dehors des gouvernements politiques. »

À l'inverse, les « marxistes » affirment :

« l'abstention politique est funeste par ses conséquences pour notre œuvre commune. Quand nous professons l'intervention politique et les candidatures ouvrières, nous voulons seulement nous servir de cette représentation comme d'un moyen d'agitation qui ne doit pas être négligé dans notre tactique. Nous croyons qu'individuellement chaque membre doit intervenir, autant que faire se peut, dans la politique. »

Le Conseil Général de Londres va tenter d'éviter l'affrontement, et rappelle aux bakouninistes que les statuts de l’AIT considèrent l'action politique comme un moyen d'émancipation. Mais, rapidement, ce conflit va déborder les frontières suisses. Les « bakouninistes », désormais appelés « jurassiens », vont rencontrer d'actives sympathies en France, en Espagne et en Belgique. Des tentatives de conciliation au sein des sections romandes, puis à la conférence de Londres en 1871, vont échouer. Le Conseil Général de Londres enjoint alors aux jurassiens de se fondre dans la fédération agréée de Genève. Au nom du principe statutaire d’autonomie, les jurassiens s'obstinent, et refusent qu’il y ait une seule section suisse de l’Internationale.
La scission

Dès le 6 septembre 1871, les jurassiens se mettent en marge de l'A.I.T. en adoptant de nouveaux statuts, et en contestant le conseil général qu’ils qualifient de « hiérarchique et autoritaire ».

Dans Les Prétendues scissions dans l'Internationale, le conseil général dénonce les méthodes des « jurassiens », membres de l’Alliance démocratique sociale : « Tous les socialistes entendent par anarchie ceci : le but du mouvement prolétaire, l’abolition des classes, une fois atteint, le pouvoir de l’État qui sert à maintenir la grande majorité productrice sous le joug d’une minorité exploitante peu nombreuse, disparaît et les fonctions gouvernementales se transforment en de simples fonctions administratives. L’Alliance prend la chose au rebours. Elle proclame l’Anarchie dans les rangs prolétaires comme le moyen le plus infaillible de briser la puissante concentration des forces sociales et politiques entre les mains des exploiteurs. Sous ce prétexte, elle demande à l’Internationale, au moment où le vieux monde cherche à l’écraser, de remplacer son organisation par l’Anarchie. » (Les Prétendues scissions dans l'Internationale, texte adopté par le conseil général, essentiellement rédigé par Karl Marx. Publié à Genève, 1872).

La scission aura lieu début septembre 1872 lors du VIIIe congrès, à La Haye. Le lieu du congrès suscite déjà des oppositions (nombre de fédérations pensaient qu'il se tiendrait en Suisse). Les jurassiens mandatent impérativement James Guillaume et Adhémar Schwitzguébel pour présenter leur motion « antiautoritaire » au congrès officiel et se retirer en cas de vote négatif. Le congrès regroupe 65 délégués d'une dizaine de pays. Du fait du maintien officieux de leur structure internationale autonome (l’Alliance démocratique sociale), Bakounine et Guillaume sont exclus. Le conseil général est transféré à New York. Des militants et des fédérations se solidarisent avec les exclus et quittent alors l'AIT.

Après l’affaiblissement dû à la répression qui suit l’échec de La Commune, cette scission sera fatale à la Première Internationale, qui va s'éteindre progressivement.
La dislocation de l’AIT

Une Internationale dite « antiautoritaire » va naître. La fédération jurassienne sera le point de regroupement des fédérations hostiles au conseil général. C'est autour d'elle que va mûrir l'idéologie anarchiste qui se revendique alors du nom de « collectivisme révolutionnaire », se voulant le promoteur d'un système économique autogéré en dehors de toute autorité, de toute centralisation, de tout État. La constitution de cette nouvelle internationale a lieu à Saint-Imier le 15 septembre 1872. Y sont représentées les fédérations espagnoles, italiennes et jurassiennes, plusieurs sections françaises et deux sections d'Amérique. Le congrès de Saint-Imier se donne comme objectif « la destruction de tout pouvoir politique par la grève révolutionnaire ».

Le 27 avril 1873 l'Internationale antiautoritaire convoque à Neuchâtel un « VIe congrès de l'A.I.T. », auquel assistent des délégués représentant les fédérations d'Angleterre, de Belgique, de Hollande, de Suisse, d'Espagne, d'Italie et de France. Le congrès se prononce pour l'abolition complète de tout conseil général et, a contrario, pour l'autonomie des fédérations. Pour compléter la structure organisationnelle de l'association, il est décidé qu'en dehors des congrès, les tâches de coordination seront confiées au bureau d'une fédération.

C'est au moment où il voyait ses idées triompher que Bakounine décida de se retirer : « J'ai la conviction que le temps des grands discours théoriques est passé. Dans les neuf dernières années, on a développé au sein de l'Internationale plus d'idées qu'il n'en faudrait pour sauver le monde, si les idées seules pouvaient le sauver. Ce qui importe avant tout aujourd'hui, c'est l'organisation des forces du prolétariat ».

L'Internationale « officielle » dénonce cette scission. Le conseil général convoque un congrès général le 8 septembre 1873, à Genève. Les trente délégués qui y assistent ne représentent presque qu'eux-mêmes. « Le fiasco du congrès de Genève était inévitable…. Les événements et l’inévitable évolution et involution des choses pourvoiront d’eux-mêmes à une résurrection de l’Internationale » (lettre de Marx à Friedrich Sorge du 27 septembre 1873 - Marx était lui-même absent à ce congrès, comme à quasiment tous les congrès de l’AIT). « La vieille internationale est complètement finie et a cessé d'exister » (lettre d'Engels à Sorge du 12 septembre 1873). Le 15 juillet 1876, le congrès réunit à Philadelphie décide l'auto-dissolution de l’Internationale.

Entre-temps, l'Internationale scissionniste poursuit sa structuration. Un « VIIe congrès de l'Internationale » se réunit à Bruxelles du 7 au 12 septembre 1874. On en retiendra que l'Italie, disant suivre en cela les recommandations de Bakounine, décide de se préparer à passer aux actes. À l'opposé, sous l'influence de la section belge, un rapprochement est estimé utile avec les partis démocratiques et socialistes. Ce débat va se clarifier peu à peu durant les trois années suivantes. Il aboutira de fait à la dislocation de cette nouvelle Internationale.

C'est ainsi que durant le « VIIIe congrès » (26/27 octobre 1876 à Berne), César De Paepe et la section belge font admettre le projet de convocation d'un congrès socialiste auquel assisteraient des représentants des organisations communistes. Les italiens, quant à eux, ont décidé de passer à l'action en utilisant la tactique du « fait insurrectionnel ». Ce sera l'épopée du Bénévent en avril 1877 et son échec : une trentaine d'anarchistes armés occupent deux villages, en brûlent les archives et « décrètent » la révolution. Une semaine plus tard, les insurgés, transis et affamés seront capturés sans offrir de résistance. Mais cet échec ne fut pas sans lendemain. Au mois de juin de la même année, Costa et Paul Brousse définissent et expliquent ce que sera la « propagande par le fait ». Le courant anarcho-syndicaliste était alors trop faible pour mettre en avant ses théories d'actions auto-gestionnaires ou communalistes.

À l'inverse, la minorité anarchiste politiquement pure et dure, s'affirmait. Elle avait pour elle la caution des derniers messages de Bakounine qu'elle interprétait souvent étroitement ; elle s'appuyait aussi sur l'attrait qu'exerçaient alors en Europe, les pratiques violentes des nihilistes russes. Ces divergences sur la stratégie à adopter vont aboutir à des prises de positions extrêmes. Lorsque les fédérations belges, hollandaises et anglaises s'accordent pour revenir à une conception plus politique, plus légaliste de l'action, Kropotkine affirme qu'il est nécessaire de promouvoir « la révolte permanente par la parole, par l'écrit, par le poignard, le fusil, la dynamite… » (Le Révolté no 22).

Le « IXe congrès » tenu à Verviers en 1877, regroupe en fait onze délégations acquises aux nouvelles idées radicales. Les représentants des fédérations d'Italie, de France, d'Allemagne, de Suisse, d'Égypte et de Grèce ne vont s'entendre que pour s'opposer négativement à la tendance qui avait prôné le rapprochement vis-à-vis des partis : « Tous les partis forment une masse réactionnaire… il s'agit de les combattre tous ». L'entente était donc impossible avec les trente cinq délégués « marxistes » et socialistes qui se réunissent quelques jours après à Gand lors du congrès socialiste universel. Les délégués du congrès de Verviers y sont minoritaires. Ils voient la fédération belge et les sections flamandes quitter leur internationale, considérée comme annexée par les libertaires, pour se rallier au marxisme. « Le congrès de Gand a eu au moins cela de bon que Guillaume et compagnie ont été totalement abandonnés par leurs anciens alliés ». (lettre de Marx à Sorge 27.09.1877).

Les militants anarchistes les plus actifs se tournent vers un type d'actions individuelles, la propagande par le fait, qui va les couper du mouvement ouvrier. La Fédération jurassienne, encore la plus active, estime même inutile de préparer le congrès prévu en 1878.
Postérité de la Première Internationale

Quelques années après la disparition de l'AIT, les partis sociaux-démocrates se regroupent dans l'Internationale ouvrière (dite « Deuxième Internationale »), sous l'impulsion notamment de Friedrich Engels.

Les organisations syndicales le feront quelques années plus tard au sein de la Fédération syndicale internationale.

Certains anarcho-syndicalistes se regroupent au sein d'une nouvelle Association internationale des travailleurs, fondée en 1923 à Berlin.
Voir aussi
Articles connexes

Internationale antiautoritaire ~ Ligue des communistes ~ Commune de Paris (1871) ~ Grève ~ Manifeste des Soixante.
Pierre Denis ~ Benoît Malon ~ Camille Camet ~ Carlo Cafiero ~ Eugène Varlin ~ Friedrich Engels ~ Léo Fränkel ~ Henri Tolain ~ James Guillaume ~ Jean-Louis Pindy ~ Karl Marx ~ Mikhaïl Aleksandrovitch Bakounine ~ Charles Perron - Élisée Reclus - Pierre Martin
Anarchisme ~ Libertaire ~ Collectivisme ~ Communisme ~ Marxisme ~ Mutuellisme (théorie économique) ~ Socialisme ~ Syndicalisme.
Histoire de l'anarchisme

Internationales

Internationale ouvrière (Deuxième Internationale)
Internationale communiste (Troisième Internationale)
Internationale communiste ouvrière
Quatrième Internationale

Bibliographie

Document utilisé pour la rédaction de l’article : document utilisé comme source pour la rédaction de cet article.

Gabriel Mollin, Rapport sur le 4e Congrès de l'Association internationale des Travailleurs, tenu à Bâle (Suisse) au mois de septembre 1869, Paris, Imprimerie D. Jouaust, Le Chevalier, 1870.
A.I.T. Association Internationale des Travailleurs, Paris, Imprimerie impériale, 1870. Réédition en 1968.
Oscar Testut, Association internationale des travailleurs. Son origine - Son but (…). Tableau de la situation actuelle de l'Internationale en France, en Europe et en Amérique, Lyon, Imprimerie d'Aimé Vingtrinier, 1870.
Troisième procès de l'Association Internationale des Travailleurs à Paris, Paris, Armand Le Chevalier, 1870. Réedition en 1968.
Le livre noir de la Commune de Paris (dossier complet) - L'Internationale dévoilée. Paris, Office de Publicité, 1871.
Jacques Populus, Histoire de l'Internationale, Paris, Bureau de l'Éclipse, 1871.
Jacques Droz (dir.), Histoire générale du socialisme, t. 1, Des origines à 1875, Presses universitaires de France (PUF), 1972.
Les séances officielles de l'Internationale à Paris pendant le Siège et pendant la Commune, Paris, Lachaud, 1872.
Adolphe Georges Guéroult, Les théories de l'Internationale. Étude critique, Paris, Didier et Cie, 1872.
Edmond Laskine, L'Internationale et le Pangermanisme, Paris, H. Floury, 1916.
Franz Mehring, Karl Marx, histoire de sa vie, Berlin, 1918. Document utilisé pour la rédaction de l’article
Jules Rocher, Lettres de communards et de militants de la Ire Internationale à Marx, Engels et autres dans les journées de la Commune de Paris en 1871, Paris, Bureau d'Édition, 1934.
La première Internationale, recueil de documents publiés sous la direction de Jacques Freymond, textes établis par Henri Burgelin, Knut Langfeldt et Miklós Molnar, Genève, Droz, 1962-1971.
Jean Maitron, Le mouvement anarchiste en France, Gallimard, coll. « Tel », 1992, (ISBN 2070724980). Document utilisé pour la rédaction de l’article
Mathieu Léonard, L'émancipation des travailleurs, Une histoire de la Première Internationale, La Fabrique, 2011.
Bernd Rother, Die Sozialistische Internationale, Leibniz Institute of European History, European History Online, 2012, consulté le 20 février 2013.
(it) Internazionale, Dizionario di Storia, Istituto dell'Enciclopedia Italiana, 2010, lire en ligne. Document utilisé pour la rédaction de l’article

Articles

Augustin Souchy, Association internationale des travailleurs, Encyclopédie anarchiste initiée par Sébastien Faure, 1925-1934, lire en ligne.
La Première Internationale Ouvrière, revue Études de Marxologie, no 8, 1964 (numéro spécial consacré au centenaire de l'AIT, sous la direction de Maximilien Rubel).
« En 1864, La première internationale ouvrière naît à Londres », Alternative libertaire,‎ septembre 2014 (lire en ligne).
« Il y a 150 ans, septembre 1864 : la naissance de la Première Internationale », Lutte ouvrière,‎ 26 septembre 2014 (lire en ligne).
Joseph Savès, « 28 septembre 1864 - Fondation de la 1re Internationale », Hérodote,‎ 26 février 2014 (lire en ligne).

Liens externes

Chroniques de la première Internationale (par Maximilien Rubel)
Quelques textes de l'AIT (1864-1871) principalement rédigés par Karl Marx
L'Internationale, documents et souvenirs par James Guillaume, 1905-1910, 4 tomes.

Notes et références

↑ a, b, c et d Annie Kriegel, L'Association internationale des Travailleurs (1864-1876), dans Histoire générale du socialisme, volume 1 (Des origines à 1875), Jacques Droz (dir.), P.U.F., 1972, pp.603-634.
↑ Arthur Lehning, De Buonarroti à Bakounine : études sur le socialisme international, Champ libre, Paris, 1977.
↑ Jean Maitron, Le mouvement anarchiste en France, Gallimard, coll. « Tel », 1992.
↑ Martial Delpit, Enquête parlementaire sur l'insurrection du 18 mars, Paris, 1872.
↑ Elle a été écrite entre le 21 et le 27 octobre 1864. Elle est reproduite dans La Première Internationale. Recueil de documents, Jacques Freymond (dir.), Librairie Droz, Genève, 1962, volume 1, pp.3-9,
↑ Ces statuts ont fait l'objet de plusieurs traductions en français : une première, très défectueuse, a été effectuée dès 1864 par les militants parisiens de l'Internationale. Une seconde, en 1866, est due à Charles Longuet. Les différentes versions françaises de ces statuts, longuement détaillées par James Guillaume dans L'Internationale. Documents et souvenirs, tome premier, pp.10-21 (Société nouvelle de Librairie et d'Édition, Paris, 1905), ne seront pas sans conséquence au moment de la scission.
↑ a, b et c Jacques Freymond (dir.), La Première Internationale. Recueil de documents, Librairie Droz, Genève, 1962. 2 volumes, 454 et 499 p.
↑ James Guillaume, L'Internationale. Documents et souvenirs, Société nouvelle de Librairie et d'Édition, Paris, 1905, 4 tomes. Reprint en deux volumes, Éditions Gérard Lebovici, 1985.
↑ Pour Tolain, Fribourg ou Chemalé, « le travail des femmes doit être énergiquement condamné comme principe de dégénérescence pour la race et un des agents de démoralisation de la classe capitaliste ». Cité dans Michèle Riot-Sarcey, Histoire du féminisme, La Découverte, Paris, 2008, p. 53.
↑ Michel Cordillot, Eugène Varlin : Chronique d'un espoir assassiné, Éditions Ouvrières, 1995, p. 95

[afficher]
v · m
Anarchisme

Portail du marxisme Portail du marxisme Portail de l’anarchisme Portail de l’anarchisme Portail du syndicalisme Portail du syndicalisme Portail de la politique Portail de la politique Portail du XIXe siècle Portail du XIXe siècle
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.atelier-yannistignard.com
yanis la chouette



Nombre de messages : 4284
Localisation : http://yanis.tignard.free.fr
Date d'inscription : 12/11/2005

MessageSujet: Re: Toulouse,Le Laïc et Y'becca ou Sorcelleries Rose et Violette   Sam 15 Oct à 9:58

Le chienlit, d'abord orthographié chie-en-lit est initialement un personnage typique du Carnaval de Paris. Il est à l'origine d'un substantif féminin : la chienlit, entré dans l'Histoire en 1968.
Première apparition du mot Chienlictz dans Gargantua.

Sommaire

1 Du chienlit ...
2 ... à la chienlit
3 Notes et références
4 Bibliographie

Du chienlit ...

Le terme masculin « chienlit », avec le temps devenu péjoratif, désigne initialement un personnage typique du Carnaval de Paris.

Son costume consiste en une chemise de nuit avec le postérieur barbouillé de moutarde. L'orthographe originelle du nom de cette tenue et du personnage typique qu'elle caractérise résume bien ce en quoi consiste le déguisement : « chie-en-lit »1. Il arrivait que jadis on parle du « Carnaval de Paris et ses chie-en-lit ».

Ce personnage typique du Carnaval de Paris est à l'origine du substantif féminin « la chienlit », désignant ennui, agitation, désordre, pagaille. Exemple : « Faire régner la chienlit ». La première apparition connue du terme se trouve dans Faits et dits du géant Gargantua et de son fils Pantagruel2, puis on le retrouve chez Émile Zola dans L'Assommoir3 et dans Nana4, dans un sens différent.
... à la chienlit

La chienlit, substantif féminin, est entrée dans l'histoire de la politique de la France lors de son utilisation par le général de Gaulle d'abord en août 1944 lorsque, s'adressant à Georges Bidault, pendant la descente de l'Avenue des Champs-Élysées, de Gaulle lui dit « alors Bidault c'est la chienlit » puis en mai 1968 auquel a été attribué cette phrase : « La réforme, oui ; la chienlit, non », qu'il aurait prononcée, d'après le Premier ministre Georges Pompidou, répondant aux journalistes à la sortie d'un Conseil des ministres.
La Chienlit c'est lui !, affiche de l'Atelier des Beaux-arts
La Chienlit c'est encore lui !, affiche de l'Atelier populaire

Dans le contexte des événements de Mai 68 en France, ce terme se voulait un propos fleuri dans la langue du président de la République, pour qualifier la profusion débridée des événements et désordres concomitants.

En 1968, le mot chienlit n'était plus d'un usage courant. Beaucoup l'ayant découvert à l'écoute du général de Gaulle durent faire appel au dictionnaire pour en comprendre le sens. Ils n'approfondirent pas jusqu'à une recherche étymologique et historique. Personne ne s'avisa publiquement de remonter jusqu'à l'origine du mot chienlit, pour commenter la parole du chef de l'État. Il faut dire qu'à l'époque le Carnaval de Paris était très largement oublié. Son plus fameux cortège traditionnel : « la Promenade du Bœuf Gras », ne renaîtra que 30 ans plus tard, en septembre 1998.

Lors des manifestations de mai et juin 1968, on a pu notamment observer l'utilisation du mot chienlit sur des tracts et affiches contestataires où apparaissait la silhouette du général de Gaulle accompagnée du slogan « La chienlit c'est lui ! » ou encore : « La chienlit c'est encore lui ! ».

Conséquence de son emploi par le général de Gaulle en mai 1968, le mot chienlit auparavant presque oublié, a connu depuis un certain renouveau et son emploi se retrouve par exemple aujourd'hui dans des sites internet politiques.
Notes et références

↑ Académie française, Dictionnaire de l'Académie française, p. 313 [archive], Firmin Didot frères, Paris, 1835 (OCLC 2147157).
↑ Faits et dits du géant Gargantua et de son fils Pantagruel, p. 203 [archive].
↑ L'Assomoir, p. 398 [archive].
↑ Nana, p. 21 [archive].

Bibliographie

Sur les autres projets Wikimedia :

chienlit, sur le Wiktionnaire

François Caradec, La Chienlit de papa, Albin Michel, Paris, 1968 (OCLC 10218820).
Siné, La Chienlit : c'est moi !, Balland, Paris, 1978 (OCLC 10798655).
Dominique Venner, La chienlit : petit guide de la contestation en politique, à l'université, au théâtre, au cinéma, dans la chanson, dans l'église, etc., Paris, 1969 (OCLC 69179217).
Jean-Jaques Lebel, La chienlit Dokumente zur französischen Mai-Revolte, Darmstadt Melzer 1969 (OCLC 174305937).

Portail des fêtes et des traditions Portail des fêtes et des traditions

et

Le Carnaval de Toulouse a su reconquérir le cœur des Toulousains.
Depuis son retour en 2012, l’événement, festif, bon enfant et diversifié, est devenu un temps majeur de la ville rose. Au retour du printemps, il ouvre la saison des festivités où petits et grands peuvent se retrouver tous ensemble dans les rues.
Ce qui rassemble les Toulousains, des plus jeunes à nos aînés, est l’opportunité de se retrouver autour de la magie fédératrice d’un grand événement où chacun peut participer avec sa propre identité, sa propre culture pour la partager avec l’ensemble des carnavaliers. Qu’il s’agisse de défiler dans la Grande Parade,
participer à la décoration de la Ville « Déguise ton parcours ! », être bénévole ou simplement trouver son déguisement pour le jour J, le Carnaval de Toulouse est un espace populaire de création dont la vertu est de rendre collective toute participation. Le Carnaval de Toulouse un Carnaval pour Tous et réalisé par Tous.

Le COCU (Comité d'Organisation du Carnaval Unifié)

Le mot « carnaval » apparaît sous cette forme en français en 1549 pour exprimer le sens de « fête donnée pendant la période du carnaval1 ».

Il vient de l'italien carnevale ou carnevalo. Il a pour origine carnelevare, un mot latin formé de carne « viande » et levare « enlever »2. Il signifie donc littéralement « entrée en carême ».

Des étymologies fantaisistes ont été jadis avancées, telle que « caro vale ! » qui veut dire « adieu la chair ! »3.

Jusqu'au XIXe siècle, le mot « carême-prenant » a été utilisé en français à égalité avec « carnaval ». Il a été orthographié de diverses manières : caresme-prenant, quaresmeprenant, etc. On le retrouve dans le journal de Pierre de l'Estoile, chez Molière, etc. En France on peut trouver des variantes régionales de « carême-prenant », tel que « caramentran » en provençal4.

De « carême-prenant », on a dérivé deux expressions. L'une : « tout est de carême-prenant », pour parler de certaines libertés, en particulier dans le domaine des mœurs, qui se prennent ou prenaient traditionnellement pendant le carnaval. L'autre, pour désigner une personne costumée en carnaval, ou en général quelqu'un d'habillé de façon ridicule. Dans cette situation, on entend crier « Au secours, au secours, votre fille on l'emporte, Des carêmes-prenants lui font passer la porte5, ». « Vous voulez donner votre fille à un carême-prenant6, ».

Du mot « carnaval » dérive l'adjectif « carnavalesque » (relatif au carnaval), mais aussi certains régionalismes tels que « carnavaleux » et « carnavalier » : le premier désigne, dans la région de Dunkerque, en Belgique et au Québec, un participant au carnaval7,8 ; le second un artiste créant des œuvres pour le carnaval tels que chars, des géants, des grosses têtes, etc. Les « carnavaliers » les plus célèbres de France sont établis à Nice, où le métier se transmet de père en fils depuis 1870 et où ce mot est traditionnellement utilisé9.
Périodes du carnaval
Le combat de Carnaval et de Carême, Pieter Brueghel l'Ancien (1559)

D'après le calendrier religieux, le carnaval débute à l'Épiphanie (le 6 janvier), date qui marque la fin des fêtes de Noël et s'arrête le mardi gras, veille du début de la période de carême. Les Laetare sont des carnavals de mi-carême.

Les Lupercales des Romains et les fêtes dionysiaques en Grèce sont des précédents historiques du carnaval.

Le carnaval est une tradition archaïque liée aux cycles saisonniers et agricoles. L’historien des religions Mircea Eliade écrit : « Toute nouvelle année est une reprise du temps à son commencement, c’est-à-dire une répétition de la cosmogonie. Les combats rituels entre deux groupes de figurants, la présence des morts, les saturnales et les orgies, sont autant d'éléments qui dénotent qu’à la fin de l’année et dans l’attente du Nouvel An se répètent les moments mythiques du passage du chaos à la cosmogonie »10. Eliade écrit encore : « Alors les morts pourront revenir, car toutes les barrières entre morts et vivants sont brisées (le chaos primordial n'est-il pas réactualisé ?) et reviendront puisqu'à cet instant paradoxal le temps sera suspendu et qu'ils pourront donc être de nouveau contemporains des vivants »10. Eliade souligne que les peuples ont « d’une manière profonde le besoin de se régénérer périodiquement en abolissant le temps écoulé et en réactualisant la cosmogonie »10.

Dans l’essai Le Sacré et le Profane Mircea Eliade écrit : « L'abolition du temps profane écoulé s’effectuait au moyen des rites qui signifiaient une sorte de « fin du monde ». L'extinction des feux, le retour des âmes des morts, la confusion sociale du type des saturnales, la licence érotique, les orgies, etc. symbolisaient la régression du cosmos dans le chaos »11.

Mircea Eliade parle des valeurs cosmologiques du carnaval même dans son Traité d'Histoire des religions (chapitre XI, Temps sacré).

En Suisse, le carnaval de Bâle débute le lundi suivant le mercredi des Cendres, à 4H00 du matin, tandis qu"à Lucerne, il commence le jeudi gras à 4H00 du matin12. En Grèce, il s'appelle Apokriá et se termine le lundi pur.
Travestissement

Les masques prennent les caractéristiques des êtres surnaturels qui sont les démons et les esprits des éléments de la nature, c’est pourquoi le masque a une fonction apotropaïque.

À la fin le temps et l’ordre du cosmos, bouleversés pendant le carnaval, sont reconstitués (nouvelle création, nouvelle cosmogonie) par la cérémonie de la lecture du « testament » et par les « funérailles » du carnaval qui souvent consistent en la brûlure du « Roi Carnaval » représenté par un mannequin ou une poupée de chiffon. D'autres fois l'image du carnaval est noyée ou décapitée (à propos de la mort rituelle du carnaval voir Le Rameau d’or écrit par James George Frazer).

Les travestissements de tous genres, les bals nocturnes et masqués, les promenades du dimanche gras et du mardi gras sont les principaux amusements auxquels on se livre pendant le carnaval. Le carnaval de Venise et en général ceux des pays méridionaux sont les plus célèbres et les plus brillants.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.atelier-yannistignard.com
yanis la chouette



Nombre de messages : 4284
Localisation : http://yanis.tignard.free.fr
Date d'inscription : 12/11/2005

MessageSujet: Re: Toulouse,Le Laïc et Y'becca ou Sorcelleries Rose et Violette   Sam 15 Oct à 9:58

La murga désigne à la fois un genre musical et une formation musico-théâtrale traditionnelle en Uruguay en Argentine et en Espagne qui évolue dans le contexte des fêtes du Carnaval.

Le mot "murga", d'origine espagnole, est introduit dans la région du Rio de la Plata au début du XXe siècle par une compagnie espagnole de zarzuela originaire de Cadix.

Un parfait exemple de murga argentine est la chanson Matador du groupe Los Fabulosos Cadillacs. Celle-ci inclut l'usage d'un sifflet, un élément très typique dans la murga argentine.

La murga est un phénomène qui fusionne plusieurs disciplines : la musique, le théâtre et la danse. Elle naît dans le contexte du carnaval des régions du Rio de la Plata. Si elle a des origines noire, elle est avant tout le résultat d'une fusion complexe de différentes cultures. Sur le plan musical les voix sont accompagnées de percussions: la caisse claire, le bombo, ou grosse caisse et les cymbales, jouées à la main à partir de 1915. La murga intègre et fusionne différents rythmes comme la marcha camion (rythme d'origine militaire), le Candombe ou la Zamba. L'aspect théâtral est inspiré du Carnaval de Venise et de la Comedia dell' Arte.

L’aristocratie joua un certain rôle dans son développement: dès 1850, le premier carnaval officiel est. Au début du XXe siècle, le carnaval devient surtout le fait de l’immigration espagnole et italienne, qui sort dans les rues avec des charrettes à lait décorées comme des carrosses... L’aristocratie commence à se retirer. Dernièrement, la murga a été extraite du carnaval pour être présente à longueur d’année. Ses chansons et sa musique sont utilisées comme éléments de protestation contre la difficile situation sociale du peuple rioplantense (uruguayen et argentin). Ses paroles reflètent les problématiques actuelles du pays.
L’héritage du tango
Un groupe de murga

La murga révèle clairement l’héritage noir des uruguayens et des argentins ; la négritude, dans toute sa splendeur, se conserve dans la murga. D’importants danseurs de tango ont aussi été d’importants danseurs de murga. La murga leur donnait la possibilité de s’exprimer librement, de laisser de côté les préjugés et les codes des bals populaires pour s’abandonner, corps et âme, à la transe magique de cette danse. La murga uruguayenne, « la catharsis du tango », est le moment où la passion contrôlée du tanguero explose et s’exprime sans limite jusqu’au saut le plus haut d’une mantanza (dernière partie des séquences de la murga, quand le danseur, accompagné par le tambour et les cymbales crée des sauts énergiques dans l’air).
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.atelier-yannistignard.com
yanis la chouette



Nombre de messages : 4284
Localisation : http://yanis.tignard.free.fr
Date d'inscription : 12/11/2005

MessageSujet: Re: Toulouse,Le Laïc et Y'becca ou Sorcelleries Rose et Violette   Sam 15 Oct à 9:59

Le Maracatu est le nom d'un rituel brésilien, pratiqué depuis le début de la colonisation dans la partie Nord-Est du pays (notamment dans l'État du Pernambouc), et hérité de l'histoire des esclaves en hommage au roi du Kongo. Deux types de Maracatu co-existent actuellement : le Maracatu rural et le Maracatu de baque virado.
Présentation

Les fêtes du Maracatu rural enfièvrent chaque année la zona da Mata, dans l'État du Pernambuco. Pour la population locale, les caboclos, ces réjouissances représentent l'occasion de nier leur misère sous des déguisements éphémères. Le Maracatu est une combinaison de musique rythmique avec les danses en costumes, les chants et le défilé lors du carnaval. Coiffés de perruques colorées et brandissant des lances enrubannées, les participants du Maracatu rural traversent en cortège les champs de canne a sucre, de plantation en plantation. Musiques et danses durent trois jours et trois nuits. Chacun dort où il peut, y compris à la belle étoile.

Le Maracatu de baque virado est constitué en nations (nação), les plus connues étant:

Nação do Leão Coroado (Nation du lion couronné)
Nação Cambinda Estrela
Nação Porto Rico
Nação Estrela Brilhante do Recife
Nação Estrela Brilhante de Igarassu

Le groupe parade, chacun étant habillé de costumes colorés traditionnels, et accompagne le roi et la reine du défilé, qui symbolisent initialement les descendants des rois et reines d'Afrique, puis les personnes sages et influentes de la société brésilienne. Chaque année, une élection permet de déterminer dans le bloco qui en sera le roi et la reine pour le défilé du carnaval.

Le défilé est précédé d'une escorte portant généralement des bannières et une ou plusieurs figures, comme le lion couronné pour Nação do Leão Coroado ou la poupée appelée calunga. Un accessoire également présent est le parasol, aux couleurs de la nação et accompagnant la bannière tout en protégeant le couple royal. Chaque membre de l'escorte a un rôle précis dans la parade, et défile selon des pas chorégraphiés.

Dans le maracatu rural, il y a également une figure d'un indien, vêtus d'un costume dont le dos est tapissé de cloches recouvertes d'une pelisse, avec des coiffes de plumes et tenant des lances ou des matraques.

De nos jours, le maracatu est un rituel qui disparaît de plus en plus des fêtes de carnaval, mais de nombreuses initiatives existent pour faire revivre cette tradition. On peut notamment assister à des défilés de maracatu à l'occasion des carnavals de Recife et d'Olinda.

Au rythme des percussions, les métis caboclos évoquent la terre ancestrale d'Afrique. Sous leur crinière de lion en fibres synthétiques et pointant leur lance comme jadis leurs ancêtres, guerriers déportés d'Angola ou du Niger, des danseurs se plaisent à impressionner le public. Autrefois, ils n'hésitaient pas à se battre contre des groupes rivaux, parfois même jusqu'à la mort.
Forme musicale

L'orchestre du maracatu est composé exclusivement de percussions : alfaia, gonguê, caixa, mineiro et abê, et d'un chanteur masculin accompagné d'un chœur féminin. L'orchestre proprement dit se trouve normalement à la fin du cortège.

Dans le Maracatu rural, la partie rythmique est jouée en 4/4, où le premier temps est marqué par les tambours (alfaias). Les trois temps suivants sont généralement éludés, les tambours battant alors la deuxième double croche ou le contre temps.

Dans le Maracatu de baque virado, les tambours jouent des baques qui font partie de l'identité de chaque Nation.

Le gonguê joue différentes phrases en fonction de la Nation de Maracatu, par exemple pour la Nation Porto Rico, la phrase se caractérise par les notes graves qui marquent le temps et les notes aigües sont sur les contretemps (1er, 2e et 4e temps) et sur la 1re et 4e double croche (3e temps).

La caisse claire accompagne le tout en assurant un continuum sonore dont le premier temps et les contre temps des temps suivants sont un peu plus marqués, soit par des coups un peu plus appuyés, soit par des petits roulements.
Filmographie

La terre des Maracatus un documentaire de Philippe Coudrin, 2010

Portail des fêtes et des traditions Portail des fêtes et des traditions Portail des musiques du monde Portail des musiques du monde Portail de l’esclavage Portail de l’esclavage Portail du Brésil Portail du Brésil
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.atelier-yannistignard.com
yanis la chouette



Nombre de messages : 4284
Localisation : http://yanis.tignard.free.fr
Date d'inscription : 12/11/2005

MessageSujet: Re: Toulouse,Le Laïc et Y'becca ou Sorcelleries Rose et Violette   Sam 15 Oct à 10:00

La sorcellerie désigne souvent la pratique d'une certaine forme de magie, dans laquelle le sorcier ou la sorcière travaille avec les énergies globales, que ce soit celles des plantes, des cycles lunaires, des saisons ou même des entités. Selon les cultures, la sorcellerie fut considérée avec des degrés variables de soupçon voire d'hostilité, parfois avec ambivalence. Certaines doctrines religieuses considèrent toute forme de magie comme de la sorcellerie, la proscrivent ou la placent au rang de la superstition. Elles opposent le caractère sacré de leurs propres rituels aux pratiques de la sorcellerie.

La sorcellerie est un terme controversé et son histoire est complexe. Selon le contexte et le milieu culturel dans lequel ce mot est employé, il désigne des idées différentes, voire opposées. Chaque société possède ses propres conceptions en matière de tradition, de croyance, de religion, de rites, de rapport à l'au-delà et à la mort et d'esprits bons ou mauvais ; il est parfois impossible de trouver un équivalent d’une culture à l’autre.

Ce terme est également employé de façon péjorative en référence à la pratique de la magie. La sorcellerie est alors, dans cette acception, l'accusation portée à l'encontre de ceux qui utilisent des moyens surnaturels pour un usage réprouvé par une majorité de la société. Les croyances en ce type de praticiens de la magie se sont rencontrées dans la plupart des sociétés humaines. De telles accusations ont parfois mené à des chasses aux sorcières. Dans d'autres sociétés, les chamans ou les griots étaient non seulement bien acceptés en tant que praticiens des rituels traditionnels et d'intercesseurs avec les forces et les énergies de l'invisible, mais respectées, parfois craints, et souvent placés en positions socialement dominantes.

Pour les religions monothéistes (principalement le judaïsme, le christianisme et l'islam), la sorcellerie fut souvent condamnée et considérée comme une hérésie. La notion de sorcellerie prit une grande importance pour les catholiques et les protestants à la fin du Moyen Âge. À cette époque la sorcellerie a progressivement été assimilée à une forme de culte du Diable. Des accusations de sorcellerie ont alors été fréquemment combinées à d'autres charges d'hérésie contre des groupes tels que les Cathares et les Vaudois. Certains groupes anciens ou modernes se sont parfois plus ou moins ouvertement réclamés d'un culte "sataniste" dédié au mal.


Sommaire

1 Étymologie
2 Pratiques considérées comme de la sorcellerie
3 Définition de la sorcellerie selon René Guénon
4 La sorcellerie et le Pape Jean XXII
5 Sorcellerie européenne
5.1 Exemple de l'Angleterre
5.2 Explication rationnelle
6 Monde occidental contemporain
6.1 Revalorisation de la pensée magique au XXe siècle
7 Croyances anciennes du Proche- et Moyen-Orient
8 Tanakh
9 Nouveau Testament
10 Judaïsme
11 Islam
12 Sorcellerie africaine
13 L'origine des pouvoirs magiques (1929)
14 Répression
15 Médias
16 Annexes
16.1 Bibliographie
16.1.1 Ouvrages anciens
16.1.2 Travaux de sciences sociales
16.1.2.1 Sur l'Europe
16.1.2.2 Sur les Amériques
16.1.2.3 Sur l'Afrique
16.1.2.4 Sur l'Asie
16.1.2.5 Sur l'Océanie
16.1.3 Études littéraires
17 Notes et références
18 Voir aussi
18.1 Articles connexes
18.2 Liens externes

Étymologie

Sorcier et sorcellerie dérivent du mot sort, maléfice lancé par un « jeteur de sorts », sortiarus en latin1.
Les Trois Sorciers, par Johann Heinrich Füssli, Suisse.

Selon une acception générale du terme le sorcier est « Celui, celle qui passe pour avoir fait un pacte avec le diable, à l'effet d'opérer des maléfices, et pour aller à des assemblées nocturnes dites sabbat », le sorcier est un jeteur de sort, recourant à la magie. Il peut être "spécialiste" d'un domaine, telle la communication avec les esprits, généralement de défunts (on parle alors plus volontiers de mage ou de voyant), ou l'animation d'êtres morts (nécromancien). Du point de vue anthropologique, le mot sorcier peut recouvrir différentes fonctions comme chaman ou homme-médecine. C'est aussi un personnage maléfique présent dans les contes et les légendes. Il figure désormais dans l'univers du jeu de rôles, dans l'univers de Terry Pratchett et autres, plus fantastiques, tels qu'Harry Potter.

La sorcellerie désigne tout ce qui est considéré comme surnaturel sans appartenir à la religion officielle ou tout ce qui est relatif au mal dans ces mêmes religions. Il apparaît que dans les mythologies des premières sociétés humaines (société matriarcale), la femme avait un rôle important. La religion ancienne devenant le diable de la nouvelle, le christianisme associa souvent les femmes à des rôles maléfiques telles les parques de la mythologie gréco-romaine ou encore Ève dans le mythe d'Adam et Ève, qui s'allie au serpent (agent du mal), pour plonger l'homme dans sa triste condition. Ceci explique partiellement le rôle prépondérant des sorcières à celui des sorciers dans les mythes populaires européens.

Volant dans les airs à califourchon sur son manche à balai, ainsi est représentée la sorcière dans l'iconographie populaire occidentale. Antithèse de la fée, elle a les mêmes fonctions que le sorcier, tant en anthropologie que dans les contes et légendes.
Pratiques considérées comme de la sorcellerie
Cahier de jeteur de sorts, 2e moitié 19e siècle - 1er quart 20e siècle, Haute-Saône, Collection Musées départementaux de la Haute-Saône

Le terme sorcellerie est communément appliqué aux pratiques visant à influencer les énergies d'une personne, d'un lieu, d'un objet, etc.

Certains, comme les néo-païens, considèrent la nature maléfique de la sorcellerie comme étant une projection chrétienne. Cependant, le concept de "praticien de la magie" influençant le corps ou l'esprit d'autrui contre son gré était présent au sein de nombreuses cultures avant même l'introduction du monothéisme. En effet, de vieilles traditions de "magie blanche" ou religieuses avaient déjà pour but d'identifier ou de contrer ces praticiens. Beaucoup d'exemples de ce type peuvent être trouvés dans les textes anciens provenant d'Égypte et de Babylone. Dans les cultures où l'on croit que le sorcier a le pouvoir d'influencer le corps ou l'esprit d'autrui, il apparaît une cause crédible de maladie (chez l'homme ou l'animal), de malchance, de mort soudaine, d'impuissance ou maux divers dont l'origine paraît inexplicable. Une magie folklorique bénigne et socialement plus acceptable peut alors être utilisée pour remédier au sortilège, ou identifier le sorcier à l'origine du mal afin de s'en défendre ou d'en défaire l'enchantement.

Plusieurs pratiques magiques sont assimilées à la sorcellerie, de telle sorte que les personnes qui les utilisent ont été considérées comme des sorciers par les occidentaux, indépendamment de la culture dans laquelle ces pratiques sont en usage. Une des pratiques les plus connues consiste à fabriquer une poupée en argile, en cire ou en chiffons à l'effigie de personnes réelles et les actions qui sont effectuées sur ces poupées sont censées être transférées aux sujets qu'elles représentent ('poupée vaudou' dans le vocabulaire courant, dénommée dagyde en occultisme).

La nécromancie, consistant à demander à l'âme d'un mort de révéler l'avenir, est également considérée comme une pratique typique de la sorcellerie. La sorcière biblique d'Endor est censée l'avoir pratiquée en faisant apparaître le spectre de Samuel (ou du diable métamorphosé en Samuel) à Saül.

Les croyances traditionnelles et populaires attribuent aux sorciers divers types de pouvoirs (acquis par contrat démoniaque dans la tradition chrétienne et monothéiste plus généralement) : voler dans les airs, tourmenter l'esprit de leurs victimes. Les lutins, dans l'univers des contes, peuvent leur servir d'auxiliaires. Certaines pratiques considérées comme subversives ou abusives et parfois criminelles tombent sous le coup de la loi.
Définition de la sorcellerie selon René Guénon

Pour René Guénon, la magie est une technique par laquelle sont manipulées certaines lois naturelles délaissées ou inaccessibles aux savants modernes mais faisant l'objet d'anciennes sciences traditionnelles maintenant oubliées2.
La sorcellerie agit sur des influences du même ordre que la magie, à cela près qu'

« ils [les sorciers] ne connaissent que les branches les plus basses de la magie, et les forces qu’ils mettent en jeu, [sont] les plus inférieures de toutes3. »

L'auteur insiste sur le caractère naturel des phénomènes en cause et dénonce le qualificatif de « surnaturel » qui leur est souvent fautivement attribué4. Il s’agit, pour le sorcier, d’exploiter des courants ou des entités psychiques et de les faire agir sur l'élément corporel. Il différencie ce domaine de celui de la théurgie qui bien qu'ayant parfois des effets semblables utilise, elle, des influences spirituelles, divines ou surnaturelles5.

« Si de nombreux cas de « lévitation » ou de « bilocation », par exemple, peuvent être relevés dans l’histoire des saints, il s’en trouve certainement tout autant dans celle des sorciers ; les apparences (c’est-à-dire précisément les « phénomènes » comme tels, au sens propre et étymologique du mot) sont bien exactement les mêmes dans les uns et dans les autres, mais personne n’en conclura que les causes soient aussi les mêmes6. »

Cette différence de nature entre les forces mises en cause par la magie et la sorcellerie d'un côté et la théurgie de l'autre est illustrée par l'épisode biblique7 et coranique8 de la victoire de Moïse sur les magiciens de Pharaon9.

En tant que descendantes, très éloignées, d'anciennes sciences traditionnelles, les techniques de magie et de sorcellerie nécessitent une transmission directe de maître à élève sous peine de rester théoriques et incapables de fournir les effets recherchés. Si cette transmission est respectée, les effets désirés peuvent être obtenus par le sorcier, alors même que celui-ci ne comprend généralement pas les rites et formules qu'il utilise. Les caractères propres de la sorcellerie résident notamment dans l'emploi de formules énonçant souvent à l'envers des paroles de livres sacrés des traditions au sein desquels évolue le sorcier. Les symboles utilisés ont souvent aussi ce caractère d'inversion. Ces traits sont liés à l'emploi de forces inférieures, infernales et parfois sataniques, ces mêmes forces que R. Guénon dénonça aussi dans le spiritisme et la psychanalyse.
La sorcellerie et le Pape Jean XXII

Jusqu'au XIVe siècle, l'Église s'était montrée conciliante vis-à-vis des sorciers et des sorcières ; elle ne croyait pas à la réalité des phénomènes magiques[réf. nécessaire]. Ce fut Jean XXII qui publia, en août 1326, la bulle super illius specula, assimilant pratiquement la sorcellerie à l'hérésie. Une voie que suivirent ses successeurs de Benoît XII à Alexandre V en pérennisant la chasse aux sorcières10.
Sorcellerie européenne

La caractérisation européenne de la sorcière ne provient pas d'une source unique. Certaines croyances païennes suggèrent que les sorcières étaient simplement des femmes chaman qui ont été progressivement transformées en figures malveillantes par la propagande chrétienne. Cette vision est simpliste dans la mesure où elle suppose que l'image folklorique de la sorcière provient d'une seule source, ce qui n'est pas le cas. En effet, la caractérisation de la sorcellerie ne peut se résumer à une caricature de la prêtresse païenne ; elle a évolué au cours du temps et est une combinaison de nombreuses influences.

Dans les premiers temps du christianisme en Europe, la population, habituée à l'usage de la magie dans la vie quotidienne, attendait du clergé une forme supérieure de magie par rapport à l'ancienne magie païenne. Alors que la chrétienté concurrençait le paganisme, ce problème était d'une importance cruciale pour le clergé, qui peu à peu substitua aux pratiques ancestrales le culte des reliques des saints et du Christ, reprenant ainsi l'usage populaire d'amulettes et de talismans.

La vision européenne traditionnelle de la sorcellerie veut généralement que le sorcier, tel Faust, signe un pacte avec le diable, par lequel il lui vend son âme en échange de pouvoirs surnaturels. Les sorciers et sorcières furent accusés de renier Jésus et les sacrements, de se rendre au sabbat - assemblée nocturne où ils étaient supposés exécuter des rites diaboliques, parodies de messes ou d'offices de l'Église, d'y vénérer le « prince des ténèbres », afin d'obtenir un certain pouvoir.

Suivant l'universitaire Max Dashu, de nombreux éléments de la figure de la sorcière médiévale trouvent leur source avant l'émergence du christianisme. Ceux-ci peuvent être trouvés dans les bacchanales, notamment du temps où ces pratiques étaient menées par la prêtresse Paculla Annia (de 188 av. J.-C. jusqu'en 186 av. J.-C.).
Exemple de l'Angleterre
The Lancashire Witches, de William Harrison Ainsworth (1848 - 1849)

En Angleterre, l’exercice de la « magie curative » revenait au guérisseur (witch doctor), aussi connu sous les termes de White Witch (Sorcière Blanche), Cunning Man (le Rusé) ou encore Wise Woman (la Sage Femme). Le terme de « guérisseur » était déjà utilisé en Angleterre avant d’être directement associé au continent africain. Le guérisseur crapuleux (Toad doctor) était crédité du pouvoir de neutraliser l’action des guérisseurs (d’autres magiciens populaires avaient leurs propres compétences ; le Girdle-measurer était ainsi spécialiste pour déceler les maux lancés par les fées, tandis que le Charmeur (charmers) pouvaient guérir de problèmes plus communs, tels que les brûlures ou les rages de dent.

« Dans le nord de l’Angleterre, les superstitions se sont enracinées dans les mœurs avec une force incroyable. Le Lancashire est plein de guérisseurs, toute une ribambelle de charlatans qui prétend soigner des maladies et des maux lancés par le Malin… Ils se font appeler cunning men ; ils sont fort influents dans les comtés de Lincoln et de Nottingham. »

Ces « Rusés » ne se prétendaient que rarement sorciers, et rejetaient ce genre d’accusation. Certains écrits datant du Moyen Âge, pourtant, suggèrent que les différences entre les sorciers et les guérisseurs, à propos de ces « praticiens », n’étaient pas très claires aux yeux de la population. Ainsi, il apparaît qu’une partie de la population entendait également contacter les sorciers pour des requêtes de guérison comme de divination, bien que ces derniers étaient surtout reconnus pour être consultés par les gens désireux de faire maudire leurs ennemis. De fait, la majeure distinction était que les sorciers étaient bien plus souvent dénoncés aux autorités que les guérisseurs ; lorsque ces derniers étaient poursuivis, c’était généralement pour avoir soustrait de l'argent à leurs clients.

Une des conséquences de cet amalgame entre les différents praticiens de la magie de l’époque est la confusion actuelle à propos de ce qu’ont réellement été les sorciers, en Angleterre. Visaient-ils à blesser ou soigner leurs contemporains ? Quel rôle (éventuellement) tenaient-ils dans leur communauté ? Ces sorciers/guérisseurs peuvent-ils être assimilés aux sorciers et sorcières dont on trouve les traces dans les autres cultures ? Ou même, leur rôle et leur présence n’est-il pas tout simplement né de l’imaginaire des gens ? Dans les certitudes occidentales contemporaines, peu de différences se discernent ainsi entre guérisseurs, charmeurs, cunning men et wise women, astrologues et devins ; ils se retrouvent tous, plus ou moins, affublés des attributs du/de la sorcier(e).

Les sorciers et sorcières européens furent généralement supposés empoisonner les puits, les sources, le bétail et la nourriture, ou de la rendre immangeable, voler dans les airs à l’aide d’un balai, jeter des sorts maléfiques et répandre la peur et le chaos dans les communautés locales.
Explication rationnelle

L'ergot de seigle contient de l'ergotamine, dont un des dérivés est l'acide lysergique (principe actif du LSD). Dans certains cas, la consommation de pain pouvait donner lieu à des hallucinations, qui étaient, au Moyen Âge, attribuées à la sorcellerie. De même, la connaissance des plantes et de diverses pratiques permettait aux "praticiens" de provoquer des états de conscience modifiée chez des personnes en quête d'initiation, d'où des visions, apparitions, etc. dénoncées comme de la sorcellerie. Le pouvoir de la pharmacopée et de certaines pratiques ancestrales peuvent en effet sembler irrationnels.
Monde occidental contemporain
Une cérémonie à Avebury (Beltane 2005).

Depuis le milieu du XXe siècle, la sorcellerie s'est développée en partie grâce à ceux qui pratiquent certaines religions païennes ou néo-païennes. Si ces formes de religion païenne apparaissaient auparavant, dans les cultes de la nature, elles ont pris une dimension nouvelle après les travaux de Margaret Murray, égyptologue anglaise du XXe siècle, qui a écrit sur la possible existence d'une religion païenne prenant sa source en des temps reculés et ayant survécu jusqu'à nos jours, et dont les sorcières regroupées en covens auraient de tout temps été les dépositaires. Si cette hypothèse n'a pas été prouvée, elle a eu une influence sur certains de ses contemporains et a favorisé la mise en place d'une nouvelle religion néo-païenne basée sur d'autres croyances païennes et axé sur la sorcellerie : la Wicca, dont Gérald Gardner est le promoteur. La Wicca est surtout représentée aux États-Unis, au Royaume-Uni et au Canada. Il n'existe pas encore de statistiques officielles sur le nombre de Wiccans dans le monde.

Actuellement, certaines superstitions anciennes n'ont plus cours dans le monde moderne. Pourtant, depuis les années 1940, avec le retour des religions païennes et l'arrivée de la Wicca, des personnes en nombre croissant se sont autoproclamées sorciers ou sorcières. Alors que la perception occidentale de la sorcellerie reste encore très négative, les Wiccans et les sorciers dans les autres religion n’y attachent pas de sens particulier, et n’assimilent pas non plus leurs pratiques au satanisme. En fait, la plupart des sorciers souhaitent simplement que leurs contemporains cessent d’assimiler la sorcellerie à des pratiques maléfiques, confinant le terme à une connotation négative. Tout sorcier ou sorcière n'est pas forcément wiccan. Certains sont simplement païens d'influence nordique ou celtique, d'autres n'ont pas de religion en particulier.

En 1968, un groupe politique radical composé de femmes s’est fait connaître dans la ville de New York sous le nom de W.I.T.C.H., pour « Women’s International Terrorist Conspiracy From Hell » (la ‘conspiration internationale terroriste des femmes venues de l’enfer’). Ce groupe éphémère n’a pas eu d’impact particulier sur le développement de la sorcellerie, mais a marqué les esprits grâce à sa dénomination originale. Le tout dernier symbole des sorcières est bien sûr Halloween, le 31 octobre, bien que l'origine soit païenne et se nomme Samhain, qui a lieu le 1er novembre. Ce n’est pas une coïncidence si les deux fêtes ont souvent tendance à être associées ; l’association des sorcières à Halloween pourrait provenir d’une tentative de dénigrement, de la part de l’Église, de cette ancienne fête celtique célébrant la dernière récolte.

Poussé par l’alliance de la consommation au marketing, en recherche perpétuelle d’idées, de modes à lancer, le phénomène des sorcières s’est une nouvelle fois répandu, durant les dernières décennies, mais cette fois comme icônes plus ou moins sympathiques d’une culture populaire globalisée. Les films comme Dangereuse alliance (The Craft), Les Ensorceleuses (Practical Magic) et Le Projet Blair Witch 2 (la suite de Le Projet Blair Witch) ainsi que les séries télévisées Ma sorcière bien-aimée (Bewitched) ; Charmed ; Sabrina, l'apprentie sorcière (Sabrina the Teenage Witch) et parfois Buffy contre les vampires (Buffy the Vampire Slayer) et X-Files : Aux frontières du réel (The X-Files) ont porté à l’écran et popularisé des enfants et jeunes sorcier(e)s. Tous ces stéréotypes ‘grand public’ n’ont cependant que peu de liens avec la vrai sorcellerie ni avec la perception chrétienne de la sorcellerie. La plupart de ces sorcières du petit et grand écran sont, de nos jours et depuis le film de René Clair Ma femme est une sorcière, des jeunes femmes attrayantes dotées de pouvoirs surnaturels.

Une œuvre littéraire décrivant bien, de par sa puissance évocatrice et poétique, l'univers magique de la sorcellerie moderne dans le monde occidental contemporain, en reprenant la légende de Faust, est Le Maître et Marguerite de Mikhaïl Boulgakov.
Revalorisation de la pensée magique au XXe siècle

Le psychanalyste Carl Gustav Jung a proposé le concept d'archétypes dans l'inconscient humain, figures ancestrales de l'inconscient collectif, qui émergent notamment au contacts de personnes ayant un profil psychique particulier; la figure du sorcier, ou du génie malfaisant, est complémentaire du professeur/génie bienfaisant, et met en lumière non pas la personnalité propre de l'individu identifié, mais celle du sujet en proie aux figures archétypales de son inconscient, invoquées par le biais de rituels.

Le mode de connaissance magique, en concurrence avec la pensée véhiculée par les religions monothéistes en Occident, a été par elles largement dévalorisée. Ainsi Hegel, qui ne voyait dans ce type de rapport au monde qu'un ensemble de superstitions. L'anthropologue Claude Lévi-Strauss a mis en lumière la richesse et la finesse des sociétés dont la culture est essentiellement magico-religieuse, par exemple dans leurs connaissances en botanique, et leur connaissance du vivant en général.

Dans les années 1960, Carlos Castaneda, étudiant en anthropologie dans une université californienne, partit étudier les plantes médicinales au Mexique. Son expérience, relatée dans de nombreux ouvrages, est un témoignage sur la confrontation entre ces deux modes de pensée, celle, analytique, de l'Occident et ses corpus universitaires, et celle, discursive, d'un type de pensée magique. Échappant par définition aux taxonomies occidentales, cette pensée implique une participation active, voire ascétique, de l'initié, qui ne donne ses fruits qu'après de longues années.

Pierre Verger partit s'initier au Brésil, à Bahia, aux rites d'origine yoruba du candomble, poursuivit par des voyages en Afrique cette expérience initiatique. Ce type d'initiation a été perçu comme une "renaissance" par Verger ainsi que par d'autres occidentaux, initiés par la suite aux rites chamaniques et magiques de ces cultures, souvent caractérisées par l'absence de culture écrite, et résistant aux concepts occidentaux de "civilisation".

On peut ainsi conjecturer que la connotation négative du mot "sorcier" prend ses racines dans une défiguration archétypale - caricaturale - d'un mode de pensée et d'action différent de la doxa officielle. L'arbitraire des "chasses aux sorcières" en est une illustration éclairante.
Croyances anciennes du Proche- et Moyen-Orient

Comme le montrent certains textes antiques, la sorcellerie a joué un rôle aussi bien dans l’Égypte ancienne qu'en Mésopotamie, comme à Babylone. Cet extrait du Code d'Hammourabi (environ 2000 av. J.-C.) : "si un homme en accuse un autre de sorcellerie, sans justification, celui qui est accusé doit aller à la Rivière Sainte ; Il doit plonger dedans, et si la Rivière Sainte le vainc, l’accusateur pourra prendre la maison du sorcier pour sienne" en témoigne.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.atelier-yannistignard.com
yanis la chouette



Nombre de messages : 4284
Localisation : http://yanis.tignard.free.fr
Date d'inscription : 12/11/2005

MessageSujet: Re: Toulouse,Le Laïc et Y'becca ou Sorcelleries Rose et Violette   Sam 15 Oct à 10:01

Tanakh

Dans le Tanakh, c'est-à-dire la bible hébraïque (Ancien Testament), les références à la sorcellerie sont nombreuses ; les fermes condamnation de la pratique n’y sont pas tant basées sur la suspicion de supercherie, mais bien sur la notion que la magie en elle-même est une pratique abominable. (cf. Deutéronome 18:10–11 « Qu'on ne trouve chez toi personne (…) qui exerce le métier de devin, d'astrologue, d'augure, de magicien, d'enchanteur, personne qui consulte ceux qui évoquent les esprits ou disent la bonne aventure, personne qui interroge les morts. », Exode 22:17, « Tu ne laisseras point vivre la magicienne. »).

Le récit de Saul rendant visite au sorcier de En Dor (I Samuel 28) nous montre qu’il croit fermement en l’évocation, par le sorcier, de l’ombre de Samuel. Enfin, d’après le Lévitique 20:27, « Si un homme ou une femme ont en eux l'esprit d'un mort ou un esprit de divination, ils seront punis de mort ; on les lapidera : leur sang retombera sur eux. »
Nouveau Testament

L’interdiction de la sorcellerie dans le Nouveau Testament semble similaire (Épître aux Galates 5:20, comparé à Apocalypse 21:8, 22:15 et Actes des Apôtres 8:9, 13:6).

À supposer que la croyance en la sorcellerie relevait de la superstition populaire, il est étrange de ne rien trouver suggérant que l’aspect maléfique de ces pratiques ne reposait que sur le fait de prétendre être en possession de pouvoirs qui n’existent pas.

Quelques interrogations s’élèvent de nos jours, quant à savoir si le mot pharmakeia, utilisé dans l'Épître aux Galates, trouve une traduction juste avec le terme « sorcellerie ». En effet, ce terme était communément utilisé pour parler de l'usage maléfique de drogues comme les poisons, les contraceptifs ou les substances permettant d'interrompre les grossesses.
Judaïsme

Les juifs ont souvent été perçus comme sorciers dans l'Europe du Moyen Âge, et persécutés à ce titre durant les siècles de chasse aux sorcières. Mais la grande majorité d'entre eux, perçoivent la pratique de la sorcellerie comme une forme d'idolâtrie, et donc une offense au judaïsme et à son Dieu. Cependant, un petit groupe de juifs orthodoxes, qui étudient la Kabbale, croit en la magie. Dans la pratique, les rituels sont très différents de la sorcellerie « traditionnelle », mais le fondement (utiliser des forces surnaturelles pour influer sur le monde physique) reste identique. Depuis le siècle des Lumières, la plupart des juifs ont cessé de croire en la Kabbale, et considèrent ces pratiques comme ridicules.

Certains néopaïens pratiquent une forme de magie, syncrétisme du mysticisme juif classique et de sorcellerie moderne. Une référence notable de ce sujet est le livre d'Ellen Cannon Reed : The Witches Qabala: The Pagan Pat hand the Tree of Life. Ce livre ainsi que le Zohar ont été une source d'inspiration pour plusieurs sectes, par exemple le centre de la Kabbale.
Islam

L’islam reconnaît la réalité de la magie ou sorcellerie (Sihr ), de la voyance, de la divination et de l’astrologie qu’il interdit formellement (Coran, 2 : 102). Il les juge maléfiques. Les sorciers et les devins sont accusés de renier Dieu, nier son unicité (tawhid ) et ses attributs, ces pratiques sont considérées comme des pêchés majeurs relevant de l’associationnisme (shirk ) et de la mécréance (kûfr ).

La pratique en elle-même est semblable à celle en usage dans d’autres cultures. Elle s’apparente à des rites occultes et sataniques, elle consiste en des offrandes et des sacrifices d’animaux destinés au démon, à l’utilisation d’amulettes protectrices, de pentagrammes et d’incantations inintelligibles. Le sorcier se mettant sous l’égide du diable et des démons, fait appel à des forces du monde de l‘invisible (Alam al ghayb ) tels que les mauvais génies afin de lancer ses sortilèges jusqu'à semer la désunion entre l'homme et son épouse.

« Or, il y avait des mâles parmi les humains qui cherchaient protection auprès des mâles parmi les djinns mais cela ne fit qu’accroître leur détresse. » (Coran, 72 : 6)

Ces sorts qui sont accusés de causer de graves troubles d’ordre psychologique, psychique, physique, relationnel et émotionnel ne peuvent être annulés qu'à l'aide d'une ruqya (lecture du Coran) tel que le recommandent la sunna et le Coran.

« Nous faisons descendre du Coran, ce qui est une guérison et une miséricorde pour les croyants. Cependant, cela ne fait qu’accroître la perdition des injustes. » (Coran, 17 : 82).

De nos jours, ces pratiques subsistent encore principalement en raison de rituels antéislamiques qui imprègnent encore certaines croyances.

Il existe des pratiques islamiques d'exorcisme par le biais de la Ruqiya
Sorcellerie africaine

Le continent africain connaît un large éventail de pratiques et de représentations sorcellaires. Le terme de guérisseur, souvent proposé pour traduire différents termes vernaculaires tels que inyanga, nganga, "tradi-praticien", etc., fait souvent l'objet de surinterprétation pour devenir « celui qui soigne en ayant recours à la magie », loin de son sens strict de « celui qui diagnostique et soigne les maux causés par la magie ». Les combinaisons de représentations et de pratiques diffusées par l’Église catholique romaine et des traditions et pratiques religieuses ouest-africaines ont directement contribué à l’émergence de certaines formes de syncrétisme religieux que l’on remarque en Amérique latine, avec des pratiques, entre autres, comme le Vaudou, l’Obeah, le Candomblé ou la Santeria.

Dans les traditions sud-africaines, il y a trois différents types de personne qui pratiquent la magie. La thakatha est habituellement traduit comme la « sorcière », et est considérée comme un personnage malveillant qui pratique secrètement afin de nuire à autrui. Le sangoma est un devin, parfois un diseur de bonne aventure, dont les services sont requis pour détecter la maladie, prédire l'avenir, voire identifier le coupable d’un méfait. Il a également quelques notions de médecine. Enfin, le inyanga est souvent traduit par le terme guérisseur (bien que de nombreux Sud-Africains remettent en cause cette traduction, puisqu’elle perpétue l'idée erronée d’un guérisseur recourant à la magie). La tâche du inyanga est de conjurer le mauvais sort et de fournir à ses clients les gris-gris nécessaires. Parmi ces trois personnages, la thakatha et le sangoma sont habituellement une femme, tandis que le inyanga est presque toujours un homme.
L'origine des pouvoirs magiques (1929)

Marcel Mauss montre que le sorcier le plus redouté est l'étranger, celui d'au-delà des montagnes. « Les peuples soumis par la force, sans espoir raisonnable de reconquérir leur liberté, en proie aux violences coloniales et aux pertes démographiques induites par les épidémies et les endémies introduite, en particulier à partir des garnisons coloniales (blennoragie), cherchent en eux-mêmes une cause à leurs maux et la trouvent dans l'apparition de sorciers imaginaires échappant aux contrôles et aux équilibres de la société ancienne » (Jean Guiart, 2001ː80).
Répression

De nombreux pays, notamment en Afrique et au Moyen-Orient, punissent de nos jours les pratiques de sorcelleries notamment pour certains par la peine de mort.

Par exemple, au Cameroun, l'article 251 du Code Pénal réprime les pratiques de sorcellerie en ces termes :

« Est puni d'un emprisonnement de deux à dix ans et d'une amende de 5 000 à 100 000 francs celui qui se livre à des pratiques de sorcellerie, magie ou divination susceptibles de troubler l'ordre ou la tranquillité publique, ou de porter atteinte aux personnes, aux biens ou à la fortune d'autrui même sous forme de rétribution. »
Médias

Ma sorcière bien-aimée (1964-1972) (série)
Rosemary's Baby (1968) (film de Roman Polanski)
Suspiria (1977) (film de Dario Argento)
Les Sorcières d'Eastwick (1987) (film)
Hocus Pocus (1994)
Dangereuse Alliance (1996) (film)
Un amour de sorcière (1997) (film)
Les Ensorceleuses (1998) (film)
Charmed (1998-2006) (série)
Magical Doremi (1999) (dessin animé)
Bibi Blocksberg; L'apprentie sorcière (2002) (film)
Ma sorcière bien-aimée (2005) (film)
Witch Hunter Robin (2002) (dessin animé)
Buffy contre les vampires (1997) (série)
Projet Blair Witch (film)
Supernatural (2005-2015) (série)
Les Sorciers de Waverly Place (2009) (série)
Vampire Diaries (2009) (série)
L'Apprenti sorcier (2010) film
The Secret Circle (2011) (série)
Je suis une sorcière (2011) (court métrage de Dominique Ferrat)
Saison 3 d'American Horror Story: Coven (2013-2014) (série)
Hansel et Gretel : Witch Hunters.
Witches of East End (2013) (série)
Les Sorcières de Zugarramurdi (2013) (film)
The Witch (2015) (film)

Annexes

Sur les autres projets Wikimedia :

Sorcellerie, sur Wikimedia Commons sorcellerie, sur le Wiktionnaire

Bibliographie
Ouvrages anciens

Walter Scott, Histoire de la démonologie et de la sorcellerie, dans les Œuvres de Walter Scott, traduit par Auguste-Jean-Baptiste Defauconpret, Paris : Furne, Charles Gosselin, Perrotin, 1836, vol.25, pp.225-505 [1]
Jules Michelet, La Sorcière, Paris, Louis Hachette, 1862.
Margaret Alice Murray, trad. Thérèse Vincent, Le Dieu des sorcières ["the God of the witches"], Paris, Denoël, coll. « La Tour Saint-Jacques », 1957, 254 p.
René Guénon, L'Erreur spirite, Éditions Traditionnelles, 1952 (réimpr. 1923, 1930, 1952 (2e), 1 novembre 1971, 1973, 1977, 1981, 1984, 1991, 1 juillet 2013) (1re éd. 1923), 406 p. (ISBN 2-7138-0059-5, lire en ligne)
René Guénon, Aperçus sur l'initiation, Paris, Éditions Études Traditionnelles, 1964 (réimpr. 1953 (2e), 1964, 1970, 1972, 1973, 1975,1980, 1983, 1985, 1986, 1992, 1996.) (1re éd. 1946), 302 p. (ISBN 2-7138-0064-1, lire en ligne)

Travaux de sciences sociales
Sur l'Europe

Colette Arnould (préf. Lucien Jerphagnon), Histoire de la sorcellerie, Paris, Tallandier, coll. « Texto : le goût de l'histoire », 2009 (1re éd. 1992, Tallandier, coll. « Approches »), 494 p. (ISBN 978-2-84734-565-0, présentation en ligne).
Guy Bechtel, La sorcière et l'Occident : la destruction de la sorcellerie en Europe des origines aux grands bûchers, Paris, Plon, coll. « Le doigt de dieu », 1997, 732 p. (ISBN 2-259-18603-3, présentation en ligne).
Réédition : Guy Bechtel, La sorcière et l'Occident : la destruction de la sorcellerie en Europe des origines aux grands bûchers, Paris, Pocket, coll. « Agora » (no 218), 2000, 941 p. (ISBN 2-266-09573-0).
Dominique Camus, Pouvoirs sorciers. Enquête sur les pratiques actuelles de sorcellerie, préface de Louis-Vincent Thomas, Paris, Imago, 288 p. (ISBN 2-902702-45-0)
Julio Caro Baroja (trad. Marie-Amélie Sarrailh), Les sorcières et leur monde [« Las brujas y su mundo »], Paris, Gallimard, coll. « Bibliothèque des histoires », 1985 (1re éd. 1972), 304 p. (ISBN 2-07-028201-5, présentation en ligne), [présentation en ligne].
Norman Cohn (trad. Sylvie Laroche et Maurice Angeno), Démonolâtrie et sorcellerie au Moyen Âge : fantasmes et réalités [« Europe's inner demons »], Paris, Payot, coll. « Bibliothèque historique », 1982, 317 p. (présentation en ligne), [présentation en ligne].
Jean Delumeau, La peur en Occident (XVIe-XVIIIe siècles), Paris, Fayard, coll. « Pluriel », 2011 (1re éd. 1978, Fayard, sous le titre La Peur en Occident (XVIe-XVIIIe siècles) : une cité assiégée), 607 p. (ISBN 978-2-8185-0147-4, présentation en ligne).
Jeanne Favret-Saada, Les Mots, la mort, les sorts : la sorcellerie dans le bocage, Gallimard, 1977.
Carlo Ginzburg (trad. Monique Aymard), Le sabbat des sorcières [« Storia notturna : una decifrazione del sabba »], Paris, Gallimard, coll. « Bibliothèque des histoires », 1992, 423 p. (ISBN 2-07-072741-6, présentation en ligne).
Carlo Ginzburg (trad. Giordana Charuty), Les Batailles nocturnes : sorcellerie et rituels agraires en Frioul, (XVIe-XVIIe siècles) [« I Benandanti. Stregoneria e culti agrari tra Cinquecento e Seicento »], Lagrasse, Verdier, 1980, 238 p. (ISBN 2-86432-005-3, présentation en ligne), [présentation en ligne].
Réédition : Carlo Ginzburg (trad. Giordana Charuty), Les Batailles nocturnes : sorcellerie et rituels agraires, (XVIe-XVIIe siècles) [« I Benandanti. Stregoneria e culti agrari tra Cinquecento e Seicento »], Paris, Flammarion, coll. « Champs » (no 135), 1984, 270 p. (ISBN 978-2-08-124477-1).
Nicole Jacques-Chaquin (dir.) et Maxime Préaud (dir.), Le sabbat des sorciers en Europe (XVe-XVIIIe siècles) : colloque international ENS Fontenay-Saint-Cloud, 4-7 novembre 1992, Grenoble, Jérôme Millon, 1993, 442 p. (ISBN 2-905614-85-4).
Jelle Koopmans, Le théâtre des exclus au Moyen Âge : hérétiques, sorcières et marginaux, Imago, 1997, 267 p. (ISBN 2-911416-04-X, présentation en ligne).
Claude Lecouteux (préf. Régis Boyer), Fées, sorcières et loups-garous au Moyen Âge : histoire du double, Imago, 1996 (1re éd. 1992), 227 p. (ISBN 2-902702-70-1, présentation en ligne)
Franck Mercier, La vauderie d'Arras : une chasse aux sorcières à l'automne du Moyen Âge, Rennes, Presses universitaires de Rennes, coll. « Histoire », 2006, 413 p. (ISBN 2-7535-0191-2, présentation en ligne), [présentation en ligne].
Robert Muchembled, La sorcière au village (XVe-XVIIIe siècles), Paris, Gallimard, coll. « Archives » (no 74), 1979, 240 p. (ISBN 2-07-028631-2, présentation en ligne)
Réédition : Robert Muchembled, La sorcière au village (XVe-XVIIIe siècles), Paris, Gallimard, coll. « Folio Histoire » (no 36), 1991, 310 p. (ISBN 2-07-032652-7, présentation en ligne).
Robert Muchembled (dir.), Magie et sorcellerie en Europe : du Moyen âge à nos jours, Paris, Armand Colin, 1994, 335 p. (ISBN 2-200-21399-9).
Martine Ostorero (dir.), Georg Modestin (dir.) et Kathrin Utz Tremp (dir.), Chasses aux sorcières et démonologie : entre discours et pratiques (XIVe-XVIIe siècles), Florence, SISMEL - Edizioni del Galluzzo, coll. « Micrologus' Library » (no 36), 2010, XXVIII-447 p. (ISBN 978-88-8450-392-3, présentation en ligne).
Martine Ostorero (préf. Agostino Paravicini Bagliani), Le diable au sabbat : littérature démonologique et sorcellerie, 1440-1460, Florence, SISMEL - Edizioni del Galluzzo, coll. « Micrologus' Library » (no 38), 2011, XVII-806 p. (ISBN 978-88-8450-402-9, présentation en ligne).
Martine Ostorero, « Folâtrer avec les démons » : sabbat et chasse aux sorciers à Vevey (1448), Lausanne, Université de Lausanne, coll. « Cahiers lausannois d'histoire médiévale » (no 47), 2008, 2e éd. (1re éd. 1995), XV-323 p. (ISBN 2-940110-61-1, présentation en ligne).
Christine Planté (dir.), Sorcières et sorcelleries, Lyon, Presses universitaires de Lyon, coll. « Cahiers masculin-féminin », 2002, 139 p. (ISBN 2-7297-0698-4, présentation en ligne).
Jean-Michel Sallmann, Les Sorcières fiancées de Satan, Paris, Gallimard, coll. « Découvertes Gallimard : histoire » (no 57), 1989, 192 p. (ISBN 2-07-053077-9, présentation en ligne).
Robert Léon Wagner, « Sorcier » et « magicien », contribution à l'histoire du vocabulaire de la magie, Paris, E. Droz, 1939, 293 p.

Sur les Amériques

Le vaudou haïtien, Alfred Métraux, Gallmard, 1958.
Carlos Castaneda (trad. de l'anglais par Marcel Kahn, postface Jean Monod), Voir : Les Enseignements d'un sorcier yaqui [« A Separate Reality : Further Conversations with Don Juan »], Paris, éd. Gallimard, coll. « Témoins », 1973, 264 p., 22 cm (notice BnF no FRBNF35302933).

Sur l'Afrique

Sorcellerie, oracles et magie chez les Azandé, Edward E. Evans-Pritchard, Gallimard, 1937.
Les yeux de ma chèvre, Éric de Rosny, Plon 1981.
La mangeuse d'âmes. Sorcellerie et famille en Afrique, Suzanne Lallemand, L'Harmattan, 1988.
Sorcellerie et politique en Afrique. La viande des autres, Peter Geschiere, Karthala, 1995.
Possession et chamanisme, les maîtres du désordre, Bertrand Hell, Flammarion, 1999.
Justice et sorcellerie, Éric de Rosny, Karthala, 2005.
Kinshasa. Récits de la ville invisible, Filip de Boeck, La renaissance du livre, 2005.
Roi sorcier, mère sorcière. Parenté, politique et sorcellerie en Afrique noire, Alfred Adler, Éditions du Félin, 2006.
Les voleurs de sexe. Anthropologie d'une rumeur africaine, Julien Bonhomme, Seuil, 2009.
Zombies et frontières à l'ère néolibérale. Le cas de l'Afrique du Sud post-apartheid, Jean et John L. Comaroff, Les prairies ordinaires, 2010.
Sorcellerie et violence en Afrique, Jacky Bouju et Bruno Martinelli, Karthala, 2012.

Sur l'Asie

Indonésie, la démocratie invisible, Romain Bertrand, Karthala, 2002.

Sur l'Océanie

Le Sabbat des lucioles. Sorcellerie, chamanisme et imaginaire cannibale en Nouvelle-Guinée, Pierre Lemonnier, Stock, 2006.

Études littéraires

Michel Meurger, « Gravissons le Brocken ensemble : le thème sorcellaire dans la littérature germanophone de Grimmelshausen à Strobl », Le Visage Vert, Paris, Zulma, no 16,‎ juin 2009, p. 139-188.

Notes et références

↑ Étymologie du TLF [archive]
↑ « ... elle est bien [la magie], elle aussi, une science expérimentale, quoique assez différente, assurément, de celles que l’enseignement universitaire connaît sous cette dénomination. », R. Guénon 1946, p. 19, lire en ligne [archive]
↑ R. Guénon 1923, p. 59, Lire en ligne [archive]
↑ R. Guénon 1923, p. 94, Lire en ligne [archive]
↑ R. Guénon 1923, p. 94, lire en ligne [archive]
↑ R. Guénon 1946, p. 156, lire en ligne [archive]
↑ Exode, 7, 8, 9. lire en ligne [archive], consulté le 8 juillet 20014
↑ Sourate 26,As-Shuaraa (Les poètes), lire en ligne [archive], consulté le 8 juillet 2004
↑ R. Guénon 1946, p. 157, lire en ligne [archive]
↑ La sorcellerie à Douai : Mélanges de sciences religieuses, revue trimestrielle XXIXe année - Juin 1972- Lille, Facultés catholiques, bd Vauban, p.123.

Voir aussi

Sur les autres projets Wikimedia :

Sorcellerie, sur Wikimedia Commons

Articles connexes

Anton Praetorius
Anthropologie religieuse
Chamanisme
Chasse aux sorcières
Sorcières de Salem
Inquisition
Macrale
Magie
Malleus Maleficarum
Mandragore
Paganisme
Sabbat
Sorcière
Sorcières de Triora
La sorcellerie chez Goya

Liens externes

Georges Dubosc (1854-1927) : La Sorcellerie normande (1922).

Portail des religions et croyances Portail des religions et croyances Portail de la mythologie Portail de la mythologie Portail de l’anthropologie Portail de l’anthropologie Portail du scepticisme rationnel Portail du scepticisme rationnel
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.atelier-yannistignard.com
yanis la chouette



Nombre de messages : 4284
Localisation : http://yanis.tignard.free.fr
Date d'inscription : 12/11/2005

MessageSujet: Re: Toulouse,Le Laïc et Y'becca ou Sorcelleries Rose et Violette   Sam 15 Oct à 10:01

DUBOSC, Georges (1854-1927) : La Sorcellerie normande (1922). Saisie du texte : S. Pestel pour la collection électronique de la Médiathèque André Malraux de Lisieux (16.VII.2004)
Texte relu par : A. Guézou
Adresse : Médiathèque André Malraux, B.P. 27216, 14107 Lisieux cedex
-Tél. : 02.31.48.41.00.- Fax : 02.31.48.41.01
Courriel : mediatheque@ville-lisieux.fr, [Olivier Bogros] obogros@ville-lisieux.fr
http://www.bmlisieux.com/
Diffusion libre et gratuite (freeware) Orthographe et graphie conservées. Texte établi sur l'exemplaire de la médiathèque des Chroniques du Journal de Rouen du mardi 3 octobre 1922.
La Sorcellerie normande
par
Georges Dubosc
~*~
LA « MESSE DU SAINT-ESPRIT »


Sur la route qui se déroule à travers la plaine, entouré de son troupeau, un vieil homme, courbé sous sa limousine, regagne lentement la bergerie, jetant un oeil malicieux à droite et à gauche. Il marche à petits pas, s’arrête parfois pour cueillir quelques herbes au revers du fossé, qu’il cache dans sa pannetière. Enfin, voici le village dont le clocher se rapproche peu à peu.

Deux ou trois campagnards le saluent au passage et, tremblants, se retournent quand ils l’ont dépassé. Plus loin, l’apercevant par-dessus une haie, une commère fait le signe de la croix ; une autre, sur le pas de sa porte, à l’entrée du village, désigne ce vieil homme en parlant à sa voisine. Des portes se ferment ; des chiens aboient. Petit à petit, alors qu’il gagne la ferme écartée, les groupes se forment, les gamins s’assemblent et la rumeur se répand : «Le sorcier !» Partout on entend ce mot mystérieux prononcé avec frayeur et colère, parfois aussi avec respect et crainte, rarement avec ironie… Et on conte les méfaits et maléfices du sorcier.

Ces sorcilèges, comme on disait jadis, ils ont inspiré à deux auteurs normands, le poète Francis Yard, l’auteur de l’An de la Terre et de la Chanson des Cloches, et le peintre Jean Laurier, quatre tableaux de moeurs rurales qui, sous le titre de La Messe du Saint-Esprit, doivent être représentés au Théâtre normand. Ils sont d’une ambiance très mystérieuse, originale et forte et appellent l’attention sur ce qu’était autrefois la sorcellerie normande.

*
**

Ces sorciers campagnards et villageois n’étaient point alors de la classe de ces grands sorciers du XVIIe siècle, qui pullulèrent alors, répandant la terreur sur des populations effrayées, sorciers qu’on dut faire disparaître par une répression féroce. Les procès des Sorciers de Carentan, ou de la Haye-du-Puits, et même le procès des Petits Sorciers, jugés au Parlement de Rouen, ne seraient plus possibles aujourd’hui. La sorcellerie au village est moins impressionnante, mais elle existe encore dans bien des esprits naïfs et crédules, et l’on rencontre parfois des gens qui, tout en s’en défendant, croient encore à ses pratiques et à l’intervention dans les affaires humaines, d’une force arbitraire et puissante.

Il est difficile de déterminer les limites de l’occulte et l’efficacité des pratiques magiques dont le sorcier possède le secret. De par le pacte qu’il a signé avec Satan, au préjudice de son salut éternel, le sorcier possède un pouvoir redoutable qui s’exerce de mille façons différentes. Il peut évoquer les esprits des morts pour les questionner, pour les envoyer tourmenter les vivants, pour les faire pénétrer dans le corps d’un homme ou d’une femme, possédée ou obsédée.

Il peut jeter des sorts sur les humains et les animaux ; faire mourir le bétail par des maladies qu’il provoque ; gâter les récoltes ; envoyer des rats, des sauterelles ou des chenilles comme ceux qu’on exorcisa au Moyen-Age. En un mot, le sorcier peut contrarier les paysans dans leur travail et vouer à la maladie, à la folie et même à la mort, ceux qui sont l’objet de son animosité. Il a le pouvoir, dit Mlle Amélie Bosquet, dans La Normandie romanesque, de commander certaines apparitions hideuses et effrayantes, particulièrement celles du démon. Il sait aussi se rendre invisible pour tourmenter de nuit les passants ou leur jouer de mauvais tours, mais c’est une besogne qu’il délègue souvent aux esprits qu’il dirige. Par haine, il fait tomber la neige, la grêle qui gâte les fruits, les pluies interminables. Réunis sur le bord des étangs, les sorciers fabriquent aussi les orages ; ils les provoquent, causant des désastres effroyables. Au temps du terrible juge des sorciers. Le Loyer, ces « meneurs de nuées » étaient appelés des Tempestaires. Ils ont aussi le secret de la « corde à tourner ou à détourner le vent ». Contre ces maléfices, les corsaires du Pays de Caux plongeaient dans la mer une statuette de Saint-Antoine et récitaient une prière.

Pour se venger des fermiers, les sorciers, non contents de rendre les vaches malades, de donner le tournis aux moutons, corrompent l’eau des puits et des mares. Chose plus étrange encore, le sorcier sait découvrir l’ennemi secret, l’auteur insoupçonné d’un vol ou d’un délit, en faisant apparaître l’image du coupable dans un miroir ou un seau d’eau. Au temps de la conscription militaire, il pouvait même faire tirer un haut numéro à celui qui avait eu soin de mettre dans sa poche un crapaud, la bête des incantations. Enfin, par les philtres et par les «charmes», il se prêtait à toutes des subtilités de l’Amour, maître du monde. Au sorcier revenaient tous les droits sur la nature entière soumise à ses pratiques.

Où se recrutaient ces fervents de la sorcellerie, ces jeteux de sorts et de maléfices, ces «meneurs de nuées», ces ensorceleurs, qu’en pays normand, on appelait souvent le caras, ou le carimaras ? Parmi les bergers, gens silencieux et méditatifs, promenant lentement leurs troupeaux de plaine en plaine, de montagne en montagne, sur la pente des coteaux, sur la lisière des bois, au bord des falaises, secondés seulement par la sagacité de leurs chiens. Berger vaut «Sorcier» disait la sagesse normande. Ils connaissent et observent la tombée du soir, les couchers de soleil, l’éclat des belles nuits d’été et la marche des astres scintillants, le cours changeant des saisons qui se déroule. Isolés en leurs cabanes roulantes, les bergers y ont acquis dans les livres, quelques notions de médecine en expérimentant sur leurs troupeaux. Ils connaissent la vertu des herbes et des plantes, des «simples» qu’ils ont appris à cueillir. Il n’en faut pas plus pour que les Bergers passent pour posséder les clefs de la magie, les pratiques ténébreuses de la sorcellerie, et l’alliance avec tous les esprits transfuges de l’ordre céleste. Il faut lire, dans les pages de L’Ensorcelée, de Barbey d’Aurevilly, l’admirable analyse qu’il a tracée des bergers de Basse-Normandie, « contemplatifs, vagabonds et mystérieux ».

« Bien souvent, quand on les remercie, ajoute-t-il, quand on les chasse, ils ne disent mot, courbent la tête et s’éloignent, mais un doigt levé en se retournant est leur seule et sombre menace et presque toujours, un malheur, soit une mortalité pour les bestiaux, soit les fleurs de tous les plants de pommiers brûlées en une nuit, soit la corruption de l’eau des fontaines, vient bientôt justifier la menace du silencieux et terrible doigt levé. »

*
**

Le sorcier, de par son pouvoir magique, règne aussi sur tout le peuple inférieur des êtres fantastiques qui hantent la campagne, les endroits déserts, les carrefours et les coins de cimetière abandonnés, les lisières des forêts. Il commande à leur malfaisance et leur enjoint d’égarer et de poursuivre le voyageur qui chemine tremblant sous le ciel nocturne. En Normandie, il règne, par exemple, sur tout un peuple de lutins, d’esprits phosphorescents, malicieux et vagabonds, qui voltigent dans l’ombre. Ces feux-follets, suivant la superstition populaire de la Haute-Normandie, sont les Fourolles, qui passent pour être les âmes de femmes ou de jeunes filles, expiant ainsi, dans des courses éternelles quelque amour sacrilège. C’est la Fourolle, la Forlore, en anglais la Forlorn, le Faulau, dont le nom semble identique à celui de falot ou de lanterne lumineuse, de lueur dansante, qui égare l’homme ou les bêtes, se guidant sur leur vol au crépuscule ou pendant la nuit.

Dans certains coins de Normandie, la Fourolle n’est pas seulement une âme errante, c’est une femme désincarnée par le pouvoir du sorcier, une femme dévêtue qui, pendant dix années, doit errer ainsi et devient le jouet des mille puissances indéfinies de la nature, s’agitant au sein de l’espace et du mystère. Elle se laisse emporter par les vents, se mire dans les eaux de l’étang, bondit sur le cavalier qui passe jusqu’au jour où la Fourolle reprend sa forme humaine.

Le sorcier normand gouverne et régit encore bien d’autres êtres, de nuit, et de terreur : les hanss, les reparats ou revenants ; les tarannes qui sont des gnômes phosphorescents, qui, eux, hantent surtout les lieux habités par l’homme ; les laitices, qui prennent souvent la forme de petits animaux blancs comme des hermines, qui apparaissent et disparaissent, et, d’après Pluquet, dans son curieux Essai sur Bayeux, seraient les âmes des enfants morts sans baptême.

Parmi tous ces êtres chimériques, créations imaginaires de l’esprit de nos aïeux, le plus connu, le plus répandu, qui semble lui aussi répondre aux ordres du sorcier, c’est le Gobelin, si répandu en Normandie et en Angleterre que son nom est devenu un véritable nom propre. Le Gobelin est une sorte de lutin familier, vif et capricieux, plus malicieux que méchant, petit, grotesque et grimaçant, mais vindicatif lorsqu’on le raille. Il est, au fond, un… bon petit diable familier, se plaisant aux besognes de ménage, aux travaux des servantes, les aidant parfois avec une adresse et une dextérité singulières. Il aime aussi et il chérit les enfants et surtout les chevaux. Il les panse, les étrille, les mène boire, en galopant sur leur dos, et joue et se rit dans les écuries.

De petits lutins, une bande,
Dansait après la sarabande
Et, leur faisant maints tours malins,
Riaient comme des gobelins.

Le Gobelin, qui devenait parfois méchant, sous diverses métamorphoses, était, certes, le vrai lutin normand et la preuve en est qu’il y avait à Rouen même, une tour de l’enceinte fortifiée, située sur le boulevard, près de la Porte Cauchoise, qui s’appelait La Tour du Gobelin, et où on emprisonnait les vagabonds et les mendiants.

En cette immense sylve que fut autrefois tout le Plateau de Caux, rôdent aussi, dans les clairières et sous les halliers, toutes les «Dames de la forêt», les « Dames vertes », les « Dames blanches », toutes les Fées sylvestres, qui paraissent gracieuses, aimables et accueillantes, mais qui, à l’appel du sorcier, se transforment en mégères impitoyables, et poursuivent le bûcheron où le braconnier désigné à leur vengeance, avec une furie impitoyable.

*
**

Tous les villages de la Haute et Basse-Normandie ont ainsi leurs Fées et, dans son curieux volume sur La Normandie romanesque et merveilleuse, Mlle Amélie Bosquet nous a conté les aventures étranges de la Fée d’Argouges, si connue dans le Bessin, des Fées du château de Pirou, qui se métamorphosaient en oies sauvages et en magiciennes ; les mauvais tours de la Dame d’Aprigny, près de Bayeux, qui, dans un val étroit et resserré, arrêtait le voyageur nocturne, l’entraînait dans le ravin, puis, le saisissant brusquement, le jetait dans des fossés hérissés de buissons, de ronces et d’épines inextricables.

Au sorcier encore, obéissaient aussi les Milloraines ou Demoiselles, que tous les folkloristes n’ont eu garde d’oublier, car il leur a semblé qu’elles étaient d’origine scandinave, comme les Walkyries wagnériennes. Elles sont de grande taille, se tiennent immobiles, et ne montrent guère leur visage. Lors qu’on approche d’elles, elles s‘évanouissent dans les arbres avec un bruit d’ouragan. D’autres fois, elles se tiennent sur les branches des chênes et s’élancent sur les passants, sur les cavaliers, qui sentent tout à coup un poids intolérable sur leurs épaules, puis galopent en troupe avec eux. Les Milloraines de la Hague, la Demoiselle de Tonneville, passée dame blanche, sont les soeurs des « roussalki » russes de Pouchkine et des Tourgueneff . Barbey d’Aurevilly, dans Une Vieille maîtresse, attribue aux Milloraines la tâche de lavandières nocturnes qui, en marmonnant leur chant, accroupies sur la pierre polie des lavoirs, laveraient les linceuls des morts aux rayons de la lune. Bien plus, si un passant traversait la prairie où était situé le lavoir, les Milloraines le forçaient à tordre leur linge, et, si, terrifié, anéanti, il s’y prenait mal, elles lui cassaient les bras et l’abandonnaient pantelant dans l’herbe.

Comment les sorciers mettaient-ils ainsi à leurs ordres tous ces êtres fantastiques ? Comment transmettaient-ils leurs volontés à ces puissances démoniaques ? Grâce à des invocations, à des formules, dont la plus célèbre est l’Abraxas ; grâce au Grimoire, qui n’est qu’un recueil de recettes magiques pour se faire obéir des mauvais esprits, évoquer les morts, découvrir les trésors cachés. Que de fois le Grand Grimoire ou la Clavicule de Salomon n’a-t-il pas été réédité ? Autant que les Secrets du Grand Albert, inspirés soi-disant par l’illustre savant, transformé par les bergers de campagne en un magicien expert dans la haute sorcellerie.

Par quoi encore le sorcier s’imposait-il à la foule des bas esprits de l’air ou des eaux ? Par la vertu du Cercle magique et par la vertu du Pentagramme ou Pentacle. C’est le signe cabalistique, le talisman par excellence du pouvoir, le pentagone d’or ou d’argent, l’ancien signe de ralliement des Pythagoriciens, qui le gravaient d’un seul trait et dont la construction en forme d’étoile apparaissait comme une merveille, semblables à la Croix gammée, le Svastika ou le 4 de chiffres, qui revit encore sur des marques de libraire.

*
**

A tout cet attirail de préparations, d’initiations au mystère noir, la puissance de l’Eglise chrétienne n’a jamais opposé que la force de la prière, sous la forme de l’exorcisme, qui chasse par la vertu de quelques paroles, les puissances considérées comme inférieures. Par contre, le peuple des campagnes, surtout en Normandie, réclamait souvent, pour faire cesser les sortilèges, le secours de la Messe du Saint-Esprit, cérémonie expiatoire que Francis Yard et Jean Laurier, ainsi que nous l’avons dit, évoquent dans leur drame villageois. Avant la Révolution, on croyait que la Messe du Saint-Esprit, dite avec un cérémonial particulier, était d’une efficacité miraculeuse et que la volonté divine, quelle que fut l’existence d’un voeu téméraire, ne rencontrait pas d’obstacles. Bien souvent, les prêtres réguliers se refusaient même à dire la Messe du Saint-Esprit. A l’appui de cette opinion, Mlle Amélie Bosquet cite un incident bien émouvant qui se déroula à Rouen, au pied de la côte Sainte-Catherine, et où un jeune fiancé trouva la mort.

Toutes ces croyances et ces spéculations étranges, survivances des conceptions primitives de l’humanité en un temps où l’ignorance supposait partout des causes et des agents de mystère, forment l’intérêt nouveau, impressionnant, du drame que Francis Yard et Jean Laurier ont consacré à la sorcellerie normande.

GEORGES DUBOSC
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.atelier-yannistignard.com
yanis la chouette



Nombre de messages : 4284
Localisation : http://yanis.tignard.free.fr
Date d'inscription : 12/11/2005

MessageSujet: Re: Toulouse,Le Laïc et Y'becca ou Sorcelleries Rose et Violette   Sam 15 Oct à 10:02

La sorcellerie chez Goya
Le Vol des Sorcières (1797) de Francisco de Goya (Musée du Prado)

La sorcellerie est dans l'œuvre de Francisco de Goya un thème très développé. En plus des six tableaux qu'il a peints à la fin du XVIIIe siècle pour le cabinet de la duchesse d'Osuna — parmi lesquels le célèbre Le Sabbat des sorcières —, Goya aborde la thématique par deux fois : dans la série de gravures des Caprichos (dont la première édition de 1799 est censurée dès sa sortie parce qu'on dénonce le peintre aragonais auprès de l'Inquisition espagnole, lui reprochant son ostensible hostilité envers les tribunaux du Saint-Office de l'Inquisition comme on peut le voir dans la dernière estampe intitulée Ya es hora (traduisible par « enfin »), qui, selon l’anthropologue espagnol Julio Caro Baroja, « semble être une allusion à l'heure où les inquisiteurs et les moines cessent enfin d'agir dans le paysN 1 » et dans les Peintures noires (cinq d'entre elles font référence au culte des sorcières, avec notamment Vision fantastique ou Asmodée, Les Moires et un autre Sabbat des sorcières1).

« Au travers des Caprices et de la peinture noire, Goya découvre et illumine les présences horripilantes et répulsives qui se nichent à l'intérieur de chacun de nous et rendent manifestes la désolation et la frénésie humaines. [...] Il découvre la sorcière occulte dans ce qu'il y a de plus primaire et volcanique de notre être et lutte contre elle. En exorcisant la sorcière avec la puissance de sa peinture révélatrice et purificatoire, Goya exorcise le MalN 2. »

Sommaire

1 Contexte historique
2 L'intérêt de Goya pour la sorcellerie
3 Les symboles
4 Les œuvres
4.1 Les tableaux pour le cabinet de la duchesse d'Osuna
4.2 Los Caprichos
4.3 Les Pinturas Negras
5 Notes et références
6 Annexes
6.1 Bibliographie
6.2 Articles connexes

Contexte historique
Cette section est vide, insuffisamment détaillée ou incomplète. Votre aide est la bienvenue !
L'intérêt de Goya pour la sorcellerie
Capricho no 24 : No hubo remedio

Depuis son arrivée à Madrid en 1774, Goya entretient des relations avec les ilustrados, des intellectuels libéraux espagnols acquis aux idées des Lumières3, avec qui il partage pleinement les idées rénovatrices. Au travers des œuvres de Goya, ils font la satire de l'obscurantisme et de l'Inquisition, qui poursuit littéralement sa chasse aux sorcières, et pousse ses opposants à adhérer à la sorcellerie, et devient ainsi l'un de leurs chevaux de bataille3.

Gaspar Melchor de Jovellanos publie un ouvrage sur le thème des sorcières du XVIe siècle3 et Leandro Fernández de Moratín, avec qui il forge une grande amitié, commence à préparer dans les années 1790 l'édition critique de la relation du procès des Sorcières de Zugarramurdi4, dont les dépositions inspireront GoyaN 3.

Selon l'anthropologue espagnol Carmelo Lisón Tolosana (es), cette œuvre qui finit par être publiée à Logroño en 1811 —, a exercé une énorme influence sur la vision de la sorcellerie que Goya a dépeinte dans ses tableaux et estampes afin de « déterrer des vulgarités préjudiciablesN 4 ». Ainsi, Goya « traduit à l'huile et à l'eau-forte la satirisation des sorcières que ses collègues déversent dans des livres, almanach et comédiesN 5. »

Julio Caro Baroja fait également remarquer l'influence qu'a eu sur Goya l'édition critique faite par son ami Moratín, mais selon l'historien et anthropologue basque, « Goya est allé plus loin que Moratín [car] il a introduit quelque chose qui est clair pour nous aujourd'hui, à savoir que le problème de la sorcellerie ne s'éclaire pas à la lumière de pures analyses rationalistes... il faut analyser sérieusement les états obscurs de la conscience de sorciers et ensorcelés pour aller au-delà. » Ainsi, Goya « nous a laissé des images d'une telle force qu'au lieu de faire rire, elles produisent en nous la terreur, la paniqueN 6. »
Les symboles

Les descriptions très détaillées que font certains accusés de rituels sorciers lors du procès des Sorcières de Zugarramurdi sont largement commentés par les illustrados et par Jovellanos ; en particulier celle faisant état du diable prenant la forme d'un bouc devant l'assistance du sabbatN 7 — un élément qui sera abondamment repris par Goya dans son œuvre, comme le célèbre Le Sabbat des sorcières (justement appelé El Aquelarre en espagnol3. Une autre figure animale réutilisée par Goya est l'âne : elle vient notamment d'une anecdote relatant une sorcière qui avait été exhibée dans la rue, nue sur un âne, selon une pratique humiliante de l'Inquisition. Cette scène est représentée dans le Capricho no 24 intitulé No hubo remedio3. Goya fait aussi de l'âne un symbole de l'ignorance5.
Les œuvres
Les tableaux pour le cabinet de la duchesse d'Osuna

Vers la fin du XVIIIe siècle, Goya peint une série de six petits tableaux de scènes de sorcellerie pour le cabinet de la duchesse d'Osuna dans le parc El Capricho : Vuelo de brujas (« Vol de sorcières », au musée du Prado), El conjuro (« La conjuration », au musée Lázaro Galdiano) et El aquelarre (Le Sabbat des sorcières, au musée Lázaro Galdiano), La cocina de los brujos (« La Cuisine des sorciers », collection privée au Mexique), El hechizado por la fuerza (« L'Ensorcelé de force » ou La Lampe du diable, à la National Gallery de Londres) et El convidado de piedra (« Le Pétrifié », aujourd'hui perdu)4.
El hechizado por la fuerza (« L'Ensorcelé de force », National Gallery)

La peinture représente le moment où le personnage central, vêtu de noir, se retrouve dans la chambre d'une sorcière. Il soutient, terrifié, un pichet avec lequel il verse de l'huile sur une lampe dont la lumière illumine le tableau. Avec la main gauche, il se protège la bouche pour que le diable n'y entre pas ; ce dernier, doté d'une tête de bouc, tient une lampe que le protagoniste maintient à distance. Il remplit la lampe parce qu'il croit qu'il mourra aussitôt que l'huile sera consommée.

Au fond, en noir, on distingue trois têtes d'ânes debout sur leurs pattes arrières.

Dans le coin inférieur droit, on peut lire sur un livre le début des lignes « LAM DESCO » qui reproduisent les vers :

Lámpara descomunal
Cuyo reflejo civil
Me va á moco de candil
Chupando el óleo vital

— Tirés de la comédie El hechizado por fuerza d'Antonio de Zamora

«

Lampe démesurée
Dont le reflet civil
Me va à la perfection
Pour aspirer l'huile vitale.
»

El Aquelarre (ou Le Sabbat des sorcières), de Francisco de Goya (Musée Lázaro Galdiano, Madrid).

Ils sont fréquemment représentés à l'époque de Goya. Ici, de même qu'au milieu des chaînes, grottes, femmes voilées, haches noires, grâce hilarante et sans-gêne populaire, sont caricaturées la vanité et la simplicité des croyances vulgaires et l'on fait une forte satire d'un ignorant clerc radin, ami de la table, aussi bien voué à la superstition qu'à la béatitude.

L'organisation spatiale du tableau, les hombres et les gestes du personnage donnent l'impression que Goya a voulu peindre une scène théâtrale dans laquelle sont même reproduits les ânes qui apparaissent dans les vers de la comédie6.

« Le tableau est dominé par la figure d'un grand bouc bêta et cornu, qui, sous la lumière de la lune, avance ses pattes antérieures comme geste d'apaisement et un regard ambigu pour recevoir de deux sorcières l'offrande d'enfants qui lui plaisent tant... Elle évoque la description faite par Mongastón [du procès des Sorcières de Zugarramurdi de 1610] qui relate comment deux sœurs, María Presona et María Joanato, tuèrent leurs enfants « pour satisfaire le démon » qui s'était montré « reconnaissant » de recevoir l'offrande... Nous voyons [aussi] une demi-douzaine d'enfants, plusieurs desquels déjà sucés, squelettiques, tandis que d'autres sont pendus à un bâtonN 8. »
Los Caprichos
Article détaillé : Los Caprichos.

Près d'un quart des gravures composant Los Caprichos est consacrée à la sorcellerie, « dont les sous-titres reproduisent parfois des devises des Lumières ou des condensations populaires qu'ils ont rassemblées. [...] Goya cherche, dans ses Caprices, à élever la voix de la raison — une langue qu'il espère que tout le monde comprendra — pour exposer la misère de la crédulité et déterrer la crasse ignorance de l'esprit humain, esclave de l'instinct, de l'intérêt et de l'égoïsme. » Ainsi pour Goya, de même que pour Moratín et les autres Lumières espagnoles, « la sorcellerie est vieille, moche, entremetteuse, répugnante et hypocrite. Dans les visages sorciers violemment tordus, dans les grimaces répulsives et dépouillées, dans leurs bouches ouvertes difformes et dans les expressions infrahumaines, nous devinons l'agent de SatanN 9. »

Donde vá mamá?, Capricho no 65

« Bien que de manières différentes, la sorcière est toujours méchante, odieuse, luxurieuse et ivre, elle fait tout en secret, selon le commentaire du manuscrit de la Bibliothèque nationale d'Espagne qui décrit le caprice 65 ainsi : « La lasciveté et l'ivresse chez les femmes apportent d'infinis désordres et de véritables sorcelleriesN 10. » »

Soplones, Capricho no 48

Dans cette gravure, Goya « semble critiquer l'intrusion dans la vie des autres et la délation du voisin ou de l'ennemi qui s'est tellement pratiquée dans la sorcellerie navarro-basque (es) : un sinistre monstre volant, à cheval sur un chacal, souffle sur les sorciers sur lesquels hurlent deux fauves noirâtresN 11. »

Miren que grabes!, Capricho no 63

Dans le manuscrit du musée du Prado, une note au pied de cette grave précise « deux sorciers de convenance ». Ainsi, Goya parle de « sorcières imposteurs et hypocrites, dont l'immoralité de charlatan exploite sans miséricorde l'ignorance et la bonne foi du peupleN 12. »

Correccion, Capricho no 46

« La sorcière doit agir sous « la protection et la tutelle de ses maîtresses », apprendre son métier en « étant assujetties à ses maîtresses », pratiquer sous la tutelle des plus expérimentées dans l'art (les « sorcières anciennes »), entendit répéter Mongastón lors de l'autodafé de Logroño. » Dans le commentaire du manuscrit du musée du Prado, il est écrit : « Sans correction ni censure, on n'avance dans aucune faculté, et celle de la Sorcellerie nécessite du talent, de l'application, un âge mûr, de la soumission et de la docilité aux conseils du Grand Sorcier qui dirige le Séminaire de Barahona. [...] Ce grand sorcier caprin préside un conclave hallucinant dans lequel les sorcières écoutes pensivesN 13. »

Donde vá mamá?, Capricho no 65

Soplones, Capricho no 48

Miren que grabes!, Capricho no 63

Correccion, Capricho no 46

Ensayos, Capricho no 60

« Présidé par l'importante figure noire de Satan comme bouc qui surveille muet une jeune sorcière qui pratique ses premières expériences en suspendant en l'air un homme qui semble effrayé ; aux pieds du bouc apparaît une marmite de celles qu'on mentionne à Logroño. Le dessin en sépia, préparatoire de ce caprice, porte l'inscription « Essai de sorcières débutantes de premier vol et s'essaient avec peur à travaillerN 14 ». » Parisseaux fait elle remarquer qu'on y « retrouve le vase d’onguent magique qui sert à voler, ici il est associé à un crâne, qui n’est pas sans rappeler « l’envers » chrétien de cette scène avec le vase de parfum de Marie-Madeleine et le crâne d’Adam lors de la crucifixion13. » Parisseaux y « retrouve le vase d’onguent magique qui sert à voler, ici il est associé à un crâne, qui n’est pas sans rappeler « l’envers » chrétien de cette scène avec le vase de parfum de Marie-Madeleine et le crâne d’Adam lors de la crucifixion. Une allusion aux philtres magiques faits d’ingrédients suspects est évoquée également dans la planche 12, À la chasse aux dents, où l’on voit une jeune femme arracher les dents d’un pendu qui entrent avec la corde dans la composition de potions de jeteuses de sorts13. »

Linda maestra!, Capricho no 68

« Nous voyons deux sorcières : la maîtresse, vieille, à la peau flétrie, guidant lors d'un haut vol nocturne la jeune novice, aux seins turgescents, aux muscles ronds et aux jambes ouvertes ; toutes les deux à cheval sur un balai long et significatif, en chemin aérien vers le sabbat. La maîtresse rusée sourit et enseigne à la belle disciple avec diligence mais aussi un peu de peurN 15. » Parisseaux signale qu'en plus d'être associé depuis l'Antiquité à des pouvoirs magiques, le balai est aussi un symbole phallique, étant placé entre les jambes qui sont d'ailleurs parfois écartées13.

Quien lo creyera!, Capricho no 62

« Il met à la vue de notre esprit deux vieilles sorcières répugnantes acharnées dans une lutte féroce pendant qu'elles volent, peut-être en direction du sabbar ; la sépia préparatoire a cette légende : « Du plus haut de leur vol sont mises en évidence les prétentieuses sorcièresN 16 ». »

Buen viaje, Capricho no 64

« Il décrit la marche nocturne de sorcières qui, en groupe, irritées, spectrales et rapides, traversent le ciel hurlant parmi les ombres. La prédominance de la tache noire confère au vol un aspect lugubre, de cauchemar nocturne. Le manuscrit du Prado dit à son propos : « Où ira cette bande infernale hurlant dans les airs, au milieu des ténèbres de la nuit. » Faire du mal, répond la relation de LogroñoN 17. »

Ensayos, Capricho no 60

Linda maestra!, Capricho no 68

Quien lo creyera!, Capricho no 62

Buen viaje, Capricho no 64

Allá vá eso, Capricho no 66

« Dans le dessin à la plume et sépia préparatoire de ce caprice, il s'assure qu'il s'agit du premier vol des deux sorcières accrochées au balai : « une sorcière maîtresse donnant des leçons à son disciple [Goya emploie fréquemment le masculin, même quand la peinture est féminine] sur le premier vol »N 18. »

Sopla, Capricho no 69

« Y sont réunies plusieurs sorcières : une énorme, qui se sert d'un enfant comme soufflet, une autre qui arrive avec une nouvelle livraison d'enfants, et une troisième suce avec plaisir le minuscule pénis d'un enfant (« aux enfants qui sont petits, on les suce par le rectum et par la nature », dit la relation [du procès des sorcières de Zugarramurdi de 1610], un extrême que Moratín commente largementN 19). »

Aguarda que te unten, Capricho no 67

« Deux sorcières mûres, l'une avec des oreilles d'âne et l'autre bigleuse, oignent un sorcier en forme de bouc qui, impatient, surprend les maîtresses par sa hâte de voler. La sorcière ânière se sert d'une marmite et d'un pinceau pour l'oindre « le visage, les mains, la poitrine, les parties honteuses et la plante des pieds », selon la relation citée. Le dessin préparatoire à la sanguine, conservé au Prado, présente le présumé sorcier volant en figure jeune, comme il correspond à la relation inquisitoireN 20. »

Devota profesion, Capricho no 70

« La condition essentielle pour appartenir à la secte comme membre de pleine responsabilité et droit était la cérémonie formelle d'initiation, ou serment, qui ouvrait la porte finale à la ténébreuse profession. C'est à elle que Goya fait allusion dans son caprice 70... Le manuscrit du Prado le glose ainsi : « Jures-tu obtenir et respecter tes maîtresses et supérieurs ?... Eh bien, ma fille, te voilà sorcière. » [...] La novice — le genre fluctue chez Goya — récite quelque chose, peut-être son serment et sa promesse, sur le livre, avec les mains jointes comme en signe de sérieux rituel, et les évêques qui chevauchent un charognardN 21. »

Allá vá eso, Capricho no 66

Sopla, Capricho no 69

Aguarda que te unten, Capricho no 67

Devota profesion, Capricho no 70

Mucho hay que chupar, Capricho no 45

« Trois sorcières bien couvertes, en plus du panier d'enfants à dévorer, nous rappellent cette partie de l'autodafé du procès de 1610 qui relate comment Miguel de Goiburu et les « sorcières les plus anciennes... avaient toujours avec elles un panier qui avait une anse » pour apporter au sabbat des cadavres et les manger lors d'un banquet, accompagnées de SatanN 22. »

Si amanece, nos Vamos, Capricho no 71

« Une grande sorcière, pointant du doigt le ciel étoilé de la main gauche, avertit les autres vieilles répugnantes qui l'écoutent du danger du lever du jour ; elles savent en effet que — je copie Mongastón — « elles durent... lesdites danses [du sabbat] jusqu'à ce que viennent l'heure où chante le coq » et si elles ne font pas attention et que « l'heure de chanter pour le coq » les trouvent ne serait-ce qu'en train de voler, le voyage aérien s'interrompt et elles doivent continuer le chemin « à pied jusqu'à la maison ». Avec a lumière... le sabbat se termineN 23. »

Mucho hay que chupar, Capricho no 45

Si amanece, nos Vamos, Capricho no 71

Les Pinturas Negras
Article principal : Peintures noires.
Le Sabbat des sorcières, peinture noire de 1823.

Selon Julio Caro Baroja, Le Sabbat des sorcières « est le symbole le plus parfait d'une société laide et bestiale, dominée par les crimes et les violences de tout typeN 24. » Selon Carmelo Lisón Tolosana (es), cette peinture « Est la composition satanique [de Goya] la plus impressionnante : lors d'une assemblée nocturne, le terrible, inquiétant et puissant Grand Bouc préside une masse de vieilles sorcières au visage abruti, délirant, halluciné, aux yeux exorbités et à la bouche tordue. Les têtes ressemblant à des têtes de mort, les postures attentives et les gosiers admiratifs entrouverts écoutant l'effrayante tache noire qu'est le Grand Bouc, cornu et barbu, contrastent avec la demoiselle apprentie, vêtue d'une mantille, jeune et bien formée, attentive et attractive, qui contemple, séparée mais non impressionnée, cette scène si satanique. C'est une peinture noire géniale, autant fantastique que monstrueuse, dans laquelle Goya touche le toit humain : l'abrutissement d'êtres rationnels par un extrême et sa satanisation par un autre. [...] Le problème de la sorcellerie surpasse notre capacité rationnelle. Le Grand Bouc et le sabbat affirment avec leur macabre nocturnité le triomphe de l’irrationalité, la persistance du MalN 25. »
Deux vieillards mangeant de la soupe, peinture noire de 1819-1823

À propos de Deux vieillards mangeant de la soupe, Carmelo Lisón Tolosana dit de Goya qu'il « Peint la sorcière comme un symbole de ce qui se cache et s'enferme dans le petit monde obscur et mystérieux du pulsionnel et de l'irrationnel. Mais plus qu'un symbole et une métaphore, la sorcière goyesque est une allégorie de l'humain et du sermon en général. Au travers des Caprices et de la peinture noire, Goya découvre et illumine les présences horripilantes et répulsives qui se nichent à l'intérieur de chacun de nous et rendent manifestes la désolation et la frénésie humaines. [...] Il découvre la sorcière occulte dans ce qu'il y a de plus primaire et volcanique de notre être et lutte contre elle. En exorcisant la sorcière avec la puissance de sa peinture révélatrice et purificatoire, Goya exorcise le MalN 2. »
Notes et références

(es) Cet article est partiellement ou en totalité issu de l’article de Wikipédia en espagnol intitulé « Brujería en Goya » (voir la liste des auteurs).

Notes

↑ Texte original : « parece una alusión a la hora en que inquisidores y frailes dejen de actuar en el país1. »
↑ a et b Texte original : « Pinta a la bruja como símbolo de lo que se esconde y encierra en el trasmundo oscuro y misterioso de lo pulsional e irracional.. Pero además de símbolo y metáfora, la bruja goyesca es una alegoría del humano y general predicamento. A través de los Caprichos y la pintura negra Goya descubre e ilumina las presencias horripilantes y repulsivas que anidan en el interior de cada uno de nosotros y hacen patente la desolación y el frenesí humanos. [...] Descubre la bruja oculta en lo más primario y volcánico de nuestro ser y lucha contra ella. Al exorcizar a la bruja con la potencia de su pintura reveladora y purificadora, Goya exorciza el Mal2. »
↑ Voir chapitre Les symboles.
↑ Texte original : « desterrar vulgaridades perjudiciales4. »
↑ Texte original : « [Goya] traduce al óleo y aguafuerte la satirización de brujas que sus contertulios vierten en libros, almanaques y comedias4. »
↑ Texte original : « Goya dio un paso más adelante que Moratín » ; « intuyó algo que hoy día vemos claro, a saber: que el problema de la Brujería no se aclara a la luz de puros análisis racionalistas... sino que hay que analizar seriamente los oscuros estados de conciencia de brujos y embrujados para llegar más allá » ; « nos dejó unas imágenes de tal fuerza que en vez de producir risa nos producen terror, pánico1. »
↑ Le sabbat est appelé en espagnol et dans l'œuvre de Goya « Aquelarre », qui est en fait un mot basque signifiant « pré du grand bouc »3.
↑ Texte original : « El cuadro queda dominado por la figura de un gran buco bobalicón y cornudo, que bajo la luz de la luna avanza sus patas delanteras en gesto tranquilo y mirada ambigua para recibir de dos brujas la ofrenda de niños que tanto le agradan... Ello evoca la descripción recogida por Mongastón [del proceso de las Brujas de Zugarramurdi de 1610] que refiere cómo dos hermanas, María Presona y María Joanato, mataron a sus hijos « por dar contento al demonio » que recibió « agradecido » el ofrecimiento... [También] vemos a media docena de niños, varios de ellos ya chupados, esqueléticos y a otros colgados de un palo7. »
↑ Texte original : « cuyos subtítulos reproducen a veces lemas de los ilustrados o condensaciones populares recogidas por aquéllos [...] Goya pretende en sus Caprichos levantar la voz de la razón —idioma que espera todos entiendan— para exponer la miseria de la credulidad y desterrar la crasa ignorancia de la mente humana esclava del instinto, del interés del egoísmo [...] la brujería es vieja, fea, celestinesca, repugnante e hipócrita. En las caras brujeriles violentamente retorcidas, en sus repulsivas y desgarradas muecas, en sus deformes bocas abiertas y expresiones infrahumanas adivinamos al agente de Satán8. »
↑ Texte original : « Aunque de maneras diferentes, la bruja es siempre malvada, odiosa, lujuriosa y borracha, todo lo hace en secreto, según el comentario del manuscrito de la Biblioteca Nacional que apostilla con referencia al capricho 65: La lascivia y embriaguez en las mugeres traen tras de sí infinitos desórdenes y brujerías verdaderas9. »
↑ Texte original : « parece criticar la intromisión en la vida ajena y la denuncia del vecino o enemigo que tanto se practicó en la brujería vasco-navarra: un siniestro monstruo volador, a caballo de un chacal, sopla sobre los brujos a los que aúllan dos fieras negruzcas10. »
↑ Texte original : « dos brujos de conveniencias [...] brujas farsantes, mentirosas e hipócritas, que su fulera inmoralidad explotan inmisericordes la ignorancia y la buena fe del vulgo10. »
↑ Texte original : « Sin corrección ni censura no se adelanta en ninguna facultad y la de la Brujería necesita particular talento, aplicación, edad madura, sumisión y docilidad a los consejos del Gran Brujo que dirige el Seminario de Barahona. [...] Este gran brujo caprino preside un cónclave alucinante en el que las brujas escuchan pensativas11. »
↑ Texte original : « Presidido por la importante figura negra de Satán como macho cabrío que vigila mudo a una joven bruja que practica sus primeros experimentos suspendiendo en el aire a un hombre que parece asustado; a los pies del buco aparece una olla de las que se mencionan en Logroño. El dibujo en sepia, preparatorio de este capricho, lleva la inscripción: Ensayo de brujas primerizas de primer vuelo y con temor se prueban para trabajar12. »
↑ Texte original : « Vemos dos brujas, la maestra, vieja, de carnes marchitas, guiando en alto vuelo nocturno a la joven novicia, de senos turgentes, muslos redondos y piernas abiertas, ambas a caballo sobre larga y significativa escoba, camino aéreo del aquelarre. Sonríe la maestra taimada y aprende la atractiva discípula con diligencia pero también un tanto atemorizada12. »
↑ Texte original : « Nos pone a la vista de la mente dos repugnantes brujas viejas encarnizadas en lucha feroz mientras vuelan, quizá al aquelarre; la sepia preparatoria tiene esta leyenda: De lo más alto de su buelo [sic] son arrojadas las soberbias brujas14. »
↑ Texte original : « Describe la marcha nocturna de unas brujas que en racimo, airadas, espectrales y rápidas cruzan el cielo aullando entre las sombras. El predominio de la mancha negra confiere al vuelo un aspecto tétrico, de pesadilla nocturna. Dice de este brujerío aéreo el manuscrito del Prado: A dónde irá esta caterba infernal dando aullidos por el aire, entre las tinieblas de la noche. A causar el mal, contesta la relación de Logroño15. »
↑ Texte original : « En el dibujo a pluma y sepia preparatorio del capricho se asegura que se trata del primer vuelo de las dos brujas agarradas a la escoba: bruja maestra dando lecciones a su discípulo [Goya emplea con frecuencia el masculino aun cuando la pintura sea femenina] del primer vuelo15. »
↑ Texte original : « Están reunidas varias brujas: una enorme, se sirve de un niño como fuelle, otra está llegando con una nueva remesa de niños, y una tercera chupa afanosamente el minúsculo pene de un niño (a los niños que son pequeños los chupan por el sieso y por la natura, dice la relación [del proceso de las Brujas de Zugarramurdi de 1610], un extremo que Moratín comenta largamente)"15. »
↑ Texte original : « Dos brujas maduras, una con orejas de burro y otra bisoja, untan a un brujo en forma de buco que imapaciente, sorprende a las maestras por su prisa en volar. La bruja asnal se sirve de una olla y de una pincel para untarle la cara, manos, pechos, partes vergonzosas y plantas de los pies, según la relación citada. La sanguina preparatoria, que se guarda en el Prado, presenta al presunto brujo volador en figura joven, como corresponde a la relación inquisitorial16. »
↑ Texte original : « Condición esencial para pertenecer a la secta como miembro de plena responsabilidad y derecho era la ceremonia formal de iniciación o juramento que abría la puerta final a la tenebrosa profesión. A ella alude Goya en su capricho 70... El manuscrito del Prado lo glosa así: ¿Juras obedecer y respetar a tus maestras y superiores?... Pues, hija, ya eres bruja. [...] La novicia —el género fluctúa en Goya— recita algo, quizá su juramento y promesa, ante el libro, con las manos juntas como en señal de seriedad ritual, y los obispos que cabalgan un ave de rapiña17. »
↑ Texte original : « Tres brujas bien arropadas, más la cesta de niños para devorar, nos recuerda aquella parte del Auto [del proceso de las Brujas de Zugarramurdi de 1610] que relata cómo Miguel de Goiburu y las brujas más ancianas... llevaban consigo cada uno una cestilla que tenía asa para traer al aquelarre cadáveres y comerlos en banquete, acompañados de Satán18. »
↑ Texte original : « Una gran bruja, señalando con su mano izquierda al cielo todavía estrellado, advierte a otras viejas repugnantes que la escuchan del peligro del amanecer, pues saben que —copio a Mongastón— duran... las dichas danzas y bailes [de aquelarre] hasta que es hora de cantar el gallo y si se descuidan y la hora de cantar el gallo las encuentra aunque sea volando de regreso, se interrumpe el viaje aéreo y tienen que continuar el camino a pie hasta su casa. Con la luz... el aquelarre termina19. »
↑ Texte original : « es el símbolo más perfecto de una sociedad fea y bestial, dominada por crímenes y violencias de todas clases1. »
↑ Texte original : « es la composición satánica [de Goya] más impresionante: en nocturna asamblea preside el terrible, inquietante y poderoso Gran Cabrón a una masa de viejas brujas con caras embrutecidas, delirantes, alucinadas, con ojos desorbitados y bocas torcidas. Las acalaveradas cabezas, las posturas atentas y las admiradoras fauces entreabiertas escuchando a la espeluznante mancha negra que es el Gran Cabrón, cornudo y barbudo, contrastan con la damisela aprendiza, tocada de mantilla, joven y bien formada, atenta y atractiva que contempla, separada pero sin inmutarse, tan satánica escena. Genial pintura negra tan fantástica como monstruosa, en la que Goya toca techo humano: el embrutecimiento de seres racionales por un extremo y su satanización por otro. [...] El problema de la brujería sobrepasa nuestra capacidad racional. El Gran Cabrón y el aquelarre afirman con su nocturnidad macabra el triunfo de la irracionalidad, la persistencia del Mal20. »

Références

↑ a, b, c et d Caro Baroja 2003, p. 281-283.
↑ Lisón Tolosana 1992, p. 267-268.
↑ a, b, c, d, e et f Parisseaux 2000, p. 10.
↑ a, b, c et d Lisón Tolosana 1992, p. 250-251.
↑ (es) « Fiche du Vol des Sorcières sur le sous-site « Goya en el Prado » » [archive], sur Musée du Prado (consulté le 13 octobre 2015).
↑ Lisón Tolosana 1992, p. 251-252.
↑ Lisón Tolosana 1992.[réf. incomplète]
↑ Lisón Tolosana 1992, p. 254-255.
↑ Lisón Tolosana 1992, p. 255-256.
↑ a et b Lisón Tolosana 1992, p. 256.
↑ Lisón Tolosana 1992, p. 256-257.
↑ a et b Lisón Tolosana 1992, p. 257.
↑ a, b et c Parisseaux 2000, p. 11.
↑ Lisón Tolosana 1992, p. 257-258.
↑ a, b et c Lisón Tolosana 1992, p. 258.
↑ Lisón Tolosana 1992, p. 259.
↑ Lisón Tolosana 1992, p. 259-260.
↑ Lisón Tolosana 1992, p. 261-262.
↑ Lisón Tolosana 1992, p. 262.
↑ Lisón Tolosana 1992, p. 260-261, 266.

Annexes

Sur les autres projets Wikimedia :

La sorcellerie, sur Wikimedia Commons Francisco de Goya, sur Wikimedia Commons

Bibliographie

Document utilisé pour la rédaction de l’article : document utilisé comme source pour la rédaction de cet article.

(es) Julio Caro Baroja, Las brujas y su mundo, Madrid, Alianza Editorial, 2003 (ISBN 84-206-7777-9) Document utilisé pour la rédaction de l’article
(es) Carmelo Lisón Tolosana, Las brujas en la historia de España, Madrid, Temas de Hoy, 1992 (ISBN 84-7880-219-3) Document utilisé pour la rédaction de l’article
(fr) Marie-José Parisseaux, Goya, Les Caprices & Chapman, Morimura, Pondick, Schütte (cat exp.), palais des beaux-arts de Lille, 2008 (lire en ligne) Document utilisé pour la rédaction de l’article

Articles connexes

Sorcellerie
Los Caprichos
Peintures noires

Portail de la peinture Portail de la peinture Portail de la gravure et de l'estampe Portail de la gravure et de l'estampe Portail de l’Espagne Portail de l’Espagne Portail des religions et croyances Portail des religions et croyances Portail de la mythologie Portail de la mythologie Portail de l’anthropologie Portail de l’anthropologie Portail du scepticisme rationnel Portail du scepticisme rationnel
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.atelier-yannistignard.com
yanis la chouette



Nombre de messages : 4284
Localisation : http://yanis.tignard.free.fr
Date d'inscription : 12/11/2005

MessageSujet: Re: Toulouse,Le Laïc et Y'becca ou Sorcelleries Rose et Violette   Sam 15 Oct à 10:03

Macrale
Une macrâle avec son balai lors des fêtes du 15 août en Outremeuse

La macrale est un mot d'origine Wallon Liégeois qui désigne une sorcière.

Elles sont notamment célébrées dans les folklores de Vielsalm et Haccourt.

"Les Macrales du Val de Salm" est basée sur une légende locale, la légende de Marie-Joseph-Augustine LEMOINE dite Gustine Maka.

Elle est responsable de bien des maux, tels que la venue de l'hiver.

Cette tradition existe depuis les 4 procès de sorcières qui ont eu lieu à Ermeton au XVIe siècle.

C'est d'ailleurs pour cette raison que l'on brûle son effigie lors des grands feux célébrés durant La fête du Sabbat çà et là à la fin de l'hiver.

Cette pratique n'est pas sans rappeler le bûcher qu'ont dû subir les hérétiques aussi appelés sorciers et sorcières durant les siècles passés.

Partie intégrante du folklore wallon, il n'est pas rare de voir défiler des confréries de macrales lors, par exemple, des fêtes du 15 août en Outremeuse (Liège), la Tchesse aux Macralles (chasse aux sorcières) d'Ermeton-sur-Biert1 ou à Marche-en-Famenne2.

Les macralles sont au centre du folklore Wallon.

Une de ses caractéristiques est la possibilité de se transformer en chien à chaînes.
Notes

↑ FOLKLORE ET TRADITION : carnaval « TCHESSE AUX MACRALES » [archive]
↑ Les Macrâles de la Famenne [archive]

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.atelier-yannistignard.com
yanis la chouette



Nombre de messages : 4284
Localisation : http://yanis.tignard.free.fr
Date d'inscription : 12/11/2005

MessageSujet: Re: Toulouse,Le Laïc et Y'becca ou Sorcelleries Rose et Violette   Sam 15 Oct à 10:03

Malleus Maleficarum
Malleus Maleficarum, Lyon 1669.

Le Malleus Maleficarum (« Marteau des sorcières », c’est-à-dire marteau contre les sorcières), est un traité des dominicains allemands Henri Institoris (Heinrich Kramer) et Jacques Sprenger, ayant eu place de coauteur, publié à Strasbourg en 1486 ou 14871. Il connut de nombreuses rééditions.

Le 5 décembre 1484, le pape Innocent VIII fait paraître une bulle, à savoir une lettre pontificale faisant acte d'autorité, mettant en garde contre la sorcellerie. Ce document apporte de la légitimité aux deux inquisiteurs, Jacques Sprenger et Henry Institoris (Kraemer), qui s'attaquent alors au problème. Les deux hommes publient le livre Malleus Maleficarum (Le Marteau des sorcières). Catholiques et protestants l’accepteront par la suite comme faisant autorité dans la lutte contre la sorcellerie. Il présentait des arguments théologiques et juridiques contre la sorcellerie, et fournissait des directives pour repérer et éliminer les sorcières2,3,4.

Dans l'étude qui précède sa traduction du Marteau des sorcières, Amand Danet a bien montré « comment la lecture cosmologique, attentive aux désordre et au mal du monde, fait progressivement place, chez les inquisiteurs, à une lecture démonologique centrée sur le maléfice, puis anthropologique et sexologique, accablant la femme, accusée d'être la complice de Satan2. »

Sommaire

1 Les auteurs
2 Le Malleus Maleficarum
3 Réception de l'ouvrage
4 Dans la culture populaire
5 Notes et références
6 Annexes
6.1 Bibliographie
6.2 Articles connexes
6.3 Liens externes

Les auteurs
Articles détaillés : Henri Institoris et Jacques Sprenger.

L'essentiel de l'ouvrage est l'œuvre d'Institoris, Sprenger n'ayant joué qu'un rôle mineur1. Institoris, inquisiteur pontifical, chassa les sorcières de l'Alsace à l'Autriche, au prix de nombreuses polémiques.
Le Malleus Maleficarum

Il s’agit pour la majeure partie du texte d’une codification de croyances préexistantes, souvent tirées de textes plus anciens comme le Directorium Inquisitorum de Nicolas Eymerich (1376), et le Formicarius de Johannes Nider (1435). L'invention de Gutenberg permit de diffuser le manuel à grande échelle pour l'époque. L'ouvrage fut réédité de nombreuses fois, et largement utilisé en Europe occidentale, malgré son interdiction en 1490, peu après sa publication, par l'Église catholique, celle-ci le considérant comme étant en contradiction avec l'enseignement catholique en matière de démonologie (le pouvoir des démons de causer des catastrophes naturelles, par exemple, est une idée qui fut déclarée fausse lors du premier concile de Braga vers 561 dans le canon Cool.

La première partie du livre traite de la nature de la sorcellerie. Une bonne partie de cette section affirme que les femmes, à cause de leur faiblesse et de l’infériorité de leur intelligence, seraient par nature prédisposées à céder aux tentations de Satan. Le titre même du livre présente le mot maleficarum (avec la voyelle de la terminaison au féminin) et les auteurs déclarent (de façon erronée) que le mot femina (femme) dérive de fe + minus (foi mineure). Le manuel soutient que certains des actes confessés par les sorcières, comme le fait de se transformer en animaux ou en monstres, ne sont qu’illusions suscitées par le Diable, tandis que d’autres actions comme celles consistant à voler au sabbat, provoquer des tempêtes ou détruire les récoltes sont réellement possibles. Les auteurs insistent en outre de façon morbide sur l’aspect licencieux des rapports sexuels que les sorcières auraient avec les démons.

La seconde partie explique comment procéder à la capture, instruire le procès, organiser la détention et l’élimination des sorcières. Cette partie traite aussi de la confiance qu’on peut accorder ou non aux déclarations des témoins, dont les accusations sont souvent proférées par envie ou désir de vengeance ; les auteurs affirment toutefois que les indiscrétions et la rumeur publique sont suffisantes pour conduire une personne devant les tribunaux et qu’une défense trop véhémente d’un avocat prouve que celui-ci est ensorcelé. Le manuel donne des indications sur la manière d’éviter aux autorités d’être sujettes à la sorcellerie et rassurent le lecteur sur le fait que les juges, en tant que représentants de Dieu, sont immunisés contre le pouvoir des sorcières. Une grande partie est dédiée à l’illustration des signes5, dont la glossolalie, la voyance et la psychokinèse et les « marques du diable » (pattes de crapaud au blanc de l'œil, taches sur la peau, zones insensibles, maigreur, ...). Elle est dédiée aussi aux techniques d’extorsion des confessions, des preuves (notamment la pesée et l'ordalie par l'eau glacée) et à la pratique de la torture durant les interrogatoires : il est en particulier recommandé d’utiliser le fer rougi au feu pour le rasage du corps en son entier des accusées, afin de trouver la fameuse « marque du Diable », qui prouverait leur supposée culpabilité.
Réception de l'ouvrage

On en a recensé au moins 34 rééditions entre 1487 et 1669, période principale de la chasse aux sorcières et des polémiques et débats qu'elle entraîna.
Dans la culture populaire

On retrouve plusieurs mentions du traité dans les fictions modernes :

le scénario de la bande dessinée Le Marteau des sorcières est basé sur ce traité ;
la trame de la comédie musicale norvégienne Which Witch provient du traité ;
l'ouvrage est régulièrement cité par le personnage du sorcier vaudou (Omar) dans le Service après-vente des émissions ;
le 9e épisode de la 3e saison de la série télévisée Supernatural se nomme Malleus Maleficarum (Les Reines du Sabbat en français) ;
l’ouvrage est mentionné dans le Da Vinci Code, et a donné son nom à une des chansons de Hans Zimmer dans la bande originale du film.
le nom de l'ouvrage est psalmodié par Dead (ancien chanteur du groupe de black métal Mayhem) au début d'une répétition
Il est matérialisé par un véritable marteau dans la bande dessinée Requiem, Chevalier Vampire d'Olivier Ledroit et Pat Mills;
C'est aussi le titre d'une chanson du groupe de punk-rock californien gothique AFI.
Dans le roman D'Outre Tombre de Jeaniene Frost (tome 6 des aventures de Chasseuse de la nuit), l'auteure cite le livre comme source principale de son intrigue.
Le nom de l'ouvrage a également été utilisé pour le premier album du groupe de Death metal néerlandais Pestilence, Malleus Maleficarum.
L'ouvrage est mentionné dans le roman Le Testament de Sherlock Holmes de Bob Garcia.
L'ouvrage est au centre de l'intrigue du polar islandais Ultimes Rituels d'Yrsa Sigurdardottir

Notes et références

↑ a et b Jean-Pierre Dedieu (compte-rendu [archive] de « Henri Institoris et Jacques Sprenger, Le marteau des sorcières (Malleus Maleficarum) traduction d'Amand Danet, Grenoble, Jérôme Millon, 1990 » dans Annales. Économies, Sociétés, Civilisations, 1991, vol. 46, n° 6, pp. 1294-1295.)
↑ a et b http://www.universalis.fr/encyclopedie/sorcellerie/2-la-sorcellerie-en-europe/ [archive]
↑ http://www.britannica.com/EBchecked/topic/360358/Malleus-maleficarum [archive]
↑ http://www.liberation.fr/vous/2011/10/28/le-diable-a-toutes-les-sauces_770947 [archive]
↑ Des « détecteurs de sorciers » et « détecteurs de sorcières », généralement d'anciens sorciers repentis, étaient habilités à les déceler aux XVIe et XVIIe siècle

Annexes
Bibliographie

Henri Institoris et Jacques Sprenger, Le marteau des sorcières (Malleus Maleficarum) traduction d'Amand Danet, Grenoble, Jérôme Millon, 1990 (compte-rendu dans Annales. Économies, Sociétés, Civilisations, 1991, vol. 46, n° 6, pp. 1294-1295.)
Carmen Rob-Santer, Le Malleus Maleficarum à la lumière de l'historiographie : un Kulturkampf ?, Médiévales, 44 (2003), en ligne
Christine Pigné, Du De malo au Malleus Maleficarum, Cahiers de recherches médiévales, 13 | 2006, en ligne

Articles connexes

Saducismus Triumphatus
Chasse aux sorcières
Summis desiderantes affectibus

Liens externes

disponible sur Gallica (la) Édition latine
Carmen Rob-Santer, « Le Malleus Maleficarum à la lumière de l'historiographie : un Kulturkampf ? », Médiévales, no 44, Paris, PUV, printemps 2003, p. 155-172 (article mis en ligne le 3 novembre 2010, consulté le 3 avril 2011)
Fineltain Ludwig, « La naissance de la psychiatrie à la faveur des procès de sorcellerie et de possession diabolique », Bulletin de psychiatrie, août 1999
(en) Malleus maleficarum (version pdf)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.atelier-yannistignard.com
yanis la chouette



Nombre de messages : 4284
Localisation : http://yanis.tignard.free.fr
Date d'inscription : 12/11/2005

MessageSujet: Re: Toulouse,Le Laïc et Y'becca ou Sorcelleries Rose et Violette   Sam 15 Oct à 10:04

L'anthropologie religieuse est le domaine de l'anthropologie qui étudie le fait religieux, c'est-à-dire non seulement les pratiques ou les rites mais aussi les corpus théologiques savants ou non (mythes, textes sacrés, doctrine) propres à chaque tradition religieuse.
Indépendamment de la pratique religieuse, cette carte du monde représente la proportion de la population de chaque pays déclarant la religion comme quelque chose de « très important » pour elle : de 20 % (en bleu) à 90 % en rouge foncé ; en gris, pas de sondage disponible.

Sommaire

1 Essai de définition anthropologique du fait religieux
2 Domaines d'étude de l'anthropologie religieuse
3 Sens de la religion
4 Voir aussi

Essai de définition anthropologique du fait religieux

Tylor, 1871 : C'est une croyance en des êtres spirituels. Avec Frazer, Tylor fait partie de l'« école » évolutionniste qui soutient le passage du fait religieux par trois stades : la magie, la religion, la science.
Durkheim : La religion est une émanation de la société et une célébration de la société par elle-même. Il fait partie de l'« école sociologique française » et tend comme Mauss et Weber à souligner l'importance du lien entre fait religieux et société.
Mauss : Ensemble de croyances, de pratiques et d'organisation.
Lévi-Strauss et le structuralisme
Marc Augé, ~1990 : Principes, mythes, représentations, rituels se retrouvant de façon récurrente dans les phénomènes religieux.
René Girard se définissait lui-même comme un anthropologue du religieux, toute son œuvre est traversée par ce thème. La Violence et le Sacré est peut-être le livre par lequel commencer.

Domaines d'étude de l'anthropologie religieuse

Magie et Religion
Sacré et Profane
saint et sacré
Interdits et pollution
les rites
les mythes
la notion de croyance
les personnages religieux et Charisme
Chamanisme et Possession
le tabou

Sens de la religion

Les faits religieux prétendent donner des clés pour comprendre le monde. Mais ce sens est produit par les hommes et les femmes, même s'ils considèrent que ce sens existait avant eux. Le fait religieux, s'il n'est pas mythique ou ésotérique, s'accorde avec des principes métaphysiques, ou philosophiques, qui, eux, ne peuvent pas faire l'économie de s'interroger sur l'existence d'un principe premier : idée de Bien (Platon), cause première (Aristote), existence de l'Être immuable (Parménide), présence de l'Un primordial (Plotin), Voie (taoïsme), pensée dialectique (Hegel), principe vital (Bergson) etc. La Bible prétend que Dieu a créé le monde ex nihilo, c'est-à-dire de rien : "Au commencement Dieu créa le ciel et la terre." (Gn 1,1). Saint Jean soutient que "Dieu est Amour". (1 Jn 4,16)…

Le fait religieux, fondamentalement, c'est la relation de l'homme avec l'Être. Selon l'historien des religions Mircea Eliade, la religion, c'est-à-dire le rapport qu'a un homme avec le sacré ou ce qu'il prétend voir consciemment, ou inconsciemment, comme tel, est consubstantiel à toute société humaine, aussi laïque, athée ou agnostique voudrait-elle se prétendre (les partis politiques sont à cet égard comparables à des sectes, – à des petites religions).

La religion implique donc :

Une croyance, des révélations, une doctrine.
Un culte rendu à la divinité.
Une morale personnelle conforme à la foi.

En comparaison, on remarquera que l'hindouisme se révèle être une civilisation, et non une religion, les religions qui constituent la civilisation hindoue étant la multitude de sectes ou écoles de philosophie indienne (sampradaya).
Voir aussi

Sciences des religions
Science et religion international
Relation entre science et religion
Science et religion en Islam
Sémiocratie
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.atelier-yannistignard.com
yanis la chouette



Nombre de messages : 4284
Localisation : http://yanis.tignard.free.fr
Date d'inscription : 12/11/2005

MessageSujet: Re: Toulouse,Le Laïc et Y'becca ou Sorcelleries Rose et Violette   Sam 15 Oct à 10:04

Sémiocratie

La sémiocratie : du grec « séméion », le signe, et « krátos », le pouvoir, la souveraineté.

Dans L'état social de la France - 2010, l'Odis introduit la sémiocratie comme une forme de gouvernance qui consiste en l'application de l'intelligence sociale à grande échelle. D'après Jean-François Chantaraud, l'auteur de ce rapport publié aux éditions du Journal officiel, l'articulation entre le potestas et l'auctoritas, recomposée à l'ère chrétienne par le pouvoir temporel et le pouvoir spirituel, constitue les deux piliers de tout système sémiocratique. Dans les deux cas, les immanquables risques de mécontentements suscités par les décisions du premier sont en continu équilibrés par le rappel par le second des orientations de la société à long terme.

Jean-François Chantaraud propose de réinventer une sémiocratie moderne, adaptée aux nouveaux moyens techniques de communication, en tenant compte du fait que « la complexification de chaque discipline scientifique et l’enchevêtrement des phénomènes rendent nécessaire de donner un rôle à chaque type d’acteurs dans la quête active d’un mieux-vivre ensemble ». Cela suppose selon lui d'organiser un siège laïque du juste, suffisamment légitime aux yeux de tous pour définir et activer un système de valeurs capable de constituer une grille d'évaluation des acteurs et des actions de chacun. Pour lui, cela consiste à « renforcer la démocraticité de notre société » à travers l'ajout de processus de réflexion collective, laquelle doit viser trois objectifs complémentaires. L'objet final de la construction d'un raisonnement collectif consiste à « accoucher ensemble notre grille de priorités, notre système de valeurs, le sens que nous voulons donner à notre vivre ensemble ». La finalité intermédiaire est de « s'assurer de leurs bonnes déclinaisons opérationnelles en répartissant les rôles et responsabilités entre tous les types d’acteurs". Le but plus immédiat consiste à "formuler des diagnostics toujours plus précis et des projets toujours plus pertinents sur des enjeux concrets ».

Le mot « sémiocratie » a été utilisé précédemment par Roland Barthes dans le texte de présentation de son ouvrage L'empire des signes (Skira, 1970) : « de tous les pays que l'auteur a pu connaître, le Japon est celui où il a rencontré le travail du signe le plus proche de ses convictions et de ses fantasmes, ou, si l'on préfère, le plus éloigné des dégoûts, des irritations et des refus que suscite en lui la sémiocratie occidentale » (rabat de couverture de l'édition originale). Ici, le mot a donc un sens clairement négatif.

À noter également : le premier cours annuel de Roland Barthes au Collège de France (1976-1977) était intitulé "Comment vivre ensemble".
Article connexe

Gouvernance, Lien social, Performance : une vision du monde
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.atelier-yannistignard.com
yanis la chouette



Nombre de messages : 4284
Localisation : http://yanis.tignard.free.fr
Date d'inscription : 12/11/2005

MessageSujet: Re: Toulouse,Le Laïc et Y'becca ou Sorcelleries Rose et Violette   Sam 15 Oct à 10:06

Camille Camet

Camille Camet (né à Lyon le 22 novembre 1850 ; mort à une date inconnue) est un canut lyonnais, libertaire et membre de l'Association internationale des travailleurs.
Biographie

Il adhère à l'Internationale dès 1869. En septembre 1870 il devient secrétaire du Comité Central du Salut de la France.

Le 11 avril 1871, il est incorporé au 62e régiment d’infanterie, en garnison à Saint-Étienne, qu'il déserte pour se réfugier en Suisse. Il revient à Lyon porteur de placards révolutionnaires, pour participer à la Commune du 30 avril et 1er mai dans le quartier de la Guillotière puis de la Croix-Rousse.

Après l'échec de la Commune (maté militairement)et face à la surveillance policière il se réfugie à Zurich le 20 mai 1871.

Il représente les sections françaises de l'Internationale, avec Jean-Louis Pindy au Congrès de Saint-Imier (anti-autoritaire) du 15 septembre 1872.

Ami de Bakounine, il se rend en mars 1873 à Barcelone, avec Charles Alerini et Paul Brousse (lesquels seront délégués de la "Fédération Régionale Espagnole" et de la section de langue française de Barcelone, au 6e Congrès général de l’Internationale à Genève). Il publie avec eux au nom du "Comité de propagande révolutionnaire socialiste de la France méridionale" un manifeste anarchiste, et crée le journal "Solidarité révolutionnaire".
Retour en France

Après le congrès de Genève, il déploie une intense activité militante à Lyon et Saint-Étienne, élaborant un programme révolutionnaire dans l’éventualité de la proclamation d’une Commune insurrectionnelle. Mais surveillé par la police, il est arrêté en novembre 1873, avec 29 autres militants, et condamné le 25 avril 1874 à cinq ans d’emprisonnement pour le complot, dit de Lyon. À nouveau jugé en décembre 1874 pour désertion, il est condamné à cinq ans de travaux publics (avec confusion des peines). Il sera amnistié fin mai 1879, et deviendra ensuite un militant socialiste guesdiste.

En 1892, il sera responsable du "Parti Ouvrier Français" pour la région Lyonnaise.
Articles connexes

Commune de Lyon
Association internationale des travailleurs
Socialisme libertaire
Libertaire

ET

James Guillaume (né le 16 février 1844 à Londres, Royaume-Uni, mort le 20 novembre 1916 à Préfargier (comm. Marin-Epagnier), Suisse, inhumé au cimetière de Montparnasse (Paris, France). Sa tombe a été déposée à l'échéance de sa concession et n'est plus visible aujourd'hui. C'est un militant socialiste libertaire et historien suisse, connu pour avoir joué un rôle majeur dans la Fédération jurassienne de l'Association internationale des travailleurs (AIT), la branche anarchiste de l'Internationale et pour sa participation à la fondation de l'Internationale antiautoritaire à Saint-Imier.

Il est l'auteur de L'Internationale : Documents et souvenirs, qui documente la position anarchiste au sein de l'Association internationale des travailleurs. Il a également édité avec Max Nettlau les six volumes des œuvres de Michel Bakounine (Bakounine, Œuvres, Paris, Stock, 1908). Il écrit dans de nombreux journaux et revues anarchistes comme La Vie Ouvrière et La Révolution Prolétarienne. En 1910, il traduit également de l'italien, L'abrégé du Capital de Karl Marx, de Carlo Cafiero.

Guillaume a joué un rôle clé dans la conversion de Pierre Kropotkine à l'anarchisme. Il a par ailleurs été rédacteur en chef du Dictionnaire pédagogique dirigé par Ferdinand Buisson1. Il a également publié de nombreux articles, dont deux articles fondamentaux sur la lecture, Lecture et Écriture-Lecture2.

Une partie des archives de James Guillaume est conservée aux Archives de l'État de Neuchâtel3. Ce fonds contient notamment de la correspondance, des notes, des articles et souvenirs. L'article de Marc Vuilleumier4 est une étude fouillée sur les archives de James Guillaume, aujourd'hui dispersées dans plusieurs dépôts européens.

Sommaire

1 Idées sur l'organisation sociale
1.1 Les paysans
1.2 Les travailleurs industriels
1.3 La commune
1.3.1 Travaux publics
1.3.2 Échange
1.3.3 Alimentation
1.3.4 Statistique
1.3.5 Hygiène
1.3.6 Sécurité
1.3.7 L'enfant n'est la propriété de personne
1.4 Un réseau fédératif
1.5 Pas de socialisme dans un seul pays
2 Bibliographie
3 Articles connexes
4 Notices
5 Notes et références

Idées sur l'organisation sociale

Pour James Guillaume, seul un mouvement révolutionnaire peut permettre la réalisation de ses idées.

Ce mouvement se caractérise par deux étapes successives. La première étape consiste en une fermentation progressive, lente des idées, des besoins, des moyens d'action dans la société. La révolution est la résultante inexorable et brutale de cette montée des idées qui peut se traduire dans les faits. La révolution est le résultat d'une fait naturel et n'est pas le fait d'une ou plusieurs volontés individuelles. C'est pourquoi il est inutile de préciser « les voies et moyens par lesquels doit s'accomplir la révolution » ou de fomenter un plan. La révolution naît « sous l'impulsion incontrôlable de nécessités auxquelles nul ne peut commander. »

Cette révolution, par son côté négatif, se caractérise par la suppression des institutions du passé (gouvernement, armée, tribunaux, Église, école, banque « et tout ce qui s'y rattache ».)

Elle doit, par son côté positif, permettre la prise de possession des instruments de travail et de tout le capital des travailleurs.
Les paysans

La Révolution enlève la terre à la bourgeoisie, aux nobles et aux prêtres pour la donner aux paysans qui n'en ont pas. Si un paysan est déjà propriétaire d'une terre, la Révolution lui garantira la libre possession et lui supprimera tous les impôts et les hypothèques mis en place sur ce bien. Cette Révolution restituera les terres aux paysans sans décret, sans intervention de la police et sans administration gouvernementale, moyens généralement utilisés quand une Révolution politique est menée par des bourgeois.

La priorité principale pour les paysans est son émancipation du joug des anciens propriétaires. La question secondaire, mais importante, est la modalité d'exploitation de ces terres. Vaut-il mieux partager la terre en différents lots individuels attribués à un paysan ou faut-il mettre en commun la terre et s'associer pour la cultiver?

Dans certaines régions, les paysans qui sont petits propriétaires, avec une terre peu propice à des cultures étendues et qui utilisent peu de machines conserveront cette forme de propriété. Ils s'associeront pour partager les fruits de leur travail en commun en créant une agence communale qui sera chargée de la vente et de l'échange des produits. Les acquisitions de machines sont faites collectivement. La solidarité est prônée avec des aides réciproques. Plus tard, les terres seront mises en commun et une association agricole sera formée. Pour ces paysans petits propriétaires, la propriété collective n'est pas forcément nécessaire.

Cette dernière est forcément obligatoire pour les travailleurs agricoles sur de grands domaines, avec de vastes cultures. Le territoire d'une ou plusieurs communes ne formeront qu'une exploitation agricole avec une application des procédés de la grande culture. Chaque terrain sera dédié à une culture spécifique adaptés à la qualité du sol. Il préconise l'échange de produits pour ceux qui manquent plutôt que de les cultiver en petite quantité et en mauvaise qualité.

L'organisation intérieure d'une communauté agricole est hétérogène selon les préférences des travailleurs associés en respectant les principes d'égalité et de justice.

La gérance de la communauté assurée par un individu ou une commission de plusieurs membres est élue par tous les associés. Chaque fonction administrative pourra être confiée à une commission spéciale. La durée de la journée du travail n'est pas fixée par une loi appliquée à tout le pays mais par une décision de la communauté. Une base uniforme est souhaitable car la communauté est en relation avec tous les travailleurs agricoles de la région. Les produits du travail appartiennent à la communauté et chaque associé est rémunéré par la communauté soit en nature (subsistances, vêtements) soit en monnaie d'échange. Plusieurs critères de rémunération peuvent être sélectionnés : proportionnellement à la durée du travail, en fonction de la durée du travail ou des fonctions exercées...Chaque communauté choisira les modalités les plus pertinentes pour elle.

Le devise qui doit guider la communauté est « De chacun suivant ses forces, à chacun suivant ses besoins.» Lorsque la production dépassera les besoins de la société, chaque travailleur pourra se servir librement en évitant le gaspillage et l'abus évités par le développement d'un sentiment moral chez les travailleurs libres et égaux.
Les travailleurs industriels

Trois catégories doivent être différenciés :

Certains métiers nécessitent peu d'outillage, avec une division du travail peu présente, où le travail isolé d'un salarié est équivalent à ceux travaillant en association (comme par exemple pour les tailleurs, les coordonniers...). Dans cette catégorie, le travail en collectif n'est pas forcément utile. Mais James Guillaume valorise le travail en commun car « dans la société des égaux, l'émulation stimule le travailleur, il produit davantage, et fait son ouvrage de meilleur cœur, en outre, le travail en commun permet un contrôle plus utile de chacun sur tout et de tous sur chacun.

Une deuxième catégorie rassemble les salariés qui travaillent en collectif dans un atelier ou dans un chantier (comme typographes, menuisiers, maçons...)

Une troisième catégorie concerne une partie de l'industrie dont la division du travail est poussée, avec des emplois de machines et la nécessité d'un capital important (comme les filatures, les usines métallurgiques, les houillères...)

Pour ces deux dernières catégories, chaque atelier doit former une association de travailleurs avec une libre administration à la condition que les droits de chacun soient sauvegardés et que les principes d'égalité et de justice soient mis en pratique. La propriété des instruments de travail doit être commune à toute la corporation des travailleurs de chaque industrie. Cette mise en commun au niveau national permettra à chaque travailleur de pouvoir exercer dans n'importe quelle ville du pays et avoir le droit de se servir des instruments de travail. Bien que la propriété des instruments soit remis à la corporation, cela ne signifie pas pour autant que les travailleurs n'aient pas le pouvoir de disposer à leur gré des instruments de travail. Les travailleurs « se garantissent réciproquement, sous certaines conditions, la jouissance de l'instrument de travail dont ils ont acquis la possession, et en accordant à leurs collègues des autres ateliers la co-participation à cette puissance, ils obtiennent en échange d'être à leur tour co-participants à la propriété des instruments de travail détenus par ces collègues avec lesquels ils ont conclu le pacte de solidarité. »

Les remarques au sujet de la gérance, de la durée de la journée du travail et de la répartition des produits effectuées pour les paysans s'appliquent aussi pour les travailleurs industriels.
La commune

La commune ou fédération locale des groupes de travailleurs est formée de l'ensemble des travailleurs habitant une même localité.

Son objectif est de pourvoir à certains services qui ne sont pas du ressort exclusif d'une corporation.
Travaux publics

Les maisons sont la propriété de la commune. Les familles qui résidaient dans des logements malsains ou trop petites seront immédiatement relogées dans les maisons vides des riches.

Une des premières priorités sera la construction de maisons nouvelles, avec des logements vastes, pratiques et sains qui remplaceront les « taudis des anciens quartiers populaires. » Ces chantiers permettront de donner du travail aux corporations de maçons, de charpentiers, de serruriers et de couvreurs et aux personnes sans formation en les employant comme manœuvres.

Les logements seront construits aux frais de tous : en échange du travail des diverses corporations du bâtiment, elles recevront de la commune des bons d'échange pour l'entretien de leurs membres. Tous les logements seront à la disposition de tous et gratuits.

Chaque habitant résidera provisoirement dans le logement qu'il occupait. L'enthousiasme révolutionnaire permettra aux habitants d'accepter de supporter temporairement cette situation par abnégation et générosité. L'abondance des logements permettra à l'issue d'une certaine période de satisfaire tous les habitants. Les corporations du bâtiment « continueront à travailler, ils amélioreront, ils perfectionneront ce qui existe, et peu à peu on verra disparaître entièrement les quartiers sombres, les rues étroites, les maisons incommodes de nos villes actuelles : à leur place s'élèveront des palais, où habiteront les travailleurs redevenus hommes. »
Échange

Chaque commune établira un comptoir d'échange. Les associations de travailleurs et les producteurs individuels remettront leurs produits au comptoir d'échange. Le prix de chaque produit aura été fixé d'avance par une convention entre les fédérations corporatives régionales et les différentes communes en s'appuyant sur les données des statistiques. Les producteurs recevront des bons d'échange représentant la valeur des produits. Ces bons d'échange circuleront dans tout le territoire de la Fédération des communes. Les produits des comptoirs d'échange pourront être consommés localement, être exportés en étant échangés contre d'autres produits. Les produits consommés dans la commune seront stockés dans des bazars communaux (anciens magasins ou boutiques des marchands). Chaque bazar sera dédié à un produit spécifique. Les produits à exporter seront rassemblés dans des magasins généraux jusqu'à ce qu'ils soient acheminés dans la commune demandeuse. Pour éviter des excédents de stockage de produits par rapport à la demande, chaque comptoir d'échange devra s'assurer de l'écoulement des produits reçus. Pour les travailleurs dont il est impossible d'apporter leurs produits au comptoir d'échange, ils feront enregistrer la valeur des travaux effectués et le comptoir présentera des bons d'échange. Les autres fonctions du comptoir d'échange sont l'assurance de liens avec les autres communes et la livraison à l'intérieur de la commune des produits extérieurs. Ces derniers seront acheminés dans les bazars. Les consommateurs obtiennent les produits des bazars en présentant les bons d'échange qui auront des valeurs différentes. « Au bout d'un certain temps, la pratique des comptoirs d'échange pourra sans inconvénient être modifiée, et qu'un système nouveau se substituera peu à peu au système ancien : l'échange proprement dit disparaîtra et fera place à la distribution pure et simple. .. Le développement prodigieux de la production ...dépassera de beaucoup tout ce que pourrait consommer la population, alors il ne sera plus nécessaire de rationner les consommateurs, on pourra supprimer l'opération de la vente, qui était une sorte de frein opposé à la consommation immodérée, les comptoirs communaux ne vendront plus les produits aux consommateurs, ils les leur distribueront à proportion des besoins que ceux-ci déclareront éprouver. »
Alimentation

La distribution (à la place de l'échange) est envisagé pour les produits alimentaires de première nécessité qui seront gérés en service public communal. « La boulangerie, la boucherie, le commerce des vins, des denrées coloniales sont abandonnés à l'industrie privée et à la spéculation, qui par des fraudes de tout genre, cherchent à s'enrichir aux dépens du consommateur. Par exemple, « le blé, une fois entré dans les magasins de la commune, sera réduit en farine dans un moulin communal (...plusieurs communes pourront avoir le même moulin), la farine sera transformée en pain dans les boulangeries communales et la pain sera livré par la commune aux consommateurs.
Statistique

Le but de la commission communale de statistique devra réunir tous les renseignements statistiques de la commune. Elle comptabilisera le nombre de personnes embauchées d'après les informations apportées par les diverses corporations et les associations de production. Elle comptabilisera aussi les données sur le chiffre de la production et de la consommation.

Ces statistiques permettront d'équilibrer scientifiquement la production et la consommation, d'adapter le nombre de travailleurs en fonction de la quantité de la production, de fixer la durée moyenne de la journée de travail, de fixer la valeur relative des produits qui serviront de base aux tarifs des comptoirs d'échange.

La commission communale enregistrera aussi les naissances et les décès. Les mariages ne feront pas l'objet d'un acte administratif car il est un acte privé dans une société libre. La commission gérera d'autres domaines comme la maladie, les observations météorologiques. De manière générale, elle enregistrera et comptabilisera tous les faits qui peuvent faire l'objet d'un enseignement.
Hygiène

Le service médical sera gratuit pour tous. Les médecins seront des employés de la commune rémunérés par elle. « Les médecins ne seront plus des industriels cherchant à tirer le plus gros profit possible de leurs malades. L'aspect préventif présente autant d'importance que l'aspect curatif.
Sécurité

Pour James Guillaume, une société libérée des exploiteurs et disposant librement du fruit de leur travail, ne peut présenter des actes de vols ou de brigandage. « La débauche, la colère, la brutalité ou d'autres vices » sont les causes de la montée de la criminalité. Les crimes seront quasiment inexistants en raison des progrès de l'instruction permettant un développement intellectuel et moral. La sécurité des personnes ne sera pas assuré par la police de la commune. Les habitants participeront à la sécurité en veillant à tour de rôle dans les divers postes de sûreté que la commune aura institués. Dans cette société égalitaire, les meurtriers ou des auteurs de la violence devront être gardés dans une maison spéciale. « Les criminels n'étant plus qu 'une exception, seront considérés comme des malades et des insensés ; la question du crime, qui occupe tant de juges, d'avocats et de geôliers, perdra son importance sociale, et deviendra un simple chapître de la philosophie médicale.
L'enfant n'est la propriété de personne

L'enfant n' étant la propriété de personne c'est à la société de de se charger de l'entretien de l'enfant. « En subvenant à sa consommation et aux diverses dépenses que nécessitera son éducation, la société ne fait qu'une avance, que l'enfant lui remboursera par son travail lorsqu'il sera devenu un producteur. Chaque société étant représentée par une commune, cette dernière doit donc mettre en place l'organisation la meilleure pour l'entretien de ses enfants. Sur le plan de l'instruction, les facultés du corps et de l'esprit doivent être développées. L'éducation ne doit pas être assumée par des instituteurs, mais par des personnes spécialistes d'une matière.

Dans l'éducation, deux degrés sont à distinguer. Dans le premier degré, de cinq à douze ans, l'enfant n'ayant pas l'âge d'étudier les sciences, développera principalement ses facultés physiques. Une focalisation sur le développement sensoriel est préconisée. (exercices spécifiques pour la vision, l'ouïe, habileté manuelle en devenant ambidextre. Parallèlement aux exercices corporels, une culture de l'esprit spontanée débutera avec la connaissance de faits scientifiques.

Les leçons pour les enfants consisteront à de l'observation individuelle, de l'expérience, des conversations entre enfants ou avec les enseignants. Dès leur plus jeune âge, les enfants sont responsabilisés en les laissant libres avec leur propre organisation des jeux, leurs propres conférences, leurs propres bureaux pour la direction de leurs travaux avec la désignation d'arbitres pour juger les désaccords. La vie publique et la mutualité sont ainsi mis en valeur. Les enfants choisiront librement leur professeur.

Comme producteur, l'enfant apprendra l'utilisation des outils en réparant ou en modifiant le matériel de ses jeux. Dans le second degré, de douze à seize ans, il lui sera enseigné différentes branches du savoir humain avec un apprentissage simultané de la pratique d'une ou plusieurs branches de production. Les professeurs doivent aussi être des producteurs qui dédieront une partie de leur temps au travail manuel et chaque branche des connaissances humaines fera appel au maximum de personnes présentes dans la commune. La lecture en commun de bons ouvrages d'enseignement avec des discussions à la clé permettront de ne pas se focaliser sur la personnalité du professeur.

Comme producteur, il choisira un atelier parmi les nombreux qu'il aura visités en fonction de son goût personnel. Cette éducation pratique est assurée par les maîtres d'apprentissage qui doivent aussi être producteurs eux-mêmes. Au sein de chaque atelier, les élèves observeront le travail effectué par d'autres. Quelques leçons théoriques seront dispensées en plus.

Ainsi, à l'âge de 16 ans ou 17 ans, il aura embrassé un ensemble de connaissances humaines et pourra de manière autonome poursuivre ses études supérieures s'il en a l'envie. Ayant appris un métier, il pourra être considéré comme un producteur utile pour rembourser à la société par son travail la dette issue de son éducation. Dans une société libre et égalitaire, la figure parentale ne possède plus d'autorité sur son enfant mais un lien d'affection unit les parents et les enfants. L'enfant a besoin d'être dirigé mais les parents ne doivent pas être les seuls à l'exercer car ils sont souvent incapables et abusent du pouvoir qui leur est remis. Car le but de l'éducation est de le rendre capable de se diriger seul en développant le maximum de ses facultés. Un tel système d'éducation ne supporte aucune emprise autoritaire de qui que ce soit. Il ne s'agit pas de mettre en place une relation père-fils assimilable au couple maître-esclave. Il est envisagé une relation où la figure parentale serait celle d'un instituteur et d'un ami plus âgé. Ce nouveau type de relation permettra de supprimer les conflits familiaux dont les causes sont souvent liées à la tyrannie imposée par la figure parentale.

La société libre et égalitaire loin de détruire le lien familial le renforce en mettant en valeur l'amour, l'estime, le respect et leurs droits mutuels. Il s'agira de ne pas se limiter au relationnel très étroit du cadre familial qui risque de s'envenimer s'il reste exclusif. Il s'agira bien au contraire de développer un relationnel plus large, « celui de la grande famille humaine ».
Un réseau fédératif

La commune ou la fédération locale des groupes de producteurs sera complétée par la constitution des fédérations régionales corporatives et d'une Fédération des communes.

La fédération corporative sera formée de tous les groupes producteurs appartenant à la même branche de travail. Le but de leur union est de se garantir mutuellement l'usage des instruments de travail en possession de chacun des groupes et qui deviendront par un contrat réciproque la propriété collective de la fédération corporative tout entière. La fédération des groupes permet à ceux-ci d'exercer un contrôle constant sur la production et …. de régler le plus ou moins d'intensité de celle-ci. »

Les groupes producteurs appartenant à la même industrie s'enverront mutuellement des délégués d'une ville à une autre pour se concerter. À l'issue de ces conférences, un congrès fédéral des délégués de la corporation sera annoncé. L'objectif du congrès sera de mettre en place un contrat fédératif qui fera l'objet de l'approbation des groupes de la corporation. Un bureau permanent, élu par le congrès corporatif et responsable devant celui-ci, sera destiné à servir d'intermédiaire entre les groupes formant la fédération, de même qu'entre la fédération elle-même et les autres fédérations corporatives.

Un vaste réseau fédératif de consommateurs et de producteurs couvrira le pays. La statistique de la production et de la consommation, centralisée par les bureaux des diverses fédérations corporatives, permettra de fixer de manière rationnelle le nombre des heures de la journée normale de travail, le prix de revient des produits et leur valeur d'échange, ainsi que la quantité en laquelle ces produits doivent être créés pour suffire aux besoins de la consommation. La crainte du despotisme des bureaux est vaine car leurs décisions s'appuient sur des données numériques publiques qui ne peuvent donner lieu à plusieurs solutions. Les groupes producteurs pourront être amenés à voter lorsque les questions ne peuvent être tranchées par les informations scientifiques.
Pas de socialisme dans un seul pays

Une Révolution isolée à un seul pays garantit son échec. Les principes fondamentaux de la Révolution devant être respectés, cette nouvelle organisation sociale mise en place par la Révolution ne sera pas forcément identique dans tous les pays. Cette différence est tout à fait normale sachant que chaque pays à ses propres tendances. Des divergences sont apparues ainsi entre les socialistes des pays germaniques (Allemagne, Angleterre), et ceux des pays latins et slaves (Italie, Espagne, France, Russie). Mais cette hétérogénéité n'empêche pas les liens de d'amitié et de solidarité qui peuvent s'installer.

Les frontières arbitraires imposées par les gouvernements n'auront plus lieu d'être.Chaque commune se groupera librement en fonction de leurs « intérêts économiques ; leurs affinités de langue, leur situation géographique. L'Italie et l'Espagne, trop vastes pour constituer une seule agglomération de communes, ne constitueront pas chacune une Fédération unique mais plusieurs fédérations de communes. Ces diverses Fédérations de communes, bien que différentes les unes des autres, noueront des liens solidaires et concluront entre elles un pacte d'union. Cette unité désormais réelle, fondée sur une communauté de buts et de besoins avec des échanges durables, sera plus solide que l'unité artificielle découlant d'une centralisation politique résultant de la violence avec comme but l'exploitation du pays au profit d'une classe privilégiée.

Ce pacte d'union ne sera pas limité aux frontières intérieures d'un pays mais se développera au delà des frontières de chaque pays permettant une alliance dans l'Europe entière.
Bibliographie

James Guillaume, L'Internationale, Documents et souvenirs, présentation par Marc Vuilleumier, Premier volume : 1864-1872, Second volume : 1872-1878, index et bibliographie, éditions Gérard Lebovici, Paris, 1985.
Martine BRUNET-GIRY, Ferdinand Buisson et les socialistes libertaires, Nouvelle Imprimerie Laballery, Clamecy, 2014, 285 p.
Daniel Guerin, "Ni Dieu ni Maître Anthologie de l'anarchisme", La Découverte/Poche, Paris, 2011, ISBN 978-2-7071-6690-6.
Marc Vuilleumier, "les archives de James Guillaume", In: Le Mouvement social. - Paris. - 1964, no 48, p. 95-108

Articles connexes

Histoire de l'anarchisme
Association internationale des travailleurs
Socialisme libertaire
Libertaire
Jacques Gross
Marie Goldsmith
Margarethe Faas-Hardegger
Luigi Bertoni

Notices

Cyrille Gigandet, « Guillaume, James » dans le Dictionnaire historique de la Suisse en ligne, version du 13 octobre 2008.
Le carnet James Guillaume sur Hypothèses.org : https://jguillaume.hypotheses.org/

L'Éphéméride anarchiste : notice biographique.
Dictionnaire des anarchistes, « Le Maitron » : notice biographique.
Chantier biographique des anarchistes en Suisse : notice biographique.

Notes et références

Sur les autres projets Wikimedia :

James Guillaume, sur Wikisource James Guillaume, sur Wikiquote

↑ Martine BRUNET-GIRY, Ferdinand Buisson et les socialistes libertaires, Nouvelle Imprimerie Laballery, Clamecy, 2014, 285 p.
↑ Dictionnaire de pédagogie et d'instrution primaire, Hachette, 1882-1887. Voir aussi l'Hommage à James Guillaume par Ferdinand Buisson, publié dans La Vie ouvrière du 20 février 1914 : [1] [archive]
↑ http://www.archivesne.ch/Pages/default.aspx [archive]
↑ Marc Vuilleumier, "les archives de James Guillaume", In: Le Mouvement social. - Paris. - 1964, no 48, p. 95-108


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.atelier-yannistignard.com
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Toulouse,Le Laïc et Y'becca ou Sorcelleries Rose et Violette   Aujourd'hui à 16:50

Revenir en haut Aller en bas
 
Toulouse,Le Laïc et Y'becca ou Sorcelleries Rose et Violette
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 3Aller à la page : 1, 2, 3  Suivant
 Sujets similaires
-
» KINO POLSKA à Toulouse et environs du 24 au 30 octobre 2009
» Echanger un appartement Toulouse-paris
» stage de 2 mois a la BM saint cyprien de Toulouse
» Conseil MUA à Toulouse ?
» Communiqué Capitada et Forom des Langues - Toulouse 2010

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
La.cinquieme.République :: La.cinquieme.République-
Sauter vers: