La.cinquieme.République

De la politique pure et affaires étrangeres
 
AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  MembresMembres  GroupesGroupes  Connexion  

Partagez | 
 

 Adoption et Y'becca

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
yanis la chouette



Nombre de messages : 4322
Localisation : http://yanis.tignard.free.fr
Date d'inscription : 12/11/2005

MessageSujet: Adoption et Y'becca   Mar 11 Oct à 10:10

Adoption is a process whereby a person assumes the parenting of another, usually a child, and or animal from that person's biological or legal parent or parents, and, in so doing, permanently transfers all rights and responsibilities, along with filiation, from the biological parent or parents. Unlike guardianship or other systems designed for the care of the young, adoption is intended to effect a permanent change in status and as such requires societal recognition, either through legal or religious sanction. Historically, some societies have enacted specific laws governing adoption; where others have tried to achieve adoption through less formal means, notably via contracts that specified inheritance rights and parental responsibilities without an accompanying transfer of filiation. Modern systems of adoption, arising in the 20th century, tend to be governed by comprehensive statutes and regulations.
https://twitter.com/minouska_kounak
http://leclandesmouettes.bbflash.net/t141-adoption
Contents

1 History
1.1 Antiquity
1.2 Middle Ages to modern period
1.3 Modern period
2 Contemporary adoption
2.1 Forms of adoption
2.2 How adoptions originate
2.3 How adoptions can disrupt
2.4 Adoption by same-sex couples in the U.S.
3 Parenting and development of adoptees
3.1 Parenting
3.2 Effects on the original parents
4 Development of adoptees
4.1 Identity
4.2 Influences
4.3 Effects on adoptees
4.4 Public perception of adoption
5 Reform and reunion trends
5.1 Reunion
5.2 Controversial adoption practices
5.3 Adoption terminology
5.3.1 Positive adoptive language (PAL)
5.3.2 Honest adoption language (HAL)
5.3.3 Inclusive adoption language
6 Cultural variations
7 Adoption as a human right
8 Homecoming Day
9 See also
10 References
11 Further reading

History
Antiquity

Adoption for the well-born

Trajan became emperor of Rome through adoption by the previous emperor Nerva, and was in turn succeeded by his own adopted son Hadrian. Adoption was a customary practice of the Roman empire that enabled peaceful transitions of power

While the modern form of adoption emerged in the United States, forms of the practice appeared throughout history.[1] The Code of Hammurabi, for example, details the rights of adopters and the responsibilities of adopted individuals at length. The practice of adoption in ancient Rome is well documented in the Codex Justinianus.[2][3]

Markedly different from the modern period, ancient adoption practices put emphasis on the political and economic interests of the adopter,[4] providing a legal tool that strengthened political ties between wealthy families and created male heirs to manage estates.[5][6] The use of adoption by the aristocracy is well documented; many of Rome's emperors were adopted sons.[6]

Infant adoption during Antiquity appears rare.[4][7] Abandoned children were often picked up for slavery[8] and composed a significant percentage of the Empire's slave supply.[9][10] Roman legal records indicate that foundlings were occasionally taken in by families and raised as a son or daughter. Although not normally adopted under Roman Law, the children, called alumni, were reared in an arrangement similar to guardianship, being considered the property of the father who abandoned them.[11]

Other ancient civilizations, notably India and China, used some form of adoption as well. Evidence suggests the goal of this practice was to ensure the continuity of cultural and religious practices; in contrast to the Western idea of extending family lines. In ancient India, secondary sonship, clearly denounced by the Rigveda,[12] continued, in a limited and highly ritualistic form, so that an adopter might have the necessary funerary rites performed by a son.[13] China had a similar idea of adoption with males adopted solely to perform the duties of ancestor worship.[14]

The practice of adopting the children of family members and close friends was common among the cultures of Polynesia including Hawaii where the custom was referred to as hānai.
Middle Ages to modern period

Adoption and commoners

At the monastery gate (Am Klostertor) by Ferdinand Georg Waldmüller

The nobility of the Germanic, Celtic, and Slavic cultures that dominated Europe after the decline of the Roman Empire denounced the practice of adoption.[15] In medieval society, bloodlines were paramount; a ruling dynasty lacking a natural-born heir apparent was replaced, a stark contrast to Roman traditions. The evolution of European law reflects this aversion to adoption. English Common Law, for instance, did not permit adoption since it contradicted the customary rules of inheritance. In the same vein, France's Napoleonic Code made adoption difficult, requiring adopters to be over the age of 50, sterile, older than the adopted person by at least fifteen years, and to have fostered the adoptee for at least six years.[16] Some adoptions continued to occur, however, but became informal, based on ad hoc contracts. For example, in the year 737, in a charter from the town of Lucca, three adoptees were made heirs to an estate. Like other contemporary arrangements, the agreement stressed the responsibility of the adopted rather than adopter, focusing on the fact that, under the contract, the adoptive father was meant to be cared for in his old age; an idea that is similar to the conceptions of adoption under Roman law.[17]

Europe's cultural makeover marked a period of significant innovation for adoption. Without support from the nobility, the practice gradually shifted toward abandoned children. Abandonment levels rose with the fall of the empire and many of the foundlings were left on the doorstep of the Church.[18] Initially, the clergy reacted by drafting rules to govern the exposing, selling, and rearing of abandoned children. The Church's innovation, however, was the practice of oblation, whereby children were dedicated to lay life within monastic institutions and reared within a monastery. This created the first system in European history in which abandoned children did not have legal, social, or moral disadvantages. As a result, many of Europe's abandoned and orphaned children became alumni of the Church, which in turn took the role of adopter. Oblation marks the beginning of a shift toward institutionalization, eventually bringing about the establishment of the foundling hospital and orphanage.[18]

As the idea of institutional care gained acceptance, formal rules appeared about how to place children into families: boys could become apprenticed to an artisan and girls might be married off under the institution's authority.[19] Institutions informally adopted out children as well, a mechanism treated as a way to obtain cheap labor, demonstrated by the fact that when the adopted died, their bodies were returned by the family to the institution for burial.[20]

This system of apprenticeship and informal adoption extended into the 19th century, today seen as a transitional phase for adoption history. Under the direction of social welfare activists, orphan asylums began to promote adoptions based on sentiment rather than work; children were placed out under agreements to provide care for them as family members instead of under contracts for apprenticeship.[21] The growth of this model is believed to have contributed to the enactment of the first modern adoption law in 1851 by the Commonwealth of Massachusetts, unique in that it codified the ideal of the "best interests of the child."[22][23] Despite its intent, though, in practice, the system operated much the same as earlier incarnations. The experience of the Boston Female Asylum (BFA) is a good example, which had up to 30% of its charges adopted out by 1888.[24] Officials of the BFA noted that, although the asylum promoted otherwise, adoptive parents did not distinguish between indenture and adoption; "We believe," the asylum officials said, "that often, when children of a younger age are taken to be adopted, the adoption is only another name for service."[25]
Modern period

Adopting to create a family

The next stage of adoption's evolution fell to the emerging nation of the United States. Rapid immigration and the American Civil War resulted in unprecedented overcrowding of orphanages and foundling homes in the mid-nineteenth century. Charles Loring Brace, a Protestant minister became appalled by the legions of homeless waifs roaming the streets of New York City. Brace considered the abandoned youth, particularly Catholics, to be the most dangerous element challenging the city's order.[26][27]
Charles Loring Brace

His solution was outlined in The Best Method of Disposing of Our Pauper and Vagrant Children (1859) which started the Orphan Train movement. The orphan trains eventually shipped an estimated 200,000 children from the urban centers of the East to the nation's rural regions.[28] The children were generally indentured, rather than adopted, to families who took them in.[29] As in times past, some children were raised as members of the family while others were used as farm laborers and household servants.[30]
William and his brother Thomas. They rode the Orphan Train in 1880 at the ages of 11 and 9, respectively. William was taken into a good home. Thomas was exploited for labor and abused. The brothers eventually made their way back to New York and reunited.

The sheer size of the displacement—the largest migration of children in history—and the degree of exploitation that occurred, gave rise to new agencies and a series of laws that promoted adoption arrangements rather than indenture. The hallmark of the period is Minnesota's adoption law of 1917 which mandated investigation of all placements and limited record access to those involved in the adoption.[31][32]

During the same period, the Progressive movement swept the United States with a critical goal of ending the prevailing orphanage system. The culmination of such efforts came with the First White House Conference on the Care of Dependent Children called by President Theodore Roosevelt in 1909,[33] where it was declared that the nuclear family represented "the highest and finest product of civilization" and was best able to serve as primary caretaker for the abandoned and orphaned.[34][35] Anti-institutional forces gathered momentum. As late as 1923, only two percent of children without parental care were in adoptive homes, with the balance in foster arrangements and orphanages. Less than forty years later, nearly one-third were in an adoptive home.[36]

Nevertheless, the popularity of eugenic ideas in America put up obstacles to the growth of adoption.[37][38] There were grave concerns about the genetic quality of illegitimate and indigent children, perhaps best exemplified by the influential writings of Henry H. Goddard who protested against adopting children of unknown origin, saying,

Now it happens that some people are interested in the welfare and high development of the human race; but leaving aside those exceptional people, all fathers and mothers are interested in the welfare of their own families. The dearest thing to the parental heart is to have the children marry well and rear a noble family. How short-sighted it is then for such a family to take into its midst a child whose pedigree is absolutely unknown; or, where, if it were partially known, the probabilities are strong that it would show poor and diseased stock, and that if a marriage should take place between that individual and any member of the family the offspring would be degenerates.[39]

The period 1945 to 1974, the baby scoop era, saw rapid growth and acceptance of adoption as a means to build a family.[40] Illegitimate births rose three-fold after World War II, as sexual mores changed. Simultaneously, the scientific community began to stress the dominance of nurture over genetics, chipping away at eugenic stigmas.[41][42] In this environment, adoption became the obvious solution for both unwed mothers and infertile couples.[43]

Taken together, these trends resulted in a new American model for adoption. Following its Roman predecessor, Americans severed the rights of the original parents while making adopters the new parents in the eyes of the law. Two innovations were added: 1) adoption was meant to ensure the "best interests of the child;" the seeds of this idea can be traced to the first American adoption law in Massachusetts,[16][23] and 2) adoption became infused with secrecy, eventually resulting in the sealing of adoption and original birth records by 1945. The origin of the move toward secrecy began with Charles Loring Brace who introduced it to prevent children from the Orphan Trains from returning to or being reclaimed by their parents. Brace feared the impact of the parents' poverty, in general, and their Catholic religion, in particular, on the youth. This tradition of secrecy was carried on by the later Progressive reformers when drafting of American laws.[44]

The number of adoptions in the United States peaked in 1970.[45] It is uncertain what caused the subsequent decline. Likely contributing factors in the 1960s and 1970s include a decline in the fertility rate, associated with the introduction of the pill, the completion of legalization of artificial birth control methods, the introduction of federal funding to make family planning services available to the young and low income, and the legalization of abortion. In addition, the years of the late 1960s and early 1970s saw a dramatic change in society's view of illegitimacy and in the legal rights[46] of those born outside of wedlock. In response, family preservation efforts grew[47] so that few children born out of wedlock today are adopted. Ironically, adoption is far more visible and discussed in society today, yet it is less common.[48]

The American model of adoption eventually proliferated globally. England and Wales established their first formal adoption law in 1926. The Netherlands passed its law in 1956. Sweden made adoptees full members of the family in 1959. West Germany enacted its first laws in 1977.[49] Additionally, the Asian powers opened their orphanage systems to adoption, influenced as they were by Western ideas following colonial rule and military occupation.[50]

Although adoption is today practiced globally, the United States has the largest number of children adopted per 100 live births. The table below provides a snapshot of Western adoption rates. Adoption in the United States still occurs at nearly three times those of its peers although the number of children awaiting adoption has held steady in recent years, hovering between 133,000 and 129,000 during the period 2002 to 2006.[51]
Country Adoptions Live births Adoption/live birth ratio Notes
Australia 270 (2007–2008)[52] 254,000 (2004)[53] 0.2 per 100 live births Includes known relative adoptions
England & Wales 4,764 (2006)[54] 669,601(2006)[55] 0.7 per 100 live births Includes all adoption orders in England and Wales
Iceland between 20–35 year[56] 4,560 (2007)[57] 0.8 per 100 live births
Ireland 263 (2003)[58] 61,517 (2003)[59] 0.4 per 100 live births 92 non-family adoptions; 171 family adoptions (e.g. stepparent). 459 international adoptions were also recorded.
Italy 3,158 (2006)[60] 560,010 (2006)[61] 0.6 per 100 live births
New Zealand 154 (2012/13) [62] 59,863 (2012/13) [63] 0.26 per 100 live births Breakdown: 50 non-relative, 50 relative, 17 step-parent, 12 surrogacy, 1 foster parent, 18 international relative, 6 international non-relative
Norway 657 (2006)[64] 58,545(2006)[65] 1.1 per 100 live births Adoptions breakdown: 438 inter-country; 174 stepchildren; 35 foster; 10 other.
Sweden 1044(2002)[66] 91,466(2002)[67] 1.1 per 100 live births 10–20 of these were national adoptions of infants. The rest were international adoptions.
United States approx 127,000 (2001)[68] 4,021,725 (2002)[69] ~3 per 100 live births The number of adoptions is reported to be constant since 1987.

Table 2: Adoptions, Live Births, and Adoption/Live Birth Ratios are provided in the table below (alphabetical, by country) for a number of Western countries
Contemporary adoption
Forms of adoption

Contemporary adoption practices can be open or closed.

Open adoption allows identifying information to be communicated between adoptive and biological parents and, perhaps, interaction between kin and the adopted person.[70] Rarely, it is the outgrowth of laws that maintain an adoptee's right to unaltered birth certificates and/or adoption records, but such access is not universal (it is possible in a few jurisdictions—including the UK and six states in the United States).[71][72][73][74] Open adoption can be an informal arrangement subject to termination by adoptive parents who have sole authority over the child. In some jurisdictions, the biological and adoptive parents may enter into a legally enforceable and binding agreement concerning visitation, exchange of information, or other interaction regarding the child.[75] As of February 2009, 24 U.S. states allowed legally enforceable open adoption contract agreements to be included in the adoption finalization.[76]
The practice of closed adoption (aka confidential or secret adoption),[77] which has not been the norm for most of modern history,[78] seals all identifying information, maintaining it as secret and preventing disclosure of the adoptive parents', biological kins', and adoptees' identities. Nevertheless, closed adoption may allow the transmittal of non-identifying information such as medical history and religious and ethnic background.[79] Today, as a result of safe haven laws passed by some U.S. states, secret adoption is seeing renewed influence. In so-called "safe-haven" states, infants can be left, anonymously, at hospitals, fire departments, or police stations within a few days of birth, a practice criticized by some adoption advocacy organizations as being retrograde and dangerous.[80] Closed adoption, lack of medical history and the broken thread of family continuity can have a detrimental impact on an adoptee's psychological and physical health. The lack of openness, honesty and family connections in adoption can be detrimental to the psychological well being of adoptees and of their descendants.

How adoptions originate
The New York Foundling Home is among North America's oldest adoption agencies

Adoptions can occur either between related family members, or unrelated individuals. Historically, most adoptions occurred within a family. The most recent data from the U.S. indicates about half of adoptions are currently between related individuals.[81] A common example of this is a "stepparent adoption", where the new partner of a parent may legally adopt a child from the parent's previous relationship. Intra-family adoption can also occur through surrender, as a result of parental death, or when the child cannot otherwise be cared for and a family member agrees to take over.

Infertility is the main reason parents seek to adopt children they are not related to. One study shows this accounted for 80% of unrelated infant adoptions and half of adoptions through foster care.[82] Estimates suggest that 11–24% of Americans who cannot conceive or carry to term attempt to build a family through adoption, and that the overall rate of ever-married American women who adopt is about 1.4%.[83][84] Other reasons people adopt are numerous although not well documented. These may include wanting to cement a new family following divorce or death of one parent, compassion motivated by religious or philosophical conviction, to avoid contributing to overpopulation out of the belief that it is more responsible to care for otherwise parent-less children than to reproduce, to ensure that inheritable diseases (e.g., Tay-Sachs disease) are not passed on, and health concerns relating to pregnancy and childbirth. Although there are a range of possible reasons, the most recent study of experiences of women who adopt suggests they are most likely to be 40–44 years of age, currently married, have impaired fertility, and childless.[85]

Unrelated adoptions may occur through the following mechanisms:

Private domestic adoptions: under this arrangement, charities and for-profit organizations act as intermediaries, bringing together prospective adoptive parents and families who want to place a child, all parties being residents of the same country. Alternatively, prospective adoptive parents sometimes avoid intermediaries and connect with women directly, often with a written contract; this is not permitted in some jurisdictions. Private domestic adoption accounts for a significant portion of all adoptions; in the United States, for example, nearly 45% of adoptions are estimated to have been arranged privately.[86]

Children associated with Hope and Homes for Children, a foster care program in Ukraine
Foster care adoption: this is a type of domestic adoption where a child is initially placed in public care. Its importance as an avenue for adoption varies by country. Of the 127,500 adoptions in the U.S. in 2000[86] about 51,000 or 40% were through the foster care system.[87] The main online agency used by the Children's Bureau[88] to offer kids available for adoption in the foster care is AdoptUSKids.org.[89]
International adoption: involves the placing of a child for adoption outside that child's country of birth. This can occur through both public and private agencies. In some countries, such as Sweden, these adoptions account for the majority of cases (see above Table). The U.S. example, however, indicates there is wide variation by country since adoptions from abroad account for less than 15% of its cases.[86] More than 60,000 Russian children have been adopted in the United States since 1992,[90] and a similar number of Chinese children were adopted from 1995 to 2005.[91] The laws of different countries vary in their willingness to allow international adoptions. Recognizing the difficulties and challenges associated with international adoption, and in an effort to protect those involved from the corruption and exploitation which sometimes accompanies it, the Hague Conference on Private International Law developed the Hague Adoption Convention, which came into force on 1 May 1995 and has been ratified by 85 countries as of November 2011.[92]
Embryo adoption: based on the donation of embryos remaining after one couple's in vitro fertilization treatments have been completed; embryos are given to another individual or couple, followed by the placement of those embryos into the recipient woman's uterus, to facilitate pregnancy and childbirth. In the United States, embryo adoption is governed by property law rather than by the court systems, in contrast to traditional adoption.
Common law adoption: this is an adoption which has not been recognized beforehand by the courts, but where a parent, without resorting to any formal legal process, leaves his or her children with a friend or relative for an extended period of time.[93][94] At the end of a designated term of (voluntary) co-habitation, as witnessed by the public, the adoption is then considered binding, in some courts of law, even though not initially sanctioned by the court. The particular terms of a common-law adoption are defined by each legal jurisdiction. For example, the US state of California recognizes common law relationships after co-habitation of 2 years. The practice is called "private fostering" in Britain.[95]
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.atelier-yannistignard.com
Minouska.KounakDenat



Nombre de messages : 135
Date d'inscription : 06/10/2016

MessageSujet: Re: Adoption et Y'becca   Jeu 20 Oct à 9:32

Au lieu d'obtenir la sédation par des méthodes agressives ou susceptibles de réaliser des déficits dans le système nerveux, un nouveau courant s'est développé en psychiatrie visant à obtenir l'effet non seulement sédatif mais régulateur par des substances chimiques appropriées.

Ce courant pharmacologique a présenté de nombreux précurseurs. C'est surtout Moreau de Tours qui au milieu du Dix neuvième siècle, après ses études sur le HASCHICH, et ensuite sur une série de substances, notamment le protoxyde d'Azote, les sédatifs divers, l'opium, l'Alcool, ect..., a développé l'idée de modifications psychologiques déterminées par les substances chimiques. Moreau de la Tours a été ainsi après la conception chimiques des PSYCHOSES et ainsi a mentionné en premier avec Mlle Pascal, les dissociations psychiques sur le soi et le paraitre. Mais il a encore utilisé diverses substances chimiques non seulement pour déterminer des "troubles psychologiques expérimentaux" mais pour encore plus pour explorer la psychologie profonde. Ainsi Moreau de Tours a été le précurseur de la narcoanalyse et le promoteur des thérapeutiques chimiques. Ainsi et mais, cette conception chimique pharmacologique a été longue à ce développer. Dans la Ligne de Moreau, Les beaux travaux de Mlle Pascal et de ses élèves sur les substances psychotropes et l'exploration pharmacologique de la psychologie des éléments précoces puis de Claude, Borel et Robin avec l'éthérisation prolongé par Claude et Baruk sur le somnifères...

Et puis dans cette clarté une part d'ombre sur le soi, la conscience de souffrance, la naissance et le développement de la catatonie expérimentale et de la psychiatrie expérimentale chez les animaux par De Jong et H.Baruk, devait apporter dés 1930 une démonstration objectives des causes toxiques des maladies mentales, et des "applications thérapeutiques" antitoxiques (psychoses colibacillaires de H.Baruk, psychoses hyper-folliculiniques, ect,) et a donc ouvert dans ses travaux du 19iéme siècle qui ressemble sur bien des aspects sur des études antiques Égyptiennes et Romaines élaborés sur l'analyse mortuaire et Momification donc moins soumise à la torture de patients vivants tels que des animaux et être humains, élaborés sur l'hygiène de vie du Vivant et qui par la suite d'une mort à définir aurait pu éviter la souffrance engendrer par ce docteur H.Baruk, Ces études primaires permettent l'entrer dans le champs de la Psychopharmacologie.

Comme en tout temps et malgré le fait que nous soyons aux vingt et unième siècles, la découvertes de nouvelles substances "psychotropes" a renouvelé la thérapeutique psychiatrique en particulier dans le domaine des substances dites "neuroleptiques"; sans une réelle surveillance accru de la part de secouristes devant l'investissement des grands laboratoires voir de personnes physiques de l'aspect morale de l’État et de la société.

Se rappeler des sujets comme la découverte de l'évidence des troubles sympathiques en pathologie, rôle souligné par Laignel-Lavastine, par Tinel et Santenoise... Le phénomène de Reilly et les antihistaminiques des synthèses.... Les travaux de Bovet dans les laboratoires de Fourneau à Paris et poursuivi en Italie à l'institut supérieur de la santé à Rome.

Ecrit de
TAY
La chouette effraie sur les études de
Henry Baruk publié par Presses Universitaires de France

----------------------------------------------

Romain Gary nous a particulièrement émus dans une lettre où il suppliait Christel de l'aimer, même un peu... Au contraire, Musset a prouvé qu'il était possible de rester fier et élégant malgré la douleur en faisant ses adieux à la célèbre George Sand. Apollinaire nous a émoustillé les sens dans une lettre à Lou alliant douleur et jouissance ; tandis que la domination exercée par Wanda sur Leopold von Sacher-Masoch nous captivait. Enfin, les mots de Jean Cocteau pour son amant Jean Marais nous ont apaisé l'âme et l'esprit...

Lettre de Romain Gary à Christel
“ Aime-moi, veux-tu ? Un tout petit peu.

Romain Gary (21 mai 1914 – 2 décembre 1980), aussi connu sous son nom de naissance Roman Kacew ou sous son nom d’emprunt Émile Ajar avec lequel il signe un grand nombre de ses oeuvres, est un auteur et diplomate français très influent du XXe siècle. En juillet 1937, il rencontre Christel Söderlund, journaliste suédoise avec qui il entretient un passion dévorante mais de courte durée. En effet, épouse et mère de famille, elle le quitte et retourne en Suède. Voici ses mots.

6 septembre 1937

Nice 6. IX. 37

Christel, ma lointaine, ton petit cheval est ravissant et il restera toujours sur mon bureau, à côté de ta photo.

Et « Gösta Berling » sera toujours mon livre de chevet. Et tes yeux sont ce qu’il y a de plus bleu sur terre et tes cheveux sont plus blonds que ceux de Gösta.

Je ne peux pas les oublier, petite Christel. Je ne peux rien oublier. Aime-moi, veux-tu ? Un tout petit peu. En tout cas, mens-moi. Dis-moi que tu m’aimes. Même si ce n’est pas vrai.

Il est une heure du matin. Je viens de me baigner. Je suis rentré dans l’eau là où… tu sais où. J’ai nagé loin, très loin. J’ai eu peur. Et je pensais à toi, tout le temps. Puis je suis allé boire une fine dans ce petit bistro… tu sais, là où tu as dit « oui ».

Maintenant je suis fatigué. J’ai le cafard. Ich will so, aber so in deinen Armen jetzt sein, weisst du ! Aber nein, du weisst nicht. Du kannst nicht wissen. Dieser Brief wird ein Liebebrief sein. Du willst das nicht, ich weiss… Du liebst mich nicht, ich weiss. Wie kannst du mich lieben ? Drei Tage… Du kennst doch mich überhaupt nicht !

En ce moment, tiens, j’ai envie de me saouler la gueule ! J’écrirai, cette nuit. Je vais continuer un roman policier que je dois livrer en décembre. J’ai déjà tué trois personnes. Avec l’argent – deux mille francs – j’irai à Stockholm. Si tu permets… Ou plutôt non, je n’irai pas à Stockholm, j’irai à Christel. Si Christel permet… J’habiterai 14 Blasieholmsborg.

Es-tu libre à Noël ? Est-ce que je peux venir le 23 décembre ? Ou plus tôt ? Ou plus tard ? Ou pas du tout ? Écris-moi. Je t’aime, petite-fille, tu sais ?

Romain Kacew

Il fait trop chaud. Je ne peux pas dormir. Je vais prendre un canot à la Grande Bleue et je vais passer la nuit en mer.

--------------------------------------------------------------------

Le Rosaire récité en commun est bien plus terrible au démon

Le Rosaire récité en commun est bien plus terrible au démon, puisqu'on fait, par ce moyen, un corps d'armée pour l'attaquer. Il triomphe quelquefois fort facilement de la prière d'un particulier, mais, si elle est unie à celle des autres, il n'en peut venir à bout que difficilement.

Il est aisé de rompre une houssine toute seule ; mais si vous l'unissez à plusieurs autres et en faites un faisceau, on ne peut plus la rompre. Vis unita fit fortior. Les soldats s'assemblent en corps d'armée pour battre leurs ennemis ; les méchants s'assemblent souvent pour faire leurs débauches et leurs danses ; les démons même s'assemblent pour nous perdre.

Pourquoi donc les chrétiens ne s'assembleraient-ils pas pour avoir la compagnie de Jésus-Christ, pour apaiser la colère de Dieu, pour attirer sa grâce et sa miséricorde, et pour vaincre et terrasser plus puissamment les démons ?
Saint Louis Marie Grignion de Montfort
Dans Le secret admirable du T. S. Rosaire, 46e Rose
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
yanis la chouette



Nombre de messages : 4322
Localisation : http://yanis.tignard.free.fr
Date d'inscription : 12/11/2005

MessageSujet: Re: Adoption et Y'becca   Mer 2 Nov à 10:37

Chapitre 2 : la douleur du réalisme dans la réalité du sang.


Alors, ce débat pourrait être éternel si il n’y avait pas les choses courantes : Les êtres semblent donner la volonté de rassembler leurs idées autour d’une volupté… aucunes ne semblent être commune malgré leur nombre limité. Ainsi le corps n’est pas un outil pour le crime ; dans le mille, cette prostitution est sujette à la torture, à la vente et au marketing. Nous le savons, vous le savez ! Le média est bien plus qu’un outil de télécommunication ! C’est le monde secret des réponses autour de cette illusion qu’être devenu bien plus qu’une ombre à la solde de « pions ignorants » ignorant les parfums secrets des reines et de leurs agents… Dans la volonté, il y a deux forces : L’électrique et le cerveau.



Ainsi, bien plus qu’une apparence ! J’ai aperçut l’intérêt de cette certitude : Politiquement, il n’y a pas de taupes ! Des mouchards, hum… Bien plus, c’est l’espionnage ! Un monde où la mort est un camouflet au même titre que la personnalité : Des traînées de pétrole s’échappant du « prestige ». Ainsi, la nature de l’Homme n’est pas de prévenir sur les coups que peuvent recevoir ses femmes devenues des filles de joie. Il y a-t-il un intérêt à les fréquenter ou alors, juste pour leur donner des cours de tuyauterie. Les mouchards sont plus efficace de l’espace, chaque puissance possédant son propre satellite d’observation ; Le scientifique est le fou et le géographe devint le cavalier d’un vaste échiquier : La géopolitique en est toujours à ce coût que procure un tournoi de joueurs. On peut parler des gènes mais il y a le goût du physique. Bien que les problèmes ne soient plus ; car en amour comme en sciences, on fait à cet appel de données. Etre devenu au cœur de l’information. Pourtant, l’éprouvette a enrayé la peste ou d’autres maladies : C’est logique, l’éprouvette a donné l’existence à l’embryon auprès de l’ovaire. Le mythe d’un homme et d’une servante qui donne à une femme d’être une mère. La science a écartelé la jalousie des hommes et des femmes pour laisser place à ce fait : Guérir. C’est noble mais tel est le terrible. Une petite mouette volant sur l’onde criant et jouant à travers l’espace. Découvrir notre chaînon s’est ici ; le danger s’est là-bas. Cette information n’est pas liés à l’érection ; ainsi il existe le secret médicale pour le bien de l’individu : L’amour et le travail sont deux horloges. J’ai eu peur de ne pas y parvenir ; peur d’être timide. Mais, j’ai eu la violence sur moi-même, et comme beaucoup, je l’ai attribué à la claustrophobie. Mais, j’avais conscience du mal. Pour ne pas craquer être simple, et là de vieilles légendes, me sont revenu : J’ai hait l’homme mais pas ces livres. Je n’étais pas sociable car j’avais honte. Ainsi si, la philosophie s’est greffée à l’amour, au désir et au sexe ; Les mathématiques et la biologie ont conçu ce fait sur les résultats de la molécule physique, les atomes et de l’observation de l’astronomie : Les géopolitiques, L’espace et l’histoire. La vie est au sein d’un infiniment grand et d’une minuscule électrique : Le ciel et l’espace. L’histoire du petit s’implose au sein d’une ligne dans le fait que la gravité est le déclencheur de l’arc électrique. La hauteur donne des indications sur le volume et la masse.


La tempête n’a rien laissé que son propre spectre : Mais quelle soit électrique ou matière ; elle est avec la gravité et la formation du ciel céleste. La ligne du néant donne un parallèle avec le temps pour le vide. Les scientifiques confondent la cellule et le centres d’où ces interminables réunions sur la créativité de l’univers. Ainsi ce parallèle est donné par l’étendu et les différentes sources de luminosité sont définies sur le fait de l’étendue : La réalité du présent et qui fixe le temps comme un point.
Au loin, mes oreilles entendent le chant d’une réalité d’une femme. je sors de mon écriture pour aller rejoindre cette femme. Il me semble que le monde évolue à travers son espérance. La sensualité de sa voix me guide vers elle et je m’assoie pour entendre une nouvelle… Et alors elle se met à chanter :

« Le marron va sortir de l’enclume, perdre une femme pour lui ? Comment se regarder dans une glace ! Mais que dire qu’il s’agit aux pluriels. Et dans cette terreur je fus seul. Ce furent des guerriers pour la plupart des bannis, ceux qui avaient des larmes. Nous étions aux postes peut être un peu trop tôt peut-être avant l’heure pour certains. Le marron va sortir de l’enclume. Mourir pour lui. Comment ne pas se regarder dans une glace. Et dans cette terreur, nous fumes seuls. Et les femmes ne s’en souciaient car dansant ; et les autres flattant l’esprit de leurs pieds. Quelles musiques… ! ». Puis, elle a cessé de chanter et fixe ses auditeurs :

« Vous souvenez vous de l’homme. De celui qui pense pour donner. Vous Souvenez vous de Georges Orwell et de sa République aux animaux… ? ». Elle nous regarda. Je croyais voir la réalité et j’avais l’impression même du réel : Elle nous posait une question. Par le sens de l’Homme, je me devais de lui dire que Oui. J’ai levé le bras… Elle l’a vu et me demande :

« Qui es-tu jeune Homme… »
« Un républicain et un Humaniste,… »
Elle me dévisage et dit devant la foule…
« Encore n’aurait il fallut que tu me donnes un prénom ».
La foule rie et dit :
« Elle va le grignoter… »

La femme, au chant, s’approche de moi et me conduit vers sa scène :

« Tu es jeune… Et tu connais alors l’âme animale. »
« Ah, Platon… Il y a le dessus mais en terme de réalité : je vous réponds que Aristote n’est pas Socrate ». Une fois de plus, elle me dévisage et me pointe avec son index. Puis elle lève l’index vers le public et lui dit :
« Cherches-tu une réponse, Jeune homme. »
« Non, … »
« Comment peux-tu avoir cette audace. En chacun, il y a une audace et une réponse. En chacun, une femme peut renier ses enfants pour un amant ou un homme peut renié une femme pour une maîtresse ». Je la regarde et puis je me tourne vers le public pour réciter ces mots :

« Amour et Cœur.

Que la nuit soit bleue
Et qu’elle résonne en mieux ;
Que sa raison porte le pieu
Afin qu’elle conduise au lieu.


Des étoiles traversent mes yeux,
Mais, le chagrin me ramène vers eux.
Souffle vers les nuages, éteint le feu
Afin de dire et de crier vers les valeureux.



Tant l’espérance qu’elle porta Chagrin,
Voilà la juste réalité de mon Destin.
Conduire ce char qui produit la perte
Que je crois, la vie a en perdre.


Irrégularité du mouvement, là.
Voilà le déplacement du périhélie, ici…
De ce destin de signe, mon cœur est las ;
D’ailleurs y ai-je cru un jour, ailleurs ou ici.


Terreur survit dans l’alcool, je ferme.
Et pour personne, je ne criai même,
Si je pouvais l’avoir : Je me tais.
Car si lointain, le temps où je décidais ».

Elle avait écouter mes mots et la chanteuse avait ressentis un double sentiment : De la pudeur et son courage. Elle avait entendu mes mots et tout comme elle, j’avais été trahi par un homme et une femme. Je voulais partir de cette situation et pourtant, le public trouvait son plaisir de pouvoir juger les comédiens. Je ne l’ai jamais revu mais elle est une Femme. Lors de mes tournées et de ma réalité, j’ai rencontré des maîtresses mais aucune n’avait la portée et la grossesse de cette comédienne.

Ainsi revenu vers mon stylo, je me mets à écrire ces mots vers la Réalité. Dérangeant. L’esprit se colle dans une situation où les mélanges révèle mon sang.

N’est ce pas dans un marais, dans une cour ou bien dans une invention, le concept de Concentration est lié à deux phénomènes. Ainsi, le bruit est dans une définition de l’étrange. L’être humain pense à voix hautes. Ainsi prétendre que l’homme s’ennui par ce phénomène. Tout serai vraiment simple, les situations sont beaucoup plus insolite dans la vie de tous les Jours. Ainsi ouvert le sujet que traite les photos. La photo s’est basé sur le caprice des uns et Des autres. Plus que des détails, il s’agissait de montrer ce lien universel qu’est la survie. Ses travaux sont pour notre bien être et sur le fait de voyager : Comment voyager avec la Claustrophobie en soi. Ses photos peuvent répondre à ses questions, il y a des outils autour de Nous. Toulouse et sa région me font penser à Verlaine et à Rimbaud ; alors que pendant ce Temps le peintre Matisse lui est entrain de porter ces messages vers l’espérance. Ces poètes ne
Sont ni faible et ont fuie devant les policiers. Matisse lui se présente comme le contemporain
De son siècle : Sans bruit et sans odeur. La gauche s’est Verlaine, la droite s’est Rimbaud : Mais, vraiment la peinture n’est pas une guerre, il s’agit du tout premier partage tout comme La sculpture. La vitrine s’est celle que vous désiriez à vos plus profonds soupirs : montrez la Réalité de vos rapports de lutte et de haine. Certains élèvent des murs pour se préparer au Siège. Je dois dire messieurs les anglais qu’il nous reste l’avantage. Nous sommes humilié devant le fait que d’autres n’ont pas eu le même égard. O paris, tu recommences ta drôle de Guerre. Cette femme qui est encore une enfant. Les polonais ont des raisons de glorifier leurs cavaliers et leurs aviateurs. Sans eux, quelle trahison ; sans les anglais et les américains nous serions un drôle d’état ; les couleurs des gendarmes seraient autres. Tout, vous énervez même les américains alors que si on peut incendier un politique : Les élus sont ainsi. Je vous salue chers avocats ; la sécurité social est une garantie pour les policiers, les pompiers et les Infirmières. La réalité de la santé est commune à tous les hommes et la mort n’est pas aussi cruelle que la souffrance : Comment donner un plaisir à lui et pas à l’autre ; pour moi l’amour est animal et pure mais la plupart des femmes que j’ai rencontré ont choisi l’argent au plaisir, la Situation à la Réalité. Voilà un parfait exemple du malheur humain qui engendre l’injustice dans l’humanisme du sexe… Dans la citée, il y a des crimes sexuelles provoqué par le cruel et l’orgueil de la personne : Qu’elle soit féminine ou masculine. Et, cela doit être puni et châtié par la justice de l’Homme et du Divin…

Dans une ville, il y en a plusieurs figurants au cœur même d’un plan de ville. Car, il s’agit bien du terme géographique et naturellement singulier et familier. Un argot de naissance qui pousse sur la matière même de l’environnement : singulier et assassin.

Le quartier est il un synonyme de la citée ou deux caractères distinct et parallèle selon certain point de vue. Le latin les considère comme deux caractères propre et parallèle.
Pourtant argotiquement selon le sens propre de leurs racines, ils sont synonymes et communs…


Une contradiction de la pensée humaine ou une lutte contre le phénomène de race et de classes. Il existe des réponses mais la situation géographique est privilégiée. Celui de vouloir s’en expatrier selon le sens d’une volonté : Mais certain ne revienne jamais. C’est fait et c’est juste une question. Le relationnel et l’ambition montre le paradoxe de société que possède les personnages de la citée. Des sociétés industrielles s’y implantent pour des raisons de terrains
. Les personnages jouent sur le rapport de l’affectif : acheter une bêtise comme souvenir. Mais il jouit d’une véritable fortune. Dans l’argot, il n’y a pas d’homme ; on remarque les seuils des familles artistiques, industrielles et révolutionnaires.

Ainsi, une fatigue s’empara de la réalité de ma pensée… Le sommeil et le rêve prenait le pas sur mon travail. Le vent hurlait sur ma fenêtre et pourtant, j’avais besoin de repos. Le réel de mon esprit cherchait une couverture dans le rêve. Une forme fantasme m’unie au rêve et au sommeil ou est se un besoin naturel plus grand que l’amour. Je dirai que les deux phénomènes sont liés et pourtant parallèle : Un point centrale bien plus important que la situation et qui est lié au phénomène du paranormal hasard ; il s’agit de la vie. Un moment de création m’amène
à dire une éthique sur la situation de l’Homme : « De jeunes gens émergent très tôt dans l’aspect du religieux dans le Commonwealth, L’Afrique, L’Amérique et L’Asie. Ainsi, ces jeunes gens se retrouvent sur l’aspect d’une création lié à l’ordre auquel il appartient. Ils sont là bien plus que pour convertir, ils sont là pour amener la bonne parole vers le sacrifice. Ces convictions sont dues au fait à deux phénomènes liés au fait des choses du détachement de l’esprit sur le corps pour permettre à la raison d’oublier la souffrance due au fait d’apporter une éducation qu’elle soit vulgaire et réel.

Ainsi, l’homme ne peut apporter qu’un aspect des choses de l’événement sans pour autan donner réponse à l’adepte et au citoyen. Un doux parfum lié au mélange pourrait permettre pour certaines Loges, Sectes ou Démons une part de réponse pour permettre l’avènement de leur statut. Aucune forme d’intelligence ne peut exister au sein même de son travail, des douleurs dû au fait d’apporter un équilibre à son couple : Car dans cette forme de fanatisme, c’est l’épouse qui se révèle aussi meurtrière de son enfant que puisse l’être son mari qui lui aussi est composant et composé de cet armée de la raison et de l’âme : Le fantasme n’est pas une prohibition, l’épouse n’est plus une femme. Il ne faut pas vivre cela comme un engrenage.
Mais, la trahison est tout comme l’amour, un acte de présence de la vie humaine.

Mais pour le dictateur, c’est la faim qui l’intéresse mais pas le peuple. La pomme de terre a sauvé beaucoup de monde, sans elle, la sécurité sociale serait moins humaine : La pomme de terre devrai être inclus dans le service public et de santé. Cette loi s’appliquera dans l’espace et sur la lune. L’importance est que cela devra être soumis aux parlements d’état et de région.
Le droit de grève n’est pas remis en cause ; dans l’espace, il faut se faire entendre : L’homme applique la loi dans l’écoute du peuple et des tributs qui peuple son existence et ses villes. Mais, le clergé n’est pas coupable et innocent et il doit accepter le fait d’être un acteur et de plus d’avoir joué des coudes et des responsabilités. Cela doit cesser dans la république et je pense que juger la retraite par l’abandon : Et bien, il y a crime si il s’agit bien de celui qui a car l’usurpateur d’autrefois doit être jugé et pas assassiner. Car, la femme de l’autre n’était plus à ses yeux, et il n’est plus le seul.

Le clergé a toujours dit que celui qui parle au souhait d’être jugé deviendra à l’image de ce qu’il est réellement au plus secret de lui-même : Cette phrase est Yanis.
L’anarchiste qui crache sur son dieu ne l’est plus : il est autoritaire et affectueux et on peut critiquer l’homme et ses crimes. Cette phrase est de Yanis.
La femme ne l’est plus quand le père disparaît : Dote ou vote. Je maudirai celui qui parlera de ma fille comme d’un jouet. Je bénirai et je chérirais les enfants de mes fils et de mes filles. Je serai clément devant la situation mais mon fils, l’homme n’est pas une femme. Reconnais les tiens et ne sépare pas ta femme de ses parents. Dieu, l’éternel le veut ainsi. Soit gardien et veille sur le grenier qui est l’avenir de l’homme et de chacun. Ses mots sont là pour donner vie à cette justice de l’eau qu’il a promis aux tributs des fils d’Abraham. La loi basée sur la loi de la transpiration et des soins du sang. Je ne veut pas polémiquer mais l’alcool au volant est tout comme une simple étourderie qui provoque le fait de tuer : Cela n’est pas un faible mot mais durant la guerre frères de la terre et des pèlerinages qui s’en soucis. L’Inde est un mystère et le Pakistan est un verrou. Je souhaite que les chypriotes disent oui au référendum pour permettre à des frères séparés depuis tant d’années de refaire naître l’espoir de dire que la justice de l’eau se fera sans attentat. On doit respecter la solitude et le fait de devoir s’adresser aux sciences, aux prophètes et à l’éternel ». Le sort décida autrement mais le courage ne quitta pas mes veines : La République de l’olivier et la justice de l’eau vont harmoniser le monde contre les Tyrans et les milices.

Je ne pourrai lutter plus longtemps contre ma fatigue et ce qui sera écrit et qui constituera la suite de ces mots dans ce livre viendra du Demain : Alpha et Omega, ainsi est l’éternel.

Je me lève à cinq heures du matin pour aller travailler à Ramonville saint Agne, je parle des républiques d’Israël et de la Palestine. Je parle de l’Iran et de ses maudites caricatures. La peur se lit dans les yeux mais leurs cœurs sont armés de courage et de volonté. Ils expriment mal leur volonté mais aucun d’entre eux ne refusent le destin qui leur tend les mains… C’est qu’en principe, la loi orale devait se transmettre exclusivement de bouche à oreille : La loi orale est, Torah Chébeal Pé, la loi de la bouche… Ainsi, j’ai appris que le Talmud de Jérusalem a de tout temps été considéré comme inférieur à son homologue babylonien. Moins souvent recopié, il a été négligé par les grands commentateurs. Sa première édition imprimée fût l’œuvre de Bomberg (ou Bamberg) en 1524 à Venise, à partir d’un unique manuscrit (celui de Leyde, aujourd’hui conservé à la bibliothèque de cette ville). Une autre édition, apparemment fondée sur plusieurs manuscrits, vit le jour à Amsterdam, Ville natal de Spinoza et de son éthique. Au dix-neuvième siècle, le talmud de Jérusalem fut également publié à Jitomir et à Vilna par les soins dans cette ville de la famille Rom. Mais, on peut dire que d’une façon générale, les éditions du talmud de Jérusalem ont été si peu nombreuse parce que les savants qui travaillaient sur elle : Et que ces éditions posaient un lourd et grave problème.
Nous n’en possédons actuellement qu’une trentaine. On prétend et on affirme qu’elles ne peuvent se mesurer à celles du talmud de Babylone, tant dans leur précision que dans la qualité de leurs commentaires : Le rabbin Adin Steinsalltz prétends même que le Talmud de Jérusalem attends son rédempteur.

Voilà un lourd fardeau, il est immense mais je dirai se proverbe Français et Anglais : « Si les paroles s’envolent, les écrits demeurent ». Un premier aspect de notre réalité montre que les enfants d’Abraham se déchirent entre Frère et fils tel Horus et Seth, les égyptiens. Les sages savent la certitude de la loi orale, c'est-à-dire la Michnah et qui donne aux talmuds leurs caractères uniques et sacrés… Je ne suis pas raciste et ne considère aucun homme comme inférieur : Le coran est un Talmud arabe et islamique. Je sors de cette affirmation et je reviens vers le Midrach ainsi nous pourrions tous le devenir : enfants de Dieu. Ainsi il y a un aspect du vouloir et de la rédemption sans renier la femme qui est la votre et qui êtes sien à ses yeux.
Il fallait plus d’une génération pour mener cette œuvre à terme. Mais, la volonté d’un Homme surpasse les égarements de la Haine… Je pense toujours et encore à cette république de l’olivier, ami et fraternelle vers la République du Cèdre ou le Liban. Bien plus qu’un rêve, il s’agit d’une volonté qui pousse cette idée à devenir la réalité de l’Homme.

Bien sur je me soumettrai à cela, et mes compagnons de travail vous le diront : « Il connaît la loi. Un modèle élémentaire relativement simple sert de base pour l’examen et permet de tirer des déductions ou de vérifier si l’on n’est pas éloigné de la question fondamentale en s’égarant, par une abstraction de la pensée et de la réflexion, vers des problèmes obscurs.
Alors oui bien sur, mais par Jérusalem ; il n’est pas arabe et juif… C’est un français catholique. La faiblesse de toutes pensées, mais on sort de son sujet, abstraite, athée ou croyante repose sur le fait qu’elle a crée constamment de nouveaux mots et nouveaux concepts. C’est pourquoi, nous ne trouverons jamais de termes abstraits dans le talmud de Babylone. Attention, comme ceux-ci ne peuvent être définis qu’en faisant appel à des termes également abstrait, on ne peut jamais savoir s’ils sont totalement éloigné du sujet ou s’ils ont encore un sens concernant le problème traité. Il fait son travail, aime rire avec l’un et l’autre mais il ne rapporte pas les faits : il applique une loi… Mais, son rire prouve qu’il n’est pas un bavard ou un rapporteur, on le surnomme la chouette : Aussi grinçant qu’une porte de justice ;
Il est soumis aux lois naturelles et de la mort ».

Après avoir effectué l’œuvre de mon travail, je monte en salle de pause où je déjeune avec mes compagnons de travail. Malgré le présent, tout le passé résonne en mon cœur, nous partageons le café et le rire. C’est l’orgueil et la jalousie qui trahisse l’amitié. La présence est une démonstration qui révèle encore une ardente recherche de vérité. On tente souvent, lorsque nous détenons le pouvoir, de parvenir à des degrés de certitudes, qui ne peuvent en général être atteint qu’en Mathématiques : On raconte qu’un sage fit un jour une remarque qui révélait du mépris pour une méthode halakhique totalement rejetée. Après qu’on eut exposé la logique interne de la méthode, il se rendit sur les tombes de ses auteurs pour leur demander de lui pardonner de les avoir offensées. Les Sages ou le travail ne se contentent pas et ne se bornent pas à prouver par la méthode la plus simple qu’une explication est raisonnable ou hautement probable.

Après un bon café, je dois quitter mon travail : Je dois aller écrire comme le sommeil me réclame. Je brûle d’écrire. Je me rappelle du passé où est le présent de la réalité… ?

Dans la voiture, je pense mais devant le papier, qui va l’emporter : Quelle réalité va prendre mouvement dans le mécanisme de la Situation… ?

Oui… Tout comme la femme, je glisse de la situation vers la Réalité. Il y a une douleur qui abrite mon corps mais l’esprit est tout comme le masculin enfin presque : Une femme masque la fièvre de sa pensée et elle incarne la volupté de la résistance humaine. Je pense alors à deux grands amis : Antoine et Sylvie.

Elle s’efforce de prouver la validité de ses conclusions ; chère Sylvie, je pense à lui : Sans que puisse planer l’ombre d’un doute et sans que puisse subsister aucune autre possibilité d’explication. Pourtant, Sylvie, lorsque un rabbin a proposé une œuvre et preuve raisonnable et bien, un autre sage (voir le rabbin lui-même) va se mettre à rechercher une autre solution possible au même problème : Et, alors le rabbin doit devenir philosophe ; et si le philosophe doit mourir ; pour être compréhensif il devra être un poète ou sinon il sera soumis à une critique de la Réalité Absolue car il aura plongé dans la fatigue ou l’orgueil.

J’oubli le temps et m’évalue au choc : Nous sommes dans l’ère de la Distance. Et pourtant, une forme apparaît dans le contraire de l’homme. Il a des distances et c’est alors qu’apparaît le phénomène de vitesse. Le mouvement est en mesure de pieds, de pouce ou de kilomètres.
Ainsi on ne peut être critique que de soi-même ; celui qui croira lire cela en mes mots ; et bien il m’a très mal lu : Il y a un phénomène universitaire mais en aucun cas on ne doit mélanger la recherche de vérité à l’orgueil… La vérité de l’homme peut se tromper mais l’orgueil de l’Homme peut tricher : La justice n’est pas une boule de cristal ; et la boule de cristal n’est qu’un futur superflue…

(A suivre) Le 2 Juillet 2008


Ecrit de
TAY
La chouette effraie

_________________
Kounak le chat....
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.atelier-yannistignard.com
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Adoption et Y'becca   Aujourd'hui à 0:57

Revenir en haut Aller en bas
 
Adoption et Y'becca
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Adoption et kafala
» Adoption animaux
» Besoin de votre avis : latidoll adoption center/ paypal
» [Généa] - Né sous X et adoption
» Italienne d'adoption

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
La.cinquieme.République :: La.cinquieme.République-
Sauter vers: