La.cinquieme.République

De la politique pure et affaires étrangeres
 
AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  MembresMembres  GroupesGroupes  Connexion  

Partagez | 
 

 John Forbes Nash Jr, TAY et Y'becca

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : 1, 2  Suivant
AuteurMessage
yanis la chouette



Nombre de messages : 4322
Localisation : http://yanis.tignard.free.fr
Date d'inscription : 12/11/2005

MessageSujet: John Forbes Nash Jr, TAY et Y'becca   Mer 5 Oct à 10:07

Les 4-5 Octobre 2016

Charte de l'Atlantique meteorologist Henry Piddington (1797-1858) :1848, (present participle of kykloûn to revolve, kýklos. Aide Cyclone TAY

https://twitter.com/TIGNARDYANIS et https://twitter.com/kounaklechat

Benoist Apparu à Toulouse au Evangelina, Homme agréable et limpide dans ces propos. Éloquence devant un auditoire toulousain bien sec trempé

Pont saint Michel. Le Soleil se couche et les klaxons se font entendre. Des kayaks finissait leurs promenades et le cours dillon se fait nu

Une voiture de police dans l'espace du pont saint Michel. Mouettes et Corbeaux laissent place aux chouettes et cracheurs de feu. Toulouse.

@pierreesplugas @benoistapparu_avecjuppe je vous présente mes excuses pour mon retard. Le logement et le cout de vie. Les subventions. Oui.

@benoistapparu @alainjuppe @toulousebs Il y a un vent de silence comme une peur inappropriée dans le Coeur de certains dans notre parti.TAY

@brigittebareges Cette pétition est un ras le bol mais une impuissance exécutive et législative qui paralyse la justice et la vie citoyenne

@brigittebareges Certains savent se servir du droit et du fusil chez les autres. La peur ne peut être refuge de la forme possessive du bien

[#RevueDePresse] Lancement de la traditionnelle Opération "Brioches" de La Chrysalide #Marseille

@valerieboyer13 Vous plaidez avant que les médias ne souligne les drames et les affluts. J'admire votre pudeur Syrienne du drame. Respect

@valerieboyer13 vous agissez par ce que vous dicte vos actes, votre courage et votre volonté. Vous êtes une figure de coeur du sénat. Ainsi

Agence Spatiale Européenne et Bonnes Volontés sur un Odyssée à venir: Ulysse et Circée. TAY
- NASA TV Coverage Set for Orbital ATK Resupply Mission to Space Station
http://www.nasa.gov/press-release/nasa-tv-coverage-set-for-orbital-atk-resupply-mission-to-space-station-0

Orbital ATK's Cygnus spacecraft arrived at the Horizontal Integration Facility at NASA's Wallops Flight Facility in Virginia for mating with the Antares rocket in preparation for its Oct. 13, 2016 launch. Dubbed the S.S. Alan Poindexter, in tribute to a space shuttle veteran, this Cygnus spacecraft will carry about 5,100 pounds of cargo to the International Space Station.
Credits: NASA

NASA commercial cargo provider Orbital ATK is scheduled to launch its sixth mission to the International Space Station at 9:13 p.m. EDT Thursday, Oct. 13. Live launch coverage will begin at 8:15 p.m. on NASA Television and the agency’s website.

NASA TV also will air two prelaunch broadcasts Wednesday, Oct. 12. At 1 p.m., scientists and researchers will discuss some of the investigations to be delivered to the station, and at 3 p.m. mission managers will provide an overview and status of launch operations. The briefings also will be streamed live on the agency’s website.

Cygnus will launch on Orbital ATK’s upgraded Antares 230 rocket from Pad 0A of Virginia Space’s Mid-Atlantic Regional Spaceport, located at NASA’s Wallops Flight Facility in Virginia. Coverage of the spacecraft’s solar array deployment will begin at 10:30 p.m., and a post-launch briefing from the launch site will begin approximately two hours after launch.

Under the agency’s Commercial Resupply Services contract, Cygnus will carry to the space station more than 5,100 pounds of science and research in support of dozens of research investigations, as well as crew supplies and hardware.

The new experiments will include an investigation that looks at fuels that burn very hot at first, and then appear to go out, but actually continue to burn at a much lower temperature with no visible flames. A second planned large-scale fire inside Cygnus will be ignited after it leaves the space station to help researchers understand how fire grows in microgravity and design safeguards for future space missions. Cygnus also is carrying a new station research facility that will enable a new class of research experiments by allowing precise control of motion in the microgravity environment aboard the station.

The spacecraft will arrive at the station on Sunday, Oct. 16. Expedition 49 astronauts Kate Rubins of NASA and Takuya Onishi of the Japan Aerospace Exploration Agency will use the space station’s robotic arm to grapple Cygnus about 6:45 a.m. NASA TV coverage of rendezvous and grapple will begin at 5:45 a.m.

After Canadarm2 captures Cygnus, ground commands will be sent to guide the station’s robotic arm as it rotates and attaches the spacecraft to the bottom of the station’s Unity module. Coverage of installation will begin at 8:45 a.m.

Cygnus will remain at the space station until Nov. 18, when the spacecraft will be used to dispose of several tons of trash during its fiery reentry into Earth’s atmosphere, and conduct the spacecraft fire experiment.

This will be the first resupply mission to launch on the upgraded Antares 230 vehicle, and the first launch from Wallops since an Antares rocket and its Cygnus resupply vehicle were lost seconds after liftoff in October 2014. Since the accident, two Cygnus resupply missions launched on United Launch Alliance Atlas 5 rockets to the station from the Cape Canaveral Air Force Station in Florida.

Dubbed the S.S. Alan Poindexter, this Cygnus spacecraft is a tribute to a space shuttle veteran who flew on two missions to the International Space Station, one as a shuttle commander. Poindexter died in an accident in July 2012.

Learn more about Orbital ATK's mission at:

http://www.nasa.gov/orbitalatk

Keep up with the International Space Station, and its research and crews, at:

http://www.nasa.gov/station

Get breaking news, images and features from the station on Instagram and Twitter:

http://instagram.com/iss

and

http://www.twitter.com/Space_Station

-end-

Kathryn Hambleton
Headquarters, Washington
202-358-1100
kathryn.hambleton@nasa.gov

Dan Huot
Johnson Space Center, Houston
281-483-5111
daniel.g.huot@nasa.gov
Last Updated: Oct. 5, 2016
Editor: Karen Northon


- Title Parachute for Mars
Released 04/10/2016 11:40 am
Copyright ESA–S. Muirhead
http://www.esa.int/spaceinimages/Images/2016/10/Parachute_for_Mars
A full-size model of the ExoMars entry, descent and landing module, Schiaparelli, with its parachute deployed was revealed on ESA’s open day last Sunday in the Netherlands.

Weighing 600 kg, Schiaparelli is part of the joint ESA–Roscosmos ExoMars mission that will arrive at the Red Planet on 19 October. It will demonstrate Europe’s technology for a controlled landing on Mars, including the 12 m-diameter parachute.

The landing will take about six minutes, with the canopy deploying at a speed of 1700 km/h. In less than two minutes the parachute will slow the lander down to 240 km/h before being jettisoned at around 1 km above the surface.

Thrusters will then begin firing to control the probe’s speed, with the surface contact cushioned by a crushable structure on the underside of the module.

The module is housed inside the descent capsule in this picture – the rear cover and heatshield are discarded during descent.

Although it is on display, the ExoMars teams need to access the engineering model for diagnostics or checks because it is a replica of the module flying to Mars.

More about ExoMars: esa.int/exomars and exploration.esa.int

More about the Erasmus space exhibition centre.
Id 366332

nauguration du phare des sourires. Très ému et admiratif du travail de @sotteau et ses équipes de @S_a_l_V ! 👍👍👋👋👋👋

Tune in Wednesday, Oct. 5th to see Norah perform one of her new songs from 'Day Breaks' on @FallonTonight! 11:35/10:35c on @NBC

SYRIA - The White Helmets, search for victims amid the rubble of buildings following a gov. forces air strike on Aleppo. By @THAER__MOHAMEED

Antarctica (1983)
https://www.youtube.com/watch?v=2X0lTxOr0Js
The story begins and ends where this true miracle took place. Two Japanese scientists, Ushioda and Ochi, eventually leave Antarctica, only to return to search for the dogs inadvertently marooned there. Japanese with English subtitles. Music by Vangelis.

АСТАНА Обсудили с министром культуры Казахстана планы на 2017-18: театр.гастроли, кинопроизводство, выставки

Сегодня профессиональный праздник у представителей самой гуманной профессии - учителей. С праздником вас! Хороших, любознат-ных учеников вам

Alep : le sourire respire le soupir. Minouska
Алеппо: улыбка дышать вздох. Minouska ou Alep : sourire un soupir. Minouska
Jiro & Taro
https://www.youtube.com/watch?v=JpEqmixZQf8
TAY


cyclone
[sahy-klohn]

Word Origin

See more synonyms on Thesaurus.com
noun
1.
a large-scale, atmospheric wind-and-pressure system characterized by low pressure at its center and by circular wind motion, counterclockwise in the Northern Hemisphere, clockwise in the Southern Hemisphere.
Compare anticyclone, extratropical cyclone, tropical cyclone.
2.
(not in technical use) tornado.
3.
Also called cyclone collector, cyclone separator. Machinery. a device for removing small or powdered solids from air, water, or other gases or liquids by centrifugal force.

term introduced by British meteorologist Henry Piddington (1797-1858) in 1848, perhaps < Greek kyklôn revolving (present participle of kykloûn to revolve, verbal derivative of kýklos; see cycle); apparently confused by Piddington with kýklōma wheel, snake's coil
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.atelier-yannistignard.com
yanis la chouette



Nombre de messages : 4322
Localisation : http://yanis.tignard.free.fr
Date d'inscription : 12/11/2005

MessageSujet: Re: John Forbes Nash Jr, TAY et Y'becca   Mer 5 Oct à 10:08

Charte de l'Atlantique

La Charte de l'Atlantique (ou Charte atlantique), qui reprend et complète le discours des quatre libertés de Franklin Delano Roosevelt, « entreprend de jeter les fondements d'une nouvelle politique internationale »1. Cette déclaration solennelle, faite le 14 août 1941, fait suite à la Conférence de l'Atlantique, du 9 au 12 août 1941, tenue à bord du navire de guerre USS Augusta, dans l'Atlantique, au large de Terre-Neuve, entre le président américain Franklin D. Roosevelt et le premier ministre britannique Winston Churchill.

Citations sur sa non validité

« Personne n'a signé la Charte de l'Atlantique. » Frank D. Roosevelt (conférence de presse, 1944)
« C'était comme la Charte de l'Atlantique - le document n'existait pas, bien que tout le monde en ait été informé. Parmi ses papiers, il [Roosevelt] avait une copie signée par lui-même et par moi, mais aussi étrange que cela soit à dire les deux signatures étaient de sa propre écriture. » Winston Churchill (commentant la conférence de Yalta)
« Comme si la charte de l'Atlantique avait fait des petits. » L. Patry

Notes et références

↑ La Conquête mondiale des droits de l'homme, Le Cherche midi et Unesco, 1998
↑ traduction ONU - http://www.un.org/fr/aboutun/history/atlantic_charter2.shtml [archive]

Voir aussi
Articles connexes

Accords de Bretton Woods (découlant de ces principes)
Autres conférences interalliées de 1941 à 1945
------------------------------------------------------
Document contenant les clauses de la charte.

« Le Président des États-Unis et M. Churchill, Premier Ministre, représentant le Gouvernement de Sa Majesté dans le Royaume-Uni s'étant réunis, croient devoir faire connaître certains principes communs de la politique nationale de leurs pays respectifs sur lesquels ils fondent leurs espoirs d'un avenir meilleur pour le Monde.

Premièrement, leurs pays ne recherchent aucune expansion territoriale ou autre.

Deuxièmement, ils ne désirent voir aucune modification territoriale qui ne soit conforme aux désirs librement exprimés des populations intéressées.

Troisièmement, ils respectent le droit qu'ont tous les peuples de choisir la forme de Gouvernement sous laquelle ils entendent vivre ; et ils désirent voir restituer, à ceux qui en ont été privés par la force, leurs droits souverains.

Quatrièmement, ils s'efforceront, tout en respectant comme il se doit leurs obligations existantes, d'assurer, sur un pied d'égalité, à tous les États, grands et petits, vainqueurs ou vaincus, l'accès et la participation, dans le monde entier, au commerce et aux matières premières indispensables à leur prospérité économique.

Cinquièmement, ils désirent faire en sorte que se réalise, dans le domaine économique, la plus entière collaboration entre toutes les nations, afin d'assurer à toutes de meilleures conditions de travail, le progrès économique et la sécurité sociale.

Sixièmement, une fois définitivement détruite la tyrannie nazie, ils espèrent voir s'établir une paix qui offrira à toutes les nations les moyens de demeurer en sécurité à l'intérieur de leurs propres frontières et qui assurera à tous les êtres humains de tous les pays la possibilité de vivre durant toute leur existence à l'abri de la crainte et du besoin.

Septièmement, une telle paix doit permettre à tous les hommes de parcourir sans entrave les mers et les océans.

Huitièmement, ils sont convaincus que toutes les nations du monde, pour des motifs aussi bien réalistes que spirituels, devront finir par renoncer à l'usage de la violence. Puisqu'à l'avenir aucune paix ne saurait être durable tant que les nations qui menacent ou pourraient menacer de commettre des actes d'agression en dehors de leurs frontières continueront à disposer d'armements terrestres, navals ou aériens, ils sont convaincus qu'en attendant l'institution d'un système permanent de sécurité générale établi sur des bases plus larges, il est essentiel de désarmer ces nations. En outre, ils entendent faciliter et encourager toutes autres mesures pratiques susceptibles d'alléger, pour les peuples pacifiques, le fardeau des armements.»2

Cette déclaration a été communiquée à la presse comme convenu préalablement mais n'a aucune valeur, y compris juridique, n'ayant en réalité été ratifiée par aucun des deux prétendus signataires, comme en atteste l'absence d'une quelconque signature sur les photocopies des documents originaux. Elle s'apparente davantage à un simple communiqué de presse.

La Charte de l'Atlantique servit de base à la Déclaration des Nations unies, signée le 1er janvier 1942 par les représentants de 26 pays en guerre contre l'Allemagne, ainsi qu'à la Charte des Nations unies, signée le 26 juin 1945 à San Francisco.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.atelier-yannistignard.com
yanis la chouette



Nombre de messages : 4322
Localisation : http://yanis.tignard.free.fr
Date d'inscription : 12/11/2005

MessageSujet: Re: John Forbes Nash Jr, TAY et Y'becca   Mer 5 Oct à 10:08

yclazocine
[sahy-klaz-uh-seen, -sin, sahy-kluh-zoh-seen, -sin]

Word Origin

noun, Pharmacology.
1.
a synthetic nonnarcotic and nonaddictive analgesic, C 18 H 25 NO, that blocks the effects of morphine or morphinelike drugs: used to treat heroin or morphine addiction.
Origin of cyclazocine
contraction and alteration of the chemical name
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.atelier-yannistignard.com
yanis la chouette



Nombre de messages : 4322
Localisation : http://yanis.tignard.free.fr
Date d'inscription : 12/11/2005

MessageSujet: Re: John Forbes Nash Jr, TAY et Y'becca   Mer 5 Oct à 10:08

Charte des Nations unies
Charte des Nations unies
Description de cette image, également commentée ci-après

Texte de la version originale de la Charte.
Données clés Type de traité Traité
Adoption 26 juin 1945
Lieu d'adoption San Francisco (Drapeau des États-Unis États-Unis)
Entrée en vigueur 24 octobre 1945
Signataires 193 États membres (en 2015)
Langues Anglais
Arabe
Espagnol
Français
Mandarin
Russe

Wikisource logo Voir le traité sur Wikisource

modifier Consultez la documentation du modèle

La Charte des Nations Unies, parfois appelée Charte de San Francisco, est le traité qui définit les buts et les principes de l'Organisation des Nations unies ainsi que la composition, la mission et les pouvoirs de ses organes exécutifs (le Conseil de sécurité), délibératifs (l'Assemblée générale), judiciaires (la Cour internationale de justice) et administratifs (le Conseil économique et social, le Conseil de tutelle et le Secrétariat général). Elle a été adoptée à la fin de la conférence de San Francisco, le 26 juin 1945.

Histoire
Affiche de 1941 représentant les Nations unies luttant pour la liberté.

La Charte est le fruit d'un long processus, dont les prémices se trouvent dans les divers traités internationaux, notamment en matière de droit de la guerre, de droit maritime et des frontières et de droit international signés à la fin du XIXe et au début du XXe siècle, actant l'échec de la Société des Nations créée en 1919. Elle fait suite à plusieurs traités et déclarations, plus ou moins formels, publiés entre 1941 et 1944 entre les Alliés de la Seconde Guerre mondiale :

Déclaration du palais de Saint-James (juin 1941)
Charte de l'Atlantique (août 1941)
Déclaration des Nations unies (janvier 1942)
Déclaration de Moscou (novembre 1943)
Conférence de Téhéran (décembre 1943)
Conférence de Dumbarton Oaks (Washington, octobre 1944)
Conférence de Yalta (février 1945)

La Conférence de San Francisco, débutée le 25 avril 1945, réunit 850 délégués (plus environ 2 500 conseillers) de 51 États, répartis en 4 commissions et 12 comités techniques chargés de préparer le texte qui serait débattu, à la fin de la Conférence, lors des assemblées plénières. Les deux principaux textes à la base de ces travaux sont ceux des conférences de Durnbarton Oaks et de Yalta.

Ces travaux débouchent sur un texte approuvé en séance plénière le 26 juin et signé par 50 des 51 Nations unies, le dernier membre, la Pologne, n'ayant pas à cette date de gouvernement constitué qui puisse ratifier le texte. Ce texte fut promulgué sous le nom de Charte des Nations unies. La ratification définitive eut lieu le 24 octobre 1945 (commémoré comme Journée des Nations unies), que suivit la création officielle de l'Organisation des Nations unies, le 24 novembre 1945.

Sont ainsi définis les nouveaux principes d'organisation de la société internationale, les différentes institutions de l'ONU (Assemblée générale et Conseil de sécurité), les procédures à suivre en vue du « règlement pacifique des différends » ou « en cas de menace contre la paix, de rupture de la paix, et d'acte d'agression ». La coopération économique et sociale n'est pas absente des actions prévues par la Charte.

L'un des principaux changements par rapport à la précédente Société des Nations (SDN) est l'adoption du principe du vote majoritaire avec un droit de veto accordé aux grandes puissances, membres permanents du Conseil de Sécurité.
La Charte

Le texte intégral de la charte est librement accessible sur le site de l'Organisation des Nations unies1.
Préambule
Préambule de la Charte.

Voici son préambule, daté du 26 juin 1945 :

« Nous, peuples des Nations unies

Résolus

à préserver les générations futures du fléau de la guerre qui deux fois en l’espace d’une vie humaine a infligé à l’humanité d’indicibles souffrances,
à proclamer à nouveau notre foi dans les droits fondamentaux de l’homme, dans la dignité et la valeur de la personne humaine, dans l’égalité de droits des hommes et des femmes, ainsi que des nations, grandes et petites,
à créer les conditions nécessaires au maintien de la justice et du respect des obligations nées des traités et autres sources du droit international,
à favoriser le progrès social et instaurer de meilleures conditions de vie dans une liberté plus grande,

Et à ces fins

à pratiquer la tolérance, à vivre en paix l’un avec l’autre dans un esprit de bon voisinage,
à unir nos forces pour maintenir la paix et la sécurité internationales,
à accepter des principes et instituer des méthodes garantissant qu’il ne sera pas fait usage de la force des armes, sauf dans l’intérêt commun,
à recourir aux institutions internationales pour favoriser le progrès économique et social de tous les peuples,

Avons décidé d’associer nos efforts pour réaliser ces desseins

en conséquence, nos gouvernements respectifs, par l’intermédiaire de leurs représentants, réunis en la ville de San Francisco, et munis de pleins pouvoirs reconnus en bonne et due forme, ont adopté la présente Charte des Nations unies et établissent par les présentes une organisation internationale qui prendra le nom de Nations unies. »

Composition de la Charte

Elle comporte un préambule, 19 chapitres et 111 articles, ainsi qu'une note préliminaire sur les amendements ultérieurs. Les chapitres forment six ensembles :

Les chapitres I à III définissent les buts et principes (Chap. I), le statut des membres et les conditions d'admission à l'Organisation (Chap. II), enfin les organes de l'Organisation et les conditions d'admission de leurs membres;
Les chapitres IV, V, X, XIII, XIV et XV traitent (dans cet ordre) des cinq organes principaux : l'Assemblée générale, le Conseil de sécurité, le Conseil économique et social, le Conseil de tutelle, la Cour internationale de Justice et le Secrétariat. Sauf pour les deux derniers, chacun de ces chapitres est divisé en quatre sous-parties :
Composition
Fonctions et pouvoirs
Vote
Procédure
Les chapitres VI à IX et XI à XII définissent les attributions propres à trois de ces organes :
Chapitres VI à VIII : attributions du Conseil de sécurité
Chapitre IX et X: attributions du Conseil économique et social y compris sur le plein emploi et droits de l'homme
Chapitres XI et XIII : attributions du Conseil de tutelle chargé des territoires sous tutelle des Nations unies (en), concept ayant remplacé les mandats de la SDN. Ces dispositions ont aussi été utilisées par la suite dans le cadre d'administration transitoire de territoires par les Nations unies, par exemple avec la MINUK au Kosovo, créée par la résolution 1244 du Conseil (1999), ou au Timor oriental, avec l'ATNUTO créée au même moment.
Enfin, les chapitres XVI à XIX traitent des questions d'ordre général (Dispositions diverses, chap. XVI; Dispositions transitoires de sécurité, chap. XVII) ou concernant la Charte même (Amendements, chap. XVIII; Ratification et signature, chap. XIX).

Chapitre VII

Le chapitre VII de la Charte (art.39-51), intitulé « Action en cas de menace contre la paix, de rupture de la paix et d'acte d'agression », est celui qui permet notamment l'entrée en guerre, et qui a été utilisé, par exemple, pendant la guerre de Corée.

Les résolutions du Conseil de Sécurité prises sous le chapitre VII sont peut-être ce qui s'approche le plus d'un gouvernement mondial, dans la mesure où elles possèdent une force juridique contraignante. On peut citer, parmi celles-ci, la résolution 1373 adoptée à l'unanimité des membres du Conseil de sécurité le 28 septembre 2001, qui impose à tous les États-membres de l'ONU des modifications de législation, en particulier en ce qui concerne la législation sur le terrorisme, sur l'immigration et le contrôle aux frontières.

En septembre 2008, la Cour de justice des Communautés européennes, dans l'arrêt Kadi et Yusuf, a jugé que l'application des résolutions du Conseil de sécurité par l'Union européenne devait respecter les principes fondamentaux du droit communautaire.

En revanche, la Cour européenne des droits de l'homme s'était déclarée incompétente pour juger d'actes attribués par les demandeurs aux États participant à la KFOR après la fin officielle de la guerre au Kosovo (Behrami c. France et Saramati c. France, Allemagne et Norvège, 2006).
Organes

Ils sont définis dans le chapitre III, article 7, alinéa 1. Il existe six organes principaux :

l'Assemblée générale, dont la fonction est de « discuter toutes questions ou affaires rentrant dans le cadre de la présente Charte ou se rapportant aux pouvoirs et fonctions de l'un quelconque des organes prévus dans la présente Charte, [et de] formuler sur ces questions ou affaires des recommandations aux Membres de l'Organisation des Nations unies, au Conseil de sécurité, ou aux Membres de l'Organisation et au Conseil de sécurité » (art. 10) ;
le Conseil de sécurité, qui a pour fonction première « la responsabilité principale du maintien de la paix et de la sécurité internationale » (art. 24) ;
le Conseil économique et social « peut faire ou provoquer des études et des rapports sur des questions internationales dans les domaines économique, social, de la culture intellectuelle et de l'éducation, de la santé publique et autres domaines connexes et peut adresser des recommandations sur toutes ces questions à l'Assemblée générale, aux Membres de l'Organisation et aux institutions spécialisées intéressées » (art. 62) ;
le Conseil de tutelle « établit un questionnaire portant sur les progrès des habitants de chaque territoire sous tutelle dans les domaines politique, économique et social et dans celui de l'instruction ; l'autorité chargée de l'administration de chaque territoire sous tutelle relevant de la compétence de l'Assemblée générale adresse à celle-ci un rapport annuel fondé sur le questionnaire précité » (art. 88) et a des missions de surveillance des territoires sous tutelle définis dans l'article 88 ;
la Cour internationale de justice « constitue l'organe judiciaire principal des Nations unies. Elle fonctionne conformément à un Statut établi sur la base du Statut de la Cour permanente de Justice internationale » (art. 92) ;
le Secrétariat « agit en cette qualité à toutes les réunions de l'Assemblée générale, du Conseil de sécurité, du Conseil économique et social et du Conseil de tutelle. Il remplit toutes autres fonctions dont il est chargé par ces organes. Il présente à l'Assemblée générale un rapport annuel sur l'activité de l'Organisation » (art. 98) et « peut attirer l'attention du Conseil de sécurité sur toute affaire qui, à son avis, pourrait mettre en danger le maintien de la paix et de la sécurité internationales » (art. 99).

L'article 7, alinéa 2, spécifie en outre :

« Les organes subsidiaires qui se révéleraient nécessaires pourront être créés conformément à la présente Charte »

On peut consulter ici la liste complète des organes de l'ONU qui existent actuellement.

En dehors des points précisés dans la Charte pour les organes principaux, et dans leur ordre de mission pour les organes subsidiaires, chaque organe a la charge de définir son fonctionnement et son règlement intérieur.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.atelier-yannistignard.com
yanis la chouette



Nombre de messages : 4322
Localisation : http://yanis.tignard.free.fr
Date d'inscription : 12/11/2005

MessageSujet: Re: John Forbes Nash Jr, TAY et Y'becca   Mer 5 Oct à 10:09

cycle of indiction

noun
1.
indiction (def 3).
Dictionary.com Unabridged
Based on the Random House Dictionary, © Random House, Inc. 2016.
Cite This Source
Discover our greatest slideshows

8 Offbeat Literary Genres to Get...
Decode the pieces of our favorite...
Know These 9 Commonly Confused...
Uncover the mysteries of the marks...

Browse more topics on our blog

What Is the Difference Between Discreet and Discrete?
Learn the correct uses of these two commonly confused homophones.
What Character Was Removed from the Alphabet?
What mistaken pronunciation gave this character its name?
Apostrophes 101
This small mark has two primary uses: to signify possession or omitted letters.
How Do I Get a Word into the Dictionary?
People invent new words all the time, but which ones actually make it?

-----------------------------------------------


cycle
[sahy-kuh l]

Examples
Word Origin

See more synonyms on Thesaurus.com
noun
1.
any complete round or series of occurrences that repeats or is repeated.
2.
a round of years or a recurring period of time, especially one in which certain events or phenomena repeat themselves in the same order and at the same intervals.
3.
any long period of years; age.
4.
a bicycle, motorcycle, tricycle, etc.
5.
a group of poems, dramas, prose narratives, songs etc., about a central theme, figure, or the like:
the Arthurian cycle.
6.
Physics.

a sequence of changing states that, upon completion, produces a final state identical to the original one.
one of a succession of periodically recurring events.
a complete alteration in which a phenomenon attains a maximum and minimum value, returning to a final value equal to the original one.

7.
Mathematics. a permutation of a set of elements that leaves the original cyclic order of the elements unchanged.
8.
Computers.

the smallest interval of time required to complete an operation in a computer.
a series of computer operations repeated as a unit.

verb (used without object), cycled, cycling.
9.
to ride or travel by bicycle, motorcycle, tricycle, etc.
10.
to move or revolve in cycles; pass through cycles.
Idioms
11.
hit for the cycle, Baseball. (of one player) to hit a single, double, triple, and home run in one game.
Origin of cycle
Middle English
Late Latin
Greek
1350-1400
1350-1400; Middle English cicle < Late Latin cyclus < Greek kýklos cycle, circle, wheel, ring, disk, orb; see wheel
Related forms
supercycle, noun
Dictionary.com Unabridged
Based on the Random House Dictionary, © Random House, Inc. 2016.
Cite This Source
Examples from the Web for cycle
Contemporary Examples

The summer of 1900 will live in the memories of New York people for many a cycle; the Dodge Statue was removed in that year.
Read ‘The King in Yellow,’ the ‘True Detective’ Reference That’s the Key to the Show Robert W. Chambers February 19, 2014

This perpetuates the cycle of poverty that led to their marriage in the first place.
The Sad Hidden Plight of Child Grooms Nina Strochlic September 17, 2014

Hold the Senate to its promise and demand a budget that will break the cycle of using continuing resolutions to fund government.
Say No (For Now) to the Ryan Budget 3.0 Justin Green March 12, 2013

Torabi put equal blame on international aid and military organizations for fuelling the cycle of corruption.
Afghanistan’s Cycle of Corruption Mujib Mashal May 15, 2013

GMF's goal is to permanently alter the cycle of illiteracy and poverty within the DRC.
How to Help Congo The Daily Beast June 27, 2010

Historical Examples

Life was never so brooded on since man learned to think, as in this cycle of tragedies.
William Shakespeare John Masefield

The number of spots on the Sun rises and falls in a cycle of about eleven years.
Disturbing Sun Robert Shirley Richardson

A Guide fell wounded by cycle bearing-balls shot from a rifle—so it was subsequently said.
South Africa and the Transvaal War, Vol. 2 (of 6) Louis Creswicke

The moon completes its cycle of change on the average in 29-1/2 days.
More Science From an Easy Chair Sir E. Ray (Edwin Ray) Lankester

When dressed it was too late to do anything but cycle there, but half-way on my road it began to snow!
A Journal from Japan Marie Carmichael Stopes

British Dictionary definitions for cycle
cycle
/ˈsaɪkəl/
noun
1.
a recurring period of time in which certain events or phenomena occur and reach completion or repeat themselves in a regular sequence
2.
a completed series of events that follows or is followed by another series of similar events occurring in the same sequence
3.
the time taken or needed for one such series
4.
a vast period of time; age; aeon
5.
a group of poems or prose narratives forming a continuous story about a central figure or event: the Arthurian cycle
6.
a series of miracle plays: the Chester cycle
7.
a group or sequence of songs See song cycle
8.
short for bicycle, tricycle, motorcycle
9.
(astronomy) the orbit of a celestial body
10.
a recurrent series of events or processes in plants and animals: a life cycle, a growth cycle, a metabolic cycle
11.
(physics) a continuous change or a sequence of changes in the state of a system that leads to the restoration of the system to its original state after a finite period of time
12.
one of a series of repeated changes in the magnitude of a periodically varying quantity, such as current or voltage
13.
(computing)

a set of operations that can be both treated and repeated as a unit
the time required to complete a set of operations
one oscillation of the regular voltage waveform used to synchronize processes in a digital computer

14.
(in generative grammar) the set of cyclic rules
verb
15.
(transitive) to process through a cycle or system
16.
(intransitive) to move in or pass through cycles
17.
to travel by or ride a bicycle or tricycle
Derived Forms
cycling, noun, adjective
Word Origin
C14: from Late Latin cyclus, from Greek kuklos cycle, circle, ring, wheel; see wheel
Collins English Dictionary - Complete & Unabridged 2012 Digital Edition
© William Collins Sons & Co. Ltd. 1979, 1986 © HarperCollins
Publishers 1998, 2000, 2003, 2005, 2006, 2007, 2009, 2012
Cite This Source
Word Origin and History for cycle
n.

late 14c., from Late Latin cyclus, from Greek kyklos "circle, wheel, any circular body, circular motion, cycle of events," from PIE *kwel- "to roll, to move around, wheel" (cf. Sanskrit cakram "circle, wheel," carati "he moves, wanders;" Avestan caraiti "applies himself," c'axra "chariot, wagon;" Greek polos "a round axis" (PIE *kw- becomes Greek p- before some vowels), polein "move around;" Latin colere "to frequent, dwell in, to cultivate, move around," cultus "tended, cultivated," hence also "polished," colonus "husbandman, tenant farmer, settler, colonist;" Lithuanian kelias "a road, a way;" Old Norse hvel, Old English hweol "wheel;" Old Russian kolo, Polish koło, Russian koleso "a wheel").
v.

1842, "revolve in cycles," from cycle (n.). Meaning "to ride a bicycle" is from 1883. Related: Cycled; cycling.
Online Etymology Dictionary, © 2010 Douglas Harper
Cite This Source
cycle in Medicine

cycle cy·cle (sī'kəl)
n.

An interval of time during which a characteristic, often regularly repeated event or sequence of events occurs.

A single complete execution of a periodically repeated phenomenon.

A periodically repeated sequence of events.

The American Heritage® Stedman's Medical Dictionary
Copyright © 2002, 2001, 1995 by Houghton Mifflin Company. Published by Houghton Mifflin Company.
Cite This Source
cycle in Science
cycle
(sī'kəl)

A single complete execution of a periodically repeated phenomenon. See also period.

A circular or whorled arrangement of flower parts such as those of petals or stamens.


The American Heritage® Science Dictionary
Copyright © 2002. Published by Houghton Mifflin. All rights reserved.
Cite This Source
cycle in Technology

unit
A basic unit of computation, one period of a computer clock.
Each instruction takes a number of clock cycles. Often the computer can access its memory once on every clock cycle, and so one speaks also of "memory cycles".
Every hacker wants more cycles (noted hacker Bill Gosper describes himself as a "cycle junkie"). There are only so many cycles per second, and when you are sharing a computer the cycles get divided up among the users. The more cycles the computer spends working on your program rather than someone else's, the faster your program will run. That's why every hacker wants more cycles: so he can spend less time waiting for the computer to respond.
The use of the term "cycle" for a computer clock period can probably be traced back to the rotation of a generator generating alternating current though computers generally use a clock signal which is more like a square wave. Interestingly, the earliest mechanical calculators, e.g. Babbage's Difference Engine, really did have parts which rotated in true cycles.
[Jargon File]
(1997-09-30)
The Free On-line Dictionary of Computing, © Denis Howe 2010 http://foldoc.org
Cite This Source
Word of the Day
Difficulty index for cycle
All English speakers likely know this word
Word Value for cycle
12
14
Scrabble Words With Friends
Related Words

Krebs cycle
Metonic cycle
solar cycle
Rankine cycle
revolution
sunspot cycle

Nearby words for cycle

cyclarthrodial
cyclarthrosis
cyclas
cyclase
cyclazocine
cycle
cycle billing
cycle crunch
cycle drought
cycle of erosion
cycle of indiction
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.atelier-yannistignard.com
yanis la chouette



Nombre de messages : 4322
Localisation : http://yanis.tignard.free.fr
Date d'inscription : 12/11/2005

MessageSujet: Re: John Forbes Nash Jr, TAY et Y'becca   Mer 5 Oct à 10:09

Related Words

extratropical cyclone
tropical cyclone
anticyclone
cyclonal
cyclonic
frontal cyclone


Nearby words for cyclone

cycloidal propulsion
cyclolysis
cyclomatic complexity
cyclometer
cyclonal
cyclone
cyclone cellar
cyclone fence
cyclone furnace
cyclonic
cyclonite
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.atelier-yannistignard.com
yanis la chouette



Nombre de messages : 4322
Localisation : http://yanis.tignard.free.fr
Date d'inscription : 12/11/2005

MessageSujet: Re: John Forbes Nash Jr, TAY et Y'becca   Mer 5 Oct à 10:10

cyclone
[sahy-klohn]

Word Origin

See more synonyms on Thesaurus.com
noun
1.
a large-scale, atmospheric wind-and-pressure system characterized by low pressure at its center and by circular wind motion, counterclockwise in the Northern Hemisphere, clockwise in the Southern Hemisphere.
Compare anticyclone, extratropical cyclone, tropical cyclone.
2.
(not in technical use) tornado.
3.
Also called cyclone collector, cyclone separator. Machinery. a device for removing small or powdered solids from air, water, or other gases or liquids by centrifugal force.
Origin of cyclone
Greek
term introduced by British meteorologist Henry Piddington (1797-1858) in 1848, perhaps < Greek kyklôn revolving (present participle of kykloûn to revolve, verbal derivative of kýklos; see cycle); apparently confused by Piddington with kýklōma wheel, snake's coil
Related forms
minicyclone, noun
precyclone, noun
Can be confused
cyclone, hurricane, tidal wave, tornado, tsunami, typhoon.
Dictionary.com Unabridged
Based on the Random House Dictionary, © Random House, Inc. 2016.
Cite This Source
Examples from the Web for cyclone
Historical Examples

We knew, at once, that we were in the terrible vortex of a cyclone, from which so few mariners have ever escaped to tell the tale!
Memoirs of Service Afloat, During the War Between the States Raphael Semmes

I looked out of the windows to see what the cyclone State had to give me.
A Bird-Lover in the West Olive Thorne Miller

It made them firin' mad fo' a cyclone to take such liberties with them, and they got up and slammed back at it right and left.
The Way of the Wind Zoe Anderson Norris

These rollers were caused by a cyclone, and gave us some idea of its violence.
Two Years with the Natives in the Western Pacific Felix Speiser

Be a consistent ass until the last man is out and the umpire crawls into his cyclone cellar.
The Silly Syclopedia Noah Lott

On every side were evidences of the terrific power of the cyclone.
Winter Adventures of Three Boys Egerton R. Young

That "cyclone" was a rattler to go, and the sweetest thing to steer that ever walked the waters.
Life On The Mississippi, Complete Mark Twain (Samuel Clemens)

Within was the balm of rest—the rest that lies in the heart of the cyclone.
A Son of Hagar Sir Hall Caine

On the 10th of September a cyclone has devastated Paris, and that under most extraordinary circumstances.
The Inferno August Strindberg

When this cyclone of rage had passed away he was left pensive.
Tin-Types Taken in the Streets of New York Lemuel Ely Quigg

British Dictionary definitions for cyclone
cyclone
/ˈsaɪkləʊn/
noun
1.
another name for depression (sense 6)
2.
a violent tropical storm; hurricane
Derived Forms
cyclonic (saɪˈklɒnɪk), cyclonical, cyclonal, adjective
cyclonically, adverb
Word Origin
C19: from Greek kuklōn a turning around, from kukloein to revolve, from kuklos wheel
Cyclone
/ˈsaɪkləʊn/
adjective
1.
trademark (Austral & NZ) (of fencing) made of interlaced wire and metal
Collins English Dictionary - Complete & Unabridged 2012 Digital Edition
© William Collins Sons & Co. Ltd. 1979, 1986 © HarperCollins
Publishers 1998, 2000, 2003, 2005, 2006, 2007, 2009, 2012
Cite This Source
Word Origin and History for cyclone
n.

1848, coined by British East India Company official Henry Piddington to describe the devastating storm of December 1789 in Coringa, India; irregularly formed from Greek kyklon "moving in a circle, whirling around," present participle of kykloun "move in a circle, whirl," from kyklos "circle" (see cycle (n.)). Applied to tornados from 1856.
Online Etymology Dictionary, © 2010 Douglas Harper
Cite This Source
cyclone in Science
cyclone
(sī'klōn')

A large-scale system of winds that spiral in toward a region of low atmospheric pressure. A cyclone's rotational direction is opposite to that of an anticyclone. In the Northern hemisphere, a cyclone rotates counterclockwise; in the Southern hemisphere, clockwise. Because low-pressure systems generally produce clouds and precipitation, cyclones are often simply referred to as storms. ◇ An extratropical cyclone is one that forms outside the tropics at middle or high latitudes. Extratropical cyclones usually have an organized front and migrate eastward with the prevailing westerly winds of those latitudes. ◇ A tropical cyclone forms over warm tropical waters and is generally smaller than an extratropical cyclone. Such a system is characterized by a warm, well-defined core and can range in intensity from a tropical depression to a hurricane. Compare anticyclone.

A small-scale, violently rotating windstorm, such as a tornado or waterspout. Not in scientific use.


Our Living Language : Technically, a cyclone is nothing more than a region of low pressure around which air flows in an inward spiral. In the Northern Hemisphere the air moves counterclockwise around the low-pressure center, and in the Southern Hemisphere the air travels clockwise. Meteorologists also refer to tropical cyclones, which are cyclonic low-pressure systems that develop over warm water. For a tropical cyclone to originate, a large area of ocean must have a surface temperature greater than 27 degrees Celsius (80.6 degrees Fahrenheit). Tropical cyclones are categorized based on the strength of their sustained surface winds. They may begin as a tropical depression, with winds less than 39 miles (63 kilometers) per hour. Tropical storms are identified and tracked once the winds exceed this speed. Severe tropical cyclones, with winds of 74 miles (119 kilometers) per hour or greater, are better known as hurricanes when they occur in the Atlantic Ocean and Gulf of Mexico, or as typhoons when they happen in the Pacific Ocean. Because the word cyclone broadly defines a kind of air flow, cyclones are not confined to our planet. In 1999 the Hubble Space Telescope photographed a cyclone more than 1,610 kilometers (1,000 miles) across in the northern polar regions of Mars.

The American Heritage® Science Dictionary
Copyright © 2002. Published by Houghton Mifflin. All rights reserved.
Cite This Source
cyclone in Culture

cyclone definition

Any circular wind motion. A region of low atmospheric pressure. Also, a tropical storm.

Note: Cyclones can be a few feet across (“dust devils”) or can be major storm systems such as hurricanes, tornadoes, and typhoons.

Note: These winds move counterclockwise in the Northern Hemisphere and clockwise in the Southern Hemisphere. (See Coriolis effect.)

The American Heritage® New Dictionary of Cultural Literacy, Third Edition
Copyright © 2005 by Houghton Mifflin Company.
Published by Houghton Mifflin Company. All rights reserved.
Cite This Source
Word of the Day
Difficulty index for cyclone
Most English speakers likely know this word
Word Value for cyclone
14
17
Scrabble Words With Friends
Related Words

extratropical cyclone
tropical cyclone
anticyclone
cyclonal
cyclonic
frontal cyclone

Nearby words for cyclone

cycloidal propulsion
cyclolysis
cyclomatic complexity
cyclometer
cyclonal
cyclone
cyclone cellar
cyclone fence
cyclone furnace
cyclonic
cyclonite

Pokémon Words
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.atelier-yannistignard.com
yanis la chouette



Nombre de messages : 4322
Localisation : http://yanis.tignard.free.fr
Date d'inscription : 12/11/2005

MessageSujet: Re: John Forbes Nash Jr, TAY et Y'becca   Mer 5 Oct à 10:10

NOTRE UNIVERS EST-IL « EXCEPTIONNELLEMENT PLAT » ?



Selon une assertion inlassablement répétée, notre Univers serait exceptionnellement plat, ou de façon équivalente sa courbure serait très faible. En réalité cette affirmation n'a aucun sens pour la bonne raison que si un univers est courbe il n'existe aucune échelle graduée permettant de décider s'il est très courbe ou au contraire peu courbe
Christian Magnan
Collège de France, Paris
Université de Montpellier II


SECTIONS

Le soi-disant problème de platitude de l'Univers
Un prétendu miracle
Qu'est-ce que la courbure d'un univers?
La courbure universelle n'a pas de taille
Un univers peut apparaître « presque plat » à l'observation
La courbure d'un univers en expansion ne se manifeste qu'au bout d'un certain temps
Mesurer l'expansion n'est pas si facile
Platitude intrinsèque et platitude apparente




Le soi-disant problème de platitude de l'Univers


Notre Univers est en expansion, mais les mesures astronomiques ne permettent pas de dire si cette expansion se muera plus tard en contraction. En effet, le ralentissement de la vitesse de fuite des galaxies semble se trouver près de la limite critique à partir de laquelle une contraction ultérieure à l'expansion pourrait s'amorcer. Selon une assertion courante, notre Univers serait par conséquent lui aussi très proche d'une structure critique, à la frontière entre un modèle ouvert et un modèle fermé. En d'autres termes, il serait « exceptionnellement plat ».

Nous allons voir qu'en fait ce problème de platitude n'est qu'apparent pour la bonne et simple raison qu'il est impossible de définir pour un univers pris dans son ensemble un quelconque « degré de platitude » ou, ce qui revient au même, un « degré de courbure » (la courbure étant l'inverse de la platitude) permettant de qualifier cette courbure de grande ou petite. Par conséquent déclarer un univers intrinsèquement « presque plat » pour indiquer que sa courbure est « faible » n'a pas de sens. (J'insiste : ce n'est pas que l'affirmation selon laquelle notre Univers est presque plat soit fausse, c'est qu'elle ne signifie rien.)

Retour au début

Un prétendu miracle


Le soi-disant problème de la platitude de l'Univers est évoqué de façon répétitive dans toute discussion cosmologique, y compris parmi les scientifiques professionnels. Hubert Reeves le présente comme suit dans un ouvrage destiné au grand public (Le temps de s'enivrer; l'Univers a-t-il un sens?)

« Si les galaxies sont suffisamment rapides les unes par rapport aux autres, elles prolongeront indéfiniment leur récession mutuelle. On parle alors d'un univers ouvert. Sinon, après une période d'éloignement, leur mouvement s'inversera. Elles reviendront les unes vers les autres, comme la pierre retombe au sol. C'est le cas d'un univers fermé (...).

Qu'en est-il de notre Univers? Voici un premier résultat solidement étayé par les observations : la vitesse d'expansion des galaxies est voisine de leur vitesse d'échappement...

Est-elle plus élevée ou plus faible? Les données actuelles indiquent (second résultat) qu'elle est légèrement supérieure, c'est-à-dire que les galaxies vont s'éloigner indéfiniment.

Si j'ai tenu à distinguer ces deux résultats, c'est pour signaler que le second n'est pas aussi bien établi que le premier. Précisément parce que la vitesse d'expansion diffère si peu de la vitesse d'échappement. C'est la nouvelle coïncidence qui va maintenant retenir notre attention.

La même coïncidence peut s'exprimer en termes de densité moyenne de l'Univers. Dans un monde où la densité serait très grande, l'attraction des galaxies serait très forte (...) et le renversement se produirait rapidement (univers fermé).

Si, au contraire, la densité était faible, la gravité n'arriverait pas à stopper l'expansion (univers ouvert).

Le cas intermédiaire se produirait dans un cosmos où la vitesse d'expansion serait strictement égale à la vitesse d'échappement. On parle alors de densité critique (...).

Notre Univers a, à peu près, la densité critique.

Si la densité réelle est, aujourd'hui, voisine de la densité critique, on montre par calcul que ces deux densités étaient encore plus rapprochées dans le passé (...).

La vitesse d'expansion [de l'Univers antique] était extrêmement voisine de la vitesse d'échappement. Autrement dit, sa densité était extrêmement voisine de la densité critique. Autrement dit, sa géométrie était extrêmement plane. Pourquoi tous ces « extrêmes » dans le choix des données initiales? »

Le passage cité est le témoignage éclatant de la confusion entretenue au sujet de la platitude. Il se trouve en effet que le concept de « vitesse critique » est pure invention. On peut parler de vitesse critique de libération pour une fusée, mais pas pour l'univers, comme le l'ai expliqué et montré ailleurs. Ce qui compte pour un univers, c'est la décélération, non la vitesse elle-même : décélération suffisamment forte et le mouvement d'expansion pourra s'inverser, trop faible et l'expansion ne sera jamais stoppée.

En revanche, l'égalité approximative entre densité actuelle et densité critique et l'égalité de plus en plus parfaite entre ces mêmes quantités, prévue par les formules lorsqu'on remonte dans le temps, ne sont pas contestables. Cependant la réponse au « pourquoi? » d'Hubert Reeves est d'une simplicité désarmante :

Tous les modèles classiques d'univers (baptisés univers de Friedmann-Lemaître) présentent cette « particularité » de réaliser l'égalité en question au début de l'expansion.

Retour au début

Qu'est-ce que la « courbure » d'un univers ?


Reprenons la question à son début. Qu'entendons-nous par univers « courbe » ? Et comment mesurer une courbure ? Raisonnons tout d'abord sur un univers statique qui serait momentanément figé dans son expansion.

Considérons un couple de galaxies situées à la même distance (radiale) de la nôtre et examinons la distance mutuelle entre ces deux galaxies. Dans un univers euclidien, plus les galaxies seront éloignées de nous, plus leur distance mutuelle sera grande (en supposant en outre que chaque galaxie reste dans une même ligne de visée). Autrement dit, leur distance mutuelle est proportionnelle à leur distance radiale.

Dans un univers courbe, la distance mutuelle ne suit plus cette loi linéaire en fonction de l'éloignement mais diffère de la valeur euclidienne par un certain facteur, supérieur à 1 pour un univers dit « ouvert » (de courbure positive) et inférieur à 1 pour un univers « fermé ». Autrement dit, dans un univers fermé les distances mutuelles transverses sont raccourcies.

Pour la suite de la discussion il importe de préciser que ce facteur d'écart au cas euclidien augmente avec l'éloignement des galaxies. La courbure, toujours négligeable en notre voisinage, ne devient vraiment appréciable qu'à une certaine distance caractéristique appelée « rayon » de l'univers. (Bien entendu ce « rayon » n'est pas un rayon de sphère, puisque l'univers n'est pas une sphère.)

Plus précisément, et numériquement parlant, dans le cas d'un univers fermé, pour un distance radiale égale à la moitié du rayon d'univers, les galaxies sont plus rapprochées de 4% par rapport au standard euclidien. L'écart atteint 16% à une distance égale au rayon de l'univers.

Retour au début

La courbure universelle n'a pas de taille


Le rayon de l'univers, qui caractérise l'échelle de la courbure, mesure-t-il une sorte de degré de courbure ?

Si ce rayon était un paramètre sans dimensions (c'est-à-dire essentiellement un rapport entre deux grandeurs de même espèce) nous pourrions répondre « oui », car il suffirait de comparer sa valeur à l'unité. Mais parce qu'il est une longueur et se mesure en unités de longueur nous sommes forcés de répondre par la négative.

En l'absence de longueur de référence, il est impossible de décider si tel rayon d'univers est « grand» ou « petit» . On s'accorde à penser que le rayon de notre Univers pourrait mesurer un peu plus d'une dizaine de milliards d'années de lumière, disons 15 milliards pour fixer les idées. Est-ce grand ? Est-ce petit ? La question n'a pas de sens et, comme telle, n'appelle aucune réponse. Par conséquent demander si l'Univers est « peu » ou « très » courbé ne signifie rien non plus. Le fait de chiffrer à 15 milliards d'années le rayon de notre Univers ne nous renseigne pas sur son éventuel caractère « plus ou moins » euclidien.

Il est certes possible de comparer deux univers théoriques pour définir comme le plus courbe (ou le moins plat) celui qui aurait le rayon le plus petit. De façon analogue, nous pouvons déclarer sans ambiguïté la Lune plus courbe que la Terre car elle est plus petite. Mais comme nous manquons d'univers de comparaison, cette remarque ne peut nous aider en aucune façon pour caractériser notre propre Univers.

Déclarer notre Univers « extrêmement plat » est dénué de signification.

Notons précieusement que dans ces conditions le statut d'un univers « strictement » plat ne rentre pas dans les catégories précédentes. Un tel univers n'est en effet défini dans notre contexte que comme une situation limite physiquement inaccessible, lorsque le rayon de courbure tend vers l'infini. On ne peut aborder la question de cet univers plat que sous l'angle des principes, non sous celui des mesures. Autrement dit, qu'un principe décide que notre Univers soit plat est peut-être envisageable : il suffirait que la théorie correspondante soit vérifiée dans toutes ses conséquences. Mais que de simples mesures puissent trancher la question est absolument exclu car on ne peut pas mesurer un rayon infini. Si c'était en quelque sorte « par hasard » que l'univers fût strictement plat, nous ne pourrions jamais le savoir, de sorte que l'hypothèse même n'a pas de sens. Quant à le trouver « presque exactement » plat, nous venons de voir que cela ne signifie rien !

Retour au début
up
Un univers peut apparaître « presque plat » à l'observation
down

Si la notion de « degré de courbure » n'existe pas pour l'univers dans son ensemble elle possède en revanche une signification d'un point de vue local. Sur une région donnée de l'espace, en notre voisinage, on peut en effet observer une courbure, la positionner sur une échelle et se trouver donc à même de la qualifier de « grande » ou de « petite ».

La courbure observée dépend directement du rapport entre la profondeur de la portion d'espace explorée et le rayon de l'univers considéré. Puisque (ainsi que nous l'avons noté plus haut) l'écart au cas euclidien augmente avec la distance sondée il est clair que si nous mesurons l'univers sur une distance très inférieure à son rayon nous ne détecterons que peu ou pas de courbure, de sorte que l'univers paraîtra localement euclidien. Si au contraire nous l'explorons sur des distances comparables à son rayon, sa courbure se manifestera par des écarts relativement importants aux calculs euclidiens.

Inversement, à distance explorée donnée, tel univers apparaîtra (très) plat ou (très) courbe selon que son rayon sera (très) supérieur ou (très) inférieur à cette distance de sondage. Dans le premier cas, on ne pourra pas valablement mesurer le rayon de l'univers, trop grand devant la profondeur sondée. Mais cela ne signifiera pas pour autant que ce rayon soit grand dans l'absolu.

La dimension de la région explorée est fixée pour des raisons pratiques (moyens d'observations et précision des mesures) mais aussi (voir la section suivante) pour la raison théorique qu'un « horizon » borne notre Univers visible. Si notre Univers a 15 milliards d'années sa partie visible se limite forcément à cette distance. Par conséquent, il est bon de garder présent à l'esprit qu'il est a priori impossible de détecter un rayon de courbure notablement supérieur à cette valeur, et même de détecter un rayon du même ordre de grandeur si l'on tient compte des énormes incertitudes sur la mesure de la distance des objets éloignés, sur leur nature physique et sur les statistiques de comptage.

Retour au début

La courbure d'un univers en expansion ne se manifeste qu'au bout d'un certain temps


Le modèle d'expansion d'un univers à partir d'une singularité initiale impose une échelle de distance inéluctable liée à son âge. En effet la lumière issue de points situés à une distance supérieure à cet âge n'a pas eu le temps de parvenir jusqu'à nous. S'il se trouve que cette distance maximale d'exploration permise est trop petite devant le rayon de l'Univers, il deviendra impossible de percevoir la courbure de ce dernier.

Dans les modèles classiques de Friedmann-Lemaître, le rayon de l'univers tend vers 0 à l'origine du temps. On pourrait donc croire ce rayon facilement détectable grâce à sa faible dimension. Il n'en est rien car, bien qu'infiniment petit (mathématiquement, cette variable tend vers 0) ce rayon reste infiniment plus grand que la distance à l'horizon et s'avère par conséquent rigoureusement inobservable. Ce caractère du modèle vient de la compétition établie entre expansion et lumière, celle-ci essayant de rattraper celle-là mais sans y parvenir (au moins dans un premier temps) car l'expansion est au départ infiniment rapide alors que la vitesse de la lumière reste finie. Ainsi au voisinage de l'origine du temps, l'espace visible n'est pas suffisamment étendu pour permettre une détection de la courbure spatiale de l'univers.

Par conséquent tous les univers, quel que soit leur type, quelle que soit leur taille, présentent à leur naissance cette caractéristique de paraître plat en « semblant hésiter » (ceci n'est qu'une image) entre l'ouvert et le fermé. Tout laisse croire que notre Univers est dans ce genre de situation : qu'il n'a pas atteint un âge assez avancé pour montrer son « genre », ouvert ou fermé, et nous permettre de trancher l'alternative.

Retour au début

Mesurer l'expansion n'est pas si facile


Comment le problème se pose-t-il en termes d'observation ?

La chose frappante est que l'expansion de l'Univers, qui se traduit par la fuite des galaxies, est une évidence. Or, cette prépondérance de l'expansion est déjà en soi un indice de jeunesse. Une mesure des vitesses de récession en fonction de la distance des galaxies observées fournit immédiatement un ordre de grandeur du taux d'accroissement des distances en fonction du temps, coefficient que l'on appelle « constante de Hubble ». Connaissant ce taux d'accroissement, il est facile d'estimer l'époque à laquelle l'expansion a dû commencer, c'est-à-dire estimer l'« âge de l'Univers ». Notre Univers aurait ainsi entre une dizaine et une vingtaine de milliards d'années, résultat sans doute correct en ordre de grandeur.

La « constante de Hubble » porte mal son nom car elle n'est pas constante. Elle décroît avec le temps, ce qui signifie que l'expansion ralentit. Cette décélération est beaucoup plus difficile à mesurer que la vitesse elle-même, car il s'agit de déterminer une variation au deuxième ordre : la variation de la variation des distances. On caractérise le ralentissement de l'expansion par un paramètre souvent baptisé « Oméga » qui fournit en principe la réponse à la question du type de notre Univers. Si ce paramètre est supérieur à l'unité, la décélération est assez forte pour annuler la vitesse d'expansion et la faire changer de signe de telle sorte que l'expansion se mue en contraction : c'est le cas d'un univers fermé. Au contraire, si Oméga est inférieur à l'unité, le ralentissement n'est pas assez fort pour stopper l'expansion, laquelle se poursuit indéfiniment : c'est le cas d'un univers ouvert. Il suffit donc de déterminer Oméga pour conclure.

Les choses ne sont pourtant pas si simples concrètement. Tout d'abord ce paramètre Oméga n'est pas constant lui non plus. Comment se comporte-t-il à l'origine ? Puisque la courbure de l'espace et le signe de cette courbure sont indétectables à la naissance de l'univers, on peut se douter que ce paramètre de décélération va partir de la fameuse valeur critique 1 pour ne s'écarter de cette valeur (au-dessus ou en-dessous) que plus tard. Il en est bien ainsi, pour la plus grande difficulté des astronomes.

Selon les meilleures estimations, nous connaîtrions notre Univers jusqu'au tiers de son rayon. Dans ces conditions, le paramètre Oméga vaudrait environ 1,3, nombre sensiblement plus grand que 1. Pourtant les observations ne permettent pas de conclure. Pourquoi ?

Parce que d'innombrables difficultés pratiques font que, compte tenu des marges d'erreur, 1,3 ne se distingue pas de 1 (un facteur 1,3, en astrophysique, est comme l'unité). Le problème est que nous sommes très loin de pouvoir explorer avec précision la totalité d'espace qui nous est offerte en principe. Il est clair que l'information cruciale provient des régions les plus éloignées, là où se décèle la courbure. Mais c'est évidemment la plus difficile à obtenir. Physiquement parlant, la question est bien telle que nous l'avons posée plus haut : si le rayon de l'Univers est de l'ordre de 12 à 15 milliards d'années, c'est en gros une telle distance que doivent couvrir les mesures pour accéder vraiment à la courbure spatiale (et donc à son signe). Or, c'est à grand-peine que nous sondons quelques petits milliards d'années de lumière, profondeur bien insuffisante à la détection de cette courbure.

Enfin, remarquons que l'on traque ici la décélération de l'expansion alors que le taux d'expansion lui-même fait encore l'objet de discusssions. La fameuse constante de Hubble, plus d'un demi-siècle après sa découverte, n'est toujours pas déterminée de façon précise. Il est donc déraisonnable dans ces conditions d'espérer obtenir une bonne détermination du paramètre de décélération Oméga.

Plus de vingt ans après la rédaction de cette page les cosmologistes ont découvert une prétendue accélération de l'expansion de l'Univers. Cette annonce est une farce indigne de la science, comme je l'explique dans mon livre « Le théorème du jardin ». On ne peut pas mesurer l'expansion de l'Univers de façon propre, il est donc indécent de parler d'accélération de cette expansion. L'attribution du prix Nobel de physique 2011 est injustifiée et le fait que la science puisse cautionner une telle aberration montre que la vraie science, celle qui a fait des découvertes et nous a appris la vérité des choses, est bel et bien morte.

Platitude intrinsèque et platitude apparente


Résumons. Le concept de platitude intrinsèque, à l'échelle de tout l'Univers, n'existe pas. Dire notre Univers extrêmement plat ne signifie donc rien. En revanche que cet Univers apparaisse sur les quelques milliards d'années de notre voisinage si « plat » que nous ne puissions pas détecter la courbure de l'espace avec son signe est naturel et indique simplement que le rayon de l'Univers est supérieur à ces quelques milliards d'années.

Retour au début

D'après un article paru dans la Pensée, n° 291 (janv.-fév. 1993) Dernière modification : 20 février 2014
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.atelier-yannistignard.com
yanis la chouette



Nombre de messages : 4322
Localisation : http://yanis.tignard.free.fr
Date d'inscription : 12/11/2005

MessageSujet: Re: John Forbes Nash Jr, TAY et Y'becca   Mer 5 Oct à 10:11

Le terme forme de l'Univers désigne généralement ou bien la forme (la courbure et la topologie cosmique qui étudie l'espace cosmique (en)) d'une section spatiale de l'Univers (« la forme de l'espace ») ou bien, de façon plus générale, la forme de l'espace-temps entier.

Sommaire

1 La forme de l'espace (d'une section spatiale comobile de l'Univers)
1.1 Intuition et langage préalable pour comprendre le thème
1.2 L'espace comobile
1.3 Géométrie locale (courbure) et géométrie globale (topologie)
1.3.1 Géométrie locale (courbure)
1.3.2 Géométrie globale (topologie)
1.4 Quelle est la forme de l'espace de notre Univers ?
2 Voir aussi
2.1 Référence
2.2 Articles connexes
2.3 Liens externes

La forme de l'espace (d'une section spatiale comobile de l'Univers)
Intuition et langage préalable pour comprendre le thème

Pour pouvoir comprendre les concepts de la forme de l'Univers, selon le modèle standard, le lecteur devrait d'abord développer son intuition sur ce qu'est une variété différentielle, et plus précisément, sur ce qu'est une variété riemannienne.

Néanmoins, ces définitions sont abstraites. La suite tente de donner un aperçu de ces concepts, afin que le lecteur puisse développer son intuition.

Les notions ordinaires de l'espace et du temps du lecteur sont peut-être erronées ; ce sont des constructions psychologiques développées à partir du sens commun dans le cadre de la vie quotidienne, puisqu'elles modélisent bien la réalité sur les échelles humaines de distance et du temps, mais ceci ne suffit pas pour qu'elles soient valables.

Par exemple, le sens commun et l'observation directe nous enseignent que le monde est grand, plat et immobile. Or, en vérité, la Terre est petite, ronde et tourne sur elle-même rapidement (à peu près 1 700 km/h sur l'Équateur) et à son tour, elle orbite autour du Soleil (à 100 000 km/h environ). Cette réalité n'a été scientifiquement appréhendée qu'il y a quelques siècles, et il a fallu à peu près un autre siècle pour qu'elle soit largement acceptée dans l'opinion.

De la même façon, différentes expériences ont montré que l'Univers se comporte d'une façon très différente par rapport à ce que nous attendons de l'expérience ordinaire, sur des échelles de longueur très petites ou très grandes, et sur des échelles de vitesse et d'énergie très élevées.

Elles nous indiquent même que la géométrie locale de l'espace est modifiée par la gravité. C'est-à-dire qu'à proximité d'un objet très lourd, comme une étoile, la distance entre deux objets ou le plus court chemin entre eux peuvent se modifier. Il est donc naturel de se demander si l'Univers peut avoir une géométrie locale (une courbure locale, mais partout pareille) ou globale (une topologie) sur les très grandes échelles, qui soit différente de celle que nous attendons intuitivement.

Le lecteur pourrait d'abord imaginer une définition très abstraite d'un ensemble, ce qui est, en gros, une collection de points, auquel par la suite l'on rajoute de plus en plus de définitions de propriétés de ces ensembles.

Ces définitions incluent les façons selon lesquelles les points sont liés entre eux, et après qu'un certain nombre de définitions ont été rajoutées, l'ensemble possède des propriétés qui ressemblent à celle des notions ordinaires de l'espace, mais qui évitent certains supposés arbitraires et inutiles.

Ensuite le lecteur est invité à accepter l'usage des espaces à deux dimensions comme analogies pour l'espace réel à trois dimensions, parce que dans ce cas, l'intuition à trois dimensions déjà installée dans l'esprit du lecteur peut être utilisée comme un outil psychologique pour réfléchir sur les différentes possibilités d'espaces à deux dimensions. Il faut, pourtant, bien se rappeler que l'usage d'une dimension pour le développement de son intuition n'implique pas que cette troisième dimension ait un quelconque sens physique. Ce n'est qu'une astuce psychologique pour imaginer les espaces de courbure et de topologie diverses.
L'espace comobile

Les coordonnées comobiles sont nécessaires pour réfléchir à la forme de l'Univers. Dans ces coordonnées, nous pourrions imaginer l'Univers en tant qu'objet comobile, qui ne s'étend pas avec le temps, malgré le fait que l'Univers soit en expansion. C'est tout simplement un choix de système de coordonnées qui facilite la compréhension du phénomène, qui ne change pas la réalité physique. Il permet la séparation de la géométrie (la forme) de la dynamique (l'expansion).
Géométrie locale (courbure) et géométrie globale (topologie)
Géométrie locale (courbure)

En mots simples, on se demande si oui ou non le théorème de Pythagore est valable, ou de façon équivalente, et si oui ou non les lignes parallèles restent équidistantes l'une de l'autre, dans l'espace auquel on s'intéresse.

Si nous écrivons le théorème de Pythagore comme :

h = x 2 + y 2 {\displaystyle h={\sqrt {x^{2}+y^{2}}}} h={\sqrt {x^{2}+y^{2}}}

alors :

un espace plat (de courbure nulle) est un espace où le théorème est vrai
un espace hyperbolique (de courbure négative) est celui où h > x 2 + y 2 {\displaystyle h>{\sqrt {x^{2}+y^{2}}}} h>{\sqrt {x^{2}+y^{2}}}
un espace sphérique (de courbure positive) est celui où h < x 2 + y 2 {\displaystyle h<{\sqrt {x^{2}+y^{2}}}} h<{\sqrt {x^{2}+y^{2}}}

La première et la troisième de ces possibilités sont faciles à imaginer par les analogies bi-dimensionnelles. La première est le plan plat. La troisième est la surface d'une sphère ordinaire.
Géométrie globale (topologie)

En mots simples, c'est la question qui ignore le théorème de Pythagore. Les trois espaces bi-dimensionnels qui sont plats et dans lesquels le théorème de Pythagore est valable, sont :

le plan plat infini
un cylindre infiniment long
un 2-tore, c'est-à-dire un cylindre fini auquel on rajoute une définition qui dit les deux bouts sont collés l'un contre l'autre, de façon que l'espace entier soit continu et sans bords (on dit que les deux bouts sont « identifiés » l'un avec l'autre).

Chacune de ces trois possibilités est globalement différente de l'autre.

La troisième est finie en 2-volume, c'est-à-dire que sa superficie est finie, mais elle n'a pas de bords et le théorème de Pythagore est valable partout. Il y a une difficulté dans l'utilisation de notre intuition de l'espace tri-dimensionnel ordinaire dans ce cas, parce que pour faire l'opération d'identification des deux bouts, en utilisant la troisième dimension comme dimension psychologique, il faut tordre le cylindre. Or, ce n'est qu'une contrainte de la méthode intuitive --- mathématiquement, et donc physiquement, cette contrainte n'est qu'un supposé arbitraire et inutile.
Quelle est la forme de l'espace de notre Univers ?

Nous ne savons ni la forme locale ni la forme globale de l'espace.

Au début du XXIe siècle, nos observations à travers des télescopes montrent que la forme est environ plate, tout comme la Terre est plus ou moins plate sur les échelles de moins de quelques milliers de kilomètres. À ce jour (2009), nous ne savons toujours pas quelle est la topologie de l'Univers.

Une analyse des données du satellite artificiel WMAP faite par Jeffrey Weeks, Jean-Pierre Luminet et leurs collaborateurs suggérerait un univers dont la forme serait celui d'un espace dodécaédrique de Poincaré2,3. Jean-Pierre Luminet a traduit l'idée que l'univers puisse être d'extension spatiale finie mais sans bord par le terme d'« univers chiffonné », bien que ce terme ne soit guère utilisé par la communauté scientifique, qui lui préfère celui de topologie non simplement connexe.
Voir aussi
Référence

↑ (en)Shape of the Universe [archive]
↑ Revue Nature, 9 octobre 2003, vol. 425, p. 593-595.
↑ L'Espace Dodécaédrique de Poincaré conforté pour expliquer la forme de l'univers [archive], Observatoire de Paris, février 2008

Articles connexes

Espace-temps
Multivers
Friedmann-Lemaître-Robertson-Walker
Mirage topologique

Liens externes

Développement de l'intuition :

géométrie globale / topologie (jeux) (pages de Jeff Weeks)

Textes :

paradoxe des jumeaux - Barrow & Levin
paradoxe des jumeaux - Uzan et al
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.atelier-yannistignard.com
yanis la chouette



Nombre de messages : 4322
Localisation : http://yanis.tignard.free.fr
Date d'inscription : 12/11/2005

MessageSujet: Re: John Forbes Nash Jr, TAY et Y'becca   Mer 5 Oct à 10:11

Plat ou courbe ?

Drôle de question de prime abord : à notre échelle nous ne nous la posons pas, notre environnement n'est ni plat, ni courbé. A l'échelle de l'Univers pourtant, la question à un sens.

La matière courbe l'espace

Einstein, avec la relativité générale, a montré que la matière "courbe l'espace-temps" : la présence d'une quantité de matière-énergie altère son environnement d'une manière très similaire à l'altération que produirait une balle de ping pong posée au centre d'une toile tendue qui ne serait supportée qu'aux extrémités. Dans l'Univers, un cas extrême de ce cas de figure est représenté par le voisinage d'un trou noir.

Donc, au niveau de l'Univers tout entier, il n'est pas absurde de parler d'une courbure. Ce paramètre peut être évalué par les cosmologues car il dépend de la densité de matière-énergie dans l'Univers. Résultat : notre Univers semblerait, aux dernières nouvelles, remarquablement plat, sans courbure ni positive ni négative.

Plat à cause de l'inflation ?

Rassurant ? Peut-être. Surprenant ? Sans doute. Car parmi l'éventail des courbures possibles, pourquoi notre Univers s'est justement vu attribué la courbure zéro ? La réponse serait à chercher du côté d'un phénomène appelé 'inflation" qui aurait eu lieu quelques instants après le Big Bang : pendant cette phase très courte, l'Univers aurait gonflé comme un ballon, aplanissant les aspérités et conduisant à la courbure que nous observons aujourd'hui.

http://www.linternaute.com/science/espace/dossier/univers/4.shtml
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.atelier-yannistignard.com
yanis la chouette



Nombre de messages : 4322
Localisation : http://yanis.tignard.free.fr
Date d'inscription : 12/11/2005

MessageSujet: Re: John Forbes Nash Jr, TAY et Y'becca   Mer 5 Oct à 10:12

L'Univers est l'ensemble de tout ce qui existe, régi par un certain nombre de lois.

La cosmologie cherche à appréhender l'Univers d'un point de vue scientifique, comme l'ensemble de la matière distribuée dans l'espace-temps. Pour sa part, la cosmogonie vise à établir une théorie de la création de l'Univers sur des bases philosophiques ou religieuses. La différence entre ces deux définitions n'empêche pas nombre de physiciens d'avoir une conception finaliste de l'univers (voir à ce sujet le principe anthropique).

Si l'on veut faire correspondre le mouvement des galaxies avec les lois physiques telles qu'on les conçoit actuellement, on peut considérer que l'on n'accède par l'expérience qu'à une faible partie de la matière de l'Univers1, le reste se composant de matière noire. Par ailleurs, pour expliquer l'accélération de l'expansion de l'Univers, il faut également introduire le concept d'énergie sombre. Plusieurs modèles alternatifs ont été proposés pour faire correspondre les équations et nos observations en prenant d'autres approches.

Sommaire

1 Découverte dans l'Histoire
2 Naissance
2.1 Expansion, âge et Big Bang
2.2 Taille et Univers observable
2.3 Forme
2.4 Modèle dimensionnel
3 Avenir
4 Notes et références
5 Voir aussi
5.1 Articles connexes
5.2 Liens externes

Découverte dans l'Histoire
-------------Articles détaillés : Monde (univers) et Révolution copernicienne.

Les sciences grecques tentèrent de comprendre le monde et de l'expliquer :

les philosophes Parménide, Platon, et Aristote avaient intégré l'idée d'une Terre sphérique, mais ils la voyaient au centre de l'Univers physique, alors que l'école de Milet se représentait la Terre plate ;
Les pythagoriciens pensent que le soleil (le feu) est au centre de l'univers et que la terre qui n'est qu'une planète comme les autres se meut autour du centre (Aristote-Traité du ciel- II, XIII, 293 a 18)
Ératosthène tenta de réaliser des calculs précis, notamment la mesure de la circonférence d'un méridien terrestre ;
Aristarque de Samos est le premier à envisager un modèle de système planétaire héliocentré. Cette découverte ne fut alors pas suivie2, pour des raisons philosophiques surtout parce qu'une telle cosmologie est en désaccord avec la conception géocentrée du monde qui était retenue par de grands philosophes comme Parménide, Platon, et Aristote. Il calcule aussi la distance Terre-Lune pour laquelle il trouve une valeur discutée, mais qui se situe en tout état de cause dans un ordre de grandeur acceptable3, ainsi qu'une distance Terre-Soleil4. ;
Hipparque poursuit ce travail : il recalcule, selon des méthodes nouvelles, la distance Terre-Soleil ainsi que la distance Terre-Lune (pour laquelle il retient la valeur de 67 1/3 rayons terrestres, contre 60,2 en réalité5), recense 1 500 étoiles[réf. nécessaire], retrouve approximativement la période de précession des équinoxes, qui était déjà connue des Babyloniens.[réf. nécessaire]
Ptolémée poursuit le travail d'Hipparque. Son Almageste sera la référence astronomique essentielle pendant treize siècles.

L'Univers selon le système de Ptolémée, vu par Andreas Cellarius en 1660-1661.

Ces connaissances du monde grec perdurèrent et influencèrent les sciences arabes après l'effondrement de l'Empire romain d'Occident. Elles restèrent présentes en Orient (particulièrement, avec des hauts et des bas, à Byzance6), même si Cosmas d'Alexandrie tente, sans succès, de restaurer le modèle d'un monde plat.

La Renaissance porte à son apogée cette représentation du monde, grâce aux explorations et aux grandes découvertes qui eurent lieu du XIIIe au XVIe siècles, à partir de systèmes géographiques et cosmologiques très élaborés (projection de Mercator).

La révolution copernicienne bouleverse cette cosmologie en trois étapes :

Copernic redécouvre l'héliocentrisme. Toutefois, cette redécouverte n'est que partiellement révolutionnaire : en effet, Copernic reste attaché aux sphères transparentes du modèle d'Aristote (pourtant délaissé par Ptolémée) censées soutenir les planètes et leur imprimer leur mouvement ; il présente son système comme un simple artifice destiné à simplifier les calculs.
Le dominicain Giordano Bruno défend la réalité du modèle héliocentrique et l'étend à toutes les étoiles, ouvrant la dimension de l'Univers physique à l'infini. Il sera brûlé au bûcher en tant qu'hérétique non pour des raisons scientifiques, mais religieuses.
Kepler, Galilée et Newton posent les bases fondamentales de la mécanique à partir du mouvement des planètes, grâce à leurs études respectivement du mouvement elliptique des planètes autour du Soleil, l'affinement des observations astronomiques avec la définition du mouvement uniformément accéléré, et la formalisation mathématique de la force de gravité. L'Univers, toutefois, reste confiné dans le système solaire.

Des modèles physiques tels que la sphère armillaire ou l'astrolabe ont été élaborés. Ils permettent d'enseigner et de calculer la position des astres dans le ciel visible. Aujourd'hui encore, la carte du ciel mobile aide les astronomes amateurs à se repérer dans le ciel, c'est une réincarnation de l'astrolabe.
Naissance
Expansion, âge et Big Bang
Articles détaillés : Frise chronologique du Big Bang, Expansion de l'Univers et Big Bang.

Les observations du décalage vers le rouge des rayonnements électromagnétiques en provenance d'autres galaxies suggèrent que celles-ci s'éloignent de notre galaxie, à une vitesse radiale d'éloignement proportionnelle à ce décalage (effet Doppler-Fizeau).

En étudiant les galaxies proches, Edwin Hubble s'est aperçu que la vitesse d'éloignement d'une galaxie était proportionnelle à sa distance par rapport à l'observateur (loi de Hubble) ; une telle loi est explicable par un Univers visible en expansion.

Bien que la constante de Hubble ait été révisée par le passé dans d'importantes proportions (dans un rapport de 10 à 1), la loi de Hubble a été extrapolée aux galaxies éloignées, pour lesquelles la distance ne peut être calculée au moyen de la parallaxe ; cette loi est ainsi utilisée pour déterminer la distance des galaxies les plus éloignées.

En extrapolant l'expansion de l'Univers dans le passé, on arrive à une époque où celui-ci a dû être beaucoup plus chaud et beaucoup plus dense qu'aujourd'hui. C'est le modèle du Big Bang, conçu par Georges Lemaître prêtre catholique belge, qui est un ingrédient essentiel de l'actuel modèle standard de la cosmologie et possède aujourd'hui un grand nombre de confirmations expérimentales[réf. nécessaire]. La description du début de l'histoire de l'Univers par ce modèle ne commence cependant qu'après qu'il fut sorti d'une période appelée ère de Planck durant laquelle l'échelle d'énergie de l'Univers était si grande que le modèle standard n'est pas en mesure de décrire les phénomènes quantiques qui s'y sont déroulés. Durant cette époque, seule une théorie de la gravitation quantique pourrait expliquer le comportement microscopique de la matière sous l'influence importante de la gravité. Mais les physiciens ne disposent pas encore (en 2015) d'une telle théorie. Pour des raisons de cohérence avec les observations, après l'ère de Planck le modèle du Big Bang privilégie aujourd'hui l'existence d'une phase d'inflation cosmique très brève mais durant laquelle l'Univers aurait grandi de façon extrêmement rapide. C'est à la suite de cette phase que l'essentiel des particules de l'Univers aurait été créé avec une haute température, enclenchant un grand nombre de processus importants7 qui ont finalement abouti à l'émission d'une grande quantité de lumière, appelé fond diffus cosmologique, qui peut être aujourd'hui observé avec une grande précision par toute une série d'instruments (ballons-sondes, sondes spatiales, radiotélescopes).

C'est l'observation de ce rayonnement fossile micro-onde, remarquablement uniforme dans toutes les directions, qui constitue aujourd'hui l'élément capital qui assoit le modèle du Big Bang comme description correcte de l'Univers dans son passé lointain. De nombreux éléments du modèle restent encore à déterminer (par exemple le modèle décrivant la phase d'inflation), mais il y a aujourd'hui consensus de la communauté scientifique autour du modèle du Big Bang.

Dans le cadre du modèle ΛCDM, les contraintes issues des observations de la sonde WMAP8 sur les paramètres cosmologiques indiquent une valeur la plus probable pour l'âge de l'Univers à environ 13,82 milliards d'années9 avec une incertitude de 0,02 milliard d'années, ce qui est en accord avec les données indépendantes issues de l'observation des amas globulaires10 ainsi que celle des naines blanches11. Cet âge a été confirmé en 2013 par les observations du satellite Planck.
Taille et Univers observable
Article détaillé : Univers observable.

À ce jour, aucune donnée scientifique ne permet de dire si l'Univers est fini ou infini. Certains théoriciens penchent pour un Univers infini, d'autres pour un Univers fini mais non borné. Un exemple d'Univers fini et non borné serait l'espace se refermant sur lui-même. Si on partait tout droit dans cet Univers, après un trajet, très long certes, il serait possible de repasser à proximité de son point de départ.

Les articles populaires et professionnels de recherche en cosmologie emploient souvent le terme « Univers » dans le sens d'« Univers observable »[réf. nécessaire]. L'être humain vit au centre de l'Univers observable, ce qui est en contradiction apparente avec le principe de Copernic qui dit que l'Univers est plus ou moins uniforme et ne possède aucun centre en particulier. Le paradoxe se résout simplement en tenant compte du fait que la lumière se déplace à la même vitesse dans toutes les directions et que sa vitesse n'est pas infinie : regarder au loin revient à regarder un événement décalé dans le passé du temps qu'il a fallu à la lumière pour parcourir la distance séparant l'observateur du phénomène observé. Or il ne nous est pas possible de voir de phénomène issu d'avant le Big Bang. Ainsi, les limites de l'Univers observable correspondent au lieu le plus lointain de l'Univers pour lesquelles la lumière a mis moins de 13,7 milliards d'années à parvenir à l'observateur, ce qui le place immanquablement au centre de son Univers observable. On appelle « horizon cosmologique » la première lumière émise par le Big Bang il y a 13,7 milliards d'années.

On estime que le diamètre de cet Univers observable est de 100 milliards d'années lumière12. Celui-ci contient environ 7×1022 étoiles, répandues dans environ 100 milliards de galaxies, elles-mêmes organisées en amas et superamas de galaxies12. Mais le nombre de galaxies pourrait être encore plus grand, selon le champ profond observé avec le télescope spatial Hubble.

Il est cependant possible que l’Univers observable ne soit qu'une infime partie d’un Univers réel beaucoup plus grand.

La définition de l'Univers choisie par cet article (« ensemble de tout ce qui existe ») soulève par ailleurs différents problèmes. Tout d'abord, il ne peut pas posséder de « bord » au sens intuitif du terme. En effet, l'existence de bord impliquerait l'existence d'un extérieur à l'Univers. Or par définition l'Univers est l'ensemble de tout ce qui existe, il ne peut donc rien exister à l'extérieur. Toutefois cela ne signifie pas que l'Univers est infini, il peut être fini sans avoir de « bord », sans avoir en fait d'extérieur. Cela soulève une autre interrogation : que signifie pour l'Univers d'être en expansion s'il n'a ni bord ni extérieur ?
Forme
Articles détaillés : Forme de l'Univers et Courbure spatiale.

Une importante question de cosmologie est de connaître la forme de l'Univers.

Est-ce que l'Univers est « plat » ? C'est-à-dire : est-ce que le théorème de Pythagore pour les triangles droits est valide à de plus grandes échelles ? Actuellement, la plupart des cosmologues pensent que l'Univers observable est (presque) plat, juste comme la Terre est (presque) plate13.
Est-ce que l'Univers est simplement connexe ? Selon le modèle standard du Big Bang, l'Univers n'a aucune frontière spatiale, mais peut néanmoins être de taille finie.

Ceci peut être compris par une analogie bidimensionnelle : la surface de la Terre n'a aucun bord, mais possède une aire bien déterminée.
Vous pouvez également penser à un cylindre et imaginer de coller les deux extrémités du cylindre ensemble, mais sans plier le cylindre.
C'est aussi un espace bidimensionnel avec une surface finie, mais au contraire de la surface de la Terre, il est plat, et peut ainsi servir de meilleur modèle.

Par conséquent, à proprement parler, nous devrions appeler les étoiles et les galaxies mentionnées ci-dessus « images » d'étoiles et de galaxies, puisqu'il est possible que l'Univers soit fini et si petit que nous pouvons voir une ou plusieurs fois autour de lui, et le vrai nombre d'étoiles et de galaxies physiquement distinctes pourrait être plus petit. Des hypothèses d'Univers multiconnexe ont été proposées et sont en cours d'étude[réf. nécessaire].
Modèle dimensionnel

L'Univers a-t-il trois, six, dix dimensions ou plus ?

La théorie des cordes prédit qu'espace et matière sont consubstantiels. Il n'y a pas de « contenant » (l'espace) mais un fond d'espace-temps qui interagit avec la matière. Dans certains cas particuliers, la notion de « nombre de dimensions de l'espace » dépend de l'intensité avec laquelle les cordes réagissent entre elles. Si cette interaction est faible, elles semblent se propager dans un espace à neuf dimensions - auxquelles il faut rajouter celle du temps. Si cette interaction croît, cela développe une dimension de plus (ou plus en fonction de l'intensité de l'interaction) à laquelle il faut toujours rajouter celle du temps. Supposons maintenant qu'on enferme l'Univers dans un espace « fini » (une boîte pour être concret) et que cet espace rapetisse jusqu'à 10-32 centimètre de côté, la théorie des cordes le prédit équivalent à un Univers très grand. La conception d'espace est fondamentalement bouleversée. La mise en route du grand collisionneur de hadrons de Genève, Large Hadron Collider (plus communément appelé LHC), viendra peut-être confirmer cette théorie. Elle ne pourra en revanche pas l'infirmer, car aucun ordre de grandeur n'a été prédit par la théorie des cordes. Ainsi, si le phénomène n'est pas détecté, cela pourrait signifier que trop peu d'énergie a été générée pour rendre le phénomène observable, sans impliquer pour autant que la théorie soit nécessairement erronée.
Avenir

Selon les prédictions du modèle cosmologique le plus couramment admis de nos jours, les « objets galactiques » auront une fin : c'est la mort thermique de l'Univers. Le Soleil, par exemple, s'éteindra dans 5 (à 7) milliards d'années, lorsqu'il aura consumé tout son combustible. À terme, les autres étoiles évolueront elles aussi dans des cataclysmes cosmologiques (explosions, effondrements). Déjà les naissances d'étoiles ralentissent14 faute de matière, qui se raréfie au fil du temps. Dans 20 milliards d'années environ, aucun astre ne s'allumera plus. L'Univers sera peuplé d'étoiles éteintes (étoiles à neutrons, naines blanches, trous noirs) et des naines rouges résiduelles. À bien plus longues échéances, les galaxies se désagrègeront dans des collisions géantes par leurs interactions gravitationnelles internes et externes15.

En ce qui concerne le contenant (« l'espace »), certains physiciens[Qui ?] pensent que le processus d'expansion sera gravitationnellement ralenti et s'inversera selon le scénario du Big Crunch16. Pour d'autres[Qui ?], l'expansion, qui semble à présent accélérée par la présence d'une énergie répulsive de nature inconnue (l'énergie sombre), continuera à jamais. Peu à peu, les astres éteints s'agglutineront en trous noirs. L'Univers, sans aucune structure, ne sera plus qu'un bain de photons de plus en plus froids17. Toute activité dans l'Univers s'éteindra ainsi à jamais : c'est le Big Chill. Si au contraire la quantité d'énergie sombre croît, l'Univers continuera son expansion à une vitesse toujours plus grande pour exploser à toutes les échelles : toute la matière qui le compose (y compris les atomes) se déchirera par dilatation de l'espace. C'est le Big Rip (littéralement : « grand déchirement »). Certains modèles prévoient une telle fin dans 22 milliards d'années.

Chacun de ces scénarios dépend donc de la quantité d'énergie sombre que contiendra l'Univers à un moment donné. Actuellement, l'état des connaissances suggère non seulement qu'il y a insuffisamment de masse et d'énergie pour provoquer ce Big Rip, mais que l'expansion de l'Univers semble s'accélérer et continuera donc pour toujours18.
Notes et références

↑ (en) « NASA WMAP What is the universe made of ? » [archive]
↑ À notre connaissance, un seul autre savant de l'Antiquité fut de cet avis, Séleucos de Séleucie.
↑ (en) Otto Neugebauer, A history of ancient mathematical astronomy, Berlin ; New York : Springer-Verlag, 1975, p. 634 ss. Aristarque ne donne pas le résultat de ses calculs, mais de ses données (diamètre apparent angulaire de la Lune : 2° ; diamètre de la Lune : 1/3 de diamètre lunaire), on peut déduire une distance Terre-Lune de 40 rayons terrestres environ, contre 60,2 en réalité. Mais Neugebauer estime que c'est un angle de 1/2° et non de 2° qu'Aristarque tenait pour correct, ce qui aboutirait à 8 rayons terrestres pour la distance Terre-Lune. Voir Aristarque.
↑ Neugebauer, loc. cit.
↑ cf. Des grandeurs et des distances du Soleil et de la Lune.
↑ cf. sciences grecques.
↑ , comme la nucléosynthèse primordiale par exemple ou encore la baryogénèse.
↑ Lancée par la NASA.
↑ (en) D.N. Spergel et al., Wilkinson microwave anisotropy probe (wmap) three year results : implications for cosmology. [archive] soumis à Astrophys. J., prépublication disponible sur la base de données arXiv.
↑ (en) Chaboyer, B. & Krauss, Theoretical Uncertainties in the Subgiant--Mass Age Relation and the Absolute Age of Omega Cen [archive] L. M. 2002, ApJ, 567, L45.
↑ (en) Brad M. S. Hanser et al., « HST Observations of the White Dwarf Cooling Sequence of M4 », The Astrophysical Journal Supplement Series, vol. 155, no 2,‎ décembre 2004, p. 551-576 (ISSN 0067-0049 et 1538-4365, DOI 10.1086/424832, résumé [archive], lire en ligne [archive]).
↑ a et b Science-et-Vie Hors-Série no 242, mars 2008. L'Univers en chiffres.
↑ (en)Shape of the Universe [archive].
↑ Actuellement, l'observation de notre galaxie dénombre la naissance d'une ou deux étoiles par an.
↑ Jean-Pierre Luminet, Astrophysicien, CNRS, Observatoire de Paris-Meudon, in Sciences & Avenir no 729, novembre 2007.
↑ Littéralement : « grand écrasement ».
↑ D'après une théorie de Stephen Hawking (dans son livre Une brève histoire du temps), si l'Univers continue indéfiniment à s'étendre, les particules issues d'explosions successives ne seront plus assez proches les unes des autres pour recréer des étoiles après leur explosion.
↑ (en)Fate of the Universe [archive].

Voir aussi

Sur les autres projets Wikimedia :

Univers, sur Wikimedia Commons Univers, sur le Wiktionnaire Univers, sur Wikibooks Univers, sur Wikisource

Articles connexes

Modèle cosmologique
Cosmologie non standard
Voie lactée
Monde (univers)
Radiotélescope
Observatoire astronomique
Destin de l'Univers
Âge de l'Univers
Masse de l'Univers
Théorie d'Everett
Table des constantes astrophysiques
Densité critique
Énergie sombre
Matière noire
Tout

Liens externes

Univers, Institut national des sciences de l'Univers
Cartes de l'univers, depuis le système solaire, ses alentours, la carte de la galaxie, le groupe local, les amas, les super-amas

[masquer]
v · m
Situation de la Terre dans l'Univers
Terre → Système Terre-Lune → Système solaire → Nuage interstellaire local → Bulle locale → Ceinture de Gould → Bras d’Orion → Voie lactée → Sous-Groupe local → Groupe local → Feuille locale → Volume local → Superamas de la Vierge → Superamas Vierge-Hydre-Centaure → Superamas Laniakea → Complexe de superamas Poissons-Baleine → Univers observable → Univers
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.atelier-yannistignard.com
yanis la chouette



Nombre de messages : 4322
Localisation : http://yanis.tignard.free.fr
Date d'inscription : 12/11/2005

MessageSujet: Re: John Forbes Nash Jr, TAY et Y'becca   Mer 5 Oct à 10:12

Un séisme ou tremblement de terre est une secousse du sol résultant de la libération brusque d'énergie accumulée par les contraintes exercées sur les roches. Cette libération d'énergie se fait par rupture le long d'une faille, généralement préexistante. Plus rares sont les séismes dus à l'activité volcanique ou d'origine artificielle (explosions par exemple). Le lieu de la rupture des roches en profondeur se nomme le foyer, la projection du foyer à la surface est l'épicentre du séisme. Le mouvement des roches près du foyer engendre des vibrations élastiques qui se propagent, sous la forme de trains d'ondes sismiques, autour et au travers du globe terrestre. Il produit aussi un dégagement de chaleur par frottement, au point de parfois fondre les roches le long de la faille (pseudotachylites).

Il se produit de très nombreux séismes tous les jours mais la plupart ne sont pas ressentis par les humains. Environ cent mille séismes sont enregistrés chaque année sur la planète1. Les plus puissants d'entre eux comptent parmi les catastrophes naturelles les plus destructrices. La grande majorité des séismes se produisent à la limite entre les plaques tectoniques (séismes interplaques) de la terre, mais il peut aussi y avoir des séismes à l'intérieur des plaques (séismes intraplaques).

La science qui étudie ces phénomènes est la sismologie (pratiquée par les sismologues) et l'instrument de mesure principal est le sismographe (qui produit des sismogrammes). L'acquisition et l'enregistrement du signal s'obtiennent dans une station sismique regroupant, outre les capteurs eux-mêmes, des enregistreurs, numériseurs et antennes GPS, pour le positionnement géographique et le temps.

Sommaire

1 Caractéristiques principales
1.1 Quatre catégories de tremblements de terre
1.1.1 Séismes tectoniques
1.1.2 Séismes d'origine volcanique
1.1.3 Séismes d'origine polaire
1.1.4 Séismes d'origine artificielle
1.2 Magnitude
1.3 Intensité macrosismique
2 Différents types d'ondes sismiques
3 Enregistrement des séismes
3.1 Séismes les plus puissants enregistrés depuis 1900
3.2 Séismes les plus meurtriers depuis 1900
4 Méthodes de détection
4.1 Ancienne méthode chinoise
4.2 Méthodes modernes
5 Méthodes de prévision
5.1 Long terme
5.2 Moyen terme
5.3 Court terme

Caractéristiques principales
Épicentre, hypocentre (foyer) et faille

L'hypocentre ou foyer sismique peut se trouver entre la surface et jusqu'à sept cents kilomètres de profondeur (limite du manteau supérieur) pour les événements les plus profonds.
Les trois grands types de failles
Quatre catégories de tremblements de terre

Un tremblement de terre est une secousse plus ou moins violente du sol qui peut avoir quatre origines : rupture d'une faille ou d'un segment de faille (séismes tectoniques) ; intrusion et dégazage d'un magma (séismes volcaniques) ; « craquements » des calottes glaciaires se répercutant dans la croûte terrestre2 ; explosion, effondrement d'une cavité (séismes d'origine naturelle ou dus à l'activité humaine)3. En pratique on classe les séismes en trois catégories selon les phénomènes qui les ont engendrés :
Séismes tectoniques

Les séismes tectoniques sont de loin les plus fréquents et dévastateurs. Une grande partie des séismes tectoniques a lieu aux limites des plaques, où se produit un glissement entre deux milieux rocheux. Ce glissement, localisé sur une ou plusieurs failles, est bloqué durant les périodes inter-sismiques (entre les séismes), et l'énergie s'accumule par la déformation élastique des roches4. Cette énergie et le glissement sont brusquement relâchés lors des séismes. Dans les zones de subduction, les séismes représentent en nombre la moitié de ceux qui sont destructeurs sur la Terre, et dissipent 75 % de l'énergie sismique de la planète. C'est le seul endroit où on trouve des séismes profonds (de 300 à 645 kilomètres). Au niveau des dorsales médio-océaniques, les séismes ont des foyers superficiels (0 à 10 kilomètres), et correspondent à 5 % de l'énergie sismique totale. De même, au niveau des grandes failles de décrochement, ont lieu des séismes ayant des foyers de profondeur intermédiaire (de 0 à 20 kilomètres en moyenne) qui correspondent à 15 % de l'énergie. Le relâchement de l'énergie accumulée ne se fait généralement pas en une seule secousse, et il peut se produire plusieurs réajustements avant de retrouver une configuration stable. Ainsi, on constate des répliques à la suite de la secousse principale d'un séisme, d'amplitude décroissante, et sur une durée allant de quelques minutes à plus d'un an. Ces secousses secondaires sont parfois plus dévastatrices que la secousse principale, car elles peuvent faire s'écrouler des bâtiments qui n'avaient été qu'endommagés, alors que les secours sont à l'œuvre. Il peut aussi se produire une réplique plus puissante encore que la secousse principale quelle que soit sa magnitude. Par exemple, un séisme de 9,0 peut être suivi d'une réplique de 9,3 plusieurs mois plus tard même si cet enchaînement reste extrêmement rare.
Séismes d'origine volcanique

Les séismes d'origine volcanique résultent de l'accumulation de magma dans la chambre magmatique d'un volcan. Les sismographes enregistrent alors une multitude de microséismes (trémor) dus à des ruptures dans les roches comprimées ou au dégazage du magma3. La remontée progressive des hypocentres (liée à la remontée du magma) est un indice prouvant que le volcan est en phase de réveil et qu'une éruption est imminente.
Séismes d'origine polaire

Les glaciers et la couche de glace présentent une certaine élasticité, mais les avancées différentiées et périodiques (rythme saisonnier marqué) de coulées de glace provoquent des cassures dont les ondes élastiques génèrent des tremblements de terre, enregistrés par des sismographes loin du pôle à travers le monde2 . Ces « tremblements de terre glaciaires » du Groenland sont caractérisés par une forte saisonnalité. Une étude publiée en 2006 a conclu que le nombre de ces séismes avait doublé de 2000 à 2005, tendance temporelle suggérant un lien avec une modification du cycle hydrologique et une réponse glaciaire à l'évolution des conditions climatiques2. Si l'on considère qu'une part du réchauffement climatique est d'origine humaine, une part des causes de ces séismes pourrait être considérée comme induits par l'Homme (voir ci-dessous).
Séismes d'origine artificielle
Article détaillé : Séismes induits.

Les séismes d'origine artificielle ou « séismes » de faible à moyenne magnitude sont dus à certaines activités humaines telles que barrages, pompages profonds, extraction minière, explosions souterraines ou nucléaires, ou même bombardements5. Ils sont fréquents et bien documentés depuis les années 1960-1970. Par exemple, rien que pour la France et uniquement pour les années 1971-1976, plusieurs séismes ont été clairement attribués à des remplissages de lacs-réservoirs, à l'exploitation de gisements pétrolifères ou aux mines :

le remplissage du lac de Vouglans (Jura) (magnitude 4,3, le 21 juin 1971) qui produit des dégâts dans les villages voisins du barrage,
autour du lac-réservoir de l'Alesani, en Corse, le 29 septembre 1971 un séisme est ressenti sur une faible surface centrée sur le lac (dans une zone jusqu'alors complètement asismique) . En avril 1978, lors d'un nouveau remplissage (après vidange du barrage durant plusieurs mois), un nouveau séisme de magnitude 4,4 est ressenti,
le lac-réservoir de Sainte-croix-du-Verdon (Alpes-de-Haute-Provence) n'a pas bougé lors de son remplissage, mais de septembre 1973 à août 1975, les stations séismiques télémétrées ont enregistré plus de 90 petites secousses, au voisinage même du lac, et leur fréquence maximale (36 secousses en 3 mois) correspondait au moment du pic de remplissage (mars-mai 1975),
le gisement pétrolifère et gazier de Lacq (surveillé depuis 1974), a encore produit des séismes (dont le 31 décembre 1972 de magnitude 4,0, ainsi qu'en avril 2016 de magnitude 46),
le gisement gazier de Valempoulières (Jura) a généré un petit séisme le 8 janvier 1975, ressenti dans les communes l'entourant,
des « coups de toit » peuvent toucher les régions minières, à l'image des anciens bassins houillers de Fuveau-Gardanne dans les Bouches-du-Rhône et celui de Creutzwald-Merlebach en Moselle, et peuvent être confondus avec de véritables séismes naturels7.

Les tremblements de terre engendrent parfois des tsunamis, dont la puissance destructrice menace une part croissante de l'humanité, installée en bordure de mer. Ils peuvent aussi menacer les installations pétrolières et gazières offshore et disperser les décharges sous-marines contenant des déchets toxiques, déchets nucléaires et munitions immergées. On cherche à les prévoir, pour s'en protéger, à l'aide d'un réseau mondial d'alerte, qui se met en place, en Indonésie et Asie du Sud Est notamment.

Dans certains cas, les séismes provoquent la liquéfaction du sol : un sol mou et riche en eau perdra sa cohésion sous l'effet d'une secousse.

Risques de séismes dus aux essais dans les centrales géothermiques :

Un centre de recherche sur les centrales géothermiques, dans le nord-est de la France, expérimente des techniques de géothermie. L’expérience consiste à injecter de l'eau froide dans des poches de magma (2 trous préalablement forés, l'un pour l'entrée de l'eau froide et l'autre pour la sortie de l'eau transformée en vapeur, puis de la récupérer sous forme de vapeur, de la mettre en pression puis de faire tourner une turbine puis produire de l'électricité.

Conséquences de l'expérience :

L'injection d'eau froide dans les poches de magma agissait sur les failles environnantes, l'eau agissait comme lubrifiant et produisait des micro séismes qui pouvaient jusqu'à produire des fissures sur les murs des maisons.
Magnitude
Article détaillé : Magnitude d'un séisme.

La puissance d'un tremblement de terre peut être quantifiée par sa magnitude, notion introduite en 1935 par le sismologue Charles Francis Richter8. La magnitude se calcule à partir des différents types d'ondes sismiques en tenant compte de paramètres comme la distance à l'épicentre, la profondeur de l'hypocentre, la fréquence du signal, le type de sismographe utilisé, etc. La magnitude est une fonction continue logarithmique8: lorsque l'amplitude des ondes sismiques est multipliée par 10, la magnitude augmente d'une unité. Ainsi, un séisme de magnitude 7 provoquera une amplitude dix fois plus importante qu'un événement de magnitude 6, cent fois plus importante qu'un de magnitude 5.

La magnitude, souvent appelée magnitude sur l'échelle de Richter, mais de manière impropre, est généralement calculée à partir de l'amplitude ou de la durée du signal enregistré par un sismographe8. Plusieurs valeurs peuvent être ainsi calculées (Magnitude locale M L {\displaystyle M_{L}} M_{L}, de durée M D {\displaystyle M_{D}} M_{D}, des ondes de surfaces M S {\displaystyle M_{S}} M_{S}, des ondes de volumes M B {\displaystyle M_{B}} M_{B}). Ces différentes valeurs ne sont pas très fiables dans le cas des très grands tremblements de terre. Les sismologues lui préfèrent donc la magnitude de moment (notée M W {\displaystyle M_{W}} M_{W}) qui est directement reliée à l'énergie libérée lors du séisme8. Des lois d'échelle relient cette magnitude de moment à la géométrie de la faille (surface), à la résistance des roches (module de rigidité) et au mouvement cosismique (glissement moyen sur la faille).
Intensité macrosismique
Article détaillé : Risque sismique.
Carte des intensités du tremblement de terre d'Haïti de 2010.

La magnitude d'un séisme ne doit pas être confondue avec l'intensité macrosismique (sévérité de la secousse au sol) qui se fonde sur l'observation des effets et des conséquences du séisme sur des indicateurs communs en un lieu donné : effets sur les personnes, les objets, les mobiliers, les constructions, l'environnement. Le fait que ces effets soient en petit nombre ou en grand nombre sur la zone estimée est en soi un indicateur du niveau de sévérité de la secousse. L'intensité est généralement estimée à l'échelle de la commune. On prendra par exemple en compte le fait que les fenêtres ont vibré légèrement ou fortement, qu'elles se sont ouvertes, que les objets ont vibré, se sont déplacés ou ont chuté en petit nombre ou en grand nombre, que des dégâts sont observés, en tenant compte des différentes typologies constructives (de la plus vulnérable à la plus résistante à la secousse), les différents degrés de dégâts (du dégât mineur à l'effondrement total de la construction) et si la proportion des dégâts observés est importante ou non (quelques maisons, ou l'ensemble des habitations)9.
Les échelles d'intensité comportent des degrés généralement notés en chiffres romains, de I à XII pour les échelles les plus connues (Mercalli, MSK ou EMS). Parmi les différentes échelles, on peut citer :

l'échelle Rossi-Forel (aussi notée RF) ;
l'échelle Medvedev-Sponheuer-Karnik (aussi notée MSK) ;
l'échelle de Mercalli (notée MM dans sa version modifiée) ;
l'échelle de Shindo (震度) de l'agence météorologique japonaise ;
l'échelle macrosismique européenne (aussi notée EMS98);

Les relations entre magnitude et intensité sont complexes. L'intensité dépend du lieu d'observation des effets. Elle décroît généralement lorsqu'on s'éloigne de l'épicentre en raison des atténuations dues à la distance (atténuation géométrique) ou au milieu géologique traversé par les ondes sismiques (atténuation anélastique ou intrinsèque), mais d'éventuels effets de site (écho, amplification locale, par exemple par des sédiments ou dans des pitons rocheux) peuvent perturber les courbes moyennes de décroissance que l'on utilise pour déterminer l'intensité et l'accélération maximale du sol qu'ont à subir les constructions sur les sites touchés, ou qu'ils auront à subir sur un site précis lorsqu'on détermine un aléa sismique.

Statistiquement, à 10 kilomètres d'un séisme de magnitude 6, on peut s'attendre à des accélérations de 2 mètres par seconde au carré, des vitesses du sol de 1 mètre par seconde et des déplacements d'une dizaine de centimètres; le tout, pendant une dizaine de secondes10.
Différents types d'ondes sismiques
Article détaillé : Onde sismique.

Au moment du relâchement brutal des contraintes de la croûte terrestre (séisme), deux grandes catégories d'ondes peuvent être générées. Il s'agit des ondes de volume qui se propagent à l'intérieur de la Terre et des ondes de surface qui se propagent le long des interfaces11.

Dans les ondes de volume, on distingue :

les ondes P ou ondes de compression. Le déplacement du sol se fait par dilatation et compression successives, parallèlement à la direction de propagation de l'onde. Les ondes P sont les plus rapides (6 km/s près de la surface). Ce sont les ondes enregistrées en premier sur un sismogramme11 ;
les ondes S ou ondes de cisaillement. Les vibrations s'effectuent perpendiculairement au sens de propagation de l'onde, comme sur une corde de guitare. Plus lentes que les ondes P, elles apparaissent en second sur les sismogrammes11.

Les ondes de surface (ondes de Rayleigh, ondes de Love) résultent de l'interaction des ondes de volume. Elles sont guidées par la surface de la Terre, se propagent moins vite que les ondes de volume, mais ont généralement une plus forte amplitude11. Généralement ce sont les ondes de surface qui produisent les effets destructeurs des séismes.
Enregistrement des séismes

Les plus anciens relevés sismiques datent du VIIIe millénaire av. J.‑C.[réf. nécessaire].
Séismes les plus puissants enregistrés depuis 1900

Tremblements de terre de magnitude au moins égale à 8.
Pays Ville / Zone Magnitude Date Nombre de morts Nombre de blessés Remarques et liens vers les articles détaillés
Chili Valdivia 9,5 22 mai 1960 3 000 Séisme de 1960 de Valdivia (le séisme le plus violent jamais recensé)
Sumatra Andaman 9,4 26 décembre 2004 227 898 125 000 Séisme du 26 décembre 2004 dans l'océan Indien
États-Unis Alaska 9,2 27 mars 1964 131 Séisme de 1964 en Alaska
Russie Kamtchatka 9,0 4 novembre 1952
Japon Sendai, Côte Pacifique du Tōhoku 9,012,13 11 mars 2011 15 776 morts et 4 225 disparus14,15 5 92914,15 Séisme de 2011 de la côte Pacifique du Tōhoku
Équateur 8,8 1906
Chili Concepción 8,8 27 février 2010 497 Séisme de 2010 au Chili
États-Unis Alaska 8,7 1965
Sumatra Île de Nias 8,7 28 mars 2005 905 Séisme de 2005 à Sumatra
Océan Indien Proche de l'Indonésie Inde, Thaïlande et Sri Lanka 8,7 puis réplique de 8,3 11 avril 201216
Tibet 8,6 15 août 1950
Alaska Andreanof 8,6 9 mars 195717
Russie Iles Kouriles 8,5 1963
Kamtchatka 8,5 1923
Indonésie Mer de Banda 8,5 1er février 1938 Séisme de la mer de Banda
Pérou Arequipa 8,4 23 juin 2001 250 1 000 Séisme de 2001 au Pérou
Japon Kanto 8,3 1er septembre 1923 141 720 Séisme de 1923 de Kantō
Chili Chillán 8,3 24 janvier 1939 28 000 58 000
Tonga 8,3 3 mai 2006 Séisme de 2006 aux Tonga
Russie Iles Kouriles 8,3 15 novembre 2006 Raz de marée d'1,80 m et effets à plus de 16 000 km de l'épicentre, notamment à Crescent City, Californie
Russie Iles Kouriles 8,3 13 janvier 2007
Océan Pacifique 8,3 29 septembre 2009
Russie Mer d'Okhotsk, proche de la péninsule du Kamtchatka 8,3 24 mai 201318
Chili Océan Pacifique, 46 kilomètres au large de la localité côtière d'Illapel 8,3 16 septembre 201519 Séisme du 16 septembre 2015 au Chili
États-Unis San Francisco 8,2 18 avril 1906 3 000 Séisme de 1906 à San Francisco
Chili Valparaíso 8,2 17 août 1906 20 000 20 000
Chili Au large d'Iquique, à environ 89 km sud-ouest de Cuya, à une profondeur de 46,4 km dans l'océan Pacifique 8,2 1er avril 2014 à 20h46 locales20,21 5 Séisme de 2014 au Chili
Mexique Mexico 8,1 19 septembre 1985 10 000 Séisme de 1985 à Mexico
Pérou Ica, Lima 8,0 15 août 2007 387 1 050
Séismes les plus meurtriers depuis 1900

Tremblements de terre ayant fait plus de 15 000 morts d'après les estimations des autorités locales, placés dans l'ordre chronologique.
Ville / Zone Pays Date Magnitude Nombre de morts Remarques et liens vers les articles détaillés
Kangra Inde 4 avril 1905 8,6 19 000
Santiago du Chili Chili 17 août 1906 8,6 20 000
Messine Italie 28 décembre 1908 7,5 100 00022
Article détaillé : Séisme de 1908 à Messine.
Avezzano Italie 13 janvier 1915 7,5 29 980
Bali Indonésie 21 janvier 1917 8.2 15 000
Gansu Chine 16 décembre 1920 8,6 200 000
Tokyo Japon 1er septembre 1923 8,3 143 000 Le séisme de 1923 de Kantō est suivi d'un gigantesque incendie.
Xining Chine 22 mai 1927 8,3 200 000
Gansu Chine 25 décembre 1932 7,6 70 000
Quetta Pakistan 30 mai 1935 7,5 45 000
Chillán Chili 24 janvier 1939 8,3 28 000
Erzincan Turquie 26 décembre 1939 8,0 30 000
Achgabat URSS 5 octobre 1948 7,3 110 000
Dashti Biaz Khorassan Iran 31 août 1968 7,3 16 000
Chimbote Pérou 31 mai 1970 8,0 66 000
Yibin Chine 10 mai 1974 6,8 20 000
Guatemala 4 février 1976 7,5 23 000
Tangshan Chine 27 juillet 197623 8,2 240 000 Le nombre officiel de morts est 240 000 personnes24. D'autres estimations font état de 500 00022 à 800 000 victimes directes ou indirectes25.
Article détaillé : Séisme de 1976 à Tangshan.
Michoacan Mexique 19 septembre 1985 8,1 20 000
Article détaillé : Séisme de 1985 à Mexico.
Région de Spitak Arménie 7 décembre 1988 7,0 25 000
Article détaillé : Séisme de 1988 en Arménie.
Zangan Iran 20 juin 1990 7,7 45 000
Kocaeli Turquie 17 août 1999 7,4 17 118
Article détaillé : Séisme de 1999 en Turquie.
Chi-chi (en) Taïwan 21 septembre 1999 7,3 2 415
Bhuj Inde 26 janvier 2001 7,7 20 085
Bam Iran 26 décembre 2003 6,6 26 271
Article détaillé : Séisme de 2003 à Bam.
Sumatra Indonésie 26 décembre 2004 9,4 227 898
Article détaillé : Séisme du 26 décembre 2004 dans l'océan Indien.
Muzaffarabad Pakistan 8 octobre 2005 7,6 79 410
Article détaillé : Séisme de 2005 au Cachemire.
Province du Sichuan Chine 12 mai 2008 7,9 87 149
Article détaillé : Séisme du Sichuan de mai 2008.
Port-au-Prince Haïti 12 janvier 2010 7,2 230 000
Article détaillé : Séisme de 2010 à Haïti.
Côte Pacifique du Tōhoku Japon 11 mars 2011 9,3 15 776 morts et 4 225 disparus14,15
Article détaillé : Séisme de 2011 de la côte Pacifique du Tōhoku.
Méthodes de détection
Ancienne méthode chinoise
Article détaillé : Histoire de la géologie.
Réplique du sismographe de Zhang Heng

L'ancienne méthode chinoise consistait en un vase de bronze comportant huit dragons sur le contour, le Houfeng Didong Yi du chinois Zhang Heng. Une bille était placée dans la gueule de chacun d'eux, prête à tomber dans la gueule d'un crapaud. Lorsqu'un séisme se produisait, la bille d'un des dragons (dépendant de l'endroit où se produisait le séisme) tombait dans la gueule d'un des crapauds. Cela indiquait la direction de l'épicentre du tremblement de terre, et vers où il fallait envoyer les secours.
Méthodes modernes
Article détaillé : Mesure en sismologie.

La localisation de l'épicentre par des moyens modernes se fait à l'aide de plusieurs stations sismiques (3 au minimum), et un calcul tridimensionnel. Les capteurs modernes permettent de détecter des événements très sensibles, tels qu'une explosion nucléaire.

Le Centre sismologique euro-méditerranéen a quant à lui développé un processus de détection sismique basé sur l'analyse du trafic web et des contenus sur Twitter. La collecte de témoignages et de photos permet en outre de connaître l'intensité des séismes ressentis, et d'apprécier et géolocaliser les dégâts matériels.
Méthodes de prévision

On peut distinguer trois types de prévisions : la prévision à long terme (sur plusieurs années), à moyen terme (sur plusieurs mois) et à court terme (inférieur à quelques jours)26.
Long terme

Les prévisions à long terme reposent sur une analyse statistique des failles répertoriées et sur des modèles déterministes ou probabilistes des cycles sismiques. Elles permettent de définir des normes pour la construction de bâtiments, en général sous la forme d'une valeur d'accélération maximale du sol (pga, peak ground acceleration). Certaines failles telles celles de San Andreas en Californie ont fait l'objet d'études statistiques importantes ayant permis de prédire le séisme de Santa Cruz en 1989. Des séismes importants sont ainsi attendus en Californie, ou au Japon (Tokai, magnitude 8.3). Cette capacité prévisionnelle reste cependant du domaine de la statistique, les incertitudes sont souvent très importantes, on est donc encore loin de pouvoir prévoir le moment précis d'un séisme afin d'évacuer à l'avance la population ou la mettre à l'abri.
Moyen terme

Les prévisions à moyen terme sont plus intéressantes pour la population. Les recherches sont en cours pour valider certains outils, comme la reconnaissance de formes (dilatance).
Court terme
Ce modèle est-il pertinent ? Cliquez pour en voir d'autres.
Cet article ne cite pas suffisamment ses sources (août 2010).

Si vous disposez d'ouvrages ou d'articles de référence ou si vous connaissez des sites web de qualité traitant du thème abordé ici, merci de compléter l'article en donnant les références utiles à sa vérifiabilité et en les liant à la section « Notes et références » (modifier l'article, comment ajouter mes sources ?).
La forme ou le fond de cet article scientifique est à vérifier. (indiquez la date de pose grâce au paramètre date)

Améliorez-le, ou discuter des points à vérifier. Si vous venez d'apposer le bandeau, merci d'indiquer ici les points à vérifier.

Dans l'état actuel des connaissances, on ne peut pas prédire les séismes à court terme, c'est-à-dire déterminer la date et l'heure exacte d'un événement sismique, même si on peut souvent déterminer le lieu d'un futur séisme (une faille active principalement), et quelques autres caractéristiques. Cependant, la recherche fondamentale en sismologie s'emploie à tenter de découvrir des moyens de prédiction scientifiques.
D'autres moyens ont été cités : par exemple, certains animaux semblent détecter les tremblements de terre : serpents, porcs, chiens... Deux heures avant un séisme à Yientsin, en 1969, les autorités chinoises ont lancé un avertissement fondé sur l’agitation des tigres, des pandas, des yacks et des cerfs du zoo. Aucune étude scientifique n’a réussi pour le moment à prouver ce phénomène 27.

Les prévisions à court terme se basent sur des observations très précises des terrains à risque. Les moyens de détection peuvent avoir un coût important et des résultats non garantis, du fait de la grande hétérogénéité des signes précurseurs d'un séisme, voire leur absence dans des séismes pourtant de grande ampleur, tels que TangShan ou Michoacan, qui avaient été prévus à moyen terme mais non à court terme.

Les gouvernements ont besoin d'informations certifiées pour évacuer une population des sites suspectés. Les États-Unis utilisent des outils de grande sensibilité autour des points statistiquement sensibles (tels que Parkfield en Californie) : vibrateurs sismiques utilisés en exploration pétrolière, extensomètres à fil d'invar, géodimètres à laser, réseau de nivellement de haute précision, magnétomètres, analyse des puits. Le Japon étudie les mouvements de l'écorce terrestre par GPS28 et par interférométrie (VLBI), méthodes dites de géodésie spatiale. En Afrique du Sud, les enregistrements se font dans les couloirs des mines d'or, à 2 km de profondeur. La Chine se base sur des études pluridisciplinaires, tels que la géologie, la prospection géophysique ou l'expérimentation en laboratoire.

La surveillance d'anomalies d'émission de radon (et de potentiel électrique) dans les nappes sont évoqués29, basée sur l'hypothèse qu'avant un séisme le sous-sol pourrait libérer plus de radon (gaz radioactif à faible durée de vie). On a constaté (par exemple en Inde30) une corrélation entre taux de radon dans les nappes souterraines et activité sismique. Un suivi en temps réel du radon à coût raisonnable est possible30. On a aussi montré dans les Alpes françaises que les variations de niveaux (de plus de 50 mètres) de deux lacs artificiels modifiaient les émissions périphériques de radon31.

Des recherches récentes soutiennent une possible corrélation entre des changements de l'ionosphère et des tremblements de terre, ce qui pourrait permettre des prédictions à court-terme32.
Notes et références

↑ François Michel, Roches et paysages, reflets de l’histoire de la Terre, Paris, Berlin, Orléans, BRGM éditions, 2005, (ISBN 978-2-7011-4081-0), p.74.
↑ a, b et c Göran Ekström, Meredith Nettles et Victor C. Tsai, Seasonality and Increasing Frequency of Greenland Glacial Earthquakes ; Science 2006-03-24 ; pp 1756-1758 (résumé [archive]).
↑ a et b Documents pédagogiques de l'EOST ; les catégories de séismes Les catégories de séismes [archive].
↑ Les Séismes. Planète Terre, Université Laval, Québec Les séismes [archive].
↑ Bombs may have caused quake [archive], 6 mars 2002.
↑ Hubert Bruyère, « Le gisement de Lacq est à l'origine du séisme de ce lundi matin en Béarn », La République des Pyrénées,‎ 25 avril 216 (lire en ligne [archive]).
↑ Observations sismologiques, sismicité de la France de 1971 à 1979 [archive], Bureau central sismologique français, Strasbourg, 1983.
↑ a, b, c et d Documents pédagogiques de l'EOST; la magnitude d'un séisme La magnitude d un séisme [archive].
↑ Documents pédagogiques de l'EOST; l'Intensité d'un séisme L'intensité d'un séisme [archive].
↑ Pascal Bernard (IPGP), Qu'est-ce qui fait trembler la terre?, EDP Sciences, 2003 (ISBN 978-2868836298) (page 265).
↑ a, b, c et d Documents pédagogiques de l'EOST ; les ondes sismiques Les ondes sismiques [archive].
↑ « Japan's megaquake: what we know », New Scientist, article de Michael Reilly, senior technology editor, le 11 mars 2011, 17h22 GMT (1722 GMT, 11 March 2011), lien [archive] .
↑ http://www.jma.go.jp/jma/en/News/2011_Earthquake_01.html [archive].
↑ a, b et c (en) « Damage Situation and Police Countermeasures associated with 2011 Tohoku district - off the Pacific Ocean Earthquake - September 8, 2011 » [archive], sur www.npa.go.jp (National Police Agency of Japan) (consulté le 8 septembre 2011).
↑ a, b et c Bilan provisoire.
↑ Séisme au large de l'Indonésie [archive].
↑ Requalification de la magnitude du séisme, site de l'United States Geological Survey’s (USGS) Lien USGS-1957 [archive].
↑ Un puissant séisme frappe l'Extrême-Orient russe, ressenti jusqu'à Moscou [archive].
↑ Séisme au Chili : un million de personnes déplacées par crainte d’un tsunami » [archive].
↑ [1] [archive].
↑ [2] [archive].
↑ a et b Jean Demangeot, Les milieux « naturels » du globe, Paris, Armand Colin, 10e édition, 2002, (ISBN 978-2-200-34608-9), p.101.
↑ Le séisme a eu lieu le 28 juillet à 03:42 heure locale. Mais en général la référence pour le temps d'origine d'un tremblement de terre est l'heure UTC et donc le 27 juillet compte tenu des 8 heures de différence.
↑ « 7.2-Magnitude Earthquake Strikes China » dans The Chicago Tribune du 20-03-2008, [lire en ligne [archive]].
↑ François Michel, Roches et paysages, reflets de l’histoire de la Terre, Paris, Belin, Orléans, brgm éditions, 2005, (ISBN 978-2-7011-4081-0), p.74.
↑ (fr) Rapport de l'assemblée nationale française - Les Séismes et mouvements de terrain, chap.3 [archive].
↑ http://www.dinosoria.com/animal_seisme.htm [archive].
↑ Monitoring of Earthquakes, Tsunamis and Volcanic Activity, Japan Meteorological Agency, Tokyo, Japan part Prediction and Information Services for the [archive] Tokai Earthquake.
↑ A. PAWULA, 1997 : Contribution à l’explication des anomalies du radon 222 dans le milieu naturel. Point de vue d’un géologue. Séminaire SUBATECH, École des mines de Nantes, Laboratoire de physique subatomique et des technologies associées.
↑ a et b M. Singh, M. Kumar, R. K. Jain and R. P. Chatrath, Radon in ground water related to seismic events ; Radiation Measurements Volume 30, Issue 4, August 1999, Pages 465-469 doi:10.1016/S1350-4487(99)00049-9 (Résumé [archive]).
↑ Trique, M; Richon, P; Perrier, F; Avouac, JP; Sabroux, JC., 1999 Radon emanation and electric potential variations associated with transient deformation near reservoir lakes. NATURE, 399: (6732) 137-141. (Résumé [archive]).
↑ Ionospheric Precursors of Earthquakes, Sergey Pulinets, Kirill Boyarchuk, Springer, 2004, ISBN 978-3-540-20839-6.

Voir aussi
Bibliographie

Victor Davidovici, La construction en zone sismique, Paris, 1999, 330 p.
La réglementation et la technique de construction en zone sismique illustrée par des exemples concrets de calculs
Grégory Quenet, Les tremblements de terre en France aux XVIIe et XVIIIe siècles. La naissance d'un risque, Seyssel, Champ Vallon, 2005

Articles connexes

Bradyséisme
Construction parasismique
Listes de séismes
Magnitude de moment
Mécanisme au foyer
Mégaséisme
Séisme artificiel provoqué par la catastrophe industrielle du 4 mai 1988
Sismologie
Tectonique des plaques
Tremblement d'étoile
Liste des catastrophes naturelles les plus meurtrières depuis l'Antiquité

Liens externes

Sur les autres projets Wikimedia :

Séisme, sur Wikimedia Commons séisme, sur le Wiktionnaire Séisme, sur Wikinews

(en) Carte des séismes en temps réel de l'Institut d'études géologiques des États-Unis
(mul) Publications académiques sur les séismes sur Google Scholar
Conférence sur les séismes et les risques sismiques de l'université de tous les savoirs (16 juillet 2000).
Dossier sur les tremblements de terre sur le portail Futura-Sciences (1er octobre 2007).


[masquer]
v · m
Risques naturels et technologiques
Aléa naturel

Astronomiques
Éruption solaire Météorite Géologiques
Aléa sismique Coulée de boue Écroulement Glissement de terrain dont sous-marin Lave torrentielle Mouvements différentiels du sol Séisme Maritimes
Érosion du littoral Tsunami Forte houle Submersion marine Retournement d'iceberg Météorologiques
Avalanche Canicule Crue Cyclone
Tropical Extratropical Feu de forêt Grand froid Inondation Neige Orage
Foudre Grêle Rafale descendante Pluie torrentielle Tempête Tempête de neige Tornade Article de qualité Tsunami météorologique Verglas Volcaniques
Coulée de lave Éruption volcanique Lahar Nuée ardente Danger biologique

Aléa technologique

Contamination radioactive Effondrement minier Explosion Installation classée, ICPE Marée noire Nuisance Site Seveso Pollution

Risque et accident

Risque
Biologique Chimique Climatique Géologique Industriel Majeur Sismique Volcanique Gestion du risque météorologique en entreprise Catastrophe naturelle Accident nucléaire

Gestion des risques

Cartographie Inspection de l'environnement Prévision
Crues Cyclones tropicaux Orages violents Volcanologique Plan de prévention PPR Inondation Règlementation ATEX Sécurité industrielle Séveso
Directive Site Zonage

Protection

Digue Levée de la Loire Protection civile Protection contre les explosions Protection paravalanche Zone d'expansion de crue

Crise

Alerte météorologique Alerte aux populations Gestion de crise Plan communal de sauvegarde PCS Plan d'urgence Retour d'expérience Vigilance météorologique

Portail de la géologie Portail de la géologie
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.atelier-yannistignard.com
yanis la chouette



Nombre de messages : 4322
Localisation : http://yanis.tignard.free.fr
Date d'inscription : 12/11/2005

MessageSujet: Re: John Forbes Nash Jr, TAY et Y'becca   Mer 5 Oct à 10:13

Orage magnétique
----------- Pour les articles homonymes, voir Orage (homonymie) et Tempête (homonymie).

Un orage magnétique, aussi appelé tempête magnétique, parfois précisés géomagnétiques, provoque des fluctuations brusques et intenses du magnétisme terrestre liées aux variations de l'activité solaire. Les couches électriques dans l’ionosphère feraient varier l’intensité du champ magnétique terrestre entraînant de nombreux orages magnétiques.
je, Moi, TAY La chouette effraie, soulève le fait sur le domaine de Matière dans le contexte du grand vide: L'Interaction des particules solaires avec la magnétosphère terrestre peut être assimilé à Une Réplique du sismographe de Zhang Heng se situant dans le contexte de l'air, de la matière et du Vide.

Histoire scientifique

En 1931, Sydney Chapman et Vincenzo C. A. Ferraro publient un article, A New Theory of Magnetic Storms, qui tente d'expliquer le phénomène des orages magnétiques1. Ils y argumentent que lorsque le Soleil entre en éruption, il émet également un nuage de plasma. Ce plasma voyage à une vitesse d'environ 800 km/s et atteint la Terre en un peu plus de 2 jours. Le nuage compresse alors le champ magnétique terrestre et par conséquent augmente le champ magnétique à la surface de la Terre2.

Héliophysique
Article détaillé : héliophysique.
Les principaux effets

Variation de la direction de l'aiguille d'une boussole ;
Fluctuations de l'intensité de l'induction magnétique terrestre, principalement la composante horizontale ;
Bruit électrique induit dans les câbles téléphoniques ;
Perturbations importantes de la propagation ionosphérique des ondes radioélectriques ;
Apparitions des aurores polaires.

Les différents types

L'orage à début brusque (SSC : Storm Sudden Commencement) qui touche toutes les latitudes, plus intense pendant les maxima du cycle solaire et suivant les éruptions solaires (chromosphériques) de quelques dizaines d'heures, il est accompagné d'une intense émission de rayons ultraviolets affectant les couches ionosphériques D et E, s'ajoutant à des averses de protons rapides ;
l'orage à début progressif : d'intensité moyenne, aux conséquences plus localisées et se produisant souvent avec une certaine régularité correspondant à la période de rotation du soleil sur lui-même.

La surveillance de l'activité solaire peut aider à prédire certaines perturbations dans la propagation des ondes dont les conséquences peuvent être graves pour les télécommunications, ainsi que l'incidence de ces orages sur la distribution de l'énergie électrique. En 1965, une énorme panne de courant avait plongé les habitants du continent nord-américain dans l’obscurité, soit 30 millions de personnes sur 200 000 km2. Lors de l'éruption solaire de 1989, c’est une panne de même origine qui a touché 6 millions de personnes au Québec3 ; de plus les aurores polaires produites par cet orage furent visibles jusqu'au Texas4.
Orages magnétiques historiques notoires

Éruption solaire de 1859
Aurore du 17 novembre 1882 (en)
Orage magnétique de mai 1921 (en)
Éruption solaire de 1989
Orage magnétique du Jour de la Bastille (en) (2000)

Références

↑ (en) S. Chapman, V. C. A. Ferraro, « A New Theory of Magnetic Storms », Nature, vol. 129, no 3169,‎ 1930, p. 129–130 (DOI 10.1038/126129a0, Bibcode 1930Natur.126..129C)
↑ (en) V. C. A. Ferraro, « A New Theory of Magnetic Storms: A Critical Survey », The Observatory, vol. 56,‎ 1933, p. 253–259 (Bibcode 1933Obs....56..253F)
↑ Scientists probe northern lights from all angles [archive], CBC (Radio-Canada anglophone), 22 octobre 2005 (en).
↑ (en) « Earth dodges magnetic storm » [archive], sur New Scientist,‎ 24 juin 1989.

Voir aussi

STEREO (Solar TErrestrial RElations Observatory) : une mission spatiale de la NASA réalisée dans le cadre de son programme d'étude des relations Soleil-Terre.
Indice Kp (en)

Lien externe

Sur les autres projets Wikimedia :

Aurora Borealis caused by electrical space tornadoes (anglais), sur Wikinews

[afficher]
v · m
Le Soleil
[afficher]
v · m
Étoiles
[afficher]
v · m
Magnétosphère

Portail de l’astronomie Portail de l’astronomie
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.atelier-yannistignard.com
yanis la chouette



Nombre de messages : 4322
Localisation : http://yanis.tignard.free.fr
Date d'inscription : 12/11/2005

MessageSujet: Re: John Forbes Nash Jr, TAY et Y'becca   Mer 5 Oct à 10:13

deux fus sur Luoyang et Xi'an réunis sous le nom de Fus sur les deux capitales (二京賦) et la dynamique des gaz, le magnétisme terrestre et interplanétaire, et l'ionosphère.

Je vous présente Zhang Heng et Sydney Chapman


Zhang Heng (張衡, Pinyin : Zhāng Héng, EFEO : Tchang Heng, Wade-Giles : Chang Heng) (78-139) était un astronome, mathématicien, inventeur, géographe, cartographe, artiste, poète, homme d'état, et érudit de littérature chinois de Nanyang, Henan chinois. Il vécut pendant la dynastie Han Orientaux (25-220). Il a été éduqué dans les capitales de Luoyang et de Chang'an, et il commença sa carrière comme un servant civil mineur à Nanyang. Par la suite, il devint Chef Astronome, Préfet des Majors pour les Carrosses Officiels, et ensuite Préposé au Palais à la cour impériale. Ses positions intransigeantes sur certains problèmes de calendrier et d'histoire firent de Zhang une figure controversée, ce qui l'empêcha de devenir l'historien officiel de la cour. Ses rivalités politiques avec les eunuques du palais sous le règne de l'Empereur Han Shundi furent à l'origine de sa décision de se retirer de la cour centrale pour servir comme administrateur de Hejian dans la région de Hebei. Il retourne à Nanyang pour un court laps de temps, avant d'être rappelé pour servir dans la capitale une fois de plus en 138. Il meurt une année plus tard, en 139.

Zhang a appliqué sa connaissance étendue des mécaniques et des engrenages dans plusieurs de ses inventions. Il a inventé la première sphère armillaire fonctionnant à l'énergie hydraulique au monde, pour représenter les observations astronomiques1 ; il améliora l'écoulement de la clepsydre en ajoutant un second réservoir 2; et inventa le premier sismomètre au monde, qui discernait la direction cardinale d'un tremblement de terre1,3,4. De plus, il améliora les calculs chinois précédents de la formule de pi. En plus de documenter environ 2 500 étoiles dans son vaste catalogue d'étoiles, Zhang a aussi posé des théories sur la Lune et ses relations avec le Soleil ; plus précisément, il discuta de la sphéricité de la Lune, de son illumination par le reflet de la lumière solaire sur un côté et demeurant obscur de l'autre côté, et de la nature des éclipses solaire et lunaire. Ses fu (rhapsodie) et shi en poésie étaient renommés et commentés par des écrivains chinois postérieurs. Zhang reçut beaucoup d'honneurs posthumes pour son savoir et son génie, et est considéré comme un polymathe par certains érudits. Certains savants modernes ont aussi comparé son travail en astronomie à celui de Ptolémée.

------------------------------------


Sydney Chapman (29 janvier 1888-16 juin 1970) est un astronome et géophysicien britannique.
Biographie

Il naît à Manchester et étudie à la Royal Technical Institute (maintenant l'université de Salford), et aux universités de Manchester, où il a comme professeur Arthur Schuster, et de Cambridge où, étant élève de Joseph Larmor, il se tourne vers les mathématiques.

Pendant sa vie professionnelle il se spécialise en astronomie et en mathématiques. Il souffre d'une dépression mais reste productif, il devient membre du Queen's College. Il gagne le prix Adams en 1929, la médaille royale en 1934, la médaille d'or de la Royal Astronomical Society 1949, la médaille William Bowie en 1962 et la médaille Copley en 1964. Il démissionne du Queen's College en 1953 et voyage dans le monde tout en continuant la recherche et l'enseignement. Il s'installe à Fairbanks, où il travaille à l'institut de géophysique de l'université d'Alaska sur les mécanismes physiques à l'origine des aurores.

Chapman travaille principalement sur la dynamique des gaz, le magnétisme terrestre et interplanétaire, et l'ionosphère.

En 1917 il est l'auteur, avec David Enskog de la méthode de Chapman-Enskog pour la résolution de l'équation de Boltzmann. En 1930 il propose le mécanisme photochimique de la formation de la couche d'ozone. En 1931 il propose, avec Vincenzo Ferraro, une première théorie de la formation de la magnétosphère terrestre.
Liens externes

Notices d'autoritéVoir et modifier les données sur Wikidata : Fichier d'autorité international virtuel • International Standard Name Identifier • Bibliothèque nationale de France (données) • Système universitaire de documentation • Bibliothèque du Congrès • Gemeinsame Normdatei • Bibliothèque nationale de la Diète • WorldCat
(en) John J. O'Connor et Edmund F. Robertson, « Sydney Chapman (1888-1970) », dans MacTutor History of Mathematics archive, université de St Andrews (lire en ligne).
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.atelier-yannistignard.com
yanis la chouette



Nombre de messages : 4322
Localisation : http://yanis.tignard.free.fr
Date d'inscription : 12/11/2005

MessageSujet: Re: John Forbes Nash Jr, TAY et Y'becca   Mer 5 Oct à 10:14

n Taishan stays my dear sweetheart,
But Liangfu keeps us long apart;
Looking east, I find tears start.
She gives me a sword to my delight;
A jade I give her as requite.
I'm at a loss as she is out of sight;
Why should I trouble myself all night?

Zhang Heng.

http://english.agri.gov.cn/

Minister Han Changfu meets UAE Minister of Climate Change and Environment
DATE:2016-09-30 SOURCE:Information Office, MOA

Minister Han Changfu met Dr. Thani Ahmed Al Zeyoudi, Minister of Climate Change and Environment of the United Arab Emirates (UAE), in Dubai on Sept. 28, 2016. The two sides exchanged views on strengthening China-UAE agricultural cooperation.



Minister Han briefly reviewed the bilateral agricultural cooperation, and noted that China and UAE, despite of different conditions in agriculture, enjoy great potential for cooperation due to the complementarities, expressing that his trip to the UAE is to establish a sound bilateral agricultural cooperation mechanism and promote the bilateral agricultural cooperation in an all-round manner. Minister Han suggested that the two sides strengthen cooperation in the integrated pest management for date palm, dryland farming, water resources utilization, saline and alkaline land reclamation, fisheries, halal food and capacity building.



Dr. Zeyoudi fully agreed with Minister Han and looked forward to promoting all-round cooperation with China. In addition, the two ministers reached broad consensus on the establishment of the bilateral agricultural cooperation mechanism, exchanges of date palm research, dryland farming development, saline and alkaline land reclamation and marine aquaculture.



The two sides agreed to sign an MOU on strengthening China-UAE agricultural cooperation at an appropriate time, and designated respective Directors-General in charge of international cooperation to step up specific actions at working level.



Minister Han also invited the UAE to the agricultural trade fair to be held in Kunming in November this year, and Dr. Zeyoudi pledged to send sizable delegation to it.



During his stay in the UAE, Minister Han also visited date palm research sites and agricultural products markets.


Related News

• Vice Minister Chen Xiaohu...
• 3rd Meeting of China-Fiji...
• Vice Minister Qu Dongyu A...
• Minister Han Changfu meet...
• Vice Minister Zhang Taoli...

Recent Browse

Fold
Site map | Contacts us

Contact Us

Add: No.11 Nongzhanguan Nanli,Chaoyang District,Beijing China (100125)

Tel: (8610)59191428, 59191492

Fax: (8610)59191428

Email: webmaster_En@agri.gov.cn

Notice of Mail Box
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.atelier-yannistignard.com
yanis la chouette



Nombre de messages : 4322
Localisation : http://yanis.tignard.free.fr
Date d'inscription : 12/11/2005

MessageSujet: Re: John Forbes Nash Jr, TAY et Y'becca   Mer 5 Oct à 10:14

Bienvenue
http://www.fao.org/organicag/oa-home/fr/

Le programme de la FAO sur l'agriculture biologique a pour objectif à long terme d'améliorer la sécurité alimentaire, le développement rural, les moyens d'existence durable et l'intégrité environnementale par le biais du renforcement des capacités des États membres dans les domaines de la production agricole biologique, de la transformation, de la certification et de la commercialisation des produits qui en sont issus.

Ce site fournit les informations dont dispose la FAO sur l'agriculture biologique. Il sert également de "guide internaute" en orientant les utilisateurs vers d'autres sites utiles.
Le programme de la FAO sur l'agriculture biologique a pour objectif à long terme d'améliorer la sécurité alimentaire, le développement rural, les moyens d'existence durable et l'intégrité environnementale par le biais du renforcement des capacités des États membres dans les domaines de la production agricole biologique, de la transformation, de la certification et de la commercialisation des produits qui en sont issus.

Ce site fournit les informations dont dispose la FAO sur l'agriculture biologique. Il sert également de "guide internaute" en orientant les utilisateurs vers d'autres sites utiles.

Publications

Utiliser cette section pour rechercher des documents intéressant l'agriculture biologique. Pour une recherche détaillée, utiliser la case Rechercher ci-dessous.
Pour une liste complète des publications, cliquer ici

Environnements agricoles

Systèmes arables
Élevage
Pâturages
Forêts
Systèmes aquatiques
Biodiversité
Climat




Activités de transformation et commercialisation

Opérations après récolte
Commercialisation et échanges
Qualité et sécurité
Nutrition et santé

Systèmes de garantie des produits biologiques

Élaboration de politiques
Législation
Normes
Certification



Durabilité et perspectives

Sécurité alimentaire et pauvreté
Profils de pays
Statistiques
Répertoires
Général

Recherche et institutions

Instituts de recherche et universités
Formation
Organisations du secteur public
Associations d'agriculteurs
Importateurs/exportateurs
Organisations non gouvernementales




Produits de base

Produits de base

2015
Organicology
Date Thu, 5 Feb 2015 - Sat, 7 Feb 2015
Organisateur(s) Oregon Tilth, Organically Grown Company, Organic Seed Alliance and the Sustainable Food Trade Association
Location Portland, USA
BIOFACH Congress 2015: Into organic
Date Wed, 11 Feb 2015 - Sat, 14 Feb 2015
Organisateur(s) NürnbergMesse
Location Nurember, Germany
Organic Agriculture Research Symposium
Date Wed, 25 Feb 2015 - Thu, 26 Feb 2015
Organisateur(s) Midwest Organic and Sustainable Education Service (MOSES)
Location La Crosse, USA
The 3rd African Organic Conference
Date Mon, 5 Oct 2015 - Fri, 9 Oct 2015
Organisateur(s) African Organic Network (AfrONet)
Location Abuja, Nigeria
2014
ORC 2014 Organic Producers' Conference
Date Wed, 22 Jan 2014 - Thu, 23 Jan 2014
Organisateur(s) The Organic Research Centre
Location Birmingham, UK
7th Organic Seed Growers Conference
Date Thu, 30 Jan 2014 - Sat, 1 Feb 2014
Organisateur(s) Organic Seed Alliance, Oregon State University, Washington State University, and eOrganic
Location Corvallis, Oregon, USA
Organic 3.0 @BIOFACH Conference
Date Tue, 11 Feb 2014 - Tue, 11 Feb 2014
Organisateur(s) IFOAM
Location Nurember, Germany
Paris International Agricultural Show
Date Sat, 22 Feb 2014 - Sun, 2 Mar 2014
Organisateur(s) Frenhc Mn=inistry of agriculture and CENECA
Location Paris
International Seminar on organic farming
Date Thu, 27 Feb 2014 - Thu, 27 Feb 2014
Organisateur(s) Agence Bio
Location Paris, France
International Conference on Organic & Ecological Agriculture in Mountain Ecosystems
Date Wed, 5 Mar 2014 - Sat, 8 Mar 2014
Organisateur(s) IFOAM
Location Thimphu, Bhutan
EkoSeedForum - International conference on plant breeding, seed production and crop biodiversity
Date Thu, 20 Mar 2014 - Sat, 22 Mar 2014
Organisateur(s) EKOCONNECT
Location Poznan, Poland
2nd International Exhibition EcoCityExpo 2014
Date Fri, 18 Apr 2014 - Sun, 20 Apr 2014
Organisateur(s) EcoCityExpo 2014
Organic Marketing Forum 2014
Date Sun, 1 Jun 2014 - Mon, 2 Jun 2014
Organisateur(s) EKOCONNECT
Location Warsaw
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.atelier-yannistignard.com
yanis la chouette



Nombre de messages : 4322
Localisation : http://yanis.tignard.free.fr
Date d'inscription : 12/11/2005

MessageSujet: Re: John Forbes Nash Jr, TAY et Y'becca   Mer 5 Oct à 10:14

2015
Organicology
Date Thu, 5 Feb 2015 - Sat, 7 Feb 2015
Organisateur(s) Oregon Tilth, Organically Grown Company, Organic Seed Alliance and the Sustainable Food Trade Association
Location Portland, USA
BIOFACH Congress 2015: Into organic
Date Wed, 11 Feb 2015 - Sat, 14 Feb 2015
Organisateur(s) NürnbergMesse
Location Nurember, Germany
Organic Agriculture Research Symposium
Date Wed, 25 Feb 2015 - Thu, 26 Feb 2015
Organisateur(s) Midwest Organic and Sustainable Education Service (MOSES)
Location La Crosse, USA
The 3rd African Organic Conference
Date Mon, 5 Oct 2015 - Fri, 9 Oct 2015
Organisateur(s) African Organic Network (AfrONet)
Location Abuja, Nigeria
2014
ORC 2014 Organic Producers' Conference
Date Wed, 22 Jan 2014 - Thu, 23 Jan 2014
Organisateur(s) The Organic Research Centre
Location Birmingham, UK
7th Organic Seed Growers Conference
Date Thu, 30 Jan 2014 - Sat, 1 Feb 2014
Organisateur(s) Organic Seed Alliance, Oregon State University, Washington State University, and eOrganic
Location Corvallis, Oregon, USA
Organic 3.0 @BIOFACH Conference
Date Tue, 11 Feb 2014 - Tue, 11 Feb 2014
Organisateur(s) IFOAM
Location Nurember, Germany
Paris International Agricultural Show
Date Sat, 22 Feb 2014 - Sun, 2 Mar 2014
Organisateur(s) Frenhc Mn=inistry of agriculture and CENECA
Location Paris
International Seminar on organic farming
Date Thu, 27 Feb 2014 - Thu, 27 Feb 2014
Organisateur(s) Agence Bio
Location Paris, France
International Conference on Organic & Ecological Agriculture in Mountain Ecosystems
Date Wed, 5 Mar 2014 - Sat, 8 Mar 2014
Organisateur(s) IFOAM
Location Thimphu, Bhutan
EkoSeedForum - International conference on plant breeding, seed production and crop biodiversity
Date Thu, 20 Mar 2014 - Sat, 22 Mar 2014
Organisateur(s) EKOCONNECT
Location Poznan, Poland
2nd International Exhibition EcoCityExpo 2014
Date Fri, 18 Apr 2014 - Sun, 20 Apr 2014
Organisateur(s) EcoCityExpo 2014
Organic Marketing Forum 2014
Date Sun, 1 Jun 2014 - Mon, 2 Jun 2014
Organisateur(s) EKOCONNECT
Location Warsaw

Contents

1 Etymology and terminology
2 History
3 Agriculture and civilization
4 Types of agriculture
5 Contemporary agriculture
6 Workforce
6.1 Safety
7 Agricultural production systems
7.1 Crop cultivation systems
7.1.1 Crop statistics
7.2 Livestock production systems
8 Production practices
9 Crop alteration and biotechnology
9.1 Genetic engineering
10 Environmental impact
10.1 Livestock issues
10.2 Land and water issues
10.3 Pesticides
10.4 Climate change
10.5 Sustainability
11 Agricultural economics
12 Agricultural science
13 List of countries by agricultural output
14 Energy and agriculture
14.1 Mitigation of effects of petroleum shortages
15 Policy
16 See also
17 References
18 Further reading
19 External links
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.atelier-yannistignard.com
yanis la chouette



Nombre de messages : 4322
Localisation : http://yanis.tignard.free.fr
Date d'inscription : 12/11/2005

MessageSujet: Re: John Forbes Nash Jr, TAY et Y'becca   Mer 5 Oct à 10:15

Etymology and terminology

The word agriculture is a late Middle English adaptation of Latin agricultūra, from ager, "field", and cultūra, "cultivation" or "growing".[2] Agriculture usually refers to human activities, although it is also observed in certain species of ant, termite and ambrosia beetle.[3] To practice agriculture means to use natural resources to "produce commodities which maintain life, including food, fiber, forest products, horticultural crops, and their related services."[4] This definition includes arable farming or agronomy, and horticulture, all terms for the growing of plants, animal husbandry and forestry.[4] A distinction is sometimes made between forestry and agriculture, based on the former's longer management rotations, extensive versus intensive management practices and development mainly by nature, rather than by man. Even then, it is acknowledged that there is a large amount of knowledge transfer and overlap between silviculture (the management of forests) and agriculture.[5] In traditional farming, the two are often combined even on small landholdings, leading to the term agroforestry.[6]
History
Main article: History of agriculture
A Sumerian harvester's sickle made from baked clay (c. 3000 BC)

Agriculture began independently in different parts of the globe, and included a diverse range of taxa. At least 11 separate regions of the Old and New World were involved as independent centers of origin.[7] Wild grains were collected and eaten from at least 105,000 years ago.[8] Pigs were domesticated in Mesopotamia around 15,000 years ago.[9] Rice was domesticated in China between 13,500 and 8,200 years ago, followed by mung, soy and azuki beans. Sheep were domesticated in Mesopotamia between 13,000 and 11,000 years ago.[10] From around 11,500 years ago, the eight Neolithic founder crops, emmer and einkorn wheat, hulled barley, peas, lentils, bitter vetch, chick peas and flax were cultivated in the Levant. Cattle were domesticated from the wild aurochs in the areas of modern Turkey and Pakistan some 10,500 years ago.[11] In the Andes of South America, the potato was domesticated between 10,000 and 7,000 years ago, along with beans, coca, llamas, alpacas, and guinea pigs. Sugarcane and some root vegetables were domesticated in New Guinea around 9,000 years ago. Sorghum was domesticated in the Sahel region of Africa by 7,000 years ago. Cotton was domesticated in Peru by 5,600 years ago,[12] and was independently domesticated in Eurasia at an unknown time. In Mesoamerica, wild teosinte was domesticated to maize by 6,000 years ago.[13]

In the Middle Ages, both in the Islamic world and in Europe, agriculture was transformed with improved techniques and the diffusion of crop plants, including the introduction of sugar, rice, cotton and fruit trees such as the orange to Europe by way of Al-Andalus.[14][15] After 1492, the Columbian exchange brought New World crops such as maize, potatoes, sweet potatoes and manioc to Europe, and Old World crops such as wheat, barley, rice and turnips, and livestock including horses, cattle, sheep and goats to the Americas.[16] Irrigation, crop rotation, and fertilizers were introduced soon after the Neolithic Revolution and developed much further in the past 200 years, starting with the British Agricultural Revolution. Since 1900, agriculture in the developed nations, and to a lesser extent in the developing world, has seen large rises in productivity as human labor has been replaced by mechanization, and assisted by synthetic fertilizers, pesticides, and selective breeding. The Haber-Bosch method allowed the synthesis of ammonium nitrate fertilizer on an industrial scale, greatly increasing crop yields.[17][18] Modern agriculture has raised political issues including water pollution, biofuels, genetically modified organisms, tariffs and farm subsidies, leading to alternative approaches such as the organic movement.[19][20]
Agriculture and civilization
Further information: Plants in culture

Civilization was the product of the Agricultural Neolithic Revolution. In the course of history, civilization coincided in space with fertile areas such as The Fertile Crescent, and states formed mainly in circumscribed agricultural lands. The Great Wall of China and the Roman empire's limes (borders) demarcated the same northern frontier of cereal agriculture. This cereal belt fed the civilizations formed in the Axial Age and connected by the Silk Road.[citation needed]

Ancient Egyptians, whose agriculture depended exclusively on the Nile, deified the river, worshipped, and exalted it in a great hymn.[21] The Chinese imperial court issued numerous edicts, stating: "Agriculture is the foundation of this Empire."[22] Egyptian, Mesopotamian, Chinese, and Inca Emperors themselves plowed ceremonial fields in order to show personal example to everyone.[23]

Ancient strategists, Chinese Guan Zhong[24] and Shang Yang[25] and Indian Kautilya,[26] drew doctrines linking agriculture with military power. Agriculture defined the limits on how large and for how long an army could be mobilized. Shang Yang called agriculture and war the One.[27] In the vast human pantheon of agricultural deities[28] there are several deities who combined the functions of agriculture and war.[29]

As the Neolithic Agricultural Revolution produced civilization, the modern Agricultural Revolution, begun in Britain (British Agricultural Revolution), made possible the Industrial civilization. The first precondition for industry was greater yields by less manpower, resulting in greater percentage of manpower available for non-agricultural sectors.[30]
Types of agriculture
Reindeer herds form the basis of pastoral agriculture for several Arctic and Subarctic peoples.

Pastoralism involves managing domesticated animals. In nomadic pastoralism, herds of livestock are moved from place to place in search of pasture, fodder, and water. This type of farming is practised in arid and semi-arid regions of Sahara, Central Asia and some parts of India.[31]

In shifting cultivation, a small area of a forest is cleared by cutting down all the trees and the area is burned. The land is then used for growing crops for several years. When the soil becomes less fertile, the area is then abandoned. Another patch of land is selected and the process is repeated. This type of farming is practiced mainly in areas with abundant rainfall where the forest regenerates quickly. This practice is used in Northeast India, Southeast Asia, and the Amazon Basin.[32]

Subsistence farming is practiced to satisfy family or local needs alone, with little left over for transport elsewhere. It is intensively practiced in Monsoon Asia and South-East Asia.[33]

In intensive farming, the crops are cultivated for commercial purpose i.e., for selling. The main motive of the farmer is to make profit, with a low fallow ratio and a high use of inputs. This type of farming is mainly practiced in highly developed countries.[34][35]
Contemporary agriculture
Satellite image of farming in Minnesota
Infrared image of the above farms. Various colors indicate healthy crops (red), flooding (black) and unwanted pesticides (brown).

In the past century, agriculture has been characterized by increased productivity, the substitution of synthetic fertilizers and pesticides for labor, water pollution, and farm subsidies. In recent years there has been a backlash against the external environmental effects of conventional agriculture, resulting in the organic and sustainable agriculture movements.[19][36] One of the major forces behind this movement has been the European Union, which first certified organic food in 1991 and began reform of its Common Agricultural Policy (CAP) in 2005 to phase out commodity-linked farm subsidies,[37] also known as decoupling. The growth of organic farming has renewed research in alternative technologies such as integrated pest management and selective breeding. Recent mainstream technological developments include genetically modified food.

In 2007, higher incentives for farmers to grow non-food biofuel crops[38] combined with other factors, such as over development of former farm lands, rising transportation costs, climate change, growing consumer demand in China and India, and population growth,[39] caused food shortages in Asia, the Middle East, Africa, and Mexico, as well as rising food prices around the globe.[40][41] As of December 2007, 37 countries faced food crises, and 20 had imposed some sort of food-price controls. Some of these shortages resulted in food riots and even deadly stampedes.[42][43][44] The International Fund for Agricultural Development posits that an increase in smallholder agriculture may be part of the solution to concerns about food prices and overall food security. They in part base this on the experience of Vietnam, which went from a food importer to large food exporter and saw a significant drop in poverty, due mainly to the development of smallholder agriculture in the country.[45]

Disease and land degradation are two of the major concerns in agriculture today. For example, an epidemic of stem rust on wheat caused by the Ug99 lineage is currently spreading across Africa and into Asia and is causing major concerns due to crop losses of 70% or more under some conditions.[46] Approximately 40% of the world's agricultural land is seriously degraded.[47] In Africa, if current trends of soil degradation continue, the continent might be able to feed just 25% of its population by 2025, according to United Nations University's Ghana-based Institute for Natural Resources in Africa.[48]

Agrarian structure is a long-term structure in the Braudelian understanding of the concept. On a larger scale the agrarian structure is more dependent on the regional, social, cultural and historical factors than on the state’s undertaken activities. Like in Poland, where despite running an intense agrarian policy for many years, the agrarian structure in 2002 has much in common with that found in 1921 soon after the partitions period.[49]

In 2009, the agricultural output of China was the largest in the world, followed by the European Union, India and the United States, according to the International Monetary Fund (see below). Economists measure the total factor productivity of agriculture and by this measure agriculture in the United States is roughly 1.7 times more productive than it was in 1948.[50]
Workforce

As of 2011, the International Labour Organization states that approximately one billion people, or over 1/3 of the available work force, are employed in the global agricultural sector. Agriculture constitutes approximately 70% of the global employment of children, and in many countries employs the largest percentage of women of any industry.[51] The service sector only overtook the agricultural sector as the largest global employer in 2007. Between 1997 and 2007, the percentage of people employed in agriculture fell by over four percentage points, a trend that is expected to continue.[52] The number of people employed in agriculture varies widely on a per-country basis, ranging from less than 2% in countries like the US and Canada to over 80% in many African nations.[53] In developed countries, these figures are significantly lower than in previous centuries. During the 16th century in Europe, for example, between 55 and 75 percent of the population was engaged in agriculture, depending on the country. By the 19th century in Europe, this had dropped to between 35 and 65 percent.[54] In the same countries today, the figure is less than 10%.[53]
Safety
Rollover protection bar on a Fordson tractor
Main article: Agricultural safety and health

Agriculture, specifically farming, remains a hazardous industry, and farmers worldwide remain at high risk of work-related injuries, lung disease, noise-induced hearing loss, skin diseases, as well as certain cancers related to chemical use and prolonged sun exposure. On industrialized farms, injuries frequently involve the use of agricultural machinery, and a common cause of fatal agricultural injuries in developed countries is tractor rollovers.[55] Pesticides and other chemicals used in farming can also be hazardous to worker health, and workers exposed to pesticides may experience illness or have children with birth defects.[56] As an industry in which families commonly share in work and live on the farm itself, entire families can be at risk for injuries, illness, and death.[57] Common causes of fatal injuries among young farm workers include drowning, machinery and motor vehicle-related accidents.[57]

The International Labour Organization considers agriculture "one of the most hazardous of all economic sectors."[51] It estimates that the annual work-related death toll among agricultural employees is at least 170,000, twice the average rate of other jobs. In addition, incidences of death, injury and illness related to agricultural activities often go unreported.[58] The organization has developed the Safety and Health in Agriculture Convention, 2001, which covers the range of risks in the agriculture occupation, the prevention of these risks and the role that individuals and organizations engaged in agriculture should play.[51]
Agricultural production systems
Crop cultivation systems
Rice cultivation in Bihar, India

Cropping systems vary among farms depending on the available resources and constraints; geography and climate of the farm; government policy; economic, social and political pressures; and the philosophy and culture of the farmer.[59][60]

Shifting cultivation (or slash and burn) is a system in which forests are burnt, releasing nutrients to support cultivation of annual and then perennial crops for a period of several years.[61] Then the plot is left fallow to regrow forest, and the farmer moves to a new plot, returning after many more years (10 – 20). This fallow period is shortened if population density grows, requiring the input of nutrients (fertilizer or manure) and some manual pest control. Annual cultivation is the next phase of intensity in which there is no fallow period. This requires even greater nutrient and pest control inputs.
The Banaue Rice Terraces in Ifugao, Philippines

Further industrialization led to the use of monocultures, when one cultivar is planted on a large acreage. Because of the low biodiversity, nutrient use is uniform and pests tend to build up, necessitating the greater use of pesticides and fertilizers.[60] Multiple cropping, in which several crops are grown sequentially in one year, and intercropping, when several crops are grown at the same time, are other kinds of annual cropping systems known as polycultures.[61]

In subtropical and arid environments, the timing and extent of agriculture may be limited by rainfall, either not allowing multiple annual crops in a year, or requiring irrigation. In all of these environments perennial crops are grown (coffee, chocolate) and systems are practiced such as agroforestry. In temperate environments, where ecosystems were predominantly grassland or prairie, highly productive annual farming is the dominant agricultural system.[61]
Crop statistics
See also: List of most important agricultural crops worldwide

Important categories of crops include cereals and pseudocereals, pulses (legumes), forage, and fruits and vegetables. Specific crops are cultivated in distinct growing regions throughout the world. In millions of metric tons, based on FAO estimate.
Top agricultural products, by crop types
(million tonnes) 2004 data
Cereals 2,263
Vegetables and melons 866
Roots and tubers 715
Milk 619
Fruit 503
Meat 259
Oilcrops 133
Fish (2001 estimate) 130
Eggs 63
Pulses 60
Vegetable fiber 30
Source:
Food and Agriculture Organization (FAO)[62]
Top agricultural products, by individual crops
(million tonnes) 2011 data
Sugar cane 1794
Maize 883
Rice 722
Wheat 704
Potatoes 374
Sugar beet 271
Soybeans 260
Cassava 252
Tomatoes 159
Barley 134
Source:
Food and Agriculture Organization (FAO)[62]
Livestock production systems
Main article: Livestock
See also: List of domesticated animals
Ploughing rice paddy fields with water buffalo, in Indonesia

Animals, including horses, mules, oxen, water buffalo, camels, llamas, alpacas, donkeys, and dogs, are often used to help cultivate fields, harvest crops, wrangle other animals, and transport farm products to buyers. Animal husbandry not only refers to the breeding and raising of animals for meat or to harvest animal products (like milk, eggs, or wool) on a continual basis, but also to the breeding and care of species for work and companionship.
Oxen driven ploughs in India

Livestock production systems can be defined based on feed source, as grassland-based, mixed, and landless.[63] As of 2010, 30% of Earth's ice- and water-free area was used for producing livestock, with the sector employing approximately 1.3 billion people. Between the 1960s and the 2000s, there was a significant increase in livestock production, both by numbers and by carcass weight, especially among beef, pigs and chickens, the latter of which had production increased by almost a factor of 10. Non-meat animals, such as milk cows and egg-producing chickens, also showed significant production increases. Global cattle, sheep and goat populations are expected to continue to increase sharply through 2050.[64] Aquaculture or fish farming, the production of fish for human consumption in confined operations, is one of the fastest growing sectors of food production, growing at an average of 9% a year between 1975 and 2007.[65]

During the second half of the 20th century, producers using selective breeding focused on creating livestock breeds and crossbreeds that increased production, while mostly disregarding the need to preserve genetic diversity. This trend has led to a significant decrease in genetic diversity and resources among livestock breeds, leading to a corresponding decrease in disease resistance and local adaptations previously found among traditional breeds.[66]

Grassland based livestock production relies upon plant material such as shrubland, rangeland, and pastures for feeding ruminant animals. Outside nutrient inputs may be used, however manure is returned directly to the grassland as a major nutrient source. This system is particularly important in areas where crop production is not feasible because of climate or soil, representing 30 – 40 million pastoralists.[61] Mixed production systems use grassland, fodder crops and grain feed crops as feed for ruminant and monogastric (one stomach; mainly chickens and pigs) livestock. Manure is typically recycled in mixed systems as a fertilizer for crops.[63]

Landless systems rely upon feed from outside the farm, representing the de-linking of crop and livestock production found more prevalently in Organisation for Economic Co-operation and Development(OECD) member countries. Synthetic fertilizers are more heavily relied upon for crop production and manure utilization becomes a challenge as well as a source for pollution.[63] Industrialized countries use these operations to produce much of the global supplies of poultry and pork. Scientists estimate that 75% of the growth in livestock production between 2003 and 2030 will be in confined animal feeding operations, sometimes called factory farming. Much of this growth is happening in developing countries in Asia, with much smaller amounts of growth in Africa.[64] Some of the practices used in commercial livestock production, including the usage of growth hormones, are controversial.[67]
Production practices
Road leading across the farm allows machinery access to the farm for production practices

Farming is the practice of agriculture by specialized labor in an area primarily devoted to agricultural processes, in service of a dislocated population usually in a city.

Tillage is the practice of plowing soil to prepare for planting or for nutrient incorporation or for pest control. Tillage varies in intensity from conventional to no-till. It may improve productivity by warming the soil, incorporating fertilizer and controlling weeds, but also renders soil more prone to erosion, triggers the decomposition of organic matter releasing CO2, and reduces the abundance and diversity of soil organisms.[68][69]

Pest control includes the management of weeds, insects, mites, and diseases. Chemical (pesticides), biological (biocontrol), mechanical (tillage), and cultural practices are used. Cultural practices include crop rotation, culling, cover crops, intercropping, composting, avoidance, and resistance. Integrated pest management attempts to use all of these methods to keep pest populations below the number which would cause economic loss, and recommends pesticides as a last resort.[70]

Nutrient management includes both the source of nutrient inputs for crop and livestock production, and the method of utilization of manure produced by livestock. Nutrient inputs can be chemical inorganic fertilizers, manure, green manure, compost and mined minerals.[71] Crop nutrient use may also be managed using cultural techniques such as crop rotation or a fallow period.[72][73] Manure is used either by holding livestock where the feed crop is growing, such as in managed intensive rotational grazing, or by spreading either dry or liquid formulations of manure on cropland or pastures.

Water management is needed where rainfall is insufficient or variable, which occurs to some degree in most regions of the world.[61] Some farmers use irrigation to supplement rainfall. In other areas such as the Great Plains in the U.S. and Canada, farmers use a fallow year to conserve soil moisture to use for growing a crop in the following year.[74] Agriculture represents 70% of freshwater use worldwide.[75]

According to a report by the International Food Policy Research Institute, agricultural technologies will have the greatest impact on food production if adopted in combination with each other; using a model that assessed how eleven technologies could impact agricultural productivity, food security and trade by 2050, the International Food Policy Research Institute found that the number of people at risk from hunger could be reduced by as much as 40% and food prices could be reduced by almost half.[76]

"Payment for ecosystem services (PES) can further incentivise efforts to green the agriculture sector. This is an approach that verifies values and rewards the benefits of ecosystem services provided by green agricultural practices."[77] "Innovative PES measures could include reforestation payments made by cities to upstream communities in rural areas of shared watersheds for improved quantities and quality of fresh water for municipal users. Ecoservice payments by farmers to upstream forest stewards for properly managing the flow of soil nutrients, and methods to monetise the carbon sequestration and emission reduction credit benefits of green agriculture practices in order to compensate farmers for their efforts to restore and build SOM and employ other practices."[77]
Crop alteration and biotechnology
Main article: Plant breeding
Tractor and chaser bin

Crop alteration has been practiced by humankind for thousands of years, since the beginning of civilization. Altering crops through breeding practices changes the genetic make-up of a plant to develop crops with more beneficial characteristics for humans, for example, larger fruits or seeds, drought-tolerance, or resistance to pests. Significant advances in plant breeding ensued after the work of geneticist Gregor Mendel. His work on dominant and recessive alleles, although initially largely ignored for almost 50 years, gave plant breeders a better understanding of genetics and breeding techniques. Crop breeding includes techniques such as plant selection with desirable traits, self-pollination and cross-pollination, and molecular techniques that genetically modify the organism.[78]

Domestication of plants has, over the centuries increased yield, improved disease resistance and drought tolerance, eased harvest and improved the taste and nutritional value of crop plants. Careful selection and breeding have had enormous effects on the characteristics of crop plants. Plant selection and breeding in the 1920s and 1930s improved pasture (grasses and clover) in New Zealand. Extensive X-ray and ultraviolet induced mutagenesis efforts (i.e. primitive genetic engineering) during the 1950s produced the modern commercial varieties of grains such as wheat, corn (maize) and barley.[79][80]

The Green Revolution popularized the use of conventional hybridization to sharply increase yield by creating "high-yielding varieties". For example, average yields of corn (maize) in the USA have increased from around 2.5 tons per hectare (t/ha) (40 bushels per acre) in 1900 to about 9.4 t/ha (150 bushels per acre) in 2001. Similarly, worldwide average wheat yields have increased from less than 1 t/ha in 1900 to more than 2.5 t/ha in 1990. South American average wheat yields are around 2 t/ha, African under 1 t/ha, and Egypt and Arabia up to 3.5 to 4 t/ha with irrigation. In contrast, the average wheat yield in countries such as France is over 8 t/ha. Variations in yields are due mainly to variation in climate, genetics, and the level of intensive farming techniques (use of fertilizers, chemical pest control, growth control to avoid lodging).[81][82][83]
Genetic engineering
Main article: Genetic engineering
See also: Genetically modified food, Genetically modified crops, Regulation of the release of genetic modified organisms, and Genetically modified food controversies

Genetically modified organisms (GMO) are organisms whose genetic material has been altered by genetic engineering techniques generally known as recombinant DNA technology. Genetic engineering has expanded the genes available to breeders to utilize in creating desired germlines for new crops. Increased durability, nutritional content, insect and virus resistance and herbicide tolerance are a few of the attributes bred into crops through genetic engineering.[84] For some, GMO crops cause food safety and food labeling concerns. Numerous countries have placed restrictions on the production, import or use of GMO foods and crops, which have been put in place due to concerns over potential health issues, declining agricultural diversity and contamination of non-GMO crops.[85] Currently a global treaty, the Biosafety Protocol, regulates the trade of GMOs. There is ongoing discussion regarding the labeling of foods made from GMOs, and while the EU currently requires all GMO foods to be labeled, the US does not.[86]

Herbicide-resistant seed has a gene implanted into its genome that allows the plants to tolerate exposure to herbicides, including glyphosates. These seeds allow the farmer to grow a crop that can be sprayed with herbicides to control weeds without harming the resistant crop. Herbicide-tolerant crops are used by farmers worldwide.[87] With the increasing use of herbicide-tolerant crops, comes an increase in the use of glyphosate-based herbicide sprays. In some areas glyphosate resistant weeds have developed, causing farmers to switch to other herbicides.[88][89] Some studies also link widespread glyphosate usage to iron deficiencies in some crops, which is both a crop production and a nutritional quality concern, with potential economic and health implications.[90]

Other GMO crops used by growers include insect-resistant crops, which have a gene from the soil bacterium Bacillus thuringiensis (Bt), which produces a toxin specific to insects. These crops protect plants from damage by insects.[91] Some believe that similar or better pest-resistance traits can be acquired through traditional breeding practices, and resistance to various pests can be gained through hybridization or cross-pollination with wild species. In some cases, wild species are the primary source of resistance traits; some tomato cultivars that have gained resistance to at least 19 diseases did so through crossing with wild populations of tomatoes.[92]
Environmental impact
Main article: Environmental issues with agriculture
Water pollution in a rural stream due to runoff from farming activity in New Zealand

Agriculture, as implemented through the method of farming, imposes external costs upon society through pesticides, nutrient runoff, excessive water usage, loss of natural environment and assorted other problems. A 2000 assessment of agriculture in the UK determined total external costs for 1996 of £2,343 million, or £208 per hectare.[93] A 2005 analysis of these costs in the USA concluded that cropland imposes approximately $5 to 16 billion ($30 to $96 per hectare), while livestock production imposes $714 million.[94] Both studies, which focused solely on the fiscal impacts, concluded that more should be done to internalize external costs. Neither included subsidies in their analysis, but they noted that subsidies also influence the cost of agriculture to society.[93][94] In 2010, the International Resource Panel of the United Nations Environment Programme published a report assessing the environmental impacts of consumption and production. The study found that agriculture and food consumption are two of the most important drivers of environmental pressures, particularly habitat change, climate change, water use and toxic emissions.[95] The 2011 UNEP Green Economy report states that "[a]gricultural operations, excluding land use changes, produce approximately 13 per cent of anthropogenic global GHG emissions. This includes GHGs emitted by the use of inorganic fertilisers agro-chemical pesticides and herbicides; (GHG emissions resulting from production of these inputs are included in industrial emissions); and fossil fuel-energy inputs.[77] "On average we find that the total amount of fresh residues from agricultural and forestry production for second- generation biofuel production amounts to 3.8 billion tonnes per year between 2011 and 2050 (with an average annual growth rate of 11 per cent throughout the period analysed, accounting for higher growth during early years, 48 per cent for 2011–2020 and an average 2 per cent annual expansion after 2020)."[77]
Livestock issues

A senior UN official and co-author of a UN report detailing this problem, Henning Steinfeld, said "Livestock are one of the most significant contributors to today's most serious environmental problems".[96] Livestock production occupies 70% of all land used for agriculture, or 30% of the land surface of the planet. It is one of the largest sources of greenhouse gases, responsible for 18% of the world's greenhouse gas emissions as measured in CO2 equivalents. By comparison, all transportation emits 13.5% of the CO2. It produces 65% of human-related nitrous oxide (which has 296 times the global warming potential of CO2,) and 37% of all human-induced methane (which is 23 times as warming as CO2.) It also generates 64% of the ammonia emission. Livestock expansion is cited as a key factor driving deforestation; in the Amazon basin 70% of previously forested area is now occupied by pastures and the remainder used for feedcrops.[97] Through deforestation and land degradation, livestock is also driving reductions in biodiversity. Furthermore, the UNEP states that "methane emissions from global livestock are projected to increase by 60 per cent by 2030 under current practices and consumption patterns."[77]
Land and water issues
See also: Environmental impact of irrigation

Land transformation, the use of land to yield goods and services, is the most substantial way humans alter the Earth's ecosystems, and is considered the driving force in the loss of biodiversity. Estimates of the amount of land transformed by humans vary from 39 to 50%.[98] Land degradation, the long-term decline in ecosystem function and productivity, is estimated to be occurring on 24% of land worldwide, with cropland overrepresented.[99] The UN-FAO report cites land management as the driving factor behind degradation and reports that 1.5 billion people rely upon the degrading land. Degradation can be deforestation, desertification, soil erosion, mineral depletion, or chemical degradation (acidification and salinization).[61]

Eutrophication, excessive nutrients in aquatic ecosystems resulting in algal blooms and anoxia, leads to fish kills, loss of biodiversity, and renders water unfit for drinking and other industrial uses. Excessive fertilization and manure application to cropland, as well as high livestock stocking densities cause nutrient (mainly nitrogen and phosphorus) runoff and leaching from agricultural land. These nutrients are major nonpoint pollutants contributing to eutrophication of aquatic ecosystems.[100]

Agriculture accounts for 70 percent of withdrawals of freshwater resources.[101] Agriculture is a major draw on water from aquifers, and currently draws from those underground water sources at an unsustainable rate. It is long known that aquifers in areas as diverse as northern China, the Upper Ganges and the western US are being depleted, and new research extends these problems to aquifers in Iran, Mexico and Saudi Arabia.[102] Increasing pressure is being placed on water resources by industry and urban areas, meaning that water scarcity is increasing and agriculture is facing the challenge of producing more food for the world's growing population with reduced water resources.[103] Agricultural water usage can also cause major environmental problems, including the destruction of natural wetlands, the spread of water-borne diseases, and land degradation through salinization and waterlogging, when irrigation is performed incorrectly.[104]
Pesticides
Main article: Environmental impact of pesticides

Pesticide use has increased since 1950 to 2.5 million short tons annually worldwide, yet crop loss from pests has remained relatively constant.[105] The World Health Organization estimated in 1992 that 3 million pesticide poisonings occur annually, causing 220,000 deaths.[106] Pesticides select for pesticide resistance in the pest population, leading to a condition termed the "pesticide treadmill" in which pest resistance warrants the development of a new pesticide.[107]

An alternative argument is that the way to "save the environment" and prevent famine is by using pesticides and intensive high yield farming, a view exemplified by a quote heading the Center for Global Food Issues website: 'Growing more per acre leaves more land for nature'.[108][109] However, critics argue that a trade-off between the environment and a need for food is not inevitable,[110] and that pesticides simply replace good agronomic practices such as crop rotation.[107] The UNEP introduces the Push–pull agricultural pest management technique which involves intercropping that uses plant aromas to repel or push away pests while pulling in or attracting the right insects. "The implementation of push-pull in eastern Africa has significantly increased maize yields and the combined cultivation of N-fixing forage crops has enriched the soil and has also provided farmers with feed for livestock. With increased livestock operations, the farmers are able to produce meat, milk and other dairy products and they use the manure as organic fertiliser that returns nutrients to the fields."[77]
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.atelier-yannistignard.com
yanis la chouette



Nombre de messages : 4322
Localisation : http://yanis.tignard.free.fr
Date d'inscription : 12/11/2005

MessageSujet: Re: John Forbes Nash Jr, TAY et Y'becca   Mer 5 Oct à 10:16

Climate change
See also: Climate change and agriculture

Climate change has the potential to affect agriculture through changes in temperature, rainfall (timing and quantity), CO2, solar radiation and the interaction of these elements.[61] Extreme events, such as droughts and floods, are forecast to increase as climate change takes hold.[111] Agriculture is among sectors most vulnerable to the impacts of climate change; water supply for example, will be critical to sustain agricultural production and provide the increase in food output required to sustain the world's growing population. Fluctuations in the flow of rivers are likely to increase in the twenty-first century. Based on the experience of countries in the Nile river basin (Ethiopia, Kenya and Sudan) and other developing countries, depletion of water resources during seasons crucial for agriculture can lead to a decline in yield by up to 50%.[112] Transformational approaches will be needed to manage natural resources in the future.[113] For example, policies, practices and tools promoting climate-smart agriculture will be important, as will better use of scientific information on climate for assessing risks and vulnerability. Planners and policy-makers will need to help create suitable policies that encourage funding for such agricultural transformation.[114]

Agriculture in its many forms can both mitigate or worsen global warming. Some of the increase in CO2 in the atmosphere comes from the decomposition of organic matter in the soil, and much of the methane emitted into the atmosphere is caused by the decomposition of organic matter in wet soils such as rice paddy fields,[115] as well as the normal digestive activities of farm animals. Further, wet or anaerobic soils also lose nitrogen through denitrification, releasing the greenhouse gases nitric oxide and nitrous oxide.[116] Changes in management can reduce the release of these greenhouse gases, and soil can further be used to sequester some of the CO2 in the atmosphere.[115] Informed by the UNEP, "[a]griculture also produces about 58 per cent of global nitrous oxide emissions and about 47 per cent of global methane emissions. Cattle and rice farms release methane, fertilized fields release nitrous oxide, and the cutting down of rainforests to grow crops or raise livestock releases carbon dioxide.[117] Both of these gases have a far greater global warming potential per tonne than CO2 (298 times and 25 times respectively)."[77]

There are several factors within the field of agriculture that contribute to the large amount of CO2 emissions. The diversity of the sources ranges from the production of farming tools to the transport of harvested produce. Approximately 8% of the national carbon footprint is due to agricultural sources. Of that, 75% is of the carbon emissions released from the production of crop assisting chemicals.[118] Factories producing insecticides, herbicides, fungicides, and fertilizers are a major culprit of the greenhouse gas. Productivity on the farm itself and the use of machinery is another source of the carbon emission. Almost all the industrial machines used in modern farming are powered by fossil fuels. These instruments are burning fossil fuels from the beginning of the process to the end. Tractors are the root of this source. The tractor is going to burn fuel and release CO2 just to run. The amount of emissions from the machinery increase with the attachment of different units and need for more power. During the soil preparation stage tillers and plows will be used to disrupt the soil. During growth watering pumps and sprayers are used to keep the crops hydrated. And when the crops are ready for picking a forage or combine harvester is used. These types of machinery all require additional energy which leads to increased carbon dioxide emissions from the basic tractors.[119] The final major contribution to CO2 emissions in agriculture is in the final transport of produce. Local farming suffered a decline over the past century due to large amounts of farm subsidies. The majority of crops are shipped hundreds of miles to various processing plants before ending up in the grocery store. These shipments are made using fossil fuel burning modes of transportation. Inevitably these transport adds to carbon dioxide emissions.[120]
Sustainability
See also: List of sustainable agriculture topics

Some major organizations are hailing farming within agroecosystems as the way forward for mainstream agriculture. Current farming methods have resulted in over-stretched water resources, high levels of erosion and reduced soil fertility. According to a report by the International Water Management Institute and UNEP,[121] there is not enough water to continue farming using current practices; therefore how critical water, land, and ecosystem resources are used to boost crop yields must be reconsidered. The report suggested assigning value to ecosystems, recognizing environmental and livelihood tradeoffs, and balancing the rights of a variety of users and interests. Inequities that result when such measures are adopted would need to be addressed, such as the reallocation of water from poor to rich, the clearing of land to make way for more productive farmland, or the preservation of a wetland system that limits fishing rights.[122]

Technological advancements help provide farmers with tools and resources to make farming more sustainable.[123] New technologies have given rise to innovations like conservation tillage, a farming process which helps prevent land loss to erosion, water pollution and enhances carbon sequestration.[124]

According to a report by the International Food Policy Research Institute (IFPRI),[76] agricultural technologies will have the greatest impact on food production if adopted in combination with each other; using a model that assessed how eleven technologies could impact agricultural productivity, food security and trade by 2050, IFPRI found that the number of people at risk from hunger could be reduced by as much as 40% and food prices could be reduced by almost half.
Agricultural economics
Main article: Agricultural economics
See also: Agricultural subsidy and Rural economics

Agricultural economics refers to economics as it relates to the "production, distribution and consumption of [agricultural] goods and services".[125] Combining agricultural production with general theories of marketing and business as a discipline of study began in the late 1800s, and grew significantly through the 20th century.[126] Although the study of agricultural economics is relatively recent, major trends in agriculture have significantly affected national and international economies throughout history, ranging from tenant farmers and sharecropping in the post-American Civil War Southern United States[127] to the European feudal system of manorialism.[128] In the United States, and elsewhere, food costs attributed to food processing, distribution, and agricultural marketing, sometimes referred to as the value chain, have risen while the costs attributed to farming have declined. This is related to the greater efficiency of farming, combined with the increased level of value addition (e.g. more highly processed products) provided by the supply chain. Market concentration has increased in the sector as well, and although the total effect of the increased market concentration is likely increased efficiency, the changes redistribute economic surplus from producers (farmers) and consumers, and may have negative implications for rural communities.[129]

National government policies can significantly change the economic marketplace for agricultural products, in the form of taxation, subsidies, tariffs and other measures.[130] Since at least the 1960s, a combination of import/export restrictions, exchange rate policies and subsidies have affected farmers in both the developing and developed world. In the 1980s, it was clear that non-subsidized farmers in developing countries were experiencing adverse effects from national policies that created artificially low global prices for farm products. Between the mid-1980s and the early 2000s, several international agreements were put into place that limited agricultural tariffs, subsidies and other trade restrictions.[131]

However, as of 2009, there was still a significant amount of policy-driven distortion in global agricultural product prices. The three agricultural products with the greatest amount of trade distortion were sugar, milk and rice, mainly due to taxation. Among the oilseeds, sesame had the greatest amount of taxation, but overall, feed grains and oilseeds had much lower levels of taxation than livestock products. Since the 1980s, policy-driven distortions have seen a greater decrease among livestock products than crops during the worldwide reforms in agricultural policy.[132] Despite this progress, certain crops, such as cotton, still see subsidies in developed countries artificially deflating global prices, causing hardship in developing countries with non-subsidized farmers.[133] Unprocessed commodities (i.e. corn, soybeans, cows) are generally graded to indicate quality. The quality affects the price the producer receives. Commodities are generally reported by production quantities, such as volume, number or weight.[134]
Agricultural science
Main article: Agricultural science

Agricultural science is a broad multidisciplinary field of biology that encompasses the parts of exact, natural, economic and social sciences that are used in the practice and understanding of agriculture. (Veterinary science, but not animal science, is often excluded from the definition.)
List of countries by agricultural output
Main article: List of countries by GDP sector composition
See also: List of most important agricultural crops worldwide
Largest countries by agricultural output according to IMF and CIA World Factbook, 2015 Economy
Countries by agricultural output in 2015 (billions in USD)
(01) China
1,088
(02) India
413
(—) European Union
333
(03) United States
290
(04) Indonesia
127
(05) Brazil
110
(06) Nigeria
106
(07) Pakistan
63
(08) Turkey
62
(09) Argentina
59
(10) Japan
51
(11) Egypt
47
(12) Thailand
47
(13) Russia
47
(14) Australia
46
(15) Mexico
43
(16) France
42
(17) Italy
41
(18) Spain
39
(19) Vietnam
37
(20) Iran
36

The twenty largest countries by agricultural output in 2015, according to the IMF and CIA World Factbook.
Energy and agriculture

Since the 1940s, agricultural productivity has increased dramatically, due largely to the increased use of energy-intensive mechanization, fertilizers and pesticides. The vast majority of this energy input comes from fossil fuel sources.[135] Between the 1960–65 measuring cycle and the cycle from 1986 to 1990, the Green Revolution transformed agriculture around the globe, with world grain production increasing significantly (between 70% and 390% for wheat and 60% to 150% for rice, depending on geographic area)[136] as world population doubled. Modern agriculture's heavy reliance on petrochemicals and mechanization has raised concerns that oil shortages could increase costs and reduce agricultural output, causing food shortages.[137]
Agriculture and food system share (%) of total energy
consumption by three industrialized nations
Country Year Agriculture
(direct & indirect) Food
system
United Kingdom[138] 2005 1.9 11
United States[139] 1996 2.1 10
United States[140] 2002 2.0 14
Sweden[141] 2000 2.5 13

Modern or industrialized agriculture is dependent on fossil fuels in two fundamental ways: 1. direct consumption on the farm and 2. indirect consumption to manufacture inputs used on the farm. Direct consumption includes the use of lubricants and fuels to operate farm vehicles and machinery; and use of gasoline, liquid propane, and electricity to power dryers, pumps, lights, heaters, and coolers. American farms directly consumed about 1.2 exajoules (1.1 quadrillion BTU) in 2002, or just over 1% of the nation's total energy.[137]

Indirect consumption is mainly oil and natural gas used to manufacture fertilizers and pesticides, which accounted for 0.6 exajoules (0.6 quadrillion BTU) in 2002.[137] The natural gas and coal consumed by the production of nitrogen fertilizer can account for over half of the agricultural energy usage. China utilizes mostly coal in the production of nitrogen fertilizer, while most of Europe uses large amounts of natural gas and small amounts of coal. According to a 2010 report published by The Royal Society, agriculture is increasingly dependent on the direct and indirect input of fossil fuels. Overall, the fuels used in agriculture vary based on several factors, including crop, production system and location.[142] The energy used to manufacture farm machinery is also a form of indirect agricultural energy consumption. Together, direct and indirect consumption by US farms accounts for about 2% of the nation's energy use. Direct and indirect energy consumption by U.S. farms peaked in 1979, and has gradually declined over the past 30 years.[137] Food systems encompass not just agricultural production, but also off-farm processing, packaging, transporting, marketing, consumption, and disposal of food and food-related items. Agriculture accounts for less than one-fifth of food system energy use in the US.[139][140]
Mitigation of effects of petroleum shortages
M. King Hubbert's prediction of world petroleum production rates. Modern agriculture is totally reliant on petroleum energy[143]

In the event of a petroleum shortage (see peak oil for global concerns), organic agriculture can be more attractive than conventional practices that use petroleum-based pesticides, herbicides, or fertilizers. Some studies using modern organic-farming methods have reported yields equal to or higher than those available from conventional farming.[144] In the aftermath of the fall of the Soviet Union, with shortages of conventional petroleum-based inputs, Cuba made use of mostly organic practices, including biopesticides, plant-based pesticides and sustainable cropping practices, to feed its populace.[145] However, organic farming may be more labor-intensive and would require a shift of the workforce from urban to rural areas.[146] The reconditioning of soil to restore organic matter lost during the use of monoculture agriculture techniques is important to provide a reservoir of plant-available nutrients, to maintain texture, and to minimize erosion.[147]

It has been suggested that rural communities might obtain fuel from the biochar and synfuel process, which uses agricultural waste to provide charcoal fertilizer, some fuel and food, instead of the normal food vs. fuel debate. As the synfuel would be used on-site, the process would be more efficient and might just provide enough fuel for a new organic-agriculture fusion.[148][149]

It has been suggested that some transgenic plants may some day be developed which would allow for maintaining or increasing yields while requiring fewer fossil-fuel-derived inputs than conventional crops.[150] The possibility of success of these programs is questioned by ecologists and economists concerned with unsustainable GMO practices such as terminator seeds.[151][152] While there has been some research on sustainability using GMO crops, at least one prominent multi-year attempt by Monsanto Company has been unsuccessful, though during the same period traditional breeding techniques yielded a more sustainable variety of the same crop.[153]
Policy
Main article: Agricultural policy
From a Congressional Budget Office report

Agricultural policy is the set of government decisions and actions relating to domestic agriculture and imports of foreign agricultural products. Governments usually implement agricultural policies with the goal of achieving a specific outcome in the domestic agricultural product markets. Some overarching themes include risk management and adjustment (including policies related to climate change, food safety and natural disasters), economic stability (including policies related to taxes), natural resources and environmental sustainability (especially water policy), research and development, and market access for domestic commodities (including relations with global organizations and agreements with other countries).[154] Agricultural policy can also touch on food quality, ensuring that the food supply is of a consistent and known quality, food security, ensuring that the food supply meets the population's needs, and conservation. Policy programs can range from financial programs, such as subsidies, to encouraging producers to enroll in voluntary quality assurance programs.[155]

There are many influences on the creation of agricultural policy, including consumers, agribusiness, trade lobbies and other groups. Agribusiness interests hold a large amount of influence over policy making, in the form of lobbying and campaign contributions. Political action groups, including those interested in environmental issues and labor unions, also provide influence, as do lobbying organizations representing individual agricultural commodities.[156] The Food and Agriculture Organization of the United Nations (FAO) leads international efforts to defeat hunger and provides a forum for the negotiation of global agricultural regulations and agreements. Dr. Samuel Jutzi, director of FAO's animal production and health division, states that lobbying by large corporations has stopped reforms that would improve human health and the environment. For example, proposals in 2010 for a voluntary code of conduct for the livestock industry that would have provided incentives for improving standards for health, and environmental regulations, such as the number of animals an area of land can support without long-term damage, were successfully defeated due to large food company pressure.[157]
See also
Main article: Outline of agriculture

Aeroponics
Agricultural engineering
Agricultural value chain
Agroecology
Agroforestry
Building-integrated agriculture
Contract farming
Corporate farming
Crofting
Crop
Ecoagriculture
Feed additive
Food security
Hill farming
List of documentary films about agriculture
Pharming (genetics)
Remote sensing
Subsistence economy
Vertical farming

iconAgriculture and agronomy portal Anthropology portal Archaeology portal Drink portal iconFood portal

References

Safety and health in agriculture. International Labour Organization. 1999. pp. 77–. ISBN 978-92-2-111517-5. Retrieved 13 September 2010.
Chantrell, Glynnis, ed. (2002). The Oxford Dictionary of Word Histories. Oxford University Press. p. 14. ISBN 0-19-863121-9.
Ulrich G. Mueller; Nicole M. Gerardo; Duur K. Aanen; Diana L. Six; Ted R. Schultz (December 2005). "The Evolution of Agriculture in Insects". Annual Review of Ecology, Evolution, and Systematics. 36: 563–595. doi:10.1146/annurev.ecolsys.36.102003.152626.
"Definition of Agriculture". State of Maine. Retrieved 6 May 2013.
Committee on Forestry Research, National Research Council (1990). Forestry Research: A Mandate for Change. National Academies Press. pp. 15–16. ISBN 0-309-04248-8.
Budowski, Gerardo (1982). "Applicability of agro-forestry systems". In MacDonald, L.H. Agro-forestry in the African Humid Tropics. United Nations University. ISBN 92-808-0364-6. Retrieved 17 March 2016.
Larson, G.; Piperno, D. R.; Allaby, R. G.; Purugganan, M. D.; Andersson, L.; Arroyo-Kalin, M.; Barton, L.; Climer Vigueira, C.; Denham, T.; Dobney, K.; Doust, A.N.; Gepts, P.; Gilbert, M. T. P.; Gremillion, K. J.; Lucas, L.; Lukens, L.; Marshall, F. B.; Olsen, K.M.; Pires, J.C.; Richerson, P.J.; Rubio De Casas, R.; Sanjur, O.I.; Thomas, M.G.; Fuller, D.Q. (2014). "Current perspectives and the future of domestication studies". Proceedings of the National Academy of Sciences. 111 (17): 6139. doi:10.1073/pnas.1323964111.
Harmon, Katherine (17 December 2009). "Humans feasting on grains for at least 100,000 years". Scientific American. Retrieved 28 August 2016.
Nelson, Sarah M. (1998). Ancestors for the Pigs. Pigs in prehistory. University of Pennsylvania Museum of Archaeology and Anthropology.
Ensminger, M.E.; Parker, R.O. (1986). Sheep and Goat Science (Fifth ed.). Interstate Printers and Publishers. ISBN 0-8134-2464-X.
McTavish, E.J.; Decker, J.E.; Schnabel, R.D.; Taylor, J.F. & Hillis, D.M. (2013). "New World cattle show ancestry from multiple independent domestication events". Proc. Natl. Acad. Sci. U.S.A. 110: E1398–406. doi:10.1073/pnas.1303367110. PMC 3625352free to read. PMID 23530234.
Broudy, Eric (1979). The Book of Looms: A History of the Handloom from Ancient Times to the Present. UPNE. p. 81. ISBN 978-0-87451-649-4.
S. Johannessen and C. A. Hastorf (eds.) Corn and Culture in the Prehistoric New World, Westview Press, Boulder, Colorado.
Watson, Andrew M. (1974). "The Arab Agricultural Revolution and Its Diffusion, 700-1100". The Journal of Economic History. 34 (1): 8–35.
National Geographic (2015). Food Journeys of a Lifetime. National Geographic Society. p. 126. ISBN 978-1-4262-1609-1.
Crosby, Alfred. "The Columbian Exchange". The Gilder Lehrman Institute of American History. Retrieved 11 May 2013.
Janick, Jules. "Agricultural Scientific Revolution: Mechanical" (PDF). Purdue University. Retrieved 24 May 2013.
Reid, John F. (2011). "The Impact of Mechanization on Agriculture". The Bridge on Agriculture and Information Technology. 41 (3).
Philpott, Tom (19 April 2013). "A Brief History of Our Deadly Addiction to Nitrogen Fertilizer". Mother Jones. Retrieved 7 May 2013.
"Ten worst famines of the 20th century". Sydney Morning Herald. 15 August 2011.
Ancient Egyptian Literature: A Book of Readings, (ed. Miriam Lichtheim, Berkeley & Los Angeles & London: University of California Press, 1975, vol I, p 205-209).
Han Agriculture: The Foundation of Early Chinese Agrarian Economy, 206 BC – AD 220, (ed. Cho-yun Hsu, Seattle & London: University of Washington Press, p 169-170).
Guan Zhong, Guanzi: Economic Dialogues in Ancient China, (trs. Po-fu Tan, & Kuang-wen Wen, Connecticut: New Heaven, 1954, p 174); Samuel Noah Kramer, History Begins at Sumer: Thirty-Nine Firsts in Man's Recorded History, New York: University of Pennsylvania Press, 1953, p 96-97; Rafael Karsten, A Totalitarian State of the Past: The Civilization of the Inca Empire in Ancient Peru, Helsingforce: Academic Bookstore, 1949, p 93, 181.
Guanzi: Economic Dialogues in Ancient China, (trs. Po-fu Tan, & Kuang-wen Wen, Connecticut: New Heaven, 1954, p 94, 129-130, 156-157, 362).
The Book of the Governor of the Shang Region,( tr. L. S. Perelomov, Moscow: Nauka, 1993, p 153).
Arthashastra, (tr. T. N. Ramaswamy, London: Asia Publishers, 1962, p 126, 128).
One chapter Shang Yang titled "Reflections on the One," The Book of the Governor of the Shang Region, (p 150).
Category:agricultural deities; Category:agricultural gods
The Mesopotamian Lahmu; the Hittite goddess of Arinna, and the Roman Janus. From Lahmu derive two Hebrew words—warfare (lehima) and bread (lehem).
Barrington Moore, Social Origins of Democracy and Dictatorship, (London: Penguin Books, 1967, p 429; Shepard B. Clough & Richard T. Rapp, European Economic History: The Economic Development of Western Civilization, (London & Sydney: McGraw-Hill, 1968, p 258).
Blench, Roger (2001). Pastoralists in the new millennium (PDF). FAO. pp. 11–12.
"Shifting cultivation". Survival International. Retrieved 28 August 2016.
Waters, Tony (2007). The Persistence of Subsistence Agriculture: life beneath the level of the marketplace. Lexington Books.
Encyclopaedia Britannica's definition of Intensive Agriculture
BBC School fact sheet on intensive farming
Scheierling, Susanne M. (1995). "Overcoming agricultural pollution of water: the challenge of integrating agricultural and environmental policies in the European Union, Volume 1". The World Bank. Retrieved 15 April 2013.
"CAP Reform". European Commission. 2003. Retrieved 15 April 2013.
Smith, Kate; Edwards, Rob (8 March 2008). "2008: The year of global food crisis". The Herald. Glasgow.
"The global grain bubble". The Christian Science Monitor. 18 January 2008. Retrieved 26 September 2013.
"The cost of food: Facts and figures". BBC. 16 October 2008. Retrieved 26 September 2013.
Walt, Vivienne (27 February 2008). "The World's Growing Food-Price Crisis". Time.
Watts, Jonathan (4 December 2007). "Riots and hunger feared as demand for grain sends food costs soaring", The Guardian (London).
Mortished, Carl (7 March 2008)."Already we have riots, hoarding, panic: the sign of things to come?", The Times (London).
Borger, Julian (26 February 2008). "Feed the world? We are fighting a losing battle, UN admits", The Guardian (London).
"Food prices: smallholder farmers can be part of the solution". International Fund for Agricultural Development. Retrieved 24 April 2013.
"Wheat Stem Rust – UG99 (Race TTKSK)". FAO. Retrieved 6 January 2014.
Sample, Ian (31 August 2007). "Global food crisis looms as climate change and population growth strip fertile land", The Guardian (London).
"Africa may be able to feed only 25% of its population by 2025". Mongabay. 14 December 2006. Archived from the original on 27November 2011. Retrieved 15 July 2016. Check date values in: |archive-date= (help)
M. Pietrzak, D. Walczak. 2014. The Analysis of the Agrarian Structure in Poland with the Special Consideration of the Years 1921 and 2002, Bulgarian Journal of Agricultural Science, Vol 20, No 5, pp. 1025, 1038.
"Agricultural Productivity in the United States". USDA Economic Research Service. 5 July 2012. Retrieved 22 April 2013.
"Safety and health in agriculture". International Labour Organization. 21 March 2011. Retrieved 24 April 2013.
"Services sector overtakes farming as world's biggest employer: ILO". The Financial Express. Associated Press. 26 January 2007. Retrieved 24 April 2013.
"Labor Force – By Occupation". The World Factbook. Central Intelligence Agency. Retrieved 4 May 2013.
Allen, Robert C. "Economic structure and agricultural productivity in Europe, 1300–1800" (PDF). European Review of Economic History. 3: 1–25.
"NIOSH Workplace Safety & Health Topic: Agricultural Injuries". Centers for Disease Control and Prevention. Retrieved 16 April 2013.
"NIOSH Pesticide Poisoning Monitoring Program Protects Farmworkers". Centers for Disease Control and Prevention. Retrieved 15 April 2013.
"NIOSH Workplace Safety & Health Topic: Agriculture". Centers for Disease Control and Prevention. Retrieved 16 April 2013.
"Agriculture: A hazardous work". International Labour Organization. 15 June 2009. Retrieved 24 April 2013.
"Analysis of farming systems". Food and Agriculture Organization. Retrieved 22 May 2013.
Acquaah, G. 2002. Agricultural Production Systems. pp. 283 – 317 in "Principles of Crop Production, Theories, Techniques and Technology". Prentice Hall, Upper Saddle River, NJ.
Chrispeels, M.J.; Sadava, D.E. 1994. "Farming Systems: Development, Productivity, and Sustainability". pp. 25 – 57 in Plants, Genes, and Agriculture. Jones and Bartlett, Boston, MA.
"Food and Agriculture Organization of the United Nations (FAOSTAT)". Archived from the original on 18 January 2013. Retrieved 2 February 2013.
Sere, C.; Steinfeld, H.; Groeneweld, J. (1995). "Description of Systems in World Livestock Systems – Current status issues and trends". U.N. Food and Agriculture Organization. Retrieved 8 September 2013.
Thornton, Philip K. (27 September 2010). "Livestock production: recent trends, future prospects". Philosophical Transactions of the Royal Society B. 365 (1554): 2853–2867. doi:10.1098/rstb.2010.0134.
Stier, Ken (19 September 2007). "Fish Farming's Growing Dangers". Time.
P. Ajmone-Marsan (May 2010). "A global view of livestock biodiversity and conservation – GLOBALDIV". Animal Genetics. 41 (supplement S1): 1–5. doi:10.1111/j.1365-2052.2010.02036.x.
"Growth Promoting Hormones Pose Health Risk to Consumers, Confirms EU Scientific Committee" (PDF). European Union. 23 April 2002. Retrieved 6 April 2013.
Brady, N.C. and R.R. Weil. 2002. Elements of the Nature and Properties of Soils. Pearson Prentice Hall, Upper Saddle River, NJ.
Acquaah, G. 2002. "Land Preparation and Farm Energy" pp.318 – 338 in Principles of Crop Production, Theories, Techniques and Technology. Prentice Hall, Upper Saddle River, NJ.
Acquaah, G. 2002. "Pesticide Use in U.S. Crop Production" pp.240 – 282 in Principles of Crop Production, Theories, Techniques and Technology. Prentice Hall, Upper Saddle River, NJ.
Acquaah, G. 2002. "Soil and Land" pp.165 – 210 in Principles of Crop Production, Theories, Techniques and Technology. Prentice Hall, Upper Saddle River, NJ.
Chrispeels, M.J.; Sadava, D.E. 1994. "Nutrition from the Soil" pp.187 – 218 in Plants, Genes, and Agriculture. Jones and Bartlett, Boston, MA.
Brady, N.C.; Weil, R.R. 2002. "Practical Nutrient Management" pp.472 – 515 in Elements of the Nature and Properties of Soils. Pearson Prentice Hall, Upper Saddle River, NJ.
Acquaah, G. 2002. "Plants and Soil Water" pp.211 – 239 in Principles of Crop Production, Theories, Techniques and Technology. Prentice Hall, Upper Saddle River, NJ.
Pimentel, D.; Berger, D.; Filberto, D.; Newton, M.; et al. (2004). "Water Resources: Agricultural and Environmental Issues". BioScience. 54 (10): 909–918. doi:10.1641/0006-3568(2004)054[0909:WRAAEI]2.0.CO;2.
International Food Policy Research Institute (2014). "Food Security in a World of Growing Natural Resource Scarcity". CropLife International. Retrieved 1 July 2013.
UNEP, 2011, Towards a Green Economy: Pathways to Sustainable Development and Poverty Eradication, www.unep.org/greeneconomy
"History of Plant Breeding". Colorado State University. 29 January 2004. Retrieved 11 May 2013.
Stadler, L. J.; Sprague, G.F. (15 October 1936). "Genetic Effects of Ultra-Violet Radiation in Maize: I. Unfiltered Radiation" (PDF). Proceedings of the National Academy of Sciences of the United States of America. US Department of Agriculture and Missouri Agricultural Experiment Station. 22 (10): 572–578. doi:10.1073/pnas.22.10.572. PMC 1076819free to read. PMID 16588111. Archived (PDF) from the original on 24 October 2007. Retrieved 11 October 2007.
Berg, Paul; Singer, Maxine (15 August 2003). George Beadle: An Uncommon Farmer. The Emergence of Genetics in the 20th century. Cold Springs Harbor Laboratory Press. ISBN 978-0-87969-688-7.
Ruttan, Vernon W. (December 1999). "Biotechnology and Agriculture: A Skeptical Perspective" (PDF). AgBioForum. 2 (1): 54–60.
Cassman, K. (5 December 1998). "Ecological intensification of cereal production systems: The Challenge of increasing crop yield potential and precision agriculture". Proceedings of a National Academy of Sciences Colloquium, Irvine, California. University of Nebraska. Archived from the original on 24 October 2007. Retrieved 11 October 2007.
Conversion note: 1 bushel of wheat = 60 pounds (lb) ≈ 27.215 kg. 1 bushel of maize = 56 pounds ≈ 25.401 kg
"20 Questions on Genetically Modified Foods". World Health Organization. Retrieved 16 April 2013.
Whiteside, Stephanie (28 November 2012). "Peru bans genetically modified foods as US lags". Current TV. Archived from the original on 24 March 2013. Retrieved 7 May 2013.
Shiva, Vandana (2005). Earth Democracy: Justice, Sustainability, and Peace. Cambridge, MA: South End Press.
Kathrine Hauge Madsen; Jens Carl Streibig. "Benefits and risks of the use of herbicide-resistant crops". Weed Management for Developing Countries. FAO. Retrieved 4 May 2013.
"Farmers Guide to GMOs" (PDF). Rural Advancement Foundation International. Retrieved 16 April 2013.
Brian Hindo (13 February 2008). "Report Raises Alarm over 'Super-weeds'". Bloomberg BusinessWeek.
Ozturk; et al. (2008). "Glyphosate inhibition of ferric reductase activity in iron deficient sunflower roots". New Phytologist. 177: 899–906. doi:10.1111/j.1469-8137.2007.02340.x.
"Insect-resistant Crops Through Genetic Engineering". University of Illinois. Retrieved 4 May 2013.
Kimbrell, A. (2002). Fatal Harvest: The Tragedy of Industrial Agriculture. Washington: Island Press.
Pretty, J; et al. (2000). "An assessment of the total external costs of UK agriculture". Agricultural Systems. 65 (2): 113–136. doi:10.1016/S0308-521X(00)00031-7.
Tegtmeier, E.M.; Duffy, M. (2005). "External Costs of Agricultural Production in the United States" (PDF). The Earthscan Reader in Sustainable Agriculture.
International Resource Panel (2010). "Priority products and materials: assessing the environmental impacts of consumption and production". United Nations Environment Programme. Archived from the original on 24 December 2012. Retrieved 7 May 2013.
"Livestock a major threat to environment". UN Food and Agriculture Organization. 29 November 2006. Archived from the original on 28 March 2008. Retrieved 24 April 2013.
Steinfeld, H.; Gerber, P.; Wassenaar, T.; Castel, V.; Rosales, M.; de Haan, C. (2006). "Livestock's Long Shadow – Environmental issues and options" (PDF). Rome: U.N. Food and Agriculture Organization. Archived from the original (PDF) on 25 June 2008. Retrieved 5 December 2008.
Vitousek, P.M.; Mooney, H.A.; Lubchenco, J.; Melillo, J.M. (1997). "Human Domination of Earth's Ecosystems". Science. 277 (5325): 494–499. doi:10.1126/science.277.5325.494.
Bai, Z.G.; D.L. Dent; L. Olsson & M.E. Schaepman (November 2008). "Global assessment of land degradation and improvement: 1. identification by remote sensing" (PDF). FAO/ISRIC. Retrieved 24 May 2013.
Carpenter, S.R.; N.F. Caraco; D.L. Correll; R.W. Howarth; A.N. Sharpley & V.H. Smith (1998). "Nonpoint Pollution of Surface Waters with Phosphorus and Nitrogen". Ecological Applications. 8 (3): 559–568. doi:10.1890/1051-0761(1998)008[0559:NPOSWW]2.0.CO;2.
Molden, D. (ed.). "Findings of the Comprehensive Assessment of Water Management in Agriculture" (PDF). Annual Report 2006/2007. International Water Management Institute. Retrieved 6 January 2014.
Li, Sophia (13 August 2012). "Stressed Aquifers Around the Globe". New York Times. Retrieved 7 May 2013.
"Water Use in Agriculture". FAO. November 2005. Archived from the original on 13 June 2013. Retrieved 7 May 2013.
"Water Management: Towards 2030". FAO. March 2003. Archived from the original on 10 May 2013. Retrieved 7 May 2013.
Pimentel, D.; T.W. Culliney; T. Bashore (1996). "Public health risks associated with pesticides and natural toxins in foods". Radcliffe's IPM World Textbook. Retrieved 7 May 2013.[dead link]
WHO. 1992. Our planet, our health: Report of the WHO commission on health and environment. Geneva: World Health Organization.
Chrispeels, M.J. and D.E. Sadava. 1994. "Strategies for Pest Control" pp.355 – 383 in Plants, Genes, and Agriculture. Jones and Bartlett, Boston, MA.
Avery, D.T. (2000). Saving the Planet with Pesticides and Plastic: The Environmental Triumph of High-Yield Farming. Indianapolis, IN: Hudson Institute.
"Center for Global Food Issues". Center for Global Food Issues. Retrieved 14 July 2016.
Lappe, F.M., J. Collins, and P. Rosset. 1998. "Myth 4: Food vs. Our Environment" pp. 42 – 57 in World Hunger, Twelve Myths, Grove Press, New York.
Harvey, Fiona (18 November 2011). "Extreme weather will strike as climate change takes hold, IPCC warns". The Guardian.
"Report: Blue Peace for the Nile" (PDF). Strategic Foresight Group. Retrieved 20 August 2013.
"World: Pessimism about future grows in agribusiness".
"SREX: Lessons for the agricultural sector". Climate & Development Knowledge Network. Retrieved 24 May 2013.
Brady, N.C. and R.R. Weil. 2002. "Soil Organic Matter" pp. 353 – 385 in Elements of the Nature and Properties of Soils. Pearson Prentice Hall, Upper Saddle River, NJ.
Brady, N.C. and R.R. Weil. 2002. "Nitrogen and Sulfur Economy of Soils" pp. 386 – 421 in Elements of the Nature and Properties of Soils. Pearson Prentice Hall, Upper Saddle River, NJ.
Foley, Jonathan (May 2014). "A Five-Step Plan to Feed The World". National Geographic.
Hillier, Jonathon; C. Hawes; G. Squire; A. Hilton (2009). "The carbon footprints of food crop production". International Journal of Agricultural Sustainability. 7 (2): 107–118. doi:10.3763/ijas.2009.0419.
Lal, Rattan (2004). "Carbon emission from farm operations". Environmental International. 30 (7): 981–990. doi:10.1016/j.envint.2004.03.005.
West, T.O.; G. Marland (2002). "Net carbon flux from agricultural ecosystems: methodology for full carbon cycle analyses". Environmental Pollution. 116 (3): 439–444. doi:10.1016/s0269-7491(01)00221-4.
Boelee, E., ed. (2011). "Ecosystems for water and food security". IWMI/UNEP. Retrieved 24 May 2013.
Molden, D. "Opinion: The Water Deficit" (PDF). The Scientist. Retrieved 23 August 2011.
Safefood Consulting, Inc. (2005). "Benefits of Crop Protection Technologies on Canadian Food Production, Nutrition, Economy and the Environment". CropLife International. Retrieved 24 May 2013.
Trewavas, Anthony (2004). "A critical assessment of organic farming-and-food assertions with particular respect to the UK and the potential environmental benefits of no-till agriculture". Crop Protection. 23 (9): 757–781. doi:10.1016/j.cropro.2004.01.009.
"Agricultural Economics". University of Idaho. Archived from the original on 1 April 2013. Retrieved 16 April 2013.
Runge, C. Ford (June 2006). "Agricultural Economics: A Brief Intellectual History" (PDF). Center for International Food and Agriculture Policy. p. 4. Retrieved 16 September 2013.
Conrad, David E. "Tenant Farming and Sharecropping". Encyclopedia of Oklahoma History and Culture. Oklahoma Historical Society. Retrieved 16 September 2013.
Stokstad, Marilyn (2005). Medieval Castles. Greenwood Publishing Group. ISBN 0-313-32525-1. Retrieved 17 March 2016.
Sexton, R.J. (2000). "Industrialization and Consolidation in the US Food Sector: Implications for Competition and Welfare". American Journal of Agricultural Economics. 82 (5): 1087–1104. doi:10.1111/0002-9092.00106.
Peter J. Lloyd; Johanna L. Croser; Kym Anderson (March 2009). "How Do Agricultural Policy Restrictions to Global Trade and Welfare Differ across Commodities?" (PDF). Policy Research Working Paper #4864. The World Bank. pp. 2–3. Retrieved 16 April 2013.
Kym Anderson; Ernesto Valenzuela (April 2006). "Do Global Trade Distortions Still Harm Developing Country Farmers?" (PDF). World Bank Policy Research Working Paper 3901. World Bank. pp. 1–2. Retrieved 16 April 2013.
Peter J. Lloyd; Johanna L. Croser; Kym Anderson (March 2009). "How Do Agricultural Policy Restrictions to Global Trade and Welfare Differ across Commodities?" (PDF). Policy Research Working Paper #4864. The World Bank. p. 21. Retrieved 16 April 2013.
Glenys Kinnock (24 May 2011). "America's $24bn subsidy damages developing world cotton farmers". The Guardian. Retrieved 16 April 2013.
"Agriculture's Bounty" (PDF). May 2013. Retrieved 19 August 2013.
"World oil supplies are set to run out faster than expected, warn scientists". The Independent. 14 June 2007. Archived from the original on 21 October 2010. Retrieved 14 July 2016.
Robert W. Herdt (30 May 1997). "The Future of the Green Revolution: Implications for International Grain Markets" (PDF). The Rockefeller Foundation. p. 2. Retrieved 16 April 2013.
Schnepf, Randy (19 November 2004). "Energy use in Agriculture: Background and Issues" (PDF). CRS Report for Congress. Congressional Research Service. Retrieved 26 September 2013.
Rebecca White (2007). "Carbon governance from a systems perspective: an investigation of food production and consumption in the UK" (PDF). Oxford University Center for the Environment. Archived from the original (PDF) on 19 July 2011.
Martin Heller; Gregory Keoleian (2000). "Life Cycle-Based Sustainability Indicators for Assessment of the U.S. Food System" (PDF). University of Michigan Center for Sustainable Food Systems. Retrieved 17 March 2016.
Patrick Canning; Ainsley Charles; Sonya Huang; Karen R. Polenske; Arnold Waters (2010). "Energy Use in the U.S. Food System". USDA Economic Research Service Report No. ERR-94. United States Department of Agriculture.
Wallgren, Christine; Höjer, Mattias (2009). "Eating energy—Identifying possibilities for reduced energy use in the future food supply system". Energy Policy. 37 (12): 5803–5813. doi:10.1016/j.enpol.2009.08.046. ISSN 0301-4215.
Jeremy Woods; Adrian Williams; John K. Hughes; Mairi Black; Richard Murphy (August 2010). "Energy and the food system". Philosophical Transactions of the Royal Society. 365 (1554): 2991–3006. doi:10.1098/rstb.2010.0172.
"World oil supplies are set to run out faster than expected, warn scientists". The Independent. 14 June 2007.
Barry Estabrook (December 5, 2011). "Organic Can Feed the World". The Atlantic. Retrieved 14 July 2016.
"Cuban Organic Farming Experiment". Harvard School of Public Health. Retrieved 15 April 2013.
Strochlic, R.; Sierra, L. (2007). "Conventional, Mixed, and "Deregistered" Organic Farmers: Entry Barriers and Reasons for Exiting Organic Production in California" (PDF). California Institute for Rural Studies. Retrieved 15 April 2013.
Alexandra Bot and José Benites (2005), The importance of soil organic matter: Key to drought-resistant soil and sustained food production, FAO Soils Bulletin, 80, Food and Agriculture Organization of the United Nations
P. Read (2005). "Carbon cycle management with increased photo-synthesis and long-term sinks" (PDF). Geophysical Research Abstracts. 7: 11082.
Greene, Nathanael (December 2004). "How biofuels can help end America's energy dependence". Biotechnology Industry Organization.
Srinivas (June 2008). "Reviewing The Methodologies For Sustainable Living". 7. The Electronic Journal of Environmental, Agricultural and Food Chemistry.
R. Pillarisetti; Kylie Radel (June 2004). "Economic and Environmental Issues in International Trade and Production of Genetically Modified Foods and Crops and the WTO". 19 (2). Journal of Economic Integration: 332–352.
Conway, G. (2000). "Genetically modified crops: risks and promise". 4(1): 2. Conservation Ecology.
"Monsanto failure". New Scientist. 181 (2433). London. 7 February 2004. Retrieved 18 April 2008.
Lindsay Hogan; Paul Morris (October 2010). "Agricultural and food policy choices in Australia" (PDF). Sustainable agriculture and food policy in the 21st century: challenges and solutions. Australian Bureau of Agricultural and Resource Economics – Bureau of Rural Sciences: 13. Retrieved 22 April 2013.
"Agriculture: Not Just Farming ...". European Union. Retrieved 22 April 2013.
Ikerd, John (2010). "Corporatization of Agricultural Policy". Small Farm Today Magazine.

Jowit, Juliette (22 September 2010). "Corporate Lobbying Is Blocking Food Reforms, Senior UN Official Warns: Farming Summit Told of Delaying Tactics by Large Agribusiness and Food Producers on Decisions that Would Improve Human Health and the Environment". The Guardian. London.

Further reading

Alvarez, Robert A (2007). "The March of Empire: Mangos, Avocados, and the Politics of Transfer". Gastronomica. 7 (3): 28–33. doi:10.1525/gfc.2007.7.3.28.
Bolens, L. (1997). "Agriculture" in Selin, Helaine (ed.), Encyclopedia of the History of Science, Technology, and Medicine in Non-Western Cultures. Kluwer Academic Publishers, Dordrecht/Boston/London, pp. 20 – 22.
Collinson, M. (ed.) A History of Farming Systems Research. CABI Publishing, 2000. ISBN 978-0-85199-405-5
Jared Diamond, Guns, germs and steel. A short history of everybody for the last 13,000 years, 1997.
Mazoyer, Marcel; Roudart, Laurence (2006). A history of world agriculture: from the Neolithic Age to the current crisis. Monthly Review Press, New York. ISBN 978-1-58367-121-4
Watson, A.M. (1983). Agricultural Innovation in the Early Islamic World, Cambridge University Press.

External links
Find more about
Agriculture
at Wikipedia's sister projects
Search Wiktionary Definitions from Wiktionary
Search Commons Media from Commons
Search Wikinews News from Wikinews
Search Wikiquote Quotations from Wikiquote
Search Wikisource Texts from Wikisource
Search Wikibooks Textbooks from Wikibooks
Search Wikiversity Learning resources from Wikiversity
Search Wikidata Data from Wikidata

Official website of the Food and Agriculture Organization (FAO) of the United Nations
Official website of the United States Department of Agriculture (USDA)
Official website of the USDA's Agricultural Research Service
Agriculture Research Guide from the Government Information Library of the University of Colorado, Boulder
Agriculture material from the World Bank Group
"Agriculture collected news and commentary". The New York Times.
"Agriculture collected news and commentary". The Guardian. Edit this at Wikidata

[show]

v t e

Agriculture
[show]

v t e

Horticulture and gardening
Authority control

LCCN: sh85002415 GND: 4034402-2 BNF: cb11934798x (data) NDL: 00568603 BNE: XX4576248

Categories:

AgricultureAgronomyAnthropologyArchaeologyDrinksFood industryHarvestRanchers
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.atelier-yannistignard.com
yanis la chouette



Nombre de messages : 4322
Localisation : http://yanis.tignard.free.fr
Date d'inscription : 12/11/2005

MessageSujet: Re: John Forbes Nash Jr, TAY et Y'becca   Mer 5 Oct à 10:16

Renault Agriculture
From Wikipedia, the free encyclopedia
Renault Agriculture S.A.S. Logo of Renault Agriculture.jpg
Former type


Subsidiary
Agricultural machinery
Successor Class Tractor S.A.S.
Auto Châssis International SNC
Founded 11 November 1918[1]
Founder Louis Renault
Defunct 2008
Headquarters Le Mans, France
Parent Renault

Renault Agriculture S.A.S. (French pronunciation: ​[ʁəno aɡʁikyltyʁ(ə)]) was the agricultural machinery division of the French car manufacturer Renault established in 1918 from its armored military vehicles division. While in operation, Renault Agriculture had various partnerships with major manufacturers and focussed production on tractors. The company was sold between 2003 and 2008 to German rival Claas. Renault Agriculture was dissolved in 2008 and its facilities became part of Claas' tractor division. Claas' tractor division and Renault's Auto Châssis International are Renault Agriculture successors.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.atelier-yannistignard.com
yanis la chouette



Nombre de messages : 4322
Localisation : http://yanis.tignard.free.fr
Date d'inscription : 12/11/2005

MessageSujet: Re: John Forbes Nash Jr, TAY et Y'becca   Mer 5 Oct à 10:17

Ministry of Agriculture (France)
From Wikipedia, the free encyclopedia
Ministry of Agriculture and Fishing, Hôtel de Villeroy, 78 rue de Varenne, Paris

The Ministry of Agriculture, Agrifood, and Forestry (French: Ministère de l'agriculture, de l'agroalimentaire et de la forêt) of France is the governmental body charged with regulation and policy, for agriculture, food, and forestry.

The Ministry's headquarters are in the Hôtel de Villeroy, at 78 Rue de Varenne in the 7th arrondissement of Paris,[1] adjacent to Hotel Matignon.

Prior to 21 June 2012, the Ministry's remit was somewhat different; its full title was Ministry of Agriculture, Food, Fisheries, Rural Affairs and Spatial Planning (French: Ministère de l'Agriculture, de l'Alimentation, de la Pêche, de la Ruralité et de l'Aménagement du territoire).

The regional directorates for food, agriculture and forests (DRAAFs) oversee the implementation of policies for agriculture, food (particularly health safety), aquaculture and forests. Their missions cover the content and organisation of agricultural education. They contribute to employment policy in the fields of farming, agri-food, forestry and freshwater aquaculture.[2]
Ministers

The Minister of Agriculture, Food, Fishing and Rural Affairs is a cabinet member in the Government of France.

Alexandre Goüin 1 March 1840 – 29 October 1840
Paul Devès 14 November 1881 – 30 January 1882
François de Mahy 30 January 1882 – 21 February 1883
Jules Méline 21 February 1883 – 6 April 1885
Hervé Mangon 6 April 1885 – 9 November 1885
Pierre Gomot 9 November 1885 – 7 January 1886
Jules Develle 7 January 1886 – 30 May 1887
François Barbe 30 May 1887 – 12 December 1887
Jules Viette 12 December 1887 – 22 February 1889
Léopold Faye 22 February 1889 – 17 March 1890
Jules Develle 17 March 1890 – 11 January 1893
Albert Viger 11 January 1893 – 26 January 1895
Antoine Gadaud 26 January 1895 – 1 November 1895
Albert Viger 1 November 1895 – 29 April 1896
Jules Méline 29 April 1896 – 28 June 1898
Albert Viger 28 June 1898 – 22 June 1899
Jean Dupuy 22 June 1899 – 7 June 1902
Léon Mougeot 7 June 1902 – 24 January 1905
Joseph Ruau 24 January 1905 – 3 November 1910
Maurice Raynaud 3 November 1910 – 2 March 1911
Jules Pams 2 March 1911 – 17 January 1913
Fernand David 21 January 1913 – 22 March 1913
Étienne Clémentel 22 March 1913 – 9 December 1913
Maurice Raynaud 9 December 1913 – 9 June 1914
Adrien Dariac 9 June 1914 – 13 June 1914
Fernand David 13 June 1914 – 29 October 1915
Jules Méline 29 October 1915 – 12 December 1916
Étienne Clémentel 12 December 1916 – 20 March 1917
Fernand David 20 March 1917 – 16 November 1917
Victor Boret 16 November 1917 – 20 July 1919
Joseph Noulens 20 July 1919 – 20 January 1920
Joseph Ricard 20 January 1920 – 16 January 1921
Edmond Lefebvre du Prey 16 January 1921 – 15 January 1922
Henry Chéron 15 January 1922 – 29 March 1924
Joseph Capus 29 March 1924 – 14 June 1924
Henri Queuille 14 June 1924 – 17 April 1925
Jean Durand 17 April 1925 – 10 April 1926
François Binet 10 April 1926 – 19 July 1926
Henri Queuille 19 July 1926 – 11 November 1928
Jean Hennessy 11 November 1928 – 21 February 1930
Henri Queuille 21 February 1930 – 2 March 1930
Fernand David 2 March 1930 – 13 December 1930
Victor Boret 13 December 1930 – 27 January 1931
André Tardieu 27 January 1931 – 14 January 1932
Achille Armand Fould 14 January 1932 – 20 February 1932
Claude Chauveau 20 February 1932 – 3 June 1932
Abel Gardey 3 June 1932 – 18 December 1932
Henri Queuille 18 December 1932 – 8 November 1934
Émile Casset 8 November 1934 – 1 June 1935
Paul Jacquier 1 June 1935 – 7 June 1935
Pierre Cathala 7 June 1935 – 24 January 1936
Paul Thellier 24 January 1936 – 4 June 1936
Georges Monnet 4 June 1936 – 18 January 1938
Fernand Chapsal 18 January 1938 – 13 March 1938
Georges Monnet 13 March 1938 – 10 April 1938
Henri Queuille 10 April 1938 – 21 March 1940
Paul Thellier 21 March 1940 – 16 June 1940
Albert Chichery 16 June 1940 – 12 July 1940
Pierre Caziot 12 July 1940 – 18 April 1942
Jacques Le Roy Ladurie 18 April 1942 – 11 September 1942
Max Bonnafous 11 September 1942 – 6 January 1944
Pierre Cathala 6 January 1944 – 20 August 1944
François Tanguy-Prigent 4 September 1944 – 22 October 1947
Marcel Roclore 22 October 1947 – 24 November 1947
Pierre Pflimlin 24 November 1947 – 2 December 1949
Gabriel Valay 2 December 1949 – 3 July 1950
Pierre Pflimlin 3 July 1950 – 11 August 1951
Paul Antier 11 August 1951 – 21 November 1951
Camille Laurens 21 November 1951 – 28 June 1953
Roger Houdet 28 June 1953 – 23 February 1955
Jean Sourbet 23 February 1955 – 1 February 1956
Roland Boscary-Monsservin 6 November 1957 – 9 June 1958
Roger Houdet 9 June 1958 – 27 May 1959
Henri Rochereau 27 May 1959 – 24 August 1961
Edgard Pisani 24 August 1961 – 8 January 1966
Edgar Faure 8 January 1966 – 10 July 1968
Robert Boulin 10 July 1968 – 16 June 1969
Jacques Duhamel 16 June 1969 – 8 January 1971
Michel Cointat 8 January 1971 – 7 July 1972
Jacques Chirac 7 July 1972 – 1 March 1974
Raymond Marcellin 1 March 1974 – 28 May 1974
Christian Bonnet 28 May 1974 – 30 March 1977
Pierre Méhaignerie 30 March 1977 – 22 May 1981
Édith Cresson 22 May 1981 – 22 March 1983
Michel Rocard 22 March 1983 – 4 April 1985
Henri Nallet 4 April 1985 – 20 March 1986
François Guillaume 20 March 1986 – 12 May 1988
Henri Nallet 12 May 1988 – 2 October 1990
Louis Mermaz 2 October 1990 – 2 October 1992
Jean-Pierre Soisson 2 October 1992 – 29 March 1993
Jean Puech 29 March 1993 – 18 May 1995
Philippe Vasseur 18 May 1995 – 4 June 1997
Louis Le Pensec 4 June 1997 – 20 October 1998
Jean Glavany 20 October 1998 – 25 February 2002
François Patriat 25 February 2002 – 7 May 2002
Hervé Gaymard 7 May 2002 – 31 March 2004
Hervé Gaymard 31 March 2004 – 29 November 2004
Dominique Bussereau 29 November 2004 – 15 May 2007
Christine Lagarde 18 May 2007 – 18 June 2007
Michel Barnier 19 June 2007 – 22 June 2009
Bruno Le Maire 23 June 2009 – 15 May 2012
Stéphane Le Foll 16 May 2012 – present

References

"Mentions légales." Ministry of Agriculture. 8 June 2007. Retrieved 6 May 2011. "Ministère de l’Agriculture, de l’Alimentation, de la Pêche, de la Ruralité et de l’Aménagement du territoire 78, rue de Varenne - 75349 Paris 07 SP"

booklet linked below

External links

Ministry of Agriculture (French)
Booklet in English

[hide]

v t e

France Government of France
Head of government
Prime Minister
Ministerial portfolios

Foreign Affairs Interior Overseas and Territorial Collectivities Ecology Transportation Public Works Economy, Industry and Employment Defence Justice National Education Higher Education and Research Culture and Communication Agriculture and Fishing Tourism Sea Health Veterans Affairs Youth Affairs and Sports Budget, Public Accounting and Civil Servants Labour, Social Relations and Solidarity Housing and the City

iconPolitics of France portal iconAgriculture and agronomy portal

Categories:

French Ministers of AgricultureAgriculture in FranceFishing in FranceGovernment ministries of FranceMinistries established in 1881Agriculture ministries1881 establishments in FranceForestry ministriesForestry in France

Navigation menu

Not logged in
Talk
Contributions
Create account
Log in

Article
Talk

Read
Edit
View history

Search

Main page
Contents
Featured content
Current events
Random article
Donate to Wikipedia
Wikipedia store

Interaction

Help
About Wikipedia
Community portal
Recent changes
Contact page

Tools

What links here
Related changes
Upload file
Special pages
Permanent link
Page information
Wikidata item
Cite this page

Print/export

Create a book
Download as PDF
Printable version

Languages

العربية
Español
Esperanto
فارسی
Français
Русский

Edit links

This page was last modified on 7 September 2016, at 01:36.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.atelier-yannistignard.com
yanis la chouette



Nombre de messages : 4322
Localisation : http://yanis.tignard.free.fr
Date d'inscription : 12/11/2005

MessageSujet: Re: John Forbes Nash Jr, TAY et Y'becca   Mer 5 Oct à 10:17

Dans un autre de ses poèmes nommé Stabilisant les passions — préservé dans une encyclopédie de la dynastie Tang (618-907) mais référé plus tôt pas Tao Qian (365-427) en louange au minimalisme lyrique de Zhang — Zhang montre son admiration pour une femme attirante et exemplaire39. Ce type plus simple de poème fu influença des travaux postérieurs pour le prééminent officiel et savant Cai Yong (132-192)36. Zhang écrivit :


Ah, the chaste beauty of this alluring woman!
She shines with flowery charms and blooming face.
She is unique among all her contemporaries.
She is without a peer among her comrades.

Zhang Heng39

Les long poèmes lyriques de Zhang ont aussi révélé un grand nombre d'information sur l'agencement urbain et la géographie basique. Sa rhapsodie Monsieur Basé-Sur-Rien fournit des détails pour le terrain, les palaces, les parcs de chasse, les marchés, et les bâtiments proéminent de Chang'an, la capitale des Han de l'Ouest11,34. Mettant en exemple son attention au détail, sa rhapsodie sur Nayang décrivit les jardins remplis d'aïl de printemps, les feuilles d'automne, les rape-turnips? d'hiver, perilla, evodia, et le gingembre pourpre40. Le texte de Zhang Heng confirme la taille du parc impérial de chasse dans les abords (environs) de Chang'an, comme son estimation pour la circonférence du mur d'enceinte coïncide avec les estimations d'environ 200 li (un li de la période Han était égal à 415,8 mètres, ou 1 364 pieds, faisant de la circonférence du mur du parc 166,32 mètres ou 545,600 pieds) de l'historien Ban Gu41. Avec Sima Xiangru (179-117 av. J.-C.), Zhang lista une variété d'animaux et de jeux de chasse habitant le parc, qui étaient divisés dans les portions du nord et du sud du parc selon d'où venaient originellement les animaux: Nord et Sud de la Chine42. Quelque peu similaire à la description de Sima Xiangru, Zhang décrivit les empereurs Han de l'Ouest et leur entourage appréciant les sorties en bateau, les jeux d'eau, la pêche, et les démonstrations de tir à l'arc ciblant des oiseaux et d'autres animaux avec des flèches à cordes (stringed arrows?) du haut des grandes tours au bord du lac de Kunming43. La concentration de l'écriture de Zhang sur des pieux spécifiques et de leur terrain, société, personnes, et de leur habitudes (coutumes) pourvaient aussi être vues comme l'un des premiers essais de catégorisation ethnographique44. Dans son poème Xijing fu, Zhang montre qu'il était conscient de la nouvelle religion étrangère du bouddhisme, introduit via la Route de la Soie, de même que la légende de la naissance de Buddha avec la vision de l'éléphant blanc apportant la conception45. Dans sa rhapsodie des métropole de l'Ouest, Zhang décrivait les court divertissements comme les juedi, une forme de lutte théâtrale accompagnée par de la musique dans laquelle les participants butted? tête avec des masques de cornes de taureau46.
Peinture tombale des Han de l'Est montrant deux hommes absorbés par la conversation; le shelun, ou discours hypothétique, de Zhang, impliquait un dialogue écrit entre personnes imaginaires ou réelles afin de démontrer comment on pouvait mener une vie exemplaire.

Avec sa Réponse [à la critique] de ma paresse (Yingxian), Zhang fut l'un des premiers écrivains et adepte du genre littéraire Chinois shelun, ou discours hypothétique. Les auteurs de ce genre créaient un dialogue écrit entre eux-mêmes et une personne imaginaire (ou bien une personne réelle de leur entourage ou compagnie (fréquentation ?)); le dernier poses des questions à l'auteur sur comment mener une vie couronnée de succès47. Il l'a aussi utilisé comme moyen pour se critiquer d'avoir échoué l'obtention d'un haut office, mais parvenant à la conclusion que le vrai gentilhomme démontre sa vertu plutôt que sa cupidité pour le pouvoir17. Dans son travail, Dominik Declercq affirme que la personne exhortant Zhang à avancer sa carrière dans une période de corruption du gouvernement représentant le plus probablement les eunuques ou les puissants membres de la famille de l'Impératrice Liang Na dans le clan Liang21. Declercq déclare que ces deux groupes auraient été « anxieux de savoir si ce fameux lettré pouvait être attiré de leur côté », mais Zhang rejeta platement un tel alignement en déclarant dans sa pièce de littérature politiquement chargée que la quête de ce gentilhomme pour la vertu emporta (détruisit, trumped?) tout son désir pour le pouvoir48.

Zhang écrivit à propos des diverses liaisons amoureuses d'empereurs insatisfaits avec le harem impérial, sortant dans la cité incognito afin de trouver des prostituées et des femmes de mauvaise vie (femmes légères). Ceci était vu comme une critique générale des Empereurs des Han de l'Est et de leur favorites impériales, déguisée dans la critique des précédents Empereurs Han de l'Ouest49. En dehors de critiquer les empereurs Han de l'Ouest pour leur décadence luxureuse, Zhang souligna que leur comportement et les cérémonies n'étaient pas proprement conformes avec les croyances Chinoises cycliques dans le yin et le yang50
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.atelier-yannistignard.com
yanis la chouette



Nombre de messages : 4322
Localisation : http://yanis.tignard.free.fr
Date d'inscription : 12/11/2005

MessageSujet: Re: John Forbes Nash Jr, TAY et Y'becca   Mer 5 Oct à 10:18

Prix de la Banque de Suède en sciences économiques en mémoire d'Alfred Nobel
Prix de la Banque de Suède
Image associée à la récompense
Annonce du prix Nobel d'économie en 2008.
Nom original Sveriges Riksbanks pris i ekonomisk vetenskap till Alfred Nobels minne
Description Prix récompensant une contribution majeure en sciences économiques
Organisateur Académie royale des sciences de Suède
Pays Drapeau de la Suède Suède
Date de création 1969
Dernier récipiendaire Drapeau : Royaume-Uni Angus Deaton
Site officiel http://www.nobelprize.org

Le prix de la Banque de Suède en sciences économiques en mémoire d'Alfred Nobel, surnommé « prix Nobel d'économie », est une distinction qui récompense chaque année une ou plusieurs personnes pour leur contribution exceptionnelle dans le domaine des sciences économiques. Il a été créé en 1968 et doté par la Banque de Suède, à l'occasion de son 300e anniversaire. Il a été décerné pour la première fois en 1969.

C'est le seul prix géré par la Fondation Nobel qui n'a pas été créé par le testament d'Alfred Nobel. Il suit néanmoins les mêmes règles que les prix Nobel. Comme eux, il est remis le 10 décembre par le roi de Suède ; comme les prix de physique et de chimie, il est décerné par l'Académie royale des sciences de Suède. En 2006, la partie monétaire du prix s'élève à 10 millions de couronnes suédoises, soit environ un million d'euros.

En 1947, John Forbes Nash Jr. est un brillant élève, qui élabore sa théorie économique des jeux à l'Université de Princeton. Au début des années 1950, à la suite de ses travaux et de son enseignement au Massachusetts Institute of Technology, William Parcher, agent fédéral américain, se présente à lui pour lui proposer d'aider secrètement les États-Unis. La mission de John consiste à décrypter dans la presse les messages secrets d'espions russes, censés préparer un attentat nucléaire sur le territoire américain.

Il s'avère que John est schizophrène, et que William est issu de son imagination. Il fait un séjour à l'hôpital, et aidé par sa femme à la sortie, finit par arriver à gérer ses hallucinations. Il reçoit le prix Nobel d'économie en 1994.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.atelier-yannistignard.com
yanis la chouette



Nombre de messages : 4322
Localisation : http://yanis.tignard.free.fr
Date d'inscription : 12/11/2005

MessageSujet: Re: John Forbes Nash Jr, TAY et Y'becca   Mer 5 Oct à 10:18

La photochimie est une branche de la chimie concernée par les effets chimiques de la lumière (au sens large, de l'infrarouge aux ultraviolets)1. Elle peut intervenir :

comme étape d'une réaction chimique, auquel cas elle est absorbée,
comme étape catalytique, auquel cas elle est réémise et peut à nouveau réagir,
enfin, il existe des processus chimiques qui, comme dans les lasers, donnent deux photons identiques par absorption d'un photon + réaction chimique.

La chimie de ces processus est plutôt radicalaire que cationique/anionique.

Sommaire

1 Histoire
2 Principes
2.1 Loi de Grotthuss–Draper et loi de Stark-Einstein
2.2 Fluorescence et phosphorescence
2.3 Montage expérimental
2.4 Réactions photochimiques
3 Réactions photochimiques
4 Exemples
5 Revues scientifiques
6 Notes et références
7 Voir aussi
7.1 Articles connexes
7.2 Liens externes
7.3 Bibliographie

Histoire

Les chimistes ont rapidement constaté que la lumière pouvait produire des radicaux libres, dégrader certaines molécules ou catalyser certaines familles de réactions chimiques (en chimie organique notamment, avec de premières « études de photochimie » dès le début du XXe siècle 2 puis des modélisations de processus photochimiques hors du système terrestre, par exemple dans l'atmosphère de Titan3.

La photochimie (et la photobiologie) ont pris dans la seconde moitié du XXe siècle une importance considérable dans les domaines des sciences de l'environnement et en particulier dans l'étude et la protection de l'atmosphère en raison des interactions de la lumière et en particulier des UV solaires avec la pollution de l'air, la pollution de l'eau et moindrement celle des sols.
Principes
Loi de Grotthuss–Draper et loi de Stark-Einstein

La photoexcitation est la première étape d'un processus photochimique. Elle implique la montée du réactif jusqu'à un état de plus haute énergie, un état excité. La première loi de la photochimie est la loi de Grotthuss–Draper (d'après les chimistes Theodor Grotthuss et John William Draper) selon laquelle la lumière doit être absorbée par une substance chimique pour qu'une réaction photochimique ait lieu. Selon la deuxième loi de la photochimie, dite la loi de Stark-Einstein (d'après les physiciens Johannes Stark et Albert Einstein), pour chaque photon de lumière absorbé par un système chimique, une molécule au plus est activée pour faire une réaction chimique, tel que défini par le rendement quantique4,5.
Fluorescence et phosphorescence

Lorsqu'une molécule dans son état fondamental (S0) absorbe de la lumière, un électron est excité jusqu'à une orbitale de plus haute énergie. Cet électron maintient son spin selon la règle de sélection pour le spin; d'autres transitions briseraient la loi de conservation du moment cinétique. L'excitation jusqu'à un état singulet plus élevée peut exciter l'électron de l'orbitale HO à l'orbitale BV, ou bien à une orbitale supérieure. Alors des états singulets excités S1, S2, S3 à différentes énergies sont possibles.

La loi de Kasha précise que les états singulets plus élevés relaxent rapidement sans rayonnement jusqu'à S1. Alors S1 est normalement le seul état singulet excité d'importance. Cet état excité S1 peut ensuite relaxer davantage à S0, soit par la conversion interne sans rayonnement, soit par l'émission d'un photon au processus dit la fluorescence.
Diagramme de Jablonski. Les processus radiatifs sont indiqués par les flèches droites et les processus non-radiatifs par les lignes frisées.

Il est aussi possible que l'état excité S1 subit le changement de spin d'un électron pour devenir un état excité triplet T1, avec deux électrons non-appariés du même spin. Cette contravention de la règle de sélection du spin est rendue possible par la conversion intersystème des niveaux vibrationnels et électroniques de S1 et T1. Selon la première règle de Hund, cet état T1 sera plus stable que S1.

Cet état triplet peut retourner à l'état fondamental S0 par la conversion intersystème sans rayonnement ou bien par l'émission radiative dite phosphorescence. Ce processus implique un changement de spin électronique, ce qui est interdit par la règle de sélection de spin. En conséquence la phosphorescence de T1 à S0 est beaucoup plus lente que la fluorescence de S1 à S0. En effet les états triplets possèdent généralement des temps de vie plus longs que les états singulets. Toutes ces transitions sont souvent mises en évidence dans un diagramme des énergie des états dit le diagramme de Jablonski, employé pour présenter un sommaire graphique de la photochimie moléculaire.

Ces deux espèces excitées, S1 et T1, possèdent une orbitale demi-vide de basse énergie, et sont alors plus oxydantes que l'état fondamental. Mais au même temps, elles possèdent un électron dans une orbitale à haute énergie, et sont alors plus réductrices. En général, les espèces excitées ont tendamce à participer aux processus de transfert d'electron6.
Montage expérimental
Réacteur photochimique à puits d'immersion (750 mL) avec lampe à vapeur de mercure.

Les réactions photochimiques exigent une source de lumière qui émet des longueurs d'onde qui correspondent aux transitions électroniques du réactif. Aux premières expériences (comme à la vie quotidienne), la source était la lumière du soleil, malgré qu'elle est polychromatique. Au laboratoire les lampes à vapeur de mercure sont plus communs. À basse pression, ces lampes émettent la lumière surtout à 254 nm. Pour des sources polychromatiques, l'emploi des filtres permet de choisir une gamme de longueurs d'onde. D'autres moyens d'obtenir des faisceaux approximativement monochromatiques sont les faisceaux laser qui sont normalement monochromatiques (quoiqu'on peut obtenir deux ou plusieurs longueurs d'onde par l'emploi de l'optique non-linéaire), les diodes électroluminescentes à bandes plutôt étroites qui permettent l'emploi efficace, et les lampes Rayonet.
Tube de Schlenk qui contient une suspension de cristaux oranges de Fe2(CO)9 en acide acétique après sa synthèse photochimiqiue à partir de Fe(CO)5. La lampe de mercure est à gauche, branchée aux cordons d'alimentation blancs et refroidie par l'eau.

La lumière émise doit atteindre le groupement fonctionnel ciblé sans être bloquée par le réacteur, par le milieu, ou par d'autres groupements fonctionnels en présence. Pour beaucoup d'applications, le quartz est employé pour les réacteurs ainsi que pour contenir la lampe. Le pyrex absorbe aux longueurs d'onde inférieures à 275 nm. Le choix du solvant est paramètre expérimental important. Les solvants sont réactifs potentiels et alors, les solvants chlorés sont à éviter parce que la liaison C-Cl peut induire la chloration du substrat. Les solvants qui absorbent fortement empêchent les photons d'atteindre le substrat. Les solvants hydrocarbures n'absorbent qu'aux longueurs d'onde courtes, et sont alors préférables aux expériences photochimiques qui exigent des photons de haute énergie. Les molécules de solvant insaturées absorbent aux longueurs d'onde plus longues et peuvent alors filtrer les longueurs d'ondes courtes. Par exemple, le cyclohexane et l'acétone absorbent fortement les longueurs d'onde plus courtes que 215 et 330 nm respectivement.
Réactions photochimiques

Au cas des réactions photochimiques, la lumière fournit l'énergie d'activation. Si la lumière laser est employée, il est possible d'exciter une molécule sélectivement afin de produire un état électronique et vibrationnel souhaité. Également, l'émission d'un état particulier peut être observée sélectivement, ce qui fournit une mesure du peuplement de cet état. Si le système chimique est à basse pression, ceci permet les scientifiques à observer la distribution d'énergie d'une réaction chimique avant que les différences en énergie ne soient dispersées et moyennées par des collisions répêtées.

L'absorption d'un photon de lumière par une molécule d'un réactif peut aussi permettre une réaction non seulement par l'apport de l'énergie d'activation requise, mais aussi par le changement de la symétrie de la configuration électronique moléculaire, ce qui permet un chemin réactionnel autrement inaccessible selon les règles de Woodward–Hoffmann. Une réaction de cycloaddition 2 + 2 est exemple d'une réaction péricyclique qui peut être analysée à l'aide de ces règles, ou bien à l'aide de la théorie connexe des orbitales frontières.

Certaines réactions photochimiques sont plus rapides que les réactions thermiques par plusieurs ordres de grandeur; des réactions aussi vite que 10−9 secondes et des processus associés aussi vite que 10−15 secondes sont souvent observés.

Le photon peut être absorbé directement par le réactif ou bien par un photosensibilisant, qui absorbe le photon et transfert l'energie au réactif. Le processus inverse est la désactivation, lorsqu'un état photoexcité est désactivé par un réactif chimique.

La plupart des transformations photochimiques passent à travers une série d'étapes simples dites processus photochimiques primaires. Un exemple type serait le transfert d'un proton de l'état excité.
Réactions photochimiques

Une réaction photochimique peut être, entre autres :

Photo-oxydation et photo-réduction ;
Photo-addition, photo-élimination, photo-substitution et réarrangement photochimique ;
Photolyse et photodégradation ;
Photo-polymérisation et photo-réticulation.
Une réaction photochimique peut avoir lieu, entre autres, par photo-initiation ou par photocatalyse, et inversement, la fluorescence a un lien avec la photochimie7.
photosynthèse

Exemples

Nombreux sont les processus photochimiques naturels :

La photosynthèse (des plantes vertes, d'algues et de bactéries photosynthétiques) : les molécules du pigment chlorophylle absorbent les photons solaires et permettent la synthèse des glucides.
La photolyse de l'ozone et de l'oxygène : dans la stratosphère, elle nous protège des rayons ultraviolets. Elle produit aussi le smog oxydant (dit de Los Angeles), dans la troposphère.
La vision : elle fait intervenir l'isomérisation photochimique de la rhodopsine dans la rétine de l'œil.
La pigmentation de la peau.
La chimiluminescence chimique ou biologique (bioluminescence).
Tous les photorécepteurs.

La photographie argentique est également un processus photochimique : le cation Ag+ du bromure d'argent est transformé en argent métallique sous l'action de la lumière puis d'un réducteur doux.
Revues scientifiques

Photochemical & Photobiological Sciences
Photochemistry and Photobiology

Notes et références

↑ http://iupac.org/publications/pac/pdf/1996/pdf/6812x2223.pdf [archive]
↑ Henri V (1919) Études de photochimie. Gauthier-Villars.
↑ * (fr) Smith N (1999) Sensibilité des modèles théoriques de l'atmosphère de Titan aux incertitudes sur la photochimie des hydrocarbures simples (Doctoral dissertation).
↑ Calvert, J. G.; Pitts, J. N. Photochemistry. Wiley & Sons: New York, US, 1966. Congress Catalog number: 65-24288
↑ Photochemistry [archive], site Internet William Reusch (Michigan State University), accédé le 26 juin 2016
↑ Wayne, C. E.; Wayne, R. P. Photochemistry, 1st ed.; Oxford University Press: Oxford, United Kingdom, reprinted 2005. ISBN 0-19-855886-4.
↑ Levaillant M (1923) Fluorescence et photochimie. Compt. rend. Acad. d. sc, 177, 398.

Voir aussi
Articles connexes

Ozone troposphérique
Couche d'ozone
Trou de la couche d'ozone

Liens externes

Cette section est vide, insuffisamment détaillée ou incomplète. Votre aide est la bienvenue !

Bibliographie

(fr) Henri V (1919) Études de photochimie. Gauthier-Villars.
(fr) Smith N (1999) Sensibilité des modèles théoriques de l'atmosphère de Titan aux incertitudes sur la photochimie des hydrocarbures simples (Doctoral dissertation).

[masquer]
v · m
Branches de la chimie
Agrochimie · Archéochimie · Astrochimie · Biochimie · Biochimie clinique · Biochimie hypothétique · Biogéochimie · Biologie chimique · Chémoinformatique · Chimie des agrégats · Chimie alimentaire · Chimie analytique · Chimie atmosphérique · Chimie bioinorganique · Chimie bioorganique · Chimie biophysique · Chimie click · Chimie combinatoire · Chimie douce · Chimie environnementale · Chimie fine · Chimie des fullerènes · Chimie industrielle · Chimie inorganique · Chimie macromoléculaire · Chimie nucléaire · Chimie numérique · Chimie organique · Chimie organique physique · Chimie organométallique · Chimie pharmaceutique · Chimie physique · Chimie quantique · Chimie du solide · Chimie des solutions · Chimie supramoléculaire · Chimie de synthèse · Chimie théorique · Chimie verte · Chimiométrie · Cinétique chimique · Cosmochimie · Cristallochimie · Électrochimie · Femtochimie · Génie chimique · Géochimie · Géochimie inorganique · Géochimie organique · Hydrochimie · Immunochimie · Mécanochimie · Minéralogie · Nanochimie · Neurochimie · Oléochimie · Parachimie · Pétrochimie · Pharmacie · Pharmacologie · Photochimie · Physico-chimie · Phytochimie · Radiochimie · Science des matériaux · Science des surfaces · Sonochimie · Spectroscopie · Stéréochimie · Thermochimie · Tectonique moléculaire · Topochimie
Table périodique · Éléments · Chimistes
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.atelier-yannistignard.com
yanis la chouette



Nombre de messages : 4322
Localisation : http://yanis.tignard.free.fr
Date d'inscription : 12/11/2005

MessageSujet: Re: John Forbes Nash Jr, TAY et Y'becca   Mer 5 Oct à 10:19

Cour internationale de justice
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir CIJ.
Ne doit pas être confondu avec Cour pénale internationale.
Cour internationale de justice
Image illustrative de l'article Cour internationale de justice
Sceau officiel de la Cour
Nom officiel (fr) « Cour internationale de justice »
et
(en) « International court of justice »
Sigle CIJ, ICJ (en anglais)
Juridiction Pays membres de l'Organisation des Nations unies (ONU)
Type Organe judiciaire principal de l'ONU
Langue français, anglais
Création 1945 en remplacement de la Cour permanente de justice internationale (CPJI), instaurée par la Société des Nations (SDN)
Siège Drapeau des Pays-Bas Palais de la Paix,
La Haye (Pays-Bas)
Coordonnées 52° 05′ 13″ Nord, 4° 17′ 46″ Est

Géolocalisation sur la carte : Europe
(Voir situation sur carte : Europe)
Point carte.svg

(Voir situation sur carte : Pays-Bas)

Composition 1 président, 1 vice-président, 13 juges, 1 greffier
Nommé par l'Assemblée générale et par le Conseil de sécurité sur une liste de personnes présentées par les groupes nationaux de la Cour permanente d'arbitrage
Président de la Cour
Nom Drapeau de la France Ronny Abraham1
Depuis 6 février 2015
Voir aussi
Site officiel (fr+en+ar+es+ru) Icj-cij.org/
modifier Consultez la documentation du modèle

La Cour internationale de justice (CIJ), siégeant à La Haye (Pays-Bas) dans le Palais de la Paix, est établie par l'article 92 de la Charte des Nations unies : « La Cour internationale de Justice constitue l'organe judiciaire principal des Nations unies. Elle fonctionne conformément à un Statut établi sur la base du Statut de la Cour permanente de Justice internationale et annexé à la présente Charte dont il fait partie intégrante. » Elle a pour principales fonctions de régler des conflits juridiques soumis par les États, et de donner un avis sur des questions juridiques présentées par des organes et agences internationaux agréés par l'Assemblée générale des Nations unies.

Elle a été créée en 1945, après la Seconde Guerre mondiale, en remplacement de la Cour permanente de justice internationale (CPJI), instaurée par la Société des Nations (SDN)2. Le français et l'anglais sont les deux seules langues officielles de la Cour internationale de Justice.

Sommaire

1 Organisation
2 Compétences
2.1 Compétence contentieuse
2.2 Compétence consultative
3 Droit international public
4 Limites de l'action
5 Notes et références
6 Voir aussi
6.1 Articles connexes
6.2 Liens externes
6.3 Bibliographie

Organisation

Le statut de la CIJ est calqué sur celui de la Cour permanente de justice internationale (CPJI). Il lui donne les instruments nécessaires pour appliquer le droit international, même si l'activité juridictionnelle de la CIJ reste tributaire du consentement des États. La CIJ est l'un des six organes principaux de l'ONU. Elle est son seul organe judiciaire, ce qui la rend souveraine dans son ordre juridique. Elle a compétence universelle, puisque tous les membres des Nations unies sont de ce fait parties à son statut. Les États n'appartenant pas à l'ONU peuvent devenir parties au Statut sous certaines conditions. C'est un organe permanent composé de 15 juges élus pour 9 ans par un double scrutin de l'Assemblée générale et du Conseil de sécurité. Pour être élu, un candidat doit obtenir la majorité absolue dans ces deux organes. Les juges sont renouvelés par tiers, pour assurer une continuité de jurisprudence.

La CIJ jouit de garanties d'indépendance, d'impartialité et de compétence :

Principe d'indépendance : répartition géographique équitable des juges (Afrique : 3, Amérique latine : 2, Europe occidentale et Amérique du Nord : 5, Europe orientale : 2, Asie : 3 ; la Cour ne peut comprendre plus d'un ressortissant du même État). Une partie peut choisir un juge ad hoc quand l'autre partie compte un juge de sa nationalité au sein de la Cour.
Principe de collégialité : en règle générale, la Cour exerce ses fonctions en séance plénière, mais depuis la réforme de 1975, il est possible de former des chambres d'au moins 3 membres. Les arrêts sont adoptés à la majorité des juges présents. Ils sont motivés, signés, avec possibilité d'opinion dissidente (désaccord sur le dispositif, c'est-à-dire l'exposé par laquelle la Cour tranche le différend) ou individuelle (désaccord sur la motivation de l'arrêt).
Protection des magistrats : un membre de la Cour ne peut être relevé de sa fonction qu'au jugement unanime des autres membres.
Impartialité : les membres de la Cour ne peuvent exercer aucune activité professionnelle annexe, et ne peuvent participer au règlement d'aucune affaire où ils sont antérieurement intervenus, à quelque titre que ce soit.

Le statut de la CIJ est assez souple. Par exemple, les juges peuvent, après accord des parties, juger ex aequo et bono.
Compétences
Palais de la Paix, siège de la CIJ à La Haye.
Compétence contentieuse

Seuls les États ont qualité pour agir dans le cadre de la compétence contentieuse. Ni en 1921 ni en 1945, les États n'ont voulu limiter leur souveraineté en créant une juridiction obligatoire de règlement des conflits. La CIJ n'est compétente que lorsque les parties se soumettent à sa juridiction. Il existe trois moyens d'y parvenir :

les deux parties concluent un compromis, convenant de soumettre leur différend à la Cour. Ce mode de saisine se rapproche assez du compromis d'arbitrage.
certains traités ou conventions comportent des clauses compromissoires énonçant que les litiges concernant l'interprétation ou l'application du traité devront être soumis à la CIJ. Exemple : le traité liant les États-Unis et le Nicaragua, ce qui a donné la célèbre décision Nicaragua c. États-Unis de 1986 (Activités militaires et paramilitaires au Nicaragua et contre celui-ci).
un État peut souscrire à une déclaration facultative de juridiction obligatoire (article 36-2 du Statut de la CIJ). Cette déclaration peut se faire purement et simplement, sous condition de réciprocité, ou pour un délai de réciprocité. Des réserves (excluant certains domaines de litiges) sont également possibles. Fin 1999, seuls 58 États sur 185 ont souscrit à une telle déclaration. Ils sont 72 fin 20153.


Les 72 États-membres des Nations-Unies (au 1er décembre 2015) ayant expressément accepté la juridiction obligatoire de la Cour Internationale de Justice.


La CIJ a la compétence de sa compétence : si un État soulève une exception préliminaire à l'examen du litige par la Cour, il appartient à celle-ci de juger si elle est compétente ou non. C'est ce qu'elle a fait dans une série d'arrêts de décembre 2004 opposant la Serbie-Monténégro aux puissances qui l'avaient bombardée en 1999 : confirmant un premier arrêt rendu à cette date par lequel la République fédérale de Yougoslavie demandait que des mesures conservatoires soient prises pour interrompre les bombardements contre son territoire, la Cour a estimé qu'elle n'était pas compétente pour se prononcer sur la question de la licéité de l'usage de la force contre la Serbie-Monténégro au motif principal que ce pays n'était pas membre de l'ONU à la date où il a formé le recours.

Une fois rendue, la décision est obligatoire pour les parties (art. 59 du Statut, art. 94 de la Charte). En cas de non-exécution par l'une des parties, le Conseil de sécurité peut être saisi par l'autre partie.
Compétence consultative

La compétence contentieuse de la CIJ est limitée aux États. Mais dans le cadre de la compétence consultative de celle-ci, l'Assemblée et le Conseil de sécurité peuvent lui adresser des questions. Cette compétence s'étend aux autres organes et institutions de l'ONU (UNESCO, OIT, etc.), après accord de l'Assemblée. Les États, eux, sont exclus de la compétence consultative. Comme leur nom l'indique, les avis ne possèdent pas de portée obligatoire. Ce caractère non contraignant ne signifie pas que les avis consultatifs sont sans effet juridique, parce que le raisonnement juridique qu'ils consacrent reflète les opinions autorisées de la Cour sur des questions importantes de droit international. De plus, la Cour suit essentiellement les mêmes règles et procédures qui régissent ses jugements contraignants rendus dans des affaires contentieuses. Un avis consultatif tire son statut et son pouvoir du fait que c'est la déclaration officielle de l'organe judiciaire principal des Nations unies. Dans le cadre de cette procédure, la Cour peut décider souverainement qu'il n'est pas opportun qu'elle se prononce.

Saisie par le Secrétaire Général des Nations unies, Javier Pérez de Cuéllar, la Cour s'est prononcée le 15 décembre 1989, sur le litige qui opposait l'Organisation des Nations unies au Gouvernement roumain concernant le Rapporteur Spécial ONU sur les Droits de l'homme, Dumitru Mazilu. Les autorités roumaines ont alors contesté la juridiction de la Cour dans ce cas, affirmant que M. Mazilu était citoyen roumain et que l'État roumain avait toute la latitude de ne pas permettre à Monsieur Mazilu d'aller présenter son Rapport devant l'instance ONU. La Cour a rendu sa décision à l'unanimité en faveur de M. Mazilu qui devait jouir des privilèges et immunités conférés par l'article 22 de la Convention4. Dans une autre affaire, la Cour a rendu, le 9 juillet 2004, à la demande de l'Assemblée générale, un avis consultatif retentissant sur les « conséquences juridiques de l’édification d’un mur dans le Territoire palestinien occupé5. »
Droit international public

La mission de la CIJ est « de régler conformément au droit international les différends qui lui sont soumis » (art.38 du Statut). Le droit applicable pour cela est :

les conventions internationales, soit générales, soit spéciales, établissant des règles expressément reconnues par les États en litige ;
la coutume internationale comme preuve d'une pratique générale, acceptée comme étant le droit ;
les principes généraux de droit reconnus par les nations civilisées ;
sous réserve de la disposition de l'article 59, les décisions judiciaires et la doctrine des juristes publicistes les plus qualifiés des différentes nations, comme moyen auxiliaire de détermination des règles de droit.

Elle peut également statuer ex aequo et bono (en équité), si elle y est autorisée par les deux parties. Elle a néanmoins utilisé d'elle-même la notion d'équité en tant que partie intégrante de l'interprétation de la norme juridique, c'est ce qui est appelé la « suppléance normative » (1969, Plateau continental de la mer du Nord). En effet, comme elle l'affirme dans son arrêt Cameroun septentrional (1963) : « sa fonction est de dire le droit mais elle ne peut rendre des arrêts qu'à l'occasion de cas concrets dans lesquels il existe, au moment du jugement, un litige impliquant un conflit d'intérêts juridiques entre les États. »

Que ce soit par ses arrêts ou par ses avis consultatifs, la CIJ a contribué au développement progressif du droit international public, imposant une conception plus flexible et insistant sur l'importance de la coutume (pratique générale et opinio juris des États). Pour elle, la coutume peut s'exprimer dans les conventions et traités internationaux par effet déclaratoire (la coutume préexiste à la convention), effet de cristallisation (règle en voie de formation) ou effet constitutif (une disposition conventionnelle devient une coutume).
Limites de l'action
Le Premier ministre néerlandais Mark Rutte rend visite aux juges de la Cour en 2011.

Depuis 1945, la CIJ est restée impuissante en ce qui concerne les conflits majeurs entre États et par conséquent politiquement plus sensibles, faute de saisine volontaire par les États. Son action a donc été limitée aux conflits marginaux. La CIJ a même eu un rôle dissuasif, une fois saisie, amenant les États à s'entendre directement entre eux : ce fut le cas pour l'affaire Affaire relative à certaines terres à phosphate à Nauru (1993), opposant Nauru à l'Australie, qui vit finalement le désistement à l'instance des deux parties. Durant les années 1970, beaucoup d'États ont même refusé de comparaître devant la CIJ ; d'autres ont retiré leur déclaration facultative de juridiction obligatoire après des décisions leur ayant été défavorables (France en 1974 après Essais nucléaires et États-Unis en 1986 après Activités militaires et paramilitaires au Nicaragua et contre celui-ci). L'Australie, en conflit avec le Timor oriental sur la délimitation de leur frontière maritime commune, a retiré ce point de la sphère de compétence qu'elle reconnaissait à la CIJ6.

La CIJ s'est même auto-limitée pour ne pas se discréditer dans le cas d'affaires sensibles. Ainsi, elle a refusé de statuer au fond pour Essais nucléaires (Australie c. France et Nouvelle-Zélande c. France, 1986) et Sud-Ouest africain (Éthiopie c. Afrique du Sud et Liberia c. Afrique du Sud, 1966). Devant les refus de comparution, elle a souvent adopté une position de retrait : elle jugeait qu'il n'y avait alors pas compétence, ou que l'affaire était devenue de fait sans objet.

La CIJ n'est pas le seul moyen de règlement pacifique des différends mis à la disposition des États. L'art.33 de la Charte en précise un certain nombre : « Les parties à tout différend dont la prolongation est susceptible de menacer le maintien de la paix et de la sécurité internationales doivent en rechercher la solution, avant tout, par voie de négociation, d'enquête, de médiation, de conciliation, d'arbitrage, de règlement judiciaire, de recours aux organismes ou accords régionaux, ou par d'autres moyens pacifiques de leur choix. » La multiplication des instances judiciaires internationales vient également limiter le champ d'action de la CIJ. On peut citer le Tribunal international du droit de la mer, né de la Convention de Montego Bay de 1982, qui empiète directement sur les compétences de la CIJ en matière de délimitation maritime. La création en 1993 du Tribunal pénal international pour l'ex-Yougoslavie (TPIY) puis en 1994 du Tribunal pénal international pour le Rwanda (TPIR) et en 2002 de la Cour pénale internationale (CPI) peuvent également introduire des conflits de compétence[réf. nécessaire]. À noter toutefois que la CIJ statue sur des différends entre États, tandis que les différentes cours pénales internationales jugent la responsabilité pénale d'individus. Cette distinction essentielle entre États et individus vient limiter, voire empêcher, les éventuels conflits de compétence.
Notes et références

↑ Site officiel [archive]
↑ (fr) « Cour permanente de Justice internationale » [archive], sur Cour internationale de Justice (consulté le 29 avril 2008).
↑ « Déclarations d'acceptation de la juridiction obligatoire » [archive], sur Cour Internationale de Justice (consulté le 1er décembre 2015)
↑ (fr) « Applicabilité de la section 22 de l'article VI de la convention sur les privilèges et immunités des Nations unies » [archive] (consulté le 21 juin 2011).
↑ (fr) « Paragraphes: 237-246 » [archive] (consulté le 21 juin 2011).
↑ Déclarations d'acceptation de la juridiction obligatoire - Australie [archive], Cour internationale de justice, 22 mars 2002

Voir aussi
Articles connexes

Liste des juges à la Cour internationale de justice
Cour permanente de justice internationale ou CPJI
Tribunal administratif des Nations unies
Tribunal d'opinion
Juridiction universelle
Jus cogens

Liens externes

Site officiel de la CIJ
Portail judiciaire de La Haye: portail académique donnant accès aux institutions de La Haye concernant la justice internationale.
(en) Entrée relative au Statut de la Cour internationale de Justice sur le site de la Médiathèque de droit international de l'ONU.
La CIJ au service de la paix et de la justice, conférence organisée à l'occasion du centenaire du Palais de la Paix, 23 septembre 2013.
Statuts de la Cour

Bibliographie

Daniel Lagot, Justice ou injustice internationale ? Vraie justice ou justice à sens unique ?, L'Harmattan, avril 2009 (ISBN 978-2-296-08608-1).

[afficher]
v · m
Membres actuels de la Cour internationale de justice
membres historiques
[afficher]
v · m
Organisation des Nations unies (ONU)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.atelier-yannistignard.com
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: John Forbes Nash Jr, TAY et Y'becca   Aujourd'hui à 19:13

Revenir en haut Aller en bas
 
John Forbes Nash Jr, TAY et Y'becca
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 2Aller à la page : 1, 2  Suivant
 Sujets similaires
-
» "Revivre à la campagne" de John Seymour (livre)
» John Wayne
» John Lennon
» Elton John
» John Q

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
La.cinquieme.République :: La.cinquieme.République-
Sauter vers: