La.cinquieme.République

De la politique pure et affaires étrangeres
 
AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  MembresMembres  GroupesGroupes  Connexion  

Partagez | 
 

 A TwistedPath Toward the Origin of DNA et la raison du Libre

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
yanis la chouette



Nombre de messages : 4284
Localisation : http://yanis.tignard.free.fr
Date d'inscription : 12/11/2005

MessageSujet: A TwistedPath Toward the Origin of DNA et la raison du Libre   Ven 30 Sep à 4:41

feedback@knesset.gov.il info@ml.femmeactuelle-news.fr etudiant@amb-iran.fr amnestynews@emails.amnesty.fr ambrusfrance@mid.ru
info@argentina-excepcion.com pm@pm.gc.ca infofrance@ciwf-alerts.org.uk
vice_president@whitehouse.gov lise.ardhuin@conseil-etat.fr parrainages@nk-m.fr
contact@agispourlafrance.fr webmestre@parti-socialiste.fr
perruchomarc@yahoo.fr mayor@london.gov.uk
online@shanghaidaily.com consulat.russe@gmail.com
pierreesplugas@alainjuppe.emailnb.com alainjuppe31@gmail.com
comments@whitehouse.gov faye.formisano@gmail.com

ont reçu ce message de la part de kounaklechat@yahoo.fr anc yanistignard@yahoo.fr dit TAY La chouette effraie


Rosetta, mission spatiale de l'ESA, a pour ambition d'analyser un des plus anciens vestiges solaires, la comète Churyumov-Gerasimenko. Le CNES joue un rôle clé dans Philae, l'atterrisseur de la sonde Rosetta.

Au terme d'une odyssée exceptionnelle, Philae percera-t-il les mystères de la comète ?

http://www.rosetta-cnes.
--------------------------------------------------
Bowling With Astrobiologists: A Twisted Path Toward the Origin of DNA
Presenter: Nathaniel Comfort, Johns Hopkins University
When: October 3, 2016 1PM PDT

At the beginning, so runs the Zen saying, one sees mountains as mountains, and rivers as rivers. In 2015, it seemed a straightforward task to document the impact of recent developments such as genomics on origin-of-life research. It was to be—and will be—the first part of a book project on the biological, scientific, and cultural history of DNA. But then, a local conference attended by many luminaries in disparate fields provided a disconcerting revelation. In three days’ time, mountains were no longer mountains, rivers no longer rivers. The origin of life turns out to be vastly complex, contentious, and colorful. There followed ten months of opportunities strange and rare: making chemical gardens and discussing jazz and dissipation at the Jet Propulsion Laboratory; being intellectually fire-hosed in Düsseldorf; talking bio-philosophy while strolling the melancholy coast of Nova Scotia; bushwhacking to remote pools of boiling acid at Yellowstone; and bowling at the White House. As the year concludes, one sees mountains once again as mountains, and rivers once again as rivers. There remains much to process, but a few principles—and perhaps a little clarity—have emerged.

To join using a videoconferencing system:

Please RSVP to Sam Doshier (samuel.d.doshier@nasa.gov) if you will be joining by Polycom.

To view the slides, connect to http://connect.arc.nasa.gov/nai_directors_seminar/


To join using a web browser:

The slides and audio/video for this meeting will be presented using Adobe Connect. To join the meeting, connect to:

http://connect.arc.nasa.gov/nai_directors_seminar/

If you are having problems connecting, you can try joining http://connect.arc.nasa.gov/nai_directors_seminar/?launcher=false, or rebooting your computer, or try joining from another network.
---------------------------------
Chaiyya Chaiyya - Inside Man - Soundtrack
https://www.youtube.com/watch?v=15gYfUypkPM
---------------------------------------
Processus de Paix des secouristes de la république de l'Olivier.

Je crois qu'à l'avenir, plus personne ne pourra recréer des bulles d'exclusions...
Pour cela, je ne peux me permettre de mettre à l'écart tout individu(e) et "État".

Je ne suis qu'une femme ou un homme humble qui en vous adressant ces ces vers,
espère qu'il puisse vous conduire vers l'expérience, le travail et la communauté...
La solitude augmente ou diminue le nervosité... Cela s'appelle le malheur...

Alors par décision, on recherche à se tranquilliser et remettre la balance sur le zéro;
alors par construction, on décèle la notion d'une fragile tolérance:
Celle d'insulter !

Par Yahvé, cela est une horreur et une erreur...

La République de l'Olivier dit :
"Oui à la gréve, Non à l'Esclavage..."
la constitution rajoute :
"Oui à la Bibliothèque et Non à la Faim."
et le peuple doit rajouter :
"Oui à l'écoute et Non aux viols physiques et moraux."

Alors le Novice du Secourisme prends en charge sa nouvelle fonction autre qu'un service
militaire mais basé aussi sur la protection du Bien et du Corps.

"Je suis Y'becca"

Ecrit de
TAY
La chouette effraie.

Les Flutistes de la Communauté du Roseau.

Amalgame des mots afin d'être proche
de l'être et de son oreille:
l'Intelligence démontre son envie d'étendre,
d'être lasse.

La petite femmes pointe du doigt l’élégance
afin de faire étendre ses connaissances, ses goûts
et ses couleurs. Une Barrière protégè les légumes
tout comme la vertu sème les graines du Partage
dans la déchirure de la discorde: Le ventre.

Un Au-revoir s'adresse à un ami(e) ou un adieu
s'adresse à une espérance... Regard dans cette
image, tu y verra une tendresse... Le bleu oscille
entre le vert: Cela s'appelle le feu et le cercle de
la Danse du Roseau...

Ecrit de
TAY
La chouette effraie.

Des iles, des livres et des cultures.

Les langues s’écartelèrent,
le Silence s'introduit:
La chair de Poule pénètre...!

L’Égalité affronte le racisme...
Les enfants des justes sont mis
sous tutelle d'un mauvais œil.

De là haut, on ramène vers le bas
afin de renforcer ses stratégies
au détriment de l'uniforme
et de la République.

Ainsi pas besoin d'y introduire
des raisons ou des valeurs,
c'est juste le ventre d'une femelle requin.

Au sein de cette discorde, tu
dois préserver et sa réintroduire
propre pomme: Elle est Pépins.

Ecrit de
TAY
La chouette effraie.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.atelier-yannistignard.com
yanis la chouette



Nombre de messages : 4284
Localisation : http://yanis.tignard.free.fr
Date d'inscription : 12/11/2005

MessageSujet: Re: A TwistedPath Toward the Origin of DNA et la raison du Libre   Ven 30 Sep à 4:44

More Evidence of Water Plumes on Europa Increases Confidence that They’re for Real
.
Written by Marc Kaufman Source Many Worlds
None
This composite image shows suspected plumes of water vapor erupting at the 7 o’clock position off the limb of Jupiter’s moon Europa. The Hubble data were taken on January 2014, and appear to show plumes that spit out as much as 125 miles. The image of Europa, superimposed on the Hubble data, is assembled from data from the Galileo and Voyager missions. (NASA/ESA/W. Sparks (STScI)/USGS Astrogeology Science Center)

Europa is a moon no bigger than our own and is covered by deep layers of icer, but it brings with it a world of promise. Science fiction master and sometimes space visionary Arthur C. Clarke, after all, named it as the most likely spot in our solar system to harbor life, and wrote a “2001: A Space Odyssey” follow-up based in part on that premise.

Many in the planetary science and astrobiology communities are similarly inclined and have supported a specifically Europa mission geared to learning more about what is generally considered to be a large ocean beneath that ice.

Along the way, Europa became the only object deemed by Congress to be an obligatory NASA destination, and formal plans for such a voyage have been under way — however slowly — for several years. Formal development of the “Europa Clipper” flyby project began last year, after a half decade of conceptual work.

The logic for the flyby got a major boost on September 26, 2016 when a team using the Hubble Space Telescope reported that they had most likely detected plumes of water erupting out of Europa on three separate occasions.

Because of the difficulty of the observation — and the fact that plumes were found on 3 out of 10 passes — nobody was willing to claim that the finding was definitive. But coupled with an earlier identification of a Europa plume by a different team using a different technique, the probability that the plumes are real is getting pretty high.

And if there really are plumes of water vapor or ice crystals being pushed through Europa’s thick surface of ice, then the implications for the search for signs of habitability and of life on Europa are enormous.

“Europa is surely one of the most compelling astrobiological targets in solar system with its apparent saline oceans,” said William Sparks, an astronomer with Space Telescope Science Institute in Baltimore and lead author of a paper on the plumes.

“And now there’s the real possibility that we can explore for organics or even signs of life without drilling into the ice.” In other words, the plumes could allow NASA to collect material once in the oceans of Europa via a flyby, rather than requiring a landing and a subsequent piercing through miles of ice.

Read more at the Many Worlds blog.

twitter facebook youtube

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.atelier-yannistignard.com
yanis la chouette



Nombre de messages : 4284
Localisation : http://yanis.tignard.free.fr
Date d'inscription : 12/11/2005

MessageSujet: Re: A TwistedPath Toward the Origin of DNA et la raison du Libre   Ven 30 Sep à 4:45

Out of the Darkness
.
Written by Marc Kaufman Source Many Worlds
None
Simulation of the “Dark Ages” of the universe, a period predicted by theorists to have lasted as long as several hundred million years after the Big Bang. The first hydrogen atoms in the universe had not yet coalesced into stars and galaxies. (NASA/WMAP)

Before there were galaxies with stars and exoplanets, there were galaxies with stars and no planets. Before there were galaxies without planets, there were massive singular stars.

And before that, there was darkness for more than 100 million years after the Big Bang — a cosmos without much, or at times any, light.

So how did the lights get turned on, setting the stage for all that followed? Scientists have many theories but so far only limited data.

In the coming years, that is likely to change substantially.

First, the James Webb Space Telescope (JWST), scheduled to launch in 2018, will be able to look back at distant galaxies and stars that existed in small or limited numbers during the so called Dark Ages. They gradually became more prevalent and then suddenly (in astronomical terms) became common. Called the epoch of cosmic “reionization,” this period is an essential turning point in the evolution of the cosmos.

Less well known but also about to begin, pioneering work into how and when the lights came on will be an international consortium led by a team at the University of California, Berkeley. Unlike the space-based JWST, this effort will use an array of radio telescopes under construction in the South African desert. The currently small array will expand quickly now thanks in large part to a $9.6 million grant recently announced from the National Science Foundation.

Named the Hydrogen Epoch of Reionization Array (HERA), the project will focus especially on the billion-year process that changed the fundamental particle physics of the universe to allow stars, galaxies, and their light to burst out like spring flowers after a long winter. But unlike the JWST, which will be able to observe faint and very early individual galaxies and stars, HERA will be exploring the early universe as a near whole.

Read more at the Many Worlds blog.

twitter facebook youtube

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.atelier-yannistignard.com
yanis la chouette



Nombre de messages : 4284
Localisation : http://yanis.tignard.free.fr
Date d'inscription : 12/11/2005

MessageSujet: Re: A TwistedPath Toward the Origin of DNA et la raison du Libre   Ven 30 Sep à 4:46

The Art of Yellowstone Science
.
Posted by Miki Huynh

The Art of Yellowstone Science – Mammoth Hot Springs as a Window on the Universe explores the geobiological and astrobiological significance of Mammoth in Yellowstone National Park under both a scientific and artistic lens. Filled with vibrant photography, the ebook version is available to download through the University of Illinois at Urbana-Champagne.

From co-author, Bruce Fouke:
“I was first drawn to Mammoth Hot Springs in Yellowstone National Park as a natural laboratory for a NASA project to study how microbes form fossilized “biomarkers” in ancient travertine rock deposits. The water temperature, chemistry, and flow at Mammoth are similar to that found on the early Earth, and they still harbor heat-loving (thermophilic) microbial life that evolved billions of years ago. Requiring a combination of field and laboratory experimentation, this work has since expanded with practical applications to coral reef ecology, oil and gas exploration, the functioning of the Roman aqueducts, and human kidney stone disease. The broad goal is to understand the unifying physical, chemical and biological themes of a natural system like Mammoth on every level, from the single microbial cell to the entire ecosystem, and how these components and dimensions interact. After two decades of investigation, we are just now beginning to learn how Mammoth came into existence, how its vitality and scope can best be conserved, and even how its secrets contribute to the well being of humanity.

Inspired by the natural photography of Tom Murphy, I have worked together with Tom for five years to create a unique book that melds art and science. The Art of Yellowstone Science demonstrates how these integrative evaluations at Mammoth are influencing global research on the environment, energy, medicine and space exploration.”

The Art of Yellowstone Science is also available in hardcopy. For more information, contact Bruce Fouke at fouke@illinois.edu.

twitter facebook youtube

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.atelier-yannistignard.com
yanis la chouette



Nombre de messages : 4284
Localisation : http://yanis.tignard.free.fr
Date d'inscription : 12/11/2005

MessageSujet: Re: A TwistedPath Toward the Origin of DNA et la raison du Libre   Ven 30 Sep à 4:47

Astrobiologia - Uma Ciência Emergente
.
Posted by Miki Huynh Source University of São Paulo NAP-Astrobio

Published in August 2016 and authored by Douglas Galante, Evandro Pereira Da Silva, Fabio Rodrigues, Jorge Horvath, and Marcio De Avellar, Astrobiologia – Uma Ciência Emergente provides an introduction to astrobiology in Portuguese. The first issue gathers input from experts in different scientific areas and covers topics including research into the origins of life, the potentially habitable moons of our Solar System, and the discoveries of exoplanets.

More information and a free download of the first issue of Astrobiologia – Uma Ciência Emergente is available at: http://www.tikinet.com.br/iag/.

The Research Unit in Astrobiology (NAP-Astrobio) is an affiliate partner of the NASA Astrobiology Institute (NAI). To learn more, visit: https://nai.nasa.gov/international-partners/university-sao-paulo-usp-research-unit-astrobiology-nap-astrobio, or visit the Universidade de São Paulo astrobiology program website at: http://www.astrobiobrazil.org.
None
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.atelier-yannistignard.com
yanis la chouette



Nombre de messages : 4284
Localisation : http://yanis.tignard.free.fr
Date d'inscription : 12/11/2005

MessageSujet: Re: A TwistedPath Toward the Origin of DNA et la raison du Libre   Ven 30 Sep à 4:48

NASA and the Navajo Nation
.
Posted by Miki Huynh Source Indian Country Today
None
Students and counselors from NASA and the Navajo Nation project’s 2012 Summer Camp at Canyon de Chelly National Monument. Source: NASA

The NASA and the Navajo Nation project is a collaboration between NASA, as led by the NASA Astrobiology Institute, and the Navajo Nation, as represented by numerous organizations including the Diné Bi Olta School Board Association, Navajo Technical University, and the Navajo Nation Department of Diné Education. The project was started in 2005, and over the past 12 years two educator guides have been co-developed that bring together cultural and scientific knowledge, as well as workshops for teachers and camps for students.

A recent article in Indian Country Today details how the project got its start and shares the perspectives of key project leads on their core values and what continues to guide their success.

For more information, contact Daniella Scalice at daniella.m.scalice@nasa.gov.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.atelier-yannistignard.com
yanis la chouette



Nombre de messages : 4284
Localisation : http://yanis.tignard.free.fr
Date d'inscription : 12/11/2005

MessageSujet: Re: A TwistedPath Toward the Origin of DNA et la raison du Libre   Ven 30 Sep à 4:48

Evening Launch Catapults OSIRIS-REx Toward Asteroid Encounter
.
Written by Steven Siceloff Source NASA's Kennedy Space Center, Florida

An Atlas V rocket traced a blazing arc into the Florida sky the evening of September 8, 2016 to send a small robotic explorer on its way to an asteroid on a mission that scientists anticipate will reveal answers to some of the basic questions about the solar system.

“Tonight is a night for celebration, we are on the way to an asteroid,” said Ellen Stofan, NASA’s chief scientist. “We’re going to be answering some of the most fundamental questions that NASA works on.”

Lifting off at 7:05 p.m. from Space Launch Complex 41 at NASA’s Kennedy Space Center in Florida, the rocket’s launch was timed to put the OSIRIS-REx spacecraft, short for Origins, Spectral Interpretation, Resource Identification, Security-Regolith Explorer, on an exact course to reach the asteroid Bennu in August 2018.

Burning a combination of refined kerosene called RP-1 and liquid oxygen and carrying a single solid-fueled booster, the first stage of the United Launch Alliance Atlas V 411 pushed the spacecraft through the dense lower layers of the atmosphere, then the Centaur upper stage took over, propelling OSIRIS-REx faster and higher. About 55 minutes after launch, the asteroid sampling spacecraft separated from the liquid oxygen and liquid hydrogen fueled second stage rocket to fly free.

OSIRIS-REx will make a swing by Earth next year to gain a gravity assist that will accelerate it even faster to reach Bennu, where it will eventually go into orbit. Once orbiting the asteroid, OSIRIS-REx will spend two years surveying it in unprecedented detail.

Then, in a robotic first, the spacecraft will reach out its mechanical arm and take a sample from the asteroid. Though the sample will be small – only a couple of pounds at most – it will be a time capsule of sorts recording our solar system’s creation. With the sample stored safely, the spacecraft will speed away from the asteroid on a path back to Earth.

“This represents the hopes and dreams and blood, sweat and tears of thousands of people who have been working on this for years,” said Dante Lauretta, the principal investigator for OSIRIS-REx at the University of Arizona. “I can’t tell you how thrilled I was this evening, thinking of the people who played a part in this.”

Nearing Earth’s atmosphere seven years from now, a capsule containing the sample and equipped with a heat shield will detach from the main OSIRIS-REx spacecraft and enter Earth’s atmosphere. A parachute will slow the capsule down so it can be retrieved, then researchers will go about examining the precious cargo taken directly from an asteroid.

In earlier NASA missions, tiny samples of a comet and atoms collected from the solar wind have been taken and returned to Earth. Hundreds of pounds of rocks from the moon were returned to Earth by astronauts during six Apollo missions from 1969 to 1972. All these samples are curated by NASA’s Johnson Space Center in Houston, which also will house the majority of material that OSIRIS-REx collects; a few percent of the sample will be sent for curation by international partners, the Canadian and Japanese space agencies.

This flight is the third of NASA’s New Frontiers Program. The first two – New Horizons and Juno – have already made contributions to the study of the outer solar system and are still operating.

“We keep hitting it out of the park and tonight we hit it off the planet,” said Jim Green, director of NASA’s Planetary Science division.

NASA’s Launch Services Program, based at NASA’s Kennedy Space Center in Florida, managed the launch for the agency. NASA’s Goddard Space Flight Center in Greenbelt, Maryland will provide overall mission management, systems engineering and safety and mission assurance for OSIRIS-REx. Dante Lauretta is the mission’s principal investigator at the University of Arizona. Lockheed Martin Space Systems in Denver built the spacecraft. OSIRIS-REx is the third mission in NASA’s New Frontiers Program. NASA’s Marshall Space Flight Center in Huntsville, Alabama, manages New Frontiers for the agency’s Science Mission Directorate in Washington.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.atelier-yannistignard.com
yanis la chouette



Nombre de messages : 4284
Localisation : http://yanis.tignard.free.fr
Date d'inscription : 12/11/2005

MessageSujet: Re: A TwistedPath Toward the Origin of DNA et la raison du Libre   Ven 30 Sep à 4:50

https://astrobiology.nasa.gov/resources/newsletters/2016-09-01/

Il est déplorable que la situation kurde se trouve actuellement en train de se libérer et pourtant, cela semble inquiéter son voisin d'Ankara. Rien n'est bon dans une guerre civile et celui qui jette du feu sur l'huile n'est pas mieux que celui qui jette de l'huile sur le feu. Tant que l'harmonie ne sera revenu en Syria, Ankara poursuivra son action dites de "liberté d'expression". Elle sortira des preuves de sa bonne foi et creusera une frontière déjà très grande entre Israël et l'Iran. Il n'y a pas de paix réel dans cette intervention, c'est une action de précautions emplis de méfiance, de médisance et de racismes envers les racines d'un peuple condamné par la haine de son père. Le sujet est épineux et aussi anciens que la rancoeur entre " arabe et juif ". Et tant que cette haine perturbera dans le Coeur Moyen Orient et du Monde, le fléau du racisme religieux er humain gangrènera l'existence des nouvelles générations et envoutera de nouvelles troupes sur le chemin du terrorisme, de l'hypocrisie et du mensonge. La République de l'Olivier et Y'becca. Universelle dans la liberté d'expression, Laïque contre l'esclavage, les viols physiques et morales tout opposés à tous styles de tortures, Démocratique dans le droit de manifester, de grève et d'un salaire digne pour la citoyenne et le citoyen. Tel est la volonté de l'Éternel dans le respect de la nature dans la découverte du vent et du temps : Respect des oasis, de l'hospitalité et codes d'honneurs. Vivre libre sans doute et dans l'harmonie du savoir perpétuel et de ses mouvements. Nomades et Sédentaire dans l'Existence et L'Exigence de la Perpétuelle rotation du vide ou L'infini. Celui qui s'appelle L'Éternel.

Ecrit de
TAY La chouette effraie : Laïque, Anarchistes et croyante sur le mouvement des mouvements.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.atelier-yannistignard.com
yanis la chouette



Nombre de messages : 4284
Localisation : http://yanis.tignard.free.fr
Date d'inscription : 12/11/2005

MessageSujet: Re: A TwistedPath Toward the Origin of DNA et la raison du Libre   Ven 30 Sep à 10:32

La république de Weimar (en allemand : Weimarer Republik [ˈvaɪ.ma.ʁɐ ʁe.pu.ˈbliːk] Prononciation du titre dans sa version originale Écouter) est le nom donné par les historiens au régime politique en place en Allemagne de 1918 à 1933.

Elle a été proclamée au cours de la révolution de 1918, le 9 novembre 1918, soit deux jours avant la fin des hostilités de la Première Guerre mondiale. La constitution de cette république a été adoptée le 31 juillet 1919 et promulguée le 11 août suivant. Weimar, la ville où l’Assemblée nationale constituante rédigea la constitution, donna a posteriori son nom à la période historique dans son ensemble2. L’État allemand continua durant cette période de porter le nom officiel de Reich allemand, comme sous l'Empire allemand précédemmenta.

Il s'agissait d'une démocratie parlementaire dirigée par le président du Reich, et gouvernée par le chancelier du Reich, nommé par le président du Reich, investi par une majorité des membres du Reichstag et responsable devant cette assemblée. L'histoire de cette république est marquée par de nombreuses tensions et des conflits internes. Ses institutions fonctionnent normalement jusqu'en 1930, date à laquelle le dernier cabinet appuyé sur une majorité parlementaire stable est mis en minorité et se trouve obligé de démissionner, provoquant des élections. À partir de septembre 1930, des cabinets minoritaires de droite soutenus par le président du Reich se succèdent, menant une politique de plus en plus autoritaire. À la suite de la nomination d'Adolf Hitler comme chancelier le 30 janvier 1933, le renforcement de la politique autoritaire mise en place durant la période 1930-1932, la confiscation progressive du pouvoir politique au profit du NSDAP et la modification des structures politiques entraînent la fin de facto de la république de Weimar et l'avènement du Troisième Reich. La constitution de Weimar n'est abrogée officiellement qu'à l'issue de la Seconde Guerre mondiale en 1945, lorsque l'administration quadripartite alliée en Allemagne décide la dissolution du Reich.

Depuis 1916, l'Empire allemand est gouverné par les militaires de Oberste Heeresleitung (OHL, commandement suprême de l'armée), avec comme chef d'État-major Paul von Hindenburg. Lorsqu'il apparaît aux militaires que la guerre est perdue, l'OHL demande qu'un nouveau gouvernement soit formé (le gouvernement civil existait déjà puisqu'au début de la guerre, cela avait été Bethmann-Hollweg, le chancelier au « chiffon de papier » il avait été remplacé par Michaelis et ce dernier par Hertling). En octobre 1918, lorsque Ludendorff demande que des contacts soient pris pour un armistice et que le régime devienne parlementaire, Hertling démissionne et est remplacé par le prince Max de Bade3.

Le 28 octobre 1918, la constitution de 1871 est amendée pour faire du Reich une démocratie parlementaire, ce qui avait été refusé depuis un demi-siècle : le chancelier est désormais responsable devant le Reichstag et non plus devant l'empereur. Le plan originel de transformer l'Allemagne en une monarchie constitutionnelle paraît bientôt chimérique devant la fièvre révolutionnaire qui secoue le pays. L’Allemagne « croule » sous les soldats et les blessés revenant du front. Avec la famine, la violence est omniprésente, des combats se produisent entre groupes rivaux de gauche et de droite.

Le 29 octobre, une insurrection éclate lorsque le commandement militaire, sans consultation du gouvernement, ordonne une ultime sortie à la flotte allemande. Cette manœuvre est sans espoir d'un point de vue militaire et risque de mettre fin aux négociations d'armistice. Les équipages de deux navires de Wilhelmshaven se mutinent. Les militaires arrêtent environ 1 000 marins, déclenchant les mutineries de Kiel, révolte locale qui se transforme rapidement en une rébellion nationale s'étendant aux bassins industriels et aux grands centres urbains d'Allemagne. Des marins, des soldats ainsi que des ouvriers pactisent avec les mutins. Ceux-ci commencent à élire des « conseils ouvriers » qui regroupent ouvriers et soldats sur le modèle des soviets de la révolution russe. Ceux-ci prennent alors le pouvoir civil et militaire dans de nombreuses villes. Le 7 novembre, la révolution atteint Munich, provoquant la fuite du dernier souverain d’une province allemande, Louis III de Bavière.

À l'origine, la demande des conseils d'ouvriers est modeste : ils veulent obtenir la libération des marins emprisonnés. À l'opposé de la Russie une année auparavant, ces conseils ne sont pas contrôlés par le parti communiste, qui n'est pas encore fondé. Toutefois, avec l'émergence du régime bolchévique lors de la Révolution russe, cette rébellion provoque une grande inquiétude dans les classes supérieures et moyennes. Le pays semble à la veille de devenir une république socialiste.

Les représentants de la classe ouvrière sont eux-mêmes divisés. Les sociaux-démocrates indépendants (USPD) qui tendent à l'instauration d'un système socialiste se séparent des sociaux-démocrates majoritaires (M)SPD. Le reste des sociaux-démocrates (« (M)SPD »), qui soutiennent un système parlementaire, décident de prendre la tête du mouvement et, le 7 novembre, demandent à l'empereur Guillaume II d'abdiquer.

Le 9 novembre 1918, la République est proclamée par Philipp Scheidemann au palais du Reichstag à Berlin, deux heures avant la république socialiste de Karl Liebknecht. Toujours le 9 novembre, dans un acte litigieux, le chancelier du Reich, le prince Max von Baden, transfère tous ses pouvoirs à Friedrich Ebert, le dirigeant du MSPD. Il est clair que cet acte ne suffira pas en lui-même à satisfaire les masses.

Le lendemain, un gouvernement révolutionnaire appelé Conseil des commissaires du peuple (Rat der Volksbeauftragten) est créé. Il comprend trois membres du MSPD et trois membres de l'USPD, et est dirigé conjointement par Ebert pour le MSPD et par Haase pour le USPD. Bien que ce gouvernement soit confirmé par le conseil ouvrier des travailleurs de Berlin, les spartakistes dirigées par Rosa Luxemburg et Karl Liebknecht, constituant l'aile gauche de l'USPD, s'y opposent.

Ebert appelle alors à un congrès des conseils d'ouvriers et de soldats du Reich, qui a lieu du 16 au 20 décembre 1918, et dans lequel le MSPD obtient la majorité. Ebert réussit à faire tenir rapidement des élections pour former l’Assemblée nationale constituante, afin de mettre en place au plus vite une constitution parlementaire, marginalisant ainsi le mouvement pour l'instauration d'une république socialiste.

Afin de s'assurer un nouveau gouvernement capable de conserver le contrôle du pays, Ebert s'allie avec l'OHL, dirigé par le successeur de Ludendorff, le général Wilhelm Groener. Ce pacte Ebert-Groener stipule que le gouvernement ne réformera pas l'armée tant que celle-ci jure de protéger le gouvernement. D'une part, cet arrangement symbolise l'acceptation de ce gouvernement par l'armée et rassure les classes moyennes, d'autre part, l'aile gauche considère cet accord comme une trahison des intérêts des travailleurs, et fait de l'armée un groupe conservateur qui aura une grande influence sur le destin de la république de Weimar. Le 11 novembre 1918, l'armistice mettant fin à la Première Guerre mondiale est signé.

L'accord entre les militaires et le nouveau gouvernement marque aussi une des étapes du partage de la classe ouvrière entre le SPD et le parti communiste (KPD) en formation. La rupture devient définitive le 23 novembre 1918 lorsque Ebert fait appel à l'OHL pour mater une mutinerie à Berlin lors de laquelle des soldats prennent le contrôle de la ville et bloquent la chancellerie du Reich. L'intervention brutale fait de nombreux morts et blessés, provoquant l'appel de l'aile gauche à la sécession avec le MSPD qui, de leur point de vue, avait pactisé avec les militaires contre-révolutionnaires dans le but de mater la révolution. L'USPD quitte alors le Conseil des commissaires du peuple après seulement quelques semaines. La scission devient encore plus profonde lorsqu'en décembre, le Parti communiste d'Allemagne (KPD) est fondé par le mouvement spartakiste et d'autres groupes se réclamant du marxisme révolutionnaire.
La délégation allemande lors des négociations du traité de Versailles.

En janvier, une nouvelle tentative d'établir un régime socialiste par les travailleurs dans les rues de Berlin est réprimée par les unités d'un Freikorps, un groupe paramilitaire composé de volontaires. Le point de non-retour est atteint le 15 janvier avec l'assassinat de Rosa Luxemburg et Karl Liebknecht. À la demande d'Ebert, les meurtriers ne sont pas jugés par une cour civile, mais par un tribunal militaire, qui rend des sentences très légères. Le général Walther von Lüttwitz réprime avec ses hommes le soulèvement spartakiste.

Les élections à l’Assemblée nationale constituante ont lieu le 19 janvier 1919. À cette date, les partis de gauche, y compris l'USPD, ne sont pas vraiment organisés, et le KPD a refusé de se présenter aux élections, ce qui mène à une solide majorité en sièges pour les mouvements modérés. À lui seul, le SPD obtient 45 % des suffrages exprimés, ce qui permet à Ebert de devenir le premier Reichspräsident de la république de Weimar. Pour éviter les émeutes en cours à Berlin, l’Assemblée nationale constituante se réunit dans la ville de Weimar, donnant ainsi son nom à la nouvelle république.

Durant les débats à Weimar, les combats continuent. Une « république soviétique », la république des conseils (Räterrepublik) de Bavière est même déclarée à Munich, mais elle est dissoute en mai 1919 par l'action des Freikorps et d'unités de l'armée régulière, provoquant la poursuite des combats dans le pays. Des combats ont aussi lieu dans les provinces orientales restées fidèles à l'empereur et qui ne souhaitent pas l’avènement d'une république.

Pendant ce temps, la délégation aux pourparlers de paix signe le traité de Versailles, acceptant d'importantes réductions dans l'armée allemande, le paiement d'importants dommages de guerre, et une clause de responsabilité de la guerre. Ainsi naît le mythe du coup de poignard dans le dos, souvent repris dans les discours politiques. Adolf Hitler, entre autres, reprochera plus tard à la République la signature de ce traité.

Le traité de Versailles est un élément important de l’histoire de la république de Weimar.

Avant d’en énumérer les composantes, il est important de remettre la situation en contexte. L’Allemagne est en pleine révolution et le pouvoir politique reste encore très instable, mais le pays fonctionne démocratiquement, plus précisément par vote de l’Assemblée nationale. Elle se bat encore sur le front, mais sa défaite n’est qu’une question de temps. Les alliés préparent seuls les conditions de paix, et tentent de les imposer dès le 7 mai 1918 à l’Allemagne.

La clause la plus dérangeante du traité se trouve être l’article 231 qui stipule la reconnaissance par l'Allemagne de sa responsabilité dans le déclenchement de la guerre. Les réactions sont alors unanimes en Allemagne ; cette clause est tout simplement irrecevable. Le président de l’Assemblée, Philipp Scheidemann, pose une question qui résume bien l’opinion des Allemands sur le sujet : « Comment une main qui s’imposerait et nous imposerait ces chaînes pourrait-elle ne pas se dessécher ? » La politique impériale est encore défendue ainsi que l’idée que l’Allemagne a droit à un traitement juste et à une signature de traité sans être sous la contrainte. L’Allemagne espère également une paix honorable avec ses adversaires. Néanmoins, le 28 juin 1919, face à l’intransigeance des vainqueurs, l’Assemblée nationale vote pour la signature du traité — par 237 voix « pour » et 138 voix « contre » — grâce à une alliance entre le parti social-démocrate et le Zentrum.

L’historiographie mentionne que le gouvernement a accepté de signer le traité parce qu’il n’avait pas le choix : l’armée allemande était en pleine déroute, très affaiblie par les multiples offensives des Alliés et le gouvernement voulait éviter l’occupation du territoire ainsi que l’éclatement du Reich.

La clause de culpabilité allemande reste cachée à la population.

Le montant des réparations à payer aux pays envahis et saccagés par l'Allemagne n'est pas fixé de suite.

En complément du paiement de dommages de guerre, le pays doit livrer 5 000 camions et locomotives, 15 000 wagons ainsi qu’une partie de sa flotte commerciale. De plus, il doit abandonner une partie de son territoire : l’Alsace-Lorraine, obtenue après la défaite de la France de 1870, lui est restituée ; le territoire entourant la ville de Posen (Poznań) revient à la Pologne, isolant ainsi la Prusse orientale ; le canton d’Eupen-Malmedy fait désormais partie de la Belgique. L’Allemagne doit en outre renoncer à toutes ses colonies africaines. En tout, l’Allemagne perd environ 14 % de son territoire, et 10 % de sa population. Sous l'aspect économique, cela représente une perte annuelle de 1 million de tonnes de charbon et une baisse de 50 % de sa production de minerai, de 25 % pour le coke et de 13 % pour le blé. De plus, l’armée allemande est réduite à 100 000 hommes et 15 000 marins, et les chars de combats, les sous-marins, les avions et les gaz sont désormais interdits. L’adhésion à la Société des Nations reste également temporairement interdite au Reich.

La signature du traité provoque un mécontentement général dans l'opinion allemande. L’atmosphère politique en pâtit. Les représentants de l’extrême gauche qualifient les sociaux-démocrates, signataires, de « criminels de novembre ». L’extrême droite qualifie de grand mensonge la reconnaissance de culpabilité. Les violences publiques vont durer jusqu'en 1923.

L’opinion publique, menée entre autres par les partis extrémistes, a mené une action violente dirigée contre le gouvernement, et ce jusqu’en 1923. Les dirigeants sont accusés d’avoir trahi l’empire, et Versailles a donné naissance à deux problèmes politiques. Premièrement, l’adoption de la responsabilité de guerre posa problème, car l’Empire, selon la majorité des Allemands, n’était pas responsable du déclenchement de la guerre, du moins pas plus que les autres pays impliqués. Deuxièmement, cette adoption fut considérée comme un coup de poignard dans le dos de l’armée allemande, qui se battait encore sur le front. En d’autres mots, l’armée était invaincue sur le champ de bataille, mais fut assassinée par ses propres dirigeants politiques. Pourtant, l’Allemagne, selon les historiens, n’était pas condamnée à un avenir noir ; au contraire, Weimar avait de bonnes chances de redevenir une grande puissance européenne. Cependant, le mécontentement était si intense qu’il paralysa gravement la nouvelle république et l’empêchait de rompre avec l’ancienne mentalité impérialiste. Bref, l’historiographie mentionne qu’il y a toujours existé un consensus chez tous les partis politiques de l’histoire de Weimar ; il était inadmissible d’accepter le traité de Versailles, et il devait absolument être révisé. Le nouveau régime n’a pu montrer son utilité que quelques années plus tard, afin de trouver des solutions temporaires à la crise de 1923.

Le président du Reich, Friedrich Ebert du MSPD, promulgue la nouvelle constitution le 11 août 1919.

Les Länder membres
Länder allemands pendant la république de Weimar (en 1925).
Länder Capitale
Flagge Herzogtum Anhalt.svg État libre d'Anhalt (Freistaat Anhalt) Dessau-Roßlau
Flagge Großherzogtum Baden (1891–1918).svg République de Bade (Freistaat Baden) Karlsruhe
Flag of Bavaria (striped).svg État libre de Bavière (Freistaat Bayern) Munich
Flagge Herzogtum Braunschweig.svg État libre de Brunswick (Freistaat Braunschweig) Brunswick
Flagge Großherzogtum Hessen ohne Wappen.svg État populaire de Hesse (Volksstaat Hessen) Darmstadt
Flagge Fürstentum Lippe.svg État libre de Lippe (Freistaat Lippe) Detmold
Flagge Großherzogtümer Mecklenburg.svg État libre de Mecklembourg-Schwerin (Freistaat Mecklenburg-Schwerin) Schwerin
Flagge Großherzogtümer Mecklenburg.svg État libre de Mecklembourg-Strelitz (Freistaat Mecklenburg-Strelitz) Neustrelitz
Civil flag of Oldenburg.svg État libre d'Oldenbourg (Freistaat Oldenburg) Oldenbourg
Flag of Prussia (1918–1933).svg État libre de Prusse (Freistaat Preußen) Berlin
Flagge Herzogtum Sachsen-Coburg-Gotha (1911-1920).svg Saxe-Cobourg (Sachsen-Coburg) - intégré à la Bavière en 1920 Cobourg
Flag of Saxony.svg État libre de Saxe (Freistaat Sachsen) Dresde
Flagge Fürstentum Schaumburg-Lippe.svg État libre de Schaumbourg-Lippe (Freistaat Schaumburg-Lippe) Bückeburg
Flag of Thuringia.svg Thuringe (Thüringen) - Depuis 1920 Weimar
Flag of Germany (3-2 aspect ratio).svg Waldeck-Pyrmont - Intègre la Prusse en 1921/1929 Arolsen
Flagge Königreich Württemberg.svg État libre populaire de Wurtemberg (Freier Volksstaat Württemberg) Stuttgart
Villes-États
Flag of Bremen.svg Brême
Flag of Hamburg.svg Hambourg
Flag of the Free City of Lübeck.svg Lübeck
États constituant la Thuringe en 1920
Flagge Fürstentum Reuß ältere Linie.svg État populaire de Reuss (Volksstaat Reuß) Gera
Flagge Herzogtum Sachsen-Coburg-Gotha (1826-1911).svg Saxe-Altenbourg (Sachsen-Altenburg) Altenburg
Flagge Herzogtum Sachsen-Coburg-Gotha (1911-1920).svg Saxe-Gotha (Sachsen-Gotha) Gotha
Flagge Herzogtum Sachsen-Coburg-Gotha (1826-1911).svg Saxe-Meiningen (Sachsen-Meiningen) Meiningen
Flagge Großherzogtum Sachsen-Weimar-Eisenach (1813-1897).svg Saxe-Weimar-Eisenach (Sachsen-Weimar-Eisenach) Weimar
Flagge Fürstentümer Schwarzburg.svg Schwarzbourg-Rudolstadt Rudolstadt
Flagge Fürstentümer Schwarzburg.svg Schwarzbourg-Sondershausen Sondershausen
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.atelier-yannistignard.com
yanis la chouette



Nombre de messages : 4284
Localisation : http://yanis.tignard.free.fr
Date d'inscription : 12/11/2005

MessageSujet: Re: A TwistedPath Toward the Origin of DNA et la raison du Libre   Ven 30 Sep à 10:32

République de Weimar

Les premières années : Conflits internes et difficultés économiques (1919-1923)
L'agitation politique
Des troupes du gouvernement Kapp dans les rues de Berlin lors du putsch de 1920.

Dès le début, la République fut sous la pression des extrémistes de tous bords. L'extrême gauche accusait les sociaux-démocrates de trahir l'idéal du mouvement ouvrier en s'alliant aux forces de l'ancien régime, au lieu de poursuivre une révolution communiste. La droite conservatrice était opposée au système démocratique et préférait conserver la monarchie ou l'État autoritaire qu'était l'empire de 1871.
Articles détaillés : Putsch de Kapp et Soulèvement de la Ruhr.

Le 13 mars 1920 a lieu le putsch de Kapp. Des troupes du Freikorps occupèrent Berlin avec la complicité du commandant militaire de la ville, le général Walther von Lüttwitz, et installèrent Wolfgang Kapp, un journaliste de droite, au poste de chancelier du nouveau gouvernement. Ebert se retira avec le parlement de Berlin et s'installa à Dresde. La riposte fut immédiate, un appel à la grève générale fut lancé. Celle-ci fut totale et dura quatre jours, bloquant toute l'économie, ce qui obligea Kapp et le Freikorps à se retirer dès le 17 mars. Toutefois, cet épisode illustre la faiblesse du nouveau régime puisque l'armée régulière refusa d'intervenir pour mater le putsch malgré les ordres d'Ebert.

Inspiré par le succès de la grève générale, une révolte communiste se produisit dans la Ruhr en mars 1920 lorsque 50 000 personnes formèrent une armée rouge et prirent le contrôle de la province. L'armée régulière et le Freikorps mirent fin à celle-ci sans avoir reçu d'ordre du gouvernement en avril 1920 après des combats faisant plus de 2 000 morts. D'autre rébellions communistes furent aussi arrêtées en mars 1921 dans la Saxe et à Hambourg. On donna à ces rébellions le nom d’Action de mars.

Le 24 juin 1922, le ministre des Affaires étrangères Walter Rathenau est assassiné par l'Organisation Consul, un groupe terroriste d'extrême droite qui lui reproche sa volonté de se rapprocher des Alliés ainsi que ses origines israélites. Des centaines d'attentats perpétrés par l'extrême droite à l'encontre de personnalités politiques des mouvances modérées ensanglantent les premières années de la république de Weimar et déstabilisent le régime. Dans ce climat tendu, des dizaines de milliers de mineurs polonais venus dans les années 1890 quittent la Ruhr pour se faire embaucher par les industriels français souhaitant relancer leur économie, en raison de leur savoir-faire4, ce qui désorganise un peu plus l'économie.

En 1923, la poussée inflationniste provoque de nouveaux troubles. Une armée clandestine, la « Reichswehr noire », qui rassemble en tout 20 000 hommes, tente un putsch, mais est matée en octobre par l'armée régulière. Des vagues révolutionnaires se développent en Thuringe, à Hambourg et en Saxe, mais sont là encore écrasées par l'armée. Le 8 novembre 1923 a lieu une nouvelle attaque contre la république : le putsch de la Brasserie fomenté par Adolf Hitler à Munich. En dépit de l'échec du putsch et son interdiction temporaire, le NSDAP (Parti nazi) fondé en 1920 va devenir l'une des forces principales qui vont conduire à l'effondrement de la république.
La crise monétaire

L'Allemagne de l'après guerre connut une crise économique sans précédent dont l'hyperinflation fut la caractéristique principale.

En 1923, la République n'avait plus les moyens de payer les réparations fixées par le traité de Versailles, et le nouveau gouvernement cessa les paiements. En réponse, la France sous la direction de Raymond Poincaré et la Belgique occupèrent la Ruhr, la région la plus industrialisée de l'Allemagne. Elles prirent le contrôle des mines et des usines le 11 janvier 1923. L'appel à la grève générale et à la résistance passive pendant 8 mois amena l'économie allemande vers l'effondrement.
Timbre surchargé en millions de marks pour suivre l'inflation des tarifs postaux.

Bien qu'en grève, les ouvriers demeuraient payés par l'État, et pour ce faire, de la monnaie fut imprimée en masse, ce qui ouvrit une période d'hyperinflation. La valeur du mark décline de 4,2 marks par dollar à 1 000 000 (1 million de) marks par dollar en août 1923 puis à 4 200 000 000 000 (4 200 milliards de) marks par dollar le 20 novembre de la même année. L'inflation est telle que les prix changent d'heure en heure et que les ouvriers se font payer une voire deux fois par jour pour s'assurer que leur salaire aura encore de la valeur à la sortie du travail. L'administration des Postes émet des timbres sans valeur faciale, une surcharge avec la valeur du timbre est apposée lors de la mise en circulation de la planche, le coût nominal de l'envoi d'une lettre de 30 grammes est multiplié par six entre le 1er janvier et le 1er juillet 1923 (de 10 marks à 60 marks), puis par 1 500 jusqu'au 20 septembre (l'envoi d'une lettre de 30 grammes revient alors à 100 000 marks), puis par 400 jusqu'au 12 novembre, soit 40 millions de marks ; Le 30 novembre, l'envoi de cette même lettre est nominalement payé 30 milliards de marks5. L'apparition du troc (notamment pour se procurer des produits alimentaires) témoigne de la perte de confiance dans la monnaie.

L'hyperinflation n'a pas été endiguée pour plusieurs raisons. Tout d'abord, les grandes compagnies industrielles allemandes voyaient d'un bon œil ce phénomène qui permettait d'alléger leurs dettes auprès des banques et d'exporter plus facilement leur production (le Papiermark perdant de la valeur auprès des autres monnaies internationales, les produits allemands devenaient moins chers). Mais l'État allemand porte également une part de responsabilité puisque l'hyperinflation lui permettait de combler lui aussi ses dettes et de restaurer ainsi l'équilibre budgétaire.

Le 1er décembre 1923, une nouvelle devise, le Rentenmark, est créé alors que le taux du Papiermark est de 4 200 000 000 000 (4 200 milliards de) marks par dollar. Cette nouvelle monnaie est échangée contre les marks mis en circulation à la période précédente au taux de 1 Retenmark pour 1 000 milliards de Papiermarks (soit 4,2 Retenmarks par dollar).

Après l'adoption du plan Dawes, pour le rééchelonnement des dommages, le paiement des réparations put reprendre et le 17 août 1924 les troupes franco-belges commencèrent à quitter la Ruhr.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.atelier-yannistignard.com
yanis la chouette



Nombre de messages : 4284
Localisation : http://yanis.tignard.free.fr
Date d'inscription : 12/11/2005

MessageSujet: Re: A TwistedPath Toward the Origin of DNA et la raison du Libre   Ven 30 Sep à 10:32

République de Weimar

Le redressement économique
L'Allemagne se stabilise

Dans son Allemagne, de 1918 à 1945, l'historien Alfred Wahl parle d'un âge d'or des années 1923-19286, jusqu'à la crise de 1929.
Gustav Stresemann en 1925.

La première action du nouveau chancelier, Gustav Stresemann, fut d'introduire une nouvelle monnaie, le Rentenmark, pour arrêter l'hyperinflation qui rongeait l'économie et la société allemande. Il fut assisté dans son action par le docteur Schacht, directeur de la Reichsbank ainsi que par le ministre des Finances, Hans Luther qui mirent tous les deux en place une banque chargée d'émettre cette nouvelle monnaie, la Rentenbank. Le gouvernement réussit son opération en refusant à plusieurs reprises d'augmenter la masse monétaire, première cause de la spirale inflationniste. En avril 1924, le Rentenmark laissa la place au Reichsmark, gagé sur l'or6. Afin de poursuivre la stabilisation de l'économie, il diminua les dépenses de l'État et augmenta les taxes et les impôts.

Durant cette période, fut introduit le plan Dawes qui visait à associer le remboursement des réparations de guerre avec la capacité économique de l'Allemagne. Les capitaux américains affluèrent, dans le sillage du plan Dawes, et des accords furent signés entre entreprises allemandes et américaines, entre la Standard Oil et IG Farben, ou entre Krupp et General Electric, en 19277.

L'indice de croissance connut une remontée spectaculaire après la chute des années 1919-1923, pour ensuite stagner à partir de 1928.
Le retour de l'Allemagne sur la scène internationale

Stresemann, accepta le poste de Ministre des affaires étrangères, le 30 novembre 1923, il le restera jusqu'à sa mort, en octobre 1929. Il imposa ses conceptions diplomatiques opportunistes pour permettre au Reich de retrouver rapidement son rang de grande puissance8.

Le 16 octobre 1925, les accords de Locarno sont signés entre les représentants allemands, français, anglais et belges. L'Allemagne reconnaît ses frontières occidentales et accepte de saisir en cas de futur litige une convention d'arbitrage qui est instaurée lors des accords. Toutefois, elle refuse de reconnaître ses frontières orientales, car 10 millions d'Allemands vivaient à l'est, hors des frontières, et le gouvernement allemand était décidé à défendre leurs intérêts. En contrepartie, Stresemann obtint l'évacuation de la zone de Cologne8.

Stresemann conditionna l'entrée de l'Allemagne dans la SDN, à la fin de la référence à la culpabilité de guerre du Reich et à l'obtention d'un siège permanent au Conseil. Il obtient gain de cause sur les deux points, le 10 septembre 1926, date des célèbres discours pacifistes à Genève, le sien et celui de Briand, qui inaugurait « l'ère Briand-Stresemann »9.

Le rapprochement franco-allemand fut d'ailleurs effectif avec la création d'un comité franco-allemand, en 1926, même si son action fut victime des préventions trop fortes, entre les deux pays9.

Confortant le traité de Rapallo de 1922, le traité germano-soviétique de Berlin, signé le 24 avril 1926, assura la neutralité des deux pays en cas d'agression d'un tiers contre l'un deux. Stresemann comptait sur l'URSS pour faire pression sur la Pologne, dont la frontière occidentale était considérée comme une ignominie par les allemands9.
La république sociale

Le 30 octobre 1923, le chancelier Stresemann légiféra, par ordonnance, sur l'arbitrage de l'État en cas de non conciliation entre le patronat et les syndicats, au travers d'un organe comptant deux représentants de chaque partenaire et un président nommé par le gouvernement. Au fil des années, ces arbitrages obligatoires augmentèrent et profitèrent aux salariés8.

La loi du 16 juillet 1927 transformera l'aide aux chômeurs en une assurance-chômage et créa un office spécial qui avait pour objectif de s'occuper de la reconversion et de la formation continue8.

Après 1924, le système des assurances engloba tous les membres de la famille. Le montant des retraites fut augmenté et les garanties de l'assurance-accident furent étendues, notamment aux maladies professionnelles8.
La république des arts

Le terme d'âge d'or s'applique davantage aux réalisations intellectuelles et artistiques des années 1920. Si, entre 1918 et 1923, dominait l'expressionnisme, qui fut relayé, à partir de 1923, par le courant de la Nouvelle Objectivité, l'expressionnisme produisit encore quelques chefs-d'œuvre, comme le Metropolis de Fritz Lang, en 1927.

Le Bauhaus, institut des arts et des métiers, fondé en 1919, transféré à Dessau, en 1924, s'orienta, à partir de cette époque, vers des projets d'architecture fonctionnelles. Mais après la crise de 1929, les élites traditionnelles rejetèrent ces mouvements artistiques novateurs qui furent achevés par l'arrivée au pouvoir des nazis.

En 1929, la mort de Gustav Stresemann coïncide avec la fin de l'âge d'or de la république de Weimar.
Essor de la scène homosexuelle

La scène culturelle et politique homosexuelle allemande, particulièrement visible sous la république de Weimar, a été longuement commentée par les témoins contemporains.

La capitale allemande acquiert pendant l'entre-deux-guerres « le statut officieux de capitale homosexuelle, du fait de la notoriété de ses bals travestis, de la diversité de ses lieux de rencontre homosexuels10 ».
Article détaillé : Condition des homosexuels sous la République de Weimar.

Condition des homosexuels sous la République de Weimar

La scène culturelle et politique homosexuelle allemande, particulièrement visible sous la République de Weimar, a été longuement commentée par les témoins contemporains. Elle a également été illustrées dans les fictions. La comédie musicale Cabaret et son adaptation au cinéma en 1977 témoignent de la persistance dans l'imaginaire populaire occidental de ce « Berlin gay » flamboyant de l'avant Troisième Reich.

La capitale allemande acquiert sous Weimar « le statut officieux de « capitale homosexuelle », du fait de la notoriété de ses bals travestis, de la diversité de ses lieux de rencontres homosexuels »1.

Essor de la scène homosexuelle allemande

Dans son rapport intitulé Le Vice organisé en Allemagne publié en 1919, l'attaché français Ambroise Got écrit : « L'un de tous les vices qui accablent l'Allemagne vaincue - (...) - l'homosexualité, retient surtout l'attention de l'étranger, non pas tant pour ses manifestations pathologiques, que par l'extraordinaire développement qu'il a connu en Allemagne »2.

Ambroise Got décrit en détail les nombreuses associations homosexuelles, masculines et féminines, actives partout en Allemagne : la Ligue Berlinoise de l'Amitié, la Société hambourgeoise d'exploration scientifique à Hambourg ou encore l'association Nous à Crefeld. Ces clubs organisaient des bals costumés, des représentations théâtrales, des randonnées et des conférences.

Des revues homosexuelles militantes telles que Freundschaft (« l'Amitié ») ont beaucoup de succès à Berlin et Francfort. On y trouve des articles sur l'homosexualité dans le règne animal ou des portraits d'homosexuels illustres (Alexandre le Grand, Leonard de Vinci...). On y trouve également des annonces pour des rencontres amoureuses, un guide des établissements homosexuels et un agenda des bals.
Militantisme

Le militantisme homosexuel est particulièrement dynamique en Allemagne durant l'entre-deux-guerres. La Ligue Mondiale pour la reforme sexuelle sur une base scientifique est fondée en 1928 par Magnus Hirschfeld, déjà fondateur du Comité scientifique humanitaire en 1897. L'objectif de la Ligue est de « créer une nouvelle attitude sociale et légale (...) à l’égard de la vie sexuelle des hommes et des femmes »3, attitude qui s'opposerait aux doctrines religieuses et à l'ignorance en matière de sexualité. Leur programme comprend l'égalité hommes - femmes sur le plan économique, sexuelle et politique, le libre contrôle de la procréation, la décriminalisation des pratiques sexuelles dites « anormales », la mise en place de cours d'éducation sexuelle rationnels, mais aussi la stérilisation des malades mentaux à des fins eugénistes4. En outre, les militants de la réforme sexuelle réclament l'abrogation du Paragraphe 175. Cet article du code pénal, prévoyant une peine de prison pour les pratiques homosexuelles entre hommes, ne sera finalement pas abrogé, malgré le soutien des partis démocrates et de gauche. La presse juge sévèrement le militantisme d'un Magnus Hirschfeld : la reforme sexuelle n'est pas perçue comme une priorité en ces temps d'après-guerre5. La crise des années 1930 rendra ce militantisme homosexuel de plus en plus difficile et l'arrivée d'Hitler au pouvoir en 1933 marquera le début d'une répression radicale des homosexuels jusqu'à leur déportation6.
Article détaillé : Discrimination et déportation des homosexuels sous l'Allemagne nazie.
Cinéma

La République de Weimar est une période faste pour les mouvements homosexuels comme pour l'industrie du cinéma allemand7.

L'année 1919 est marquée par la sortie du film Différent des autres réalisé par Richard Oswald, premier film de l'histoire ayant pour thème l'homosexualité, abordée de façon positive et sans ambiguïté.

En 1931 sort Jeunes filles en uniforme, premier film lesbien de l'histoire du cinéma8, réalisé par Leontine Sagan d'après une pièce de Christa Winsloe.

De nombreux films allemands de cette période mettent en scène des personnages homosexuels, dans des rôles principaux ou secondaires, de façon explicite ou implicite ː

Das Bildnis des Dorian Gray (1917)
Aus eines Mannes Mädchenjahren (1919)
Dr Mabuse, der Spieler (1922)
Nosferatu (1922)
Mikaël (1924)
Wege zu Kraft und Schönheit (Les Chemins de la force et de la beauté, 1925)
Der Himmel auf Erden (1927)
Geschlecht in Fesseln (1928)

Littérature

En 1925, l'auteur Klaus Mann publie à dix-huit ans sa première pièce de théâtre Anja et Esther, traitant d'un amour lesbien. Il se produit sur scène à Munich et Hambourg et partage l'affiche avec sa sœur Erika Mann. En 1926, Klaus publie son premier roman, La Danse Pieuse, dans lequel il traite de son homosexualité.

En 1926, l'auteur anarchiste et homosexuel John Henry Mackay publie Der Puppenjunge, décrivant l'amour d'un homme pour un garçon des rues de Berlin.

L'écrivain britannique Christopher Isherwood a lui aussi décrit la vie gay berlinoise sous Weimar dans ses romans Mr Norris Change de Train et Adieu à Berlin. En 1929, Isherwood quitte l'Angleterre conservatrice pour Berlin dans l'intention d'y vivre librement son homosexualité: "Berlin meant Boys" ("Berlin, c'était les garçons") admet-il dans ses journaux9.

Christopher and His Kind a été adapté pour la télévision par la BBC en 2011.
Notes et références

↑ Florence Tamagne, « La déportation des homosexuels durant la Seconde Guerre mondiale », Revue d'éthique et de théologie morale 2/2006 (no 239), p. 77-104
↑ Magnus Hirschfeld, « Les Homosexuels de Berlin », 2001 (no 239), p. 77-104
↑ Riese H., Leunbach J.H. (dir.), 1929, Sexual Reform Congress, Copenhagen 1-5, VII, 1928, World League for Sexual Reform, Proceedings of the Second Congress, Copenhague, Levin & Munksgaard.
↑ Alain Giami, « Misère, répression et libération sexuelles », Mouvements 2/2002 (no20), p. 23-29.
↑ Florence Tamagne « Caricatures homophobes et stéréotypes de genre en France et en Allemagne : la presse satirique, de 1900 au milieu des années 1930 », Le Temps des médias 1/2003 (no 1), p. 42-53.
↑ Voir Florence Tamagne
↑ Barbara Caroline Mennel, Le cinéma queer: écolières, vampires et cowboys gays, L'Arche, 1er novembre 2013 (ISBN 9782851818133, lire en ligne [archive])
↑ Richard Dyer, Now You See It: Historical Studies on Lesbian and Gay Film (London: Routledge, 1990; 2003, 2nd ed.) (ISBN 0-415-25499-X)
↑ Christopher Isherwood, Christopher and his kind, Farrar, Straus and Giroux, 1976, ISBN 0-8166-3863-2

Voir aussi
Articles connexes

République de Weimar
Condition des femmes sous la République de Weimar
Magnus Hirschfeld
Paragraphe 175
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.atelier-yannistignard.com
yanis la chouette



Nombre de messages : 4284
Localisation : http://yanis.tignard.free.fr
Date d'inscription : 12/11/2005

MessageSujet: Re: A TwistedPath Toward the Origin of DNA et la raison du Libre   Ven 30 Sep à 10:33

L'effondrement de la république de Weimar et l'ascension de Hitler (1929-1933)
Les nouvelles difficultés économiques

À la fin des années 1920, malgré une relative prospérité, l'Allemagne se trouve dans une situation peu stable. Elle est en effet dépendante de l'extérieur sur deux niveaux :

Premièrement, elle a un déficit budgétaire impressionnant (6,5 milliards de dollars) ce qui rend indispensable l'importation de capitaux étrangers pour l'investissement dans l'industrie nationale. De plus, environ 40 % de ces capitaux sont des prêts à court terme aux banques allemandes alors que ces dernières les investissent ensuite dans l'industrie nationale sous forme de crédits à long terme. Si le prêt des capitaux étrangers n'est pas renouvelé, les banques se trouvent donc dans l'impossibilité de rembourser leur dettes ;
Deuxièmement, même si la balance commerciale est déficitaire, l'Allemagne exporte, ce qui la rend dépendante de la conjoncture internationale. Si le commerce mondial diminue, l'économie allemande en souffre.

Or, la crise de 1929 va porter au grand jour les faiblesses de l'économie allemande des années 1920. Dès la fin de 1928, les capitaux provenant de l'étranger, notamment ceux des États-Unis, diminuent. Puis, à partir de 1929, l'affaiblissement du commerce international (provoqué par le ralentissement du commerce américain) se répercute sur le niveau des exportations allemandes qui baissent de 25 % en volume de 1929 à 1932. La Bourse allemande s'effondre, la production industrielle chute de 20 % et le 11 mai 1931, la plus importante banque autrichienne, le Kredit Anstalt, fait faillite.
Échec des politiques économiques et mécontentement général

Le gouvernement allemand doit donc faire face à une situation de panique bancaire, car les Allemands, n'ayant plus confiance dans les institutions bancaires qui sont au bord de la faillite, se ruent vers les banques pour opérer des retraits massifs. La Danatbank, importante institution de crédits, annonce le 12 juillet 1931 l'impossibilité de régler ses paiements. Le lendemain, le gouvernement de Brüning (« Zentrum ») annonce la fermeture temporaire des banques et des caisses d'épargne pour tenter de calmer les esprits.

L'économie allemande plonge dans la récession (baisse de la production et des prix dans l'industrie et dans l'agriculture) et l'État voit donc ses recettes diminuer (baisse de l'activité, donc baisse des prélèvements fiscaux). Face à ces difficultés, le gouvernement opte pour une politique de déflation et de restauration de l'équilibre budgétaire. En mars 1930, le gouvernement de Brüning (« Zentrum ») augmente les impôts sur les entreprises, ce qui déplaît au patronat puis, en septembre 1931, il baisse les salaires, les prix et les loyers (baisse des salaires dans la fonction publique, réduction des allocations chômage et des prestations sociales, etc.). Le gouvernement décide également de limiter les importations afin de limiter l'endettement extérieur.

Cette politique échoue (le chômage atteint six millions de personnes en 1932) et mécontente tous les citoyens. Lors des élections anticipées du 14 septembre 1930, le KPD et surtout le parti nazi réalisent de bons résultats du fait de leur programme qui promettent le plein emploi. Le parti nazi comprend alors 375 000 membres.
Arrivée d'Adolf Hitler au pouvoir

L’historiographie possède plusieurs explications de l’arrivée d’Adolf Hitler au pouvoir. La première thèse est que la crise économique de 1929 est la cause de la prise du pouvoir par le Parti national-socialiste des travailleurs allemands (NSDAP). Cette théorie repose sur le fait qu’avant 1929, le parti nazi était limité à 2,6 % du corps électoral. De plus, Hitler ne trouvait preneur, au commencement de la république, que dans les groupes farouchement anti-communistes et ultranationalistes. Bref, ce n’est qu’avec l’arrivée de la crise qu’Hitler a pu accéder au pouvoir. La situation n’est guère enviable en Allemagne à cette époque ; possédant une industrie dépendante de l’extérieur, la crise entraîne un taux de chômage élevé qui grimpe brutalement entre 1929 et 1932. Les industries du charbon, de l’automobile et de l’acier sont gravement affectées par une baisse de prix et l'accumulation des stocks. Lors de l’hiver 1931-1932, il y avait quatorze millions de chômeurs permanents et partiels. Aux élections, Hitler aurait ainsi obtenu l’appui de toutes ces victimes de la crise. Le milieu des affaires voyait en lui le rempart contre la révolution et la progression du parti communiste, et les grands patrons d’industrie donnaient leur appui à Hitler pour qu’il puisse mettre fin au désordre.

Le gouvernement en place avait alors tenté d’équilibrer le budget du pays, qui faisait face à un déficit depuis 1926, alors qu’une stimulation économique s’avérait nécessaire.

La crise politique interne fournit une deuxième explication à la montée en force du nazisme. Le régime parlementaire en place s’avère incapable d’apporter des solutions à la crise économique, et l’opinion publique aspire à un régime fort. La solution présidentielle ne peut plus exister car il y existe une impossibilité de coalition entre les partis extrémistes, qui représentent 38,4 % des voix lors de l’élection du 14 septembre 1930. Les partis politiques de gauche étaient divisés entre eux par une querelle entre le socialisme et le communisme, représenté par le SPD et le KPD. Le Zentrum ne cherchait pas l’écroulement du régime de Weimar, ce qui lui coûta de nombreux votes.

Le NSDAP a toutefois profité de cette situation. Ce dernier se définit par certains historiens comme un mouvement voulant complètement reformer le Reich qui parvient à rassembler tous les mécontents du régime de Weimar. La propagande répondait aux besoins de la population, rejoignit les nationalistes, rejetait la démocratie et prônait l’abolition du plan Young. Dans les années 1950, Lipset écrivait, au travers de sa théorie « Fascisme du centre », que, sous l’influence de la crise politique et économique, les gens ont délaissé les partis libéraux afin de se tourner vers celui qui proposait une solution. En fait, il avait réussi à réunir toute la droite. Bendix a, plus tard, constaté que l’électorat de Hitler était constitué d’une mobilisation des abstentionnistes ainsi que de l’entrée en scène des jeunes électeurs qui étaient déboussolés et qui n’avaient rien d’autre à faire que de s’occuper dans une mobilisation permanente. En 1980, on avança finalement la thèse que le NSDAP n’était constitué d’aucun profil social d’électeur, qu’il était tout simplement un parti de rassemblement et de protestation du peuple allemand.

Hitler a également exploité des failles de la constitution allemande. En fait, Dyzenhaus mentionne que l’article 48 de celle-ci est à l’origine de la fin du régime, car il permet de se débarrasser légalement d’une opposition démocratique, qui était le parti social-démocrate. Hitler aurait donc réalisé un coup d’État constitutionnel. Cependant, selon Heller, l’interprétation qu’en ont faite les juges fut également remise en question, car ces derniers ne se sont pas basés sur les principes fondamentaux du droit et de la démocratie dans leur interprétation.

Il y eut également une théorie de la « continuité des élites », qui mentionne que l’ancienne noblesse est restée au pouvoir depuis la chute de la monarchie, et n’aurait pas été remplacée par les républicains. Au début, la noblesse fut intégrée au gouvernement par Ebert, car il avait besoin d’eux. Par contre, l’influence de la noblesse a chuté vers la fin de la décennie. Cette dernière s’est donc mise à supporter le nazisme car son pouvoir était menacé par la démocratie parlementaire ; Hitler restait donc le seul espoir aux nobles de retrouver le pouvoir. Cette noblesse n’a pas été un facteur fatal au régime républicain, mais elle a toutefois contribué à le fragiliser.

Les historiens mentionnent aussi qu’il existait au sein du peuple allemand une culture politique imprégnée de principes autoritaires et de tradition anti-démocratique. De toute façon, le nouveau régime n’avait rien fait pour démocratiser l’administration de l’armée et de la justice pour ainsi s’engager dans une vraie démocratie. Il n’existait aucun sentiment d’appartenance ni de fierté chez les citoyens de la république ; au contraire, le Traité de Versailles était associé à celle-ci. Tout au long de la république, le peuple ouvrier s’était désaffecté face à la démocratie et son régime. Cela est donc une autre raison ayant contribué à la prise du pouvoir par Hitler.

Clemenceau, dans son ouvrage Grandeur et misère d'une victoire (1929) souligne l'esprit revanchard[réf. nécessaire] d'une nation née et éduquée dans l'idée de supériorité militaire. Il démontre que cet esprit de revanche et ce réarmement ont commencé dès le lendemain de la défaite de 1918, il souligne la violence des propos des intellectuels allemands qui, après la défaite, continuent de défendre le pangermanisme, l'idée d'une grande Allemagne et de « l'Allemagne au-dessus de tout », il pressent une nouvelle guerre encouragée par la pacification du reste des nations européennes.
La fin de la démocratie
Hitler serrant la main de Hindenburg à Potsdam le 21 mars 1933.

Hitler accepte le poste de chancelier le 30 janvier 1933 à condition de procéder rapidement à de nouvelles élections. Dès le 4 février, certains journaux socialistes et communistes sont interdits. Le 27 février, le bâtiment du Reichstag est incendié par un chômeur communiste néerlandais, peut-être manipulé. Le lendemain, un décret présidentiel, le Reichstagsbrandverordnung, restreint les libertés individuelles.

Hitler accuse les communistes de cet incendie, fait interdire le KPD, suspend la liberté d’opinion (28 février 1933), ce qui permet d’arrêter de nombreux anti-nazis. Malgré le climat de terreur, les élections du 5 mars 1933 ne donnent que 44 % des sièges pour les nazis au Reichstag. Les 81 députés communistes sont arrêtés, ce qui donne au NSDAP la majorité absolue (51 % des sièges, l'effectif total du Reichstag ayant de facto été réduit à 566 sièges, au lieu de 647 auparavant). La « loi du 24 mars 1933 de réparation de la détresse du peuple et du Reich » lui accorde les pleins pouvoirs par 441 voix contre 92.

Le 12 novembre 1933, de nouvelles « élections » au Reichstag sont organisées sur une liste unique ne comportant que des nazis qui sont élus avec 92 % de « oui ». Hitler supprime alors les assemblées dans les Länder et dote l’Allemagne d’une administration centralisée.

Conformément à sa stratégie, Hitler a accédé au pouvoir par la voie légale, sur un programme démagogique et populiste, avec l’aide des partis politiques de la droite et du « Zentrum », comme « rempart » contre le communisme.

Depuis le 14 juillet 1933, le Parti nazi est le seul parti légal ; son emblème et son idéologie sont présents partout. Toute velléité d'opposition est en outre annihilée jusque dans son propre camp à la suite de l'élimination physique — par le meurtre ou l'internement — des personnes susceptibles de s'opposer à Hitler et à ses plus proches partisans : c’est l'épisode de la nuit des Longs Couteaux (du vendredi 29 juin au lundi 2 juillet 1934b) probablement permis car Hitler s'est ainsi attiré les faveurs de l’armée au détriment de la milice nationale-socialiste historique, la SA, trop imposante par ses dimensions. Un mois plus tard, le 2 août, le président Hindenburg meurt mais les élections présidentielles sont remplacées par le plébiscite du 19 août, un bouleversement constitutionnel approuvé par près de 90 % des électeurs : Hitler cumule alors les deux fonctions de président de la République et de chancelier ; il se fait désigner sous le nom de Führer. En vertu du « Führerprinzip », il affirme n'être responsable devant personne.

Dès lors, on parle de Troisième Reich, même si formellement la Constitution de Weimar n'a jamais été abrogée par les nazis.
Notes et références
Notes

↑ N.B. : en langue allemande, la France se dit Frankreich : le mot « Reich » désigne ici un territoire, une terre, un espace unifié en théorie par une langue et des pratiques communes. Ce qui disparaît en 1919 est l'empire colonial allemand, ainsi qu’une partie de la Prusse orientale au profit de la Pologne, entre autres.
↑ Au cours de ces trois nuits et trois jours, au moins une centaine de meurtres sont commis, dont ceux du propre prédécesseur de Hitler au poste de chancelier, Schleicher ainsi que sa femme, du chef de la SA, Ernst Röhm et d’un éminent national-socialiste de la première heure, Gregor Strasser.

Références

↑ (de) Paul von Hindenburg, « Erlaß des Reichspräsidenten über die vorläufige Regelung der Flaggenhissung » [archive], sur documentArchiv.de,‎ 12 mars 1933 (consulté le 25 août 2015)
↑ La république de Weimar (1918–1933) [archive], page en français sur le site du Bundestag.
↑ Pierre Renouvin, Le 11 Novembre, collection Trente journées qui ont fait la France, Gallimard.
↑ Polonais d'Alsace : pratiques patronales et mineurs polonais dans le bassin potassique de Haute-Alsace, 1918-1948, par Yves Frey, aux Presses Universitaires de Franche-Comté, 2003, p. 220 [1] [archive]
↑ Michel Spezial Deutschland, p. 187 (édition de 1993) [catalogue de référencement des timbres allemands]
↑ a et b Wahl, p. 38.
↑ Wahl, p. 41.
↑ a, b, c, d et e Wahl, p. 42.
↑ a, b et c Wahl, p. 43.
↑ Florence Tamagne, « La déportation des homosexuels durant la Seconde Guerre mondiale », Revue d'éthique et de théologie morale, 2/2006, no 239, p. 77-104.

Annexes

Sur les autres projets Wikimedia :

République de Weimar, sur Wikimedia Commons

Bibliographie

Christian Baechler, L’Allemagne de Weimar (1919-1933), Paris, Librairie Arthème Fayard, 2007, 483 p. (ISBN 978-2-21363-347-3).
Sefton Delmer (trad. de l'anglais par F. Didier-Lauber), La République de Weimar, Lausanne, Éditions Rencontre, 1971.
Horst Möller (trad. de l'allemand par Claude Porcell), La République de Weimar, Paris, Tallandier, 2005 (1re éd. 1985), 367 p. (ISBN 2-84734-191-9, présentation en ligne).
(de) Hans Mommsen (2de éd.), Aufstieg und Untergang der Republik von Weimar (1918-1933), Munich, Econ-Ullstein-List-Verlag, 2001 (1re éd. 1988), 742 p. (ISBN 3-54826-581-2, présentation en ligne).
Alfred Wahl, L'Allemagne de 1918 à 1945, Paris, Armand Colin, 1993, 176 p. (ISBN 2-200-21338-7).
(de) Heinrich August Winkler (4e éd.), Weimar 1918-1933: Die Geschichte der ersten deutschen Demokratie, Munich, C.H. Beck, 2005 (1re éd. 1993), 709 p. (ISBN 3-40644-037-1, présentation en ligne).

Articles connexes

Révolution allemande de 1918-1919
Chronologie de la République de Weimar
Chronologie du Troisième Reich
Loi des pleins pouvoirs
Carl Schmitt
Kriegsschuldfrage
État libre du Goulot
Politique étrangère de l'Allemagne
Land de Thuringe
Allemagne 1918

Liens externes

(de) Archive de lois de la république de Weimar sur le serveur documentArchiv
(de) Base de données électorales de la république de Weimar
(fr) Cours sur la République de Weimar [doc]

[masquer]
v · m
Histoire de l'Allemagne
Antiquité

Peuples germaniques Invasions barbares Migrations germaniques

Moyen Âge et époque moderne

Germanie franque Empire carolingien Francie orientale Royaume de Germanie Saint-Empire romain germanique Kleinstaaterei

Époque contemporaine

Confédération du Rhin Confédération germanique Confédération de l'Allemagne du Nord Empire allemand République de Weimar Troisième Reich Depuis 1945 Allemagne de l'Ouest Allemagne de l'Est Réunification Allemagne (réunifiée)

Histoire thématique

Histoire militaire de l'Allemagne Histoire des Juifs en Allemagne

Évolution territoriale
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.atelier-yannistignard.com
yanis la chouette



Nombre de messages : 4284
Localisation : http://yanis.tignard.free.fr
Date d'inscription : 12/11/2005

MessageSujet: Re: A TwistedPath Toward the Origin of DNA et la raison du Libre   Ven 30 Sep à 10:34

Gustav Stresemann (né le 10 mai 1878 à Berlin et mort le 3 octobre 1929 à Berlin) est un homme politique allemand, fondateur et dirigeant du Deutsche Volkspartei, chancelier en 1923 et ministre des Affaires étrangères de 1923 à sa mort. Figure incontournable de la République de Weimar, Gustav Stresemann a permis à l'Allemagne de retrouver un poids diplomatique et économique perdu après la Première Guerre mondiale en mettant en œuvre une politique pragmatique.

Cette politique où les compromis ont eu une large part n'a pas été menée aux dépens de l'Allemagne. À chaque concession allemande a correspondu une avancée soit diplomatique, soit économique. Après avoir jugulé l'hyperinflation qui menaçait l'existence même de l'Allemagne, Stresemann s'est attaqué à d'autres problèmes comme l'occupation de la Ruhr par les armées française et belge, les réparations de guerre ou encore les frontières définies par le traité de Versailles.

Le caractère pragmatique de sa politique lui a attiré beaucoup d'ennemis, et c'est abandonné par une grande partie de la classe politique que Stresemann a dû mener ses combats. Avec Aristide Briand, il a été l'artisan d'un rapprochement franco-allemand et de changements diplomatiques sur le plan européen, ce qui leur a valu à tous les deux le Prix Nobel de la paix. Ce rapprochement a toutefois été arrêté net dans sa lancée à la mort du ministre allemand à l'âge de cinquante et un ans. Avec sa mort, la République de Weimar perd l'un de ses derniers défenseurs.

Gustav Stresemann naît le 10 mai 1878 à Berlin au 66 de la Köpenicker Straße. Son père, Ernst August Stresemann, est cafetier et possède un commerce de bière1, ce qui permet à la famille de vivre de manière relativement aisée. Il est toutefois le seul des cinq enfants (trois autres enfants sont morts en bas âge2) du couple à faire des études3. À seize ans, Gustav Stresemann entre au Andreas Gymnasium. Le peu de temps que lui consacrent ses parents le mène à se plonger dans les livres4. Il est passionné d'histoire et son professeur, M. Wolff, parle « d'un goût presque maladif pour l'histoire »5. Napoléon compte avec Goethe parmi ses personnages historiques préférés. Il publiera d'ailleurs un essai sur ce thème en 1924 : Goethe und Napoleon : ein Vortrag6. La mort de sa mère Mathilde en 1895 affecte beaucoup Stresemann7.

En 1897, il passe le baccalauréat et entre l'année suivante à l'université de Leipzig où il étudie l'histoire, le droit public, le droit international et où il suit des cours de littérature. Influencé par le Dr Martin Kriele8, il suit également des cours de sciences économiques. Jusqu'en mars 1899, il est le rédacteur en chef du journal de l'université : le Allgemeine Deutsche Universitätszeitung. Deux ans plus tard, il est nommé professeur à Leipzig après avoir fait sa thèse sur le développement du commerce de la bière en bouteille à Berlin et analysé le problème des grands magasins, ce qui lui attire les moqueries de ses confrères9. Ce choix montre toutefois le pragmatisme dont Stresemann fera preuve dans le futur. C'est probablement dans le quartier où son père travaillait que Gustav Stresemann a commencé à s'intéresser à l'économie. Ernst Stresemann meurt en 1905, son fils Richard reprend une partie de l'affaire familiale.

Naissance d'un homme politique
Industrie et entrée en politique
Friedrich Naumann

De par ses origines, Stresemann a fortement été influencé par la politique. Son père, fervent admirateur d'Eugen Richter, était libéral. Stresemann rejoint le groupe protestant des libéraux. Friedrich Naumann exerce alors sur lui une grande influence. Pasteur protestant, Naumann prône la réconciliation entre les classes ouvrières et les classes supérieures. Il refuse le nationalisme exacerbé et fonde en 1896 l'Association nationale et sociale. Stresemann écrira à ce sujet :

« Nous ne pouvions aller à la social-démocratie. Tout en nous se hérissait face à son rejet du national et face à la coloration marxiste de son socialisme. Le libéralisme avait perdu toute force d'attraction, il était devenu un libéralisme manchestérien pétrifié chez Eugen Richter et lutte de fractions chez les nationaux-libéraux. [...] Friedrich Naumann vint alors et jeta dans cette époque en gestation, en quête de nouvelles idées, la grande idée de l'union de la monarchie et de la classe ouvrière allemandes. Il donna à ses propositions le contenu social qui manquait alors au libéralisme11. »

Gustav Stresemann fait partie de plusieurs corporations étudiantes dont Neo Germania à Berlin8, Suevia à Leipzig, Normannia à Heidelberg et Palatia à Tübingen. L'aspect social de son engagement politique est très fort12. En 1901, il est assistant de direction dans la fédération des chocolatiers allemands. Il y fait ses premières armes et fonde une usine de sucre libre de tout cartel. Il faut préciser qu'à l'époque, l'économie allemande est sous l'emprise des cartels (BASF, Krupp ou Thyssen par exemple). En 1905, il y a 385 cartels en Allemagne13. Stresemann réussit donc un tour de force. Il écrit à ce propos : « Puisse le gouvernement se garder d'étendre le concept de concentration des entreprises »14. En 1902, Stresemann devient président-directeur général de l'Union des Industriels (Bund der Industriellen) pour la région de Dresde-Bautzen. Le 21 février de la même année, il en devient le syndic. Peu à peu, Stresemann s'assure une position sociale au sein de l'industrie vers laquelle il se tournera de nouveau en 1912 lorsqu'il perdra son mandat de député. Il lie des contacts avec des personnes très influentes comme Albert Ballin, directeur de la compagnie maritime Hamburg-Amerikanische Packetfahrt-Actien-Gesellschaft (HAPAG), et Jacob Riesser, vice-président de la Chambre de commerce de Berlin15.
Ernst Bassermann

En 1903 il entre au Parti Libéral National (Nationalliberale Partei), un parti défendant principalement les intérêts des dirigeants d'industrie. Le 20 octobre 1903 à Berlin, il épouse Käte Kleefeld avec qui il aura deux enfants : Wolfgang né en 1904 et Joachim en 1908. Käte Kleefeld est la fille de l'industriel Adolf Kleefeld, elle jouera dans les années 1920 un grand rôle dans la société berlinoise16. Le couple s'installe dès 1910 au 12 A de la Tauentzienstraße. Ils y resteront jusqu'en 1923. En octobre 1906, Stresemann participe au congrès du parti à Goslar : « Nous vaincrons le pessimisme de la meilleure manière si nous nous raccrochons à nos principes nationaux et libéraux »17. Son intervention est remarquée par Ernst Bassermann, le chef du Parti National Libéral depuis 1904.

Conseiller municipal de Dresde, Stresemann est élu au second tour député de la circonscription Annaberg-Schwazenberg en 1907. Bassermann ayant des ennuis de santé, Stresemann reprend la direction du parti, on l'appelle alors le « dauphin ». Il s'attire les foudres de l'aile droite de son parti en soutenant les mesures sociales. Cette dernière s'opposera à sa réélection à la tête du parti en 1912. Après avoir perdu son siège au Reichstag, Stresemann entreprend plusieurs voyages aux États-Unis et au Canada. En 1912, il participe à un congrès des chambres de commerce organisé à Boston. Les voyages qu'il entreprend avec ses collègues lui permettent de comprendre les mécanismes de production qu'il mettra en œuvre par la suite en Allemagne. L'économie sera l'un des moteurs de sa pensée. Pour lui, les problèmes politiques découlent de problèmes économiques18.
Première Guerre mondiale
Bethmann Hollweg

Lorsque la Première Guerre mondiale éclate, Stresemann n'est pas enrôlé en raison de son mauvais état de santé19. Il a été écarté du service en 1901 à cause de sa maladie de Basedow. Il en profite pour assurer sa position politique. En 1914, il est élu député pour la circonscription Wittmund/Aurich après que Bassermann eut exhorté les membres de son parti à voter pour lui. Stresemann conservera son mandat jusqu'à sa mort. Stresemann est certain que l'Allemagne va sortir vainqueur du conflit. Il soutient les annexionnistes20 et fait preuve d'un nationalisme sans retenue21. Dans un discours du 4 décembre 1914, il déclare : « La victoire de l'Allemagne amènera la paix dans le monde »22. La perspective économique prime encore. Pour lui, l'origine de la guerre est avant tout économique. Membre de la Fédération coloniale allemande (Deutscher Kolonialverein) et de l'Association économique germano-américaine (Deutsch-Amerikanischee-Handelsgesellschaft), Stresemann soutient la politique navale allemande, notamment la guerre sous-marine à outrance23 qui a marqué l'entrée en guerre des États-Unis.

En 1917, il est élu représentant et vice-président des libéraux nationaux au Reichstag, sa position s'affirme, d'autant plus que Bassermann s'est éloigné de la vie politique pour raisons de santé. C'est là que Stresemann essaie d'obtenir une fusion entre les libéraux nationaux et le Parti progressiste allemand. Il tente de se faire enrôler dans l'armée mais sans succès24. Il va surtout essayer d'accélérer la chute du chancelier Bethmann Hollweg, trop faible à ses yeux, en se ralliant à Matthias Erzberger25. Bethmann Hollweg est renvoyé le 14 juillet 1917. Pour Stresemann, « Il n'y a pas de chancelier violé. Un chancelier doit pouvoir s'imposer, s'il ne le peut pas, il doit en tirer les conséquences »26. C'est aussi en 1917 que Stresemann achète le journal Deutsche Stimmen dans lequel il publie ses articles. Il le dirige jusqu'en 1923.

En juin 1918, Stresemann croit encore à la victoire : « Jamais nous n'avons eu moins d'occasion de douter de la victoire allemande que maintenant. Si la victoire est remportée, nous devons l'utiliser pour obtenir les garanties réelles nécessaires »27. L'armée de Ludendorff venait de lancer une offensive victorieuse sur le Chemin des Dames, ouvrant ainsi la route vers Paris pour la seconde fois. Si la victoire des Alliés et l'armistice du 11 novembre 1918 assomment Stresemann, l'abdication de l'empereur est pour lui un plus grand choc encore28. Stresemann est monarchiste dans l'âme. Il avait envoyé un télégramme à l'empereur Guillaume II pour ses soixante ans. On peut également évoquer le fait qu'il s'investira en 1923 pour que le Kronprinz puisse revenir en Allemagne, ce dont ce dernier lui sera très reconnaissant29. Lorsque la République de Weimar est proclamée, le mouvement libéral en Allemagne est profondément divisé30.
Débuts dans la République de Weimar
Gustav Stresemann

La République proclamée le 9 novembre 1918 naît par la révolution qui se déroule dans les rues de Berlin et de nombreuses autres villes. La jeune république doit aussitôt affronter ce qui lui vaudra la haine de beaucoup : la défaite et la signature de l'armistice du 11 novembre. Accusée de trahir l'armée, la République et ceux qui la défendent sont calomniés, en particulier par les extrémistes de droite. (La thématique du « Coup de poignard dans le dos » sera reprise à l'envi par la propagande nazie, par exemple). La République affronte également la révolte spartakiste de Berlin, qu'elle écrase en envoyant l'armée, se mettant à dos les communistes. Le nouveau régime a peu de soutiens dans la classe politique.

C'est dans ce contexte que Stresemann fait ses débuts en tant que dirigeant de parti. Après avoir échoué dans sa tentative de fusion des libéraux à cause de leur division31, rejeté lui-même par eux, Stresemann fonde le Deutsche Volkspartei (DVP), le 15 décembre 1918, un parti qui représente les industriels et dont il devient le dirigeant. Le parti ne s'appuie pas exclusivement sur les industriels mais compte également dans ses rangs des professeurs, des avocats ou encore des hauts fonctionnaires32. Lors des élections au Reichstag de 1919, le DVP obtient 4,4 %.

Comme la plupart des Allemands de l'époque, Stresemann conteste vivement le traité de Versailles. Pour lui, les Allemands sont « traités comme des chiens exclus des peuples de la terre »33. Pour lui, les clauses morales du traité de Versailles sont bien plus dures à supporter que les clauses économiques et territoriales. Bien que Stresemann refuse le traité, il n'est pas prêt à endosser la responsabilité de son rejet car cela aurait conduit inévitablement à la reprise des hostilités.

Le 31 mars 1919, il est contraint de quitter la direction de la fédération des industriels de Saxe. La même année, ses ennuis de santé commencent, il est atteint aux reins34 et fait une première attaque cardiaque35. La sauvegarde et la garantie des intérêts allemands ne peuvent être obtenues qu'en s'appuyant sur la situation du moment. Dès lors, Stresemann se rallie par raison à la république vers le mois de juin 1920 et s'engage dans la Realpolitik, ce que de nombreuses personnes lui reprocheront par la suite36. Sa position changeante lors du putsch de Kapp du 13 mars 1920 lui a nui politiquement37, une leçon qu'il retiendra et qui lui sera utile par la suite lors du séparatisme rhénan. Son futur ministre de la justice Gustav Radbruch dira de lui : « C'était son grand art politique de faire le bien toujours au bon moment, de se laisser instruire par la situation en ne prenant pas en compte ses positions antérieures [...] »38. Aux élections législatives du 6 juin 1920, le parti de Stresemann obtient 13,9 %. Le DVP entre dans le cabinet Fehrenbach qui se forme le 25 juin.

Felix Hirsch évoque les deux difficultés majeures que Stresemann a dû affronter en ce qui concerne son parti. La première concerne les journaux. Le parti n'est pas soutenu par les grands journaux qui se trouvent « dans le camp démocrate ou national-allemand »32. La médiatisation s'en trouve donc affaiblie. Le second problème concerne les finances du parti. Stresemann, qui est responsable du budget du parti, est un très mauvais homme d'affaires39, contractant de nombreuses dettes personnelles pour le parti. À sa mort, le total de ses dettes personnelles s'élève à 625 000 marks39. Si Stresemann doit affronter ces difficultés, il s'ancre toutefois dans la vie politique. Il noue des contacts avec le corps diplomatique comme avec l'ambassadeur du Royaume-Uni en Allemagne Lord D'Abernon avec qui il se lie d'amitié.
Le chancelier des cent jours
Articles détaillés : Cabinet Stresemann I et Cabinet Stresemann II.

L'année 1922 est une année difficile pour l'Allemagne même si le traité de Rapallo brise l'isolement du pays40. D'une part, Walther Rathenau, ministre des Affaires étrangères, est assassiné. Le cabinet Wirth est ébranlé et ne parvient pas à surmonter la crise. D'autre part, Raymond Poincaré arrive au pouvoir en France et son attitude anti-allemande détériore la situation41. La République de Weimar est assaillie de toutes parts. La situation dans la Sarre est critique. Clemenceau avait obtenu lors de la signature du traité de Versailles qu'un Saargebiet soit créé. Ce territoire passe sous administration de la Société des Nations pour quinze ans. La France obtient la propriété des mines de charbon42.

Cette même année de 1922, l'Allemagne doit payer 2 170 milliards de marks dont 720 millions à payer en espèces43. L'Allemagne pense ne pas pouvoir payer ce que l'on exige d'elle, l'inflation est criante. Le 9 janvier 1923, les troupes françaises et belges occupent la Ruhr. Le chancelier Wilhelm Cuno décrète la résistance passive, le sentiment national s'accroît. Dans le même temps, Gustav Stresemann est président de la commission aux Affaires étrangères du Reichstag. Les événements de la Ruhr vont lui ouvrir les voies de la chancellerie. La résistance passive coûte énormément (les salaires, les assurances sociales par exemple sont pris en charge par les finances publiques) et fait chuter la valeur du mark44. Le 12 août 1923, Cuno démissionne. Le lendemain, le nouveau président Friedrich Ebert nomme Stresemann au poste de chancelier. Dans les cent trois jours qui suivront, Stresemann va résoudre la plupart des problèmes du moment.
Occupation de la Ruhr et séparatismes

Stresemann forme un gouvernement de « Grande Coalition »45 où le SPD est présent. L'occupation étrangère laisse éclater les séparatismes qui menacent l'unité du pays. Stresemann doit les combattre, il capitule le 23 septembre en ordonnant la fin de la résistance passive bien qu'il l'ait soutenue auparavant46. Il avait essayé avec l'aide de Lord D'Abernon et de l'ambassadeur français Pierre de Margerie de trouver une entente avec Poincaré au sujet de l'occupation de la Ruhr et des réparations mais rien n'y a fait47. Cet acte lui attirera la haine de la droite nationaliste et en particulier des nationaux-socialistes qui mèneront des campagnes de diffamation contre lui. En Rhénanie plusieurs républiques sont fondées comme la République du Haut-Nassau, la République palatine, ou la République rhénane. Poincaré ne freine pas ces séparatismes, qui selon lui garantissent la paix48. Stresemann a des difficultés à préserver l'unité du pays. En Bavière, les extrémistes de droite mené par Eugen von Knilling décrètent l'état d'urgence. Gustav von Kahr prend alors les pleins pouvoirs. Stresemann demande au président Ebert de proclamer l'état d'urgence mais l'armée en poste en Bavière sous le commandement du général Von Lossow refuse d'obéir aux ordres et soutient Von Kahr49. La Thuringe et la Saxe sont quant à elles aux mains des socialistes et des communistes. Stresemann envoie l'armée en Saxe pour rétablir la situation.

Une autre question de politique intérieure va donner le coup de grâce au premier gouvernement Stresemann : l'impossibilité de traiter la question du temps de travail50. Il s'agit de mettre en place une nouvelle réglementation pour faire face aux enjeux économiques posés entre autres par les réparations que l'Allemagne doit payer. Stresemann et son gouvernement demandent les pleins pouvoirs pour pouvoir mener leur politique sans le parlement : « Le gouvernement du Reich a besoin d'une loi de pleins pouvoirs pour prendre dans le domaine financier, social et économique les mesures nécessaires à la sauvegarde de l'économie »51. Le SPD refuse que la question de la durée du temps de travail soit rattachée à la loi des pleins pouvoirs. Le gouvernement démissionne le 3 octobre 1923.

Le 5 octobre, les partis arrivent à une entente en ce qui concerne la durée du travail qui est maintenue à huit heures en acceptant toutefois des dérogations pour pouvoir faire face aux nouveaux besoins économiques. Le 6 octobre, Stresemann forme son second gouvernement et remet en marche son projet de loi de pleins pouvoirs qui est adopté le 13 octobre52. La Ruhr est toujours occupée. La résistance passive aux Français et aux Belges dégénère jusqu'à des attentats contre leurs troupes. Stresemann ne parvient pas à obtenir de concessions de la part de Raymond Poincaré qui reste intraitable sur le paiement des réparations53. Stresemann, pour relancer le travail dans la Ruhr où le chômage augmente, accepte de laisser la Mission Interalliée de Contrôle des Usines et des Mines (MICUM) négocier avec l'industrie.

La situation ne s'améliore ni en Bavière ni en Saxe. Le 29 octobre 1923, Stresemann décide de destituer les membres du gouvernement de Saxe dont le Ministre-Président Erich Zeigner. Pour la Bavière, il préfère ouvrir des négociations. Stresemann va se trouver dans une situation très inconfortable car les ministres SPD quittent son gouvernement, provoquant la rupture de la coalition. Von Seeckt projette de mettre sur pieds une « dictature légale »54 pour pallier la crise, ce que Stresemann refuse. Il est alors attaqué de toutes parts. Le Putsch de la Brasserie du 8 novembre 1923 à Munich est le point culminant du conflit. Lorsque Stresemann apprend la nouvelle, il se serait exclamé « Finis Germaniae »55. Le putsch vise à renverser le gouvernement, l'affrontement avec la police fait vingt morts dont seize putschistes. Les responsables sont arrêtés, Adolf Hitler est condamné à une peine de prison, Ludendorff est jugé mais non condamné tout comme Von Lossow. Stresemann ressort épuisé de ces événements qu'il a dû affronter abandonné par une partie de ses amis politiques56.
Inflation
Article détaillé : Hyperinflation de la République de Weimar.
Billet de 500 millions de marks

En novembre 1923, l'inflation atteint des records. En 1918, un œuf coûtait 0,25 mark. En novembre 1923, il coûte 80 milliards de marks57. Une livre de beurre coûte 210 milliards de marks43. Les salaires chutent de 30 à 75 %58. La misère s'installe. Même si Stresemann doit lever la résistance passive, donc céder à contrecœur aux Français et aux Belges, il ne perd pas pour autant les intérêts allemands de vue. La situation exige de lui qu'il règle la situation économique du pays avant la situation politique. Stresemann n'aura de cesse de livrer alors contre son parti, qui voit sa politique extérieure comme trop modérée et qui remet en cause la politique d'entente avec la France30, un « incessant combat finalement mortel »59.

Avec la collaboration du Commissaire du Reich aux questions monétaires Hjalmar Schacht, le ministre des Finances Hans Luther crée la Rentenbank le 15 octobre 1923. Le Rentenmark est mis en circulation le 16 novembre. 4,2 billions de marks-papier sont l'équivalent de 4,2 marks-or, soit l'équivalent de 4,2 Rentenmarks60. Cette nouvelle monnaie n'est plus gagée sur l'or comme l'était le Reichsmark mais sur la production agricole et industrielle. La réforme monétaire engagée permet à Stresemann de stabiliser l'économie. Le Rentenmark sera remplacé par le Reichsmark le 30 août 1924. Cela a permis l'investissement des pays étrangers en Allemagne. Cependant, le séparatisme constitue le problème récurrent que Stresemann doit pallier. Entre-temps, le chancelier fait passer quelques mesures comme le contrôle des licenciements arbitraires, la réglementation des contrats de travail ou l'indemnité chômage. La Rhénanie est également au centre des préoccupations de Stresemann.

Bien qu'il ait combattu l'inflation et préservé l'unité du pays, Stresemann est sommé de quitter le pouvoir61 le 23 novembre 1923. Le SPD dépose une motion de défiance la veille. Stresemann dépose une motion de confiance qui lui est refusée par 231 voix contre 15662. On lui reproche ne n'avoir pas traité la Thuringe, la Saxe et la Bavière de la même manière, en n'envoyant pas par exemple l'armée en Bavière. Le président Ebert déclare alors : « Ce qui vous pousse à renverser le chancelier sera oublié dans six semaines, mais vous sentirez les conséquences de votre bêtise dix ans encore »63.
La Kriegsschuldfrage
Article détaillé : Kriegsschuldfrage.

La Kriegsschuldfrage est aussi l'un des thèmes auxquels Stresemann s'est confronté. Au sortir de la guerre, il refuse d'admettre une quelconque responsabilité allemande. Il propage la Dolchstoßlegende selon laquelle l'armée allemande pouvait encore se battre64. S'il accepte par la suite de travailler avec les Alliés, il n'oublie pas les intérêts allemands, matériels et moraux. Le 2 septembre 1923, il prononce un discours à Stuttgart dans lequel il affirme : « Nous pouvons nous soumettre à un jugement impartial en ce qui concerne la responsabilité dans la guerre (il s'agissait aussi des atrocités auxquelles l'armée allemande s'était livrée en Belgique), mais nous devons refuser toute sentence rendue sans écouter l'accusé et pour laquelle les parties sont juges »65. Le 25 octobre suivant, il aborde de nouveau le sujet à La Haye où il souligne la bonne volonté de l'Allemagne qui a ouvert ses archives et qui réclame l'intervention d'une cour de justice internationale66.

Lorsqu'il quittera ses fonctions de chancelier pour endosser celles de ministre des Affaires étrangères, Stresemann continuera à aborder ce thème dans les discours qu'il tiendra. Dans le discours appelé Gambrinusrede qu'il tient le 21 septembre 1926 à Genève, il affirme que l'Allemagne n'est pas le responsable moral de la Première Guerre mondiale : « Quand on nous reproche d'être les responsables moraux de la guerre mondiale, nous disons : nous ne le sommes pas »67. Les mêmes arguments reviennent comme un leitmotiv le 2 octobre 1926 au congrès du DVP à Cologne, le 26 mai 1927 à Stuttgart. Même lorsque les relations internationales sont détendues, Stresemann n'hésite pas à aborder le sujet de la responsabilité dans la guerre. Il est interviewé par le journal Le Matin le 23 septembre 1927 et revient encore sur l'accusation morale faite à l'Allemagne en soulignant que le peuple souffre beaucoup de cette accusation et en mettant l'accent sur la politique de paix mise en place68. Manifestement, il veut ignorer que c'est tout de même le Kaiser Guillaume II, tout puissant empereur, qui a décidé de déclarer la guerre et qu'il l'a fait au nom du peuple allemand, même si celui-ci ne le voulait peut-être pas. Mais l'enthousiasme populaire dans l'Allemagne d'août 1914 reste attachée aux souvenirs des Belges et des Français, ainsi que les ravages de la guerre sur les territoires de ces deux pays, alors que l'Allemagne n'a pas connu de combats et de destructions sur son territoire.
Le ministre des Affaires étrangères

Stresemann avait déjà été ministre des Affaires étrangères alors qu'il était chancelier. Lorsqu'il est nommé à ce même poste le 30 novembre 1923, Stresemann refuse dans un premier temps, son mandat de chancelier l'ayant épuisé69. Il revient sur sa décision peu de temps après. Il entre alors dans le gouvernement de Wilhelm Marx et commence par réformer le ministère en appuyant la réforme d'Edmund Schüler70. La relation entre Marx et Stresemann est qualifiée d'« harmonieuse »69 et Stresemann dispose de l'entière confiance de son chancelier. Ses talents sont très vite reconnus par ses collaborateurs tel Carl von Schubert qui sera son secrétaire jusqu'en 1929. Un autre de ses collaborateurs Herbert von Dirksen dira de lui : « La chaleur humaine de sa personnalité se mélangeait de la manière la plus heureuse avec son intelligence impulsive et son talent à parler... Sous sa main formatrice la matière sèche se transformait en une image totalement différente et peut-être beaucoup plus vivante »71. Après avoir jugulé l'inflation en tant que chancelier, Stresemann va devoir s'attaquer à plusieurs autres grands chantiers : le problème des réparations, le problème de l'isolement diplomatique de l'Allemagne ou encore celui des frontières définies par le traité de Versailles. Les contacts qu'il avait entretenus avec le monde diplomatique vont lui être très précieux. Il compte au rang de ses amis l'ambassadeur britannique Lord D'Abernon, l'ambassadeur français Pierre de Margerie et l'ambassadeur américain Jacob Gould Schurman72.
Le plan Dawes
Charles Gates Dawes

Les réparations que l'Allemagne doit payer à la France et à la Belgique pèsent encore énormément sur le pays, tout comme l'occupation de la Ruhr qui y est liée. Le 30 novembre 1923, la commission chargée des réparations décide de créer une commission d'experts sous la conduite de Charles Dawes73. Stresemann doit alors convaincre que sa politique est la bonne. Ses négociations avec la France et la Belgique sont très rapidement pointées du doigt par ses adversaires. Ce à quoi il répond « Nous ne pouvons faire que la politique d'un peuple désarmé. Celui qui critique la politique de négociation et de conciliation doit dire quelle politique il compte faire à sa place »74. Les élections parlementaires de 1924 vont donner l'occasion aux partis extrêmes et à la DNVP de mener une campagne contre le plan Dawes, ce que Stresemann, de plus en plus malade, va combattre75.

La France et la Belgique acceptent le plan. Une conférence se tient à Londres de juillet à août 1924 au terme de laquelle un traité est signé. La conférence prévoit le recouvrement de la souveraineté allemande sur des territoires comme la Ruhr en en prévoyant l'évacuation des Français et des Belges en 1925. Le plan accepté, il ne reste plus qu'à Stresemann à le faire adopter par le Reichstag. Les communistes et les nationaux allemands le refusent73 mais il est entériné le 30 août. Le Plan Dawes entre en vigueur le 1er septembre, il permet de rééchelonner les paiements des réparations et donc de laisser une marge de manœuvre plus importante à la République de Weimar. La signature de ce traité a été rendue possible par la pression exercée par les États-Unis76 et le travail de Stresemann qui était parvenu à assainir la situation économique allemande avec l'introduction du Rentenmark. Le plan Dawes est l'un des premiers succès allemands en politique extérieure. Pour la première fois après la Première Guerre mondiale, l'Allemagne fait partie d'une négociation internationale. Désormais, l'Allemagne doit payer 1 milliard de marks-or pour l'année 1924 puis le montant doit augmenter jusqu'en 1928 jusqu'à atteindre 2,5 milliards. 55 % des réparations sont à payer en argent, le reste en nature.
Accords de Locarno

Le succès diplomatique du Plan Dawes se poursuit par un autre succès de Stresemann et pas l'un des moindres : la signature des accords de Locarno. Stresemann dira lors des actes de conclusion : « Locarno ne sera pas la fin mais le début d'une période de cohabitation plein de confiance entre les nations »77. La situation politique en Europe s'était apaisée. En France, Poincaré a été remplacé en 1924 par Édouard Herriot qui était assez germanophile. Les accords de Locarno mettent en place le rapprochement de l'Allemagne avec les autres pays européens. Ils trouvent leur origine dans une conversation que Stresemann avait eue avec Lord D'Abernon et Von Schubert à la fin du mois de décembre 192478. Il faut s'imaginer ce que ces accords représentent seulement six ans après une guerre qui a fait des millions de morts. Herriot exprime lui-même ses inquiétudes face à une possible attaque future de l'Allemagne et s'interdit de donner suite au projet. C'est Aristide Briand qui reprend le dossier en lui réservant un bon accueil79. Les négociations juridiques peuvent débuter. En Allemagne, la nouvelle est considérée comme un scandale dans les milieux nationalistes. La DNVP se déchaîne contre Stresemann qui passe pour un traître.
Stresemann, Chamberlain et Briand à Locarno

Du 5 au 16 octobre 1925, Chamberlain, Briand, Stresemann et Luther ainsi que d'autres représentants européens se réunissent à Locarno. L'ambiance est détendue et très amicale80. Les accords sont signés le 16, ils garantissent les frontières occidentales de l'Allemagne, c'est le pacte rhénan. La Ruhr est désormais protégée de toute occupation. L'entrée de l'Allemagne à la Société des Nations est évoquée. Stresemann renonce à l'Alsace-Lorraine, à Eupen et Malmedy. Il aurait aimé pouvoir recouvrer les territoires de l'est. La frontière orientale est en effet au centre de ses préoccupations81. Les accords signés par Stresemann assurent l'invulnérabilité des frontières et non leur intangibilité, ce qui laisse possible une révision des frontières au profit de l'Allemagne, notamment en ce qui concerne le « couloir polonais »82. Pour Stresemann, « le traité doit lancer une nouvelle ère de coopération entre les nations... Puissent les générations suivantes avoir toutes les raisons de commémorer de manière reconnaissante ce jour comme le début d'une nouvelle évolution »83.

Le retour à Berlin est tumultueux. Le chef de la DNVP, Kuno von Westarp, ne valide pas les accords de Locarno qui ne vont pas assez loin selon lui. Une crise gouvernementale se produit, les ministres nationaux-allemands quittent le gouvernement. Hans Luther parvient à éviter le pire en maintenant son gouvernement en place. Stresemann doit affronter de vives critiques, la presse d'extrême-droite va même jusqu'à lancer des appels au meurtre contre lui. Un attentat est déjoué en décembre 192584. Les accords sont finalement signés le 1er décembre 1925 à Londres par Luther et son ministre des Affaires Étrangères.
Rapprochement franco-allemand
Aristide Briand

Le patriotisme de Stresemann aurait pu compromettre le bon déroulement de la signature des traités. Le 7 septembre 1925, il parle en effet dans une lettre adressée au Kronprinz de « finasser »85. Ce mot lui sera souvent reproché et il sera accusé de double langage. Aristide Briand, le ministre des Affaires étrangères français, se lie d'amitié avec Stresemann avec qui il fera progresser le rapprochement franco-allemand. Malgré leurs origines sociales différentes, Briand fait partie de la bourgeoisie, les deux hommes constatent que la paix en Europe dépend des relations entre leurs deux pays. Le 19 août 1929, Stresemann envoie une lettre à Briand dans laquelle il lui écrit : « En prônant l'idée de prestige, beaucoup de malheur est tombé sur le monde »86.

Les deux hommes sont des hommes de compromis, même si Stresemann souligne bien que « chacun d'entre nous appartient tout d'abord à sa patrie, un bon Français, un bon Anglais, un bon Allemand doit être une partie de son peuple, mais chacun doit être également un membre de la famille européenne [...] Nous avons le droit de parler d'une idée européenne... Une communauté de destins nous lie les uns aux autres. Si nous voulons atteindre les sommets nous ne pouvons pas y arriver en nous combattant mais en collaborant »87. Stresemann et Briand sont désormais les « apôtres de la paix »88. Le 10 décembre 1926, les deux hommes reçoivent le prix Nobel de la paix pour les accords de Locarno. Stresemann dit à la tribune : « Nous sommes de la race qui aspire à la lumière dans l'obscurité »89.

Quelques mois auparavant, le 17 septembre 1926, une rencontre secrète entre Stresemann et Briand avait eu lieu dans le village de Thoiry dans l'Ain près de Genève. Stresemann veut régler l'occupation de la Rhénanie, la suppression du service militaire et la restitution de la Sarre90. Briand veut de l'argent en contrepartie, 1 milliard de marks-or91. Stresemann aborde également la question d'Eupen et Malmédy, Briand ne s'y oppose pas92. À l'issue de cette rencontre, connue sous le nom d'accords de Thoiry, Stresemann aurait déclaré « Tout le contentieux France-Allemagne tiendrait dans un verre à liqueur »93. Toutefois, aucune suite n'est donnée au projet. Le gouvernement français estime que Briand a fait de trop grandes concessions et Stresemann n'est pas soutenu par Hans Luther. Briand rejette même l'initiative de Thoiry sur Stresemann pour garder la face devant Poincaré94 que le chancelier allemand voit comme le principal obstacle à sa politique95. Stresemann continuera sa politique à la tribune de la Société des Nations en ayant pour objectif l'évacuation de la Rhénanie. Les deux hommes resteront amis malgré l'échec de Thoiry.
Derniers succès
Stresemann, sa femme Käte (née Kleefeld) et son fils Wolfgang dans l'Hôtel Metropol à Berlin, en 1927.

Stresemann se bat pour que l'Allemagne soit intégrée dans la Société des Nations. Cette intégration constituerait un dernier pas vers l'égalité des droits pour l'Allemagne. « C'est précisément l'article 19 du traité de la Société des Nations qui nous permet de réviser les traités devenus inapplicables. Nous pourrions nous en servir en tant que membre de la Société des Nations »96. Stresemann a un double projet. Il veut non seulement rétablir l'Allemagne dans le prestige dont elle disposait auparavant, mais il veut aussi et surtout réviser le traité de Versailles. Le 8 septembre 1926, l'Allemagne obtient un siège permanent à la SDN et Stresemann y prononce un discours deux jours plus tard. Briand y saluera son ami en criant par trois fois dans la salle « La guerre est finie ! »97. L'entrée à la SDN est très importante pour l'ancien chancelier car elle donne un poids à l'Allemagne pour réviser le traité de Versailles comme il l'a toujours souhaité. Cette entrée avait échoué en mars 1926 après que l'Allemagne avait posé sa candidature le 8 février 192698.

Gustav Stresemann signe le 24 avril 1926 le traité de Berlin entre l’Allemagne et l’URSS. En décembre un protocole avait été signé, il mettait fin au contrôle militaire allié. Le 27 août 1928, le pacte Briand-Kellogg est signé. Il affirme le règlement pacifique des conflits entre les États. La délégation voyage à Paris et Stresemann est même reçu par Poincaré, ce qui aurait été impensable quelques années auparavant. Malade, Stresemann passe les derniers instants de sa vie à régler des problèmes de politique intérieure et à la mise en place du plan Young. Le plan Dawes n'avait rien défini en ce qui concerne le montant définitif des réparations de guerre, un deuxième plan était nécessaire. Grâce au Plan Young la durée des réparations est fixée à 59 années. Stresemann obtient dans le même temps que les troupes françaises évacuent la Rhénanie au 30 juin 1930. Jusqu'à la fin, Stresemann essaie de mener sa politique et continue à exhorter Briand à faire des concessions : « Si Briand ne fait pas de concessions maintenant, je suis fait. Il en viendra un autre. Allez à Nuremberg et voyez Hitler ! »99.
Décès
Cortège funèbre avec le cercueil de Stresemann devant la Brandenburger Tor dans le Pariser Platz, 6 octobre 1929.
Tombe de Stresemann au cimetière de Luisenstadt.

Stresemann ne pourra pas voir les conséquences de ses efforts. Malade depuis avant 1914, hyperactif, il a mené tout au long de sa carrière politique et industrielle une vie très éprouvante physiquement100. À partir de 1927, sa santé n'avait fait que se détériorer. C'est à cette époque qu'il fait part de ses dernières volontés à son secrétaire Henry Bernhard101. Stresemann avait eu une légère attaque cérébrale le 6 août 1928. On diagnostique une artériosclérose. Les maladies s'enchaînent les unes après les autres.

Il meurt d'une autre attaque cérébrale le 3 octobre 1929 à l'âge de cinquante et un ans. De nombreuses personnalités comme le président Paul von Hindenburg prennent part au cortège funèbre qui défile devant le Reichstag avant de faire un arrêt dans le ministère des Affaires étrangères. Stresemann est enterré aux côtés de ses parents au cimetière de Luisenstadt, un quartier de Berlin-Kreuzberg. Avec sa disparition, la République de Weimar perd l'un de ses hommes politiques les plus doués. Elle perd non seulement un homme politique mais elle perd également l'une des seules personnes qui l'a soutenue. La mort de Stresemann et la crise mondiale marquent la fin de la république et de l'idée européenne102. Son secrétaire Carl von Schubert dit au lendemain de sa mort : « L'Auswärtiges Amt perd avec le défunt un chef d'une énergie infatigable et d'une remarquable clarté de vue dans les questions décisives. [...] »103. Six mois plus tard, la grande coalition formée par le SPD, le DDP, le DVP et le Zentrum met en place les cabinets présidentiels qui déboucheront quelques années plus tard sur le mandat de chancelier d'Adolf Hitler.

Peu avant sa mort, Stresemann avait dit au diplomate Albert Bruce Lockhart : « Si les Alliés étaient venus me voir une seule fois, j'aurais eu le peuple derrière moi, oui, encore aujourd'hui je pourrais le faire. Mais ils ne m'ont rien donné et les plus petites concessions qu'ils ont faites sont toujours venues trop tard. Ainsi, il ne nous reste rien d'autre que la violence brute. L'avenir est entre les mains de la nouvelle génération et celle-ci, la jeunesse allemande, que nous aurions pu rallier à nous pour la paix et la reconstruction, nous l'avons perdue. C'est cela ma tragédie et votre crime, à vous les Alliés »104.
Controverse politique
Timbre à l'effigie de Stresemann

Le choix fait par Stresemann d'arriver à la révision du traité de Versailles par le biais d'une politique de rapprochement avec la France a de tout temps fait débat dans le domaine politique comme dans celui de la recherche historique. On peut le qualifier d'Européen de la première heure mais également de nationaliste radical. Ses adversaires conservateurs et nationalistes ont qualifié sa politique de non-allemande et de souple.

Une lettre que Stresemann a envoyée en 1925 à son ami le Kronprinz Guillaume de Prusse apporte une lumière insoupçonnée à son action politique internationale. Il y manifeste le désir d'exercer une certaine politique de puissance et indique agir pour la rectification des frontières orientales. Il revendique en particulier la reprise de Dantzig et de son corridor, ainsi que le rattachement de l'Autriche à l'Allemagne, ces buts ne pouvant être atteints que par l'assurance de la paix avec la France. L'"essentiel", écrit Stresemann105, "est la libération de notre sol […] ; il faut tout d'abord que nos étrangleurs lâchent prise ; c'est pourquoi la politique allemande devra pour commencer suivre la formule que Metternich, je crois, adoptait en Autriche après 1809 : finasser et se dérober aux grandes décisions".

Certains historiens, comme le Français Raymond Poidevin, concluent que Stresemann était un nationaliste remarquablement opportuniste déployant les armes diplomatiques pour tromper les puissances occidentales et faire réviser le traité de Versailles. On a ainsi reproché à Stresemann la sincérité de sa politique étrangère. Cela dit, Stresemann n'a jamais caché le fait que la révision du traité de Versailles était l'un de ses buts. La politique de Stresemann devait déboucher sur des négociations internationales. Basée sur l'économie, cette politique se démarque de celle menée jusqu'alors par l'Empire mais également de celle qu'a menée par la suite Hitler, Stresemann n'ayant jamais mis en œuvre le réarmement de l'Allemagne. Elle a en cela un statut particulier dans l'histoire allemande. Les jugements extrêmes portés à l'encontre de l'ancien chancelier ne tiennent pas compte du fait qu'il s'est toujours tenu à l'écart des extrémismes contre lesquels il a souvent mis en garde. Certaines recherches actuelles relativisent l'importance de la lettre au Kronprinz de 1925 et livrent de Stresemann une image beaucoup plus nuancée. Joseph Rovan dit de lui : « Ses successeurs n'avaient ni son talent, ni son prestige, et ne suscitèrent pas la même confiance chez leurs interlocuteurs »102.
Hommages

La commune de Thoiry a baptisé sa rue principale en 1972 rue Briand-Stresemann.
Un costume porte son nom.
À Berlin, l'ancienne Königgrätzer Straße à Kreuzberg a été rebaptisée Stresemannstraße. De nombreuses autres villes allemandes ont leur rue au nom de l'ancien chancelier : Wiesbaden, Francfort-sur-le-Main, Hambourg, Düsseldorf ou Göttingen.
Un monument en l'honneur de Stresemann a été inauguré dans le parc du château Freienfels à Hollfeld en Bavière.
Une plaque commérant sa vie a été inaugurée à Long Hanborough dans l'Oxfordshire.
En 1975, la RFA met en circulation trois timbres représentant trois prix Nobel de la paix allemands, dont Gustav Stresemann.
La commune de Suresnes (Hauts-de-Seine), dans la seconde tranche de construction de la Cité Jardin réalisée par l'architecte Alexandre Maistrasse de 1927 à 1939, a donné comme nom des nouvelles rues celui de : Rue de Locarno, Boulevard Aristide Briand et Avenue Gustav Stresemann. Et ce, dès l'origine.

Annexe
Articles connexes

Sur les autres projets Wikimedia :

Gustav Stresemann, sur Wikimedia Commons

Chronologie de la République de Weimar
Liste des chanceliers allemands
Kriegsschuldfrage
Politique étrangère de l'Allemagne

Liens externes

Notices d'autoritéVoir et modifier les données sur Wikidata : Fichier d'autorité international virtuel • International Standard Name Identifier • Bibliothèque nationale de France (données) • Système universitaire de documentation • Bibliothèque du Congrès • Gemeinsame Normdatei • Bibliothèque nationale de la Diète • Bibliothèque nationale d'Espagne • WorldCat
Biographie sur le site Nobel
Vidéo des funérailles de Stresemann

Bibliographie et sources
La République de Weimar

(fr) Philippe Bouchet, La République de Weimar, Ellipses, Paris, 1999
(fr) Sandrine Kott, L'Allemagne du XIXe siècle, Hachette, Paris, 1999
(de) Peter Krüger, Die Außenpolitik der Weimarer Republik, Darmstadt, 1972
(fr) Joseph Rovan, Histoire de l'Allemagne des origines à nos jours, Seuil, Paris, 1998

Œuvres de Stresemann

(de) Wirtschaftpolitische Zeitfragen, Dresde, 1911
(de) Michel horch, der Seewind pfeift. Kriegsbetrachtungen von Dr Gustav Stresemann, Reichsverlag, Berlin, 1916
(de) Entstehung der Deutschen Volkspartei, Staatspolitischer Verlag, Berlin, 1919
(de) Die Märzereignisse und die deutsche Volkspartei. Mit Anhang, Staatspolitischer Verlag, Berlin, 1920

Documents de Stresemann

(de) Akten zur Auswärtigen Politik 1918-1945 (ADAP). Serie A 1918-1924, Bd. A Iff., Vandenhoeck & Ruprecht, Göttingen 1982ff.; Serie B 1925-1933, Bd. B Iff., Vandenhoeck & Ruprecht, Göttingen, 1966
(de) Akten der Reichskanzlei Weimarer Republik, Karl Dietrich Erdmann im Auftrag der Historischen Kommission bei der Bayerischen Akademie der Wissenschaften. Die Kabinette Stresemann I und II, 2 Bde., Harald Boldt Verlag, Boppard am Rhein, 1978
(de) Gustav Stresemann, Reden und Schriften. Politik - Geschichte - Literatur 1987 bis 1926, 2 Bd., Carl Reissner Verlag, Dresden, 1926
(de) Gustav Stresemann, Reichstagsreden, Gerhard Zwoch, Verlag AZ Studio Pfattheicher & Reichardt, Bonn, 1972
(de) Gustav Stresemanns Schriften, Arnold Harttung, Berlin Verlag, Berlin 1976
(de) Vermächtnis. Der Nachlaß in drei Bänden, Henry Bernhard, Verlag Ullstein, Berlin, 1932/33
(fr) Gustav Stresemann, Six années de politique allemande - Les papiers de Stresemann (traduction de Henri Bloch et Paul Roques). Bd 1., Paris, 1932

Sur Gustav Stresemann

(de) Georg Arnold, Gustav Stresemann und die Problematik der deutschen Ostgrenzen, Frankfurt am Main, 2000 (ISBN 3-631-36502-0)
(fr) Christian Baechler, Gustav Stresemann (1878-1929). De l’impérialisme à la sécurité collective., Les mondes germaniques, Presses universitaires de Strasbourg, 1996
(de) Manfred Berg, Gustav Stresemann. Eine politische Karriere zwischen Reich und Republik, Göttingen/Zürich, 1992 (ISBN 3-7881-0141-5)
(en) Manfred J. Enssle, Stresemann's Territorial Revisionism, 1980
(de) Theodor Eschenburg/Ulrich Frank-Planitz, Gustav Stresemann. Eine Bildbiographie, Stuttgart 1978 (ISBN 3-4210-1840-5)
(de) Felix Hirsch, Gustav Stresemann 1878/1978, Berlin Verlag, Berlin, 1978
(de) Andreas Körber, Gustav Stresemann als Europäer, Patriot, Wegbereiter und potentieller Verhinderer Hitlers. Historisch-politische Sinnbildungen in der öffentlichen Erinnerung., Hamburg (ISBN 3-89622-032-2)
(de) Eberhard Kolb, Gustav Stresemann, Munich 2003 (ISBN 3-406-480152)
(de) Wolfgang Stresemann, Mein Vater Gustav Stresemann, München, Berlin: Herbig, 1979
(en) Henry Ashby Turner, Stresemann and the politics of the Weimar Republic, Princeton University Press, Princeton, 1963
(en) Jonathan Wright, Gustav Stresemann: Weimar's Greatest Statesman, 2002
http://www.atelier-yannistignard.com
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.atelier-yannistignard.com
yanis la chouette



Nombre de messages : 4284
Localisation : http://yanis.tignard.free.fr
Date d'inscription : 12/11/2005

MessageSujet: Re: A TwistedPath Toward the Origin of DNA et la raison du Libre   Ven 30 Sep à 10:34

Traité sur l'Antarctique
Pour en savoir plus
http://www.un.org/fr/disarmament/index.shtml
Texte du Traité PDF
État du Traité

Traité multilatéral interdisant la militarisation de l'Antarctique.

Le Traité sur l'Antarctique, signé le 1er décembre 1959, est entré en vigueur le 23 juin 1961. Le Traité peut être modifié ou amendé par accord unanime entre les parties contractantes.

Le Traité sur l'Antarctique compte aujourd'hui 42 États parties; le Gouvernement américain est le gouvernement dépositaire.

Cet instrument interdit le déploiement et les essais d'armes de toutes sortes, y compris d'armes nucléaires, dans l'Antarctique. Sont également interdites toutes mesures de caractère militaire comme l'établissement de bases militaires, ainsi que toute explosion nucléaire et l'élimination de déchets radioactifs dans cette région.

Des inspections permettent de vérifier que les dispositions du Traité sur l'Antarctique sont respectées. Toutes les régions de l'Antarctique, y compris les stations, les installations, le matériel s'y trouvant, ainsi que les navires et aéronefs aux points de débarquement et d'embarquement de fret ou de personnel seront accessibles à tout moment à l'inspection aérienne ou sur place.

Les parties contractantes doivent s'informer de l'établissement de nouvelles stations, de toutes les expéditions se dirigeant vers l'Antarctique ou s'y déplaçant, et de leur intention de faire pénétrer dans l'Antarctique du personnel ou du matériel militaires.

Les différends qui ne peuvent être réglés par voie de négociation, de médiation ou d'arbitrage peuvent être portés devant la Cour internationale de Justice.

Sources :

Les termes de la sécurité : un lexique pour la maîtrise des armements, le désarmement et l'instauration de la confiance, Chapitre 6 - Armes nucléaires PDF
Les termes de la sécurité : un lexique pour la maîtrise des armements, le désarmement et l'instauration de la confiance, Chapitre 3 - Les armes classiques PDF
Les termes de la sécurité : un lexique pour la maîtrise des armements, le désarmement et l'instauration de la confiance, Chapitre 5 - Armes chimiques PDF

>> Plus d'informations sur les armes nucléaires, les armes chimiques et les armes classiques

Armes nucléaires

Après des efforts soutenus, la communauté mondiale a conclu de nombreux accords visant à réduire les arsenaux nucléaires, à interdire le déploiement des armes nucléaires dans certaines régions et certains milieux (tels que l'espace extra-atmosphérique ou le fond des mers), à limiter la prolifération de ces armes et à mettre fin aux essais nucléaires. Malgré ces réalisations, les armes nucléaires et leur prolifération demeurent un danger majeur pour la paix et restent au premier plan des préoccupations de la communauté internationale.

Dans ce domaine, les questions d'importance vitale sont notamment les suivantes : nécessité de réduire le nombre des armes nucléaires, maintien de la viabilité du régime de non-prolifération nucléaire, prévention de la mise au point de systèmes de missiles balistiques et de systèmes de défense antimissiles et de leur prolifération.
Armes nucléaires, de quoi s'agit-il?

Les armes nucléaires sont composées de dispositifs explosifs nucléaires et de leurs vecteurs. Les dispositifs explosifs nucléaires utilisent des réactions nucléaires auto-entretenues qui transforment la structure nucléaire des atomes et dégagent une énergie considérable.
Armes nucléaires, armes de destruction massives

Les armes nucléaires peuvent tenter ceux qui cherchent à disposer d'une capacité de destruction massive. Leurs effets étant plus destructeurs et prévisibles que ceux des armes chimiques et biologiques, les armes nucléaires sont considérées comme plus fiables et peut-être même plus crédibles que les autres.

Elles évoquent peut-être aussi une certaine idée de prestige, ce qui peut s'expliquer par la prouesse technologique que représente la maîtrise de ces armes et par le fait qu'elles ont été associées exclusivement aux grandes puissances.

Il existe aujourd'hui cinq puissances nucléaires reconnues :

la Chine,
les États-Unis,
la Fédération de Russie,
la France et
le Royaume-Uni.

Après l'éclatement de l'Union soviétique, plusieurs anciennes républiques soviétiques se retrouvèrent avec des stocks d'armes nucléaires sur leurs territoires. Ces pays ont depuis volontairement renoncé à ces armes.

En 1998, l'Inde et le Pakistan firent la démonstration de leur capacité à fabriquer des armes nucléaires en procédant l'un et l'autre à une série d'explosions nucléaires expérimentales.

Source : Les termes de la sécurité : un lexique pour la maîtrise des armements, le désarmement et l'instauration de la confiance, Chapitre 6 - Armes nucléaires PDF

La science des armes nucléaires
Atomes

Un atome est la plus petite partie d'un élément chimique; son noyau est constitué de protons et de neutrons, appelés collectivement les nucléons. Les réactions nucléaires modifient la structure des nucléons, généralement en absorbant ou en produisant des neutrons.
Fission et fusion

Deux types de réactions nucléaires sont utilisées dans les armes nucléaires : la fission et la fusion.

La réaction de fission fait éclater le noyau des atomes lourds sous l'impact d'un neutron, ce qui a pour effet de libérer d'autres neutrons. L'on parle de réaction en chaîne si un atome réussit à provoquer la fission d'un autre atome à proximité, puis d'un autre et ainsi de suite, libérant une énergie considérable. Il faut pour cela une masse critique. Les dispositifs explosifs nucléaires provoquent une réaction en chaîne pour exploiter l'énergie massive qu'elle génère. La réaction de fission est utilisée dans toutes les armes nucléaires, y compris les armes atomiques et thermonucléaires.
La réaction de fusion nucléaire combine les noyaux de deux isotopes légers pour constituer un nouveau noyau plus lourd. La combinaison des deux isotopes libère une énergie considérable, nettement supérieure à celle possible par des réactions de fission. Pour atteindre les températures extrêmes nécessaires pour réunir les isotopes et réaliser la fusion, il faut une petite réaction initiale de fission. Un dispositif de fusion contient donc une amorce de fission. Si un dispositif de fusion est entouré de matières fertiles, les neutrons libérés par la fusion provoqueront leur fission, engendrant un processus de fission-fusion-fission. C'est le principe même des armes thermonucléaires.

Matières fissiles

Qu'elles utilisent seulement une réaction de fission, ou la fission et la fusion, les armes nucléaires nécessitent des matières fissiles utilisables et une technologie complexe.

Les matières fissiles sont tous les atomes qui peuvent fissionner sous l'impact de neutrons. Pour être utilisées dans des armes nucléaires, les matières fissiles doivent être suffisamment riches pour pouvoir entretenir une réaction en chaîne.

Les matières fissiles utilisées dans les dispositifs explosifs nucléaires sont généralement l'uranium 235 et le plutonium 239. La proportion d'uranium 235 dans l'uranium naturel est de 0,71%. L'uranium enrichi de qualité militaire contient généralement plus de 90% d'uranium 235, même si l'uranium fortement enrichi est souvent défini comme l'uranium enrichi à plus de 20%. Un processus d'enrichissement est donc nécessaire pour obtenir des concentrations d'uranium 235 pour la fabrication d'armes.

À la différence de l'uranium, le plutonium n'existe pas dans la nature en quantités importantes; il doit donc être produit artificiellement. Le plutonium 239 résulte de l'exposition d'atomes d'uranium 238 à un rayonnement de neutrons. La production du plutonium 239 et de l'uranium 235 est difficile et coûteuse; elle nécessite des installations complexes.

D'autres matières fissiles peuvent servir à fabriquer des armes nucléaires: l'uranium 233, l'américium, le neptunium et tous les autres isotopes du plutonium.
Mise au point difficile

La mise au point d'armes nucléaires soulève de grandes difficultés d'ingénierie. Par exemple, pour obtenir une réaction de fission, la matière fissile doit être surcritique. Il est ensuite difficile d'entretenir la réaction de fission car l'énergie considérable dégagée par l'explosion initiale risque de détruire la matière fissile avant que la réaction en chaîne ne s'enclenche. Les essais sont le meilleur moyen de garantir l'efficacité, la fiabilité et la sûreté des armes nucléaires.

La fabrication d'armes nucléaires utilisant la fission, voire la fission et la fusion, est possible sur la base de connaissances purement théoriques. Les essais sont néanmoins indispensables pour mettre au point des systèmes perfectionnés, concevoir de nouvelles armes et adapter les dispositifs explosifs actuels aux nouveaux vecteurs. Les essais d'armes nucléaires permettent d'étudier la performance des différentes composantes de l'arme et du système dans son ensemble. Les dispositifs explosifs nucléaires peuvent être testés sur terre, sous terre, sous l'eau ou dans l'espace.

Lorsque la quantité de matières fissiles reste inférieure à la masse critique l'on parle d'essai sous-critique. À ce jour, les sept pays dont on sait qu'ils ont testé des dispositifs explosifs nucléaires sont : la Chine, les États-Unis, la France, le Royaume-Uni et l'Union soviétique, ainsi que l'Inde et le Pakistan.

Des programmes sophistiqués peuvent être utilisés pour générer des modèles informatiques des dispositifs explosifs nucléaires. La modélisation informatique utilise les données détaillées obtenues lors de nombreux essais réels. Elle est très appréciée des puissances nucléaires établies.
Utilisation et portée

Les dispositifs explosifs nucléaires peuvent être mis dans de nombreux systèmes comme des bombes aériennes, des missiles balistiques ou de croisière, des obus, des mines marines, des torpilles et des mines terrestres.

Les missiles balistiques à longue portée équipés de têtes nucléaires sont appelés armes nucléaires stratégiques. Ils ont généralement pour mission de frapper des cibles loin à l'intérieur d'un territoire ennemi et de mettre rapidement un terme à une guerre. Les armes nucléaires stratégiques ont une portée intercontinentale.
Les armes nucléaires qui doivent être utilisées à proximité, sur le champ de bataille, sont généralement appelées les armes nucléaires tactiques. Leur portée est plus courte que celle des armes nucléaires stratégiques. Elles sont aussi utilisées à des fins différentes puisque leurs objectifs sont les lignes de front et les zones situées derrière afin de gagner des combats locaux.

Les armes nucléaires stratégiques sont de loin la principale composante des arsenaux nucléaires des puissances nucléaires établies. Leur fabrication est difficile et coûteuse et leur nombre a beaucoup diminué depuis la fin de la guerre froide.
Effets dévastateurs

Les explosions d'armes nucléaires provoquent une onde de choc puissante, un rayonnement thermique ainsi qu'un rayonnement initial et résiduel. La puissance absolue et relative de ces différents effets dépend de plusieurs facteurs et notamment de la puissance de l'explosion, de la conception de l'engin, de l'altitude à laquelle se produit l'explosion et, dans une certaine mesure, des conditions météorologiques.

L'effet de souffle de l'explosion nucléaire est, en théorie, proportionnel à sa puissance. En réalité, l'onde de choc interagit avec l'environnement (y compris l'air). Ses effets sont donc influencés par la quantité de matière rencontrée, ce qui dépend en partie de l'altitude de l'explosion.

Quant au degré du rayonnement thermique d'une explosion nucléaire, il est quasiment proportionnel à sa puissance. La progression de l'effet du rayonnement thermique en fonction de la puissance est toutefois beaucoup plus rapide par rapport à celle du souffle d'une explosion. La force du rayonnement initial d'une explosion nucléaire est également proportionnelle à la puissance de l'explosion, mais, comme le rayonnement ionisant diminue relativement vite, son importance par rapport au souffle et au rayonnement thermique diminue rapidement si la puissance de l'explosion augmente. Le rayonnement résiduel se traduit par des retombées radioactives dont la gravité dépend du lieu, de l'altitude et de la puissance de l'explosion.

Les armes nucléaires ont des effets dévastateurs et peuvent être utilisées contre des cibles militaires ou civiles. Elles peuvent être employées au niveau tactique pour anéantir des infrastructures et formations militaires, ou au niveau stratégique pour attaquer les armes nucléaires ainsi que les postes de contrôle et de commandement à l'intérieur d'un territoire ennemi. Les armes nucléaires peuvent aussi servir à raser des villes entières en quelques instants, et ne laisser quasiment aucun survivant. De nombreuses études solidement étayées affirment que les armes nucléaires peuvent infliger des dégâts considérables à la couche d'ozone et déclencher des changements climatiques catastrophiques, connus sous le nom d'hiver nucléaire. Il n'existe pas de défense efficace contre les effets des armes nucléaires et aucune cible ne peut résister à une attaque nucléaire.
Dissuasion nucléaire

En raison de leur puissance destructrice, les armes nucléaires sont considérées comme une catégorie particulière d'armes. Leur apparition a suscité des doctrines militaires spéciales. Une doctrine nucléaire précise les conditions dans lesquelles les armes nucléaires peuvent être utilisées et définit leurs modalités d'emploi. Plusieurs doctrines nucléaires ont été formulées, puis ajustées en fonction des circonstances politiques, militaires et technologiques. Elles ont néanmoins toutes un point commun, à savoir le concept de dissuasion nucléaire.

Fondée sur le principe plus large de dissuasion, à savoir menacer d'un recours à la force pour décourager toute action indésirable, la dissuasion nucléaire menace de recourir à l'arme nucléaire pour dissuader toute attaque militaire et notamment nucléaire. La dissuasion nucléaire se divise en deux grandes catégories de stratégies :

celles qui visent à dissuader toute agression en menaçant d'infliger une riposte dévastatrice, et
celles qui visent à dissuader toute agression en garantissant de priver l'adversaire des capacités lui permettant de réussir une attaque.

Les politiques de dissuasion nucléaire qui reposent sur la menace de représailles sont appelées stratégies contre-valeurs. Citons, par exemple, les politiques de représailles massives et de destruction mutuelle assurée adoptées par les États-Unis dans les années 50 puis 60, et la politique actuelle de dissuasion minimale adoptée par la Chine, la France et le Royaume-Uni.

Quant aux politiques qui visent à priver un adversaire de la possibilité de réussir une attaque nucléaire, elles sont dites stratégies contre-forces. Ce fut le cas de la politique de riposte graduée adoptée par les États-Unis à la fin des années 60 et de la doctrine nucléaire soviétique pendant la guerre froide. Dans le cas d'un face-à-face entre deux pays dotés d'armes nucléaires, les stratégies contre-forces et contre-valeurs impliquent de disposer d'une capacité de riposte pour décourager toute attaque surprise.

Source : Les termes de la sécurité : un lexique pour la maîtrise des armements, le désarmement et l'instauration de la confiance, Chapitre 6 - Armes nucléaires PDF, le 30 septembre 2016, ce rapport a mystérieusement disparu
du site http://www.unidir.org/pdf/articles/pdf-art2618.pdf
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.atelier-yannistignard.com
yanis la chouette



Nombre de messages : 4284
Localisation : http://yanis.tignard.free.fr
Date d'inscription : 12/11/2005

MessageSujet: Re: A TwistedPath Toward the Origin of DNA et la raison du Libre   Ven 30 Sep à 10:35

Abîme - La Voie Lactée
Victor HUGO (1802-1885)

Millions, millions, et millions d'étoiles !
Je suis, dans l'ombre affreuse et sous les sacrés voiles,
La splendide forêt des constellations.
C'est moi qui suis l'amas des yeux et des rayons,
L'épaisseur inouïe et morne des lumières,
Encor tout débordant des effluves premières,
Mon éclatant abîme est votre source à tous.
O les astres d'en bas, je suis si loin de vous
Que mon vaste archipel de splendeurs immobiles,
Que mon tas de soleils n'est, pour vos yeux débiles,
Au fond du ciel, désert lugubre où meurt le bruit,
Qu'un peu de cendre rouge éparse dans la nuit !
Mais, ô globes rampants et lourds, quelle épouvante
Pour qui pénétrerait dans ma lueur vivante,
Pour qui verrait de près mon nuage vermeil !
Chaque point est un astre et chaque astre un soleil.
Autant d'astres, autant d'immensités étranges,
Diverses, s'approchant des démons ou des anges,
Dont les planètes font autant de nations ;
Un groupe d'univers, en proie aux passions,
Tourne autour de chacun de mes soleils de flammes ;
Dans chaque humanité sont des coeurs et des âmes,
Miroirs profonds ouverts à l'oeil universel,
Dans chaque coeur l'amour, dans chaque âme le ciel !
Tout cela naît, meurt, croît, décroît, se multiplie.
La lumière en regorge et l'ombre en est remplie.
Dans le gouffre sous moi, de mon aube éblouis,
Globes, grains de lumière au loin épanouis,
Toi, zodiaque, vous, comètes éperdues,
Tremblants, vous traversez les blêmes étendues,
Et vos bruits sont pareils à de vagues clairons,
Et j'ai plus de soleils que vous de moucherons.
Mon immensité vit, radieuse et féconde.
J'ignore par moments si le reste du monde,
Errant dans quelque coin du morne firmament,
Ne s'évanouit pas dans mon rayonnement.

Les Nébuleuses

A qui donc parles-tu, flocon lointain qui passes ?
A peine entendons-nous ta voix dans les espaces.
Nous ne te distinguons que comme un nimbe obscur
Au coin le plus perdu du plus nocturne azur.
Laisse-nous luire en paix, nous, blancheurs des ténèbres,
Mondes spectres éclos dans les chaos funèbres,
N'ayant ni pôle austral ni pôle boréal :
Nous, les réalités vivant dans l'idéal,
Les univers, d'où sort l'immense essaim des rêves,
Dispersés dans l'éther, cet océan sans grèves
Dont le flot à son bord n'est jamais revenu ;
Nous les créations, îles de l'inconnu !

L'Infini

L'être multiple vit dans mon unité sombre.

Dieu

Je n'aurais qu'à souffler, et tout serait de l'ombre.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.atelier-yannistignard.com
yanis la chouette



Nombre de messages : 4284
Localisation : http://yanis.tignard.free.fr
Date d'inscription : 12/11/2005

MessageSujet: Re: A TwistedPath Toward the Origin of DNA et la raison du Libre   Ven 30 Sep à 10:35

L'irrémédiable
Charles BAUDELAIRE (1821-1867)

I

Une Idée, une Forme, un Être
Parti de l'azur et tombé
Dans un Styx bourbeux et plombé
Où nul oeil du Ciel ne pénètre ;

Un Ange, imprudent voyageur
Qu'a tenté l'amour du difforme,
Au fond d'un cauchemar énorme
Se débattant comme un nageur,

Et luttant, angoisses funèbres !
Contre un gigantesque remous
Qui va chantant comme les fous
Et pirouettant dans les ténèbres ;

Un malheureux ensorcelé
Dans ses tâtonnements futiles,
Pour fuir d'un lieu plein de reptiles,
Cherchant la lumière et la clé ;

Un damné descendant sans lampe,
Au bord d'un gouffre dont l'odeur
Trahit l'humide profondeur,
D'éternels escaliers sans rampe,

Où veillent des monstres visqueux
Dont les larges yeux de phosphore
Font une nuit plus noire encore
Et ne rendent visibles qu'eux ;

Un navire pris dans le pôle,
Comme en un piège de cristal,
Cherchant par quel détroit fatal
Il est tombé dans cette geôle ;

- Emblèmes nets, tableau parfait
D'une fortune irrémédiable,
Qui donne à penser que le Diable
Fait toujours bien tout ce qu'il fait !

II

Tête-à-tête sombre et limpide
Qu'un coeur devenu son miroir !
Puits de Vérité, clair et noir,
Où tremble une étoile livide,

Un phare ironique, infernal,
Flambeau des grâces sataniques,
Soulagement et gloire uniques
- La conscience dans le Mal !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.atelier-yannistignard.com
yanis la chouette



Nombre de messages : 4284
Localisation : http://yanis.tignard.free.fr
Date d'inscription : 12/11/2005

MessageSujet: Re: A TwistedPath Toward the Origin of DNA et la raison du Libre   Ven 30 Sep à 10:36

L'irrémédiable
Charles BAUDELAIRE (1821-1867)

I

Une Idée, une Forme, un Être
Parti de l'azur et tombé
Dans un Styx bourbeux et plombé
Où nul oeil du Ciel ne pénètre ;

Un Ange, imprudent voyageur
Qu'a tenté l'amour du difforme,
Au fond d'un cauchemar énorme
Se débattant comme un nageur,

Et luttant, angoisses funèbres !
Contre un gigantesque remous
Qui va chantant comme les fous
Et pirouettant dans les ténèbres ;

Un malheureux ensorcelé
Dans ses tâtonnements futiles,
Pour fuir d'un lieu plein de reptiles,
Cherchant la lumière et la clé ;

Un damné descendant sans lampe,
Au bord d'un gouffre dont l'odeur
Trahit l'humide profondeur,
D'éternels escaliers sans rampe,

Où veillent des monstres visqueux
Dont les larges yeux de phosphore
Font une nuit plus noire encore
Et ne rendent visibles qu'eux ;

Un navire pris dans le pôle,
Comme en un piège de cristal,
Cherchant par quel détroit fatal
Il est tombé dans cette geôle ;

- Emblèmes nets, tableau parfait
D'une fortune irrémédiable,
Qui donne à penser que le Diable
Fait toujours bien tout ce qu'il fait !

II

Tête-à-tête sombre et limpide
Qu'un coeur devenu son miroir !
Puits de Vérité, clair et noir,
Où tremble une étoile livide,

Un phare ironique, infernal,
Flambeau des grâces sataniques,
Soulagement et gloire uniques
- La conscience dans le Mal !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.atelier-yannistignard.com
yanis la chouette



Nombre de messages : 4284
Localisation : http://yanis.tignard.free.fr
Date d'inscription : 12/11/2005

MessageSujet: Re: A TwistedPath Toward the Origin of DNA et la raison du Libre   Ven 30 Sep à 10:36

CHAPITRE PREMIER
PREMIERS VOLS
Lettre d'Antoine de Saint-Exupéry à Jean Mermoz
https://www.youtube.com/watch?v=zL3_b8t_New


Il y a autre chose dans la vie des pilotes que les raids.
Le grand public ne voit trop souvent dans nos destinées que le heures brillantes, les moments où, après des années de préparation et d’entraînement, une réussite nous jette soudain dans l’éclat de l’actualité.
Notre vie est plus profonde, plus chargée de persévérance, d’efforts sans cesse renouvelés. L’aviation, ce n’est pas le raid. J’en ai accompli plusieurs, et, chaque fois, j’ai mis de mon côté toutes les chances que j’ai pu réunir, mais, aussi consciencieusement que l’on se soit préparé, on n’est jamais certain de l’être absolument.
Un raid ne consiste pas à s’asseoir dans une carlingue d’avion et à ouvrir les gaz qu’on ne refermera plus pendant trois jours. Un raid consiste à mettre au point pendant un an, pendant deux ans, un avion et ses accessoires.
Et encore faut-il avoir appris auparavant pendant de longues années, peu à peu et grâce à un travail quotidien, quelles peuvent être les surprises que réserve le vol, ses aléas et quel en être le remède, par où peut pêcher une machine et aussi l’homme.
Le voyage n’est plus que parachèvement de tout ce travail. Il en est quelquefois, mais non toujours, la récompense. Et pourtant, malgré tant d’incertitudes, encore, on a presque, en partant, une impression, non d’angoisse, mais de repos. Il semble réconfortant, après tant de luttes contre les détails matériels, toujours contre les soucis d’argent, souvent et contre les hommes, quelquefois, de n’avoir plus en face de soi que des orages et des brumes.
On pense: "Je vais partir. Ma réussite ne dépend plus que de mon moteur et de moi-même". Et l’on se sent presque sauvé déjà.
En tout cas, la lutte sera franche. L’adversaire est celui que l’on a rencontré tous les jours dans un métier que l’on connaît bien. On connaît mal le labyrinthe des ministère ou l’âme des amis.
Avant de parler de quelques uns de mes raids, je raconterai simplement ma préparation lointaine : la vie d’un pilote de ligne. Et cette préparation-là, bien des camarades l’ont subie. Et c’est un peu la vie d’une ligne aérienne que je raconterai en revivant mes souvenirs, car ce que j’ai vécu, d’autre l’ont vécu, et, en particulier, mes camarades de l’aéropostale qui ont connu les mêmes épreuves, les mêmes échecs, les mêmes succès.
Ce sont les échecs bien supportés qui donnent le droit de réussir.
Si chacun d’eux vous fait perdre un peu de confiance, ils vous diminuent.
Mais si l’on accepte chacun d’eux comme un enseignement qui vous enrichit, on y gagne chaque fois un peu de science et, aussi étrange que cela paraisse, des motifs plus solides d’espérer ; un ennemi, chaque fois qu’on le méconnaissait , s’est découvert.
C’est la morale que l’on peut tirer, il me semble des expériences que je vais raconter.

A Istres, élève pilote.

Je suis entré dans l’aviation en 1919 après mon baccalauréat. (a)
Je rêvais d’une vie d’aventure et de voyage. La vie moderne autorise les voyages, mais ne procure pas d’aventure. J’hésitai entre diverses voies qui toutes me semblaient mornes et, quand j’ai bien senti que je mourrais d’ennui dans une banque ou dans une usine, je me suis engagé dans un régiment d’aviation avec le désir de devenir pilote. J’ignorais tout des règlements de cette époque. Quand j’ai été bien habillé, ceinturé, casqué, immatriculé, quand j’ai bien su faire demi-tour et éplucher les patates, naïvement j’ai posé ma demande d’élève pilote.
- Vous voulez devenir pilote ? Comme c’est facile: il faut rengager pour quatre ans.
- Ah !...
Et si j’étais radié, plus tard - ça se voyait souvent, - du cours de pilotage ? Et si, pour quatre ans, cette fois, j’allais revenir aux patates et fignoler jusqu'à la distinction mes demi-tours ?
- Oui ou non ?
- Oui...
J’acceptai. Quatre ans de loopings ou seulement de demi-tours : je jouais ma chance.
On m’expédia sur Istres.
J’y passais ma première journée dans une interminable file de bureaux. Je n’ai jamais rien connu, dans ma vie de militaire, d’aussi lugubre. Les bureaux sentaient le moisi, mais l’âme des sergents-fourriers, des magasiniers et des secrétaires le sentaient aussi.
Pourtant derrière ces bâtiments tristes et leur triste population, il y avait la piste : une immense plaine, bordée de hangars et dont j’avais déjà la nostalgie.
La piste sous son aspect paisible était pour moi la porte qui s’ouvrait sur l’aventure.
- Demain vous monterez en piste.
J’étais heureux. En qualité de bleu, on me fit balayer la chambrée, mais je rêvais au lendemain et je balayai avec ivresse.
Le lendemain, je montai en piste.
- L’élève pilote Mermoz ?
- Oui.
Comme il me paraissait bon, au fond, sous son air bourru, cet adjudant corse ! Comme les apparences vous trompent, comme il faut se méfier de ses propres jugements !
- ...Prendrez cette charrette.
- ...Irez ramasser les cailloux. Ça vous fera les pieds.
Je rejoignis un groupe de terrassiers qui travaillaient en côte bleue. Je me demandai ce qui me valait d’être séparé de mes camarades, les élèves. Je ramassai tristement mes cailloux et me hasardai enfin à causer avec des bagnards :
-Où sont les élèves pilotes ?
- Mais ici !
- Où ici ?
- Eh bien ? Et nous ?
- Mais alors... mais alors... on ne vole jamais ?
- Quelquefois...
Il y avait dans ce quelquefois une puissante résignation.
Le lendemain, on me confiait cette pioche
- ...Vous fera les bras.
Maintenant encore, je ne comprend pas.
Je suis heureux de poser enfin tout haut cette question que mille camarades ont posée : »Pourquoi les élèves pilotes d’Istres ont-ils été, pendant plusieurs années, confiés pour dressage à des adjudants corses sortis des bataillons de disciplinaires ? Pourquoi nous faisait-on creuser chaque jour des trous que nous remplissions le lendemain avec les mêmes pierres ? Pourquoi gâchait-on notre jeune enthousiasme à coup de corvées de sanctions ? Pourquoi le jeune pilote était-il considéré par ces terriens comme un malfaiteur à humilier ? »
- Tu veux être bien vu ? Fais toi radier...
Les secrétaires des bureaux étaient presque tous des camarades qui, un jour, avaient renoncé à conquérir si durement leurs ailes.
- Je me suis fait radier, disaient-ils, et maintenant je vis tranquille.
Ils moisissaient doucement pour deux ans, pour quatre, en grattant des papiers jaunâtres, près d’un petit poêle qui fumait.
- J’avais assez de la prison et des cailloux...
Et tous ces jeunes gens étaient rentrés dans la maison avec ferveur, prêts à payer leur beau métier de leur propre vie, généreux jusqu’au bout.
- Maintenant, tu vois, ici, on roupille bien.
Et ils étaient contents.
On les avait détruits.
Ceux qui ne mourraient pas moralement, en prenant, à l’abri des dossiers, une graisse malsaine, mouraient quand même, car les appareils étaient pitoyables : j’ai vu dix-sept élèves se tuer à Istres en trois mois. Il y avait à cette époque-là deux genres de corvées à Istres : les corvées de cailloux et les corvées d’enterrement.
Enfin, un beau jour, après trois mois d’un entraînement irrégulier, je fus «lâché» et, entre une corvée de cailloux et une corvée d’enterrement, je volai seul.
La malchance commençait: Les adjudants corses n’avaient sur les moteurs aucune autorité, on ne met pas les moteurs en prison, et, dès le premier vol, j’eus une panne.
Puis, quelques jours plus tard, je partis «en brevet».
Je m’étais, entre temps, perfectionné dans mon métier de terrassier. Mais les moteurs ne s’étaient pas perfectionnés dans leur métier de moteurs.
Au décollage, à cinquante mètres d’altitude, le mien s’arrêta. Je voulus virer, manquai mon virage et fis une chute.
On me transporta à l’hôpital, allègrement, avec une fracture du tibia et de la mâchoire.
Douze jours plus tard, à moitié remis, je revins.
Je voulais réussir ce maudit brevet.
Je repartais, j’atterrissais à Orange par un violent mistral, et je capotais.
On me permit pourtant de recommencer une dernière fois et j’eus la chance de réussir.

En Syrie

Après deux mois passés en escadrille à Metz, j’obtins de partir pour la Syrie où je fus affecté comme caporal à l’escadrille de Palmyre.
Les aventures tant rêvées commençaient.
Je participais depuis quelque temps aux opérations de l’Euphrate quand je pris feu en vol, à cent cinquante kilomètres en dissidence.
L’atterrissage fut réussi à temps: ni mon mécanicien ni moi ne fûmes brûlés.
Mais, privés d’eau et de vivres par l’incendie de l’appareil, nous n’avions pas d’autres solution pour vivre et échapper aux Druses et à la soif, que de regagner à pied Palmyre.
Nous marchions lentement, mon mécanicien s’étant foulé un pied en sautant de l’avion en feu. Son pied enflait.
Après quatre jours et quatre nuits, nos langues enflaient aussi et pendaient hors de nos bouches.
Nous avions déjà le délire.
Enfin, au trois quart morts de soif, mon mécanicien tomba et je tombai un peu plus loin, à bout de forces. Je reconnu que j’étais parvenu à la piste de Beir-Er-Zoor à Palmyre où un peloton méhariste me ramassa.
Je ne me souviens pas du temps écoulé, à cause de mon délire, mais j’étais tombé au petit jour et, quand on me fit boire, le soleil se couchait déjà. Nous fûmes ramenés enfin, mon compagnon et moi, à Palmyre.
Après un an d’aviation de chasse à Thionville, où je fus affecté à mon retour en France, je renonçai à la carrière militaire et, après quelques mois - les plus durs de ma vie - j’entrai à l’Aéropostale.
Ces quelques mois, je ne voudrais jamais les revivre...

(a) Mermoz est né le 9 décembre 1901 (note de l'éditeur) retour au texte
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.atelier-yannistignard.com
yanis la chouette



Nombre de messages : 4284
Localisation : http://yanis.tignard.free.fr
Date d'inscription : 12/11/2005

MessageSujet: Re: A TwistedPath Toward the Origin of DNA et la raison du Libre   Ven 30 Sep à 10:37

Antoine de Saint-Exupéry parle...New York 1941
https://www.youtube.com/watch?v=httj5qqNHqE
Extraits de l'enregistrement, pour Jean Renoir, d'un projet de film, d'après "Terre des Hommes".

Le courage et la générosité d'un aviateur français. Pierre Constantini Vendredi 12 mars 1937

Dans les jours d'inquiétude et d'équivoque que nous vivons, il n'est pas de meilleure leçon d'optimisme que celle qui nous est donné chaque jour par l'aviation.
Nous vivons grâce à elle une époque merveilleuse. Quand l'âme est attristée par les mesquines batailles des crabes au sol, il suffit pour la réconforter de lever les yeux vers le ciel. Eux au moins nous redonnent la confiance et l'orgueil perdus.
L'imagination la plus hardie y est même souvent dépassée par la réalité.
Voici une aventure qui le prouve, une de ces fulgurantes aventures vécues par Mermoz, dont la vie, décidément, apparaît de plus en plus grande à mesure qu'on la connaît mieux.
J'écrivais récemment en l'évoquant: "Je me souviens d'une gravure La Passagère"qui vers 1910 ornait ma chambre d'étudiant : sur un frêle avion, un pilote, et, derrière le pilote un squelette, l'invisible compagne qui le suit partout, enjambant avec lui le fuselage et s'installant à ses côtés, comme son ombre à chaque départ.
En vol Mermoz, pensif, a dû évoquer parfois l'invisible voyageuse, lui tendant le bleu laurier des airs, par-dessus ses larges épaules.
"Il s'y était accoutumé. Evoquons-le à son poste de pilotage, au-dessus de l'Atlantique, aux premières lueurs du jour. Ses yeux sondaient la mer ou scrutait l'horizon. Le front haut et grave face au soleil...
Le halo de l'hélice brassant les rais lumineux, formait une couronne de Saint de l'Espace à sa tête aux traits rigoureux et doux... "

Un jour là-bas, Almonacid fit venir Mermoz.
"Mermoz, me dit-il de sa voix claire, offrait tant de ressemblance avec un de mes meilleurs pilotes de mon escadrille au groupe Happe: Baron, que son intrépidité ne m'étonna point."
Almonacid guida Mermoz dans ses premières démarches et ses premiers efforts.
Soucieux aussi de créer des pilotes argentins, Almonacid choisit le meilleur parmi ses compatriotes, Figarelli, et le mit à l'école française de la ligne, avec Mermoz. L'élève devint rapidement digne du maître..
On lui confia alors le courrier Argentine-Paraguay.
Au cours d'un trajet par temps couvert, Figarelli s'écrasa contre une montagne..
Les jambes brisées, parmi les flammes, il refusa tout secours en criant farouchement au survivant: "SAUVE LE COURRIER !".
On enterra le pilote argentin en terre paraguayenne, à l'endroit où il était tombé.

Or, un jour, Mermoz demanda à voir Almonacid, chef de ligne à Buenos-Ayres.
- J'ai un service à vous demander.
- Accordé d'avance, répond Almonacid. (Comme il aurait répondu au front à Baron, sachant d'instinct que de tels hommes ne demandent jamais rien pour eux).
Avec son Laté-25, au fuselage étroit, Mermoz prend le cercueil de Figarelli. Ne pouvant le placer dans le fuselage, il l'introduit debout, l'arrima comme il put, et, décollant péniblement l'avion ainsi déséquilibré, réussit à ramener le cadavre de son ami à Buenos-Ayres, sur sa terre natale.
Geste d'héroïsme éternel, comparable à celui du camarade survivant qui bondit à travers mille embûches, pour amener le corps de l'ami tombé dans la bataille.
Imaginez-vous ce long vol dans de telles conditions ?
Mais à quoi bon l'évocation ?
L'imagination -c'est bien prouvé n'est-ce pas?- est dépassée ici par la sobriété stoïque de l'action de la réalité.
Etonnez-vous après de tels actes que le nom de Mermoz, en Amérique du Sud, symbolise le courage et la générosité d'un aviateur français.
Source : Pierre Constantini, (l'Aéro du vendredi 12 mars 1937),






Le père de Jean Mermoz
Source : revue Aéro, 5 mars 1937, Roger Labric. Photos communiquées par M. Mermoz père
Cette semaine, j'ai reçu une visite pour le moins inattendue. On m'a passé une carte et j'ai lu : Jules Mermoz, 1 rue Charles-Delescluze, Paris 11.
Jules Mermoz ? Un parent sans doute du grand pilote disparu, mais qui ?
Un oncle, un cousin ?
Cette carte était bordée de noir, sa gravure était modeste, elle témoignait de quelqu'un de simple et d"effacé. J'ai reçu mon visiteur et la grande tristesse de son visage me frappa aussitôt. Il me dit simplement:
-Je suis son père.
Son père? Pas possible.
J'avais souvenance d'avoir lu un peu partout que Jean Mermoz avait été élevé strictement par sa mère veuve alors qu'il avait à peine quatre ans.
Sous mes yeux d'ailleurs se trouvaient, comme pour me le confirmer l'extrait d'un article paru dans le Journal de la Femme du 19 décembre 1936, intitulé De Mermoz à Maryse Bastié, et aussi la page 21 d'un livre consacré exclusivement au célèbre pilote, au début de laquelle on peut lire cette phrase: " Son père mourut de bonne heure".
M. Jules Mermoz me dit seulement:
- Pour un mort, voyez, monsieur, je suis encore solide, malgré mes 58 ans et toute la peine de ma vie.
Grand, à peine voûté, le visage rude, énergique, avec deux yeux gris bleu, aux reflets d'ardoise du ciel des Ardennes, papa Mermoz rappelle bien son fils. Le même regard perçant, les mêmes plis volontaires dans le visage.
- Mon fils je le voyais souvent, très souvent, jamais il n'oublia son vieux père, et, quelques semaines avant son ultime départ pour Dakar, il vint à Soissons passer trois jours avec moi et nous allâmes pêcher ensemble au bord de l'Aisne.
Je passe sur les questions d'ordre privé qui ont pu entraîner des dissensions au sein d la famille Mermoz, cela ne me regarde pas et ne regarde personne, mais j'affirme, et j'en ai la preuve sous les yeux, que si Jean Mermoz adorait sa mère, une bien digne femme, il vénérait son père.
Deux braves gens que la destinée avait séparés, mais que l'amour pour chacun d'eux de leur fils admirable aurait bien fini par rapprocher.
Le père de Mermoz n'a jamais rien demandé à personne ; d'ailleurs il ne veut rien, sinon qu'on ne l'écarte pas de la mémoire de son fils. Jean disparu, sa vie est finie... Il veut seulement, puisque par la force des choses on est arrivé à parler de lui, qu'on sache bien que durant sa vie, il a fait pour son fils tout ce qu'il devait faire.
Cet homme qui porte presque anonymement le poids d'une douleur immense continue pour vivre ses fonctions d'expert comptable, poste qu'il occupait jusqu'alors à Soissons. Il fut aussi correcteur d'imprimerie.
Les lettres relativement que son fils lui écrivait témoignent de l'affection et du respect que Jean Mermoz avait pour son vieux père. Jules Mermoz n'a plus que cela : des lettres, quelques photos... Pas même un bout de tombe dans un cimetière pour aller s'agenouiller auprès de son gars héroïque à qui l'océan réserva son tragique linceul. Comme je lai dit plus haut, ce père très digne ne veut rien ; il a passé sa vie à s'effacer et il s'effacera encore.
Il demande aux hommes un peu de coeur et de justice, il leur demande de ne pas le faire mourir trop tôt... comme son fils...


Le père est inhumé à Vervins, aux côtés de la tante et de la grand-mère de Jean






Récits d'aventures de Mermoz

L'épopée Atlantique
Mais le principal obstacle restait à vaincre: les 3200 kilomètres d'océan, un interminable vol sans escale. Pourtant l'Atlantique Sud avait déjà été vaincu huit fois. Dès 1922, un équipage portugais avait réussi une traversée avec escales aux îles du Cap-Vert et de Saint-Paul; en 1926 des Espagnols, et en 1927 des Italiens et des Portugais avaient renouvelé cette performance. En octobre 1927, un équipage français, Costes et Le Brix, sur un "Bréguet 19", monomoteur Hispano-Suiza de 600 CV réussissait pour la première fois la traversée sans escale Dakar-Natal. Mais toutes ces traversées ressortissaient encore au domaine de l'exploit sportif: de beaux actes de courage sans lendemain, et que certains payaient de leur vie (de Saint-Roman, Mouneyrès et Petit en 1927). L'Aéropostale voulait mieux. Son but, c'était le service régulier cent pour cent aérien de Paris à Buenos-Aires. Jusqu'à présent et depuis mars 1928, le tronçon Dakar-Natal, seul tributaire des transports de surface, était effectué par des avisos qui accomplissaient la traversée en quatre jours. Il fallait à tout prix se libérer de cette dernière contrainte. Mais pour ces hommes animés jusqu'au fond de leur coeur par ce merveilleux "esprit de la ligne", ce dernier obstacle ne pouvait subsister. Et c'est pourquoi le 12 mai 1930, Mermoz, Dabry et Gimié assuraient pour la première fois la liaison postale entre les deux continents.
Lorsque nous nous sommes envolés, le 12 mai, du fleuve Sénégal, à Saint-Louis, notre hydravion " Latécoère 28 " Hispano-Suiza 650 CV était pourvu de 2.600 litres d'essence et pesait 5.500 kilos. Pour moi, comme pour mes deux compagnons, le navigateur Dabry et le radiotélégraphiste Gimié, dont je tiens à faire un éloge tout particulier, notre tentative semblait devoir réussir sans grand mal. Habitués à voler par tous les temps, le jour et la nuit, à des jours et à des heures déterminés à l'avance, les pilotes de ligne ont acquis un sens de l'air qui leur paraît maintenant tout à fait naturel. C'est si vrai que lorsque nous nous sommes engagés au-dessus de l'Atlantique Sud, après avoir viré au-dessus de Saint - Louis - du - Sénégal, nous n'avons éprouvé aucune émotion et aucune crainte. Pour nous, nous ne faisions qu'accomplir un vol ordinaire. Le bruit du moteur me ravissait. J'avais la joie dans le cœur.
Une heure après l'île de Noronha, Gimié accrocha le poste de Natal, le but ! Devant moi, au-dessus de la ligne d'horizon, se détacha lentement un rocher. L'apparition de la terre, après avoir sillonné l'océan, m'éblouit. Ce fut une minute émouvante, la grande minute de notre randonnée. Je poussai un cri et Dabry et Gimié accoururent. Je n'ouvris pas la bouche. Dabry lança : "Saint-Roques!" Dans un même élan, étroitement solidaires, nous sentîmes la puissance de notre collaboration et éprouvâmes la même ivresse, celle de la victoire. Natal était au-dessous de nous ; je piquais vers la base de L'AEROPOSTALE installée sur le Rio Potingui. Je décrivis une large courbe, fis une "prise de terrain"; l'appareil passa près des chalands, se rapprocha du fleuve et l'amerrissage fut facile. En 21h 15, nous avions amené de Saint - Louis à Natal le courrier qui avait été transporté de Toulouse à Saint-Louis en 24 heures successivement par Beauregard, Emler et Guerrero. Quarante-cinq minutes après notre amerrissage, Vanier repartait de Natal, emportant le courrier pour Rio de Janeiro; Reine le relayait jusqu'à Buenos-Aires et Guillaumet effectuait le dernier parcours jusqu'à Santiago du Chili. La première traversée aérienne postale de l'Atlantique Sud ayant été réalisée, le courrier alla de Toulouse à Santiago-du-Chili -13.400 kilomètres- en 108h. 40 dont 20h. 40 passées en escales.

Conclusion: une page d'histoire était tournée
Les novateurs, les pionniers, les héros allaient s'effacer devant les techniciens, les industriels, les organisateurs. A pas de géant, l'aviation semait sur la planète entière ses terrains d'atterrissage, ses postes émetteurs, ses balises, ses routes, ses services commerciaux, ses agences, ses dispositifs de sécurité, ses centres de contrôle, toute une gamme de tâches spécialisés et de fonctions précises. Rapidement, le hasard et l'aventure laissaient la place à l'ordre et à la méthode. Saint-Exupéry disait: "L'aviation postale a ouvert les routes de l'air comme l'Empire romain avait ouvert les routes terrestres."






Extraits de "Mes vols" de Jean Mermoz
Il avait découvert l’aviation lors de son service militaire, un peu par hasard. A priori, il n’était nullement attiré par cette voie. L’investissement si extraordinaire qu’il en fit semble bien résulter, selon Joseph Kessel, des sensations éprouvées lors des premiers vols, et probablement même lors de son premier vol en solitaire, où il dut d’ailleurs atterrir en vol plané à la suite d’une panne de moteur. (Nous sommes en 1920).


Extraits de "Mes vols" de Jean Mermoz e-book-calameo
Chap1 PREMIERS VOLS
Chap2 J'AI ÉTÉ UN PARIA ...
Chap7 à venir
Chap3 LES DÉBUTS DE L'ATLANTIQUE SUD Chap4 EN AMÉRIQUE DU SUD - DANS LES ANDES
Chap5 LA PREMIÈRE LIAISON POSTALE
Chap6 UN RETOUR DIFFICILE



Liens


La bave du crapaud a poignardé l'hirondelle... "ARC-EN-CIEL" Enfantées davantage par les ailes de la poésie que par celles de la science, les créations de René Couzinet représentent un bel exemple des gâchis de toutes sortes que les survivants de la "der des der", rescapés d'une France exsangue, avaient su concocter dans leurs petites têtes de piaf. Tragiquement, la génération sacrifiée laissa le pays au mains d'une population débousolée qui n'avait rien compris au premier chapitre et qui était très loin d'être capable de pouvoir affronter le second...
http://alain.vassel.pagesperso-orange.fr/arc.htm
COUZINET 71 "ARC-EN-CIEL" Le 28 octobre 1934 Mermoz pose l'Arc-en-Ciel au Bourget après huit traversées de l'Atlantique Sud . Ce sera le dernier vol de l'avion qui, encore modifié en 1935, sera racheté par son constructeur en 1937, pour disparaître à jamais de la scène aéronautique. Triste destin pour cet avion construit en un seul exemplaire, mais qui reste l'inoubliable création de René Couzinet et demeure associé pour toujours à la légende de Mermoz.
http://alain.vassel.pagesperso-orange.fr/arcdoc.htm
Archives
René Couzinet 1904-1956 , bonne documentation & René Couzinet 1904-1956 Jean Mermoz 1901-1936 archives

L'AVIATION ET LES GRANDES LIAISONS TRANSOCÉANIQUES I933. – FRANCE-AMÉRIQUE. MARS

MERMOZ la page du webmaster par Régis Moinier, chronologie &quelques photos, et aussi, and also " Packs of the Hero ", la même choseen français, et aussi A TARDE - Jornal fundado em 1912 por Simões Filho, and also Early Aviation Aeropostale Bond 1927 - 1929 et généalogie Mermoz, Jean Mermoz (1901 - 1936) biographie illustrée par Philippe Ballarini Jean Mermoz nació en Aubenton.... L'hymne de Mermoz Welcome to Mermoz Aéropostale!! Extraits de livres Mes vols, Joseph Kessel, Saint-Exupéry,


Jean Mermoz et ses compagnons - Jean Mermoz y sus compañeros Country : Argentina City : Buenos Aires aérodrome Buenos Aires Jorge Newbery
Maison natale de Jean Mermoz 2 rue du Jeton, Département 02 Aisne Commune : Aubenton
Fresque Jean Mermoz Rue Antoine de Saint Exupéry. Département 13 Bouches-du-Rhône Commune: Marignane
Fresque Mermoz Rue du 11e d'Aviation Département 57 Moselle Commune : Marly
Jean Mermoz Rond-point Jean Mermoz, à la croisée des départementales D147 et D606 Département 69 Rhône Commune: Genas
Buste Mermoz A l'entrée de l'aéroclub. département 74 Haute-Savoie Commune : Meythet aérodrome Annecy Meythet
Ici demeurait Jean Memoz Maison où habitait Jean Mermoz avant son départ pour son dernier et glorieux voyage le 4 décembre 1936.Sur la façade du 3 rue de la cité universitaire. Département 75 Paris Arrondissement : Paris 14ème
Jean Mermoz Département 78 Yvelines Commune : Vélizy-Villacoublay aérodrome Villacoublay Vélizy + BA 107
Jean Mermoz a atterri dans ce champ, en 1932 et 1934 Au croisement de la RN 112 et de la RD 54, dans la zone commerciale. Département 81 Tarn Commune: Bout-du-Pont-de-Larn
Jean Mermoz dans le jardin public derrière l'hôtel de ville. Département 92 Hauts-de-Seine Commune: Neuilly-sur-Seine
Jean Mermoz y sus compañeros - et ses compagnons, Aéroparque Jorge Newbery, Av Rafael Obligado Costanera Pays: Argentine Commune: Buenos Aires, aérodrome Buenos Aires Jorge Newbery (Au pied du monument, trois plaques)
Mermoz ligne France-Amérique ancien aéroport de Casablanca-Anfa, Pays: Maroc Commune: Casablanca
A Jean Mermoz et ses camarades à l'intérieur de la cathédrale de Dakar. Pays: Sénégal
Jean Mermoz et aux victimes de l'Aéropostale Médaillon de Jean Mermoz et liste de noms de victimes de l'Aéropostale. Au croisement de la rue de la Pyrotechnie et de l'Avenue Cheikh Anta Diop (quartier Mermoz Sacré Coeur en se dirigeant vers l'aéroport de DAKAR). Pays: Sénégal
Jean Mermoz Langue de Barbarie Rue DE l'HYDROBASE, en face de l'hotel MERMOZ. Pays: Sénégal Commune: Saint-Louis
Louis Cavailles ; L'Arc en Ciel - René Couzinet ;
Du côté de Villa Biarritz dans le quartier de Punta Carretas, Montevideo
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.atelier-yannistignard.com
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: A TwistedPath Toward the Origin of DNA et la raison du Libre   Aujourd'hui à 16:51

Revenir en haut Aller en bas
 
A TwistedPath Toward the Origin of DNA et la raison du Libre
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Après ça allez-vous continuer à acheter du Chanel?
» Comment mettre un avatar ?
» rideaux enfant pas trop cher...
» Tarte aux pêches
» MONOSPACE CHRYSLER VOYAGER 2,5TD de 1994 SE Luxe

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
La.cinquieme.République :: La.cinquieme.République-
Sauter vers: