La.cinquieme.République

De la politique pure et affaires étrangeres
 
AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  MembresMembres  GroupesGroupes  Connexion  

Partagez | 
 

 Le Clans des Éléphants, Y'becca et mouettes.

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : 1, 2  Suivant
AuteurMessage
yanis la chouette



Nombre de messages : 4322
Localisation : http://yanis.tignard.free.fr
Date d'inscription : 12/11/2005

MessageSujet: Le Clans des Éléphants, Y'becca et mouettes.   Mer 28 Sep à 8:38

L'univers, certains éléments se fracturent, d'autres se regroupent et puis se disloquent. La théorie du chaos soulève le complot en lumière.

Je respecte les baleines et le fait que elles soient un maillon culturelle de la société Inuits. Le trafic de chair de baleine est un crime.

Cloche d'un silence est une clameur invisible à l'ouïe. Elle n'est pas perceptible dans le monde des vivant et elle résonne en mon sommeil.

Monde des réalités est tout aussi fascinant que celui des contes ou autres livres. On dit que l'état n'a pas besoin d'imaginaire. Dommage.

Le politicien qui veut diriger, n'aiment pas l'imaginaire. Ils enlèvent à l'état, sa conscience d'âme et le peuple pleure son existence.

Gouverner dans le tumulte de miséricorde et de misère n'est pas permis aux rêveurs sans diplômes et racines. Il faut une fracture soyeuse.

Les gens gouverne sur l'envie qu'il provoque et cela se mêle à la pitié et la haine: Socrate assassiné par Platon ou Aristote tuant le moi.

La République... Platon doit pleurer du rejet du pauvre par la richesse. Rien à changer et Socrate est mort pour rien. Maudit sommes nous !

Philosophe a tué le rêve du penseur. Et Socrate est redevenu poussière et ces assassins ont conservé leurs patrimoine-richesse. O Republique (Republic).

Platon en voulant entendre sa colère n'a pas entendu la volonté de la mort de Socrate. Socrate était humble et Platon révolté. O République

Je retrouverai une fable daté qui s'appelle le lion et le renard. Le sage trouve fonction pour tous sans être un tyran car il porte un rêve;

Un jour, la liberté, sera que tous, aura évolué dans tous les aspects de l'univers. Libre de mouvements et des richesses. Nous serons là.

Sans chercher l'immortalité, l'étude de la poussière dans l'univers et la gravité nous apprendra sur la vie. La Force devant le cosmos. Hum.

Je n'ai pas pouvoir des chiffres ni celui des signes. J'aime bien Spinoza mais il n'est pas mon gourou. Je suis libre de mes rêves. Humain.

Je suis persuadé que la République est un sentiment noble de l'égalité et de l'existence humaine. Elle nous amènera á l'existence du peuple.

Peuple ne signifie pas être rassemblé autour d'un chef. Peuple s'est la notion d'existence et de soi. C'est l'expression d'être un électron.

L'électron est un composant de la molécule. Le peuple s'est la liberté d'évoluer dans cette évanouie universel qu'est la synthèse de son.

Je tiens à dire que je veux sauvegarder ces propos dans un esprit laïque: L'Univers, la République, La France, L'Existence et L'Égalité.

Si l'univers et son unité évolue tout évoluera pour se recomposer en l'image d'un H devenant He puis se redessinant H2O. C'est la structure.

Dieu est dans son jardin et ne l'oublie pas. On est reçu et nous en avons été chassés. Il agit par hospitalité et il a la dent dure. Marie.

La République s'est notre œuvre. Dieu est un Roi et malgré Babel, nous avons écris une histoire commune et laïque. Je serai toujours libre.

Tel un canari, je me métamorphoserai dans l'oubli de la matière. Je hululerai mon souffle d'étoiles sur les nouvelles générations du peuple.

N’écoutez pas les histoires sur la démence d'un diable envieu"x" de la grandeur de Dieu, ce sont des hommes jaloux du peuple de la République.

L'histoire du jaloux n'est pas résolu et cela est grave car sa méchante cruauté peut devenir crime, viols, tortures et autres insécurité.

Le concept de République est d'entendre et même si parfois la dispute dérive en dispute, pamphlet et processus. La colère l'emporte et ...

De toutes manières, la discussion conduit soi au partage ou la discorde: Marc Antoine, Lépide et Octave sur la tombe de César. Écrit de TAY

Certaines disputes deviennent pièces de théâtre ou comédie musicale. C'est notre carnaval de Venise et nul n'est à l'abri. La Conscience.

Socrate condamné pour Hérésie, provoque l'exil de ces amis et de Platon. Socrate a sauvé la république et dévoilé l'existence: Yahvé, libre.

Le Laïc boit du lait et partage le fruit d'une vigne. Il appelle les candidats pour sa nouvelle récolte ou révolutionnaire action. Élohim.

Le Laïc a construit sa République et pourtant, il a du mal à la faire entendre. Il y a maintenant des attentats sur sa pensée et son sol.

La Justice Laïque est neutre et ne supporte pas la déformation du propre de la croyance donc de Dieu. Quelle religion peut prétendre à cela.

La Justice Laïque est une philosophie qui a suivi le fait de ne pas répondre à la vengeance par la vengeance: Elle a le droit de défense.

Maintenir le service public et la gratuité pour le sociale et la solitude. Faire appel aux dons et secourisme. Voilà mon image de la France.

J'ai au service de santé français et la gratuité des services de pompiers. Les animaux de compagnie sont une grande présence en France.

L'usage d'armes chimiques est bien plus que une abomination. Ceux qui les fabriquent, sont des croques mitaines voué à la damnation du soi.

Cette signature ne signifie que l'aspect de polichinelle. En effet, maintenant c'est notre relation avec la conscience qui aboutira à COP21

Voilà des années que nous avons milité pour aboutir à la signature de la COP 21. Notre Coeur est d'entendre ceux que nous avons mis de coté: Baleines, Éléphants, Mouettes et Humanité.

Ecrit de
TAY
La chouette effraie


Dernière édition par yanis la chouette le Mer 28 Sep à 10:09, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.atelier-yannistignard.com
yanis la chouette



Nombre de messages : 4322
Localisation : http://yanis.tignard.free.fr
Date d'inscription : 12/11/2005

MessageSujet: Re: Le Clans des Éléphants, Y'becca et mouettes.   Mer 28 Sep à 8:38

Καλοκαιρινά πυροτεχνήματα στον κομήτη της Rosetta

28 Σεπτεμβρίου 2016

Οι σύντομες αλλά δυνατές εκρήξεις που έχουν παρατηρηθεί από τον κομήτη 67P/Churyumov–Gerasimenko κατά τη διάρκεια της πιο ενεργής περιόδου του τον τελευταίο χρόνο, έχουν μελετηθεί ως προς την προέλευση τους, πάνω στην επιφάνεια του κομήτη.

Κατά την διάρκεια των τριών μηνών που επικεντρώθηκε γύρω από την κοντινότερη προσέγγιση του κομήτη στον Ήλιο, στις 13 Αυγούστου 2015, η κάμερα της Rosetta απαθανάτισε 34 εκρήξεις.
Οδηγός της δραστηριότητας του κομήτη

Αυτά τα βίαια γεγονότα είναι πιο πάνω από τους συνηθισμένους πίδακες και ροές υλικών, που φαίνονται να «τρέχουν» από τον πυρήνα του κομήτη. Αυτά ξεκινάνε και σταματάνε με ακριβή επαναληψιμότητα από τη μια περιστροφή του κομήτη στην επόμενη, συγχρονισμένα με την άνοδο και πτώση του φωτισμού του Ήλιου.

Σε αντίθεση, οι εκρήξεις είναι πολύ περισσότερο φωτεινές από τους συνηθισμένους πίδακες -ξαφνικές, σύντομες, ταχύτατες εκπομπές σκόνης. Οι εκρήξεις απεικονίζονται συνήθως σε μία μόνο εικόνα, δείχνοντας ότι έχουν διάρκεια ζωής λιγότερη από το διάστημα μεταξύ δύο διαδοχικών εικόνων – συνήθως 5 έως 30 λεπτά.

Μία τυπική έκρηξη θεωρείται ότι απελευθερώνει 60-260 τόνους υλικού σε αυτά τα λίγα λεπτά.

Κατά μέσο όρο, οι εκρήξεις γύρω από την κοντινότερη προσέγγιση στον Ήλιο συμβαίνουν μία φορά κάθε 30 ώρες – περίπου 2.4 περιστροφές του κομήτη. Κρίνοντας από την εμφάνιση της ροής της σκόνης, οι εκρήξεις μπορούν να χωριστούν σε τρεις κατηγορίες.

Ένας τύπος εκρήξεων σχετίζεται με έναν μακρύ, στενό πίδακα εκτεινόμενο μακριά από τον πυρήνα, ενώ ο δεύτερος περιλαμβάνει μια ευρεία, πλατιά βάση που απλώνεται πιο κοντά στον πυρήνα. Η τρίτη κατηγορία είναι ένα σύνθετο υβρίδιο των άλλων δύο.

"Καθώς οποιαδήποτε έκρηξη έχει μικρή διάρκεια ζωής και απαθανατίζεται σε μία μόνο εικόνα, δεν μπορούμε να πούμε αν η εικόνα τραβήχτηκε αμέσως πριν ξεκινήσει η έναρξη, ή αργότερα κατά την διαδικασία της έκρηξης", τονίζει ο Jean-Baptiste Vincent, κύριος συγγραφέας της εργασίας που δημοσιεύτηκε στις 23 Σεπτεμβρίου στο ερευνητικό περιοδικό Monthly Notices of the Astronomical Society.

"Σαν αποτέλεσμα, δεν μπορούμε να ξέρουμε αν αυτοί οι τρεις τύποι έκρηξης σχήματος «λοφίου» αντιστοιχούν σε διαφορετικούς μηχανισμούς, ή απλά σε διαφορετικά στάδια μίας μοναδικής διαδικασίας."

"Αλλά αν μία μόνο διαδικασία λαμβάνει μέρος, τότε η λογική ακολουθία εξέλιξης είναι ότι, αρχικά ένας μακρύς, στενός πίδακας σκόνης εκτοξεύεται με μεγάλη ταχύτητα, πιθανότατα από ένα περιορισμένο χώρο."

“Έπειτα, όσο η τοπική επιφάνεια γύρω από το σημείο εξόδου μεταβάλλεται, ένα μεγαλύτερο μέρος από νέο υλικό αποκαλύπτεται, εκτείνοντας τη «βάση» του λοφίου»."

"Τέλος, όταν η περιοχή της πηγής έχει αλλάξει τόσο όσο να μην μπορεί πια να υποστηρίξει τον στενό πίδακα, μόνο ένα ευρύ λοφίο επιβιώνει."
Πηγές καλοκαιρινών εκρήξεων

Η άλλη ερώτηση-κλειδί είναι πώς πυροδοτούνται αυτές οι εκρήξεις.

Η ομάδα ανακάλυψε ότι μόνο τα μισά από τα γεγονότα συνέβησαν σε περιοχές που αντιστοιχούν στις πρώτες πρωινές ώρες, καθώς ο Ήλιος ξεκίνησε να ζεσταίνει την επιφάνεια μετά από πολλές ώρες στο σκοτάδι.

Η ταχύτατη αλλαγή στην τοπική θερμοκρασία θεωρείται ότι πυροδοτεί θερμικές πιέσεις στην επιφάνεια που μπορεί να οδηγήσουν σε μια ξαφνική ρωγμή και αποκάλυψη ασταθούς υλικού. Αυτό το υλικό θερμαίνεται αρκετά γρήγορα και ατμοποιείται εκρηκτικά.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.atelier-yannistignard.com
yanis la chouette



Nombre de messages : 4322
Localisation : http://yanis.tignard.free.fr
Date d'inscription : 12/11/2005

MessageSujet: Re: Le Clans des Éléphants, Y'becca et mouettes.   Mer 28 Sep à 8:39

Toulouse, le 13 Septembre 2016

"Lettre vers tous les Croyants, les Laics, les Athées et Indiférents sans distinction de sexes et d'appartenance"

"A travers l'histoire, il y a tout ces regards qui porte sur l'espérance d'une terre bénite où résonne la paix et l'harmonie si désireuse dans le cœur de l'Homme. Certains ont construit et d'autres ont détruit... Les Femmes n'eurent pas dans un premier temps à se soucier de leur image, telle des lionnes, elles étaient libre de se soumettre ou de se dérober à l'acte naturel de la Nature et de ses lois. Mais voilà; nous avons voulu une femme unique dans sa présentation et son comportement: La diversité lui fut enlevé et l'Homme perdit son statut d'être suprême de Dieu. Les Hyènes, les lions et les Éléphants devint les inspirateurs de l'évolution humaine, plus nous apprenons à observer ce qui reste de sauvage dans la nature, nous voyions que nous avons voulu supprimer ces codes d'honneurs... Ce qui était preuve de charité fut transformé en faiblesse ! Le lion qui élevait les fils de ses frères, ce lion là fut tué par les Hommes et ceux qui prirent sa défense furent exilés du cœur des femmes... On les transforma pour les soustraire à leurs regards... Trouvé vous cela juste mesdames d'être puni pour un acte de bonté à l'égard de ce lion qui adopta les orphelins de ces crimes et qui honoré les dettes des Dames Lionnes à l'égard de Yahvé, Dieu, Allah, Vishnou ou Éternel est l’Éternel. Oui malgré mon sens laïque, je crois au courage de la Charité et de la Valeur malgré tout j'ai perdu ma naïveté devant le Lâche, le Traitre, l’Envieux et la Haine. J'aime le regard tel le lion qui protège son territoire, Sa Lionne et Son Peuple et qui n'ose pas cacher son admiration devant les singes et les éléphants imprégné de sagesse et de Bonté... Le Courage de la Girafe, la Hargne de la Hyène, l'endurance du Serpent, la moquerie du Scorpion et les enseignements de la Mouche. Les Mouches indiquent l'eau et sont des reversoirs aussi utile que le Chameau et le Cheval... Les hirondelles qui faisait sourire les Femmes et les Enfants; Et malgré la Cruauté du Temps, il y avait toujours une place pour la valeur du Courage et du charitable... Voilà à partir de quoi et selon les percepts de Gordon Pacha et l’Enseignement de l’Écoute du Temps et de La Nature nous pouvons reconstruire Alep, Petra et tous ces Oasis qui faisait les charmes de nos querelles de Commerçants, de Patriarches et de Familles. Nous ne pourrons jamais éviter des querelles ou des discordes de Voisinages, mais Sauvegarder Notre Honneur, ça sera mon premier engagement d'Homme contre l'Esclavage, le Viol, la Torture, La Faim, La soif et pour l'équilibre, le partage, la manifestation, l'égalité, de réunion et de gréve."

Ecrit de
TAY
La chouette effraie.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.atelier-yannistignard.com
yanis la chouette



Nombre de messages : 4322
Localisation : http://yanis.tignard.free.fr
Date d'inscription : 12/11/2005

MessageSujet: Re: Le Clans des Éléphants, Y'becca et mouettes.   Mer 28 Sep à 8:39

Syrie: les quartiers rebelles d'Alep totalement assiégés par l'armée

L'armée syrienne assiège désormais "complètement" les quartiers rebelles de la ville d'Alep (nord) après avoir pris dimanche le contrôle de la dernière route permettant de les ravitailler, faisant craindre un désastre humanitaire.

La reprise de cette route, dite du Castello, était l'une des priorités du régime de Bachar al-Assad. Elle lui permet d'isoler les insurgés qui contrôlent la moitié de la deuxième ville du pays depuis 2012.

Quelque 300.000 personnes, selon l'ONU, vivent dans des conditions de plus en plus précaires dans les quartiers rebelles de l'est, totalement coupés des quartiers de l'ouest aux mains du pouvoir.

Après des semaines de combats, "les combattants du régime sont désormais sur la route du Castello" située au nord-ouest d'Alep, a indiqué Rami Abdel Rahmane, directeur de l'Observatoire syrien des droits de l'Homme (OSDH). Ils l'ont "totalement coupée", et de ce fait, "les quartiers de l'est sont complètement assiégés".

La route du Castello restait le dernier axe que pouvaient emprunter hommes et marchandises pour entrer ou sortir des quartiers rebelles, notamment vers la Turquie.

Le 7 juillet, les forces prorégime avaient réussi à prendre position à moins de 500 mètres de la route, étant ainsi capables de tirer sur toute personne ou tout véhicule l'empruntant.

Un combattant rebelle a confirmé dimanche à l'AFP qu'"Alep était dorénavant à 100% assiégée". "L'armée a atteint la route et a même arrêté un groupe de civils qui s'y trouvaient", a-t-il indiqué, précisant qu'elle avait également placé des sacs de sables en guise de barrières.

Un correspondant de l'AFP présent dans les quartiers rebelles a pour sa part indiqué qu'au moins six frappes aériennes avaient visé l'est d'Alep après cette dernière avancée des combattants du régime.

Selon l'OSDH, au moins 16 combattants rebelles ont été tués dimanche lors de l'avancée des troupes loyalistes au président Assad. Par ailleurs, six civils ont été tués dans des raids aériens sur des quartiers rebelles, a ajouté l'Observatoire.

Des activistes d'Alep ont pour leur part exhorté sur Facebook les civils à se tenir éloignés de la route du Castello où ils pourraient être arrêtés ou blessés.

- Affamés -

Selon les Nations unies, près de 600.000 personnes vivent dans des zones assiégées en Syrie, dans la plupart des cas par le régime, sans accès à la nourriture ni à une aide médicale.

Si les quartiers est d'Alep ne sont pas encore définis comme "assiégés" par l'ONU, cette dernière s'est déclarée "très inquiète de l'escalade de la violence" à Alep qui "met en danger des centaines de milliers de personnes". Elle a appelé cette semaine "toutes les parties à autoriser la livraison de l'aide humanitaire" et à "l'évacuation des civils qui le désirent".

Dans un communiqué, le Bureau de coordination des Affaires humanitaires de l'ONU (Ocha) a fait état d'une situation "particulièrement inquiétante en raison de la forte concentration d'habitants dans cette zone".

Les habitants des quartiers rebelles ressentaient les effets du siège -pénuries, flambée des prix, fermeture des boulangeries faute de farine et de mazout- avant même la prise de contrôle de la route du Castello dimanche.

"En l'absence d'accès au monde extérieur, l'apparition de cas de famine n'est qu'une question de temps", a mis en garde dimanche "the Syria campaign", un groupe militant pour une Syrie démocratique.

Aux pénuries s'ajoutent les bombardements qui se sont intensifiés ces dernières semaines. Samedi, au moins 28 civils dont des enfants ont été tués dans des raids aériens sur les quartiers rebelles, selon l'Observatoire. Les rebelles ont riposté par des tirs de roquettes sur les secteurs ouest de la ville, tuant quatre personnes, toujours selon l'OSDH.

Alors que la régime resserre son étau sur Alep, l'envoyé spécial de l'ONU pour la Syrie, Staffan de Mistura, a récemment annoncé vouloir reprendre les négociations de paix en août. Deux sessions de pourparlers inter-syriens se sont tenues à Genève sous l'égide des Nations unies depuis le début de l'année, sans avancée majeure.

La guerre en Syrie a début en mars 2011 après la répression sanglante par le régime de Bachar al-Assad de manifestations réclamant démocratie et liberté d'expression. Elle s'est ensuite transformée en un conflit complexe impliquant acteurs syriens, régionaux et internationaux ainsi que des groupes jihadistes et a fait plus de 280.000 morts.

Réunis vendredi à Moscou, les chefs de la diplomatie russe et américaine, Sergueï Lavrov et John Kerry, se sont mis d'accord pour une coopération accrue en Syrie, notamment pour combattre les jihadistes.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.atelier-yannistignard.com
yanis la chouette



Nombre de messages : 4322
Localisation : http://yanis.tignard.free.fr
Date d'inscription : 12/11/2005

MessageSujet: Re: Le Clans des Éléphants, Y'becca et mouettes.   Mer 28 Sep à 8:40

Neuf ans de prison pour avoir détruit les mausolées de Tombouctou



La cour pénale internationale a reconnu, mardi 27 septembre, le djihadiste malien Ahmad Al Faqi Al Mahdi coupable du saccage de mausolées à l’issue du premier procès international sur la destruction de monuments historiques et religieux.
Manuscrit sauvé des destructions de Tombouctou.
ZOOM

Manuscrit sauvé des destructions de Tombouctou. / Benoit Tessier/Reuters

Le djihadiste malien Ahmad Al Faqi Al Mahdi a été condamné mardi 27 septembre à La Haye, aux Pays-Bas, à neuf années de détention par la Cour pénale internationale (CPI). Les trois juges de la chambre de première instance VIII l’ont reconnu coupable de la destruction au début de l’été 2012 à Tombouctou de neuf mausolées et d’une mosquée classés au patrimoine mondial de l’Unesco.

La CPI a ainsi pour la première fois jugé une affaire de destruction intentionnelle de monuments historiques et religieux qualifiés de crimes de guerre.

> À lire : Pourquoi la destruction des monuments est-elle un crime ?

Le Touareg Ahmad Al Mahdi a été l’un des personnages clés au moment de l’occupation de Tombouctou et du contrôle du nord du Mali par les groupes djihadistes au cours de l’année 2012 avant que ces derniers n’en soient en partie chassés par une intervention internationale déclenchée en janvier 2013 par la France.
Il a semé la terreur à Tombouctou

Il était l’un des membres d’Ansar Eddine, un mouvement associé à Al-Qaida au Maghreb islamique (Aqmi). C’est lui qui aurait dirigé au cours de l’été 2012 la « Hesbah », l’instance chargée de promouvoir la vertu et de prévenir le vice, créée en avril 2012 et qui fit à ce titre régner la terreur sur la ville.

> À lire : Le destructeur de la mémoire de Tombouctou devant la justice

Il avait été remis à la CPI en septembre 2015. Son procès qui s’est tenu du 22 au 24 août a été très rapide car Ahmad Al Mahdi a plaidé coupable dès son ouverture.
Il plaide coupable et obtient des circonstances atténuantes

Il avait alors demandé pardon à son peuple, assurant être « plein de remords et de regrets » et avait appelé les musulmans du monde entier à résister « à ce genre d’actions ». Il s’était justifié en se disant « sous l’emprise » de groupes djihadistes.

Sa reconnaissance de sa culpabilité et son empathie pour les victimes lui ont valu la reconnaissance de circonstances atténuantes de la part des juges.
Le patrimoine a un rôle dans la « consolidation de la paix », fait valoir l’Unesco

Cette décision de la CPI est « une étape historique dans la reconnaissance de l’importance du patrimoine pour les communautés qui l’ont préservé au fil des siècles et au-delà, pour l’humanité tout entière.

« Cette décision renforce la conviction de l’Unesco sur le rôle majeur du patrimoine comme moteur de reconstruction et de consolidation de la paix », a déclaré la Directrice générale de l’Unesco, Irina Bokova à l’issue du verdict. L’Unesco avait saisi la CPI après les destructions dès 2012.
Des crimes contre l’humanité restés impunis

Les organisations des droits de l’homme ont, elles, déploré le fait que les charges de crimes contre l’humanité n’aient pas été pris en compte, la « Hesbah » ayant perpétré des actes de torture, des viols et la mise en esclavage de femmes de Tombouctou.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.atelier-yannistignard.com
yanis la chouette



Nombre de messages : 4322
Localisation : http://yanis.tignard.free.fr
Date d'inscription : 12/11/2005

MessageSujet: Re: Le Clans des Éléphants, Y'becca et mouettes.   Mer 28 Sep à 8:40

Tombouctou : « Les crimes contre les personnes n’ont toujours pas été jugés »

Recueilli par Benjamin Pietrapiana, le 27/09/2016 à 12h54

Envoyer par email

0 0

Les juges de la Cour pénale internationale (CPI) ont reconnu mardi 27 septembre lors d’un verdict historique le djihadiste malien Ahmad Al Faqi Al Mahdi coupable de la destruction de mausolées protégés à Tombouctou et l’ont condamné à neuf ans de détention.

Florent Geel, responsable du bureau Afrique de la Fédération internationale des droits de l’homme (FIDH), déplore que les crimes sexuels commis au même moment aient été omis des charges d’accusation.
Des femmes et les jeunes filles portent le voile pour se conformer aux diktats du groupe islamiste Ansar Dine, à Tombouctou, au Mali, en août 2012.
ZOOM

Des femmes et les jeunes filles portent le voile pour se conformer aux diktats du groupe islamiste Ansar Dine, à Tombouctou, au Mali, en août 2012. / STR/AP

La Croix : Que reprochez-vous à Ahmad Al Faqi Al Mahdi ?

Florent Geel : Viols, à l’occasion collectifs et esclavage sexuel : voilà ce dont on accuse Ahmad Al Faqi Al Mahdi, dit Abou Tourab, et sa bande.

Nous avons déposé une plainte devant la justice malienne le 6 mars 2015 après des enquêtes menées en février 2015. Nous démontrons qu’Abou Tourab, en tant que chef de la brigade des mœurs, puis brièvement, chef de la police islamique, a harcelé des femmes de Tombouctou et parfois emprisonnées celles-ci.

Parce qu’elles discutaient avec des hommes avec qui elles n’étaient pas mariées, pour leur tenue ou leurs cheveux détachés… Des moments de réclusions pendant lesquels il leur est arrivé de subir des agressions sexuelles, et, plus rarement, des viols collectifs dans l’enceinte même de la prison.

Nous avons recueilli une cinquantaine de témoignages – 33 personnes ont souhaité déposer plainte – et de nombreuses preuves, comme des certificats qui attestent de ces mariages forcés derrière lesquels il y a aussi eu des viols, par moments collectifs. Des combattants et des membres de la police islamique ont marié des femmes de force devant le juge islamique et certains témoignages rapportent des sévices sexuels qui ont duré 3 mois, pendant toute l’occupation.

En raison des caractères massif et presque systématique des actes, nous les qualifions de crimes de guerre et de crimes contre l’humanité, perpétrés par Abou Tourab et 14 autres personnes dont Ag Alfousseyni Houka Houka, l’ancien juge islamique de Tombouctou, et Abou Mohame, un des chefs d’Ansar Dine, dit Cheikh Ag Aoussa.

> À lire : Le destructeur de la mémoire de Tombouctou devant la justice

Contrairement à Abou Tourab, Abou Mohame et Ag Alfousseyni Houka Houka sont tous deux en liberté et représentaient Ansar Dine, aux accords de paix signés le 20 juin 2015 à Bamako. Leur liberté est une matérialisation concrète de cette impunité échangée contre la paix.

Regrettez-vous que, dans ses charges d’accusation, la CPI ne retienne de l’occupation de Tombouctou que la destruction du patrimoine ?

F.G. : Le dossier que nous avons monté n’enlève rien à l’importance de ce procès pour destruction de biens culturels et religieux. Et encore moins au symbolisme de cette attaque contre la diversité islamique en Afrique notamment ce patrimoine, cette culture et ces traditions de l’islam sahélien, reconnu partout dans le monde islamique !

Il n’en demeure pas moins que les crimes commis contre les personnes n’ont toujours pas été jugés et qu’à nos yeux, les crimes sexuels ont été commis le plus massivement au nord Mali. Il est important de les punir.

> À lire : Les 18 principaux groupes islamistes armés dans le monde

Y a-t-il, pour la CPI, une hiérarchisation de ces crimes commis au Mali ?

F.G. : Je ne pense pas. Il y a dans cette affaire un souci de praticité. La logique qui préside dans les procès de la CPI est avant tout celle d’un procès bien construit : il ne faut pas de problème juridique ou de procédures.

On aurait aimé que la CPI élargisse ses charges mais elle ne l’a pas fait car il a été arrêté dans le nord du Niger par les troupes françaises un peu par hasard… Il était alors plus simple de l’inculper pour destruction de mausolée, que de mener des enquêtes sur des crimes sexuels qui exigent de se rendre sur le terrain alors que la situation reste dangereuse.

Le dossier de la destruction des mausolées de Tombouctou a l’avantage d’être facilement prouvable. Mais je ne veux pas accabler la CPI : même si nous pouvons critiquer de nombreuses enquêtes, pour lutter contre l’impunité, nous avons besoin de cette institution qui est encore jeune.
Recueilli par Benjamin Pietrapiana

et


TRIBUNE « L’armée malienne a encore besoin d’être épaulée par la France »
Recueilli par Laurent Larcher, le 18/02/2016 à 17h26



La présence militaire française au Mali est-elle nécessaire ? La réponse d’Ibrahim Touré, coordinateur de l’Observatoire des droits humains et de la paix de Gao et directeur d’école.

À Gao, la présence militaire de la France nous va droit au cœur. Personne, ici, n’oublie ce qu’on lui doit. En 2013, nous l’avons accueillie avec bonheur et soulagement. Elle nous a délivré des ennemis de la paix, de ces bandits qui tenaient la ville et qui nous terrorisaient. Sans elle, nous serions toujours sous leur coupe. Qui s’est mobilisé, qui a exposé sa vie pour nous en débarrasser ? Qui est venu à notre secours ? La France et personne d’autre !

Non seulement elle nous a libérés mais depuis, elle maintient nos ennemis à distance. Elle permet la stabilisation du pays, la défense de son intégrité et de nos frontières.

Ses moyens de communication, de déplacement et sa puissance de feu sont inégalables à Gao. J’ajoute que ses soldats savent se battre, qu’ils n’ont pas peur d’affronter nos ennemis. Nous pouvons compter sur eux quand il le faut, sur leur détermination et sur leur efficacité.

> Relire : Au Mali, l’armée française frappe une dizaine de djihadistes

Sur le terrain, l’armée française est largement plus résolue et plus opérationnelle que les casques bleus. Ces derniers se contentent de marcher dans Gao ou de se calfeutrer dans leur base. Nous ne les avons jamais vus se battre pour nous.

Actuellement, l’armée malienne n’a pas encore les moyens de tenir la région. Elle n’est pas aussi bien équipée, aussi bien entraînée que l’armée française. Elle apprend, elle s’améliore, elle se professionnalise. Mais elle a encore besoin d’être soutenue et épaulée par la France pour assurer la sécurité et lutter contre les ennemis de la paix. Nous ne souhaitons pas le départ des soldats français. Il n’est pas encore temps. Nos ennemis n’ont pas renoncé à faire le mal.

En revanche, la population s’interroge sur les relations entre Barkhane et les indépendantistes touaregs du MNLA (Mouvement national de libération de l’Azawad). Elle soupçonne la France de les soutenir et de les protéger contre le souhait de Bamako. C’est le seul reproche que l’on peut lui adresser.

À Gao, l’armée française a aussi contribué à la réfection de la ville. Dans l’école que je dirige, les soldats français ont construit gratuitement quatre salles de classe. Les professeurs, les parents, les élèves… tout le monde a salué ce geste généreux. La ville et ses habitants doivent beaucoup à leur présence.
Recueilli par Laurent Larcher
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.atelier-yannistignard.com
yanis la chouette



Nombre de messages : 4322
Localisation : http://yanis.tignard.free.fr
Date d'inscription : 12/11/2005

MessageSujet: Re: Le Clans des Éléphants, Y'becca et mouettes.   Mer 28 Sep à 8:40

Le Vol de la mouette noir et rieuse...

-"Les certitudes ne prononcent jamais la certitude de l'art et des syllabes du malades..."
Hurlèrent Magellan l'Albatros et Floé la mouette dans l'amour...

Le Phare allume le chemin et les chants furent les enfants... Souffla et Félicité devaient se parler, ils s’interrompent
pour lancer la conversation...

-"Chère félicité, je n'ai aucun doute... A chacune de nos rencontres... Mais nombres de nos contemporains
s'attache à la ressemblance de sexe et se détache de la diversité... L'Homme lui possédè la Prière mais il est seul dans ces songes et ses rêveries !" dit souffla l'Albatros...

-"Par Malheur, j'ai pensé à nos enfants... Souffla... Par malédiction... Les chats, mes pères... notre organisme
intégrè l'Homosexualité... Et nous voilà à présent dans une situation inédite dans notre survie... Nous allons devenir
des aliments et la Tendresse s'envolera de leurs yeux !" cria Félicité la mouette des Chats...

-"Que dis tu, félicité... Il me reste de la foi en l'Homme.." répondit souffla l'Albatros d'un oeil grincant..

-" Oui... mes pères... Les chats et la muraille... L'aspect tragique de notre destinée... Vouè à demeurer sur les berges du Séisme..." Dit Félicité la mouette

-"Quoi... Souffla le vent... Tu ne te ressouds pas à notre destin... Nous sommes plus droit qu'eux.." Ricana Souffla l'Albatros

-"Rien, origine... Je trompette dans un ciel à l'image d'un avenir commun... Je virevolte telle la feuille et je glisse sur les débris... Au milieu de ces étoiles filantes, je consommes le jeun avec mon amie Nagaliëw, qu'ai je à envier de leurs femmes... Rien Souffla... Leurs langues perfides de serpent peuvent gober nos œufs, il en demeure que notre vivacité construit un règne aussi ancien que leurs Néandertaliens..." Dit félicité la mouette des chats

-"Mon père est Albatros et ma Sœur est mouette... Ciel mon frère et toi, mon épouse, Quels œufs." Souffla l'Albatros vers ses amies et amis...

-"Mon époux, Souffla, Je suis ravi que tu es invité mes frères les chats... Ils m'ont recueilli lorsque ma mère succomba aux vapeurs de leurs "Or noirs" lors d'une marée noire... Adoré comme des sacrifices auprès de leurs Dieux... Ils m'ont beaucoup appris sur le couple humain... Les rats et le sang... La Terre." Répondit Félicité la mouette.

-" Tel ma sœur Nagaliéw, le tour du Monde, Félicité... Oui, et encore Oui.... Ton Endurance n'est égale que de ton esprit... La Chouette effraie protégera notre nid... Nous devons décrire des cercles plus somptueux dans le ciel et accueillir ces nouveaux plaisir au contraire de l’intérêt..."

-" Il y a des étoiles au delà des étoiles et de l'infini..." S’écrièrent les grands parents fiers de cette nouvelle descendance issu de la Nature, libre de la main de l'Homme et attentive à l’Expression de L’Éternel...

Ecrit de
TAY
La chouette effraie...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.atelier-yannistignard.com
yanis la chouette



Nombre de messages : 4322
Localisation : http://yanis.tignard.free.fr
Date d'inscription : 12/11/2005

MessageSujet: Re: Le Clans des Éléphants, Y'becca et mouettes.   Mer 28 Sep à 8:44

La transition énergétique est en marche, affirme le WWF.

Emmanuelle Réju, le 01/09/2016 à 15h09



Dans un rapport rendu public le 1er septembre, l’ONG World Wide Fund met en scène les quinze signes de changement du système énergétique mondial.

Le secteur de la mobilité reste cependant à la traîne.
À Almere, aux Pays-Bas, ce champ de panneaux solaires fournit le chauffage d’un quartier résidentiel.
ZOOM

À Almere, aux Pays-Bas, ce champ de panneaux solaires fournit le chauffage d’un quartier résidentiel. / Siebe Swart/Hollandse Hoogte-REA

En panne, l’accord de Paris sur le climat ? Oublié, l’élan de la COP21 vers un monde moins émetteur de gaz à effet de serre ? Ce n’est pas l’analyse du WWF (World Wide Fund), qui a publié, le 1er septembre, un rapport sur les quinze signaux prouvant que la transition énergétique au niveau mondial a bel et bien commencé.

« Ces évolutions ne sont pas dues à l’accord de Paris, précise Pascal Canfin, directeur général du WWF France. À l’inverse, c’est ce début de transformation du système énergétique mondial qui a rendu possible l’accord politique. »

Les principaux indicateurs relevés par l’ONG concernent en premier lieu le domaine de la production d’électricité, qui reste au niveau mondial une source majeure d’émissions de gaz à effet de serre. Certes, le moteur de l’économie mondiale fonctionne encore à une très large majorité au charbon ou au gaz. Mais selon le WWF, le point de bascule a été atteint ces deux dernières années : en 2015, les énergies renouvelables (solaire, éolien, hydroélectricité) ont représenté 90 % des nouvelles capacités installées. Une proportion qui s’élevait à 50 % en 2014. « La plupart des décideurs ignorent encore ce renversement de tendance majeur », s’étonne Pascal Canfin.
En 6 ans, baisse de 80 % des coûts du solaire

Cette évolution s’explique en partie par la diminution des coûts des technologies solaires photovoltaïques, dont le rythme a surpris la plupart des observateurs. Le prix des modules photovoltaïques a en effet chuté de 80 % entre la fin 2009 et la fin 2015. La baisse des prix devrait se poursuivre, « faisant à terme du solaire photovoltaïque le mode de génération d’électricité le moins coûteux qui soit », estime le WWF.

> Lire aussi : L’Afrique parie sur les énergies renouvelables

L’Afrique subsaharienne est d’ailleurs devenue en 2015 le plus grand marché d’installations solaires domestiques hors réseau, avec 1,37 million d’unités vendues. Un record, qui reste à confirmer : plus de la moitié de l’Afrique subsaharienne n’a pas encore accès à l’électricité.
Des signes très encourageants en Chine

Dans les pays développés, le WWF a retenu deux chiffres symboliques. Le 8 mai 2016, les énergies renouvelables ont fourni 87,6 % de la consommation énergétique des Allemands, engagés dans une transition énergétique qui les conduira à terme à réduire leur dépendance au charbon. Sur l’ensemble de 2015, les ampoules du Portugal ont fonctionné à près de 50 % grâce à de l’électricité d’origine renouvelable.

Les signes les plus encourageants viennent cependant de Chine, devenue le premier émetteur mondial de gaz à effet de serre. Sa consommation frénétique de charbon lors de la dernière décennie donne de sérieux signes de faiblesse. Elle a ainsi baissé de 3,7 % en 2015 et même de 10 % au premier semestre 2016. « Le ralentissement de la croissance chinoise ne peut pas expliquer à lui seul une telle chute en 2016 », assure Pascal Canfin. Confrontée à une pollution atmosphérique redoutable et soucieuse de prendre des parts de marché, la Chine investit massivement dans les énergies renouvelables.

> Lire aussi : L’énergie verte représente un tiers des capacités électriques

D’après le WWF, l’industrie du charbon donne d’ailleurs des signes de faiblesse, après une décennie de forte croissance. Or le charbon est l’énergie fossile qui émet le plus de CO2 relativement à la quantité d’énergie produite
La mobilité, grand défi à venir

En 2016, le géant américain Peabody Energy, première entreprise charbonnière mondiale, a déposé le bilan. En Australie, 33 % des mines de charbon de la région du Queensland sont en perte de vitesse. « Depuis 2010, deux projets sur trois de construction de centrales à charbon ont été mis en arrêt ou complètement abandonnés », souligne l’ONG.

> Lire aussi : L’Allemagne réforme sa coûteuse transition énergétique

« Tout cela n’est qu’un début mais la transition est bel et bien engagée, rappelle Pascal Canfin. Reste à faire évoluer le cadre de pensée des décideurs qui reste fixé sur le monde d’hier. »

Si les signaux en provenance du secteur électrique sont très encourageants, l’autre grand domaine de consommation énergétique, celui de la mobilité, n’a pas encore amorcé sa mue. Automobiles, camions, avions fonctionnent encore largement au pétrole, dont les cours sont au plus bas. Avantage, selon le WWF : certains projets d’extraction les plus préjudiciables à l’environnement (hydrocarbures non conventionnels, projets de forage en Arctique, etc.) sont au point mort. Inconvénient : les consommations de carburant augmentent et avec elles, les émissions de gaz à effet de serre. Pascal Canfin le reconnaît : « La transition énergétique du secteur de la mobilité est le grand défi de la décennie à venir. »

–––––––––––––___________________________

La France est très en retard sur ses objectifs

C’est encore une promesse qui risque ne pas être tenue. La France s’est engagée à ce que les énergies renouvelables représentent 23 % de la consommation finale brute d’énergie en 2020. On en est très loin. Elles n’ont représenté que 14,9 % en 2015, selon une étude du ministère publiée en août.

La tendance n’est pas à l’amélioration. La part des énergies renouvelables n’a progressé que de seulement 0,4 % l’an dernier, grâce notamment à une moindre consommation du fait de la douceur du climat.

En matière d’électricité verte, seule la filière photovoltaïque atteint l’objectif fixé. Dans l’éolien, en revanche, les retards s’accumulent. Pour être dans les clous en 2020, il faudrait ainsi doubler le nombre d’éoliennes.
Emmanuelle Réju
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.atelier-yannistignard.com
yanis la chouette



Nombre de messages : 4322
Localisation : http://yanis.tignard.free.fr
Date d'inscription : 12/11/2005

MessageSujet: Re: Le Clans des Éléphants, Y'becca et mouettes.   Mer 28 Sep à 8:45

Est-il raisonnable de descendre la part du nucléaire à 50 % en France en 2025 ?
Recueilli par Jean-Claude Bourbon, le 02/05/2016 à 11h25



EDF n’a pas les moyens de prolonger la durée de son parc, selon Cyrille Cormier, chargé de campagne pour Greenpeace. Mais faire la place aux énergies renouvelables est difficile en raison de la stagnation de la demande d’électricité, explique Patrice Geoffron, universitaire à Paris Dauphine.
Est-il raisonnable de descendre la part du nucléaire à 50 % en France en 2025 ?
ZOOM

/drimi - Fotolia
► « EDF n’a pas les moyens de prolonger la durée de son parc »

Cyrille Cormier, chargé de campagne Énergie pour Greenpeace France

« La situation économique actuelle d’EDF plaide pour une réduction du nombre de centrales nucléaires. Faute d’avoir suffisamment investi dans les années 2000 dans la maintenance, EDF n’a pas les moyens financiers pour prolonger la durée de son parc. Fermer des réacteurs lui permettrait ainsi de retrouver des marges de manœuvre.

Porter la durée de vie de ses installations au-delà de quarante ans représente en effet un coût de 2 à 4 milliards d’euros par réacteur, soit au minimum 120 milliards d’euros pour l’ensemble du parc. C’est intenable financièrement et même sur le plan humain, compte tenu de la perte de compétence observée dans l’entreprise depuis quelques années. D’où la nécessité de fermer au moins 29 réacteurs d’ici à 2025. »

> A lire : La transition énergétique reste chaotique en Europe
► « La consommation électrique n’augmentant, pas, nous sommes dans l’impasse »

Patrice Geoffron, directeur du centre de géopolitique de l’énergie et des matières premières à l’université Paris Dauphine

« L’idée de départ consistait à diversifier le mix électrique français, en réduisant la part du nucléaire de 75 % à 50 % de la production, pour laisser plus de place aux renouvelables. Mais depuis 2012, le moment où a été formulée la proposition, et maintenant, rien n’a été fait pour programmer ce mouvement.

Toute décision dans le domaine nucléaire est même reportée à 2019. Il est évident que, entre 2019 et 2025, le délai est très court pour qu’un tel objectif soit tenu. Le gouvernement avait compté sur une augmentation de la demande d’électricité qui aurait permis (la taille du « gâteau » augmentant) de faire de la place aux renouvelables sans réduire le nucléaire. La consommation électrique n’augmentant pas, nous sommes dans l’impasse. »
Recueilli par Jean-Claude Bourbon
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.atelier-yannistignard.com
yanis la chouette



Nombre de messages : 4322
Localisation : http://yanis.tignard.free.fr
Date d'inscription : 12/11/2005

MessageSujet: Re: Le Clans des Éléphants, Y'becca et mouettes.   Mer 28 Sep à 8:49

Le pape François « préoccupé » par la situation en Corée

Nicolas Senèze, à Rome, le 28/09/2016 à 11h24



Le Saint-Siège s’inquiète « des tensions persistantes dans la région, à cause des essais nucléaires conduits par la Corée du Nord ».
Le pape François rencontre en audience privée la présidente de la Corée du Sud, Park Geun-Hye, au Vatican, le 17 octobre 2014.
ZOOM

Le pape François rencontre en audience privée la présidente de la Corée du Sud, Park Geun-Hye, au Vatican, le 17 octobre 2014. / VATICAN-POOL/CPP/CIRIC/

Le Saint-Siège a fait part, mardi soir 27 septembre, de sa « préoccupation » à propos de la « délicate situation » en Corée. Le régime nord-coréen a mené, vendredi 8 septembre, un cinquième essai nucléaire, entraînant une nouvelle condamnation de la communauté internationale.

Quatre jours après, deux bombardiers américains B-1B ont survolé la Corée du Sud dans une démonstration de force contre Pyongyang. Il y a quelques jours, journalistes et touristes étrangers ont par ailleurs été invités à une démonstration des capacités militaires aériennes de la Corée du Nord.

> À lire : La Corée du Nord envoie des messages à Washington

« En réponse à une question sur la délicate situation dans la Péninsule coréenne, je peux confirmer la préoccupation du Saint-Père et du Saint-Siège à propos des tensions persistantes dans la région, à cause des essais nucléaires conduits par la Corée du Nord », a déclaré mardi Greg Burke, directeur de la salle de presse du Saint-Siège. Le porte-parole du Saint-Siège souligne que le sous-secrétaire pour les relations avec les États, Mgr Antoine Camilleri, vient de rappeler cette préoccupation du Vatican en intervenant, à Vienne, au cours des travaux de l’Agence internationale de l’énergie atomique (AIEA).
« Grave inquiétude »

« Nous regardons avec une grave inquiétude la situation en République démocratique populaire de Corée », a déclaré mardi le numéro 2 de la diplomatie vaticane lors de la 60e assemblée générale de l’AIEA, qui a souligné que « le Saint-Siège soutient les efforts continuels de la communauté internationale pour réactiver des négociations sur la dénucléarisation et rendre l’AIEA capable d’y assumer son rôle critique dans le contrôle nucléaire. »

« La paix et la stabilité régionales et l’intégrité de la politique de non-prolifération », en dépendent, a assuré Mgr Camilleri. La veille, à New York, à l’occasion de la Journée mondiale pour l’élimination totale des armes nucléaires, promue par les Nations unies, l’observateur permanent du Saint-Siège à l’ONU, Mgr Bernardito Auza, a répété que le Saint-Siège continuerait à militer pour l’interdiction totale des armes nucléaires.
Nicolas Senèze, à Rome
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.atelier-yannistignard.com
yanis la chouette



Nombre de messages : 4322
Localisation : http://yanis.tignard.free.fr
Date d'inscription : 12/11/2005

MessageSujet: Re: Le Clans des Éléphants, Y'becca et mouettes.   Mer 28 Sep à 8:50

Aux Seychelles, victoire de l’opposition aux législatives
LAURENT LARCHER, le 11/09/2016 à 17h36



L’opposition est désormais majoritaire à l’assemblée nationale.

Une première dans l’histoire de cet archipel de l’océan indien à l’économie prospère.
Les partisans de la coalition d'opposition célèbrent la victoire de leur parti aux législatives à Victoria, Seychelles, le 11 septembre 2016.
ZOOM

Les partisans de la coalition d'opposition célèbrent la victoire de leur parti aux législatives à Victoria, Seychelles, le 11 septembre 2016. / Rassin Vannier/AFP

C’est une première aux Seychelles, depuis l’ouverture au multipartisme en 1991. La coalition d’opposition Linyon Demokratik Seselwa (LDS, « L’Union démocratique seychelloise ») a remporté les élections législatives qui se sont déroulées les 8,9 et 10 septembre, a annoncé la commission électorale, dimanche 11 septembre. L’échec du parti présidentiel, le Lepep (« Le peuple »), l’ex-parti unique au pouvoir depuis 1977, longtemps d’inspiration marxiste, n’est cependant pas une surprise au regard des récents scrutins.

> À lire aussi : De l’audace pour l’Afrique
Une victoire sur le fil

Il était environ 4 h du matin quand la commission électorale a annoncé les résultats des législatives : le LDS a obtenu 15 sièges de députés, le Lepep n’en conservant que 10. Au total, le LDS a recueilli 48.37 % des voix contre 48.01 % pour Lepep. Et le taux de participation était de 87 % (62 939) sur 71 932 inscrits.
L’avertissement de décembre 2015

À l’élection présidentielle de décembre 2015, le candidat du parti présidentiel, James Michel au pouvoir depuis 2004, avait déjà failli être battu par Wavel Ramkalawan, le leader de la principale formation de l’opposition, le parti national des Seychelles (SNP). Ramkalawan n’avait été devancé que de 193 voix alors que la participation avait été très importante : 90 % de l’électorat.

Arrivé troisième, Patrick Pillay (le candidat du Lalyans Seselwa, « L’alliance seychelloise ») avait obtenu 14,19 % des votes. Né au début de l’année 2015 d’une scission du Lepep, ce nouveau parti avait fait campagne en dénonçant les pratiques clientélistes du parti au pouvoir.
L’union de l’opposition

Tirant les leçons du scrutin présidentiel, le SNP s’est allié avec Lalyans Seselwa et deux autres petits partis de l’opposition pour former une coalition solide contre le Lepep, appelée LDS. Une stratégie qui s’est révélée payante.

Entre le LDS et le Lepep, il n’y a cependant pas de véritable différence de fond. Le LDS a surtout fait campagne sur le thème de l’usure du pouvoir. Et il a toujours dit qu’il travaillerait avec le gouvernement dans l’intérêt du Seychelles.
Une économie prospère

Paradis fiscal qui vit essentiellement du tourisme et de la pêche, les Seychelles figurent parmi les pays les plus prospères au monde (plus de 15 000 dollars/habitant). En 2015, la Banque mondiale l’a classé parmi les 83 « pays à revenus élevés ». Une exception en Afrique subsaharienne.

Mais cet archipel de l’Océan indien doit faire face à la piraterie d’origine somalienne depuis 2009 : une menace qui pèse sur l’économie du tourisme et plus généralement ses approvisionnements (à 90 % par voie maritime).

Les autorités de Victoria, la capitale, sont d’ailleurs engagées dans les opérations internationales anti-pirateries. Et elles doivent se préparer au changement climatique qui menace l’écosystème des 115 îles, à commencer par les plages et le corail.

> Et aussi : En patrouille dans l’océan Indien avec la frégate « De Grasse »
LAURENT LARCHER
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.atelier-yannistignard.com
yanis la chouette



Nombre de messages : 4322
Localisation : http://yanis.tignard.free.fr
Date d'inscription : 12/11/2005

MessageSujet: Re: Le Clans des Éléphants, Y'becca et mouettes.   Mer 28 Sep à 8:51

Avec Fratello, 6 000 personnes sans-abri bientôt à Rome
Claire Lesegretain, le 28/09/2016 à 16h44



À l’invitation du pape, plusieurs milliers de personnes issues de la rue ou en situation précaire, et venant de toute l’Europe, feront un pèlerinage à Rome du 11 au 13 novembre. L’association française Fratello coordonne cette grande première, temps fort du Jubilé de la miséricorde.

Fratello : « Frère » en italien. C’est le nom de l’association française qui a été fondée en octobre 2014 à la suite du premier pèlerinage à Rome pour les gens de la rue. « Nous voulions leur montrer que l’Église les aime et que le Christ est là pour eux », raconte Alix Montagne, accompagnatrice de ce premier pèlerinage de 2014 et désormais engagée dans l’organisation de Fratello.

Organisé à l’initiative de l’Association Lazare, cofondée par Étienne Villemain, et avec le soutien de l’APA (Association pour l’amitié), de « Aux captifs, la libération », du Village Saint-Joseph et de la fraternité « Eucharistein », en Suisse, ce pèlerinage avait permis à 200 personnes sans-abri de saluer le pape François lors d’une audience générale.

> Lire aussi : Environ 150 SDF français en pèlerinage à Rome

Ce jour-là, Étienne Villemain propose au pape François, lui qui « aime les pauvres », de créer une Journée mondiale pour les pauvres. « Et c’est comme ça, poursuit Alix Montagne, que, avant d’envisager un rassemblement mondial, nous avons commencé au niveau européen ». Rapidement, une date est fixée : ce sera l’avant-dernier dimanche avant la clôture du Jubilé de la Miséricorde, soit les 11, 12 et 13 novembre prochains ; le pape lui-même enseignera le vendredi 11 novembre et célébrera l’eucharistie avec les pèlerins le dimanche 13 dans la basilique Saint-Pierre.
Des fraternités d’une dizaine de personnes

Déjà 1 200 pèlerins de France sont inscrits, ainsi que 500 d’Allemagne et près de 200 de Pologne. « Nous attendons 6 000 pèlerins au total, sachant qu’environ 1 500 Italiens ne s’inscriront pas forcément », précise François Le Forestier, de l’association Aux captifs et porte-parole de Fratello, lors de la conférence de presse présentant l’événement dans les locaux de la Conférence des évêques de France, mercredi 28 septembre.

Les 1 200 pèlerins de France, qui partiront en train de Paris, auront la possibilité de se retrouver mi-octobre pour une veillée de prière à Notre-Dame des Champs (6e arrondissement). Tous ces pèlerins partiront en fraternités d’une dizaine de personnes, constituées pour deux-tiers de personnes ayant vécu l’exclusion et pour un tiers d’amis accompagnateurs. Pour financer leurs séjours à Rome, dont les coûts restent élevés, les fraternités doivent faire appel à des dons, à la mobilisation des paroissiens et à la participation des inscrits lorsqu’ils perçoivent le RSA ou l’allocation aux adultes handicapés (AAH).
« J’étais vide, fragile ; je ne le suis plus car les autres m’ont reconstruit »

Ainsi, l’association parisienne du Petit Café de Saint-Ambroise, fondée il y a vingt ans dans le cadre de la paroisse du même nom (11e arrondissement), emmènera une dizaine de membres. Parmi eux, Gérard, qui témoigne : « C’est la Miséricorde qui me touche le plus. J’étais vide, fragile ; je ne le suis plus car les autres m’ont reconstruit ».

Déjà 98 fraternités sont formées, en lien avec une paroisse ou un mouvement, et se construisent progressivement. « Les personnes apprennent à se connaître et vont se préparer à partir à Rome au cours de trois rencontres », poursuit François Le Forestier. Ces trois rencontres, autour de trois textes – l’Évangile du Bon Samaritain, le psaume du Bon berger et un extrait de l’encyclique sur la Joie de l’Évangile – ont été conçues par deux personnes engagées dans la préparation de « Diaconia 2013 ».

> Lire aussi : Dans l’élan de Diaconia, les évêques veulent faire de la charité l’affaire de tous

Depuis ce rassemblement, en mai 2013 à Lourdes, pour et avec les pauvres, « il y a une révolution en marche », lance Étienne Villemain. « On ne distingue plus entre accueillis et accueillants, mais ensemble on se reconnaît tous comme des pauvres. Quand on découvre ça, c’est toute l’Église qui change », s’enthousiasme-t-il en assurant que « depuis dix ans » qu’il partage son quotidien avec des personnes issues de la rue, sa vie a changé et veut donc témoigner de « son bonheur ». Car « si on vit avec les pauvres dans l’Église, alors notre monde va changer, et c’est une Bonne Nouvelle ! »
Claire Lesegretain
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.atelier-yannistignard.com
yanis la chouette



Nombre de messages : 4322
Localisation : http://yanis.tignard.free.fr
Date d'inscription : 12/11/2005

MessageSujet: Re: Le Clans des Éléphants, Y'becca et mouettes.   Mer 28 Sep à 8:55

Manuel Valls chahuté pendant son discours à Nantes

POLITIQUE Le Premier ministre participait au congrès de l'Union sociale pour l'habitat (USH)...

Les militants de la confédération nationale du logement (CNL) ont interrompu le discours du Premier ministre. - F.Brenon/20Minutes

Frederic Brenon

Publié le 27.09.2016 à 20:38
Mis à jour le 27.09.2016 à 21:43

Manuel Valls a participé mardi après-midi au congrès de l’Union sociale pour l’habitat (USH), lequel se tient jusqu’à jeudi au parc des expositions de la Beaujoire à Nantes. Devant plusieurs centaines de professionnels du HLM attentifs, le Premier ministre a défendu la politique du gouvernement en matière du logement et a annoncé un « plan d’action pour la rénovation urbaine », ainsi qu’un déblocage d’un milliard d’euros pour « booster la construction de logements sociaux ».
« Il n’y a qu’en France qu’on siffle avant que vous ayez fini de parler »

Il a toutefois été chahuté par une trentaine de militants de la Confédération nationale du logement (CNL) au sujet du projet de réforme des aides personnalisées au logement (APL). Le gouvernement souhaite en effet prendre désormais en compte les livrets d’épargne dans le calcul de l’APL, à partir d’un capital de 30.000 euros. Opposés à la mesure, les militants sont parvenus à interrompre le discours de Manuel Valls en brandissant des pancartes et criant « locataires en colère ».

« Il n’y a qu’en France qu’on siffle ou qu’on applaudit avant que vous ayez fini de parler. Le pays a besoin d’écoute », a répondu, agacé, le Premier ministre. Un peu plus tôt, à son arrivée dans la salle, il avait déjà été sifflé par le même groupe.

>> A lire aussi : Réforme des APL: Qui seront les perdants?
Pas de déclaration sur l’aéroport

Manuel Valls n’aura pas croisé, en revanche, les quelque 200 opposants à la loi Travail et anti-aéroport qui manifestaient à l’occasion de sa venue. Ceux-ci ont été bloqués à 500 m du parc des expositions par les forces de l’ordre.

Après une rapide déambulation dans les allées du congrès, le Premier ministre s’en est allé, sans répondre aux questions des journalistes concernant les travaux d’aéroport de Notre-Dame-des-Landes qu’il avait annoncés pour « l’automne ».

Mots-clés :

Manuel Valls, HLM, logement social, Loire-Atlantique
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.atelier-yannistignard.com
yanis la chouette



Nombre de messages : 4322
Localisation : http://yanis.tignard.free.fr
Date d'inscription : 12/11/2005

MessageSujet: Re: Le Clans des Éléphants, Y'becca et mouettes.   Mer 28 Sep à 8:59

La rougeole éradiquée du continent américain
Marianne Meunier, le 28/09/2016 à 15h36



Résultat d’une intense campagne de vaccination, la maladie a disparu des 35 pays du continent américain, une première mondiale.
Vaccination contre la rougeole au Miami Children's Hospital. L’OPS a annoncé le 27 septembre 2016, que la rougeole a été éradiquée du continent américain.
ZOOM

Vaccination contre la rougeole au Miami Children's Hospital. L’OPS a annoncé le 27 septembre 2016, que la rougeole a été éradiquée du continent américain. / Joe Raedle/AFP

Après vingt ans de combat, l’éradication de la rougeole sur le continent américain est désormais une réalité, a annoncé, mardi 27 septembre, l’Organisation panaméricaine de la santé (OPS), basée à Washington. Du Nord au Sud, l’Amérique devient ainsi la première région au monde à avoir totalement vaincu la maladie, qui figure parmi les causes les plus importantes de la mortalité des jeunes enfants.

> À (re) lire : La mortalité due à la rougeole atteint un plus bas historique

Ce succès résulte d’une campagne de vaccination contre la rougeole, les oreillons et la rubéole lancée dans l’ensemble des 35 pays du continent, il y a plus de vingt ans. La transmission du virus y a été interrompue en 2002, lorsque le dernier cas endémique de rougeole a été constaté au Venezuela. Le comité international d’experts sur la maladie a attendu, pour conclure à l’éradication, que chacun des 35 pays du continent ait indiqué ne pas avoir eu de cas pendant au moins un an après la fin de la dernière transmission.
Près de 245 000 cas dans le monde en 2015

Avant le début de la vaccination de masse, en 1980, la rougeole provoquait environ 2,6 millions de décès par an dans le monde. Sur le seul continent américain, elle a tué 102 000 personnes entre 1971 et 1979. D’après une étude mentionnée par l’OPS, son élimination en Amérique latine et dans les Caraïbes grâce à la vaccination aura permis d’éviter 3,2 millions de cas et 16 000 décès entre 2000 et 2020. À l’échelle mondiale, la vaccination aura entraîné un recul des décès de 79 % entre 2000 et 2014.

Cette année-là, alors que 114 000 décès dus à la maladie étaient dénombrés, 85 % des enfants dans le monde recevaient une dose de vaccin avant l’âge d’un an, contre 73 % en 2000. La majorité des quelque 245 000 cas signalés en 2015, se situe en Afrique et en Asie, où l’infection reste endémique.

> À (re) lire : La rougeole se propage au Québec
Méfiance à l’encontre du vaccin

Les États-Unis avaient quant à eux recensé 667 cas en 2014, un nombre anormalement élevé depuis l’élimination officielle de la rougeole dans le pays en 2000. Il s’explique surtout par le fait que certains parents refusent de faire vacciner leurs enfants par peur que les vaccins n’entraînent, entre autres, l’autisme.

En 2015, 189 personnes avaient été infectées, pour la majorité par une personne ayant contracté la maladie à l’étranger. Certains pays américains continuent de déclarer des cas importés, qui ont dépassé les 5 000 entre 2003 et 2014.
Marianne Meunier
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.atelier-yannistignard.com
yanis la chouette



Nombre de messages : 4322
Localisation : http://yanis.tignard.free.fr
Date d'inscription : 12/11/2005

MessageSujet: Re: Le Clans des Éléphants, Y'becca et mouettes.   Mer 28 Sep à 9:02

Le 21e sommet sur le sida dresse un bilan alarmiste
Malo Tresca, le 19/07/2016 à 17h34



Les conclusions de la 21e conférence internationale sur le sida, qui s’est ouverte le 18 juillet à Durban, en Afrique du sud, soulignent des résurgences localisées du virus. L’Europe de l’est, l’Asie centrale et la jeunesse africaine sont particulièrement touchées.
Ouverture officielle de la conférence internationale sur le Sida à Durban, Afrique du Sud, le 18 juillet 2016.
ZOOM

Ouverture officielle de la conférence internationale sur le Sida à Durban, Afrique du Sud, le 18 juillet 2016. / Rajesh JAntilal/AFP
Comment expliquer cette recrudescence du virus en Europe de l’est et en Asie centrale ?

Depuis 2010, le mouvement de régression de l’épidémie a atteint un palier et s’est même nettement inversé dans certaines régions. C’est le cas particulièrement de l’Europe de l’Est et de l’Asie centrale, où le nombre de nouvelles contaminations a explosé – + 57 % – ces cinq dernières années.

D’après un rapport publié mardi 12 juillet par l’Onusida, 80 % d’entre elles ont été signalées en Russie, et 10 % en Ukraine. « Cela peut s’expliquer par le manque de volonté politique des gouvernements de ces pays à essayer d’endiguer l’épidémie », analyse Yazdan Yazdanpanah, chercheur à l’Agence nationale de recherche sur le sida et les hépatites virales (ANRS) et chef du service des maladies infectieuses de l’hôpital Bichat, à Paris.

En 2015, le nombre de séropositifs en Russie a dépassé la barre du million, dont plus de 200 000 d’entre eux sont déjà morts, estime le Centre fédéral russe de la lutte contre le sida. « Dans le pays, la population carcérale, les travailleurs du sexe et les usagers de drogues sont particulièrement vulnérables, poursuit Yazdan Yazdanpanah. La principale source de contamination provient de l’échange de seringues, alors que la Russie compte 1,8 million de consommateurs de drogues », précise-t-il, ajoutant « espérer que le pays, l’un des rares à être frappé par une résurgence du virus, réagisse au message fort envoyé par le sommet de Durban ».
Comment prévenir la contamination au sein de la jeunesse africaine, particulièrement touchée ?

Le constat dressé par l’Unicef au premier jour de la 21e conférence internationale sur le sida est amer. La maladie reste « la première cause de mortalité » chez les jeunes âgés de 10 à 19 ans en Afrique, a dénoncé l’ONG. « Le nombre de décès liés au virus parmi les adolescents âgés de 15 à 19 ans a plus que doublé depuis 2000. Dans le monde en 2015, il y a eu en moyenne 29 nouvelles infections toutes les heures » à l’intérieur de cette tranche d’âge, a souligné le directeur exécuté de l’association, Anthony Lake.

À lire aussi : Une résurgence de l’épidémie de sida redoutée en Afrique

« Jusqu’ici, la prévention se concentrait principalement sur la sensibilisation au port du préservatif et sur la circoncision, limitant la contamination, précise Yazdan Yazdanpanah. Mais il faut agir à tous les niveaux, en insistant sur le dépistage et sur la banalisation de la PrEP, (prophylaxie pré-exposition), un médicament donné par voie orale aux personnes séronégatives susceptibles de contracter le VIH pour réduire les risques d’infection », poursuit le spécialiste. Mais la PrEP reste très coûteuse.

En Afrique, cet outil de prévention serait pourtant particulièrement salvateur pour les jeunes filles, très vulnérables aux risques de contamination. « Elles représentent 65 % des nouvelles infections chez les adolescents dans le monde », dénonce l’Unicef. « En Afrique subsaharienne, qui abrite environ 70 % des personnes vivant avec le sida, trois adolescents sur quatre nouvellement infectés par le sida en 2015 étaient des filles », détaille l’ONG.

L’an dernier, la moitié des nouvelles infections parmi les enfants âgés de zéro à 14 ans a été enregistrée dans seulement six pays, dont cinq situés en Afrique : l’Afrique du Sud, le Kenya, le Mozambique, le Nigeria et la Tanzanie.
Comment évolue la recherche mondiale sur la lutte contre le sida ?

La feuille de route de l’ONU table sur une éradication du virus à horizon 2030. Mais les mises en garde récentes du sommet de Durban laissent sceptiques plus d’un spécialiste, alors que les recherches sur le virus pâtissent d’une baisse de financement de la part des pays donateurs. L’élaboration, tant attendue, d’un vaccin efficace contre le fléau n’est pas encore près d’aboutir, préviennent les ONG. Ce malgré les avancées scientifiques significatives de cette dernière décennie.

« Les traitements que nous possédons déjà sont très efficaces, mais nécessitent encore une prise quotidienne de médicament », tempère Yazdan Yazdanpanah, ajoutant qu’« il faudrait réussir à mettre en place une thérapie moins contraignante, avec la prise de comprimés seulement tous les deux, trois et six mois ». Une étude sur l’allégement thérapeutique des patients atteints de séropositivité est actuellement menée par l’ANRS, à l’hôpital de Garches (AP-HP, Hauts-de-Seine). Et ses premiers résultats sont encourageants : pour 96 % des cobayes testés, le nouveau traitement antirétroviral est efficace en étant pris seulement quatre jours sur sept.

À lire aussi : Les auto tests du VIH-sida sont-ils trop chers ?
Malo Tresca
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.atelier-yannistignard.com
yanis la chouette



Nombre de messages : 4322
Localisation : http://yanis.tignard.free.fr
Date d'inscription : 12/11/2005

MessageSujet: Re: Le Clans des Éléphants, Y'becca et mouettes.   Mer 28 Sep à 9:06


À Jérusalem, la maison de retraite du « Home » tient bon
Mélinée Le Priol, correspondante à Jérusalem-Est, le 28/09/2016 à 11h02



Les Sœurs de Saint-Frai célébraient mardi 27 septembre les 150 ans de leur congrégation religieuse originaire des Pyrénées.

Elle s’occupe principalement de l’accueil des personnes âgées, comme à Jérusalem-Est avec des Palestiniens de toutes les confessions.
Trois religieuses et une cinquantaine de résidents occupent la maison de retraite, située au pied du mur de séparation.
ZOOM

Trois religieuses et une cinquantaine de résidents occupent la maison de retraite, située au pied du mur de séparation. / Miriam Alster/Flash 90-REA

Déambulant dans l’élégant jardin de la maison de retraite qu’il dirige depuis janvier, Jean-François Klos ne se lasse pas de la vue imprenable sur la Vieille Ville de Jérusalem et le mont des Oliviers. Situé à 4 km au sud des remparts, le « Home » est situé dans le quartier palestinien de Ras-Al-Amud. Les olives de ce jardin, qui seront récoltées en octobre, devraient permettre de produire 700 litres d’huile, comme les autres années. « À ce niveau-là, au moins, nous sommes autosuffisants », sourit Jean-François Klos. Pour le reste, l’établissement ne roule pas sur l’or.

> Lire aussi : Les villageois de Beit Furik vont pouvoir récolter leurs olives
Des financements insuffisants

Fondée en 1957 par les Filles de Notre-Dame-des-Douleurs, couramment appelées Sœurs de Saint-Frai, cette maison de retraite accueille une cinquantaine de résidents palestiniens. Le projet subsiste grâce à la générosité de donateurs, dont les Chevaliers du Saint-Sépulcre. Mais ces financements ne suffisent pas à entreprendre des travaux d’infrastructure tout en renforçant les équipes de soignants (15 salariés aujourd’hui).

Des démarches sont donc en cours pour obtenir l’agrément du ministère israélien de la santé. Ce label permettrait à l’établissement de toucher des subventions de l’État et de se doter, à terme, de nouveaux services (ergothérapeute, physiothérapeute, etc.) : une plus-value précieuse, alors que de nombreux patients se déplacent en fauteuil roulant ou souffrent de la maladie d’Alzheimer.
« On est comme une famille »

Aux difficultés financières s’ajoutent les désagréments de la vie à Jérusalem-Est, la partie palestinienne de la Ville sainte. « On manque de beaucoup de choses, notamment de matériel médical et de médicaments, déplore sœur Marie-Édouard, la mère supérieure franco-libanaise. Mais nous gardons confiance en la Providence. Quand le Seigneur voit qu’on est dans le besoin, il nous envoie de l’aide. » Elle évoque ces voisins et amis qui, souvent, leur apportent du lait, des œufs, du riz, des fruits et légumes, et couvrent ainsi la moitié du budget alimentaire de l’établissement.

« Dans la culture arabe, les personnes âgées sont aimées et respectées, explique Jean-François Klos. Au point qu’il n’est pas habituel pour leurs familles de les placer en maison de retraite : elles préfèrent les garder auprès d’elles. » L’entrée d’un nouveau pensionnaire peut donc être difficile à vivre pour ses proches, que le personnel s’efforce alors de rassurer. Avec sa cuisine traditionnelle et son personnel attentif, l’établissement cultive une ambiance intime et conviviale. « Ici, on est comme une famille ! » assure Jeannette, 78 ans.
Une bonne cohabitation entre chrétiens et musulmans

Comme la plupart des pensionnaires, cette Palestinienne de Jérusalem est chrétienne. Une dizaine de musulmans vit aussi ici, et la cohabitation se passe « très bien », selon la vieille dame. La maison abrite trois religieuses, et une messe latine est célébrée chaque matin dans la chapelle par un prêtre voisin. Derrière l’autel se dresse une imposante statue de Marie souffrante au pied de la croix, symbole de la congrégation Notre-Dame-des-douleurs.

Les douleurs, ici, sont aussi matérialisées par le haut mur de béton qui passe à quelques pas de la maison. Preuve tangible des divisions persistantes dans cette région du monde, ce mur sépare Jérusalem de la Cisjordanie, où habitent les trois quarts du personnel palestinien de l’établissement, ainsi que certaines familles de résidents : tous doivent passer le check-point israélien pour se rendre ici, ce qui engendre retards et complications administratives.

> Lire aussi : À Jérusalem, prier le long du mur

Mardi, pour les 150 ans de la congrégation, une kermesse aura lieu dans la cour. Jacqueline est venue de France pour l’occasion. Cela fait sept ans que cette retraitée connaît la maison, où elle est aide-soignante bénévole un mois par an : « Quand je rentre en France après un séjour ici, on me dit que le bonheur est dans mes yeux. » Sur une banderole confectionnée pour la fête de dimanche, elle a repris une formule de la fondatrice, Marie Saint-Frai. Deux mots pour tout un programme : « Aime simplement. »

–––––––––––––-----------------------------
► En Israël, les écoles chrétiennes menacées

Quelques semaines après la rentrée des classes, les 47 écoles chrétiennes d’Israël font toujours face à de graves difficultés financières, après avoir perdu presque la moitié de leurs financements publics en six ans. En octobre 2015, au bout de quatre semaines de grève, les responsables de ces établissements avaient finalement obtenu un accord : le gouvernement israélien s’engageait à leur verser 50 millions de shekels, soit environ 12 millions d’euros, dans les six mois.

Or, près d’un an plus tard, aucun versement n’a encore été effectué. Selon le vicaire patriarcal à Nazareth, Mgr Giacinto Boulos Marcuzzo, ces écoles sont tout simplement menacées de fermeture. L’État hébreu a proposé à ces établissements de rejoindre le système public, mais leurs responsables craignent d’y perdre leur identité chrétienne.

> Lire aussi : En Israël, les écoles chrétiennes toujours en grève
Mélinée Le Priol, correspondante à Jérusalem-Est

et


En Israël, les écoles chrétiennes toujours en grève
Mélinée Le Priol, à Jérusalem, le 10/09/2015 à 15h34



Depuis le 1er septembre, les établissements privés chrétiens sont fermés pour dénoncer les trop maigres subventions accordées par l’État hébreu.
Manifestation le 6 septembre à Jérusalem, des écoles chrétiennes.
ZOOM

Manifestation le 6 septembre à Jérusalem, des écoles chrétiennes. / MENAHEM KAHANA/AFP

« Cette grève se poursuivra jusqu’à ce que l’on nous rende nos droits. » Directeur du Bureau des écoles chrétiennes d’Israël, le franciscain Abdel Massih Fahim n’est pas prêt à baisser les bras. Pour lui, les 47 écoles chrétiennes d’Israël­ doivent recevoir le même traitement que les écoles juives de statut équivalent (« reconnues mais non officielles »).

Les écoles juives sont subventionnées à 100 %, quand les établissements chrétiens ne reçoivent que 29 % d’argent public. Tant que l’État hébreu ne consentira pas à débourser les 200 millions de shekels manquants, assure P. Abdel Massih, les 33 000 élèves concernés ne retourneront pas en classe.
40 % des élèves sont musulmans

« Nous avons le même statut que les écoles juives privées, pourquoi pas les mêmes droits ? s’offusque Maha Abed, directrice du collège des Frères de Jaffa. Pourquoi cette discrimination, alors que nous sommes tous des citoyens israéliens ? » Tous les élèves de ces écoles ne sont pas chrétiens (40 % de musulmans), mais ils appartiennent pour la plupart à l’importante minorité arabe du pays. « Arabes israéliens », ils descendent de familles palestiniennes restées en Israël après la création de l’État en 1948. Ils sont très présents en Galilée, où les écoles chrétiennes sont les plus nombreuses.

> À lire : Heurts entre Palestiniens et forces israéliennes autour de la construction du mur à Crémisan

Il y a deux ans, les subventions s’élevaient encore à 65 % pour ces établissements. « On comptait déjà beaucoup sur la participation des parents, mais on pouvait encore vivre, explique Maha Abed. Là, ce n’est plus possible ».
Impasse financière

Les frais de scolarité représentent aujourd’hui un tiers de leur financement : les familles déboursent 4 500 shekels (1 070 €) par élève et par an. Incapables de leur en demander davantage, les établissements se retrouvent dans une impasse financière, et présentent parfois des millions de shekels de déficit.

Pendant huit mois, le Bureau des écoles chrétiennes a négocié avec le ministère israélien de l’Éducation, qui leur a finalement proposé d’entrer dans le secteur public. Mais le P. Abdel Massih ne veut pas en entendre parler. « L’État nommerait nos directeurs, confisquerait nos bâtiments et imposerait ses programmes gouvernementaux. Nous tenons à notre identité chrétienne. »
Les écoles arabes associées à la grève

Depuis la rentrée, le problème suscite la grogne populaire. Environ 6 000 personnes se sont rassemblées dimanche 6 septembre à Jérusalem pour dénoncer l’intention délibérée du gouvernement de voir disparaître ces établissements gérés depuis des siècles par les communautés chrétiennes.

Le lendemain, les écoles arabes publiques du pays se sont associées à la grève par solidarité. En tout, 450 000 écoliers n’étaient pas en classe ce jour-là. Pour Jafar Farah, directeur de l’association Mossawa (« égalité » en arabe) basée à Haïfa, « le budget de l’éducation est un exemple parmi d’autres des politiques discriminatoires envers la communauté arabe dans ce pays ». Ces citoyens « de seconde zone », qui ne font pas leur service militaire comme les juifs israéliens, n’ont pas accès aux mêmes droits concernant le travail ou encore le logement.
Mélinée Le Priol, à Jérusalem

à suivre : Le COE s’invite à la « Semaine mondiale pour la paix en Palestine et Israël »
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.atelier-yannistignard.com
yanis la chouette



Nombre de messages : 4322
Localisation : http://yanis.tignard.free.fr
Date d'inscription : 12/11/2005

MessageSujet: Re: Le Clans des Éléphants, Y'becca et mouettes.   Mer 28 Sep à 9:09

TAY La chouette effraie, Avigdor Le dalmatien et Benjamin L’âne d’Israël
ou Colére sur la Grande Jérusalem.

-" Le scaphandre autonome, qui offre au plongeur une complète liberté de mouvements, a été mis au point grâce à une suite d'inventions réalisées au cours du XIXe siècle et de la première moitié du XXe. Quant aux deux siècles qui ont précédé l'avènement de sa maturité (du XVIIIe siècle jusqu'en 1943) ils ont été essentiellement dominés par les scaphandres à casque, ou « scaphandres pieds lourds », qui reliaient le scaphandrier à la surface par un tube lui fournissant son air. Avant le XVIIIe, siècle l'homme plongeait déjà en apnée, et depuis la nuit des temps, mais il a toujours été limité par la durée et par la profondeur." s'exclame la chouette.

-"La cloche de Edmund Halley..." Réponds le Dalmatien.

-" Respirer l'air d'une réserve qu'il transporte sur lui, toujours à la pression de l'eau environnante, selon la profondeur.
Débiter l'air de sa réserve uniquement à sa demande, sans qu'un débit continu ne gâche son air pendant les expirations.
Évoluer dans le milieu aquatique de la façon la plus libre possible, sans câbles ni tubes le reliant à la surface. en ce qui concerne Israël, je suis le meilleur guide pour Israël et Jérusalem" voilà ce que hurle l’Âne sur la Chouette.

-" 68 on avançait. .....maintenant on recule les gens sur les plages sont devenus prudes même d ils arborent des piercings partout !! Plus de sein nus....la religion...(n importe laquelle....) est revenue." baragouine la Chouette :" Tu perds le contrôle, Ricominciare tutto domani a Parigi. (Alberto Giacometti),adresse toi en mongol tant que tu y es, tu me traite d'imbécile mais en Mongol, tu serai plus crédible !."

Le Dalmatien montre les dents mais il ne peut s'empêcher de dire ces mots vers Benjamin l’Âne:
-" 1943 : la maîtrise de l'autonomie et une pénurie d'essence... Est ce que tu es préparé à une telle éventualité... et les vêtements d'isolation thermique pour nos centrales solaires. Tu ignore les O.N.Usiens et tu crois donner l'illusion de séduire les serpents... Mais parmi ce monde, il en a tout un tas. Tu connais le Jour mais tu entends la Nuit. l'approvisionnement en air à bonne pression ;le rejet du dioxyde de carbone, toxique pour l'homme ;
l'augmentation de la pression de l'eau avec la profondeur qui empêche les mouvements d'inspiration du puit et du souffle (la pression à 10 m de profondeur est le double de la pression atmosphérique) ; la mobilité."

-"C'est l'Histoire de Jérusalem qui est en Jeu. Je ne peux me fier à une chouette de mauvaise augure. Sa République de l'Olivier et son juge peuvent être le prémices d'une dictature... Elle change les lois anciennes qui conduit nos règles... Je crois en ce que je vois..." disait Benjamin l'âne... Lorsque la chouette effraie lui coupa et dis ces propos et la Parole sous le regard effrayé de Avigdor le dalmatien.

-" Cataglyphis bombycinus, celles qui effrayèrent Attilla et Genghis Khan... Tel Ariel le Faucon; tu les oublie... Et en cela, tu t'attire la Colère de l’Éternel. Non, je ne les étudie pas ni ne cherche à les transformer en des esclavagistes... Elles sont une sources d'inspiration dans mes recherches... Je ne suis pas un savant fou, j'admire encore plus leurs disciplines... Une chose que vous ignorez encore ! Je n'oublie pas Jérusalem ! Course contre la montre si les chaleurs venaient à devenir entre les 50 à 70°C ! Depuis des siècles, elles s'y sont préparer et elles ont évoluer ! Bombycinus, fourmi des sables, elles ne sont pas esclavagistes, La République est une philosophie et une morale ! Ces fourmis sont une connaissance des innombrables vie qui peuples, les paysages terrestres et humains de la vie ! Te crois tu être au dessus de ses conquérants qui ont construis des empires éphémères et pourtant qui avait peur de la Cataglyphis bombycinus. Je te croyais plus Intelligent que le Roi de Riyad et de sa cour. Tel ces fourmis, Les Républiques d’Israël et de la Palestine ne reçoivent pas de sermon; elles construisent leurs histoires dans la compréhension du Vent, de l'Univers, de la Vie et de ses étoiles. Je le redis O Eternel, Jerusalem est scaphandre, du grec skaphe (barque) et andros (homme), elle est indivisible".

Ecrit de
TAY
La chouette effraie

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.atelier-yannistignard.com
yanis la chouette



Nombre de messages : 4322
Localisation : http://yanis.tignard.free.fr
Date d'inscription : 12/11/2005

MessageSujet: Re: Le Clans des Éléphants, Y'becca et mouettes.   Mer 28 Sep à 9:15

La vision "sectaire" d'un athée et pas conforme à celle d'un laïque Athée, Démocrate, Socialiste, Communiste, Écologiste, Royaliste, Anarchiste, Impérialiste et Républicain. Être Athée est une conviction louable et personnel, elle est intégré à la République de France depuis la révolution mais on utilise pas un homme pour sa vision de Dieu: Cela est un crime que de vouloir transformer un peuple à son image ou à une étiquette.
La République n'est pas encore mûr et elle reste à la merci d'un tyran ou d'un illuminée D'où la force de celui qui se réfugie dans les bras de la prudence et de la sagesse lors d'une Élection.
Elle peut ainsi nous permettre de mûrir dans le rôle du religieux et de l'athée dans l'école publique et donner les sens universelles du siècle des lumières conduisant à la naissance de la Démocratie puis de la République en France et dans le Monde.

Ecrit de
TAY
La chouette effraie

agnostique, adjectif

Sens 1 Qui pense que l'absolu est inaccessible, et qui est donc sceptique vis-à-vis de la religion et de la métaphysique. Exemple : Un agnostique refuse de se prononcer et émet des doutes sur une existance divine. Un athée ne croit en rien et refuse tout en bloc. Anglais : agnostic
agnostique, nom masculin

Sens 2 Personne qui pense que l'absolu est inaccessible, et qui est donc sceptique vis-à-vis de la religion et de la métaphysique. Anglais : agnostic
------------------------------------------------------------------------------------------------------------
Los avances médicos son el resultado de años de trabajo a través de los estudios clínicos que realizan los investigadores y médicos. Para continuar este progreso, es importante que más mujeres participen en estudios clínicos, en particular mujeres de diferentes razas y grupos étnicos.

Si usted está interesada en participar o si solo desea conocer más sobre este tema, la Oficina para la Salud de la Mujer de la Administración de Alimentos y Medicamentos (FDA, sigla en inglés) y GobiernoUSA.gov le ofrecen estos consejos.


La diversidad en los estudios clínicos: una forma de mejorar la salud
Fecha: 6 de mayo de 2016

Es un motivo de celebración cuando un nuevo medicamento o tratamiento experimental mejora la salud de un ser querido. Los avances médicos son el resultado de años de trabajo en los estudios clínicos que realizan los investigadores y médicos.

Para probar la seguridad y eficacia de los nuevos productos médicos se necesita una gran variedad de participantes. En el pasado, los diagnósticos médicos, tratamientos y medidas preventivas eran el resultado de los estudios clínicos que se realizaban mayormente en hombres. Sin embargo, los productos médicos y tratamientos pueden afectar a los hombres y a las mujeres de manera diferente. Por eso, es importante que más mujeres participen en estudios clínicos, en particular mujeres de diferentes razas y grupos étnicos para continuar el progreso.

Si más mujeres participan en los estudios clínicos, los especialistas pueden aprender cómo adaptar el cuidado médico según las características particulares de cada grupo y mejorar la salud de la diversidad de mujeres de hoy y del futuro. Analizar y comparar los resultados de los estudios entre diferentes grupos también puede ayudar a la Administración de Alimentos y Medicamentos (FDA, sigla en inglés) a abordar cualquier preocupación sobre un nuevo test médico, medicamento o producto antes de seguir adelante con las investigaciones.

Si usted ha considerado participar en un estudio clínico o solo desea conocer más sobre el tema, lea estas cuatro recomendaciones de la Oficina para la Salud de la Mujer de la FDA. Recuerde siempre consultar con su médico los posibles beneficios y riesgos de los estudios clínicos.

Averigüe la finalidad del estudio y tenga en cuenta su disponibilidad. Antes de comprometerse, consulte con los investigadores médicos los detalles del estudio clínico, incluyendo el propósito de la investigación y el tipo de medicamentos, pruebas o tratamientos que recibirá. La participación podría llevar mucho tiempo, así que tenga en cuenta su disponibilidad.

Considere los posibles beneficios y riesgos. El tratamiento nuevo podría mejorar su salud, pero también es posible que no obtenga ningún beneficio directo. Además, podrían presentarse efectos secundarios. Si se le administra el placebo, usted no recibirá la medicina que se está probando. Mantenga sus opciones abiertas y considere cualquier otro tratamiento que exista para tratar su enfermedad.

Infórmese sobre los posibles costos. Algunos estudios clínicos son gratuitos o suelen ofrecer una compensación para los voluntarios, pero otros tienen costos. En algunos casos usted o su seguro de salud deberán pagar los tratamientos o servicios que forman parte del estudio. Asegúrese de conocer los detalles financieros antes de inscribirse en un estudio clínico.

No tenga miedo de hacer preguntas. Consulte con los investigadores médicos o patrocinadores todo lo que necesite saber para decidir si el estudio clínico es adecuado para usted. Recuerde preguntar acerca de la privacidad de su información personal y médica, con quién puede contactarse si tiene dudas o problemas durante el estudio y cómo suspender su participación, incluso después de iniciado el estudio clínico.

Continúe informándose sobre la importancia de la participación de las mujeres en los estudios clínicos. Si desea buscar estudios clínicos con apoyo público y privado, visite clinicaltrials.gov (en inglés).

_________________
Kounak le chat....
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.atelier-yannistignard.com
yanis la chouette



Nombre de messages : 4322
Localisation : http://yanis.tignard.free.fr
Date d'inscription : 12/11/2005

MessageSujet: Re: Le Clans des Éléphants, Y'becca et mouettes.   Mer 28 Sep à 9:16

L'enquête sur un viol est nécessaire et doit aboutir à la clarté. Il y a des faits devant les tribunaux,pas dans une Ambassade. Loi des Républiques d'Israël et de la Palestine.
TAY Republica
Pour un soldat et des citoyen"ne"s, le plus lourd des sentiments est l'oublie du nom de ses camarades et citoyen"ne"s.
TAY Republica
Une adversité dans la vie, c'est la rencontre de l'oublie devant l'autrui... Quels sens définir au partage devant la charité ! Point d'exclamation devant l'adversité de la vie car il y a pas place à l'interrogation en situation d'adversité. C'est l’instinct qui prends le dessus ! La survie n'est pas le propre de l'individu, elle définit la personnalité et l'Être autant "pour l'Homme que pour la Femme" et autant pour le Féminin que le Masculin.
TAY Republica

Ecrit de
TAY
La chouette effraie
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.atelier-yannistignard.com
yanis la chouette



Nombre de messages : 4322
Localisation : http://yanis.tignard.free.fr
Date d'inscription : 12/11/2005

MessageSujet: Re: Le Clans des Éléphants, Y'becca et mouettes.   Mer 28 Sep à 9:20

L’homme repart à la conquête de l’espace
Denis Sergent, le 25/09/2016 à 9h04



À l’heure où s’achève la mission Rosetta, la recherche spatiale, fruit de la curiosité des hommes, semble reprendre de la vigueur. Aux budgets publics s’ajoutent désormais des financements privés. Au risque d’introduire une certaine confusion entre tourisme spatial, création de ville spatiale, colonisation ou exploitation minière de planètes.
Le robot Curiosity se photographie lui-même sur Mars, <br/>le 24 février 2015.
ZOOM

Le robot Curiosity se photographie lui-même sur Mars,
le 24 février 2015. / Nasa/JPL-Caltech/MSSS/AFP

Juillet 1969 : Apollo 9 se pose sur la lune et Neil Armstrong prononce une phrase devenue culte : « Un petit pas pour l’homme, un grand pas pour l’humanité. » Septembre 1997 : Sojourner est le premier robot mobile à se poser sur Mars. 2004 : les premières images panoramiques de Mars sont réalisées par le robot mobile (rover) Opportunity. Novembre 2014 : Philae réalise son « saut de l’ange » depuis la sonde spatiale Rosetta jusqu’à la comète Tchouri…
Edwin Aldrin, le 20 juillet 1969 / Nasa/Langley Research Center/Dapd

Edwin Aldrin, le 20 juillet 1969 / Nasa/Langley Research Center/Dapd

> À lire : Notre dossier sur les grandes épopées de l’espace

Voici quelques exemples d’exploits à la fois technologiques et scientifiques qui ont enthousiasmé des millions de téléspectateurs et d’internautes, de tout âge, dans le monde entier. Est-ce le grand retour de la conquête de l’espace ?

Tout porte à le croire. Malgré la crise et la réduction des budgets publics. Et grâce au dynamisme et au goût du risque de quelques grands entrepreneurs essentiellement américains, pour la plupart des millionnaires issus du numérique. Une véritable surprise.
Finalité commerciale ou vocation scientifique

Toutefois, il convient de distinguer la conquête spatiale à finalité commerciale ou industrielle, et celle à vocation scientifique visant à accroître la connaissance de l’univers. La première comprend par exemple l’envoi – moyennant finances – de touristes dans l’espace, la mise sur orbite de satellites d’observation de la Terre ou de télécommunication, ainsi que l’installation d’une base d’exploitation minière sur la Lune (notamment l’hélium 3, un carburant potentiel pour alimenter les futures centrales à fusion nucléaire).

Tandis que la seconde, appelée exploration spatiale, consiste à envoyer des sondes, automatiques ou habitées, d’abord dans le système solaire, comme sur Mars ou à la poursuite de comètes comme Tchouri, puis dans notre galaxie, la Voie lactée, voire plus loin encore.

> À lire : Rosetta et Tchouri, union éphémère mais exemplaire

Cette dernière activité est encore, à ce jour, l’apanage des grands pays spatiaux que sont les États-Unis, la Russie, l’Union européenne – au travers de l’Agence spatiale européenne (ESA) et des agences nationales – mais aussi la Chine, l’Inde et le Japon.

Il faut pourtant constater, ces dernières années, l’énorme élan apporté par les entrepreneurs privés dans le domaine des lanceurs (fusées), un secteur très compétitif où s’affrontent Russes, Européens (avec la future Ariane 6) et Américains.
Coloniser la « planète rouge ».

Aujourd’hui, on compte au moins deux grandes entreprises privées qui, à plus ou moins long terme, se proposent d’envoyer des touristes dans l’espace, d’expédier un robot sur la Lune ou sur Mars, voire carrément de coloniser la « planète rouge ». Ainsi en novembre 2015, Jeff Bezos, 45 ans, le fondateur des entreprises Amazon et Blue Origin, a été le premier à réussir le lancement de sa fusée New Shepard dans l’espace et à faire revenir le premier étage sur terre, au Texas. Ce lanceur réutilisable constitue une révolution technologique et permet une forte réduction des coûts.

D’ailleurs, Jeff Bezos vient d’annoncer la fabrication d’un plus gros lanceur, New Glenn, décliné en deux versions, l’une de deux étages (82 mètres), l’autre de trois étages (95 mètres). Cela en ferait la deuxième fusée la plus imposante de l’histoire après le mythique lanceur Saturn V des missions Apollo.

Fort de ces compétences, mais parfois qualifié d’utopiste, Jeff Bezos envisage « d’utiliser l’espace pour sauver la Terre ». Comment ? En créant des stations spatiales en orbite autour de la Terre : elles seraient spécialisées soit dans l’industrie lourde et la production d’énergie, soit dans les loisirs (hôtels, parcs d’attractions). Alimentées en énergie solaire, elles pourraient accueillir des millions de personnes.

> À lire : « Le XXIe siècle sera celui des hommes sur la Lune et Mars »
Elon Musk, innovateur tous azimuts

De son côté, Elon Musk, 45 ans, ingénieur en informatique, Sud-Africain naturalisé américain, a réussi huit lancements de sa fusée Falcon 9 depuis le début de l’année. Les six premiers étages de cette fusée ont pu être récupérés, en pleine mer, sur une barge automatisée.

L’homme est pour le moins un innovateur tous azimuts. Il est le fondateur de Space X, une entreprise partenaire de la Nasa, qui a déjà assuré plusieurs vols de ravitaillement de la station spatiale internationale (ISS) en orbite à environ 400 km. Il est aussi le créateur de la voiture électrique Tesla, de Solar City et d’Hyperloop, une sorte de TGV se déplaçant à 1 000 km/h dans un tube.

> À lire : Avec SpaceX, les opérateurs privés partent à la conquête de l’espace

Certes, Elon Musk a connu un revers le 1er septembre : une fusée chargée d’un satellite de télécommunications a explosé lors d’un essai moteur au sol. Mais cet échec ne devrait pas l’empêcher de continuer : n’a-t-il pas prévu d’envoyer sa première capsule Dragon, montée sur la fusée lourde Falcon Heavy, vers Mars, dès 2018 ? Et les premiers humains, en 2025 ? Or, selon ­Barack Obama, la Nasa, elle, débarquerait seulement sur la planète rouge vers 2035.

> À lire : 2030 signera le retour des vols habités

Une entreprise privée doublera-t-elle la Nasa ? Colon plus qu’explorateur, Elon Musk évoque la construction d’un grand vaisseau-cargo emportant une centaine de volontaires à chaque passage au plus près de la Terre tous les vingt-six mois. Il doit préciser ce projet au Congrès international d’astronautique de Guadalajara (Mexique) dans les jours à venir.
À la recherche de la vie primitive

En attendant, plusieurs missions d’exploration spatiale sont en cours. Toujours pour découvrir des traces de vie primitive (acides aminés, sucres, longues chaînes carbonées) et d’eau dans un corps céleste qui a à peu près le même âge que la Terre (4,5 milliards d’années), la mission américaine Osiris-Rex est partie ce mois-ci de Cap Canaveral pour un rendez-vous avec l’astéroïde Bennu en août 2018.

Cette sonde est un monstre de 500 m de diamètre. Elle est munie d’un collecteur-aspirateur de poussières. Elle devra, en véritable acrobate, délicatement effleurer l’astéroïde pour ramener des échantillons sur Terre en 2023. Une opération japonaise analogue, Hayabusa 2 (« Faucon pèlerin » en japonais), à laquelle participent Français et Allemands, est partie en 2014 : elle devrait, elle, rapporter des échantillons vers 2020.

En vue d’envoyer des hommes sur Mars, de nouvelles missions sont en cours ou en projet. Ainsi la mission russo-européenne ExoMars 2016, lancée depuis Baïkonour par une fusée Proton, sera en vue de Mars le 19 octobre.

Bardée de spectromètres, elle analysera les gaz présents dans l’atmosphère martienne. Et elle larguera l’atterrisseur expérimental Schiaparelli à la surface de la planète rouge, afin d’affiner la procédure d’atterrissage en vue de l’arrivée d’ExoMars 2018 en 2020. Sera déposé à ce moment-là unroverpour étudier sol et sous-sol jusqu’à 2 mètres de profondeur au moyen d’une foreuse.
Créer un village lunaire

Premier – et seul – objet non terrestre visité par l’homme, la Lune reste un objectif d’expérimentation. Et peut-être d’exploitation. Ce qui, au passage, pose un problème éthique comme jadis pour l’Antarctique, l’astre étant la propriété de l’humanité tout entière.

Toujours est-il qu’aujourd’hui, le nouveau directeur général de l’ESA, l’Allemand Jan Wörner, plaide pour créer un village lunaire (« Moon village »), qui pourrait succéder à la Station spatiale internationale financée pour le moment jusqu’en 2024.

Plusieurs partenaires, publics (dont la Nasa) et privés, se sont manifestés, les uns pour y envoyer des robots, d’autres des hommes, d’autres encore sont intéressés par les ressources minières de la Lune. À noter que la Russie et la Chine ont leur propre programme, Pékin ayant fait alunir une sonde automatique puis un véhicule téléguidé, « Lapin de jade », en 2013.

> À lire : Philippe Coué : « Un alunissage très prometteur » pour la Chine

Quoique plus discrète, l’exploration spatiale progresse également en périphérie de notre système solaire et même au-delà. Ainsi, depuis 2015, la sonde américaine New Horizons cartographie la planète naine Pluton, la sonde Dawn faisant de même pour la planète naine Cérès.

Enfin, en juillet, on a pu voir la sonde américaine Juno se mettre en orbite autour de la plus grande planète du système solaire, Jupiter, afin d’étudier son origine et sa composition, toujours mystérieuses. Et la semaine dernière, mille jours après son lancement en 2013, le télescope spatial européen Gaïa a identifié un milliard d’étoiles. Un record ! Pourtant, cela représente moins de 1 % des étoiles de la Voie lactée qui en contient probablement entre 100 et 200 milliards.

Pour François Mignard, astronome au CNRS, « c’est une nouvelle page de l’astronomie qui s’ouvre. Un travail monstrueux mais passionnant ».

> À lire : La mission européenne Rosetta, un succès historique
Denis Sergent
Le lanceur chinois Longue Marche 3 sur la base de Xichang, dans la province du S...

à suivre : « Le XXIe siècle sera celui des hommes sur la Lune et Mars »
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.atelier-yannistignard.com
yanis la chouette



Nombre de messages : 4322
Localisation : http://yanis.tignard.free.fr
Date d'inscription : 12/11/2005

MessageSujet: Re: Le Clans des Éléphants, Y'becca et mouettes.   Mer 28 Sep à 9:20

La mission européenne Rosetta, un succès historique
Denis Sergent, le 25/09/2016 à 8h59



Le 30 septembre, satisfaits de ses bons et loyaux services, les ingénieurs de l’Agence spatiale européenne vont tenter de poser en douceur la sonde européenne Rosetta sur la comète Tchouri.
Philae quittant Rosetta pour se poser sur Tchouri en 2014.
ZOOM

Philae quittant Rosetta pour se poser sur Tchouri en 2014. / ESA/Getty Images/AFP

Lancée en 2004 depuis Kourou, en Guyane, par une fusée Ariane 5, la sonde Rosetta et son fidèle compagnon, le robot-laboratoire Philae, auront donc vécu près de douze ans avant qu’on ne mette fin à leurs activités, faute d’énergie solaire suffisante. « Le 30 septembre, en effet, Rosetta va se poser sur la comète Tchourioumov-Guérassimenko, sans trop faire de casse malgré les panneaux solaires et l’antenne de communication », espère Philippe Gaudon, chef de projet Rosetta pour le Centre national d’études spatiales (Cnes) à Toulouse.

> À lire : Rosetta et Tchouri, union éphémère mais exemplaire

Cet atterrissage de précision devrait se faire entre deux puits, voire deux gouffres de 100 m de diamètre et entre 50 et 100 m de profondeur, qui caractérisent, dans cette région, la surface de Tchouri.
L’ultime baiser de Rosetta

« L’opération sera régulièrement photographiée. Nous devrions recevoir les clichés au bout de 45 minutes environ, le temps que les ondes électromagnétiques franchissent la distance qui nous sépare actuellement de ce trio inséparable : environ 700 millions de kilomètres de la Terre. » Une première. « Un ultime baiser » de Rosetta à sa comète, a indiqué le Cnes en juin dernier, avec un lyrisme inhabituel.

« La sonde, qui se trouvera à ce moment à une vingtaine de kilomètres de Tchouri, effectuera une lente descente d’environ 12 heures, à la vitesse de 50 centimètres par seconde », a précisé Sylvain Lodiot, responsable des opérations de vol de Rosetta à l’Agence spatiale européenne de Darmstadt (Allemagne).

Sans attendre, chercheurs et ingénieurs de vol se réjouissent de la qualité et de la quantité des mesures effectuées sur ce petit corps céleste, véritable fossile n’ayant pas évolué depuis 4,5 milliards d’années, âge de notre système solaire et donc de notre Terre. « Les résultats sont plus nombreux que prévu du fait de la prolongation de la mission, ils sont très satisfaisants, même si le robot-laboratoire Philae a pu travailler seulement trois jours du fait de son atterrissage chaotique », rappelle Philippe Gaudon.
Des surprises pour les chercheurs

Ainsi les chercheurs ont-ils découvert, grâce aux spectromètres qui analysent à distance la lumière des matériaux, que Tchouri était faite de 75 % de glace d’eau, d’oxydes de carbone (CO et CO2) et d’autres éléments moléculaires – moins nombreux – comme le méthane (CH4) et l’ammoniac (NH3).

En outre, l’une des premières surprises a été la mise en évidence d’un acide aminé, un petit élément constitutif des protéines, qui, elles, sont les véritables briques du vivant.

Les biochimistes ont également découvert un sucre, le ribose, une molécule structurante de l’acide ribonucléique (ARN), support du patrimoine génétique. « Toutes ces découvertes confortent l’hypothèse selon laquelle les comètes ont pu ensemencer la Terre en constituants primitifs du vivant », estime Christelle Briois, du CNRS d’Orléans.

Dans la chevelure de la comète, Rosetta a aussi trouvé de l’oxygène moléculaire (O2), plus âgé que notre système solaire. Cette découverte risque d’obliger à revoir les hypothèses sur le mécanisme de la formation du système solaire et, à terme, de notre Terre.

En revanche, l’hypothèse selon laquelle l’eau des océans terrestres aurait été apportée par les comètes n’est pas confirmée. En effet, la structure physicochimique de l’eau trouvée dans la comète Tchouri ne correspond pas à celle des océans de notre planète.
14 molécules organiques complexes identifiées,

Les comètes de la famille de Tchouri ne sont donc pas la source de l’eau de nos océans. Mais, d’une part, il existe d’autres familles de comètes, et, d’autre part, l’eau terrestre a pu être apportée par les astéroïdes, des corps célestes qui ont une histoire différente de celle des comètes. Bref, il faut continuer à chercher d’autres origines.

> À lire : Notre dossier spécial sur la mission Rosetta

Par ailleurs, le « cavalier » de Rosetta, Philae, une fois arrivé à la surface de Tchouri, a fait intervenir capteurs thermiques, microscope-spectromètre et radar pour réaliser de nombreuses mesures de la surface de cette comète. Ainsi une température de – 153, puis de – 163 degrés a-t-elle été observée. On a désormais l’assurance que, sous une couche de 10 à 20 centimètres de poussières, la surface est aussi dure (et froide) que de la glace.

Enfin, 14 molécules organiques complexes ont été identifiées, dont 4 n’avaient jamais été rencontrées dans l’environnement d’une comète. À terme, l’analyse de tous les résultats devrait permettre de comprendre la structure interne du noyau cométaire.

Toutes ces avancées confirment ce qu’affirmait dès 2015 Francis Rocard, chef du programme d’exploration du système solaire au Cnes : « D’un point de vue tant scientifique qu’humain, la mission européenne Rosetta est une aventure exceptionnelle qui marquera l’histoire de la conquête spatiale. »
Denis Sergent
Philae, robot-laboratoire à l’allure d’une machine à laver, a récupéré de précie...

à suivre : Rosetta et Tchouri, union éphémère mais exemplaire
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.atelier-yannistignard.com
yanis la chouette



Nombre de messages : 4322
Localisation : http://yanis.tignard.free.fr
Date d'inscription : 12/11/2005

MessageSujet: Re: Le Clans des Éléphants, Y'becca et mouettes.   Mer 28 Sep à 9:22

Processus de Paix des secouristes de la république de l'Olivier.

Je crois qu'à l'avenir, plus personne ne pourra recréer des bulles d'exclusions...
Pour cela, je ne peux me permettre de mettre à l'écart tout individu(e) et "État".

Je ne suis qu'une femme ou un homme humble qui en vous adressant ces ces vers,
espère qu'il puisse vous conduire vers l'expérience, le travail et la communauté...
La solitude augmente ou diminue le nervosité... Cela s'appelle le malheur...

Alors par décision, on recherche à se tranquilliser et remettre la balance sur le zéro;
alors par construction, on décèle la notion d'une fragile tolérance:
Celle d'insulter !

Par Yahvé, cela est une horreur et une erreur...

La République de l'Olivier dit :
"Oui à la gréve, Non à l'Esclavage..."
la constitution rajoute :
"Oui à la Bibliothèque et Non à la Faim."
et le peuple doit rajouter :
"Oui à l'écoute et Non aux viols physiques et moraux."

Alors le Novice du Secourisme prends en charge sa nouvelle fonction autre qu'un service
militaire mais basé aussi sur la protection du Bien et du Corps.

"Je suis Y'becca"

Ecrit de
TAY
La chouette effraie.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.atelier-yannistignard.com
yanis la chouette



Nombre de messages : 4322
Localisation : http://yanis.tignard.free.fr
Date d'inscription : 12/11/2005

MessageSujet: Re: Le Clans des Éléphants, Y'becca et mouettes.   Mer 28 Sep à 9:25

Paris veut combler son retard dans le tri des déchets
Marie-Jeanne Delepaul, le 29/08/2016 à 15h49



La capitale accuse un retard en matière de tri des déchets par rapport à certaines grandes métropoles. De même, relativement à la moyenne nationale, seuls 17,5 % des déchets sont recyclés dans la capitale contre 41,5 % en France. La mairie est décidée à inverser la tendance.
Tournée de collecte sélective dans les rues de Paris.
ZOOM

Tournée de collecte sélective dans les rues de Paris. / Thomas Louapre/Divergence

Le constat est alarmant : la poubelle résiduelle d’un ménage parisien est remplie aux trois quarts de déchets qui n’y ont pas leur place. La moitié d’entre eux sont en effet recyclables et le quart compostable, selon les chiffres fournis par la ville. Ils devraient donc être triés dans des bacs appropriés.

Inspirée par les exemples de Milan, San Francisco ou Cologne, la mairie de Paris a donc lancé un plan « zéro déchet », acté par un vote unanime du Conseil de Paris en juin 2014 et présentée par Anne Hidalgo en février 2016.

Cette volonté commence à porter ses fruits. Alors que la production totale de déchets ménagers baisse (l’objectif de diminution de 7 % entre 2010 et 2015 a été atteint), le recyclage a augmenté en 2015 de 10 % quand l’enfouissement et l’incinération ont simultanément baissé (respectivement – 16 % et – 1 %). Alors que la ville partait de loin, la collecte des biodéchets progresse : 116 tonnes ont été valorisées en 2015, contre 34 tonnes en 2014.
Objectif 50 % de recyclage

Pourquoi la capitale a-t-elle pris du retard ? « Paris souffre d’un handicap lié à son extrême densité (21 000 habitants au km2, trois fois plus qu’à San Francisco ou Milan) et à son habitat souvent ancien », souligne Mao Peninou, adjoint au maire en charge de la propreté et des déchets à Paris. Sur les 75 000 adresses concernées par le service public de collecte, « 9 000 ne sont pas dotés de bacs jaunes (emballages) et 20 000 de bacs blancs (verre) ». Faute de place ou de volonté.

> Lire aussi : En Ariège, la mine de la discorde

Pour augmenter ses performances de tri, la mairie incite ces immeubles à acquérir des bacs de tri et mène une campagne de sensibilisation auprès des gestionnaires (gardiens, syndics, bailleurs, etc.). « Il y a encore à Paris un énorme potentiel de tri », reconnaît le Syctom, l’agence métropolitaine des déchets ménagers qui traite les déchets de 84 communes de la région parisienne.

L’objectif de la ville est d’« atteindre 50 % de recyclage d’ici à la fin de la mandature, en 2020 ». Pour ce faire, la mairie lancera dès l’année prochaine la collecte des restes alimentaires des ménages.
« Rendre le geste de tri automatique »

Une expérimentation sera menée dans les 2e et 12e arrondissements, dont les 160 000 habitants disposeront d’un nouveau bac pour leurs biodéchets. « Il s’agit d’une première étape qui a vocation à préparer la généralisation à tout Paris, dans un calendrier resserré », indique le service chargé de la propreté à la mairie.

Quarante stations de tri dans l’espace public, les « TriLib’», seront installées dès septembre dans le 13e, le 18e, le 2e et le 19e pour collecter les papiers, cartons, verre, plastiques, métaux, textiles. Là encore, l’expérimentation, prévue jusqu’à fin 2017, précède la généralisation à la ville entière.

> Lire aussi : Paris veut libérer le pont Neuf de ses cadenas d’amour

« Il s’agit de rendre le geste de tri systématique », même dans la rue, souligne la mairie. Toujours afin d’inciter le consommateur à prendre de nouvelles habitudes, la collecte de tous les plastiques dans le bac jaune, y compris par exemple celle des pots de yaourt, sera généralisée d’ici 18 mois. Une mesure déjà mise en place dans le 3e arrondissement.
Le paradoxe de l’incinérateur

Enfin, la mairie compte développer les ressourceries dédiées au réemploi et au recyclage des encombrants et déchets occasionnels. Il en existe actuellement huit à Paris, qui collectent environ 3 000 tonnes par an.

L’association Zero Waste France se réjouit des objectifs ambitieux affichés par la municipalité, mais déplore le soutien apporté par celle-ci à la reconstruction d’un incinérateur à Ivry-Paris 13 : « C’est contradictoire : si la ville respecte la ligne qu’elle s’est donnée, cet incinérateur coûteux sera inutile, puisque plus on recycle, moins on incinère », déplore Flore Berlingen, directrice de l’association.

> Lire aussi : À Bure, nouvelle mobilisation contre le projet nucléaire

Le Syctom, au contraire, souligne un investissement « pragmatique » qui prend en compte les objectifs de réduction des déchets : « La capacité du nouvel incinérateur sera réduite de moitié pour anticiper l’augmentation des performances de tri. »

–––––––––––––-------

Les méthodes qui marchent

En moyenne en France, seuls 41,5 % des déchets ménagers, biodéchets compris, sont recyclés. Trois mesures permettraient d’aller plus loin :

►L’information du public. « La communication et la pédagogie sont la pierre angulaire de toute bonne politique de tri », explique Flore Berlingen, directrice de l’association Zero Waste France. Campagnes d’affichage, sensibilisation en porte-à-porte grâce à des « ambassadeurs du tri », supports d’information clairs et traduits en plusieurs langues sont indispensables.

► La tarification incitative. Certaines collectivités ont mis en place une taxe poubelle dont le montant varie en fonction de la quantité de déchets présente dans les poubelles résiduelles des ménages. 3,5 millions d’habitants étaient concernés en 2014, selon l’Ademe. La loi de transition énergétique a prévu d’étendre cette mesure à 25 millions d’habitants d’ici à 2025.

► La collecte des biodéchets. Un gros tiers de la poubelle résiduelle des ménages est composé de biodéchets (restes de repas et déchets verts). Leur valorisation en compost ou en biogaz permettrait de développer une filière créatrice d’emplois. La loi prévoit la généralisation de leur tri à la source d’ici à 2025.
Marie-Jeanne Delepaul

à suivre : COP21 et Embarras de Richesses
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.atelier-yannistignard.com
yanis la chouette



Nombre de messages : 4322
Localisation : http://yanis.tignard.free.fr
Date d'inscription : 12/11/2005

MessageSujet: Re: Le Clans des Éléphants, Y'becca et mouettes.   Mer 28 Sep à 9:27

Des salariés d’Areva attaquent le groupe en justice
Jean-Claude Bourbon, le 19/09/2016 à 15h54



Des employés d’Areva accusent la direction de ne pas leur avoir dit la vérité sur la situation financière en 2013, lors d’une ouverture du capital au personnel.
Des salariés d’Areva attaquent le groupe en justice
ZOOM

ERIC PIERMONT/AFP

Areva n’en a décidément pas fini avec les déboires judiciaires. Déjà engluée dans le dossier Uramin, cette société minière achetée une petite fortune et qui a valu une mise en examen à l’ancienne présidente du groupe Anne Lauvergeon, l’entreprise nucléaire doit faire face aujourd’hui à une plainte déposée en novembre 2015 par la CFE-CGC pour délit de fausse information et tromperie. Le parquet financier de Paris a été saisi et une enquête préliminaire a été ouverte, selon Le Parisien, qui a révélé l’information dans son édition du 19 septembre.

Le syndicat n’a pas lancé tout seul cette procédure. Il a embarqué avec lui quelque 300 salariés, anciens salariés et retraités d’Areva, qui soupçonnent tous la direction de ne pas leur avoir dit la vérité sur la situation financière du groupe. Et leur nombre grossit. Il n’était que 200 il y a encore quelques mois. « Ce n’est pas une action collective, puisque les plaintes sont toutes nominatives, mais cela y ressemble fort. C’est en tout cas la première fois en France qu’autant de salariés d’un même groupe prennent ce genre d’initiatives », affirme Cyril Vincent, le président du syndicat national du nucléaire et des activités connexes SNNUC-CFE-CGC.
29 millions d’euros d’actions concernés

L’affaire remonte à mai 2013 quand Areva met en place un plan d’actionnariat salarié, portant sur 1,2 % du capital. Il est lancé dans trois pays, la France, l’Allemagne et les États-Unis, qui représentent alors 86 % des effectifs. La direction explique alors vouloir « associer plus étroitement ses collaborateurs aux objectifs et aux développements et résultats du groupe ». Confiants, 14 800 salariés, dont 11 500 en France, acceptent de prendre des actions Areva, pour des montants allant de quelques dizaines d’euros à 30 000 €, pour un total de 29 millions d’euros. L’action vaut alors 11,7 €. Elle était à 6,34 € le 19 septembre.

> Lire aussi : Areva a perdu dix milliards d’euros en cinq ans

Dans le document d’informations présentant l’opération et transmis à l’Autorité des marchés financiers (AMF), rien n’est dit en effet sur la tempête qui s’annonce. « Il y avait pourtant quelques signes avant-coureurs, et au sein du syndicat nous étions nous-même divisés sur le fait de souscrire ou non », raconte Cyril Vincent.

En février 2014, le groupe annonce 500 millions d’euros de pertes, au titre de 2013, essentiellement pour des provisions sur le chantier de l’EPR finlandais et les renouvelables. Pour l’exercice 2014, la perte est de 4,9 milliards et de 2 milliards l’an dernier. Le groupe a été démantelé, avec la vente de sa branche réacteurs à Areva et doit être recapitalisé par l’État au début de l’année prochaine.

De son côté, la direction met en avant le fait que « les salariés étaient informés des risques de pertes en capital inhérents à tout achat ou détention d’actions ».
Jean-Claude Bourbon
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.atelier-yannistignard.com
yanis la chouette



Nombre de messages : 4322
Localisation : http://yanis.tignard.free.fr
Date d'inscription : 12/11/2005

MessageSujet: Re: Le Clans des Éléphants, Y'becca et mouettes.   Mer 28 Sep à 9:29

Électrique, partagée et autonome : la voiture du futur
Alain Guillemoles, Emmanuelle Réju et Michel Waintrop, le 28/09/2016 à 7h16



Plus gros événement consacré à la voiture, le Mondial de l’automobile ouvre ses portes samedi 1er octobre à Paris, pour deux semaines.

À cette occasion, La Croix a choisi d’envisager les différents aspects de la deuxième révolution de l’automobile, en préparation.
L’ELECTRIQUE - La Twizy, véhicule électrique de la gamme Z.E. de Renault, a une autonomie d’une centaine de kilomètres. A mi-chemin entre la voiture et le scooter, ce véhicule urbain est disponible avec une ou deux places, et un petit coffre pour sa version « cargo ». Il existe un modèle « sans permis », dont la vitesse est limitée.
DIAPORAMA

L’ELECTRIQUE - La Twizy, véhicule électrique de la gamme Z.E. de Renault, a une autonomie d’une centaine de kilomètres. A mi-chemin entre la voiture et le scooter, ce véhicule urbain est disponible avec une ou deux places, et un petit coffre pour sa version « cargo ». Il existe un modèle « sans permis », dont la vitesse est limitée. / Thesupermat / Wikimedia Commons / CC

L’histoire de l’automobile est toujours allée dans le même sens. Celui de la perfection. « Les voitures n’ont cessé de devenir plus propres, plus performantes, plus sûres et moins consommatrices de carburant », explique Flavien Neuvy, responsable de l’Observatoire Cetelem de l’automobile. Les prochaines décennies pourraient marquer cependant un saut sans précédent, « peut-être la deuxième vraie révolution automobile, la première étant l’invention même de la voiture », selon un bon observateur du secteur.
► Une voiture électrique ?

La révolution de la motorisation ressemblera-t-elle à ce qui se dessine sur les routes de Norvège ? Chez le premier producteur européen de pétrole, la coalition au pouvoir discute actuellement de la disparition des moteurs thermiques pour les voitures neuves en 2025. Depuis plusieurs années, le pays a fait le choix du zéro émission carbone, à grands coups d’incitations fiscales. Résultat, les voitures 100 % électriques y représentent 17 % des nouvelles immatriculations, contre 1 % en France… À la veille de la COP 21, une alliance internationale a été fondée : l’Alliance pour des véhicules zéro émission (ZEV Alliance) qui regroupe une grosse dizaine de villes et pays.

> Lire aussi : La Norvège pourrait bannir les voitures roulant au pétrole

L’électrique est-il pour autant l’avenir inéluctable de la voiture ? « Nous estimons qu’à l’horizon 2035, 20 % des véhicules seront entièrement électriques en Europe, nuance Laurent Petizon, directeur associé chez AlixPartners, société de conseil international. Cela représente un bond formidable mais laisse encore une grande place à d’autres motorisations : la grande partie des investissements en recherche et développement des industriels concerne encore les moteurs thermiques ou hybrides. »

La plupart des constructeurs n’en élargissent pas moins leur gamme : Mercedes va présenter un modèle électrique au Mondial de l’auto à Paris, tout comme Porsche… et bien d’autres. « Aucun ne peut prendre le risque de passer à côté, même si certains parient plus sur la pile à combustible ou sur l’hybride », souligne Flavien Neuvy.

> Lire aussi : Voiture électrique, est-ce le moment de s’y mettre ?

Pour autant, la plupart des observateurs estiment que le succès du moteur électrique ne peut envahir les routes qu’à condition que les pays durcissent leur lutte contre les émissions de CO2. « Le 100 % électrique est alors imbattable, dit Flavien Neuvy. D’autant que son coût d’utilisation est aujourd’hui inégalé avec environ deux euros aux 100 kilomètres. Et cela même si les moteurs à essence consommaient demain deux litres aux 100 km. »

Reste à résoudre la question de la batterie et du nombre de points de recharges. Selon des rumeurs, Renault devrait annoncer ces prochains jours, durant le Mondial de l’auto à Paris, avoir doublé l’autonomie de son modèle Zoé qui passerait de 160 km à 320 km. C’est suffisant au quotidien pour 80 % des Français qui font moins de 100 km par jour. Mais encore trop peu pour vaincre des freins psychologiques et même techniques. « Il faudra une rupture technologique pour que l’électrique puisse transporter 7 personnes sur 1 000 km, dit un spécialiste de l’automobile. Et ce n’est pas avant longtemps. »
► Une voiture autonome ?

Si l’électrique intéresse, que dire de la voiture autonome dans laquelle il n’y aurait que des passagers et plus de conducteurs ? « C’est peut-être cela la vraie révolution technologique, insiste Flavien Neuvy. Jusqu’ici, l’automobile a évolué, mais jamais sans volant ou sans accélérateur. » La révolution peut paraître d’ailleurs paradoxale, l’une des premières motivations d’achat d’une voiture aujourd’hui étant… le plaisir de conduire.

Mais tous les industriels, même ceux qui souriaient quand Google a commencé ses essais à la fin des années 2000, sont dans la course et développent leurs propres systèmes d’autonomie, parfois en s’alliant avec les géants de la Silicon Valley comme Ford et Uber qui expérimentent une flotte de taxis autonomes à Pittsburgh (Pennsylvanie, aux États-Unis).

> Lire aussi : La course aux voitures autonomes est lancée

Renault Nissan vient d’annoncer lundi 26 septembre un partenariat avec Microsoft qui portera aussi sur la conduite autonome. Le constructeur auto « va gérer tout ce qui sera à bord de la voiture et nous, toutes les données informatiques se trouvant en dehors, qui communiqueront avec la voiture », explique Bernard Ourghanlian, directeur technique chez Microsoft France.

Un peu partout dans le monde, des voitures autonomes sont testées, y compris en France. Une étude du cabinet McKinsey prédit que jusqu’à 15 % de véhicules vendus en 2030 pourraient être totalement autonomes. « D’ores et déjà, les voitures embarquent des éléments d’autonomie de plus en plus poussés », ajoute Laurent Petizon, d’AlixPartners.

Un responsable d’un groupe de transport français remarque d’ailleurs en souriant « qu’il faudra apprendre la vraie vie à ces voitures, celle où l’on est obligé parfois de ne pas respecter totalement le code de la route pour des raisons de sécurité ». Les problèmes techniques pourraient même être résolus avant les problèmes réglementaires, les États devant faire évoluer le cadre légal de la circulation routière.

> Retrouvez notre débat : La voiture autonome est-elle un progrès ?
► Une voiture partagée ?

Et si l’avenir de la voiture, c’était « moins » de voitures ? Impacts environnementaux, congestion des villes, contrainte budgétaire pour les ménages… Autant de facteurs qui plaident pour une réduction de l’usage traditionnel de la voiture individuelle, et pas seulement pour un changement de motorisation. « Le modèle de la voiture individuelle est aujourd’hui d’une incroyable inefficacité », a rappelé mardi à Détroit (dans le Michigan, aux États-Unis) José Viegas, le secrétaire général du forum international des transports, organisme affilié à l’OCDE. Elle représente l’un des plus gros investissements d’un ménage, mais « n’est utilisée en moyenne que 50 minutes par jour et ne transporte que 1,2 à 1,6 passager ».

> Lire aussi : Autopartage, se déplacer moins cher et plus « vert »

Grâce à la révolution numérique, qui facilite la rencontre entre un siège libre et un passager, le partage de l’automobile est déjà devenu une réalité. Covoiturage, autopartage, automobiles en libre-service… sont des pratiques en croissance, même si elles restent minoritaires.

Selon les derniers chiffres de l’observatoire des mobilités émergentes, 30 % des Français ont d’ores et déjà pratiqué le covoiturage, en majorité pour des trajets longue distance. Cette pratique est plus difficile à mettre en œuvre pour les trajets du quotidien entre le domicile et le lieu de travail, mais de jeunes entreprises commencent à investir ce créneau. L’autopartage entre particuliers prend lui aussi de l’ampleur : en France, 50 000 véhicules sont aujourd’hui en location de particulier à particulier.

> Lire aussi : Blablacar, un succès qui illustre la montée en puissance du covoiturage

D’autres formes de mobilité – notamment en milieu urbain – sont amenées à se développer, et pas seulement dans les transports en commun traditionnels. Une simulation réalisée pour le compte du forum international des transports, publiée mercredi 28 septembre, montre que si l’ensemble des voitures et des bus de Lisbonne (au Portugal) étaient remplacés par des services de taxis et de minibus partagés, les mêmes trajets pourraient être assurés par seulement 3 % des véhicules actuellement en circulation… De quoi réduire considérablement les bouchons et libérer 95 % des surfaces de parking.

Dans les scénarios de transition écologique les plus ambitieux – notamment celui de l’Ademe (Agence de l’environnement et de la maîtrise de l’énergie) pour 2050 – il est envisagé d’aller plus loin dans la réduction des besoins de mobilité en développant le télétravail et en luttant contre l’étalement urbain.
Alain Guillemoles, Emmanuelle Réju et Michel Waintrop
Le candidat à la primaire de droite Nicolas Sarkozy arrive à un meeting, le 27 s...

à suivre : Nicolas Sarkozy attaqué sur plusieurs fronts
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.atelier-yannistignard.com
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Le Clans des Éléphants, Y'becca et mouettes.   Aujourd'hui à 0:54

Revenir en haut Aller en bas
 
Le Clans des Éléphants, Y'becca et mouettes.
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 2Aller à la page : 1, 2  Suivant
 Sujets similaires
-
» Les éléphants
» Piments rouges contre éléphants destructeurs de cultures
» Petit quizz La Guerre des Clans !
» rejoindre Clash of clans avec Atlans
» Les éléphants n'oublient jamais

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
La.cinquieme.République :: La.cinquieme.République-
Sauter vers: